Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Leonid Ivahov: La guerre entre les États-Unis et la Chine : le rapport de force (Partyadela, 21.10.2020)

13 Décembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Général Leonid Ivashov, #Guerre, #Chine, #Politique, #Russie, #Iran, #Amérique du sud, #USA

Leonid Ivahov: La guerre entre les États-Unis et la Chine : le rapport de force  (Partyadela, 21.10.2020)

Leonid Ivahov: La guerre entre les États-Unis et la Chine : le rapport de force

 

21.10.2020

 

https://partyadela.ru/blogs/ivashov-leonid/12032/

 

Pour la première fois dans l'histoire, les relations entre les États-Unis et la Chine ont atteint un nouveau niveau très dangereux.

Le 24 juillet, le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a officiellement déclaré la "Deuxième Guerre froide" à la Chine. Il s'est prononcé très fermement contre "l'ennemi froid", faisant du Parti communiste chinois la principale cible de ses accusations.

 

Il s'agit du prochain cycle de relations entre les États-Unis et la Chine après la guerre commerciale qui a été lancée plus tôt par les États-Unis. Cela signifie que la confrontation acquiert une nouvelle qualité : en Amérique, ils considèrent la Chine non seulement comme un concurrent économique, mais aussi comme un adversaire idéologique du monde capitaliste, dont ils sont les leaders.

 

Les États-Unis répètent pratiquement la stratégie politique de G. Truman, qui a lancé après la Seconde Guerre mondiale la doctrine de l'endiguement du communisme, qui s'est ensuite transformée en doctrine de rejet du communisme d'Eisenhower et s'est terminée par la doctrine de destruction du communisme de Reagan.

 

Les initiatives américaines auraient pu s'expliquer par la rigidité de la course électorale de Trump et Biden, mais les actions des partis montrent qu'il ne s'agit pas seulement de l'élection présidentielle. La guerre commerciale a également été assez dure et la Chine a très bien réagi aux mesures de sanctions imposées par les États-Unis aux producteurs et investisseurs locaux. Aucun des deux camps n'a obtenu de supériorité dans la guerre commerciale, les deux économies ont souffert et un cessez-le-feu a été déclaré.

 

Nous voyons maintenant les parties au conflit rassembler leurs forces, former des alliances et des coalitions militaires. Ces circonstances augmentent sérieusement le risque d'une guerre chaude. Les États-Unis établissent une présence militaire près des eaux de la Chine, provoquant des incidents et alimentant les conflits entre la Chine et ses voisins.

 

La vieille technique américaine n'est pas de créer et de participer au conflit lui-même, mais de le faire par l’intermédiaire de ses satellites. Récemment, par exemple, Taïwan a abattu le dernier avion de chasse chinois Su-35, qui aurait violé l'espace aérien de Taïwan. Le pilote a été fait prisonnier. Taïwan n'avait jamais permis qu'une telle chose se produise auparavant.

 

La Chine, guidée par une sagesse ancienne : "ne fais jamais ce que ton ennemi veut", s'est limitée à une note de protestation. Les destroyers américains ont commencé à passer par le détroit de Taïwan, les Chinois ont protesté. Il y a eu des affrontements entre les militaires indiens et chinois dans les zones frontalières de conflit, les Chinois ont insisté sur une trêve. Tout cela souligne la réticence de Pékin à s'engager dans une guerre avec l'Amérique.

 

Dans le même temps, la Chine prend fortement le pas sur les intérêts économiques et politiques des États-Unis, ainsi que sur les communications et les technologies mondiales. Et les Américains comprennent clairement que leur leadership prendra fin bientôt si le dragon chinois n'est pas arrêté. Avec la fin du leadership, l'ère de la domination du dollar et de l'existence des États-Unis en tant qu'État pourrait prendre fin.

 

Mais jusqu'où l'élite américaine est-elle prête à aller pour tenter d'arrêter la Chine ? Eh bien, ce n'est pas encore clair. Premièrement, parce que la classe dirigeante aux États-Unis est très hétérogène. Il est important pour les propriétaires de capitaux financiers de préserver le dollar, et non le pays. A tout prix, même la perte du leadership américain. Biden dit déjà qu'il va retrouver de bonnes relations avec Pékin lorsqu'il sera président. Pour les partisans de Trump, la devise est "L'Amérique d'abord".

 

Quelles sont les mesures pratiques que les parties au conflit hybride prennent en dehors de ce qui précède ? Je mettrais la mobilisation de leurs propres forces et de celles de leurs alliés au premier plan. Les États forment rapidement une nouvelle configuration de l'alliance (de civilisation) anglo-saxonne, qui comprend le Canada, la Grande-Bretagne, l'Australie, la Nouvelle-Zélande et Israël. En outre, une alliance militaire est prévue - les États-Unis, l'Inde, le Japon, la Corée du Sud (OTAN de l'Est). Une tentative de création d'une "mini-OTAN du Moyen-Orient" dirigée par l'Arabie saoudite s'intensifie. Dans le même temps, Washington déploie l'opposition chinoise interne à Hong Kong (les services de renseignements britanniques y travaillent), dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang (la Turquie est responsable de cette région), dans certaines provinces du sud de la Chine (internationale financière et CIA). Le Département d'État américain forme un mouvement dissident contre le Parti communiste de Chine et le régime communiste.

 

La Chine, à son tour, est responsable des actions des États-Unis. D'abord, elle mobilise ses diasporas en Amérique, en Europe et en Asie du Sud-Est. Elle intensifie son travail en Amérique latine et nous pouvons nous attendre bientôt à une montée du sentiment anti-américain dans la région, qui affectera sans aucun doute le comportement des Latino-Américains aux États-Unis mêmes. Une étape importante est la promotion du "pacte de coopération" avec l'Iran, auquel Pékin a alloué plus de 400 milliards de dollars. Des investissements importants seront consacrés au développement des infrastructures (y compris militaro-stratégiques) et à l'énergie. Pour l'instant, l'Iran refuse une présence militaire chinoise sur son territoire et transfère une de ses îles à la Chine. Mais la Chine obtient un accès direct au golfe Persique, ainsi que des relations spéciales avec la Syrie et l'Irak et un moyen de pression sur la Turquie et l'Arabie Saoudite (alliés des Etats-Unis).

 

Il convient d'ajouter qu'il y a quelques jours, lors d'une visite dans la province de Guangdu, dans le sud de la Chine, le chef de la Chine, s'adressant aux militaires, a déclaré qu'il est aujourd'hui nécessaire "de concentrer toutes les pensées et les forces sur la préparation de la guerre et la garantie d'un état d'alerte élevé. D. Trump et M. Pompeo ne sont pas non plus timides en termes forts.

 

Si l'on parle de l'aspect économique de la guerre hybride mondiale, la Chine surpasse sérieusement les États-Unis en termes de rythme de développement et de volume de ses activités scientifiques et de production. En ce qui concerne la production d'acier, la Chine dépasse les États-Unis à 11 reprises (le volume mondial de production est de 1,8 milliard de tonnes, la Chine de 1 milliard - 54 %, les États-Unis de 87,9 millions de tonnes), l'énergie électrique - Chine 7504,9 terawat/heure ou 28 % de la production mondiale, les États-Unis - 4401, 3. Ciment : Chine - 2,323 milliards de tonnes, États-Unis - 0,085. En retard à 27 reprises. Machines : Chine - 30 % de la production mondiale, États-Unis - moins de 6 %.

 

La Chine contrôle la production et l'offre mondiales de terres rares - 71 % et 78 %, respectivement, du volume mondial. La Chine investit plus dans l'éducation et la science que tout autre pays au monde. Même aux États-Unis, plus d'un tiers des étudiants étrangers sont chinois. La Chine a plus que doublé le nombre de chercheurs par rapport aux États-Unis, ainsi que le nombre de brevets.

 

Quant au ratio "soft power" (qui sera probablement le principal calibre dans la prochaine guerre hybride), la Chine est au moins aussi bonne que l'Amérique. Il y a deux mille cinq cents ans, les Chinois avaient une théorie bien établie d'une telle guerre. Le grand Sun Tzu en était l'auteur. Voici quelques-unes de ses thèses : "La guerre est un chemin continu de ruse" ; "Cinquante fois pour s'engager dans une bataille et cinquante fois pour gagner, ce n'est pas une victoire. Se battre cent fois et gagner cent fois n'est pas une victoire. Gagner sans s'engager dans une bataille est une victoire".

 

Le monde est donc à la veille d'une grande bataille. Mais la question se pose, où se trouve la Russie dans cette guerre, quel est son rôle et de quel côté est-elle ? Aucune des deux parties ne nous appelle des alliés, nous sommes très peu fiables. Les Américains se contentent de susciter une série de conflits le long du périmètre des frontières de la Fédération de Russie - l'Ukraine, le Caucase, la Biélorussie, l'Asie centrale, la Moldavie est la suivante, les conflits internes. Ils bloquent l'approvisionnement de l'Europe en gaz et en pétrole et renforcent les sanctions. La Chine nous considère comme une logistique et une installation de production militaire. Et comment allons-nous aider la Chine ? Les armes nucléaires ne comptent pas, elles ne seront pas utilisées dans une guerre hybride, et nous n'avons pas d'autres moyens importants, ni d'alliés (le bataillon arménien et la compagnie kirghize affectés à l'OTSC - pas une force, mais seulement un symbole). Il est triste que l'Inde et l'Iran aient perdu. Ils étaient de véritables alliés. Mais la brutale tromperie de l'Inde pour lui fournir un porte-avions comme navire amiral de la marine indienne et son refus de produire conjointement des moyens modernes de lutte armée, ont fait leur part : l'Inde est partie en Amérique. L'Iran a été plus d'une fois rejeté et le Conseil de sécurité des Nations unies a voté les sanctions américaines contre Téhéran, a refusé (à la demande d'Israël) de fournir des complexes de défense aérienne S-400 et d'autres armes défensives, a refusé, dans le cadre d'actions conjointes visant à protéger la Syrie, le principe de l'intégrité territoriale, a permis aux Américains et aux Turcs d'occuper une partie du territoire syrien et a permis à Israël de bombarder librement les installations syriennes.

 

Ce n'est pas un adieu en géopolitique.

 

Leonid Ivashov

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :