Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Sergey Pisarev : "Le transhumanisme" est la mort de l'humanité. (Club d'Izborsk, 9 décembre 2020)

10 Décembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Opération Coronavirus, #Philosophie, #Russie, #Sciences, #Société

Sergey Pisarev : "Le transhumanisme" est la mort de l'humanité.  (Club d'Izborsk, 9 décembre 2020)

Sergey Pisarev : "Le transhumanisme" est la mort de l'humanité.

 

9 décembre 2020.

 

https://izborsk-club.ru/20342

 

 

Récemment, les publications ont commencé à apparaître de plus en plus souvent dans l'espace médiatique, et le sujet de la réalisation humaine de l'immortalité personnelle est activement discuté. Si c’était auparavant dans la section « Fiction », maintenant cette idée est de plus en plus basée sur diverses réalisations scientifiques. Parmi elles - le décodage du génome humain et le génie génétique, les expériences sur le clonage, le numérique et les nanotechnologies. Est-il possible d'atteindre l'immortalité par des moyens purement techniques ? L'humanité a-t-elle besoin de tels progrès ?

 

Les surhommes immortels.

 

Les discussions les plus actives se tiennent sur le thème de l'immortalité de la personnalité humaine par les réalisations scientifiques parmi les partisans du transhumanisme. Ils la considèrent, la personnalité, comme un « caillot d'impulsions informationnelles », qui peut en principe être enregistré, stocké et transmis à d'autres supports après « l’usure » de la coquille physique (c'est-à-dire le corps) de l'homme. La réalisation de l’« immortalité » scientifique a deux directions. Le premier est biologique, basé sur le clonage humain. Le second - basé sur l'utilisation de l'information numérique et des nanotechnologies.

 

Dans ce cas, l'être humain est semblable à un ordinateur, qui possède un « hardware » (corps) et un « disque dur » (cerveau) - un support d'information. Les trans-humanistes et les partisans de leurs scientifiques soutiennent qu'en fournissant une « copie » complète de ce qui s'est accumulé dans le cerveau humain au cours de sa vie, il est possible de déplacer ce dossier vers une autre enveloppe physique ou un corps cloné, ce qui lui confère l’ « immortalité ».

 

Et l'âme ?

 

L'âme, ou du moins un complexe moral-éthique, les transhumanistes ne sont pas intéressés. Selon eux, cette substance n'existe tout simplement pas. Et s'il y a quelque chose, alors c'est un certain « nuage d’informations », qui, comme tout ce qui existe dans l'Univers, est soumis aux lois physiques ordinaires.

 

Comme vous le savez, il existe un autre point de vue sur ce sujet, plus traditionnel, pour ainsi dire « non scientifique » et « non à la mode ». Elle procède du fait que la personne humaine est avant tout l'âme. Afin de discuter de ce sujet, nous devrons utiliser partiellement la terminologie des transhumanistes, je m'excuse donc par avance pour ma « pseudoscience » et ma « pseudo-théologie » personnelles.

 

Lorsque la « coquille physique » (le corps) tombe en ruine et qu'un homme meurt, son âme « va au ciel » vers Dieu (dans l'ordre de « l'esprit supérieur » - selon les termes des athées), où elle se trouve jusqu'au « « Jugement dernier » selon la Bible. Mais Dieu ne s'intéresse à aucune âme, mais seulement à l'âme juste, remplie d’« images légères », l'âme de l'homme qui, durant sa vie, a fait le bien et a suivi les commandements connus de Dieu. De telles âmes sont acceptables pour Dieu. Si dans l'âme (ou « nuage d’information », selon le langage des transhumanistes) domine le « tableau d’information » négatif, qui s'est accumulé à la suite de l'activité pécheresse de l'homme, alors Dieu n'a pas besoin d'une telle âme. En langage moderne, il s'agit de spam, et ce « nuage d’informations » se retrouve dans la « poubelle ». Ou au diable, quand ils parlent de l'âme dans la langue habituelle.

 

Quel est le sens de la vie ?

 

Selon le révérend Séraphin de Sarov, le sens de la vie est l' "acquisition du Saint-Esprit". Le Vénérable l'explique ainsi : un être humain doit utiliser sa vie terrestre pour faire de bonnes actions, avoir des pensées pures et les rassembler dans la « tirelire » de son âme (pour former un « tableau d’information » positif de son « nuage d’information »). Et après la mort, Dieu (« Esprit supérieur ») considérera et estimera cette « « tirelire » et déterminera où l'âme (« nuage d’informations ») doit aller. « Les ordures et la saleté » n'ont aucun sens. Raison de plus pour la conserver à jamais.

 

De ce point de vue, on peut expliquer la nécessité de la confession religieuse. En termes informatiques, une confession est comme le nettoyage d'un disque dur du spam (l'âme - des actes et des pensées pécheresses qui y sont imprimées). D'ailleurs, les enfants de moins de sept ans sont autorisés à ne pas avouer - parce que leur « nuage d’informations » ne contient pas encore « de la saleté et des déchets ».

 

Le bien et le mal sont honteusement indifférents.

 

L'antagonisme entre la vision traditionnelle-religieuse (biblique) et scientifique-transhumaniste de l'immortalité est inévitable. Les qualités spirituelles, morales et éthiques de l’ « infocloud » (âme) n'ont pas d'importance pour le « transhumanisme ». Peu importe le nombre de personnes qui ont fait de mauvaises actions au cours de leur vie, ces informations négatives peuvent être stockées, « copiées » un nombre infini de fois lors du « passage à une autre coquille ». Tout pécheur ou même maniaque peut être reproduit à l'infini, sans aucune restriction.

 

Un autre point important. La technologie du transhumanisme est incapable de copier et de préserver des propriétés humaines telles que l'"amour", le "patriotisme", le "sens du devoir", etc. Il est impossible de "copier" les émotions. Les émotions et les sentiments sont l'état miraculeux de l'âme humaine qui nous est accordé par Dieu ("la raison supérieure"). Et comment ils apparaissent - aucune science ne pourra jamais les expliquer, encore moins les créer artificiellement. Deux hommes regardent une seule et même femme, mais dans l'un elle provoque "l'amour", et l'autre reste indifférent. L'un aime son pays pour une raison quelconque, est prêt à donner sa vie pour lui, l'autre est complètement indifférent, il ne se soucie pas de savoir où vivre. L'un se sacrifie pour sauver des ennuis quelqu'un qu'il ne connaît pas, l'autre se contente d'observer l'accident.

 

Pourquoi les sentiments ou les émotions naissent (ou ne naissent pas) - la science ne sait pas et ne peut jamais "copier" ces états. Mais ce sont ces "matières subtiles" qui sous-tendent nos actes, ce sont elles qui, pour une raison quelconque, sont importantes pour que Dieu décide du sort de chaque âme humaine dans l'Éternité.

 

Pour ceux qui pensent que c'est Dieu ("Esprit suprême") qui a créé la Terre et les hommes, il est évident que la composante spirituelle plutôt que corporelle est plus importante pour Lui dans l'homme. Si nous partons de l'idée du "transhumanisme"", alors le "réseau d'informations" personnel accumulé par l'homme pendant sa vie, enregistré sur son "disque dur" (cerveau humain) sera "copié", puis transplanté dans un nouveau corps, restant sur Terre pour toujours. En haut, "au ciel", rien ne se passera. Vous pourriez dire : "Et Dieu merci" ! Mais comment Dieu peut-il réagir à la réalisation d'un tel scénario ("Esprit supérieur") ? Une option est qu'il ne sera pas intéressé par un projet comme « L’humanité », et qu'il s'en détournera avec toutes les conséquences connues de l'Ancien Testament. Une autre option est la punition imminente de Dieu sous la forme du déluge ou le sort de Sodome et Gomorrhe. Dans les deux cas, la « nanobestialité » ne sauvera même pas les surhommes.

 

À mon avis, l'idéologie de la transhumanisation est une tentation du diable, une tentation d'atteindre l'immortalité de l'âme par la science, et non par l'accomplissement des commandements de Dieu. Une telle approche peut conduire à la destruction de l'humanité tout entière. Il n'est pas exclu qu'un petit nombre d’ « élus » puissent, d'une manière ou d'une autre, utiliser le « transhumanisme » pendant un certain temps, pour devenir des surhommes pendant une courte période. Mais on ne se moque pas de Dieu.

 

Toutes les recherches scientifiques ne sont pas sûres et inoffensives. Certains feraient bien de s'arrêter à temps. Ceci est enseigné par la loi morale au sein de l'homme, qui, selon Emmanuel Kant, est l'une des preuves évidentes de l'existence de Dieu.

 

 

Sergey Pisarev

 

http://rnk-concept.ru

Pisarev Sergey (né en 1960) - entrepreneur et personnalité publique, président de la Fondation russe des entrepreneurs, membre du conseil de coordination du mouvement public "Cathédrale des parents russes", membre permanent du Club Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :