Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Rouge et Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Valery Korovin : Un nouveau sourire de l'impérialisme (Club d'Izborsk, 29 décembre 2020)

29 Décembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Europe, #Guerre, #Politique, #Russie

Valery Korovin : Un nouveau sourire de l'impérialisme  (Club d'Izborsk, 29 décembre 2020)

Valery Korovin : Un nouveau sourire de l'impérialisme

 

29 décembre 2020

 

https://izborsk-club.ru/20471

 

 

Les exercices militaires de l'OTAN près des frontières de la Russie ont une orientation clairement anti-russe, le nombre de provocations augmente, a déclaré le chef de l'état-major général des forces armées russes, le général d'armée Valery Gerasimov. Selon Gerasimov, les budgets militaires de l'OTAN et leur potentiel militaire, y compris dans le domaine de la défense anti-missiles, continuent de croître.

 

Paradoxalement, c'est une bonne nouvelle pour la Russie. Non pas parce que la guerre est une bonne chose, bien que le philosophe allemand Friedrich Nietzsche l'affirme, mais parce que la préparation de l'OTAN à la guerre avec nous met définitivement tout à sa place. Si l'OTAN se prépare à une guerre avec la Russie, cela signifie qu'il n'y a plus d'ambiguïté dans les relations avec l'Occident en tant que civilisation dans son ensemble.

 

Il ne sert à rien de se moquer et de glousser des libéraux locaux, en disant "quelle sorte de sauvagerie" est-ce de voir l'Occident "civilisé" comme un ennemi ? Ou, comme nous l'entendons souvent des lèvres des jeunes admirateurs de l'Occident en particulier en réponse aux avertissements sur son agressivité : « Oh, qui a besoin de nous ? »

 

Non, ils seront probablement tout aussi soumis aux représentants des "peuples civilisés de l'Occident" au moment où ils se présenteront devant eux tout équipés lors des opérations. Eh bien, au moins maintenant, ils ne devraient pas confondre les Russes normaux et en bonne santé avec leurs hurlements. Qui pense que l'Occident est l'ennemi, mais les pleurs et les gémissements du public libéral qui se tord la main, nourri de films américains, sont quelque peu déroutants : peut-être, en effet, l'Occident n'est pas l'ennemi, mais juste si...

 

À ce stade, il est nécessaire d'inclure la réponse du chef d'état-major général des forces armées de la Fédération de Russie, le général d'armée Valery Gerasimov : « Les activités de formation des troupes de l'alliance, qui impliquent de plus en plus de pays non alignés, sont menées avec une orientation anti-russe clairement prononcée. On constate une augmentation des activités de provocation à proximité des frontières russes. » Et tout se remet en place.

 

L'Occident et son OTAN sont l'ennemi, et quel ennemi ! Même si nous avons complètement oublié notre histoire, oublié comment chaque siècle nous avons chassé les conquérants occidentaux de la terre russe, le souvenir du sang doit rester. Il ne reste plus qu'à faire taire les agents occidentaux, pour ne pas les mettre dans l'embarras. Se fermer, bien sûr, en douceur, démocratiquement - avec une mitaine de plumes russes ou un foulard de soie de la déconnexion et de l'ignorance informationnelle complète (pour cela, d'ailleurs, il faut d'abord être bien préparé - pas pire que pour une guerre chaude).

 

Bien qu'à un moment donné, lorsque les "Polonais"... je veux dire, non - lorsque les nouveaux agents libéraux de l'Ouest se sont assis au Kremlin et ont gouverné (ou plutôt - ont détruit l'État russe), la Russie était même amie avec l'OTAN. Ou plutôt, c'était notre élite libérale qui pensait que c'était en termes amicaux. Les dirigeants de l'OTAN ont enregistré la reddition, le retrait et l'auto-liquidation de l'élite russe des "saintes années 90". Comme d'habitude, les gens étaient d'un silence pessimiste.

 

Cette amitié a pris fin en 2008 après les événements d'Ossétie du Sud. Bien que la question de savoir si nous avons besoin de cette relation avec l'OTAN en général se soit posée beaucoup plus tôt.

 

Il n'est pas encore clair quels efforts la partie de l'OTAN entreprend pour encourager les dirigeants russes à reprendre la coopération du passé, si tant est qu'elle le fasse, mais le fait que l'armada de l'OTAN se rapproche à nouveau des frontières de la Russie est tout à fait évident.

 

Les événements d'août 2008 ont été une bonne occasion de mettre fin à toutes les relations avec l'Alliance de l'Atlantique Nord, qui a finalement été consolidée par l'expulsion de deux de nos diplomates accusés d'espionnage au printemps 2009. Peu après les manœuvres de l'OTAN en Géorgie et d'autres mesures inamicales, jusqu'à l'empilage de vieux équipements américains près de nos frontières dans les pays baltes sous prétexte d'exercices, il faut parler de la même chose.

 

Mais même cela n'était pas une raison pour écarter définitivement le thème de la coopération entre la Russie et l'OTAN. Le camp libéral continue d'émettre des avis sur la reprise de cette coopération. En réponse, pas plus tard que le 7 décembre 2020, les experts de The National Interest ont déclaré que "les relations entre la Russie et l'OTAN sont tellement tendues que toute mauvaise interprétation pourrait conduire les parties à une "guerre accidentelle".

 

Un peu plus tôt, le 3 décembre, le ministère russe des Affaires étrangères a exprimé son inquiétude quant à la constitution de forces militaires de l'OTAN en mer Noire, notant le nombre accru de visites de navires de l'OTAN dans les ports de la mer Noire des alliés et des "partenaires", de vols d'avions de reconnaissance et de drones le long des frontières russes. Maintenant, l'état-major a déjà annoncé la multiplication des provocations de l'OTAN près des frontières de la Russie, et cela se rapproche beaucoup plus d'une véritable guerre de l'OTAN contre la Russie.

 

Au contraire, le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, accuse la Russie de renforcer sa puissance militaire, notamment en Crimée. Et entre les deux, il dit que c'est la Russie qui a "attaqué" (avec l'aide d'un référendum démocratique en Crimée, apparemment) l'Ukraine, ainsi que la Géorgie (qui a attaqué qui, dit-il à Stoltenberg par Mikhaïl Saakachvili), violant l'intégrité territoriale de ces nouveaux "alliés" des Etats-Unis et de l'OTAN.

 

En réponse à cela, le chef du bloc agressif de l'OTAN Stoltenberg ferait bien de rappeler que les États-Unis, qui ont en fait créé l'OTAN pour "contenir la Russie", ont violé, par exemple, l'intégrité territoriale du Mexique en lui arrachant près de la moitié de son territoire historique. Par conséquent, tant la Russie que les pays de l'OTSC pourraient bien faire des efforts pour aider le gouvernement mexicain à restituer ces territoires illégalement, militairement, agressivement, pendant la guerre, les territoires retirés du Mexique.

 

En outre, la Russie et l'OTSC ont des intérêts dans la mer des Caraïbes car nos alliés le Venezuela et Cuba y sont présents, et étant donné les intérêts de la Russie et du Mexique à Cuba, il est impératif que nous renforcions la présence de la flotte militaire russe dans le Golfe du Mexique. C'est un point stratégiquement important pour nous, et la présence de la flotte militaire russe sur place répond aux intérêts de la Russie et des pays de l'OTSC.

 

En général, il est clair que c'est la Russie qui a rapproché ses frontières de façon inacceptable des bases de l'OTAN, et ils ne peuvent tout simplement pas penser autrement, mais il n'en reste pas moins que nos "partenaires" occidentaux oublient l'histoire de leurs campagnes contre la Russie chaque siècle.

 

Quant à nous, surtout après un avertissement très clair de la direction du département militaire russe, nous devons nous préparer à nouveau à la guerre. Et nous devons nous préparer non seulement au niveau du département militaire lui-même, mais aussi moralement, au niveau de la société en améliorant les technologies de réseau et d'information ainsi que les missiles hypersoniques et les systèmes de défense aérienne.

 

Il est nécessaire de se préparer à la guerre sur le plan de la vision du monde, de l'idéologie, de la culture (se libérer de l'occupation culturelle occidentale) et de l'idéologie. En purgeant les agents occidentaux et libéraux de l'élite russe et de la communauté des experts et de l'information. Dans les conditions de la guerre, elle nous causera d'énormes dégâts, nous frappant de l'intérieur. C'est-à-dire qu'il est nécessaire de se préparer sérieusement à la guerre et ce, à tous les niveaux. Cela, bien sûr, si nous voulons vraiment la paix.

 

Valery Korovin

 

http://korovin.org

Valery Mikhailovich Korovin (né en 1977) est un politologue, journaliste et personnalité publique russe. Il est directeur du Centre d'expertise géopolitique, directeur adjoint du Centre de recherche sur les conservateurs au département de sociologie de l'Université d'État de Moscou, membre du Comité eurasien, directeur adjoint du Mouvement eurasien international, rédacteur en chef du portail d'information et d'analyse sur l'Eurasie (http://evrazia.org). Membre régulier du Club d’Izborsk.

 

Traduit ru russe par Le Rouge et le Blanc.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :