Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Vitaly Averyanov : Qui aspire à la domination du monde ? (Club d'Izborsk, 21 décembre 2020)

21 Décembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Economie, #Guerre, #Opération Coronavirus, #Philosophie, #Politique, #Russie

Vitaly Averyanov : Qui aspire à la domination du monde ?  (Club d'Izborsk, 21 décembre 2020)
Vitaly Averyanov : Qui aspire à la domination du monde ?  (Club d'Izborsk, 21 décembre 2020)

Vitaly Averyanov : Qui aspire à la domination du monde ?

 

21 décembre 2020

 

https://izborsk-club.ru/20406

 

 

Mozhegov V.I. Guerre civile mondiale. - Moscou : Rodina, 2021. - — 224 с. - (Série "Thriller documentaire").

 

Dans ce livre extrêmement populaire du brillant écrivain et analyste Vladimir Mozhegov - fruit de ses nombreuses années de recherche conceptuelle, une sorte de théorie de la mutation du monde occidental, sa capture au sein du mouvement subversif de gauche-libéral, qu'il ne définit pas de manière politiquement correcte comme une secte. Cette secte a commencé son ascension avec la révolution contre-culturelle et sexuelle au milieu du XXe siècle, puis, grâce à la maîtrise des médias et des universités, elle s'est progressivement imposée dans le courant politique dominant.

 

Le livre se lit comme un véritable roman policier intellectuel, et il n'est pas surprenant qu'il soit sorti dans la série des documentaires policiers. Ce que l'auteur nous présente n'est pas une recherche historique abstraite, mais une base pour expliquer les causes et la profondeur des processus qui se déroulent aujourd'hui aux États-Unis et dans d'autres pays, où les agents de la puissante "secte de gauche" occupent des positions extrêmement influentes. Le livre de Mozhegov explique bien le contexte des événements actuels, y compris les événements de la fatidique année bissextile 2020, qui restera longtemps gravée dans la mémoire de ceux qui l'ont vécue.

 

L'analyse de l'auteur est illustrée par une grande quantité de documents factuels provenant de sources américaines, qui ont été mis pour la première fois à la disposition du lecteur russe.

 

Le caractère révolutionnaire de notre époque, selon Mozhegov, est que le secret devient manifeste. Cela signifie que la stratégie latente de l'école de Francfort, selon laquelle la révolution doit se faire progressivement, de sorte que la grenouille, assise dans une marmite qui chauffe lentement, ne remarque pas comment on la fait bouillir, a été contrecarrée.

 

L'un des principaux facteurs qui a révélé les dessous de cette révolution, selon Mozhegov, a été le "cygne noir" de Donald Trump. "Trump est un vrai traditionaliste conservateur", écrit l'auteur, "un os du peuple américain, un représentant de la majorité silencieuse. Grâce à Trump et au Trumpisme, qui a gagné un temps aux États-Unis, "le travail de construction des nouveaux étages de la tour mondiale de Babel a été gâché. De plus, le succès de Trump a encouragé les mouvements nationaux et populistes d'Europe qui, à leur tour, ont commencé à s'attaquer aux structures supranationales du Parlement européen, et les empires traditionnels ont recommencé à relever la tête".

 

Mozhegov n'appartient pas à la catégorie des dénonciateurs de l'Occident "maudit" ; il est sympathique à l'homme occidental, européen et américain, dans leur forme traditionnelle. Cela dit, la majorité conservatrice silencieuse de ces pays a longtemps manqué d'une représentation adéquate en politique. Elle n'existe plus, selon Mozhegov, depuis l'époque de de Gaulle et Adenauer en Europe et de Nixon aux États-Unis. Voici maintenant l'ère de la "nouvelle normalité".

 

"Et pourtant," lit-on dans ce livre, "le monde est encore en grande partie normal. L'Amérique des ploucs est toujours normale. L'Europe - loin des métropoles - est toujours normale". Ailleurs, Mozhegov partage ses impressions : "Après avoir parcouru l'Europe en voiture et parlé aux gens, vous vous rendez compte : la seule chose qui manque aux gens normaux ici pour commencer à se battre et à expulser l'abomination du multiculturalisme de leur terre est un point d'appui".

 

Il s'ensuit que Donald Trump pourrait bien être un tel pivot (si l'on exclut les discussions sur le "retournement conservateur" tant attendu de la Russie). L'auteur, en tant qu'américaniste professionnel, voit les racines du Trumpisme profondément dans l'histoire des États nord-américains - où pendant des siècles, des postes clés ont été occupés par ces politiciens qui croyaient que l'Amérique était autosuffisante - les soi-disant isolationnistes, ou non-interventionnistes. C'est leur slogan - "America First" - que Trump a écrit sur sa bannière.

 

Il est difficile de ne pas être d'accord sur le fait que le non-interventionnisme va absolument à l'encontre de l'expansionnisme américain caractéristique des démocrates et des républicains actuels, tant Roosevelt pendant la Seconde Guerre mondiale que les deux Bush dans l'ère post-soviétique. En fait, il s'agit d'un défi lancé aux néoconservateurs ainsi qu'aux néolibéraux américains, qui sont tout à fait alignés sur cette question - leur dévouement au service des sociétés transnationales et leur volonté de mettre les États-Unis au service d'une oligarchie financière mondiale.

 

La différence entre Trump et la plupart de ses adversaires est qu'il n'a pas eu à répondre à l'establishment oligarchique pendant l'élection parce qu'il est un politicien financièrement indépendant. Et ses allusions ont été comptées par des millions d'Américains lorsqu'il a déclaré : "Nous allons assécher le marécage de Washington et le remplacer par un nouveau gouvernement - un par le peuple, réalisé par le peuple pour le peuple..." Et aussi lorsqu'il a fait entendre ces mots aux démolisseurs de monuments : "C'est le nouveau fascisme d'extrême gauche, qui exige une allégeance absolue à lui-même. Si vous ne parlez pas sa langue, n'accomplissez pas ses rituels, ne récitez pas ses mantras et n'obéissez pas à ses préceptes, vous serez censuré, exilé, mis sur liste noire, persécuté et puni. Ne vous y trompez pas, cette révolution culturelle de gauche est destinée à renverser la révolution américaine... Ils sont déterminés à démolir toute statue, symbole et mémoire de notre patrimoine national..."

 

Comme condition préalable à l'influence que le mouvement de gauche-libéral a acquise dans le monde occidental moderne, Mozhegov indique la re-subordination économique progressive des États à des structures spécifiquement créées pour la "gouvernance démocratique" - les banques centrales nationales. C'est ce que montre de façon claire et convaincante le livre sur l'exemple de l'Allemagne de Weimar qui, grâce au "Plan Dowes", a servi le fabuleux enrichissement de plusieurs clans bancaires de Wall Street. Ils ont créé un mécanisme qui leur permettait, d'une part de prêter à l'Allemagne, d'autre part de recouvrer les dettes avec intérêts des États victorieux qui recevaient des réparations allemandes. Tout ce "manège" a finalement eu deux conséquences : la Grande Dépression des années 1930 et l'arrivée au pouvoir de Hitler en 1933.

 

Selon Mozhegov, quelque chose de similaire se produit aujourd'hui, mais peut-être sous une forme légèrement différente : "Selon diverses estimations, l'imprimerie centrale de la planète a imprimé et jeté jusqu'à 4 000 milliards ( !) de dollars pendant cette période (c'est-à-dire 2020 - V.A.) sur le marché financier (ou, plus précisément, l'a distribué à ses banques et aux multinationales), qui doivent servir à "entretenir le pantalon", c'est-à-dire l'achat total de biens mondiaux fortement dépréciés - si on les traduit dans le langage commun de l'humanité.

 

La victoire décisive du groupe libéral de gauche a été son offensive d'après-guerre dans la sphère culturelle et médiatique, où il a réussi à saper la domination de la majorité conservatrice. Grâce à une armée d'hommes de relations publiques et de publicité basée sur Madison Avenue, ils ont réussi à façonner une "société de consommation" terriblement vide. A travers les révolutions de la sexualité et de la drogue, un monde de pornographie et de décadence spirituelle. Grâce à la reprise des universités, les libéraux ont pu former des générations entières d'intellectuels américains, ce qui a eu un effet différé à la fin du XXe siècle, lorsque l'élite est devenue un "autre peuple" par rapport aux masses de son peuple. Cet autre peuple est appelé de différentes façons - par exemple, "le nouveau clergé", "le nouveau sacerdoce", parce qu'il défend ses valeurs et ses dogmes politiquement corrects avec une ferveur véritablement religieuse. Pour être plus précis - avec le fanatisme sectaire, comme on l'a dit...

 

Des processus similaires, et quelque part en avance sur les processus américains, ont eu et ont encore lieu en Europe occidentale. C'est pourquoi l'arrogance a effrayé de nombreuses personnes au sein de l'Union européenne.

 

En lisant le livre "La guerre civile mondiale", le lecteur dubitatif comprend enfin ce que, dans leur essence la plus profonde, les valeurs démocratiques et les gains de la démocratie ne sont rien d'autre que les valeurs et les gains des "sacs d'argent" qui manipulent les sentiments et les loyautés de la société de masse avec abandon et sans contrainte. "Défendre la démocratie", un slogan clé du Département d'État américain, ne signifie rien de moins que défendre le droit du capital à contrôler le cerveau de millions de personnes. Et divers moyens sont utilisés pour contrôler les cerveaux : le remplacement de l'église traditionnelle par un réseau de "scientifiques" psychanalytiques, de pasteurs représentés par CNN et de monstres du monde numérique, les soi-disant MAGFA (Microsoft, Apple, Google, Facebook, Amazon), l'intimidation par les peurs apocalyptiques et les monstres des pays de l'"axe du mal", la construction de causes de guerre, comme Pearl Harbor, le 11 septembre, sans parler de petits trucs frauduleux comme le "tube à essai de Powell", et de nombreux etc.

 

Aujourd'hui, l'un des chefs de file de cette tendance, l'odieux milliardaire George Soros, auquel le livre fait une large place, soutient presque ouvertement le réseau d'Antifa et les groupes nihilistes radicaux. Le soutien caché de l'oligarchie et omniprésente dans de nombreuses villes américaines, Black Matter. Plate-forme de formation mondiale Open Society University Network, Soros utilise, comme l'écrit Mozhegov, "pour promouvoir le mouvement climatique, la lutte contre les gouvernements autoritaires", ainsi que pour protéger les intérêts des "groupes défavorisés" (minorités sexuelles, nationales, religieuses). Cette armée de soutien des "progressistes" de gauche.

 

D'un point de vue historique, Mozhegov soutient l'interprétation fondamentale des guerres mondiales, selon laquelle elles ont été motivées par la confrontation entre la Russie et l'Allemagne - les rivaux les plus dangereux du monde anglo-saxon. À l'appui de cette interprétation, Friedman est cité dans un discours prononcé en 2015 par le directeur de l'agence Stratfor, où il admet que la principale tâche de la géopolitique américaine au cours des cent dernières années a été d'empêcher une alliance entre la Russie et l'Allemagne.

 

L'ouvrage contient également une évaluation claire de la "pandémie de COVID-19" - l'auteur note les statistiques passées sous silence ainsi que les statistiques régulièrement déformées : "Le profil de mortalité de COVID-19 est similaire à la mortalité naturelle, comme le montrent pratiquement toutes les cartes de mortalité dans tous les pays du monde". Mozhegov estime que le déclenchement de cette "pandémie de peur et de panique" est un point de bifurcation critique. Et cela donne à la Russie une chance exceptionnelle de sortir de son piège historique et de retrouver sa pleine souveraineté.

 

Mais pour que cela soit possible, il faut avoir une vision claire de ce qui se passe dans le monde. Ce livre apporte une contribution majeure non seulement à l'élargissement de nos horizons, mais aussi à la clarification des fondements de notre vision du monde et à la reconstruction des liens évidents qui se cachent sous la face cachée. Et, finalement, conduit le lecteur à la question centrale : qui aspire aujourd'hui à la domination du monde, et que faut-il faire pour résister à ces aspirations ?

 

 

Vitaly Averyanov

http://averianov.net

Averyanov Vitaly Vladimirovich (né en 1973) - Philosophe russe, personnalité publique, directeur de l'Institut du conservatisme dynamique (IDC). Docteur en philosophie. Il est membre permanent et vice-président du Club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc

Vitaly Averyanov : Qui aspire à la domination du monde ?  (Club d'Izborsk, 21 décembre 2020)

Résumé du livre " guerre civile Mondiale"


Vladimir Mozhegov est un publiciste populaire, écrivain, futurologue. Dans son nouveau livre, il montre comment l'ordre mondial établi s'effondre. Dans le monde, la guerre "tous contre tous" commence, dit Mozhegov, et aux États-Unis, elle a déjà commencé. Les troubles raciaux, les discours des migrants, la lutte des néolibéraux, de l'extrême gauche et d'autres groupes politiques influents contre le gouvernement, les sentiments séparatistes - tout cela gagne du terrain et, dans un proche avenir, une "nouvelle guerre civile" éclatera déjà à l'échelle mondiale.
Le livre est également précieux en ce qu'il contient une grande quantité de matériel réel provenant de sources américaines, grâce à l'auteur pour la première fois disponible au lecteur russe.

https://www.labirint.ru/books/773735/

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :