Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Vladimir Ovchinsky : Fukuyama: une compréhension tordue de la démocratie en 2020 (Club d'Izborsk, 17 décembre 2020)

17 Décembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Opération Coronavirus, #Philosophie, #Politique, #Russie, #USA, #Société

Vladimir Ovchinsky : Fukuyama: une compréhension tordue de la démocratie en 2020  (Club d'Izborsk, 17 décembre 2020)

Vladimir Ovchinsky : Fukuyama: une compréhension tordue de la démocratie en 2020

 

17 décembre 2020

 

https://izborsk-club.ru/20386

 

 

À la veille du nouvel an 2021, Francis Fukuyama, l'auteur de "La fin de l'histoire", a décidé de surprendre la communauté scientifique et analytique avec une nouvelle vision de la démocratie dans le monde. Il a publié ses réflexions dans les pages du Wall Street Journal (15.12.2020).

 

Le sophiste affirme que « 2020 nous a apporté surtout de mauvaises nouvelles sur l'état de la démocratie mondiale. » Selon M. Fukuyama, "nous avons été confrontés à ce que l'expert en démocratie Larry Diamond appelle une "récession démocratique", alors que des régimes autoritaires fleurissaient et que l'État de droit était sapé - une situation qui, selon lui, pourrait dégénérer en une véritable dépression de l'ampleur de celle des années 1930". Bien sûr, ce faisant, Fukuyama pointe habituellement au niveau géopolitique vers deux grandes puissances autoritaires, la Chine et la Russie, qui "ont renforcé leur pouvoir et soutiennent agressivement les initiatives antidémocratiques dans le monde".

 

Cependant, selon Fukuyama, "les menaces les plus insidieuses proviennent des démocraties établies, où des dirigeants démocratiquement élus ont cherché à saper les ordres constitutionnels et l'État de droit". Il énumère ici près de deux douzaines de pays d'Europe, d'Asie et d'Amérique latine où l'état de la démocratie a connu des crises.

 

Fukuyama accorde une attention particulière aux pays où, selon lui, les phénomènes de crise de la démocratie ont rendu difficile le contrôle de la pandémie.

 

Le plus surprenant commence dans la deuxième partie de l'article, où Fukuyama réfléchit sur la crise de la démocratie aux États-Unis.

 

La démocratie, les services de renseignement, les tribunaux et les médias

 

Selon Fukuyama, Trump "a utilisé son mandat pour essayer d'affaiblir un certain nombre d'institutions de contrôle et d'équilibre, y compris le FBI, les services de renseignements, la fonction publique, les juges fédéraux et les médias grand public, que le président a continué à appeler "les ennemis du peuple américain". Pourtant, Fukuyama ne fournit aucune preuve de cette "atteinte" à la démocratie américaine.

 

Et la situation, en fait, semble bien différente. Le FBI et d'autres agences de renseignement ont adopté une position de non-ingérence dans les pogroms de l'été 2020 et dans la fraude électorale. Les juges aussi se sont écartés du principe selon lequel "cela ne relève pas de ma compétence".

 

Quant aux médias, ils se sont pratiquement tous unis contre le président sortant, au point de bloquer directement ses discours ou d'en déformer le sens. En même temps, ils ont soutenu tout phénomène destructeur. Il en va de même pour les plus grandes sociétés informatiques.

 

Démocratie et élections

 

Mais ce n'est pas tout ! Il s'avère, selon la logique de Fukuyama, que "l'attaque la plus grave contre la principale institution démocratique à ce jour est le refus de Trump d'admettre sa défaite dans sa course à la présidence de novembre avec Joe Biden et ses déclarations malhonnêtes selon lesquelles l'élection a été "truquée" ou entachée de fraude".

 

Pas la fraude massive et monstrueuse de l'élection présidentielle américaine de 2020, documentée par de nombreux témoignages oraux devant les tribunaux, les assemblées législatives des États, enregistrés à plusieurs reprises sur vidéo, confirmés par des calculs mathématiques, mais l'absence de reconnaissance des résultats de cette élection frauduleuse est, selon Fukuyama, un sérieux recul de la démocratie !

 

Quel niveau de perversité politique et scientifique !

 

Comme le professeur Victor Davis Hanson (Université de Stanford) le suggère dans l'article "Scars of 2020" de American Greatness (06.12.2020), la crise virale a permis aux démocrates de pratiquer la technologie des verrouillages autoritaires, de s'assurer de la faible résistance de leur peuple et d'introduire des changements jusqu'alors impossibles dans la procédure de vote qui facilitent considérablement la fraude électorale.

 

La grande majorité des électeurs aux États-Unis ont toujours voté le jour du scrutin, à l'exception des personnes malades, âgées ou occupées au travail, qui ont reçu des bulletins de vote par correspondance. Dans l'ancien système, l'électeur devait présenter une carte d'identité, faire vérifier son nom sur la liste électorale, puis être dirigé vers un isoloir, une urne ou une cabine de vote, l'ensemble de la procédure se déroulant en quelques heures.

 

Cette tradition a persisté pendant plus de deux siècles, mais en 2020, elle a été jetée sans cérémonie dans la poubelle de l'histoire et a introduit le vote par correspondance, longtemps rejeté en Europe parce qu'il est plus facile à falsifier. Étonnamment, les démocrates votent en masse par courrier, tandis que les républicains se traînent jusqu'à l'urne à l'ancienne.

 

Si les démocrates parviennent à remporter le second tour des élections sénatoriales du 5 janvier en Géorgie, ils feront adopter par le Congrès de nouvelles règles de vote fédérales, avec une prépondérance de lois électorales dans chaque État qui promettent de rendre permanent le chaos actuel.

 

Mais Fukuyama est apparemment parfaitement satisfait de ces changements dans le processus électoral. Il pense probablement qu'ils sont super-démocratiques. Il en va de même pour le bourrage criminel de centaines de milliers de bulletins de vote, le changement de logiciel sur les ordinateurs pour calculer les bulletins, et bien d'autres fraudes. En d'autres termes, tout ce qui vise à "gagner la démocratie" est acceptable. La fin justifie les moyens (un principe des satanistes et de l'ordre des jésuites) !

 

Démocratie et protestations

 

Parlant des réserves internes de la démocratie, Fukuyama s'exprime avec ravissement sur le rôle de la protestation dans son article. "Bien que la démocratie ait ses défauts", écrit le sophiste, « la résistance populaire mondiale aux dirigeants et aux gouvernements violents ou corrompus se poursuivra tant que les gens auront le droit de voter ou de protester. »

 

L'année 2020 en Amérique a effacé la distinction entre protestations et pogroms, protestations et voyous, protestations et émeutes.

 

Le professeur Hanson susmentionné écrit que tout au long de son histoire, il y a eu de violentes protestations en Amérique, dont beaucoup se sont accompagnées d'émeutes, de pillages, de meurtres et d'incendies criminels. Parfois, la police, la garde nationale et même les troupes fédérales ont succombé aux forces supérieures des hooligans. Dans la seconde moitié du XXe siècle, certaines parties des villes américaines, de Los Angeles à Detroit et Baltimore, sont devenues pendant un certain temps des zones interdites à la police, et seuls des éléments antisociaux y régnaient, écrit Hanson.

 

Mais les émeutes de l'été 2020 à Seattle, Portland, Washington et New York, suite à la mort du criminel George Floyd à Minneapolis, se sont distinguées des précédentes par trois aspects inhabituels.

 

Premièrement, les autorités démocratiques des différents États et villes n'ont fait aucun effort systématique pour mettre fin à la violence. Soit ils étaient "sympathiques" aux revendications des militants d'Antifa et du BLM, soit ils croyaient qu'une atmosphère de chaos et de troubles dans une présidence d'Empire, contribuerait au succès de Biden aux élections de novembre.

 

Il y a eu de rares occasions dans le passé où les autorités et la police se sont rangées du côté des criminels et leur ont permis d'enfreindre la loi et l'ordre en toute impunité. C'est ce qui s'est passé en 1921 lors des émeutes raciales de Tulsa, lorsque des justiciers blancs ont tiré sur des Noirs et brûlé leurs biens et que les autorités ont fermé les yeux.

 

En 1961, Bill Connor, à la tête de la Commission de la sécurité publique de Birmingham, en Alabama, permettait parfois aux marionnettistes de battre les noirs sans entrave. Mais les autorités se sont rarement écartées et ont laissé les choses aller, comme ce fut le cas cet été à Seattle, où les anarchistes ont installé sans entrave leur "zone autonome du Capitole". Les autorités ne sont intervenues que lorsque les corps ont commencé à être déplacés.

 

Deuxièmement, Hanson a écrit que lorsque les émeutiers, les pilleurs et les incendiaires étaient appréhendés par la police, très occasionnellement, les avocats locaux les laissaient simplement partir, apparemment en sympathie avec les slogans sous lesquels ils se battaient. En conséquence, le moral de la police s'est fortement détérioré. La détention d'un criminel évident commençait à ressembler à une perte de temps et d'argent, étant donné qu'il serait immédiatement libéré et ne serait jamais puni.

 

L'Amérique a développé une situation caractéristique du Tiers Monde. Sa justice a pris une forme déformée. Deux types de pillage - bon et mauvais - sont apparus. Deux types d'incendies criminels - autorisés et illégaux. La bonne et la mauvaise résistance à l'arrestation. Les rassemblements de masse qui violent la quarantaine et les rassemblements de masse pour lesquels des exceptions de verrouillage sont faites. Si des émeutiers et des pillards se taillent une place dans le centre-ville de Seattle, c'est légal, mais si un groupe de bars et de restaurants faisait la même chose pour servir les gens, ils seraient condamnés à une amende, fermés et probablement arrêtés.

 

Troisièmement, les maires démocrates se sont autoproclamés "révolutionnaires" et sont en guerre contre leur police, sans compter les tenues qui protègent leurs familles et leurs biens contre les manifestants mêmes qu'ils ont maintenant dans la loi. Autrefois, les dirigeants démocrates des villes et des États assuraient au moins aux citoyens qu'il y avait des conséquences à enfreindre la loi, et demandaient souvent une aide supplémentaire aux fédéraux pour disperser les émeutes.

 

Ce qui précède signifie une chose, résume Hanson : l'État de droit qui a existé jusqu'à présent aux États-Unis n'existe plus.

 

Démocratie et pandémies

 

Fukuyama s'intéresse également à la question centrale de l'agenda actuel. L'un des plus grands malentendus de la pandémie de coronavirus, écrit-il, est l'idée que les gouvernements autoritaires sont nécessairement meilleurs que les démocraties pour gérer les maladies et les infections. C'est une conclusion compréhensible, selon Fukuyama, si l'on compare les États-Unis et la Chine comme exemples de leurs formes de gouvernement respectives : dans le premier cas, un quart de million de personnes sont mortes (pour une population de 329 millions), tandis que dans le second, moins de 5 000 sont mortes (pour une population de 1,4 milliard).

 

Fukuyama fait référence aux démocraties qui ont réussi à contenir l'ampleur des décès dus à la pandémie. Mais la comparaison entre les États-Unis et la Chine l'emporte sur toute discussion sur les avantages de la démocratie par rapport à l'autoritarisme lors de telles crises.

 

Fukuyama conclut l'article en disant : "La démocratie mondiale devra faire face à de nombreux autres défis, car sa récession s'étend bien au-delà de 2021 et les gens commencent à se lasser des contraintes de la pandémie. Partout dans le monde, les gens ont peur, sont insécurisés et malheureux, et ce n'est pas une formule qui assure la stabilité politique et sociale. Mais nous devons nous rappeler que les crises précédentes ont parfois encore conduit à des changements positifs, exposant les échecs des mauvais dirigeants et créant une demande sociale de réforme.

 

L'année 2020 nous convainc du contraire : la démocratie mondiale est efficace dans la perturbation, mais incapable de protéger sa population dans les grands bouleversements.

 

 

Vladimir Ovchinsky

 

Vladimir Semyonovich Ovchinsky (né en 1955) est un célèbre criminologue russe, major général de milice à la retraite, docteur en droit. Avocat honoré de la Fédération de Russie. Ancien chef du bureau russe d'Interpol. Membre du Club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :