Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

DR STEFANO SCOGLIO: "LA PANDÉMIE INVENTÉE, LA NOUVELLE PATHOLOGIE DE L'ASYMPTOMATIE ET L'INVALIDITÉ DU TEST POUR LE COVID-19"

18 Janvier 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Opération Coronavirus

Candidat au prix Nobel de médecine : "Covid-19 ? Une pandémie fabriquée. Voici pourquoi".

Voici un article extraordinaire du Dr Stefano Scoglio, chercheur scientifique et candidat au prix Nobel de médecine en 2018. "Le virus n'a jamais été isolé et les tests pour détecter Covid sont truqués. Il n'y a pas d'augmentation de la mortalité, seulement des décisions politico-économiques dévastatrices et dictatoriales".

 

 

Nous publions un document extraordinaire du Dr Stefano Scoglio, chercheur et candidat au prix Nobel de médecine en 2018, qui explique que le virus n'a jamais été isolé et que les tests pour détecter le Covid sont falsifiés. Un document - qui a disparu du "radar" des journaux grand public et des journaux spécialisés dans les virus et la terreur -, que ByoBlu a couvert il y a quelques jours en interviewant exclusivement le chercheur. Le document cite des études et des publications qui sont encapsulées dans des notes que vous pouvez trouver en bas de page.

 

 

"LA PANDÉMIE INVENTÉE, LA NOUVELLE PATHOLOGIE DE L'ASYMPTOMATIE ET L'INVALIDITÉ DU TEST POUR LE COVID-19"

 

DR STEFANO SCOGLIO

Chercheur et candidat au prix Nobel de médecine en 2018

 

À l'heure actuelle, les décès attribués à Covid-19 sont réduits à des chiffres ridicules (mais toujours gonflés et exploités autant que possible par les médias corrompus). Le problème des "pandémiciens" est donc devenu de savoir comment étendre la fausse pandémie ? L'objectif principal est de le prolonger éventuellement au moins jusqu'à la prochaine élection présidentielle américaine, dans l'espoir que la fausse pandémie et la crise économique qui en résulte affaiblissent le président Trump et ses chances de réélection.

 

Leur rêve serait de prolonger indéfiniment la pandémie, car cela leur permettrait de remodeler la société dans le sens d'une civilisation politique tyrannique, sans liberté et avec des masses vivant dans la peur constante. Ils ont donc inventé la nouvelle pathologie de l'asymptomatie, qui consiste à obtenir un résultat positif à l'écouvillon Covid-19, même si vous êtes en parfaite santé.

 

En fait, la réalité a été encore pire, puisque le CDC a fait circuler en mai dernier une nouvelle définition d'un "cas probable" de Covid-19 : il suffit de vivre dans un État étiqueté par son gouverneur comme un état d'urgence pour Covid-19 (critères épidémiologiques) et d'avoir même une petite toux ou une combinaison de deux autres symptômes, tels que des maux de tête et des frissons, ou une raideur et une myalgie, pour être défini comme un "cas probable" de Covid-19, et donc être immédiatement assimilé à un cas confirmé de Covid-19. Ensuite, le nombre de positifs est multiplié en impliquant toutes les personnes avec lesquelles le cas Covid "probable" a été en contact.

 

Au cœur du projet sur la pandémie se trouve le test-écouvillon Covid, qui est basé sur la RT-PCR (Reverse Transcriptase- Polymerase Chain Reaction) : un échantillon de matière organique est prélevé dans la gorge, ou plus rarement dans le liquide broncho-alvéolaire, de la personne testée, puis soumis à une procédure de RT-PCR pour vérifier la présence du virus SRAS-Cov-2 dans l'échantillon. Il s'agit de la même méthodologie RT-PCR utilisée pour "isoler" le virus du patient zéro à l'origine. Par conséquent, le test Covid dépend essentiellement du fait que l'isolement initial du virus SRAS-Cov2 ait eu lieu ou non, car l'isolement initial du virus par PCR est l'étalon-or requis pour valider les tests Covid ultérieurs.

 

Les problèmes liés à l'isolement du virus original, et donc aux tests ultérieurs par écouvillonnage, sont nombreux, et tous indiquent la vérité sur le fait que le virus SRAS-Cov2 n'a jamais été isolé et n'a jamais été testé pour sa pathogénicité. Comme on le sait, à la base de la microbiologie, il y a les fameux Postulats de Koch, qui établissent les principes de bon sens de la recherche microbiologique : pour déterminer qu'un micro-organisme est la cause d'une maladie, il faut passer par 4 étapes fondamentales :

 

a) isoler physiquement les micro-organismes, par des méthodes de filtration, d'un patient malade ;

b) Cultiver les micro-organismes isolés dans un bouillon de culture ;

c) Injecter ce bouillon de micro-organismes dans un cobaye et évaluer si les symptômes générés par cette injection sont similaires aux symptômes du patient initial ;

(d) Isolez à nouveau le micro-organisme du patient nouvellement infecté et mettez-le en culture dans un bouillon de culture.

Ces postulats ont été appliqués à des micro-organismes vivants tels que les bactéries, mais parce que ce sont des postulats logiques, ils s'appliquent également à des "non organismes" non vivants tels que les virus, qui sont des particules non vivantes constituées d'un brin d'ARN (ou d'ADN) recouvert d'une enveloppe lipoprotéique (capside).

 

Bien qu'au moins un article ait été publié affirmant que les postulats de Koch ont été satisfaits, la réalité est que le virus SRAS-Cov2 n'a jamais été isolé et testé. J'ai examiné toutes les études qui prétendent avoir isolé et même testé le virus, mais elles ont toutes fait quelque chose de très différent : elles ont pris le liquide pharyngé ou broncho-alvéolaire des patients, puis l'ont centrifugé pour séparer les molécules plus grosses et plus lourdes des molécules plus petites et plus légères, comme précisément les prétendus virus ; elles ont ensuite pris le surnageant (le haut du matériel centrifugé) et ont appelé cette matrice extrêmement complexe "isolat de virus" à laquelle elles ont ensuite appliqué la RT-PCR. (1)

 

C'est assez technique, mais je vais essayer de simplifier : le surnageant contient différents types de molécules, des milliards de micro et nanoparticules différentes, y compris ce qu'on appelle des vésicules extracellulaires (VE) et des exosomes, des particules utiles produites par notre corps et absolument indiscernables des virus :

 

"De nos jours, il est presque impossible de séparer les vésicules extracellulaires et les virus par des méthodes canoniques d'isolement des vésicules, telles que l'ultra centrifugation différentielle, car ils sont souvent co-pelés (collectés ensemble) en raison de leur taille similaire"(2).

 

Alors, comment isoler un virus spécifique à partir de cet énorme mélange de milliards de particules impossibles à distinguer, qui comprend des exosomes bénéfiques ?

 

Eh bien, vous ne le faites pas, c'est impossible, et donc vous "recréez" le virus par RT-PCR : vous prenez deux amorces, deux séquences de gènes existantes disponibles dans les banques de gènes, et vous les mettez en contact avec le bouillon surnageant, jusqu'à ce qu'elles s'attachent (s'annulent) à un fragment d'ARN dans le bouillon, créant ainsi une molécule d'ADN artificielle, qui est ensuite multipliée par un certain nombre de cycles de PCR : Chaque analyse double la quantité d'ADN, donc en théorie, plus il y a d'analyses, plus la quantité d'ADN produite est importante ; mais plus le nombre d'analyses est élevé, plus la fiabilité de la PCR est faible, c'est-à-dire sa capacité à "produire" quelque chose d'important à partir du surnageant, quelque chose qui a un rapport avec le virus recherché : au-delà de 30 analyses, le résultat est essentiellement dénué de sens (comme l'a également déclaré l'un des plus grands experts mondiaux de la PCR, le prof. Stephen Bustin). Toutes les études, ainsi que les écouvillons actuels, utilisent toujours entre 35 et 40 passages.

 

La première question sans réponse est la suivante : les amorces sont constituées de 18 à 24 bases (nucléotides) chacune ; le virus SRAS-Cov2 est censé être composé de 30 000 bases ; l'amorce ne représente donc que 0,07% du génome du virus. Comment est-il possible de sélectionner le virus spécifique que vous recherchez à partir d'une amorce aussi minuscule, et en plus dans une mer de milliards de particules de type viral ? Ce serait comme chercher un éléphant en utilisant de minuscules poils de queue de couleur grise : en cherchant avec de tels poils gris, vous pourriez trouver des chats gris, des chiens gris, des humains gris, etc.

 

Mais il y a plus. Comme le virus que vous recherchez est nouveau, il n'existe manifestement pas d'amorces génétiques toutes faites qui correspondent à la fraction spécifique du nouveau virus ; vous prenez donc des amorces qui, selon vous, pourraient ressembler à la structure hypothétique du virus, mais ce n'est qu'une simple supposition, et lorsque vous appliquez les amorces au bouillon surnageant, elles peuvent s'attacher à n'importe laquelle des milliards de molécules présentes, et vous n'avez aucune certitude que ce que vous avez ainsi généré est le virus que vous recherchez. Il s'agit, en fait, d'une nouvelle création artificielle faite par les chercheurs, qui est alors appelée "virus SRAS-Cov2", mais il n'y a aucun lien avec le virus présumé responsable de la maladie.

 

La méthodologie standard de la RT-PCR souffre de problèmes fondamentaux, et c'est la raison pour laquelle ils essaient maintenant de développer une nouvelle technologie, appelée NGS (new generation sequencing), qui est cependant aussi pleine de limites, limites dont la plupart des chercheurs honnêtes sont conscients :

 

"Les méthodes les plus couramment utilisées basées sur la PCR nécessitent la connaissance des séquences génomiques du micro-organisme ; cependant, cette connaissance n'est pas toujours disponible. Un cas typique est celui des épidémies de pathogènes émergents ... Parce que l'amplification aléatoire/non biaisée amplifie les acides nucléiques de l'hôte en même temps que les acides nucléiques microbiens, la recherche d'acides nucléiques microbiens est comme chercher une aiguille dans une botte de foin".

 

Et cela, qui correspond à ce qui a été dit jusqu'à présent, s'applique à la fois à la RT-PCR et au NSG. C'est aussi parce que de nombreuses études ont montré que jusqu'à 95 % des particules virales présentes dans le corps des patients appartiennent au génome du patient lui-même :

 

"L'identification des acides nucléiques pathogènes dans les échantillons cliniques est compliquée par la présence de l'habituel fond d'hôte prépondérant ... Dans l'étude de Brown et ses collègues, seulement 0,4% du total lu pourrait être non attribué au génome humain"(3)

 

Ce qui confirme ma métaphore du liquide pharyngé ou broncho-alvéolaire du patient comme une mer de milliards de particules de type viral, dont la plupart, comme les vésicules extracellulaires et les exosomes, appartiennent au génome du patient.

 

Et cela soulève la question suivante : si vous n'avez aucune idée de ce qu'est le virus, de ce à quoi il ressemble, comment pouvez-vous dire qu'il est responsable de quoi que ce soit ? Cependant, les chercheurs chinois ont également essayé de prouver la pathogénicité du virus. Dans une étude chinoise spécifique (4), ils ont pris le surnageant de liquide pharyngé (le faisant passer pour un virus isolé), et l'ont injecté à des souris, en le comparant à un placebo. Maintenant, même s'il n'était pas isolé, s'il y avait effectivement un virus responsable de la maladie, il serait toujours présent en quantité significative dans le surnageant du liquide pathologique du patient. Par conséquent, une fois injectée à des cobayes, elle devrait encore produire des effets dévastateurs sur les animaux.

 

Mais le pire effet qu'il a produit a été une certaine "hérisson" et une réduction de poids minimale de 8 % (peut-être faudrait-il suggérer que le virus aide à perdre du poids ?); mais même ces effets minimes n'ont été obtenus que sur des souris génétiquement modifiées, alors qu'il n'y a eu absolument aucun effet sur des souris naturelles, non génétiquement modifiées ou "sauvages" (WT).  Cela signifie que le virus, s'il existe, est incapable de causer le moindre dommage à des souris normales, et donc à des humains normaux.

 

Les souris ont été génétiquement modifiées pour surproduire l'enzyme spéciale ACE2, dont la surproduction pourrait expliquer certains des légers symptômes observés chez les souris génétiquement modifiées (5).

 

Ce qui est certain, c'est que le soi-disant virus n'a produit aucun effet sur les souris normales (personnes normales). Et c'est l'étude la plus importante démontrant la pathogénicité du virus Covid-19, l'article par excellence publié dans la plus importante revue scientifique, Nature !

 

Comme ce virus n'a jamais vraiment été isolé, et qu'il n'y a donc pas d'étalon-or pour soutenir des études ou des tests supplémentaires, ni de norme pour les guider, chacun est libre de construire son propre virus privé SARS-Cov2 ! C'est pourquoi il y a maintenant, dans la banque de gènes du GISAID, l'organisme qui collecte et archive toutes les séquences génomiques, plus de 70 000 séquences de gènes du virus SRAS-Cov2, chacune prétendant être la vraie.

 

Pour s'adapter à cette folie, on nous dit maintenant que le virus mute, ce qui explique le grand nombre de séquences différentes. Mais est-il crédible que 70 000 structures géniques différentes correspondent toutes au même virus ? Ce serait comme si vous aviez un Jean, dont il existe 70 000 images différentes, dans chacune desquelles il ressemble à un homme, puis à une femme, puis à un chien, puis à un serpent, et ainsi de suite, mais vous voudriez me convaincre qu'ils sont tous et toujours Jean !

 

Cela soulève d'ailleurs une autre question très importante : si le prétendu virus mute au point d'avoir produit plus de 70 000 séquences génétiques différentes, lesquelles seront sélectionnées pour le vaccin ? Et comment le vaccin peut-il couvrir quoi que ce soit si les 69 999 autres séquences ne sont pas couvertes et que le virus, en tout cas, continue à muter constamment ?

 

Et nous en arrivons au problème de la mémoire tampon, le véritable moteur de cette pseudo-pandémie. Comme nous l'avons expliqué au début, le test par écouvillonnage utilise la même technique que celle que nous avons vue plus haut pour la pseudo-isolation, en commençant par le liquide présumé infecté du patient. Ce liquide est centrifugé, puis inséré dans le test prédéterminé qui doit incorporer le standard viral, c'est-à-dire le virus isolé. Mais si le virus n'a jamais été isolé, quelle est la norme utilisée ?

 

Diverses études ont mis en évidence de nombreuses mutations et variations entre différentes souches géographiques : un article, dont Robert Gallo fait également partie des auteurs, a constaté que des dizaines de mutations augmentaient au fil du temps, parallèlement à la propagation présumée du virus de l'Asie à l'Europe et aux États-Unis(6) ; un autre auteur a analysé 85 séquences génomiques différentes du SRAS-Cov2 disponibles au GISAID et a trouvé pas moins de 53 souches différentes du SRAS-Cov2 provenant de diverses régions de Chine, d'Asie, d'Europe et des États-Unis(7).

 

Alors, laquelle de ces souches virales le prélèvement recherche-t-il ? Si le virus est en constante mutation (en supposant et en ne concédant pas que le virus est là), alors le test est inutile, car il va chercher un virus qui est toujours plus précoce que celui qui circule actuellement. Cela suffirait pour comprendre que le test Covid-19 par écouvillonnage est complètement, à 100%, fallacieux !

 

C'est vraiment ce qui se passe dans la réalité. Le "test PCR de Drosten" et le test de l'"Institut Pasteur", les deux tests considérés comme les plus fiables (bien qu'aucun n'ait fait l'objet d'une validation externe), utilisent tous deux un test de gène E, bien que le test de Drosten l'utilise comme test préliminaire, tandis que l'Institut Pasteur l'utilise comme test définitif. Selon les auteurs du test de Drosten (8), le test E-gene est capable de détecter tous les virus asiatiques, étant ainsi à la fois très peu spécifique (toutes les souches de virus) et limité à une zone géographique (l'Asie). Là encore, le test de l'Institut Pasteur, l'un des plus largement adoptés en Europe, utilise le test du gène E comme test final, même si l'on sait désormais que le (ou les) virus SRAS-Cov2 que l'on pense circuler en Europe serait différent des virus asiatiques. Et puis en avril, l'OMS a modifié l'algorithme "...recommandant que dorénavant un test puisse être considéré comme positif même si seul le test E-Gene (qui détectera probablement tous les virus asiatiques !) donne un résultat positif" (9).

 

Il est clair que tout cela n'est bon qu'à alimenter les faux positifs et la panique sociale associée à l'explosion de la "maladie" de l'asymptomatie Covide ! Le fait que le test Covid-19 par écouvillonnage est susceptible de produire de nombreux faux positifs a déjà été constaté très tôt en Chine, lorsqu'un article (10) a été publié le 5 mars 2020 (faisant ainsi référence aux tests effectués en février) et faisant état d'un taux de faux positifs de 80,3 %. Il est intéressant de noter qu'après le déclenchement de la "pandémie", le journal chinois a retiré l'article !

 

Mais la sanction officielle de l'inefficacité et de la non-fiabilité totale du test Covid-19 est venue d'une arène inattendue, celle de l'Union européenne. Dans le document de travail de la Commission européenne du 16 avril, c'est-à-dire après le pic de la pseudo-pandémie, la Commission européenne déclare

 

"Des essais COVID-19 précis et réalisés en temps utile sont un élément essentiel de la gestion de la crise COVID-19 ... après avoir été mis sur le marché, les performances des dispositifs peuvent être validées, c'est-à-dire confirmées par des essais supplémentaires qui confirment les spécifications du fabricant, par exemple dans des laboratoires de référence, des institutions universitaires ou des organismes de réglementation nationaux. Une telle validation n'est pas légalement requise, mais elle est fortement recommandée pour la prise de décision en matière de santé publique"(11) .

 

On s'attendrait à ce qu'il y ait une norme, une méthodologie de test fondamentale qui soit validée et pré-autorisée. Ce n'est pas une marchandise laissée à la gestion du marché libre, mais un outil qui a été essentiel pour justifier le pouvoir des gouvernements d'imposer la pire fermeture dictatoriale des droits civils et économiques de mémoire d'homme ! C'est plutôt la situation décrite par la Commission européenne elle-même :

 

"Au total, 78 dispositifs basés sur la RT-PCR... 101 pour la détection des anticorps et 13 pour la détection des antigènes ont été évalués. “

 

Sur ces 78 appareils, dont certains sont importés de Chine, aucun n'a jamais été vérifié ou inspecté, et encore moins validé, à l'avance. Seuls 3, "...ceux de l'Institut Pasteur, de la Faculté de médecine de Hong Kong et de la Charité ont été validés en interne", c'est-à-dire certifiés comme valables par le fabricant lui-même, ce qui revient à dire que même ceux-là n'ont jamais été validés ou autorisés par un organisme indépendant ou gouvernemental. Aussi :

 

"L'information la plus cruciale en relation avec les méthodes RT-PCR pour détecter le SRAS-CoV-2 est la séquence des oligonucléotides (amorces et sondes) utilisés pour l'amplification de l'ADNc... à l'exception de quelques cas, nous n'avons pu trouver aucune information sur les séquences réelles des amorces et des sondes utilisées dans les appareils."

 

En d'autres termes, les appareils en circulation pourraient contenir toutes sortes de choses, pour autant que les autorités le sachent.

 

Et le même niveau de manque de fiabilité s'applique aux tests sérologiques ou aux tests d'anticorps, non seulement parce que, comme nous l'avons vu plus haut, plus de 100 types différents circulent sans aucune évaluation ou autorisation préalable, mais aussi parce que la base du test sérologique est la même limitation fondamentale qui affecte le prélèvement, à savoir l'absence de norme fiable due à l'absence d'isolement du virus. Quand on parle de sérologie, on parle d'anticorps, et tout le monde pense probablement qu'il existe des anticorps spécifiques pour chaque virus. Rien n'est plus faux : les anticorps que l'on trouve avec la sérologie ne sont que deux, et toujours les mêmes, les IgG et les IgM, ces dernières étant des réponses immunitaires précoces, tandis que les IgG sont générés plus tard. Maintenant, s'il n'y en a toujours que deux, comment savoir s'ils font référence au SRAS-Cov2 et non à un rhume, ou à un stress émotionnel, des ecchymoses, etc. Théoriquement, vous extrayez ces anticorps du sérum et les soumettez à la même méthodologie PCR que celle utilisée pour l'écouvillon, pour voir s'ils s'activent au contact du SRAS-Cov2. Mais comme, comme nous l'avons vu, le SRAS-Cov2 n'a jamais été isolé et n'est qu'une construction artificielle de laboratoire, le résultat sérologique est un simple jackpot, susceptible de s'activer ou non de manière aléatoire, sans relation réelle avec le virus présumé responsable de Covid-19.

 

Bref, nous avons confié la fin de notre liberté à de tels tests non contrôlés, jamais validés et jamais autorisés, qu'il s'agisse de prélèvements ou de tests sérologiques !

 

Tous les médias du monde crient que cette supposée pandémie a déjà causé plus de 750 000 décès. Nous savons que même ce nombre a été fortement gonflé : les décès de personnes très âgées (80 ans et plus) et très malades (2-3 maladies mortelles), morts de quelque pathologie grave qu'ils aient souffert, ont été attribués à Covid-19 uniquement parce que les patients, même après l'autopsie, ont été testés positifs au test peu fiable, voire sans aucun test.

 

Cependant, s'il y avait réellement 750 000 décès dus à la COVID-19, ils se situeraient clairement dans la fourchette normale du nombre de décès dus aux maladies respiratoires, comme le montre le graphique ci-dessous :

DR STEFANO SCOGLIO: "LA PANDÉMIE INVENTÉE, LA NOUVELLE PATHOLOGIE DE L'ASYMPTOMATIE ET L'INVALIDITÉ DU TEST POUR LE COVID-19"

Chaque année, comme le montrent ces statistiques officielles, près de 7 millions de personnes meurent de maladies respiratoires dans le monde. Les 750 000 décès attribués à Covid-19 au cours des 6 derniers mois, même s'ils devaient être doublés (ce qui est peu probable, puisque la mortalité actuelle due à Covid-19 est en forte baisse dans le monde entier), entraîneraient environ 1,5 million de décès, ce qui reste bien en deçà des près de 7 millions de décès par an dus à des problèmes respiratoires (et il est certain que les décès signalés dus à Covid étaient tous des décès qui auraient été classés comme des décès dus à des maladies respiratoires pendant les années Passat).

 

Et enfin, même les statistiques de l'UE confirment que le niveau actuel de mortalité est absolument normal :

DR STEFANO SCOGLIO: "LA PANDÉMIE INVENTÉE, LA NOUVELLE PATHOLOGIE DE L'ASYMPTOMATIE ET L'INVALIDITÉ DU TEST POUR LE COVID-19"

Fin juillet 2020, selon EuroMoMo, l'agence officielle qui supervise la mortalité au sein de l'UE, dans toute l'Europe, à l'exception d'une légère augmentation en Espagne et au Portugal, et y compris dans les pays théoriquement les plus touchés par la pandémie, comme l'Italie et le Royaume-Uni, il n'y a pas eu d'augmentation de la mortalité. Tout va bien, alors, n'était-ce pas pour les décisions politico-économiques dévastatrices et dictatoriales.

 

 

 

Notes

 

1 Zhu N et al, A Novel Coronavirus from Patients with Pneumonia in China, 2019, N Engl J Med. 2020 Feb 20 ; 382(8) : 727-733.

 

2 Giannessi F. et al, The Role of Extracellular Vesicles as Allies of HIV, HCV and SARS Viruses, Viruses 2020, 12, 571 ; doi:10.3390/v12050571, p.4.

 

3 Calistri A. Palù G., Unbiased Next-Generation Sequencing and New Pathogen Discovery : Undeniable Advantages and Still-Existing Drawbacks, Clinical Infectious Diseases, 2015 ; 60 (6):889-91, p.889.

 

4 Bao L. et al. The Pathogenicity of SARS-CoV-2 in hACE2 Transgenic Mice, Nature (2020) 10.1038/s41586-020-2312-y.

 

5 A titre d'exemple, l'enzyme ACE2 clive, ou dégroupe, l'hormone ghréline, qui est responsable de la stimulation de la faim, de sorte que la surproduction d'ACE2 peut diminuer la faim et contribuer à la perte de poids. Unger T, Ulrike M, Steckelings UM, dos Santos RA (eds.). The protective arm of the Renin Angiotensin System (RAS) : functional aspects and therapeutic implications, Academic Press. pp. 185-189.

 

6 Pachetti M. et al, Emerging SARS-CoV-2 mutation hot spots include a!novel RNA-dependent RNA polymerase variant, J Transl Med (2020) 18:179 https://doi.org/10.1186/s12967-020-02344-6

 

7 Phan Tung, Diversité génétique et évolution du SRAS-CoV2, Infection, génétique et évolution, 81 (2020), 104260

 

8 Corman VM et al, Detection of 2019 novel coronavirus (2019-nCoV) by real-time RT-PCR, Euro Surveill. 2020 Jan 23 ; 25(3) : 2000045.

 

9 Engelbrecht T, Demeter K., COVID19 Les tests PCR sont scientifiquement dénués de sens, 27 juin 2020, p . 21 . https://off-guardian.org/2020/06/27/covid19-pcr-tests-are-scAR3G6Fuq8C8XW7szL43scbKOYFx78irq52A6ZQCRdZmPMWiHTqD_2jv4Zo

 

10 Zonghua Letal, Potential false-positive rate among the 'asymptomatic infected individuals' in close contats of COVID - 19 patients , 2020 Mar 5;4 1( 4):485-488. doi : 10 . 3760 / cma.j.cn112338-20200221-00144

 

11 Commission européenne, Document de travail des services de la Commission, Performances actuelles des méthodes d'essai COVID-19.

 

 

Traduit de l’italien par Le Rouge et le Blanc

 

Source: https://www.secondopianonews.it/news/salute/2020/09/19/candidato-nobel-per-la-medicina-il-covid-19-una-pandemia-inventata-ecco-perche.html

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :