Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Shamil Sultanov : L'ombre de Gorbatchev plane toujours sur la Russie (Club d'Izborsk, 29 janvier 2021)

29 Janvier 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Chine, #Russie

Shamil Sultanov : L'ombre de Gorbatchev plane toujours sur la Russie  (Club d'Izborsk, 29 janvier 2021)

Shamil Sultanov : L'ombre de Gorbatchev plane toujours sur la Russie

 

29 janvier 2021

 

https://izborsk-club.ru/20587

 

 

Chris Miller, politologue et historien américain bien connu, a récemment publié son nouveau livre "The Struggle to Save Soviet Economy : Mikhail Gorbachev and the Collapse of the USSR". La lutte pour sauver l'économie soviétique : Mikhaïl Gorbatchev et l'effondrement de l'URSS).

 

Vous trouverez ci-dessous quelques passages avec des commentaires de ce livre, qui sont assez intéressants dans le contexte des défis actuels.

 

La première et dernière visite de Gorbatchev en Chine remonte à 1989. Dans son discours de Pékin, le dirigeant soviétique a déclaré au public chinois que "la réforme économique ne fonctionnera pas si elle n'est pas soutenue par une transformation radicale du système politique...". À la fin des années 1980, Gorbatchev avait conclu que la seule façon de mettre en œuvre son programme économique était de mettre fin au monopole politique du PCUS.

 

Cependant, Deng Xiaoping et ses alliés conservateurs à la direction du PCC avaient un point de vue très différent. La principale leçon à tirer des événements de la place Tienanmen, comme l'a déclaré Deng lors d'une réunion des hauts dirigeants du parti le 16 juin, est simple : "Les événements récents montrent combien il est important pour la RPC de continuer à adhérer à la voie socialiste... Seul le socialisme peut sauver la Chine et la transformer en un pays développé. La Chine doit se concentrer sur son économie, a-t-il affirmé, pour éviter que les manifestations de la place Tienanmen ne se répètent.

 

Suite à la décision de Deng Xiaoping de renforcer le système de pouvoir autoritaire intelligent, la Chine a commencé à passer à une économie de marché sans démocratie, mais de manière délibérée et aussi professionnelle que possible. Par exemple, en trois décennies, Pékin a formé plus de vingt millions de ses professionnels en Occident à la technologie moderne et sophistiquée du marché des entreprises capitalistes. Rien qu'en 2018, quelque 350 000 étudiants chinois se trouvaient aux États-Unis.

 

Pendant ce temps, la direction soviétique, dirigée par Gorbatchev, s'est obstinée à préconiser des procédures démocratiques, la liberté d'expression et des élections multipartites, tout en plongeant dans une dépression économique écrasante qui a ensuite conduit à l'effondrement de l'URSS en 15 États distincts.

 

Aujourd'hui, de nombreux Russes se demandent : n'aurait-il pas été préférable qu'ils choisissent le modèle de capitalisme autoritaire de Pékin ? Alors pourquoi le Kremlin n'a-t-il pas suivi la voie de la Chine ?

 

En 1989, au moment même où Deng Xiaoping reformatait son système autoritaire, Gorbatchev a procédé de manière chaotique à la libération de la presse, à la libéralisation de l'expression politique et à l'introduction d'élections compétitives. En deux ans seulement, l'incompétence flagrante de Gorbatchev a finalement sapé les fondements du système politique soviétique. Et toutes ces expériences politiques se sont accompagnées d'un affaiblissement constant de l'Union soviétique. Les élites locales ont commencé à mobiliser les minorités ethniques dans les régions reculées de l'Union soviétique, de la vallée de Ferghana en Asie centrale au Caucase. Le pouvoir croissant des élites régionales a fait que les ordres du Kremlin ont été de plus en plus ignorés en dehors de Moscou.

 

Mais le principal défi pour Gorbatchev était la croissance incontrôlée des problèmes économiques du pays. Après la répression des manifestations de la place Tienanmen, Pékin a imposé une nouvelle croissance économique. L'économie soviétique, en revanche, s'est effondrée. Gorbatchev a pris une série de mesures pour introduire des incitations de marché et légaliser l'entreprise privée dans l'industrie et l'agriculture. Beaucoup de ces changements - du moins en ce qui concerne leur but, sinon leur exécution - étaient très similaires aux innovations de Deng en Chine. Cependant, au cours de cette transformation politique, l'Union soviétique a été confrontée à une crise budgétaire qui s'est aggravée et que Gorbatchev n'a pas pu résoudre.

 

Contrairement à la Chine, l'Union soviétique était au point mort. Le déficit budgétaire a continué à se creuser inexorablement, financé par une augmentation des prêts et de l'imprimerie. Cela a provoqué une forte vague de déficits et d'inflation, qui a exacerbé les difficultés économiques du pays et a finalement sapé la crédibilité du Kremlin. À la fin de 1991 - six ans après l'arrivée de Gorbatchev au pouvoir - l'économie soviétique était en ruine. Les usines s'étaient arrêtées, les transports s'étaient arrêtés, les files d'attente pour le pain s'allongeaient.

 

Gorbatchev, ni dans son expérience ni dans sa capacité mentale, a été capable de faire face à cette crise systémique de plus en plus complexe. Le manque d'argent croissant a rendu impossible la pacification des séparatistes et des groupes ethniques et régionaux mécontents dispersés dans toute l'Union soviétique. Pendant ce temps, la faiblesse de Gorbatchev avec l'armée et les services spéciaux, les groupes industriels influents et un vaste réseau de fermes collectives signifiait qu'il n'avait aucun moyen de réduire le budget. La seule chance d'équilibrer le budget et de vaincre l'inflation et les déficits était d'augmenter les prix à la consommation - ce que la Russie post-soviétique a finalement fait en 1992 au prix d'une réduction spectaculaire du niveau de vie de toute la population. Mais Gorbatchev savait que toute tentative d'équilibrer le budget - en réduisant les dépenses ou en augmentant les prix - pouvait facilement conduire à son effondrement. La paralysie politique causée par des forces puissantes opposées aux réformes économiques a été la cause ultime de l'effondrement de l'Union soviétique. Le 26 décembre 1991, le plus grand pays du monde a officiellement cessé d'exister.

 

Cependant, ni l'abolition de l'Union soviétique ni l'émergence d'une Russie indépendante n'ont contribué à résoudre les problèmes économiques stratégiques du pays.

 

La montée en puissance de la Chine au niveau mondial au cours des trois dernières décennies a été déterminée non seulement par le choix d'une stratégie économique saine, non seulement par la préservation d'une économie planifiée (réglementée), non seulement par le renforcement du PCC en tant que noyau du système politique chinois, mais aussi par le maintien et l'amélioration de son système idéologique, de ses valeurs et de ses idéaux.

 

Jiang Zemin, qui a succédé à Deng Xiaoping à la tête de la Chine, a fait valoir en 1990 que le principal problème de l'Union soviétique était que Gorbatchev s'était révélé être un traître (aux principes idéologiques et aux objectifs du socialisme), comme Lev Trotsky. En décembre 2012, le président chinois Xi Jinping s'est fait l'écho de cette évaluation. "Pourquoi l'Union soviétique s'est-elle effondrée ? Leurs idéaux et leurs croyances ont été ébranlés. Après tout, tout ce que Gorbatchev avait à faire était d'annoncer discrètement la dissolution du Parti communiste soviétique, et le grand parti avait disparu". Néanmoins, la plupart des interprétations de l'effondrement de l'Union soviétique dans le discours chinois sont encore dominées par l'explication et la logique de Deng Xiaoping. "Mon père", raconte le plus jeune fils de Deng, "pense que Gorbatchev est un idiot. Mais c'était un idiot spécial : au milieu des années 70, à la tête du territoire de Stavropol, le futur secrétaire général aimait accepter des pots-de-vin de 30 000 roubles (Et le KGB le savait !). À cette époque, le salaire mensuel moyen dans le pays était d'environ 200 roubles, et les ministres de l'Union recevaient 600 roubles.

 

Les Russes ont régulièrement qualifié Gorbatchev de l'un des pires et des plus stupides dirigeants du pays au XXe siècle. C'est sous lui que le pouvoir a commencé à se déplacer vers une nouvelle classe dirigeante composée de généraux, de chefs de fermes collectives, d'entreprises industrielles et de futurs oligarques qui ont bénéficié de l'appauvrissement et de l'inefficacité de l'économie.

 

Deng Xiaoping, en revanche, a réussi à trouver un compromis avec d'autres élites (principalement les élites régionales), leur permettant de conserver le pouvoir, mais gagnant en échange leur soutien dans la mise en œuvre des réformes économiques qui ont permis à la RPC de se développer de façon spectaculaire.

 

L'exemple de la Chine a prouvé qu'une transition efficace d'une économie planifiée à une économie de marché était possible. L'Union soviétique s'est effondrée précisément parce qu'un pouvoir politique étendu s'est retrouvé entre les mains de personnes non seulement incompétentes, mais qui avaient aussi toutes les raisons de saper le mécanisme de résolution des problèmes financiers du pays, qui s'était constitué sur plusieurs décennies.

 

Paradoxalement (ou, au contraire, très logiquement), la situation actuelle en Russie commence progressivement à ressembler à celle de la fin des années 80. Les turbulences sociales et l'ingouvernabilité dans la sphère politique sont en augmentation. Le Kremlin ne contrôle pas efficacement la situation réelle dans les régions. Les perspectives économiques du pays, même à moyen terme (sans parler du long terme), deviennent de plus en plus vagues et sombres. La propagande politique bon marché a pris la place d'un travail idéologique sérieux pour consolider la nation...

 

L'ombre de Gorbatchev plane toujours sur la Russie.

 

 

Shamil Sultanov

 

Shamil Zagitovich Sultanov (né en 1952) est un philosophe, historien, journaliste, personnalité publique et homme politique russe. Il est le président du Centre d'études stratégiques Russie - monde islamique. Membre régulier du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :