Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Vitaly Averyanov : les petites villes sont la clé de la renaissance de la Russie (Club d'Izborsk, 20 janvier 2021)

20 Janvier 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Arche russe, #Club d'Izborsk (Russie), #Economie, #Environnement, #Philosophie, #Politique, #Russie, #Religion

Vitaly Averyanov : les petites villes sont la clé de la renaissance de la Russie  (Club d'Izborsk, 20 janvier 2021)

Vitaly Averyanov : les petites villes sont la clé de la renaissance de la Russie

 

20 janvier 2021

 

https://izborsk-club.ru/20551

 

 

 

 

Je me souviens souvent des paroles de Velimir Khlebnikov en 1914 : "Nous ne connaissons qu'une seule capitale - la Russie. Et seulement deux provinces : Saint-Pétersbourg et Moscou". Il y a une vérité profonde derrière ces mots. Et cette vérité s'est maintenant énormément aiguisée. Dans le discours de nos collègues, il y avait une idée très vraie, que je vais formuler à ma façon. Le monde est confronté à un défi sans précédent à la fin du XXe et au début du XXIe siècle. C'est le défi de la mégalopole rapace. Je ne parle pas seulement du concept de Kjell Nordström, selon lequel le monde global du futur est constitué de 600 mégapoles, où plus de 85% des gens doivent vivre, que 98% de toute l'activité économique doit se trouver dans ce réseau de grandes villes. Le fait est que ce processus et cette conception concernent la formation d'un système transnational de propriété et de pouvoir. En fait, il ne s'agit pas seulement du fait qu'il y a des banques et des producteurs, qu'il y a des oligarques et des gens. Nous parlons du fait qu'il existe une force qui veut niveler, réduire à zéro toute base nationale, culturelle et religieuse des peuples et des traditions.

 

Borovsk est une ville unique ; on commence ici à regarder la Russie et Moscou d'une manière différente. Qu'est-ce qui rend Borovsk remarquable ? Elle est associée aux aux Vieux Croyants, cette couche spirituelle puissante et volontaire de la vie russe. Les vieux croyants sont une apothéose de la vieille Sainte Russie, c'est une tentative de se protéger de la négation de la Sainte Russie. Et d'autre part, Borovsk est une ville de Tsiolkovsky. Et il y a les monuments à Tsiolkovsky et à Nikolai Fyodorov, qui vivait et enseignait ici il y a plusieurs années. Cette combinaison des anciens croyants en tant que conservatisme extrême et du cosmisme russe en tant qu'avant-garde extrême, un rêve sur l'immortalité, un rêve sur l'établissement de l'espace est unique. Et Borovsk a présenté cette conjonction à la Russie, présentée au monde entier. Dans ma langue, on appelle cela le "conservatisme dynamique".

 

Notre plus grand penseur, Nikolay Danilevsky, disait que la future Russie est quelque chose de similaire aux Vieux Croyants, mais dotée des technologies les plus avancées. C'est une idée brillante, perspicace, pour le XIXe siècle, extraordinaire et à certains égards même audacieuse. Et aujourd'hui, nous ressentons plus clairement sa justesse.

 

Ce qui nous arrive aujourd'hui, ce défi aux mégalopoles, signifie-t-il que nous devons retourner dans un passé récent, il y a 30 ans ? Tout d'abord, en soi, un tel retour est impossible. Deuxièmement, elle est également improductive, car l'URSS a également suivi la voie de l'industrialisation, de la formation de mégalopoles. Bien que cette voie ne soit pas liée à la formation d'un pouvoir transnational, mais aux lois du développement de la voie industrielle.

 

La technologie actuelle permet à une personne de vivre n'importe où dans le pays et dans le monde, tout en restant au centre du monde. S'il existe une volonté, une volonté politique et nationale, il est possible de construire un pays qui ne suit pas les modèles offerts par les mégalopoles ou l'ancien modèle d'industrialisation. En ce sens, le thème des petites villes est crucial, car c'est le réseau des futures cités-jardins, les pôles high-tech modernes dont nous rêvons, qui pourrait devenir le contrepoids de ces monstrueux réseaux mondiaux et le gage de la renaissance de la Russie. Et pas seulement parce qu'il pourrait y avoir une économie différente, une structure sociale différente. Et d'abord parce qu'ils sont les piliers d'un autre commencement, le commencement d'un renouveau culturel, religieux, lié à son sol.

 

Les villes titanesques des mégalopoles ne seront jamais un pilier de l'humanité et son sol spirituel - elles sont un moyen d'optimiser, de diviser, d'éroder tout ce qui est humain en nous. La question des petites villes est donc de la plus haute urgence. Je voudrais attirer votre attention sur le fait que, entre autres, nous avons soulevé ce thème dans le cadre des travaux du club de l'Arche russe d'Izborsk. Nous exposons notre vision de la manière dont de nouveaux modes d'établissement et un nouveau modèle de développement spatial pourraient se développer au XXIe siècle et se développer en termes de préservation et de relance de notre civilisation.

 

Cette question est directement liée à la question du pouvoir, de la démocratie. Car c'est le développement vivant et intégral de la "petite mère patrie" qui implique aussi le développement de la démocratie locale, de la communauté, d'un petit espace politique. Il existe une masse vivant dans les villes qui peut être facilement manipulée, et les gens dans le monde entier sont aujourd'hui de plus en plus conscients qu'ils sont les otages de procédures pseudo-démocratiques, du spectacle politique. Cela n'est pas possible au niveau de la communauté ou de la petite ville, où tout le monde se connaît et où les personnes qui choisissent le pouvoir peuvent demander les actes qui ont été commis dans un espace visible par tous. Et le petit espace politique peut déjà devenir la base d'un espace plus grand, zemski*, et plus loin - le conseil zemski de toute la Russie, qui deviendrait la base du squelette politique de l'Arche russe. Ainsi, le thème des petites villes est un thème transversal - il nous amène aux décisions clés dans tous les domaines et relations.

 

Aujourd'hui, il existe déjà et a été mis en œuvre en Russie un modèle, qui s'appelle "La théorie de la rentabilité des territoires". Le Code de développement urbain de la Fédération de Russie s'en inspire largement. Si vous l'envisagez d'un point de vue philosophique - c'est un modèle colonial, car la rentabilité des territoires, qui est mise au centre de celui-ci, n'est rien d'autre qu'une vision des espaces de la petite ville et de la province dans la perspective d'un réseau transnational. Un point de vue complètement différent se dégage si l'on regarde depuis les petites villes. Ensuite, le besoin d'espace, dont la rentabilité peut être différente, mais cet espace, son organisation doit être pratique et utile pour les personnes qui y vivent, devient évident. C'est un critère tout à fait différent pour la politique spatiale, et ce critère permet aussi de poser une question de régénération démographique, en remplissant les zones dépeuplées de personnes qui ont intérêt à y vivre et à s'y reproduire. D'où l'idéal d'une ville-jardin, une certaine combinaison de parcs et d'espaces verts avec des quartiers résidentiels. Ces massifs se formeraient autour d'entreprises qui, comme au XXe siècle, pourraient devenir des villes, car cela ne serait pas en contradiction avec le mode de vie post-industriel moderne. Et en même temps, il ne s'agirait pas de monastères, mais de villes post-industrielles avec un modèle de mosaïque, qui combineraient différentes industries, formes de propriété et de coopération.

 

Il découle de ce qui a été dit que le thème des petites villes concerne tous les citoyens et qu'il pourrait bien devenir une sorte de bannière, la bannière de l'Arche russe, qui devrait permettre de surmonter le "déluge" dans lequel nous nous trouvons aujourd'hui.

 

 

Vitaly Averyanov

 

http://www.averianov.net/?h=720

 

Averyanov Vitaly Vladimirovich (né en 1973) - Philosophe russe, personnalité publique, directeur de l'Institut du conservatisme dynamique (IDC). Docteur en philosophie. Membre permanent et vice-président du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

* NdT: Zemski Sobor (Congrès de la Terre russe). Assemblée convoquée par le Tsar, le Patriarche orthodoxe ou la Douma de la noblesse pour discuter ou ratifier certaines décisions. Le premier Zemski Sobor a été convoqué par Ivan le Terrible en 1549.

Situation de Borovsk, dans l'oblat de Kalouga, à 95 km du centre de Moscou. Avvakoum y fut incarcéré au monastère de Pafnoutiev.

Situation de Borovsk, dans l'oblat de Kalouga, à 95 km du centre de Moscou. Avvakoum y fut incarcéré au monastère de Pafnoutiev.

Exil d'Avvakoum en Sibérie. Sergei Dmitrievitch Miloradovitch, 1898 год. Musée d'histoire des religions à Saint Pétersbourg.

Exil d'Avvakoum en Sibérie. Sergei Dmitrievitch Miloradovitch, 1898 год. Musée d'histoire des religions à Saint Pétersbourg.

Zemski Sobor, par Sergueï Ivanov

Zemski Sobor, par Sergueï Ivanov

"Evil Empire" (2020)

Vitaly Averyanov est aussi musicien.

Son site: http://www.averianov.net/imperia/?h=720

Sa chaîne Youtube: https://www.youtube.com/channel/UCVajQJA3yfNo9ydmgcvnYCQ

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :