Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Youri Tavrovski : Qui danse avec qui ? (Club d'Izborsk, 28 janvier 2021)

28 Janvier 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Asie, #Chine, #Club d'Izborsk (Russie), #Economie, #Politique, #Russie, #USA

Youri Tavrovski : Qui danse avec qui ? (Club d'Izborsk, 28 janvier 2021)

Youri Tavrovski : Qui danse avec qui ?

 

28 janvier 2021

 

https://izborsk-club.ru/20581

 

 

Pékin invite Washington au tango, mais veut mener la danse.

 

À la veille de l'inauguration de Joseph Biden, le président chinois Xi Jinping a fait un geste de conciliation. Le 14 janvier, Pékin a publié une lettre de réponse à Howard Schultz, président émérite du conseil d'administration de la chaîne de café américaine Starbucks. Elle note, selon les termes de l'agence de presse officielle Xinhua, que "la Chine a entamé une nouvelle voie pour construire de manière globale un pays socialiste modernisé qui offrira encore plus d'espace aux entreprises du monde entier, y compris aux entreprises américaines". La lettre a été envoyée le 6 janvier, mais la publication a été placée dans les médias plus près du 20 janvier, lorsqu'il y a eu un changement officiel de propriétaire à la Maison Blanche.

 

Le premier anniversaire de la "phase 1" de l'accord commercial entre la Chine et les États-Unis, signé le 15 janvier 2020, s'est également avéré très opportun. Les médias chinois commentent activement cet événement, en soulignant la nécessité de surmonter la "guerre commerciale" initiée par le président Trump en 2018. En même temps, il est souligné que même dans des conditions de ralentissement de la croissance économique dû à la pandémie de COVID-19, la Chine remplit ses obligations autant que possible. Pékin a promis d'acheter pour 200 milliards de dollars supplémentaires de produits agricoles, d'énergie et d'autres biens dans un délai de deux ans. Selon les dernières données du département des douanes, rien qu'en 2020, les importations en provenance d'Amérique ont atteint 135 milliards de dollars, soit une hausse de 9,8 %. Dans le même temps, les achats de produits agricoles ont augmenté de 66,9 %.

 

L'espoir d'une "nouvelle page" dans les relations commerciales lors des prochaines négociations commerciales est souligné par les mises à jour de l'équipe chinoise. De sérieux changements sont inévitables dans l'équipe américaine également. Les contacts officiels sont peu probables tant que l'administration du président Biden n'est pas finalisée et qu'une nouvelle "politique de la Chine" n'est pas formulée, mais une délégation chinoise de haut niveau devrait se rendre à Washington dans quelques semaines.

 

Les entreprises américaines sont mécontentes de la politique de découplage, qui, selon la Chambre de commerce américaine, a déjà coûté 245 000 emplois à l'Amérique. Les experts estiment que si le processus de divorce se poursuit, le PIB américain diminuera de 1,6 trillion de dollars en 5 ans. D'ici 2022, 732 000 emplois seront perdus et 320 000 autres d'ici 2025. Et ce ne sera pas long après la prochaine élection présidentielle américaine. Biden ne s'en soucie peut-être pas beaucoup, mais les dirigeants démocrates, eux, s'en soucient.

 

Bien entendu, l'économie chinoise, en particulier ses provinces côtières traditionnellement tournées vers l'exportation vers les États-Unis, souffre également de graves dommages. La stratégie des "deux circulations" adoptée en Chine l'année dernière vise à minimiser la dépendance vis-à-vis des marchés américains et d'autres marchés étrangers. Toutefois, la réorientation vers le marché intérieur prendra du temps. Les paroles et les actions conciliantes de Pékin visent à gagner du temps.

 

La position de faiblesse de l'Amérique

 

Les Chinois parlent maintenant aux Américains poliment, très poliment. Ils le font non pas dans une position de faiblesse, mais dans une position de force. Le contraste entre la première et la deuxième puissance mondiale est impressionnant. L'Amérique est entrée dans l'année 2021 dans un état préinfarctus. L'élection présidentielle a divisé la nation en deux. L'assaut du Capitole a dépouillé la démocratie américaine de ses robes blanches vierges et a révélé les tenues miteuses d'une vieille pute. Le spectre de la bataille de Gettysburg (1863), où, au plus fort de la guerre civile, des Américains ont tué d'autres Américains, plane au-dessus du pays. La nation la plus riche du monde a démontré le fiasco de son système de soins de santé et mène confortablement le nombre de décès dus à la pandémie COVID-19. L'économie stagne, le chômage augmente. Le pays n'a pas de programme cohérent pour l'avenir prévisible, et encore moins pour le long terme. Le sénile président de la Maison Blanche oublie parfois même des épisodes de son propre passé. Ses objectifs ne sont pas clairs, ses tâches ne sont pas définies. Les choses ne doivent pas être comme elles étaient sous Trump - c'est l'essentiel pour l'instant.

 

La position forte de la Chine

 

La Chine a commencé l'année 2021 sur une note importante. Les résultats de 2020 publiés à Pékin le 18 janvier par le Bureau national des statistiques ont montré un taux de croissance du PIB de 2,3 %. C'est la meilleure performance mondiale en une année "covid". Il convient de rappeler que l'épidémie de COVID-19, qui a débuté il y a exactement un an, a porté à la Chine un coup dont elle a eu du mal à se remettre. L'isolement de provinces entières comptant entre 50 et 60 millions d'habitants, la perturbation des transports et des chaînes de production, et la réduction de la consommation, tout cela dans un climat de pessimisme. Le PIB s'est effondré de 6,8 % au premier trimestre. On a même parlé de la fin du "miracle chinois". Mais le miracle n'a pas cessé. Après avoir touché le fond, l'économie a commencé à grimper comme un avion en surrégime. Au quatrième trimestre, le taux de croissance a été de 6,5 %, dépassant les chiffres de la période correspondante de 2019, la dernière année "normale" (6 %).

 

Le chiffre d'affaires du commerce de détail reste un goulot d'étranglement. Il a diminué de 3,9 %, alors qu'en 2019, une croissance de 8 % a été enregistrée. Un autre casse-tête pour les économistes de Pékin est la situation de l'emploi. Pour 2020, les villes ont réussi à créer 11,86 millions de nouveaux emplois au lieu des 11 millions prévus, ce qui a fait baisser le taux de chômage de 5,5 % à 4,7 %. Cependant, les statistiques officielles ne donnent pas de chiffres sur les migrants, les résidents ruraux qui travaillent à temps partiel dans des entreprises urbaines. Leur nombre avant l'épidémie dépassait les 200 millions.

 

Les résultats impressionnants de l'économie chinoise en 2020 renforcent son rôle de "locomotive" de l'économie mondiale à l'ère post-industrielle. Elles confirment également la transition de la Chine vers une nouvelle étape de développement. L'achèvement du PIB de 100 billions de yuans (15,4 billions de dollars) et du revenu moyen par habitant de 10 000 dollars l'année dernière, ainsi que l'éradication de la pauvreté absolue dans tout l'Empire du Milieu, achèvent la création de la "société à revenu moyen" (Xiao-kang). À partir de cette année, la création d'une "société de haute affluence" va commencer.

 

Xi Jinping envisage le doublement du PIB du pays et une augmentation égale des revenus du peuple chinois d'ici 2035. Un nouveau système juridique doit correspondre au nouveau mode de vie. Il y a quelques jours, le Plan pour le développement d'un État de droit en 2020-2025 a été publié. Un tel document est sans précédent dans l'histoire de la Chine et a été préparé par le parti communiste au pouvoir. L'extension progressive et systématique des droits est considérée comme la mise en œuvre d'une "démocratie à caractéristiques chinoises".

 

Le principe de "gouverner l'État par des lois" (et fa zhi guo) a été dès le début une partie importante du plan à long terme de Xi Jinping pour le "rêve chinois pour la grande renaissance de la nation chinoise". Plusieurs séances plénières du Comité central et réunions de haut niveau ont discuté de la manière de "mettre le gouvernement en cage avec la loi". Ils ont réussi à mettre en place non pas l'ensemble du gouvernement, mais seulement quelques dizaines de milliers de ses "serviteurs" - des fonctionnaires à tous les niveaux, jusqu'aux récents membres du Politburo. La Commission centrale de vérification de la discipline de parti, "contre-espionnage du parti" avec ses enquêteurs et ses isolateurs, ressemblant au VChK, a commencé à travailler. L'approche systématique a constitué un grand pas en avant par rapport aux arrestations au hasard et aux fusillades de fonctionnaires corrompus dans les stades que Deng Xiaoping avait introduites au milieu des années 1980.

 

Il est maintenant temps de passer à l'étape suivante. Ces plans à long terme se concrétiseront-ils ? Nous verrons bien. Nous n'avons plus que 15 ans à attendre !

 

La pâte pressée ne peut pas être remise dans le tube.

 

Les gestes de conciliation envers le président Biden ont peu de chances d'atteindre le but recherché. "La guerre froide a commencé sous Trump, non pas à cause de son caractère querelleur, mais pour freiner les progrès de la Chine. Cependant, ni les droits de douane supplémentaires sur les produits chinois, ni la pression militaire, ni l'incitation des séparatistes et des dissidents n'ont eu l'effet escompté. Même le coronavirus n'a pas aidé à "repousser la pâte pressée dans le tube". L'histoire de la crise financière mondiale de 2008-2009 se répète sous nos yeux. À l'époque, les gouvernements du monde entier ont versé des billions dans les banques pour "sauver le système financier". Cet argent n'a pas servi à financer le secteur réel, mais à alimenter les entreprises offshore et à renforcer la domination de la mafia financière. Seule la Chine n'a pas suivi le "contribuable de Washington" et a commencé à investir dans la construction de chemins de fer et d'autoroutes, de bâtiments municipaux et de logements. Puis, le plus grand réseau ferroviaire à grande vitesse (TGV) du monde a été mis en place. C'est à ce moment-là qu'a commencé l'endiguement de la Chine, la phase préparatoire de la guerre froide. Aujourd'hui, l'histoire se répète. Les spécialistes de la Chine ayant l'expérience des années du "Grand Bond en avant", de la "Révolution culturelle" et des sanctions occidentales après les événements de Tienanmen connaissent la capacité de l'Empire céleste à renaître de ses cendres sous la forme d'un Phénix, pour surmonter les plus dures difficultés. Le modèle socio-économique unique de "socialisme à caractéristiques chinoises", la planification à long terme de la vie économique et sociale, un haut degré de mobilisation de la nation ont créé un autre "miracle chinois" sous nos yeux.

 

Washington, où les néoconservateurs qui professent le "droit inaliénable de l'Amérique à la domination du monde" se sont à nouveau emparés du pouvoir, sera-t-il réconcilié avec cela ? Certainement pas. Biden ne va pas mettre la main sur "une feuille blanche sur laquelle on peut écrire les plus beaux hiéroglyphes". Les annales commenceront bientôt à se remplir de nouvelles pages de lutte implacable avec la Chine rivale. Il peut y avoir des changements dans le vocabulaire, dans les noms des doctrines anti-chinoises et les listes de sanctions. Il est peu probable que Pékin se fasse de sérieuses illusions à cet égard. Mais ils espèrent toujours faire preuve de volonté de compromis, au moins pour un temps "pour fermer les vieilles pages et en ouvrir de nouvelles". Dans les derniers jours de la présidence du président Trump, les experts et les journalistes chinois ont commencé à jouer le jeu de l'équipe de Biden, accusant Trump de tous les péchés des quatre dernières années. Une illustration picturale de cette ligne est le post de l'agence de presse Xinhua du 18 janvier sur les listes de sanctions américaines de 9 autres entreprises chinoises : "Cet épisode de folie anti-Chine est une démonstration claire que ces bellicistes politiques de l'administration actuelle, dont le secrétaire d'État américain Michael Pompeo, courent 24 heures sur 24 pour frapper la Chine et creuser autant de trous que possible pour l'avenir des relations entre la Chine et les États-Unis. Il semble qu'au cours des quatre dernières années, cette administration a simplement mesuré le succès de sa diplomatie à l'aune de la force avec laquelle elle peut frapper la Chine. Leur désir désespéré d'intimider la Chine est devenu d'une sauvagerie sans précédent alors qu'il ne leur reste que quelques jours au pouvoir. Ces faucons anti-Chine cherchent désespérément à causer des dommages irréparables à la relation bilatérale la plus importante du monde. Les conspirations punitives n'étoufferont jamais le désir des entreprises chinoises de continuer à embrasser un monde plus ouvert et à rejoindre leurs partenaires mondiaux pour leur bénéfice mutuel".

 

Comme vous le savez, "il faut deux partenaires pour danser le tango". Pour le plaisir de rire, le tango peut être représenté seul. Mais la danse ne fonctionnera pas du tout, si les deux danseurs essaient de mener la danse en même temps, ou, de plus, ne veulent pas l'exécuter du tout.

 

 

Youri Tavrovski

 

Youri Vadimovitch Tavrovski (né en 1949) est un orientaliste, professeur à l'Université russe de l'amitié des peuples et membre du présidium de l'Académie eurasienne de télévision et de radio. Il est membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :