Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Rouge et Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Georges Malinetsky : une figure non mathématique (Club d'Izborsk, 24 février 2021)

24 Février 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Russie, #Politique, #Société

Georges Malinetsky : une figure non mathématique  (Club d'Izborsk, 24 février 2021)

"L'existence même du Forum Gaidar semble absurde. Suite aux réformes initiées par Gaidar et poursuivies par les "Gaidarites", la part de la Russie dans le produit brut mondial est tombée à 1,8%, et dans le domaine des produits de haute technologie - à 0,3%. La majorité de la population vit dans la pauvreté."

Georges Malinetsky : une figure non mathématique

 

24 février 2021

 

https://izborsk-club.ru/20708

 

 

La pandémie de COVID-19 peut être considérée comme une guerre contre l'humanité. Il s'agit d'un choc d'une ampleur et d'un impact comparables à ceux d'une guerre mondiale, comme en témoigne le nombre de victimes. Le 5 février 2021, cette épidémie a fait environ 2,3 millions de victimes dans le monde, dont 460 000 aux États-Unis (ce qui est beaucoup plus que le nombre de victimes de ce pays pendant la Seconde Guerre mondiale), 155 000 en Inde, 230 000 au Brésil, 111 000 au Royaume-Uni, 75 000 en Russie ... La baisse du produit intérieur brut des principaux pays pendant l'épidémie a été, selon les données officielles, de plusieurs dizaines de pour cent ... La première fois, la pandémie a entraîné la fermeture des frontières et le gel de nombreux projets mondiaux.

 

Les bouleversements qui se produisent dans le monde se reflètent dans l'idéologie du "capitalisme inclusif". Il a été décrit par le fondateur du Forum économique de Davos ("forum des milliardaires") Klaus Schwab et Thierry Mulleret dans le livre "COVID-19 : The Great Reset". Le titre est souvent traduit par "La grande remise à zéro", mais plus précisément, il se traduit par "réinitialisation" ou "remise à zéro". En substance, il offre une version du nouveau Moyen Âge à l'échelle mondiale, basée sur un contrôle numérique total et des notations sociales. Le leitmotiv du livre pourrait bien être les mots du diplomate singapourien Kishore Mahbubani dans le contexte de la pandémie de 2020 : "Si nous, 7,5 milliards de personnes, sommes maintenant rassemblées sur un bateau de croisière infecté par le virus, est-il logique de nettoyer et de laver uniquement nos cabines privées, en ignorant les couloirs et les piliers de ventilation extérieurs qui propagent le virus ? La réponse est sans équivoque : non. Néanmoins, c'est ce que nous faisons... Puisque nous sommes maintenant dans le même bateau, l'humanité doit prendre soin de ce bateau mondial dans son ensemble". Le milliardaire Bill Gates met en garde contre une nouvelle épidémie qui pourrait être 10 fois plus dévastatrice. Les sanctions et les provocations actuelles contre la Russie à cet égard doivent être considérées comme des tentatives de contrôle mondial, et elles peuvent être considérablement renforcées.

 

Les jeunes jouent un rôle fondamental dans les guerres, y compris les guerres de l'avenir. On peut se rappeler les paroles de Bismarck, qui pensait que les guerres sont gagnées par le curé et l'instituteur, c'est-à-dire que les valeurs telles que l'éducation et l'instruction s'avèrent décisives. A une question sur ce qui n'a pas été pris en compte dans le plan "Barbarossa", posée lors des procès de Nuremberg, l'idéologue des "coins de chars", le général Guderian répond que c'est la culture et l'éducation du soldat soviétique, et l'importance d'un système énergétique unifié.

 

En temps de guerre, la stratégie était importante. Il a été défini dans le discours du Président de la République à l'Assemblée fédérale le 1er mars 2018 : "Les changements dans le monde sont de nature civilisationnelle, et l'ampleur de ce défi nous oblige à y répondre avec la même force. Nous sommes prêts à donner une telle réponse. Nous sommes prêts pour une véritable percée". En d'autres termes, nous parlons d'un développement indépendant, autonome de notre civilisation - la Russie - sur la base de la haute technologie. Le cours est suivi, pour reprendre l'expression de l'académicien I.V. Kurchatov, pour "dépasser sans rattraper". De nouvelles priorités ont été définies : améliorer la qualité de vie, sauver les gens ; croissance économique, nouvelle industrialisation ; développement des territoires, modernisation des infrastructures ; assurer la sécurité nationale.

 

Pour résoudre tous ces problèmes, nous avons besoin d'une jeunesse éduquée vigoureuse, liant son avenir à la Russie, ainsi que d'un système d'éducation et de formation permettant de préparer ces jeunes.

 

Pour mener une guerre basée sur la stratégie, nous avons besoin de généraux. Et c'est là que les problèmes commencent. Comme vous le savez, il y a des généraux qui savent battre en retraite, en préservant l'armée, et des généraux qui savent avancer, en remportant la victoire. Et ce sont généralement des personnes différentes. Nos vice-premiers ministres et ministres en charge de l'éducation, les généraux du domaine de l'éducation, n'ont montré aucune initiative de principe ces derniers temps. Lors des réunions, ils parlent principalement de la réparation et de l'équipement des écoles.

 

Si les généraux n'ont pas l'initiative, cela signifie qu'elle se manifeste ailleurs. Prenons l'exemple du dernier forum Gaidar, où la discussion sur l'éducation a été menée par le chef de "Sber" Herman Gref. Apparemment, les affaires des autres sont plus faciles que les leurs et l'ancienne banque est maintenant impliquée dans les taxis, les cinémas, la musique, l'alimentation, la recherche sur l'intelligence artificielle, la protection des données et, malheureusement, l'éducation. L'existence même du Forum Gaidar semble absurde. Suite aux réformes initiées par Gaidar et poursuivies par les "Gaidarites", la part de la Russie dans le produit brut mondial est tombée à 1,8%, et dans le domaine des produits de haute technologie - à 0,3%. La majorité de la population vit dans la pauvreté. Pourquoi devrions-nous continuer sur cette voie et glorifier Gaidar ! Les Gaidar ont été l'un des premiers à détruire l'industrie biotechnologique du pays, et maintenant, en cas de pandémie, cela s'avère très douloureux. Les usines ne peuvent pas être construites rapidement. La Russie a été le premier pays à créer le vaccin Spoutnik V. Pourtant, à la mi-janvier, 1 million de personnes dans notre pays avaient été vaccinées ; début février, 36,8 millions aux États-Unis, 31,2 millions en Chine, 11,5 millions au Royaume-Uni, 5,4 millions en Inde et 5,4 millions en Israël.

 

Je qualifierais de critique la situation de notre éducation. Le lycée soviétique était considéré comme le meilleur, ou du moins l'un des meilleurs au monde. Le Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA), un test conçu pour évaluer les performances d'un jeune de 15 ans en moyenne en mathématiques, physique, sciences naturelles et lecture dans sa langue maternelle, montre que la situation est très différente aujourd'hui.

 

Ce test identifie la capacité à appliquer les connaissances acquises par les enfants, il y a environ 80 pays qui y participent. Et les dirigeants sont des enfants des pays où il y a une véritable percée innovante, ou qui accordent une grande attention à l'éducation. En 2018, en physique et en sciences, les leaders étaient 4 provinces de Chine plus Macao, Singapour, Estonie, Japon, Corée du Sud. La Russie s'est classée 33e, le Belarus 37e, la Moldavie 52e et le Kazakhstan 69e. Les réformes ont bouleversé l'espace éducatif de presque tous les pays postsoviétiques. Le résultat de la Russie est illustratif : il y a dix ans, nos enfants étaient dans les trois premiers, maintenant - dans les quatre premiers. Il est évident que nous sommes menés dans la mauvaise direction.

 

Lors de ce vénérable forum, M. Gref a mis en avant les principes d'éducation suivants : "Le premier est la personnalisation, basée sur l'étude de l'empreinte numérique d'une personne, et la création de trajectoires personnalisées pour chaque enfant du pays. Cela ne peut se faire qu'avec l'aide de l'intelligence artificielle. Le second est "l'apprentissage basé sur les compétences" - la transition vers des activités basées sur des projets". La troisième est celle des "soft skills" - sociales, cognitives, émotionnelles. Gref poursuit en disant : "Le quatrième est celui des compétences numériques. Ce n'est pas de la programmation, c'est un énorme volume, tout un monde de compétences numériques, de formation à l'architecture numérique, d'intelligence artificielle... Je pense que le travail du programmeur va bientôt appartenir au passé. De plus en plus, elle commence à être remplacée par l'intelligence artificielle".

 

Cependant, l'intérêt de Gref pour l'école est compréhensible - en son temps, il est entré dans l'histoire avec une phrase chère au cœur des élèves qui ne réussissent pas : "Je vais vous dire honnêtement l'une des principales choses que j'ai apprises à l'école - je déteste le processus de notation, je déteste les examens. C'est un désastre... Un de mes objectifs personnels est de tuer les examens." Il est probablement nécessaire d'avoir des fantasmes à la tête de certaines organisations. Cependant, après le forum Gaidar, l'argent des déposants du Sber est devenu alarmant.

 

Cependant, Gref assume et la Haute école d'économie dispose. Ce n'est un secret pour personne que la partie pro-occidentale de l'élite russe et certains de ses "collègues" étrangers ont fait de la direction de cette institution le "superviseur" de l'éducation russe. Le recteur de l'École supérieure d'économie, Yaroslav Kuzminov, évalue les conséquences de la pandémie pour l'enseignement supérieur russe comme suit : "La pandémie et l'isolement forcé n'ont rien créé de nouveau, ni en termes de contenu, ni en termes de méthodes et de formes. Tout ce que nous voyons aujourd'hui - cours de masse en ligne, séminaires en ligne, programmes éducatifs en réseau - a été créé et utilisé avant la pandémie. C'est juste que presque tous les "acteurs de l'éducation" maîtrisent ces nouvelles technologies". À la question "Serons-nous en mesure de revenir aux anciens formats ? - Le recteur répond : "Probablement dans les cours de ballet et les laboratoires de chimie, oui. D'ailleurs, Vyshka n'a pas mis en ligne les travaux de laboratoire des chimistes, des physiciens et des biologistes, ni les ateliers créatifs des designers, ni les travaux de terrain des archéologues... Mais l'université ne sera certainement pas la même. Nous avons vu trop de nouvelles possibilités cette année... Cela peut être comparé à l'invention de la seule impression de livres".

 

Mais c'est génial ! Il s'avère que les chimistes, les physiciens, les biologistes, les designers et les archéologues sont tous des économistes ! Tous ceux qui sont payés sont probablement des économistes. Tout le monde n'a pas étudié par hasard à HSE...

 

Pour Yaroslav Kuzminov, l'avenir est très clair : "Trois facteurs de changement sont à l'œuvre : l'accélération du renouvellement technologique et les qualifications qui en découlent. La révolution numérique. Et la croissance exponentielle du volume d'information". Super ! Le recteur du HSE n'est pas plus faible que Gref ! Ils élèvent clairement un "économiste numérique" !

 

Passons maintenant de l'élite à la terre de péché. Dans le contexte de la guerre civile, il est important de préserver ceux qui apprennent et ceux qui enseignent. L'éducation est un dialogue. Elle s'est transformée en monologue au cours de la pandémie ou a simplement été perturbée. Ce que les élèves et les étudiants ont appris pendant cette période ne peut être comparé à ce qu'ils auraient appris dans des conditions normales.

 

L'argent investi dans l'éducation numérique et prévu dans le programme de développement de l'économie numérique a été, de l'avis de l'enseignant moyen, gaspillé. Toute l'économie est encore extrêmement peu pratique et inefficace, au point que de nombreux enseignants ont dû acheter la licence eux-mêmes. "C'est aux noyés de sauver les noyés", ont décidé les administrateurs de nombreux établissements d'enseignement supérieur. Les professeurs, les chargés de cours et les enseignants se sont retrouvés dans un tout nouveau rôle - ils devaient parler, écrire, contrôler, montrer, rendre compte par voie électronique. En fait, chacun a dû élaborer sa propre méthodologie. Certains sont intéressants, mais il n'y a pas de soutien des ministères ou de l'Académie de l'éducation dans le domaine de la méthodologie. Probablement, pendant que les chefs et les scientifiques sont en pleine réflexion.

 

Le sort des directeurs d'école n'est pas enviable. En interagissant avec une classe dans une école pendant une épidémie, un enseignant augmente son risque de contracter une covariectomie tout en ne recevant aucune augmentation de salaire. De nombreux enseignants partent, ce qui pose un autre problème au directeur. L'Unified State Exam (USE) a transformé les deux dernières années d'école en une formation à cet examen. Le plus souvent avec l'aide de tuteurs. Aller voir un tuteur est à la fois plus sûr et beaucoup plus rentable. Mais beaucoup d'enseignants pensent néanmoins que c'est leur mission de travailler dans une école domestique.

 

Une question intéressante discutée par les étudiants est de savoir combien il faut payer pour un enseignement normal à plein temps et pour le "numérique" ? Revenons à Yaroslav Kuzminov : "Ce n'est pas sans raison qu'en dépit des prix élevés, personne ne dit que c'est injuste. Les étudiants se rendent compte que s'ils étudient bien, ils paieront 250 000 au lieu de 500 000. Et quelqu'un étudiera entièrement aux frais de l'université s'il entre dans les 10 % supérieurs du classement. Apparemment, tout le monde n'a pas les moyens de devenir de vrais économistes... L'enseignement supérieur s'est maintenant largement transformé en un filtre social dans lequel les riches ont leurs avantages et les pauvres n'ont souvent qu'un seul but : devenir milliardaires.

 

Le rôle de l'enseignant dans la guerre civile n'est pas facile et responsable. En règle générale, ils doivent travailler de tôt le matin jusqu'à tard le soir, vérifier leurs papiers à l'ordinateur, se préparer aux cours d'une manière complètement différente et sont beaucoup plus exigeants en matière de dépenses énergétiques.

 

Mais ce sont les étudiants - nos enfants et petits-enfants - qui ont les plus grandes difficultés. Pourquoi étudier ? Dans le pays soviétique, aspirant à l'avenir, la réponse à cette question ne posait aucun problème. De bonnes études - un travail qualifié intéressant, et il est sûr de trouver : "Bonjour, pays des héros, pays des rêveurs, pays des scientifiques !", "Créer, inventer, essayer ! En URSS, il y avait de la planification, une science de classe mondiale, des projets ambitieux. Pourquoi étudier maintenant ? Pour gagner plus d'argent ? Pour réaliser vos rêves à l'étranger ? Vous n'avez donc pas à travailler dur ? Tout cela n'est pas amusant. L'espoir demeure qu'il y a un avenir dans ce à quoi les enseignants et les parents essaient d'intéresser nos enfants, que nous réussirons à surmonter les guerres civiles et la crise à venir...

 

Ce n'est pas facile pour les parents en ce moment. En fait, tout l'espoir repose sur leur énergie, leur auto-organisation, leur activité. Dans une large mesure, ils se substituent à l'école pendant la période d'enseignement à distance obligatoire. Chaque écolier a besoin de son propre ordinateur, d'Internet et, mieux encore, de sa propre chambre. Si quelque chose distrait les enfants, si quelqu'un se profile derrière eux, c'est mauvais pour l'élève et l'enseignant. Et s'il y a beaucoup d'enfants... Et selon l'ordonnance du médecin, tu ne peux aller nulle part, tu dois rester à la maison tout le temps...

 

Cependant, les parents et les enseignants ont un tel travail. Nous avons traversé beaucoup de choses et nous allons nous en sortir. Et l'éducation de nos enfants sera à nouveau la meilleure. Nous ferons de notre mieux.

 

 

Georges Malinetsky

 

Georges Gennadievich Malinetsky (né en 1956) est un mathématicien russe, chef du département de modélisation des processus non linéaires de l'Institut de mathématiques appliquées de Keldysh (RAS). Professeur et docteur en physique et en mathématiques. Lauréat du prix Komsomol de Lénine (1985) et du prix de l'éducation du gouvernement russe (2002). Vice-président de la Société russe de nanotechnologie. Membre régulier du Club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

NDLR: G.G. Malinetsky prend les chiffres officiels (OMS ?) de la mortalité due au COVID sans aucun esprit critique. En effet, il faut distinguer la mortalité due directement au vrai (s) Covid (s) et la présence ou l'absence de comorbidités (très grand âge, obésité, diabète, cancer, etc.) et la mortalité attribuée au COVID par des tests truqués ou simplement par défaut. On ne peut pas construire une politique sur de telles données et sur une analyse erronée de ce qui est une "psycho-pandémie" (prélude d'autres psycho-pandémies à répétition) fabriquée par la ploutocratie mondialiste sur le modèle des virus informatiques. M. Bill Gates en sait quelque chose, lui qui a édifié sa fortune et son pouvoir sur l'informatique.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :