Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Rouge et Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Leonid Ivashov: La guerre mondiale est déjà en cours (Club d'Izborsk, 25 février 2021)

25 Février 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Général Leonid Ivashov, #Guerre, #Histoire, #Politique, #Russie, #USA

Leonid Ivashov: La guerre mondiale est déjà en cours (Club d'Izborsk, 25 février 2021)
Leonid Ivashov: La guerre mondiale est déjà en cours (Club d'Izborsk, 25 février 2021)

Leonid Ivashov : Il n'y aura pas et ne peut pas y avoir de guerre nucléaire

 

25 février 2021.

 

https://izborsk-club.ru/20713

 

 

- Leonid Grigorievich, le président Vladimir Poutine a déclaré lors de l'ouverture du forum de Davos que le monde est à peu près dans le même état qu'avant la Seconde Guerre mondiale. En tant qu'analyste militaire, pouvez-vous expliquer ce qu'il entendait par là ?

 

- Je tiens à préciser que ce n'est pas seulement comme c'était avant la Seconde Guerre mondiale, mais comme c'était avant la Première Guerre mondiale. Les guerres mondiales ne se produisent pas simplement, pas à cause de l'apparition d'un Hitler conventionnel. Leur source et leur client sont de gros capitaux. Elles se produisent lorsqu'il y a des contradictions insolubles. La Première Guerre mondiale a commencé lorsque le monde anglo-saxon dominait. L'Allemagne et la France étaient également en plein essor. Mais les colonies, les ressources et les marchés étaient déjà capturés par les Anglo-Saxons, ce qui a créé ces contradictions insolubles. Pour se développer, l'Allemagne a besoin de marchés, mais les Anglo-Saxons n'y renonceront pas. Avant la Seconde Guerre mondiale, la même situation se présentait. Des contradictions insolubles, surtout dans la sphère des grandes entreprises. En outre, le capital financier a commencé à jouer un rôle important. Les stratèges du nouveau monde étaient en train de manœuvrer et de décider à qui s'adresser.

 

Nous approchons à présent d'une nouvelle crise, et des regroupements et des stratégies sont à nouveau mis en place pour faire tourner la situation à leur avantage. Nous assistons à l'effondrement du modèle capitaliste du monde.

 

- Poutine, en fait, a parlé d'une guerre mondiale. Pouvons-nous, d'une manière ou d'une autre, affronter le monde entier ?

 

- Aujourd'hui, personne, et surtout pas les Américains, ne se prépare à une guerre nucléaire mondiale. Personne, sauf la Russie. Nous nous préparons.

 

- Argumenty Nedeli a écrit à plusieurs reprises que les Américains ne créent rien de nouveau dans le domaine des armes nucléaires. Au mieux, ils modernisent les anciennes. Et pourquoi nous préparons-nous ? Nos dirigeants pensent qu'une guerre nucléaire est possible ?

 

- Il n'y aura pas et ne peut pas y avoir de guerre nucléaire. Poutine l'a dit également. Et ce ne sont pas les Russes ou les Chinois qui en ont peur, mais les Européens et surtout les Américains.

 

Bientôt, Argumenty Nedeli publiera mon nouveau travail « L’esprit perdu". J'y cite des documents précédemment déclassifiés. Il montre que sous le président Reagan, les Américains ont finalement décidé de concentrer leurs efforts sur la destruction pacifique de l'Union soviétique. Cette stratégie a exclu la guerre en tant que telle. Ils ont de plus gros problèmes. Le super-volcan Yellowstone bouillonne sous l'Amérique et les scientifiques se demandent si son éruption tuerait l'humanité entière ou seulement le continent américain ? Même une seule explosion nucléaire accidentelle pourrait y déclencher une éruption volcanique aux conséquences peu prévisibles.

 

- Le 27 janvier, Vladimir Poutine a annoncé l'extension du traité START-3, qui limite le nombre d'armes nucléaires à 1 550 ogives et 700 vecteurs. La Douma et le Conseil de la Fédération ont ratifié le traité instantanément. Et il a été signé sous Medvedev et Obama en 2011. Vous étiez un adversaire de ce traité. Pourquoi ?

 

- Les Américains ne travaillent jamais sur les émotions. Surtout lorsqu'il s'agit de questions de sécurité. Ils sont très analytiques. Lorsque j'étais chef de la direction générale de la coopération militaire internationale, nous suivions naturellement tous les processus qui se déroulaient aux États-Unis. Et nous découvrons soudain que les Américains réduisent considérablement le financement des nouveaux développements en matière d'armes stratégiques. En effet, ils ont décidé que le développement et le maintien des armes nucléaires sont, tout d'abord, trop coûteux et, surtout, inutiles et n'apportent aucun bénéfice aux États-Unis.

 

- Parce qu'elles ne peuvent pas être utilisées ?

 

- Tout à fait exact. Mais une deuxième question se pose. En 2003, les Américains ont soudainement annoncé leur retrait du traité de défense antimissile. Et tous les traités précédents, START I et START II, qui n'est pas encore entré en vigueur, ainsi que le traité sur les missiles à courte et moyenne portée, sont tous liés par un même nœud à la défense antimissile. Il est clair qu'un missile stratégique en service sous le "parapluie" anti-missiles est incomparable avec le même missile, mais non protégé par quoi que ce soit. Après cela, nos services de renseignement se sont rapprochés encore plus de ce qu'ils feraient en se retirant du traité. Que feraient-ils à la place des armes stratégiques nucléaires ? Et le 18 janvier 2003, le président Bush signe une directive que nous avons complètement ignorée, même à l'état-major. Il s'agit de la directive relative à la frappe mondiale rapide (RGS).

 

Selon cette directive, la priorité a été donnée aux missiles de croisière de haute précision, à longue portée et ultra-rapides, et les travaux sur les ogives nucléaires tactiques, y compris les ogives à pénétration profonde, ont été intensifiés.

 

Mais à cette époque, la démilitarisation battait son plein, nous détruisions tout, nous fermions les entreprises de défense. Et les Américains, au contraire, ont commencé à construire des armes de haute précision et de longue portée.

 

Nous avons commencé à faire appel au raisonnement des dirigeants du pays - nous ne pouvons pas opter pour la réduction des armes nucléaires, car l'ennemi prépare une stratégie de frappe complètement différente. Ils se sont retirés du traité ABM et développent un système mondial de défense antimissile. Leurs systèmes, qui se trouvent en Roumanie et en Pologne, peuvent "tirer" nos missiles de lancement même depuis la position de la 27ème division de missiles dans la région de la Volga. Cela a posé la question suivante : devons-nous relever ce défi avec les restes de nos capacités, capituler ou chercher une troisième voie ? C'est pourquoi j'étais contre ce traité dans la version que les Américains proposaient. Nous avons proposé une option globale : vous arrêtez votre défense antimissile, et ensuite nous parlerons des armes stratégiques non nucléaires qui seraient utilisées dans la doctrine de la frappe mondiale rapide. Mais Medvedev n'a pas voulu nous écouter et a signé le contrat sous la forme que les Américains lui ont proposée. Pour être honnête, sous Medvedev, il n'y avait personne pour rendre compte de nos considérations. Il y avait "la paix, l'amitié, la réinitialisation", etc. Medvedev était fasciné par ces slogans, alors que les Américains faisaient tout de manière purement pragmatique, et nous nous sommes mis dans une situation désagréable.

 

- "Avangard", quelles manœuvres en altitude et en trajectoire, est la réponse à cette situation ?

 

- Oui, nous avions besoin de nouveaux moyens qui pourraient venir à bout du système américain de défense antimissile. Et l'académicien Yuri Solomonov a résolu ce problème.

 

- Comment les Américains ont-ils réagi ?

 

- Depuis lors, ils n'ont pas mis un seul nouveau sous-marin en service. Comme ils avaient 14 unités de sous-marins les plus puissants de la classe "Ohio" et qu'il en reste encore. De plus, ils ont mis, si je ne me trompe pas, 4 "Ohio", qui avaient 24 silos à missiles chacun pour les missiles balistiques, et y ont mis 158 missiles de croisière. Contrairement à nous, ils n'ont pas de bombardier stratégique aujourd'hui, sauf le B-52, qu'ils ont commencé à produire au début des années soixante. Ils ont fabriqué le B-1 et le B-2, le bombardier furtif, qui a été abattu par les Serbes. Mais ils ne sont pas adaptés pour transporter des missiles de croisière. Ils ne sont armés que de bombes. Ils doivent donc y aller pour bombarder la cible. Il en va de même pour les missiles basés au sol. Nous avons mis en service de nombreux nouveaux missiles, mais ils ont des Minutemen depuis les années 1970, et ils sont toujours en service.

 

- Pourquoi notre gouvernement a-t-il laissé le célèbre missile Avangard, qui ne peut être abattu par des moyens de défense antimissile, être inclus dans ce traité, que vous avez critiqué il y a dix ans ?

 

- Tout d'abord, il n'est pas nécessaire d'idéaliser l'Avangard. Il existe des lois de la physique qui sont immuables. Un missile, comme une pierre lancée, suit une trajectoire. L'Avangard peut effectuer deux ou trois manœuvres dans ce qu'on appelle le tube des trajectoires, mais cela ne signifie pas qu'il ne peut pas être abattu. Et deuxièmement, l'Avantgard est comme une nouvelle lance. Nous savons que les lances ne se battront plus, mais nous en créons une nouvelle qui vole plus loin que les anciennes. Il n'y aura pas de guerre nucléaire. Il faut le comprendre. La capacité nucléaire stratégique dont nous disposons aujourd'hui est le principal artisan de la paix de l'humanité.

 

- Alors pourquoi a-t-elle été incluse dans le traité ?

 

- Il ne peut y avoir de compromis dans ces négociations. Soit on l'inclut, soit on le refuse, et le traité part à la poubelle. L'Avangard ne résout rien de façon cardinale. Il renforce le rôle dissuasif des armes nucléaires stratégiques russes, mais ne change rien radicalement.

 

- Êtes-vous sûr qu`il ne peut pas y avoir de guerre nucléaire ?

 

- Vladimir Poutine : Il peut y avoir une guerre nucléaire, mais seulement une guerre tactique entre deux ou trois pays au maximum. Nous ne pouvons pas, par exemple, exclure l'émergence d'une sorte de conflit entre l'Inde et le Pakistan.

 

- Trump a annoncé qu'il créait une force spatiale. Ils ont des satellites tueurs qui peuvent orbiter et désactiver nos satellites ou ceux de la Chine. Nous avons aussi de tels satellites. Il y a le système laser Peresvet. Il y a une torpille sous-marine qui pourrait venir sur les côtes américaines, exploser et déclencher un énorme tsunami sur les États-Unis, ce que Sakharov a suggéré. C'est une nouvelle réalité, de nouvelles armes. Devrions-nous même nous préoccuper des armes nucléaires ?

 

- L'importance du traité peut être jugée à partir de la conversation entre Poutine et Biden. Ils en ont discuté en quelques mots. On a beaucoup plus parlé de Navalny. Je ne veux pas minimiser son rôle. Il est très important, au moins comme excuse pour la conversation entre les deux présidents. Sans START III, la conversation n'aurait jamais eu lieu. De cette façon, les deux ont marqué des points. Poutine se trouve dans une situation difficile chez lui.

 

- Biden est encore plus compliqué.

 

- Oui. Mais ils ont parlé et ils ont passé un accord. C'est bon pour les deux.

 

- Margarita Simonyan, directrice de la chaîne Russia Today, a déclaré qu'il était temps de reconnaître les républiques populaires de Donetsk et Louhansk. Un jour après sa déclaration, le présentateur de télévision Vladimir Solovyov a déclaré dans son émission diffusée dans tout le pays qu'il suffisait de s'occuper uniquement de l'aide humanitaire au Donbass, et qu'il était temps de nouer des relations d'affaires. Il a promis de fermer la frontière afin que les soldats des forces armées ukrainiennes aient peur de regarder vers le Donbass. Il est clair que ce n'est pas leur initiative, mais une sorte de jeu. Et tout cela avec pour toile de fond l'arrivée au pouvoir de Biden, sous lequel toute cette horreur a commencé en Ukraine, et beaucoup s'attendent à ce qu'avec son arrivée tout recommence. Qu'en pensez-vous ?

 

- Avant l'apparition du coronavirus, l'Ukraine était au centre de l'actualité et des talk-shows. Apparemment, le virus est en recul et ce sujet revient sur les écrans. Lorsque les référendums sur l'indépendance ont été organisés au Donbass, la Russie, pour ne pas dire plus, ne les a pas soutenus et n'en a pas reconnu les résultats. Mais il a indiqué sa position selon laquelle nous ne laisserions pas le monde russe seul avec les nationalistes et les fascistes. Les gens y croyaient à l'époque. Et nos citoyens s'y sont rendus en tant que bénévoles, les habitants ont pris les armes. Mais il n'est pas allé plus loin. La Russie ne reconnaît pas l'indépendance des républiques, elles délivrent des passeports, mais ne donnent pas la citoyenneté. La situation des habitants de la DNR et de la LNR est aujourd'hui meurtrière. Il n'y a pas d'emplois, pas de moyens de subsistance. En outre, la Russie est maintenant contrainte de réduire son aide. En fait, les gens n'ont aucune perspective de vie. Il semble que nos gens de la télévision ont commencé à soulever ce sujet, parce qu'il y a deux autres processus en cours.

 

- Qu'est-ce que c'est ?

 

- En relation avec la victoire de l'Azerbaïdjan au Karabakh, les nationalistes ukrainiens banderoles sont devenus plus actifs. Pourquoi Aliyev a-t-il rendu les terres saisies, et notre Zelensky ne le peut pas ? Et nous voyons que l'Ukraine renforce ses forces armées. De plus, des accords ont été signés avec la Turquie et Kiev essaie de construire des relations avec ce pays. Si nous calculons le rapport des forces, il devient évident que la milice ne peut tout simplement pas résister à une attaque ukrainienne. De plus, on peut voir comment Erdogan a fait une visite en Ukraine, les ministres de la défense et les états-majors généraux de l'Ukraine et de la Turquie sont en contact permanent. Les drones Bayraktar, qui ont si bien fonctionné contre l'Arménie, sont fournis d'urgence à l'Ukraine. Le rapport des forces n'est pas en faveur de la milice populaire.

 

- Et le deuxième processus ?

 

- Dans cette impasse, il y a encore des gens sobres, tant en Ukraine qu'ici, qui croient qu'il suffit que les Ukrainiens tuent des Ukrainiens, et que les Russes tuent des Russes. C'est comme s'il y avait un processus de négociation sous le patronage britannique à Istanbul entre les représentants du Donbass et de l'Ukraine. Il est dirigé par le mouvement des guerriers afghans. Des diplomates et des hommes politiques ont déjà rejoint ce mouvement. Ils sont tous préoccupés par ce qui se passe. La Russie ne reconnaît pas les républiques et l'Ukraine se prépare à faire la grève. Ils essaient de parvenir à un accord avant que la guerre ne commence et rien ne peut être changé. Le sujet tourne autour des accords de Minsk, mais, en fait, les représentants des républiques non reconnues acceptent de retourner en Ukraine à certaines conditions. Les dirigeants russes en profitent également, car les républiques du Donbass sont désormais un fardeau. On a profité d'eux, ils ont obtenu quelque chose et aujourd'hui, ils ne sont plus nécessaires. Il n'y a guère de choix. Soit une défaite militaire, qui est très probablement inévitable en raison de l'équilibre des forces, soit le retour de Novorossiya sous la main de Kiev.

 

Il y a là un certain nombre de points dangereux. Par exemple, l'une des premières mesures est le transfert de la frontière entre le Donbass et la Russie sous contrôle ukrainien. L'Ukraine garantit qu'il n'y aura pas de représailles. J'ai averti les négociateurs que dès que vous aurez placé la frontière sous leur contrôle, toutes les garanties cesseront d'être valables. Vous avez ici besoin de garanties internationales, que personne ne vous donne encore.

 

Ainsi, les discussions sur le fait que le monde russe ne vous offense pas doivent être étayées par quelque chose de plus substantiel.

 

- Pourquoi alors les militaires russes sont-ils soudainement apparus à la frontière entre la Biélorussie et l'Ukraine ? Il y a un grand scandale à ce sujet en Ukraine. Serait-ce un accident ?

 

- Certains analystes militaires, en particulier ceux qui n'ont pas servi dans l'armée, pensent pour une raison quelconque en termes de coïncidence. Et il n'y a pas de coïncidences, surtout en Biélorussie. Laissez-moi vous donner un exemple, aussi éloigné qu'il puisse paraître. L'année dernière, les Américains ont déclassifié un document intéressant. Le 5 mars 1953, comme nous le savons, Joseph Staline est mort. Et le 13 mars, les Américains ont adopté un mémorandum sur l'utilisation de la mort de Staline dans l'intérêt national des États-Unis. Par-dessus tout, ils voulaient une direction monolithique en Union soviétique après la mort du chef, et le principal danger pour eux était Malenkov*. Khrouchtchev ne figurait pas du tout sur la liste des dirigeants. La deuxième place est occupée par Beria, mais le principal concurrent est Georgy Maximilianovich Malenkov. Ainsi, les Américains élaborent le plan d'opération pour chaque situation et chaque personne et il est exécuté. Et pas seulement par les Américains. Et peu de gens le savent.

 

- Vous avez dit qu'une guerre mondiale était inévitable.

 

- Elle est déjà en cours, et avec des armes de destruction massive plus efficaces que le nucléaire. Aujourd'hui, nous voyons des virus de guerre infectieux, les moyens de vaincre l'esprit de milliards de personnes, et l'intelligence artificielle. La guerre ne fera qu'augmenter. Mais cette guerre est d'un tout autre ordre. Non plus dans la sphère géographique, comme c'était le cas auparavant, mais dans la sphère virtuelle. Du domaine de la connaissance, du domaine de l'intelligence. Ici, nous sommes toujours désarmés. Dieu merci, ce problème n'est pas rejeté. Kovalchuk, directeur de l'Institut Kurchatov, en parle, et le ministère de la défense travaille sur une nouvelle théorie de la sécurité. C'est à cela que nous devons prêter attention. C'est là que nous sommes perdants à bien des égards.

 

La lecture du « Grand échiquier » de Brzezinski devrait être obligatoire pour tout homme politique. Rappelez-vous sa phrase - le communisme est terminé, l'orthodoxie est la prochaine. Avons-nous établi une sorte de plan de contre-attaque ? Lorsque Reagan a dit "donnez-moi dix ans et je détruirai le communisme", notre service de renseignement savait déjà qu'il y avait un plan de destruction de l'URSS sur dix ans. Et même alors, les bases d'une guerre hybride ont été lancées. Si la guerre hybride des États-Unis contre l'URSS a réussi, pourquoi l'auraient-ils abandonnée ? Et cette guerre ne se concentre qu'à 30 % sur les moyens de combat traditionnels : missiles, chars et avions. Et les 70 % restants sont ce qu'on appelle le "soft power" - l'information, l'impact sur la conscience, etc. Ce rapport ne changera que dans le sens de la puissance douce dite létale.

 

 

Leonid Ivashov

 

Leonid Grigorievich Ivashov (né en 1943) est une figure militaire, publique et politique russe. Colonel Général. En 1996 - 2001, chef de la Direction principale de la coopération militaire internationale au ministère de la défense. Docteur en sciences historiques, professeur. De 1996 à 2001, il est devenu le chef du département de la coopération militaire internationale du ministère de la défense, colonel-général de Russie. Membre régulier du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

* NdT: https://en.wikipedia.org/wiki/Georgy_Malenkov

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :