Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Alexandre Douguine : La neutralisation et ses limites (Club d'Izborsk, 4 mars 2021)

6 Mars 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Alexandre Douguine, #Club d'Izborsk (Russie), #Philosophie, #Politique, #Russie

Alexandre Douguine : La neutralisation et ses limites  (Club d'Izborsk, 4 mars 2021)

Alexandre Douguine : La neutralisation et ses limites

 

4 mars 2021

 

https://izborsk-club.ru/20745

 

 

La configuration du pouvoir dans la Russie moderne : le centralisme.

 

Du point de vue de la logique formelle, la configuration du pouvoir en Russie aujourd'hui est, dans l'ensemble, assez bonne. Il y a un leader fort et une structure de gouvernement centralisée bien organisée qui s'oppose à l'entropie, au séparatisme et à la désintégration. Il existe un contrôle complet établi par Poutine sur les principales industries stratégiques, formalisé soit légalement, soit sur la base d'accords intra-système qui sont strictement respectés. Personne aujourd'hui - contrairement aux années 1990 - ne rêverait de remettre cela en question et de contester le système lui-même.

 

Du point de vue de l'État au stade historique actuel, cette structure de pouvoir est optimale. Le niveau de centralisation et de concentration du pouvoir dans les mains du dirigeant est suffisant pour maintenir la souveraineté, et c'est déjà beaucoup. Bien sûr, on peut y trouver des failles et des excès importants si l'on veut, mais dans l'ensemble, à une certaine approximation et face à la nécessité de maintenir sa souveraineté, ils sont tous justifiés par la situation difficile dans laquelle se trouve la Russie.

 

Cela est particulièrement important si l'on considère que la situation était bien différente dans les années 1990 et au début des années 2000. Dans les années 1990, la Russie présentait l'équilibre suivant entre les principaux centres de décision et les forces motrices de la société

 

1. Les structures supranationales - mondialistes, occidentales - étaient au-dessus de l'État-nation dans leur importance, et il y avait, en fait, une gestion extérieure de la Russie par les conservateurs de l'Occident et les élites dirigeantes totalement loyales à l'Occident et au libéralisme.

 

2. Les gangs criminels contrôlaient presque entièrement les forces de l'ordre.

 

3. Les représentants de l'oligarchie contrôlaient l'appareil d'État et une bureaucratie totalement corrompue.

 

Bien qu'on l'ait appelé "démocratie", le peuple et la société n'ont pas eu leur mot à dire dans les processus. Tout a été décidé par l'Occident, les oligarques et - au niveau local - les clans criminels.

 

Au cours des 20 ans de règne de Poutine, ce modèle a été complètement détruit et mis sens dessus dessous. On peut maintenant l'affirmer :

 

1. La Russie mène une politique souveraine indépendante de l'Occident, qui est inscrite à la fois de jure dans la nouvelle version de la Constitution et existe de facto, en s'appuyant sur une capacité de pouvoir suffisante (souveraineté réelle - et pas seulement formelle.

 

2. Les clans criminels sont entièrement contrôlés par les structures de pouvoir et dépendent d'elles.

 

3. les oligarques ne peuvent pas gouverner directement et ouvertement la bureaucratie et sont privés de toute influence sur la politique.

 

L'impératif autoritaire

 

Le passage du modèle des années 1990 au modèle poutinien a été une grande réussite dans le renforcement de l'État. Et la gravité des problèmes accumulés à la fin des années 90 nous permet de parler du salut de la Russie face à une catastrophe imminente.

 

Pendant les 20 ans de règne de Poutine, un système monarchique autoritaire a été créé, en d'autres termes, une centralisation du pouvoir dans une seule main. Un tel système est optimal pour la Russie. Il est historiquement justifié, géopolitiquement non alternatif et résulte de la structure complexe des territoires, de la population et, par conséquent, d'un ensemble d'impératifs stratégiques défensifs.

 

Tous les systèmes idéologiques de l'histoire russe sont venus à ce système d'une manière ou d'une autre : les tsars, les communistes, les démocrates. Quels que soient les représentants de telle ou telle force politique au départ, ils en sont venus inévitablement à l'autoritarisme. La gouvernance autoritaire en général est inévitable dans le cas de grandes masses sociales, sous la forme d'empires. Tôt ou tard, il est question de centralisation du pouvoir et de la présence de verticales stratégiques, pénétrant dans tous les rayons du système étatique. Par conséquent, d'un point de vue formel, il me semble que la mission de Poutine a été accomplie et qu'un système centraliste a été créé.

 

Si l'on considère que le système soviétique a perdu son contrôle centralisateur à la fin de son existence et que, dans les années 90, l'effondrement de l'État battait son plein, les réformes de Poutine étaient nécessaires, inévitables et efficaces.

 

Un État sans idées, sans éthique et sans peuple

 

Mais il y a un autre aspect - plus subtil - de tout le problème du système étatique. Dans le cadre de la centralisation existante et compte tenu des succès obtenus dans l'accomplissement des tâches de renforcement de la Russie, le gouvernement lui-même manque totalement:

 

1. d’idée ;

 

2. de l'éthique ;

 

3. de la prise en compte de l'être et de la volonté du peuple (c'est-à-dire la justice sociale).

 

Malgré la valeur du pouvoir et de la souveraineté, les dirigeants modernes de la Russie négligent complètement le fait que l'État n'est pas une valeur intrinsèque, mais une sorte d'armure, qui enveloppe le cœur vivant du peuple. L'État est une expression terrestre de l'idée suprême. Elle doit être construite sur une base éthique et un vecteur moral.

 

Tout cela est complètement absent aujourd'hui. Alors que l'État est centralisé et mis sous une forme efficace, il est complètement dépourvu d'esprit, c'est-à-dire d'idées et de pensées. Le pouvoir ne pense pas et n'essaie même pas de penser. Tout est subordonné à l'efficacité pratique. Le pouvoir croit que s'il le fait, il n'est pas nécessaire de penser. Si elle existe, cela justifie à lui seul son existence. Le pouvoir devient donc, en un sens, en opposition à l'idée.

 

En outre, l'État russe moderne est totalement dépourvu de moralité. Il n'y a pas de vie culturelle réelle et profonde qui y circule. Il n'y a pas d'âme dans un tel état.

 

Le peuple en tant que concept, en tant que sujet de l'histoire est absent ; à la place, il est remplacé par "population", "contribuables", "emplois", etc.

 

Il s'avère qu'en fait, le Léviathan, une sorte de monstre de pouvoir de fer sans esprit, âme et éthique, a été créé.

 

Dans l'ensemble, nous devons être réalistes. En fait, ce n'est pas si mal, car lorsqu'il n'y a pas d'organisme fort et souverain, ni même de mécanisme, alors les gens deviennent facilement des victimes. Et puis l'âme subtile du peuple, l'esprit subtil ne peut pas non plus s'ouvrir librement, car le peuple lui-même devient esclave. Il ne faut donc pas négliger le Léviathan russe et le traiter avec légèreté. L'État est en tout cas une chose nécessaire.

 

Il devient alors clair pourquoi l'Empire est si important dans la compréhension des Russes, pourquoi il fait partie de nos plus hautes valeurs.

 

Mais d'un autre côté, rien n'empêche aujourd'hui nos autorités de s'occuper des choses fondamentales - l'idée, l'éthique et les gens. De plus, le manque d'attention à leur égard génère un nombre énorme d'excès et crée les conditions préalables à la vulnérabilité de ce système centraliste, en général, pas mal construit. Ce que nous constatons aujourd'hui, c'est une stupidité impénétrable, une corruption rampante et un sens zéro de la justice sociale de la part des autorités, tous ces éléments créant des menaces internes croissantes pour la société. Le mécanisme parfaitement adapté - formellement - du système politique, avec la centralisation de tous les domaines clés, subit une érosion interne.

 

Aujourd'hui, c'est l'absence d'une superstructure plus fine qui se retrouve au premier plan de la politique. Et c'est précisément parce que les conséquences désastreuses des années 1990 ont déjà été éliminées. La superstructure est truquée, mais elle est inutile car il n'y a pas d'idées, pas d'éthique, pas de souci du peuple, pas même une idée du peuple en tant que tel.

 

Dans une telle situation, tout est confié à des personnes choisies au hasard qui parviennent à se faire passer pour des "gestionnaires efficaces". C'est un critère important pour l'aspect technique des choses. Mais totalement inapplicable et manifestement faux pour des tâches plus subtiles. Par conséquent, l'ensemble du système politique - assez bon - commence à pourrir, ce qui crée les conditions préalables à sa vulnérabilité croissante.

 

L'État est toujours une construction artificielle : la création en mode d'urgence

 

Il faut garder à l'esprit que tous les États sont créés artificiellement. Derrière chaque institution politique, il y a un certain moment historique au cours duquel les réponses à tel ou tel défi aigu sont données. Ceux qui donnent une réponse, qui s'avère être vraie, deviennent les chefs d'État, ce qui est formaté. Au cœur de tout, il y a un sujet et sa volonté. Le plus souvent, elle est collective et fondée sur une certaine idéologie.

 

Le système monarchique était aussi une construction. Elle s'est développée historiquement sur la base du renforcement du Grand-Duché, puis - du pouvoir tsariste. L'adoption de l'orthodoxie a joué un rôle important. Dans le même temps, l'élite au pouvoir a reconstruit l'État lui-même à plusieurs reprises - tant dans l'Antiquité qu'à des époques plus proches de nous. Ainsi, la Russie de l'après-Pierre diffère sensiblement de la Russie de Moscou, et cela, à son tour, de l'époque mongole et de la période pré-mongoles. Et à chaque fois de nouvelles décisions sur la construction de l'État, l'idée dominante, l'éthique dominante, la place et le rôle du peuple russe dans l'histoire.

 

Au XXe siècle, un système soviétique a été créé. Et il a été construit artificiellement par l'élite révolutionnaire bolchevique. Dans les conditions de l'effondrement et de l'entropie du système monarchique, des difficultés de la Première Guerre mondiale et de l'accumulation des problèmes non résolus du tsar, les bolcheviks ont pris le pouvoir et ont créé - machiné - l'État soviétique. C'était quelque chose d'artificiel. Oui, les bolcheviks se sont appliqués aux circonstances, se sont adaptés à la situation, et ont parfois comparé de manière rigide les bombements du paysage historique, social ou culturel de manière totalitaire, en le rendant conforme à leurs notions idéologiques.

 

Cette construction de l'État a été efficace pendant 70 ans ; puis, à la fin de la période soviétique, elle a cessé de fonctionner.

 

C'est ainsi que les libéraux sont arrivés au pouvoir. Et une fois de plus, ils ont commencé à reconstruire artificiellement l'État. Cependant, cette fois, les réformateurs n'ont pas construit quelque chose de nouveau, mais ont détruit et volé l'ancien. La majorité de l'élite dirigeante est restée au pouvoir depuis la fin de l'époque soviétique. Cet héritage, la "mémoire du métal" de la période soviétique, les vestiges des institutions soviétiques continuent de vivre pleinement dans notre société - en se dégradant, en se dégradant plutôt qu'en se transformant et en se transformant.

 

La tentative de refonte du système politique à l'époque d'Eltsine a été un désastre dans le plein sens du terme. Cette période des années 90 va s'écouler - elle s'est déjà écoulée ! - dans notre histoire comme un mal absolu. Quelque chose qui ressemble à l'époque des troubles ou de la guerre civile. Désintégration, dégradation, dégénérescence, prise de pouvoir par les éléments les plus bas et les plus damnés.

 

Au lieu de construire quelque chose de nouveau, les libéraux ont simplement détruit et pillé le vieux. C'était un net désavantage.

 

Poutine, en revanche, a hérité des vestiges de l'inertie et de la destruction soviétiques, qui ont été apportés par les bacchanales des libéraux dans les années 90. Et à partir de ce qui est, a commencé à créer un système qui fonctionne.

 

Une fois de plus, il s'agissait d'une construction artificielle à partir de ce qui était à portée de main. Poutine, comme un plombier attentionné et consciencieux, a éliminé la panne sur la ligne. Soudain, tous les tuyaux éclatent, tous les ascenseurs s'effondrent, tous les trains s'arrêtent. La situation dans l'État était désastreuse. De l'eau froide ou bouillante martèle partout, les communications éclatent, les murs s'effondrent, et des bandes d'oligarques, de bandits et de fonctionnaires voraces, devenus fous de cupidité, de lâcheté et de lucre, courent partout. En fait, pendant la période Eltsine, la Russie a été amenée, par des libéraux, dans un état incompatible avec la poursuite de son existence. Le pays commençait à se désintégrer véritablement.

 

Poutine a pris la responsabilité de tous ces désastres qui se sont accumulés pendant la fin de la période soviétique, et au prix de la destruction de l'État dans les années 90, lorsqu'il y a eu une destruction barbare de la Russie, et de ce qui a été, a essayé de monter un mécanisme qui fonctionne. Dans l'ensemble, il a réussi. Et ainsi, une fois de plus, l'État russe a été relancé.

 

Une autre chose est que jusqu'à présent, ce mécanisme n'est chargé de rien. Le corps a donc été sauvé, et pendant qu'il était sauvé en mode d'urgence, il n'y avait pas le temps de penser à l'âme. Mais si ce mécanisme continue à être vide de contenu, alors ces points, ces coutures, à l'aide desquels l'actuelle Fédération de Russie, "la corporation Russie" a été créée, dont elle a été assemblée à la hâte, se briseront à nouveau. Une nouvelle catastrophe est alors inévitable.

 

Lorsque l'équipe de secours est contrainte d'éliminer l'accident immédiatement, elle ne comprend pas ce qui est utilisé pour réparer les trous. Avec ce qui est à portée de main. Donc, une fois de plus, un nombre considérable de parties superflues, de personnes superflues sont au pouvoir. Les conformistes, les voyous et les électrons libres ont été nécessaires à un moment donné. Et ils sont entrés dans le système sur le principe de "ce qui était là". Mais beaucoup d'entre eux y sont bloqués. Et ces pièces utiles de déchets de construction, de production, d'extrémités lubrifiées intégrées à la structure, se considérant comme des "hommes d'État". Ce sont les coûts inévitables de toute structure. Mais aujourd'hui, ils représentent une réelle menace.

Vladislav Surkov : de la démocratie souveraine à un peuple plus profond

 

Vladislav Surkov, l'ancien idéologue de Poutine, était l'exemple le plus frappant d'un personnage sacrifiable dans le contexte de la nécessité urgente d'éliminer l'effondrement de l'État. L'évolution de ce chiffre est indicative. Au début, il ressemblait à un apparatchik gris, doté d'un pouvoir immense, d'une ruse incroyable et de la capacité de sortir de n'importe quelle confiture, mais toujours dans l'une des infinies nuances de gris. Aujourd'hui - par rapport à ceux qui sont arrivés à son poste plus tard - il ressemble à un paon multicolore. Même les détails superflus deviennent peu à peu superficiels.

 

À l'époque où la thèse de la "démocratie souveraine" a vu le jour, j'ai travaillé en étroite collaboration avec Surkov. Il est vrai que j'ai immédiatement indiqué ma position en disant que la souveraineté dans tous ses sens m'est inconditionnellement proche, alors que la démocratie est facultative dans cette combinaison. La souveraineté est acceptable, mais si l'on y ajoute la démocratie, alors la souveraineté serait bien. La souveraineté de la Russie est avant tout et justifie tout (ou presque tout). C'était le cas dans ce concept - la souveraineté était clairement en tête de liste. La souveraineté signifie une indépendance totale, la liberté de définir et de construire notre système politique. C'est le point principal des réformes de Poutine pour restaurer le Léviathan russe. Poutine poursuit cette démarche de manière cohérente, ce qui est la bonne chose à faire.

 

Surkov a tenté de le rendre plus systématique, de l'élever au rang de concept. Et, comme d'habitude, dans l'esprit de ses demi-mesures habituelles ("cent nuances de gris"), il a ajouté la démocratie. Pour rassurer la communauté libérale. Elle ne s'est pas calmée et n'a pas cru. Ils ne l'ont probablement pas cru correctement. Poutine a la souveraineté en Russie, mais pas la démocratie. C'est peut-être une bonne chose. Parce que nous n'en avons peut-être pas besoin. Je n'affirme pas de manière catégorique, je dis simplement : il n'y a pas de démocratie, c'est tout. Certaines personnes sont tristes, d'autres s'en fichent. Et certaines personnes sont heureuses. Cela n'a pas d'importance.

 

Ainsi, la souveraineté de ce concept de "démocratie souveraine" a été réalisée et continue à être réalisée, tandis que la composante "démocratique" est devenue quelque peu stagnante. Cela dit, le libéralisme est loin d'être éteint. La démocratie libérale, non pas comme une réalité, mais comme l'idéologie des élites - surtout économiques et culturelles - est toujours là, et nous rend un mauvais service et nous gêne de façon tangible. Surkov a tenté de créer une façade de "démocratie" (avec la timide réserve que nous ne pouvons pas nous empêcher d'avoir une démocratie "souveraine", sinon il n'y en aurait pas du tout) pour l'Occident, mais personne n'y croyait. Et personne à l'intérieur n'y a cru non plus - et ils n'y croient pas. Nous gardons toujours cet emballage pour quelque chose. Ainsi, sous la notion de "démocratie", Surkov a cherché à envoyer un signal aux libéraux occidentaux et russes. L'idée était de créer un compromis. Mais il n'en est rien sorti.

 

Mais Surkov, à proprement parler, n'a pas vraiment essayé. Je lui ai suggéré : publions des documents plus sérieux que les reportages, commençons à développer sérieusement cette théorie politique, créons un laboratoire intellectuel, qui construira proprement les territoires dans lesquels le contenu de la démocratie sera décrit, sans contredire la souveraineté et le patriotisme, et donc pas la démocratie libérale - illibérale - : il n'y a pas prêté attention. En réponse à sa demande, qui a été formalisée sous la forme d'une proposition de Poutine, j'ai rédigé l'intégralité du manuel "Sciences sociales pour les citoyens de la nouvelle Russie", qui a permis de mieux comprendre la démocratie souveraine. Les autorités ont aimé le manuel, soit dit en passant, mais on m'a dit que la société libérale et... une mafia qui tire profit de l'activité d'impression des manuels obligatoires a été mise au pied du mur pour empêcher sa mise en œuvre. En d'autres termes, l'hydre est encore forte, et même l'administration présidentielle a dû se replier devant elle.

 

Vers 2008, M. Surkov s'est désintéressé de la question. Il a dit un jour : «Sovereign democracy" est comme le tube de la saison : on ne peut pas jouer la même chanson trop longtemps. Il est temps de trouver autre chose... Si on parle de démocratie souveraine, passons à autre chose. C'était la façon dont les autorités traitaient les idées, l'idéologie et les concepts de manière non sérieuse et résiduelle. Même ceux qu'ils ont eux-mêmes mis en avant.

 

Plus tard, lorsqu'il a quitté ses fonctions au pouvoir, Surkov a imaginé un nouveau concept - celui de "peuple profond". J'ai beaucoup écrit à la fois sur l'État profond en tant que noyau de l'"État souverain" et sur le "peuple profond". La justification du peuple - le peuple russe - comme sujet d'histoire est au cœur du manuel de "sciences sociales" auquel j'ai fait référence.

 

Le fait que M. Surkov se soit tourné vers le concept de "peuple profond" est gratifiant. En général, Surkov a essayé de se présenter comme un "patriote" ces derniers temps. Il n'est pas très convaincant à ce sujet, car il glisse constamment vers le post-modernisme et le style du cynisme libéral. Mais de temps en temps, il parle de ces thèses qu'il a lui-même utilisées pour ridiculiser ou déformer au-delà de toute reconnaissance.

 

Mais nous ne pouvons pas le juger sévèrement ici. Si c'est là son évolution sincère, alors c'est bien, et il devrait être soutenu dans cette évolution. Bien sûr, ses stratégies postmodernistes, lorsqu'il était au Kremlin et qu'il mélangeait constamment patriotes et libéraux, ont forcé les libéraux à faire des discours patriotiques, et les patriotes, au contraire, à s'orienter vers le libéralisme (qui ne voulait pas, qu'il marginalisait ou détruisait), étaient, pour le moins, discutables. Après tout, en mélangeant tout le monde avec tout le monde, il a également contribué à la neutralisation de la vie publique. C'est ainsi qu'a eu lieu la "mise à zéro", sur laquelle il a lui-même écrit un roman au titre expressif "Autour de zéro".

 

Il est parti, et pendant un moment, il a semblé que le pire était passé... Mais après sa démission de son poste, la vie idéologique dans la politique intérieure en général s'est arrêtée. En fait, elle s'est arrêtée.

 

Surkov a tenté de "court-circuiter" les parties adverses afin d'obtenir un résultat nul, sans provoquer de court-circuit. Et ses successeurs ont arrêté même l'imitation de toute activité idéologique.

 

J'ai une double attitude vis-à-vis de la période Surkov. D'une part, il est bon qu'il y ait eu au moins une imitation de la pensée. Bien sûr, cela n'a pas inspiré confiance. Mais mieux vaut cela que rien du tout, c'est-à-dire comme c'est le cas aujourd'hui.

D'ailleurs, les thèses que Surkov avance aujourd'hui, qui sont patriotiques, pour soutenir le "peuple profond" ou la "souveraineté de la Russie", je les soutiens et je les salue. Peu importe d'où ils viennent. Même du "diable". Si le "diable" dit des choses en faveur du renforcement de la souveraineté de la Russie, de son statut d'État, de la protection de son peuple, bien sûr, nous devrions chercher le piège ici, mais, néanmoins, ces thèses ne deviennent pas fausses en elles-mêmes. Et elless doivent être maintenues.

 

Nous ne pouvons pas abandonner la vérité en tant que telle simplement parce qu'elle est mise dans la bouche de personnes douteuses et peu autoritaires.

 

Un pouvoir transcendant sur les trois branches

 

Dans une démocratie classique, tout est basé sur la répartition du pouvoir entre les trois branches du gouvernement - législative, exécutive et judiciaire. Un manque d'équilibre entre eux conduit facilement à une crise.

 

Dans notre système étatique, ce danger est peu probable. L'équilibre entre les trois branches est maintenu au détriment de l'autorité transcendante, qui est représentée en la personne de Poutine. Il s'agit, à mon avis, d'un modèle monarchique-autoritaire très correct. Tant le pouvoir exécutif en la personne du gouvernement que le pouvoir législatif en la personne de la Douma, et même le pouvoir judiciaire en la personne de la Cour suprême n'ont aujourd'hui aucune subjectivité. Et c'est bien ainsi. Parce que la subjectivité du pouvoir ne réside pas en eux - ni en général ni individuellement - mais ailleurs. Elle se trouve à Poutine.

 

C'est Poutine qui harmonise, coordonne et construit l'interaction des trois branches du pouvoir à partir de sa position transcendante. Cela n'est possible que parce que son pouvoir est l'autorité suprême et qu'il se situe au-dessus des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire. C'est pourquoi, surtout, le pouvoir judiciaire, du moins la Cour constitutionnelle, perd beaucoup de son importance.

 

La Cour constitutionnelle prend tout son sens lorsqu'il n'y a tout simplement pas de pouvoir transcendant pour équilibrer d'une manière ou d'une autre les différends entre le gouvernement et le parlement. Mais comme, dans notre pays, le gouvernement et le parlement ont, outre le premier ministre et le président, une figure encore plus élevée, à savoir le président, la fonction de la Cour constitutionnelle devient purement technique et perd son sens politique.

 

Nous savons à quel point la Douma d'État dépend de Poutine, à quel point tous les partis dépendent de Poutine. Ils n'existent que grâce à son consentement à ce qu'ils existent. Ils existent, ils sont présents au Parlement, et ils sont dirigés par ceux qui les dirigent, juste parce que Poutine est d'accord avec cela ou même exactement ce qu'il veut. Même lorsqu'ils critiquent Poutine, ils le font en accord strict avec lui. Donc, bien sûr, la subjectivité est minimale ici. Et cela, à mon avis, est très bien dans les circonstances actuelles. Elle contribue à la neutralisation des risques.

 

En ce qui concerne le gouvernement, un pouvoir transcendantal est à l'œuvre ici encore, transformant l'ensemble du gouvernement, y compris le Premier ministre, en cadres purement techniques. Les questions stratégiques, la politique internationale, la défense et, à bien des égards, l'économie sont dirigées par Poutine personnellement. Et les personnes qui en sont responsables au sein du gouvernement ne font qu'exécuter ses ordres.

 

Par conséquent, dans le Léviathan russe, il n'y a tout simplement pas trois puissances qui seraient capables de construire un modèle d'interaction entre elles. Il n'y a qu'une seule puissance, répartie sur trois canaux. Et pour la réalité russe actuelle, c'est optimal.

 

Poutine est arrivé à ce système lors de la liquidation de l'état d'urgence dans les années 90. Il a renforcé la Douma avec des fonctionnaires qui lui sont totalement loyaux (Russie unie), a jeté les libéraux (SPS), a gelé les inoffensifs et dociles "gauchistes" (CPRF) et "droitiers" (LDPR), et a ajouté le désormais insignifiant Mironov (aujourd'hui son parti est appelé par un acronyme imprononçable). Tous sont neutralisés et totalement contrôlés. Et génial. Il n'y a rien à dire sur le gouvernement, il est composé de ceux que Poutine choisira. Et la Cour constitutionnelle n'a personne à juger, Poutine a tout jugé.

 

Une autre chose est que tout cela devient de plus en plus inutile. La façade des trois pouvoirs est un hommage aux critères occidentaux de la démocratie. Elle n'a rien de souverain. La seule chose souveraine d'un tel système est qu'il n'est pas du tout doté de la moindre subjectivité. C'est-à-dire qu'il ne s'agit pas de démocratie, mais d'une parodie vide de sens. Et un tel modèle ne peut tout simplement pas être dénué de sens si nous parlons sérieusement de souveraineté.

 

La souveraineté exige la neutralisation. Dans la période de liquidation de l'accident, tout cela était justifié. Mais l'accident a été nettoyé, pour le meilleur ou pour le pire. Et c'est alors que l'on découvre qu'au cours des opérations de sauvetage, tout le matériel disponible a été utilisé, y compris celui qui est loin d'être idéal. C'est ainsi que le meilleur est en inimitié avec le bon, c'est-à-dire pas aussi mauvais que dans les années 90.

 

Les trois puissances de la Russie moderne sont un présent moyen et un passé terriblement surmonté. Mais il n'a aucun avenir. Il n'a aucune idée, aucune éthique, aucun peuple. Il s'agit d'un simulacre - utile, mais dont l'utilité s'estompe progressivement.

 

Et tout dépend à nouveau d'une seule personne. Si Poutine pense sérieusement à l'avenir, s'il fait attention au fait que l'État doit avoir un esprit, une éthique et une âme, qu'il doit être la vie du peuple (et pas seulement sa survie), alors tous les autres - ses subordonnés - seront obligés d'y penser.

 

Si une autorité transcendante par rapport aux trois branches du pouvoir décide de tout, alors elle décide de la structure future de l'État - la Russie du futur.

 

Les succès de la neutralisation et de la prévisibilité d'un choix délibéré

 

Une telle structure de l'État russe dispose-t-elle d'une marge de sécurité ? C'est la question la plus aiguë. Dans un sens, c'est un secret d'État.

 

Officiellement, il est clair que Poutine a le contrôle. Les résultats des élections et le soutien au régime en général seront ce que Poutine exige. C'est pourquoi il est un pouvoir transcendant, pour régner sur tout. Si nous avions une politique, nous serions en train de deviner : va-t-il passer ou non. Mais comme tout a été neutralisé, nous n'avons pas besoin de deviner.

 

Tout est neutralisé. Les mauvais et, hélas, les bons ont été neutralisés, et le meilleur est interdit.

 

Navalny a été neutralisé, et maintenant ses partisans le sont aussi. L'électeur russe est également neutralisé. Nous vivons dans une société de neutralisation de l'État. Nous avons tous été neutralisés, et nous ne pouvons pas constituer une menace pour le pays. Il y a à la fois des aspects positifs et des aspects négatifs. Nous pouvons nous réjouir que la menace ait disparu. Mais dans un sens, nous ne sommes plus nous-mêmes une menace - en tant que citoyens.

 

Et la Russie unie est précisément l'institution qui facilite la neutralisation. Le parti ne propose aucune idée parce que vous ne pouvez pas penser, ni agir, parce que vous ne pouvez pas agir non plus. Il s'agit simplement d'une discipline, comme dans le sport. Aimez, n'aimez pas - faites travailler vos muscles, courez, sautez.

 

C'est la même chose pour l'électeur, qu'il le veuille ou non, qu'il soit irrité ou indifférent - allez voter. Il y a des gens qui s'en fichent, et d'autres qui sont aigris. Mais on leur dit à tous de prendre la pose du lotus et de se détendre. Et cette "pose du lotus" est appelée "élections".

 

En ce qui concerne l'opportunisme de l'État, chacun devrait voter comme il le souhaite.

 

Navalny, du point de vue de l'opportunité de l'État, a besoin de se reposer un peu et de reprendre ses esprits. S'il ne veut pas reprendre ses esprits, son temps de "repos" sera prolongé. C'est une discipline, un sport, si vous voulez, la gymnastique politique du pouvoir. Quoi qu'ils veuillent, ils choisiront. Parce que le choix est fait.

 

Transition vers l'Empire.

 

Nous sommes dans un état où la première phase du salut de l'État après le régime soviétique et la bacchanale libérale des années 1990 qui a suivi est achevée. Une certaine gérabilité, un certain ordre et une certaine stabilité ont été rétablis. La chute dans l'abîme a été évitée. Plus précisément, nous ne nous précipitons pas tête baissée dans l'abîme. Nous sommes gelés au-dessus. Nous sommes gelés. Et nous ne tombons pas, ce qui est une bonne chose.

 

Et voici maintenant la deuxième phase. Il s'agit de remplir de contenu et de sens ce mécanisme dont on peut dire aujourd'hui qu'il fonctionne.

 

Nous ne pouvons pas appliquer les critères occidentaux à la politique russe et à l'histoire politique de la Russie parce qu'ils ne nous conviennent pas du tout. La séquence et la signification de ces événements sont complètement différentes pour nous. C'est pourquoi nous ne pouvons pas dire que nous allons vers la libéralisation, vers la modernisation, vers les réformes, vers l'occidentalisation, vers la démocratisation. Tout cela n'a pas de sens, même dans les pays occidentaux, et cela s'applique encore moins à nous. Il n'y a pas de sens universel dans le passage de l'ancien au nouveau, pas de vecteur de progrès non ambigu. Il est nécessaire de préciser le type de changements exigés. Sinon, c'est un cri vide et stupide.

 

Selon la logique de notre histoire politique russe, la deuxième phase devrait consister en une transition vers le système de coordonnées russe. Le système de coordonnées russe considère l'empire comme la norme et l'absence d'empire comme une anomalie.

 

Poutine corrige les conséquences désastreuses de la période d'anomalie. Il l'a presque terminé. De plus, il n'est même pas "presque", mais complètement fini.

 

Au niveau matériel, au niveau de la gestion de la centralisation, Poutine a accompli sa tâche. L'anomalie a été neutralisée, comme je l'ai dit plus haut.

 

Nous sommes maintenant à la limite où il est nécessaire de passer de la situation d'urgence - l'élimination des conséquences de l'accident politique - à la phase suivante. Et la prochaine étape nécessaire consiste à donner à l'État russe un sens, un esprit, des idées, des points de référence et des images de l'avenir. C'est précisément là que nous nous trouvons. Entre la première et la deuxième phase de l'histoire politique de la Russie moderne.

 

Mais la transition est toujours difficile. Il semble que le début d'un nouveau cycle menace la perte et la disparition des résultats de la phase précédente obtenus avec tant d'efforts. Avec un tel travail pour tout neutraliser, comme il est craintif et risqué de tout raviver. Après tout, une idée, une éthique et un peuple sont quelque chose de vivant et d'imprévisible. Ainsi, le passé et le présent se retrouvent dans la position d'un ennemi du futur. Ils empêchent l'avenir de se produire.

 

Toute la tension de ce changement de phase problématique de l'histoire politique retombe sur les épaules de Poutine. Après tout, il est le liquidateur de l'accident. Et lui, en tant que sauveteur (mais pas encore sauveur), s'est admirablement acquitté de cette tâche difficile.

 

Mais une tâche très difficile l'attend maintenant : pourra-t-il passer à autre chose ? Après tout, il faut une stratégie complètement différente, un style de pouvoir différent et, enfin, un système politique différent. Le compromis du monarchisme implicite derrière la façade de la démocratie simulée avec sa multitude de compromis libéraux, combiné à une élite sans idéologie et immorale et à l'absence totale de justice sociale dans la société, est épuisé. Ce qui était justifié et nécessaire devient à son tour un obstacle à ce qui est approprié.

 

Poutine est en train de terminer la première phase. Est-il capable de passer à la seconde ? Et sinon, qui fera le reste ? Sera-t-il capable de franchir le point critique de non-retour lorsqu'il deviendra évident que la situation ne reviendra jamais ? Et pourtant, pendant la période Medvedev, nous avons vu par nous-mêmes que les années 90 ne sont pas si loin de nous - et pourraient bien revenir.

 

Il est évident que vous ne pouvez pas continuer à réparer ce qui a déjà été sauvé, ce qui a été sorti du mode catastrophe.

 

C'est le caractère poignant du moment politique actuel. Parce que, du point de vue de la logique formelle, la tâche de liquider la catastrophe politique des années 70-90 du XXe siècle a été résolue. Des résultats positifs ont été obtenus. Il est étrange de se promener avec des clés à molette avec un regard anxieux là où le tuyau ne fuit plus. De plus, cela peut aussi être le début d'une nouvelle désintégration.

 

Nous avons besoin d'un nouveau niveau de réflexion politique, d'un nouveau format pour l'État russe et d'une image complète et inspirante de l'avenir.

 

C'est là que le système soviétique a trébuché dans la dernière période : il n'avait aucune image de l'avenir - ou simplement personne n'y croyait plus. Et il s'est effondré, perdu dans le présent et dans la résolution de problèmes techniques interminables qui se sont révélés insolubles. C'est avec la perte de l'horizon de l'avenir, avec l'absence de motivation inspirante et convaincante pour l'existence historique d'une grande nation que le désastre et l'effondrement du grand État en 1991 ont été liés. Tout cela risque de se répéter.

 

C'est pourquoi nous entrons maintenant dans une zone difficile. D'une part, Poutine continue à gagner en politique intérieure. En grande partie parce qu'il n'y a personne d'autre à battre. Dans l'ensemble, tout fonctionne, tout bouge. Pas toujours parfaitement, mais c'est émouvant.

 

Et d'autre part, le temps commence à exiger autre chose, quelque chose que Poutine n'a jamais fait. Ce n'est peut-être pas la tâche de Poutine. Mais comme il - et lui seul - a tout le plein - transcendant ! - pouvoir, qui d'autre que lui ? Les autres ont été neutralisés avec succès.

 

C'est un point très subtil. Et que Dieu nous accorde de survivre à ce moment le plus difficile et le plus critique de notre histoire.

 

Nous avons besoin d'un nouveau départ pour l'État russe. Le Léviathan doit être éclairé par l'idée, doit trouver une nouvelle règle - cette fois une morale, qui est vraiment aristocratique ! - et devenir non pas un mécanisme oppressif de coercition et d'asservissement, mais un instrument du peuple lui-même, menant librement et souverainement son chemin dramatique et héroïque à travers l'histoire.

 

 

Alexander Dugin

 

http://dugin.ru

Alexander G. Dugin (né en 1962) est un éminent philosophe, écrivain, éditeur, personnalité publique et politique russe. Docteur en sciences politiques. Professeur de l'Université d'État de Moscou. Il est le leader du mouvement eurasien international. Membre permanent du Club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :