Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Alexandre Douguine : Manifeste du grand réveil (Club d'Izborsk, 6 mars 2021)

11 Mars 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Alexandre Douguine, #Club d'Izborsk (Russie), #Philosophie, #Politique, #Russie

Alexandre Douguine : Manifeste du grand réveil (Club d'Izborsk,  6 mars 2021)

Alexandre Douguine : Manifeste du grand réveil

 

6 mars 2021

 

https://izborsk-club.ru/20749

 

 

Première partie. Grand Reset.

 

Les 5 points du prince Charles.

 

En 2020, lors du forum de Davos, son fondateur Klaus Schwab et le Prince Charles de Galles ont proclamé un nouveau cours pour l'humanité, le Grand Reset.

 

Le plan exprimé par le prince de Galles comporte 5 points :

 

1. Capturer l'imagination de l'humanité (car le changement n'arrive que lorsque les gens le veulent vraiment) ;

 

2. La reprise économique après la pandémie de Covid-19, qui devrait conduire au début du "développement durable". Il faut inventer des structures de production durables autres que celles qui ont eu un effet pernicieux sur l'environnement de la planète ;

 

3. Transition vers une économie non pétrolière au niveau mondial. Pour ce faire, il convient d'exercer une influence critique sur les prix du pétrole afin d'assurer la viabilité du marché ;

 

4. La science, la technologie et l'innovation vont recevoir un nouvel élan. L'humanité est au seuil d'une percée radicale qui changera toutes nos idées sur ce qui est possible et ce qui est bénéfique dans le contexte d'un avenir durable ;

 

5. La structure du bilan des investissements doit changer. La proportion d'"investissements verts" devrait être augmentée et des emplois devraient être créés dans les domaines de l'énergie verte, de l'économie cyclique et de la bioéconomie, de l'écotourisme et des infrastructures publiques vertes[1].

 

Le terme "durable" est le concept le plus important du Club de Rome - "développement durable". Cette théorie est basée sur une autre théorie - "les limites de la croissance", selon laquelle la surpopulation mondiale a atteint une limite critique (ce qui implique la nécessité de réduire le taux de natalité).

 

Le fait que le mot "durable" soit utilisé dans le contexte de la pandémie Covid-19, qui selon certains analystes devrait entraîner une diminution de la population, a provoqué une réaction importante au niveau mondial.

 

Le point principal du Grand Reset se résume à :

 

la gestion de la conscience publique à l'échelle mondiale, qui est à la base de la "culture de l'annulation" - l'introduction de la censure dans les réseaux contrôlés par les mondialistes (point 1) ;

 

Transition vers une économie écologique et rejet des structures industrielles modernes (points 2 et 5) ;

La transition de l'humanité vers le 4ème ordre économique (la précédente réunion de Davos y était consacrée), c'est-à-dire le remplacement progressif de la main d'œuvre par les cyborgs et la mise en place de l'Intelligence Artificielle à l'échelle mondiale (point 3).

L'idée principale du Grand Reset est de poursuivre la mondialisation et de renforcer le mondialisme après une série d'échecs : la présidence conservatrice de l'anti-mondialiste Trump, l'influence croissante d'un monde multipolaire - principalement la Chine et la Russie, la montée des pays islamiques - Turquie, Iran, Pakistan, Arabie Saoudite et leur retrait de l'influence occidentale.

 

Au forum de Davos, les représentants des élites libérales mondiales déclarent la mobilisation de leurs structures en prévision de la présidence de Biden si souhaitable pour eux et de la victoire des démocrates dirigés par les mondialistes aux États-Unis.

 

Mise en œuvre

 

Les mots de la chanson (Jeff Smith) "Build Back Better" - le slogan de la campagne de Joe Biden - sont le symbole du programme mondialiste. Cela signifie qu'après une série de revers (comme un typhon ou l'ouragan Katrina), les gens (c'est-à-dire les mondialistes) reconstruisent de meilleures infrastructures qu'auparavant.

 

La "Grande Reset" - la "Grande Reset" - commence avec la victoire de Biden.

 

Les leaders mondiaux, les dirigeants de grandes entreprises - Big Tech, Big Data, Big Finance, etc. - se sont réunis et se sont mobilisés pour vaincre leurs adversaires - Trump, Poutine, Xi Jinping, Erdogan, l'Ayatollah Khomenei et d'autres. Le point de départ a été d'arracher la victoire à Trump en utilisant les nouvelles technologies - par la "capture de l'imagination" (point 1), l'introduction de la censure sur Internet et la fraude au vote par correspondance.

 

L'arrivée de Biden à la Maison Blanche signifie que les mondialistes passent à autre chose.

 

Cela devrait affecter tous les domaines de la vie - les mondialistes retournent là où Trump et les autres pôles de multipolarité croissante les ont arrêtés. Et c'est là que le contrôle des esprits (par la censure et la manipulation des médias sociaux, la surveillance totale et la collecte de données sur tout le monde) et l'introduction de nouvelles technologies jouent un rôle clé.

 

L'épidémie de Covid-19 en est la preuve. Sous le couvert de l'hygiène sanitaire, le Grand Reset s'attend à modifier radicalement les structures de contrôle des élites mondialistes sur la population mondiale.

 

L'investiture de Joe Biden et les décrets qu'il a déjà signés et qui ont renversé pratiquement toutes les décisions de Trump signifient que le plan a commencé à être mis en œuvre.

 

Dans son discours sur la "nouvelle" orientation de la politique étrangère américaine, Biden a en fait exprimé les principales orientations de la politique mondialiste. Elle peut sembler "nouvelle" - et seulement partiellement - seulement en comparaison avec le parcours de Trump. Dans l'ensemble, Biden a simplement annoncé un retour au vecteur précédent :

 

- en faisant passer les intérêts mondiaux avant les intérêts nationaux ;

- en enforçant les structures du gouvernement mondial et de ses affiliés sous la forme d'organisations supranationales et de structures économiques mondiales ;

- en renforçant le bloc de l'OTAN et la coopération avec toutes les forces et régimes mondialistes ;

- promotion et approfondissement du changement démocratique à l'échelle mondiale, ce qui signifie en pratique:

 

1) l'escalade des relations avec les pays et les régimes qui rejettent la mondialisation - principalement la Russie, la Chine, l'Iran, la Turquie, etc ;

 

2) le renforcement de la présence militaire américaine au Moyen-Orient, en Europe et en Afrique ;

 

3) la propagation de l'instabilité et des "révolutions de couleur" ;

 

4) Utilisation généralisée de la "diabolisation", du "dé-plateforme" et de l'ostracisme en réseau (culture d'annulation) contre tous ceux qui adhèrent à un point de vue différent du point de vue mondialiste (à l'étranger et aux États-Unis même).

 

Ainsi, non seulement la nouvelle direction de la Maison Blanche ne montre pas la moindre volonté d'avoir un dialogue égal avec qui que ce soit, mais elle ne fait que resserrer son propre discours libéral, qui ne tolère aucune objection. La mondialisation entre résolument dans une phase totalitaire. Cela rend plus que probable la possibilité de nouvelles guerres - y compris un risque accru de troisième guerre mondiale.

 

La géopolitique du « Grand Reset"

 

La Fondation mondialiste pour la défense des démocraties, qui exprime la position des milieux néoconservateurs américains, vient de publier un rapport recommandant à Biden que les orientations de Trump telles que:

 

1) l'opposition croissante à la Chine,

 

2) augmentation de la pression sur l'Iran -

 

- sont positifs, et Biden devrait s'orienter dans cette direction dans sa politique étrangère.

 

Les auteurs du rapport, en revanche, ont condamné les actions de politique étrangère de M. Trump telles que:

 

1) travailler à la désintégration de l'OTAN ;

 

2) le rapprochement avec les "dirigeants totalitaires" (chinois, RPDC et russes) ;

 

3) un "mauvais" accord avec les Talibans ;

 

4) le retrait des troupes américaines de Syrie.

 

Ainsi, le « Grand Reset" en géopolitique signifiera une combinaison de "promotion de la démocratie" et de "stratégie agressive néoconservatrice de domination à grande échelle", qui est le principal vecteur de la politique "néoconservatrice". Dans le même temps, il est conseillé à M. Biden de poursuivre et d'intensifier la confrontation avec l'Iran et la Chine, mais l'accent doit être mis sur la lutte contre la Russie. Et cela nécessite de renforcer l'OTAN et d'étendre la présence américaine au Moyen-Orient et en Asie centrale.

 

Outre Trump, la Russie, la Chine, l'Iran et certains autres pays islamiques sont considérés par les adeptes du "Grand Redémarrage" comme les principaux obstacles sur son chemin.

 

Ainsi, les projets environnementaux et les innovations technologiques (surtout l'introduction de l'intelligence artificielle et de la robotisation) sont combinés à la croissance d'une politique militaire agressive.

 

Deuxième partie. Brève histoire de l'idéologie libérale : le mondialisme comme point culminant

 

Nominalisme

 

Afin de comprendre clairement ce que la victoire de Biden et le "nouveau" cours du "Grand Redémarrage" de Washington représentent à l'échelle historique, il est nécessaire d'examiner toute l'histoire de la formation de l'idéologie libérale - en partant de ses racines. Ce n'est qu'alors que nous pourrons apprécier la gravité de notre situation. La victoire de Biden n'est pas un épisode accidentel, et l'annonce d'une contre-attaque mondialiste n'est pas simplement l'agonie d'un projet raté. C'est bien plus grave que cela. Biden et les forces qui le soutiennent incarnent l'aboutissement d'un processus historique qui remonte au Moyen-Âge, atteint sa maturité à l'époque moderne avec l'avènement de la société capitaliste, et atteint aujourd'hui son stade final - théoriquement prévu dès le début.

 

Les racines du système libéral (=capitaliste) remontent à la querelle scolastique sur les universels.

 

Ce conflit a divisé les théologiens catholiques en deux camps : certains reconnaissaient l'existence du commun (espèces, genres, universels), tandis que d'autres ne considéraient que l'existence de choses individuelles concrètes, et interprétaient leurs noms généralisants comme des systèmes de classification conventionnels purement externes, représentant un "son vide". Ceux qui étaient convaincus de l'existence du général, de l'espèce, s'appuyaient sur la tradition classique de Platon et d'Aristote. Ils en sont venus à être appelés "réalistes", c'est-à-dire ceux qui reconnaissaient la "réalité des universels". Le représentant le plus éminent des "réalistes" était Thomas d'Aquin et en général la tradition des moines dominicains.

 

Les partisans de l'idée que seules les choses et les êtres individuels sont réels en sont venus à être appelés "nominalistes", du latin nomen, "nom". L'exigence de "ne pas doubler l'essence" remonte précisément à l'un des principaux défenseurs du "nominalisme", le philosophe anglais William Occam. Plus tôt encore, les mêmes idées avaient été défendues par John Roszelin. Et bien que dans un premier temps les "réalistes" aient gagné et que les enseignements des "nominalistes" aient été anathématisés, plus tard les chemins de la philosophie de l'Europe occidentale - surtout du New Age - ont suivi l'exemple d'Occam.

 

Le "nominalisme" a jeté les bases du futur libéralisme - tant sur le plan idéologique qu'économique. Ici, l'individu est considéré comme un individu et rien d'autre, et toute forme d'identité collective (religion, classe, etc.) doit être abolie. En outre, une chose était considérée comme une propriété privée absolue, comme une chose individuelle concrète qui pouvait facilement être attribuée comme propriété à tel ou tel propriétaire individuel.

 

Le nominalisme a d'abord prévalu en Angleterre, s'est largement répandu dans les pays protestants et est devenu progressivement la principale matrice philosophique du New Age - en religion (relations individuelles de l'homme avec Dieu), en science (atomisme et matérialisme), en politique (conditions préalables de la démocratie bourgeoise), en économie (marché et propriété privée), en éthique (utilitarisme, individualisme, relativisme, pragmatisme) etc.

 

Capitalisme : la première phase

 

En partant du nominalisme, on peut retracer toute l'histoire du libéralisme historique, de Roscelin et Occam à Soros et Biden. Par commodité, nous allons diviser cette histoire en trois phases.

 

La première phase a consisté en l'introduction du nominalisme dans le domaine de la religion. L'identité collective de l'Église, telle qu'elle est comprise par le catholicisme (et plus encore par l'orthodoxie), a été remplacée par les protestants en tant qu'individus qui peuvent désormais interpréter les Écritures en se basant uniquement sur leur raisonnement et en rejetant toute tradition. Ainsi de nombreux aspects du christianisme - sacrements, miracles, anges, récompense posthume, fin du monde, etc. - ont été révisés et rejetés comme étant incompatibles avec les "critères rationnels".

 

L'église en tant que "corps mystique du Christ" a été détruite et remplacée par des clubs d'intérêt créés par le libre consentement de la base. Cela a donné naissance à une multitude de sectes protestantes contestataires. En Europe et en Angleterre même, où le nominalisme a porté ses fruits les plus complets, le processus a été quelque peu freiné, et les protestants les plus ardents se sont précipités vers le Nouveau Monde et y ont établi leur société. Ainsi, plus tard, après la lutte avec la métropole, les États-Unis ont émergé.

 

Parallèlement à la destruction de l'Église en tant qu'"identité collective" (quelque chose de "commun"), les domaines ont commencé à être abolis. La hiérarchie sociale des prêtres, de l'aristocratie et des paysans a été remplacée par des "citadins" indéfinis, ce qui est le sens originel du mot "bourgeois". La bourgeoisie a supplanté toutes les autres couches de la société européenne. Mais c'était la bourgeoisie qui était l'"individu" optimal ; un citoyen sans lignée, sans tribu, sans profession, mais avec une propriété privée. Une nouvelle classe a commencé à reconstruire toute la société européenne.

 

Dans le même temps, l'unité supranationale du Saint-Siège et de l'Empire romain d'Occident - autre expression de l'"identité collective" - était également abolie. À sa place a été établi un ordre basé sur des États nations souverains, une sorte de "personnes politiques". Après la fin de la guerre de 30 ans, la Paix de Westphalie a consolidé cet ordre.

 

Ainsi, au milieu du XVIIe siècle, un ordre bourgeois, c'est-à-dire le capitalisme, avait émergé dans les principales caractéristiques de l'Europe occidentale.

 

La philosophie du nouveau système a été largement anticipée par Thomas Hobbes et développée par John Locke, David Hume et Emmanuel Kant. Adam Smith a appliqué ces principes au domaine économique, donnant naissance au libéralisme en tant qu'idéologie économique. En fait, le capitalisme, basé sur la mise en œuvre systématique du nominalisme, a acquis le caractère d'une vision systémique cohérente du monde. Le sens de l'histoire et du progrès était désormais de "libérer l'individu de toute forme d'identité collective" - jusqu'à la limite logique.

 

Au XXe siècle - à travers la période des conquêtes coloniales - le capitalisme d'Europe occidentale était devenu une réalité mondiale. L'approche nominaliste prévalait dans les domaines de la science et de la culture, de la politique et de l'économie, dans la pensée quotidienne des peuples de l'Occident et de l'humanité tout entière, qui était sous la forte influence de l'Occident.

 

Le XXe siècle et le triomphe de la mondialisation : la deuxième phase

 

Au XXe siècle, le capitalisme a été confronté à un nouveau défi. Cette fois, ce ne sont pas les formes habituelles d'identité collective - religieuse, de classe, professionnelle, etc. - mais plutôt des théories artificielles et aussi modernes (comme le libéralisme lui-même) qui ont rejeté l'individualisme et lui ont opposé de nouvelles formes - conceptuellement combinées - d'identité collective.

 

Les socialistes, les sociaux-démocrates et les communistes ont contré les libéraux avec une identité de classe, appelant les travailleurs du monde entier à s'unir pour renverser le pouvoir de la bourgeoisie mondiale. Cette stratégie s'est avérée efficace et dans certains grands pays, mais pas du tout dans les pays industrialisés et occidentaux où Karl Marx, le fondateur du communisme, avait espéré, des révolutions prolétariennes ont été gagnées.

 

Parallèlement aux communistes, des forces nationalistes extrêmes ont pris le pouvoir, cette fois en Europe occidentale. Cette fois, ils ont agi au nom de la "nation" ou de la "race", opposant à nouveau l'individualisme libéral à quelque chose de "commun", à un "être collectif".

 

Les nouveaux opposants au libéralisme n'appartenaient plus à l'inertie du passé, comme dans les étapes précédentes, mais représentaient des projets modernistes qui s'étaient développés à l'Ouest même. Mais ils ont également été construits sur un rejet de l'individualisme et du nominalisme. Cela a été clairement compris par les théoriciens du libéralisme - tout d'abord par Hayek et son disciple Popper, qui ont uni les "communistes" et les "fascistes" sous le nom commun d'"ennemis de la société ouverte". Et commença une guerre mortelle avec eux.

 

En utilisant tactiquement la Russie soviétique, le capitalisme a d'abord réussi à traiter avec les régimes fascistes, et ce fut le résultat idéologique de la Seconde Guerre mondiale. La guerre froide qui s'ensuivit entre l'Est et l'Ouest à la fin des années 1980 se termina par la victoire des libéraux sur les communistes.

 

Ainsi, le projet d'émancipation de l'individu de toute forme d'identité collective et de "progrès idéologique" dans la compréhension des libéraux a franchi une étape supplémentaire. Dans les années 1990, les théoriciens libéraux ont commencé à parler de la "fin de l'histoire" (Fukuyama) et du "moment unipolaire" (C. Krauthammer).

 

C'était une preuve évidente que le capitalisme entrait dans sa phase la plus avancée - le stade du mondialisme. En fait, c'est à cette époque qu'aux États-Unis, la stratégie de mondialisation des élites dirigeantes a triomphé - définie par les 14 points de Wilson lors de la première guerre mondiale, mais à la suite de la guerre froide, elle a uni l'élite des deux partis - les démocrates et les républicains, représentés principalement par des "néo-conservateurs".

 

Genre et post-humanisme : la troisième phase

 

Après avoir vaincu son dernier ennemi idéologique, le camp socialiste, le capitalisme a atteint une ligne décisive. L'individualisme, le marché, l'idéologie des droits de l'homme, la démocratie et les valeurs occidentales ont gagné à l'échelle mondiale. Il semblerait que l'agenda soit rempli - personne n'oppose plus l'"individualisme" et le nominalisme à quelque chose de sérieux ou de systémique.

 

Dans cette période, le capitalisme entre dans sa troisième phase. En y regardant de plus près, après avoir vaincu l'ennemi extérieur, les libéraux ont découvert deux autres formes d'identité collective. Tout d'abord, le genre. Après tout, le genre est aussi quelque chose de collectif : soit masculin, soit féminin. L'étape suivante a donc été la destruction du genre comme quelque chose d'objectif, d'essentiel et d'irremplaçable.

 

Le genre doit être aboli, comme toutes les autres formes d'identité collective qui ont été abolies auparavant. D'où la politique de genre et la transformation de la catégorie de genre en quelque chose de "facultatif" et de dépendant du choix individuel. Là encore, nous avons affaire au même nominalisme : pourquoi des entités doubles ? Une personne est une personne en tant qu'individu et le sexe peut être choisi arbitrairement, tout comme dans le passé nous avons choisi la religion, la profession, la nation et le mode de vie.

 

Cela est devenu le principal programme de l'idéologie libérale dans les années 90 après la défaite de l'URSS. Oui, des opposants extérieurs ont fait obstacle à la politique de genre - les pays qui ont conservé les vestiges de la société traditionnelle, les valeurs familiales, etc. ainsi que les cercles conservateurs en Occident même. La lutte contre les conservateurs et les "homophobes", c'est-à-dire les défenseurs de la vision traditionnelle de l'existence des sexes, est devenue un nouvel objectif pour les adeptes du libéralisme progressif. De nombreux gauchistes se sont joints à eux, remplaçant les objectifs anticapitalistes de protection des femmes et de l'immigration.

 

Avec le succès de l'institutionnalisation des normes de genre et le succès des migrations de masse, qui atomisent les populations dans les pays de l'Ouest même (ce qui s'inscrit d'ailleurs parfaitement dans une idéologie des droits de l'homme qui opère avec l'individu sans tenir compte de ses aspects culturels, religieux, sociaux ou nationaux), il est devenu évident que les libéraux avaient encore un dernier pas à faire - et abolir l'individu.

 

Après tout, l'individu est aussi une identité collective, ce qui signifie qu'il doit être surmonté, aboli, supprimé. C'est ce qu'exige le principe du nominalisme : "l'homme" n'est qu'un nom, un vide de sens, une classification arbitraire et donc toujours contestable. Il n'y a que l'individu, et humain ou non, homme ou femme, religieux ou athée, cela dépend de son choix.

 

Ainsi, la dernière étape qui reste aux libéraux, qui ont mis des siècles à atteindre leur but, est de remplacer les humains - bien que partiellement - par des cyborgs, des réseaux d'intelligence artificielle et des produits du génie génétique. L'option humaine suit logiquement le même agenda.

 

Ce programme est déjà bien présagé par le posthumanisme, le postmodernisme et le réalisme spéculatif en philosophie, et technologiquement, il devient de plus en plus réaliste chaque jour. Les futurologues et les partisans de l'accélération du processus historique (accélérationnistes) envisagent avec confiance le proche avenir, lorsque l'intelligence artificielle deviendra comparable aux êtres humains en ce qui concerne les paramètres de base. Ce point est appelé la singularité. On prévoit son apparition dans un délai de 10 à 20 ans.

La dernière bataille des libéraux

 

C'est dans ce contexte qu'il convient de situer la victoire à guichet fermé de Biden aux États-Unis. C'est ce que signifie le "Big Reboot" ou le slogan "Build Again and Even Better".

 

Dans les années 2000, les mondialistes ont été confrontés à un certain nombre de problèmes qui n'étaient pas tant idéologiques que "civilisationnels" par nature. Depuis la fin des années 1990, il n'existe pratiquement plus d'idéologies plus ou moins cohérentes dans le monde qui pourraient remettre en question le libéralisme, le capitalisme et la mondialisation. Dans une mesure différente, mais ces principes ont été acceptés par tout le monde, ou presque. Néanmoins, la mise en œuvre du libéralisme et de la politique de genre ainsi que l'abolition des Etats-nations au profit d'un gouvernement mondial sont au point mort sur plusieurs fronts.

 

La Russie de Poutine, qui possédait des armes nucléaires et une tradition historique d'opposition à l'Occident, ainsi qu'un certain nombre de traditions conservatrices conservées dans la société, résistait de plus en plus activement à ce processus.

 

La Chine, tout en embrassant activement la mondialisation et les réformes libérales, n'était pas pressée de les appliquer au système politique, en maintenant la domination du parti communiste et en refusant la libéralisation politique. De plus, sous Xi Jinping, les tendances nationales de la politique chinoise ont commencé à se développer. Pékin a intelligemment utilisé le "monde ouvert" pour poursuivre ses intérêts nationaux et même civilisationnels. Et cela ne faisait pas partie des plans des mondialistes.

 

Les pays islamiques ont poursuivi leur lutte contre l'occidentalisation et, malgré le blocus et les pressions, ont maintenu (comme l'Iran chiite) leurs régimes irréconciliablement anti-occidentaux et anti-libéraux. Les politiques des grands États sunnites comme la Turquie et le Pakistan sont devenues de plus en plus indépendantes de l'Occident.

 

En Europe, une vague de populisme a commencé à déferler alors que les Européens indigènes explosaient de mécontentement face à l'immigration massive et aux politiques de genre. Les élites politiques européennes sont restées totalement subordonnées à la stratégie mondialiste, visible au Forum de Davos dans les rapports de ses théoriciens Schwab et du prince Charles, mais les sociétés elles-mêmes se sont mises en mouvement et parfois se sont élevées en rébellion directe contre le pouvoir, comme dans le cas des manifestations des "gilets jaunes" en France. Dans certains endroits, comme en Italie, en Allemagne et en Grèce, des partis populistes ont même fait leur entrée au Parlement.

 

Et enfin, en 2016, Donald Trump a réussi à devenir président aux États-Unis même, ce qui a soumis l'idéologie, les pratiques et les objectifs mondialistes à des critiques sévères et brutales. Et il était soutenu par environ la moitié des Américains.

 

Toutes ces tendances anti-mondialistes aux yeux des mondialistes eux-mêmes ne pouvaient que donner une image sinistre : l'histoire des derniers siècles avec les progrès apparemment immuables des nominalistes et des libéraux était remise en question. Ce n'était pas simplement le désastre de tel ou tel régime politique. C'était la menace de la fin du libéralisme en tant que tel.

 

Même les théoriciens du mondialisme eux-mêmes ont senti que quelque chose n'allait pas. Ainsi, Fukuyama a abandonné sa thèse de la "fin de l'histoire" et a suggéré que les États nationaux restent encore sous la coupe des élites libérales afin de mieux préparer les masses à la transformation finale en posthumanité avec le soutien de méthodes dures. Un autre mondialiste, Charles Krauthammer, a déclaré de manière générale que le "moment unipolaire" est terminé, et que les élites mondialistes n'ont pas su en tirer parti.

 

C'est exactement l'état de panique et presque d'hystérie dans lequel les représentants de l'élite mondialiste ont passé ces 4 dernières années. Et c'est pourquoi la question de la destitution de M. Trump en tant que président des États-Unis était pour eux une question de vie ou de mort. Si Trump avait conservé son poste, l'effondrement de la stratégie mondialiste aurait été irréversible.

 

Mais Biden a réussi - par tous les moyens - à évincer Trump et à diaboliser ses partisans. C'est là qu'intervient la Grande Reset, la Grande Reset. Il n'y a vraiment rien de nouveau là-dedans - c'est une continuation du principal vecteur de la civilisation européenne occidentale du Nouvel Age dans la direction du progrès, interprétée dans l'esprit de l'idéologie libérale et de la philosophie nominaliste. Il ne reste pas grand-chose : libérer les individus des dernières formes d'identité collective - achever l'abolition du genre et passer au paradigme posthumaniste.

 

Les progrès de la haute technologie, l'intégration des sociétés dans des réseaux sociaux étroitement contrôlés, comme il apparaît maintenant, par les élites libérales de manière ouvertement totalitaire, et le perfectionnement des moyens de suivre et d'influencer les masses rendent la réalisation de l'objectif libéral mondial assez proche.

 

Mais pour faire ce saut décisif, ils doivent rapidement (et sans plus faire attention à son apparence) ouvrir la voie à la finalisation de l'histoire. Et cela signifie que le balayage de Trump est le signal pour attaquer tous les autres obstacles.

 

Nous avons donc déterminé notre place dans l'échelle de l'histoire. Et ce faisant, nous avons pu nous faire une idée plus précise de ce qu'est le grand redémarrage. Ce n'est rien de moins que le début de la "dernière bataille". Les mondialistes, dans leur lutte pour le nominalisme, le libéralisme, la libération de l'individu et de la société civile, se présentent comme des "guerriers de la lumière", apportant aux masses le progrès, la libération de préjugés millénaires, de nouvelles possibilités - et peut-être même l'immortalité physique et les merveilles du génie génétique.

 

Tous ceux qui s'opposent à eux sont des "forces des ténèbres" à leurs yeux. Selon cette logique, les "ennemis de la société ouverte" doivent être traités avec rigueur. "Si l'ennemi ne se rend pas, il est détruit. Et l'ennemi est toute personne qui remet en question le libéralisme, le mondialisme, l'individualisme, le nominalisme - dans toutes leurs manifestations. C'est la nouvelle éthique du libéralisme.

 

Il n'y a rien de personnel. Chacun a le droit d'être un libéral, mais personne n'a le droit de ne pas être un libéral.

 

Partie 3. Le schisme aux États-Unis : le trumpisme et ses ennemis

 

L'ennemi est à l'intérieur.

 

Dans un contexte plus limité que le cadre de l'histoire générale du libéralisme d'Occam à Biden, la victoire déchirante des démocrates dans la bataille pour la Maison Blanche de Trump à l'hiver 2020-2021 a également une grande signification idéologique. Elle concerne principalement les processus qui se déroulent au sein même de la société américaine.

 

Le fait est qu'après la chute de l'URSS et le début du "moment unipolaire" dans les années 1990, le libéralisme mondial n'avait pas d'opposants extérieurs. Du moins, cela semblait-il à l'époque dans le contexte d'une attente optimiste de "la fin de l'histoire". Bien que ces prévisions se soient avérées prématurées, dans l'ensemble, Fukuyama ne s'est pas simplement demandé si l'avenir était arrivé. - il a suivi strictement la logique même de l'interprétation libérale de l'histoire, et donc, avec certains ajustements, son analyse était généralement correcte.

 

En fait, les normes de la démocratie libérale - marché, élections, capitalisme, reconnaissance des "droits de l'homme", normes de la "société civile", acceptation des transformations technocratiques et désir d'embrasser le développement et la mise en œuvre de la haute technologie - en particulier la technologie numérique - ont été établies dans une certaine mesure dans l'ensemble de l'humanité. Si quelqu'un persistait dans son aversion pour la mondialisation, cela pourrait être considéré comme une simple inertie, comme un manque de volonté d'être "béni" par le progrès libéral.

 

En d'autres termes, il ne s'agissait pas d'une opposition idéologique, mais seulement d'une fâcheuse nuisance. Les différences entre les civilisations devaient être progressivement effacées. Le capitalisme adopté par la Chine, la Russie et le monde islamique entraînerait tôt ou tard des processus de démocratisation politique, d'affaiblissement de la souveraineté nationale et conduirait finalement à l'adoption d'un système planétaire - c'est-à-dire au gouvernement mondial. Ce n'était pas une question de lutte idéologique, mais une question de temps.

 

C'est dans ce contexte que les mondialistes ont pris de nouvelles mesures pour faire avancer leur programme de base, qui consiste à abolir toutes les formes résiduelles d'identité collective. Cela concernait principalement la politique de genre, ainsi que l'intensification des flux migratoires destinés à éroder enfin l'identité culturelle des sociétés occidentales elles-mêmes, y compris les sociétés européennes et américaines. Ainsi, le principal coup de la mondialisation s'est fait sentir.

 

Dans ce contexte, un "ennemi intérieur" a commencé à émerger en Occident même. Ce sont ces forces qui ont ressenti la destruction de l'identité sexuelle, la destruction des vestiges de la tradition culturelle (par la migration) et l'affaiblissement de la classe moyenne. Les horizons posthumanistes de la Singularité imminente et du remplacement des humains par l'Intelligence Artificielle ont également inspiré des craintes croissantes. Et sur le plan philosophique, tous les intellectuels n'ont pas accepté les conclusions paradoxales du postmodernisme et du réalisme spéculatif.

 

De plus, une contradiction évidente est apparue entre les masses occidentales, vivant dans le contexte des anciennes normes de la modernité, et les élites mondialistes, désireuses d'accélérer à tout prix le progrès social, culturel et technologique, compris dans l'optique libérale. C'est ainsi qu'un nouveau dualisme idéologique a commencé à prendre forme - cette fois-ci à l'intérieur de l'Occident plutôt qu'à l'extérieur. Les ennemis de la "société ouverte" apparaissent maintenant dans la civilisation occidentale elle-même. Ce sont ceux qui ont rejeté les dernières conclusions libérales et n'ont pas accepté la politique de genre, les migrations de masse ou l'abolition des Etats-nations et de la souveraineté.

 

Dans le même temps, cette résistance croissante, appelée génériquement "populisme" (ou "populisme de droite"), s'inspire de la même idéologie libérale - capitalisme et démocratie libérale - mais interprète ces "valeurs" et "points de référence" dans l'ancien, et non dans le nouveau.

 

La liberté a été conçue ici comme la liberté d'avoir n'importe quelle opinion, et pas seulement celles qui sont conformes aux normes du politiquement correct. La démocratie a été interprétée comme la règle de la majorité. La liberté de changer de sexe était combinée à la liberté de rester fidèle aux valeurs familiales. La volonté d'accepter des migrants désireux et capables de s'intégrer dans les sociétés occidentales s'oppose à une acceptation générale de tous sans distinction, accompagnée d'excuses constantes aux nouveaux venus pour leur passé colonial.

 

Peu à peu, l'"ennemi intérieur" des mondialistes a atteint des proportions sérieuses et une grande influence. L'ancienne démocratie a défié la nouvelle.

 

Trump et la révolte des bas-fonds

 

Cette démarche a abouti à l'élection de Donald Trump en 2016. Trump a bâti sa campagne sur ce même clivage dans la société américaine. La candidate mondialiste - Hillary Clinton - a appelé imprudemment les partisans de Trump, c'est-à-dire l'"ennemi intérieur" - "déplorables", c'est-à-dire "pathétiques", "regrettables", "racailles". Les "lowlifes" ont répondu en choisissant Trump.

 

Ainsi, la scission au sein de la démocratie libérale est devenue un fait politique et idéologique crucial. Ceux qui ont interprété la démocratie "à l'ancienne" (comme la règle de la majorité) se sont non seulement rebellés contre la nouvelle interprétation (comme la règle de la minorité, dirigée contre une majorité encline à prendre une position populiste, qui est empreinte de... eh bien, oui, bien sûr, de "fascisme" ou de "stalinisme"), mais ils ont réussi à gagner et à amener leur candidat à la Maison Blanche.

 

Trump, pour sa part, a proclamé son intention de "vider le marais", c'est-à-dire de mettre fin au libéralisme dans sa stratégie mondialiste et de "refaire l'Amérique". Notez le mot "encore". Trump voulait revenir à l'ère des Etats-nations, c'est-à-dire prendre une série de mesures contre le courant de l'histoire (telle qu'elle était comprise par les libéraux). C'est-à-dire que le "bon vieux hier" était opposé au "mondialiste aujourd'hui" et au "post-humaniste demain".

 

Les quatre années suivantes ont été un véritable cauchemar pour les mondialistes. Les médias contrôlés par les mondialistes ont accusé Trump de tous les péchés possibles - y compris celui de travailler "pour les Russes", car les "Russes" ont également persisté à ne pas accepter le "beau nouveau monde", à saboter le renforcement des institutions supranationales - jusqu'au gouvernement mondial inclus - et à empêcher les parades de la Gay Pride.

 

Tous les opposants à la mondialisation libérale ont été logiquement réunis en un seul groupe, qui comprenait non seulement Poutine, Xi Jinping, certains dirigeants islamiques, mais aussi - pensez-y ! - Le président des États-Unis d'Amérique, l'homme numéro un du "monde libre". Cela a été un désastre pour les mondialistes. Et jusqu'à ce que Trump - utilisant une révolution des couleurs, des émeutes artificielles, des bulletins de vote frauduleux et des méthodes de comptage des votes auparavant utilisées uniquement contre d'autres pays et des régimes américains indésirables - soit abandonné, ils ne pouvaient pas se sentir à l'aise.

 

Ce n'est qu'après, lorsqu'ils ont repris les rênes du pouvoir à la Maison Blanche, que les mondialistes ont commencé à reprendre leurs esprits. Et retour aux... vieux trucs. Mais dans leur cas, "ancien" (build back) signifiait revenir à un "moment unipolaire" - à l'époque pré-Trump.

 

Trumpisme

 

Trump a connu en 2016 une vague de populisme qu'aucun autre dirigeant européen n'a réussi à faire. Il est donc devenu un symbole d'opposition à la mondialisation libérale. Oui, ce n'était pas une idéologie alternative, mais simplement une résistance désespérée aux dernières conclusions tirées de la logique et même de la métaphysique du libéralisme (et du nominalisme). L'atout n'était pas du tout de défier le capitalisme ou la démocratie, mais seulement les formes qu'ils ont prises dans la dernière étape et la mise en œuvre progressive et cohérente. Mais même cela a suffi pour marquer une rupture fondamentale dans la société américaine.

 

C'est ainsi que le phénomène du "Trumpisme" a pris forme, dépassant à bien des égards l'ampleur de la personnalité de Donald Trump lui-même. Trump a joué sur la vague de protestation anti-mondialisation. Mais il est clair qu'il n'était et n'est pas une figure idéologique. Et pourtant, c'est autour de lui que le bloc d'opposition a commencé à se former. La conservatrice américaine Ann Coulter, qui a écrit le livre "In Trump we trust" [2], a plus tard reformulé son credo comme suit : "in Trumpism we trust".

 

Ce n'est pas tant l'atout lui-même, mais la ligne d'opposition aux mondialistes qu'il a esquissée qui est devenue le noyau du tromperie. Dans son rôle de président, M. Trump n'a pas toujours été à la hauteur de la tâche qu'il s'était fixée. Il n'a pas réussi à accomplir quoi que ce soit qui ressemble, même de loin, à "l'assèchement du marais" et à la défaite du "mondialisme". Mais malgré cela, il est devenu le centre d'attraction de tous ceux qui étaient conscients, ou simplement sentaient le danger venant des élites mondialistes et des représentants de la Big Finance et de la Big Technology inextricablement liés à elles.

 

C'est ainsi que le noyau du Trumpisme a commencé à prendre forme. L'intellectuel conservateur américain Steve Bannon a joué un rôle important dans ce processus, en mobilisant de larges segments de la jeunesse et des mouvements conservateurs disparates en faveur de Trump. Bannon lui-même a été inspiré par des auteurs anti-modernistes sérieux tels que Julius Evola, et son opposition au mondialisme et au libéralisme avait donc des racines plus profondes.

 

Un rôle important dans le Trumpisme a été joué par les paléo-conservateurs - isolationnistes et nationalistes - Peter Buchanan, Ron Paul, ainsi que par les adeptes de la philosophie anti-libérale et anti-moderniste (donc fondamentalement anti-mondialiste) - Richard Weaver et Russell Kirk, qui avaient été poussés à la marge par les néoconservateurs (mondialistes de droite) depuis les années 1980.

 

La mobilisation de masse des "Trumpistes" a été menée par l'organisation en ligne QAnon, qui a présenté sa critique du libéralisme, des démocrates et des mondialistes comme une théorie de la conspiration. Ils répandent un flot d'accusations et de dénonciations en ligne de mondialistes impliqués dans des scandales sexuels, la pédophilie, la corruption et le satanisme.

 

De véritables intuitions sur la nature sinistre de l'idéologie libérale - mises en évidence dans les dernières étapes de sa propagation triomphante dans l'humanité - ont été articulées par les partisans du QAnon au niveau de l'Américain moyen et de la conscience de masse, peu enclins à une analyse philosophique et idéologique approfondie. En parallèle, les QAnon ont étendu leur influence, mais ont simultanément donné à la critique anti-libérale des traits grotesques.

 

Ce sont les partisans de QAnon, en tant qu'avant-garde du populisme de conspiration de masse, qui ont été au premier plan des protestations du 6 janvier, lorsque les partisans de Trump ont pris d'assaut le Capitole outragés par une élection volée. Ils n'ont rien accompli en faisant cela, mais ont seulement donné à Biden et aux démocrates une excuse pour diaboliser davantage le "Trumpism" et tous les opposants au mondialisme en assimilant tout conservateur à un "extrémiste". Une vague d'arrestations a suivi, les "néo-démocrates" les plus conséquents suggérant de priver les partisans de Trump de tous les droits sociaux - y compris la possibilité d'acheter des billets d'avion.

 

Comme les médias sociaux sont régulièrement surveillés par les partisans de l'élite libérale, il n'a pas été difficile de recueillir des informations sur presque tous les citoyens américains et leurs préférences politiques. Ainsi, l'arrivée de Biden à la Maison-Blanche signifie que le libéralisme prend des traits franchement totalitaires.

 

Désormais, le trumpisme, le populisme, la défense des valeurs familiales, et toute allusion au conservatisme ou au désaccord avec les principes du libéralisme mondialiste sont assimilés aux États-Unis presque à un crime - au "fascisme".

 

Mais le trumpisme n'a pas pour autant disparu avec la victoire de Biden. D'une manière ou d'une autre, il a eu ceux qui ont donné leurs voix à Donald Trump lors de la dernière élection - et cela représente plus de 70 000 000 de voix.

 

Il est donc tout à fait évident que le "Trumpisme" ne s'arrêtera en aucun cas avec Trump. La moitié de la population américaine s'est en fait retrouvée dans une position d'opposition radicale, et les plus conséquents des Trumpistes représentent le noyau de la clandestinité antimondialisation dans la citadelle même du mondialisme.

 

Il se passe quelque chose de similaire dans les pays européens, où les mouvements et partis populistes se considèrent de plus en plus comme des dissidents, privés de tous leurs droits et soumis à des persécutions idéologiques face à une apparente dictature mondialiste.

 

Même si les mondialistes, qui ont repris le pouvoir aux États-Unis, voudraient présenter les quatre années précédentes comme un "malentendu malheureux" et déclarer leur victoire comme le "retour à la normale" final, le tableau objectif est très loin des incantations apaisantes de la classe supérieure mondialiste. Non seulement les pays ayant une identité civilisationnelle différente ont été mobilisés contre elle et contre son idéologie, mais cette fois-ci aussi la moitié de sa propre population, qui prend peu à peu conscience de la gravité de sa situation et commence à chercher une alternative idéologique.

 

Ce sont les conditions dans lesquelles Biden a dirigé les États-Unis. Le sol américain lui-même brûle sous les pieds des mondialistes. Et cela donne à la situation de "dernier combat" une dimension spéciale et supplémentaire. Pas l'Occident contre l'Orient, pas les États-Unis et l'OTAN contre tous les autres, mais les libéraux contre l'humanité - y compris cette partie de l'humanité qui se trouve sur le territoire de l'Occident lui-même, mais qui se détourne de plus en plus de ses propres élites mondialistes - voilà ce qui définit les conditions de départ de cette bataille.

L'individu et la division

 

Il y a un autre point essentiel à préciser. Nous avons vu que toute l'histoire du libéralisme est une émancipation successive de l'individu de toutes les formes d'identité collective. Le dernier accord dans le processus de cette mise en œuvre logiquement sans faille du nominalisme sera la transition vers le post-humanisme et le remplacement probable de l'humanité par une autre civilisation - cette fois post-humaine - machine. C'est à cela que conduit l'individualisme cohérent, pris comme quelque chose d'absolu.

 

Mais ici, la philosophie libérale arrive à un paradoxe fondamental. L'émancipation de l'individu de son identité humaine, pour laquelle il est préparé par une politique de genre qui transforme consciemment et volontairement l'individu en un monstre pervers, ne peut garantir que ce nouveau - progressiste ! - être restera un individu.

 

En outre, tant le développement des technologies informatiques en réseau et du génie génétique que l'ontologie orientée objet elle-même, qui représente l'apogée du postmoderne, conduisent clairement au fait que le "nouvel être" ne sera pas tant un "animal" qu'une "machine". C'est à cela que sont liés les horizons d'"immortalité", qui seront très probablement fournis par la conservation artificielle de souvenirs personnels (qui sont assez faciles à simuler).

 

Ainsi, l'individu du futur, en tant que réalisation de l'ensemble du programme du libéralisme, ne pourra pas garantir précisément ce qui a été le principal objectif du progrès libéral, c'est-à-dire son individualité. L'être libéral du futur, même en théorie, ne représente pas un individu, c'est-à-dire quelque chose "d'indivisible", mais plutôt un "diviseur", c'est-à-dire quelque chose de divisible et constitué de pièces remplaçables. Telle est la machine - elle est composée d'une combinaison de pièces.

 

En physique théorique, on est depuis longtemps passé de la théorie des "atomes" (c'est-à-dire des "unités indivisibles de la matière") à la théorie des particules, qui ne sont pas considérées comme des "parties de quelque chose de complet" mais comme des "parties sans ensemble". L'individu dans son ensemble se désintègre également en parties constitutives, qui peuvent être reconstituées, mais qui ne peuvent pas non plus être assemblées, mais utilisées comme bio-constructeur. D'où les images de mutants, chimères et monstres qui abondent dans la fiction moderne, peuplant avec eux la plupart des versions imaginées (et donc, en un sens, anticipées et même planifiées) du futur.

 

Les postmodernistes et les spéculateurs réalistes ont déjà préparé le terrain en proposant de remplacer le corps humain comme un tout par la notion de "parlement des organes" (B. Latour). De cette façon, l'individu - même en tant qu'unité biologique - deviendrait autre chose, en mutant précisément au moment où il atteint son incarnation absolue.

 

Le progrès de l'humanité dans l'interprétation libérale se termine inévitablement par l'abolition de l'humanité.

 

C'est précisément ce que soupçonnent - quoique assez vaguement - tous ceux qui s'engagent dans la lutte contre le mondialisme et le libéralisme. Et alors que les QAnon et leurs théories de conspiration anti-libérales inhérentes ne font que déformer la réalité en donnant à leurs soupçons des traits grotesques que les libéraux peuvent facilement réfuter, la réalité dans sa description sobre et objective s'avère bien plus effrayante que ses anticipations les plus inquiétantes et monstrueuses.

 

"La Grande Réinitialisation" est, en effet, un plan pour l'élimination de l'humanité. Car c'est précisément à cette conclusion que mène logiquement la ligne du "progrès" au sens large : le désir de libérer l'individu de toute forme d'identité collective ne peut manquer de se traduire par la libération de l'individu de lui-même.

 

Partie 4. Le grand réveil.

 

"Le grand réveil : un cri dans la nuit

 

Nous sommes venus très près de la thèse qui est l'opposé direct du Grand Réveil, la thèse du Grand Réveil.

 

Ce slogan a d'abord été mis en avant par les antimondialistes américains - Alex Jones, l'animateur de la chaîne de télévision alternative Infowars, qui a été soumise à la censure mondialiste et au déplombage des réseaux sociaux durant la première phase de la présidence Trump, et les militants QAnon. Il est important de noter que cela s'est produit aux États-Unis, où l'amertume entre les élites mondialistes et les populistes, qui ont obtenu - bien que pour 4 ans - leur propre président, bien que bloqué par des obstacles administratifs et les limites de leur propre perspective idéologique, était mûre.

 

Sans être encombrés par un sérieux bagage idéologique et philosophique, les anti-mondialistes ont pu saisir l'essence des processus les plus importants qui se déroulent dans le monde moderne. Le mondialisme, le libéralisme et le "grand redémarrage", en tant qu'expressions de la détermination des élites libérales à mener à bien leur programme, et par tous les moyens - y compris la dictature pure et simple, la répression à grande échelle et les campagnes de désinformation totale - ont rencontré une résistance croissante et de plus en plus consciente.

 

Alex Jones termine ses programmes avec le même cri : "Vous êtes la Résistance !", "La Résistance, c'est vous !" En même temps, Alex Jones lui-même ou les militants de QAnon n'ont pas de vision du monde strictement définie. En ce sens, ce sont précisément les représentants des masses, ces mêmes "déplorables" qui ont été si douloureusement humiliés par Hillary Clinton. Ce qui se réveille, ce ne sont pas les opposants idéologiques du libéralisme, les ennemis du capitalisme ou les opposants idéologiques de la démocratie. Ce ne sont même pas des conservateurs. Ce ne sont que des gens, des gens comme tels, les plus ordinaires et les plus simples. Mais... des gens qui veulent être et rester humains. C'est-à-dire avoir la liberté, le sexe, la culture et des liens concrets et vivants avec la patrie, le monde qui les entoure et les gens.

 

"Le grand réveil" ne concerne pas les élites et les intellectuels, mais le peuple, les masses, le peuple en tant que tel. Et le réveil en question n'est pas lié à une analyse idéologique. C'est la réaction spontanée des masses, à peine compétentes en philosophie, qui sont soudainement et vivement conscientes, comme le bétail devant l'abattoir, que leur sort a déjà été décidé par leurs dirigeants et qu'il n'y a plus de place pour elles à l’avenir.

 

Le "Grand Réveil" est spontané, largement inconscient, intuitif et aveugle. Elle n'est en aucun cas un exutoire pour la prise de conscience, pour la conclusion, pour une analyse historique approfondie. Comme nous l'avons vu dans les images du Capitole, les militants de Trump et les participants de QAnon ressemblent à des personnages de bandes dessinées ou à des super-héros de la série Marvel. La conspiration est la maladie infantile de l'anti-mondialisation. Mais d'un autre côté, c'est le début d'un processus historique fondamental. C'est ainsi qu'émerge le pôle d'opposition au cours même de l'histoire dans son sens libéral.

 

Il n'est donc pas nécessaire de charger à la hâte la thèse du "Grand Réveil" avec des détails idéologiques - le conservatisme fondamental (y compris le conservatisme religieux), le traditionalisme, la critique marxiste du capital, ou la protestation anarchiste pour le plaisir de la protestation. "Le grand réveil" est quelque chose de plus organique, plus spontané et en même temps tectonique. C'est ainsi que l'humanité est soudain éclairée par la conscience de la proximité de sa fin imminente.

 

Et c'est pourquoi le Grand Réveil est si sérieux. Et c'est pourquoi elle vient des États-Unis, cette civilisation où le crépuscule du libéralisme est le plus épais. C'est un cri du centre de l'enfer lui-même, de cette zone où l'avenir noir est déjà partiellement arrivé.

 

"Le Grand Réveil" est la réponse spontanée des masses humaines au Grand Redémarrage. On peut bien sûr l'envisager avec scepticisme. Les élites libérales - surtout aujourd'hui - contrôlent tous les grands processus civilisationnels.

 

Ils contrôlent les finances mondiales et peuvent tout en faire - de l'émission illimitée à toute machination avec des instruments et des structures financières.

 

Ils ont entre les mains toute la machine militaire américaine et la gestion des alliés de l'OTAN. Biden promet de renforcer l'influence de Washington dans cette structure, qui s'est presque désintégrée ces dernières années.

 

Presque tous les géants de la haute technologie sont subordonnés aux libéraux - les ordinateurs, les iPhones, les serveurs, les téléphones et les réseaux sociaux sont strictement contrôlés par quelques monopoles membres du club des mondialistes. Ce qui signifie que les Big Data, c'est-à-dire l'ensemble des informations sur la quasi-totalité de la population de la terre, ont un propriétaire et un propriétaire.

 

La technologie, les centres scientifiques, l'éducation mondiale, la culture, les médias, la médecine et les services sociaux sont entièrement entre leurs mains.

 

Dans les gouvernements et les cercles de pouvoir, les libéraux sont des composantes organiques des réseaux planétaires - tous avec le même personnel.

 

Les services de renseignement des pays de l'Ouest et leurs agents dans d'autres régimes travaillent pour des mondialistes, recrutés ou soudoyés, forcés à coopérer ou volontaires.

 

Il semblerait que dans cette situation, comment les partisans du "Grand Réveil" mènent une révolte contre le mondialisme ? Comment - sans avoir de ressources - affronter efficacement l'élite mondiale ? Quelles armes utiliser ? Quelle stratégie suivre ? Et en outre - sur quelle idéologie s'appuyer, car les libéraux et les mondialistes du monde entier sont unis et ont une idée, un objectif et une ligne communs, alors que leurs adversaires sont disparates non seulement dans les différentes sociétés, mais aussi au sein d'une même société.

 

Et bien sûr, ces contradictions dans les rangs de l'opposition sont encore exacerbées par les élites dirigeantes, qui ont l'habitude de diviser pour dominer. Ainsi, les musulmans sont opposés aux chrétiens, les gauchistes aux droitiers, les Européens aux Russes ou aux Chinois, etc.

 

Mais le "Grand Réveil" se produit non pas à cause, mais en dépit de tout cela. L'humanité elle-même, l'homme en tant qu'eidos, l'homme en tant que commun, l'homme en tant qu'identité collective, et sous toutes ses formes à la fois, organique et artificielle, historique et innovante, orientale et occidentale.

 

"Le Grand Réveil ne fait que commencer. Elle n'a même pas encore commencé. Mais le fait qu'elle ait un nom, et que ce nom soit apparu dans l'épicentre même des transformations idéologiques et historiques - aux États-Unis, sur fond de défaite dramatique de Trump, de prise de contrôle désespérée du Capitole et de vague montante de répression libérale, lorsque les mondialistes ne cachent plus le caractère totalitaire de leur théorie et de leur pratique, est d'une grande importance (peut-être cruciale).

 

Le "Grand Réveil" contre le "Grand Redémarrage" est une rébellion de l'humanité contre les élites libérales au pouvoir. De plus, c'est la rébellion de l'homme contre son ennemi séculaire, contre l'ennemi de la race humaine elle-même.

 

S'il y a ceux qui proclament le "Grand Réveil", aussi naïves que leurs formules puissent paraître, cela signifie déjà que tout n'est pas perdu, qu'un noyau de Résistance est en train de mûrir dans les masses, qu'elles commencent à se mobiliser. C'est à partir de ce moment que commence l'histoire de la révolte mondiale - la révolte contre le "Grand Réveil" et ses adeptes.

 

Le "Grand Réveil" est une manifestation de la conscience au seuil de la Singularité. La dernière occasion de prendre une décision alternative sur le contenu et l'orientation de l'avenir. Le remplacement complet des êtres humains par de nouvelles entités, les dividuums, ne peut pas être simplement imposé par la force d'en haut. Les élites doivent séduire l'humanité, obtenir d'elle - quoique vaguement, mais avec son consentement. "Le grand réveil" appelle à un "non" décisif !

 

Ce n'est pas encore la fin de la guerre, pas même la guerre elle-même. De plus, ce n'est pas encore son début. Mais c'est la possibilité d'un tel début. Un nouveau départ dans l'histoire de l'homme.

 

Bien sûr, le "Grand Réveil" n'est pas du tout préparé.

 

Comme nous l'avons vu, aux États-Unis même, les opposants au libéralisme - Trump et les Trumpists - sont prêts à rejeter la dernière étape de la démocratie libérale, mais ne pensent même pas à une critique à part entière du capitalisme. Ils défendent hier et aujourd'hui contre un avenir menaçant. Mais il leur manque un horizon idéologique complet. Ils essaient de sauver l'étape précédente de la même démocratie libérale, du même capitalisme, des étapes suivantes et plus avancées. Ceci, en soi, contient une contradiction.

 

La gauche contemporaine a également des limites à sa critique du capitalisme, à la fois parce qu'elle partage une compréhension matérialiste de l'histoire (Marx était d'accord avec la nécessité du capitalisme mondial, qu'elle espérait surmonter grâce au prolétariat mondial) et parce que les mouvements socialistes et communistes ont récemment été repris par les libéraux et réorientés, passant de la guerre de classe contre le capitalisme à la protection des migrants, des minorités sexuelles et à la lutte contre des "fascistes" imaginaires.

 

La droite, en revanche, se limite à leurs États-nations et à leurs cultures, ne voyant pas que les peuples d'autres civilisations sont dans la même situation désespérée. Les nations bourgeoises qui ont émergé à l'aube du Nouvel Age représentent un vestige de la civilisation bourgeoise. Cette civilisation aujourd'hui détruit et abolit ce qu'elle a elle-même créé hier, mais elle utilise toutes les limites de l'identité nationale pour maintenir l'humanité face aux mondialistes dans un état fragmenté et conflictuel.

 

Il y a donc un "grand réveil", mais il n'a toujours pas de fondement idéologique. Mais si elle est vraiment historique, et non éphémère et purement périphérique, alors elle a simplement besoin d'une telle base. Et au-delà des idéologies politiques existantes qui ont émergé dans les temps modernes en Occident même. Un appel à l'un d'entre eux signifiera automatiquement que nous nous trouvons dans une captivité idéologique de la formation du capital.

 

Ainsi, à la recherche d'une plate-forme pour le "Grand Réveil" qui a éclaté aux États-Unis, nous devons aller au-delà de la société américaine et de l'histoire américaine plutôt courte et nous inspirer d'autres civilisations - principalement des idéologies illibérales de l'Europe elle-même. Ce n'est pas suffisant car, avec la déconstruction du libéralisme, il faut aussi s'orienter dans les différentes civilisations de l'humanité, qui sont loin de se limiter à l'Occident, d'où vient la menace majeure et où - à Davos en Suisse ! - où le "Grand Redémarrage" a été proclamé.

 

Internationale des nations contre Internationale des élites

 

Le "Big Reboot" veut rendre le monde à nouveau unipolaire afin de passer à une non-polarité mondialiste, où les élites deviendront pleinement internationales et leur résidence sera dispersée dans tout l'espace de la planète. C'est pourquoi le mondialisme entraîne la fin des États-Unis - les États-Unis en tant que pays, État, société. C'est ce que les trompettistes et les partisans du Grand Réveil sentent, parfois intuitivement. Biden est un verdict sur les États-Unis. Et à travers les États-Unis et tous les autres.

 

Par conséquent, le "Grand Réveil" pour sauver les peuples et les sociétés doit commencer par la multipolarité. Il ne s'agit pas seulement du salut de l'Occident lui-même, mais même pas du salut de tous les autres Occidentaux. C'est le salut de l'humanité - occidentale et non occidentale - de la dictature totalitaire des élites capitalistes libérales. Et cela ne peut être fait par les peuples de l'Ouest ou les peuples de l'Est seuls. Il est nécessaire d'agir ensemble. Le "Grand Réveil" implique une internationalisation des peuples contre une internationalisation des élites.

 

La multipolarité devient le point de référence le plus important et la clé de la stratégie du "Grand Réveil". Ce n'est qu'en faisant appel à toutes les nations, cultures et civilisations de l'humanité que nous pourrons rassembler suffisamment de forces pour nous opposer efficacement à l'orientation "Grand Reboot" et à la singularité.

 

Mais dans ce cas, le tableau d'ensemble de l'inévitable confrontation finale s'avère bien moins désespéré. Si l'on considère l'ensemble de ce qui pourrait être les pôles du Grand Réveil, la situation est présentée sous un jour légèrement différent. L'Internationale des Peuples, une fois qu'on commence à penser en ces termes, n'est ni une utopie ni une abstraction. De plus, on peut déjà facilement voir l'énorme potentiel qui pourrait être mis à profit dans la lutte contre le "Grand Redémarrage".

 

Énumérons brièvement le dispositif sur lequel le Grand Réveil peut compter à l'échelle mondiale.

La guerre civile américaine : le choix de notre camp

 

Aux États-Unis, nous avons un pied dans le Trumpisme. Bien que Trump ait perdu, cela ne signifie pas qu'il a lui-même baissé les bras, qu'il s'est résigné à une victoire volée et que ses partisans - 70 000 000 d'Américains - se sont installés et ont pris la dictature libérale pour acquise. Pas du tout. Désormais, il existe aux États-Unis même une puissante clandestinité antimondialiste, en grand nombre (la moitié de la population !), aigrie et poussée au désespoir par le totalitarisme des libéraux. La dystopie d'Orwell de son roman 1984 ne s'incarnait pas dans un régime communiste ou fasciste, mais dans un régime libéral. Cependant, l'expérience du communisme soviétique et même de l'Allemagne nazie montre que la résistance est toujours possible.

 

Aujourd'hui, les États-Unis sont essentiellement en état de guerre civile. Les libéraux-bolcheviks ont pris le pouvoir, et leurs opposants ont été repoussés dans l'opposition et sont sur le point de devenir illégaux. L'opposition de 70 000 000 de personnes est sérieuse. Bien sûr, ils sont dispersés et peuvent être confondus par les raids punitifs des démocrates et la nouvelle technologie totalitaire de la Big Tech.

 

Mais il est trop tôt pour faire une croix sur le peuple américain. Il est clair qu'ils disposent encore d'une certaine marge de manœuvre et que la moitié de la population américaine est prête à défendre sa liberté individuelle à tout prix. Et aujourd'hui, la question est exactement la suivante : soit la liberté, soit Biden. Bien sûr, les libéraux vont essayer d'abroger le deuxième amendement et de désarmer la population, qui devient de moins en moins loyale envers les suprémacistes mondialistes. Il est probable que les démocrates tenteront de tuer le système bipartite lui-même en introduisant un régime essentiellement à parti unique - tout à fait dans l'esprit de l'état actuel de leur idéologie. C'est cela, le bolchevisme libéral.

 

Mais la guerre civile n'est jamais gagnée d'avance. L'histoire est ouverte, et la victoire de l'un ou l'autre côté est toujours possible. Surtout si l'humanité se rend compte de l'importance de l'opposition américaine à une victoire universelle sur le mondialisme. Peu importe ce que nous pensons des États-Unis, de Trump and the Trumpists, nous devons tous simplement soutenir le pôle américain du Grand Réveil. Sauver l'Amérique des mondialistes, et ainsi contribuer à la rendre à nouveau grande, est notre tâche commune.

 

Le populisme européen : vaincre la droite et la gauche

 

La vague de populisme anti-libéral ne s'est pas non plus calmée en Europe. Bien que le mondialiste Macron parvienne à contenir les violentes protestations des "gilets jaunes" et que les libéraux italiens et allemands isolent et bloquent les partis de droite et leurs dirigeants et les empêchent d'accéder au pouvoir, les processus sont imparables. Le populisme exprime le même "Grand Réveil", mais uniquement sur le sol européen et avec une spécificité européenne.

 

Une nouvelle réflexion idéologique est extrêmement importante pour ce pôle de résistance. Les sociétés européennes sont beaucoup plus actives sur le plan idéologique que les Américains, de sorte que les traditions des politiques de droite et de gauche - et leurs contradictions inhérentes - se font sentir beaucoup plus vivement.

 

Ce sont ces contradictions dont les élites libérales profitent pour maintenir leur position dans l'Union européenne.

 

Le fait est que la haine des libéraux en Europe croît simultanément de deux côtés : la gauche les voit comme des représentants du grand capital, des exploiteurs qui ont perdu toute décence, et la droite les voit comme des provocateurs de migrations massives artificielles, des destructeurs des derniers vestiges des valeurs traditionnelles, des destructeurs de la culture européenne et des fossoyeurs de la classe moyenne. Dans le même temps, la plupart des populistes de droite et de gauche ont mis de côté les idéologies traditionnelles qui ne répondent plus aux besoins historiques et expriment leurs opinions sous de nouvelles formes parfois contradictoires et fragmentaires.

 

Le rejet des idéologies - communisme orthodoxe et nationalisme - est généralement positif ; il donne aux populistes une nouvelle base, beaucoup plus large. Mais c'est aussi leur point faible.

 

Cependant, le plus fatal dans le populisme européen n'est pas tant sa déidéologisation que la persistance d'un profond rejet entre la gauche et la droite, qui persiste depuis les époques historiques précédentes.

 

L'émergence du pôle européen du "Grand Réveil" doit impliquer la solution de ces deux tâches idéologiques : le dépassement définitif de la frontière entre la gauche et la droite (c'est-à-dire le rejet obligatoire de l'"antifascisme" artificiel par les uns et de l'"anticommunisme" artificiel par les autres) et l'élévation du populisme en tant que tel - le populisme intégral - en un modèle idéologique indépendant. Il devrait signifier une critique radicale du libéralisme et de son stade le plus élevé - le mondialisme, mais il devrait combiner l'exigence de justice sociale et la préservation de l'identité culturelle traditionnelle.

 

Dans ce cas, le populisme européen va, d'une part, acquérir une masse critique qui fait fatalement défaut alors que les populistes de droite et de gauche perdent du temps et des efforts à régler leurs comptes entre eux, et, d'autre part, devenir le pôle le plus important du Grand Réveil.

 

La Chine et son identité collective

 

Les opposants au "Big Reboot" ont un autre argument de poids. C'est la Chine moderne. Oui, la Chine a profité des opportunités offertes par la mondialisation pour renforcer l'économie de sa société. Mais la Chine n'a pas accepté l'esprit même du mondialisme, le libéralisme, l'individualisme et le nominalisme de son idéologie. La Chine a pris à l'Occident ce qui le rendait plus fort, mais a rejeté ce qui le rendait plus faible. C'est un jeu dangereux, mais jusqu'à présent, la Chine y est parvenue.

 

En fait, la Chine est une société traditionnelle avec des milliers d'années d'histoire et une identité stable. Et elle a clairement l'intention de le rester à l'avenir. Cela est particulièrement évident dans la politique du leader actuel de la Chine, Xi Jinping. Il est prêt à faire des compromis tactiques avec l'Occident, mais il est strict sur le fait de s'assurer que la souveraineté et l'indépendance de la Chine ne font que croître et se renforcer.

 

Le fait que les mondialistes et Biden agiraient en solidarité avec la Chine est un mythe. Oui, Trump s'y est fié et Bannon en a parlé, mais c'est une conséquence de l'étroitesse de l'horizon géopolitique et le résultat d'une profonde incompréhension de l'essence de la civilisation chinoise. La Chine suivra sa ligne et renforcera les structures multipolaires. En fait, la Chine est le pôle le plus important du "Grand Réveil", ce qui deviendra évident si nous prenons comme point de départ la nécessité d'une internationalisation des peuples. La Chine est une nation qui a une identité collective prononcée. L'individualisme chinois n'existe pas du tout, et s'il existe, il représente l'anomalie culturelle. La civilisation chinoise est le triomphe des espèces, du clan, de l'ordre et de la structure sur toute individualité.

 

Bien sûr, le Grand Réveil ne doit pas devenir chinois. Elle ne devrait pas être uniforme du tout - car chaque nation, chaque culture, chaque civilisation a son propre esprit et son propre eidos. L'humanité est diverse. L'unité de l'humanité ne peut être mieux perçue que lorsqu'elle est confrontée à une menace sérieuse qui pèse sur tous. Et c'est précisément ce qu'est le Grand Redémarrage.

 

L'Islam contre la mondialisation

 

Les peuples de la civilisation islamique sont un autre argument du Grand Réveil. Il est évident que le mondialisme libéral et l'hégémonie occidentale sont radicalement rejetés par la culture islamique et la religion islamique même sur laquelle cette culture est fondée. Bien sûr, pendant la période coloniale et sous la puissance et l'influence économique de l'Occident, certains États islamiques se sont retrouvés dans l'orbite du capitalisme, mais dans pratiquement tous les pays islamiques, il y a un rejet soutenu et profond du libéralisme et surtout du libéralisme mondialiste moderne.

 

Cela se manifeste à la fois sous des formes extrêmes - le fondamentalisme islamique - et sous des formes modérées. Dans certains cas, des courants religieux ou politiques individuels deviennent les porteurs de l'initiative antilibérale, tandis que dans d'autres cas, c'est l'État lui-même qui assume cette mission. En tout état de cause, les sociétés islamiques sont idéologiquement préparées à une opposition systémique et active à la mondialisation libérale. Il n'y a rien dans les projets Greater Reset qui pourrait même théoriquement plaire aux musulmans. C'est pourquoi l'ensemble du monde islamique représente un énorme pôle du Grand Réveil.

 

Parmi les pays islamiques, l'Iran chiite et la Turquie sunnite sont les plus opposés à la stratégie mondialiste. En outre, si la principale motivation de l'Iran est la perception religieuse de la fin imminente du monde et de la dernière bataille, où l'Occident, le libéralisme et le mondialisme sont clairement reconnus comme le principal ennemi - Dajal, la Turquie est davantage motivée par des considérations pragmatiques -, le désir de renforcer et de préserver la souveraineté nationale et d'assurer l'influence turque au Moyen-Orient et en Méditerranée orientale.

 

La politique d'Erdogan, qui se distancie progressivement de l'OTAN, combine les traditions nationales de Kemal Ataturk avec le désir de jouer le rôle de leader des musulmans sunnites, mais ces deux objectifs ne sont réalisables qu'en opposition à la mondialisation libérale, qui envisage à la fois la sécularisation complète des sociétés et l'affaiblissement (et, à l'extrême, l'abolition complète) des États-nations. Comme phase intermédiaire, on envisage d'accorder aux petits groupes ethniques une autonomie politique, ce qui serait désastreux pour la Turquie - en raison du facteur kurde important et assez actif.

 

Le Pakistan sunnite s'éloigne aussi progressivement des États-Unis et de l'Occident, ce qui représente une autre forme de combinaison de politique nationale et islamique.

 

Bien que les pays du Golfe soient plus dépendants de l'Occident, un examen plus approfondi de l'Islam arabe et, en outre, de l'Égypte, qui représente un autre État important et indépendant du monde islamique, révèle que ces systèmes sociaux n'ont rien à voir avec le programme mondialiste et sont naturellement prédisposés à se ranger du côté du "Grand Réveil ».

 

Elle n'est entravée que par les contradictions entre les musulmans eux-mêmes, habilement chauffées par l'Occident et les centres de contrôle mondial ; il ne s'agit pas seulement des contradictions entre chiites et sunnites, mais aussi des conflits régionaux entre les États sunnites séparés.

 

Le contexte du "Grand Réveil" pourrait devenir une plate-forme idéologique pour l'unification du monde islamique dans son ensemble, puisque l'opposition au "Grand Réveil" est un impératif absolu pour presque tous les pays islamiques. C'est ce qui permet de prendre comme dénominateur commun la stratégie des mondialistes et l'opposition à celle-ci. La prise de conscience de l'ampleur du "Grand Réveil" permettrait, dans certaines limites, de lever l'acuité des contradictions locales et de faciliter la formation d'un autre pôle de résistance mondial.

 

La mission de la Russie : être à l'avant-garde du Grand Réveil

 

Et enfin, le pôle le plus important du "Grand Réveil" est destiné à être la Russie. Malgré le fait que la Russie ait été partiellement impliquée dans la civilisation occidentale, par la culture des Lumières pendant la période tsariste, sous les bolcheviks, et surtout après 1991, à chaque étape - dans l'antiquité comme dans le présent - l'identité profonde de la société russe est profondément méfiante à l'égard de l'Occident, en particulier du libéralisme et de la mondialisation. Le nominalisme est profondément étranger au peuple russe dans ses fondements mêmes.

 

L'identité russe a toujours privilégié le commun - clan, espèce, église, tradition, nation, pouvoir et même communisme représenté - bien qu'artificiel, de classe - mais une identité collective opposée à l'individualisme bourgeois. Les Russes ont obstinément rejeté et continuent de rejeter le nominalisme sous toutes ses formes. Et c'est une plate-forme commune pour les périodes monarchique et soviétique.

 

Après l'échec de la tentative d'intégration dans la communauté mondiale dans les années 1990, grâce à l'échec des réformes libérales, la société n'a fait que se convaincre davantage de la façon dont le mondialisme et les attitudes et principes individualistes sont étrangers aux Russes. C'est ce qui détermine le soutien général à la ligne de conduite conservatrice et souveraine de Poutine. Les Russes rejettent la "grande relance" à la fois de la droite et de la gauche - et cela, ainsi que les traditions historiques, l'identité collective, la perception de la souveraineté et de la liberté d'État comme la valeur la plus élevée, constitue non pas une caractéristique momentanée, mais une caractéristique fondamentale à long terme de la civilisation russe.

 

Le rejet du libéralisme et de la mondialisation est devenu particulièrement aigu ces dernières années, lorsque le libéralisme lui-même a révélé ses caractéristiques profondément répugnantes pour la conscience russe. Cela justifiait une certaine sympathie des Russes pour Trump et parallèlement un profond dégoût pour ses opposants libéraux.

 

Du côté de Biden, l'attitude envers la Russie est assez symétrique. Lui et les élites mondialistes en général considèrent la Russie comme le principal adversaire civilisationnel, refusant obstinément d'accepter le vecteur du progressisme libéral et défendant farouchement sa souveraineté politique et son identité.

 

Bien sûr, même la Russie d'aujourd'hui n'a pas une idéologie complète et cohérente qui pourrait poser un sérieux problème pour le "Big Reboot". En outre, les élites libérales retranchées au sommet de la société sont toujours fortes et influentes en Russie, et les idées, théories et méthodes libérales dominent toujours l'économie, l'éducation, la culture et la science. Tout cela affaiblit le potentiel de la Russie, désoriente la société et ouvre la voie à des contradictions internes croissantes. Mais dans l'ensemble, la Russie est la plus importante - si ce n'est la principale !  - Mais en général, la Russie est le pôle le plus important, sinon le principal, du "Grand Réveil".

 

C'est ce à quoi a conduit toute l'histoire russe, exprimant une conviction intérieure que les Russes sont engagés dans quelque chose de grand et de décisif dans la situation dramatique de la fin des temps, de la fin de l'histoire. Mais c'est précisément cette fin - et dans sa pire version - que le projet Big Reboot implique. La victoire du mondialisme, du nominalisme et le début de la singularité signifieraient l'échec de la mission historique russe, non seulement dans l'avenir mais aussi dans le passé. Après tout, la signification de l'histoire russe était précisément orientée vers l'avenir, et le passé n'était qu'une préparation à celui-ci.

 

Et dans cet avenir, qui vient de se dessiner, le rôle de la Russie n'est pas seulement de participer activement au "Grand Réveil", mais d'être à l'avant-garde de celui-ci, en proclamant l'impératif des "peuples internationalistes" dans la lutte contre le libéralisme - le fléau du XXIe siècle.

 

La Russie se réveille : une renaissance impériale.

 

Que signifie pour la Russie, dans de telles circonstances, "se réveiller" ? Il s'agit de lui redonner pleinement sa dimension historique, géopolitique et civilisationnelle. Devenir un pôle du nouveau monde multipolaire.

 

La Russie n'a jamais été "juste un pays", encore moins "juste un des pays européens". Malgré l'unité de nos racines avec l'Europe, qui remontent à la culture gréco-romaine, la Russie a suivi, à toutes les étapes de son histoire, son propre chemin - spécial. Elle s'est manifestée par notre choix ferme et inébranlable de l'orthodoxie et du byzantin en général, qui a déterminé dans une large mesure notre éloignement de l'Europe occidentale, qui a choisi le catholicisme et plus tard le protestantisme également. Dans le Nouvel Âge, ce même facteur de profonde méfiance envers l'Occident a eu pour effet que nous n'étions pas aussi touchés par l'esprit même du Modernisme - nominalisme, individualisme, libéralisme. Et même lorsque nous avons emprunté certaines doctrines et idéologies à l'Occident, elles étaient souvent critiques, c'est-à-dire qu'elles contenaient un tel rejet de la voie principale - libérale-capitaliste - de développement de la civilisation de l'Europe occidentale, dont nous nous sentions nous-mêmes si proches.

 

L'identité de la Russie a également été fortement influencée par le vecteur oriental - touranien. Comme l'ont montré les philosophes eurasiens, dont le grand historien russe Lev Gumilev, le statut d'État mongol de Gengis Khan est devenu pour la Russie une importante leçon d'organisation centralisée de type impérial, qui a largement déterminé notre essor à partir du XVe siècle, lorsque la Horde d'or s'est effondrée et que la Rus de Moscou a pris sa place dans l'espace de l'Eurasie du Nord-Est. Cette succession à la géopolitique de la Horde d'or a naturellement conduit à une puissante expansion dans les époques suivantes. Et chaque fois, la Russie a défendu et affirmé non seulement ses intérêts mais aussi ses valeurs.

 

Ainsi, la Russie s'est avérée être l'héritière de deux empires qui se sont effondrés à peu près en même temps, au XVe siècle - l'empire byzantin et l'empire mongol. L'Empire est devenu notre destin. Même au XXe siècle, avec tout le radicalisme des réformes bolcheviques, la Russie est restée, contre toute attente, un empire ; cette fois-ci, c'était un empire soviétique.

 

Cela signifie que notre renaissance est inconcevable sans un retour à la mission impériale fixée dans notre destin historique.

 

Une telle mission est diamétralement opposée au projet mondialiste de "The Great Reboot". Et il serait naturel de s'attendre à ce que, dans leur ruée décisive, les mondialistes fassent tout ce qui est en leur pouvoir pour empêcher la renaissance impériale en Russie.  C'est exactement ce dont nous avons besoin : la Renaissance impériale. Non pas pour imposer leur propre vérité - russe et orthodoxe - à tous les autres peuples, cultures et civilisations, mais pour faire revivre, renforcer et protéger leur identité et aider les autres à faire revivre, renforcer et protéger la leur autant que possible. Après tout, les partisans du "Big Reboot" ne visent pas seulement la Russie, même si, à bien des égards, c'est notre pays qui constitue le principal obstacle à l'exécution et aux plans. Mais c'est notre mission - être un "catéchumène", "retenir", empêcher l'arrivée du dernier mal dans le monde.

 

Mais aux yeux des mondialistes, les civilisations, cultures et sociétés traditionnelles restantes sont également susceptibles d'être démantelées, reformatées et transformées en une masse cosmopolite mondiale indifférenciée, et d'être remplacées dans un avenir proche par de nouvelles formes de vie - post-humaines -, des organismes, des mécanismes ou leurs hybrides. Par conséquent, le réveil impérial de la Russie est destiné à devenir un signal pour un soulèvement universel des peuples et des cultures contre les élites libérales mondialistes. Revivant en tant qu'Empire, en tant qu'Empire orthodoxe, la Russie montrera l'exemple aux autres Empires - chinois, turc, persan, arabe, indien, ainsi que latino-américain, africain et... européen. Au lieu de la domination d'un seul "Empire" mondialiste du Grand Réveil, le réveil russe devrait devenir le début d'une ère de plusieurs Empires, reflétant et incarnant la richesse des cultures, traditions, religions et systèmes de valeurs humains.

 

Vers la victoire du Grand Réveil

 

Si l'on y ajoute le trumpisme des États-Unis, le populisme européen (de droite comme de gauche), la Chine, le monde islamique et la Russie, à condition que la grande civilisation indienne, les pays d'Amérique latine et l'Afrique, qui entre dans un nouveau cycle de décolonisation, puissent à un moment donné rejoindre ce camp, ainsi que tous les peuples et cultures de l'humanité en général, Nous n'avons pas seulement des marginaux dispersés et confus qui tentent de s'opposer aux puissantes élites libérales qui mènent l'humanité au massacre final, mais un front à part entière qui comprend des acteurs de différentes tailles - des grandes puissances aux économies planétaires et aux armes nucléaires aux forces et mouvements politiques, religieux et sociaux influents et nombreux.

 

Le pouvoir des mondialistes, après tout, repose sur la suggestion et les "miracles noirs". Ils ne gouvernent pas sur la base d'un pouvoir réel, mais sur des illusions, des simulacres et des images artificielles qu'ils essaient maniaquement d'implanter dans la conscience de l’humanité.

 

Après tout, le Big Reboot a été annoncé par une poignée de vieux globe-trotters dégénérés et pétants au bord de la démence (Biden lui-même, le méchant ridé Soros ou le bourgeois potelé Schwab) et la racaille marginale et tordue choisie pour illustrer les possibilités de carrière fulgurantes de tout voyou. Bien sûr, les bourses et les imprimeries, les escrocs de Wall Street et les drogués d'inventeurs de la Silicon Valley travaillent pour eux. Les hommes disciplinés du renseignement et les généraux obéissants de l'armée leur rendent des comptes. Mais cela est négligeable par rapport à l'humanité - les gens de travail et de pensée, la profondeur des institutions religieuses et des cultures fondamentalement riches.

 

Le "Grand Réveil" est que nous commençons à deviner l'essence de la stratégie fatale - meurtrière et simultanément suicidaire - du "progrès" telle que la comprennent les élites libérales mondialistes.  Et si nous le comprenons, nous sommes capables de l'expliquer aux autres. L'éveillé peut et doit réveiller tous les autres. Et si nous y parvenons, non seulement le "Grand Redémarrage" échouera, mais un juste jugement s'abattra sur ceux qui ont fait de la destruction de l'humanité leur objectif - d'abord spirituellement, puis physiquement.

 

[1] Formulations anglaises de 5 points de The Big Overload tirées du rapport du Prince Charles :

 

- Pour capter l'imagination et la volonté de l'humanité - le changement n'aura lieu que si les gens le veulent vraiment ;

 

- La reprise économique doit mettre le monde sur la voie de l'emploi, des moyens de subsistance et de la croissance durables. Il faut réinventer les structures d'incitation de longue date qui ont eu des effets pervers sur notre environnement planétaire et sur la nature elle-même ;

 

- Les systèmes et les parcours doivent être repensés pour faire progresser les transitions nettes zéro à l'échelle mondiale. La tarification du carbone peut constituer une voie essentielle vers un marché durable ;

 

- La science, la technologie et l'innovation ont besoin d'être revigorées. L'humanité est à la veille de percées catalytiques qui modifieront notre vision de ce qui est possible et rentable dans le cadre d'un avenir durable ;

 

- Les investissements doivent être rééquilibrés. L'accélération des investissements verts peut offrir des possibilités d'emploi dans les domaines de l'énergie verte, de la bioéconomie circulaire et de la bioéconomie, de l'écotourisme et des infrastructures publiques vertes.

 

[2] Ann Coulter. Dans Trump We Trust : E Pluribus Génial ! New York : Sentinel, 2016.

 

 

Alexandre Douguine

 

http://dugin.ru

Alexandre G. Douguine (né en 1962) est un éminent philosophe, écrivain, éditeur, personnalité publique et politique russe. Docteur en sciences politiques. Professeur de l'Université d'État de Moscou. Il est le leader du mouvement eurasien international. Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :