Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Arche russe - Stratégie alternative pour le développement mondial

Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Alexandre Douguine, #Arche russe, #Asie, #Club d'Izborsk (Russie), #Economie, #Environnement, #Eurasie, #Général Leonid Ivashov, #Philosophie, #Politique, #Russie, #Religion

Arche russe - Stratégie alternative pour le développement mondial

L’Arche russe

 

Stratégie alternative pour le développement mondial

 

https://izborsk-club.ru/18825

 

Ouvrage collectif sous la direction de V. Averyanov.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc

https://pocombelles.over-blog.com

 

2020

 

 

L'équipe d'auteurs :

 

V. Averyanov (compositeur), V. Baghdasaryan, S. Baranov, V. Darensky, A. Eliseev, A. Zhukov, L. Ivashov, Maxim Kalashnikov, A. Kobyakov, A. Komogortsev, N. Kurkin, V. Mozhegov, M. Moiseev, A. Otyrba, K. Cheremnykh.

 

Le travail utilise des matériaux et des publications d'experts : S. Batchikova, S. Glazyev, D. Golubovsky, M. Delyagin, V. Koshkin, S. Kretov, G. Malinetsky, A. Minyailo, P. Oleksenko, V. Simchers, T. Fadeeva, M. Chernavsky.

 

 

 

Table des matières

 

 

 

Avant-propos des auteurs

 

Introduction. L'Arche du rêve russe.

 

Première partie. À la veille du nouveau déluge

 

Deuxième partie. Pertinence du mythe biblique. Le peuple du déluge

 

Partie 3. La nouvelle arche. Base idéologique

 

Partie 4. Regardez depuis l'Arche :

 

4.1 Nouvelle décolonisation

 

4.2 Multipolarité. Union Eurasienne des Trois

 

4.3 La triade "éducation et éducation scientifique

 

4.4 De la technologie intelligente à la sagesse.

 

4.5. le corporatisme. Une société solidaire. Infoonomie

 

4.6 De Megalopolis à New Gardarica.

 

4.7 Conservation de la nature. La ville-jardin

 

4.8 Santé de la population et renaissance du monde russe

 

Conclusion

 

 

 

 

Avant-propos des auteurs

 

 

 

 

L'idée de faire de la Russie l'Arche de Noé de l'humanité moderne fait son chemin depuis de nombreuses années. Récemment, ses germes sont devenus plus visibles. Des personnalités politiques célèbres s'expriment sur la perspective de l'Arche russe. Et en 2019, des développements majeurs ont commencé à apparaître. Ainsi, nos collègues de l'Institut des hautes études... Nos collègues de l'Institut Schiffers pour les études avancées ont publié une monographie complète "Russie - Arche de Noé de l'humanité" [1]. Ce livre a été la "première gorgée" d'une large discussion sur l'idée exprimée pour la première fois il y a plus de 10 ans par notre ami et collègue, membre permanent du Club d'Izborsk Sergey Pisarev.

 

Il y a huit ans, il a exposé de façon assez détaillée sa vision de la construction de l'Arche en tant que voie idéologique et socio-économique de la Russie [2]. Un site web spécial RNK-concept.ru a même été créé, qui a rassemblé tous les matériaux utiles au développement de cette idée. Pisarev a suggéré l'idée de l’Arche russe pour un forum public faisant autorité tel que le Conseil mondial du peuple russe, mais à ce moment là, il n'a pas trouvé de soutien.

 

C'est ainsi qu'en 2019, la communauté du Club d'Izborsk a décidé de s'engager dans la réflexion et le développement de la doctrine de l'Arche russe. Le résultat de cette décision est l'ouvrage que vous lisez. Dans la préhistoire de notre travail - la création en 2005 de la Doctrine de l'Arche russe, une œuvre collective qui a reçu une large popularité et reconnaissance dans la société. Puis les principaux développeurs de l'Arche russe y ont également pris part. Sergey Pisarev a été l'un des principaux initiateurs de la doctrine russe, et la Fondation russe des entrepreneurs (Ekaterinbourg) qu'il dirige a aidé les auteurs à la créer et à la promouvoir. Dans un certain sens, ce travail est la prochaine étape, la prochaine étape par rapport à la doctrine russe. "L'Arche russe" a également été créée à l'initiative de la fondation "Entrepreneur russe", avec le soutien d'Alexandre Davydov (entreprise de Naumen).

 

Un résultat important de l'étape précédente a été la formation d'une grande équipe de personnes, qui ne s'est pas désintégrée mais a continué à opérer dans le domaine de la pensée publique et de la consolidation créative de la communauté patriotique des experts. Ainsi, une organisation telle que l'Institut du conservatisme dynamique est née en 2009, puis en 2012, sur la base de la même idéologie, la même équipe a jeté les bases du mouvement Izborsk en alliance avec d'autres patriotes de Russie.

 

Notre Arche ouvre en fait une nouvelle dimension de la même idéologie que nous avons développée pendant toutes ces 15 années[3], cette fois-ci non seulement pour l'usage domestique, mais aussi "pour l'exportation" comme stratégie alternative pour le développement mondial. L'œuvre "Arche russe" contient donc un ensemble de messages qui, nous l'espérons, ont des qualités d'universalité et d'intelligibilité pour les autres peuples et cultures. En même temps, il ne faut pas exagérer la nécessité de s'adapter aux goûts et aux habitudes du public étranger. Pour être compris et accepté, le plus important est d'être soi-même. C'est l'un des secrets de l'Arche russe.

 

La triste réalité est que les élites politiques et économiques de la Russie ne correspondent malheureusement pas encore à l'ampleur des tâches qui attendent la civilisation russe. Du moins, si l'on en juge par les fruits, par les actions réelles - ils n'ont pas encore réalisé cette ampleur. Pour nous, cela signifie que la nécessité de cette initiative est encore plus urgente. Nous avons besoin d'une alternative lourde et convaincante à la crise dans laquelle le monde entier est en train de glisser.

 

Dans le même temps, au début du 21e siècle, la Russie a fait un certain nombre de pas dans la bonne direction sur la scène internationale, de sorte que de nombreuses personnes de bonne volonté dans différentes parties du monde tournent de plus en plus leurs yeux vers nous dans l'espoir que la Russie dise sa parole forte.

 

Nous sommes convaincus que la création de telles œuvres et la réflexion sur des questions telles que la nécessité de construire une Arche du Salut est une exigence de temps.

 

 

 

Introduction. L'Arche du rêve russe.

 

 

 

Nous voyons le déluge s'approcher à nouveau. Ce n'est déjà plus la Bible qui a renouvelé la terre ancienne, mais le flot d'informations, d'images, de chaos mental, de souillure, invisible et mental, qui menace, de l'intérieur même de l'humanité, d'inonder le dernier morceau vivant de son cœur, d'en dissoudre les significations vitales...

 

Tout n'est probablement pas encore perdu pour nous. Le symbole sacré de l'Arche est le symbole le plus adéquat pour marquer un projet de civilisation alternatif, le tournant de l'humanité ou du moins une partie de celle-ci sur une voie de salut. D'autant plus que ce projet est à l'origine destiné non seulement à la survie physique, mais aussi au salut des fondements sacrés de la vie.

 

La Russie peut devenir une telle arche. Bien sûr, pas la Russie dans son état actuel. Mais la Russie dans son potentiel, la Russie est éternelle, celle qui a subi dans son histoire une expérience inestimable d'optimisme léger et de bon sens, attendant maintenant d'être extraite des caches de la sagesse populaire.

 

Ces pensées, ainsi que le nom de notre projet, ne signifient pas que l'Arche ne peut être que russe et que seule la Russie doit attendre le message du salut. D'autres cultures et civilisations pourraient bien participer à la "compétition" pour l'idéologie de la survie humaine. La Russie elle-même n'est pas encore une arche, mais sa possibilité. Nous soutenons qu'aujourd'hui, nous avons plus que jamais besoin du peuple de l'Arche. Et dans notre travail, nous essaierons d'expliquer la différence fondamentale entre la civilisation du déluge, aujourd'hui dominante, et la civilisation de l'arche, tout à fait réalisable et chatoyante dans le futur.

 

L'histoire biblique du déluge raconte l'émergence d'une race particulière de créatures - les géants. Ce mot est dérivé du juif "Nephilim", dont la racine signifie littéralement "faire tomber, séduire, corrompre". Selon les légendes, il s'agissait de personnes aux capacités physiques exceptionnelles, mais piétinant les institutions divines, se livrant à une débauche sans précédent. Avec des capacités spéciales, une force et une arrogance incroyable, ils ont commencé à opprimer tout le monde. Dans le langage moderne, il y avait un système d'inégalité non seulement sociale, mais aussi anthropologique et biologique.

 

Le monde moderne est également arrivé à la même lignée d'élevage de races "géantes". Les nouvelles biotechnologies, les recherches liées au génome, permettent déjà de poser une question sur l'amélioration ciblée des possibilités de l'organisme humain, l'augmentation radicale de l'espérance de vie. Cependant, dans les conditions du capitalisme, il n'est pas pour tout le monde. Le résultat serait la division de toute l'humanité, en fait - l'effondrement de l'unité de l'espèce humaine. Compte tenu de la corruption particulière de ce même segment de la société, où il y avait de l'argent pour l'amélioration de la race humaine, l'histoire des géants bibliques pourrait être littéralement répétée.

 

La civilisation occidentale des 500 dernières années et sans interférence génétique dans la nature humaine s'est comportée de telle manière qu'elle ressemblait de plus en plus à la civilisation de l'époque des inondations : piétinant les autres peuples et cultures, plantant rapidement la toute-puissance, plaçant la magie de l'argent et de l'information au-dessus de l'homme... Les crises économiques mondiales du XXe siècle doivent être considérées comme le résultat de la fierté d'une communauté étroite qui s'est approprié le droit de dicter à tous les pays du monde à la fois la politique économique et les normes de la vie publique.

 

L'insatisfaction, l'avidité folle, le gaspillage, l'incapacité à arrêter leur passion pour l'expansion sont liés à l'essence même du capitalisme mondial. L'axiome de la nécessité d'une croissance économique continue est né d'une soif de capital d'intérêt pour générer des rendements de crédit et d'investissement en constante augmentation. En d'autres termes, la motivation de la consommation débridée, devenue le fléau du monde moderne, est imposée par l'idéologie de l'usure. La stratégie de "croissance pour la croissance elle-même" est la principale cause des crises économiques mondiales et des tendances irréversibles de dégradation sociale et spirituelle.

 

Les institutions et communautés fermées occidentales sont basées sur le modèle de "l'homme faustien" et de la "nouvelle Atlantide" de Bacon, plans qui ont été largement mis en œuvre. Cependant, la faiblesse interne de la logique des conquérants de la nature devient de plus en plus évidente - et en Occident même, certaines élites y réagissent en créant toutes sortes de stratégies de "réforme verte", de "simplification", d'arrêt du développement industriel, etc. Mais ces stratégies elles-mêmes, en réaction à la mauvaise logique du développement, sont perverses et incomplètes. La théorie de la catastrophe écologique est introduite dans la conscience des masses comme un substitut du Jugement dernier - le paiement des péchés humains non pas envers d'autres personnes mais envers la nature sauvage. Une telle manipulation des significations eschatologiques est plus répréhensible que le jeu habituel de la "politique", car elle exploite les motifs purement altruistes de l'homme - des motifs de se soucier moins de ses frères. Et là, l'Occident est fidèle à lui-même, à son caractère violent "géant" - il force maintenant toutes les autres civilisations, auparavant tentées par elles, à prendre le chemin de la croissance infinie, à renoncer à la croissance.

 

Le technocratisme et l'apocalypse écologique n'échappent pas au Déluge. Nous, qui appartenons à une autre civilisation indépendante, n'avons pas à choisir entre deux types de mal qui nous sont soigneusement glissés. Nous développons et choisissons une voie de développement différente, alternative, étrangère au mondialisme. Le projet Arche russe est construit autour de l'idée de surmonter une catastrophe mutagène et la menace de dépersonnalisation et d'assurer la sécurité spirituelle de la Russie. Mais en défendant notre civilisation, nous faisons ainsi le travail du monde, nous affirmons l'alternative mondiale.

 

La doctrine de l'Arche russe est fondée sur les principes suivants :

 

- La Russie est une civilisation indépendante avec son propre noyau de valeurs. Même les époques de crises profondes et de troubles n'abolissent pas ce principe. Dans le projet de l'Arche russe, notre souveraineté spirituelle et civilisationnelle devrait devenir tangible, ouverte à toutes les personnes de bonne volonté. Il est également important de noter que l'Arche russe, qui a déjà fait ses preuves en tant que réalité historique, est une forme non seulement et pas tant d'un État russe, mais aussi du monde russe, c'est-à-dire une formation civilisationnelle large et ouverte à d'autres peuples. La civilisation russe, le monde russe est plus large que la Fédération de Russie et même que ce qu'on appelle la "Russie historique".

 

- Le fait même que l'idée de l'Arche soit proclamée du point de vue et au nom de la civilisation souveraine l'amène dans la catégorie des idées qui devraient être demandées au niveau approprié : c'est-à-dire les autres civilisations. Face à l'idéologie de l'Arche de Noé, notre civilisation acquiert un programme significatif d'interaction avec d'autres puissances, peuples et traditions religieuses dans la situation critique du début du XXIe siècle.

 

- De là découle un autre principe : une rupture décisive avec la prétendue "civilisation universelle" imposée dans le monde global, où par défaut les normes et les dogmes du projet transatlantique avec son levain cryptocolonial sont acceptés comme non alternatifs. Ce principe permet de se débarrasser des tendances nihilistes de la civilisation du déluge, qui sont associées à la destruction de l'homme et de l'humanité, à la destruction des cultures et des valeurs traditionnelles. (Notez entre parenthèses que nier la tendance de la civilisation du déluge ne signifie pas l'antagonisme avec tous les peuples de la civilisation occidentale - il y a des peuples du déluge et des peuples de l'arche ; tout comme dans notre pays, les peuples du Déluge ont pris un poids considérable ; mais le générateur de ce type de peuple est l'Occident).

 

- Le quatrième principe, qui découle des trois précédents, est l'initiative de la Russie dans la formulation d'un ensemble alternatif de valeurs partagées par toutes les cultures qui entendent continuer à vivre ensemble sur terre ; et dans l'élaboration d'une stratégie de développement appropriée. Nous devrions clairement définir les propriétés de l'homme arche par rapport aux propriétés de l'homme déluge - afin que les gens et les communautés puissent faire leur choix en toute conscience.

 

- Enfin le cinquième principe de l'Arche : elle ne prétend pas être un monopole, elle est ouverte au monde multipolaire avec des doctrines de développement fondamentalement différentes. Les arches peuvent être construites sur d'autres bases, l'essentiel est qu'il y ait ceux qui les construisent. C'est beaucoup plus terrible - si personne n'entre dans ce chemin, et si l'humanité entière accepte humblement le rôle du "peuple du déluge" marchant à l'amiable jusqu'à la mort. Dans un certain sens, le but de l'Arche est de permettre à différents types et vecteurs de développement de poursuivre leur voyage sur terre, plutôt que d'être sacrifiés au profit d'une voie unique et non alternative. Seul le chemin de la destruction est irréversible et non alternatif. Ainsi, nous nions le modèle de mondialisation transnationale basé sur le projet occidental comme étant la seule véritable et unique voie possible. Tant que nous vivons, pensons et choisissons, il y a toujours une alternative.

 

C'est la Russie qui a toutes les chances de jouer un rôle central dans l'époque à venir en formant un nouveau bloc de pays pour étouffer la confrontation géopolitique, qui pourrait conduire à un conflit militaire à grande échelle. En même temps, une telle alliance s'opposerait réellement non pas à un pays séparé, mais à la mondialisation elle-même - le déluge même, qui emporte sur son passage toute la diversité spirituelle et culturelle de la planète.

 

La véritable sortie de crise ne réside pas dans la localisation des catastrophes, ni dans les travaux d'urgence pour colmater les trous et les crevaisons, mais dans la direction alternative du développement mondial, la transformation systémique, qui, par l'énergie d'un puissant saut dans la bonne direction, corrigerait la courbure et la déformation les plus flagrantes du monde moderne.

 

C'est exactement la bonne direction, celle de la guérison, que nous appelons à trouver. Et le vrai travail est de le trouver. Cela signifie que nous nous engageons sur la voie d'un objectif élevé, capable de donner à l'humanité une nouvelle solidarité, de lui insuffler une nouvelle vie.

 

Le chevauchement d'une période extrêmement dangereuse de l'histoire - et notre génération a eu sa part dans cette période - nécessitera la mobilisation, avant tout, de forces morales internes. Une arche n'est pas un moyen d'attendre une obsession, mais un projet de grand développement

 

En regardant l'histoire biblique du Déluge, ainsi que les mythes d'autres cultures, racontant le même événement, on en vient involontairement à l'idée que le but de cette Shoah était la purification du monde. L'arche est un instrument de salut, pas l'idée du salut. L'idée était de parvenir à la création d'une humanité renouvelée par la purification.

 

Ce serait un objectif très élevé, inspirant, et il y aurait des solutions. Nous ne parlons donc pas seulement de salut, nous parlons aussi de devoir. L'histoire russe nous a appris qu'il y a toujours une meilleure solution que de se soumettre à la volonté du destin. Et si le déluge semble inévitable et même juste pour l'humanité, qui est tombée dans la mesquinerie et la méchanceté, en même temps il ne nous est pas donné de connaître les limites de la plus haute miséricorde.

 

Nous pensons que non seulement nous allons traverser une période dangereuse, mais que nous allons aussi être renouvelés dans les épreuves et atteindre de nouveaux sommets sans précédent. C'est pourquoi nous devrions construire l'Arche. C'est notre rêve. Puissions-nous croire en notre foi !

 

 

 

Première partie. À la veille du nouveau déluge

 

 

 

 

L'inondation n'est pas attendue, elle se produit déjà

 

L'ampleur et la signification des changements et des défis qui se produisent dans le monde nous font recourir à des métaphores aussi puissantes que le nouveau déluge universel et la nécessité de construire une nouvelle arche. Ces métaphores de base ne peuvent être comprises dans le sens où ce qui nous attend est une répétition des événements décrits dans la Bible. D'autant plus que l'histoire qui les concerne dans le livre de la Genèse se termine par une alliance conclue entre Dieu et Noé, selon laquelle : Le Seigneur a dit en son cœur : "Je ne maudirai plus la terre pour l'homme" (Genèse 8 : 21). "(Gen. 9 : 11.) "Je fais avec vous Mon alliance, afin que toute chair ne soit plus détruite par les eaux du déluge, et qu'il n'y ait plus de déluge pour la désolation de la terre.

 

(Gen. 9 : 11.) Rien n'est répété littéralement, surtout qu'il est pernicieux de chercher une issue à l'impasse par les mêmes méthodes qui avaient conduit à l'impasse. Que les bâtisseurs de la nouvelle arche ne ressemblent pas aux généraux notoires qui se préparent à la guerre d'hier. D'autre part, il est bon de rappeler le dicton : "Si vous voulez connaître l'avenir, cherchez-le dans le passé". Elle nous dit que l'histoire est cyclique et que nous avons quelque chose à apprendre d'elle.

 

UN DÉLUGE N'EST PAS TANT UN "DÉLUGE" EN SOI QU'UN CERTAIN ÉTAT INTÉRIEUR DANS LEQUEL, AUSSI CRUEL QUE CELA PUISSE PARAÎTRE, L'HUMANITÉ EST CONDAMNÉE À ÊTRE "CHASSÉE" DE LA SURFACE DE LA TERRE. NOUS SOMMES ENTRÉS DANS UNE ÉPOQUE OÙ LA PRÉSERVATION MÊME DE L'HOMME EN TANT QU'ESSENCE SPIRITUELLE-BIOPHYSIQUE EST REMISE EN QUESTION, ET OÙ L'ÊTRE HUMAIN DANS L'HOMME EST MIS À L'ÉPREUVE SUR UNE FRACTURE. CETTE POSITION NOUS RAPPELLE VRAIMENT LA FIN DU CYCLE.

 

La nouvelle inondation dont nous parlons n'est pas une histoire d'anticipation de cataclysmes naturels ou artificiels, mais une déclaration de ce qui se passe déjà maintenant, mais pas encore complètement développé. Essentiellement, le déluge biblique n'a pas été réduit à une catastrophe extérieure. Elle peut et doit être considérée dans deux grandes hypostases : comme une punition, une vengeance, c'est-à-dire une conséquence directe de la dégradation spirituelle de l'humanité, de sa décadence et de sa dégénérescence ; et comme cette dégradation elle-même. Selon notre compréhension, le déluge n'est pas tant un "déluge" en soi qu'un certain état intérieur dans lequel, aussi cruel que cela puisse paraître, l'humanité est condamnée à être "emportée" de la surface de la terre.

 

Et cette inondation "interne", dans les eaux de laquelle s'enfonce la civilisation mondiale, n'est pas seulement attendue, elle commence déjà et prend progressivement des dimensions de plus en plus menaçantes. Nous sommes entrés dans une époque où la préservation même de l'homme en tant qu'essence spirituelle-biophysique est remise en question, et où l'être humain dans l'homme est testé pour la fracture. Cette situation nous rappelle vraiment la fin du cycle.

 

Il n'est pas surprenant que nous assistions à une forte augmentation des attentes anxieuses, non pas certaines privées associées aux guerres ou aux épidémies, mais celles que l'on peut qualifier d'alarmisme apocalyptique. Si, auparavant, une telle hystérie était le fait de sectes religieuses exaltées, on peut maintenant l'entendre dans les pages des principales publications et médias occidentaux, et le sentiment d'une proche "apocalypse" sous une forme transformée résonne dans le langage moderne et dans des catégories modernes, y compris le langage de la science.

 

Parmi les menaces universelles diffusées de manière obsessionnelle, citons le changement climatique mondial, la hausse du niveau des océans, des tremblements de terre plus fréquents, le ralentissement du Gulf Stream dû à la fonte des glaces au Groenland, une forte diminution du nombre de nombreuses espèces d'insectes, une crise des catastrophes et accidents d'origine humaine qui approche rapidement, ainsi que des catastrophes spécifiques prévues comme l'éruption du mont Yellowstone aux États-Unis, et d'autres encore.

 

À une époque, profitant de l'activité apparemment non aléatoire des écologistes et des craintes qu'ils suscitent, le pouvoir en place en Occident a pratiquement freiné la construction de centrales nucléaires, ainsi que de nombreuses productions industrielles lourdes, les faisant entrer dans le Tiers-Monde, arrêté ses programmes spatiaux et, simultanément, déplacé le cours du développement technologique de l'humanité vers le virtuel. D'autres civilisations ont succombé à des "brimades" mondiales à des degrés divers, abandonnant non seulement les technologies nucléaires et spatiales mais aussi des projets vitaux de développement du territoire et du sous-sol.

 

Chacune des phobies à la mode a ses opposants et ses partisans, ses propagandistes et ses détracteurs. Mais en général, le fond hystérique du courant d'information moderne ne diminue pas, mais augmente avec chaque décennie. L'imagination de l'esprit émerveillé par l'anxiété ne se calme pas, l'anxiété se multiplie. D'ailleurs, il existe déjà de tels courants, qui appellent non pas à chercher des moyens de salut, non pas à prévenir la catastrophe, mais à la rapprocher - ce sont les partisans de la nouvelle "grande extinction", du "redémarrage" total de l'histoire de la planète. On peut les appeler les clics du déluge qui approche.

 

D'autre part, les représentants des élites occidentales ont noté de nombreuses idées que l'on peut qualifier conventionnellement de pseudo-arches : par exemple, ils construisent des abris souterrains avec de grandes réserves d'oxygène et de nourriture, construisent des villes flottantes insubmersibles, dans le nord ils ont créé un stockage spécial avec des échantillons de semences des cultures agricoles les plus importantes. D'autres essaient de calculer les lieux et régions sûrs en cas de cataclysme. La réduction de la population est promue de plus en plus franchement, comme pour favoriser certains dieux sanguinaires et pour retarder la catastrophe. Alors que dans les années 1970, l'idée de l'épuisement des ressources énergétiques était diffusée, depuis le début du XXe siècle, les paniques environnementales ont favorisé les économies d'eau potable conventionnelle - bien que les pénuries soient généralement bien résolues par les technologies de dessalement.

 

A propos des craintes liées au climat

 

Au lieu de la notion désormais populaire de "biopolitique", de "politique de la vie", ce que la civilisation du nouveau déluge imminent nous offre peut être plus probablement appelé "thanatopolitique", "politique de la mort". La plus répandue et la plus autorisée est devenue le mythe scientifique du réchauffement climatique, que ses apologistes lient directement aux émissions excessives de la production industrielle dans l'environnement sans preuve. Ce mythe a suscité une vive controverse parmi les scientifiques. Mais, comme il est d'usage dans le monde global, le vote décisif n'est pas pour la science, mais pour l'argent et la politique, qui est proclamée "progressiste" et "de droite".

 

Malgré la nature non prouvée de la catastrophe, d'une manière ou d'une autre, la teneur en dioxyde de carbone dans l'atmosphère augmente réellement et a dépassé 400 ppm (millions de ppm, soit environ 1 milligramme de substance par litre de liquide ou mètre cube de gaz). Les raisons de cette augmentation du dioxyde de carbone dans l'air n'ont pas été déterminées. L'abondance de ce gaz n'est pas une tragédie en soi et s'avère même être un facteur favorable au verdissement de la terre, en stimulant la production d'oxygène par la flore. Non seulement la destruction de la couche d'ozone de l'atmosphère, que les écologistes expliquent par le soi-disant effet de serre (maintien de la chaleur dans l'atmosphère), n'est pas prouvée, mais au contraire, en 2019, les experts de la NASA ont constaté le rétrécissement du "trou d'ozone" à la taille minimale pour toute la période d'observation. Il semblerait que cette dynamique aurait dû faire en sorte que la panique remette en question au moins les détails de sa "seule théorie correcte". Rien de tel : la même théorie est inculquée de manière encore plus intrusive et catégorique. Nous sommes convaincus que l'Arche russe recréera une science qui répondra de manière convaincante et objective aux questions environnementales fondamentales, tout en tenant compte de toute la palette des écoles scientifiques et de l'ensemble des opinions.

 

La controverse en Occident est si vive qu'il n'y a pas si longtemps, des fondations et des organisations internationales ont abandonné le terme "réchauffement climatique" et ont proposé de le remplacer par "catastrophe climatique". Comme sur commande, les principaux médias du monde ont accepté ce remplacement, qui témoigne de la bonne gestion et du travail bien coordonné des principaux "alarmistes" officiels. (À leurs préoccupations s'est ajouté le président américain Trump, qui s'est soudainement attelé à la tâche de relancer le protectionnisme américain et de réduire le soutien de l'État à toutes sortes de programmes environnementaux, y compris le refus de participer à l'accord de Paris sur le climat. Au fait, la Chine a également été récemment très attristée par le fait que les dirigeants de Soros et de Rockefeller ont réduit leurs investissements dans les énergies dites "renouvelables", tout en augmentant leur énergie charbonnière[4].

Bugaboo de la surpopulation

 

Une autre tendance objective qui provoque non seulement de l'anxiété, mais aussi un certain chaos dans le monde, est le nouveau schéma démographique. Les thèses et les idées du Club de Rome et des organisations de contrôle des naissances concernant le manque de ressources de maintien de la vie sur la planète ont longtemps été sévèrement critiquées par de nombreux scientifiques de renom et ne peuvent être considérées comme universellement reconnues[5]. Cependant, dans le même temps, il existe un déséquilibre démographique important dans le monde, qui entraîne une "grande migration des peuples" grandiose et essentiellement nouvelle, qui a déjà commencé.

 

Il est important de noter que ce déséquilibre est en partie artificiel - il n'est pas tant une conséquence de la soi-disant "transition démographique" dans les pays développés, qu'une conséquence de plus de 60 ans de comportement contre-nature du riche "Nord blanc". En Occident, les élites au pouvoir ont permis une révolution contre-culturelle (en pratique, principalement anticléricale) et dite sexuelle, qui, par l'effondrement de l'éthique familiale et l'imposition omniprésente des "choix" des femmes - comme ils appellent l'abandon de la maternité - a conduit à un déclin démographique brutal après le baby-boom des années 50. En URSS, des processus similaires ont été provoqués par l'hyperurbanisation et l'introduction de normes d'habitat urbain ennuyeux dans un environnement culturel et informationnel agressivement athée, sur fond duquel la population a rapidement, en une génération et demie, adopté le modèle de la famille principalement avec un enfant. (Nous mettrons entre parenthèses la tragique "croix russe" des années 1990 en général, car il s'agissait d'un véritable effondrement démographique, résultat de l'effondrement de l'URSS). D'une manière ou d'une autre, dans ces nations autrefois chrétiennes, nous sommes maintenant confrontés à une violation féroce du commandement biblique "Fructifie et reproduis". Mais les principales raisons du déclin démographique et du vieillissement de la population du Nord blanc, contrairement aux théoriciens engagés, ne sont pas tant matérielles ou économiques, liées au niveau de richesse en soi, mais plutôt socio-psychologiques et spirituelles, liées au changement de sens fondamental.

 

Les tentatives des élites occidentales pour égaliser le déséquilibre entre le Nord blanc dégradé et le Sud coloré en pleine expansion ont donné naissance à une idéologie de "croissance zéro". C'est là, pourrait-on dire, qu'est apparu l'effet d'un monde à l'envers : au lieu d'aider leurs peuples à redresser la situation et à retrouver une famille et une chadolubry à part entière, ces élites néo-malthusiennes ont au contraire décidé d'imposer le déclin démographique comme modèle de comportement au reste du monde. Nous ne nous reproduisons pas, mais nous interdisons les autres ! Toutes sortes de moyens, y compris différentes méthodes de contraception et de stérilisation, sont en train d'affirmer cette idéologie misanthrope. Dans ce cas, pour les pays africains et asiatiques, cette idéologie est présentée comme un "salut" de la sauvagerie et de la barbarie.

 

Contrairement à de nombreux pays du tiers monde, le problème de la Russie au XXe siècle et plus encore aujourd'hui n'est pas une surabondance, mais un manque de population. Il s'ensuit déjà que tout programme des institutions internationales visant à freiner la croissance démographique, ainsi que les initiatives pertinentes des organisations non gouvernementales gérées, ont toujours été et restent inacceptables pour la Russie. Par conséquent, dans l'Arche russe, ces activités devraient être qualifiées non seulement d'activités d'agents étrangers, mais aussi d'anti-nationales, avec la diffusion de la réputation correspondante à tous les militants et lobbyistes.

 

La réduction intentionnelle de la population humaine de la position de toutes les religions traditionnelles, mais aussi de la position de l'amour humain et du bon sens, est un déni de la destinée humaine, une équation de l'homme avec des créatures déraisonnables. Une telle invasion de la Divine Providence est encore plus répréhensible que le génie génétique, car elle a) justifie le refus de l'homme de la vie - don de Dieu, b) nie la primauté du droit fondamental à la vie, c) se combine avec l'opposition du sexe féminin au sexe masculin et la propagande du "troisième sexe", qui n'apporte pas de descendance. d) accompagne le dogme quasi religieux de la préservation de toutes sortes d'autres créatures vivantes, y compris même les vecteurs de maladies infectieuses, sous le drapeau de la soi-disant « biodiversité".

 

Sur les causes de l'inondation mondiale

 

L'écologie (l'environnementalisme comme philosophie, pas comme science)[6] et l'idéologie de la "croissance zéro" sont des tentatives pour limiter artificiellement la "surpopulation" et réduire l'impact technologique sur l'environnement. Ces attitudes peuvent sembler logiques et rationnelles à certains à première vue - mais il faut se demander : si les gens cessent de se multiplier et mettent en place des technologies efficaces pour protéger la nature des émissions et des radiations nocives, cela suffira-t-il à éviter la catastrophe ? Et cherchent-ils les racines de la catastrophe ?

 

L'homme moderne diffère peu, psychologiquement, de ce qu'il était dans l'Antiquité. Une revue des mythes et légendes sur le déluge donne un résultat étonnant : tout comme maintenant, l'une des causes de la catastrophe que les gens ont appelée le problème de la surpopulation.

 

Prenez, par exemple, l'un des recueils les plus complets de ces légendes ("Histoires du déluge, recueillies dans le monde entier"[7]). Naturellement, seuls les mythes anciens sont pris en compte, et non ceux qui pourraient être empruntés par certains ou d'autres conteurs de la civilisation mondiale. Nous verrons donc que les causes de l'inondation chez les différents peuples, y compris les peuples primitifs, ne sont pas expliquées de trop de manières. Les plus courantes sont trois explications des causes du cataclysme mondial, décrites de manière similaire au déluge de l'Ancien Testament :

 

- péché ou défaut des personnes, par rapport auquel le déluge a agi comme une punition des dieux ;

 

- la fin du cycle cosmique, dans lequel la catastrophe est prédéterminée et inévitable ;

 

- la surabondance de la population humaine, obligeant les dieux à chercher les moyens de la réduire.

 

Ces trois thèses, dont la dernière - sur la surpopulation - sont assez courantes et se retrouvent sur différents continents.

 

Par exemple, les légendes babyloniennes parlent d'une fécondité trop violente des hommes avant les inondations et de la surpopulation de la terre, et donc de l'humanité qui faisait trop de bruit (cependant, certains historiens pensent que le mot akkadien rigmu ("bruit") dans cette histoire est utilisé comme un euphémisme "dénotant un comportement beaucoup plus mauvais" [8]). Les mythes assyriens et zoroastriens et les légendes de certaines tribus amérindiennes, africaines et océaniques désignent également la surpopulation comme la cause des catastrophes.

 

En même temps, il existe aussi des versions combinées : par exemple, les mythes Masaï (Afrique de l'Est) disent qu'avant le déluge, le monde était densément peuplé, et que les gens eux-mêmes sont pécheurs et n'honorent pas Dieu. On retrouve la même combinaison dans les légendes des anciens Grecs, selon lesquelles la première race de personnes a été détruite parce qu'elles étaient extrêmement immorales, arrogantes et impitoyables, mais en même temps les catastrophes effondrées étaient associées à la nécessité de réduire l'humanité trop multipliée.

 

Nous nous attarderons séparément sur la question de savoir si la surpopulation s'est produite à l'époque du patriarche Noé, et pourquoi cette idée est restée dans l'esprit de nombreuses nations.

 

Les anciens Egyptiens et Babyloniens citent directement les lois astrologiques comme étant les raisons de la répétition régulière des inondations et des incendies mondiaux : le principe des "déviations des corps en rotation sur un ciel" comme l'a dit à Solon le prêtre égyptien dans le dialogue platonique "Timey". "Chez vous et chez les autres peuples, chaque fois, dès qu'on aura le temps de développer l'écriture et tout ce qui est nécessaire à la vie d'une ville, encore et encore dans une leçon, des flots du ciel sont renversés, comme une peste, ne laissant de vous tous que des analphabètes et non des savants. Et vous recommencez à nouveau, comme si vous veniez de naître, ne sachant rien de ce qui s'est passé dans l'Antiquité dans notre pays ou chez vous"[9]. Le Babylonien Beros a écrit avec assurance sur les correspondances astrologiques : le feu mondial se produit lorsque toutes les planètes sont alignées en une ligne dans la constellation du Cancer, et un déluge mondial - lorsque le même se produit dans la constellation du Capricorne.

 

Au même moment, le papyrus égyptien appelle la raison d'un déluge "désobéissance" des peuples aux dieux. Les sources chaldéennes affirment que le peuple inondé était impie et impie. La légende akkadienne raconte "le comportement malfaisant des hommes et des animaux et leur extermination presque complète" (littéralement parallèle au livre de la Genèse). Le folklore juif insiste sur le fait que Dieu a décidé de détruire l'humanité, étant bouleversé par sa dépravation, sa promiscuité et son insatiabilité. Les légendes druides, les légendes aborigènes hawaïennes, plusieurs tribus d'Afrique et d'Asie et bien d'autres parlent également d'impiété, de dépravation et de péchés.

 

LES HABITANTS DU DÉLUGE AIMERAIENT SE PERPÉTUER ET PERPÉTUER LEUR MONDE TEL QU'IL EST, AVEC TOUS SES VICES ET SES MALADIES. ET IL LEUR SEMBLE QUE CETTE AUTO-PRÉSERVATION EST TRÈS ENTRAVÉE PAR UN TRÈS GRAND NOMBRE D'AUTRES PERSONNES, ET ILS LES CONSIDÈRENT NON PAS COMME LEURS FRÈRES, MAIS COMME DES CONCURRENTS, COMME DES "BOUCHES SUPPLÉMENTAIRES", PLUS QUE COMME LA "PESTE"...

La synthèse organique, très particulière et à sa manière, se trouve dans les mythes hindous sur le Manu, dans lesquels il sauve, tout comme Noé, par bateau et sauve les créatures vivantes pour continuer la vie dans le cycle suivant (sud). La raison de la catastrophe, disent les hindous, réside à la fois dans le fait que la fin du cycle est arrivée, et a en même temps une base subjective : à la fin du cycle, le démon Hayyagriva vole le livre sacré de Brahma, et à cause de cela il gâte toute la race humaine à l'exception de sept Nishis et surtout de Satyavrat, prince de la région du bord de mer. (Satyavrata est le nom de ce Manu à l'époque où nous vivons actuellement.) Il est important de noter ici que non seulement dans l'hindouisme, mais dans toutes les croyances traditionnelles, historiquement, à la fin du cycle, l'humanité est sensiblement dégradée et dégradée. Manu s'est donc demandé s'il avait la force de préserver la vie autour de lui lorsque le monde s'effondrera. Brahma lui est apparu sous la forme de poissons, a grandi jusqu'à atteindre une taille énorme et a ensuite ordonné de conserver des échantillons de toutes les créatures et plantes sur un navire préparé à l'avance. Après une inondation, le démon-rapporteur a été tué, et les textes sacrés sont transférés à l'homme en tant que patrimoine de l'humanité [10].

 

En conséquence, nous constatons une étonnante uniformité dans tous les mythes et légendes sur l'origine d'un déluge. En substance, ils décrivent le même problème, mais leurs interprétations sont différentes. Le motif des cycles historiques et le motif de la dépravation des gens ne sont pas une description de la nature différente des événements, mais des prismes différents à travers lesquels ils sont regardés, une compréhension différente de l'histoire. Quant à la surpopulation, elle ne saurait constituer une base mythologique pour la destruction de l'humanité. Il y a une contradiction dans le fondement même : l'Arche ne consiste pas à laisser tomber le lest démographique. L'Arche ne serait pas nécessaire si les représentants de la même humanité dégradée qui a été détruite par les vagues du déluge venaient dans le nouveau monde post-déluge. S'il n'y a pas de personne vertueuse capable de "repartir à zéro" et de réaliser la chance d'un avenir meilleur, s'il n'y a pas d'alternative de principe à la dégénérescence - alors il n'est pas nécessaire de sauver quelqu'un et l'arche à construire.

 

Mais ce n'est pas ce que pense la civilisation du déluge, ce n'est pas ce que pensent les gens du déluge - ils voudraient s'immortaliser et immortaliser leur monde tel qu'il est, avec tous ses vices et ses maladies. En même temps, il leur semble que cette auto-préservation est fortement entravée par une énorme masse d'autres personnes, et ils les perçoivent non pas comme leurs frères, mais comme des concurrents, comme des "bouches supplémentaires", d'ailleurs, comme la "peste" [11], dont il faut se débarrasser au nom de la restauration d'une nature vierge et d'une vie spacieuse et confortable en son sein. En fait, par son injustice et sa cruauté flagrantes, cette vision du monde ne peut être qualifiée que de folie morale. En fin de compte, nous avons affaire ici à une vision partagée : la conversation ne se fait pas au nom de l'humanité, qui a réalisé tel ou tel problème, mais au nom d'un sujet extérieur à l'humanité (que ce soit la nature, Dieu, ou un esprit étranger, ou peut-être le diable ?) Et n'étaient pas les pensées dictées par l'adversaire de Dieu, ont été immortalisés sur les célèbres Tablettes en Géorgie, construit anonymement en 1980 : "Que la population terrestre ne dépasse jamais 500.000.000, en équilibre constant avec la nature. (...) Ne soyez pas une tumeur cancéreuse pour la Terre, laissez aussi de la place à la nature ! (...) Les couples qui n'ont pas les moyens financiers et le soutien nécessaires ne devraient pas avoir d'enfants, car dans ce cas, ils deviennent une charge pour leurs voisins. Cela n'a aucun sens d'élever des enfants dans le bateau surchargé de la vie.

 

De tels mots auraient pu être écrits soit par un tentateur calculateur et rusé, soit par une personne infantile prise dans la canne à pêche de la propagande misanthrope. D'ici, il devient clair que l'épidémie d'alarmisme en Occident, parce que dans la masse de ces angoisses et phobies n'est rien d'autre qu'une maladie de la volonté.

 

Lorsque les analystes, les économistes et les diplomates parlent de l'efficacité de telle ou telle société - dans ce motif même, on retrouve la même logique de folie. Après tout, une société peut être "efficace" pour quelque chose ou quelqu'un d'autre, ce qui est différent d'elle, c'est-à-dire lorsque la société utilise quelqu'un à des fins externes. De la même catégorie de notions, comme les termes de "capital humain" (un certain actif de marché représenté par les personnes), ou de "développement durable" très sain sur le plan extérieur (un terme ennoblissant la volonté des élites mondiales de préserver le statu quo, de ne pas changer le vecteur du développement pour ne pas perdre leur pouvoir et leur contrôle sur le système mondial).

 

Notre approche est différente. Pour reprendre l'expression du futurologue russe Sergei Pereslegin, nous avons besoin d'une "société non pas efficace, mais pensante". Après tout, la société elle-même est un cosmos, elle est un microcosme dans le macrocosme de l'univers, et dans ce sens, elle est autosuffisante. Sa tâche est de trouver l'équilibre et l'harmonie à la fois à l'intérieur d'elle-même en tant que système vivant et à l'extérieur - en relation avec les systèmes extérieurs et l'Univers tout entier. Et ce genre de tâche n'est pas décrit dans les catégories d'efficacité. Elle est décrite dans les catégories du moins raisonnable, et au plus - de la sagesse et de la perfection spirituelle. Il n'est pas décrit dans les catégories du "développement durable"[12], car le problème principal ne réside pas dans le fait même d'un certain développement et surtout pas dans son rythme, mais dans la direction du développement, dans le type de développement que nous voulons atteindre. Et le "développement" que l'Occident réalise est-il adapté aux autres civilisations ? Il n'est pas décrit dans les catégories du "capital humain", car les habitants de l'Arche sont empêchés d'occuper la traite des esclaves. Sinon, le déluge est inévitable.

 

Apparemment, des malthusiens similaires avant Malthus existaient dans les temps anciens, sinon il est difficile d'expliquer la création même des mythes sur l'excès de population. Ces rêves des "demi-dieux" choisis sur leur survie au prix de la mort de millions et de milliards de "racailles" humaines étaient alors, restent encore aujourd'hui irréalistes et illusoires. L'apocalypse elle-même est inévitable, elle est enseignée par toutes les religions, mais sa signification est de séparer les grains de l'ivraie, de sauver les justes. En même temps, dans une partie spécifique de l'histoire de l'Apocalypse, il est possible d'éviter le déluge - on peut créer un horizon de salut à partir du "déluge". Et ce n'est pas tant la construction de l'Arche elle-même, mais la question de savoir s'il existe une masse critique de ceux qui sont prêts à la construire. Si c'est le cas, alors l'Arche du Salut a également un sens.

 

Substitution de la question

 

Les causes de tous les problèmes mondiaux, que les fondations occidentales et les organisations internationales ont commencé à rapporter de façon obsessionnelle dès les années 60 du siècle dernier, ne sont en fait pas liées à la surpopulation, mais à la surconsommation, qui est devenue la norme pour le "milliard d'or". La question de la régulation de l'humanité se posait sur un plan caché : comment faire en sorte que la minorité élue de messieurs, les colonialistes d'hier, ne renoncent pas au niveau de vie exclusif auquel ils sont habitués et aux moyens habituels de satisfaire leurs besoins aux dépens des autres.

 

Quelque chose nous dit que les motivations des anciens malthusiens, qui nous ont été cachées au fil du temps, sont similaires à celles de leurs héritiers de la civilisation actuelle du déluge. Les présentes sont nées non pas du mal fait à la nature par l'homme, non pas du souci des générations futures, mais de la question insoluble, comme ils le pensaient, de la lutte pour l'existence et des ressources limitées nécessaires à l'homme. Ainsi, il y a eu une substitution monstrueuse. C'était une chose très différente que les hypocrites ne disent pas ouvertement : tout le monde n'a pas sa place au soleil.

 

Ainsi, l'Occident a interprété le mythe de l'Arche lui-même d'une manière complètement tordue - comme un mythe selon lequel seule une minorité plus agile et plus adaptable doit rester sur terre pour que la vie continue. Cette approche parle de cécité morale ainsi que, peut-être, de misanthropie irrationnelle, de haine de la race humaine sans autres causes que l'arrogance raciste, la sociopathie et le cynisme primitif.

 

L'approche quantitative de l'humanité, l'idée d'une réduction radicale des races ou des classes inférieures, est naturellement adjacente à l'idée que la partie choisie, ceux qui doivent continuer dans la vie - ne doivent en aucun cas se limiter dans leur consommation habituelle. En renonçant aux anciens empires pendant la lutte anticoloniale, l'Occident n'a pas renoncé à l'essence de son colonialisme prédateur. La prédation de l'Occident se manifeste aujourd'hui par les besoins gonflés de son avant-garde anglo-saxonne et l'appétit débridé de l'oligarchie financière mondiale.

 

Comme l'ont compté les analystes occidentaux, si l'Américain consomme 20 unités de carburant conditionné, l'Allemand pour la même période - 6, et le Chinois - une unité. Le professeur Lester Thoreau écrit dans son "Future of Capitalism" : l'Américain, né en 1990, produira au cours de sa vie 1 million de kilogrammes de déchets atmosphériques, 10 millions de kilogrammes de déchets liquides et un autre million de kilogrammes de déchets solides. Pour avoir un niveau de vie américain moyen, il consommera 700 tonnes de minéraux, 24 milliards d'unités britanniques d'énergie thermique (soit l'équivalent de 4 000 barils de pétrole), consommera 25 tonnes d'aliments végétaux et 28 tonnes de viande, ce qui équivaut à l'abattage de deux mille animaux.

 

Le professeur et mathématicien Georgy Malinetsky, qui travaille dans le pays, souligne que "dans les actions des élites mondiales, comme il y a des siècles, il faut voir de l'orgueil (désir d'étendre leur pouvoir) et de la cupidité (appropriation de biens aux dépens des autres). Il n'est pas possible d'organiser une société de consommation pour le monde entier selon le modèle américain (il faudrait plusieurs planètes comme la Terre), et avec le niveau actuel d'inégalité (quand 8 personnes ont plus d'actifs que 3,5 milliards) les contradictions vont devenir de plus en plus aiguës...".

 

Le mythe de l'Arche des Justes de Noé dans la conscience déformée des gens du déluge a été transformé en la version la plus radicale de la "lutte pour l'existence", dont ni Malthus ni Darwin n'avaient rêvé. Ces personnes voudraient préserver la nature et l'environnement, mais seulement au prix de l'abandon du développement par tous les autres, de la croissance démographique négative de tous les autres et, dans l'idéal, de leur disparition totale. La cupidité, l'exaltation de soi et le désir de préserver l'ordre colonial et les principes d'"échange non équivalent" entre les peuples et les régions du monde sont dans leur sang.

 

Samuel Huntington a admis : "L'Occident a gagné le monde non pas en raison de la supériorité de ses idées, de ses valeurs ou de sa religion ... mais plutôt en raison de sa supériorité dans l'utilisation de la violence organisée". Et même Murray Bukchin, le père fondateur de l'étude moderne de l'écologie et du mouvement environnemental, a écrit que le biocentrisme et l'"éco-théologie" sont des idéologies irrationnelles et misanthropes qui ressemblent étrangement aux dogmes écologiques du national-socialisme, et postulent que la cause principale de la crise environnementale est l'homme et son "excès de population".

 

Non pas pour deviner, mais pour façonner activement l’avenir...

 

L'un des aspects de l'alarmisme est la croyance dans le flou de l'avenir et l'imprévisibilité des événements futurs. Mais ce n'est pas tout à fait vrai : l'avenir est au moins partiellement prévisible. En particulier, le XXe siècle a brillamment montré que des plans et des prévisions sérieux peuvent non seulement être réalistes, mais aussi générer une réalité qui dépasse les attentes et les rêves des planificateurs et des prévisionnistes eux-mêmes. Les paris sur les projets de fusées nucléaires et spatiales faits par les Américains et les Russes se sont avérés vrais - ces projets ont généré le monde moderne, la microélectronique, la robotique, les ordinateurs, les communications par satellite et mobiles qui ont tissé la réalité actuelle.

 

Nous ne sommes pas enclins à tenter de deviner l'avenir, nous essaierons de l'évaluer raisonnablement. Il est très probable qu'aujourd'hui nous puissions prédire que nous devrons vivre dans un monde surpeuplé (dans le Sud) avec vieillissement et extinction dans l'ancien Occident. Dans ce monde, la pénurie d'eau douce, le manque de terres fertiles et l'expansion des déserts vont s'accentuer. L'ère des nouvelles pandémies et de la propagation de microorganismes résistants aux antibiotiques meurtriers nous attend. Dans un avenir proche, des guerres commerciales féroces éclateront également, un protectionnisme éponyme viendra - avec la division du monde en nouveaux mondes économiques (alias empires de blocs), avec la nouvelle industrialisation et la robotisation.

 

Tout est naturel. L'histoire, ayant fait sa grande spirale en mouvement, nous pousse à nouveau dans des réalités qui nous rappellent le Moyen Âge tardif - cette fois-ci, aggravé par de nouveaux défis environnementaux, démographiques et humains. Même si une grande inondation radicale et destructrice ne nous attend pas, il y aura au moins une "inondation" lente, et donc beaucoup plus douloureuse.

 

Tout cela ne fait que confirmer la nécessité de construire un nouvel empire de l'arche. Dans cette interprétation, l'Arche signifierait tout d'abord que l'avenir ne devrait pas tant être prédit que formé activement. Il existe encore de nombreuses possibilités et chances pour cela. Dans un sens, il est nécessaire d'essayer de répéter le succès du XXe siècle, car il a conservé une réserve importante et prometteuse d'inventions et de technologies innovantes non encore mises en œuvre. L'arrêt du développement par les peuples du déluge en Occident et la trahison correspondante de l'État par l'élite de l'URSS n'ont pas permis à ce cycle d'innovations d'avoir lieu. Et l'on devine déjà des perspectives telles que le décodage du génome humain, le développement de nouveaux types d'énergie principalement, la création de nouveaux types de transport, l'anti-gravité, un programme spatial à grande échelle et prometteur et bien d'autres encore.

 

LA RUSSIE A VRAIMENT UNE CHANCE. SUR FOND DE PROPHÉTIES ET DE PRÉVISIONS ALARMISTES, LES POINTS DE VUE DES SCIENTIFIQUES ET DES ANALYSTES SUR L'AVENIR DE L'EURASIE DU NORD SONT TRÈS IMPORTANTS. BIEN SÛR, LES CATASTROPHES NE PEUVENT PAS CONTOURNER UNE 6ÈME PARTIE DU TERRITOIRE, MAIS IL EST PRESQUE UNIVERSELLEMENT RECONNU QUE LA RUSSIE, ET SURTOUT SA PARTIE ORIENTALE, LA PARTIE SIBÉRIENNE, SERA EN POSITION GAGNANTE PAR RAPPORT AUX AUTRES RÉGIONS DE LA PLANÈTE.

 

Créer la civilisation de l'Arche, c'est trouver dans le monde moderne des occasions de reprendre le flambeau perdu par une génération de scientifiques et d'inventeurs soviétiques, et en même temps ne pas répéter les erreurs de cette époque. Les civilisations et les États doivent faire un choix conscient de l'avenir et mettre en place des programmes de développement ciblés - personne n'a le pouvoir d'abolir la justice de cette logique de l'époque précédente.

 

La Russie a vraiment une chance. Sur fond de prophéties et de prévisions alarmistes, les opinions des scientifiques et des analystes sur l'avenir de l'Eurasie du Nord en tant qu'espace géo-climatique sont assez importantes. Bien sûr, les catastrophes ne peuvent pas contourner une sixième partie du territoire, mais il est presque universellement reconnu que la Russie, en particulier sa partie orientale, la Sibérie, sera dans une position gagnante au cours des prochains siècles par rapport aux autres régions de la planète. Ces territoires ne sont pas menacés par les tsunamis, les tremblements de terre et l'activité volcanique, le changement climatique risque davantage de rendre la Sibérie inhabitable, et ses ressources et ses réserves permettront de subvenir aux besoins de milliards de personnes. En 2011, la Brookings Institution et la London School of Economics ont publié le rapport "Internal Displacement Project", qui traite de la délocalisation de grandes populations de l'Atlantique Nord vers l'Eurasie du Nord. Le contexte réel de cette étude est plutôt vague, et les informations divulguées à son sujet peuvent être considérées comme une fuite des développements du scénario en Occident.

 

Quelle que soit la façon dont nous évaluons l'ampleur des catastrophes à venir, dans le "brasier" qui s'annonce, notre pays a de bonnes chances de résister et même de se développer.

Avantages et opportunités de la Russie

 

Énumérons quelques avantages naturels de la Russie - Eurasie du Nord dans le contexte non seulement du changement climatique, mais aussi de la catastrophe au sens large.

 

1. La Russie possède un énorme stock de minéraux, des ressources gigantesques, à la fois non renouvelables et renouvelables. Mais il est tout à fait naturel que le statut du projet de l'Arche du monde nous oblige à réorienter notre économie de l'exportation de matières premières vers l'exportation de produits finis. Et plus cette production sera à forte intensité de connaissances, plus les perspectives de l'économie russe en particulier, et de la Russie dans son ensemble, s'amélioreront à l'avenir.

 

En outre, guidés par le bon sens, nous devons tirer le meilleur parti des ressources renouvelables dans la production, ainsi que des matériaux recyclés, afin de préserver autant de ressources que possible pour les générations futures. Dans notre pays, il existe depuis longtemps (et il existe de nouvelles) technologies qui nous permettent de réaliser ces souhaits les plus urgents, mais leur mise en œuvre est entravée par des forces intéressées par l'état des exportations et des matières premières de notre économie.

 

Nous avons des mers de forêts et la taïga, environ un tiers des réserves mondiales de bois, et deux programmes d'État à grande échelle font défaut pour leur utilisation rationnelle : sur le jardinage et la plantation de forêts et sur la construction d'un réseau de puissantes installations de transformation du bois. Ces programmes pourraient fournir des emplois durables à des millions de personnes et constituer une source essentielle de revenus pour le commerce extérieur, tout en assurant la durabilité des ressources forestières. Au cours des dernières décennies, la Russie a connu une exploitation forestière prédatrice, en particulier en Sibérie, et les pertes dues au commerce illégal du bois et au manque de transformation propre sont énormes.

 

2. En ce qui concerne les richesses naturelles de la Russie, un sujet distinct devrait être consacré aux réserves d'eau douce, dont le déficit se fait déjà sentir dans un certain nombre d'États (y compris les pays voisins). Au XXIe siècle, l'eau douce deviendra ce que le pétrole était au XXe siècle. Selon la World Future Society, la pénurie d'eau va tourmenter les pays développés et en développement. On s'attend à ce que les technologies de dessalement se développent. Par exemple, 13 usines de dessalement d'eau de mer sont déjà en construction en Californie pour répondre à 10 à 20 % des besoins en eau potable de l'État au cours des vingt prochaines années.

 

En Russie, des rivières puissantes et à fort débit (une soixantaine de systèmes fluviaux importants) coulent. Nos plus grandes réserves d'eau douce au monde sont un atout stratégique pour les peuples indigènes de Russie. Les Russes doivent se préparer à défendre leurs espaces, où sont concentrées 25 % des ressources mondiales en eau douce. Ces réserves constitueront un outil puissant pour notre domination mondiale dans un avenir très proche. Par conséquent, nos ressources en eau devraient être protégées non seulement de la pollution, non seulement du gaspillage, mais aussi des diverses structures internationales, y compris des restrictions pseudo-écologiques et liées à l'agenda de la souveraineté des États.

 

L'accès aux mers du nord, à la mer Noire au sud et à l'océan Pacifique à l'est est notre avantage certain. Il faut passer du dragage primitif de la mer par les escadrons de pêche à la culture des zones aquatiques, à la pisciculture et à la flore marine. À l'avenir, il s'agit d'énormes complexes de mariculture : nous pourrions (non seulement en mer, mais aussi sur la bande côtière) cultiver les bioressources les plus précieuses - coquillages, crabes, algues - une source d'aliments enrichis, de médicaments, d'additifs biologiquement actifs, etc.

 

La flotte russe revitalisée assurera une protection fiable de nos biens marins et couvrira l'Arctique. Si, à la suite des changements climatiques, elle sera libre de glace, la manœuvre de la marine entre la péninsule de Kola et Vladivostok sera possible. La route maritime du Nord, qui est la route la plus courte entre l'Asie du Sud-Est et l'Europe (20 à 40 % plus courte que les routes de Suez et de Panama), sera pleinement opérationnelle, ouvrant ainsi des routes transpolaires à part entière[13].

 

3. il est logique de s'arrêter en particulier dans l'Arctique. Il existe 13 % des réserves de pétrole inexplorées dans le monde et 30 % des réserves de gaz naturel non découvertes. Le pont aérien multipolaire est également d'une grande importance, car il permet de couvrir la distance entre l'Amérique du Nord et l'Asie le plus rapidement possible. En général, on accorde moins d'attention à la valeur environnementale de la région arctique. En attendant, il est énorme, car la majeure partie de l'eau douce de sa couverture glaciaire est préservée. En une seule saison estivale, lorsque la glace fond, vous pouvez obtenir 7000 kilomètres cubes d'eau douce. Et cette quantité dépasse toute la consommation mondiale d'eau. Dans ce domaine, la Russie possède des technologies uniques. En 1990, des experts russes ont développé les projets "Clean ice" et "Aisberg", il existe également d'autres technologies russes de dessalement. Dans l'Oural polaire, les employés du Laboratoire de glaciologie de l'Institut de géographie de l'Académie des sciences de Russie ont créé un glacier de 1200 tonnes de granulats denses fermes en 19 heures seulement. L'unité développée par les scientifiques permet d'obtenir jusqu'à 1500 tonnes de glace par jour. À l'avenir, la Russie pourrait créer toute une industrie du dessalement en utilisant la méthode de congélation et aider les pays du Sud à résoudre ce problème de plus en plus aigu. Une caractéristique importante de ce domaine de développement industriel est que l'eau douce est une ressource renouvelable.

 

4. Sur une part de la Fédération de Russie, il faut la moitié (48 %) des stocks mondiaux de sols fertiles - 153 millions d'hectares (1,53 millions de kilomètres carrés). Notre ceinture de tchernozems fertiles comprend également 40 millions d'hectares de terres arables abandonnées depuis 1991. C'est une immense richesse. La valeur de ces zones augmente fortement en raison de la pénurie croissante de nourriture, d'eau et de ressources minérales. Les zones extrêmes de la Russie, y compris le Non-Tchernozem et, bien sûr, la Sibérie, sont les candidats les plus prometteurs pour la prochaine étape de développement. En même temps, il est important de comprendre que la plaine russe n'est pas vraiment habitée non plus !

 

La sécurité alimentaire de la Russie en tant qu'arche peut être pleinement assurée par nos terres. Avec la nouvelle modernisation de la Russie, la création du pays futuropolis et une solution révolutionnaire au problème des transports, notre agriculture va se transformer en une agro-industrie unique. Ce ne sont pas seulement des produits purement comestibles, mais aussi des aliments enrichis et sains de la nouvelle ère. Il s'agit de la production de médicaments naturels et de produits biochimiques précieux à partir d'herbes et de racines. La technologie d'extraction à froid du dioxyde de carbone, que nous avons conservée depuis l'époque de l'Union soviétique, permet d'extraire des plantes et de préserver les composés nécessaires.

 

Dès 2000, la Russie a cessé d'acheter du blé à l'étranger et, en 2010, elle est revenue au premier rang des priorités dans l'exportation de ce produit. Dans le même temps, seuls 8 % de la population travaillent aujourd'hui dans l'agriculture. En 2018, les revenus de la Russie provenant des exportations alimentaires ont dépassé ceux des exportations d'armes et d'équipements militaires et se sont élevés à 28 milliards de dollars. Les experts et les consommateurs notent la grande qualité des produits alimentaires russes, leur pureté écologique et l'absence d'aliments génétiquement modifiés. C'est le caractère naturel de notre alimentation qui distingue la Russie des autres exportateurs.

 

La situation sur le marché intérieur des consommateurs gâche le tableau : la qualité des aliments dans les rayons des chaînes de magasins, pour ne pas dire plus, est loin d'être idéale. La raison en est claire : presque toutes les grandes chaînes de vente au détail opérant en Russie sont aux mains d'étrangers (par exemple, beaucoup d'entre eux sont des citoyens néerlandais), et des mesures radicales sont nécessaires pour résoudre ce problème.

 

La terre va donner naissance non seulement à des provisions, mais aussi à des matières premières renouvelables pour l'industrie. Par conséquent, la renaissance du village russe peut et doit être de haute technologie : une production moderne et respectueuse de l'environnement se rapprochera progressivement des sources de ses ressources. Plusieurs programmes de ce type ont déjà été développés et testés dans la Fédération de Russie. Et toute une gamme de technologies agricoles avancées attend son heure.

 

5. La Fédération de Russie, malgré les années 90 fringantes du XXe siècle, a non seulement réussi à préserver son potentiel militaire, mais elle a aussi considérablement modernisé ses forces armées au cours des dernières années. Deux exemples suffiront. Les États-Unis n'ont fait qu'affirmer leur intention de créer des armes hypersoniques (leur apparition est prévue pour 2022), après quoi la Russie a créé, testé et mis en service de tels systèmes dès que possible - le cas le plus rare dans la pratique mondiale, alors que l'opposition était en avance sur son temps. Autre exemple : ni les États-Unis ni d'autres systèmes de défense aérienne étrangers n'ont pu protéger les raffineries d'Arabie saoudite d'une récente attaque de drones, tandis que les forces de défense aérienne russes basées en Syrie ont efficacement repoussé de telles attaques depuis plusieurs années.

 

 

Bien sûr, de telles démonstrations visuelles de la puissance de l'armée russe sont le résultat du travail titanesque de notre complexe militaro-industriel, des scientifiques, des concepteurs, des ingénieurs et des ouvriers hautement qualifiés russes. Le complexe militaro-industriel de haute technologie est notre principal avantage, car il nous permet d'engager un dialogue avec les grandes puissances sur une base relativement égale et de partenariat, dépassant largement la puissance démographique et économique de la Russie.

 

6. L'Union soviétique nous a laissé une épine dorsale colossale dans le domaine technologique, non seulement sous la forme de la R&D, mais aussi sous la forme de modèles opérationnels prêts à l'emploi et d'équipements jusqu'à présent perfectionnés. Il semble que la hâte avec laquelle l'URSS a été détruite ait été causée, tout d'abord, par la gigantesque percée scientifique et technique de notre puissance : nos concepteurs et ingénieurs étaient en avance sur leur temps dans des domaines tels que l'astronautique, la création de lasers, l'énergie nucléaire, etc. (A propos, le programme spatial "Bourane - Energie", ainsi que le développement des SAM - S-300, S-400, Tor-M1 - réfute complètement le mythe du retard de l'Union Soviétique en matière d'électronique). Certaines réalisations des scientifiques soviétiques en général dépassent les limites de la science elle-même : ces développements doivent être considérés davantage comme une technologie. C'est l'une des raisons pour lesquelles, dans les années 80, les personnes ayant reçu une éducation athée ont soudain tendu la main à l'Église : la science soviétique a dépassé une frontière après laquelle la compréhension matérialiste et empirique du monde ne suffisait plus. Les personnes qui ont obtenu leur diplôme dans les écoles et les universités sous Staline, et qui sont devenues professeurs et académiciens dans les années 70 - 80 du XXe siècle, ont élevé la barre des sciences fondamentales et appliquées à un niveau sans précédent, que l'Occident est encore loin d'atteindre, même si on nous a volé dans les années 90 la documentation sur nombre de nos secrets technologiques. Après tout, une grande partie de ce qui a été inventé et découvert par les Russes, et ne peut être reproduit que par les Russes.

 

Mais une génération de personnes capables de créer des technologies super-puissantes s'en va. Il y a encore une génération qui ne sait que les utiliser. S'ils sont remplacés par une génération de "consommateurs qualifiés", c'est le maximum qu'ils peuvent faire : vendre les inventions de leurs pères et grands-pères à un "acheteur qualifié". Mais il serait faux de dire que c'est très triste. Par exemple, l'année dernière, la commission internationale faisant autorité en matière de "haute technologie" a reconnu les meilleurs appareils d'impression 3D au monde produits en Russie, dans la province de Yaroslavl. Ou, par exemple, tous ( !) les dix nouveaux éléments chimiques qui ont été ajoutés à la table de Mendeleev au XXIe siècle à partir de la R.Kh., sont synthétisés à Dubna près de Moscou, dans un institut de recherches nucléaires.

 

Naturellement, la Russie doit mettre fin à la "fuite des cerveaux", car de nombreuses découvertes remarquables de centres scientifiques étrangers sont l'œuvre de porteurs de familles russes, nos récents concitoyens. Et pour cela, comme il est évident, les scientifiques, les inventeurs et les ingénieurs-innovateurs doivent bénéficier des conditions les plus confortables pour travailler dans leur pays d'origine. Le plein développement des sciences appliquées et de la technologie implique la nécessité de relancer et de développer le mode de vie industriel construit pendant l'ère soviétique.

 

7. L'avantage le plus important de la Russie, malgré la destruction délibérée de ses systèmes scientifiques et éducatifs au cours des 30 dernières années, reste son potentiel intellectuel, le niveau d'éducation encore relativement élevé de la population et la qualification de sa main-d'œuvre. Le refrain libéral sur le retard de la science nationale ne crée pas seulement un contexte négatif, mais constitue également un prétexte formel pour la destruction effective des écoles scientifiques nationales, qu'il considère comme délibérément arriérées et ne répondant pas aux normes mondiales, ou simplement "redondantes". On ne peut pas dire que l'éducation dans notre pays est bonne. Cependant, la plupart des éléments qui ne sont pas bons viennent d'apparaître au cours des 30 dernières années de "perestroïka" et de "réforme" continues. Le plus grand dommage dans ce domaine a été causé par les manuels publiés par la Fondation Soros, qui, malheureusement, ont déjà été développés pour toute une génération. Par conséquent, la modernisation de l'éducation russe doit être précédée d'une "contre-réforme" - à la fois organisationnelle et pédagogique et méthodique.

 

Aujourd'hui, un groupe de passionnés a lancé le programme "Staline ABC book", un programme de réédition des manuels scolaires soviétiques, à leurs frais. Les experts, les enseignants et les parents sont unanimes pour dire que les livres soviétiques facilitent grandement l'apprentissage du matériel scolaire par les enfants, car ils sont présentés dans un russe de qualité, sous une forme simple et accessible. Une telle initiative devrait bénéficier d'un soutien de l’État.

 

Mais la russification exige non seulement l'école, mais aussi la science moderne dans son ensemble. Le mondialisme pro-américain et le succès des Anglo-Saxons dans le domaine des technologies de l'information ont conduit à la domination de l'anglais dans l'environnement scientifique. Cependant, alors que le personnel scientifique devrait idéalement maîtriser plusieurs langues, la condition fondamentale pour le développement productif de la science nationale et de la civilisation entière est une créativité scientifique ciblée dans la langue maternelle. Ce malentendu a toujours et partout conduit à la dégradation et au retard. La "substitution des importations" de vocabulaire conduira non seulement à la décolonisation de la conscience, mais aussi à l'épanouissement de la carrière personnelle des scientifiques de talent. D'ailleurs, l'une des six langues officielles des Nations unies - le russe - est la première langue la plus répandue sur le continent européen, la deuxième (après l'anglais) par la popularité d'Internet et la huitième par la popularité sur l'ensemble de la planète. Au cours du XXe siècle, nous avons eu une puissante école de traduction - presque tous les trésors de la littérature mondiale ont été traduits en russe et publiés. Au crépuscule de l'ère soviétique, nos publications scientifiques contenaient presque tout le fonds scientifique nécessaire au développement intellectuel et à la recherche pertinente, et répondaient rapidement aux dernières découvertes dans les domaines de pointe de la science et de la technologie. La maîtrise de la langue russe rendait le scientifique, le penseur et l'intellectuel pleinement armé et équipé. (Les sciences sociales étaient un peu coincées dans notre pays, mais pas dans tout.) Il faut rattraper le retard accumulé au cours des 30 dernières années et redonner la priorité mondiale à la langue russe - en tant que gardienne de toutes les richesses de la culture classique de l'Est et de l'Ouest, ainsi que porteuse du thésaurus scientifique avancé.

 

CONFIER À L'OCCIDENT LA CAUSE COMMUNE DE LA SURVIE REVIENT À CONFIER AUX LOUPS OGPOVIENS LA FONCTION D'UNE SOCIÉTÉ DE SÉCURITÉ PRIVÉE AU SERVICE DU CHIEN DE BERGER DU MONDE. EN CE MOMENT HISTORIQUE, LA RUSSIE SE PLACE AU PREMIER PLAN EN RAISON DE SES FONCTIONS COSMO-PLANÉTAIRES. ELLE DEVRA TROUVER UN CHEMIN COMMUN VERS LE SALUT ET LA SURVIE.

 

8. Un autre avantage de la Russie par rapport à l'Occident "avancé", un avantage rarement mentionné, est notre relative liberté par rapport au politiquement correct et à la tolérance. La civilisation occidentale est atteinte de manière catastrophique par ces deux maladies. Ce n'est pas seulement un "adoucissement des mœurs", c'est déjà une sorte de dictature des minorités et de censure des élites néolibérales, qui élèvent la société dans un régime de tutelle obsessionnel. Un citoyen allemand, dans une récente conversation avec les auteurs de notre travail, a dit littéralement ceci : "Il n'y a qu'en Russie que je peux exprimer librement mon opinion, d'autant plus qu'il ne s'agit pas seulement d'une opinion, d'un désir ou d'une fantaisie, mais du résultat de nombreuses années de recherche scientifique".

 

Nous vivons aujourd'hui une époque unique. L'Empire russe était une superpuissance orthodoxe, et toute personne qui professe le vrai christianisme, où qu'elle se trouve dans le monde, d'une manière ou d'une autre, s'y intéressait. Puis l'URSS est devenue le "fleuron du socialisme", et de nouveau, tout terrien, ne pensant qu'à la justice sociale, est devenu dans ses pensées un "espion russe". De nos jours, tout Homo sapiens qui conserve au moins des qualités humaines minimales, une identité sexuelle naturelle, une hiérarchie naturelle des valeurs, une culture authentique et une moralité élémentaire, devient de facto un "agent de l'influence du Kremlin" (cela a même affecté l'actuel président américain D. Trump). Il se trouve que la mentalité russe devient aujourd'hui la norme de toute normalité[14].

Pourquoi l'idée de l'Arche vient-elle de Russie...

 

Dans son dernier roman, "La Pyramide", l'éminent écrivain Leonid Leonov a écrit que dans le nom de "Racea", les Russes n'entendent pas l'amour pour le nid de sa mère, ni la fierté de l'acte de son grand-père, mais "plutôt une inaptitude coupable à extraire de son géant une certaine utilité universelle, capable aux yeux du monde de justifier l'échelle absurde des possédés...".

 

Oui, une abondance d'espaces russes, un réservoir de réserves russes est une sorte de zone protégée, spécialement protégée par la Providence pour l'avenir. Cependant, en Russie, de nombreux penseurs ont réfléchi à la finalité de notre État et de notre peuple, à sa mission planétaire. À l'heure actuelle, cette expérience a été accumulée et généralisée dans le cadre de l'approche dite civilisationnelle, selon laquelle la Russie est l'une des rares civilisations ayant un potentiel mondial. Le sens et le but de la vie d'une personne russe concrète ne peuvent être définis sans tenir compte de cette perspective.

 

La civilisation du déluge ne peut s'opposer à cette seule tentation : il n'y a rien à penser au grand, à penser à soi-même, à sauver sa peau, à résoudre ses problèmes. En attendant, l'égoïsme des unités atomiques n'est pas la loi de la vie, même si nous voulons prouver le contraire aux partisans de la "guerre de tous contre tous" (de Hobbes et Adam Smith à Dawkins et aux transhumanistes modernes). Les êtres vivants de la biosphère forment des systèmes hiérarchiques (populations) dans lesquels les intérêts d'un individu se conjuguent avec ceux du système tout entier. Ce document a été discuté et écrit par V.I. Vernadsky, A.L. Chizhevsky, N.A. Kozyrev, V.P. Kaznacheev et d'autres.

 

Tous les organismes vivants de la planète Terre sont structurés en espèces, et chacun d'eux a son propre programme biologique, selon lequel il remplit une fonction généralement utile pour maintenir l'équilibre et l'harmonie dans la nature vivante et est doté du potentiel approprié. Bien que l'homme soit doté de libre arbitre, il ne peut vivre que selon les lois de la nature. Les analogues des espèces au sein de la communauté humaine sont des types de civilisations historico-culturelles.

 

Chaque civilisation a sa propre fonction cosmique-planétaire (qui a été démontrée pour la première fois par N.Y. Danilevsky) et les capacités internes correspondantes. Si une civilisation ne peut pas (ou cesse) de remplir ses fonctions, elle devient un matériau ethnographique pour les autres en tant qu'espèce.

 

Du point de vue de L.G., président de l'Académie des problèmes géopolitiques. Ivashov, chaque tradition religieuse a également sa propre fonction planétaire : le christianisme dans sa forme primordiale est une fonction stratégique ; dans l'Islam, la fonction est tactique et algorithmique ; l'hindouisme fonctionne comme un système religieux philosophique et conceptuel ; le judéo-Protestantisme, qui a fertilisé la civilisation occidentale moderne, existe pour l'équilibre, tout comme les prédateurs équilibrent la biocénose avec les herbivores. "C'est une sorte de contrepoids, dit le général Ivashov, une sorte de "fléau de Dieu", pour tester la capacité des nations à survivre et à se développer.

 

Si ces estimations sont correctes, c'est la Russie, en tant que principal porteur des stratagèmes naturels de l'humanité, qui devra développer un chemin commun de salut et de survie. L'Occident, avec sa logique de "développement durable" au nom d'une minorité choisie, n'est tout simplement pas fait pour cela. Confier à l'Occident la cause commune de la survie revient à confier aux loups de l'OCG la fonction d'une société de sécurité privée au service du chien de berger du monde. En ce moment historique, la Russie a été amenée au premier plan de la formation du monde en raison de ses fonctions cosmosplanétaires (voir figure 1).

 

Aujourd'hui, le facteur le plus important dans la crise du développement mondial est devenu exactement l'hypertrophie de la civilisation occidentale, qui a pris une trop grande place dans la "biocénose" mondiale. Mais s'il existe une autorégulation naturelle dans la forêt, dans l'auberge humaine, la civilisation prédatrice recourt à toutes sortes d'astuces pour prolonger anormalement sa domination. Soulignons : en parlant de régulation des espèces, nous ne parlons pas de la quantité de personnes occidentales sur une planète, mais de la qualité de leur civilisation.

 

Ainsi, le principal problème n'est pas que l'Occident global exploite agressivement la nature (écologie), mais qu'il continue sa stratégie néocolonialiste, en essayant de prévoir le champ des civilisations et l'oppression des autres peuples, multipliant le déséquilibre du développement mondial et empoisonnant ainsi les voies naturelles de développement de toutes les autres civilisations.

 

Ce que nous appelons le Déluge dans cet article est une contradiction fondamentale entre l'homme et les lois de la nature et du cosmos, lorsque l'humanité dans son ensemble, et l'anthropobiosphère en tant que super système né sur la base de l'humanité, se développe dans le sens d'une croissance suicidaire extensive aux dépens de tout et de tous et, en utilisant l'esprit donné à l'homme, est capable de retarder artificiellement le vecteur de cette croissance. Le déluge est généré par : l'incertitude du sens de la vie et du but fonctionnel de chaque nation et civilisation ; l'apparition de contradictions irréconciliables entre la biosphère et la technosphère ; les différentes directions des systèmes de connaissance naturels, humanitaires et religieux.

 

Schéma 1 : Fonctions planétaires et spatiales de la Russie, selon L.G. Ivashov.

 

Au XXe siècle, la civilisation russe sous la forme de l'URSS avait déjà progressé jusqu'au rôle de leader du développement mondial, mais à cette époque, elle n'était pas encore suffisamment mature pour réaliser pleinement sa mission mondiale et l'accomplir sous la forme d'une "pseudomorphose" communiste apprise de la culture occidentale. En conséquence, notre civilisation a subi une défaite géostratégique de l'Occident combiné et semble être descendue de l'arène mondiale comme un sujet puissant. Cependant, c'est ainsi que cela s'est passé dans l'histoire, dans les défaites et les reculs mêmes de la Russie ; à chaque fois une énorme et incompréhensible énergie de l'offensive - expansion invisible, qui dans le processus de l'histoire devient visible. À chaque coup (au XVIIe, au XVIIIe, au XIXe, au début du XXe siècle), la Russie répond à une nouvelle expansion, impliquant de manière inattendue dans l'action de plus en plus de nouveaux cercles de l'humanité tout entière. Le paradoxe de l'expansion en retrait peut être illustré par un exemple de tactique "scythe" (alias tactique de Koutouzov), et un exemple de tactique "slave ancienne" contre les Scythes eux-mêmes (alias tactique des partisans russes dans les guerres russes)[15].

 

La similarité de la Russie avec l'Arche a déjà été démontrée à plusieurs reprises dans une histoire. D'une certaine manière, c'est une conscience de soi originale du monde russe. La preuve en est la perception de Kiev comme Nouvelle Jérusalem encore à l'aube de la littérature russe, dans "la Parole de la loi et de la grâce" du métropolite Hilarion (XIe siècle). Comme le symbole de l'Arche est considéré dans le christianisme comme l'une des principales images de l'Eglise, les Russes ont toujours essayé les riis du patriarche Noé. Cette corrélation avec un mythe sur une Arche salvatrice se retrouve avec éclat dans des concepts idéologiques tels que "la Russie - la troisième Rome", la transition vers la Russie de la mission Catechon, la rétention de Byzance qui s'est manifestée institutionnellement dans l'établissement du patriarcat russe, les théories des Slaves russes, du sol et des conservateurs au XIXe siècle, la doctrine de la Sainte Alliance proposée à l'Europe par l'empereur Alexandre Ier après la victoire sur Napoléon, l'"ordre mondial de Yalta" développé selon le plan de Staline après la victoire sur Hitler, etc. д. Même la dissuasion nucléaire de l'après-guerre s'est avérée n'être rien d'autre qu'une grande mission de la civilisation soviétique, qui a privé les États-Unis de leur monopole sur une dictature mortelle, lourde de la domination complète du monde.

 

La mission de la Russie et de la civilisation russe (super-système social russe selon P. Sorokin, empire mondial russe selon I. Wallerstein) est organiquement liée à un type anthropologique particulier, développé par l'histoire russe, sur lequel nous nous attarderons en détail dans notre travail. Aujourd'hui, le monde russe doit offrir à tout le reste de l'humanité un concept harmonieux de combinaison et d'interaction des mondes global et local.

 

Il est profondément symptomatique qu'aujourd'hui, de nombreuses personnes dans d'autres régions du monde perçoivent la Russie comme un protecteur des valeurs "naturelles" et traditionnelles. Aujourd'hui, en ce début de XXIe siècle, l'ancienne Europe chrétienne est un monde empêtré dans un réseau de banques centrales, complètement sous son contrôle et froidement rempli d'explosifs de nouvelles hordes barbares (prêtes à le transformer en chaos eschatologique). Mais d'autres tendances se développent également sous nos yeux. Une réaction conservatrice se développe en Europe. En Autriche, en Pologne, en République tchèque, en Hongrie, des gouvernements de droite arrivent au pouvoir. Le Front national de Marin Le Pen et le parti "Alternative pour l'Allemagne" ont remporté un succès impressionnant. Pour leur part, les pays de l'OCS s'orientent avec confiance vers la création d'un modèle économique mondial alternatif. Mais qui est capable aujourd'hui de s'opposer sérieusement à la "Carthage mondiale" unie des commerçants et des usuriers ?

 

Ce n'est évidemment pas une Europe conservatrice, qui n'a aujourd'hui ni forces suffisantes ni véritable acteur (à moins que le Vatican ne hisse à nouveau la bannière de la Croisade, ce qui est peu probable). Et pas les national-socialistes arabes du BAAS, depuis longtemps vaincus et fragmentés. Ce n'est pas non plus le cas de la Chine, dont le pragmatisme est grand et qui offrira une tribune aux gardiens occidentaux, tant en matière d'expansion des entreprises que d'insidieuse diplomatie, mais pas en matière de leadership spirituel, dont les conditions préalables sont, entre autres, considérablement limitées par la spécificité culturelle et linguistique de ce pays. L'Inde et l'Iran traditionalistes, ainsi que les peuples d'Amérique latine, n'ont pas non plus une force suffisante ni une idéologie unificatrice vraiment universelle. Qui le fait ?

 

Après la Seconde Guerre mondiale, c'est à la Russie qu'il a été donné de diriger la seule alternative sérieuse au système capitaliste dominant de l'époque - le camp socialiste. Et aujourd'hui, c'est la Russie, qui se relève lentement des ruines, qui continue de préserver le monde en Syrie de l'effondrement final et du chaos initié par la civilisation du déluge. Ainsi, il n'y a personne d'autre que la Russie aujourd'hui pour mener la revanche conservatrice, pour mener le nouveau réconciliateur.

 

L'avenir extraordinaire de la Russie dans l'ère à venir a été prédit par de nombreux saints orthodoxes. D'une manière ou d'une autre, ces prophéties parlent du réveil de la foi et de l'autorité spirituelle de la Russie, de l'émergence d'un leader fort, qui recevra le statut de monarque. Dans cet ouvrage, il n'y a pas lieu de redire des documents assez volumineux contenant ces prophéties [16]. Remarquons que parmi ces prophéties, il y a aussi une instruction directe du moine Nectarius Optinsky selon laquelle les jours précédant le déluge, en des jours de Noé, est un prototype de nos jours [17].

 

Signalons plusieurs parallèles peu connus avec ces prédictions, qui proviennent des peuples de l'Ouest. En relation avec la représentation orthodoxe constante de la Russie comme destin de la Sainte Vierge et de la Russie post-révolutionnaire comme étant sous la tutelle directe de la Mère de Dieu (le phénomène miraculeux d'une icône de la "Puissance" de la Mère de Dieu au jour de la renonciation de Nikolaï II), l'histoire des révélations de la Vierge dans la ville portugaise de Fatima en 1917, directement liée à un destin et une destination spéciale de la Russie est intéressante. Les participants à ces révélations ont ensuite été canonisés par l'Église romaine. Il y a encore de l'agitation autour de la soi-disant troisième prophétie de Fatima, qui n'a été promulguée qu'en 2000, mais il y a des doutes sur l'authenticité de ce qui a été promulgué [18]. Les fuites qui ont eu lieu plus tôt du Pape Jean-Paul II et du Cardinal C. Balducci, parlent du terrible désastre et de la guerre à venir et du rôle spécial de la Russie dans l'avenir de l'humanité [19]. Un autre exemple du même genre est la prophétie sur la Russie du soi-disant "prophète endormi", le mystique et guérisseur américain Edgar Casey (1877-1945). Pour lui, l'avenir de la Russie se dessine comme un "espoir pour le monde entier" en termes de développement de l'ordre de la vie sur terre. Dans notre travail, il convient de noter que c'est Casey qui détient les prédictions concernant la région de la Sibérie occidentale en tant que nouvelle arche mondiale, conçue pour devenir le centre spirituel d'une humanité renaissante à l'ère des prochains cataclysmes mondiaux [20]. Certes, il faut rester sobre face à toutes sortes de prophéties. Cependant, il était important pour nous de montrer que parmi les nations non orthodoxes, les espoirs d'un rôle et d'une mission spéciale de la Russie - spirituelle et civilisationnelle - ne sont pas quelque chose d'exclusif.

 

La question d'un monde fermé

 

L'une des caractéristiques les plus importantes de la civilisation du déluge est la conviction fondamentale que la Terre doit être considérée comme un monde fermé spécial, quelque chose de séparé du cosmos et d'autonome par rapport à lui. Ce problème ne se situe pas seulement sur le plan de la vision du monde, mais aussi sur le plan spirituel. Par la vision d'un monde fermé, la finalité sémantique de l'homme en tant qu'espèce d'organismes vivants, ainsi que le rôle fonctionnel de chaque civilisation mondiale sont niés. La vision occidentale de la Terre comme un système fermé, non directement lié aux lois de l'Univers, fixe en soi le dogme des ressources naturelles et du temps limités, et donc les limites du développement et du temps de vie limité de l'humanité elle-même.

 

Cette vision du monde profondément pessimiste, avec des éléments de suicidalité - face à la couche dirigeante du projet de mondialisation - se transforme en une activité agressive et active visant à limiter la vie et les possibilités de tous les concurrents (c'est-à-dire les autres peuples, races, civilisations, traditions religieuses, car tous peuvent prétendre à une compréhension et une autodétermination indépendantes dans le cadre du développement mondial). Les principaux concurrents de ce néo-nognosticisme ne sont pas, bien sûr, des créatures stupides, à savoir les personnes. D'où son potentiel misanthrope. Cette approche a été rendue publique avec la publication du rapport du Club de Rome "Limites de la croissance", qui a déclaré de manière spéculative (c'est-à-dire sans preuve scientifique) que les ressources naturelles de la Terre ne sont suffisantes pour répondre aux besoins de la population que pendant 100 ans. Mais la phase active de ce projet géopolitique a été lancée dès 1954 (Fondation Hugh Moore : un pamphlet "Population Bomb", affirmant le besoin urgent de contrôle des naissances). Au fil du temps, les arguments de "limites de croissance" ont été complètement réfutés. Cependant, la logique du monde planétaire fermé a donné naissance à des doctrines qui ne tarderont pas à mûrir, comme la théorie du développement durable (imposée à la quasi-totalité du monde, notamment lors de la conférence de l'ONU à Rio de Janeiro en 1992, comme projet de réduction artificielle de la population) et le concept du "milliard d'or".

 

Ces théories ne peuvent pas résoudre le problème de la survie, même pour une partie de l'humanité. Au lieu de diriger les ressources vers des objectifs qui pourraient aider l'humanité à atteindre un nouveau cycle de développement et à surmonter les contradictions accumulées dans l'ordre existant - la classe mondiale dominante qui contrôle l'émission de monnaie, et après l'effondrement de l'URSS, qui régule largement l'ensemble de l'économie mondiale - est occupée à redistribuer les ressources dans le vide.

 

Un exemple en est le programme proposé en 1989 par George W. Bush père pour renouveler les ambitieuses missions spatiales américaines vers la Lune et Mars (Space Research Initiative, SEI). À l'époque, l'idée a échoué parce que le Congrès a rejeté une dépense aussi importante (la NASA a demandé 541 milliards de dollars pour 30 ans, soit 18 milliards par an). Mais en même temps, il a également rejeté la ligne prometteuse du développement national de la science et de l'industrie avec un boom attendu des technologies de pointe. À titre de comparaison, à l'automne 2008, les États-Unis ont dépensé plus de 2 000 milliards de dollars pour sauver le système bancaire stérile (selon les plans de Paulson et Geitner). Ensuite, 3 000 milliards supplémentaires ont été dépensés aux mêmes fins. Ces injections n'ont fait que retarder la crise, mais n'ont pas sauvé le système capitaliste, sans parler du fait que ce soutien des financiers n'a pu conduire à aucun développement. En fait, une énorme quantité d'argent a été "brûlée" sur l'autel de l'anti-développement.

 

LES THÉORIES DU "DÉVELOPPEMENT DURABLE". ET LE MILLIARD D'OR NE PEUT PAS RÉSOUDRE LE PROBLÈME DE LA SURVIE, MÊME POUR UNE PARTIE DE L'HUMANITÉ. AU LIEU DE DIRIGER LES RESSOURCES VERS DES OBJECTIFS QUI POURRAIENT AIDER À ATTEINDRE UN NOUVEAU CYCLE DE DÉVELOPPEMENT ET À SURMONTER LES CONTRADICTIONS ACCUMULÉES DANS L'ORDRE EXISTANT - LA CLASSE MONDIALE DOMINANTE QUI CONTRÔLE L'ÉMISSION D'ARGENT EST OCCUPÉE À REDISTRIBUER LES RESSOURCES VERS LE VIDE.

 

L'exemple donné n'est pas accidentel. L'attitude envers l'espace et le programme spatial est, comme nous le pensons, un test décisif. Car c'est l'Espace qui agit objectivement en première ligne du Grand Développement depuis plus de 100 ans. Cet exemple montre que la civilisation du déluge n'a aucun sens pour l'existence humaine, s'éloignant de la possibilité de se transformer - mais elle n'offre pas de développement interne, de changement spirituel de soi. La stagnation et le malheur sont présents à tous les égards. L'abandon de l'exploration spatiale, dans l'esprit de C. Péreslegin, c'est légitimer l'entropie sociale, inévitable à la fin du processus de mondialisation. Et il s'ensuit que l'importance de l'exploration spatiale est déterminée non seulement par des objectifs utilitaires, mais surtout par des impératifs culturels et de civilisation[21]. La mondialisation a en effet atteint un niveau où toute amélioration de l'existence humaine dans un domaine du "système fermé" l'aggrave dans d'autres domaines. Cela peut être comparé à des tentatives de déplacer des meubles dans une pièce fermée à clef et très bien emballée. Autrement dit, en améliorant la vie de quelqu'un, nous le faisons au détriment de quelqu'un d'autre dans ce monde très dense et profondément interconnecté. (En tout cas, cela est vrai tant que le monde est réellement dominé par la civilisation occidentale).

 

Le premier futurologue et philosophe soviétique Igor Zabelin, qui a développé les idées de Vernadsky, dans les années 60 du siècle dernier, a souligné la régularité du lien entre la croissance explosive de l'humanité et la sortie de l'homme dans l'espace. C'est ce qu'il a écrit sur la mission spatiale de l'humanité : "On a définitivement le sentiment que l'humanité, en tant que phénomène de la nature, en tant qu'organisation, "organisme", se prépare à de nouvelles fonctions vitales, que des raisons immanentes la conduisent vers de nouvelles frontières inconnues <...> Tout ce qui arrive à l'humanité la conduit désormais étroitement à l'accomplissement de sa seule mission réellement inhérente et voulue - à la gestion des processus naturels d'abord sur le globe, puis dans l'espace quasi-solaire" [22].

L'Occident à la recherche d'un "bouchon" pour le déluge.

 

Certains des penseurs et des dirigeants de l'Occident moderne qui font autorité s'expriment sur la manière d'éviter une catastrophe mondiale. Par exemple, le célèbre homme d'affaires novateur Ilon Mask affirme que le développement de programmes spatiaux et le début de la colonisation de l'espace donneraient à l'humanité une chance de "s'en sortir" d'une catastrophe planétaire, du moins à une partie de l'humanité - de se sauver.

 

Et ici, c'est comme si une analogie directe avec l'arche de Noé se présentait. Le précurseur de l'idée du Masque à cet égard est l'image de la "Star Ark" dans la littérature de fiction, une des premières solutions fictives à cette idée - dans les œuvres de Robert Heinlein au début des années 40. Ilon lui-même fait référence à Isaac Azimov. "Tôt ou tard", affirme-t-il, "nos vies devront dépasser cette boule bleu-vert, sinon nous disparaîtrons. Parmi les catastrophes hypothétiques, il considère un astéroïde, un super-volcan, un virus artificiel, le réchauffement climatique, un résultat imprévisible d'une expérience scientifique, etc.

 

Comparons ces réflexions avec l'idée centrale de Nikolaï Fedorov, le père du cosmos russe, de conquérir le cosmos pour son implantation par ses pères ressuscités. Et, comme on dit, ressentons la différence. Dans la philosophie de la cause commune de Fedorov, l'idéal de la résurrection des pères est associé à la transformation de l'être humain, à son illumination spirituelle et à un changement décisif du vecteur de la civilisation humaine - de l'homme fait à l'homme intérieur, associé à la révélation des opportunités inhérentes à l'homme lui-même.

 

Les transhumanistes, contrairement à Fedorov, veulent atteindre l'immortalité pour l'humanité telle qu'elle est, avant tout, pour l'élite actuelle du "milliard d'or" - mais ce projet est le contraire direct de la "résurrection des pères" de Fedorov. L'image de conte de fées russe de "Koschei l'Immortel" en est la meilleure description.

 

Nous voyons encore une fois dans ce cas que les Occidentaux n'apprennent guère la principale leçon du déluge biblique, qui n'était ni une épidémie ni un virus, mais plutôt une sorte de "quarantaine", coupant les malades, partie incurable d'une branche vivante et saine, sauvée sur l'Arche [23]. Les gens du déluge ne veulent en aucune façon réaliser que le maximum de leurs fantasmes et de leurs aspirations est le salut des porteurs mêmes du virus incurable, ou même le salut du virus lui-même, qu'ils ne veulent pas guérir parce qu'ils se sont identifiés à lui et ne le considèrent pas comme une maladie. Ce n'est rien d'autre qu'une tentative de tromper la nature des choses.

 

 

 

En 2019, le concept de la boule noire du transhumaniste futurologue Nick Bostrom, directeur de l'Institut pour l'avenir de l'humanité à l'université d'Oxford, s'est fait connaître. Avant cela, Bostrom était connu comme un prédicateur de la nécessité de surmonter les limites humaines fondamentales à l'aide de "l'esprit appliqué" (c'est ainsi qu'il a défini l'intelligence artificielle). Par "boule noire", Bostrom entend une certaine technologie, encore inconnue, qui, après sa découverte par défaut, détruira la civilisation humaine. En fait, dans ce cas, il ne s'agit pas de prédiction scientifique, mais de mythologie scientifique qui reproduit sous une forme grotesque l'idée de la "machine de l'apocalypse" (dans l'Ouest judéo-protestant, c'est un motif très populaire - ils aiment créer des technologies, des armes et toutes sortes de déclencheurs pour l'apocalypse à venir). Cette fois, cette tendance a reçu son expression généralisée comme "hypothèse d'un monde vulnérable" - comme une révélation de l'Anti-Ark.

 

C'est une sorte d'alternative à la "Révélation de Jean le Théologien" - une vision différente de la perspective de la fin en termes d'anti-religion. Il convient de noter que Bostrom tire de son hypothèse une conclusion assez radicale et très pratique - il est nécessaire de créer un système mondial de surveillance scientifique, et en tant que structure exécutive - "de créer une police préventive extrêmement efficace pour surveiller la population en temps réel, de sorte que si quelqu'un commençait à utiliser la technologie de la boule noire, elle puisse être interceptée et arrêtée" [24]. Et encore, comme dans le cas d'Ilon Mask, il existe des prototypes dans la science-fiction du XXe siècle : les frères Strugatsky avaient un organe de contrôle similaire dans COMCON-2, une commission "pour le contrôle de la recherche scientifique".

 

L'argument principal de Bostrom est, pour le moins, malhonnête. Après tout, sa thèse clé est que la civilisation moderne est capable de faire des découvertes, mais pas de "fermer". Cependant, toutes les personnes réellement liées au secteur de l'innovation sont conscientes qu'un certain nombre de technologies dites "de fermeture" ont été artificiellement arrêtées. L'exploration des monopoles fonctionne très efficacement et ils ont suffisamment de poids pour influencer les innovateurs extra-systèmes.

 

On soupçonne que, dans le cas de Bostroma, nous assistons au début de l'agonie intellectuelle de la civilisation du déluge - après tout, la proposition de bloquer les "boules noires" ne sent pas seulement comme un frein au développement, mais comme un arrêt complet, y compris le blocage de tous ceux qui peuvent contribuer à la perception et à la mise en œuvre des nouvelles technologies. Après tout, il est très difficile de calculer à l'avance quelle technologie sera exactement la "boule noire", du point de vue de Bostrom lui-même.

 

Mais la véritable intention de l'hypothèse provocatrice de la boule noire ne devient claire que lorsque son auteur proclame l'idée de limiter la souveraineté nationale et d'établir une gouvernance mondiale stricte. "Le terme de "gouvernement mondial" étant discrédité, il n'appelle pas la gouvernance mondiale par ce terme. Il préfère utiliser le terme "comité spécial". Les fonctions du comité ad hoc devraient être limitées au problème spécifique de la maîtrise du progrès scientifique et technologique". "Un comité spécial ou un Panopticum de haute technologie n'est pas, selon Bostrom, du fascisme, mais une nécessité" [25].

 

L'idée d'un bon "gouvernement mondial" contre une dangereuse souveraineté des États, des religions, des communautés et des familles est une ruse connue et battue depuis longtemps. "Qui est à propos de quoi, mais le minable est à propos du bain !" - dit dans ces cas-là la sagesse populaire russe.

 

Le cosmisme comme réponse russe

 

La même catégorie d'appels comprend également des déclarations faites périodiquement selon lesquelles, à l'échelle de l'ONU et d'autres institutions internationales de premier plan, il est nécessaire de s'éloigner de la représentation nationale, en redistribuant le pouvoir en faveur des entreprises mondiales-monopolistes. En accusant la souveraineté "dépassée" et le système juridique "arriéré" d'être inadéquat, les mondialistes passent bien sûr de la maladie à la santé. La tête malade est la civilisation de la Nouvelle Atlantide, qui a construit un ordre mondial manifestement injuste[26].

 

Pas la fuite du déluge (Ilon Mask), pas la prise du déluge (Nick Bostrom), - ces solutions mécaniques et plates au problème des catastrophes, typiques de leur civilisation, - mais seulement un vecteur de développement rapide, ouvrant de nouveaux principes et méthodes, reliant les réserves et les capacités internes de l'homme et dirigé par la Souveraineté, plutôt qu'un esprit nu - voilà ce qui peut devenir une recette de salut. Le manque d'harmonie du développement mondial peut être interprété de deux façons : soit comme un effondrement inévitable et le signe d'une fin imminente, soit comme une "maladie infantile" de la croissance. Dans le second cas, un siècle de développement et de nouvelles découvertes nous attendent - dans ce cas, l'Arche de Noé russe en tant que métaphore a un potentiel heuristique encore plus grand. Il devient l'Arche non pas comme une technologie "d'urgence", mais comme une approche du développement en général.

 

Une telle réponse est contenue dans la puissante direction de la pensée, scientifique, philosophique et sociale - le cosmisme russe. Le message fondamental du cosmisme russe est que l'homme de raison est destiné à la non-ganthropie, un principe qui est devenu central dans les théories modernes des systèmes auto-développés et de la théorie de l'information. Dans le cas de Nikolaï Fedorov, cette ligne était désignée comme "la régulation de la nature", dans le cas de Vernadsky, comme "la noosphère". D'une manière ou d'une autre, cette idée repose sur la synthèse de la foi religieuse et des connaissances scientifiques ainsi que de l'art. Dans sa forme la plus fondamentale, cette synthèse est représentée dans la philosophie de Fedorov de la "cause commune", selon laquelle l'homme est caractérisé par la ressemblance de Dieu, la coproduction à Dieu (dans la branche naturaliste-scientifique du cosmos, cette propriété est interprétée comme le début d'une nouvelle étape dans le développement de la nature - sa conscience de soi puis l'autonomie de la nature par l'homme). Vaincre la mort est d'abord pensé comme un problème éthique, lié à l'acquisition inverse de la chasteté par l'homme. La base de cette thèse n'est pas tant la peur de la mort que sa négation morale. Pour Fedorov, la résurrection est une loi objective de l'histoire. Dans ce contexte, l'idée de conquérir le cosmos, de "trouver de nouveaux terriens" comme préparation de la "demeure céleste" pour les pères ressuscités est également née[27]. Il s'agit d'une résurrection patrimoniale, et non d'une immortalité individuelle, qui est directement opposée à la recherche occidentale ("atlantique") moderne d'une immortalité égoïste - "élixir d'immortalité" - pour un individu. Fedorov avait prévu une telle vision du monde, en l'extrayant de celle de Descartes : "L'immortalité est comme un privilège des "surhommes", il y a un vice moral et mental".

 

Le fondateur de l'astronautique pratique, Tsiolkovsky, ainsi que Fedorov, croyaient que dans un avenir lointain, les "êtres conscients améliorés" pourront se passer de préfixes techniques artificiels sur leur corps, et que l'humanité évoluera vers un état de niveau d'énergie plus parfait ("état de rayon d'ordre élevé") [28]. En la personne de Fyodorov, Tsiolkovsky et Zabelin, la logique de la pensée pronostique cosmique russe s'oppose radicalement aux idéologies écologiques et biopolitiques modernes de l'Occident et non seulement les démystifie, mais les diagnostique aussi très profondément.

 

N'oublions pas que les gens sont régis par des mythes, et le cosmisme russe en est devenu une brillante preuve, donnant une puissante impulsion au développement de l'astronautique au XXe siècle. Aujourd'hui, il existe un besoin objectif de créer une nouvelle mythologie scientifique et technologique, qui devrait revenir au point de synthèse productive avec la conscience religieuse et la recherche éthique ardente de la vérité de la vie.

 

L'Arche russe est appelée à passer d'une "société post-industrielle" comme modèle de développement à un modèle de "société de la connaissance", dans lequel on pourrait surmonter les limites de l'information comme élément impersonnel "mort", neutre par rapport aux vecteurs opposés de l'entropie et de la non-entropie de l'humanité comme système social et "noosphérique".

 

Font partie intégrante d'un tel programme des projets stratégiques sur la colonisation de l'espace, l'exploration de l'océan mondial et du plateau continental, le développement de nouvelles technologies énergétiques (obtention et développement de nouvelles sources d'énergie) et, enfin, un nouveau programme éducatif en tant que "technologie" visant à éveiller et à éduquer le principal sujet du développement - le créateur humain, capable d'absorber organiquement toutes les meilleures réalisations de la culture et de la civilisation humaines.

 

L'exploration spatiale dans un futur proche a des perspectives pragmatiques qui sont très importantes pour le développement planétaire. Aujourd'hui, s'appuyant sur des réalisations scientifiques internationales, tout d'abord sur les recherches des spécialistes américains, dont les engins spatiaux ont atteint les planètes du système solaire et leurs satellites les plus éloignés de la Terre, la Russie en tant que civilisation de l'Arche considère l'exploration spatiale comme un moyen perspectif d'extraction et de livraison de précieuses ressources naturelles à la Terre, mais aussi par la voie de la colonisation ultérieure d'autres planètes. La Russie ne peut que se réjouir du retour annoncé de l'exploration spatiale habitée aux États-Unis, y voyant une sorte de chance pour l'Occident de modifier sa tendance nihiliste au niveau de la civilisation des inondations.

 

AUJOURD'HUI, IL EXISTE UN BESOIN OBJECTIF DE CRÉER UNE NOUVELLE MYTHOLOGIE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE, UNE SYNTHÈSE PRODUCTIVE DE LA SCIENCE AVEC LA CONSCIENCE RELIGIEUSE ET LA RECHERCHE ÉTHIQUE ARDENTE DE LA VÉRITÉ DE LA VIE. L'ARCHE DE RUSSIE EST APPELÉE À FAIRE LA TRANSITION D'UNE "SOCIÉTÉ POST-INDUSTRIELLE". COMME MODÈLES DE DÉVELOPPEMENT D'UNE "SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE", EN DÉPASSANT LES LIMITES DE L'INFORMATION EN TANT QU'ÉLÉMENT IMPERSONNEL "MORT".

 

Certains experts affirment que l'espace, et en particulier le satellite lunaire naturel, peut être utilisé pour stocker des déchets industriels en lente décomposition - non seulement des déchets d'énergie nucléaire mais aussi des déchets électroniques. (La question n'est pas aussi claire et doit être étudiée.) Le rythme de développement de la technologie spatiale semble être suffisamment intense pour atteindre ces objectifs avant que l'humanité ne soit confrontée au véritable problème (pas si éloigné) de la congestion. Ralentissant artificiellement l'exploration spatiale et, en particulier, l'exploration spatiale habitée par les mêmes institutions ou individus qui propagent l'idéologie de la réduction de la population, l'Arche de Russie est considérée comme une dualité misanthrope, anti-religion et anti-eschatologie qui piétine indistinctement les valeurs traditionnelles des principales civilisations du monde.

 

Deuxième partie. Pertinence du mythe biblique. Le peuple du déluge

 

Si nous essayons de dénoter l'essence de l'état préféré dans le langage de la science positive, froide et distante, alors une telle formule serait une "branche sans issue de l'évolution", et atteindrait une certaine limite d'auto-divulgation et d'auto-déclaration. Mais l'impasse du développement dans la nature déraisonnable et dans le cas de l'homme raisonnable n'est pas la même. L'homme "sans issue" s'accroche à la vie autrement que l'animal ou la plante "sans issue". Comme il ne s'agit pas d'un système mort ou d'une nature muette, mais de la vie humaine - la dimension principale et déterminante n'est pas physique et biologique, mais spirituelle et morale. C'est précisément à ce niveau que l'on peut voir des traits de similitude d'époques, une terrible rime historique permettant de parler de la domination mondiale des peuples du déluge et du nouveau déluge qui commence aujourd'hui.

 

Dans ce chapitre, nous analyserons la mythologie du cataclysme qui a eu lieu à l'époque de Noé et nous tenterons d'esquisser l'essence de l'état pré-topique de l'époque. Disons encore une fois : l'histoire ne se répète pas littéralement, mais dans le nouveau Déluge, nous pouvons clairement voir les mêmes caractéristiques typologiques que dans l'ancien - les gens d'aujourd'hui du Déluge rappellent vraiment à leurs prédécesseurs l'époque de Noé et de la légendaire Atlantide, pour autant que l'on puisse en juger par les informations conservées. C'est la raison de la pertinence du sujet lui-même et de la tâche importante qui nous incombe : fouiller dans les légendes anciennes avare.

 

La géographie générale des Contes du déluge...

 

La légende du déluge est un universel mythique et historique, qui concerne presque tous les peuples de notre planète. Si une certaine similitude des légendes du Moyen-Orient, de l'Égypte ancienne, de la Grèce, de l'Inde ancienne et de la Chine ancienne sur le Déluge pouvait s'expliquer par la proximité géographique relative de ces régions, alors la grande prévalence de ces mythes parmi la population indigène du supercontinent américain, de l'Australie et des nombreuses îles situées dans le centre et l'ouest de l'océan Pacifique, rend une telle explication extrêmement improbable [29]. Le point de départ de l'émergence de telles légendes aurait dû être des événements historiques réels, qui ont été la véritable raison de la naissance de la "réaction mythologique" correspondante.

 

Il convient de mentionner tout particulièrement le fait que la plupart des traditions religieuses et mythologiques conservent le souvenir non pas d'une, mais de plusieurs catastrophes mondiales qui ont détruit la vie sur Terre à certains intervalles. Par exemple, dans la mythologie grecque, nous connaissons au moins trois inondations : l'Ogive, le Devkalion et le Dardan. Platon dans "Lois" a affirmé que le déluge d'Ogigigov s'est produit 10 millénaires avant son temps. L'écrivain grec ancien Istr Kirensky (IIIe siècle avant J.-C.) fait référence à quatre "grandes inondations", dont l'une a traversé Gellespondt, qui a séparé l'Europe de l'Asie.

 

Dans de nombreuses cultures précolombiennes mésoaméricaines, le déluge n'est aussi qu'une des nombreuses catastrophes caractérisées par la destruction de l'humanité. L'historien J. Vayan écrit que, selon le point commun à tous les peuples anciens d'Amérique centrale, le monde a connu plusieurs époques, chacune correspondant à son "soleil" particulier. Ces concepts sont toujours pertinents pour les descendants modernes de la population autochtone d'Amérique centrale et du Sud. Des sources arabes mentionnent trois inondations : l'inondation locale en Égypte à l'époque de Moïse (Musa) ; l'inondation mondiale, qui s'est produite à l'époque de Noé (Nuha) ; et l'inondation, qui s'est produite "avant que notre Adam n’existe".

 

Une sorte de noyau de la légende classique est l'histoire mésopotamienne du Déluge, qui existe en trois versions cunéiformes différentes : sumérienne (la plus ancienne) et deux akkadiennes (l'Epos d'Atrakhanasis et l'Epos de Gilgamesh). Cependant, la mémoire humaine de nombreuses nations a conservé des souvenirs spécifiques de ce cataclysme, qui a détruit la "vieille" humanité et a jeté les bases de la "nouvelle". Dans les légendes des différents continents, on peut trouver des coïncidences frappantes de détails importants de l'histoire du déluge mondial, mais la coïncidence la plus importante est le fait même du sauvetage d'un homme juste avec sa famille, ses graines et ses animaux sur un bateau (un énorme bateau évidé, un canoë, etc.), construit sur le conseil de Dieu ou d'un esprit puissant. On trouve de tels motifs en abondance sur tous les continents. L'ampleur du déluge est partout décrite comme grandiose ("des vagues hautes comme le ciel"), l'échelle mondiale des événements est soulignée. "Un oiseau perdu a longtemps cherché une terre où il pourrait s'asseoir, mais ses ailes ne pouvaient pas se lever, et il est tombé dans la mer" - a écrit sur le déluge Ovidius. Dans leurs légendes, les bouriates disent que l'homme a pris sur le bateau des échantillons de tous les animaux, "sauf Argalan Zala, prince des bêtes (mammouth), qui se considérait trop grand pour se noyer" - et maintenant on trouve ses os partout. Sur différents continents et dans différentes tribus, il y a aussi un motif biblique lumineux de lâcher d'oiseaux à la fin du déluge - et cela ne peut s'expliquer par la banale intrigue littéraire errante.

 

Le mystère de la souillure pré-topique

 

Dans la Bible, le déluge est expliqué par le fait que "la terre a grandi devant la face de Dieu, et la terre a été remplie de méchanceté. Et Dieu a levé les yeux vers la terre, et voici qu'elle est corrompue : car toute chair a tordu son chemin sur la terre" (Genèse 6 : 11-12).

 

(Gen. 6 : 11-12.) Il découle du contexte que la "perversion", qui a finalement été la cause principale de l'inondation, est en quelque sorte liée aux événements suivants : "Quand les hommes commencèrent à se multiplier sur la terre et que des filles leur naquirent, les fils de Dieu virent que les filles des hommes étaient belles et les prirent pour femmes, qu'ils avaient choisies. Et le Seigneur (Dieu) dit : Mon Esprit n'est pas éternel pour être négligé par les hommes (si), parce qu'ils sont chair ; que leurs jours soient cent vingt ans. A cette époque, il y avait des géants sur terre, surtout depuis que les fils de Dieu ont commencé à entrer dans les filles des hommes, et qu'ils ont commencé à leur donner naissance : ce sont des gens forts et glorieux d'autrefois. Et le Seigneur (Dieu) vit que la corruption des hommes sur la terre était grande, et que toutes les pensées et les pensées de leur cœur étaient mauvaises en tout temps ; et le Seigneur se repentit d'avoir créé l'homme sur la terre, et trembla dans son cœur. Et l'Éternel dit : J'exterminerai de la face de la terre les hommes que j'ai créés, depuis l'homme jusqu'au bétail, et les reptiles et les oiseaux du ciel ; car je me suis repenti de les avoir créés. Mais Noé reçut une grâce devant les yeux du Seigneur (Dieu)" (Genèse 6 : 1-8).

 

(Gen. 6 : 1-8.) On remarque le lien profond de l'homme avec toute la créature - le péché de l'homme attire le jugement de tous les êtres vivants sur terre. Cependant, il n'est pas seulement question de l'homme, il est dit exactement ainsi : "toute chair a fait son chemin sur la terre" (Genèse 6, 12) - de "l'homme au bétail, aux reptiles et aux oiseaux du ciel" (Genèse 6, 7). (Gen. 6 : 7.) C'est un détail mystérieux et, en même temps, extrêmement important. Apparemment, des lignes non moins mystérieuses du premier livre apocryphe d'Hénoch, consacré aux géants, y sont liées : "Les géants avaient l'intention de détruire les gens et de les dévorer. Et ils se mirent à pécher contre tous les oiseaux et les bêtes de la terre, contre les reptiles qui rampaient sur la terre, contre les animaux qui vivaient dans l'eau et dans les cieux, et contre les poissons de la mer"[30].

 

Dans ce contexte, "pécher" ne signifie pas "tuer" ou "dévorer", car le texte d'Hénoch parle séparément. Il peut également faire référence aux perversions sexuelles (y compris la bestialité) qui ont fleuri dans des couleurs luxuriantes. Cependant, nous pouvons supposer que le Livre de la Genèse et le Livre d'Hénoch impliquent quelque chose de beaucoup plus sophistiqué. Ne s'agit-il pas ici de sourds échos des conséquences de certaines manipulations génétiques ou mutations artificielles qui ont eu un impact indélébile sur la biosphère de la planète entière ?

 

Le père Daniel Sysoev, dans son livre "The Chronicle of the Beginning", a noté : "Apparemment, les animaux eux-mêmes ont été changés à cause des péchés de l'homme, ou peut-être que les gens connaissaient alors quelque chose comme le génie génétique et que, enseignés par des démons, ils ont tordu toute la nature. Ces hypothèses ne sont pas seulement des fantasmes. Les Indiens Mayas, qui ressemblaient à des géants en rébellion, ont réussi à doubler le nombre de chromosomes dans le coton. Même s'ils pouvaient connaître de tels mystères, ils étaient d'autant plus connus des géants, que les païens considéraient comme les dieux parce qu'ils possédaient une sagesse démoniaque"[31].

 

La principale source qui éclaire ce thème complexe de la souillure et de la méchanceté de la civilisation pré-diluvienne est la tradition pseudo-épigraphique [32] associée au nom de l'arrière-grand-père de Noé, le patriarche Hénok [33]. Bien que les versions éthiopienne, slave et juive du Livre d'Hénoch diffèrent dans leur entretien, les chercheurs modernes pensent qu'elles remontent à la source primaire générale, inconnue aujourd'hui [34]. Dans le premier livre d'Hénoch, il est question de la chute des "fils de Dieu" (en hébreu Bene Elohim, Benei ha'Elohim, lettres. "fils de dieux", "fils d'êtres pieux"), également appelés "gardiens" ou "observateurs" (littéralement, "ceux qui veillent", "ceux qui regardent" ; en grec, "égrégateurs", éveillés), sont brièvement décrits dans Genèse 6.

 

Selon le livre apocryphe des Jubilés, les "gardiens" étaient à l'origine envoyés sur terre pour enseigner aux gens un comportement correct. Par la suite, ils "ont profané avec des filles humaines, et se sont pris pour femmes, et ont agi comme des fils de la terre, et ont donné naissance à des fils généraux" [35]. Enfin, ayant grandi, il a commencé à dévorer "les produits du dur labeur de tous les fils humains", si bien que les gens ont commencé à ne pas se nourrir eux-mêmes. Dans ce détail, nous voyons une référence importante à la cupidité des habitants du déluge, et au fait que les "forts" parmi eux opprimaient les "faibles", et ont même donné lieu à la pauvreté et à la faim.

Saint Démétrius de Rostov (1651-1709) donne des détails uniques sur la chute des géants du déluge : "Si nous croyons l'histoire chaldéenne, elle nous dit qu'après la corruption des fils de Dieu, lorsque le nombre de géants s'est multiplié, parmi eux a commencé à manger de la viande avant le déluge, et ces géants étaient si mauvais qu'ils ont dévoré de la viande humaine. <...> A leur goût, ils étaient comme ceux nés dans l'anarchie, les pires de tous les hommes sans loi, meurtriers et violeurs ; ils étaient féroces, luthistes, amoureux de la guerre et des effusions de sang, fiers et dominateurs ; partout sur la terre, ils persécutaient les hommes, les violaient, les volaient et les tuaient. Tant qu'ils étaient incontrôlables et sans loi dans leur convoitise charnelle, il est impossible d'écrire à ce sujet, car cela est insupportable pour une oreille chaste" [36].

 

Il s'ensuit que Saint-Démétrius était au courant de détails encore plus choquants, à propos desquels il préférait cependant garder le silence. En même temps, saint Démétrius ne cache pas la source de ces détails : "Mais si quelqu'un veut connaître ces détails, qu'il lise l'historiographe chaldéen appelé Béroze [37], qui décrit assez bien leurs mœurs méprisables et dit qu'il n'y avait pas d'anarchie et d'impureté que ces géants n'auraient pas commises. Le même historien chaldéen raconte que les géants se nourrissaient de viande humaine. Les personnes qu'ils ont tuées étaient leur nourriture. S'ils mangeaient de la viande humaine, ils mangeaient d'autant plus de la viande de bétail, de la viande animale ou autre. En outre, ils mangeaient aussi les bébés qui sortaient morts du ventre de leur mère. Toutes ces choses que Beroz dit à leur sujet, si son histoire est vraie. Ils étaient si laids pour Dieu et pour les hommes que le Seigneur a fait venir le Déluge sur la terre pour eux seuls, exterminant un tel mal de la face de toute la terre ; Il a tué beaucoup d'entre eux avant le Déluge par le tonnerre et la foudre, afin que d'autres puissent avoir peur, mais il n'y avait pas de crainte de Dieu en eux, et ils n'ont été rachetés que lorsqu'ils ont complètement péri dans le Déluge" [38].

 

En connu pour la réunion d'aujourd'hui de vingt-deux fragments représentant des citations ou paraphrases de textes Beross (Fragmenta, "Fragments") et onze fragments, racontant (Testimonia, "Témoignages"), il n'y a rien de cela qui cite saint Dmitri Rostov. Les auteurs de ce rapport ont commencé à voir comment cela pouvait se produire. On a découvert que de nombreux détails de l'histoire de Beross sur le déluge nous sont parvenus dans les paraboles d'auteurs anciens, qui n'ont pas été reprises dans les publications universitaires modernes consacrées aux fragments survivants de "Babylonica". On a le sentiment que certains motifs, connus il y a quelques siècles, et cités aux XVIIIe - XIXe siècles, à cette époque pour des raisons inconnues, sont tombés hors de la circulation académique.

 

DANS LES LÉGENDES DES DIFFÉRENTS CONTINENTS, ON PEUT TROUVER DES COÏNCIDENCES FRAPPANTES DE DÉTAILS IMPORTANTS DE L'HISTOIRE DU DÉLUGE, MAIS LA COÏNCIDENCE LA PLUS IMPORTANTE - LE FAIT MÊME DU SAUVETAGE D'UN HOMME JUSTE AVEC SA FAMILLE, SES GRAINES ET SES ANIMAUX SUR UN BATEAU (UN ÉNORME BATEAU ÉVIDÉ, UN CANOË, ETC.), CONSTRUIT SUR LE CONSEIL D'UN DIEU OU D'UN ESPRIT PUISSANT. ON TROUVE DE TELS MOTIFS EN ABONDANCE SUR TOUS LES CONTINENTS.

 

Notre évêque contemporain Mitrofan (Badanin) suppose que le saint Démétrius a pu prendre des informations sur Bérose dans les travaux du moine-dominicain italien Annio de Viterbe (Giovanni Nanni, 1432-1502) "Cinq livres d'antiquités d'Italie et toute la terre de Bérose, prêtre des Chaldéens, avec les commentaires de Jean Annius de Viterbe, le professeur éclairé de théologie" [39]. Dans l'"Histoire de l'Arménie de Moïse Khorensky", on raconte qu'au IIIe siècle avant J.-C., le premier roi d'Arménie, Vakharshak Ier, frère du roi de Parthie Arshak Ier, "ayant largement établi l'autorité et confirmé l'État, souhaitait apprendre qui et ce que les hommes possédaient avant lui en Arménie". Pour ce faire, il a trouvé un connaisseur de l'écriture chaldéenne et grecque, un érudit de Syrie, Map Abbas Katina, et l'a envoyé à son frère avec une demande d'admission aux archives royales, situées dans la ville de Ninive, où au VIIe siècle avant J.-C. La célèbre bibliothèque du tsar Ashurbanipala s'est installée : "Mar Abbas, après avoir examiné tous les manuscrits, a trouvé le livre ancien nécessaire en langue grecque, portant le nom de "Livre traduit par l'ordre d'Alexandre [le Macédonien] de Chaldéen en langue grecque, conclut en lui-même de véritables histoires antiques d'anciens et d'ancêtres" [40]. Dans ce livre sont également mentionnés des géants impies et arrogants, "laids, forts et monstrueux".

 

Il n'est pas exclu que la citation et la relecture suivantes de Beross, données dans le livre de V.N. Demin "Les mystères du peuple russe", proviennent de la même source : "Se nourrissant de viande humaine, - écrit Beros, - ils expulsaient les fruits utérins des femmes pour préparer un repas. Les prodigues cohabitaient avec leurs mères, sœurs, filles, garçons et animaux indigènes ; ils ne respectaient pas les Dieux et faisaient toutes sortes d'anarchies. Puis Demin a rétorqué à Berossa : "Les dieux de la méchanceté et du mal ont éclipsé leurs esprits, et ont finalement décidé d'exterminer les méchants, en envoyant sur Terre les eaux du déluge. Tous sont morts, sauf le juste Noé et sa famille. De lui est également parti un nouveau type d'humain"[41].

 

Curieuse coïncidence : dans la mythologie grecque ancienne, le cannibalisme (y compris rituel !) est appelé la raison principale du Déluge de Devkalion, montrant une similarité extrêmement proche avec le Déluge de Noé. Tous les autres déluges ne représentaient pas une punition pour ces péchés ou d'autres péchés d'une sorte d'humain, et seul le déluge de Devkalion était considéré comme une punition pour une sorte d'humain, en particulier, pour un péché monstrueux d'ogre. Le principal coupable du déluge de Devkalion est la famille du tsar Arcadia Lycaon. Des rumeurs ont atteint l'Olympe à propos d'un culte cannibale. Souhaitant vérifier la validité de ces accusations, Zeus, sous l'apparence d'un vagabond, se rendit dans la maison de Likaon, où il reçut une soupe dans laquelle d'autres abats étaient mélangés à l'intérieur d'un enfant humain. Le Zeus en colère renversa la table avec de la neige impie, et Likaona et ses fils furent frappés par la foudre. Selon une autre version du mythe, Lycaon a sauté d'une maison en feu et s'est transformé en loup. Puis Zeus est descendu sur la race humaine par un déluge. Le culte du loup-loup, vraisemblablement d'origine dogrecheskogo, a réellement existé dans la région de la montagne arcadienne Likeo ("montagne du loup") [42].

 

Les polémiques des "fils de Dieu

 

Quant à la question des "fils de Dieu", les auteurs chrétiens et les pères de l'Eglise se sont divisés en deux camps. Justin le Philosophe, Irineje de Lyon, Athénée, Clément d'Alexandrie, Tertullien, Ambroise de Médiolân et d'autres, selon le livre d'Hénoch, croyaient que les "fils de Dieu" étaient des anges qui s'incarnaient dans le corps humain et descendaient sur terre en lui. Une autre interprétation a été offerte par Jean Chrysostome, Ephraïm Sirin, Théodore de Cyrille, Cyrille de Jérusalem, Hieronymus de Stridon, Augustin d'Hippone, qui ont cru, que par "fils de Dieu" on entendait les pieux descendants du troisième fils d'Adam - Seth qui, s'étant mêlés aux filles des descendants de Caïn, ont ainsi renforcé la "branche caïnite" dans l'humanité et favorisé la corruption pré-inondation [43].

 

Ces deux points de vue sont toujours présents dans l'Église orthodoxe, et il est impossible d'en citer un seul qui soit prouvé. Par exemple, la version de John Chrysostom a été soutenue, bien que sous certaines réserves, par St. Filaret de Moscou, et la version d'Irina Lyon par St. La version "syphthique" des historiens-théologiens modernes a donné naissance à un scientifique faisant autorité tel que E.A.Avdeenko [44]. La version "angélique" est développée dans le Livre d'Hénoch, que l'évêque Mitrofan (Badanin) a ouvert de façon assez convaincante dans son récent ouvrage, ayant montré que le nom de "gardiens", ou "vigilants" (ἐγρἠγοροι), concerne aux plus hauts rangs d'Arkhangelsk [45], ceux "qui ont été nommés comme des gardiens qui doivent instruire les fils humains qu'ils ont créé la cour et la justice sur le terrain" [46]. Plus convexes que dans la traduction synodale russe, ces motifs se retrouvent dans le texte slave de l'Église de l’Écriture.

 

 

 

Selon l'évêque Mitrophan, l'autorité des partisans de la version associée aux descendants de Seth, en particulier Saint Jean Chrysostome à l'Est et le Bienheureux Augustin à l'Ouest, a conduit à la disparition du Livre d'Hénoch de la plupart des canons de l'église jusqu'au VIIIe siècle. Pour la même raison, ils ont été soumis à l'ostracisme et au Livre des Jubilés, ou Petite Genèse [47].

 

Il convient de noter que le Livre d'Hénoch a au moins une énorme signification culturologique - de nombreux concepts clés utilisés dans le sermon de Jésus-Christ sont évidemment et directement liés à la terminologie et aux idées exprimées dans le Livre d'Hénoch [48]. Dans la doctrine de Jésus-Christ et dans les créations des apôtres, il existe de nombreuses références et données qui trouvent un support exclusivement dans le Livre d'Hénoch et absent dans le cas fondamental de l'Ancien Testament. Cette circonstance a provoqué une grande confusion chez les théologiens européens du XVIIIe siècle après le retour de cette source ancienne. Nombreux sont ceux qui considèrent ces motifs comme des insertions tardives. Cependant, la découverte de fragments du Livre d'Hénoch parmi les manuscrits de la mer Morte de Qumran a prouvé sa véritable antiquité. Les chercheurs de manuscrits de la communauté de Qumran trouvent également de nombreuses preuves de cette interprétation "angélique" des "fils de Dieu" [49].

 

Le sacré Démétrius de Rostov était sûr que le Livre d'Hénoch a été conservé depuis la plus haute antiquité : "Le Livre qu'Hénoch a conservé pendant le Déluge Noé dans une arche, et ainsi les générations suivantes multipliées sur le Déluge sont devenues connues les prophéties d'Hénoch. (...) Et Saint Athanase le Grand dans son Synopsis dit aussi que le livre de la prophétie d'Hénoch a été préservé par Noé du déluge et transmis à ses descendants. Par conséquent, l'écriture a commencé dès les temps anciens, depuis les premiers ancêtres, qui étaient avant le Déluge" [50]. Quel que soit le lien avec le Livre d'Hénoch, l'opinion donnée par le saint est vraie : dans les légendes sumériennes et babyloniennes sur le Déluge, il est souligné que le personnage similaire de Noé a enterré dans un lieu conventionnel des plaques avec des écritures et des connaissances anciennes, et après le Déluge, elles ont été déterrées et sont devenues la propriété des gens.

 

La ligne de succession d'Adam à Noé en passant par Hénoch représente l'essence profonde et la généalogie authentique de l'humanité. Ce n'est pas un hasard si les légendes des religions abrahamiques conservent un détail aussi important : la cargaison la plus précieuse sur l'arche de Noé était les "reliques d'Adam" prises sous sa volonté : Adam avait prévu à la fois le déluge et la venue du Sauveur et voulait que sa dépouille ne soit pas emportée par les eaux du désastre, et il fut enterré au centre de la terre, sur la "place frontale" (Galgotha) pour attendre le jugement et le salut. L'autre ligne était représentée par les gens du déluge, liés aux géants, qui ont adopté leur mode de vie et leur ordre. Noé a prêché parmi eux pendant 120 ans, mais les gens du déluge se sont seulement moqués de lui, comme le dit la tradition orale des musulmans et des juifs.

 

Le déluge dans le contexte du Livre d'Hénoch

 

La Sainte Écriture dans ses livres canoniques parle peu des "fils de Dieu", mais parle de façon assez éloquente des géants qui sont morts dans les eaux du déluge : en particulier, de leur extrême orgueil (Premier ministre 14:5-6) et du fait que "dans l'espoir de leur force, ils sont devenus apostats" (Sire 16:8). Bien qu'ils aient été habiles et célèbres à la guerre, ils ont péri parce que "ils n'avaient pas de sagesse, ils sont morts de folie" (Baruch 3:26-28), ils ont fait l'iniquité, espérant leur propre force et leur impudence (3 Maccabées 2:4).

 

Énumérons ici les principaux motifs de la tradition yénochique concernant le déluge et l'état pré-topique de l'humanité. (Toutes ces questions de discussion sont décrites plus en détail dans un rapport de recherche spécial de A. Makkaveev. Le rapport spécial de Komogortsev "L'état de l'humanité avant l'inondation dans les mythes et les légendes. Matériaux de discussion").

 

Voici comment les motifs des "fils de Dieu" ou des "gardiens" de l'Église sont repris par les saints pères et les enseignants. Athengorus a écrit que c'est à la suite de la chute de leurs géants qu'ils sont nés. Tertullien attribue à ces anges déchus l'invention de l'astrologie, une technologie permettant de traiter des pierres et des métaux coûteux, de fabriquer des bijoux pour femmes. Dans ses premières excuses, Justin le philosophe dit : "Dieu a confié le soin des hommes et de tous les anges dans les cieux. Mais les anges n'ont pas atteint leur but : ils ont eu des rapports sexuels avec leurs femmes et ont donné naissance à des fils, les soi-disant démons. Puis, finalement, ils ont asservi la race humaine, en partie grâce aux écritures magiques, en partie grâce aux peurs et aux tourments qu'ils ont apportés aux gens, et en partie grâce à l'enseignement de leurs sacrifices, de la fumée et des esprits, dont les anges déchus eux-mêmes avaient un fier besoin. Ils ont semé parmi les hommes le meurtre, la guerre, l'amour, la débauche et toutes sortes de mal »[51].

 

 

 

Saint Irénée de Lyon écrit que les "fils de Dieu" "ont enseigné aux épouses le pouvoir des racines et des herbes, ainsi que l'art de la teinture et des fards à joues et la production de tissus coûteux, les moyens magiques pour stimuler la haine, l'amour, la passion et la séduction, les bandages magiques, toutes sortes de magie et d'idolâtrie de la haine de Dieu. "Et au temps de Noé, Dieu a justement profité du déluge pour détruire le peuple le plus déshonorant qui existait alors et qui ne pouvait pas porter les fruits de Dieu, parce que les anges pécheurs se mêlaient à eux" [52].

 

Dans l'Église chrétienne primitive, la tradition yénochique avait beaucoup de poids, de sorte que les jugements sur l'état pré-topique de l'humanité étaient en partie tirés des mêmes sources, qui étaient conservées dans les archives juives. Selon le Premier Livre d'Hénoch, les "gardiens" révélaient à leurs épouses les secrets interdits gardés au ciel "afin que les plus savants des fils des hommes puissent les appliquer dans la pratique" [53]. Grâce à ces connaissances, leurs descendants ont acquis un pouvoir énorme sur la nature. En particulier, comme l'indiquent les interprétations juives, ils ont pu "couvrir la voûte céleste, contribuant ainsi à la réduction de la pluie" (Bereshit Rabba 26:17 ; Sota 34b). La capacité à contrôler les pluies et les éléments de l'eau est dans une surprenante symétrie avec l'instrument de la cara qui leur est arrivée - le Déluge. Selon la tradition orthodoxe, la prochaine catastrophe mondiale qui ne s'est pas encore produite ne sera pas "l'eau" mais le "feu".

 

L'adultère métaphysique des "fils de Dieu" impliquait la maîtrise de connaissances pour lesquelles l'humanité n'était pas prête et dont elle ne pouvait pas disposer pour de bon. C'est ainsi qu'Hénok transmet le reproche du Seigneur aux "gardiens" : "Vous avez été dans les cieux, et bien que les choses cachées ne vous aient pas encore été révélées, vous avez appris un petit secret et vous l'avez raconté à vos femmes dans votre dureté de cœur, et par ce mystère, les femmes et les hommes font beaucoup de mal à la terre" [54].

 

Parmi les connaissances transmises à l'humanité, on trouve dans les sources juives et araméennes : les plantes médicinales, mais aussi les poisons et les potions, les cosmétiques, l'art du bijoutier, l'écriture, les pratiques et techniques magiques sophistiquées, la sorcellerie, la divination et la sorcellerie, les techniques d'avortement, les données astrologiques et astronomiques, mais aussi l'industrie et la métallurgie. L'art de la guerre et la fabrication d'armes revêtent une importance particulière dans la génération des géants. Le déluge a été précédé par de féroces guerres d'extermination mutuelle.

 

Des fragments des Livres de la Sibylle, que les Pères de l'Eglise rappellent favorablement[55], présentent une telle liste des connaissances apportées sur terre par les "gardiens" :

 

 

 

Le troisième est de savoir comment nager en mer,

 

C'est comme deviner à partir des oiseaux, et au paradis.

 

Des destins par les étoiles, le quatrième a su les reconnaître.

 

Le cinquième connaissait les poisons et les herbes.

 

La magie, c'était autre chose. Tout l'artisanat.

 

Différents ont été confiés aux artisans.

 

On les appelait les "Gardiens du pain" (Breadboys) [56].

 

SELON LE PREMIER LIVRE DU YENOCH, LES "GARDIENS" ONT OUVERT À LEURS ÉPOUSES LES SECRETS NON AUTORISÉS STOCKÉS DANS LE CIEL "AFIN QUE LES PLUS AVERTIS DES FILS DES HOMMES PUISSENT LES APPLIQUER DANS LA PRATIQUE. GRÂCE À CES CONNAISSANCES, LEURS DESCENDANTS ONT ACQUIS UN POUVOIR ÉNORME SUR LA NATURE. EN PARTICULIER, SELON LES INTERPRÉTATIONS JUIVES, ILS ONT PU "COUVRIR LA VOÛTE DU CIEL, CONTRIBUANT AINSI À LA RÉDUCTION DE LA PLUIE".

 

L'évêque Mitrophan fait l'hypothèse non déraisonnable que ces mêmes circonstances ont, à bien des égards, jeté les bases de "l'étrange état de la société humaine" qui, dans le monde scientifique, a reçu plus tard la définition d'un matriarcat, dans lequel les hommes étaient considérés comme le sexe méprisable [57]. Après tout, c'étaient des "filles humaines", épouses d'anges déchus et mères de géants, qui tenaient dans leurs mains les fils de la connaissance secrète obtenue "du ciel".

 

Selon le Premier Livre d'Hénoch, pour leurs péchés, les "gardiens" ont perdu l'occasion de retourner au ciel, ont perdu leur immortalité [58]. Quant aux géants, le premier livre d'Hénoch et le livre des Jubilés disent qu'ils étaient condamnés à une destruction mutuelle : l'ange Gabriel doit aller vers les géants et les faire se détruire mutuellement, et s'ajoute : "Pour que leurs parents puissent regarder" (Jub. 5, 10). "Allez vers les enfants illégitimes et vers les enfants de l'amour, et faites disparaître d'entre les hommes les enfants de l'amour et les enfants des gardes ; faites-les sortir et laissez-les sortir, afin qu'ils se détruisent eux-mêmes en se battant les uns les autres. Et à Michael, Dieu a dit : "Lorsque tous leurs fils se seront battus les uns les autres et qu'ils auront vu la destruction de leurs proches, lie-les solidement sous les collines de la terre pendant soixante-dix générations jusqu'au jour de leur jugement, et jusqu'à la fin de leurs générations, jusqu'à ce que le dernier jugement de toute l'éternité soit accompli"[59]. Les géants qui ont survécu aux guerres d'extermination mutuelle, selon l'une des versions, sont condamnés à l'emprisonnement "dans les profondeurs de l'enfer" (Sheola), parfois interprété comme un monde souterrain ou sous-marin : "Les Refaites tremblent sous les eaux, et ceux qui y vivent" (Job 26, 5) [60].

 

La civilisation des méchants

 

Bien que nous ne puissions pas être sûrs de la fiabilité de toutes les informations transmises par la tradition yénochique, en même temps, dans son contexte, en tenant compte des données provenant d'autres sources, l'histoire préférée présente une image unique et cohérente - elle fournit une sorte de reconstruction de l'état avant le déluge.

 

Voici les grandes lignes essentielles de cette image :

 

1. La raison fondamentale du Déluge n'est pas la surpopulation de la terre, bien que le manque de ressources ait été effectivement ressenti, mais c'est la cupidité et l'inaptitude de la "classe" de géants alors dominante qui a opprimé le reste de l'humanité et "dévoré" les fruits de ses travaux. La civilisation pré-inondation était caractérisée par l'oppression sociale, l'organisation injuste de la société, l'humiliation et le piétinement des faibles, y compris les peuples et les tribus les plus faibles. (Comme nous l'avons déjà noté dans la première partie, le mythe de la surpopulation de la terre et de la nécessité de limiter le taux de natalité est imposé par les "forts", c'est-à-dire les sujets du pillage mondial pour tromper tout le monde sur la véritable raison de cette nécessité).

 

2. La cause fondamentale de l'inondation était l'état "endommagé" de l'humanité ainsi que de la créature entière. Ici, les interprétations tant morales que biologiques (génétiques) sont acceptables, car le degré extrême d'anarchie morale entraîne inévitablement des conséquences génétiques. Il ne peut être exclu que dans la civilisation d'avant les inondations, les technologies de modification génétique, de croisement d'espèces et de sélection de nouvelles créatures hybrides aient été utilisées, que les frontières entre les espèces biologiques aient été violées, que la loi dite "lemino" (inviolabilité des frontières entre les genres et les races) ait été systématiquement violée. La mutation génétique a "infecté" l'ensemble de la créature, de sorte qu'après un certain temps, il ne pouvait plus y avoir de personnes et d'animaux sans mutations artificielles. Il est important de noter que Noé est appelé non seulement juste, mais aussi pur. "Noé était un homme juste et pur" (Genèse 6:9), ce qui, selon la remarque de l'évêque Mitrophan, "implique littéralement non seulement de hautes qualités morales, mais aussi l'absence de défauts physiologiques internes - le sang des géants.

 

3. Plus précisément, la cruauté de l'humanité d'avant les inondations se manifestait par le fait que le cannibalisme était répandu, y compris la consommation d'embryons et de fruits humains, que le prix de la vie humaine était bas, que les guerres étaient très cruelles.

 

4) C'était une époque de promiscuité sexuelle extrême, presque illimitée. Les plus courantes étaient la sodomie[61], l'inceste et la pédophilie. Il n'y a pas tant de détails sur ce côté de la vie pré-inondation, mais on peut les juger par des signes indirects (Sodome et Canaan étaient considérés comme les "héritiers" de la civilisation pré-inondation dans la culture du Moyen-Orient).

 

5. La cause profonde de tous ces vices, selon l'opinion des autorités de toutes les religions abrahamiques, est tout à fait évidente - orgueil, rejet de Dieu, refus de Le servir.

 

En ce qui concerne Sodome, déjà dans la Sainte Écriture elle-même et dans la tradition chrétienne primitive, il existe une association stable entre la corruption et la débauche pré-inondées de Sodome et Gomorrhe. Le parallélisme des deux "abominations" est souligné à plusieurs reprises (Sirach 16, 8 ; 3 Maccabées, 2, 4-5). Ceci est particulièrement évident dans le Nouveau Testament, y compris dans les paroles du Christ lui-même (Luc 17, 26-30), ainsi que dans les lettres des Apôtres, où les parallèles touchent aux sodomites, aux géants et aux anges déchus : "Il garde les anges qui n'ont pas gardé leur dignité mais qui ont quitté leur demeure dans la servitude éternelle, sous les ténèbres, pour le jugement du grand jour. Comme Sodome et Gomorrhe et les villes environnantes qui, comme elles, ont forniqué et suivi l'autre chair et ont été soumises à l'exécution du feu éternel, sont données en exemple" (Jude 1:6-7). "Le Dieu des anges n'a pas épargné les pécheurs, mais, lié par la servitude des ténèbres de l'enfer, il a livré au jugement pour le châtiment ; il n'a pas épargné le premier monde, mais il a gardé en huit âmes la famille de Noé, le prédicateur de la vérité, quand il a conduit le déluge sur le monde des méchants ; et les villes de Sodome et de Gomorrhe, condamnées à l'extermination, se sont transformées en cendres, montrant l'exemple aux futurs méchants" (2 Pierre 2:4-6).

 

En d'autres termes, dans une perspective théologique et sacrale, nous voyons une sorte de protection et de réflexion mutuelle de plusieurs étapes de la chute du péché : la chute de Satan et des anges qui le suivaient ; la chute d'Adam ; la chute prééminente des démons et des hommes qui les suivaient ; le pilier babylonien ; Sodome et Gomorrhe ; Canaan ; comme nous le verrons dans le futur, des organisations de contre-initiatives guidant les tendances les plus récentes de dégradation spirituelle et attendant la catastrophe imminente comme le bien ultime et la fin de l'histoire ("nouvelle Atlantide"). Entre toutes ces phases de dégradation spirituelle, dont certaines ont été radicalement interrompues (le Déluge, l'incendie de Sodome et Gomorrhe), il y a une connexion interne, une parenté et une continuité.

L'Atlantide ne lâche pas prise

 

De nombreux chercheurs et historiens associent la mythologie du déluge universel à la mort de l'Atlantide, et cela mérite d'être souligné, l'évaluation chronologique de ces catastrophes est très proche. Si l'on suppose que ces deux mythes reflètent le même événement, les données sur l'Atlantide sont capables d'apporter un éclairage supplémentaire sur une question relative à une condition préférable de l'humanité.

 

Comme l'Atlantide était une civilisation très puissante qui était présente d'une manière ou d'une autre dans tous les oikoumene de l'époque, faisant du commerce et se battant à de grandes distances de la métropole, elle a marqué toute la culture humaine avant la catastrophe. Nous pensons que l'identification de la civilisation géante d'où Noé est sorti avec l'Atlantide est tout à fait légitime - du moins, elle est chronologiquement et culturellement similaire. L'Atlantide était une civilisation de magie noire qui essayait d'influencer certaines énergies "semi-matérielles", "mentales", "mentales" des êtres vivants. Mais c'était aussi important. Exactement sous le nom d'Atlantide, le Nouveau projet européen en la personne de ses sociétés secrètes a accepté de nombreuses idées et "valeurs", remontant aux temps anciens. En même temps, la dualité de l'histoire biblique sur les géants et la mention de l'Atlantide par Platon et d'autres auteurs ont permis d'éviter les critiques de l'Église. C'est-à-dire que l'Atlantide aux yeux des francs-maçons et des Rosenkreutzers a été simultanément identifiée et non identifiée au monde des impuretés pré-topiques - selon ce qui était le plus profitable à souligner dans ce cas. Mais ils ont eux-mêmes cru en cette identité et en sont partis.

 

En ce sens, attire l'attention sur l'idéalisation du succès de l'humanité pré-topique Francis Bacon, qui, comme nous le savons, a été l'une des figures les plus influentes de "l'éducation Rosenkreitzerskogo. Les bases de la Nouvelle science européenne les ont posées et ont été exposées sous une forme utopique dans un ouvrage au nom éloquent de "Nouvelle Atlantide". Dans cet ouvrage, Bacon soutient que les gens, par nature, ont tendance à être hostiles les uns aux autres plutôt qu'à coopérer - mais il existe une cause commune, une sorte de "croisade" commune, qui est capable d'unir les gens en une unité d'activité sociale et ciblée - un être social artificiel, qu'il appelle "Léviathan". Le Léviathan unit les peuples en vertu du fait qu'ils s'accordent pour faire la guerre à la nature pour la conquérir - avec Bacon comme image d'une telle guerre apporte des conquêtes coloniales, et la domination de la nature ressemble à la domination des colonisateurs sur les peuples étrangers. C'est dans cette optique que Bacon crée son projet de nouveau système de connaissance scientifique et de puissance technologique [62]. La bouche d'un des personnages Bacon dit aussi que les lois de Bensalem (l'état des scientifiques, au pouvoir dans la Nouvelle Atlantide) proviennent des lois secrètes écrites dans la Kabbale.

 

 

On peut supposer que l'un des symboles de la pyramide atlantique, qui orne aujourd'hui le dollar américain, est la domination des quelques sommets sur de nombreux fonds. Selon toute vraisemblance, pour l'élite "avancée" de l'Occident, qui possède l'art de la "magie capitale", la renaissance de l'Atlantide est une "cause sainte". Il est conçu pour renforcer le capitalisme mondial avec les énergies de ce symbolisme sombre et magique.

 

Bien que la civilisation pré-inondation ait plongé dans les abysses de l'océan, elle se reproduit néanmoins au prochain tournant historique. Le génotype de cette civilisation n'a pas disparu, il est en train de renaître. L'Atlantide "ne lâche pas", restant un générateur invisible de processus de destruction de l'homme, présenté comme un progrès. Et ce qui est significatif, c'est que l'Atlantique apparaît au centre des événements même sur le plan purement géographique, bien que nous ne puissions pas être sûrs que le véritable centre de la civilisation atlante se trouvait dans l'océan Atlantique (il existe un grand nombre de versions différentes). Mais, en fait, ce n'est pas si important pour nous, parce que le concept d'"Atlantique" dans ce cas a acquis une signification non pas historique mais symbolique.

 

C'est en Europe occidentale, baignée par les mers du bassin atlantique, que se concentre le centre de civilisation du Nouveau Déluge, l'héritier de l'Atlantide. C'est précisément l'aristocratie de l'Europe occidentale (appelée "aristocratie noire") qui se trouvait à l'avant-garde de la déchristianisation de l'Europe, qui a déjà atteint une ampleur étouffante et qui domine les forces chrétiennes conservatrices dans une société [63]. Pendant de nombreux siècles, les représentants de cette aristocratie, secrètement issus de l'Église, ont soutenu la représentation interne sur une origine de leurs clans à partir de demi-dieux, c'est-à-dire "des êtres qui ont transféré le sang déifié et avec lui des rituels, c'est-à-dire certaines opérations" [64].

 

René Genon, métaphysicien bien connu et penseur exceptionnel du traditionalisme européen, a noté que la soi-disant contra initiation ("mystère de l'anarchie" dans le Nouveau Testament, "saint Satan" dans la tradition islamique) est associée à la perversion de "certaines civilisations anciennes appartenant à l'un ou l'autre des continents qui ont disparu lors des cataclysmes". De plus, Gennon renvoie le lecteur au même sixième chapitre du Livre de la Genèse qui, selon lui, contient "quelques indications relatives à ces sources lointaines de "contre-initiation", et surtout le symbolisme de "la chute des anges", "car ce à quoi il se réfère a bien une conformité dans l'ordre humain ; en outre, on peut parler à cet égard de "satanisme" dans le sens le plus direct et le plus littéral du mot"[65]. 65] Dans notre travail, il n'est pas approprié de trop s'attarder sur les mécanismes concrets de transmission de cette mystérieuse "antidédication" à travers les âges et les époques. Ici, nous nous référons à nouveau au rapport de A. Komogortsev.

 

Il est important pour nous de souligner qu'en termes de tradition spirituelle et intellectuelle, la civilisation pré-diluvienne est directement et immédiatement perçue comme un prédécesseur non seulement dans un certain nombre de sectes gnostiques agissant sur le principe du "retournement" noir et blanc[66], mais aussi dans les principales pratiques ésotériques d'Europe occidentale, principalement dans la franc-maçonnerie.

 

L.A. Tikhomirov, éminent penseur russe et connaisseur des pratiques de contre-initiative, souligne que le pouvoir de l'aristocratie mystique est supérieur à celui de l'aristocratie générique, car il fonctionne avec le mythe d'une force personnelle irrévocable, ce qui lui confère un pouvoir sur l'âme des gens et pas seulement. En parlant au préalable de l'extrême rareté d'informations fiables sur les "organisations supérieures de la franc-maçonnerie", Tikhomirov a cependant exprimé avec prudence une idée fondamentalement importante : le pouvoir secret des plus hauts degrés de la franc-maçonnerie s'explique par le fait que la réception en leur sein se fait en fonction de la mesure dans laquelle les capacités "occultes" de la personne sont découvertes et confirmées [67].

 

LE LIEN GÉNÉALOGIQUE DIRECT, POUR AINSI DIRE, AVEC L'ATLANTIDE (L'"ABOMINATION" PRÉ-INONDATION) EST CLAIREMENT EXPRIMÉ DANS LA LÉGENDE FONDAMENTALE DE LA FRANC-MAÇONNERIE SUR ADONIRAM (LE MAÇON DU TEMPLE, L'ARCHITECTE ET LE CHEF DE LA CONSTRUCTION DU PREMIER TEMPLE DE JÉRUSALEM). IL EST LE FILS D'UNE VEUVE DE LA FAMILLE DES NEPHILIMS. DANS CETTE OPTIQUE, LES FRANCS-MAÇONS SE DISENT "ENFANTS D'UNE VEUVE", C'EST-À-DIRE LES ENFANTS DE LA MÈRE DE L'ADONIRAM (DÉCLARATION TRÈS SYMPTOMATIQUE).

 

Le terme grec "méson" lui-même (dans la traduction russe de L.Y. Lukomsky - "prophétiser" ou médium de premier ordre, theurg), en tant qu'équivalent littéral du médium grec, a en fait été introduit par le philosophe néoplatonicien du IVe siècle Yamvlich dans son ouvrage "Sur les mystères égyptiens". Dans ce contexte, la théurgie est un médiumisme d'ordre supérieur ou un état d'obsession avec une essence intelligente différente de celle que l'on trouve à l'origine dans le corps du "maître". Il en ressort que le terme grec ancien méson (franc-maçon) désigne une personne possédant une essence d'un autre ordre, qui est la source réelle de ses capacités "occultes" [68].

 

Le lien généalogique direct, pour ainsi dire, avec l'Atlantide (l'"abomination" pré-inondation) est clairement exprimé dans la légende de la pierre angulaire de la franc-maçonnerie sur Adoniram (le maçon Hiram, architecte et chef de la construction du premier temple de Jérusalem). Il est le fils d'une femme veuve de la famille Nephilim [69]. En mémoire de celle-ci, les maçons se nomment "enfants de la veuve", c'est-à-dire enfants de la mère Adoniram (déclaration plutôt symptomatique). Avec Adoniram et le symbolisme du Temple de Salomon, il prendra plus tard une place importante dans le symbolisme rituel des mensonges maçonniques. Ainsi, les sociétés secrètes de l'Occident sont basées sur un sans père constitutionnel, elles sont les enfants d'une veuve, elles sont les héritiers de ceux qui ont été détruits par le "démiurge malfaisant". Ainsi, dans le fondement même de la légende maçonnique se trouve l'appel au narcissisme douloureux, à la sociopathie, au complexe de la vie en milieu hostile et, en même temps, à une parodie du Christ. L'ambiguïté du Premier Temple est aggravée non seulement par la participation à sa construction de la descendance du peuple du déluge de Nephilim, mais aussi par le fait que même du vivant du roi Salomon à Jérusalem commence le culte d'Astarté, analogue de Cybèle, ou la Grande Mère Sombre. Dans la tradition eschatologique chrétienne, cette ambiguïté est enfin levée, et la restauration future du temple de Jérusalem est directement liée au phénomène de l'Antéchrist.

 

Les précurseurs historiques des structures maçonniques et paramascènes ont été les académies informelles de néoplatoniciens et de philosophes naturels, qui ont vu le jour au XVe siècle dans plusieurs villes italiennes (Florence, Rome, Naples). La plus célèbre d'entre elles, l'Académie de Platon à Caregia sous la direction du philosophe italien Marsilio Ficino, est liée par les historiens à l'émergence de la Haute Renaissance, à la découverte de l'Amérique et à la naissance de la science moderne. Malgré l'immense valeur que les membres de l'Académie accordaient à Platon et à Népoplatoniki, le noyau de leur doctrine actuelle s'est développé autour des textes du cas dit hermétique représentant les paroles du prêtre égyptien Hermès Trismégiste, identifié à "un des tsars et des enseignants d'une époque primaire qui a donné aux gens les principes de la civilisation supérieure" [70]. Selon René Genon, l'Egypte ancienne, avec la Chaldée (Babylone) et la Celtide, était l'un des principaux maillons de la transmission de la tradition pré-diluvienne (atlantique) [71].

 

C'est à travers l'Académie de Platon de Ficin, qui est devenue le "point de rassemblement" intellectuel de la civilisation européenne moderne, que les idées du mysticisme gnostique, de l'occultisme et de l'hermétisme ont influencé les futurs architectes des Lumières et les créateurs de la tradition scientifique occidentale. Un lien étroit avec la doctrine d'Hermès Trismégiste est révélé par toute la galaxie des ancêtres d'une science du Temps Nouveau, tels qu'Isaac Newton, Gerolamo Cardano, Tycho Brahe, Johann Kepler, Nikolay Copernic, Robert Boyle, Francis Bacon et d'autres [72].

 

Parfois, les informations sur les communautés fermées de rituels comportant des éléments de satanisme, d'homosexualité, de cannibalisme, de zoophilie, de pédophilie et d'autres perversions, qui sont pratiquées dans ce type de communautés fermées[73], peuvent en fait détourner l'attention du public, en chassant la conspiration "fraise", du fond beaucoup plus sérieux, en remontant dans sa base jusqu'aux pratiques mystérieuses prétropicales. Dans une plus ou moins grande mesure, ces méthodes secrètes remontent au vampirisme rituel, à la spermatophagie, au cannibalisme, ainsi qu'aux opérations avec des cendres et des graines humaines, à la nécromancie et aux formes les plus monstrueuses de néospiritualisme (contact avec des entités spirituelles), qui sont communes à différentes cultures.

 

La malédiction de Canaan.

 

Un arc-en-ciel dans les nuages a été établi comme symbole de l'alliance entre Dieu et Noé. C'était une alliance du Créateur avec l'homme "pur". Et ses fils, dont Ham, étaient également "irréprochables". Cependant, selon l'évêque Mitrophan, nous ne savons pas si la femme de Ham était "pure" et exempte de cette "génétique défectueuse" - car leur fils Canaan, apparemment, "témoigne de dommages évidents" [74].

 

 

Les tendances de Sodome et la descente rapide vers Sodome n'étaient rien d'autre qu'une marque de naissance de la souillure pré-inondation. L'épisode bien connu des réprimandes de Noé est une preuve évidente de cet état de fait. Ce n'est qu'au XXe siècle que la communauté des sodomites, née de l'impunité, a osé prendre comme symbole l'arc-en-ciel même que Dieu avait mis dans la nuée en signe d'alliance avec les "purs". L'attribution de l'arc-en-ciel par les LGBT, c'est-à-dire les "hommes du déluge" actuels, n'est rien d'autre qu'une moquerie grossière et cananéenne de Noé et de ses descendants, ainsi que la patience du Créateur. Après tout, l'arc-en-ciel a été donné comme une promesse qu'il n'y aurait plus d'inondation. Cette impertinence que les pervers n'ont pas inventée eux-mêmes - il y a clairement un jeu de contre-initiatives, de forces combattant Dieu.

 

Le pays de Canaan (alias le Phénicien) était à bien des égards l'héritier de l'ancienne Atlantide. Les historiens soulignent ses racines génétiques dans la civilisation minoenne crétoise, qui est souvent identifiée à l'Atlantide. C'était une civilisation maritime et commerciale, avec un grand nombre de colonies, qui est devenue un centre de richesse et l'ancien type de "capitalisme". Le culte de la Grande Mère y est florissant, et les femmes y jouent le rôle de prêtres. Selon l'archéologue Professeur Warren, qui a examiné les restes humains dans le Cnossus crétois, il y avait des sacrifices rituels d'enfants - et il semble que les enfants étaient tués, cuisinés et mangés avec des animaux lors de fêtes associées à la pratique d'un culte religieux [75].

 

Н. Geda dans "The Mirror : Male and Female in the Middle East" décrit Canaan comme un pays "protocapitaliste". Canaan était un pays d'hommes d'affaires, ce qui rappelle le type d'entrepreneur libre avec les vues d'un vrai capitaliste de Wall Street ou de Manhattan. Dans les villes commerciales de Jéricho, Ebla, Ugarit, Tyr, Sidon ont été créées de façon incroyable selon les normes de l'État d'alors et d'aujourd'hui. Les marchands phéniciens, bien sûr, ne gagnaient pas seulement de l'argent sur des opérations intermédiaires - sur leurs navires légers et manœuvrables, ils atteignaient les coins les plus reculés de l'Europe. Il y avait des Phéniciens en Inde, ils naviguaient aussi vers l'Amérique - et il est tout à fait possible que certains traits caractéristiques des civilisations aztèques et mayas méso-américaines aient émergé non sans l'influence de la culture canaanienne [76].

 

Mais la religion de Canaan, dénoncée sans compromis par les prophètes de l'ancien Israël, revêt une importance particulière dans notre contexte. "Hormis l'incroyable cruauté (Baal "aimait" surtout les nouveau-nés, que les prêtres brûlaient lentement comme un don à Dieu), le service de ces dieux était marqué par une immoralité sauvage, en comparaison de laquelle les péchés de Sodome pâlissaient. Sacrifiant leurs enfants, les Cananéens se livraient en même temps à des orgies sauvages auxquelles toute la population, quel que soit son âge, participait" [77]. C'est sur l'exemple de la civilisation cananéenne que l'on peut juger avec une clarté particulière des coutumes et des mœurs qui régnaient dans l'environnement de l'humanité pré-topique, ainsi que pour se faire une idée des perspectives immédiates de la civilisation occidentale moderne.

 

Les preuves archéologiques et les archives des villes cananéennes mortes, en particulier Ugarit et Ebla, témoignent avec éloquence de la façon de penser de ses habitants et nous permettent d'appeler Canaan le pays du matriarcat victorieux. Le pouvoir suprême au panthéon appartenait à la déesse mère Astarte (Asher, Asirat), à la fois fille et épouse d'Ebla, qui était considérée comme la déesse du ciel, du soleil et de la lune. Ce culte sacralisait toute vie sexuelle, considérée comme source de fécondité. Canaan était un pays de pragmatiques, un pays de contrat de mariage, de divorce facile, d'absence d'adultère et de fidélité conjugale, car toute relation sexuelle était dédiée à la Grande Déesse. Aussi, Canaan était une terre de prostitution de temple, qui apportait beaucoup d'argent au budget et aux besoins sociaux, parce que les Cananéens croyaient pour la valeur de servir ainsi Astarte, et leurs villes étaient situées sur les routes des caravanes et étaient pleines d'invités. Canaan était un pays de droit maternel (c'est-à-dire que les enfants appartenaient à la mère), et en même temps l'ampleur des sacrifices d'enfants était étonnante. La plupart des sacrifices aux dieux étaient des bébés de 8 jours - ce qui exclut l'hypothèse que les enfants mort-nés ou morts prématurément étaient brûlés dans des tofetas.

 

 

Une femme mère dans un matriarcat décidait elle-même qui et combien de ses enfants devaient partir vivre - et c'était une sorte de "régulation efficace" de la démographie que les fonds actuels de limitation de la population pouvaient envier. La raison du sacrifice était aussi le plus souvent pragmatique. Les anciens écrivains (Clitarque, Plutarque, Polybe) ont présenté cette pratique comme une évidence. Et Diodore de Sicile a décrit un cas précis d'infanticide de masse : lorsque l'armée du tyran Syracuse Agafokla s'est présentée aux murs de Carthage, les habitants de la ville, ayant décidé que cela était dû à la colère de la divinité, ont brûlé sur-le-champ plus de cinq cents de leurs enfants, dont deux cents - fils de familles nobles - ont été déterminés par les autorités, et au moins trois cents ont été donnés volontairement.

 

Geda arrive à la conclusion logique que l'effet du droit maternel à la vie de l'enfant génère inévitablement une société qui existe sur le principe du "soit vous, soit moi" : "Il n'y a en fait aucune différence entre les coutumes cananéennes de mise à mort sacrée des nouveau-nés et les médicaments modernes pour les enfants à naître, qui sont toutes deux basées sur le droit inhérent de la femme à disposer elle-même du fruit de son ventre, en fonction de certaines circonstances de la vie. Aussi offensant que cela puisse être pour notre société éclairée, nous sommes maintenant confrontés à la réincarnation d'une des notions les plus archaïques et inhumaines dans ce domaine. Et, bien sûr, il a été réincarné en conjonction avec la libéralisation de la sphère sexuelle - parce que l'un ne vit pas sans l'autre, c'est un système. Après tout, toutes les objections que la communauté féministe envoie en réponse aux opposants à l'avortement tendent à être les mêmes : il est impossible d'élever tous les enfants conçus avec toutes les relations sexuelles multiples qui sont inévitables dans la société moderne - les partenaires sexuelles des hommes n'assumeront jamais la responsabilité de subvenir aux besoins de tous ces enfants. Malgré le caractère prétendument raisonnable de cette objection, une chose n'est pas claire : qu'est-ce qui, en fait, empêche les femmes de réduire le nombre de leurs relations sexuelles ? Cependant, aucune réponse rationnelle à cette question ne peut être trouvée - seulement dans la tempête d'indignation face au plus sacré - le droit d'une femme à avoir autant de relations sexuelles qu'elle le souhaite. En attendant, l'histoire montre que les sociétés fondées sur ce système de droits des femmes sont condamnées à périr. L'histoire de Canaan en est une preuve évidente. Il ne reste de ce peuple que des monticules recouverts de sable. Nous ne pouvons qu'espérer que notre société ne se terminera pas de la même manière triste" [78]. C'est une pensée très profonde du chercheur, qui confirme que les habitants du déluge, quoi qu'ils pensent d'eux-mêmes, sont condamnés. Cependant, outre les victimes du déluge, de nombreux innocents meurent lors de catastrophes, d'épidémies et de guerres.

 

Leo Tikhomirov dans "Fondements religieux et philosophiques de l'histoire" rappelle, qu'avant d'entrer en Terre promise, Moïse "avec des sorts redoutables" a dit à Israël : "Ce n'est pas pour ta justice, ni pour la justice de ton coeur que tu vas hériter de leur pays ; mais c'est à cause de la méchanceté de ce peuple que le Seigneur Dieu le chasse de ta face" (Deutéronome 9:5). (Deutéronome 9 : 5.) L'indication catégorique de Dieu de la destruction totale de tous les habitants s'explique dans le Deutéronome par le fait que ces peuples "brûlent des fils et des filles à leurs dieux". Le Livre de la Sagesse a expliqué plus tard que les peuples de la Terre Promise faisaient des sacrifices magiques et méchants et étaient "des meurtriers impitoyables d'enfants, et aux fêtes de sacrifice dévoraient les entrailles de la chair et du sang humains dans des assemblées secrètes". (Premier ministre 12, 3-6). Comme dans le cas des anciens "glorieux" héros géants, qui ont été infectés par contact direct avec l'élément chthonien de son "mal", Israël finit par tomber inexorablement sous l'influence néfaste des sanglants cultes cananéens. Tikhomirov écrit : "Dans une partie d'Israël vivait une abomination devant tous ces scélérats, dans l'autre partie se trouvait une terrible passion pour la débauche sanglante.

 

Cependant, nous pouvons supposer que la même maladie a touché de nombreuses autres cultures à une époque plus ancienne. Rappelant "l'infinité des sacrifices humains dans le Mexique ancien", Dmitri Merezhkovsky dans son livre "Atlantis - Europe : Mystère de l'Ouest" suggère que "le royaume des Mayas-Toltèques, le peuple rouge de l'Ouest" et le pays du "peuple rouge" de l'Est - d'abord les Kérétites-Crétois, puis les Phéniciens (phoinix, "rouge"), sur la côte Tyro-Sidon de Canaan et Punique - Afrique du Nord" étaient des colonies de l'Atlantide - "un pont effondré sur l'Atlantique". Merezhkovsky compare ensuite ces événements à la Première Guerre mondiale au XXe siècle et précise de manière perspicace le lien entre cette soif de sang et la débauche, y compris la sodomie [80].

 

La sodomie avant et après Sodome

 

 

 

Merezhkovsky formule la "quintessence" et peut-être le principal péché de la civilisation pré-inondation comme suit : "arracher des fruits et se battre - forger des épées et des lances, des boucliers et des armures". Tuer et ne pas donner naissance est le principal péché, et tout le reste se résume à cela. <...> Le premier, selon le Livre d'Hénoch, a appris à combattre non pas les hommes, mais les femmes, ou plutôt le mari d'une femme, "Amazones" - "la chair, se tordant sur terre" - moitié féminine de Sodome. <...> Dogme du bipolaire conjugal, l'alliance d'Adam : "deux ne feront qu'une seule chair", ainsi que l'alliance avec Abraham : "en multipliant, je multiplierai ta semence comme les étoiles du ciel" - ces deux alliances sont l'antipode extrême de Sodome, car personne ne naîtra jamais à Sodome, et de la semence d'Abraham naîtra le Fils de Dieu, Sauveur du monde" [81]. "La race humaine de Sodome s'arrête" [82] - n'est-ce pas là le plan et l'esprit définitifs de la civilisation préférée ?

 

Le culte cananéen d'Astarta était extrêmement enclin à la volupté perverse sous toutes ses formes, y compris ce que l'on appelle aujourd'hui communément le LGBT. La remarque de M.G. Delyagin, docteur en économie, est révélatrice, affirmant qu'en Occident l'homosexualité devient "l'un des instruments clés pour la formation d'une nouvelle élite dirigeante mondiale remplaçant la traditionnelle" [83]. Cela n'est pas surprenant si l'on se rappelle que même au sein de communautés fermées, les homosexuels constituent un groupe "d'élite" distinct et très cohésif.

 

S.E. Youriev, dans sa monographie très apolitique "L'homosexualité vue par le contre-espionnage"[84], écrite sur la base de ses nombreuses années de service et de ses contacts avec des informateurs issus de minorités sexuelles, affirme que les actes homosexuels réguliers entraînent des changements psychophysiologiques irréversibles dans le fonctionnement du cerveau, ce qui implique des modifications de la perception de la réalité environnante, de la conscience, de la pensée, de la parole et de la vision du monde. Ces changements entraînent la formation d'une barrière psycho-physiologique presque insurmontable entre les homosexuels et les autres membres de la société.

 

Les informateurs de ce milieu rapportent que les homosexuels ont "leur propre idéologie commune" et un système de valeurs autonome basé sur les principes de cohésion, de protection mutuelle, de soutien à "leur propre", et un culte particulier du "choix et de l'aliénation" : les homosexuels se considèrent comme des êtres plus parfaits, sublimes et raffinés, différents des autres personnes "normales". Outre le secret extrême, les homosexuels sont caractérisés par une sorte de rejet gnostique du reste de la société humaine, par l'hostilité et le mépris à son égard, ce qui, en termes d'organisation, contribue à la formation de groupes fermés stables formant leur propre "État dans l'État".

 

Parmi les autres détails importants de la pratique réelle de l'homosexualité, mentionnés par Youriev, nous citerons : leur extrême propension au suicide (des centaines de fois supérieure à celle des hétérosexuels), leur lâcheté pathologique, leur propre mode de "reproduction" : "en molestant, en corrompant et en transformant nos fils de gens ordinaires en homosexuels. C'est le plus grand mystère des homosexuels" [85]. Enfin, et c'est particulièrement important pour notre thème, lorsqu'une personne devient homosexuelle, elle perd le sens de sa propre identité nationale, de sa propre race et de sa propre religion : toutes ces identités sont déplacées par l'identité de Sodome.

 

Les groupes de pression et les communautés homosexuelles d'élite sont extrêmement influents, tant en Occident que dans de nombreux pays du tiers monde. Ces groupes ont eu et continuent d'avoir une influence croissante sur les processus sociopolitiques, économiques et culturels, ce qui en fait des cibles extrêmement attrayantes pour les influences "contre-initiatives".

LA SODOMIE N'EST PAS UN SUJET DONT LES GENS DE L'ARCHE DEVRAIENT AVOIR HONTE ET ÊTRE "CHASTEMENT" RÉDUITS AU SILENCE. NOUS SOMMES ENTRÉS DANS UNE ÈRE DE SOUILLURE ET DE DÉCADENCE DE L'HUMANITÉ TELLE QUE CE N'EST QU'EN ÉLEVANT LA VOIX ET EN AFFIRMANT NOTRE VÉRITÉ QUE LES GÉNÉRATIONS FUTURES POURRONT ÊTRE SAUVÉES DE L'INFECTION NÉFASTE DU DÉLUGE INTERNE.

 

Dans le système d'éducation de l'élite britannique, l'homosexualité était utilisée comme un élément de création et de reproduction d'une couche sociale monolithique irrésistiblement séparée du reste de la société. M.G. Delyagin affirme que dans les écoles privées britanniques pour garçons, l'homosexualité et la pédophilie (de la part des enseignants) étaient les plus répandues : "Outre l'utilisation de l'homosexualité comme outil pour former une élite socialement isolée et cruelle vivant selon ses propres règles, il était essentiel que l'homosexualité en Grande-Bretagne soit un délit pénal jusqu'en 1967. En conséquence, la conscience de la criminalité de droit commun, la crainte d'une punition très sévère et, surtout, le sentiment de surhumanité, c'est-à-dire la capacité et le droit de ne pas tenir compte des normes généralement acceptées, y compris la morale et le droit, ont uni davantage l'élite de cette orientation"[86].

 

En ce sens, il faut être attentif à l'information selon laquelle dans certains genres aux plus hauts degrés d'initiation, ainsi que dans certaines sectes de nature "contre-initiative" aux plus hauts niveaux d'initiation, l'initiation a été transmise non pas par le biais d'un contrat de sang du représentant le plus âgé de la famille au plus jeune ou d'un maître à un disciple favori, mais par la semence d'un professeur ou du membre le plus âgé de la famille offerte à celui qui devait être initié. Cette transmission se fait par une absorption littérale du sperme de l'enseignant, généralement par un acte anal ou oral. Cette transmission est considérée comme la manière véritable et efficace dont les anges déchus des temps bibliques transmettaient autrefois le savoir magique aux gens [87].

 

Quoi qu'il en soit, sur la base de ces données, il est impossible de tirer un bilan sans équivoque de l'homosexualité et de la pédophilie homosexuelle - du moins pour la partie élite de la communauté sodomite. Il faut admettre qu'en général, en Occident, la légalisation de la pédophilie a rencontré une résistance beaucoup plus forte. Après l'ère de la révolution sexuelle, les pédophiles avaient bon espoir que, bientôt, à la suite de la LGBT, ils pourraient obtenir une reconnaissance et une protection totales par la loi. Mais cela ne semble pas avoir permis d'éviter une division sociale irréversible dans les sociétés où la partie conservatrice, bien que passive, est la véritable majorité des citoyens [88]. Il existe plusieurs îles dans le monde du relatif "paradis des pédophiles", principalement la Thaïlande, où la prostitution enfantine est très répandue, dans une moindre mesure les Philippines et le Brésil.

 

La propagation systématique de la pédophilie parmi l'élite est attestée par un certain nombre de procès, dont celui de D. Epstein, membre du conseil d'administration de la Fondation Rockefeller, membre du Conseil des relations étrangères et de la Commission tripartite. Epstein a fourni des enfants pour la débauche à de nombreuses personnes influentes et à des membres de clubs fermés, parmi lesquels Bill Clinton, Ehud Barack, Woody Allen, le Prince Andrew et bien d'autres[89], communiquant simultanément avec les principaux concepteurs de la "théorie du chaos" et, dans un but inconnu, créant une base de données ADN. En août 2019, Epstein a été retrouvé mort dans une cellule de prison alors qu'il était arrêté pour trafic de mineurs. Sa mort a mis un terme à l'effilochage des ficelles pédophiles qui touchent tant de "stars" de l'élite mondiale.

 

L'Organisation mondiale de la santé a déclaré en 1990 qu'elle ne considérait plus l'homosexualité comme un trouble mental. Cependant, la plupart des psychiatres ont toujours une opinion différente dans les enquêtes fermées.

 

 

La sodomie n'est pas le sujet dont le peuple de l'Arche devrait avoir honte et se taire "chastement". Nous sommes entrés dans une ère de souillure et de décadence de l'humanité telle que ce n'est qu'en élevant la voix et en affirmant notre vérité que les générations futures pourront être sauvées de la contagion néfaste du déluge interne. La discussion sur le politiquement correct et les droits de l'homme, la non-ingérence dans la vie privée, la réalisation de la liberté de choix de la personnalité ne pouvait être acceptée qu'à une seule condition - s'il s'agissait d'un jeu équitable et honnête, selon les mêmes règles. Mais ce jeu se joue à deux vitesses et est imposé par des groupes fermés et "ésotériques" à une grande société naïve qui, jusqu'au milieu du XXe siècle, était guidée par le sens traditionnel du normal et de l'anormal, du beau et du laid, et se sentait dégoûtée par les pervers. Maintenant, ils essaient de l'intimider et de le rééduquer, de le programmer sur les limites auparavant impensables de la tolérance, basées sur la mauvaise volonté et l'incapacité à voir l'essence cachée des choses. L'introduction du concept de "genre" vise à remplacer (et dans certains pays l'a déjà fait) le concept de "genre", ce qui constitue une étape supplémentaire pour poursuivre ceux qui incitent à la haine en raison du "genre" (non plus "genre" mais "genre", c'est-à-dire, en gros, toute sorte de perversion). L'intimidation des hétérosexuels va de pair avec le traitement actif de leurs enfants dans les écoles, de sorte que la normalité et l'équivalence de tous les "genres" deviennent une norme sacralisée par laquelle la haine pure et simple et la colère publique contre les sexistes et les homophobes sont éveillées.

 

À notre avis, la simple appartenance d'une personne à la communauté LGBT et à la pédophilie, quelle que soit la manière dont elle a été incluse, est un signe direct et irréfutable du peuple du déluge, et il ne peut y avoir d'exception à cette règle, bien qu'il soit théoriquement possible d'imaginer des cas de repentance[90].

 

En même temps, la conscience traditionnelle ne doit pas être sous-estimée - intuitivement, nos ancêtres pris dans le péché de Sodome ont non seulement fait quelque chose d'étranger et de dégoûtant, mais aussi d'hostile, de subversif, abolissant les valeurs et les traditions sacrées, brisant les fondations. Aujourd'hui, dans la civilisation de l'Arche, le temps est venu de traduire cette conscience intuitive en connaissances directes et directes, avec lesquelles les enfants et les adolescents devraient être armés sur l'Arche. S'il est possible d'éviter le danger du Déluge et de réduire ses menaces au minimum - alors à un autre niveau de danger, il sera possible de revenir au modèle de la chasteté directe comme simple ignorance et incapacité à réfléchir aux profondeurs de la soi-disant "transgression", un péché sophistiqué. Aujourd'hui, une telle chasteté naturelle, qui était courante dans les générations de nos parents et de nos grands-pères, est synonyme d'insécurité et de désarme face à l'ennemi-railleur.

 

Partie 3. La nouvelle arche. Base idéologique.

 

Symptomatique de la nouvelle inondation

 

Les institutions de l'Union européenne accusent la Russie de violer les droits des minorités qui foulent aux pieds les commandements des Saintes Écritures. En réponse, la Russie n'a jusqu'à présent été acquittée ou, au mieux, n'a été que mollement prise à partie. Armée de la vision du monde et de l'idéologie de l'Arche, la Russie devra passer des excuses aux critiques et accusations offensives. Que ceux qui poussent le monde dans une nouvelle folie sans précédent soient justifiés.

 

Nous avons notre propre liste de revendications à la civilisation du déluge. Et il ne s'agit pas de réclamations pour le plaisir des réclamations, cette liste est construite sur le fait que nous sommes une civilisation, car un peuple a déjà subi des dommages importants. Par conséquent, les antiquités et les vices de la civilisation du déluge ne nous sont pas indifférents. Ce n'est en aucun cas leur "affaire intérieure".

 

Citons quelques signes de la civilisation des inondations et les objectifs stratégiques cachés correspondants :

 

1. À la fin du XXe siècle, le soi-disant "consensus de Washington" a en fait établi une nouvelle dictature financière avec l'impératif d'abandonner le développement économique ("développementismes") et de justifier la consolidation d'un système d'inégalité des civilisations connu. Objectif stratégique : la désouverture de tous les États - les transformer en appendices des entreprises mondiales.

 

2. Nous voyons dans cette civilisation un mélange paradoxal de gaspillage et de consommation excessive, le plus souvent même ostentatoire, d'une part, et de vociférations sur le manque de ressources, la faim de masse et la pauvreté de la majorité de l'humanité, d'autre part. Objectif stratégique : redistribution du pouvoir mondial en faveur des institutions transnationales.

 

Après l'ère de l'anticolonialisme, on assiste au retour du système colonial sous une forme nouvelle et sophistiquée - hypocrisie, fierté cachée des autres peuples, de leurs droits et de leurs cultures, nature totale du nouvel "esclavage" et du nouveau "colonialisme". Objectif stratégique : la création d'un empire transnational mondial avec la suprématie d'un "conseil d'administration" unique de STN et de banques.

 

4. C'est là aussi la violation de la nature humaine en Occident même et dans les grandes villes du monde (dans la mégapole mondiale), la transformation de l'homme en une machine biosociale, une "machine du désir" selon la terminologie de Jacques Attali, avec en toile de fond le fait que pour des milliards de personnes dans le monde, leur niveau de vie et de consommation n'augmente pas du tout. Objectif stratégique : une "société obéissante" mondiale, des gens comme "vaches satisfaites de Kurzweil".

 

5. Le déplacement de l'homme de la sphère de production, car dans la civilisation postindustrielle technogène, il n'y aura pas beaucoup de main-d'œuvre. Objectif stratégique : un monde à plusieurs étages (une nouvelle société de castes), avec le déplacement de la majorité dans les bidonvilles ; option intermédiaire (suisse conditionnelle) : revenu garanti inconditionnel pour les "personnes superflues" qui reçoivent des allocations, des médicaments, et la réalité virtuelle pour "faire l'idiot" [91].

 

6. Le marqueur le plus sensible de l'approche du déluge est la destruction de la motivation pour la reproduction, de l'amour familial et de la joie de la reproduction chez les enfants. Ce processus se développe à toute vitesse. L'objectif stratégique est de démanteler l'institution de la famille, du moins pour la plus grande partie de l'humanité, avec une révision complète des rôles sexuels traditionnels. Mise en œuvre de la pleine liberté de comportement sexuel, non pas selon les lois du chaos social, mais selon les lois du "marché" des services sexuels (le corps est considéré comme une marchandise, son attrait est évalué en argent et en points). Ce monde évolue vers la reconnaissance de la légalité de la souillure des enfants et des adolescents sous le couvert d'une éducation sexuelle d'abord, puis vers la légalisation de la pédophilie par l'affirmation du droit de choix et de la liberté de l'enfant à la vie sexuelle.

 

7. La liberté d'avortement, le suicide, l'euthanasie, la bonté de la stérilisation et toutes les formes de comportement qui ne conduisent pas à la procréation (le mode de vie sans enfant, du point de vue des sectes les plus récentes de lutte contre Dieu, est identique à la notion de sodomie), la propagande et la subvention du changement de sexe et toutes sortes d'expériences sur le sexe en tant que phénomène progressif. Objectifs stratégiques : extinction complète de la caste inférieure, libération de la planète de celle-ci ; contrôle facile du reste des castes par les mécanismes de contre-initiation sexuelle, transformant l'homme en une créature lascive et vulnérable, humanisée et soumise pour satisfaire sa dépendance.

 

8. Rejet abrasif gnostique des institutions religieuses comme étant archaïques [92]. L'objectif stratégique est de démanteler les institutions religieuses traditionnelles et de les remplacer par un réseau "marchand" de sectes diverses mais gérées à partir d'un seul centre de sectes occultes avec un niveau élevé de manipulation du troupeau, y compris le néoclassicisme, le New Age, le Wiccanisme jusqu'au satanisme découvert, etc.

 

9. La privation de la race blanche (la progéniture de Japheth) de son initiative séculaire, sa défaite démographique et mentale déjà à moitié mise en œuvre. L'objectif stratégique est de construire un monde "coloré", une métetisation d'une race intermédiaire impersonnelle complètement dépourvue de vieilles identités et de vieilles hiérarchies.

 

La liste suivante est également une accusation, et non une simple déclaration, car les processus de décomposition causent un préjudice moral et spirituel important à la Russie, affectant plusieurs jeunes générations de nos concitoyens, nos enfants.

 

Ce sont les signes de l'inondation humaine massive, la soi-disant "prochaine génération" - une sorte de "nouvelle barbarie". Faisons la liste de ces signes :

 

1. infantile. En grandissant, l'homme conserve son style de pensée et son comportement d'adolescent. Il n'y a pas de compétences pour la recherche indépendante, le développement d'un nouveau sujet ou la construction d'une chaîne logique de significations. Dans le domaine des préférences culturelles, il y a un remplacement de "autoritaire", de "drôle" fondamental et de bas niveau.

 

2. 2. visuel. Une personne ne peut qu'appuyer sur des boutons, ne lit pas de livres, ne perçoit pas l'information sauf sous une forme divertissante, clip-flick, "images drôles" ou "vidéo de divertissement", évite de se concentrer et de focaliser son attention pendant longtemps, n'a presque pas de niveau de pensée abstrait, ne peut pas redire un contenu complexe.

 

3. 3. virtuel. Les enfants des gadgets donnent leurs fonctions supérieures (pensée, volonté, attention, mémoire) à l'environnement virtuel, s'habituant à ne compter que sur "l'aide magique" d'un indice omniscient. Ils se caractérisent par un "diabète mental" associé à la consommation d'informations "prêtes", à l'absence de culture classique des jeux d'enfants, à l'entraînement de l'imagination. En raison de leur immersion constante dans le virtuel, ils sont physiquement sous-développés, choyés, au corps rabougri, en mauvaise santé, dépourvus de volonté forte, non adaptés au rôle de guerrier et de combattant.

 

Apathie, impuissance, retard de maturation, affaiblissement de la motivation pour la vie, mouvement dans le courant, indulgence pour ses propres faiblesses, incapacité totale à résister à ce que l'on appelle "l'apocalypse du petit péché" (terme de l'archevêque John de San Francisco).

 

5) L'évasion, la fuite de la réalité, une sorte de "peur de la lumière" - l'impréparation à affronter les défis de la vie réelle. Un exemple extrême est le phénomène japonais des "hikikomori" (jeunes qui vivent sans sortir).

 

6. Dépression. Incapacité à se rapprocher de l'objectif de manière persistante. En réponse à l'obstacle, le nouveau barbare fait preuve d'une flambée d'agressivité, d'une tentative de résoudre l'affaire en fuite et, en cas d'échec, d'hystérie et de dépression.

 

7. La tendance à l'autodestruction, soit sous une forme rigide (augmentation des humeurs suicidaires), soit sous une forme lente (différents types de dépendance : toxicomanie, alcoolisme, sectes, pratiques spirituelles quasi religieuses, psychonautique, passe-temps de l'esthétique contre-culturelle, etc.)

 

8. 8. la féminisation des hommes et la mascarade des femmes, le mélange des genres et l'hybridation des structures des rôles de genre (ce type de comportement doit également être qualifié d'addiction douloureuse). Il est nécessaire de souligner la vulnérabilité particulière des adolescents de 12 à 18 ans à la propagande sexiste et à la proéminence sexuelle.

 

9. 9. les déviations mentales - pour la jeune génération de la civilisation du déluge, la sociopathie, le narcissisme et les troubles de la personnalité limite sont extrêmement typiques. L'épidémie de narcissisme est devenue l'un des synonymes du temps actif passé dans les réseaux sociaux.

 

COMPTE TENU DES ÉPREUVES QUI SONT TOMBÉES SUR NOTRE PART AU XXE SIÈCLE, NOUS POUVONS DIRE QU'AUJOURD'HUI, CE SONT LES RUSSES QUI SAVENT CE QU'EST LA VIE SOUS PRESSION IDÉOLOGIQUE ET CE QU'EST LA VIE EN PLEINE ANARCHIE, CE QU'EST LE VRAI SOCIALISME ET CE QU'EST LE LIBÉRALISME DES LOUPS. CETTE EXPÉRIENCE DE LA CIVILISATION RUSSE LUI PERMET MAINTENANT DE REVENIR À UN AXE IDÉOLOGIQUE ET DE RÉALISER UN NOUVEAU MONTAGE D'UN ENSEMBLE PUBLIC.

 

La perte du sens spirituel et personnel de l'existence humaine génère un attachement névrosé à la consommation matérielle et au divertissement. Ce type de dépendance n'est en fait pas différent de la dépendance aux drogues, à l'alcool, aux jeux, etc., mais dans la conscience de masse, elle est en quelque sorte perçue comme une "norme". Mais c'est cette dépendance qui forme d'abord le type infernal de la personnalité détruite.

 

L'objectif stratégique de la Civilisation du déluge par rapport à la jeune génération est de construire une société soumise [93]. À cette fin, une puissante contre-culture spéciale a été nourrie et encouragée pendant longtemps, qui a en fait évincé toute la culture classique pour la majorité des adolescents et des jeunes. Aujourd'hui, la contre-culture de l'époque du rock et de la révolution sexuelle est devenue officielle, presque classique. En conséquence, la transe traditionnelle (prière, haute musique, catharsis dans l'art, amour romantique entre un homme et une femme) a été remplacée par la transe de la contre-culture (drogues et enthéogènes, cultes destructeurs et art destructeur, la douceur de la rébellion et de la destruction, la soi-disant "transgression", liés à la remise en cause blasphématoire du monde traditionnel, au renversement des symboles et des idéaux sur le modèle de la "masse noire" et de la parodie de la religion, à la sensualité débridée et à la permissivité, à la pornographie, à la négation de la haute vocation des institutions familiales et de toute forme de hiérarchie sociale).

 

Dans un état de détachement de la tradition et de manque d'échantillons de personnalité spirituelle, une personne devient un jouet de forces infernales (qu'elle prend naïvement pour "liberté"). Par conséquent, ce type de personne dans son être dégradé et hors de la personne peut être appelé infernal, et ses porteurs - infernaux. Ainsi, l'opposition traditionnel / infernal exprime le plus précisément la principale collision des types de personnes et de leurs visions du monde, qui est fixée par l'état objectif du monde moderne. La même collision en termes plus simples et en application aux métaphores de base de notre travail est exprimée par le Peuple de l'Arche / le Peuple du Déluge.

 

Une nouvelle et ancienne synthèse idéologique

 

Dans le monde d'aujourd'hui, l'idéologie est étroitement liée aux relations notoires entre les marchandises et l'argent, à moins qu'il ne s'agisse de leur couverture. Depuis l'époque des "grandes révolutions bourgeoises", le processus de "libération" de plus en plus radicale (libération, y compris de sa propre personnalité comme orientée verticalement) d'un individu ne cesse de s'aggraver. Mais même dans les premières révolutions bourgeoises, néerlandaise et anglaise, on pouvait voir des signes du déluge dont nous parlons.

 

Le secret des idéologies du New Age est qu'elles ont toutes été mises au service de l'entropie sociale et qu'elles ont toutes roulé vers la même fin - la civilisation mondiale du déluge. Il n'est pas étonnant que des idéologies si différentes - droite, gauche, nazie, internationale - aient fonctionné dans les civilisations non occidentales comme son agent spirituel, ses modèles trompeurs...

 

Nous avons besoin de la solution idéologique opposée, la vision du monde de l'Arche. Nous ne pouvons pas nous accrocher au socialisme, au nationalisme, au libéralisme et même au conservatisme. Le peuple de l'Arche doit se débarrasser des cendres des idéologies de la civilisation du déluge. En même temps, l'envers de cette vérité - toutes ces idéologies sont issues de la civilisation chrétienne du vieil Ouest qui s'est effondrée, et à cet égard, elles sont des parties de l'Idée unique, qui nous est fondamentalement proche, qui sont comprises et interprétées différemment.

 

Les idéologies qui sont apparues en Occident durant cette période ont très vite été apprivoisées par les propriétaires du mode créé. La séparation du droit séculier et religieux et l'introduction de la liberté de conscience sont devenues une incitation au développement du libertinage de droite, où la liberté de volonté de l'individu (au détriment d'autres individus) et les courants philosophiques de gauche qui ont absolutisé les droits des minorités sociales et ethniques opprimées (au détriment d'autres groupes sociaux et de l'État dans son ensemble) sont au premier plan.

 

Ces deux perversions politiques - l'apothéose de l'initiative privée dans le libéralisme et l'apothéose de la cohésion agressive d'une classe ou d'un groupe dans le socialisme et l'anarcho-nigilisme - ont été exploitées par les dirigeants de la communauté bancaire à l'Ouest [94]. De même, ils ont utilisé les théories de division des races en avancées et inférieures, sous diverses formes développées par Hegel et Nietzsche. L'expérience du XXe siècle - la première guerre mondiale, la révolution russe et le nazisme allemand - en est la preuve. De grandes familles financières américaines et européennes ont été simultanément et souvent même en parallèle les commanditaires de ces processus et les bénéficiaires des guerres mondiales, en gagnant d'énormes fortunes. Les monarchies constitutionnelles, parodies pathétiques de la monarchie, et les régimes dictatoriaux qui ont servi d'opérateurs pour le passage d'une idéologie et d'un modèle politique à un autre sont une autre perversion générée par le même système.

 

 

Au début du XXe siècle, il existe en Europe des associations de citoyens non pas en fonction de leur profession ou de leurs mérites, mais en fonction du signe biologique (sexe, race). Cette tendance, essentiellement anti-chrétienne, introduit les droits raciaux, les droits des femmes dans le droit positif, enfin les "droits des genres" et prédispose les sociétés européennes à une nouvelle division sociale et à la terreur néolibérale qui en découle.

 

La conclusion de tout cela est tout à fait fondamentale : pour former la civilisation de l'Arche, il faut dépasser le niveau idéologique imposé par l'Occident et sa "science politique" classique, en créant à la place une Méta-Idéologie dans laquelle il n'y a pas de gauche, de droite et de centre. Nous n'avons pas besoin de changer les "étiquettes" et les "labels" idéologiques. Nous avons besoin d'une nouvelle synthèse de la droite et de la gauche, nationale et sociale, puis d'une synthèse de ce résultat avec la tradition et les valeurs conservatrices.

 

Compte tenu des épreuves qui sont tombées sur notre part au XXe siècle, nous pouvons dire qu'aujourd'hui, ce sont les Russes qui savent ce qu'est la vie sous la pression idéologique et ce qu'est la vie dans l'anarchie complète, ce qu'est le vrai socialisme et ce qu'est le libéralisme des loups. Cette expérience de la civilisation russe lui permet maintenant, en supprimant les clivages des "guerres civiles" passées, rouge et blanc, socialistes et libéraux démocrates, de revenir à l'axe idéologique d'où sont issus tous ces courants et de réaliser un nouveau rassemblement de l'ensemble de la population.

 

Le traditionalisme moderne, enrichi par l'expérience des tragédies historiques, des tromperies et des auto-illusions, est capable de devenir le noyau qui attire les forces saines de tout l'éventail politique, tant à droite qu'à gauche. Le noyau traditionaliste assure l'intégration des différentes traditions, en les reliant sans les mélanger et les niveler. Le traditionalisme implique la polycentricité. C'est la seule doctrine qui prône la variabilité des codes culturels, alors que d'autres prônent nécessairement la priorité d'une civilisation, d'une ou plusieurs classes sur toutes les autres. C'est donc le traditionalisme dans son format moderne qui peut devenir le garant d'un véritable orchestre d'idéologies et d'une compétition constructive d'opinions différentes au sein de la civilisation de l'Arche unique. Le libéralisme à cet égard est absolument inadapté et ses prétentions ne sont plus convaincantes pour personne.

 

En d'autres termes, c'est le traditionalisme qui, aujourd'hui, peut idéologiquement apporter une véritable liberté dans son opposition à l'anarchie, au nihilisme et à la désintégration de la société en atomes humains. Mais en même temps, pour créer une telle coalition viable, il est nécessaire de séparer les grains des tares avec détermination et rigueur. Les tares de la civilisation de l'Arche sont des forces antisystémiques qui, à un stade donné de l'histoire, sont déjà directement dirigées par le centre mondial uniforme - l'Anti-système transnational lié à l'autorité de l'oligarchie financière mondiale.

 

L'anti-système, concept introduit dans la science par L.N. Gumilev, signifie sous la forme la plus concise la formation sociale existante implicitement parasitaire, qui vit au détriment des ressources humaines et matérielles appartenant aux systèmes de signe positif (traditions ethno-culturelles, états, peuples, traditions religieuses, etc.), alors que l'anti-système tend à saper les fondements de l'organisme social de l'hôte, a la vision du monde dite négative, qui se manifeste par la simplification et la destruction morale de l'hôte, se caractérise par la perversion (p ). Une propriété importante des antisystèmes est la capacité de se renfermer et de rester longtemps "enroulé" et "endormi" dans des conditions extérieures défavorables. Encapsulés, les antisystèmes peuvent stocker un virus social dévastateur en attendant que le système positif s'affaiblisse. Cela explique comment les virus anti-systémiques apparemment détruits de la civilisation pré-inondation, puis de la Crète, de Sodome, de Canaan, ont brûlé au Moyen-Âge ; les hérésies gnostiques, néanmoins, après un long moment, reviennent à la vie et recapturent des civilisations entières, mangeant leur essence de l'intérieur (cela est arrivé à la civilisation chrétienne d'Europe occidentale, qui a presque renoncé au Christ au nom de l'anti-système qui s'est installé).

 

Au début du XXIe siècle, les fondements gnostiques de l'Antisystème, son pathos intérieur, remontent déjà à la surface et ne sont plus un mystère caché. Après tout, les axiomes et les rêves clés de ces chevaux et prophètes du déluge sont de plus en plus liés à ces courants qui, depuis le début du XXe siècle, ont pratiqué l'antithèse inverse de l'éthique des religions abrahamiques ("Telema" d'Alistair Crowley et diverses versions du satanisme dans l'Église de Satan, le Temple de Seth, etc.)

 

Selon les lois de l'équilibre de l'univers, la polarisation du bien et du mal à notre époque devrait donner lieu à une nouvelle synthèse idéologique qui reproduit les symboles religieux traditionnels à l'autre bout du monde. Cette synthèse se rassemble autour du noyau traditionaliste et de ceux qui, hier, les ennemis de la tradition semblaient avoir empêché la possibilité d'une réconciliation. Que la nouvelle coalition ne soit pas construite sur une base positive en tout, que la partie des alliés s'unissent non pas parce qu'ils partagent la même vérité, mais seulement parce qu'ils résistent aux mêmes mensonges et menaces. La lutte commune et le travail commun peuvent forger un nouvel ensemble social.

 

Ni la démocratie moderne, ni le libéralisme, ni le communisme d'hier, ni le conservatisme traditionnel ne sont, bien sûr, des bases satisfaisantes pour une nouvelle synthèse, sinon ils l'auraient offerte il y a longtemps. En même temps, il n'y a pas de raison de construire des utopies et d'essayer d'inventer quelque chose d'entièrement nouveau. Il faudrait plutôt prendre un chemin différent, en soumettant la doctrine du passé à une profonde remise en question, en révélant leurs erreurs fondamentales et en mettant en évidence le grain rationnel dans chacune d'elles. Ainsi, le germe positif du conservatisme est l'attitude envers la culture, l'honneur et la hiérarchie ; le socialisme est l'humanité tout entière, la communauté et l'attention à la société dans son ensemble ; le libéralisme est l'attention à une personne spécifique. Avec cette approche, nous pouvons parler du développement d'une synthèse productive de l'héritage de plusieurs idéologies :

 

1) L'idéologie autocratique (le conservatisme classique, la monarchie, l'idée d'un pouvoir fort, le caractère sacré de la religion), incarnant le principe de l'autorité unique, le principe des relations familiales entre parents et enfants (paternité, filiation), rejeté par les révolutionnaires au nom de la fraternité abstraite. (Bien que la fraternité en dehors de la parentalité soit privée de sa racine vitale et se transforme en détachement militant et en guerre de générations et de manières. L'individu, séparé de ceux qui auraient pu être ses "frères", est devenu une proie facile pour le capital et la "nouvelle soumission").

 

2. l'idéologie démocratique (libéralisme, liberté d'individualité, liberté d'opinion, liberté d'initiative privée, égalité devant la loi), dans une relation saine avec d'autres éléments idéologiques, est capable d'élever la responsabilité et l'indépendance dans la société ; la propriété privée qu'elle protège est souvent nécessaire à la transformation créative de la vie (surtout dans l'entrepreneuriat économique), mais aussi en partie en politique : la république est une "cause commune", une addition volontaire d'efforts, à condition qu'ils soient inspirés par le patriotisme. (Tous ces points indiquent qu'en saine synthèse une telle idéologie est acceptable et, en même temps, pas tout à fait séparée des deux autres ; car la séparation montre immédiatement en elle d'autres traits destructeurs et prédateurs).

 

Contrairement à l'idéologie libérale-démocrate, l'idéologie socialiste (sobornost, coopération, société en tant qu'union de communautés et de voies) sert l'ensemble non pas par la conscience de soi individualiste privée d'un individu, mais par la solidarité de groupes et d'associations naturels formés historiquement et s'élevant en fin de compte à la famille et aux relations familiales. Dans des relations saines avec d'autres débuts idéologiques, le socialisme est privé du pouvoir d'aliénation par rapport aux autres classes et groupes que le vrai socialisme révolutionnaire a le plus souvent trouvé. De plus, dans la nature de cette idéologie, il n'y a pas de lien intrinsèque en soi avec le matérialisme, l'athéisme et l'hostilité envers la famille et la propriété privée, dont l'"extinction" a été faite par les nihilistes et les communistes en empruntant ces slogans au courant souterrain radical des Illuminati bavarois. Le socialisme sain, qui sert la société plutôt que de la détruire, est patriotique, religieux et enraciné dans la constitution familiale et natale de l'individu. Dans l'histoire de la Russie, il y a eu un puissant courant de nationalistes, extrêmement divers à l'intérieur. Parmi les nationalités, outre les révolutionnaires-terroristes et les nihilistes, il y avait aussi le mouvement des nationalités chrétiennes, et aussi des nationalités-monarchistes.

 

Dans notre travail au chapitre 4.5, nous décrivons plus en détail les fondements de ce que nous pensons être un nouvel ordre à venir d'une société solidaire et d'un ordre social et économique des entreprises. Ce modèle emprunte une grande partie de ces trois idéologies, étant une sorte de socialisme de nouvelle génération et en même temps un traditionalisme ravivé. En raison de sa multiplicité, la société de solidarité a une place pour les trois piliers de la société - mais pas en tant que rivaux pour le pouvoir, mais en tant que collaborateurs pour le bien commun. Ainsi, nous ne synthétisons pas tout et n'importe quoi, mais seulement une saine minorité en chacun, seulement ce qui peut être guéri et greffé dans le tronc de la vérité.

 

 

Dans une telle société solidaire, cathédrale, toutes les forces idéologiques qui commencent à agir contre cet organisme, son intégrité et sa santé, sont rejetées comme des maladies. Cela correspond à la maxime évangélique : "Si ta main ou ton pied te séduit, coupe-les et jette-les : mieux vaut pour toi entrer dans la vie sans main ni pied, que d'être jeté avec deux mains et deux pieds dans le feu éternel" (Matthieu 18:8).

 

Dans une société solidaire, un libéral ne doit pas copier les échantillons étrangers, ne pas se mettre au service d'autres puissances comme agent de leur influence, mais étudier la meilleure expérience étrangère pour la comparer et la traiter pour les besoins de la Patrie, il doit distinguer clairement les innovations nuisibles de celles qui sont utiles, la mode de l'intérêt national. Les socialistes deviennent comme les chrétiens et les slaves, à la recherche d'un soutien dans l'antiquité russe. Tous deux ne prendront pas l'argent des Rothschild ou des banquiers de Broadway 120. Les conservateurs construisent le plancher impérial de l'État, veillent à l'harmonie des peuples et des religions autour de l'idée russe, surveillent constamment le respect de l'idéal d'honneur et n'épargnent pas les fonctionnaires et les noms, s'ils ternissent le principe du service à l'État. Et des trois "partis", si l'on peut les appeler ainsi, on recrute les meilleures forces pour la couche "senseocratique", l'ordre des lanceurs russes, qui gardent les codes de la mentalité russe et rappellent la plus haute vocation de la civilisation russe indépendamment des changements politiques, des transitions et des crises. La Syslokratia est notre réponse aux sociétés et ordres secrets créés par d'autres civilisations.

 

Entrer en interaction avec la société dans son ensemble, un citoyen, qu'il soit entrepreneur individuel, fonctionnaire ou représentant du collectif, cesse d'être une unité spéciale répulsive et devient porteur de l'esprit de solidarité de l'entreprise (porteur de la responsabilité de sa branche, de son entreprise, de sa petite patrie). L'idéal de justice sociale, s'il ne passe pas par le prisme de la responsabilité des classes et des entreprises, dégénère en égoïsme collectif et en "guerre de toutes les entreprises contre toutes les autres entreprises". Dans une société solidaire, toutes les "familles sociales" - entreprises, communautés, compatriotes et ateliers - apprennent à se comprendre et à trouver des solutions mutuellement acceptables. En ce sens, le corporatisme n'est pas un commencement séparé, mais un principe qui imprègne tout le système d'une société solidaire.

 

Nettoyer l'idéal de liberté

 

Dans la nouvelle superidéologie de l'Arche, la liberté devrait rester la valeur la plus élevée, agissant non pas comme un point de référence, qui devrait résulter de l'évolution, mais comme un pivot vertical de l'image du monde, reliant l'homme et Dieu (Vérité, Bien, Beauté). La verticalité n'est rien d'autre que la liberté humaine, sa libre circulation vers le haut, exactement vers le haut. Selon la formule de Saint Jean Chrysostome, "Dieu a besoin de nous pour prendre une décision volontaire et libre d'aller vers le haut".

 

Toutes les valeurs clés de l'homme sont enfilées sur cette tige. L'homme est un être spirituel, vertical, droit. Toute autre libération associée à la destruction de la verticale humaine ne donne qu'une parodie de la liberté-souveraineté, légitime l'absence d'amitié et la grisaille, l'impersonnalité et la médiocrité. Une telle "liberté" est tout simplement inepte.

 

Nous ne pouvons pas nous permettre de jouer à des jeux de discussion selon les règles inventées et imposées par l'ennemi. Sinon, nous nous trouvons dans une certaine impasse logique, car le monde est imputé le modèle de l'homme est intrinsèquement mutogène. L'homme moderne n'est pas libre au sens littéral du terme, il est plutôt esclave de l'émancipation, c'est-à-dire qu'il "roule" dans une direction incertaine et pas tout à fait calculée.

 

Dans l'idéologie de l'Arche en tant que projet visant à sauver l'humanité de la dégénérescence et de la dégradation, la vraie liberté n'est pas un mauvais infini, ni un processus d'émancipation et de dévalorisation de toutes les valeurs imposées à l'homme, ne remettant pas tout en question, mais un idéal qui ne peut reposer que sur des bases solides. Du point de vue de la tradition religieuse, la liberté est le principe constitutionnel de l'homme, elle définit son essence. Mais si la liberté est perçue non pas comme un fondement solide mais comme une révolution permanente, alors cette liberté s'avère être une fiction en termes de préservation de l'être humain, de son être intérieur, y compris son honneur et sa dignité, et se transforme en quelque chose de contraire.

 

UN ESPRIT ÉLEVÉ EST SUPÉRIEUR AU BIEN-ÊTRE. LE RÊVE PLUTÔT QUE L'OPPORTUNISME

LA CONSCIENCE EST AU-DESSUS DU CALCUL. LA CRÉATIVITÉ EST AU-DESSUS DE LA RAISON.

LE DÉVELOPPEMENT AVANT LE CONFORT. CRÉER AU-DESSUS DE LA CONSOMMATION.

L'HONNEUR AU-DESSUS DES DROITS. LA CONNAISSANCE EST PLUS PRÉCIEUSE QUE L'ENRICHISSEMENT.

L'INDÉPENDANCE VIS-À-VIS DE L'ARGENT EST PLUS PRÉCIEUSE QUE L'ABONDANCE.

LE TEMPS LIBRE EST PLUS PRÉCIEUX QUE LE DIVERTISSEMENT. (…)

 

La liberté intérieure est celle qui permet de concentrer la volonté et la force de s'élever. Non pas pour laisser quelqu'un s'élever, rester passif (ascenseur), mais pour s'élever lui-même (germe, percée vers la lumière, grimpeur, conquête du sommet, invalide, compris sur ses pieds et vaincre la maladie, etc. La liberté de l'homme est inconditionnelle et illimitée, mais cela ne signifie pas que l'homme lui-même soit omnipotent et tout-puissant. Étant libre, il vit dans un monde où il y a des lois et des tendances à l'entropie. Pour approuver et mettre en œuvre le modèle de non-ganthropie, une aide est nécessaire. Elle révèle la vérité profonde de la conscience religieuse et les mensonges profonds de l'humanisme arrogant.

 

Dans sa forme ultime, l'état de "fausse liberté" est incarné par l'image d'un âne buridan, cet esclave au choix infini. L'anti-liberté consiste dans le fait que l'homme ne va pas vers Dieu, mais met à sa place son "Ego", croyant en lui à la fois le fondement et le sommet de toute son image du monde. Un tel ego gonflé se révèle inévitablement vide, car il fonctionne non pas selon le principe du don de soi (le principe de Dieu), mais selon le principe de l'entonnoir (absorption de tout et en même temps insatisfaction du rien).

 

L'homme du monde des anomalies qui vit selon les lois de l'antisystème et de la civilisation du déluge confesse le plus souvent sans le savoir des antiquités dont l'essence, lorsqu'elle est exposée, s'avère complètement absurde. Ce sont par exemple des formules de ce type :

 

La paix comme la guerre...

La mort comme vie

La haine comme amour

Meurtre à la naissance, etc.

 

Expliquons le dernier exemple : l'avortement est comme la naissance ; l'initiation du sodomite est comme le réveil d'un nouvel "élu", "son", tiré de la foule de l'humanité ordinaire. (À propos, la sodomie, ainsi que l'infanticide sont des caractéristiques extrêmement courantes de nombreux antisystèmes).

 

Un peu plus tard, nous aborderons les formules qui décrivent le monde des valeurs du peuple de l'Arche. Il est nécessaire que l'esquisse de notre idéologie soit suffisamment complète et compréhensible. Cependant, nous reviendrons d'abord sur le problème de la liberté humaine.

 

En plus d'appartenir à un système de valeurs ou d'antiquités, les valeurs elles-mêmes sont également construites de bas en haut, verticalement. En ce sens, il y a une liberté de plus en plus grande. Les libertés inférieures devraient inclure la liberté de recevoir, la liberté de consommation (ce sont les droits de l'homme [97], la liberté de recevoir l'éducation, les soins de santé, les loisirs, la protection des droits, etc.) Une telle liberté ne force pas une personne à monter à la verticale, pour atteindre des degrés plus élevés de véritable libération.

 

Une plus grande liberté est associée à l'altruisme et à des motifs plus élevés. La liberté de l'inventeur est fondamentalement différente de celle de l'acheteur. La liberté de s'améliorer est tout aussi importante ; elle est toujours liée à de grands efforts et à l'autodépassement d'une personne. Le critère principal est ici l'orientation verticale caractéristique de la liberté supérieure.

 

La liberté du péché, au lieu de la liberté dans le péché.

La liberté d'être, de ne pas exister.

La liberté d'être désintéressé.

La liberté de donner la vie aux nouvelles générations, et non la liberté des enfants.

Libertés non seulement de pratiquer leur foi, mais aussi de vivre dans leur tradition.

La liberté d'être un patriote, de se battre pour la mère patrie.

Libertés de rechercher la sainteté.

 

La civilisation de l'Arche a besoin d'un objectif élevé et inspirant. Cet objectif peut être formulé si nous nettoyons les principales valeurs humaines qui nous ont été léguées par nos ancêtres. Les valeurs sont orientées vers l'intérieur et vers le haut. Pour l'homme et la civilisation, le mouvement ascendant signifie atteindre le "plus haut", avec lequel l'esprit élevé, les rêves et la créativité sont liés.

 

Ce sens du monde peut se traduire par des définitions telles que

 

Un esprit élevé est au-dessus du bien-être.

Rêver plutôt qu'agir

La conscience est au-dessus du calcul

La créativité est au-dessus du bon sens

Le développement avant le confort

Création d'une consommation supérieure à la normale

L'honneur est au-dessus des droits

La connaissance est plus précieuse que l'enrichissement.

L'indépendance vis-à-vis de l'argent est plus précieuse que l'abondance.

Le temps libre est plus précieux que le divertissement.

La solidarité plutôt que la concurrence

Appeler au-delà de l'expression de soi

Service au-dessus du devoir

Le salut total est plus grand que le salut personnel [98].

Une cause commune l'emporte sur les avantages

La cause planétaire commune transcende les égoïsmes nationaux.

Le rétablissement de la paix est au-dessus de l'auto-affirmation.

La vérité est plus qu'un simple conflit.

L'éducation au-delà de la tolérance

La miséricorde est au-dessus de la partialité

Chasteté sur la liberté d'opinion

L'avantage sur le profit

Mot au-dessus du numéro

La qualité est supérieure à la quantité

L'équité est au-dessus de l'intérêt

Le dévouement plutôt que la permissivité

L'État-liberté au-dessus de la liberté-indépendance

 

Il pourrait s'agir des valeurs du peuple de l'Arche. Selon le commandement du Christ, les doux héritent de la terre (Matthieu 5:5). Seules ces personnes seront sauvées par Dieu pendant le déluge. Et les personnes ayant des points de repère opposés ou déformés ont peu de chances d'être sauvées, quelle que soit la solidité et la technicité de leurs "arches" et de leurs abris.

 

Partie 4. Regardez depuis l'Arche :

 

4.1 Nouvelle décolonisation

 

Partie 4. Regardez depuis l'Arche :

 

4.1 Nouvelle décolonisation

 

4.1.1 Le monde global est désormais divisé en deux parties, le noyau et la périphérie, selon des caractéristiques économiques et sociales. Le premier est constitué des pays "capitalistes de premier plan" et du système des sociétés transnationales (STN), le second est constitué de tous les autres. Cependant, la périphérie n'est pas homogène. La Russie fait partie de la périphérie, mais elle a un poids militaire et politique énorme, et en outre, elle a encore un énorme potentiel technologique qui n'a pas été complètement détruit dans le passé. Tout cela, ainsi que l'énorme base de ressources, dont nous avons déjà parlé dans la première partie de ce document, "amène" partiellement la Russie au-delà de son "statut périphérique" et lui donne l'occasion d'agir comme une arche - c'est-à-dire un sujet offrant un projet alternatif de développement mondial. Les pays du Noyau ne sont pas prêts à proposer un tel projet, car ils sont coincés dans le paradigme séculaire du colonialisme et de l'exploitation de la périphérie. Le degré de dépendance mentale et civilisationnelle de l'Occident vis-à-vis du colonialisme et des nouvelles formes de cryptocolonialisme qui en héritent est grand et insurmontable. Elle est directement liée au super-consommation. En ce sens, l'Occident en tant que civilisation porte en elle sa propre catastrophe (Nouvelle inondation).

 

4.1.2 Les pays de la périphérie ne possèdent pas un poids géopolitique aussi important que celui de la Russie, ils ne peuvent donc pas du tout devenir les leaders de l'alternative mondiale comme ils le souhaitent (ce qui n'est pas le cas de tous). En théorie, la Chine pourrait devenir un leader alternatif, mais elle se concentre sur la mise en œuvre de son projet purement pragmatique et mondialiste, essentiellement commercial, visant à créer et à renforcer un capitalisme d'État extrêmement nationaliste. La Russie, en revanche, est capable, sous certaines conditions, de proposer un projet à la fois pragmatique (bénéfice pour elle-même) et altruiste (bénéfice pour tous). D'autant plus que nous avons déjà une expérience historique de l'"altruisme" mondial.

 

4.1.3 L'idéologie de l'Arche de Russie en tant que super tâche mondiale pourrait atteindre le projet de décolonisation finale, offrant un développement pour tous et éliminant la division du monde en Occident et Repos en tant que centre et périphérie. Un tel projet impliquerait un investissement planétaire d'idées, de fonds et d'efforts dans le développement (principalement industriel) des pays périphériques. La base structurelle d'un tel projet devrait être une organisation internationale, dans l'architecture de laquelle nous bénéficierons de l'expérience du Conseil d'assistance économique mutuelle (CEM), qui a été créé et approuvé sous la direction de notre pays. Comme nous le savons, sa base a été formée par les pays du camp socialiste dirigé par l'URSS. Mais à côté d'eux, des pays observateurs - Finlande, Mexique, Irak, Angola, Nicaragua, Afghanistan, Yémen, Laos et Ethiopie - ont participé aux travaux de l'association [99].

 

4.1.4 Au XXIe siècle, nous pourrions construire un nouvel analogue plus parfait de cette organisation - quelque chose comme le SEV 2.0, en abandonnant le centralisme et le formalisme excessifs de son prédécesseur. L'union doit être un réseau qui répond aux buts et objectifs du Réseau Alter-Global. Elle doit mettre un objectif concret au centre de ses activités - la décolonisation de la périphérie et son développement socio-économique. S'il obtient un succès tangible, le SEV 2.0 pourrait devenir l'un des fondements les plus importants du nouveau système d'institutions internationales. Bien sûr, la Russie a toutes les chances de devenir un leader doux de cette union ou l'un de ses principaux dirigeants. La notion d'"assistance mutuelle" (ou une notion proche de celle-ci) pourrait bien être utilisée dans le nom de l'Organisation. Ainsi, elle mettrait l'accent sur la dimension morale, qui fait si cruellement défaut dans les relations économiques mondiales.

 

4.1.5 La décolonisation du droit international est en tête de l'ordre du jour. La crise de la légalité dans l'Occident moderne et la formation d'une "société de l'anomie" sont des sujets qui intéressent les futurs historiens. Aujourd'hui, il est impossible d'en parler honnêtement en Occident même, et les autres pays sont trop préoccupés par leurs propres problèmes pour critiquer la transformation rampante du droit international sous la direction de la Civilisation du déluge. Sa pratique du maintien de l'ordre est soumise aux diktats des élites qui ont fortement muté au cours du dernier demi-siècle, abandonnant de fait toutes les valeurs traditionnelles. Et cette mutation concerne aussi bien les idéologues de "droite" que de « gauche".

 

4.1.6 L'essence de la mutation est que, parallèlement à l'ONU, de nombreuses institutions internationales sont créées et formatées, reprenant les fonctions de redistribution financière mondiale. La "bifurcation" du droit international se reflète dans la Convention européenne des droits de l'homme, qui autorise l'ingérence dans les affaires de pays tiers sous prétexte de violer les droits des minorités ethniques et sexuelles. La base philosophique de ce document n'est pas la Charte des Nations unies, mais le Manifeste humaniste n° 2, signé par un groupe d'intellectuels mondialistes. Cette "bifurcation" affecte particulièrement la situation de la crise économique mondiale - un résultat direct du capital financier mondial incontrôlé. Au cours de cette période, les intrusions informationnelles, psychologiques puis politico-militaires dans un certain nombre d'États deviennent un modèle, ce qui entraîne la confiscation des avoirs financiers de leurs élites - qui, contrairement aux assurances données, ne sont pas restitués à la population sous des prétextes politiques. En d'autres termes, sous le couvert des institutions internationales et de la "privation internationale de droits", on assiste à des saisies de pillards et à des prises de contrôle hostiles des actifs des États membres de l'ONU.

 

4.1.7 Les documents des Nations unies adoptés depuis le changement de paradigme du développement mondial ("période post-industrielle") contredisent les documents de base des Nations unies (Déclaration universelle des droits de l'homme) et les premières conventions de fond sur les droits des catégories démographiques (droits des femmes, droits de l'enfant, etc.). La principale contradiction concerne le droit à la vie en tant que droit fondamental établi dans les préceptes des religions abrahamiques. Elle a été remplacée par son contraire sous l'étiquette ornementale et fausse de "droits reproductifs" - menteuse, car ce droit fictif régit non pas la naissance mais le meurtre d'un être humain dans l'œuf [100].

4.1.8 Les documents de l'ONU de la "période post-industrielle" sont basés sur une substitution systématique des notions. De nouveaux termes généralisés sont introduits, qui sont des labels d'évaluation qui ne s'appuient ni sur les sciences naturelles ni sur les disciplines juridiques. Le terme clé dans le domaine de la garantie de l'autosuffisance des États est la "race", prétendument identique à l'ethnie. Le terme clé dans la sphère des relations entre hommes et femmes est "genre", qui inclut l'infinité de formes de cohabitation sexuelle qui n'apportent pas de nouvelle vie, c'est-à-dire que la définition elle-même inclut le sens de déni de la reproduction démographique. Le terme "diversité", avec ou sans le préfixe "bio", s'applique à la fois aux relations sexuelles humaines et à la coexistence de différentes ethnies dans la même communauté, où une race est délibérément discriminée en tant qu'auteur a priori, avec la négation totale de tout mérite civilisationnel.

 

4.1.9 Le terme "tolérance", introduit dans le lexique des Nations unies dans le texte de la Convention internationale sur l'élimination de la discrimination raciale, est désormais largement utilisé. Le contenu de ce concept, par exemple, dans la sphère religieuse, n'est pas le consensus des représentants des différentes confessions, mais la correction des confessions avec la suppression des éléments "violents" et "haineux" (dans le contexte du "Printemps arabe", un terme spécial "déradicalisation de l'Islam" a été utilisé), etc.

 

4.1.10. La Russie et ses alliés, conformément à la formation de la civilisation de l'Arche et au nouveau système d'institutions internationales, de coopération internationale et d'assistance mutuelle, se retirent des conventions internationales existantes qui limitent leur souveraineté ou contredisent leurs traditions juridiques (en particulier, les éléments suivants sont pertinents pour la Russie : dénonciation de l'adhésion au 14e protocole de la Convention européenne des droits de l'homme ; suppression du principe du contradictoire dans le droit de procédure pénale ; refus d'appliquer les dispositions de la Convention relative aux droits de l'enfant, en particulier la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes et la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes).

 

4.1.11. Dans un système alternatif d'institutions internationales, des structures telles que l'Organisation internationale de la reproduction et de l'épargne populaire, l'Union intercivilisationnelle pour le développement alimentaire, l'Union mondiale des fournisseurs d'énergie, l'Union pacifique de l'atome, l'Union pour la recherche planétaire et spatiale, le Comité mondial pour la politique antidrogue et bien d'autres pourraient être créées. Des réformes globales des institutions de santé mondiales sont nécessaires, en accord avec la priorité du droit à la vie, pour exiger la démonopolisation des marchés de l'alimentation et des médicaments. Les institutions internationales devraient être déconnectées des fonds et des entreprises qui promeuvent leurs intérêts, principalement ceux du groupe d'organisations non gouvernementales qui sont protégées par l'oligarchie financière mondiale. Des mécanismes de sécurité spéciaux pour les institutions internationales, y compris celles qui luttent contre la corruption, devraient être mis en place.

 

DANS LE CADRE DU NOUVEL ORDRE MONDIAL DE CONSCIENCE MULTIPOLAIRE, LA STRATÉGIE DE LA CHINE (TRADITIONNELLEMENT ALTERNATIVE À L'INDE) POURRAIT BIEN ÊTRE COMBINÉE AVEC L'AXE "NORD-SUD", QUI TIENT COMPTE DU POTENTIEL DE CROISSANCE RAPIDE DE L'INDE ET INCLUT ÉGALEMENT LE MONDE ISLAMIQUE. L'UNION EURASIENNE DES TROIS, UN TRIANGLE STRATÉGIQUE D'INTERACTION ENTRE LA RUSSIE, L'IRAN ET L'INDE, DEVRAIT JOUER UN RÔLE CLÉ DANS LE FUTUR ORDRE MONDIAL.

 

4.2 Multipolarité. Union Eurasienne des Trois

 

4.2.1 Dans le domaine de l'interaction des différentes civilisations, cultures et traditions religieuses, l'Arche de Russie est fondamentalement orientée vers l'idéal de multipolarité. Cet idéal est à l'opposé de la mondialisation, si par mondialisation nous entendons non seulement la diffusion d'infrastructures, de technologies, de "services" en relation avec une culture particulière de réalisations et d'avantages à caractère universel, mais aussi la prétention de déformer ces cultures où de nouvelles réalisations sont introduites, de les réformer et de les "rééduquer" selon un modèle extérieur prêt. Une telle revendication se traduit toujours, dans la pratique, par la culture d'une classe intérieure de "cosmopolites bilingues" au sein de ces sociétés, qui s'avèrent de facto être les détracteurs des civilisations et des traditions spirituelles dans lesquelles elles sont nées. Ce problème de "l'occidentalisme" douloureux et destructeur est bien connu non seulement en Russie, mais pratiquement dans le monde entier.

 

4.2.2 Comme rien n'oppose directement la civilisation du déluge aux traditions sacrées des autres civilisations, sa stratégie à l'"ère post-industrielle" peut être définie comme "ignorer le sacré". Au concept d'occidentalisation et de modernisation d'autres sociétés a succédé le concept de guerre victorieuse au niveau superficiel de la culture de masse et de la technologie. Le fruit de cette guerre n'est plus la culture dans son sens propre, mais la "technologie" - une sorte de version technocratique et de réseau d'information de "l'anti-culture".

 

4.2.3 L'identité religieuse, culturelle, nationale et civilisationnelle en tant que niveaux de la personnalité d'un homme à part entière, ainsi que son identité familiale et clanique, sont des éléments fondamentalement significatifs d'une image harmonieuse du monde. La terre natale d'une personne traditionnelle est le cœur de sa mentalité, le maillon supérieur de la hiérarchie des valeurs. La substitution du sentiment religieux par des expériences fortes jetables, des passe-temps passionnants, des illusions sur le rôle et la position de son "Moi" dans le monde non seulement chasse une personne émergente de sa culture d'origine, mais viole et déforme également les limites personnelles, conduit à l'état où une personne semble être mentalement saine, mais en même temps personnellement endommagée, c'est-à-dire se trouve sur la voie d'une mentalisation active.

 

4.2.4 Le principe de multipolarité est important pour la Russie non seulement en ce qui concerne les valeurs spirituelles et la préservation des cultures d'origine, mais aussi en termes de coopération terrestre : scientifique, économique, technologique, militaire et autres types d'interaction entre les puissances et les civilisations. Dans ces interactions, la Russie en tant qu'arche cherche à éviter l'exclusivité et le monopole dans les accords bilatéraux, à être ouverte à la bonne volonté des autres États. Par conséquent, la forme idéale de coopération internationale pour la civilisation de l'Arche est celle des "polygones d'interaction", qui permettent d'équilibrer les intérêts des partenaires, de réaliser dans des domaines spécifiques de l'économie et de la géostratégie de leur complémentarité, complémentarité. Par exemple, dans l'Extrême-Orient russe, les relations bilatérales de la Russie avec la Chine et le Japon pourraient être un tel exercice d'équilibre. En même temps, un triangle aussi large pourrait être complété par de petites facettes, en tenant compte du facteur coréen ainsi que des intérêts de l'Indochine. En gros, aucun partenaire ne devrait être un monopole absolu dans la concurrence pour les ressources et les contrats.

 

4.2.5 L'idée d'une géométrie de coopération polygonale et complexe en réseau est essentiellement importante pour l'idéologie de l'Arche. Du point de vue chrétien, la fin de cette éon de l'histoire n'aura lieu que lorsque la majorité des traditions religieuses et les civilisations qui en sont issues s'uniront sous une forme "œcuménique" et reconnaîtront la suprématie d'un seul chef spirituel - l'Antéchrist. D'autres religions ont également des idées similaires sur la fin du monde. L'idéal de la mondialisation totale signifie essentiellement le super monopole d'un seul et même centre. Mais un tel supermonopole dans tous les domaines (économique, information, politique, culturel) ne signifierait rien de plus que la formation d'un sujet sur terre, remplaçant le Dieu unique.

 

4.2.6 Mais non seulement du point de vue de l'eschatologie religieuse, mais aussi du point de vue du bon sens, la multipolarité des cultures est une garantie contre la dépersonnalisation de la civilisation. Cela est vrai parce que les autres traditions culturelles sont des miroirs naturels dans lesquels nous pouvons nous voir et évaluer notre capacité à être nous-mêmes. Le développement de la civilisation et de l'histoire humaines se poursuit aussi longtemps que se développent les relations sujet-objet dans un monde diversifié. Il est caractéristique de l'Arche russe de suivre le principe dit chalcédonien dans les relations entre les civilisations. Selon ce principe, qui remonte au dogme de l'Église adopté lors du Concile œcuménique de Chalcédoine, dans un même système de relations, les différentes traditions coexistent "de manière inséparable et inglorieuse", se protégeant mutuellement du mélange et de la perte d'identité de chacune d'entre elles. L'ordre mondial de Chalcédoine est antagoniste du Nouveau Déluge.

 

4.2.7 La polarité n'exclut pas, mais implique l'émergence d'une interaction entre les civilisations et des états d'axes d'interaction se développant sur la base d'une géostratégie polygonale. L'axe ne dicte pas aux autres comment vivre, il maintient tout le monde "à flot", protège contre la dispersion dans le néant. La ligne axiale va de la périphérie au centre, égalisant les potentiels des deux. Au contraire, faire d'une des civilisations le centre signifie la destruction des axes et conduit à l'entropie catastrophique de l'humanité en tant que système complexe, détruisant la complexité de ce système. Les polygones d'interaction peuvent se transformer en croix d'axes d'équilibre. C'est l'arche géopolitique, si elle est basée sur le principe chalcédonien - égalité des civilisations et des religions, leur unification et leur équilibre.

 

4.2.8 L'évaluation de la Chine nécessite un travail philosophique particulier. C'est une terre alternative, une Eurasie alternative. La Chine se considère comme un monde séparé qui ne cherche pas à s'unir à quiconque et s'oppose aux tendances axiales. L'intrigue est que le rôle mondial de la Chine en tant que l'un des mondes traditionalistes ne se déploie actuellement que dans un courant de changement dans lequel nous voyons les caractéristiques du déluge naissant. Ainsi, pour toute son indépendance, la Chine a besoin du soutien des gardiens de l'axe mondial de l'Eurasie.

 

4.2.9 Si le facteur Chine, associé à la Russie, ne fait que contribuer à l'amorce de la multipolarité, mais reste considéré comme une exception et une opposition à l'Occident, l'axe Inde-Iran-Russie enterrerait enfin l'ordre mondial unipolaire occidental et donnerait naissance à une alternative à la fois à la renaissance du régime colonial et au triomphe de l'anti-système mondial.

 

4.2.10. L'axe Inde-Iran-Inde représenterait un axe eurasien alternatif au projet potentiellement axial de la "Grande route de la soie" proposé par les Chinois. Pour être plus précis, la création de l'"union des trois" priverait le vecteur chinois de sa disharmonie interne due au fait que, par rapport à tous les partenaires de la "Route de la soie", la Chine agit comme un pôle trop lourd et n'a de partenariat égal avec personne. La création de plusieurs axes (Ouest-Est, Nord-Sud) concentre leur intersection sur la Russie, lui permettant ainsi de réaliser son destin de centre de l'Eurasie et confirme une fois de plus la vocation historique de l'Arche russe. Dans le cadre du nouvel ordre mondial de la conscience multipolaire, la stratégie de la Chine (traditionnellement alternative à l'Inde) pourrait bien être combinée avec l'axe "Nord - Sud", qui tient compte du potentiel de croissance rapide de l'Inde et inclut le monde islamique dans cette structure axiale.

 

4.2.11. Nous pensons que l'Union eurasienne des Trois, un triangle stratégique d'interaction entre la Russie, l'Iran et l'Inde, devrait jouer un rôle clé dans le futur ordre mondial multipolaire. Il est symbolique que ces trois pouvoirs soient construits sur la base de trois ethnoses étatiques, qui sont des parents proches [101]. Les Perses recherchent depuis longtemps les formats internationaux des valeurs, en particulier avec l'Inde.

 

4.2.12. Il existe également de grandes différences entre les peuples des civilisations Satam, européenne de l'Est, iranienne et indienne (aryenne). Cependant, la menace du nouveau déluge et de la liquidation de l'homme traditionnel, provenant de la civilisation occidentale et, en général, de la voie du progrès dans l'impasse, nous fait rechercher le commun dans nos racines anciennes et dans la modernité, et rechercher également la protection de l'Eurasie en tant qu'intégrité historique, culturelle, personnelle et territoriale dans un ordre mondial multipolaire fondamentalement nouveau, basé sur le principe spirituel principal de la conscience indigène indo-européenne. (La civilisation du déluge s'est éloignée de ce principe).

 

4.2.13. Au niveau pragmatique, celui de la survie et de la préservation de la souveraineté, l'Union des trois pourrait être la solution optimale pour chacune de ces puissances. L'analyse de A. Kobyakov sur la dynamique du poids spécifique des économies nationales montre que deux pôles super lourds du développement mondial vont bientôt se former : d'une part, l'Occident agrégé sous la forme du partenariat transatlantique avec l'Europe ou d'un analogue de ce partenariat ; d'autre part, la Chine qui, d'ici 2030, devrait dépasser l'Amérique du Nord et l'Europe réunies en termes de PIB. À moyen terme, la Russie court le risque très probable d'être écrasée par la confrontation entre l'Occident et la Chine, entre laquelle notre pays risque de se retrouver dans un avenir proche comme entre un roc et un dur.

 

4.2.14. La Russie a toujours la possibilité d'organiser un contre-jeu asymétrique lié à la formation d'une "troisième force", même si elle n'est pas égale aux deux premières. Une telle "troisième force" devrait être créée sur la base des États qui ne se satisfont pas du statut de satellite ou de vassal dans telle ou telle hégémonie mondiale. Une troisième zone par rapport à l'Occident et à la Chine, en l'absence d'un leader clair, serait une zone à plusieurs têtes. Il pourrait s'agir d'une alliance sur les principes de "non-alignement", comme le "Mouvement des non-alignés" aux blocs politico-militaires qui ont émergé dans les années 50. Le sens d'une telle alliance de "non-alignés" dans un avenir proche serait de dépasser l'inévitable confrontation entre l'Occident et la Chine, de fournir au monde un troisième point de référence, de former une force harmonieuse qui ne permettrait à aucun des deux pôles principaux d'obtenir une domination absolue et d'assurer l'équilibre et la stabilité du système mondial [102]. Si le scénario de l'Union Eurasienne des Trois est mis en œuvre avec succès, le Japon sera loyal et prêt à coopérer face à la menace chinoise. Dans certaines circonstances politiques, même des pays tels que la Turquie, la Corée du Sud, le Vietnam, etc. peuvent faire partie de cette "troisième force".

 

4.2.15. Le potentiel démographique de l'Inde et le potentiel de croissance du marché intérieur qui y est associé permettent la création d'un puissant centre d'émission, et pour la Russie, l'accès à ses liquidités par le biais du commerce et de la construction sur le territoire indien peut devenir une tâche importante dans la diversification des relations financières extérieures. Les perspectives de croissance de l'Inde, qui rattrape la Chine sur le plan démographique et fait preuve de réussite économique et technologique, offrent à la Russie une fenêtre d'opportunité dans ce domaine. L'Inde elle-même, un pays dont la main-d'œuvre est moins chère, serait intéressée par la Russie comme marché pour ses produits finaux bon marché, tandis que nous pourrions utiliser la demande de technologie des entreprises indiennes pour développer notre complexe scientifique et technologique[103]. L'Inde est un pays qui, en un demi-siècle, est passé du statut de colonie britannique arriérée à celui de puissance spatiale et nucléaire, et, fait important, l'URSS a apporté un soutien important à l'Inde dans cette voie. Les menaces à long terme qui pèsent sur la Russie et l'Inde sont unidirectionnelles, et les intérêts à long terme coïncident ou se complètent pour la plupart. Il est difficile d'imaginer un antagonisme des intérêts russes et indiens au Moyen-Orient ou en Asie centrale, régions qui jouent un rôle clé pour assurer la stabilité eurasienne. Tant la Russie sans l'Inde que l'Inde sans la Russie réduisent fortement leurs chances de défendre leurs propres intérêts à moyen et long terme.

 

4.2.16. C'est l'Union de la grande troïka eurasienne, avec la possibilité que d'autres États s'y joignent, qui fournira une monnaie collective à part entière qui pourra entrer dans les quatre ou cinq premières grandes monnaies (avec le dollar, le yuan et l'euro), avec toutes les chances de surclasser le yen dans son rôle. Dans cette version de l'Union, sa monnaie a également de bonnes chances de devenir l'une des monnaies de réserve du monde. Il est également conseillé de créer dans la nouvelle Union son propre système d'échange, un système de règlements et de services bancaires, son propre système de sécurité de l'information et son propre marché des technologies de l'information relativement indépendant.

 

4.2.17. L'Iran revêt une grande importance pour l'Union des trois car il est l'un des dirigeants reconnus du monde islamique, l'une des rares puissances disposant d'une réelle souveraineté sur l'ensemble de la verticale de la société - de la souveraineté de l'esprit et de la conscience de soi à l'autosuffisance de l'économie et de l'industrie, durcie dans les conditions de nombreuses années de sanctions. L'Iran, de par son destin historique, sera un allié cohérent et de principe contre la civilisation des inondations.

 

4.2.18. Le rôle de la Russie dans l'Union des trois s'avère décisif à de nombreux égards, mais il ne l'emporte pas sur le principe d'égalité et de partenariat intégral des participants, qui y était initialement prévu. Tout d'abord, l'influence militaire et diplomatique de la Russie sera décisive pour l'Union. En s'unissant en un bloc militaire, les trois puissances créeront une nouvelle situation dans la sphère de la sécurité internationale. Aucun agresseur ne prendra le risque d'attaquer une telle union ; les réseaux terroristes du Moyen-Orient, de l'Asie centrale et du Sud se trouveront également dans une situation très difficile [104]. La Russie dispose d'un énorme stock de ressources naturelles, ce qui donne immédiatement à l'Union un sérieux avantage concurrentiel. En outre, la Russie conserve certains avantages technologiques, pour le développement et le déploiement desquels elle manque de grands marchés partenaires. L'Union économique des trois créera une puissante macro-région dotée d'un marché intérieur vaste et performant, de son propre système de coopération et d'échanges économiques et de la division du travail. Le statut de la Russie en tant que leader de l'Union économique eurasienne est également un point de départ important pour la formation du triple axe. Le nouveau pôle mondial attirera certainement non seulement les partenaires traditionnels de la Russie, comme le Viêt Nam et la Syrie, mais aussi des représentants d'autres continents (notamment le Mercosur et l'Alliance bolivarienne en Amérique latine, de nombreux États africains et des partenaires en Europe centrale et orientale). La nouvelle configuration du monde qui émergera avec la formation du "troisième pôle de pouvoir" sera un système autonome que les trois parties auront intérêt à préserver [105].

 

4.2.19. Le projet de corridor de transport transasiatique Inde-Iran-Russie, y compris la création de chemins de fer et d'autoroutes, ainsi que le canal de navigation transsiranien (735 km) seront d'une importance fondamentale pour le développement du triangle axial eurasiatique. Ce projet a été préparé et approuvé par des spécialistes à l'époque soviétique. Le canal traversant la mer Caspienne reliera les voies navigables russes, un système de canaux navigables créé en URSS, avec le golfe Persique et ouvrira la voie navigable la plus courte de l'Europe vers l'Inde, en supprimant complètement les routes concurrentielles (le canal de Suez, des routes maritimes contournant l'Afrique et l'Eurasie, longues et technologiquement compliquées).

 

4.2.20. Parmi les projets "pilotes" prioritaires, pertinents pour la Russie, l'Inde et l'Iran, nos experts citent : le traitement de l'eau pour la population et les besoins industriels ; la technologie de dessalement de l'eau de mer ; le développement de nouveaux engrais biologiques ; l'augmentation de la fiabilité de la base électronique élémentaire ; la création d'une recherche et d'un développement communs avec une priorité pour les nouvelles technologies ; l'introduction de technologies pour l'obtention d'une énergie propre ; le développement et l'application de technologies pour la construction de bases flottantes dans l'Océan Indien, avec la création ultérieure d'îles artificielles et d'îlots artificiels. En ce qui concerne ce dernier point, il convient de souligner qu'il est souhaitable et prometteur de développer dans un avenir prévisible des solutions et des approches alternatives aux technologies de l'information, notamment la création d'ordinateurs probabilistes et quantiques, de systèmes cybernétiques sur logique ternaire, de processeurs de type neuro, etc.

 

4.2.21. Dans le domaine de la coopération humanitaire, il est nécessaire de synchroniser les bases conceptuelles en créant une version électronique des dictionnaires d'interprétation et, par conséquent, des traductions mutuelles de ces dictionnaires en russe, persan, hindi et autres langues, en mettant l'accent sur la consolidation des concepts. Ce travail servira de barrière aux tendances négatives qui sont préjudiciables à toutes les civilisations traditionnelles. L'Union des trois devrait être mise en œuvre également au niveau de l'interaction scientifique, de la restauration de l'histoire réelle et des racines communes de nos civilisations, de la création d'institutions de soutien à la culture traditionnelle, ainsi que du développement d'un format pour la production de produits culturels modernes, d'art et de modèles de vie et de loisirs, donnant une impulsion au développement souverain des pays participants.

 

LE DÉVELOPPEMENT DE L'INSTITUT DE LECTURE, PAR OPPOSITION À LA PRIMAUTÉ DE LA TECHNOLOGIE SUR LES AUTRES TÂCHES DE LA SOCIÉTÉ, EST LIÉ À UNE AUTRE TÂCHE STRATÉGIQUE DE LA CIVILISATION DE L'ARCHE - NOUS REVENDIQUONS OFFICIELLEMENT LA MISSION DE GARDIEN DU PATRIMOINE CLASSIQUE DE L'HUMANITÉ, ACCUMULÉ TOUT AU LONG DE SON HISTOIRE. L'ARCHE DEVRAIT DEVENIR EN FAIT UNE SOCIÉTÉ DE GESTION DE LA CONNAISSANCE DES CLASSIQUES MONDIAUX.

 

4.3 Triade "Éducation et formation scientifique

 

4.3.1 L'Arche russe recrée un système trinitaire et intégral d'éducation, d'enseignement et de science enraciné dans la tradition nationale. Le but de ce système est de cultiver le plus haut potentiel humain nécessaire à une civilisation souveraine. C'est également là que se trouve la racine et le développement dynamique de la science domestique. Il s'agit d'un système axé sur la personne, que l'on peut appeler construction humaine. Tout le système pédagogique de l'Arche est créé autour d'un programme visant à l'éveil et à la formation du sujet du Développement - l'homme-créateur, moteur principal et point de départ du nouveau Grand Développement. L'Homme Arche doit être capable de résister de manière constructive aux tendances à la dégradation du monde moderne - d'une part, la "société de l'information" en tant que techno-avant-garde de la civilisation du déluge, et d'autre part, sa masse principale - la "société de consommation" (consumérisme et pré-cariat).

 

4.3.2 Le système éducatif de l'Arche implique : la restauration dans les nouvelles générations de leur lien moral et esthétique avec leurs ancêtres et leurs traditions ; un mouvement inverse du cours cosmopolite et consommateur de la Mégapole transnationale vers la souveraineté civilisationnelle et nationale en tant qu'expression sociale la plus élevée de la liberté de choix personnel.

 

4.3.3 La formation humaine ne peut se réduire à un "traînage" dans un champ étroit ou à une connaissance indirecte, détachée de la réalité, du monde au hasard. Dans la tradition des éducateurs chrétiens - d'Erasme de Rotterdam à I.G. Pestalozzi, en Russie - de K.S. Aksakov à V.V.. Zenkovsky et S.I. Hessen - la personne est formée dans la connaissance directe de la réalité, et l'éthique se forme dans le processus du travail organisé par le professeur, qui comprend à la fois un élément de coopération et un élément de coercition.

 

4.3.4 La construction d'une infrastructure moderne d'information et de technologie de l'éducation et de la pédagogie ne peut, dans le contexte de la civilisation de l'Arche, contredire la préservation des genres de conférences et de séminaires en direct, de la communication en direct. Le modèle de transmission orale des connaissances "professeur - étudiant" restera à jamais pour nous la manifestation la plus élevée et la plus précieuse de la vie humaine. Nous voyons ici les limites naturelles de l'environnement virtuel, qui est incapable d'évoquer la conscience ou la responsabilité, ou la capacité d'évaluer le résultat de son propre travail et de celui des autres. En outre, comme on le sait aujourd'hui, l'environnement virtuel généré par la civilisation du déluge devient en pratique un moyen de transmettre des motifs irrationnels de destruction à tous les niveaux - de la propre vie aux États et aux civilisations.

 

4.3.5 Actuellement, une approche pragmatique de l'éducation s'est manifestée le plus clairement dans le processus européen de Bologne, conçu en 1998 comme l'une des directions de l'unification des normes de biens et de services (avec le processus de Luxembourg, qui rassemble les indicateurs de l'emploi, le processus de Cologne - macroéconomie, le processus de Cardiff - marchés des biens et des capitaux dans le cadre du pacte de stabilité et de croissance de l'UE). En conséquence, la combinaison de facteurs tels que le gadget des adolescents et, d'autre part, le système de test de vérification des connaissances sur le principe de "deviner" (quiz), a conduit à une dégradation totale du niveau culturel de la jeune génération [106].

 

4.3.6. la Russie proclamera le retour à la culture de la lecture de masse. Les compétences de lecture, de paraphrase et de dialogue libre sur ce qui a été lu devraient être introduites à l'école, y compris avec des éléments de coercition - contrairement à l'idéologie du gadget et de la visualisation. Ici - un bastion dans la construction du programme original de l'Arche pour préserver et multiplier les moyens traditionnels d'obtenir des connaissances. Le développement de l'Institut de la Lecture, par opposition à la primauté de la technologie sur d'autres tâches de la société, est associé à une autre tâche stratégique de la civilisation de l'Arche - nous revendiquons officiellement le rôle de gardien du patrimoine classique de l'humanité, accumulé tout au long de son histoire. L'Arche est censée devenir en fait une société de gestion des connaissances classiques du monde.

 

4.3.7 Les Classiques au sens de l'Arche ne sont pas quelque chose de raffiné, débarrassé des "hérésies", mais ils s'opposent au cours de développement post-classique pris par les élites dirigeantes mondiales au cours des cent dernières années et plus. Le discours de l'"école de Francfort", la plupart des orientations de la psychanalyse, du postmodernisme, du poststructuralisme, de la critique féministe, et leurs dernières éditions, est considéré par la civilisation de l'Arche comme anti-systémique. C'est à ce titre qu'il sera étudié par notre jeunesse, étudié par nos historiens et sociologues.

 

 

4.3.8 Toute la littérature, tous les Infobooks sur la civilisation des inondations seront disponibles et analysés de près. Les réalisations des sciences dites "post-non classiques", en particulier la théorie des systèmes complexes, la synergétique, l'"évolution émergente", les théories du chaos et de l'auto-organisation sont assimilées en synthèse productive avec les classiques comme le néomodernisme et le néotraditionnalisme. La nouvelle strate intellectuelle "post-industrielle" ou "infocrate" est considérée comme une couche supérieure qui n'a pas de sens sans le fondement multicouche des classiques scientifiques qui se trouve en dessous. Le modèle scientifique de la société de la connaissance ressemble à la triade "Tradition + Moderne + Infocrates" avec un noyau religieux et une image du monde orientée verticalement. Le noyau religieux a un pouvoir dans l'éducation de tous les scientifiques indépendamment de leurs croyances personnelles, il est la base d'une conscience de soi saine, naturelle et de haut niveau de la civilisation [107].

 

4.3.9 Nous proclamons : refus de la dictature du divertissement et du passe-temps vide, passage cardinal à la barre haute de l'éducation et de la maîtrise des échantillons supérieurs des classiques littéraires et scientifiques ; inoculation du goût à l'indépendance, à la lecture d'initiative et à la connaissance. Les gens de l'Arche devraient devenir des personnes autodidactes à grande échelle, dépassant le niveau pragmatique d'exécution des tâches étroitement spécialisées de leur profession. Il doit s'agir de personnes ayant leurs propres intérêts et passe-temps, ils ne doivent pas être obscurcis par "l'étincelle de Dieu".

 

4.3.10. La civilisation de l'Arche doit nourrir et promouvoir les idées philosophiques et sociales sur le marché mondial par un groupe de penseurs et d'écrivains représentant une vision du monde avancée. Ils devraient être des messagers ou des apôtres de la civilisation de l'Arche. Parmi leurs produits figurent non seulement des travaux scientifiques et des conférences, mais aussi les résultats de la créativité dans les domaines de la culture et de l'art.

 

4.3.11. L'"alternative conservatrice" ne devrait pas entrer en concurrence directe dans le cadre de l'espace unifié de l'information avec les machines médiatiques libérales de la civilisation du déluge. La destruction de cet espace en éliminant leur monopole dans l'environnement médiatique est une étape plus avantageuse et prometteuse. Leurs réseaux sociaux, leurs agences de presse et leurs chaînes de télévision devraient devenir une alternative à ces machines et attirer la meilleure partie de l'audience mondiale vers le côté de l'Arche (si ce n'est pour la rejoindre, alors l'attention sur elle et ce qui en découle).

 

4.3.12. Dans son discours au monde, la Russie ne devrait pas éviter, entre autres, les moyens de propagande dure contre la civilisation du déluge, le peuple du déluge et surtout de manière aiguë et irréconciliable les agents du déluge dans les civilisations non occidentales. Il devrait également y avoir un combat spirituel contre ces "agents du déluge" qui agissent inconsciemment, par habitude, en flottant au gré du courant. L'élite intellectuelle de la civilisation de l'Arche devrait procéder à une sorte de "déconstruction de la déconstruction", notamment en ouvrant la connexion entre les nouveaux décadents de la science, de la culture et de l'art, des médias et des réseaux sociaux avec les bénéficiaires de l'idéologie de dépersonnalisation (oligarchie financière mondiale et ses filiales).

 

4.3.13. Nous ne sommes pas confrontés à la tâche de générer un nouveau "luddisme" conservateur. Il est nécessaire de créer notre propre canal de développement technologique, mais avant que ce canal soit totalement maîtrisé - il faudra utiliser ce qui existe maintenant, "apprivoiser" la technologie, y compris l'organisation de cours spéciaux qui enseignent "l'asservissement de la technologie" et la mise en place de filtres contre les interventions idéologiques et stylistiques inutiles et non désirées.

 

4.3.14. Le principal secret de la réussite n'est pas de "protéger" les enfants et les jeunes des influences négatives, mais de construire une puissante domination morale de l'éducation et de la formation, que nous appelons "mobilisation spirituelle". Seuls l'État, la société, la famille et l'école peuvent assurer une telle domination grâce à des efforts conjoints. Son but est d'obtenir une forte implication spirituelle et émotionnelle de la jeune génération, d'atteindre des états élevés d'empathie, de catharsis, ainsi que la conscience du devoir envers les générations défuntes, un sentiment de fierté pour les réalisations et les actions de leur peuple. Parmi les mesures nécessaires pour résoudre ces problèmes super-complexes, on peut citer l'adoption d'un programme d'État pour la préservation et la protection de l'enfance ; l'élimination de l'éducation des restes et des traces de l'influence de la civilisation du déluge : le consumérisme, la tolérance, le multiculturalisme et la concurrence comme facteurs d'atomisation de notre société, ainsi que la pénétration des influences de la contre-culture corrompue ; la rédaction de nouveaux cours sur toute la gamme des connaissances humanitaires, qui ont non seulement de hautes qualités scientifiques et pédagogiques, mais aussi les propriétés de la "spiritualité" (108)

 

 

4.3.15. L'enseignement supérieur, de par sa nature même, ne peut pas être une masse, et s'il devient une masse, il cesse d'être véritablement "supérieur". En fait, un système de formation correspondant a toujours existé et existe toujours, bien qu'il ne soit pas annoncé. Aujourd'hui encore, comme au Moyen-Âge, il existe un niveau élevé de spécialistes, du professeur à l'élève, basé sur les relations interpersonnelles et non sur un quelconque "système" ou "programme".

 

4.3.16. Le système des établissements d'enseignement supérieur devrait être réformé de manière significative par rapport à ce qui est actuellement le cas dans la Fédération de Russie - en abandonnant l'enseignement à orientation commerciale pour se tourner vers un enseignement axé sur les besoins de l'économie nationale et du secteur des hautes technologies, ainsi que vers le recrutement de jeunes talents dans les domaines de la science et de la gestion. Le quota de l'enseignement supérieur gratuit devrait être augmenté ; les excellents étudiants de première année devraient être transférés vers le système gratuit.

 

4.3.17. En vue de résoudre les tâches les plus difficiles du développement révolutionnaire de la science et de la technologie et de la création de la société de la connaissance, l'Arche devrait prendre une mesure telle que la formation d'une école supérieure spéciale de type Ordre. Cette étape fait partie du système de recrutement des talents pour la mise en œuvre des orientations stratégiques de la civilisation de l'Arche. Le talent et une motivation morale et esthétique élevée sont les critères de sélection. La motivation n'est pas seulement calculée, mais aussi formée consciemment et délibérément par l'ensemble du système éducatif, y compris par des programmes spéciaux, une sélection spéciale du personnel enseignant, ainsi que par une culture ciblée dans l'environnement de ces universités d'une atmosphère hautement ennoblissante. Comme on le sait, la communication entre jeunes gens talentueux et très motivés fixe un niveau spirituel, moral et intellectuel élevé pour les étudiants des établissements d'enseignement spécialisés - en l'occurrence, les universités de l'ordre.

 

4.3.18. La sélection doit être effectuée au cours de deux ou trois cours, après quoi les étudiants talentueux doivent être envoyés dans des centres éducatifs spéciaux, où ils seront formés par les meilleurs spécialistes du pays. Un tel système éducatif alternatif, basé sur la sélection individuelle et la formation spéciale de personnes talentueuses, ne peut pas couvrir plus de 10 % de l'ensemble des étudiants. Cette division ne peut être considérée comme une certaine "discrimination", mais plutôt comme une stratification naturelle, nécessaire au développement et à la concentration en toute confiance des forces de l'Arche dans des domaines clés, la formation du personnel de la future signifiance. Pour devenir des " meaninglecrats " et des membres actifs de l'élite managériale, les diplômés des universités de l'Ordre devront parcourir un long chemin et, dans la pratique, consolider et durcir les compétences et les convictions acquises à l'université.

 

4.3.19. En même temps, l'environnement des écoles de type Ordre ne doit pas être isolé et artificiellement isolé du système éducatif dans son ensemble. Les meilleurs élèves des écoles ordinaires devraient de temps en temps être appelés à suivre une formation liée à l'ordre, ainsi que des cours spéciaux dans des écoles liées à l'ordre. Les équipes de l'Ordre et les équipes régulières peuvent participer conjointement à des concours, des compétitions et des programmes de sessions de travail socialement utiles. Chaque élève du système d'enseignement supérieur de l'Arche doit être un environnement folklorique et organique, pas un "aristocrate" raffiné, pas une "plante de serre".

 

4.3.20. Un principe similaire d'éducation par l'inclusion dans le système d'enseignement supérieur choisi devrait fonctionner dans les écoles pour enfants en difficulté, enfants de familles défavorisées, etc. En conséquence, chaque enfant et jeune devrait être placé dans un "environnement socio-formateur" puissant qui réduit l'influence destructrice de la rue, d'un environnement social défavorable, etc. Les développements nationaux sont ici d'une grande valeur : le système d'éducation Makarenko, le modèle d'éducation développé et décrit par Ivan Efremov et bien d'autres. Le travail manuel, les passe-temps liés à la créativité technique, les sports d'équipe, etc. sont d'une grande importance pour la correction du contingent difficile.

 

4.3.21. En général, le système d'éducation et de recrutement de la Civilisation de l'Arche suit des principes essentiels tels que : la motivation des talents pour obtenir des résultats maximums ; une estime de soi adéquate pour tous ; l'utilisation de mécanismes de confort psychologique, l'éducation à la dignité humaine de ceux qui ne revendiquent pas ou ne sont pas en mesure de revendiquer les premiers rôles et l'obtention de résultats supérieurs dans la formation. Au centre du système éducatif devrait se trouver l'idée de la dignité humaine, de l'égalité, de la capacité de chaque personne à faire preuve d'un héroïsme élevé, d'honneur et de courage civique, ce qui supprime la question de la dotation/propriété des talents. Le talent doit être considéré dans la société de l'Arche non pas comme un privilège mais comme une base pour le service, un devoir difficile et une responsabilité donnée par Dieu et la nature "avance", qui doit être élaborée et retournée au centuple. C'est pourquoi il est logique de créer des écoles et des universités de l'ordre.

 

4.3.22. Pour la réalisation des tâches stratégiques de la Civilisation de l'Arche et la construction de la Société de la Connaissance dans les premières étapes, le retour de la souveraineté à la science domestique sera effectué, en premier lieu le rôle de l'Académie des Sciences comme un système classique dans lequel les paramètres de son intégrité interne, de la communication et de l'interaction entre ses branches et instituts, capables de prendre des décisions adéquates sur l'ouverture de directions interdisciplinaires, la prévision et la révélation des menaces les plus dangereuses et des risques exigeant une réaction opérationnelle ont été profondément réfléchis. Un organisme unique de gestion du développement scientifique (analogue au SCST de l'URSS) devrait être créé, tout d'abord, pour la coordination scientifique de l'ensemble du système de gestion et la fourniture d'orientations stratégiques du développement des sciences fondamentales. Un autre organe important de la société de la connaissance sera l'Agence de la recherche avancée, qui doit dresser dès que possible un inventaire des développements et idées d'innovation disponibles, y compris les "technologies de fermeture". En termes de politique migratoire, qui dans l'Arche russe sera par définition assez dure et déloyale envers les migrants culturellement étrangers, la percée du développement de la science et de la technologie nécessitera la pleine participation des scientifiques dans un certain nombre de profils et de domaines prioritaires de recherche et de développement. La civilisation de l'Arche ouvrira le "feu vert" tant pour le rapatriement des cerveaux que pour l'invitation de scientifiques étrangers qualifiés à travailler en permanence dans nos centres et laboratoires scientifiques.

 

NOUS AVONS ÉTÉ PRIS EN OTAGE PAR LA TECHNOLOGIE, ET IL N'Y A PAS DE RETOUR EN ARRIÈRE. NOUS SOMMES DANS UN MONDE EN GUERRE : UN MONDE DE CONCURRENCE TECHNOLOGIQUE, Y COMPRIS MILITAIRE. SI NOUS CONCÉDONS DANS CE DOMAINE, L'ENNEMI, LA CIVILISATION DU DÉLUGE, VAINCRA TOUTES LES TRADITIONS ET CULTURES, N'EMPIÉTANT MÊME PAS SUR LEURS VALEURS ET TRÉSORS SPIRITUELS, MAIS COUPANT SIMPLEMENT LA MAJEURE PARTIE DE L'HUMANITÉ PAR UNE TECHNOLOGIE SOPHISTIQUÉE.

 

4.4 De la technologie intelligente à la sagesse.

 

4.4.1 Saint Nicolas de Serbie enseignait : "Dieu a donné à l'homme trois dons : les lois de la foi, les lois du comportement et la connaissance de la technologie... Par la volonté de Dieu, Noé a construit un navire qui a survécu à l'un des plus longs voyages de l'histoire de la navigation maritime... La technologie n'est ni bonne ni mauvaise, mais juste un outil. Le mal ne vient pas du fait que la technologie est insensible et morte, mais parce que les cœurs humains sont morts. Toutes les civilisations manquantes ont été détruites non pas par le temps, non pas par l'imperfection de la technologie, mais par le péché contre la foi et l'éthique saintes".

 

4.4.2 La technique est une nature secondaire créée par l'homme. La technique peut manifester à la fois le potentiel créatif divin de l'homme et le potentiel de lutte contre Dieu lorsque la lumière magique de la "technique" est suivie par l'ombre du Golem, Frankenstein. Cette technique a-t-elle rendu un être humain plus heureux ? L'humanité est-elle devenue plus sage en passant par la révolution scientifique et industrielle ? La révolution scientifique (en la personne de ses représentants, comme Galilée) a fait progresser la technologie sans l'éclairer d'un sens. En conséquence, la civilisation a produit la destruction de la nature, la destruction des villages, la destruction des paysans, la transformation de l'humanité en serviteurs au service des machines. La civilisation technocratique est déséquilibrée, spirituellement instable, incapable de s'auto-corriger, elle a besoin d'un autre centre (spirituel et éthique) qui pourrait la réguler.

 

4.4.3 Nous sommes tenus en otage par la technologie, et il n'y a pas de retour en arrière. Nous sommes dans un monde où la guerre est en cours : un monde où la technologie, y compris l'armée, est en concurrence. Si nous concédons dans ce domaine, l'ennemi, la civilisation du déluge, vaincra toutes les traditions et cultures, sans même empiéter sur leurs valeurs et trésors spirituels, mais en coupant simplement la majeure partie de l'humanité par une technologie sophistiquée. Ce processus bat déjà son plein dans les grandes villes du monde, la Mégapole mondiale, où une génération de "nations au sommet des nations" est en train de se former. Cette couche mondiale cosmopolite est le peuple du déluge.

 

4.4.4 L'Arche n'est pas seulement un esprit élevé ; c'est aussi une solution technique, une adaptation et une institution pour surmonter une catastrophe. Si la technologie n'asservit pas l'âme, elle peut et doit servir l'être humain. En substance, tout comme l'homme est appelé à spiritualiser le monde, il doit spiritualiser la technologie, "apprivoiser" la technologie en tant que partie intégrante de la civilisation.

4.4.5 La Russie dispose de toute une classe de "technologies de fermeture" ultramodernes, dont la plupart ont été créées en URSS [109]. Récemment, plusieurs structures se sont employées à collecter et à analyser la richesse intellectuelle dont nous disposons et qui est susceptible de devenir la base d'un nouveau mode de production technologique. Par exemple, l'International Institute for Management Problems (IIMIPU) a créé tout un "registre des technologies avancées", dont l'efficacité ne fait aucun doute pour les experts. C'est cette richesse qui constituera la base de la civilisation de l'Arche.

 

4.4.6 Le point de bifurcation du développement technologique moderne place l'humanité dans une position de chevalier à la croisée des chemins : soit pour introduire résolument, dans le domaine de la créativité innovante, la conception et l'introduction des hautes technologies, des principes de conscience, de morale, soit pour reconnaître que nous nous dirigeons rapidement vers une apocalypse technologique, car le génie génétique, la robotique et l'informatique ne sont pas moins dangereux que l'énergie nucléaire, et en vertu de la complication du paradigme du contrôle des technologies - encore plus. Ce dont nous avons besoin, ce n'est pas seulement d'une technologie intelligente, mais aussi d'une technologie sage - il faut une sorte de "code moral" au niveau des logiciels, ainsi qu'un système de retour d'information permanent de la part des équipes humaines appelées à gérer ces systèmes.

 

4.4.7 L'humanité entre dans un nouveau mode technologique. Certains experts pensent que dans un avenir proche, la robotique permettra d'abolir totalement le travail manuel et que les technologies agricoles modernes permettront de nourrir le monde. Toutefois, cet optimisme est quelque peu "empoisonné" par d'autres caractéristiques du modèle de développement actuel : la technologie, qui a commencé à dicter les grandes orientations au cours des 40 dernières années, s'est concentrée sur l'humanité et la noosphère en tant que système fermé, ce qui conduit à une déformation monstrueuse du cadre éthique de la conception des sciences et des technologies. Une caractéristique aussi essentielle, comme la distorsion d'un vecteur de développement technologique, y est liée. Là où l'ensemble de l'industrie moderne de l'innovation se déplace, on peut parler de "canal de diversion du développement". La civilisation occidentale a réussi à obtenir un succès remarquable dans la promotion par ce canal (Internet, communication mobile, réalité virtuelle, etc.). Cependant, tout cela ne représente qu'une bande étroite dans un vaste champ de possibilités de développement de la civilisation humaine. Le développement est étroitement canalisé le long d'une ligne et, soyons honnêtes, il a atteint une impasse du "mode information". En même temps, le développement dans d'autres directions, beaucoup plus important et urgent, lié au dépassement de l'"isolement" du monde planétaire et de l'humanité en tant que système, a été ralenti ou simplement arrêté.

 

4.4.8 Ainsi, à l'Ouest, le développement a été orienté vers un couloir relativement étroit : des travaux intensifs ont été lancés dans le domaine des réseaux informatiques mondiaux (prototype Internet), de la réalité virtuelle et de l'intelligence artificielle (IA). Il est extrêmement symptomatique que presque partout, ces développements ont été supervisés et mis en œuvre par des agences militaires spécialisées (à l'origine commandées par l'agence DARPA du Pentagone). Il y a des raisons de croire que les technologies informatiques que nous connaissons bien et l'industrie des jeux informatiques depuis le tout début ont été développées dans le cadre d'un projet global de "virtualisation" de la réalité pour contrôler et gérer la conscience de la société humaine [110]. Cette caractéristique des technologies numériques modernes en tant que pseudo-développement, faux développement qui de facto ne révèle pas, mais ferme les forces créatives de l'homme, est toujours cachée - à la place d'une image adéquate et objective se trouve une image neutre.

 

4.4.9 Un tel scénario peut être défini comme la formation d'une civilisation d'un circuit planétaire fermé, avec une sorte de "sommeil de vigilance" d'un homme de masse immergé dans le divertissement - la diversion - l'attraction, dans un beau vide. L'étape suivante de ce progrès est devenue les technologies "2.0", créées ostensiblement pour accélérer et améliorer les communications, mais en réalité, elles ont essentiellement augmenté les moyens de contrôle et de manipulation. Pendant longtemps, les gens ne savaient pas qu'il existait une connexion interne entre les plus grandes entreprises : Google, Facebook, Twitter - qui n'est apparue qu'au cours de la défense des intérêts des clients transnationaux du Printemps arabe. La bonne gestion du développement des technologies de l'information a été assurée par un certain nombre de clubs fermés, en particulier le "Mountain Forum" aux États-Unis. Il n'y a pas si longtemps, Eric Schmidt, une figure clé de cette branche de l'"État profond", a été nommé à la tête de la Commission de la sécurité nationale et de l'intelligence artificielle du Congrès américain, ce qui marque le passage de la "guerre" pour la gestion de la conscience à un niveau qualitativement nouveau, peut-être déjà à la "ligne d'arrivée".

 

4.4.10. Il est curieux que la métaphore du déluge soit littéralement reproduite dans la symbolique du déluge numérique mondial (global flood) - un déluge ou un flot d'informations redondantes, de simulacres, de mèmes et de faux conçus pour paralyser la pensée indépendante et conceptuelle qui va à l'encontre de l'image imposée de la réalité de quelque manière que ce soit. L'inondation des méthodes et techniques de défaut ou de traînage devient l'"âme" de la société numérique. C'est une inondation dans laquelle le réseau devient un espace chaotique et il n'est plus possible de trouver des îlots de contenu réel, de valeurs réelles, de sincérité et de sens. L'essence de cette menace est que la personnalité de la personne en réseau est soumise à une pseudo surpersonnalité, la méga machine qui génère le flot mondial de la rationalité. Les générateurs d'inondations font naître de nouvelles générations, les plongeant dans de fausses significations attrayantes et divertissantes qui, en changeant rapidement, littéralement la conscience des inondations, provoquent une dépendance à l'information. Le danger des liquides est que pour les adultes élevés dans la culture moderne, son contenu semble frivole, inintéressant et vide, et ils sont incapables d'évaluer rapidement ce danger pour leurs enfants.

 

4.4.11. Mais ce qui est bien plus dangereux, c'est ce qu'on appelle le "déluge spirituel", c'est-à-dire le vide qui se trouve dans les coquilles des informations significatives. La lutte contre le déluge médiatique de l'Anti-système peut être menée à l'intérieur des espaces correspondants au moyen de la modélisation par les gens de l'Arche et de la Civilisation de l'Arche de leurs propres espaces d'information de référence et de leurs significations selon leur architecture du monde souhaitée et projetée. Il n'y a qu'un seul moyen véritablement victorieux dans cette guerre : la création d'une alternative technique à l'Internet qui la surpasse.

 

 

4.4.12. L'objectif de l'Arche est de dépasser l'approche informationnelle de la connaissance. Nous n'avons pas besoin d'une société de l'information, mais d'une société de la connaissance qui utilise toutes les technologies les plus avancées. Pour que l'information devienne un savoir, nous avons besoin d'une série de transformations qui permettent non seulement un accès égal et efficace à l'information, mais aussi son évaluation critique, un tri et un filtrage significatifs. Un élément important de cette contre-réforme de l'information sera de s'appuyer sur le noyau sacré de l'image du monde. Ici, l'Arche a un net avantage sur la civilisation du déluge, qui est programmée pour la désacralisation, le tout sujet à la déconstruction et au transfert à l'état plan de la culture de masse de surface. Les tentatives de ses "usines à penser" pour construire des produits "sacrés" trompeurs semblent encore assez impuissantes. Bien qu'il y ait plusieurs exceptions[111]. Comme le note l'analyste russe Georgy Pocheptsov, les idéologues et les directeurs de la guerre contre la conscience de masse se sont déjà rapprochés du niveau de la neuropsychologie : "On sait déjà que les choses sacrées et les choses simples sont activées dans différentes parties du cerveau, et on comprend maintenant pourquoi les choses sacrées ne se transforment pas en choses matérielles". La solution spirituelle-humanitaire de la civilisation de l'Arche : la construction de son mode d'information plus parfait, contribuant non pas à la barbarisation de l'homme, mais au contraire, au dépassement de l'"automatisme" de la civilisation, à l'éveil de l'"homme intérieur". Les hautes technologies peuvent et doivent devenir sur l'Arche un support pour un esprit élevé.

 

4.4.13. Comme ce sont les technologies de l'information qui constituent le principal front de la confrontation intercivilisationnelle et de la lutte pour le contrôle humain, l'Arche russe doit construire un système d'information autonome qui se développe selon ses propres lois et dans le sens de la civilisation. Elle devrait également construire son propre système d'information (voir 4.5 pour les détails), qui garantira le développement souverain de la civilisation de l'Arche dans le domaine technologique. En pratique, cela signifie un niveau élevé de substitution de l'importation d'informations par rapport à ce qui est observé dans l'état actuel ; un accès au premier plan dans le système de sécurité d'État du secteur de l'information. Nous devons nous rendre compte que dans les conditions actuelles, le libéralisme de l'État à l'égard des grandes campagnes d'information occidentales opérant sur le marché russe est égal à la loyauté des services spéciaux envers les activités de renseignement étranger.

 

4.4.14. Concrètement, cela signifie soutenir et développer nos propres écoles scientifiques dans le domaine des télécommunications avancées, des technologies de l'information, des langages de programmation, de l'IA, de l'Internet des objets, etc. ; créer un groupe d'entreprises et d'universités sur les derniers développements et la production de nos propres produits, plates-formes, systèmes d'exploitation, programmes, protocoles et autres technologies, y compris notre propre production de tous les composants pour les équipements domestiques. La tâche stratégique consiste à définir nos propres orientations russes de développement de percée dans l'industrie, autour desquelles notre info-économie sera construite technologiquement.

 

4.4.15. Il est nécessaire de limiter les possibilités des entreprises étrangères, notamment en ce qui concerne l'accès aux données d'utilisation de nos citoyens et organisations ; d'évincer progressivement du marché les acteurs transnationaux dans le domaine du commerce sur Internet, des services Internet, de l'"Internet des objets" ; d'abandonner progressivement les services et produits à codes fermés à l'échelle nationale, notamment Apple et Microsoft ; d'exclure complètement l'action des cryptocurrences étrangères sur le territoire de la Russie ; d'imposer des sanctions et autres mesures réglementaires, pouvant aller jusqu'au blocage des transactions. Tout cela signifie que les acteurs mondiaux seront tenus de connaître et de respecter le droit russe pour tout ce qui concerne leur interaction avec les citoyens et les entreprises russes. La nature mondiale du réseau n'exonère pas ses modérateurs de leur responsabilité envers le système juridique local (mais souverain). Si un réseau mondial ne veut pas se conformer aux règles de l'Arche sur son territoire et par rapport à ses citoyens, alors il cessera d'être mondial.

 

 

 

4.4.16. La civilisation de l'arche crée ses propres réseaux sociaux et moteurs de recherche puissants, exerce sa "souveraineté" sur les réseaux et moteurs existants, crée son propre hébergement vidéo assez puissant (certains de ces programmes devraient être mis en œuvre en partenariat avec l'Inde, en prévoyant dans les plateformes créées la possibilité d'une transition automatique vers le russe et l'hindi). Il est également nécessaire de créer une ligne de produits de l'industrie des jeux : jeux vidéo, jeux pour ordinateurs et gadgets - la Russie dispose à cet égard d'avantages concurrentiels importants et d'un personnel créatif [112]. Nous devons avoir une classe de jeux complètement différente. (Les jeux actuels visent principalement à "tuer" le temps de manière sophistiquée et ont été créés dans ce but. C'est une autre tendance suicidaire dans la "culture de masse" de la civilisation du déluge).

 

4.4.17. Conformément aux principes d'autarcie spirituelle et informationnelle, la civilisation de l'Arche crée un système pour contrer les technologies du Déluge. Les réseaux russes devraient disposer d'un réseau interne de ressources garantissant un haut niveau de fiabilité et l'accès à des matériaux spécialisés hautement qualifiés ; certains de ces réseaux seront fermés (pour un usage officiel, scientifique, etc.).

 

4.4.18. Les discussions discrètes sur l'IA en tant que nouveau sujet de développement potentiel capable de détruire l'humanité en tant que branche imparfaite de l'évolution sont des motifs issus de la fiction non scientifique. L'intelligence artificielle peut fonctionner dans des systèmes de pensée rationnels et rationnels. Mais il ne peut fonctionner ni dans des systèmes irrationnels ni dans des systèmes spirituels, et ne représente donc rien de proportionnel à la conscience humaine. De plus, l'IA n'a pas de liberté de choix, ses algorithmes de décisions sont programmés. L'IA peut être une aide à la fois pour la dictature mondiale de la civilisation du déluge, et pour le nouveau modèle de développement solidaire de l'humanité [113].

 

4.4.19. La question de la sécurité humaine en ce qui concerne les nouvelles technologies de l'information ne réside pas dans le fait qu'elles sont capables de remplacer la conscience et la pensée humaines, mais d'une autre manière : premièrement, dans le fait que, déjà de nos jours, la réalité virtuelle, le gadget indiscriminé des enfants et des adolescents a un impact puissant sur la conscience, contribuant à la dégradation intellectuelle, émotionnelle et morale-volontaire de la jeune génération ; deuxièmement, dans le fait qu'une personne peut ne pas disposer de systèmes de contrôle suffisamment efficaces sur les puissantes technologies de l'information, et c'est la raison principale de cette situation. (Dans le cas de volumes d'informations très importants, il est nécessaire qu'une personne dispose d'un arsenal d'outils logiciels capables de révéler et de corriger les violations et les déviations dans le travail de ce qu'on appelle "l'intelligence artificielle". L'IA ne doit pas être un système unique - l'IA doit être suspendue à un système d'IA autonome la contrôlant dans l'intérêt d'une personne, programmée pour le problème de la sécurité humaine, rendant compte en temps utile des nouveaux dilemmes et difficultés imprévus) [114].

 

4.4.20. L'Arche russe développe et met en œuvre un modèle original de robotisation de la production industrielle et une nouvelle structure d'emploi des ressources humaines. Des progrès déterminés vers la robotisation entraîneront des changements importants dans cette structure, générant de nouvelles professions et de nouveaux domaines d'emploi humain. La robotisation dans notre parcours de développement est principalement conçue pour libérer les gens de leurs activités les plus routinières, plutôt que de les pousser hors du processus de production. C'est un point clé qui distingue radicalement les approches de la Civilisation du Déluge, qui rêve de se débarrasser de la majorité des gens et de la Civilisation de l'Arche, qui considère l'homme comme sa principale valeur et, en fin de compte, comme le but de tout développement.

 

4.4.21. La robotisation de facto est le résultat principal et déterminant de l'économie de l'information à ce stade du développement technologique. La robotisation constituera un saut qualitatif pour la Russie, une transition du modèle post-soviétique à un niveau de développement fondamentalement nouveau. La robotisation dans la civilisation de l'arche est : l'expansion des possibilités d'ascension individuelle dans la société et le lancement de nouveaux "ascenseurs sociaux" ; une réduction de la part des pauvres ; une forte augmentation de la productivité du travail ; la possibilité d'une forte augmentation de la qualité d'un certain nombre de services, y compris certains services médicaux ; la diversification de l'économie et le développement de nouvelles industries de haute technologie. La création d'une économie robotique et de l'information (technologie de création, nouveau système d'ateliers) avec de multiples formes de propriété corporative, collective, coopérative, familiale va dans le sens de la création d'un système de petites villes et de manoirs locaux - New Gardarica - au lieu du modèle actuel de mégapoles (voir chapitre 4.6).

 

4.4.22. Nous nions complètement le concept de "revenu minimum garanti" comme étant humiliant pour l'homme, le réduisant au rôle de "lest social" insensé de la civilisation, de consommateurs lumpen, une sorte d'"animaux" domestiques, qui sont laissés à vivre au nom d'une "humanité" externe et alogique. Ce genre de personnes va inévitablement se transformer en dégénérés oisifs et vicieux. Un être humain doit créer, travailler ou se battre, en suant son visage, en extrayant du "pain" - et par pain, on entend le pain spirituel.

 

4.4.23. La civilisation de l'Arche construit un modèle de développement dans lequel tous peuvent être fournis en travail. Les casse-cou iront aux extrémistes et aux guerriers, aux hommes intelligents - à la science et à la pédagogie, aux amoureux de la nature - aux géomorphologues, aux entrepreneurs - aux entreprises, liées principalement à la science et aux nouvelles technologies, les professions honorifiques seront entre nos mains : des maîtres-artisans qui créent des miracles. Personne ne sera superflu, tout le monde trouvera quelque chose à aimer. C'est dommage de vivre comme un légume sans se créer et se dépasser, d'aller dans des narcogresis ou des mondes virtuels de jeux inutiles. Il est également inacceptable de passer à un emploi à temps partiel, gagnant sa vie au cas par cas (modèle précarit). Les fêtes et les jeux lents deviendront des parias méprisables.

 

4.4.24. Dans le domaine de l'infomédiation robotique, des domaines de travail tels que le haut-artisanat qui s'élève au bord de l'art seront considérablement développés. Des meubles exclusifs, de la vaisselle, des vêtements, de belles choses de la vie quotidienne, fabriqués non pas sur un tapis roulant, mais avec les mains de véritables maîtres, qui y mettent leur âme et leur chaleur humaine, seront la norme. La profession d'enseignant sera très prestigieuse, les écoles passeront au système, lorsque la classe ne comptera pas plus de 4-5 élèves et que chaque élève sera traité individuellement, dans le but de révéler ses talents et ses capacités créatives. Chaque élève se voit attribuer un professeur-formateur personnel et le programme d'études prévoit des heures pour la communication personnelle, la lecture en commun, le jeu et les loisirs. Avec les sociétés agricoles et l'industrie alimentaire, il y aura un puissant secteur de nouveaux paysans qui cultiveront des produits agricoles absolument purs, produiront des produits "anciens" et traditionnels, construiront leurs propres petites fermes, abattoirs d'huile, boulangeries avec la plus haute marque de qualité - personnelle. La sphère des sports va s'étendre, y compris les sports extrêmes : océanautes et aéronautes, pilotes et planeurs, plaisanciers et rafteurs, spéléologues et alpinistes.

 

4.4.25. Comme il ressort déjà du premier chapitre de nos travaux, la Civilisation de l'Arche donnera naissance à la branche de la Super cosmonautique. L'expansion vers l'Univers devient une super-tâche, nous volons dans les profondeurs de l'espace non seulement pour des raisons économiques, mais en faisant quelque chose comme la "Croisade" avec la mission de transformation de Pâques. Cette industrie nécessitera un nombre énorme d'employés, la robotique ne peut pas remplacer complètement l'homme ici. Il y aura tout un réseau de "chantiers navals" et de cosmodromes, une base intermédiaire sur la Lune, des centaines de centres de développement et d'essai de nouveaux équipements, la formation des équipages. Dans ce cas, la création de chaque complexe pour les vols long-courriers est une source de nouvelles percées scientifiques et technologiques. Une telle industrie peut absorber beaucoup de personnes qui se sont débarrassées de leur ancien travail "excessif" dans le secteur des services, dans les usines, les usines, les bureaux. Une autre grande direction est le développement des mers et des océans, la transformation des fonds marins, la création de toute une économie maritime avec une utilisation rationnelle et respectueuse de la nature de ses ressources minérales, la création de fermes d'élevage d'espèces utiles de la flore et de la faune marines qui, à l'avenir, déplaceront la pêche prédatrice, la création de stations de recherche en eaux profondes et, à l'avenir, toute une "industrie sous-marine"[115].

 

4.4.26. Arrêtons-nous à un scénario extrêmement risqué mais tout à fait probable : la guerre en réseau que l'anticonventionniste technologique pourrait mener contre nous et nos alliés. Si une politique de réseau agressive devient un outil pour une entreprise puissante, elle ne stabilisera pas le système mondial selon ses règles, mais impliquera une restructuration de la structure même des guerres : les pays "voyous" et les entreprises concurrentes utiliseront des méthodes appropriées pour combattre la structure en réseau. L'hyper-empire va créer un réseau global de partisans. Et la guerre partisane a toujours été l'avantage compétitif des Russes. L'Arche pourrait engendrer, si, bien sûr, dans la lignée des guerres hybrides en cours, une armée spéciale de hackers. Les Anglo-Saxons étaient de grands pirates en mer, mais nous, les Russes, serions devenus des guérilleros des réseaux mondiaux pour faire avec les Britanniques et leurs alliés la même chose que leurs drapeaux avec les "galions d'or" espagnols et portugais. Personne dans le monde ne s'est jamais sérieusement préoccupé de créer une cyberforce, non pas pour paralyser un ennemi, mais pour l'épuiser et l'exsanguiner [116]. Une telle guilde militaire devra travailler en collaboration avec les services de renseignement. La tâche suprême de l'Arche est de forcer l'ennemi à abandonner ses plans d'agression dans l'infosphère, de mettre une limite aux agressions high-tech contre les "petits", aux vols et aux pillages.

 

 

AUJOURD'HUI, L'ÉLITE FINANCIÈRE MONDIALE ACHÈTE ET REDISTRIBUE LA RICHESSE MONDIALE À DES TAUX ET DES TAILLES SANS PRÉCÉDENT. CE N'EST RIEN D'AUTRE QU'UNE GRANDE FRAUDE MONDIALE - UN CRIME CONTRE L'HUMANITÉ. SELON LES MOTS DE JOHN KEYNES, LE PLUS GRAND ÉCONOMISTE DU XXE SIÈCLE, "LE CAPITALISME EST UNE ÉTRANGE CROYANCE SELON LAQUELLE LES PERSONNES LES PLUS VILES AUX MOTIFS LES PLUS VILS AGISSENT D'UNE MANIÈRE OU D'UNE AUTRE POUR LE BIEN COMMUN".

4.5. le corporatisme. Une société solide. Sync by honeybunny

 

4.5.1 Le monde est confronté à un défi de développement social que l'on peut qualifier de "révolutionnaire" dans ses conséquences. Le capitalisme moderne est devenu un mode de pensée anti-systémique, non seulement comme une barrière à la reproduction normale de l'humanité, mais aussi comme une menace pour son existence. Son développement ultérieur sous sa forme actuelle, qui conduit à un contrôle inclusif par l'argent, conduira à une stratification rigide du monde en une classe de maîtres et du reste de l'humanité, qui se trouvera dans une position d'esclaves. Le Créateur, en créant la Terre et en la peuplant d'êtres humains, a donné ses richesses à l'humanité entière. Aujourd'hui, l'élite financière mondiale, ayant imposé au monde la monnaie fiduciaire, et utilisant également un ensemble complexe de produits dérivés (instruments financiers dérivés), dans des tailles et des taux sans précédent, achète et redistribue à son avantage les richesses mondiales [117]. Ce n'est rien d'autre qu'une grande fraude mondiale - un crime contre l'humanité. L'idée du capitalisme moderne comme une couronne naturelle et nécessaire de l'histoire est naïve et propre aux seuls peuples très confiants, tombés dans la propagande néolibérale. Selon les mots de John Keynes, le plus grand économiste du XXe siècle, "le capitalisme est une étrange croyance selon laquelle les personnes les plus viles aux motifs les plus vils agissent en quelque sorte pour le bien commun". Depuis l'époque de Keynes, l'acuité de la vérité qu'il a dite n'a fait que croître.

 

4.5.2 Depuis le rejet de la garantie en or du dollar (1971), qui sert d'unité de compte mondiale, ses maîtres - l'oligarchie financière mondiale - ont pu émettre de la monnaie mondiale en quantités presque illimitées. Les financiers mondiaux qui ont le pouvoir sur les principaux centres d'émission, les services spéciaux des pays occidentaux et l'OTAN, sous le couvert des idées du marché libre, de la démocratie et du libéralisme, ont créé et imposé au monde un modèle moderne de relations socio-économiques et politiques, leur permettant d'exploiter secrètement l'humanité. En fait, ils créent leur monnaie "à partir de l'air", et l'émission de dollars est devenue l'activité économique la plus rentable au monde[118]. Le principe "les riches deviennent riches, et les pauvres deviennent pauvres" est vrai non seulement pour les individus, mais aussi pour les États. Une telle tendance de développement, si elle n'est pas interrompue à temps, conduira inévitablement à une tragédie mondiale.

 

4.5.3 Le système financier mondial est capable de générer lui-même de l'argent et des capitaux. Même aujourd'hui, les principaux acteurs de la politique mondiale ne sont pas officiellement reconnus comme de tels sujets de droit international - l'État, mais une structure supranationale invisible, appelée aux États-Unis "État profond" - l'oligarchie bancaire, qui effectue un vol caché de pays financièrement sous-développés. L'État américain, considéré comme un hégémon mondial, n'est que son territoire de base, utilisé comme un outil de force pour forcer l'humanité à reconnaître le modèle existant.

 

4.5.4 Les pays qui utilisent des devises contrôlées par une oligarchie financière dans le commerce international sont des colonies latentes. Ainsi, l'oligarchie achète tout - les actifs industriels, les technologies, les espaces de marché, les systèmes de maintien de la vie d'une société, les scientifiques et les hommes politiques les plus talentueux, les partis politiques, les chefs d'État et les États eux-mêmes.

 

4.5.5 Pour la construction de l'Arche russe de haut niveau défendant un mode de développement souverain, il est nécessaire de résoudre les problèmes suivants : création dans le pays de l'abondance financière ; participation au processus des relations économiques du volume maximum de la richesse nationale ; exception de toute forme de vol du pays et d'exploitation de son peuple par des forces extérieures ; développement avancé de l'économie souveraine de l'information comme locomotive d'un nouveau mode technologique [119].

 

4.5.6 La monnaie moderne est un certain volume de chiffres déclarés par son émetteur ; elle est primaire par rapport à l'économie. Ce n'est plus l'économie qui crée l'argent, mais l'argent qui crée l'économie. La fonction de l'argent est similaire à celle d'un cheval qui, en avançant, tire une charrette. L'argent est le produit le plus avantageux de l'État en tant qu'entité économique. Le principal avantage de son émission est la possibilité de recevoir des revenus d'émission. C'est le revenu des émissions provenant du néant qui contient "l'énergie de l'argent", qui est le principal stimulant du développement économique.

 

 

 

À cet égard, la tâche prioritaire de la Russie sur la voie de la relance de l'économie nationale est de créer un système financier à part entière capable de créer une monnaie nationale de qualité dans le volume requis. Pour qu'elle soit couronnée de succès, elle est nécessaire :

 

(a) Créer un système financier composé de structures et de départements au niveau institutionnel, réceptifs aux méthodes innovantes de création d'argent et de capital financier ;

 

b) Capitaliser la richesse nationale afin d'en augmenter sensiblement la valeur, lui donner une fonction de marchandise et l'utiliser comme un instrument d'absorption de la masse monétaire.

 

4.5.7 La nécessité d'améliorer l'efficacité de l'économie nationale est également due au fait que la politique de protectionnisme (y compris le protectionnisme caché) menée par les pays développés se durcit chaque année. Ce fait les pousse à rechercher de nouvelles formes de subventionnement, capables de maximiser la compétitivité de leurs produits sur le marché mondial à un coût minimum. Les pays développés procèdent à ces subventions avec de l'argent fraîchement émis.

 

4.5.8 La première étape de la Russie dans la construction de l'économie de l'Arche devrait être la nationalisation et la dénationalisation de la richesse nationale et la création de conditions pour assurer :

 

1). leur préservation sous le contrôle du peuple russe ;

 

2). leur inclusion maximale dans le chiffre d'affaires économique.

 

4.5.9 La principale ressource pour le développement de la Russie est son énorme richesse, dont la plupart, en l'absence des infrastructures et des conditions juridiques nécessaires, ne sont pas formalisées, capitalisées et n'interviennent pas dans le processus des relations économiques, respectivement, ne créent pas de valeur ajoutée, ce qui réduit considérablement l'efficacité de l'économie nationale dans son ensemble. Ce sont ces richesses impliquées dans l'économie qui devraient devenir le "cheval" qui tirera la "charrette" de la réindustrialisation et de la percée technologique.

 

4.5.10. Pour sortir de l'impasse dans laquelle se trouve le développement économique mondial, il faut changer les approches en matière de propriété. La propriété devrait passer de la malédiction du capitalisme à la bénédiction d'une société solidaire. La propriété doit cesser d'être un objet de discorde, de lutte, de redistribution, d'envie et de ruse. Elle doit devenir la base de la solidarité et du corporatisme, qui existent dans le contexte du multilatéralisme social et économique.

 

4.5.11. La forme optimale pour résoudre les contradictions entre l'utilisation privée et publique de la richesse nationale est la corporatisation, qui permet de la répartir le plus équitablement possible (à parts égales) entre tous les citoyens d'un pays où tant les citoyens et leurs associations que les autorités publiques autorisées peuvent être actionnaires.

 

4.5.12. Les richesses nationales ne doivent pas être des objets d'exploitation ou de vente, mais des actifs qui créent de la valeur ajoutée, qui, transformés en différentes formes de capital, y compris des titres, seront l'un des maillons de la chaîne technologique de création d'une monnaie nationale de qualité et de capital d'investissement national.

 

4.5.13. Une monnaie fiduciaire moderne de qualité (bon marché et stable) ne peut être que si le volume nécessaire de sécurité des marchandises est disponible. Et la fonction d'approvisionnement en matières premières principales (surtout au stade initial d'assurer un développement intensif) peut être assurée par la richesse nationale capitalisée transformée en titres, qui, étant impliqués dans le chiffre d'affaires économique, serviront d'instrument d'absorption de la masse monétaire, ce qui permettra à l'État de procéder systématiquement à une émission massive de monnaie sur un mode désinflationniste.

 

4.5.14. La préférence accordée à la forme de propriété des sociétés est dictée par les raisons suivantes :

 

- La capitalisation de la richesse nationale dans le processus de sa corporatisation permet une augmentation multiple de sa valeur, ce qui permettra d'augmenter le volume des actifs formalisés de l'État impliqués dans le processus de relations économiques créant une valeur ajoutée ;

- la structure organisationnelle des entreprises est propice à la dénationalisation par le biais de la distribution gratuite ;

- les sociétés seront obligées d'émettre des actions, qui seront utilisées comme un outil de distribution de la richesse nationale ;

- nous pouvons créer une masse de marchandises sous la forme d'actions d'une grande richesse nationale, qui, en tournant sur le marché intérieur, servira d'instrument pour assurer et absorber la masse monétaire en monnaie nationale, ce qui est une des conditions pour en assurer la qualité ;

- le nombre de transactions à valeur ajoutée augmente avec l'accroissement du volume de l'offre de produits de base, ce qui accroît la rentabilité de l'économie nationale ;

- En raison de sa démocratie, la forme de propriété des entreprises est la plus commode pour assurer le contrôle public du processus de gestion des richesses nationales ;

 

dans tous les pays les plus développés du monde s'est révélée économiquement efficace dans la pratique.

 

 

 

4.5.15. Le plan pratique de transition vers le corporatisme implique la mise en place d'un système spécial pour évaluer la richesse nationale et déterminer la valeur totale de la richesse à distribuer. Après une telle évaluation, ses résultats sont rendus publics et une liste différenciée de citoyens qui ont des droits sur les richesses distribuées est créée en parallèle.

 

4.5.16. Le processus de distribution lui-même se déroule de la manière suivante : un programme informatique est créé, dans la base de données duquel sont saisies les informations relatives aux actions de la société collectées, ainsi que la liste des citoyens ayant droit à la richesse distribuée. Le programme distribue des parts entre tous les citoyens du pays, à parts égales et au hasard. Chaque citoyen recevra une part totale égale et personne n'aura de raison d'accuser les autorités de partialité.

 

4.5.17. Donnons un exemple à titre d'illustration. Si la valeur totale de la richesse nationale à distribuer est de 1 000 milliards de c.u. et que 10 000 000 de personnes en font la demande, alors à la valeur nominale de 100 c.u. chaque citoyen recevra un paquet de 1 000 actions pour un montant total de 100 000 c.u., dont il aura le droit de disposer à sa guise au cours de sa vie. Quant aux actions elles-mêmes, elles existeront sous forme électronique, ce qui facilitera leur stockage et leur gestion. En outre, le formulaire électronique permettra aux autorités réglementaires de contrôler toutes les transactions effectuées avec elles. Chaque action doit contenir : le nom de la société qui l'a émise ; un numéro de série (similaire au numéro figurant sur le billet de banque) ; une fois distribuée, chaque action acquiert des informations supplémentaires avec le nom du propriétaire, qui seront complétées lorsque le propriétaire change de propriétaire.

 

4.5.18. Si au moins 10 % du nombre total d'actions distribuées sont jetées sur le marché à la fois, leur valeur totale, dépassant largement le montant de la valeur de la fourniture de produits de base, en raison de l'absence du volume de la masse monétaire qui la dessert, ferait inévitablement baisser leur valeur initialement déclarée. Cela peut être évité en injectant sur le marché simultanément à la distribution des parts de la masse monétaire le montant nécessaire pour servir le chiffre d'affaires de la nouvelle masse de marchandises qui apparaîtra sur le marché. Dans le même temps, le volume maximal de la masse de marchandises qui devrait apparaître sur le marché devrait être strictement limité par la législation.

 

4.5.19. Un tel modèle offre à l'État la possibilité de procéder à des émissions monétaires supplémentaires à grande échelle et de percevoir le volume correspondant de revenus des émissions. Le saut de la masse monétaire lui-même stimule à la fois l'activité économique de la population et le processus de formation du capital d'investissement national, qui, combinés, assureront une croissance bondissante de l'économie nationale. La méthode proposée pour la répartition des richesses nationales fera émerger en Russie une formation sociale fondamentalement nouvelle - une société d'État de marché solidaire, dont les propriétaires associés seront tous les citoyens.

 

4.5.20. L'État qui sera le premier à instaurer le social-corporatisme attirera inévitablement l'attention du monde entier et, avec une approche politique appropriée, sera soutenu par les institutions mondiales de développement[120]. La Russie disposera de connaissances et d'une expérience inestimables et bénéficiera d'avantages économiques et politiques par rapport à ses principaux concurrents. La mise en œuvre des solutions que nous proposons permettra de rétablir la justice violée sous le couvert de la privatisation, de stabiliser l'état de la société, d'améliorer sensiblement l'efficacité de l'économie nationale et de devenir un exemple et un moteur de transformation positive à l'échelle mondiale[121].

 

4.5.21. Actuellement, la Russie développe activement une théorie et une méthodologie d'un ordre social solidaire[122]. La source de réalisation de l'objectif principal du solidarisme est le revenu de solidarité provenant de la reproduction de la propriété privée associée des citoyens sur les ressources naturelles.

 

4.5.22. Les formes dominantes de biens solidaires associés, outre les biens sociaux, sont également les biens familiaux dans la petite et moyenne production ; les biens publics solidaires sont égaux, attribués personnellement à chaque citoyen du pays pour la durée de sa vie, non transmis par héritage et non aliénés au profit de quiconque ; en outre, dans le cadre de la multiplicité, il y aura également des biens privés individuels des citoyens, garantissant les besoins du droit à la vie.

 

 

 

4.5.23. Si l'on considère l'économie solidaire dans son ensemble, il convient de noter que, pour la première fois dans l'histoire de la civilisation humaine, les représentants des sous-systèmes de la société, qu'ils soient gérés ou gouvernés, auront des droits égaux non seulement sur le plan politique mais aussi sur le plan économique. Une contradiction essentielle et vitale (non pas antagoniste, mais constructive) sera l'interaction harmonieuse entre les producteurs et les gestionnaires. Dans une société solidaire, le rôle des scientifiques et des enseignants augmentera considérablement. Ce sera un moyen naturel de sortir de la crise mondiale actuelle de la civilisation des conquérants de la nature. La méritocratie, en tant que pouvoir d'intellectuels compétents, hautement qualifiés, enthousiastes et responsables, remplacera le pouvoir actuel des partisans du grand capital, des partis bourgeois et de l'oligarchie financière. À un moment donné, dans la doctrine russe, nous avons suggéré que cette couche de méritocratie de premier plan soit appelée une "signifiance".

 

4.5.24. Une société solidaire, de par sa nature même, sera transformée en société de la connaissance, un système dans lequel les citoyens ne chercheront pas seulement à s'instruire et à acquérir des connaissances, mais où la connaissance deviendra un critère de statut social et un facteur politique puissant. Des organismes publics spécialement créés à partir d'experts compétents pourront contrôler toutes les actions et décisions des fonctionnaires, des juges, des chefs d'entreprise et des agents, etc. sans exception. La couche des cadres sera soumise au "contrôle démocratique du peuple" - ce qui entraînera une rotation régulière du personnel dans le système de gestion, ainsi qu'une nette amélioration de la qualité des décisions prises.

 

4.5.25. La fonctionnalité injustifiée de l'argent, spécialement conçue et mise en œuvre dans l'intérêt du grand capital et de la spéculation financière, sera contrôlée dans une société solidaire. La fonction de la monnaie dans son rôle utile pour l'ensemble de la société est plus étroite - et elle devrait être limitée à des fonctions telles que, tout d'abord, "l'échelle des prix" et les "moyens de circulation". Les fonctions de la monnaie, telles que le crédit, l'accumulation et la "monnaie mondiale", peuvent être considérablement limitées par l'introduction de ce que l'on appelle les "surestaries" comme outil efficace dans la lutte contre la monopolisation et l'oligarchie. En cas de forte confrontation de la civilisation de l'Arche avec la civilisation du déluge, ces mesures rendront le système financier et économique de l'Arche pratiquement "insubmersible" et capable de survivre dans les conditions extérieures les plus défavorables.

 

4.5.26. Le solidarité et l'économie d'entreprise ne sont pas des constructions purement théoriques. L'expérience historique considérable montre que ces idées sont prometteuses et réalistes. On peut se souvenir d'institutions solidaires dans l'histoire de la Russie comme la communauté et l'artel, diverses formes de coopération en matière de production et de vente. Toutefois, elle ne se limite pas aux formes d'auto-organisation de la base. Dans l'histoire de la voie capitaliste, il existe des exemples brillants comme les communautés d'entrepreneurs russes des Vieux Croyants au XIXe siècle ou les sociétés japonaises Keiratsu dans la seconde moitié du XXe siècle. Dans ces exemples, le facteur de réussite le plus important dans l'économie était l'identité religieuse et l'identité d'entreprise. Les anciens croyants en Russie ont agi de manière contraire à l'environnement. Le secret de leur succès était qu'il ne s'agissait pas d'une propriété privée, mais d'une propriété communautaire très organisée, qui n'appartenait que nominalement à des marchands célèbres, qui étaient en fait "les fiduciaires de Dieu dans la gestion des biens" et étaient responsables devant la communauté. Nous voyons une image similaire chez les Japonais qui, grâce à la synthèse du capitalisme avec leur système national communautaire, ont réussi à faire de l'économie japonaise la plus avancée.

 

4.5.27. Le succès de l'oligarchie financière mondiale, qui est cependant rarement pris en compte, repose également sur le fait que ce ne sont pas les "loups solitaires de Wall Street" qui donnent le ton, mais les enjeux des entreprises familiales, qui ont une responsabilité extrêmement stricte envers leurs clans. (L'identité religieuse de ces groupes ne sera pas propagée ici, afin de ne pas compliquer la question). Ainsi, des formes hybrides complexes de gestion de la propriété et de l'économie ont un pouvoir et un succès réels dans les profondeurs du système capitaliste. Le problème est que le grand capital moderne n'est pas une forme de "solidarisme" et de "corporatisme" pour la grande société, mais pour les clans individuels, une sorte de structures économiques ésotériques avec une double identité et deux poids, deux mesures. Les clans, familles et réseaux de familles solidaires ("grandes familles") sont une structure cachée de type mafieux, unie par les objectifs de capture économique, considérée comme un environnement hostile soumis à une conquête hybride. Dans l'Arche de Russie, nous devons développer notre économie solidaire d'entreprise non pas pour des familles individuelles, mais pour la société de l'Arche tout entière, considérée comme une méga-communauté, une méga-corporation.

 

 

 

4.5.28. Les bases de la théorie de la future économie de l'information ont été jetées dès les dernières décennies du XXe siècle (travaux de E. Tofler, M. Castells, etc.), mais cette théorie est aujourd'hui mise en œuvre. L'information est le principal produit de l'économie de l'information (infoonomie). Les bases de données (ressources d'information) constituées sur sa base, en cours de formalisation, peuvent être transformées en actifs. L'information, étant une catégorie économique, contrairement aux chiffres, est non seulement capable de créer d'énormes quantités de valeur ajoutée, mais aussi d'actifs, et en termes d'efficacité, elle est plusieurs fois supérieure à tous les autres facteurs qui permettent sa création[123].

 

LE GRAND CAPITAL MODERNE EST CONSTITUÉ DE CLANS, DE FAMILLES ET DE RÉSEAUX DE FAMILLES SOLIDAIRES ("GRANDES FAMILLES"), QUI SONT UNE STRUCTURE CACHÉE DE TYPE MAFIEUX. ILS SONT UNIS PAR L'OBJECTIF DE PRENDRE LE CONTRÔLE DE L'ÉCONOMIE, CONSIDÉRÉE COMME UN ENVIRONNEMENT HOSTILE, SOUMISE À UNE CONQUÊTE HYBRIDE. DANS L'ARCHE DE RUSSIE, NOUS DEVRIONS DÉVELOPPER NOTRE ÉCONOMIE SOLIDAIRE NON PAS POUR DES FAMILLES INDIVIDUELLES, MAIS POUR L'ENSEMBLE DE LA SOCIÉTÉ DE L'ARCHE CONSIDÉRÉE COMME UNE MÉGA-COMMUNAUTÉ, UNE MÉGA-CORPORATION.

 

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Partager cette page
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :