Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Rouge et Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Leonid Ivashov: Un message pour nulle part (Partyadela, 26.04.2021)

27 Avril 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Général Leonid Ivashov, #Russie, #Politique, #Société

Leonid Ivashov: Un message pour nulle part  (Partyadela, 26.04.2021)

Leonid Ivashov: Un message pour nulle part

 

26.04.2021

 

https://partyadela.ru/blogs/ivashov-leonid/13286/

 

 

À propos du message du président de la Fédération de Russie à l'Assemblée Fédérale

 

Le discours présidentiel annuel à l'Assemblée fédérale, maintes fois reporté, a eu lieu le 21 avril 2021. Les raisons du report n'ont pas été expliquées, il y a eu des allusions au coronavirus et rien de plus. Une personne « proche des structures du pouvoir » a laissé entendre que M. Poutine envisageait quelque chose de révolutionnaire, presque un retour au socialisme et à l'Union soviétique. En politique étrangère, une déclaration sensationnelle sur le renouveau de la Russie en tant que grande puissance mondiale et la restructuration de l'ordre mondial sur les principes de justice et d'égalité retentira.

 

Rien de tel ne s'est produit le 21 avril. Nous sommes donc libres de spéculer sur les raisons de ce report et sur le choix du thème du message. Apparemment, les dates ont été reportées pour la raison qu'il est nécessaire (comme c'est la coutume de Poutine) de parler des succès grandioses du gouvernement du président actuel, et il y en a de moins en moins chaque année. Il avait déjà parlé de réalisations « sans précédent » dans le domaine de l'armement au cours des années précédentes ; il a parlé de « grands » records dans l'agriculture (récoltes record de céréales) et dans l'Arctique ; il a parlé de la pose record d'oléoducs et de gazoducs vers l'Ouest et l'Est. Mais tout cela appartient au passé, alors que le présent est marqué par l'isolement sur le front de la politique étrangère, les conflits armés le long du périmètre frontalier, plus la perspective d'une guerre avec l'Ukraine, et donc avec l'OTAN ; le Karabakh a été perdu, car une victoire pour la Russie consisterait à empêcher la guerre, et non à gagner un camp. L'hostilité à l'égard de la Russie grandit en Moldavie et au Kazakhstan, la méfiance en Arménie, en Biélorussie et en Azerbaïdjan, et l'effondrement de la Communauté des États Indépendants est imminent. L'Union économique eurasienne, l'OCS et les BRICS sont au point mort, et l'OTSC n'est pas efficace. Erdogan construit un grand Turan, ne retire pas les troupes et les combattants contrôlés de Syrie, tente de former une armée de Turan et se range du côté de Kiev dans la confrontation entre la Russie et l'Ukraine. Les anciens frères bulgares, tchèques, polonais, italiens, même baltes, et, bien sûr, les Américains expulsent nos diplomates en meute "pour espionnage", les Européens étendent unanimement les sanctions anti-russes sur ordre de Washington. Le lancement de la principale réalisation du président Poutine, Nord Stream 2, est remis en question ; la puissance de la Sibérie ne fait pas le plein. L'hymne de la Russie n'est pas joué et son drapeau ne flotte pas lors des événements sportifs internationaux célébrant les victoires des Russes*. Pour la première fois de son histoire et sous le règne de Poutine, le pays s'est retrouvé dans une pareille situation.

 

La situation n'est pas meilleure non plus à l'intérieur de la Russie. La pauvreté et la misère dans le pays augmentent à un rythme rapide ; selon les estimations des experts, un tiers de la population est désormais classé "sous le seuil de pauvreté". La production de haute technologie s'est arrêtée parce que l'Union européenne refuse de nous fournir des composants fabriqués à l'étranger (Superjet 100, IL-96) et nous ne pouvons toujours pas concurrencer avec succès le Qatar dans le domaine spatial. Les victoires militaires en Syrie sont rongées par le temps - les combats prolongés dévalorisent nos succès précédents. Et il n'y a pas de région en Russie que l'on puisse qualifier de succès éclatant du président et de son équipe.

 

Dès que le centre commence à s'occuper d'une région, le gouverneur est inévitablement emprisonné ou renvoyé. Les partisans de M. Poutine cherchaient donc un moyen de faire croire à l'Assemblée fédérale et aux citoyens ordinaires qu'ils connaîtraient le succès et la grandeur, mais qui auraient été nécessairement créés sous la direction du président. Trois vaccins contre la pandémie créés par des spécialistes russes ont été sauvés par la pandémie, avec la publicité avec laquelle le Président a commencé son prochain message. (La promotion du vaccin Sputnik - V est devenue l'obligation indispensable du président, quels que soient le lieu et les interlocuteurs avec lesquels il s'entretient).

 

M. Poutine a commencé son discours en brossant un tableau effrayant : « nous avons affaire à une incertitude absolue », « de nombreux hôpitaux étaient surpeuplés », « il y avait un manque d'oxygène dans les unités de soins intensifs, les ventilateurs, les respirateurs et autres équipements de protection individuelle étaient distribués littéralement à la pièce, les stocks de céréales, d'huile et de sucre étaient réduits ».

 

En d'autres termes, le président et commandant en chef a démontré que le pays n'est absolument pas préparé à une situation d'urgence. Et il peut s'agir d'une guerre à grande échelle (par exemple, avec l'OTAN), de catastrophes naturelles ou d'origine humaine, des mêmes pandémies et infections naturelles comme la peste ou la variole, qui ont tué des millions et des dizaines de millions de personnes. Rien de tel n'a été observé, bien que la vie des citoyens russes ait été menacée et qu'il y ait eu de nombreux décès. Cela est également dû à la réforme du système de soins de santé par l'équipe au pouvoir, une réduction significative et la soi-disant optimisation des institutions médicales. Mais plus l'ampleur de la menace est grande, plus la victoire et les mérites des vainqueurs sont grands. C'est ce que le président nous a dit. Il a ensuite longuement évoqué les exploits de toutes les catégories de personnel médical qui ont sauvé des personnes d'un danger mortel (et c'est effectivement le cas), associant aux sauveteurs d'anciens destructeurs de la médecine et même la Garde russe, le ministère de l'Intérieur et d'autres organismes chargés de faire respecter la loi. (Peut-être parce qu'au moment du discours de Poutine, des rassemblements en faveur d'A. Navalny avaient commencé dans toute la Russie). Et il a annoncé la grande unité du peuple dans la confrontation avec la pandémie - un ennemi plus terrible que Hitler et le nazisme allemand en général. En fait, tout le discours était consacré à une grande victoire dans la grande guerre patriotique contre la pandémie. Le discours a été interrompu à plusieurs reprises par un tonnerre d'applaudissements.

 

Staline a été plus modeste dans son discours à l'occasion de la capitulation de l'Allemagne et de sa victoire sur le nazisme. Oui, et l'Allemagne nazie a capitulé sans condition, ce que l'on ne peut pas dire de la pandémie.

Voici des paroles mémorables de Staline : « L'Allemagne fasciste, mise à genoux par l'Armée rouge et nos alliés, s'est reconnue vaincue et a annoncé une reddition sans conditions. La guerre s'est terminée par une victoire complète sur l'ennemi … », en fait, le contraire de ce que Hitler avait rêvé était vrai.

 

Au cours de la démonstration des réalisations victorieuses dans la confrontation avec la pandémie, le président a émis des « ordres - promesses » au peuple - vainqueur, et des aides, ce qui a été particulièrement activement perçu dans la salle. Et il a même été (peut-être le premier parmi les dirigeants de notre pays) à demander le versement en temps voulu des pensions alimentaires. Toutes les allocations aux familles nombreuses, aux mères célibataires et à d'autres catégories de citoyens sont absolument nécessaires, y compris pour résoudre le principal problème de la Russie moderne - la démographie. Mais comme l'expérience le montre, l'absence d'allocations, y compris le capital maternité, ne résout pas le problème du faible taux de natalité et de la mortalité élevée. Ces dernières années, le taux de mortalité a dépassé le taux de natalité, et l'année dernière, nous avons perdu près de 700 000 personnes en raison d'un taux de mortalité supérieur au taux de natalité. Les migrants ne parviennent pas non plus à compenser les pertes démographiques. Nous avons besoin d'autres mesures systémiques. Le professeur Gundarov, docteur en sciences médicales, dans ses recherches scientifiques sur les problèmes de démographie, formule des recommandations pertinentes qui ont été confirmées dans la pratique.

 

Je cite sa phrase d'une interview avec le correspondant du mouvement social russe « Manière russe»:

 

« Il n'y a pas de « romantiques du capitalisme » plus cohérents et plus sincères sur la planète que Vladimir Vladimirovitch et Dmitry Anatolyevich. Et même eux sont déjà convaincus - une impasse, un effondrement complet, rien ne fonctionne: avec la démographie un désastre, avec l'économie un désastre, avec l'agriculture un désastre. Le pays est hors de contrôle, personne n'applique les décrets du président. Le temps est venu de discréditer complètement le modèle existant. Tout le monde au sommet le voit. Et maintenant, il y a un énorme point d'interrogation : par quoi le remplacer ? Et même en termes de démographie, on le dit déjà ouvertement : un million de personnes disparaissent chaque année, il y a une pénurie de personnel, qu'allons-nous faire ? Il n'y a pas de solutions ».

 

Ainsi, Gundarov, et pas seulement lui, affirme que le capitalisme est le principal ennemi de la démographie et donc de la Russie. Et même le Club de Rome en parle. Le capitalisme est le principal ennemi de l'humanité et des Russes. Et la pandémie, est très probablement son arme. Mais pas un seul mot sur le capitalisme dans le discours du président. Nous nous battons donc contre des moulins à vent. Mais avec l'optimisme inhérent à Poutine. L'année prochaine, l'équipe du président remportera une autre victoire. Et ainsi de suite jusqu'à la fin... de l'État russe.

 

Mais ce qui semblait presque inévitable et ce que nous avons écrit et évoqué - la guerre entre la Russie et l'Ukraine et, par conséquent, la guerre de la Russie avec l'OTAN - ne semble pas se produire. Si Dieu le veut !

 

Leonid Ivashov

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

* NdT: https://www.lavoixdunord.fr/989228/article/2021-04-23/une-oeuvre-de-tchaikovski-remplacera-l-hymne-russe-aux-jo-de-tokyo

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :