Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Raffaele K. Salinari: Le vol de Gagarine il y a 60 ans

15 Avril 2021 , Rédigé par Rosso e Bianco Publié dans #Italie, #Exploration, #Histoire, #Russie, #Sciences, #Voyage

Raffaele K. Salinari: Le vol de Gagarine il y a 60 ans

Raffaele K. Salinari: Le vol de Gagarine il y a 60 ans (extrait de Il Manifesto 11-4-2021)

 

par Raffaele K. Salinari

 

https://www.raffaelesalinari.it/2021/60-anni-fa-il-volo-di-gagarin-da-il-manifesto-11-4-2021/

 

 

Soixante années se sont écoulées depuis ce 12 avril 1961 où le cosmonaute Youri Gagarine s'est mis en orbite, au-delà de l'atmosphère, dans l'espace autour de la terre. Un exploit épique qui, outre les composantes technologiques et géopolitiques - en fait, c'était en pleine guerre froide - rappelle les exploits des anciens héros mythologiques. Tout d'abord, l'appellation de "cosmonaute", donnée par les Soviétiques à leurs explorateurs de l'espace, faisait directement référence au Cosmos, image de l'immensité dont la sensibilité antique a tiré, non par hasard, également le mot "cosmesis", c'est-à-dire la fabrication continue d'une beauté qui se recrée elle-même. Le cosmonaute ne cherche donc pas à conquérir le Cosmos, mais il en explore les merveilles, l'ordre universel qu'il exprime, en s'y sentant intégré. À cette époque, l'élan propulseur de la Révolution d'Octobre était encore en cours, avec son besoin de promouvoir une Weltanschauung opposée à celle des États-Unis. En effet, le mot "astronaute", utilisé à la même époque par les USA, était d'une toute autre matrice, lançant, il faut le dire, un sens différent de l'approche stellaire, le sens d'un espace vide dans lequel naviguer pour atteindre ce qui compte : la matière, l'étoile, destination finale et lieu d'atterrissage du voyage. Mais, par-dessus tout et au-delà de tout, ce qui fait de Gagarine un personnage unique et insurpassable dans toute l'histoire de l'humanité, c'est son regard : pourquoi ? Eh bien, réfléchissons simplement à l'évidence qu'au siècle dernier, dans la modernité montante, ou plutôt peut-être au tout début de celle-ci, il y a eu un homme qui a vu de ses propres yeux ce que personne n'avait jamais regardé auparavant, qui a pu faire une expérience unique, non répétable : la Terre observée depuis l'espace, enfin toute entière, sans frontières ni divisions entre les peuples. Cet homme, c'est Youri Gagarine, le premier à avoir saisi Gaia dans son ensemble, sous sa forme réelle, en direct, d'en haut, dans tout son enchantement comme seuls les dieux de l'Antiquité avaient pu le faire jusqu'à ce moment. Ainsi, si le vol de Vostok, qui signifie "Est", où le soleil se lève et où la lumière de la connaissance, du moins pour ceux qui regardent dans cette direction symbolique, nous parle toujours en termes scientifiques et politiques, il y a, plus symbolique et donc plus profond, un aspect imaginaire et psychique de ce premier voyage orbital. Et en fait, la question la plus incertaine qui serpentait parmi les scientifiques soviétiques était précisément : Gagarine pourra-t-il supporter la vision de la Terre vue de l'espace ? Son esprit sera-t-il capable de supporter une image qu'aucun homme n'a jamais vue, qui n'a de place que dans le Mundus Imaginalis de l'humanité mais pas dans son expérience sensorielle ? C'est, entre autres, la raison pour laquelle le vol a été dirigé depuis la Terre au moyen d'un système complexe télécommandé et informatisé, mais laissant Gagarine libre de voir et d'être vu depuis sa planète natale. Il a été choisi avec un grand critère parmi les aspirants à cette place, et finalement il a été choisi parce qu'il avait vécu son enfance dans les grands espaces de la terre, où se cache l'esprit des choses, semblable à celui que, peut-être, il aurait trouvé là-haut. Et le cosmonaute soviétique ne trahira pas les attentes : en véritable héros, il fondera un nouveau mythe, celui de l'homme qui parvient à comprendre en lui-même l'immensité du Monde, sa beauté sans frontières, sa splendeur sans maîtres. C'est ainsi qu'il la décrit, en la regardant depuis le hublot de la capsule, à travers une véritable perspective parce que son regard n'était pas seulement canalisé depuis un seul point d'observation, mais surtout parce qu'il était comme attiré par l'essence lumineuse de Gaïa, focalisé vers son centre symbolique invisible. Dans la vision de Gagarine, Gaïa reprend ses pouvoirs sur le regard des hommes, le monde des Puissances qui l'a engendrée revient se manifester dans toute son éminence. La force de ces suggestions mythologiques est telle que dans les vols spatiaux, plus que dans toute autre activité humaine, on retrouve les noms d'anciennes divinités : des vecteurs comme Atlas-Agena aux programmes comme Mercure et Apollo. La vision de Gagarine, cosmonaute et non astronaute, non pas conquérant des étoiles mais vagabond des étoiles, a brillé peut-être pour une seule orbite, mais aussi grande que cette immensité cosmique que nous devrions encore, si nous étions sages, être capables de saisir même depuis la Terre.

 

Traduit de l’italien par Le Rouge et le Blanc.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :