Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Alexandre Douguine : La Géorgie à la croisée des chemins (Club d'Izborsk, 28 mai 2021)

28 Mai 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Alexandre Douguine, #Club d'Izborsk (Russie), #Géorgie, #Russie, #Politique

Alexandre Douguine : La Géorgie à la croisée des chemins  (Club d'Izborsk, 28 mai 2021)

Alexandre Douguine : La Géorgie à la croisée des chemins

 

28 mai 2021

 

https://izborsk-club.ru/21133

 

 

Le 26 mai est considéré comme la date de l'émergence de la Géorgie moderne. En 1918, ce jour-là, la République démocratique de Transcaucasie, créée après la chute de l'Empire russe, a été dissoute, et la Géorgie est devenue un État indépendant. Pas pour longtemps, car elle a rapidement été intégrée à l'URSS - l'Empire rouge.

 

Pour la deuxième fois au XXe siècle, la Géorgie a obtenu son indépendance après l'effondrement de l'URSS. Le tournant s'est à nouveau produit le 26 mai - cette fois en 1991, lors des élections présidentielles, qui ont été remportées par Zviad Gamsakhurdia.

 

Cette fois, l'État géorgien s'est avéré plus durable, bien qu'il ait été plongé dans un tourbillon continu de guerres civiles sanglantes, de conflits ethniques, de coups d'État et d'affrontements politiques.

 

En 2008, lorsque le libéral pro-américain fou Mikheil Saakashvili a pris le pouvoir à Tbilissi, déclenchant un conflit avec la Russie, la Géorgie a perdu une grande partie de son territoire, et l'Ossétie du Sud et l'Abkhazie ont gagné leur indépendance.

 

Au cours des 30 dernières années, la Géorgie a été catastrophiquement malchanceuse. Bien sûr, l'effondrement de l'URSS a infligé des dommages colossaux à tous ses peuples et aux États qui ont émergé de ses ruines. S'étant débarrassés de l'idéologie communiste, ils se sont presque tous retrouvés sous l'autorité de l'idéologie libérale et, par conséquent, sous le contrôle direct de l'Occident mondialiste. La particularité de la Géorgie est que ses dirigeants et une partie de la population ont essayé d'aller de plus en plus vite vers l'Ouest, rompant pour cela avec leur identité orthodoxe (incomparable avec le libéralisme), leur alliance historique avec la Russie (dont les Géorgiens semblent avoir oublié tous les aspects positifs), et le passé soviétique (où les Géorgiens - à commencer par Staline - n'ont pas joué le moindre rôle). Tbilissi était perçu comme le principal pôle libéral atlantiste pro-OTAN dans tout l'espace post-soviétique, comme un avant-poste du mondialisme et le principal soutien des structures libérales dans le Caucase et l'Eurasie dans son ensemble.

 

Après avoir traversé une série de bouleversements, de coups d'État, de révolutions de couleur, de guerres et de pertes d'intégrité territoriale, la Géorgie n'a connu qu'en 2012 une certaine désillusion à l'égard de la politique atlantiste, et le fou Saakashvili a été remplacé par un Bidzina Ivanishvili beaucoup plus modéré et équilibré. Bien sûr, il n'a pas changé définitivement le cap atlantiste pour le cap eurasien, mais la politique est devenue rationnelle. Toutefois, il ne s'agissait que d'un compromis temporaire qui n'apportait pas de réponse à la question principale : quel type de Géorgie moderne doit-elle devenir ? Où doit-il aller ? Quelle est son identité ? Qui est son ami et qui est son ennemi dans le nouveau monde multipolaire ?

 

En deux mille vingt et un ans, Ivanivshili a quitté la politique et la Géorgie, laissant derrière lui une structure peu efficace, le Rêve géorgien. Une fois de plus, la question du destin de la Géorgie est en jeu. Les partisans de Saakashvili, soutenus par l'indéfectible terroriste libéral Soros et les structures de la CIA et de l'OTAN, préparent leur vengeance, malgré le fait que la majorité des Géorgiens rejettent aujourd'hui unanimement cette voie. Mais les compromis du Rêve géorgien, notamment après le départ d'Ivanishvili, n'offrent clairement pas d'alternative.

 

C'est dans ce contexte qu'à la veille du 26 mai, une nouvelle force politique a vu le jour en Géorgie : le mouvement Eri, le peuple, dirigé par le célèbre poète, homme politique et personnalité publique géorgien Levan Vasadze. Presque immédiatement, les experts et les analystes ont commencé à prédire la victoire d'Eri. Certains s'en sont réjouis, d'autres en ont été furieux. Mais ce nouveau parti a fortement modifié l'équilibre de la politique géorgienne.

 

Comment devrions-nous, nous, Russes, traiter le mouvement de Vasadze ? Il y a de nombreux facteurs à prendre en compte.

 

Il est positif qu'Eri défende l'identité orthodoxe de la Géorgie, le retour aux normes de la société traditionnelle, la défense de la famille traditionnelle, qu'elle s'oppose fermement au mondialisme et à l'ultra-libéralisme, qu'elle refuse catégoriquement la politique et la culture du genre.

 

En même temps, Vasadze est un patriote géorgien convaincu, et dans une certaine mesure même un nationaliste. Il fonde son programme sur la restauration de l'intégrité territoriale de la Géorgie, et insiste sur la pleine souveraineté. Cela pourrait causer quelques problèmes à Moscou.

 

Il n'est ni pro-occidental ni pro-russe.

 

Nous verrons plus tard si le mouvement Eri, créé à un moment aussi important de l'histoire politique géorgienne, deviendra une nouvelle page de l'État géorgien.

 

La Géorgie est une clé pour toute la Transcaucasie. Si la Russie veut résoudre les contradictions géopolitiques dans cette région vitale, ce qui est impossible dans le cas d'une politique strictement pro-occidentale, mais théoriquement possible - bien que moins facile avec un véritable leader national, nous devrions examiner de plus près la figure de Vasadze et du mouvement Eri.

 

 

Alexandre Douguine

 

http://dugin.ru

Alexandre G. Douguine (né en 1962) est un éminent philosophe, écrivain, éditeur et personnalité publique et politique russe. Docteur en sciences politiques. Professeur de l'université d'État de Moscou. Il est le leader du mouvement international eurasien. Membre fréquent du Club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc avec DeepL.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :