Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

L'argent comme outil révolutionnaire (Félix M.ª Martín Antoniano ( Cercle traditionaliste Général Carlos Calderón de Grenade)

22 Mai 2021 , Rédigé par El Rojo y el Blanco Publié dans #Philosophie, #Economie

PUBLIÉ PAR : CIRCULO TRADICIONALISTA GENERAL CARLOS CALDERON - GRANADA 22 MAI 2021


Il serait peut-être exagéré de dire que quatre-vingt-dix-neuf pour cent des décisions de la majorité de la population d'un État occidental sont conditionnées (pour ne pas dire déterminées) par un élément spécial et indispensable à la vie sociale que nous appelons l'argent.

Il est surprenant que quelque chose qui est devenu, tout au long de notre époque contemporaine, un facteur presque décisif dans la vie des gens, ait été entouré d'une sorte de voile (comme s'il s'agissait, d'une certaine manière, d'un sujet tabou) qui empêche de l'analyser correctement et en profondeur en fonction de son énorme importance sociale.

Il est certain qu'un nombre énorme d'analystes ont abordé la question de l'argent dans leurs traités, mais d'une manière si vague et générale qu'elle ne nous permet pas de comprendre la manière concrète dont elle a été traitée, de telle sorte qu'elle est devenue le principal instrument au service de l'avancement du programme des révolutionnaires.

Nous ne nions pas l'énorme influence que les multinationales et l'État peuvent exercer sur les sociétés grâce à l'énorme pouvoir financier dont ils jouissent. Mais nous pensons que toute véritable analyse qui cherche à découvrir la source ultime des véritables contrôleurs de l'argent doit fixer son attention sur les sociétés bancaires qui ont non seulement la simple capacité d'accumuler de l'argent, mais aussi de le créer et de le détruire à volonté.

Nous sommes devenus si familiers avec les conditions sociales (ou devrions-nous dire dissociales) intentionnellement provoquées et encouragées dans les États occidentaux par les politiques promues par les contrôleurs de la création et de la destruction de l'argent, qu'elles semblent presque "naturelles" pour beaucoup d'entre nous. Bien sûr, les mêmes financiers qui dirigent cette politique monétaire, se sont chargés de créer les chaires et les écoles où se forgent les nouvelles générations d'économistes qui viennent confirmer par leurs travaux intellectuels le caractère "naturel" de ces conditions dissociales artificiellement provoquées.

Qui ne connaît pas aujourd'hui la célèbre définition de la nouvelle science économique comme "l'administration de ressources rares" ? Cela suppose la mise en circulation délibérée dans la société, par les financiers, d'une certaine quantité d'argent rare, ce qui implique une lutte permanente entre les populations pour s'emparer de la plus grande part ou portion possible de cette quantité d'argent limitée ou fixe, aux dépens des autres. Les économistes "orthodoxes" en viendront plus tard à affirmer que ce n'est rien d'autre qu'une application au monde social du faux darwinisme du monde naturel (qu'ils appellent aujourd'hui par euphémisme un jeu à somme nulle).

Une fois que l'argent est devenu l'élément nécessaire et indispensable à la vie personnelle et sociale d'une population, ceux qui contrôlent sa création et sa destruction deviennent les véritables propriétaires et maîtres de la communauté politique.

Comme le Major Douglas l'a souligné : "Si l'on peut contrôler l'économie, on peut faire en sorte que la tâche de gagner sa vie reste toujours le facteur dominant de l'existence, et ainsi garder le contrôle de la politique ; ni plus, ni moins."

Face à ces critiques très sérieuses, on pourrait être tenté d'abhorrer l'argent et de prôner une société qui le supprimerait complètement. Mais le problème n'est pas dans l'argent lui-même, qui est un instrument neutre, mais dans la manière dont il a été manipulé par ceux qui l'ont manipulé jusqu'à présent dans leur propre intérêt, rien ne s'opposant à sa réutilisation comme outil au service du bien commun de la communauté dans un régime de chrétienté.

Félix M.ª Martín Antoniano, Général Carlos Calderón Cercle traditionaliste de Grenade.

Traduit de l'espagnol par Le Rouge et le Blanc.

Source: https://periodicolaesperanza.com/archivos/5502

L'argent comme outil révolutionnaire (Félix M.ª Martín Antoniano ( Cercle traditionaliste Général Carlos Calderón de Grenade)
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :