Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Une année cauchemardesque et les coulisses de la pandémie, par Lourdes Cerol Bandeira

20 Mai 2021 , Rédigé par Vermelho e Branco Publié dans #Opération Coronavirus

Une année cauchemardesque et les coulisses de la pandémie

 

par Lourdes Cerol Bandeira

 

https://lourdescerolbandeira.eu/um-ano-pesadelo-bastidores-pandemia

 

 

Depuis mars 2020, nous vivons le pire cauchemar de notre vie ! La peur, la destruction économique, la privation de nos droits, libertés et garanties, dont la pire est la privation du droit au travail ! Cela en valait-il la peine ? Je vous laisse la question, chacun aura sa propre réponse en fonction de tout ce qu'il a vécu.

 

 

Depuis février/2020 la peur a été librement diffusée par les médias, les chiffres vomis quotidiennement par la DGS ont envahi nos foyers, notre tranquillité, notre paix.

 

Les enfants étaient accusés de contaminer leurs parents et grands-parents, ce qui entraînait un terrible sentiment de culpabilité et de remords si l'un d'entre eux tombait malade.

 

Les enseignants avaient et ont toujours peur d'être infectés par les enfants, considérés comme très dangereux car ils ne développent pas les symptômes de la terrible maladie. Des personnes innocentes accusées d'avoir transmis l'infection.

 

Les manifestations d'affection et d'amitié ont été considérées comme des promiscuités et les étreintes et les baisers ont disparu, privant les personnes âgées, dont beaucoup ont déjà un certain degré de démence sénile, du seul sentiment de réconfort que sont le baiser et l'étreinte de ceux qui leur sont chers. Privés de cette manifestation d'amour dans la vie, ils étaient aussi isolés sur leur lit de mort, partant sans une caresse, sans un mot amical pour les réconforter. Ceux qui sont restés se souviendront toujours de l'amertume de savoir que leurs proches ont affronté les derniers jours de leur vie, seuls, sans un geste d'amour, entourés d'êtres sans visage, sans sourire, habillés de leur peau comme s'ils étaient sur une autre planète.

 

Pourquoi ? Que s'est-il passé ?

 

Un virus ! Parmi tant de milliers de virus, il en est apparu un dont les formes les plus graves de la maladie qu'il provoquait consistaient en des pneumonies étendues qui ne respectaient pas les limites des lobes pulmonaires et entraînaient la mort, surtout des plus âgés et des plus fragiles.

 

Quelqu'un (Drosten & Col.) a rapidement décidé d'affirmer sa sagesse et a élaboré un protocole (voir ICI) afin que le matériel génétique de ce virus puisse être rapidement identifié et les porteurs détectés pour briser les chaînes de transmission (présenté à Eurosurveillance le 21, accepté le 22 et publié le 23-01-2020). Rapidement, sans consulter les scientifiques du monde entier, en 72 heures, l'OMS a fait de ce protocole une de ses directives, ce qui a conduit à son application dans tous les pays. Cependant, le protocole contenait d'énormes erreurs, des maladresses qui ont conduit à d'innombrables faux positifs !

 

En commençant par les amorces (fragments d'ARN viral qui servent de modèle pour la détection de fragments équivalents dans le matériel recueilli par l'écouvillon) qui n'avaient pas été obtenues à partir du séquençage du génome viral mais avaient été conçues dans un ordinateur par similitude avec un autre virus de la même famille, le SARS-COV-1.

Le nombre de ces amorces incluses dans le protocole était excessif, ce qui pouvait les faire réagir entre elles et donner lieu à de nombreux faux positifs.

Et le nombre exagéré de cycles d'amplification (50 cycles) a également contribué à un plus grand nombre de faux positifs.

Sans aucune explication plausible pour tant de positifs sans aucun symptôme de la maladie, on a créé la notion d'"infectés asymptomatiques", terriblement dangereux, qui seraient les coupables du maintien des chaînes de transmission et de la mort de nos vieux (je ne veux pas dire que les asymptomatiques n'existent pas ! bien sûr qu'ils existent mais dans le contexte d'une phase pré-symptomatique qui dure 24-72h et qui est suivie par l'apparition des symptômes et dans un faible pourcentage, jamais plus de 50% comme cela s'est produit). Ce ne sont plus seulement les enfants qui sont coupables, mais aussi des adultes en bonne santé qui sont testés positifs ! Ils ont confiné ces personnes et tous ceux qui, même négatifs, ont eu des contacts avec elles. On a fermé des bars, des discothèques, des restaurants, des coiffeurs, des centres commerciaux, etc. etc., détruisant le "pain et le beurre" de nombreuses familles, surtout des classes moyennes, alors que les grandes entreprises continuaient à fonctionner... on a même tenté de convaincre la population que les moyens de transport n'étaient pas la source de transmission mais l'environnement familial ! Une absurdité ridicule qui crie au ciel !!!!

 

L'OMS a ordonné "test, test, test" et les laboratoires se sont organisés pour fabriquer suffisamment de tests pour fournir les quantités exorbitantes qui ont été faites et sont faites par jour dans le monde entier et dans notre Pays en particulier. Les machines ont été changées pour que ce test soit automatisé, plus rapide, augmentant encore plus le nombre de faux positifs, mais selon eux, cela n'avait pas d'importance car l'essentiel était de détecter les positifs, qu'ils soient faux ou vrais.

De plus, selon la directive de l'OMS, quelle que soit la cause du décès, le cadavre serait testé et s'il était positif (faux ou vrai, peu importe), il serait compté comme " mort avec Covid " (voir ICI et ICI). C'est ainsi qu'est né un nombre important de décès "dus à cette terrible maladie". Les populations, non éduquées sur le sujet, ce qui est logique, ont paniqué devant le décompte de tant de positifs et de tant de morts. Pour mettre ces chiffres encore plus en évidence, les chiffres "cumulés" étaient toujours présentés, c'est-à-dire la somme depuis le premier jour de la pandémie, de sorte que, même pendant l'été où l'incidence a chuté de façon spectaculaire, ces chiffres ont continué à augmenter. Les personnes crédules des médias n'ont pas compris.....

 

Nous étions encore en été et ils annonçaient déjà les 2e, 3e et peut-être 4e vagues. Il est évident qu'en période de grippe, nous aurions des problèmes, comme nous en avons toujours eu, d'ailleurs. Nous avons toujours eu des hôpitaux en désordre, avec des lits dans les couloirs et des salles pleines à la saison de la grippe..... Avec de nouvelles machines et des tests plus rapides mais plus imprécis (comme le dit le vieil adage "vite et bien il n'y a pas de qui"), les tests quotidiens sont passés de 15 à 18 000 en septembre à environ 40 000, ce qui a conduit à la deuxième vague tant annoncée, car le pourcentage de positivité n'a augmenté qu'à la fin du mois d'octobre, lorsque les cas cliniques de grippe ont commencé à être interprétés comme des Covid en raison de la positivité du test.

 

Les équipes de surveillance de la grippe ont été dirigées vers Covid, non seulement dans notre pays mais dans le monde entier, et la grippe a "disparu" car elle a cessé d'être détectée. En fait, tous les bulletins comprennent le paragraphe

 

" La pandémie de COVID-19 a affecté les comportements de recherche de soins, l'offre de soins, ainsi que les pratiques et les capacités de dépistage dans les pays et les zones de la Région européenne, ce qui a eu un impact négatif sur la déclaration des données épidémiologiques et virologiques de la grippe au cours de la saison 2020-2021. En raison de la pandémie de COVID-19, les données sur la grippe que nous présentons devront être interprétées avec prudence, notamment en ce qui concerne les schémas saisonniers."

En d'autres termes, la grippe n'est plus déclarée et testée en raison du manque de ressources humaines et de laboratoires. Cependant, l'idée s'est répandue que la grippe avait disparu... les gens étaient convaincus que la grippe était "terminée", comme si une pathologie endémique pouvait soudainement prendre fin par la grâce d'une quelconque divinité. Et le peuple a cru, une fois de plus. Les décès dus à la grippe, ont été comptabilisés comme Covid sur la base d'un test positif et c'est ainsi que la 3ème vague a été créée, avec des tests passant d'environ 40 000 à plus de 76 000 par jour !!! Plus de terreur, plus d'enfermement, plus de destruction économique, plus de précarité dans les familles... les écoles ont été fermées et les enfants ont été privés non seulement d'éducation mais aussi de socialisation avec leurs petits camarades. Les terrains de jeux ont été fermés, les bancs dans les jardins ont été scellés pour que personne ne puisse s'y reposer ! !! Piégés à la maison pour ne pas se contaminer entre eux ! !!

 

Mais le pire scénario est que des rendez-vous médicaux de routine ont été annulés, des opérations chirurgicales programmées ont été annulées, ce qui, avec le temps, est devenu des urgences et même des urgences amenant les patients à l'hôpital trop tard. Les malades chroniques se sont déséquilibrés, la peur d'aller à l'hôpital s'est répandue, les centres de santé n'ont pas pu s'en occuper, débordés qu'ils étaient par les patients de la pandémie, par le nombre exorbitant de tests, par le contrôle téléphonique des milliers de positifs qui se trouvaient chez eux. Au fil des mois, les décès dus au manque d'assistance en temps utile, au manque de dépistage, notamment du cancer, se sont ajoutés de manière substantielle à un taux de mortalité déjà élevé pendant la saison de la grippe, aggravé par les effets du SRAS-COV-2.

 

En attendant, que s'est-il passé en coulisses ? Quelles vérités n'ont pas été dites par ces médias à sens unique, payés pour répandre la peur parmi la population ?

 

Alertées des erreurs de ce protocole PCR, diffusé par l'OMS, plusieurs équipes ont commencé à travailler pour pouvoir démontrer ces erreurs. Les premiers étaient des Canadiens (voir ICI) qui ont prouvé que le nombre de cycles ne devait pas dépasser 25 car à partir de cette limite, le "seuil de cycle", les possibilités de développement du virus en culture cellulaire étaient très faibles et diminuaient de 32% pour chaque cycle au-dessus de 24.

 

Ce travail a été publié en mai 2020 et a été référencé (référence nº37) dans le Scientific Brief de l'OMS le 09-07-2020 (voir ICI). Par conséquent, on sait depuis mai que le protocole était défectueux. En fait, on le savait dès le début, car quiconque a étudié la biologie moléculaire a vu immédiatement qu'il y avait des erreurs. Ne me dites pas le contraire, ou les universités, les spécialités, les doctorats, etc, etc, etc, seront remis en question. Même en sachant cela, nous avons continué à insister sur les tests, sur les "asymptomatiques" qui sont si dangereux... nous avons continué à détruire les mini, petites et moyennes entreprises, les empêchant de travailler, fermant leurs portes, détruisant les familles et empêchant nos enfants d'être éduqués.

Les scientifiques n'étaient pas entendus, les lauréats du prix Nobel étaient considérés comme idiots et séniles, et la fièvre du "test, test, test" continuait.

 

Fin novembre/2020, un groupe de scientifiques de diverses nationalités s'est réuni et a déposé une plainte auprès d'Eurosurveillance demandant le retrait du travail de Drosten & Col. présentant au moins 10 erreurs très graves dans ce travail qui ont donné lieu au protocole (voir ICI). La réponse d'Eurosurveillance était promise pour la fin du mois de janvier.

 

Entre-temps, voyant la situation démasquée, l'OMS a rapidement tenté une sortie gracieuse et a présenté une déclaration le 14 décembre dans laquelle elle a déclaré :

 

"Les utilisateurs de réactifs de RT-PCR doivent lire attentivement la notice d'utilisation afin de déterminer si un ajustement manuel du seuil de positivité de la PCR est nécessaire pour tenir compte de tout bruit de fond qui pourrait conduire à interpréter comme un résultat positif un échantillon présentant un résultat à valeur de seuil de cycle (Ct) élevée."

 

Ce communiqué a été retiré et remplacé par celui du 20/01/2021 (voir ICI), très peu de temps avant la décision d'Eurosurveillance, afin de rappeler ce qu'il avait dit en décembre, en essayant de "sauver la face".

 

Traduit, le communiqué indique que les utilisateurs de la RT-PCR doivent lire attentivement les instructions pour déterminer s'il est nécessaire d'ajuster manuellement le seuil de positivité, en tenant compte du fait qu'un seuil (Ct) élevé peut entraîner des faux positifs.

En effet Eurosurveillance a répondu (voir ICI), après beaucoup de "blablabla" finit par dire plus ou moins ceci "oui mais c'était très tôt dans la pandémie, il n'y avait pas encore assez d'études... un moyen de détection était urgent... blablabla... nous ne voyons pas la nécessité de retirer le travail...". Comme si le manque de connaissances solides pouvait justifier un protocole erroné, un moyen de détection erroné, diffusé dans le monde entier par une organisation à laquelle les autorités sanitaires de chaque pays faisaient confiance, l'OMS.

 

Pendant ce temps, la lutte internationale continue et se poursuit, un méga dossier est en cours de préparation pour être présenté à la Cour Internationale pour crimes contre l'Humanité. Les gouvernements ont reculé... je ne peux parler que du nôtre... la 3e vague est rapidement entrée en déclin. Jamais une courbe épidémique n'a connu un déclin aussi rapide, le nombre de tests a considérablement diminué. Maintenant, ils viennent nous parler du nombre de cycles... du seuil de cycle, comme s'ils ne se réveillaient que maintenant, pauvres "innocents", ils ont suivi des directives... maintenant le seuil de cycle est à 35..... ils disent... MAIS pour le séquençage et les études scientifiques, ils n'acceptent que les écouvillons positifs à moins de 25 cycles... parce que, quand il s'agit de travail réel, le Ct est de 25... bien sûr, ils ne vont pas "travailler pro dummy" sur des faux positifs (voir ICI)...

 

Et c'est là tout l'intérêt de la situation dans laquelle nous nous trouvons :

 

Une population terrifiée qui n'arrive pas à surmonter la peur, des gens qui portent des masques et même 2 et 3 masques superposés quand ils marchent seuls dans la rue jugeant peut-être que l'air est infecté, des insultes, de l'animosité, pour ne pas dire de la haine, envers les gens qui pensent différemment. La liberté d'expression a disparu, il n'y a que le discours officiel et nous sommes obligés de le suivre sous peine de ségrégation... adieu la démocratie !

 

Tout cela repose sur un seul pilier, un TEST qui n'a JAMAIS, JAMAIS été capable d'indiquer qu'une personne est infectée et encore moins malade ! Un test qui ne peut détecter qu'un minuscule fragment d'une énorme chaîne génomique, fragment qui ne fait pas nécessairement partie d'une chaîne virale complète, viable, capable d'être transmise et de provoquer une maladie, et qui peut être simplement un détritus viral.

Le virus, comme tous ceux de sa famille (Coronas), a subi de nombreuses mutations, presque toutes de moins en moins virulentes mais avec une plus grande transmissibilité (normalement la gravité de la maladie provoquée est moindre, dans les virus plus facilement transmissibles). Cependant, une mutation survenue au Royaume-Uni a de nouveau alarmé le monde, qui était déjà entré dans le calme de la routine... La mutation brésilienne a également été mise en évidence par rapport aux autres. Plus celui de l'Afrique du Sud. Toutes les centaines de mutations précédentes ont été oubliées, elles ne méritaient pas d'être mises en avant, les nouvelles étaient axées sur les chiffres jusqu'à ce que, dernièrement, les gens, fatigués, cessent de les regarder. Un autre motif d'intérêt devait apparaître : les mutations ou variantes (un mot qui a plus de poids que "mutation") ! On sait depuis le début que les mutations qui apparaissent en Europe sont différentes de celles qui apparaissent en Asie, en Amérique du Nord ou en Amérique du Sud. Bien sûr, de nombreuses autres mutations apparaîtront. Le virus de la grippe subit lui aussi de nombreuses mutations, si nombreuses que chaque année, le vaccin doit être corrigé pour tenir compte de la nouvelle mutation.

 

Il ne me reste plus qu'à parler du vaccin Covid-19. Les essais cliniques devaient s'étendre jusqu'en 2022 pour obtenir l'autorisation de la FDA. Avec cet essai clinique à grande échelle, cette licence sera peut-être obtenue à l'été 2021. Cela signifie que l'on administre un vaccin non homologué, dont on ne connaît pas les effets secondaires à moyen et à long terme, dont on ignore la durée d'immunité et dont on remet en question l'efficacité pour les nouvelles mutations ou variantes. Des populations entières convaincues de son efficacité sont les cobayes "volontaires" de cet essai clinique en vue d'une homologation rapide par la FDA... on parle déjà de certificats ou de "passeports" de vaccination. Imaginez que l'on ne sache même pas combien de temps dure l'immunité, que l'on ne sache même pas si elle sera efficace pour chaque nouvelle mutation ! C'est comme exiger un certificat de vaccination contre la grippe ! aucun commentaire ou... Brave New World !

 

Lourdes Cerol Bandeira

 

 

 

Je m'appelle Lourdes Cerol Bandeira et je suis médecin, diplômée de l'Université de Coimbra en 1974, où j'étais assistante en physiologie.

 

J'ai été interne en médecine interne pour les carrières médicales et en cardiologie pour l'Ordre des médecins.

 

J'ai travaillé dans le service de cardiologie pédiatrique de l'hôpital Henri-Mondor, sous la direction du professeur Pierre Vernant et dans le service d'hémodynamique du professeur Daniel Laurent dans le même hôpital (Paris Val-de-Marne).

 

En 1981, j'ai passé les examens publics de cardiologie, qui ont été approuvés à l'unanimité avec mention.

En 1982 j'ai soutenu la thèse d'Assistant à la Faculté de Médecine de Paris-Val-de-Marne en obtenant la mention "Très Honorable".

En 1985, j'ai déménagé à Paris où j'ai fait de la recherche scientifique médicale à l'INSERM et de la recherche chirurgicale au CNRS, Paris, France.

En 1986, j'ai suivi le cours post-gradué de Médecine Catastrophique au SAMU94 (Prof. Pierre Hugguenard). J'ai réussi mon examen et reçu le diplôme correspondant.

Dans le domaine des maladies cardiovasculaires, je suis tombé amoureux des artères et des veines, en particulier des veines et de l'examen écho-doppler qui permet leur étude hémodynamique. Je fais partie de la société CHIVA (Conservative and Hemodynamic Cure of Ambulatory Venous Insufficiency).

 

Ainsi, les 25 dernières années de ma vie professionnelle ont été consacrées à l'investigation, l'étude et le traitement de la maladie veineuse sans destruction des principaux axes veineux superficiels.

 

Traduit du portugais par Le Rouge et le Blanc.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :