Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Paul Craig Roberts: Sans vérité, il n'y a pas de liberté (1er juin 2021)

1 Juin 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Paul Craig Roberts, #Economie, #Guerre, #Politique, #Russie, #USA

Sans vérité, il n'y a pas de liberté

 

1er juin 2021

 

Sans vérité, il n'y a ni liberté ni sécurité

 

Paul Craig Roberts

 

https://www.paulcraigroberts.org/2021/06/01/without-truth-there-is-no-freedom/

 

 

Le mois de juin est marqué par ma demande trimestrielle de dons. Votre soutien financier pour le site Web me montre que mes efforts sont appréciés et valables.  Vos dons me soutiennent dans ma lutte contre les calomnies. Dire la vérité en Amérique de nos jours est une activité punie, et non récompensée.

 

Les États-Unis sont mieux compris aujourd'hui comme les États-Unis désunis.  Il y a moins d'unité qu'en 1860.  La civilité a disparu du débat ; en fait, le débat lui-même a disparu.  L'intégrité et le respect de la vérité ont cédé la place au culte de l'argent et à la domination du pouvoir.  L'idéologie a mis de côté les faits.

 

L'argent et le pouvoir sont tout. Nous l'avons vu dans l'exagération intentionnelle de la menace du Covid pour les profits de Big Pharma et l'institutionnalisation du pouvoir arbitraire du gouvernement sur la liberté civile.  Aujourd'hui, à l'exception de quelques États rouges libres, comme la Floride, dans les États-Unis désunis, l'exercice de notre liberté civile requiert la permission du gouvernement. Vous n'êtes libre que par la permission du gouvernement.  En d'autres termes, la Constitution américaine a perdu son autorité.  Nous vivons maintenant sous l'autorité de ceux qui cherchent le pouvoir.

 

L'espionnage du gouvernement et des entreprises a détruit la vie privée, un autre droit protégé par la Constitution.

 

L'éducation a été remplacée par l'endoctrinement des sectes. Dans les États bleus et dans certains districts scolaires locaux des États rouges, on enseigne aux étudiants américains blancs qu'ils sont racistes par nature.  On leur insuffle une culpabilité personnelle pour l'esclavage qui a pris fin il y a 156 ans.  Des codes d'expression sont imposés pour empêcher toute contestation de la propagande qui se fait passer pour de l'éducation.  Le lavage de cerveau des Américains blancs est imposé par la loi dans les États bleus comme la Californie, Washington, l'Oregon et New York.  Les parents qui se plaignent sont licenciés par leurs employeurs qui ont absorbé le kool-aid de la théorie de la race critique. Aucun Américain qui travaille pour une entreprise américaine n'a la liberté d'expression.

 

Il est aujourd'hui ordinaire pour les libéraux blancs de parler de "l'extermination de la blancheur".  Qu'ils en soient conscients ou non, cela les inclut eux-mêmes.  Qu'entend-on par "exterminer la blancheur" ?  Les plus radicaux l'entendent littéralement : le génocide des Blancs.  Les Blancs qui sont des racistes systémiques sont incompatibles avec la "justice sociale".  La plupart des libéraux blancs, comme ceux qui siègent dans les conseils d'administration des écoles des États bleus, entendent par extermination de la race blanche l'extermination des "valeurs blanches", telles que la méritocratie et le daltonisme.

 

Le daltonisme signifie que la meilleure personne obtient le poste, quelle que soit sa race.  Il était considéré comme un moyen de garantir qu'une personne noire méritante ne serait pas écartée en raison de sa race.  Mais les libéraux blancs affirment aujourd'hui que le daltonisme est une valeur blanche qui soutient la méritocratie, alors que l'"équité" exige que les Noirs progressent en raison de leur race et non de leur mérite.

 

Exterminer la blancheur signifie également abattre les monuments blancs, brûler ou retirer de la liste les livres blancs, réécrire l'histoire blanche comme un vaste crime permanent.  Essentiellement, ce que l'on attend de nous, c'est que nous rejetions et dénoncions la civilisation occidentale. Si vous ne dénoncez pas votre civilisation, c'est la preuve que vous êtes un raciste.

 

Cela a commencé il y a des années - "La civilisation occidentale doit disparaître".  Les libéraux blancs ont pensé que c'était génial - dénoncer sa propre civilisation.

 

Une autre façon d'éliminer la blancheur est d'ouvrir les frontières aux peuples de couleur qui finissent par dépasser en nombre et dominer la minorité blanche.  Le Camp des Saints* explique ce à quoi il faut s'attendre. Nous voyons déjà dans le monde occidental des gouvernements plus sensibles aux immigrants-envahisseurs qu'aux citoyens de souche.

 

De nombreux Américains patriotes d'un certain âge considèrent les attaques contre la race blanche comme des absurdités.  C'est ridicule, et c'est absurde, mais cela réussit néanmoins à détruire le système de croyances qui constitue la civilisation occidentale.  En effet, la destruction des croyances - la colle - qui maintiennent notre civilisation ensemble est presque complète. Des gens comme Martyanov, le Saker, Dimetri Orlov et moi-même voyons l'effondrement nous regarder en face.  Nous espérons tous ne pas survivre à sa survenue.

 

En Occident, tout est dénonciateur.  Rien n'est affirmatif.  Tant de décennies de dénonciation des crimes de l'Occident ont fait s'effondrer la croyance.  L'Occident est désarmé et impuissant.

 

Il est étrange qu'un Occident désarmé et impuissant soit si bien défendu par le budget annuel de mille milliards de dollars du complexe militaro-sécuritaire et les quelque 700 bases militaires à l'étranger des « États-Unis désunis ».  Mais ce n'est pas une défense de la civilisation occidentale. C'est une défense du pouvoir et des budgets des entrepreneurs de la défense, de la CIA et des autres "agences de renseignement", des chaînes d'approvisionnement des industries de la défense, des facultés de physique et de chimie des universités subventionnées par le ministère de la Défense, des contributions aux campagnes politiques qui reviennent des industries militaires aux candidats à la Chambre, au Sénat et au Bureau Ovale.

 

Le budget annuel de "défense" de mille milliards de dollars exige un ennemi, et cette exigence annule toute sécurité de la vaste somme dépensée. Malgré le budget de la Défense, il est bien plus dangereux d'avoir un ennemi que de ne pas en avoir.  Avoir la Russie comme ennemi augmente le budget de la défense et réduit notre sécurité.  Pour le bien du pouvoir et du profit du complexe militaire/sécurité américain, Washington a besoin de la menace russe pour continuer à faire circuler l'argent.

 

Mais quel pays sain d'esprit voudrait avoir pour ennemi un pays doté de l'arme nucléaire et dont les systèmes d'armes sont bien supérieurs aux siens ?

 

Au cours de la guerre froide du 20e siècle, les dirigeants américains et soviétiques se sont efforcés de réduire les tensions.  Des traités de contrôle des armements ont été conclus et la communication est restée ouverte.  Cela a épargné au monde de nombreuses fausses alertes de missiles balistiques intercontinentaux en approche.  Aujourd'hui, les tensions, grâce à Clinton, Bush, Obama et Biden, sont si élevées que les fausses alertes seront crues.  La fin du monde peut survenir simplement à cause d'une fausse alerte.

 

Pour avoir exprimé, avec Stephen Cohn, aujourd'hui décédé à notre grande perte, l'inquiétude qu'une guerre nucléaire pourrait être la conséquence d'un manque de confiance entre Washington et Moscou, j'ai été accusé de "culte de Poutine" par Michael C. Moynihan, une personne dont on ne connaît pas la réussite, sur un site web appelé "The Daily Beast".

 

La révolution numérique a doté le journalisme d'une intelligence minimale et d'une intégrité minimale.  Comme l'a écrit Udo Ulfkotte dans son livre de 2014, ce sont des journalistes achetés.

 

Ces journalistes achetés respectent l'argent plus que la vie.  Si le monde connaît un Armageddon nucléaire, ce sera la faute des Presstitutes occidentaux qui ont aidé le complexe militaro-sécuritaire à ressusciter la guerre froide.

 

 

Traduit de l’américain par Le Rouge et le Blanc avec DeepL.

 

* Ndlr: « Le camp des saints » (1973) est un roman d’anticipation de Jean Raspail.

 

 

Sur le même sujet et avec un point de vue identique, lisez le dernier article du général russe Leonid Ivashov (1er juin 2021):

 

https://pocombelles.over-blog.com/2021/06/leonid-ivashov-la-reponse-a-la-pression-militaire-occidentale-doit-etre-asymetrique-club-d-izborsk-1er-juin-2021.html

 

 

C'est quand même une chose inouïe que dans le discours anti-raciste des Démocrates/socialistes/mondialistes qui veulent opposer les Noirs aux Blancs, les peuples améridiens, les Rouges, les Premiers Habitants et Premières nations de l'Amérique, soient totalement inexistants ! et que ce soit le délinquant drogué noir George Floyd qui devienne le dieu, l'idole de cette nouvelle religion politique, comme le Mauvais Larron à la place du Christ !
Paul Craig Roberts cite avec raison "Le Camp des saints" de l'écrivain français royaliste Jean Raspail (1925-2020). Or justement, Jean Raspail a consacré plusieurs ouvrages à la connaissance des Amérindiens: "Journal Peau-Rouge" (1975), "Qui se souvient des hommes" (2001) à propos des Alakaluf de Patagonie...

 

http://jeanraspail.free.fr/bibliographie2a.htm

Paul Craig Roberts: Sans vérité, il n'y a pas de liberté  (1er juin 2021)
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :