Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Leonid Ivashov: Poutine et la Russie : ligne indirecte (Partyadela, 01.07.2021)

2 Juillet 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Général Leonid Ivashov, #Guerre, #Politique, #Russie

Leonid Ivashov: Poutine et la Russie : ligne indirecte  (Partyadela, 01.07.2021)

Leonid Ivashov: Poutine et la Russie : ligne indirecte

 

01.07.2021

 

https://partyadela.ru/blogs/ivashov-leonid/13727/

 

 

 

Le 30 juin, juste à la veille d'une nouvelle hausse des prix, et pas seulement pour le logement et les services publics, le président russe Vladimir Poutine s'est adressé à la Russie.

 

La conversation a duré environ quatre heures, le président répondant à 69 questions. Quelques observations et conclusions sur les traces de pas chaudes. Et la première chose qui a frappé les esprits, c'est le changement de format et de contenu de la communication avec les citoyens : il n'y a plus de Peskov agaçant, et les nouveaux présentateurs agissent de manière professionnelle, sans bureaucratie, humaine. De plus, il y avait des volontaires intelligents comme assistants. Pour eux, le personnage principal n'était pas le président, mais les gens et les problèmes qui les préoccupaient. Naturellement, la conversation a été plus ouverte qu'auparavant, un certain nombre de questions pour Poutine étaient inattendues. Et une autre question, à mon avis importante - les femmes dominées d'un côté (du côté du président) et de l'autre (le peuple). Avec habileté et sans chichi, ils ont organisé et mené la ligne directe, et l'ont structurée de telle sorte qu'elle a mis en lumière les problèmes dans pratiquement tous les domaines de la vie dans la Russie d'aujourd'hui. Et les représentants des régions et des différents milieux qui se sont adressés au président ont soulevé des questions qui concernent tous ou presque tous les citoyens de Russie. Ce sont les caractéristiques de la ligne directe du 30 juin.

 

Et maintenant sur la nature substantielle de la communication du Président avec le peuple. Le choix de la date de la ligne directe n'est pas fortuit : la période des vacances est à venir, suivie des élections législatives, et à partir du 1er juillet, le coût de la vie en Russie augmentera sensiblement. "Russie Unie" et les partis de l'opposition "systémique" semblent perdre leur électorat, et le vote du 19 septembre pourrait réserver quelques surprises. Le 30 juin est, peut-être, un succès sur toute la ligne. Pour le président et pour le pouvoir dans son ensemble. Mais, néanmoins, l'état de crise des sphères les plus importantes de la vie de toutes les catégories de citoyens, dans toutes les régions de la Russie, en commençant par la fraude contre les vétérans de guerre et les retraités, le manque de réseau routier, le déclin des moyennes et petites entreprises, la pauvreté croissante de la population, l'augmentation annuelle des incendies, des inondations, l'effondrement des logements délabrés, le manque d'écoles, les problèmes d'ordures et en terminant par les problèmes de défense et l'isolement international actuel de la Russie, a été souligné. Les citoyens n'ont pas non plus ignoré les questions sportives - l'échec de l'équipe de hockey et le football russe. Et c'est Poutine, avec pathos et enthousiasme, qui a annoncé que les Jeux olympiques d'hiver de Sotchi et la Coupe du monde de la FIFA élèveront nos équipes de sports d'hiver et d'été à l'Olympe même du monde sportif. Ainsi, les folles dépenses pour ces événements seront justifiées par le développement de la culture physique universelle, la santé de la nation et les victoires. Et les gens lui ont rappelé ses promesses. Poutine ne s'attendait apparemment pas à une telle tournure des événements, aussi tordu soit-il, mais il est difficile de dire s'il s'est rendu compte de sa culpabilité pour tout ce qui se passait. Ses réponses ont révélé ce qui suit :

 

Il n'y a rien eu sur les réalisations, ni dans les questions, ni dans les réponses, à l'exception de la publicité incessante de Poutine pour le vaccin russe "Sputnik-V". En outre, manifestement sans s'en rendre compte, le président a séparé les autorités supérieures et les structures oligarchiques qui leur sont rattachées des régions (c'est comme un autre monde), et ces dernières des autorités locales, tandis qu'il a séparé toutes les autorités et les organes de gouvernance de l'ensemble de la population de la Fédération de Russie. Il n'y a pas de système intégral.

 

Naturellement, il n'a pas rappelé l'article 3 de la Constitution de la Fédération de Russie : "Le porteur de la souveraineté et l'unique source du pouvoir dans la Fédération de Russie est son peuple multinational", ce qui signifie la sujétion suprême du peuple par rapport à tout le reste. De plus, il n'a pas cité la phrase selon laquelle le peuple exerce directement son pouvoir. Le peuple du 30 juin 2021, ainsi que de toutes les années "libérales - démocratiques", a agi comme le pétitionnaire pitoyable, mais en aucun cas comme le sujet de l'autorité. Les femmes apparaissaient plus ou moins comme les protectrices de leur famille et de leurs intérêts sociaux, les hommes étaient en nette minorité, et ils apparaissaient comme le "sexe faible". Poutine a tenté de manœuvrer son image et sa position. Soit il se montre solidaire du peuple, comme dans le cas de la fraude contre les anciens combattants ("salauds"), soit il justifie ou couvre les gouvernants, soit il protège toute l'arène du pouvoir ("la situation de l'écologie est objective" ; le métro de Tcheliabinsk, construit depuis l'époque soviétique, est en train d'être construit par un autre fonctionnaire ; le problème des ordures est une référence à la période soviétique (personne en URSS n'est impliqué dans le problème des ordures) ; "c'est comme ça que ça se passe partout dans le monde", et ainsi de suite).

 

Et bien sûr, comme d'habitude dans le passé, personne n'a entendu de la part du président une stratégie pour le développement de la Russie et les programmes sectoriels et régionaux, le chef de l'État a ignoré les priorités dans le domaine de la culture, de la science et de l'éducation (à l'exception de la construction et de la réparation de plusieurs centaines d'écoles), et la corruption systémique et endémique. Tout se résumait à rafistoler le berceau. Il ne faut donc pas s'attendre à un changement de cap. Il n'a pas non plus condamné le coup d'éclat de Gref lors du récent Forum économique international de Saint-Pétersbourg, la politique d'agglomération de Khusnulin ou d'autres administrateurs et oligarques poutinistes. Mais il s'est montré très critique à l'égard de la situation en Ukraine : il s'avère que des personnes y sont injustement emprisonnées, menottées et enchaînées, assignées à résidence, et, en général, le gouvernement d'"Azalea" est russophobe et malhonnête. Les États-Unis et l'Europe ne se portent pas bien, notamment en matière de droits de l'homme.

 

Pas tant que ça en Russie.

 

Naturellement, le Président a abordé l'économie, en particulier il a répondu aux questions sur les prix, les routes, la gazéification, l'écologie, alors que le gaz n'est pas livré et ainsi de suite. Et les habitants ont montré des choses terribles : un mélange sale coulant des robinets d'eau potable, des rivières à la place des routes, des listes de prix de magasins où les carottes sont une fois et demie plus chères que les bananes d'Afrique, des factures astronomiques pour les services communaux dans les nouvelles maisons. Et voici la même approche - confuse, non spécifique : l'argent est gaspillé, mais nous allons en allouer davantage ; les augmentations de prix sont néanmoins inférieures à l'inflation ; c'est le cas partout, c'est le marché ; les routes sont divisées en trois catégories : fédérales, régionales et locales ; les routes fédérales sont bonnes, nous devons resserrer les autres, et ainsi de suite.

 

Je voudrais accorder une attention particulière à la question de la sécurité de la Russie. Le Président a abordé ce sujet en réponse à la question pertinente. Dieu merci, il n'y a pas eu de vantardise antérieure sur nos défenses cristallines, les meilleurs (à tout moment) missiles, avions et autres armements du monde. Mais, néanmoins, quelques phrases fortes ont été prononcées. Tout d'abord, concernant l'invasion des eaux territoriales russes par un destroyer britannique, les Britanniques, les Américains et l'OTAN sont tous coupables. Qu'il en soit ainsi, mais la phrase selon laquelle nous pouvons et devons couler les intrus, m'a rendu prudent. Après tout, tout coup porté à un navire de l'OTAN (et de surcroît anglo-saxon) sera suivi d'une inévitable frappe de représailles. Et aujourd'hui, 32 pays, dont le Japon et la Corée du Sud, effectuent des exercices dans la zone de la mer Noire. Ils participeront dans une certaine mesure aux actions militaires et politiques contre la Russie. Oui, comme l'a dit Poutine lors d'une ligne droite, il n'y aura pas de guerre mondiale. Il a raison, il ne peut vraiment pas y avoir de guerre mondiale, car une guerre mondiale implique des groupes de forces armées des alliances des parties opposées. D'un côté, plus de 30 pays seront impliqués, mais qui rejoindra l'alliance (coalition) du côté de la Russie ? L'actuelle Fédération de Russie ne les a pas. Il ne s'agira donc pas d'une guerre mondiale, mais d'une guerre régionale pour se débarrasser de la Russie. De même, le président a souligné à plusieurs reprises que la Russie disposait des meilleurs missiles à différentes distances, tandis que les experts, qui apparaissent dans les talk-shows de différentes chaînes de télévision russes, déclarent pompeusement que les armes russes sont invincibles et affirment que l'Amérique est désespérément à la traîne, oubliant de souligner que tous les nouveaux développements en matière de missiles ne sont efficaces que s'ils impliquent des têtes nucléaires à haut rendement. Leur efficacité est réduite à un seul obus d'artillerie dans une configuration conventionnelle. Parce qu'il ne peut y avoir de guerre nucléaire, c'est certain. C'est pourquoi pendant de nombreuses années, depuis 2003, les États-Unis n'ont pas développé d'armes nucléaires stratégiques et n'envoient des bombardiers stratégiques obsolètes à nos frontières que pour nous empêcher de dépenser de l'argent pour des Yars, des Poseidons, des Topols, etc. Compte tenu de leur inutilité.

 

Dans l'ensemble, la "ligne directe" du président de la Fédération de Russie m'a semblé n'être qu'une autre opération de propagande visant à maintenir au pouvoir le clan libéral-oligarchique actuel, une tentative de reporter pour un temps la catastrophe de la Russie et la sienne propre. Pas plus que ça.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc avec DeepL.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :