Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Colonel-général Leonid Ivashov: Jour de l'équinoxe de printemps (23 mars 2021)

11 Juin 2022 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Général Leonid Ivashov, #Russie, #Opération Coronavirus

UNE IMAGE DE LA RUSSIE RÉELLE

loin de la désinformation anti-russe ou pro-gouvernement russe

Colonel-général Leonid Ivashov: Jour de l'équinoxe de printemps (23 mars 2021)

Jour de l'équinoxe de printemps
23.03.2021

Colonel-général Leonid Ivashov

 

Les nouvelles sont une chose pire qu'une autre...

Le jour de l'équinoxe de printemps - 20 mars 2021 - j'ai analysé le contexte informationnel dans lequel nous vivons chaque jour.

Des amis m'ont envoyé par e-mail des recommandations se promenant sur Internet, comment se comporter en ce jour, qui devrait être favorable à tous égards, il suffit de se détendre, de se relaxer, de faire des vœux et de souhaiter l'avenir, car tous les souhaits se réaliseront certainement. J'ai éteint mon ordinateur et allumé la télévision, m'attendant à voir quelque chose de bon et d'intéressant sur l'écran. D'autant plus que le soleil brillait sur Moscou le matin et qu'une odeur de chaleur printanière flottait dans l'air.

Mais, hélas : le fil des nouvelles à la télévision n'a apporté aucune bonne et joyeuse chose. Et toutes les sphères vitales de l'humanité et de la Russie sont enveloppées de négativité. Des volcans sont entrés en éruption, de l'Islande (un volcan silencieux depuis 6 000 ans s'est mis à parler) au Kamtchatka ; de graves tremblements de terre, dont le plus fort au Japon ; en Europe, les partisans de la vaccination s'opposent aux opposants à la vaccination ; les gouvernements imposent ou prolongent les quarantaines dans le cadre de la troisième vague pandémique ; les voyages entre pays deviennent plus stricts ; certains pays, dont Israël, sont les premiers à passer des passeports traditionnels aux passeports "vaccinés". Et d'autres "joies" similaires dans le monde.

L'actualité russe le jour du solstice de printemps est une chose pire qu'une autre : De plus, un volcan au Kamtchatka crache de la lave, des cendres et des roches, et dans l'ensemble du pays, la réalité est habituelle : incendies (à Moscou, le Kremlin Izmailovsky est en feu, un incendie à Khimki est éteint), dans la région de Saratov, une rupture de canalisation et une marée noire, dans le golfe de Finlande, le sauvetage annuel des pêcheurs de la banquise, la destruction habituelle des maisons et des bâtiments délabrés (d'avant-guerre), la chute des murs, un autre empoisonnement des enfants à l'école avec des petits déjeuners gratuits. Plus l'arrestation et la détention d'un autre gouverneur pour un pot-de-vin de 35 millions de roubles (oblast de Penza). Et ainsi de suite.

C'est la même chose en politique étrangère : l'Ukraine n'applique pas les accords de Minsk, Biden est un russophobe, l'OTAN est une terrible menace, presque COVID-19, tout le monde nous fait du mal. Je suis passé au sport - le biathlon, très populaire. Nos athlètes concourent dans des uniformes sans aucun signe d'appartenance à la Fédération de Russie, le drapeau russe et les autres symboles d'État sont interdits, mais les athlètes courent et tirent même. Guberniev dit pompeusement que Garanichev a une chance de gagner même la 8ème place. Mais il n'est arrivé qu'en 21e position. Et son collègue après la course dit presque solennellement dans son interview avec le correspondant qu'il était bien préparé pour la course, mais que le vent était quelque peu inhabituel. Le reportage sur les courses se termine par la démonstration de la vaccination contre le covid par Anton Shipulin, notre leader en biathlon. Tout va bien ici, la publicité pour le vaccin n'est pas une mauvaise affaire de nos jours.

L'économie, elle aussi, n'a rien de décent : les prix du pétrole baissent, Nord Stream 2 est bloqué par les Américains, le dollar et l'euro augmentent par rapport au rouble. Et le seul succès de la télévision russe (Russia-24) est la vaccination de la population du pays et la phrase de Mme Merkel selon laquelle l'Allemagne pourrait envisager d'acheter le vaccin "russe". La chaîne de télévision Zvezda fait également état, presque solennellement, de centaines de milliers de militaires "vaccinés". Ne trouvant (pour moi-même) rien de joyeux à la télévision, j'ai commencé à lire ce que mes collègues m'envoyaient. La première est une publicité des "covidniks" de Moscou sur la nécessité de la vaccination. L'horreur ! Les vampires aux crocs saillants sont ceux qui n'ont pas été vaccinés ; ils mordront ceux qui ont été vaccinés, portant avec eux la menace mortelle. Et cela est revendiqué, selon la publicité, par un médecin en blouse blanche. De plus, la publicité est jouée par de vraies personnes, apparemment des acteurs. Et ceci est sur le site web du bureau du maire de Moscou. N'est-ce pas satanique ? Et pas pour la santé des habitants de la capitale, pour l'argent dans les poches de quelqu'un.

J'ai écouté et lu les prises de position de spécialistes réputés et respectables de la médecine, Leonid Roshal, président de la chambre médicale nationale ("il faut punir ceux qui sèment la panique autour du coronavirus, il n'est pas plus terrible que la grippe habituelle") et Igor Gundarov "Le secret du taux de natalité" ("la principale raison de l'extinction de la Russie et de la demi-décadence de la nation est le déclenchement d'une guerre psychologique contre la population"). Ce sont des personnes de haut niveau scientifique, avec une grande expérience des activités pratiques, elles voient la fausseté de la soi-disant pandémie et en parlent ouvertement. Mais les "politiciens au pouvoir" ne les écoutent naturellement pas, car ils ne sont même pas des politiciens, mais des colporteurs cupides.

Plus d'informations. Ils nous ont envoyé des copies des décisions et décrets des gouverneurs, encore une fois, sur les mesures de renforcement du régime pandémique et de restriction des droits et libertés des citoyens. Je ne m'y attarderai pas, ils sont de la même veine que ceux de la télévision. Mais je vais citer un ordre (du chef de l'administration du district de Barabinskiy de la région de Novossibirsk) dans son intégralité, avec des erreurs grammaticales.

"Aux responsables des institutions, entreprises, organisations (circulaire)

Je porte à votre connaissance, qu'en exécution du Décret du Président de la Fédération de Russie du 02. 03. 2021 № 01 - TT et de l'Ordre du Gouverneur de la région de Novossibirsk № 1 - 1 il/elle du 03.03. 2021 formation complexe de mobilisation, pendant la période du 01.03. 2021 au 30. Sur la préparation directe de la région de Novossibirsk au passage aux conditions de guerre en cas de croissance d'une menace d'agression contre la Fédération de Russie avant l'annonce de la mobilisation dans la Fédération de Russie".

Numéro de téléphone pour les demandes de renseignements..... Rayevsky Andrey Sergeevich

Meilleures salutations

Chef du district de Barabinskiy, région de Novossibirsk
(Signé) I.V. Kutepov

Avec qui nous préparons-nous à la guerre ? Il semble qu'ils aient mené des exercices antiterroristes conjoints avec les Chinois sur notre territoire, et que le service de la Garde fédérale russe et les troupes du ministère de l'Intérieur y aient pris part. Il est peu probable que l'OTAN entre en guerre avec nous en Sibérie.

Je n'ai pas appelé le numéro de téléphone ci-dessus pour vérifier s'il s'agissait d'un faux, je décrivais simplement le jour de l'équinoxe et les "nouvelles" que nous recevons tous à des degrés divers sur une base quotidienne. Réfléchir à la manière dont le bloc d'informations affecte notre santé, notre humeur et ce qui façonne nos perspectives. En tant que militaire, je comprends ce que signifie la mobilisation et sa préparation, mais je ne peux pas comprendre ce que signifie un entraînement de six mois. Et qu'y a-t-il à former s'il n'y a pas du tout de ressources de mobilisation dans le pays, notamment dans l'industrie et l'agriculture dévastées. Il n'existe pas de plans pour l'année de référence, il n'y a pas de capacités de réserve pour le transfert d'entreprises civiles vers la production de défense et, en général, la question de la mobilisation des entreprises et des organisations du secteur privé, en particulier celles de nature transnationale, n'est pas réglementée sur le plan juridique, normatif ou pratique. Je suggère que quelque chose de plus sérieux et d'anti-russe est impliqué. A moins, bien sûr, que l'ordre émis par le chef du district soit un faux.

Comme d'habitude, je suis allé sur YouTube, j'ai écouté l'analyse puissante d'Andrei Karaulov sur la situation actuelle, qui n'apporte pas d'optimisme, car tout autour, c'est la criminalité pure ; j'ai lu d'autres auteurs, et c'est la même chose.

Je suis retourné dans mon passé. Travaillant dans l'appareil du ministre de la défense de l'URSS, D.F. Ustinov, dans les années 70, puis dirigeant le secrétariat du ministre de l'URSS pendant 7 ans, j'avais l'habitude de recevoir quotidiennement des rapports opérationnels du ministère de l'intérieur et du KGB pour un membre du Politburo du Comité central du PCUS et le ministre de la défense de l'URSS sur la situation dans le pays. Il s'agit surtout d'incidents et de crimes. J'affirme que rien de proche de la version actuelle n'a existé et ne pourrait exister en principe. Oui, chaque jour, il se passe quelque chose. Mais il n'était pas de nature systémique ; deuxièmement, des mesures drastiques ont été prises immédiatement afin d'éliminer les crimes à la racine et d'éviter qu'ils ne deviennent systémiques par nature. En examinant l'histoire millénaire de l'État russe, je peux supposer (mais je n'affirme pas, car le sujet n'a pas fait l'objet de recherches scientifiques) que, ces 30 dernières années, dans la Russie d'aujourd'hui, il y a eu beaucoup plus de crimes contre l'État, contre le peuple indigène, de pillage des richesses nationales et de trahison que dans toute l'histoire antérieure de la Russie (Rus'). Seul Eltsine a fait trois coups d'État, a livré le pays aux Américains et juré allégeance à l'Amérique, a lancé un système de gouvernement mafieux en Russie. La mafia dirige vraiment le pays et l'État est juste volé, il n'existe pas. Et jamais le pays n'a été aussi humilié qu'aujourd'hui.

Les pouvoirs en place, tant sur le plan personnel que par l'intermédiaire des médias "démocratisés", tentent de nous convaincre qu'il y a eu des périodes pires dans notre histoire, et l'Église en appelle à Dieu : Dieu n'abandonnera pas la Russie et l'aidera. Et pour quoi la Russie a-t-elle besoin d'aide ? Pour changer le gouvernement ? Ce n'est pas l'affaire de Dieu, d'ailleurs nous, bien que formellement, élisons les dirigeants et leur faisons des offrandes. Et pour ce qui est de "c'était pire", il y a des doutes. Il me semble que la Rus n'a jamais été une population aussi indifférente au sort de son pays, de sa famille et à l'avenir de ses enfants. Pas même pendant le joug tataro-mongol.

Il n'y avait rien de tel dans les territoires occupés par les Allemands. Il est vrai qu'il y a maintenant toutes sortes de gardes, de gardiens, de forces de l'ordre et de structures répressives comme la Gestapo en Russie, bien plus que ce que les Allemands avaient dans les régions occupées. Et certaines colonies pénitentiaires, comme l'indiquent les sources, sont plus effrayantes que les camps de concentration allemands. Mais l'absence de volonté de la population masculine indigène est stupéfiante. On les remplace systématiquement par des migrants, on nettoie le territoire des autochtones "superflus", on confisque les ressources vitales et les terres, on augmente la pauvreté et le chômage, on détruit l'avenir, et on s'en moque. En outre, la Constitution de la Fédération de Russie (article 3) stipule explicitement que le peuple russe multinational est responsable du destin du pays, il est la seule source de pouvoir. Mais le peuple est silencieux. Et ces solitaires, qui tentent d'éveiller la conscience des gens sans soutien de masse, sont détruits politiquement ou physiquement. Nous, le peuple indigène de Russie, disparaissons tranquillement et inexorablement en tant que sujet de l'histoire mondiale. Nous nous éteignons tranquillement. Pour la seule année 2020, le taux de natalité a chuté de 12 % par rapport à 2019.

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, le cosmologiste russe Sergey Alexeyevich Podolinsky était en désaccord avec le deuxième principe de la thermodynamique, la mort obligatoire du système solaire en raison de l'augmentation de l'entropie (énergie négative). Il a introduit la catégorie de "l'énergie libre". C'est l'énergie contrebalancée par l'entropie. Elle naît et se développe à partir de la beauté de la nature, de l'épanouissement, de la joie humaine, de l'activité créatrice, de l'amitié entre les hommes et la nature, entre les peuples et les civilisations, de l'énergie de l'harmonie en tout. Je l'appelle l'énergie du développement et du bonheur.

Le problème de la survie et du développement ou de la mort d'un peuple et de l'humanité dépend directement du rapport entre l'entropie négative et l'énergie libre. Et les plus hauts éclats d'énergie libre conquérant l'entropie se manifestent sous forme d'élévation spirituelle lors de grandes victoires, pas nécessairement militaires, mais aussi créatives et spirituelles. C'est ce que montre de manière convaincante I.A. Gundarov, démographe hors pair, docteur en médecine, dans sa monographie sur l'étude de la fertilité. Et surtout, les Russes "rejettent" de l'énergie émotionnelle gratuite dans l'espace lorsque la justice est rétablie et que les coupables reçoivent une punition méritée. I. Gundarov écrit que pendant le blocus allemand de Leningrad, après Stalingrad et la capture du maréchal Paulus, les habitants de Leningrad ont conçu plus d'enfants qu'en 1940. C'est la loi de la vie de tous les êtres vivants de la planète.

Aujourd'hui, nous constatons, surtout en Russie, qu'il y a de la négativité partout : vie injuste, déclin de l'intellect et de la culture, barbarie envers la nature, envers les autres, violence, guerres et autres MANIFESTATIONS. Sans triomphe ni châtiment. Tout cela engendre l'entropie, l'énergie de la mort. Et nous, pour survivre, avons besoin des victoires de la justice. Car le peuple russe a une matrice vitale de Conscience, de Sainteté et de Justice. En dehors de cette matrice, nous ne survivrons pas. Et donc nous n'avons pas d'avenir. J'étudie cette problématique plus en détail dans mon ouvrage "L'Esprit perdu" qui vient d'être publié.

Colonel-général Leonid Ivashov

Source: https://partyadela.ru/blogs/ivashov-leonid/13067/

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :