Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Rouge et Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Blessé par les vaccins (Covid) en Australie. Essai du DJ, compositeur et auteur-compositeur de renommée internationale Tyson Illingworth

26 Octobre 2022 , Rédigé par Rouge et Blanc Publié dans #Opération Coronavirus, #Santé

Blessé par les vaccins (Covid) en Australie. Essai du DJ, compositeur et auteur-compositeur de renommée internationale Tyson Illingworth

Par : Tyson Illingworth

Le système médical et de santé australien m'a laissé tomber et s'emploie maintenant à détruire le droit de choisir un traitement et la relation médecin/patient - et ce qui est inquiétant, c'est qu'il s'en prend maintenant à vous aussi.

http://www.tydicomposer.com
http://www.instagram.com/tydi

Je m'appelle Tyson Illingworth et je suis un DJ, compositeur, auteur-compositeur et concepteur sonore international primé. L'industrie musicale et mes fans me connaissent sous mon nom d'artiste "TYDI", et je suis musicien/compositeur depuis 20 ans, et je n'ai que 35 ans. La musique est l'une des choses les plus importantes et les plus puissantes de ma vie et je suis éternellement reconnaissant de pouvoir vivre mon rêve. Je me réveille tous les jours excité à l'idée de créer de la musique pour mes millions de fans et de clients dans le monde entier.

Jamais dans mes rêves les plus fous, ou plus précisément dans mes cauchemars, je n'aurais imaginé me retrouver là où je suis aujourd'hui. Au lieu de partir en tournée et d'être Interviewé pour mon dernier spectacle, titre ou album, je reçois quotidiennement des invitations des médias pour parler de mon combat pour recouvrer la santé après avoir été blessé et paralysé par le vaccin Moderna.

Il est important de savoir que je suis favorable à la science fondée sur des preuves et que je pensais que le vaccin était sans danger pour moi. Je croyais de tout cœur que je faisais "la bonne chose" en me faisant vacciner. J'avais une foi et une confiance totales dans les dirigeants et le système médical de mon pays (l'Australie) - jusqu'à ce que je subisse une réaction indésirable grave qui m'a laissée sans défense, paralysée, et sans aucune aide des médecins ou de mon gouvernement.

Avant que la pandémie ne frappe, j'ai vécu en Californie pendant dix ans et, comme beaucoup d'autres en 2021, j'ai rapidement constaté que ma vie s'était arrêtée et que je devais retourner en Australie. En octobre de la même année, j'ai reçu mon premier vaccin. En quelques jours, j'ai commencé à ressentir des douleurs aiguës et insupportables et une paralysie dans les mains et les pieds. J'ai demandé conseil à un chirurgien de la colonne vertébrale très respecté dans le monde entier, et sa réponse m'a effrayé comme jamais auparavant : "Cela ne peut être que la preuve d'une défaillance neurologique catastrophique".

Peu de temps après, j'ai été transporté d'urgence à l'hôpital où je suis resté pendant deux semaines. J'étais incrédule et j'ai commencé à déprimer parce que je ne pouvais pas croire que le vaccin pouvait me faire ça, surtout quand on nous disait qu'il était sûr et efficace et que s'il y avait une réaction, elle serait mineure. Comme si cela ne suffisait pas, pendant mon séjour à l'hôpital, j'ai été soignée par un neurologue très impoli et dédaigneux qui m'a répété à plusieurs reprises : "Il est impossible que ce soit le vaccin". Avec le temps, mon état s'est aggravé ; j'ai demandé aux médecins de l'hôpital si je marcherais à nouveau "correctement" un jour, et ils n'ont pas voulu me donner de réponse parce qu'ils étaient eux aussi perplexes. C'était une expérience surréaliste et solitaire d'apprendre à marcher à nouveau, je n'avais personne vers qui me tourner pour me comprendre et me donner des réponses.

Avant que je ne sorte de l'hôpital, le neurologue m'a fortement conseillé de me faire vacciner une deuxième fois et m'a dit : "si vous ne vous faites pas vacciner une deuxième fois, la première fois sera superflue". J'ai suivi le conseil de la neurologue et j'ai fini par faire le deuxième vaccin un mois seulement après le premier. Rétrospectivement, je n'arrive pas à croire que je l'ai écouté, car j'ai toujours pensé que j'avais un esprit critique, mais au lieu de cela, j'ai suivi les conseils d'un médecin qui n'avait aucune considération pour ma situation personnelle, elle a refusé de m'écouter et a été malhonnête.

Peu après le deuxième coup, mes blessures se sont encore aggravées et j'étais incapable de bouger, j'avais l'impression que mes mains étaient en feu et j'avais du mal à tenir la journée. J'ai été transporté d'urgence à l'hôpital une fois de plus, et j'ai pensé que ma vie était finie, qu'il n'y avait plus d'espoir pour moi... Eh bien, pas tout de suite.  

En janvier 2022, j'ai fini par attraper le COVID-19. Je me suis réveillée vers 3 h 50 du matin, haletant, craignant pour ma vie, j'ai appelé 000 et j'ai dit : " si vous ne venez pas me voir maintenant, je vais mourir ". Une ambulance est arrivée rapidement, et j'ai été emmené aux urgences. De là, on m'a emmenée dans un service du COVID où j'ai passé les deux semaines suivantes à lutter pour respirer, à combattre la fièvre, à trembler et à ramper pour aller aux toilettes sans aucune aide. Même si je criais souvent à l'aide, j'entendais les infirmières rire et parler dans le couloir. Les heures passaient et quand je ne pouvais plus supporter la douleur, je marchais jusqu'à la porte de ma chambre, je l'ouvrais et j'étais immédiatement accueillie par un grand cri des infirmières : "FERMEZ LA PORTE DE F*******, VOUS ÊTES UN BIOHAZARD". Ce n'est pas l'Australie que je connais, et cela m'a brisé le cœur de voir des infirmières et des médecins traiter des patients vulnérables de cette façon. Je n'étais pas la seule, ils ont abandonné tous ceux qui se trouvaient dans le service COVID.

Honnêtement, je ne sais pas comment j'ai survécu à ces deux semaines d'isolement. Je me souviens clairement avoir regardé par ma fenêtre un énorme palmier, chaque jour je le regardais bouger dans le vent, il était fort et inébranlable et pourtant, peu importe la force du vent, il restait ferme et résolu, quelque chose dans cet arbre me donnait une petite lueur d'espoir. Jour après jour, je me sentais plus faible et je pensais que j'allais mourir. J'ai appelé mes proches et, bien qu'ils m'aient soutenu, personne ne pouvait comprendre à quel point ma situation était devenue grave.

Par miracle, je suis reconnaissant d'avoir survécu, mais la combinaison de ma blessure vaccinale et de l'infection par le COVID m'a plongé dans un abîme sombre pendant un certain temps et tout ce que je sais, c'est que j'ai maintenant une dégénérescence permanente de ma moelle épinière. Je me réveille chaque jour à l'agonie et j'ai besoin de fortes doses d'analgésiques pour fonctionner correctement. Le système médical et sanitaire australien est prompt à démolir la réputation de toute personne qui remet en question les vaccins ou suggère d'autres médicaments sûrs. En Australie, pendant le COVID, le droit d'un patient de choisir le traitement qui lui convient le mieux a été et est toujours refusé. Cependant, le système médical ferme volontairement les yeux sur la crise des opioïdes et l'augmentation continue de la dépendance et des décès.

Le type de blessure et d'affection qui m'a été diagnostiqué s'appelle la neuropathie. Voici donc quelques faits :

1. Je continue à souffrir de douleurs sévères dues à une neuropathie et à des lésions nerveuses neurologiques causées par le Moderna Spike Vax.

2. La neuropathie / les lésions nerveuses sont un effet secondaire connu du Moderna Spike Vax.

3. La neuropathie ne figurait sur aucun de mes formulaires de consentement.

4. En Australie, les médecins font l'objet d'une enquête et sont sanctionnés s'ils confirment par écrit qu'un vaccin COVID a causé une blessure à un patient. J'ai eu 5 médecins différents qui ont confirmé que mon état était causé par le vaccin, et ils ont tous dit qu'ils ne pouvaient pas le confirmer par écrit.

5. On pourrait penser que lorsqu'un patient se présente à l'hôpital avec de graves problèmes neurologiques, un spécialiste penserait d'abord : " Je ne ferai pas de mal et je révélerai le risque ", puis choisirait de ne pas conseiller à ce patient de se faire vacciner à nouveau si peu de temps après la dernière injection. L'information sur les effets secondaires neurologiques était disponible pour tous les cliniciens à l'époque, une simple recherche sur Google l'aurait révélé.

6. En Australie, si un médecin a été négligent ou si un patient a été maltraité ou mal diagnostiqué, il peut déposer une plainte auprès de l'AHPRA (Australian Health Practitioner Agency), de la HCCC (Health Care Complaints Commission - NSW) et du Queensland Health Ombudsman.

7. J'ai déposé une plainte officielle contre le neurologue et les deux pharmaciens qui m'ont vacciné auprès du QLD Health Ombudsman. Dans la réponse qu'il m'a adressée, le médiateur de la santé a reconnu que mon médecin m'avait conseillé de me faire vacciner une deuxième fois, malgré ma blessure. Malheureusement, en Australie, si vous signalez à l'organisme de réglementation un médecin, une infirmière ou un pharmacien qui vous a causé un préjudice en vous conseillant de vous faire vacciner ou en administrant le vaccin, ils ne font pas l'objet d'une enquête ou de mesures disciplinaires car ils sont commodément indemnisés.

8. En Australie, le gouvernement a mis en place un programme d'indemnisation pour les dommages causés par les vaccins, mais il est extrêmement complexe et difficile de déposer une plainte et il est presque impossible d'être indemnisé. Bien qu'ils aient un dossier solide, tous les avocats à qui j'ai parlé ont peur d'être pris pour cible. Maintenant que le programme a été élargi et que le gouvernement reconnaît que certains effets indésirables ne sont pas rares, davantage d'avocats se présentent, mais les avocats sont chers et cela signifie que de nombreuses personnes ne recevront pas d'indemnisation.

9. Je réalise que cela peut être bouleversant pour certains d'entre vous qui ont vu ce qui se passait et je vous demande de faire preuve de compréhension car, malheureusement, je n'ai pas vu ce qui se passait et maintenant, je dois vivre avec cela pour le reste de ma vie. C'est pourquoi je veux réparer un tort car je ne veux pas que quelqu'un vive ce que je vis.

Tous les médecins en Australie ne sont pas comme le neurologue de l'hôpital, beaucoup sont prêts à aider les patients. Jusqu'à présent, j'ai parlé des obstacles auxquels un patient blessé par un vaccin doit faire face et malheureusement, l'histoire ne fait qu'empirer, car les gouvernements australiens adoptent des lois qui entravent activement la capacité des médecins à exercer leur profession. L'État du Queensland vient d'adopter une loi qui modifie fondamentalement la relation entre le médecin et le patient en Australie en empêchant le médecin et le praticien de santé de fournir des informations afin que le patient puisse donner son consentement éclairé et que le praticien de santé puisse divulguer les risques et adhérer à son serment d'Hippocrate et à son code de conduite tel que défini par l'AHPRA.

Je me réfère au Health Practitioner Regulation National Law and Other Legislation Amendment Bill 2022, qui vient d'être adopté dans mon État du Queensland, et qui devrait bientôt être adopté dans toute l'Australie : Les changements proposés donneraient à l'Agence australienne de réglementation des praticiens de la santé (AHPRA) et au Conseil médical d'Australie le pouvoir de sanctionner les médecins qui expriment leur opinion professionnelle sur la base de leur évaluation de la meilleure science disponible et si cela sape la confiance du public dans la santé et la sécurité.

"Le changement proposé à la loi nationale interfère de manière significative avec la relation médecin/patient et est potentiellement désastreux pour les soins aux patients", a déclaré le PDG de l'Australian Medical Network, Dijana Dragomirovic.

De même, la Californie a récemment adopté une loi. Bien que la pandémie ait été déclarée "terminée", l'État de Californie n'a pas reçu le mémo. Le projet de loi AB 2098 a été promulgué le 30 septembre 2022. Ses pouvoirs pourraient imposer des sanctions mettant fin à la carrière des médecins qui utilisent leur propre formation et expérience pour traiter les patients ou qui expriment une opinion différente allant à l'encontre du consensus gouvernemental en matière de santé. Cette loi a le potentiel de dévaster la profession médicale et d'étouffer l'innovation.

"Le domaine de la médecine est en constante évolution. Il est continuellement façonné par de nouvelles tendances et données. Aucun médecin, ou politicien, n'a le droit exclusif aux concepts innovants. Au lieu de menacer de priver les individus de leurs moyens de subsistance, la société devrait encourager les gens à proposer de nouvelles idées innovantes" - Dijana Dragomirovic

L'équipe de la FLCCC exerce un lobbying intense aux États-Unis et en Californie, le Dr Paul Marik s'ajoute au chœur des voix qui appellent le gouverneur de Californie, Gavin Newsom, à supprimer cette loi qui criminaliserait les médecins pour avoir diffusé des "fausses informations".

Je tiens à remercier la directrice générale Dijana Dragomirovic, l'équipe et l'ensemble de l'Australian Medical Network qui travaillent sans relâche pour soutenir et protéger les droits de chaque Australien en matière de santé. Ils ont mené des actions de sensibilisation et de lobbying contre ces lois. Dès que j'ai réalisé les implications à long terme de ces lois, j'ai su qu'il s'agissait d'une partie importante de mon histoire et que je devais contribuer à la sensibilisation. Alors que d'autres me repoussaient, Dijana m'a soutenu et a contribué à m'aider à obtenir le traitement médical et le soutien juridique appropriés.

S'il vous plaît, ne laissez pas cette attaque contre la liberté d'expression et le droit de choisir aller plus loin, elle ne mène qu'à une chose, le totalitarisme. Je m'inquiète pour ceux qui, comme moi, pourraient tomber dans le même piège et ne jamais obtenir d'aide.

Depuis quand est-ce un crime d'être en désaccord ?

Tyson.

Traduit de l'anglais par Rouge et Blanc avec www.DeepL.com

Source: https://rwmalonemd.substack.com/p/vaccine-damaged-in-australia?utm_source=post-email-title&publication_id=583200&post_id=79997461&isFreemail=false&utm_medium=email

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :