Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Rouge et Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Paul Craig Roberts: L'or et l'argent sont-ils de l'argent ?

20 Octobre 2022 , Rédigé par Rouge et Blanc Publié dans #Paul Craig Roberts, #Economie, #Finances, #Forum Economique Mondial, #Russie, #USA

Paul Craig Roberts: L'or et l'argent sont-ils de l'argent ?

L'or et l'argent sont-ils de l'argent ?

Paul Craig Roberts

 

L'ancien président de la Réserve fédérale Bernanke répond par la négative.  

Et les jeunes Américains aussi.  Il y a quelque temps, j'ai publié des vidéos d'un podcasteur qui offrait aux Américains une pièce d'or d'une once d'une valeur d'environ 1 800 dollars pour un chewing-gum, et qui se faisait refuser.  Les jeunes, qui paient par carte de crédit et non en espèces, pensent que l'argent est numérique. Par conséquent, un bitcoin vaut plusieurs fois la valeur d'une pièce d'or, malgré le fait que la valeur d'un bitcoin est nébuleuse et peut baisser de plusieurs milliers de dollars en une journée.

Et, apparemment, l'or et l'argent ne sont pas de l'argent pour les personnes qui s'inquiètent de l'inflation qui est prétendument si grave que la Réserve fédérale est en train d'organiser une récession et la liquidation des fonds de pension et des grandes banques pour y mettre fin.

Avec une inflation élevée et des investissements financiers si peu rémunérateurs, pourquoi les gens n'ont-ils pas cherché à protéger leur pouvoir d'achat en investissant dans l'or et l'argent ?  Les prix de l'or et de l'argent ont baissé alors que l'inflation a augmenté. Cela n'a pas de sens.

Une partie de la réponse est que le dollar américain est élevé malgré une forte inflation. Cette relation normalement absurde est due au fait que la livre sterling, l'euro et le yen subissent l'impact négatif des arrêts de l'économie dus aux confinements de Covid et aux pénuries d'énergie créées par les sanctions russes de Washington, et ces pays connaissent leurs propres inflations dues aux sanctions et aux confinements de Covid qui ont réduit l'offre et les ont coupés des livraisons mondiales.  Les réductions de l'offre peuvent entraîner une hausse des prix tout aussi efficacement qu'une demande excessive des consommateurs.

Une autre partie de la réponse est que l'offre d'or et d'argent sur le marché à terme où le prix est déterminé peut être augmentée par l'impression de contrats non couverts et, par conséquent, peut être augmentée comme de la monnaie fiduciaire.  Comme je l'ai expliqué à de nombreuses reprises sur ce site, souvent en collaboration avec Dave Kranzler, les prix de l'or et de l'argent sont fixés sur les marchés à terme, et non sur le marché physique où l'or et l'argent sont achetés.  Le marché à terme de l'or et de l'argent autorise les "naked shorts".  Cela signifie que, contrairement au marché boursier, où la personne qui vend à découvert doit posséder les actions à vendre, qui sont généralement empruntées, l'or et l'argent peuvent être vendus à découvert sans que le vendeur ne possède d'or ou d'argent.

Cela signifie que l'or et l'argent qui se négocient sur les marchés à terme peuvent être créés en imprimant des contrats qui ne sont pas couverts par l'or et l'argent.  En d'autres termes, aujourd'hui, l'offre d'or et d'argent peut être augmentée en imprimant des contrats sur le marché à terme où le prix est déterminé, tout comme on peut imprimer de la monnaie fiduciaire.

L'impression de contrats, puis leur déversement sur le marché à terme, augmente soudainement l'offre d'or papier.  Une augmentation soudaine des positions courtes sur le marché à terme fait baisser le prix de l'or.  La Réserve fédérale et les grandes banques ont utilisé la vente à découvert à nu pour empêcher la hausse des prix de l'or et de l'argent qui montrerait la véritable dépréciation de la valeur du dollar.

Le marché à terme est compensé en espèces. Les détenteurs de contrats ne demandent pas de paiement en or, c'est-à-dire qu'ils ne prennent pas livraison.  Ils règlent en espèces.  Si les détenteurs de contrats de livraison demandaient réellement la livraison, il est peu probable que le Comex ait l'or nécessaire pour livrer.  Le Comex refuserait simplement la livraison et réglerait le contrat en espèces à un prix déterminé par la manipulation des valeurs de l'or et de l'argent par la vente à découvert à nu.

Les investisseurs en or pensent qu'à terme, cette façon de maintenir le prix de l'or et de l'argent à un niveau bas sera dépassée par la fuite des monnaies papier excessivement imprimées.  

Il y a des raisons de croire qu'ils ont raison. À moins que la Réserve fédérale n'ait été impliquée dans le plan du Forum Économique Mondial visant à forcer, par le biais de crises, une "grande réinitialisation" mondiale dans laquelle nous deviendrions tous des serfs ne possédant rien, auquel cas un autre ordre du jour est servi, la politique actuelle de la Réserve fédérale causera des problèmes aux grandes banques, comme les problèmes actuels du Crédit Suisse, aux fonds de pension, aux assureurs, aux prix des actions et des obligations et aux nombreuses transactions spéculatives basées sur les anciens taux d'intérêt.

L'or et l'argent étaient la monnaie originelle, car ils sont rares et peuvent servir de réserve de valeur ainsi que de moyen d'échange.  Une masse monétaire en or et en argent peut néanmoins être gonflée.  Les pièces d'or peuvent être rasées - d'où les stries placées sur les bords des pièces pour révéler la diminution de la teneur en or.  Et les pièces peuvent être avilies par l'ajout de métaux non précieux, comme le faisait le denier d'argent avec lequel l'armée romaine était payée.  Je possède un "denier d'argent" qui est composé à 90% de plomb.

Comme l'a démontré l'économiste Milton Friedman, même lorsqu'elle opère dans le cadre d'un système d'or, une banque centrale peut essentiellement l'annuler par des interventions qui compensent les effets monétaires de l'importation et de l'exportation d'or pour équilibrer la balance des paiements.

Néanmoins, les pièces d'or et d'argent qui ne sont pas dépréciées conservent leur valeur réelle en période d'inflation, c'est-à-dire qu'elles prennent de la valeur avec l'inflation, tandis que la monnaie fiduciaire perd de sa valeur, à moins que la banque centrale ne supprime la hausse des prix des métaux précieux par des ventes à découvert.  

La conclusion est que seuls l'or et l'argent sont de la vraie monnaie.

Le papier-monnaie est venu se substituer à la vraie monnaie, car l'or et l'argent sont lourds et leur présence en quantités importantes est évidente et nécessite une protection.  Dans les temps anciens, l'or et l'argent étaient déposés dans des coffres-forts et le déposant recevait un reçu, qui constituait la première monnaie papier.

Plus tard, lorsque la monnaie papier, comme les billets de la Banque d'Angleterre, est entrée en circulation, elle était garantie par l'or et convertible en or.  Il en a été de même aux États-Unis jusqu'à l'ère de Franklin D. Roosevelt dans les années 1930, lorsque ce dernier a confisqué l'or des Américains et en a ensuite augmenté le prix.

Le sénateur américain Jesse Helms a rendu aux Américains le droit de posséder de l'or quatre décennies plus tard, dans les années 1970.

Dans les années 1930, le président Roosevelt a confisqué l'or et a ensuite augmenté le prix officiel de 20 dollars l'once à 35 dollars, où il est resté jusqu'à ce que le prix officiel atteigne 42,22 dollars.  Dans les années 1970, le sénateur Helms a fait adopter une loi permettant aux Américains de posséder à nouveau de l'or sous forme de pièces et de lingots, et non plus seulement sous forme de bijoux.  Dans les années 1980, le prix de l'or a atteint 800 dollars l'once, malgré la forte hausse de la valeur du dollar américain due au succès de la politique économique de l'offre du président Reagan.   Wall St avait, bien sûr, prédit à tort une forte inflation et l'effondrement du dollar à partir de la politique de Reagan, et certains investisseurs ont agi sur la base de cette prédiction erronée.

En 2022, le prix de l'or par once a atteint un sommet de 2 043,30 $ et se situe actuellement à 1 655 $.  Au cours de ma vie, le prix d'une once d'or au cours actuel a été multiplié par 47, passant de 35 à 1 650 dollars.

La question est de savoir ce que l'inflation a fait au dollar papier ? Le dollar vaut-il 47 fois moins que dans ma jeunesse ?  Dans quelle mesure l'or a-t-il surpassé le dollar papier malgré les méthodes de Washington pour supprimer les valeurs de l'or et de l'argent ?

Je n'ai pas suffisamment confiance dans les données relatives à l'inflation pour effectuer ce calcul, mais je serais heureux de publier les calculs de quiconque les expliquerait de manière adéquate.

Ce que les Américains nés et élevés après ma génération ne comprennent pas, c'est qu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis étaient au sommet du monde. L'Amérique était la seule économie industrielle intacte et dont la puissance productive s'était accrue après cette guerre désastreuse.  Toutes les autres économies industrielles étaient en ruines, et les plans prévoyaient de convertir l'Allemagne en une économie agricole non industrielle permanente.  Ce plan n'a été abandonné qu'en raison de la montée de la "menace soviétique".

Comme l'a souligné le professeur du MIT Paul Samuelson, le doyen de l'économie américaine de la seconde moitié du 20e siècle, les États-Unis étaient une économie autosuffisante.  Leur main-d'œuvre était employée à la fabrication de produits à usage domestique et, par conséquent, les Américains produisaient les biens et services qu'ils consommaient. Cela signifiait des bases fiscales solides pour de nombreuses villes et États, qui ont ensuite été ruinées par la délocalisation de la fabrication américaine imposée par Wall Street à la recherche de coûts de main-d'œuvre plus bas et de profits plus élevés, une poursuite qui a coûté à l'Amérique ses échelles de mobilité supérieure vers la classe moyenne et une grande partie de la classe moyenne elle-même.  Le commerce extérieur ou "globalisme" était une composante insignifiante et inutile du PIB américain.  La dette américaine, malgré la dette de guerre accumulée, était insignifiante et sans conséquence pour l'économie américaine, car nous nous la devions à nous-mêmes.

La prospérité de l'Amérique a été détruite par l'effondrement soviétique en 1991.  La raison en est que l'effondrement soviétique a convaincu la Chine et l'Inde, avec leurs énormes forces de travail sous-employées, que le capitalisme, et non le socialisme, était l'avenir, et elles ont ouvert leurs économies aux capitaux étrangers.

Wall Street a forcé les sociétés américaines, sous la menace d'une prise de contrôle, à déplacer leur production à l'étranger.  C'est ce qui s'est produit, entraînant l'effondrement de la croissance des revenus des consommateurs américains et des assiettes fiscales des anciennes villes et États manufacturiers, dont beaucoup, comme Detroit, sont devenus des ruines très médiatisées (voir, par exemple, Paul Craig Roberts, The Failure of Laissez Faire Capitalism).

Ce n'est pas la concurrence de l'étranger, de la Chine, de l'Inde, de la Russie, qui a stoppé la croissance des revenus réels américains.  Ce sont les politiques à courte vue et intéressées imposées par des intérêts économiques étroits, tels que Wall St, qui ont fait tomber l'Amérique de son perchoir.  

Aujourd'hui, l'économie américaine commercialise des biens fabriqués par des entreprises américaines à l'étranger avec une main-d'œuvre étrangère.  Les Américains ne perçoivent pas les revenus de la fabrication des biens qu'ils consomment.  Des milliardaires, tels que Sir James Goldsmith et Roger Milliken, et quelques économistes, tels que moi-même, l'ont clairement fait savoir pendant des années, sans aucun effet. En Amérique, c'est la cupidité, et non les faits, qui règne.

La cupidité a prévalu sur l'intérêt public et sur ce qui était bon pour l'Amérique.

Aujourd'hui, nous avons un pays qui ne peut même pas produire ses derniers chasseurs à réaction sans pièces chinoises et dont les biens de consommation ont des coûts de main-d'œuvre chinois et non américains.

Un pays qui s'est détruit de cette façon est si mal dirigé qu'une révolution est attendue depuis longtemps.

Trump a essayé de nous montrer ce qui nous arrivait, mais jusqu'à présent, les Américains se sont montrés trop stupides pour se sauver eux-mêmes.

L'incompétence de l'Amérique est peut-être la raison pour laquelle Poutine ne s'inquiète pas de l'ingérence américaine dans son opération ukrainienne.

Face à un Occident totalement incompétent, Poutine, malgré ses propres lacunes, l'emportera.  Et la Chine aussi.

Traduit de l'américain par Rouge et Blanc avec www.DeepL.com

Source: https://www.paulcraigroberts.org/2022/10/19/are-gold-and-silver-money/

 

Sur le même sujet (l'or et l'argent comme monnaie) et sur le même blog:

Ernesto Cardenal: Economia del Tahuantinsuyu (in: Homenaje a los Indios americanos)

https://pocombelles.over-blog.com/2016/08/ernesto-cardenal-economia-de-tahuantinsuyu.html

et ici, trouvé sur internet, des extraits du poème de Cardenal présentés dans cette vidéo:

https://www.youtube.com/watch?v=9GrWA2dN-H4

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :