Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Les peuples celtiques

15 Octobre 2010 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

 

Le folio 34r laisse apparaître le célèbre monogramme de

 

"C'est la religion, en effet, qui, selon l'expression d'Henri Hubert "fait du groupe des peuples celtiques un peuple cohérent". D'un bout à l'autre du monde celtique, depuis l'Irlande jusqu'à la vallée du Danube, jusque chez les Galates d'Asie Mineure, ce sont les mêmes dieux, les mêmes croyances en l'immortalité de l'âme, les mêmes mythes de l'au-delà qui préoccupent les peuples celtes et créent en eux un lien obscur, mais profond; ils se traduisent par des rites semblables, exaltant la vie que symbolisent les sources, les arbres, le gui toujours vert sur les chênes sacrés. Rites et croyances qui se sont propagés par les druides, à la fois hommes de science et hommes de la divinité dont le rôle est multiforme: éducation de la jeunesse, offrande des sacrifices, arbitrages entre les peuples ou tribus; ils sont les devins, les poètes, les magiciens, les prêtres, car religion et poésie ne font qu'un pour eux.

Quel rôle jouent au juste chez eux ces prêtres-poètes que leur peuple honore autant que les Romains leurs rhéteurs, leurs avocats, leurs politiciens ? Impuissant à le définir, César a pu seulement pressentir que leur pouvoir était immense parmi les Gaulois, "les plus religieux des hommes".

Régine Pernoud, Le conquérant des Gaules, préface aux Commentaires de César sur la guerre des Gaules, Livre de Poche, 1961.

Lire la suite

Ballade des seigneurs du temps jadis

15 Octobre 2010 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Seigneurs-Tapisserie-de-la-Licorne-Cloisters.jpg

 

Qui plus, ou est le tiers Calixte,

Dernier decedé de ce nom,

Qui quatre ans tint le papaliste ?

Alphonse le roi d'Aragon,

Le gracieux duc de Bourbon,

Et Artus le duc de Bretagne,

Et Charles septieme le bon ?

Mais ou est le preux Charlemagne ?

 

Semblablement, le roi Scotiste

Qui demi face ot, ce dit-on,

Vermeille comme une amathiste

Depuis le front jusqu'au menton ?

Le roi de Chypre de renom,

Helas ! et le bon roi d'Espagne

Duquel je ne sais pas le nom ?

Mais ou est le preux Charlemagne ?

 

Ou soit de Vienne et de Grenobles

Ly Dauphins, ly preux, ly senez,

Ou de Dijon, Salins et Doles

Ly sires et ly filz ainsnez,

Ou autant de leurs gens privez,

Heraulx, trompettes, poursuivans,

Ont ils bien bouté soubz le nez ?

Autant en emporte ly vens.

 

Princes a mort sont destinez,

Et tous autres qui sont vivans : 

S'ils en sont courciez n'atainez,

Autant en emporte ly vens.

 

François Villon


 

Battle of Auray

Lire la suite

Ballade des dames du temps jadis

15 Octobre 2010 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

trobairitz.jpeg

 

Dites-moi ou, n'en quel pays

Est Flora la belle Romaine;

Archipiade ne Thaïs

Qui fut sa cousine germaine;

Echo, parlant quand bruit on mene

Dessus riviere ou étang,

Qui beauté ot trop plus qu'humaine ?

Mais ou sont les neiges d'antan ?

 

Ou est la tres sage Heloïs,

Pour qui fut châtré et puis moine

Pierre Esbaillart a Saint Denis ?

Pour son amour ot cette essoine.

Semblablement ou est la roine

Qui commanda que Buridan

Fût jeté en un sac en Seine ?

Mais ou sont les neiges d'antan ?


richmond3_p.jpeg

 

La roine Blanche comme un lis

Qui chantoit à voix de seraine,

Berthe au grand pied, Bietris, Alis,

Aremburgis qui tint le Maine,

Et Jeanne la bonne Lorraine

Qu'Anglois brulerent a Rouen;

Ou sont-ils, ou, Vierge souvraine ?

Mais ou sont les neiges d'antan ?

 

Prince, n'enquerez de semaine

Ou elles sont, ne de cet an,

Qu'a ce refrain ne vous remaine:

Mais ou sont les neiges d'antan ?

 

François Villon

 

nd_de_la_belle_verri_re.jpg


 


Lire la suite

Pourquoi l'Iran doit continuer à être gouverné par des hommes pieux

12 Octobre 2010 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

coeur2-1.gif

 

"Pour ceux qui se tenaient à sa disposition, il [NDLR: Cyrus le Grand] il pensa qu'il ne pouvait mieux les engager à rechercher le beau et le bien qu'en tâchant lui-même, puisqu'il se croyait leur chef légitime, d'offrir en sa personne à ses sujets le plus parfait modèle de vertu. Il lui semblait bien certain que les lois écrites aussi rendent les hommes meilleurs: mais il regardait un bon chef comme une loi voyante, puisqu'il est capable de commander et de voir celui qui désobéit et de le punir.

D'après ces principes, on le vit alors s'appliquer au culte des dieux avec une piété accrue par la prospérité. C'est alors que fut établi le collège des mages: lui-même ne manquait jamais de chanter des hymnes aux dieux au lever du jour et d'offrir chaque jour des sacrifices aux dieux que les mages lui désignaient. Et ce qu'il institua alors dure encore aujourd'hui chez tous les rois qui se succèdent sur le trône de Perse."

Xénophon, Cyropédie, Livre VIII, chapitre premier. Trad. Pierre Chambry.

 

200px-Standard of Cyrus the Great (White).svg

Lire la suite

La courtoisie de Metz

8 Octobre 2010 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

"Nous répondons valeurs françaises, de la France éternelle, du royaume de France… Mais peut-être que nous vous avons déjà conté cette histoire ? Nous sommes au siège de Metz, en 1553. Metz est défendu par Monsieur de Guyze, face à Don Luis de Avila, général de Charles Quint…Monsieur de Guyze n’est autre que François de Guise, dit « le Balafré »…
Brantôme relate le siège :  «  …un esclave more ou turc ayant dérobé un cheval d’Espaigne, se sauva avecques luy dans Metz et s’y jetta.  Le général de Charles Quint, Don Luis de Avila, propriétaire tant du cheval que de l’esclave,  envoya un trompette vers M. de Guyze le prier de luy rendre par courtoysie (cet) esclave… pour le punir de son forfaict et larsin, ainsin qu’il le méritoit ».
Epoque aux rudes moeurs, certes, mais la courtoisie était toujours de mise entre grands seigneurs ; et le duc de Guise de lui répondre tout aussi courtoisement :
«  Il ne pouvait, et en avait les mains liées par le privillege de la France, de temps immérial là-dessus introduict, qu’ainsin que, toute franche qu’elle a esté et est, elle ne veut recevoir nul esclave chez soy : et tel qu’il seroit, quand ce seroit le plus barbare et estranger du monde, ayant mis seulement le pied dans la terre de France, il est aussy tost libre et hors de toute esclavitude, et est franc comme en sa propre patrie ; et pour ce, qu’il ne pouvoit aller contre la franchise de la France : mais pour le cheval, il le luy renvoyoit de courtoysie »
Le siège de Metz fut dur pour les Espagnols.
Après quarante-cinq jours de batteries, Charles-Quint, qui voyait fondre son armée, perdant toute espérance, leva le siège dans les premiers jours de janvier 1533.
L’Histoire nous dit que la retraite fut désastreuse.
Les Français sortirent, battirent l’arrière-garde et enlevèrent une grande partie du parc de siège. Le camp impérial, plein de malades et de mourants étendus dans la boue glacée, était si piteux à voir que les Français en eurent compassion et secoururent généreusement tous ces pauvres abandonnés.
Depuis ce temps, la « courtoisie de Metz » passa en proverbe et fit grand honneur à l’armée française…
Alors excusez- moi du peu, mais ? Les valeurs républicaines françaises ?…"
Source: Les Manants du roi link
Lire la suite

La couleur jaune

8 Octobre 2010 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

"On ne l'aime pas trop, celui-là! Dans le petit monde des couleurs, le jaune est l'étranger, l'apatride, celui dont on se méfie et que l'on voue à l'infamie. Jaune comme les photos qui pâlissent, comme les feuilles qui meurent, comme les hommes qui trahissent... Jaune était la robe de Judas. Jaune, la couleur dont on affublait autrefois la maison des faux-monnayeurs. Jaune aussi, l'étoile qui désignait les juifs et les destinait à la déportation... Aucun doute, le jaune n'a pas une très belle histoire ni une bonne réputation. Mais pour quelles raisons? Michel Pastoureau, qui nous promène au fil de l'été dans l'univers arc-en-ciel des symboles (voir aussi son dernier livre, Une histoire symbolique du Moyen Age occidental, au Seuil), l'explique ici: il y a bel et bien un mystère de la couleur jaune 
Le jaune est assurément la couleur la moins aimée, celle que l'on n'ose pas trop montrer et qui, parfois, fait honte. Qu'a-t-elle donc fait de si terrible pour mériter une telle réputation?"
link
Lire la suite

Virtus, pietas, fides

8 Octobre 2010 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

"Virtus, pietas, fides: discipline, respect, fidélité aux engagements, tel est l'idéal romain. Cette trilogie domine tous les aspects de la vie, militaire, familiale, économique et sociale, et il nous est apparu que la religion ne faisait que la garantir en assurant son efficace au-delà du monde visible, pour le système des choses tout entier. La religion garantit ces vertus cardinales, mais elle ne les fonde pas. Tout se passe comme si la morale était déduite logiquement des impératifs nécessaires au maintien de l'ordre dans tous les domaines, à la pérennité de ce qui existe et que menace le temps. Rome a l'ambition de se prémunir, à force de sagesse et de discipline, contre la pauvreté, la servitude, la mort. En ce sens, toute sa morale apparaît comme essentiellement défensive - ce qui, nous l'avons vu, n'exclut pas la reconnaissance des valeurs altruistes, puisque ce qu'il s'agit de défendre n'est pas l'individu mais le groupe, de la famille à la cité."

 

Pierre Grimal, La civilisation romaine, Arthaud, 1960.

Lire la suite

Harry Potter au programme de l'Education Nationale

7 Octobre 2010 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Le papetier du centre commercial de mon coin d'Ile de France n'en revient pas. Depuis la rentrée scolaire, il voit défiler les élèves du collège voisin qui lui demandent Harry Potter en édition de poche abrégée. La première fois, me raconte-t-il, il croyait que l'enfant le demandait pour lui-même. Mais voyant que les demandes se multipliaient il a interrogé l'un d'entre eux, qui lui a répondu que c'était pour le collège, car c'était au programme de Français. Le papetier, qui fait Maison de la Presse et qui commande les livres, est abasourdi. Il ne comprend pas comment des auteurs pareils peuvent être au programme des écoles. 

Récemment, un jeune et sympathique consultant hindou-comorien, distingué et parlant parfaitement le français, m'exprimait sa profonde inquiétude devant l'imbécillité des manuels de français de ses jeunes enfants. Lui non plus, il ne comprend pas pourquoi.

C'est qu'aujourd'hui, l'Education nationale est devenue l'instrument du nivellement par le bas de la population* (et cela malgré la présence d'excellents enseignants et personnels) et un  marché, un "business": les livres de "littérature française" demandés par l'école sont essentiellement des romans policiers (Vue sur Crime, de Sarah Cohen), de science-fiction ou de magie, de sorciers et de sorcières écrits par des inconnus qui se sont habilement débrouillés pour les faire mettre au programme car cela rapporte beaucoup d'argent.

Pendant ce temps-là, on supprime l'enseignement du Grec (et du Russe), on dévalorise celui du Latin, on délaisse les auteurs classiques au profit des auteurs contemporains, de préférence à la mode et vulgaires; on ne renouvelle pas les contrats des professeurs contractuels qui s'efforcent de donner un enseignement académique à leurs élèves ou on les exclut de l'Education Nationale. Il faut étudier "Le rap des rats" mais ne pas insister sur les fables de La Fontaine (surtout Le Loup et l'Agneau, beaucoup trop subversive) et encore moins les apprendre par coeur.

Permettre à quelques favorisés de faire de l'argent en avilissant le grand peuple, voilà aujourd'hui la philosophie de l'Etat français, tombé aux mains de la mafia cynique et sans scrupules d'un "petit peuple" d'exploitateurs.

Béthune


* Voir: Machiavel pédagogue ou la ministère de la réforme psychologique, de Pascal Bernardin, Editions Notre-Dame des Grâces, 1995. De l'aveu de l'auteur, cet ouvrage aurait pu s'intituler "Abrégé d'esclavagisme".

Extrait de l'introduction:

"Une révolution pédagogique basée sur les résultats de la recherche psychopédagogique est en cours dans le monde entier. Elle est menée par les spécialistes des sciences de l'éducation qui ont tous été formés dans les mêmes milieux révolutionnaires et ont ensuite investi les départements "Education" des différentes institutions internationales: Unesco, Conseil de l'Europe, Commission de Bruxelles et OCDE. Le ministère français de l'Education nationale et les IUFM subissent également leur influence. Cette révolution pédagogique vise à imposer une "éthique en vue de la création d'une nouvelle société" et à établir une société interculturelle. La nouvelle éthique n'est qu'une présentation remarquable de l'utopie communiste. L'étude des documents où elle se trouve définie ne laisse aucun doute: sous couvert d'éthique, et derrière une rhétorique et une dialectique souvent remarquables, on retrouve l'idéologie communiste dont seuls la présentation et les modes d'action ont été modifiés. Grâce à un changement de valeurs, à une modification des attitudes et des comportements et à une manipulation de la culture, on voudrait parachever la révolution psychologique puis ultérieurement la révolution sociale. Cette nouvelle éthique est introduite actuellement dans les programmes scolaires français et elle doit être enseignée à tous les niveaux du système éducatif."

Lire la suite

Le loup, symbole écologique de l'intégration de la Suisse à l'UE

3 Octobre 2010 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

 

Le loup n’a pas sa place en Suisse, par Roberto Schmidt, conseiller national (PCS-PDC)
http://www.horizons-et-debats.ch/index.php?id=2336 link

Ce qui se cache derrière l’introduction du loup
La dénonciation de la Convention de Berne préparerait le terrain pour une solution raisonnable
http://www.horizons-et-debats.ch/index.php?id=2335 link

Allons-nous priver 60 % de notre territoire de la prise de décisions démocratiques?
A propos du vote du Conseil national sur les «Protocoles d’exécution de la Convention alpine»
Cette semaine, le Conseil national va voter sur l’application des Protocoles d’exécution de la Convention alpine. Il s’agit avant tout de savoir si la Suisse va se soumettre à des accords internationaux qui empêchent le peuple, les parlements communaux et cantonaux, et donc le peuple, de se prononcer contre l’élaboration juridique et le développement ultérieur de ces protocoles additionnels.
L’espace alpin revêt pour la Suisse une importance essentielle. En effet, plus de 60% du territoire suisse sont situés dans cet espace et il est inadmissible qu’on le soumette à un contrôle international et qu’on prive ses habitants de leur participation démocratique. Une évolution est ici en cours que nous ne pouvons pas approuver.
http://www.horizons-et-debats.ch/index.php?id=2334 link

Horizons et débats
Case postale 729
CH-8044 Zurich
Tél.: +41-44-350 65 50
Fax: +41-44-350 65 51
http://www.horizons-et-debats.ch/ link
Lire la suite

El aguila de cabeza blanca Americana

2 Octobre 2010 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Bald eagle. John-James Audubon: The Birds of America

Bald eagle. John-James Audubon: The Birds of America

  

El Águila de Cabeza Blanca Americana

EMBLEMA NACIONAL DE EEUU: SÍMBOLO DE PIRATERÍA MODERNA

 

Pierre-Olivier Combelles (Francia)

 

En el texto sobre el águila de cabeza blanca, en su obra monumental: "The Birds of America" (Las Aves de América), John James Audubon (1785-1851), el naturalista más famoso de Norteamérica, francés de nacimiento, cita la opinión de Benjamín Franklin sobre esta ave, emblema nacional de EEUU: "Terminando esta historia del águila de cabeza blanca, permítame decirle el descontento que he sentido que se le tome como emblema de mi país. Al respecto la opinión de nuestro gran Franklin(1) coincide perfectamente con la mía, que lo mejor que puedo hacer es presentársela aquí: "En lo que a mi respecta, hubiera querido que el águila calva (2) no haya sido escogida como el representante de nuestra Patria. Es un ave de naturaleza baja y malvada; no sabe ganar honradamente su vida: veálo Ud., encaramado en algún árbol muerto, de donde, siendo muy perezoso para pescar por propia cuenta, mira como trabaja el águila pescador (3) . Cuando esta ave laboriosa logra por fin coger un pescado que va a llevar a su familia, el bandido se lanza sobre él y se lo roba. Con toda su rapiña, no es más feliz, pues por lo general es pobre y a menudo muy miserable, como la gente que vive de astucias y raterías. ¡Además es siempre un cobarde pillo! El pequeño "reyezuelo" (4) que no es más grande que el gorrión, le ataca decididamente y lo bota de su cantón! Entonces de ninguna manera, este emblema es conveniente para nuestros valerosos y honrados Cincinnatis (5) , que expulsaron a todo tipo de "King Birds" (6) de nuestro país. Que se le atribuya más bien como patrono de esa orden de caballeros que los franceses llaman "caballeros de industria".

La clase social de hombres de negocios; industriales y financieros, se desarrolló en Europa a partir del s. XVIII y luego en EEUU, reemplazando a la nobleza y al clérigo en la cúspide de la pirámide social. La antigua caballería de Occidente tenía un ideal sublime: "Mi alma a Dios, mi vida al Rey, el honor a mi". La aristocracia de los antiguos pueblos indígenas de América, también de origen guerrero y religioso, debió más su prestigio a sus hazañas y a sus buenas acciones que a su propiedad de riquezas. Pero, la sociedad moderna no conoce otras leyes que no sean la del provecho personal (legal o ilegal) y la de un hedonismo egoísta y perverso. Es así, que asistimos hoy, a un cambio radical de los valores tradicionales.

Gracias a la potencia del dólar, hoy EEUU domina casi todo el planeta y se ha convertido en el modelo de casi todos los pueblos. Pero contrariamente a la Roma Imperial, EEUU no se preocupa en desarrollar a los pueblos sometidos a su hegemonía; se contenta con saquearlos corrompiendo los gobiernos y provocando guerras. Y hasta explotando sin piedad a los trabajadores de empresas en el extranjero que sirven a financiar sus fondos de pensiones o engañando deliberadamente a los accionistas y al público como en el caso Enron.

La elección del águila de rapiña como emblema nacional ha determinado el destino de EEUU y de una nueva era de la iniquidad de la historia humana. Para los Antiguos, el ave era el 1er. agüero. Recordemos también que los emblemas de la monarquía francesa y de la dinastía incaica, que dominaron al Viejo y al Nuevo Mundo, cada una en su tiempo, eran pacíficos: La Flor de Liz y el Arco Iris. Venerémoslos y peleemos por su retorno, pues la justicia y la paz sólo se obtienen con armas en las manos.

 

1 Benjamin Franklin (1706-90), físico, filósofo y político norteamericano. Elegido al 1er Congreso de EEUU, participó a la redacción de la declaración de Independencia (1776).

2 Otro nombre del águila de cabeza blanca en los EEUU.

3 Pandion haliaetus, especie que se encuentre en Eurasia, Africa y en las Américas.

4 "King Bird" (o Kinglet): Muy pequeña ave de Eurasia y America del Norte, con una cresta anaranjada, amarilla o roja en la cabeza (Regulus spp., en español reyezuelo).

5 Sociedad patriótica, tipo de Orden de Nobleza, llamada de los Cincinnati, teniendo como líder a Washington.

6 "King Birds": Nombre dado a los ingleses, en la guerra de Independencia de EEUU.

link

Lire la suite
<< < 1 2 3 > >>