Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Rouge et Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

L'héritage austronésien

7 Octobre 2012 , Rédigé par Béthune

Lire la suite

Un site érudit consacré à Eric de Bisschop et à quelques Océanistes

6 Octobre 2012 , Rédigé par Béthune

 

Je signale, pour les amateurs du Pacifique et de la navigation, un précieux site entièrement consacré à Eric de Bisschop et à quelques Océanistes: rigoureux, exact, érudit, avec beaucoup d'extraits des sources indiquées:

 

http://eric.de.bisschop-honolulu.1941.over-blog.com/

 

En particulier, des passages biographiques très intéressants du libre de Bengt Danielsson: Le Dernier Rendez-vous d'Eric de Bisschop, qui nous éclairent sur ce grand et navigateur et connaisseur de la navigation et des civilisations du Pacifique, injustement occulté par Thor Heyerdahl.

 

http://eric.de.bisschop-honolulu.1941.over-blog.com/pages/2_Bengt_Danielsson_biographie_dEric_de_Bisschop-2286479.html

 

(Débarquant à Papeete en octobre 1956, Bengt et Marie-Thérèse Danielsson ont aperçu le Tahiti-Nui à l’amarrage). Tandis que nous roulions parmi les bouquets de palmiers, immédiatement au sortir de la ville, ma femme, Marie-Thérèse, remarqua avec un sourire taquin: «C'est curieux, vous n'avez pas réalisé tout de suite qu'il s'agissait du radeau de votre ami Eric.»

Elle avait raison. J'aurais dû comprendre immédiatement que la seule personne à Tahiti capable d'engendrer une idée de cette sorte était l'incurable aventurier des mers Eric de Bisschop. J'emploie le terme « aventurier des mers» parce qu'il est indéniablement le plus adéquat, mais j'espère qu'il n'évoquera rien de semblable à la malpropreté, à la vulgarité, à la pauvreté, car les manières et la naissance d'Eric étaient celles d'un véritable aristocrate qui, en dépit du nom flamand, appartenait à une authentique famille française. Il n'utilisait jamais lui-même le titre de baron hérité de son père, mais dans les quelques occasions où j'entendis d'autres personnes le lui donner, je n'ai pu m'empêcher de penser à un autre fameux baron, von Munchausen, car Eric, comme lui, avait coutume de raconter les plus incroyables histoires - mais les siennes, contrairement à celles de l'Allemand, étaient toutes véridiques. Une autre différence moins importante résidait dans le fait que toutes les étranges aventures d'Eric s'étaient passées en mer. Eric aimait la mer du même amour irraisonné et passionné que d'autres hommes éprouvent pour des femmes particulièrement attirantes. Malheureusement son amour n'était pas payé de retour, car la plupart de ses nombreux voyages s'étaient soldés par un désastre - dont cependant, il s'était toujours débrouillé pour se tirer vivant, de façon ou d'autre. Il avait été sauvé d'une mort prématurée et apparemment certaine, six fois pour le moins, ce qui doit être un record mondial en la matière.

 

Consulter aussi sur cet autre site (en anglais)  http://www.personal.psu.edu/  :

 

Kon-Tiki in Reverse: The Tahiti-Nui Expedition

 

http://www.personal.psu.edu/pjc12/Kon-Tiki%20in%20Reverse--The%20Tahiti-Nui%20Expedition.htm

 

"Thor Heyerdahl’s idea of a bearded white god-man bringing civilization to Polynesia from the direction of the rising sun did not sit well with many Pacific islanders.  The first direct and sustained Polynesian drifter’s challenge to the Norwegian came from a French baron living in Tahiti.  By his own admission, Eric de Bisschop had invested the better part of thirty years in a study of Polynesian navigation and anthropology prior to his 1956 voyage in a bamboo raft.  But de Bisschop was far more than an armchair explorer.  Prior to his raft expedition, a case can be made that only James Cook himself had sailed more of the Pacific Ocean in search of scientific truth than Eric de Bisschop.
(...)
Bisschop saw a Polynesian sphere of influence extending from Easter Island and perhaps the shores of South America in the east, to Madagascar off the coast of Africa in the west, a span more than half the distance around the world.  No other peoples could claim such enormous dispersions.  For de Bisschop, no outsiders had taught Polynesians to sail, rather it was the Polynesians themselves who, by spreading their seagoing knowledge from Indonesia and India and then all the way to Madagascar, had accomplished quite the reverse.  He imagined the Polynesians visiting South America before the time of Christ, to return with plants common to both places.  And this nearly two thousand years before Europeans made tentative voyages with the currents and winds from Spain to the Caribbean.  With such a tradition, de Bisschop proposed rewriting the maritime history of the world, with the Polynesians in their rightful place at the center of that history."

 

Consulter aussi:

 

 

Eric de Bisschop and James Wharram - Catamaran pioneers

 

http://wharram.com/site/about/eric-de-bisschop_fr

 

 

"One man above all has kept the memory and achievements of the French pioneer of modern catamarans, Eric de Bisschop, alive. This is James Wharram, who in 1944, at the age of 16 bought the English translation of Eric de Bisschop’s book ‘The voyage of the Kaimiloa’ (published in English in 1940).

The voyage of the KonTiki raft, in 1948, to prove the theory of the settlement of the Central Pacific islands from South America (East-to-West theory), achieved worldwide fame for Thor Heyerdahl.

In contrast, because of the post war political situation in France, Eric de Bisschop’s pioneering voyage from Hawaii to France on ‘Kaimiloa’ in 1937-39, proving the seaworthiness of the raft stable double canoe, was forgotten.

James Wharram, with his cherished book ‘The voyage of the Kaimiloa’ took up the banner of Eric de Bisschop and between 1954 and 1959, in two pioneering double canoe voyages across the Atlantic, confirmed that Eric de Bisschop was correct in his assumption that the ancient Pacific raft-stable double canoe enabled ancient Pacific migrations to have been made from West to East out of SE Asia.

The following 'first' major article about Eric de Bisschop was written by James Wharram in 2004 for the French yacht magazine Chasse Marée. Unfortunately is was never published in France, but was printed (without permission) in the Newsletter of the Junkrig Association in August 2005.

In February and March 2012, another French yacht magazine, Voiles & Voiliers, were the first to publish two in-depth articles on the voyages of Eric de Bisschop, which shows that the yachting public is finally becoming aware of the pioneering sailing achievements of this long forgotten French sailing hero.

Voiles & Voiliers acknowledge James Wharram as the man who followed in Eric de Bisschop's wake and as a result became a leading designer of present-day catamarans.

As advocate of Eric de Bisschop, in 2007 Wharram protested at the publication of the book 'Vaka Moana' in New Zealand, that destructively minimised Eric de Bisschop’s achievements in Pacific migration studies. Then in April 2008, in a paper given by James Wharram at a Marine Archaeological Conference at the KonTiki Museum in Oslo, he was at last able to establish the pre-eminence of Eric de Bisschop in Pacific maritime studies.

For more than 70 years Eric de Bisschop's  sailing achievements have stayed in the shadows. It is time everyone with an interest in the history of multihulls knows more about him. "

 

 

Rose des vents indonésie i Austronesian Heritage

Lire la suite

Préparons Matariki 2013

4 Octobre 2012 , Rédigé par Béthune

The Matariki formation

 

During Matariki, we celebrate our unique place in the world. We give respect to the whenua on which we live, and admiration to our mother earth, Papatūānuku.

Throughout Matariki, we learn about those who came before us. Our history, our family, our bones.

Matariki signals growth. It's a time of change. It's a time to prepare, and a time of action. During Matariki, we acknowledge what we have and what we have to give.

Matariki celebrates the diversity of life. It's a celebration of culture, language, spirit and people.

Matariki is our Aotearoa Pacific New Year.

 

In 2001, Te Taura Whiri i te Reo Māori began to reclaim Matariki, or Aotearoa Pacific New Year, as an important focus for Māori language regeneration in partnership with Te Papa Tongarewa and the Ministry of Education. 

This year, the commission is spearheading a campaign to elevate Matariki into an iconic national event as part of a nationwide Māori language information programme. "Kōrero Māori", and intends to develop relationships and partnerships in order to co-ordinate and share activities with other stakeholders while complementing existing events. 

In our view, Matariki is much more than a festival-type event that welcomes in the New Year - we believe it is a way of thinking and planning leading up to the sighting of the stars followed by the next new moon. 

The aim of this website is to provide you with information about Matariki, and how to identify and celebrate it in contemporary Aotearoa. There is also a calendar of events that tells you what others are planning and gives you some ideas for your own celebrations. 

The pre-dawn rise of Matariki can be seen in the last few days of May every year. The new moon can be seen for the first time on these dates.

 

2005 Pipiri 08 June 

2006 Pipiri 27 June

2007 Pipiri 16 June 

2008 Pipiri 05 June

2009 Pipiri 24 June 

2010 Pipiri 14 June 

2011 Pipiri 04 June 

2012 Pipiri 21 June

2013 Pipiri 10 June

2014 Pipiri 28 June 

2015 Pipiri 18 June 

2016 Pipiri 06 June 

2017 Pipiri 25 June 

2018 Pipiri 15 June 

2019 Pipiri 05 June 

2020 Pipiri 22 June

 

Matariki, the star cluster that heralds the start of the Aotearoa Pacific New Year, is important to Māori and Pacific people and other cultures around the world. Matariki is visible to the naked eye in the pre-dawn sky after the full moon from mid to late June each year.

There are many stories about its significance as a navigational star and also as a portent on whether the coming harvests will be plentiful. If the stars in the cluster are clear and bright, it is thought that the year will be warm and productive. If they appear hazy and shimmering, cold winter is in store for us, and all activities during the period of Matariki must take this into account.

Some say that Matariki is the mother surrounded by her six daughters, other stories suggest that Matariki is a male star. These are the Māori names that make up the other six prominent stars of the Matariki cluster, Tupu-a-Nuku, Tupu-a-Rangi, Waitī, Waitā, Waipunarangi and Ururangi. 

Matariki is celebrated at different times by different tribes. For some, feasts are held when it is first seen. For others, it is the full moon after it rises that is celebrated and for others, celebrations are centred on the dawn of the new moon.

Astronomers generally refer to Matariki as Pleaides. The cluster is a group of many hundreds of stars about 400 light years from Earth and has been recognised since ancient times. The brightest stars are quite easy to see with the unaided eye in Greek legend bear the names of Seven Sisters, the daughters of Atlas and Pleone, Alcyone, Merope, Asterops, Maia, Taygeta, Calaeno and Electra. 

For some tribes Puanga or Rigel is the star that signifies the beginning of the Māori New Year.


Source: Maori Language Commission (Aotearoa/NZ)

http://www.tetaurawhiri.govt.nz/maori/matariki_m/index.shtml

link


 

Motif pachacuti manta péruvienne

 

Motif pachacuti (S couché) sur une manta moderne bolivienne, symbole du chaos et du désordre.

Dans les Andes, les Pléiades (Qollqa: silo à grains) qui ont disparu le soir à l'ouest le 24 avril, réapparaissent le 9 juin avant l'aube, à l'est, après 37 jours d'absence, le pachacuti.

La dernière nuit d'absence et le jour de leur réapparition sont célebrées dans une grande fête traditionnelle, d'origine préhispanique bien sûr, sur un glacier à l'est du Cuzco au Pérou: Qoyllur Rit'i (littéralement "Les étoiles de neige"), aussi appelée Oncoy Mitta en allusion à ce chaos. Le monde est alors réordonné et l'on entre dans une nouvelle année.

Qoyllur Rit'i/Oncoy Mitta est ainsi la Fête andine des Pléiades, du Nouvel An, des Morts, de l'Agriculture et des Récoltes, commune à tous les peuples du Pacifique (Matariki), qui partagent les mêmes origines.

POC.

 

Lire la suite

Tainui Rangatahi

4 Octobre 2012 , Rédigé par Béthune

 

 

 

Très beau chant maori (waitata) . Tainui Rangatahi signifie: La jeune génération de Tainui. Tainui est l'une des confédérations maories d'Aotearoa (Nouvelle-Zélande):

 

"Tainui is a tribal waka confederation of New Zealand Māori iwi. The Tainui confederation comprises four principal related Māori iwi of the central North Island of New Zealand: Hauraki, Ngāti Maniapoto, Ngāti Raukawa and Waikato. These iwi share a common ancestry from Polynesian migrants who arrived in New Zealand on the Tainui waka, which voyaged across the Pacific Ocean from Hawaiki to Aotearoa (North Island) approximately 800 years ago. According to Pei Te Hurinui Jones, the Tainui historian, Tainui first entered the Waikato about 1400 bringing with them kumara plants. By about 1450 they had conquered the last of the indigenous people in a battle at Atiamuri." (Wikipedia : Tainui link )

http://en.wikipedia.org/wiki/Tainui

 

Paroles:

 

 

Kia Kaha ra
Tainui Rangatahi
Tainui te waka tupuna
Taupiri te maunga tapu e
Te Wherowhero te tangata
Waikato te Awa
He piko he Taniwha Taniwharau,
Kia kaha ra
Te Roopu Rangatahi

 

Tainui rangatahi kia hiwa ra
Tainui rangatahi kia kaha ra
Pupuritia te mana a o tatou tupuna
kawa rawa e tukua nga tikanga
kia takahia, e te iwi ke

 

Te mahi raupatu o nga whenua
E kore mahi mo te iwi whanui
Kimihia, te huarahai tika
kia kaha ra
nga wangawanga nga wawata,
Kei roto o Te Tiriti O Waitangi,
Kia kaha ra,
Tainui Rangatahi!!
Kia kaha ra,
Tainui Rangatahi!!

 

 

 

na-wai-taua 

Lire la suite

Aue te aroha (St. Joseph's Maori Girls' College, Hawke's Bay, New Zealand/Aotearoa)

3 Octobre 2012 , Rédigé par Béthune

 

Ce ravissant chant maori est un chant d'amour (waitata aroha).
Lire la suite

Dersou Uzala

3 Octobre 2012 , Rédigé par Béthune

ars171.jpeg

Vladimir Arseniev et Dersou Ouzala

 

«Au cours de l'année 1902, lors d'une mission que j'accomplissais à la tête d'une équipe de chasseurs, je remontais la rivière Tzimou-khé qui se jette dans la baie de l'Oussouri, près du village de Chkotovo. Mon convoi se composait de six tireurs sibériens et comportait quatre chevaux chargé s de bagages. L'objet de cette mission était l'étude pour les services de l'armée de la région de Chkotovo et l'exploration des cols du massif montagneux du Da-dian-chan où prennent leurs sources quatre fleuves: le Tzimou, le Maï-khé, la Daoubi-khé et le Léfou. je devais ensuite reveler toutes les pistes avoisinant le lac de Hanka et le chemin de fer de l'Oussouri. (p. 11)

 

[…]

 

"Comment t'appelles-tu ?" demandai-je à l'inconnu.

"Dersou Uzala", répondit-il.

Cet homme m'intéressait. Il avait quelquechose de particulier. parlant d'une manière simple et à voix basse, il se comportait avec modestie, mais sans la moindre bassesse...

Au cours de notre longue conversation, il me raconta sa vie. J'avais devant moi un chasseur primitif qui avait passé toute son existence dans la taïga. Il gagnait par son fusil de quoi vivoter, échangeant les produits de sa chasse contre du tabac, du plomb et de la poudre que lui fournissaient les Chinois. Sa carabine était un héritage qui lui venait de son père.

Il me dit qu'il avait cinquante-trois ans et que jamais il n'avait eu de domicile. Vivant toujours en plein air, ce n'est qu'en hiver qu'il s'aménageait une "yourte" provisoire, faite soit en racine, soit en écorce de bouleau. Ses souvenirs d'enfance les plus reculés, c'étaient la rivière, une hutte, un bûcher, ses parents et sa petite soeur. » (p. 21)

 

Vladimir Arseniev. La taïga de l'Oussouri. Mes expéditions avec le chasseur gold Dersou. Traduit du russe par le prince Pierre P. Wolkonsky. Payot, Paris, 1939.

ars252-1.jpeg

L'explorateur et écrivain russe Vladimir Arseniev (1872-1930)

 

Lire la suite

le Tibet laïc une émission d'André Voisin avec Michel Peissel (ORTF/Civilisations 07/01/1972) - Document INA

2 Octobre 2012 , Rédigé par Béthune

peissel2 2053017b 

 

 

PREMIERE PARTIE

 

La vie quotidienne du peuple de la plus grande civilisation de l'Asie centrale: le Tibet, plus vaste que l'Europe.

 

http://www.ina.fr/art-et-culture/arts-du-spectacle/video/CPF87010190/le-tibet-laic-1ere-partie.fr.html

 

link 

 

 

 

 DEUXIEME PARTIE

 

"La force d'un pays et d'une civilisation reposent sur sa jeunesse. Aussi, au Tibet, les enfants sont rois"

 

http://www.ina.fr/sciences-et-techniques/sciences-humaines/video/CPF87010191/le-tibet-laic-2eme-partie.fr.html

 

link

 

Cette seconde émission sur le Tibet se compose d'une entretien d'André VOISIN avec l'ethnologue Michel PEISSEL, en alternance avec des documents filmés de de Francisco MELE, JA RAYNAUD, Serge BORGUIGNON et Michel PEISSEL et des extraits du documentaire "Au royaume du Bhoutan" de Arnaud DESJARDINS .

 

 

Consulter aussi:

 

http://pocombelles.over-blog.com/article-michel-peissel-1937-2011-101853478.html

 

link

 

Lire la suite

La folle avoine (Guy Georgy, 1918-2003)

2 Octobre 2012 , Rédigé par POC

Guy Georgy à l'inauguration de l'exposition "Maca, Ging-seng des Andes" de Pierre-Olivier Combelles et Katia Humala-Tasso à la Maison de l'Amérique latine (dont il était alors Président) en novembre 1997

Guy Georgy à l'inauguration de l'exposition "Maca, Ging-seng des Andes" de Pierre-Olivier Combelles et Katia Humala-Tasso à la Maison de l'Amérique latine (dont il était alors Président) en novembre 1997

"De quel néant, de quelle semence perdue suis-je sorti peu à peu comme la folle avoine qui naît n'importe où, au gré du vent, sur une motte minuscule entre deux pierres ?" Ces lignes sont les premières de La folle avoine, le récit autobiographique de Guy Georgy, paru chez Flammarion en 1991.

Un jour, à la maison, à Versailles (j'avais une vingtaine d'années), une de mes tantes m'appella et me dit: "J'ai un livre ici, qui devrait t'intéresser." Elle me montra un petit livre de poche, orné d'une photo vieillote d'un enfant de la campagne coiffé d'un bérêt, en sépia. Je ne me rappelle pas comment elle justifia pourquoi il devait m'intéresser. Sans doute dut-elle ajouter qu'il parlait de la nature, de la campagne et des voyages, que j'aimais beaucoup. J'acceptai le livre en la remerciant et en l'assurant que je le lui rendrais. Elle me répondit: "Non, tu peux le garder. Je n'en ai plus besoin, je l'ai lu." Je repartis avec le livre, que je lus peu de temps après. Il me charma par sa vivacité et sa sincérité, par la fraîcheur des souvenirs de cet enfant adopté par sa grand-mère, une paysanne un peu "sorcière" du Périgord, et qui devint ambassadeur de France en Bolivie, au Dahomey, en Libye, en Iran et en Algérie.

Ce petit livre m'a accompagné partout dans mes voyages, jusqu'au jour où j'ai fait la connaissance de Guy Georgy. Il était Président de la Maison de l'Amérique Latine, à Paris, et,  je venais lui proposer d'accueillir l'exposition que je préparais sur la maca, une plante cultivée des hauts-plateaux des Andes du Pérou. Il dit oui aussitôt. Nous étions fin 1997. Nous restâmes en relation épistolaire jusqu'à sa mort en 2003. Je vivais alors en Bolivie, où il avait été ambassadeur. Il était captivé par la géographie, la géologie et les sciences naturelles. Il avait son idée sur la mort mystérieuse des chercheurs français Louis Girault et Thierry Saignes et de certains de leurs proches, qui avaient étudié d'un peu trop près les secrets des Kallawayas, ces fameux médecins-guérisseurs itinérants du nord-est de la Bolivie. Son amitié, et le grand intérêt et la cordialité de nos échanges furent pour moi une oasis dans le désert de la diplomatie française en Amérique du sud, déjà nivelée par une politique contre-nature où seuls peuvent prospérer ceux qui ont perdu leur âme.

Aujourd'hui, 2 octobre 2012, à Lima, la hideuse mégapole péruvienne noyée dans la brume et le vacarme de la circulation, je viens de rouvrir La folle avoine laissée sur une étagère de ma bibliothèque. Le même parfum, intact, de la magie de l'enfance et de la campagne du Périgord m'enveloppe et m'envahit comme un charme tandis que se montre, délicate, modeste, indépendante et profondément humaine, l'âme de cet enfant ami des voyageurs et des marginaux, amoureux de la nature, respectueux des peuples indigènes, qui deviendra un jour le  haut diplomate et l'excellent écrivain qui honorent la France.

Pierre-Olivier Combelles

Je me rabattis donc sur les marginaux, ceux que les hasards de l'existence avaient transplantés loin de leur patrie et qui, après avoir roulé leur bosse, étaient revenus au pays.. C'étaient des loqueteux, des sortes de parias qu'on utilisait pour les travaux domestiques, mais que l'on ne fréquentait pas; ils mangeaient à part dans les granges leur écuelle de soupe ou de haricots. Le visage d'un enfant qui venait les trouver en confiance et écoutait avec attention le chapelet de leurs souvenirs les attendrissait 

Guy Georgy, La folle avoine, pp.145-146.

Consulter aussi:

A la mémoire de l'Ambassadeur Guy Georgy: http://pocombelles.over-blog.com/article-a-la-memoire-de-guy-georgy-68799005.html

La Lune (Guy Georgy) : http://pocombelles.over-blog.com/2015/08/la-lune-guy-georgy.html

 

Lire la suite
<< < 1 2 3