Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Rouge et Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Los papeles de Panamá de Vargas Llosa: lavado neoliberal imperfecto en los paraísos fiscales (Alfredo Jalife-Rahme/La Jornada))

13 Juin 2018 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Bajo la Lupa

Los papeles de Panamá de Vargas Llosa: lavado neoliberal imperfecto en los paraísos fiscales

Alfredo Jalife-Rahme
 

Foto

Mario Vargas Llosa, premio Nobel de Literatura 2010, durante la presentación de su libro El héroe discreto, en 2013. Foto : Notimex
 
 
Existe un proverbio árabe inigualable: quien tiene la casa de vidrio no arroja piedras.

El grave problema de los propagandistas del depredador modelo neoliberal global en América Latina (AL) es su desbocado moralismo en la política y en las finanzas, como el controvertido escritor de doble nacionalidad –español-peruano– Mario Vargas Llosa (MVL), de 80 años, quien fue atrapado in fraganti con vergonzantes cuentas espurias en los paraísos fiscales, de acuerdo con los papeles de Panamá (http://goo.gl/r5CwTo).

Mas allá de su frivolidad exhibicionista (http://goo.gl/x8LiAL) y su sicopatológica afición por la tauromaquia zoocida, su grave defecto radica en que usa sin discriminación su Nobel de Literatura como blindaje para difundir sus fétidas posturas neoliberales/racistas/fascistas y pro-israelíes a ultranza, confundiendo sus imaginativas novelas con su política que injuria el nacionalismo de la mayor parte de la población despojada de AL, inmiscuyéndose en la política interna de México en forma contradictoria (la dictadura perfecta de su hoy cómplice neoliberal Salinas).

El furibundo globalista y antinacionalista está muy vinculado al sionismo financierista jázaro y al fascismo universal: recibió el Premio Jerusalén (sic) de manos del ex primer ministro Ehud Olmert (http://goo.gl/nBS5kV), hoy encarcelado por corrupción en Israel, además del Irving Kristol Award del ultrafascista American Enterprise Institute (AEI).

El neoconservador straussiano Irving Kristol fue uno de los principales ideólogos de las aventuras militares de Baby Bush y Dick Cheney en Irak y Afganistán, al unísono de Tony Blair y José María Aznar López.

Mas allá del cobarde puñetazo que asestó al Nobel García Marquez, hoy la fecunda obra literaria de MVL sucumbió a la deshonra pública y al lavado de dinero trasnacional en los paraísos fiscales.

La aplicación de la moralidad republicana en asuntos políticos y financieros exige que sea universal y sin excepciones ni decepciones financieristas singulares, como es el notable caso de MVL, cuyos aliados neoliberales en España también apestan: el sulfuroso ex presidente José María Aznar López y su lavado con los fondos buitres Cerberus(http://goo.gl/4Lw5ym) y la mega-corrupción de José Antonio Sola (http://goo.gl/TNkyOO), portavoz del mefítico Partido Popular en abrupta degradación (http://goo.gl/thD4p0).

Según Ap, “uno de los documentos filtrados de una firma de abogados panameña (nota: Mossack Fonseca http://goo.gl/oInZiQ) revela que MVL y su segunda ex esposa Patricia Llosa (la primera fue Julia Urquidi) aparecieron como accionistas en una compañía de las Islas Vírgenes Británicas durante un mes (sic) en 2010”, en la fantasmagórica Talome Services Corp. No aparece el valor de dichas acciones.

¿Fue en pago a sus servicios propagandísticos en favor del neoliberalismo global en AL?

¿Tendrá cuentas mancomunadas con su primera esposa, Julia Urquidi, en otros paraísos fiscales?

Un día antes de la cuantiosa gratificación con el Premio Nobel, que asciende a más de un millón de dólares, en forma mafiosa desaparecieron los nombres del polémico novelista y de su segunda ex esposa. ¿El Premio Nobel de Literatura fue también otra gratificación selectiva por servicios en favor de la desregulada globalización financierista?

¡La mafia global a lo que da!: dos rusos innominados sustituyeron al mancillado escritor y su entonces mujer.

Lo interesante radica en la triangulación fiscal en España y en otros países cuando, por lo visto, cierto tipo de escritores propagandistas del neoliberalismo global también blanquean mediante trasnacionales “literarias (http://goo.gl/RfQc13)”.

El autor de La ciudad y los perros se ha visto empapado por el escándalo de los papeles de Panamá, que en forma desvergonzada considera que fue un pequeño (sic) malentendido.

Mediante el pequeño malentendido, MVL y su segunda ex esposa “estuvieron muy cerca (sic) de controlar la compañía Talome Services Corp gracias al intermediario Dave Marriner, directivo de la compañía holandesa Pan-Invest Management, con sedes en otros dos paraísos fiscales: Chipre y Luxemburgo (http://goo.gl/1SFKqf)”.

Al locuaz MVL no le falta verborrea: después de arremeter contra el periodismo amarillo (sic), desde su cómodo periodismo justifica que las políticas fiscales expropiatorias incitan a la evasión y hace la apología de los paraísos fiscales de Panamá y Suiza, que han progresado (sic) gracias al lavado fiscal.

En otra de sus alucinantes justificaciones aduce que nunca puso “un dólar en esa empresa y nunca hubo el menor movimiento económico (http://goo.gl/knGY3V)”. ¡Ajá!

También ironizó, al máximo de su ultrajante cinismo, que está acostumbrado a recibir golpes bajos, por cierto, muy menores a los que suele propinar sin recato.

Extraviado en su fecunda imaginación literaria que choca con la cruda realidad, siendo un zelote neoliberal, MVL ignora cómo funciona su lavado en cuatro paraísos fiscales en los que movió sus cuantiosos capitales, sin saberlo: Panamá, Islas Vírgenes Británicas, Chipre y Luxemburgo. ¡Si de eso se trata el criminal modelo blanqueador neoliberal!

Su neoliberal Fundación para la Libertad resultó una “Fundación para el Blanqueo (http://goo.gl/74kpO0)”, mientras su polémico intermediario David Marriner contradice a MVL: “cuando adquirimos la compañía (nota: Talome Services Corp) lo hicimos (sic) con el requisito de que mis clientes (¡sic!) fuesen accionistas directos (http://goo.gl/pByIE4)”. Tales clientes evasores fueron MVL y su segunda ex esposa.

El peor estigma del innoble Nobel MVL, más allá de su eviscerada retórica farisea, es que se quedó sin discurso moral pontificador, como ha sucedido con sus tres aliados en el “México neoliberal itamita (http://goo.gl/pbsTSP)”:1. Un presunto narcolavador de Banco Santander (http://goo.gl/Dz5lRV), capturado en las redes de los papeles de Panamá (http://goo.gl/oLqcyL)”; 2. El efímero canciller foxiano Castañeda Gutman y sus vínculos con el cártel del Golfo mediante el fraudulento Banco Stanford en el paraíso fiscal de Antigua (http://goo.gl/kEtQIj), y 3. Otro propagandista neoliberal del salinismo/zedillismo alquilado para propalar mendacidades (http://goo.gl/3s9kkr).

La hoy pareja sentimental de MVL, la filipino-española Isabel Preysler –ex modelo y asidua socialité de ¡Hola!, además de ex esposa del cantante Julio Iglesias– , lleva tres matrimonios, entre ellos con el ministro de Finanzas de España, Miguel Boyer, acusado de fraude con Ibercorp (http://goo.gl/vvalx5).

Todo lo que rodea a MVL es realismo puro metaliterario: sus aliados en AL/México neoliberal itamita y su triangulada megacorrupción con España y los cuatro paraísos fiscales, donde quizá Isabel Preysler juegue un importante papel de bisagra financierista trasnacional y transatlántica que todavía no ha sido investigado a fondo. ¡La tríada imperfecta de frivolidad, lavado y propaganda neoliberal metaliteraria!

www.alfredojalife.com

Twitter: @AlfredoJalifeR_

Facebook: AlfredoJalife

Vk: id254048037

MVLL: LA "MADAME BOVARY" DE LA TRILATERAL COMISIÓN

Pierre-Olivier Combelles (Francia)-

El novelista y columnista Mario Vargas(1) Llosa es el autor de un ensayo "La orgía perpétua(2)", sobre Madame Bovary, novela del escritor francés Gustave Flaubert (1821-1880) que cuenta la historia de una mujer que engaña y abandona a su esposo Charles Bovary, un médico de provincia, para escapar de la mediocridad de su vida.
Madame Bovary es el modelo de MVLL: apátrida, "exitoso" literato, fracasado en la política nacional, obsesionado por el ascenso social y que gravita en círculos desconocidos para la mayoría de peruanos.
Uno de estos círculos se llama "Trilateral Commission" (Comisión Trilateral o "Mega-ONG" de la Fundación Rockefeller y co-financiada por el Dpto. de Estado Norteamericano vía el Centro Woodrow Wilson - Diálogo Interamericano; a la cual pertenecen personajes de la política colonial del Patio Trasero Latinoamericano como: Sánchez de Lozada, Alfonsín, Camillión, Sanguinetti, Hugo Bottero, Beatriz Merino, PPK, Silva Ruete, Oswaldo Hurtado, Sergio Bitar, Abraham Lowental, R. Mc Namara, etc, N. de R.).
Como el "Bilderberg Group", el "Foreign Relations Council", la Masonería, etc., esta "Trilateral Comission" es un circulo de intereses privados que reúne a personajes influyentes de las finanzas, industria, política y medios de comunicación.
Los objetivos de todos estos círculos son los mismos: Globalizar el Libre (solo para ellos) Mercado para el interés de la "élite suprema de la cadena alimenticia mundial" y obviamente demoler todo atisbo de soberanía de los Estados del orbe "de color" subdesarrollado.
En su alocución inaugural en la sesión de JUN 1991 del "Bildelberg Group", David Rockefeller, presidente del Chase Manhattan Bank, fundador y actual presidente de la Trilateral Commission, acogía entonces en Baden-Baden a las personalidades venidas de todo el mundo para participar en las sesiones:
"Agradecemos al Washington Post, al New York Times, Time Magazine y a las otras grandes publicaciones, cuyos directores han asistido a nuestras reuniones y respetado sus promesas de discreción durante por lo menos 40 años. Hubiera sido imposible para nosotros desarrollar nuestra plan de dominación mundial si hubiésemos sido objeto de alguna publicidad durante estos años. Pero, el mundo es hoy día verdaderamente más sofisticado y preparado para marchar hacia un Gobierno Mundial. Una nueva Roma Global. La soberanía supra-nacional de una élite intelectual y de los banqueros mundiales es seguramente preferible a las decisiones nacionales y hasta exóticas que se practican desde siglos".
En este plan para imponer las ideas del ultra-liberalismo y el Gobierno Mundial de una plutocracia, MVLL juega el papel de "agente de influencia", como muchos otros intelectuales del Hemisferio Sur "que han superado taras como el anquilosado concepto de Patria".
No en vano dedicó todo un libro ("La Utopía Arcaica") para pretender enterrar políticamente al ariete literario del, según él, "exótico y arcaico" etnonacionalismo andino: José María Arguedas.
La "modernidad vargasllosiana" (made in USA) es obviamente incompatible con el "telurismo arguediano" (sin calco ni copia).
Eso es la verdadera significación del "bovarismo" político-literario del hombre que quería ser Presidente de los peruanos.

(1) Nacido en Arequipa - Perú, MVLL tiene nacionalidad española y reside en Londres, Inglaterra. Además es miembro de la Real Academia de España.
(2) En una carta a la Srta Leroyer de Chantepie (4 de set de 1858), Flaubert escribía: "el único medio de soportar la existencia, es de distraerse en la literatura como en una orgía perpetua".

http://edicionesanteriores2.pe.tripod.com/ollanta27/actualidad27.htm

Lire la suite

l'homme blanc a profané la face de notre Mère la Terre (Lettre des Hopis au Président Richard Nixon, 1970)

11 Juin 2018 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

La Terre vue de l'espace, la nuit. On a l'impression qu'elle est dévorée par un feu incandescent.

La Terre vue de l'espace, la nuit. On a l'impression qu'elle est dévorée par un feu incandescent.

"L'homme blanc, dans son indifférence pour la signification de la nature, a profané la face de notre Mère la Terre. L'avance technologique de l'homme blanc s'est révélée comme une conséquence de son manque d'intérêt pour la vie spirituelle, et pour la signification de tout ce qui vit. L'appétit de l'homme blanc pour la possession matérielle et le pouvoir l'a aveuglé sur le mal qu'il a causé à notre Mère la Terre, dans sa recherche de ce qu'il appelle les ressources naturelles. Et la voie du Grand Esprit est devenue difficile à voir pour presque tous les hommes, et même pour beaucoup d'Indiens qui ont choisi de suivre la voie de l'homme blanc..."

Lettre adressée en 1970 au Président des USA Richard Nixon par un groupe de Hopis contre l'extraction du charbon par la Peabody Coal Company, filiale de la Kennecott Copper Company sur le territoire des Navajos et des Hopis.

Source: Pieds sus sur la terre sacrée. Textes rassemblés par T.C. McLuhan. Photos de Edward S. Curtis. Traduit de l'américain par Michel Barthélémy. Denoël, 1974.

Lire la suite

Être défenseur de la nature en Amérique latine est très dangereux (HispanTV)

10 Juin 2018 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Source: HispanTV

Source: HispanTV

América Latina es un lugar peligroso para ser un defensor de la tierra y el medio ambiente debido a la alta cifra de asesinatos entre estos activistas.

Brasil es el país con el mayor número de asesinatos (46) entre quienes luchan por proteger la Tierra, y México se ha convertido en el más peligroso, ya que en 2017 (15) se quintuplicó el número de defensores asesinados en el 2016 (3).

Actualmente, México se ubica el cuarto lugar en la lista de países más peligrosos para los defensores del medio ambiente mientras que antes ocupaba el puesto 14.

El 60 % de los asesinatos de activistas a nivel mundial en 2017 estuvo vinculado a la agroindustria y la minería y muchos de los responsables quedaron impunes de sus delitos. Entre 2002 y 2014, el 99 % de los 1024 asesinatos registrados a nivel mundial quedó impune.

En América Latina, muchos de los activistas asesinados eran indígenas, como Berta Cáceres de Honduras e Isidro Baldenegro López de México, que ganaron en 2015 y 2005, respectivamente, el prestigioso Premio Ambiental Goldman y fueron asesinados en marzo del 2016 y en enero del 2017, en su orden.

Source: https://www.hispantv.com/noticias/sudamerica/379602/america-latina-asesinatos-activistas-medio-ambiente

En France aussi:

https://reporterre.net/Les-violences-policieres-se-generalisent-constatent-les-avocats-de-France

http://pocombelles.over-blog.com/2018/05/des-armes-de-guerre-contre-les-ecologistes.html

http://pocombelles.over-blog.com/2014/11/france-des-grenades-offensives-contre-les-naturalistes.html

Mondialisation, terrorisme et répression sont les facettes du même phénomène:

http://www.palestine-solidarite.org/analyses.rene_naba.110618.htm

Lire la suite

Vivre sous la tente

10 Juin 2018 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Aux femmes qui comprennent l'amour des Amérindiens et des naturalistes de terrain pour la vie dans la nature sauvage, en relation avec le Cosmos.

Vivre sous la tente, dans la nature, c'est être en contact avec tous les éléments, par tous les sens, car la tente n'est pas un espace étanche, totalement séparé de l'extérieur comme une maison, mais poreux. Poreux à la température, à la lumière, aux sons, aux odeurs, aux sensations. On entend la pluie qui tombe, le chant des oiseaux, les appels du huard sur le lac, le mugissement de la mer, les hurlements des loups très loin, on sent le vent qui caresse ou qui frappe la tente, qui entre par les ouvertures, on aperçoit des étoiles par les trous d'étincelles de la toile, la lumière du matin qui dessine les ombres chinoises des arbres. On couche sur la terre qui est vivante, qui sait, qui comprend et qui guérit. Reposant sur la terre et respirant l'air pur du dehors, écoutant et sentant le monde extérieur pendant que nous dormons, nous rêvons, plusieurs rêves d'affilée, des rêves merveilleux et colorés que nous rappellerons, éblouis, au réveil.

Pierre-Olivier Combelles

Note: J'ai 63 ans et j'ai passé environ 4 années de ma vie sous la tente, au total (France, Québec-Labrador, Pérou et Bolivie). Ce qui est beaucoup trop peu pour moi. J'aurais voulu que ce fût ma vie entière.

Crow winter camp. Photographie: Edward S. Curtis

Crow winter camp. Photographie: Edward S. Curtis

"Pieds nus sur la terre sacrée". Textes rassemblés par T.C. McLuhan. Photos de Edward S. Curtis. Traduit de l'américain par Michel Barthélémy. Denoël, 1974.

"Pieds nus sur la terre sacrée". Textes rassemblés par T.C. McLuhan. Photos de Edward S. Curtis. Traduit de l'américain par Michel Barthélémy. Denoël, 1974.

Photographie: Edward S. Curtis

Photographie: Edward S. Curtis

Famille naskapie du Labrador en 1881. La hutte est recouverte d'écorces de bouleau, le fameux et indispensable  Bouleau à papier canadien (Betula papyrifera). Archives du Musée de la Neufve France.

Famille naskapie du Labrador en 1881. La hutte est recouverte d'écorces de bouleau, le fameux et indispensable Bouleau à papier canadien (Betula papyrifera). Archives du Musée de la Neufve France.

Vestiges d'un camp esquimau que j'ai découvert sur un ilôt de la Basse Côte-Nord du Québec.Les pierres servaient à maintenir le bas de la tente, généralement en peaux de morse. J'ai retrouvé dans les parages une lampe à huile en pierre, brisée. In: COMBELLES, P.O., 2001.  Introduction à l’Histoire naturelle de la baie et des lacs Coacoachou (Basse Côte-Nord du Québec) – Deuxième partie. In : Le Naturaliste Canadien, Vol.125 , Nº 2 (Eté 2001) : 75-83.  http://www.provancher.org/Naturaliste_Canadien_125-2_ETE_2001.pdf

Vestiges d'un camp esquimau que j'ai découvert sur un ilôt de la Basse Côte-Nord du Québec.Les pierres servaient à maintenir le bas de la tente, généralement en peaux de morse. J'ai retrouvé dans les parages une lampe à huile en pierre, brisée. In: COMBELLES, P.O., 2001. Introduction à l’Histoire naturelle de la baie et des lacs Coacoachou (Basse Côte-Nord du Québec) – Deuxième partie. In : Le Naturaliste Canadien, Vol.125 , Nº 2 (Eté 2001) : 75-83. http://www.provancher.org/Naturaliste_Canadien_125-2_ETE_2001.pdf

Mon camp au Havre du Petit-Mécatina sur l'île du Pertit-Mécatina. Expédition en zodiac le long de la Basse Côte-Nord du Québec depuis Havre St-Pierre jusqu'à Blanc-Sablon, pendant 3 mois (1990). Photo: Pierre-Olivier Combelles

Mon camp au Havre du Petit-Mécatina sur l'île du Pertit-Mécatina. Expédition en zodiac le long de la Basse Côte-Nord du Québec depuis Havre St-Pierre jusqu'à Blanc-Sablon, pendant 3 mois (1990). Photo: Pierre-Olivier Combelles

Campant au bord de la rivière St-Augustin, en août 1990, sur la Basse Côte-Nord du Québec. Une longue navigation de 3 mois en campant partout le long de la Basse Côte-Nord du Québec. En face, de l'autre côté de la rivière, le village indien de Pakuashipu. Photo

Campant au bord de la rivière St-Augustin, en août 1990, sur la Basse Côte-Nord du Québec. Une longue navigation de 3 mois en campant partout le long de la Basse Côte-Nord du Québec. En face, de l'autre côté de la rivière, le village indien de Pakuashipu. Photo

Camp de pêche dans la baie Washicoutai avec une famille innue de Uneman-Shipu. Eté 1993. Photo: Pierre-Olivier Combelles

Camp de pêche dans la baie Washicoutai avec une famille innue de Uneman-Shipu. Eté 1993. Photo: Pierre-Olivier Combelles

Camp avec la famille Mark de Unamen Shipu au bord du lac Monger en octobre-novembre1992. La tente en toile blanche est du modèle "tente de prospecteur" en usage depuis le XXe siècle. Elle a remplacé les huttes coniques recouvertes d'écorces de bouleau ou de peaux de caribou (ou de morse chez les Inuit). Elle est  carrée alors que la hutte immémoriale était ronde. Le feu central a été rempalce par le poêle de tôle. Photo: Pierre-Olivier Combelles

Camp avec la famille Mark de Unamen Shipu au bord du lac Monger en octobre-novembre1992. La tente en toile blanche est du modèle "tente de prospecteur" en usage depuis le XXe siècle. Elle a remplacé les huttes coniques recouvertes d'écorces de bouleau ou de peaux de caribou (ou de morse chez les Inuit). Elle est carrée alors que la hutte immémoriale était ronde. Le feu central a été rempalce par le poêle de tôle. Photo: Pierre-Olivier Combelles

Tente en construction. Lac Monger, nov. 1992, lors du rassemblement des Innus de la Côte Nord du Québec contre le harnachement du lac robertson par Hydro Québec. Photo: Pierre-Olivier Combelles

Tente en construction. Lac Monger, nov. 1992, lors du rassemblement des Innus de la Côte Nord du Québec contre le harnachement du lac robertson par Hydro Québec. Photo: Pierre-Olivier Combelles

Le tapis de sapinages, frais et aromatiques (rameaux du sapin baumier, Abies balsamea) qui couvre le sol. Ici, c'est mon compagnon de voyage Alexandre Bellefleur, innu de Unamen Shipu, qui les installe, dans les années 90, lors d'un grand voyage en canot le long de la chaîne des lacs Kukutshu, sur la Basse Côte-Nord du Québec. photo: Pierre-Olivier Combelles

Le tapis de sapinages, frais et aromatiques (rameaux du sapin baumier, Abies balsamea) qui couvre le sol. Ici, c'est mon compagnon de voyage Alexandre Bellefleur, innu de Unamen Shipu, qui les installe, dans les années 90, lors d'un grand voyage en canot le long de la chaîne des lacs Kukutshu, sur la Basse Côte-Nord du Québec. photo: Pierre-Olivier Combelles

Les tentes au bord du lac Monger, lors du grand rassemblement des Innus de la Côte-Nord du Québec contre le harnachement du lac Robertson par Hydro-Québec. Photo: Pierre-Olivier Combelles. Photo: Pierre-Olivier Combelles

Les tentes au bord du lac Monger, lors du grand rassemblement des Innus de la Côte-Nord du Québec contre le harnachement du lac Robertson par Hydro-Québec. Photo: Pierre-Olivier Combelles. Photo: Pierre-Olivier Combelles

Camp de chasse avec des amis innus de Unamen Shipu derrière lîle de Wapitakuan, pendant l'été 1993. Photo: Pierre-Olivier Combelles.

Camp de chasse avec des amis innus de Unamen Shipu derrière lîle de Wapitakuan, pendant l'été 1993. Photo: Pierre-Olivier Combelles.

Dans la tente. Dessin de Pierre-Olivier Combelles. Voyage en canot sur la chaîne des lacs Kukutshu avec Mathieu Mark et Alexandre Bellefleur. Couchée près du poêle, Tounette, la chienne d'Alexandre Bellefleur, fameuse pour la chasse à la perdix.

Dans la tente. Dessin de Pierre-Olivier Combelles. Voyage en canot sur la chaîne des lacs Kukutshu avec Mathieu Mark et Alexandre Bellefleur. Couchée près du poêle, Tounette, la chienne d'Alexandre Bellefleur, fameuse pour la chasse à la perdix.

Le soir tombe sur notre camp au bord d'un lac sur la chaîne des lacs Kuekuatshu. Automne 1992. Photo: Pierre-Olivier Combelles

Le soir tombe sur notre camp au bord d'un lac sur la chaîne des lacs Kuekuatshu. Automne 1992. Photo: Pierre-Olivier Combelles

Mon camp avec la famille de Mathieu Mark au bord du lac Monger, lors du rassemblement des Innus de la Côte-Nord contre le harnachement du lac Robertson par Hydro-Québec. Photo: Pierre-Olivier Combelles

Mon camp avec la famille de Mathieu Mark au bord du lac Monger, lors du rassemblement des Innus de la Côte-Nord contre le harnachement du lac Robertson par Hydro-Québec. Photo: Pierre-Olivier Combelles

Le matin, notre gentil chien Tchikan est à la porte de la tente pour avoir son morceau de bannique ou de truite fumée et grillée. Photo: Pierre-Olivier Combelles, Basse Côte-Nord du Québec, été 1992.

Le matin, notre gentil chien Tchikan est à la porte de la tente pour avoir son morceau de bannique ou de truite fumée et grillée. Photo: Pierre-Olivier Combelles, Basse Côte-Nord du Québec, été 1992.

Ombres chinoises des épinettes et des sapins baumiers sur la tente où je campais dans l'intérieur du Québec-Labrador avec mes amis Innus de Unamen-Shipu (La Romaine). Photo: Pierre-Olivier Combelles

Ombres chinoises des épinettes et des sapins baumiers sur la tente où je campais dans l'intérieur du Québec-Labrador avec mes amis Innus de Unamen-Shipu (La Romaine). Photo: Pierre-Olivier Combelles

Emplacements de tentes innues de Unamen-Shipu. Lac Salé, sur la Basse Côte-Nord du Québec (été 1990). Photo: Pierre-Olivier Combelles.

Emplacements de tentes innues de Unamen-Shipu. Lac Salé, sur la Basse Côte-Nord du Québec (été 1990). Photo: Pierre-Olivier Combelles.

Vivre sous la tente
L'Amérindien entre deux mondes. Peinture de Stéphane Bacon, de la Communauté innue de Betsiamites, sur la Côte-Nord du Québec

L'Amérindien entre deux mondes. Peinture de Stéphane Bacon, de la Communauté innue de Betsiamites, sur la Côte-Nord du Québec

Lire la suite

Les Belles de Juin sont de retour

5 Juin 2018 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Platanthère verdâtre (Platanthera chlorantha Linné). Prairie dans la forêt de Rambouillet. Elle exhale un exquis parfum de vanille, surtout la nuit, parce qu'elle est pollinisée par des papillons nocturnes. Les orchidées blanches ou crème sont pollinisées la nuit par des insectes attirées par leur parfum puissant, tandis que les orchidées colorées le sont le jour par des insectes attirés par leurs couleurs et ne sont pas parfumées.  Photo: Pierre-Olivier Combelles.

Platanthère verdâtre (Platanthera chlorantha Linné). Prairie dans la forêt de Rambouillet. Elle exhale un exquis parfum de vanille, surtout la nuit, parce qu'elle est pollinisée par des papillons nocturnes. Les orchidées blanches ou crème sont pollinisées la nuit par des insectes attirées par leur parfum puissant, tandis que les orchidées colorées le sont le jour par des insectes attirés par leurs couleurs et ne sont pas parfumées. Photo: Pierre-Olivier Combelles.

Ophrys abeille (Ophrys apifera Linné). Talus orienté au sud au bord d'une petite route dans la forêt de Rambouillet (Yvelines). Photo: Pierre-Olivier Combelles

Ophrys abeille (Ophrys apifera Linné). Talus orienté au sud au bord d'une petite route dans la forêt de Rambouillet (Yvelines). Photo: Pierre-Olivier Combelles

Station d'orchis bouc (Humantoglossum hircinum Linné). Talus orienté au sud au bord d'une petite route dans la forêt de Rambouillet (Yvelines). Photo: Pierre-Olivier Combelles

Station d'orchis bouc (Humantoglossum hircinum Linné). Talus orienté au sud au bord d'une petite route dans la forêt de Rambouillet (Yvelines). Photo: Pierre-Olivier Combelles

Orchis bouc (Himantoglossum hircinum Linné). . Photo: Pierre-Olivier Combelles

Orchis bouc (Himantoglossum hircinum Linné). . Photo: Pierre-Olivier Combelles

Appareil photo: Fujifilm X100T

Cliquez sur les photos pour les agrandir et les faire défiler.

Lire la suite

Razan-Al-Najjar, ton âme ira comme une fleur au Jardin de Dieu

3 Juin 2018 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Razan Achraf Al-Najjar, secouriste palestinienne de 21 ans tuée le 1er juin 2018 d'une balle dans la poitrine par un sniper israélien lors des manifestations dans la Bande de Gaza. "D'après le porte-parole du ministère gazaoui de la Santé, Achraf al-Qodra, elle travaillait comme bénévole et portait l'uniforme blanc des personnels de santé."

Razan Achraf Al-Najjar, secouriste palestinienne de 21 ans tuée le 1er juin 2018 d'une balle dans la poitrine par un sniper israélien lors des manifestations dans la Bande de Gaza. "D'après le porte-parole du ministère gazaoui de la Santé, Achraf al-Qodra, elle travaillait comme bénévole et portait l'uniforme blanc des personnels de santé."

Ce crime montre une fois de plus l'infâme lâcheté des tireurs israéliens qui ne risquent jamais leur vie en se battant d'homme à homme, à armes égales. Ils ne le font pas car ils ne sont pas des hommes.

Razan-Al-Najjar, ton âme ira comme une fleur au Jardin de Dieu (Janna). Mon coeur est avec les tiens et avec ton peuple martyr.

Pierre-Olivier Combelles

Source de l'information et des images:

https://francais.rt.com/international/51260-razan-al

-najjar-infirmiere-tuee-balle-poitrine-gaza-palestiniens-denoncent-crime-guerre

http://www.palestine-solidarite.org/communique.afps.020618.htm

Razan-Al-Najjar, ton âme ira comme une fleur au Jardin de Dieu

"La pensée néoconservatrice qui est à l’œuvre en Amérique, en Israël et ailleurs dans le monde […] est le degré zéro de la pensée politique." (Michel Raimbaud, ancien ambassadeur de France au Soudan et en Mauritanie: https://francais.rt.com/international/51278-gaza-ex-ambassadeur-francais-michel-raimbaud-tolerance-israel-infinie

Lire la suite

Dans la forêt de séquoias

2 Juin 2018 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Sequoia à feuilles d'if, Sequoia sempervirens (D.Don) Endl, 1847 (Taxodiaceae).

Nom commun sur la côte nord-ouest de l'Amérique (Pacifique) : Coast Redwood

Ces séquoias peuvent atteindre 120 m de haut et vivre 2000 ans. L'espèce  existe depuis le Jurassique, il y a 146 millions d'années.

Photos: Pierre-Olivier Combelles

Appareil: Fujifilm X100T

Cliquez sur les images pour les agrandir et les faire défiler.

https://www.nps.gov/parkhistory/online_books/shirley/sec12.htm

https://en.wikipedia.org/wiki/Sequoia_sempervirens

https://www.nps.gov/redw/learn/nature/birds-of-the-old-growth-forest.htm

https://www.fs.fed.us/database/feis/plants/tree/seqsem/all.html

https://en.wikipedia.org/wiki/Indigenous_peoples_of_the_Pacific_Northwest_Coast#

https://ethnobotanywesternoregon.wordpress.com/page/6/"Redwoods once grew throughout the Northern Hemisphere. The first redwood fossils date back more than 200 million years to the Jurassic period. Before commercial logging and clearing began in the 1850s, coast redwoods naturally occurred in an estimated 2 million acres (the size of three Rhode Islands) along California’s coast from south of Big Sur to just over the Oregon border. When gold was discovered in 1849, hundreds of thousands of people came to California, and redwoods were logged extensively to satisfy the explosive demand for lumber and resources. Today, only 5 percent of the original old-growth coast redwood forest remains, along a 450-mile coastal strip. Most of the coast redwood forest is now young. The largest surviving stands of ancient coast redwoods are found in Humboldt Redwoods State Park, Redwood National and State Parks and Big Basin Redwoods State Park.

The native people of California did not typically cut down coast redwoods, but used fallen trees to make planks for houses and hollowed out logs for canoes. The natives also regularly used common redwood forest plants."

Source: https://www.savetheredwoods.org/redwoods/coast-redwoods/

"Redwoods (Sequioia sempervirens) are the giant, magnificent conifers that grow from the Santa Cruz mountains north to the Chetco River in the extreme southwestern corner of Oregon.  Throughout much of their range, Native peoples used their wood to build houses and carve canoes.  The roots were used in twined basketry in the Klamath river region.

In many dialects of southwestern Oregon Athabaskan and Tolowa, redwoods were called “big yew” (specifically gaschu in Upper Coquille).  Presumably they were called ‘big yew’ because of the resemblance of color and arrangement of needles on the branches to the yew tree.

Redwoods were used as a canoe tree far beyond their range.  Redwood logs washed up on beaches all along the Oregon coast.  It was not unusual for Oregon coastal Indians to use washed up redwoods to make canoes.  The Tillamook, a southern Salish speaking people of the northern coast, very much appreciated redwoods.  Their word for redwood is kikalálx, derived from the word tatská’al, it’s red; and ká’al, red."

Source: https://ethnobotanywesternoregon.wordpress.com/page/6/

Les Sequoia sempervirens fossiles les plus anciens ont été découverts en Chine et en France (Boulogne-sur-Mer) et datent du Jurassique, il y a 146 millions d'années. Source: https://nph.onlinelibrary.wiley.com/doi/pdf/10.1111/nph.13930  Quétaient les hommes à cette époque ? Certainement une sorte de musaraigne arboricole: Juramaia sinensis. L'homme a beaucoup évolué depuis, mais le séquoia non. du haut de ses 120 m de haut, de ses 2000 ans d'espérance de vie et de ses  origines vieilles de 160 millions d'années, il nous contemple comme un gentilhomme géant.

Les Sequoia sempervirens fossiles les plus anciens ont été découverts en Chine et en France (Boulogne-sur-Mer) et datent du Jurassique, il y a 146 millions d'années. Source: https://nph.onlinelibrary.wiley.com/doi/pdf/10.1111/nph.13930 Quétaient les hommes à cette époque ? Certainement une sorte de musaraigne arboricole: Juramaia sinensis. L'homme a beaucoup évolué depuis, mais le séquoia non. du haut de ses 120 m de haut, de ses 2000 ans d'espérance de vie et de ses origines vieilles de 160 millions d'années, il nous contemple comme un gentilhomme géant.

Reconstitution du nord de l'Allemagne au Jurassique.  Source: https://fr.wikipedia.org/wiki/Jurassique

Reconstitution du nord de l'Allemagne au Jurassique. Source: https://fr.wikipedia.org/wiki/Jurassique

Dans la forêt de séquoias
Robert Bateman: Spirits of the Forest. "I was privileged to visit the best place where these totems of the tribes of the northwest coast of America still stand. I felt a strong spiritual presence there, one of the most moving experiences of my life. The visages on the poles face the sea, with their backs to the giant, cathedral-like forest." Robert Bateman. L'oiseau représenté sur une branche en bas à droite est la grive solitaire (Catharus guttatus),  Hermit Thrush.

Robert Bateman: Spirits of the Forest. "I was privileged to visit the best place where these totems of the tribes of the northwest coast of America still stand. I felt a strong spiritual presence there, one of the most moving experiences of my life. The visages on the poles face the sea, with their backs to the giant, cathedral-like forest." Robert Bateman. L'oiseau représenté sur une branche en bas à droite est la grive solitaire (Catharus guttatus), Hermit Thrush.

Ecoutez ici le chant de la grive solitaire: https://musicofnature.com/video/hermit-thrush/

Totems at Kung (Côte du Pacifique). Photographie par Edward S. Curtis.

Totems at Kung (Côte du Pacifique). Photographie par Edward S. Curtis.

Dans la forêt de séquoias
Dans la forêt de séquoias
Dans la forêt de séquoias
Dans la forêt de séquoias
Dans la forêt de séquoias
Dans la forêt de séquoias
Dans la forêt de séquoias
Dans la forêt de séquoias
Dans la forêt de séquoias
Dans la forêt de séquoias
Dans la forêt de séquoias
Dans la forêt de séquoias
Dans la forêt de séquoias
Dans la forêt de séquoias
Dans la forêt de séquoias
Dans la forêt de séquoias
Lire la suite

Âmes élevées (Alain Sennepin)

1 Juin 2018 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Haritsumeta yumi no

Furueru tsuru yo

Tsuki no hikarini zawameku

Omae no kokoro

 

Togisumasareta

Yaiba no utsukushii

Sono kissaki ni yoku nita

Sonata no yokogao

 

Kanashimi to iraki ni

Hisomu makoto no kokoro

Wo shiru wa mori no sei

Mononoke-tachi dake

Mononoke-tachi dake...

 

Le son si tremblant d'un bel arc

Relâchant sa flèche en l'air

Et perçant la lumière de tous les astres

C'est ce dont ton cœur est fait

 

La magnificence d'une lame

Travaillée au plus haut point

Son allure est semblable au bout d'une arme

A la rage qui vit dans tes mains

 

Tu contemples souvent la colère

Et la tristesse, elles te sont comme des soeurs

Mais ceux qui savent de quoi vit ton cœur

Sont les esprits de la forêt

Sont les esprits de la forêt

Âmes élevées (Alain Sennepin)

LA BATAILLE D'OKINAWA N'EST PAS TERMINEE

La terrible bataille d'Okinawa (1945) ou 22000 GIs américains trouvèrent la mort ainsi que 50 000 soldats japonais (beaucoup d'entre eux brûlés au lance - flamme dans leurs galeries de défense) est toujours à l'ordre du jour. La base américaine présente sur l'île est l'objet d'une controverse qui a provoqué la démission du premier ministre Yukio Hatoyama (4ème en moins d'un an). La crise politique est surtout la résultante d'un conflit de représentation fondamental, qui touche l'intime de l'humain.

UN PERSONNAGE D'HAYAO MIYAZAKI

Le Premier Ministre s'était engagé à obtenir le retrait de la base américaine de l'île. En définitive, après plusieurs mois de tergiversations, il a annoncé qu'une piste d'atterrissage serait construite dans la baie de Henoko, près de la ville de Nago, pour y relocaliser la base.

Ici intervient la figure lumineuse de la chanteuse et poétesse Cocco. Une artiste à nulle autre pareille, par la fulgurance de ses intuitions qui, à mille lieues d'une scène rock japonaise où la prétention à l'originalité participe du formatage musical imposé par l'industrie du disque, disent la joie et la souffrance d'être en ce monde. Une  personnalité fragile, sauvage, tendre et entière.

Ses chansons évoquent les thèmes musicaux des films de Miyazaki, dont elle pourrait être, par ailleurs, un personnage, une nouvelle princesse Mononoke. On peut entendre "Hill of Dugongs" sur YouTube, avec émotion.

Son intervention contre cette relocalisation mobilise les Okinawais, particulièrement la jeunesse.

Détail du dossier dans Courrier International 1022, 3 / 9 Juin 2010, page 29, article du Asahi Shimbun, poème de Cocco dans le Okinawa Times, présentation de la chanteuse par Kazuhiko Yatabe.

PRINCESSE DES DUGONGS

Cocco habite à Henoko Bay. Elle y a vu revenir une famille de dugongs en 2007 (ces animaux avaient disparu de la région depuis des décennies). Pour elle, il est clair que la mer leur appartient, ce qui rend d'autant plus illégitime et monstrueux le projet de relocalisation.

Le débat s'est donc déplacé sur des bases sensiblement enrichies et plus nobles, grâce à elle.

Ame élevée, elle élève tout, et tous.

Miyazaki n'est pas seulement le plus grand réalisateur de dessins animés de l'histoire du cinéma.

Il est aussi un authentique démiurge, car il a offert à des esprits riches de levain une route authentique vers la noblesse d'Âme. C'est d'un véritable éveil qu'il s'agit, qui éclaire et encourage à son tour.

Et quel rapport avec le tigre et le Dragon Vert?

Ah! Vous ne voyez pas? Vraiment?
 
Alain Sennepin
 
Lire la suite
<< < 1 2