Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Rouge et Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Pierre Dortiguier: le modèle iranien

27 Mars 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Politique

"Ce pays est plein de Dieu."

 

Comte Arthur de Gobineau, à propos de la Perse (Iran) où il fut premier secrétaire de la Légation de France.

Pierre Dortiguier est professeur de Philosophie et politologue.

 

Lire la suite

Pierre Dortiguier: le Roi et l'Ancien Régime

27 Mars 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #France, #Histoire, #Philosophie, #Politique

Pierre Dortiguier est professeur de Philosophie et politologue.

 

"Tant qu’une aristocratie pure, c’est-à-dire professant jusqu’à l’exaltation les dogmes nationaux, environne le trône, il est inébranlable, quand même la faiblesse ou l’erreur viendrait à s’y asseoir ; mais si le baronnage apostasie, il n’y a plus de salut pour le trône, quand même il porterait saint Louis ou Charlemagne ; ce qui est plus vrai en France qu’ailleurs. Par sa monstrueuse alliance avec le mauvais principe, pendant le dernier siècle, la noblesse française a tout perdu ; c’est à elle qu’il appartient de tout réparer. Sa destinée est sûre, pourvu qu’elle n’en doute pas, pourvu qu’elle soit bien persuadée de l’alliance naturelle, essentielle, nécessaire, française du sacerdoce et de la noblesse."

Cte Joseph de Maistre, Du pape (1817)

 

"Quand il vit que le gouvernement de Louis XVIII voulait encore balancer les partis, et se tenir comme indécis entre les catholiques et leurs adversaires, il n'augura pas bien de cette politique; il disait qu'un roi doit suivre la justice, et compter sur la protection du Ciel, sans craindre les conséquences."

Pierre de Clorivière. 

 

"Dans une société en révolution, le défaut, ou, pour parler plus exactement, l'absence de pouvoir légitime, constitue tout homme qui en reconnaît l'autorité Ministre du pouvoir pour combattre l'erreur par ses écrits, et même la tyrannie par ses armes, dès qu'il peut le faire avec probabilité de succès. C'était à tous de conserver la société, c'est à chacun à la rétablir. D'ailleurs, l'homme qui combat pour la vérité est défendu par elle, et il a pour lui ce qu'il y a de plus fort au monde. les partisans des bonnes et vieilles maximes remplissent donc le plus saint des devoirs en restant en insurrection permanente, au moins de pensées et d'actions privées, contre ce que les tyrans et leurs esclaves appellent la loi, et qui n'est autre chose que des opinions absurdes, ou atroces, qu'un petit nombre d'hommes pervers a imposées à un grand nombre d'hommes faibles."

Louis-Gabriel-Ambroise, vicomte de Bonald (1754-1840), Du pouvoir et du devoir dans la société.

 

"Le principe non pas simplement monarchique, mais dynastique, qui met le plus haut poste de l'État à l'abri des caprices et des ambitions, me paraissait, et me parait toujours, préférable à l'élection généralisée dans laquelle nous vivons depuis Danton et Bonaparte. L'exemple des monarchies du Nord (de l'Europe) m'a confirmé dans ce sentiment. "

Georges Dumézil, Entretiens avec Didier Eribon

Lire la suite

Valery Korovin : mobilisation eurasienne (Club d'Izborsk)

27 Mars 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Opération Coronavirus, #Russie

Valery Korovin : mobilisation eurasienne

27 mars 2020, 8h22

 

https://izborsk-club.ru/19020

 

 

Le secrétaire général des Nations-Unies, António Guterres, a appelé à la levée globale des sanctions entre États en rapport avec la prolifération du coronavirus. Selon le chef du Conseil de la Fédération des affaires étrangères, Konstantin Kosachev, "cette initiative est basée sur la logique - la réponse à un problème collectif peut être exclusivement collective ... une action coordonnée à cet égard est absolument nécessaire.

 

Il en aurait été ainsi si le monde avait été ce qu'on nous avait dit plusieurs décennies auparavant : une seule communauté de pays, d'élites, de citoyens responsables de l'avenir de l'humanité, une nouvelle humanité à venir, gouvernée par un personnel qualifié, réglementant raisonnablement les processus mondiaux, faisant face efficacement à toutes les crises et à tous les défis extérieurs. Des milliers de kilomètres de films américains ont été produits pour créer cette image idéale, mais quelque chose a clairement mal tourné.

 

Pour le coronavirus, cela en valait la peine - ainsi la crise comparée à l'invasion des mutants de l'espace, des extraterrestres inconnus ou des monstres de l'océan - et la machine idéale (dans les films) de gestion, de cohérence et de coordination du monde a immédiatement échoué. Au début, il est apparu clairement (pour être plus précis, les Américains l'ont fait) que la Chine est un paria mondial, en soi, et que ses problèmes ne concernent pas du tout l'humanité progressiste (c'est là que le véritable racisme de civilisation, anglo-saxon, non obscurci).

 

En fait, la Chine, qui s'est fermée au monde des barbares... oh non, à la "communauté mondiale civilisée" par la Grande Muraille de Chine et la grande muraille de feu chinoise, n'a pas compté sur elle pour s'unir en une seule entité, en surmontant son adversité manifestement d'origine humaine et en vainquant l'épidémie de coronavirus dans son unité toute chinoise de manière rigide et sans compromis (c'est là qu'une véritable coordination collective est absolument nécessaire).

 

Mais ensuite, il y a eu l'imprévu évident. Le virus ne s'est pas avéré être chinois et s'est propagé en Europe, mais à partir de là. Certains ont pu penser que la Chine, qui avait presque atteint le sommet en tant que leader économique mondial en éliminant l'Amérique, était un grand avantage pour Donald Trump, qui continuait à gagner des points politiques.

 

Il y aura alors de quoi montrer l'atout au bon moment, lorsque sa victoire deviendra presque évidente. Il a dit qu'il avait laissé sortir le gin, et qu'il avait non seulement fait tomber les Chinois, qui ne sont pas aimés en Amérique, mais aussi des Européens assez "civilisés". Et puis - et c'est un crime de la plus grande gravité - les Américains "exceptionnels" eux-mêmes.

 

Après une telle révélation de n'importe quelle présidence, on n'aura même pas à y penser - comme pour éviter dix vies. Bien sûr, tout cela relève toujours de la catégorie de la conspiration, car il n'y a pas de preuve directe, mais Colin Powell, en secouant une éprouvette, accusant l'Irak de possession d'ADM, qui était la raison de l'invasion américaine, était également un élément de conspiration non prouvé jusqu'à ce que la conspiration soit prouvée, passant de la théorie de la conspiration à la réalité. Mais l'Irak, embourbé dans la démocratie, ne s'en soucie plus.

 

Il n'en reste pas moins que les élites mondiales mercenaires n'ont pas réussi à relever le défi du coronavirus. Pas de coordination des actions, pas de cohésion et d'efficacité des mesures, au lieu de cela - qui est dans la forêt, qui est sur le bois de chauffage.

 

Les frontières de l'"Europe unie" sont fermées, les pays de cet "espace de civilisation unie" sont isolés les uns des autres, prenant des mesures qui contredisent celles des concurrents. L'Europe de l'Est est un paria et un trou noir pour l'Europe de l'Ouest, mais hier, elle était au sein de l'UE. Même les piliers de l'UE - l'Allemagne et la France - se sont fermés les uns aux autres.

 

L'Amérique (attendue comme toujours) s'est fermée sur son île et elle ne se soucie pas du reste de l'humanité - au sens propre comme au sens figuré. Arrogante dans la résolution de ses problèmes financiers (comme d'habitude, au détriment de tous les autres, les élites américaines ont pris soin d'économiser leurs biens à l'avance), elle tente d'acheter des spécialistes allemands travaillant sur le vaccin. Ne pas soutenir, ne pas partager leur expérience, ne pas s'unir aux scientifiques européens, créer des centres de recherche communs, comme dans les films, et simplement acheter bêtement. Donc l'Amérique peut l'avoir et l'Europe ne peut pas. Ces "alliés"...

 

Ce qui est autrement - sauvage, barbare, non civilisé - le monde dont l'Amérique et l'Europe se moquent complètement. Ici, comme on le dit, le grand principe de la civilisation occidentale fonctionne : "Sauve qui peut", c'est-à-dire l'Occident, divisé en lui-même en États nationaux séparés, - lui-même, et le reste de l'humanité... Qu'avons-nous là (la conspiration, bien sûr) le concept du milliard d'or ? Plus les sauvages et les barbares s'éteignent, plus le milliard d'or civilisé s'accroîtra.

 

Ce que nous avons dans le résidu sec : il n'y a plus de frontières ouvertes, il n'y a plus de solidarité des sociétés, l'efficacité des institutions économiques existantes est renversée par un protectionnisme franc et non dissimulé et un égoïsme économique cynique, principalement de la part des États-Unis, la compétence des élites dirigeantes face au problème du coronavirus a même trouvé non pas zéro, mais une solvabilité négative. Et c'est la fin du projet mondialiste.

 

Il n'y aura pas un seul monde après le Coronavirus, et encore moins l'Amérique à sa tête. Après cela, personne d'autre ne croira au leadership des élites occidentales. Personne n'acceptera la domination occidentale, car ce même Orient, principalement la Chine, est sorti d'une situation beaucoup plus efficace et digne. Oui, il s'est sauvé, n'a aidé personne, mais n'a pas prétendu dominer (contrairement à l'Occident) et en même temps n'a compté sur personne.

 

D'où la conclusion : il n'y aura pas de réponse responsable et opportune aux problèmes qui se sont emparés du monde entier à l'heure actuelle, du moins de la part de l'Occident. En raison de la pandémie, les États occidentaux, et en premier lieu les États-Unis, non seulement combattront le problème exclusivement (apparemment, c'est l'exclusivité de la nation américaine) à l'intérieur de leurs frontières nationales, mais ils essaieront aussi de le faire comme d'habitude aux dépens des autres, et même à leur propre avantage.

 

Il est impossible de consolider les efforts de la communauté internationale parce que celle-ci a été sournoisement présentée par l'Occident même - l'Amérique et ses alliés, qui ont été les premiers à fuir le navire en perdition de la mondialisation.

 

S'il est possible qu'au sommet du G20, les dirigeants de ces États voyous les plus occidentaux appellent hypocritement à l'unité des efforts, ils seront particulièrement désireux de mentir sur le soutien mutuel, espérant cyniquement obtenir quelque chose des barbares et des sauvages qu'ils méprisent afin de prolonger leur agonie en les chassant au dernier moment.

 

Que devrait faire la Russie dans cette situation ? D'abord, comprendre dès que possible que le monde après le coronavirus va changer au-delà de toute reconnaissance, cesser de croire à la mondialisation et à l'"Occident béni", auxquels certains représentants des élites russes tendent encore, et commencer à comprendre les contours du nouveau monde à venir. Et ce monde sera certainement multipolaire, ne consistant pas en un mais plusieurs pôles de civilisation. Et ces pôles se formeront en joignant aux plus forts et aux plus responsables les faibles, abandonnés par l'Occident, devenus inutiles, incapables de survivre indépendamment dans ce monde changé. Et c'est une chance pour la Russie.

 

La Russie devrait sortir de Coronavirus comme une puissance forte, ne sauvant pas tout le monde dans le monde - en mobilisant, en ralliant l'espace post-soviétique autour d'elle. Du jour au lendemain, les pays d'Europe de l'Est se sont révélés être des parias dans le merveilleux nouveau monde occidental, battant l'hystérie du coronavirus, oubliant tous ceux à qui l'on avait promis soutien, soins et tutelle. Nos nouveaux alliés sont à l'Est, où ils acceptent dignement le coronavirus, où ils sont prêts à se soutenir mutuellement en tendant une main secourable.

 

La Russie, après le coronavirus, est le centre du bloc de civilisation eurasien, un des pôles du monde multipolaire à venir. Mais pour cela, nous devons nous mobiliser. Mettre enfin fin à notre dépendance vis-à-vis de l'Occident, cesser de compter avec lui. Débarrassez-vous de son influence idéologique, culturelle et politique.

 

Ce que nous ne devrions pas faire, c'est attendre passivement que tout redevienne comme avant, agir avec hésitation, prendre des demi-mesures, ne pas insister sur notre propre sort, être timides et regarder l'Occident en arrière. C'est la source du mensonge et de l'hypocrisie, et dès qu'il se réveillera, se mobilisant, crachant en lui-même comme toujours sur la démocratie et les droits de l'homme, il viendra nous achever en nous accusant du coronavirus (ça ne leur coûte rien) si nous sommes faibles.

 

Il y a deux façons de sortir de l'hystérie du coronavirus : se mobiliser et devenir fort, sans compter sur l'Occident, en créant un monde multipolaire, ou continuer dans l'indécision en attendant passivement la fin du coronavirus, en devenant une victime de l'Occident. Et les appels des humanistes à la consolidation de l'humanité dans la lutte contre les coronavirus, peu importe la manière dont on le souhaite, peuvent être oubliés. Le monde n'est plus le même. C'est cruel et impitoyable. Et la Russie doit devenir forte et unie pour y survivre.

 

 

Valery Korovin

http://korovin.org

Valery M. Korovin (né en 1977) - politologue russe, journaliste, personnalité publique. Directeur du Centre d'expertise géopolitique, chef adjoint du Centre d'études conservatrices de la Faculté de sociologie de l'Université d'État de Moscou, membre du Comité eurasien, chef adjoint du Mouvement eurasien international, rédacteur en chef du portail d'information et d'analyse "Eurasia" (http://evrazia.org). Membre permanent du Club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Valery Korovin : mobilisation eurasienne (Club d'Izborsk)
Lire la suite

Le coeur (Rûmî)

26 Mars 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Iran, #Philosophie, #Poésie, #Religion

Pierre-Olivier Combelles. Autoportrait au globe terrestre. Aquarelle. Vers 1975.

Pierre-Olivier Combelles. Autoportrait au globe terrestre. Aquarelle. Vers 1975.

 

Le cœur te conduit dans le voisinage des hommes de cœur.

 

Maint cœur lumineux se trouve dans les ténèbres.

 

 

Djalâl ad-Dîn Rûmî

 

Poète et mystique persan (XIIIe siècle).

Lire la suite

Alexandre Prokhanov : la mobilisation ou la mort (Club d'Izborsk, 26 mars 2020)

26 Mars 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Politique, #Russie

Alexandre Prokhanov : la mobilisation ou la mort

26 mars 2020, 10h11

 

https://izborsk-club.ru/19009

 

 

Au cours des cinq premières années, en installant des usines géantes de défense en Ukraine, en Biélorussie, en Russie centrale, Staline avait un plan pour évacuer ces usines à l'est, au-delà de l'Oural, en cas d'attaque immédiate de l'ennemi. D'énormes terrains vagues ont été choisis pour ces usines, les premiers pieux ont été enfoncés, du matériel a été acheté à l'Ouest, les futurs travailleurs ont été formés dans des écoles professionnelles, et il y avait déjà un plan d'évacuation stratégique. Les voies ferrées sont posées, le nombre nécessaire de plates-formes et de wagons est préparé, des brigades sont sélectionnées pour démonter le matériel, le charger et l'envoyer vers l'est. Et là, à l'est, il y avait déjà des lieux équipés pour recevoir ces usines, qui n'avaient même pas encore été construites, réunir des équipes d'ouvriers, déterminer les sources de matières premières. L'évacuation de l'industrie la plus puissante vers l'est dans les premiers jours de la guerre a assuré la Victoire.

 

En 1941-1942, l'Armée rouge a perdu la moitié de ses effectifs, mais l'industrie de la défense a survécu et a fourni à l'armée des chars, des canons et des avions de combat. Le plan de mobilisation mis en œuvre dans l'industrie a fonctionné dans d'autres branches de la société soviétique. Des branches scientifiques ont également été prévues et des universités, des laboratoires ont été construits, des étudiants ont été recrutés pour de futures études. Les terres arables de Sibérie ont également été préparées en cas de perte des terres fertiles d'Ukraine, du Kouban, de Biélorussie. En outre, dans un pays pacifique, des groupes de combattants clandestins se sont formés dans les territoires menacés de saisie. Le compositeur Isaac Dunayevsky s'est également vu proposer d'écrire des chansons telles que "The wide country is my native". L'Union soviétique était un projet de mobilisation, était une organisation unique et énorme créée par un grand concepteur, une organisation qui était plus efficace et plus précise que celle d'Hitler.

 

Aujourd'hui, dans les conditions de la guerre bactériologique déclarée à toute l'humanité, la Chine fait preuve de merveilles de résilience. La population d'un milliard et demi d'habitants, toutes ses divisions - science, armée, médecine, organisations publiques - mènent de manière coordonnée et synchrone une tâche stratégique grandiose et mortelle qui sauve la Chine de la perdition. Pendant toutes ces décennies, la Chine a vécu dans les conditions d'un projet de mobilisation : un État puissant, un parti inébranlable qui est l'intellect de la nation, un régulateur de toutes les contradictions du pays. La planification stratégique, la capacité de mobilisation de l'immense population, la subordination des intérêts personnels, les caprices et les lubies d'un but et d'un objectif communs, et la confiance dans l'État permettent à la Chine de faire face à une terrible épidémie parmi d'autres nations non préparées à ce fléau, dominées par l'hédonisme, la consommation aveugle, la soif de plaisir, l'idée d'une liberté individuelle débridée et l'abandon de l'État.

 

La Russie a connu une épidémie de personnes démobilisées. La démobilisation est le mot qui peut décrire l'existence de la Russie post-soviétique. L'égoïsme individuel et collectif, les intérêts des citoyens individuels ou des groupes privilégiés qui sont placés au-dessus des intérêts de l'État et de la société dans son ensemble, la philosophie de la consommation, du plaisir, la recherche inlassable de nouveaux divertissements toujours plus nombreux, le rejet d'une culture mobilisatrice qui éveille chez l'homme la ténacité, le sacrifice pour la famille, pour la Patrie.

 

Pendant des décennies, la population russe a été délibérément malmenée par les principales chaînes de télévision, offrant au téléspectateur des images de délabrement, de chute et de destruction suprême. Brillants, incomparables, inimitables prêcheurs du nihilisme, de l'ironie, du ridicule et du renversement de tout ce qui était autrefois considéré comme précieux et inébranlable. Ksenia Sobchak ou Andrei Malakhov, qui ont créé une puissante industrie multicolore de décomposition et de désintégration, ont fait apparaître plusieurs générations de bourgeois démantelés, sales, nihilistes, pour qui l'État est, au mieux, une abstraction, mais plus souvent - l'ennemi, avec lequel il faut se battre et se battre constamment. La Russie a fait face à cette attaque universelle sans préparation, sans organisation. Nous pouvons voir comment cette organisation se construit sous nos yeux - en parties contradictoires, hâtives, séparées, et une partie nie l'autre, créant un mouvement absurde et turbulent de contradictions. Créer une organisation est un art supérieur, un type supérieur d'ingénierie sociale. Il est plus facile de construire des vaisseaux spatiaux pour aller sur Mars que de concevoir, concevoir une organisation capable de créer et de lancer de telles super-machines.

 

Poutine se réserve le droit de gouverner à vie, de ne pas remplir les comptes bancaires étrangers avec des pétrodollars. Ne pas poursuivre un jeu fascinant et sans égal sur la scène internationale, en équipant des joueurs habiles dans l'Ancien et le Nouveau Monde. Il consacrera son énergie à la création d'une organisation étatique dans laquelle il y aura un nouveau type de gestionnaire, différent des gouverneurs et ministres inutiles et inefficaces. La création de ces gestionnaires s'inscrit dans un nouveau projet de mobilisation.

 

Le projet de mobilisation n'est pas les fossés de tir de Butovo, ni les tibias qui nous ont été jetés par les opposants à la mobilisation, les partisans de l'hédonisme. La mobilisation est la création d'une telle organisation capable de répondre instantanément aux défis dans toutes ses parties : au centre et à la périphérie la plus éloignée. Synchroniser ces réactions, concentrer les ressources disponibles, toujours pauvres, sur les principales orientations du développement, planifier et opérer non seulement avec le pétrole, les systèmes bancaires ou le taux de change du rouble, mais aussi avec la culture, l'idéologie, où l'idée de l'État prend la première place. L'intelligence artificielle, pour la création de laquelle tant d'argent est permis, est impuissante s'il n'y a pas d'organisation. Seule une organisation équipée d'intelligence artificielle est capable d'obtenir de grands résultats en matière de développement. Cette même intelligence artificielle, lancée dans une société lâche remplie de chaos et de mauvaise énergie, conduira à une destruction catastrophique.

 

En entrant dans une bataille contre le coronavirus, des gens effrayés, non préparés, socialement disparates, nous sortirons de cette lutte, bien qu'avec de grandes pertes, mais un peuple qui a trouvé une organisation, créé un projet de mobilisation, sans lequel la Russie ne survivra pas parmi les défis historiques croissants, l'un plus sérieux que l'autre. Au cœur de l'organisation de la mobilisation de la Russie peut et doit se trouver l'idéologie du rêve russe.

 

La mobilisation ou la mort.

 

Alexander Prokhanov

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc

 

 

Alexander Prokhanov

http://zavtra.ru

Alexander Andreevich Prokhanov (né en 1938) - éminent écrivain, publiciste, homme politique et personnalité publique soviétique russe. Il est membre du secrétariat de l'Union des écrivains russes, rédacteur en chef du journal Zavtra. Président et l'un des fondateurs du Club d'Izborsk.

Alexandre Prokhanov : la mobilisation ou la mort (Club d'Izborsk, 26 mars 2020)
Lire la suite

Il est bon de franchir chaque jour une étape... (Rûmî)

25 Mars 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Il est bon de franchir chaque jour une étape

Comme l'eau vive qui ne stagne pas.

Hier s'est enfui, l'histoire d'hier elle aussi est passée

Il convient aujourd'hui de conter une histoire nouvelle.

 

Djalâl ad-Dîn Rûmî

Poète et mystique persan (XIIIe siècle)

Lire la suite

Les habits neufs de l'empereur, par Hans Christian Andersen

25 Mars 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Opération Coronavirus

 

Il y a de longues années vivait un empereur qui aimait par-dessus tout les beaux habits neufs ; il dépensait tout son argent pour être bien habillé. Il ne s’intéressait nullement à ses soldats, ni à la comédie, ni à ses promenades en voiture dans les bois, si ce n’était pour faire parade de ses habits neufs. Il en avait un pour chaque heure du jour et, comme on dit d’un roi : « Il est au conseil», on disait de lui : « L’empereur est dans sa garde-robe.»

La vie s’écoulait joyeuse dans la grande ville où il habitait; beaucoup d’étrangers la visitaient. Un jour arrivèrent deux escrocs, se faisant passer pour tisserands et se vantant de savoir tisser l’étoffe la plus splendide que l’on puisse imaginer.

Non seulement les couleurs et les dessins en étaient exceptionnellement beaux, mais encore, les vêtements cousus dans ces étoffes avaient l’étrange vertu d’être invisibles pour tous ceux qui étaient incapables dans leur emploi, ou plus simplement irrémédiablement des sots.

« Ce seraient de précieux habits, pensa l’empereur, en les portant je connaîtrais aussitôt les hommes incapables de mon empire, et je distinguerais les intelligents des imbéciles. Cette étoffe, il faut au plus vite la faire tisser. »

Il donna d’avance une grosse somme d’argent aux deux escrocs pour qu’ils se mettent à l’ouvrage. Ils installèrent bien deux métiers à tisser et firent semblant de travailler, mais ils n’avaient absolument aucun fil sur le métier.

Ils s’empressèrent de réclamer les plus beaux fils de soie, les fils d’or les plus éclatants, ils les mettaient dans leur sac à eux et continuaient à travailler sur des métiers vides jusque dans la nuit. J’aimerais savoir où ils en sont de leur étoffe, se disait l’empereur, mais il se sentait très mal à l’aise à l’idée qu’elle était invisible aux sots et aux incapables.

Il pensait bien n’avoir rien à craindre pour lui-même, mais il décida d’envoyer d’abord quelqu’un pour voir ce qu’il en était.

Tous les habitants de la ville étaient au courant de la vertu miraculeuse de l’étoffe et tous étaient impatients de voir combien leurs voisins étaient incapables ou sots.

Je vais envoyer mon vieux et honnête ministre, pensa l’empereur. C’est lui qui jugera de l’effet produit par l’étoffe, il est d’une grande intelligence et personne ne remplit mieux sa fonction que lui. Alors le vieux ministre honnête se rendit dans l’atelier où les deux menteurs travaillaient sur les deux métiers vides. Mon Dieu ! pensa le vieux ministre en écarquillant les yeux, je ne vois rien du tout ! Mais il se garda bien de le dire. Les deux autres le prièrent d’avoir la bonté de s’approcher et lui demandèrent si ce n’était pas là un beau dessin, de ravissantes couleurs.

Ils montraient le métier vide et le pauvre vieux ministre ouvrait des yeux de plus en plus grands, mais il ne voyait toujours rien puisqu’il n’y avait rien.

« Grands dieux ! se disait-il, serais-je un sot ? Je ne l’aurais jamais cru et il faut que personne ne le sache ! Remplirais-je mal mes fonctions ? Non, il ne faut surtout pas que je dise que je ne vois pas cette étoffe. »

- Eh bien ! vous ne dites rien ? dit l’un des artisans. Oh ! c’est vraiment ravissant, tout ce qu’il y a de plus joli, dit le vieux ministre en admirant à travers ses lunettes. Ce dessin ! ... ces couleurs ! ... Oui, je dirai à l’empereur que cela me plaît infiniment. Ah ! nous en sommes contents.

Les deux tisserands disaient le nom des couleurs, détaillaient les beautés du dessin. Le ministre écoutait de toutes ses oreilles pour pouvoir répéter chaque mot à l’empereur quand il serait rentré, et c’est bien ce qu’il fit. Les escrocs réclamèrent alors encore de l’or et encore des soies et de l’or filé. Ils mettaient tout dans leurs poches, pas un fil sur le métier, où cependant ils continuaient à faire semblant de travailler.

Quelque temps après, l’empereur envoya un autre fonctionnaire important pour voir où on en était du tissage et si l’étoffe serait bientôt prête. Il arriva à cet homme la même chose qu’au ministre, il avait beau regarder, comme il n’y avait que des métiers vides, il ne voyait rien. N’est-ce pas là une belle pièce d’étoffe ? disaient les deux escrocs, et ils recommençaient leurs explications.

« Je ne suis pas bête, pensait le fonctionnaire, c’est donc que je ne conviens pas à ma haute fonction. C’est assez bizarre, mais il ne faut pas que cela se sache. »

Il loua donc le tissu qu’il ne voyait pas et les assura de la joie que lui causait la vue de ces belles couleurs, de ce ravissant dessin. C’est tout ce qu’il y a de plus beau, dit-il à l’empereur. Tous les gens de la ville parlaient du merveilleux tissu. Enfin, l’empereur voulut voir par lui-même, tandis que l’étoffe était encore sur le métier.

Avec une grande suite de courtisans triés sur le volet, parmi lesquels les deux vieux excellents fonctionnaires qui y étaient déjà allés, il se rendit auprès des deux rusés compères qui tissaient de toutes leurs forces - sans le moindre fil de soie. N’est-ce pas magnifique, s’écriaient les deux vieux fonctionnaires, que Votre Majesté admire ce dessin, ces teintes. Ils montraient du doigt le métier vide, s’imaginant que les autres voyaient quelque chose.

« Comment ! pensa l’empereur, je ne vois rien ! Mais c’est épouvantable ! Suis-je un sot ? Ne suis-je pas fait pour être empereur ? Ce serait terrible ! Oh ! de toute beauté, disait-il en même temps, vous avez ma plus haute approbation. »

Il faisait de la tête un signe de satisfaction et contemplait le métier vide. Il ne voulait pas dire qu’il ne voyait rien. Toute sa suite regardait et regardait sans rien voir de plus que les autres, mais ils disaient comme l’empereur :

« Oh ! de toute beauté ! »

Et ils lui conseillèrent d’étrenner l’habit taillé dans cette étoffe splendide à l’occasion de la grande procession qui devait avoir lieu bientôt. Magnifique! Ravissant! Parfait! Ces mots volaient de bouche en bouche, tous se disaient enchantés.

L’empereur décora chacun des deux escrocs de la croix de chevalier pour mettre à leur boutonnière et leur octroya le titre de gentilshommes tisserands. Toute la nuit qui précéda le jour de la procession, les escrocs restèrent à travailler à la lueur de seize chandelles. Toute la ville pouvait ainsi se rendre compte de la peine qu’ils se donnaient pour terminer les habits neufs de l’empereur. Ils faisaient semblant d’enlever l’étoffe de sur le métier, ils taillaient en l’air avec de grands ciseaux, ils cousaient sans aiguille et sans fil, et à la fin ils s’écrièrent :

- Voyez, l’habit est terminé !

L’empereur vint lui-même avec ses courtisans les plus haut placés.

Les deux menteurs levaient un bras en l’air comme s’ils tenaient quelque chose : Voici le pantalon, voici l’habit ! voilà le manteau ! et ainsi de suite. C’est léger comme une toile d’araignée, on croirait n’avoir rien sur le corps, c’est là le grand avantage de l’étoffe. Oui oui, dirent les courtisans de la suite, mais ils ne voyaient rien, puisqu’il n’y avait rien.

L’empereur enleva tous ses beaux vêtements et les escrocs firent les gestes de lui en mettre. Dieu ! comme cela va bien ! Comme c’est bien pris, disait chacun. Quel dessin, quelles couleurs, voilà des vêtements luxueux. Les chambellans qui devaient porter la traîne du manteau de cour tâtonnaient de leurs mains le parquet et les élevaient ensuite comme s’ils ramassaient

cette traîne. C’est ainsi que l’empereur marchait devant la procession sous le magnifique dais, et tous ses sujets s’écriaient : Dieu ! que le nouvel habit de l’empereur est admirable. Personne ne voulait avouer qu’il ne voyait rien, puisque cela aurait montré qu’il était incapable dans son emploi, ou simplement un sot. Jamais un habit neuf de l’empereur n’avait connu un tel succès.

- Mais il n’a pas d’habit du tout ! cria un petit enfant dans la foule. Grands dieux ! entendez, c’est la voix de l’innocence, dit son père. Et chacun de chuchoter de l’un à l’autre :

- Il n’a pas d’habit du tout ... Il n’a pas d’habit du tout ! cria à la fin le peuple entier.

L’empereur frissonna, car il lui semblait bien que tout son peuple avait raison, mais il pensait en même temps qu’il fallait tenir bon jusqu’à la fin de la procession. Il se redressa encore plus fièrement, et les chambellans continuèrent à porter le manteau de cour et la traîne qui n’existait pas.

 

Hans Christian Andersen

 

 

Toute ressemblance avec des personnes ou des événements actuels serait bien entendu purement fortuite...

Lire la suite

Alexander Notin : L'homme et le virus - qui est qui ? (Club d'Izborsk, 24 mars 2020)

24 Mars 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Opération Coronavirus, #Russie

 

Alexander Notin - 24 mars 2020, 8:17.

 

https://izborsk-club.ru/19002

 

 

J'avoue que depuis quelque temps, je ne crois plus au destin ni au mauvais rocher.

 

Selon les Saintes Écritures, il existe trois forces interdépendantes dans le monde : l'Homme, les Anges et le Très-Haut.

 

Lorsque des guerres mondiales éclatent, comme celle que nous vivons actuellement, l'esprit tranquille, enchaînés au sol, arrogant et ignorant, il semble que les intrigues soient tissées par les seuls hommes. Différents noms sont inventés ici - dans les coulisses, le gouvernement mondial, les maîtres de l'argent, etc.

 

Mais derrière tout cela, il y a des gens et rien de plus. Les gens, bien sûr, sont rusés, avides et impitoyables. N'allez pas chez votre grand-mère ici, comme on dit. Pendant des siècles, les élites nationales ont été riches au détriment de la base et du soutien mutuel. Ils ont flotté dans une seule organisation mondiale et... se sont inexorablement dégradés, tout d'abord au sens moral. Le barde de Trofim a tracé la ligne : "Eteignez les lumières, la corrida est terminée. C'est comme si la levure avait été jetée dans la merde."

 

Mais les élites ont un chef invisible. C'est l'esprit de ce siècle, alias le porteur de mythes et le prince des ténèbres. Son nom est le diable. Il a tout l'argent du monde, et il faut être absolument aveugle et stupide, pour ne pas remarquer la même chose partout : là où il y a de la saleté et de la corruption, il y a de l'argent. Et là où il y a des vestiges de moralité, il y a de la pauvreté et de la rareté.

 

L'esprit de cette époque est l'esprit de séparation et d'opposition à Dieu. Sa tâche est de détruire l'homme et l'humanité, de préférence par les mains des hommes eux-mêmes. A la fin, le diable exterminera ses agents les plus proches parmi les hommes. C'est la division des organismes humains et sociaux vivants en segments et en individus que nous voyons aujourd'hui dans toutes sortes de quarantaines qui paralysent les pays et les peuples de toute la terre. Je ne sais pas et je ne peux pas savoir quand et comment la folie virale-psychotique actuelle va s'effondrer, et si elle va se développer en quelque chose d'autre, également planifié par des gens rusés...

 

Mais il est évident que sous le bruit de la lutte contre le coronavirus et la colère de la peur pour leur vie, les gens s'enferment, comme par leur propre volonté, dans des cellules-appartements étroits. Ils y traînent des vivres et essaient de ne pas s'approcher à moins de 2 mètres les uns des autres.

 

Divinement, cette névrose planétaire est soutenue comme par des autorités nationales indépendantes, et en outre, de manière si synchrone et cohérente, que l'on croit involontairement en une seule volonté et une seule main. Dans cette situation, chacun de nous, de gré ou de force, commence à se sentir comme une souris de laboratoire blanche, subordonnée à certains signaux conditionnels.

 

C'est la tâche de l'ennemi, qui, selon les mots de l'apôtre Paul, n'est "pas de chair et de sang". C'est l'affaire de tous d'accepter ou non ce sort honteux. Chacun a le droit de se demander si je suis une "kozyavka zhidkonogaya" selon la définition des frères Strugatsky, une "créature tremblante" selon les mots de Dostoïevski, ou un homme créé à l'image et à la ressemblance de Dieu. Je crois que le Seigneur nous permet à tous, les repentis, de ressentir cette douleur universelle, afin que nous puissions ressentir notre propre faiblesse et la profondeur de notre chute. D'autre part, nous nous sommes tournés vers lui pour obtenir de l'aide, tout comme un soldat au fond d'une tranchée sous les bombes crie : "Seigneur, aie pitié !"

 

Que nous conseillent tous, croyants et incroyants, des pères saints expérimentés en ces temps si terribles et terribles ?

 

Un. Se sentir comme les descendants d'Adam et l'enfant bien-aimé de Dieu, mais pas comme une souris blanche.

 

Deux. Traduire l'œil mental de la tourmente extérieure, qui ne fait que confondre et effrayer, dans votre propre âme, dans votre homme intérieur, et répéter plus souvent : "Seigneur, aie pitié !

 

Troisièmement. L'esprit à garder une distance entre eux et les stimuli extérieurs, à observer, mais pas à s'en tenir aux signaux du laboratoire. Seuls, en dehors de notre âme, ces signaux sont énergétiquement faibles, presque impuissants, et ils cherchent donc à être stimulés par l'homme intérieur.

 

Quatre. Des nouvelles et des provocations de panique "pour ne pas accepter et ne pas blasphémer", pour se tenir à l'écart de soi-même. Faites de même pour les bonnes nouvelles. Car nous ne connaissons pas l'avenir, et donc nous ne voyons pas ce que telle ou telle nouvelle porte.

 

Cinquième. Dans toute situation, il y a deux issues : la changer ou l'accepter, s'humilier, s'appuyer sur la volonté de Dieu. Le plus souvent, hélas, nous faisons quelque chose de troisième : la panique ou "panic".

 

Les croyants trouvent cela plus facile - ils connaissent les bienfaits des tribulations, ils savent pourquoi et pourquoi ces tribulations sont envoyées d'en haut à l'homme.

 

La conclusion générale est la suivante : rester humain, s'entraider, s'accrocher à Dieu. Le reste viendra avec tout le reste.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc

 

Alexander Notin

http://pereprava.org

Alexander Ivanovich Notin - personnalité publique russe, historien, diplomate. Responsable de la communauté culturelle et éducative "The Ferrying". Chef du groupe d'investissement Monolith, assistant du gouverneur de la région de Nijni-Novgorod, V.P. Shantseva. Membre permanent du Club d'Izborsk.

Alexander Notin : L'homme et le virus - qui est qui ? (Club d'Izborsk, 24 mars 2020)
Lire la suite

Alexandre Douguine: l'ordre post-mondial (Club d'Izborsk, 23 mars 2020)

23 Mars 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Alexandre Douguine, #Club d'Izborsk (Russie), #Politique, #Opération Coronavirus, #Russie

Alexander Dugin : l'ordre post-mondial

23 mars 2020, 9h03

 

https://izborsk-club.ru/18994

 

La crise que traverse l'humanité avec la pandémie de Coronavirus a déjà pris une telle ampleur mondiale qu'un retour à la situation qui existait à la veille de l'épidémie est tout simplement impossible.

 

Si, en raison de certaines circonstances, la propagation du virus n'est pas radicalement arrêtée dans un délai d'un mois et demi ou de deux mois, tous les processus deviendront irréversibles et, du jour au lendemain, l'ordre mondial tout entier s'effondrera. L'histoire connaît des périodes similaires, qui ont été associées à des catastrophes mondiales, des guerres et des circonstances extraordinaires.

 

Si nous essayons d'envisager l'avenir à partir de la situation actuelle, avec toute l'incertitude et l'ouverture, nous pouvons encore identifier certains des scénarios ou des moments les plus probables.

 

1. La mondialisation s'est effondrée définitivement, rapidement et irrévocablement. Elle a longtemps montré des signes de crise, mais l'épidémie a simplement fait exploser tous ses grands axiomes : l'ouverture des frontières, la solidarité des sociétés, l'efficacité des institutions économiques existantes, et la compétence des élites dirigeantes face au problème des coronavirus. La mondialisation est tombée en tant qu'idéologie (libéralisme), économie (réseaux mondiaux), politique (direction des élites occidentales).

 

2. Une nouvelle architecture du monde post-globaliste (postlibéral) sera créée sur les décombres de la mondialisation.

 

Plus vite nous reconnaîtrons ce tournant particulier, plus nous serons prêts à faire face aux nouveaux défis. Cette situation est comparable aux derniers jours de l'URSS : la grande majorité de la classe dirigeante soviétique refusait même de penser à la possibilité d'une transition vers un nouveau modèle d'État, de gouvernance et d'idéologie, et seule une très petite minorité réalisait la nature fatale de la crise et se préparait à adopter un modèle alternatif. Mais dans un monde bipolaire, l'effondrement d'un des pôles a laissé l'autre. Et la décision a été de reconnaître sa victoire, de copier ses institutions et d'essayer de s'impliquer dans ses structures. C'est ce qui a donné la mondialisation des années 90 et le monde unipolaire qui s'est alors formé.

 

Aujourd'hui, c'est ce monde unipolaire qui s'effondre, qui a été reconnu (en termes d'idéologie, d'économie et d'ordre politique) par tous les grands acteurs mondiaux - dont la Chine, la Russie et tous les autres - pour toutes leurs tentatives de défendre l'indépendance et de gagner les meilleures conditions. Par conséquent, les élites dirigeantes sont confrontées à un problème plus complexe : le choix entre un modèle s'effondrant dans l'abîme et l'inconnu total, dans lequel rien ne peut servir de modèle ou de recette fiable pour construire l'avenir. On peut imaginer à quel point les élites dirigeantes s'accrocheront désespérément - plus encore qu'à la fin de l'ère soviétique - au mondialisme et à ses structures, même si tous ses mécanismes et instruments, ses institutions et ses structures semblent s'effondrer.

 

Par conséquent, le nombre de ceux qui peuvent plus ou moins librement naviguer dans le chaos croissant sera assez faible, même parmi les élites. Il est difficile d'imaginer comment la relation entre les mondialistes et les post-mondialistes va évoluer, mais il est déjà possible d'anticiper les principaux points de la réalité post-mondialiste en termes généraux.

 

1. Ce n'est pas une société ouverte qui est mise en avant, mais une société fermée. La souveraineté devient la valeur la plus élevée et la plus absolue. La bonté est déclarée comme étant le salut et le soutien de la vie d'un peuple concret dans un état concret. Le pouvoir ne sera légitime que s'il est capable de faire face à cette tâche : d'abord, sauver la vie des gens dans les conditions d'une pandémie et des processus catastrophiques qui l'accompagnent, et ensuite organiser une structure politique, économique et idéologique qui permette de défendre les intérêts de cette société fermée face aux autres. Cela n'implique pas nécessairement une guerre de tous avec tous, mais détermine en même temps, dans un premier temps, la priorité principale et absolue de ce pays et de ce peuple - tout d'abord. Et aucune autre considération idéologique ne peut l'emporter sur ce principe.

 

2. 2. une société fermée doit être autarcique. Cela signifie qu'elle doit être autosuffisante et indépendante des fournisseurs extérieurs en matière d'alimentation, de production industrielle, de système monétaire et financier et de pouvoir militaire avant tout. Tout cela deviendra bientôt les principales priorités dans la lutte contre l'épidémie, lorsque les États seront contraints de fermer (déjà fermés), mais dans le monde post-mondialiste, cet État deviendra permanent. Si les mondialistes y voient une mesure temporaire, les post-mondialistes devraient au contraire se préparer à ce qu'elle devienne une priorité stratégique.

 

3. L'autosuffisance en matière de survie, de ressources, d'économie et de politique doit être combinée avec une politique étrangère efficace où la stratégie d'alliance est au premier plan. Le plus important est d'avoir un nombre suffisant d'alliés stratégiquement et géopolitiquement importants qui, ensemble, forment un bloc potentiel capable de fournir à tous les participants une résistance efficace et une défense suffisamment fiable contre une probable agression étrangère. Il en va de même pour les liens économiques et financiers qui augmentent le volume des marchés disponibles, mais pas à l'échelle mondiale mais régionale.

 

4. Pour assurer la souveraineté et l'autonomie, il est important d'établir un contrôle sur les domaines dont dépend la souveraineté et la sécurité de chaque entité souveraine. Cela fait de certains processus d'intégration un impératif géopolitique. L'existence d'enclaves hostiles dans la proximité menaçante du territoire national (potentielle ou réelle) portera atteinte à la défense et à la sécurité. C'est pourquoi, dès les conditions de lutte contre l'épidémie, un certain modèle d'intégration doit être envisagé et défini.

 

Le monde post-mondialiste peut être imaginé sous la forme de plusieurs grands centres et d'un certain nombre de centres secondaires. Chaque grand pôle doit répondre aux exigences de l'autarcie. Ce serait l'analogue des empires traditionnels. Cela voudrait dire.. :

 

- un système vertical unique de gestion rigide (en situation de crise avec les pouvoirs dictatoriaux de la plus haute puissance) ;

 

- la pleine responsabilité de l'État et de ses institutions pour la vie et la santé des citoyens ;

 

- la prise en charge par l'État de la responsabilité de la fourniture de nourriture à sa population dans le cadre de frontières fermées, ce qui nécessite une agriculture développée ;

 

- l'introduction de la souveraineté monétaire, la monnaie nationale étant rattachée à la couverture en or ou en matières premières (c'est-à-dire à l'économie réelle) plutôt qu'au système de réserves mondiales ;

 

- assurer un taux de développement élevé de l'industrie nationale, suffisant pour concurrencer efficacement les autres États fermés (ce qui n'exclut pas la coopération, mais seulement lorsque le principe d'indépendance et d'autarcie industrielle n'en souffre pas) ;

 

- la création d'une industrie militaire efficace et des infrastructures scientifiques et de production nécessaires ;

 

- le contrôle et l'entretien du système de transport et de communication qui assure la communication entre les différents territoires de l'État.

 

Il est évident que pour réaliser des tâches aussi extraordinaires, il est nécessaire de

 

- une élite très particulière (classe politique post-mondialiste) et:

 

- Par conséquent, une idéologie étatique totalement nouvelle (le libéralisme et le mondialisme ne sont pas très adaptés à cela).

 

La classe politique devrait être recrutée parmi les cadres et les employés des institutions militaires.

 

L'idéologie doit refléter les caractéristiques historiques, culturelles et religieuses d'une société particulière et avoir une orientation futurologique - projection de l'identité civilisationnelle dans l'avenir.

 

Il est important de noter qu'une telle chose devra passer par presque tous les pays et blocs de pays modernes - et ceux qui sont complètement immergés dans la mondialisation et ceux qui ont essayé de s'en tenir à l'écart.

 

À cet égard, il faut partir du principe que de tels processus feront des États-Unis l'un des acteurs les plus importants du monde, ce qui modifiera en même temps son contenu - de la citadelle de la mondialisation à une puissance et à la défense de ses seuls intérêts de puissance mondiale autocratique. Les conditions préalables à une telle transformation sont déjà contenues en partie dans le programme de Donald Trump, et la lutte contre les pandémies et les états d'urgence acquerra des caractéristiques encore plus distinctes.

 

Certaines puissances européennes sont également prêtes à suivre la même voie - jusqu'à présent, dans le cadre de mesures d'urgence - aujourd'hui la France et l'Allemagne. À mesure que la crise s'aggrave et s'allonge, ces processus se rapprocheront de plus en plus des contours que nous avons tracés.

 

La Chine est relativement prête pour un tel revirement, idéologiquement et politiquement, en tant qu'État centralisé dur avec une verticale de pouvoir prononcée. La Chine perd beaucoup avec l'effondrement de la mondialisation, qu'elle a réussi à mettre au service de ses intérêts nationaux, mais en général, elle a toujours mis l'accent sur l'autarcie, qu'elle n'a pas négligée même en période d'ouverture maximale.

 

Il existe des conditions préalables à une telle évolution post-mondialiste en Iran, au Pakistan et en partie en Turquie, qui pourraient devenir les pôles du monde islamique.

 

L'Inde, qui renoue rapidement avec son identité nationale, a commencé à rétablir activement les liens avec les pays amis de la région dans le contexte de la pandémie, en se préparant à de nouveaux processus.

 

La Russie présente également un certain nombre d'aspects positifs dans ces conditions de départ :

- La politique de renforcement de la souveraineté menée par Poutine au cours des deux dernières décennies ;

 

- l'existence de capacités militaires sérieuses ;

 

- des précédents historiques d'autarcie totale ou relative ;

 

- traditions d'indépendance idéologique et politique ;

 

- des identités nationales et religieuses fortes ;

 

- la reconnaissance par la majorité de la légitimité du modèle de gouvernance centraliste et paternaliste.

 

Cependant, l'élite dirigeante existante, qui s'est formée à la fin de l'ère soviétique et dans la période post-soviétique, ne relève pas du tout le défi du temps, étant l'héritière de l'ordre mondial bipolaire et unipolaire (mondialiste) et de la pensée qui s'y rattache. Sur le plan économique, financier, idéologique et technologique, la Russie est trop étroitement liée à la structure mondialiste, ce qui la rend, à bien des égards, non préparée à affronter efficacement l'épidémie - si elle passe d'une urgence à court terme à la création d'un nouvel ordre mondial - et irréversiblement post-globaliste. Ces élites partagent une idéologie libérale et fondent leurs activités dans une certaine mesure sur des structures transnationales - vente de ressources, délocalisation de l'industrie, dépendance à l'égard des biens et produits étrangers, inclusion dans le système financier mondial avec la reconnaissance du dollar comme monnaie de réserve, etc. Ni par leurs compétences, ni par leur vision du monde, ni par leur culture politique et administrative, cette élite est capable d'assurer la transition vers le nouvel État. Cependant, cet état de fait est commun à l'écrasante majorité des pays, où la mondialisation et le libéralisme ont été considérés jusqu'à récemment comme des dogmes indestructibles et irréfutables. Et dans ce cas, la Russie a une chance de changer cet état de fait, en préparant l'État et la société à entrer dans le nouvel ordre post-mondialiste.

 

Alexander Dugin

http://dugin.ru

Alexander Gelievich Dugin (né en 1962) - éminent philosophe, écrivain, éditeur, personnalité publique et politique russe. Docteur en sciences politiques. Professeur de l'Université d'État de Moscou. Leader du Mouvement international eurasien. Membre permanent du Club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc

Alexandre Douguine: l'ordre post-mondial (Club d'Izborsk, 23 mars 2020)
Lire la suite

L'océan tout entier dans une goutte (Rûmî)

22 Mars 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

L'océan tout entier dans une goutte (Rûmî)

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 > >>