Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Alexis Cossette (Québec): COVID-19, confinement, ingénierie sociale, élections US 2020

10 Juillet 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Opération Coronavirus, #Politique

Cartes à gauche, les États US où le masque est obligatoire sont les États démocrates, et donc mondialistes.

Cartes à gauche, les États US où le masque est obligatoire sont les États démocrates, et donc mondialistes.

Lire la suite

Valery Korovin : C'est un moment idéal pour l'intervention de la Russie dans les Balkans. (Club d'Izborsk, 10 juillet 2020)

10 Juillet 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie)

Valery Korovin : C'est le moment idéal pour l'intervention de la Russie dans les Balkans.

10 juillet 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19604

 

 

Pour le deuxième jour consécutif, les émeutes se poursuivent à Belgrade, provoquées par les mesures annoncées par les autorités contre la deuxième vague de coronavirus. Après la victoire triomphale aux élections (60% des voix pour le SPS du président Aleksandar Vucic), les autorités serbes se renforcent. La Russie ne peut pas rester indifférente à la tempête politique intérieure de son principal allié dans les Balkans.

 

Selon les médias, 19 policiers et 17 manifestants ont été blessés la nuit dernière en tentant de prendre d'assaut le bâtiment de l'Assemblée nationale. Le leader du Mouvement des citoyens libres, Sergueï Trifounovitch, a même eu la tête fracassée. Mercredi soir, la perte des forces de l'ordre a été encore plus importante : 43 policiers et 17 manifestants ont été blessés, 23 personnes ont été arrêtées et cinq voitures de police ont été brûlées.

 

Des manifestations ont également eu lieu dans d'autres villes de Serbie. A Novi Sad, Nis et Kragujevac, des milliers de manifestants ont attaqué à coups de pierres et de "cocktails Molotov" les bureaux du Parti progressiste serbe, les administrations municipales et les bureaux des médias. Ils ont exigé la vérité sur les victimes de COVID-19, critiqué la partialité de la télévision nationale, chanté des chansons nationales et exigé que les autorités protègent le Kosovo.

 

Il n'est pas surprenant de voir les troubles actuels, si la Serbie est sous administration extérieure depuis 1999, lorsque la Yougoslavie a été bombardée. En fait, l'occupation de la Serbie permet aux forces extérieures de prendre des décisions à n'importe quel niveau et de gérer pleinement la politique intérieure et le positionnement de la Serbie dans l'arène de la politique étrangère. L'indignation est de nature nominale-normative. On devrait s'indigner, en blâmant les services de sécurité.

 

Une autre chose est que nous voyons maintenant un modèle de monde unipolaire, au nom duquel les mondialistes ont dirigé la Serbie et l'Europe en général. Les forces mondialistes en Europe sont restées sans protection, sans le patronage du centre, qui était situé à Washington, mais qui n'a maintenant clairement plus rien à voir avec l'Europe. Peu importe la façon dont ces personnes sont portées par les Noirs, qui comptent aussi. Il y a un risque d'effondrement de l'État américain.

 

Par conséquent, les actions des mondialistes en Europe perdent de leur inertie. C'est comme un poulet qui continue à courir dans la cour après qu'on lui ait coupé la tête. Il n'y a plus de commissariat, il n'y a plus de quartier général, et ils essaient tous d'organiser des émeutes comme en Serbie. C'est donc le moment idéal pour une intervention russe et pour fournir un centre de pouvoir alternatif qui influencerait la politique serbe d'un signe inverse.

 

Si la Russie dit au moins un mot de soutien à Belgrade sur le Kosovo, elle renforcera au centuple la position des Serbes. Maintenant, la Serbie a toutes les chances de retrouver sa souveraineté. Quand, sinon aujourd'hui, profiter de la multi-polarité pour renforcer ses positions et son influence ?

 

 

Valery Korovin

http://korovin.org

Valery M. Korovin (né en 1977) - politologue russe, journaliste, personnalité publique. Directeur du Centre d'expertise géopolitique, chef adjoint du Centre d'études conservatrices de la Faculté de sociologie de l'Université d'État de Moscou, membre du Comité eurasien, chef adjoint du Mouvement eurasien international, rédacteur en chef du portail d'information et d'analyse "Eurasia" (http://evrazia.org). Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Valery Korovin : C'est un moment idéal pour l'intervention de la Russie dans les Balkans. (Club d'Izborsk, 10 juillet 2020)
Lire la suite

Alexandre Dmitrievski : le tsariste fait des cadeaux (Club d'Izborsk, 9 juillet 2020)

10 Juillet 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie)

Alexandre Dmitrievski : le tsariste fait des cadeaux

9 juillet 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19600

 

 

La presse et les réseaux sociaux discutent activement des paroles de Vladimir Poutine selon lesquelles de nombreuses républiques d'URSS ont reçu un nombre énorme de terres russes, qui appartiennent historiquement à la Russie. En même temps, le chef russe a ajouté que lorsque les républiques ont quitté l'Union soviétique, elles n'ont pas renoncé aux cadeaux du peuple russe.

 

À cet égard, je me suis personnellement rappelé ce que le don tsariste de la puissance soviétique à l'Ukraine était le Donbass, et comment il est presque devenu la cause du conflit militaire entre les républiques soviétiques il y a cent ans : j'ai écrit à plusieurs reprises à ce sujet, il est donc peu probable que l'histoire de ces processus dramatiques soit à nouveau racontée. Il suffit de naviguer sur le World Wide Web : ce qui est important pour nous, c'est que la bombe posée en 1920 a explosé quatre-vingt-quatorze ans plus tard : aujourd'hui, les contours des territoires de la DPR et de la LPR reprennent presque entièrement les frontières de la partie des troupes de Donskoï qui a été transférée de force à la RSS d'Ukraine.

Alexandre Dmitrievski : le tsariste fait des cadeaux (Club d'Izborsk, 9 juillet 2020)

Le faible développement industriel des territoires qui faisaient partie de la RSS d'Ukraine, ainsi que la domination de la petite agriculture, ont créé des problèmes politiques pour les bolcheviks face à la présence insuffisante du prolétariat industriel, qui était le pilier du pouvoir soviétique, de sorte qu'il était urgent de trouver à la fois l'industrie et les personnes qui y étaient employées. Pour la RSS ukrainienne, la source des deux ne pouvait être que le Donbass, dont la partie la plus développée appartenait à l'armée du Donskoï, qui était en voie d'être abolie à l'époque. Il est clair que l'Ukraine était étrangère au Donbas, et une telle décision volontariste au sommet a immédiatement provoqué un rejet tant dans les masses que parmi le parti et l'élite économique. Mais si la résistance de ces derniers a réussi à s'effacer assez rapidement au détriment d'un instrument tel que la discipline de parti, il s'est avéré beaucoup plus difficile d'influencer l'opinion des gens ordinaires. À la suite des protestations, le gouvernement central a fait quelques concessions et, en 1925, a rendu à la RSFSR environ la moitié de ce qui avait été rejeté auparavant, y compris la ville de Taganrog et Aleksandrovsk-Grushevsky, rebaptisée Shakhty par un décret du gouvernement soviétique. Cependant, la population des autres districts de la RSS d'Ukraine a continué à exiger de revenir en RSFSR pendant deux décennies : par exemple, la dernière lettre connue des habitants d'Ambrosievka avec une telle demande date d'août 1941.

Alexandre Dmitrievski : le tsariste fait des cadeaux (Club d'Izborsk, 9 juillet 2020)

Le Donbass, dans l'ancienne Union soviétique, n'était pas le seul cadeau des tsaristes : nous pouvons nous souvenir d'autres terres primordiales de la Russie habitées par des Russes qui, d'un seul trait de plume, se sont retrouvés dans plusieurs républiques de l'Union. On ne s'est pas contenté de donner des kilomètres carrés : comme le Donbass, ces zones étaient beaucoup plus développées économiquement que le reste de la République de l'Union, où elles étaient incluses. C'est-à-dire qu'ils ont été donnés avec toute l'infrastructure. Mais nous ne parlons pas seulement d'économie : la population russe était la principale source de médecins, d'enseignants, d'ingénieurs, d'agronomes et de personnel local, qui a réussi à se développer plus tard, a étudié avec les Russes. Remarquons que dans les endroits où l'on a observé après 1991 le plus fort exode de la population russe, il y a eu tout d'abord un déclin et une destruction.

Alexandre Dmitrievski : le tsariste fait des cadeaux (Club d'Izborsk, 9 juillet 2020)

Certains pensent qu'il est indécent d'exiger le remboursement des cadeaux. Cependant, la règle du bon ton dit que si une dame et un homme ont eu une relation sympa, il est d'usage de se renvoyer des lettres et des cadeaux. C'est la même chose ici : si vous ne voulez pas être ensemble avec la Russie, tournez vos yeux vers l'océan, essayez de rejoindre nos rivaux géopolitiques - s'il vous plaît, rendez ce qui vous a été donné !

 

 

Alexander Dmitrievsky

Dmitrievsky Alexander Vladimirovich (né en 1974) - historien, publiciste, vétéran du mouvement russe dans le Donbass. Expert permanent du Club Izborsk de Novorossiysk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Alexandre Dmitrievski : le tsariste fait des cadeaux (Club d'Izborsk, 9 juillet 2020)
Lire la suite
Lire la suite

Alexander Dugin : System is stoned (Club d'Izborsk, 9 juillet 2020)

9 Juillet 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie)

Alexander Dugin : System is stoned

9 juillet 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19598

 

 

Encore une fois, à propos du coronavirus :

 

1) soit il n'était pas là, et il a disparu maintenant ;

2) ou il l'était, et il l'est toujours.

 

Le troisième n'est pas donné. Une chose est sûre : si il était encore là, il n'a certainement pas été vaincu. S'il n'était pas là, il n'y avait rien à gagner non plus.

 

À mon avis, le coronavirus était et est encore là. Et je suppose qu'il y aura encore du temps, peut-être assez considérable.

 

Les statistiques sont manipulées par certaines forces politiques, comme toujours. Et aujourd'hui, je ne pense pas qu'ils sachent exactement dans quelle direction qui doit être manipulé. Le fait est que le coronavirus, en tant que phénomène social, n'apporte pas un bénéfice ou un dommage sans équivoque à l'un ou l'autre des deux "partis" mondiaux antagonistes - ni les mondialistes, ni les populistes (ceux qui défendent la souveraineté nationale). Les mondialistes se réjouissent de la possibilité d'un pucage total et d'une surveillance générale par Microsoft et d'autres, ainsi que de la vaccination et de l'importance croissante de l'OMS, mais le contrôle peut être utilisé par les gouvernements nationaux et subordonner la dictature à eux-mêmes (c'est ce qui se passe, par exemple, en Chine). De plus, l'isolement des pays les habitue à la multipolarité, ce qui fait le jeu des nationalistes et des populistes. Les régimes nationaux peuvent introduire des éléments de dictature sous le prétexte du coronavirus, mais ils ne savent pas comment faire face à la chute de l'économie et à la brutalité de la population.

 

Nous sommes confrontés à une situation intéressante : oui, les autorités manipulent les statistiques, mais elles ne comprennent pas bien dans quelle direction - si "le coronavirus a disparu" ou "il est toujours là". Et cela signifie que les données sont soit surestimées soit sous-estimées... Et souvent les deux se produisent simultanément.

 

C'est la dissonance cognitive. System is stoned (Ndt: le système est défoncé).

 

 

Alexander Dugin

http://dugin.ru

Alexander Gelievich Dugin (né en 1962) - éminent philosophe, écrivain, éditeur, personnalité publique et politique russe. Docteur en sciences politiques. Professeur de l'Université d'État de Moscou. Leader du Mouvement international eurasien. Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Alexander Dugin : System is stoned (Club d'Izborsk, 9 juillet 2020)
Lire la suite

Maxime Chevtchenko : Je suis un patriote de l'Union soviétique. (Club d'Izborsk, 8 juillet 2020)

8 Juillet 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Politique

 

Maxime Chevtchenko : Je suis un patriote de l'Union soviétique.

 

8 juillet 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19597

 

 

 

N. Rosbachvili - 19 heures et presque 7 minutes. Ici la station de radio "Echo de Moscou". Le programme "Opinion spéciale". Nino Rosbachvili est au micro. Le journaliste Maxime Shevchenko est avec nous sur Skype. Maxime Leonardovich, bonsoir !

 

(…)

 

N. Rosbachvili - Maxime Leonardovich, vous avez qualifié Loukachenko d'homme politique exceptionnel. Et pouvez-vous déchiffrer un peu, quelle est son exclusivité ?

 

M. Shevchenko - Il a sauvé l'indépendance de son pays. Il n'a pas laissé la Biélorussie... Il a, tout d'abord, créé, formé un État social en Biélorussie. Il n'a pas permis au Belarus de devenir une proie prédatrice du capital transnational, du capital néolibéral, comme l'ont été la Russie ou l'Ukraine, par exemple. Les habitants du Belarus sont officiellement propriétaires de tout cet État. Et c'est une structure très intéressante, qui combine les principes de la gestion de l'État et en même temps des éléments du marché libre.

 

Je n'étais pas allé en Biélorussie depuis sept ans. Je vois aujourd'hui que des marques sont apparues ici. Dans le centre de Minsk, par exemple, le Hilton a été construit, un nouveau a été ouvert. D'une autre manière... Il y a 7 ans, je pensais que j'étais plutôt mal servi dans les magasins, je vais être honnête. Il y avait un blocus assez serré. Maintenant, je vois que vous pouvez acheter tout ce que vous voulez. Les produits biélorusses sont de bien meilleure qualité que ceux que nous offrons en Russie dans les magasins "Pyaterochki" et "Magnitakh". Je pense que Moscou a simplement peur de Loukachenko.

 

N. Rosbachvili - Excusez-moi, Maxime Leonardovich, pouvons-nous établir un parallèle entre Loukachenko et Poutine ? Parce qu'il y a aussi un Hilton à Moscou, et qu'il y a assez de tout dans les épiceries.

 

M. Shevchenko - Nous ne pouvons pas.

 

N. Rosbachvili - Et pourquoi ?

 

M. Shevchenko - Parce que Poutine est un partisan de l'économie néolibérale. Poutine est l'ennemi de l'État social. Toutes les activités de Poutine, toutes les réformes de Poutine - réformes des retraites, de la monnaie et des soins de santé - visent à la destruction de l'État social. Toutes les discussions que Poutine a avec nous sur son prétendu soutien à l'État social - par l'État social, il entend cette distribution d'aide matérielle aux gens, 10 000 ou quelque chose comme ça.

 

Par exemple, je parle à mes proches dans la région de Brest. La seconde cousine de ma mère - tante Manya - est la mère de trois enfants. Elle a reçu de l'État un appartement de trois pièces, dont elle doit payer 12 % du coût de cet appartement. Et croyez-moi, il ne s'agit pas de millions, comme en Russie. Et malgré ces 12 %, elle peut dépenser beaucoup se son allocation de maternité pour le troisième enfant, c'est-à-dire que les appartements leur sont offerts gratuitement par l'État. Où voyez-vous cela en Russie ? Rien de tel.

 

N. Rosbachvili - Et c'est le cas dans toute la Biélorussie, pas seulement chez vos proches ?

 

M.Shevchenko - Oui, dans toute la Biélorussie, c'est le cas. En Russie, Poutine est un partisan de l'État économique libéral. Il arrose constamment l'Union soviétique avec de la boue, il arrose constamment Lénine avec de la boue. Il dit toujours que Lénine y a posé une sorte de mine.

 

Il n'y a rien de tel ici. C'est une approche complètement différente. Ici, l'État prend soin des gens. Il y a des nuances, il y a des choses qui fatiguent les gens. Il y a quelque chose qui ne plaît pas aux gens. Les jeunes, disons... À mon avis, il n'y a pas de communication claire entre l'ancienne génération, qui est sous gestion, et la nouvelle génération de jeunes. Il y a eu un boom du taux de natalité en Biélorussie, si j'ai bien compris, ces dernières années. Beaucoup d'enfants naissent. Beaucoup de jeunes. Il s'agit donc d'une recherche du langage de développement de la structure politique de l'État. Peut-être quelques élections parlementaires de partis. Je pense qu'il n'y a pas d'élections des partis, je pense qu'il y a des élections importantes. Je ne connais pas très bien le système. Ce n'était pas le but de mon voyage. Je me suis retrouvé dans une telle situation par accident, pour la plupart.

 

Mais je suis très intéressé de le savoir. Parce que, à mon avis, le Belarus suit la voie que l'Union soviétique aurait dû suivre. Voici la perestroïka, si elle n'avait pas été brisée, elle aurait probablement conduit comme ça.

 

N. Rosbachvili - Je suis sûr que nous reviendrons certainement sur le sujet du Belarus.

 

M.Shevchenko - Au fait, vous pouvez vous rendre à Tbilissi en avion depuis la Biélorussie.

 

(…)

 

 

Maxime Shevchenko

http://kavpolit.com

Maxime Shevchenko (né en 1966) - journaliste russe, animateur de Canal 1. En 2008 et 2010, il a été membre de la Chambre publique de la Fédération de Russie. Membre du Conseil présidentiel sur le développement de la société civile et les droits de l'homme. Shevchenko est un membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

 Maxime Chevtchenko : Je suis un patriote de l'Union soviétique.  (Club d'Izborsk, 8 juillet 2020)
Lire la suite
Lire la suite

Avis aux lecteurs: publicité intempestive sur ce blog

7 Juillet 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Je prie les lecteurs d'excuser les publicités intempestives qui apparaissent sur ce blog, parfois même à l'intérieur des articles. Je n'y suis pour rien, c'est l'hébergeur Overblog qui les installe sans m'avertir et sans mon consentement. Cette pollution par la publicité est inadmissible.

P.O.C.

Avis aux lecteurs: publicité intempestive sur ce blog
Lire la suite

Sergey Chernyakhovsky : Mémoire et conscience (Club d'Izborsk, 7 juillet 2020)

7 Juillet 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Politique

Sergey Chernyakhovsky : Mémoire et conscience

7 juillet 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19592

 

 

Le quatrième bloc d'amendements - points sur la mémoire historique et l'auto-identification historique. Il s'agit notamment de la troisième partie de l'article 67 : "La Fédération de Russie honore la mémoire des défenseurs de la Patrie et protège la vérité historique. Il n'est pas permis de diminuer le sens de l'héroïsme du peuple dans la défense de la Patrie".

 

C'est tout simplement merveilleux, mais ce qui peut être considéré comme une vérité historique, ce n'est pas clair : le 17 octobre est la grande révolution socialiste d'octobre ou le "coup d'État bolchevique" ? Le traité de 1939 est-il une brillante victoire diplomatique des dirigeants soviétiques ou une "conspiration criminelle de deux dictateurs" ? Le PCUS est-il une avant-garde héroïque de la classe ouvrière, des paysans et de l'ensemble des travailleurs ou une nomenklatura bureaucratique criminelle ?

 

En général, je vois. Il est également clair quelles réponses seront données par la grande majorité de la population, si quelqu'un a le courage de les interroger honnêtement, comment cela est clair, et quelles réponses découlent de la logique de reconnaissance de la Russie comme successeur de l'URSS sur son territoire, qui est établie par l'article 67 déjà cité. Mais il est également clair qu'elle utilise la thèse de la défense de la vérité historique selon laquelle quelque chose d'humain avec un visage de momie sortira sur tel ou tel podium et donnera des réponses bien différentes. Prétendant que c'est cette créature, cet être, qui protège la vérité historique.

 

La partie 4 de l'article 68 peut également être attribuée à ce bloc : "La culture dans la Fédération de Russie est un héritage unique de son peuple multiethnique. La culture est soutenue et protégée par l'État", et un certain nombre d'autres : tout, en principe, est juste et bon, et soutiendra presque tout le monde, et le soutien comme s'il n'était pas nuisible et nécessaire - mais qu'est-ce que cela signifie exactement, vous pouvez argumenter avant la nouvelle révolution.

 

Exactement comme la partie 1 de l'article 72, qui oblige l'État à "protéger les monuments de l'histoire et de la culture". Si quelqu'un installe un monument à Krasnov ou à Vlasov, peut-il être démoli ou doit-il être protégé ? Et si la question se pose sur un nouveau modèle dédié à la dynastie Romanov, mis à la place d'un monument démoli par les autorités aux penseurs révolutionnaires - il devrait être démoli ou protégé. L'État s'engage à protéger les monuments, mais ne dit pas lesquels.

 

Un bloc spécial, et en fait presque le plus important, est celui que Poutine a introduit à l'origine. Les amendements aux articles 79, 80, 81, 82, 83, 92, en un mot, tout ce qui concerne l'interaction des plus hautes autorités de l'État, qui est importante et essentielle, mais qui n'a pas du tout été discuté - à la fois parce que le citoyen moyen n'était pas très clair et s'ennuyait, et parce que toute la discussion a été mise sur le terrain de la discussion, de parler ou non le russe en Russie, combien il est important d'indexer les pensions chaque année, bien que l'on ne sache pas à quel point il est bon que le salaire minimum ne puisse pas être inférieur au niveau de pauvreté, et aussi s'il est nécessaire d'obliger constitutionnellement chaque citoyen à croire en Dieu, ou s'il faut simplement indiquer qu'il faut croire en Dieu, parce que les arrière-grands-pères ont cru en lui.

 

Et ainsi de suite.

 

En fait, les amendements présidentiels concernant la modification de l'équilibre des pouvoirs de ces ou de ces branches du pouvoir. On peut en parler particulièrement, ils sont déterminants et ne sont pas très clairs pour la majorité de la population : quelle est la différence entre la situation où la Douma donne son accord à la nomination du candidat qui lui est proposé comme premier ministre, après quoi le président le nomme, et la situation où la Douma approuve le candidat qui lui est proposé et le président l'approuve aussi - ce n'est pas pour l'esprit moyen...

 

Combien de ministres la Douma peut-elle approuver, et combien ne peut-elle pas approuver, si les fiers "sénateurs" approuvent les ministres du bloc du pouvoir ou mieux encore s'ils sont nommés par le président - c'est vraiment important, mais cela concerne tellement de nuances de l'équilibre d'aujourd'hui et de garanties de l'équilibre de demain qu'il est nécessaire de parler séparément et en détail, et la signification de cette perestroïka instrumentale a surtout concerné la période du changement présidentiel en Russie. Et nous préparions l'espace nécessaire à cette fin même - pour créer une garantie contre les revirements politiques arbitraires dans une telle situation.

 

En tout cas, ce sont exactement les amendements qui, contrairement à tout le reste, devraient vraiment être votés en bloc pour accepter le plan proposé ou le rejeter, mais pas pour le défigurer, en créant un mutant institutionnel.

 

Bien entendu, les deux amendements constituent une question distincte - l'amendement de Tereshkova, qui n'était pas très propre dans la loi, et la mention de Dieu dans la Constitution, qui a été rédigée sans grande discussion.

 

De plus, dans les deux cas, le contenu même de la question s'est avéré être remplacé par la forme de son incorporation.

 

La question de la "remise à zéro des mandats" du président actuel, c'est-à-dire Vladimir Poutine, est multiple. Les initiateurs de l'amendement ont travaillé de façon très grossière et délicate, le soulevant au dernier moment au nom de Valentina Tereshkova, qui avant cet événement était la porteuse de la gloire de l'ère soviétique et de la romance de la conquête de Kosmos. Il a été utilisé - et sacrifié à des tâches politiques.

 

Mais l'essence de la question n'est pas cela. Et sans cela, c'est déjà assez compliqué.

 

Tout d'abord, il y a la question de savoir s'il faut limiter le nombre de mandats pendant lesquels une même personne peut occuper la plus haute fonction de l'État. Il y a des arguments pour et contre. Ils sont nombreux. En bref : d'un point de vue, pourquoi les électeurs devraient-ils être artificiellement privés du droit d'élire une personne de confiance à la présidence.

 

D'autre part, un dirigeant qui occupe son poste de façon permanente commence trop souvent à se cloisonner, perdant son énergie et la finesse de sa pensée et de son action, et une partie importante des électeurs s'y habitue, et même lorsque le dirigeant a clairement perdu son efficacité, il préfère voter pour lui sincèrement et honnêtement, préférant le cours normal de la vie. Qui, dans ce cas, commence à se figer, à imiter et à répondre de moins en moins aux défis du temps.

 

A partir du troisième, le fait même du départ imminent du leader après la fin de son mandat amène les structures du pouvoir et les personnes qui habitent ces structures, comme l'a dit à juste titre Poutine, à "regarder à travers les yeux" et à réfléchir à qui courir et à qui, le cas échéant, le leader actuel trahirait.

 

Mais il est également vrai que changer la loi pour une personne signifie priver cette loi de son sens, car de toute façon, on peut mettre à zéro quelque chose d'autre et changer à nouveau les règles au fur et à mesure que le jeu avance. Et puis les joueurs commencent à changer eux-mêmes les règles du jeu et à chercher d'autres solutions non conventionnelles.

 

Bien que le sens politique spécifique et le fait même de donner à Poutine des possibilités formelles de se représenter à la présidence, l'élimination même de la prédétermination est politiquement correcte et efficace.

 

Il fallait seulement le faire différemment, de manière plus intelligente et plus précise, et il semble que vers la fin de 2016, les personnes au pouvoir qui devraient être chargées d'élaborer les tactiques politiques et les plans opérationnels ont commencé à travailler assez grossièrement, perdant d'une part l'élégance et la subtilité des décisions, d'autre part leur caractère délibérément utile et leur précision. Et soit ils ont oublié comment travailler, soit ils sont complètement tombés dans la captivité de l'ego et du célèbre Titomirovsky : "Piplo khawat".

 

Et une dernière chose. Peut-être pas pour tout le monde : significatif, mais essentiel : "Dieu dans la Constitution".

 

Si l'on s'éloigne, pour simplifier, des dispositions philosophiques et morales générales - et théologiques - sur l'inopportunité de se souvenir du nom de Dieu dans un document juridique, même s'il est le plus élevé, mais humain, surtout dans un État constitutionnellement déclaré laïque, important et la formule choisie par les auteurs du texte pour le mentionner.

 

Dans la dernière version, elle a été un peu adoucie, mais n'a pas résolu le fond du problème.

 

Comment ça sonne. Voici l'article 67, deuxième partie : "La Fédération de Russie, unie par des milliers d'années d'histoire, préservant la mémoire des ancêtres qui nous ont transmis les idéaux et la foi en Dieu, ainsi que la continuité dans le développement de l'État russe, reconnaît l'unité de l'État historiquement établie".

 

L'expression elle-même est pleine d'ambiguïtés et de contradictions incorrectes, elle a été trop essayée pour serrer figurativement des positions proches, mais pas toujours connectées. Ce n'est pas la question maintenant. Le fait est qu'une personne qui est d'accord avec elle, même indépendamment de son attitude vis-à-vis de la religion, doit, en cochant le "oui", comme pour dire en son propre nom : "Je confirme que je crois en Dieu, mes ancêtres m'ont donné cette foi, donc je garde leur mémoire.

 

C'est-à-dire que ceux qui ne croient pas en Dieu ne peuvent plus soutenir cet amendement, même si absolument tous les autres qu'ils soutiennent. Et ils doivent soit mentir, ce qui nous donnera la "Constitution sur des mensonges", soit voter contre tout ce qu'il soutient.

 

Ainsi, même s'il vote "pour", il aura toujours le sentiment d'avoir été humilié en le forçant à voter contre sa conscience, ce qui affectera d'une certaine manière son attitude envers cette Constitution et envers ceux qui l'ont forcé à ce mensonge.

 

Et ceux qui peuvent croire en Dieu, mais qui ont décidé de devenir croyants non pas à cause de la foi de leurs ancêtres, mais à cause de l'évolution générale de la situation psychologique dans le pays, se retrouveront dans la même position. Nous ne devons pas oublier qu'il y a trente ans, près de 90 % des citoyens étaient des non-croyants. Aujourd'hui, 70 % d'entre eux se considèrent comme des croyants, 64 % sont des croyants orthodoxes, mais moins de la moitié d'entre eux connaissent les principes fondamentaux de la foi. Il ne s'agit pas maintenant d'analyser leur ratio, le fait est que leurs ancêtres ne leur ont pas transmis cette foi. Et leur mémoire n'est pas conservée par les gens à cause de ce "transfert".

 

Et ceux qui ne croient pas en Dieu, et ceux qui croient, mais qui n'ont pas pris la foi de leurs ancêtres, et ceux qui gardent la mémoire des ancêtres pour cela - tous sont obligés soit de voter contre tout, y compris tout ce qui est raisonnable, ce qui est dans les amendements, soit de mentir et d'agir selon leur conscience.

 

D'autant plus que les gens comprennent : en raison de l'ensemble des circonstances, le vote du 1er juillet s'est traduit par un acte de maintien ou de destruction de la stabilité du pouvoir et du pays. Et ils en sont constamment convaincus, ainsi que les autorités, et les opposants, à travers la Russie, à travers les autorités - et surtout, il s'est avéré que c'était le cas et en fait.

 

Si les amendements ne sont pas adoptés, ce sera un coup dur pour le pays aujourd'hui.

 

Si les amendements sont adoptés, la légitimité de la Constitution, la légitimité des autorités fondées sur la nouvelle Constitution et les perspectives de développement stable et réussi du pays à l'avenir seront compromises.

 

Pire encore, la question est dans l'impasse.

 

Mais une autre chose est intéressante : quel esprit simple a construit cette provocation et pour quelle raison : soit parce que la personne qui l'a conçue était un idiot utile - soit parce qu'elle était un ennemi intelligent et calculé du pays et du gouvernement actuel.

 

 

Sergey Chernyakhovsky

Tchernyakhovsky Sergey Felixovich (né en 1956) - philosophe politique russe, politologue, publiciste. Membre titulaire de l'Académie des sciences politiques, docteur en sciences politiques, professeur à l'Université d'État de Moscou. Conseiller du président de l'Université internationale indépendante sur l'environnement et la politique (IEPU). Membre du Conseil public du ministère russe de la culture. Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Sergey Chernyakhovsky : Mémoire et conscience (Club d'Izborsk, 7 juillet 2020)
Lire la suite

Mikhail Delyagin : Nous resterons silencieux jusqu'à ce que nous nous illuminions. (Club d'Izborsk, 6 juillet 2020)

6 Juillet 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Environnement, #Politique

Mikhail Delyagin : Nous resterons silencieux jusqu'à ce que nous nous illuminions.

6 juillet 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19591

 

 

Le coronavirus et la mise à zéro du président V.V. Poutine a radicalement changé l'agenda russe et a détourné la société d'un certain nombre de problèmes extrêmement douloureux et à long terme.

 

L'une d'elles est la destruction de l'environnement due à la dégradation évidente des systèmes de gestion, qui ressemble de plus en plus à de la féralisation. De nombreux accidents (sauf celui de Norilsk, plus probable en raison des conséquences internationales probables), le "rasage" méthodique des forêts sibériennes, les incendies cauchemardesques dus à la destruction systématique de la protection des forêts et même la réforme des ordures mortelles (pour beaucoup, j'en ai peur, au sens littéral) sont déjà perçus comme un bruit de fond d'information.

 

La cause des accidents modernes, en règle générale, n'est pas une complication excessive des infrastructures technologiques, mais un simple refus de financer le minimum de sécurité requis (tout comme les dégâts du coronavirus sont causés principalement par un simple refus de financer la médecine et l'éducation normales au profit de domaines plus rentables en termes de "développement de l'argent", y compris ceux formellement liés aux mêmes domaines).

 

Il est juste de dire que les sauvageons libéraux russes ne sont pas uniques : par exemple, l'ouragan Katrina a emporté la Nouvelle-Orléans en 2005 parce que les services d'ingénierie américains n'avaient pas entretenu ses barrages depuis 40 ans, et Fukushima en 2011 s'est fait un nom, parce que les systèmes de survie des centrales nucléaires étaient beaucoup moins stables qu'elles ne l'étaien en réalité.

 

Mais la dégradation de la puissance russe, pour des raisons évidentes, est plus dangereuse pour nous et plus choquante.

 

L'un des dangers réels oubliés par la société en raison de l’épidémie de coronavirus a été la l'installation précise par les autorités moscovites de la rocade sud-est sur un site d'enfouissement radioactif relativement petit.

 

Il était bien connu des habitants et, pour autant qu'on puisse le voir, des autorités locales. Sa taille est relativement petite - et il n'était guère difficile ou coûteux de le contourner, ce qui était important pour l'autoroute de transport de la métropole.

 

Mais avec la même précision idéale, avec laquelle un chasseur de taïga frappe un écureuil d'une balle dans l'œil, pour ne pas abîmer la peau, les autorités moscovites ont fait entrer la rocade sud-est de Moscou dans ce même cimetière.

 

L'indignation et la peur des habitants (les parents de beaucoup d'entre eux travaillaient à l'usine polymétallique et connaissaient très bien le lieu d'inhumation) ont été poussées de toutes les manières possibles. Pour autant que l'on puisse en juger, les représentants des autorités (dont la tristement célèbre "Russie Unie") leur ont menti ouvertement, ils ont été intimidés, attaqués, discrédités et n'ont pas été autorisés à assister aux rituelles "audiences publiques", les remplaçant par des quasi-acteurs.

 

Les fonctionnaires et les "activistes publics" professionnels pro-gouvernementaux qui se sont montrés pompeux quant à la sécurité totale de la construction du cimetière radioactif ont fait preuve d'analphabétisme, voire d'insuffisance, face aux spécialistes vivant dans les zones menacées. Les Moscovites qui ont été méthodiquement poussés au désespoir par les autorités pour sauver la santé de leurs enfants ont été jugés - et sont maintenant jugés - sous la menace d'amendes sciemment paralysantes et garanties en cas de faillite.

 

L'examen officiel a d'abord révélé que tout était en ordre, qu'il n'y avait pas de danger - et ont été tenus, pour autant qu'on puisse le comprendre, après ces assurances dans une échelle délibérément partielle et insuffisante. Les résultats de leurs propres enquêtes auprès des résidents locaux (qui ont notamment découvert des boues radioactives dans la Moskva - là où elles sont censées être secouées et envoyées en aval par les travaux de construction) ont été systématiquement ignorés.

 

Pour autant qu'on puisse le voir, sous couvert de coronavirus, les travaux de construction ont été forcés, et les autorités de Moscou ont dissimulé aux constructeurs la présence d'un danger de radiation.

 

Le résultat de cette folie est tout à fait évident : la probable propagation de poussières radioactives avec le vent sur Moscou (peut-être s'est-elle déjà produite) et l'extrême indésirabilité de se tenir dans les embouteillages aux endroits appropriés de la future autoroute de transport.

 

Et, ne l'oublions pas, la transformation qui s'est déjà produite en ennemis de sang est le pouvoir d'une énorme masse de personnes qui veulent simplement vivre dans leur pays.

 

C'est peut-être pour cela que tout ce scandale a été déclenché par des tireurs d'élite de la mairie de Moscou ? Après tout, il est temps pour le maire de Moscou de penser à poursuivre sa carrière, à intensifier la hiérarchie bureaucratique - et l'expérience du Maidan de Kiev reste tout à fait pertinente (et peut-être même attrayante).

 

 

Mikhail Delyagin

http://delyagin.ru

Mikhail Gennadyevich Delyagin (né en 1968) - économiste, analyste, personnalité publique et politique russe bien connue. Il est académicien de l'Académie russe des sciences naturelles. Directeur de l'Institut des problèmes de la mondialisation. Membre permanent du Club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Mikhail Delyagin : Nous resterons silencieux jusqu'à ce que nous nous illuminions. (Club d'Izborsk, 6 juillet 2020)

La destruction de l’environnement en Russie est un sujet tabou dont on entend très rarement parler à l’étranger. C’est pourquoi cette alerte par Mikhail Delyanin et le Club d’Izborsk, a une grande valeur.

La taïga sibérienne dont parle M. Delyanin, fait partie de l’immense forêt de conifères du Subarctique qui ceinture le nord du globe terrestre, se prolongeant dans toute la partie nordique de l’Europe et du Canada. Les menaces qui pèse sur elle sont partout les mêmes. Au Québec, une loi récente autorise la destruction de l’environnement au nord du 49e parallèle.

La destruction de la taïga sibérienne ou canadienne est une tragédie parce cette forêt de conifères du Subarctique est une forêt primaire (comme une partie de l’Amazonie et des forêts tropicales d’Afrique et d’Indonésie), ce qui se traduit par une grande quantité d’espèces indigènes adaptées au climat et vivant en symbiose depuis des temps immémoriaux. De plus, la végétation a une croissance extrêmement lente en raison du froid. Au Labrador, j’ai trouvé des conifères gros comme le doigt et âgés de plus de 200 ans. J’y ai vu aussi des rochers couverts de lichens millénaires, probablement contemporains de la fonte de l’inlandsis il y a 10.000 ans. La taïga du Subarctique est aussi le territoire ancestral de nombreux peuples chasseurs nomades ou migrateurs, descendants de ceux du Paléolithique. Pour toutes ces raisons, la destruction irresponsable de la forêt sibérienne par la déforestation, les barrages ou la pollution est pratiquement irréversible et criminelle.

La définition donnée par le général Leonid Ivashov: « L’homme a été créé à l’image et à a ressemblance de Dieu, alors que son existence physique est assurée par ses liens avec le monde végétal et animal et avec la nature inorganique. (« Hourrah pour la crise globale », Fondation de la culture stratégique, 2008) a une portée universelle car elle pose les devoirs de l’humanité et en particulier de ceux qui la gouvernent, envers la nature qui nous entoure et dont nous faisons partie.

 

Pierre-Olivier Combelles

Naturaliste, ancien membre du Laboratoire d’Ethnobiologie du Muséum national d’histoire naturelle (Paris)

 

Problèmes d'environnement en Russie:

 

"L'agence russe de surveillance de l'environnement réclame un dédommagement de 147,8 milliards de roubles (soit environ 1,8 milliard d'euros) au géant minier Norilsk Nickel. Celui-ci est impliqué dans une grave pollution aux hydrocarbures en Arctique."

En savoir plus sur RT France : https://francais.rt.com/international/76672-apres-pollution-grave-arctique-moscou-demande-un-dedomagement-record

 

https://francais.rt.com/international/76672-apres-pollution-grave-arctique-moscou-demande-un-dedomagement-record

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 > >>