Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Rouge et Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Mikhail Delyagin : Ce que nous voyons aujourd'hui en Biélorussie est un suicide économique commis par une nation entière (Club d'Izborsk, 26 août 2020)

26 Août 2020 , Rédigé par POC Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Economie, #Politique, #Russie

Mikhail Delyagin : Ce que nous voyons aujourd'hui en Biélorussie est un suicide économique commis par une nation entière.

 

(Titre original: « Navalny est une personne très utile pour les services de sécurité russes »).

26 août 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19805

 

 

М. Delyagin :

 

- Bonjour, chers amis. Je m'appelle Mikhail Delyagin, économiste. Mais aujourd'hui, nous aurons une question non économique. Car ce que nous voyons aujourd'hui en Biélorussie est un suicide économique commis par une nation entière. Avant cela, nous avons vu de tels suicides économiques en Ukraine, dans d'autres endroits. Oui, bien sûr, c'est un coup d'État, il est infructueux, il est étouffé, mais une partie importante des gens s'en sortent absolument sincèrement. Et nous pouvons nous consoler du fait que ce sont les nominés pour le prix Darwin, et même les lauréats absolus du prix Darwin pour 2020, pour le suicide le plus ridicule et le plus fou. Mais beaucoup de gens veulent sincèrement se tuer, tuer leur pays, en croyant aux tromperies libérales, aux bonbons libéraux.

 

Quand nous étions comme ça, c'était il y a tout juste 30 ans. Nous étions le peuple soviétique, nous croyions que personne ne nous a jamais trompés et nous n'avons jamais trompé personne. Et nous ne pouvions pas imaginer que quelqu'un puisse nous tromper. Pendant ces 30 ans, nous sommes habitués à voir des escrocs dans les parages, d'autant plus que le nouvel État les aide, ils sont soutenus de facto. Pour les Biélorusses, cette chose est absolument incompréhensible et impossible.

 

Je regarde toujours où cela a officiellement commencé. Officiellement, cela a commencé avec les élections, auxquelles une partie importante de la population ne croyait pas. Même si nous ne prenons pas les goules libérales, qui ont été gavées avec le sang des gens pendant 30 ans, elles ne peuvent pas s'arrêter, mais en même temps beaucoup de gens réagissent au processus électoral. Et nous constatons que dans notre pays aussi, les gens ont une vision très pénible de la situation lorsque les élections donnent l'impression d'être mauvaises et illégales.

 

Et j'ai une question à ce sujet. Pensez-vous que le vote de trois jours, que nous avons introduit, garantit la fraude électorale ?

 

Maintenant, les nouvelles de la Russie. À ce jour, à Simferopol, un régime de restriction de la consommation d'eau a été mis en place en raison de la crise du système d'approvisionnement en eau. Depuis 6 ans, je parle de la nécessité (depuis que la Fédération de Russie a abandonné l'idée d'une réunification avec une partie importante de l'Ukraine, et s'est limitée à la Crimée) de construire une conduite d'eau et un pont électrique en Crimée. Lorsque les sauvages nazis ukrainiens ont commencé à faire sauter les lignes électriques, le pont électrique était toujours en cours de construction dans les délais impartis, bien qu'avec beaucoup de retard. La conduite d'eau n'a jamais été posée, malgré le fait que le canal venant du territoire de l'Ukraine ait été bloqué, malgré le fait qu'il y ait eu un envahissement des régions adjacentes à la Crimée. Néanmoins, la conduite d'eau n'a jamais été posée. En outre, nous avons une spécialisation distincte dans l'état des fonctionnaires et des propagandistes, qui racontent l'impossibilité fondamentale de poser un pipeline d'eau vers la Crimée. Lorsque vous pointez du doigt l'embouchure de la rivière Kuban, ils commencent à vous dire quelque chose sur le fait que cette embouchure est très éloignée.

 

Je rappelle juste que la Turquie a récemment posé une conduite d'eau vers le nord de Chypre, au fond de la Méditerranée. A plus grande profondeur, à plus grande distance, avec des problèmes d'approvisionnement en eau plus importants. Elle a posé une conduite d'eau afin qu'il y ait suffisamment d'eau dans le sud de Chypre également. Et pendant ces six années, nous avons une distance qualitativement plus petite, juste au fond du détroit de Kertch et un peu dans les régions environnantes... Oui, nous devrons installer des stations de pompage, sans problème. Le résultat de ce mépris constant de l'État pour ses obligations directes est que nous avons maintenant été informés qu'à Simferopol, à partir de cette semaine, le régime de consommation limitée d'eau en raison de la crise du système d'eau a été introduit. J'ajouterai que de nombreuses terres sont salinisées. Car lorsqu'il n'y a pas assez d'eau, le sel monte et les terres aptes à l'agriculture meurent.

 

Désormais, l'approvisionnement en eau chaude dans toute la ville doit être arrêté. À partir du lundi 31 août prochain, à la veille du 1er septembre, Journée de la connaissance, il est prévu d'arrêter l'approvisionnement en eau de Simferopol pendant la nuit. En même temps, on ne sait pas du tout quoi faire avec les hôpitaux, quoi faire avec les maternités. Je ne suis pas sûr qu'ils soient tous équipés de réservoirs de secours. À partir du 7 septembre, l'eau commencera à être donnée par l'horloge. Les autorités de Simferopol prévoient qu'après le 7 septembre, elles pourront donner de l'eau pendant 4 heures par jour, mais il est possible qu'elles doivent également le faire pendant 2 heures par jour.

 

Il convient de rappeler que le 10 août, on a appris l'achèvement solennel de l'oléoduc entre les réservoirs de la taïga et de Simferopol pour le transfert d'eau douce dans la capitale de la Crimée. Ce pipeline a été construit par les forces militaires peu de temps après l'appel de Sergey Aksenov à Sergey Shoyg. Le chef de la Crimée s'est personnellement adressé au ministre de la Défense, car il semble impossible de s'adresser au gouvernement russe. En général, j'ai le sentiment que les gouvernements libéraux de la Fédération de Russie, qui se remplacent les uns les autres, semblent simplement se venger des criminels pour leur patriotisme, pour avoir choisi la Russie. Et les fonctionnaires russes, qui ont probablement encore des châteaux à l'Ouest, des domaines, etc., et s'ils n'en ont pas, ils n'ont que des valeurs tout en Europe, à l'Ouest, contre la Russie. Ils ne font que prendre une stupide revanche sur les Crimée, qui ont fait un choix en faveur de la Russie. J'ai ce sentiment.

 

Mais nous voyons que ce sentiment est en train de se réaliser. Parce que la conduite d'eau a été posée et que la coupure d'eau a lieu 2 semaines après le rapport solennel sur sa mise en œuvre. Et qu'en faire, je ne sais pas, mais je crains que les problèmes de la Biélorussie, de Kiev et de l'espace post-soviétique à Moscou, et les problèmes de la Crimée ne soient pas seulement dans le tuyau entre la taïga et les réservoirs de Simferopol, mais aussi à Moscou. Et quelque chose à Moscou doit aussi s'améliorer, et j'ai bien peur que ce ne soit pas au niveau personnel, mais au niveau des structures.

 

Encore un merveilleux message. Plusieurs villages situés à la périphérie de la ville, qui est la capitale de l'entité constitutive de la Fédération de Russie, doivent encore vivre sans eau et attendre en vacances l'arrivée des citernes d'eau. Cependant, l'organisme communal responsable de cette fête a réussi à la gâcher en obtenant une tarification de ses services. Comme l'a indiqué l'administration de la ville, à partir d'aujourd'hui, les habitants de la périphérie de la capitale de la région russe ne pourront recevoir de l'eau que par coupons. Dans ce cas, un mètre cube devra payer 353 roubles. Les bons pour les villages respectifs seront émis dans le seul bureau de la ville. C'est-à-dire que personne ne circulera parmi les habitants en disant : "Désolé, mon cher, voici les bons ». Non, tous les résidents sont obligés de se rendre en ville depuis la périphérie, et d'y aller tout le temps, car il est clair que personne n'émettra de bons pour l'année à venir.

 

La responsabilité de comptabiliser les coupons sera confiée aux conducteurs de citernes (si j'ai bien compris, ce sera un champ de bataille pour les abus), qui ne donneront pas plus de 20 litres d'eau pour un coupon. C'est-à-dire que l'un d'entre eux peut donner 20 litres par coupon et l'autre 10 litres d'eau par bons, car il existe de telles règles.

 

Et maintenant, j'ai une question. Quelle région pensez-vous qu'il s'agisse ? Nous avons beaucoup de régions arides en Russie, beaucoup de régions où il y a des problèmes d'eau (et ce n'est pas seulement la Crimée). Quelle ville située à la périphérie de la capitale de la région russe, en quoi pensez-vous qu'il y ait un tel scandale, d'ailleurs, il y a un durcissement et le système de carte est introduit ?

 

Prenons l'appel.

 

Sergey de Novossibirsk :

 

- J'estime que sous un tel gouvernement, il n'y aura pas d'élections équitables. Et une question sur la marine. Mikhail Gennadyevich, Le Président de la France, Angela Merkel, le Président de la Finlande, notre président ont décidé du sort d'un homme simple. Expliquez-moi, un homme simple, qui il est, pourquoi de si grandes forces sont impliquées dans son destin ?

 

М. Delyagin :

 

- M. Delyagin : Je n'ai pas tenu de bougie, mais à en juger par le fait que c'est le seul cas dans l'histoire où un homme a été annulé, et de manière autoritaire et précipitée, la peine d'emprisonnement pour qu'il participe à l'élection du maire de Moscou (et la peine a été prononcée dans un autre sujet de la Fédération de Russie), je pense qu'il est une personne extrêmement utile pour les services de sécurité russes. Du moins pour certains des services de sécurité russes. Parce que personne d'autre ne peut réaliser des actions aussi fantastiques.

 

D'autre part, si vous regardez l'intérêt qu'il suscite à l'Ouest... Après tout, un avion militaire allemand a volé vers lui. Il a été transporté par un avion de la Luftwaffe depuis Omsk. Et il a été transporté par un transport militaire depuis l'aéroport, c'était une opération spéciale. Étant donné le niveau de souveraineté actuel de l'Allemagne, il est au moins extrêmement utile aux agences de renseignement américaines. Donc, à mon avis, il s'agit d'une entreprise commune entre les agences de sécurité russes et américaines (c'est mon hypothèse), qui fait des choses importantes et utiles pour les deux. Pour moi, il n'est pas une personne normale, ce n'est pas parce qu'il a jeté des écoliers sous les balles de la police anti-émeute qu'il l'a provoqué. Et il est très caractéristique, avec un grand mépris et une indifférence totale envers les gens qui ont cru en lui. Je n'ai donc pas le moindre respect pour lui, pour moi ce n'est qu'un provocateur parmi d'autres. Bien qu'il soit extrêmement efficace, il a du succès et mérite d'être inclus dans ses manuels scolaires, au même titre que Gapon, Azef et d'autres.

 

Nous allons prendre un autre appel.

 

Alexander, Miass :

 

- Combien de bulletins de vote nous reste-t-il après l'élection présidentielle ?

 

М. Delyagin :

 

- Vous allez sur le site web de la CEC et regardez, il décrit tout cela. Le bulletin est un document de compte rendu strict.

 

Alexander :

 

- Plus qu'en Biélorussie, où ont-ils été immédiatement détruits ?

 

М. Delyagin :

 

- Vous savez, le fait même de la destruction est très étrange et suscite vraiment de grandes suspicions. Car c'est ainsi que des documents ont été détruits en 93, lorsqu'ils ont voté pour la Constitution d'Eltsine, qui est maintenant en vigueur avec quelques amendements. Et donc ils ne sont pas détruits, ils sont stockés, vous pouvez toujours les compter. Et je trouve très étrange la position des politologues russes, qui parlent de violations, donnent des chiffres précis. Mais, excusez-moi, comment pouvez-vous connaître les chiffres précis lorsque vous dites que les bulletins ont été détruits ?

 

Alexander :

 

- Encore une question. Poutine devait savoir que les élections en Biélorussie étaient truquées.

 

М. Delyagin :

 

- Qu'est-ce qui vous fait penser qu'ils sont falsifiés ?

 

Alexander :

 

- Parce que tout a été détruit instantanément, toutes les extrémités dans l'eau, comme on dit.

 

М. Deliagin :

 

- Tout d'abord, j'attire votre attention sur le fait que nous ne savons pas qu'ils ont été détruits instantanément, car il s'agit d'un autre sujet. Deuxièmement, nous soupçonnons qu'ils ont été falsifiés, car nous avons ce soupçon. Nous n'avons aucune preuve qu'ils ont été trafiqués. Et si vous regardez la sociologie, vous avez le sentiment que le camarade Loukachenko a vraiment perdu la tête. Parce que la sociologie montre sa victoire au premier tour, même si ce n'est pas avec 80%, bien sûr.

 

Prenons un autre appel.

 

Roman Fedorovich de Sergiev Posad :

 

- Certains psychologues libéraux russes et biélorusses ont diagnostiqué il y a longtemps, comme ils le prétendent, une psychopathie mosaïque et une paranoïa. Dites-moi, en tant qu'économiste, pourquoi le rouble biélorusse est-il égal au dollar en valeur par rapport au rouble russe ? Loukachenko est-il plus intelligent et plus rusé que Nabiullina ?

 

М. Delyagin :

 

- Non, le rouble biélorusse représente environ un tiers ou un quart du dollar. Et la comparaison des monnaies ne signifie rien. Parce qu'un dinar koweïtien peut coûter plusieurs dollars pour un dinar, mais cela ne signifie pas que l'économie koweïtienne soit meilleure que l'économie américaine. Mais nous voyons qu'il n'y a pas de chômage en Biélorussie, nous voyons que la Biélorussie a un système socio-économique très fiable. La Biélorussie possède une industrie mécanique et une agriculture qui ne devraient pas exister en principe dans le cadre de l'économie libérale. Nous voyons 9,3 millions de personnes en Biélorussie, alors que l'économie libérale devrait avoir au maximum la moitié de cette population. Nous constatons un niveau de science décent en Biélorussie, un niveau de protection sociale exceptionnellement élevé. Si quelqu'un en Biélorussie parle de l'optimisation de la médecine selon les normes russes ou de l'introduction de nos normes d'éducation, il ira simplement en prison, comme je le soupçonne. En Biélorussie, la corruption est extrêmement faible. Il n'y a pas d'oligarques en Biélorussie et ainsi de suite. En Biélorussie, il existe un État normal, efficace et juste.

 

En Biélorussie, il y a une civilisation. Vous devez convenir que pour le libéral russe (et pas seulement pour le russe), la préservation de toute civilisation est un diagnostic psychiatrique. Un des libéraux russes en communication avec moi, a exigé l'introduction d'une psychiatrie punitive en Russie contre les personnes qui pensent que les gens devraient vivre de manière humaine. Les psychologues libéraux, les psychiatres libéraux, ce sont avant tout des libéraux, c'est-à-dire des personnes qui, au mieux, impressionnent avec des menteurs décédés. Donc le diagnostic de Loukachenko... Oui, pendant 26 ans Loukachenko a maintenu la civilisation malgré tout, et donc aux yeux des libéraux c'est un fou absolu. Vous voyez, un homme qui ne veut pas voler, mais qui veut construire, est par définition fou pour la majorité absolue des libéraux. Si vous regardez nos libéraux, ils considèrent tout développement normal comme un signe de folie.

 

Permettez-moi de citer un extrait du texte de M. Mantourov, le ministre russe de l'industrie, qui a expliqué que le Superjet de Soukhoï, un avion qui a perdu le contrôle lorsqu'il a été frappé par la foudre (c'est-à-dire une voiture, pour autant qu'on puisse le voir, qui n'a pas été climatisée), est meilleur que le Tu-204, qui a été construit assez longtemps et qui est presque parfaitement fabriqué. Qu'est-ce qui le rend meilleur ? Il s'avère que la Russie peut produire elle-même le Tu-204, et le Superjet de Soukhoï que nous ne pouvons pas produire sans l'aide de ces pays, qui ont lancé une guerre économique de destruction contre nous. C'est l'approche des libéraux russes, il est fondamental - qu'il n'y ait rien ici.

 

Et quand on nous montre qu'il est possible de préserver la civilisation avec la population de la moitié de Moscou et avec la capacité de marché d'un quart de Moscou (ou même moins), cela provoque non seulement une colère féroce et enragée, une soif de sang et le désir de s'enivrer du sang du peuple biélorusse. Tout d'abord, il évoque le sentiment qu'il s'agit d'un fou. Il aurait pu voler le pays, et maintenant il peut voler le pays, aller sur la Côte d'Azur ou dans les îles des Caraïbes et se sentir bien avec l'argent volé, vivre bien, consommer à merveille, ayant plongé son pays dans l'enfer. Et au lieu de cela, quelqu'un essaie de sauver quelque chose, de garder un certain équilibre. Quelqu'un essaie de faire en sorte que les gens vivent de manière humaine. Quelqu'un d'autre ment aux gens. Car Loukachenko aurait pu dessiner une image de l'avenir qui n'a rien à voir avec la réalité, et au prix de cela il aurait pu vivre 5 ans de plus, mais il ne veut pas mentir aux Biélorusses. Un homme qui ne veut pas mentir à son peuple, pour autant que je puisse en juger, est vraiment fou des libéraux. Un homme qui ne veut pas voler son peuple est fou pour les libéraux. Le diagnostic est donc tout à fait compréhensible.

 

Personne n'a pu répondre à ma question sur la région qui vit sans eau. Voici Arkhangelsk. A la périphérie d'Arkhangelsk, plusieurs villages doivent vivre sans eau. En outre, les résidents devront se rendre à Arkhangelsk depuis la périphérie une fois par mois ou une fois par semaine pour obtenir des bons en un seul endroit. Il s'agit des villages de Chernaya Kurya, Dorozhnikov, Dinamo, Yuros et de la coopérative "Leto". Ils ne recevront pas plus de 20 litres par bon.

 

J'ai très bien traité le gouverneur de la région d'Arkhangelsk, Tsybulsky. Il est membre du groupe de rendez-vous sur les coronavirus. Il s'est fixé une tâche honnête : porter la part des routes de la région à 30% dans l'état standard. Il a honnêtement admis l'état catastrophique des routes de la région. Et bien d'autres choses encore. Mais cette nouvelle est monstrueuse et terrifiante - de l'eau sur des bons. Ces gens vont bientôt nous faire respirer sur les bons? C'est l'économie de marché. Quand on ne peut pas acheter de l'eau pour de l'argent, parce que l'économie de marché est dirigée par les libéraux. Ils n'ont même pas besoin de profits. Ils ont d'autres valeurs.

 

"En Crimée et sous les Soviétiques, l'eau était à l'heure." Deux heures par jour, cela n'existait pas. Ce n'était pas normal.

 

"Loukachenko a volé les votes !" Ceux qui le crient maintenant, beaucoup d'entre eux lui en veulent pour cela. Ils ne peuvent pas pardonner à Loukachenko de ne pas avoir pu voler le pays. Bien que Loukachenko n'ait certainement aucune perspective après avoir mis le cap sur l'Ouest et s'en être détourné au tout dernier moment. Ou peut-être qu'il n'a pas tourné le dos à la façon dont nous le savons. Et il va aussi courir vers l'Ouest. Loukachenko n'a même pas suivi le chemin de Ianoukovitch, mais de Kadhafi. J'ai peur qu'il finisse comme Kadhafi.

 

Sergei de Stavropol :

 

- Je propose qu'à la prochaine élection présidentielle, Poutine soit tiré au sort à 90 % pour distancer Batka.

 

М. Delyagin :

 

- M. Delyagin : Merci. Une question ?

 

Sergey :

 

- Sur l'opposition inexistante en Biélorussie. Nemtsov a été tué dans notre pays. Nikita Isaev n'est pas là.

 

М. Delyagin :

 

- Une personne qui ne comprend pas qu'il y a une opposition en Biélorussie, qui ne voit pas 70 000 personnes dans la rue, 200 000 personnes dans la rue, des évaluations différentes, un collègue, allume la télé après tout.

 

Yuri :

 

- Je suis un militaire de réserve. De temps en temps, j'organise des formations avec le personnel sur la formation publique et étatique sur le thème "Menaces pour la sécurité militaire russe". Lorsque vous vous promenez sur une carte de gauche à droite le long des frontières de notre grand pays, il s'avère que nous sommes menacés par tout le monde. Et des alliés - un, deux, trois. La Biélorussie était parmi eux. Ne pensez-vous pas qu'au début, l'Ukraine a été chassée, toutes les choses russes ont été effacées, la haine envers la Russie s'y est installée, maintenant la même chose se passe en Biélorussie. On peut y voir un développement clair du scénario de démembrement de la Russie et de son environnement par des États hostiles. Et l'avance de l'OTAN vers l'est.

 

М. Delyagin :

 

- Il est certain qu'un certain scénario est en train de se mettre en place. L'OTAN n'est pas seulement le plus grand terroriste de l'histoire de l'humanité. Il s'agit d'une organisation militaire et politique. Il est objectivement axé sur l'expansion. En tant que structure militaire et politique, elle est orientée vers l'expansion par des méthodes militaires et politiques. Il n'y a rien de surprenant à cela.

 

Quant à notre manque d'alliés, vous savez, les traîtres n'ont pas d'alliés. Depuis l'époque de Gorbatchev, soit plus d'un tiers de siècle, nos dirigeants ont trahi tous leurs alliés. Je vous rappelle que la Pologne était notre alliée. Un allié très fiable. Un allié très loyal, malgré toutes ses divisions internes et ses hésitations. L'Allemagne de l'Est était notre alliée. La Roumanie était notre alliée, bien que peu cohérente. La Yougoslavie, qui ne fait pas partie du CAEM et du Pacte de Varsovie, était notre alliée. Mais quand un État, c'est mon hypothèse, pille son propre territoire, il trahit tous ses alliés. Et puis tout le monde se disperse loin d'un tel état comme une peste.

 

Quelle est la tragédie actuelle de la Biélorussie? Le fait que la Biélorussie, ainsi que tout l'espace post-soviétique, puisse objectivement exister, et non se développer, n'existe normalement que sous la condition de la modernisation de la Russie. Parce que seule la modernisation de la Russie fournit la capacité nécessaire des marchés pour qu'il soit logique de produire quelque chose dans ces pays. Ils ne peuvent pas vivre autrement. Et si, au lieu de la modernisation, on assiste au pillage et à la destruction du pays, nous continuons, comme à l'époque d'Eltsine, à faire disparaître 220 000 personnes au cours des cinq premiers mois de cette année - une perte naturelle de population - il y en aura d'autres. C'est un indicateur clair du pillage du pays et du rejet fondamental du développement. Nous sommes dirigés par des libéraux, contre lesquels Gaidar semble être une personne tout à fait saine d'esprit. Dans ces conditions, le manque de modernisation a fait de l'Ukraine un pays fasciste.

 

Nous avons adhéré à l'OMC en 2012. Dans des conditions coloniales absolument liées, nous avons exclu toute possibilité de modernisation pour ne pas quitter l'OMC. Mais cela exige un changement de notre situation politique. Et l'Ukraine a vécu pendant deux ans après cela, son développement économique s'est brutalement arrêté. Parce qu'il n'était pas possible de développer l'économie. Puis ils sont tombés en panne. Ce n'était peut-être pas du fascisme, mais autre chose. Mais l'État russe n'a pas défendu ses intérêts en Ukraine, n'a pas défendu le peuple ukrainien frère contre le fascisme. Elle a préféré donner sous l'occupation fasciste.

 

La même chose se produit actuellement en Biélorussie. Loukachenko a suivi la voie de la Biélorussie, en fait, par Ianoukovitch en 2005, bien avant Ianoukovitch, l'année suivant la première Maidan ukrainienne. C'est une autre chose que les Biélorusses soient des gens très raisonnables. Et Loukachenko lui-même est un homme très raisonnable et prudent. C'est pourquoi ils vont beaucoup plus lentement à la manière ukrainienne. Mais c'est la même chose. Et le fait que Loukachenko sera déchiré par toutes ces personnes prétendument humaines - nous voyons un slogan de la Maidan ukrainienne, une stylistique de la Maidan ukrainienne, des déclarations de la Maidan ukrainienne. Nous voyons de jeunes Biélorusses zigzaguer sur le fond du vieux drapeau biélorusse. On voit des danses "celui qui ne saute pas, est un Moscovite". Tous avec la même technique.

 

Parce que la Russie ne défend pas ses intérêts. Et il est impossible de défendre vos intérêts sur le territoire d'un autre pays, tout en détruisant votre propre pays. C'est notre problème fondamental. Lorsque nous l'aurons résolu, tout ira relativement bien. Et très rapidement, nous allons rétablir la situation, mais nous devrons appliquer des méthodes strictes d'ingénierie sociale en Ukraine, en Moldavie et dans le nord du Kazakhstan, peut-être dans tout le Kazakhstan et la Biélorussie, s'ils deviennent fous d'ici là. Mais jusqu'à présent, la Biélorussie n'a aucune perspective. Et Loukachenko ne veut pas mentir à son peuple. Pour les libéraux, ce n'est pas clair. Et ce n'est qu'un homme honnête. Il fait cette impression.

 

0753 écrit : "A Omsk, après Navalny, la morbidité covide a fortement diminué - trois fois. Et ce n'est que 55 personnes par million". Si Navalny agit ainsi, je pense que lorsqu'il se remettra, il devrait être transporté comme par miracle dans toutes les régions du pays afin de combattre la pandémie. Je pense qu'il sera d'accord avec cela. Parce que c'est une bonne chose, utile. Pourquoi ne le serait-elle pas ? Obtenez-lui un ordre du gouvernement et emmenez-le dans tout le pays pour qu'il puisse faire baisser le coronavirus grâce à sa présence. Une idée constructive, le ministère de la santé devrait en prendre note.

 

Résumons le vote. Plus de 300 personnes ont voté. 82% estiment qu'un vote de trois jours garantit la fraude électorale.

 

"AiF" écrit sur la façon dont nos sauvageons se rapportent à la science et à la technologie : "L'expérience presque centenaire de l'académicien Qitsin sur la réception de blé pérenne unique au monde s'est terminée sous une tondeuse HOUSE. Le 18 août, à 10 heures du matin, dans les Champs de Neige près de Moscou, plusieurs hectares de blé presque mûr ont été détruits. Les scientifiques ne s'engagent pas à estimer les pertes en argent.

 

Ce n'est que l'année dernière que les scientifiques du département d'hybridation à distance du principal jardin botanique de l'Académie des sciences de Russie ont obtenu un brevet pour la tritriture. Il s'agit de fait d'un nouveau type de céréales, un hybride de blé et d'herbe de blé. Contrairement au blé ordinaire, le blé tritritritique, tout d'abord, pousse bien et de manière stable. Et deuxièmement, elle est moins affectée par le temps. Dans nos conditions, la tritritritie donne deux récoltes. Un : les céréales pour la fabrication du pain et des produits de confiserie. Deux : la masse verte pour l'alimentation animale. Et ce, pendant 5 à 10 ans d'affilée, sans dosage supplémentaire.

 

Partout dans le monde, jusqu'à présent, on a essayé sans succès de créer le même blé ! Ce sont les milliards de dollars économisés qui sont dépensés chaque année en semences pour une nouvelle récolte. Et en Russie, ils ont réussi à produire un tel blé sans aucun équipement et avec des subventions farfelues. Mais la tondeuse du bureau de M. Mutko est venue et a tout déchiqueté.

 

Le pire, c'est que formellement, les destructeurs légaux de la nouvelle technologie ont raison ! L'année dernière, lorsque les scientifiques ont reçu un brevet pour un nouveau type de blé, sur décision de la commission gouvernementale, les terres des Champs de Neige leur ont été retirées, malgré les protestations, et transférées à l'élite du développement. Mais le nouveau blé n'était plus qu'à quelques semaines de la récolte. Les scientifiques pensaient que la main de HOUSE.RF et de M. Mutko ne se lèverait pas sur du pain. Naïveté...

 

Juste au moment de la destruction de près d'un siècle de travail des scientifiques dans l'un des rares domaines où nous sommes encore leaders dans le monde, il y avait une certaine commission dans la ferme qui "n'a rien remarqué", comme l'a dit un fonctionnaire. Les scientifiques espèrent que le ministre Valery Falkov essaiera au moins de limiter cette bacchanale à un mélange de folie, d'avidité, de trahison et Dieu sait quoi d'autre dans des "maisons" et des têtes séparées.

 

Mais je n'ai aucun espoir pour cela. Parce que le camarade Mutko est plus puissant que certains ministres. Voici une illustration vivante de la façon dont les scientifiques créent depuis près de cent ans du blé capable de produire deux récoltes par an. Voici un miracle, donnez-moi votre main. Non seulement ils ne l'allongent pas, mais ils le détruisent délibérément. Et quand les scientifiques, désespérés, s'enfuient en Suisse ou en France, aux États-Unis ou en Chine, qu'ils y réalisent le projet de leur vie, qu'ils y hurlent le manque de patriotisme, l'espionnage, l'action contre la Russie. La commission gouvernementale a détruit ces cultures. Quelles sont les questions ?

 

5856 écrit : "Mikhail gronde le gouvernement, et le président dit toujours que le gouvernement est satisfait, qu'il travaille. Mikhail ne répondra pas, je le sais". Je n'y répondrai pas parce que je ne sais pas quelle question vous posez.

 

Mikhail est originaire de Moscou :

 

- Je me demande pourquoi nous avons beaucoup de nationalités, nous vivons normalement, mais les Biélorusses et les Ukrainiens ne peuvent pas bien vivre ?

 

М. Delyagin :

 

- Les Biélorusses ont vécu merveilleusement bien jusqu'à récemment. Ils n'avaient pas de problème national. Bien qu'ils aient leurs propres musulmans, ils ont beaucoup de Polonais, et les gens du Caucase se sont installés en grand nombre chez eux. Ils n'avaient pas de crime ethnique. Parce qu'ils n'avaient pas de corruption.

 

La pause sera courte. Jusqu'à lundi prochain.

 

 

Mikhail Delyagin

http://delyagin.ru

Mikhail Gennadyevich Delyagin (né en 1968) - économiste, analyste, personnalité publique et politique russe bien connue. Il est académicien de l'Académie russe des sciences naturelles. Directeur de l'Institut des problèmes de la mondialisation. Membre permanent du Club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Mikhail Delyagin : Ce que nous voyons aujourd'hui en Biélorussie est un suicide économique commis par une nation entière (Club d'Izborsk, 26 août 2020)
Lire la suite

Sergey Glazyev : une leçon de la Biélorussie (Club d'Izborsk, 25 août 2020)

25 Août 2020 , Rédigé par POC Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Economie, #Philosophie, #Politique, #Russie

Sergey Glazyev : une leçon de la Biélorussie

25 août 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19799

 

 

Les tentatives de l'agence occidentale d'organiser une autre "révolution de couleurs" en Biélorussie étaient attendues - ce travail est en route et fait partie d'une technologie assez habituelle du soit-disant « soft power » de l'élite dirigeante américaine afin de maintenir la domination mondiale. Elle est très efficace dans les États sans idéologie et ne fonctionne pas dans les sociétés unies par l'une ou l'autre idée nationale.

 

Si un État n'a pas d'idéologie, alors il est en fait dominé par le pouvoir de l'argent, couvert par un mélange de libertinage et de pseudo-patriotisme. La rhétorique patriotique est utilisée pour dissimuler la corruption et les abus de pouvoir. C'est ainsi que la majorité des régimes autoritaires des pays du Tiers-Monde, parmi lesquels l'espace post-soviétique, sont tombés.

 

Le pseudo-patriotisme n'aide pas

 

L'expérience de l'Amérique latine et de l'Afrique montre que de tels régimes peuvent durer suffisamment longtemps s'ils s'accommodent de forces extérieures motivées par l'idéologie. Et ils peuvent s'effondrer du jour au lendemain si ces forces extérieures peuvent acheter et intimider une partie critique de l'élite au pouvoir. Si c'est le dernier Compador, c'est assez facile.

 

Il a fallu quatre mois aux services secrets américains pour renverser le régime de Ianoukovitch. Dès que le président ukrainien a refusé de signer un accord d’association douanière avec l'Union européenne, ils ont lancé une campagne pour le renverser, en s'appuyant sur leurs agents dans le gouvernement, les médias et les milieux d'affaires. Tout d'abord, les oligarques ukrainiens de l'offshore ont été mis dans la bonne position "que voulez-vous". Sous la menace de la confiscation des revenus retirés à l'Ukraine, ils ont immédiatement trahi leur président. Dans le même temps, des journalistes bénéficiant de subventions, qui avaient longtemps été nourris par les services de sécurité occidentaux, ont commencé à travailler contre Ianoukovitch. Son entourage corrompu, y compris les responsables de l'application des lois, et lui-même étaient paralysés par la crainte des sanctions occidentales, qui étaient menacées par tous les dirigeants de l'OTAN et leurs ambassadeurs si le régime utilisait la force contre les Maidans. Ces derniers, pendant ce temps, s'armaient rapidement et se transformaient en militants sous la direction d'instructeurs américains.

 

Depuis, il y a eu un pillage de la richesse nationale ukrainienne pendant cinq ans sous la supervision de marionnettes américaines, qui est déjà entré dans la phase du trafic d'êtres humains et de leurs organes.

 

En même temps, il existe une force ferme contre le soft power, dont l'utilisation peut maintenir le régime autoritaire pendant assez longtemps. Cependant, s'il n'a pas de base idéologique partagée par le peuple, l'effondrement du régime suit la mort de son chef. Ou, comme dans le cas de la Libye, si face à une menace extérieure motivée par l'idéologie, le régime autoritaire perd un pays insuffisamment fort au profit d'alliés extérieurs.

 

Presque tous les États post-soviétiques ont vécu la malheureuse expérience des coups d'État organisés par les services de renseignement américains. Ce n'est pas sans raison qu'ils se sont attribué la victoire sur l'URSS et qu'ils prétendent toujours gouverner notre territoire. Ils ont réussi à organiser des coups d'État dans le but d'usurper le pouvoir par leurs marionnettes : en Russie à l'automne 1993, en Ukraine en 2004 ("révolution orange") et en 2014, en Géorgie en 2003, en Moldavie en 2009, au Kirghizstan en 2005. Elle a échoué : en Russie en 2011, en Biélorussie en 2006 et 2010, et en Ouzbékistan en 2005. Partout où ils ont réussi, leurs hommes ont pillé le pays qu'ils avaient pris en charge, emportant au total environ deux mille milliards de dollars à l'étranger et transférant le reste de leurs actifs rentables à des sociétés américaines et européennes. Mais cette triste expérience, comme le montrent les derniers événements en Biélorussie, ne permet pas de vacciner de manière fiable la conscience du public contre le « soft power » des services de renseignement américains.

 

Sans une idéologie qui assure l'unité du pouvoir et du peuple, même les régimes autoritaires les plus efficaces ne peuvent garantir la continuité et ne sont pas viables à long terme. Inversement, en présence d'une idéologie nationale, même de petits pays comme Cuba, la RPDC et l'Iran peuvent, à eux seuls, affronter avec succès des ennemis extérieurs, en parant toutes leurs tentatives de renversement du gouvernement.

 

L'URSS s'est effondrée après que la majorité des gens aient cessé de croire à la construction du communisme. Depuis lors, aucun des États post-soviétiques n'a été en mesure de créer une idéologie qui soit convaincante pour le peuple et pour laquelle il est capable de sacrifier sa vie. Son remplacement par un décor libéral-démocrate et nationaliste n'a fait que camoufler le pouvoir de l'argent, corrompant ainsi toutes les branches du gouvernement. Et c'est le pouvoir de la monnaie extérieure, qui est imprimée en quantité illimitée par la Réserve fédérale américaine, la BCE, les banques d'Angleterre et le Japon. Pour que ce pouvoir soit absolu, ils maintiennent les banques centrales de la CEI sous un contrôle constant.

 

L'essentiel est de savoir qui contrôle vos finances...

 

Il est surprenant que de nombreux dirigeants, même dans les grands pays en développement, soient incapables de comprendre les mécanismes monétaires de la domination extérieure des États-Unis. J'ai averti la présidente brésilienne Dilma Rousseff que la politique de surévaluation des taux d'intérêt et de libéralisation de la réglementation des changes menée par la Banque centrale entraîne une contraction des investissements et de l'activité commerciale et un transfert du contrôle de l'économie aux sociétés américaines, ce qui entraînera inévitablement une baisse des revenus des travailleurs et la création de conditions propices à un coup d'État. Malheureusement, c'est ce qui s'est passé. La politique monétaire menée dans la CEI entraîne des conséquences similaires.

 

Une fois, lorsque j'étais ministre des relations économiques extérieures, j'ai essayé d'ouvrir le marché brésilien aux produits russes de haute technologie. Autour d’un verre de rhum local, mon contact m'a expliqué clairement qu'avec tout son désir de le faire, cela ne fonctionnerait pas en raison de la politique du personnel des services spéciaux américains en Amérique latine. Ils permettent aux premières personnes des États de faire n'importe quoi, à condition que les chefs des banques centrales et les ministres des finances recommandés soient nommés par eux. Et plus les conséquences de leur politique monétaire sont graves, plus ils reçoivent des éloges enthousiastes de la part du FMI et des médias mondiaux. On peut lire comment y parvenir dans le brillant livre de John Perkins, The Confession of the Economic Killer.

 

Dans les conditions de la crise mondiale actuelle, à l'exception du Brésil, seule la CEI a encore une politique monétaire conforme aux recommandations du FMI. Il s'agit essentiellement de la destruction des sources nationales de crédit par la surestimation des taux d'intérêt et la réduction des mécanismes bancaires de refinancement des investissements, ainsi que de la déstabilisation permanente du système monétaire par la libération de la monnaie nationale en flottement libre. En l'absence de restrictions sur les flux de capitaux transfrontaliers, cela suffit à établir un contrôle sur le marché des changes par les fonds spéculatifs américains, et pour les sociétés occidentales ayant un accès illimité au crédit bon marché - sur le secteur réel de l'économie nationale. Ainsi, dans la Fédération de Russie aujourd'hui, la moitié des actifs industriels sont contrôlés par des non-résidents, tandis que le rouble est devenu la monnaie la plus instable des pays du G20.

 

Cinq années de cette politique monétaire dans la CEI ont conduit à la stagnation de l'économie, à la baisse des revenus de la population et au déclin de l'autorité. C'est la principale raison sociale et économique des protestations en Biélorussie. Après que sa banque centrale ait suivi la politique russe décrite ci-dessus, le miracle économique s'est arrêté là. Si, auparavant, la Biélorussie était en tête en termes de taux de croissance économique dans l'espace post-soviétique, dépassant presque deux fois la production réalisée dans la RRSS, elle a occupé ces dernières années la dernière place en termes de taux de croissance du PIB dans la CEEA.

 

Alexandre Loukachenko a réussi à créer son propre miracle économique. Sans pétrole, gaz, minerai, tchernozem et ressources halieutiques, l'économie biélorusse s'est développée avec succès grâce à l'exportation de machines et de produits agro-industriels. Les relations de partenariat avec la Russie, avec laquelle la Biélorussie possède un État de l'Union et un marché commun, ont joué un rôle majeur dans ce processus. Cependant, ces dernières années, suite aux recommandations des institutions financières de Washington, l'économie biélorusse a perdu son avantage le plus important dans l'espace post-soviétique - un crédit intérieur développé. La réduction des mécanismes de refinancement des activités de production par la Banque centrale a placé nos frères dans une dépendance totale vis-à-vis des sources extérieures de demande et d'investissement. Aucune machination avec les réexportations de produits ukrainiens et européens ne pourrait compenser la perte de crédit intérieur, ce qui saperait la relation de confiance avec le partenaire principal.

 

Aujourd'hui, il est douloureux de voir la jeunesse biélorusse, stupéfaite par l'influence occidentale, essayer de sacrifier son avenir pour plaire aux marionnettistes occidentaux. Des grèves absurdes dans les entreprises d'État, des revendications de pouvoir sans fondement des marionnettes polono-lithuaniennes, les successeurs idéologiques de Pilsudsky, entraînent la Biélorussie sur la voie du désastre ukrainien. Les erreurs de la politique monétaire sont faciles à corriger et il existe encore un potentiel de production pour ramener l'économie biélorusse sur la trajectoire d'une croissance économique avancée. Mais cela ne suffira plus. Il est nécessaire de prendre des mesures pour améliorer la conscience du public. Et pas seulement en Biélorussie, où l'autorité était beaucoup plus élevée que dans les États post-soviétiques voisins.

 

Pour ne pas déborder de Minsk à Moscou...

 

Le rétablissement de la conscience publique ne peut se faire en l'absence d'une idéologie partagée par le peuple. Même en Biélorussie, où la lutte contre la corruption est systématique, où le gouvernement mène une politique cohérente dans l'intérêt de l'augmentation de la production et du bien-être des citoyens, où les garanties sociales et l'ordre public sont maintenus et où la confiance dans les autorités est remise en question, la déstabilisation politique dans d'autres États post-soviétiques n'est qu'une question de temps et d'influence extérieure.

 

Heureusement, la principale menace extérieure pour nous s'affaiblit rapidement à mesure que l'influence internationale diminue et que le chaos s'accroît aux États-Unis. Mais avec la perte de la domination économique dans le monde, l'élite dirigeante américaine devient de plus en plus agressive, cherchant à la compenser par une exploitation accrue de la périphérie. La dévastation des pays saisis par les marionnettes américaines - Irak, Libye, Ukraine, Géorgie et Brésil - devient totale. L'escalade de la guerre commerciale contre la Chine et de la guerre financière contre la Russie a largement dépassé les limites du droit international. Suite à la saisie par le Trésor américain du contrôle des avoirs en aluminium de la Fédération de Russie, à la saisie des comptes de milliers de nos citoyens, nous devons nous attendre à une confiscation massive des avoirs russes et biélorusses sous juridiction anglo-saxonne, y compris offshore. Les cyberattaques de la NSA américaine contre les infrastructures d'information, d'énergie et de gestion vont s'intensifier. La situation en Biélorussie indique la mobilisation des services spéciaux américains pour s'ingérer directement dans les affaires intérieures de nos pays, et l'affaiblissement par Washington du cadre juridique de la sécurité internationale - la préparation à une agression militaire.

 

Selon la théorie des longs cycles de développement économique mondial, l'escalade de la guerre hybride de la part des États-Unis se poursuivra jusqu'au milieu des années 20, lorsque le centre du développement économique mondial se déplacera enfin vers l'Asie du Sud-Est. Les principales batailles de cette guerre hybride, dans laquelle l'ennemi a déjà occupé l'Ukraine, la Géorgie et les États baltes, sont encore à venir. Sans la formation d'une idéologie nationale qui assure le soutien du gouvernement par le peuple, il sera impossible de se tenir sur le front principal - celui de l'information - de cette guerre. La construction de simulateurs de patriotisme et de grande puissance, dont s'occupent les technologues politiques de la cour, n'est qu'une imitation, pour ne pas dire un discrédit de cette tâche.

 

Les tentatives de l'administration Eltsine de proposer une idée nationale n'ont pu que susciter le sarcasme. Le régime d'Eltsine ne pouvait compter que sur la haine et le mépris des masses, ayant sapé le fondement de la conscience publique russe - le désir de justice sociale. Depuis lors, cependant, la stratification sociale de la société n'a fait que s'intensifier. Les ascenseurs sociaux ont pratiquement cessé de fonctionner. Les intentions déclarées des dirigeants politiques de la Fédération de Russie de développer l'économie sont sabotées, les revenus de la population diminuent et la confiance dans les autorités s'effrite. Dans ces conditions, les belles déclarations ont cessé de fonctionner. La population ne peut croire qu'en des cas concrets qui démontrent clairement l'intention des autorités de rétablir la justice sociale et de créer des conditions réelles pour l'épanouissement créatif des citoyens dans des activités productives.

 

L'opportunisme économique et la théorie scientifique indiquent depuis longtemps aux autorités comment s'y prendre. Voici une liste des mesures les plus évidentes qui créent en même temps les conditions du développement économique et de la restauration de la justice sociale : arrêt de l'exportation de capitaux et de la corruption pure et simple lors de la passation de commandes et de contrats gouvernementaux importants ; imposition de la spéculation sur les devises ; introduction d'un barème d'impôt sur le revenu réel et non pas imité ; déploiement de mécanismes de crédit pour les activités d'investissement et de production ; rétablissement de paiements adéquats pour la pollution de l'environnement ; retrait des rentes naturelles dans les revenus de l'État Tout cela peut être fait d'ici la fin de l'année et sortir l'économie de la crise sur la trajectoire d'une croissance économique supérieure à la moyenne, en réalisant la percée tant attendue dont parle le président russe.

 

Toutefois, s'il est évidemment souhaitable de mettre en œuvre ces mesures, même si elles sont attendues depuis longtemps, sans justification idéologique, ce ne sera pas facile. Et ce ne sera pas suffisant. Nous devons prendre un virage décisif vers le nouvel ordre économique mondial, dont la base idéologique est une combinaison d'idées de justice sociale, d'efficacité économique, de valeurs morales traditionnelles et de respect de la nature et de l'homme.

 

Ce mode économique mondial, que nous appelons intégral, s'est maintenant formé en Chine sur la base d'une synthèse de l'idéologie socialiste et de l'auto-réalisation créative de l'individu dans les activités productives, de la planification stratégique centralisée et de la concurrence du marché, du contrôle de l'État sur la circulation de l'argent et de l'entreprise privée. L'État agit comme un intégrateur de divers groupes sociaux et comme un conducteur harmonisant la production et les relations sociales sur la base du critère de croissance du bien-être public. Un tel système de relations sociales et économiques, mais sur une base politique démocratique, est actuellement en cours de formation en Inde. Ses éléments clés peuvent être observés dans d'autres pays d'Asie du Sud-Est qui connaissent le succès.

 

Les avantages du mode économique mondial intégré par rapport au mode impérial qui a dominé l'époque historique sortante se sont clairement manifestés dans le miracle économique de la Chine, la croissance supérieure de l'Inde, l'essor des pays de l'AESAN et le développement réussi du Japon et de la Corée du Sud avant cela. Il ne fait aucun doute que dans les deux prochaines décennies, ce mode économique mondial se répandra partout et que le centre du développement économique mondial se déplacera vers l'Asie du Sud-Est.

 

Nous avons besoin d'une alternative.

 

Les valeurs de justice sociale et de solidarité nationale sont l'impératif idéologique qui lie les contours reproductifs de l'ordre mondial intégré.

 

L'argent est considéré comme un instrument au service des processus de reproduction et de développement économique. Le système bancaire est soumis aux objectifs de financement des investissements dans le développement de la production. La régulation de l'économie est conçue pour stimuler la croissance de la production et le bien-être public sur la base d'une augmentation progressive de l'efficacité économique au détriment de la STP. Tous ces principes, y compris les règles d'émission et de circulation de la monnaie, la réglementation monétaire et le contrôle financier, sont fixés dans la législation. Ainsi que les normes de responsabilité du pouvoir exécutif pour les résultats du développement socio-économique.

 

A une époque, pour la construction de l'idéologie créative moderne, l'auteur a formulé le concept de synthèse sociale-conservatrice. Il s'agit d'une combinaison de valeurs spirituelles socialistes et traditionnelles dans l'intérêt de la survie et du développement durable de l'humanité. Hélas, elle n'a été acceptée ni par l'internationale socialiste ni par l'autorité sacrée. Mais elle a été soutenue par l'élite productive de la société lors du vote pour l'Union patriotique populaire "Mère patrie" en 2003. Il n'y a pas d'autre alternative idéologique à la culture actuelle du veau d'or.

 

La pertinence du concept de synthèse sociale-conservatrice est confirmée par le triomphe de la "quatrième théorie politique" d'Alexandre Douguine, selon laquelle il est nécessaire de repenser l'histoire politique à partir de nouvelles positions, au-delà des clichés idéologiques habituels et des vieilles idéologies - libéralisme, conservatisme, monarchisme, traditionalisme, fascisme, socialisme et communisme, sur la base d'approches convergentes. La justesse de Douguine est confirmée par l'influence croissante des partis populistes en Europe, dont l'idéologie combine des idées de gauche (socialistes) et des valeurs de droite (conservatrices).

 

Comme on le sait, les idées dominent le monde. Mais d'une part - dans les conditions de la société éclairée actuelle, elles doivent être constructives et prouver concrètement leur efficacité. D'autre part, l'élite au pouvoir devrait les mettre en œuvre de manière cohérente. Le temps des techniques démagogiques et de l'imitation de l'activité orageuse est révolu. Pour arrêter le chaos croissant et mettre fin à la corruption de l'État, pour empêcher la guerre croissante de tous contre tous, il est nécessaire de transformer le pouvoir. L'axe de cette transformation doit être la légalisation du mécanisme de responsabilité des autorités envers la société. Exécutif - pour améliorer le niveau et la qualité de vie de la population. Judiciaire - pour des décisions justes et légales. Information - pour une couverture objective de la réalité. Législatif - pour maintenir ces mécanismes de responsabilité de toutes les branches du pouvoir.

 

Les réformes politiques nécessaires à cet effet viennent de commencer avec l'adoption d'amendements à la Constitution. Il est clair que cela ne suffit pas. Les événements  en Biélorussie montrent clairement que notre élite dirigeante ne répond pas aux exigences de l'époque. Les réponses à ces défis ne peuvent pas être universelles pour tous les États du monde. Mais ils peuvent se combiner et se compléter pour former un nouvel ordre mondial dans l'espace post-soviétique.

 

 

Sergey Glazyev

http://www.glazev.ru

Sergey Yurievich Glazyev (né en 1961) - éminent économiste, homme politique et homme d'État russe, membre de l'Académie des sciences de Russie. Conseiller du président russe sur les questions d'intégration eurasienne. Un des initiateurs, membre permanent du Club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Sergey Glazyev : une leçon de la Biélorussie (Club d'Izborsk, 25 août 2020)
Lire la suite

Alexander Dugin: The Assassination of General Soleimani in the Context of the Apocalypse

24 Août 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Politique, #Russie, #Iran, #Guerre, #Philosophie

Alexander Dugin:  The Assassination of General Soleimani in the Context of the Apocalypse

Alexander Dugin

 

The Assassination of General Soleimani in the Context of the Apocalypse 

 

https://www.geopolitica.ru/en/article/qasem-soleimani-martyr-multipolar-world-and-new-geography-great-war-continents

 

 

The assassination of General Qasem Soleimani, commander of the Al-Quds special forces of the Islamic Revolutionary Guard Corps, on January 3rd, 2020 by American missiles was a distinct moment marking a completely new state of affairs in the alignment of forces in the Middle East. 

 

Insofar as the Middle East is a mirror of global shifts in world geopolitics, this event is of an even larger-scale dimension which concerns the world order as a whole. It is no coincidence that many observers interpreted the death of General Soleimani, a hero of the fight against ISIL in Syria and Iraq, as the beginning of a Third World War or in the very least of a US war against Iran. The Iranian missile attack on two American military bases in Iraq on January 8th, 2020, it would seem, confirms this analysis: Soleimani’s death is the starting point of the “final battle.” This is precisely how this event has been perceived in the Shiite world, where expectations of the end of the world and the coming of the Mahdi, the Savior promised at the end of time, are so strong that they affect not only their religious worldview, but also the analysis of everyday political and international events. Shiites see the end of the world as “final battle” between the supporters of the Mahdi and his opponents, the forces of Dajjal. The Mahdi’s supporters are believed to be Muslims (both Shiites and Sunnis, but with the exception of such currents as the Wahhabis and Salafis, who are recognized as extremists, “heretics”, and “takfiri”), while Dajjal, the Islamic Antichrist, is steadily associated with the West, first and foremost the United States of America. The majority of prophecies say that the final battle will take place in the Middle East, and that the Mahdi himself will appear in Damascus. The figure of the Mahdi can also be found among the Sunnis, but if Shiites believe such to be the appearance of the “hidden Imam” who remains alive but “hidden” to this day, then Sunnis interpret the Mahdi to be the leader of the Islamic world to appear in the end times to wage decisive battle against Dajjal, in which the majority of Sunnis see the materialist and atheistic civilization of the modern West and, accordingly, American hegemony as the most aggressive vanguard of the West. 

 

This region is also directly implicated in other apocalyptic accounts specific to other religions. Religious Israelis (Haredim), for instance, are expecting the coming of the Messiah in Israel, with which the Temple of Jerusalem, the Third Temple, will be rebuilt. The appearance of the latter is obstructed by the al-Aqsa Mosque located in Jerusalem on the site where the Second Temple was located. Extreme Jewish sects, such as the “Temple Mount Faithful”, have repeatedly tried to build a tunnel under the Holy Mount to blow up al-Aqsa. This naturally lends the Arab-Israeli conflict a special dimension. It is telling that the murdered General Soleimani headed the division of the Islamic Revolutionary Guards Corps called “Al-Quds”, which means “Jerusalem” and whose main goal is to prevent the Israelis from beginning to build the Third Temple, and to liberate the Holy Land from the Zionists. This, in turn, according to the beliefs of Muslims, should take place just on the eve of the end times. 

 

In the US, enormous influence is wielded by extreme evangelical sects which, in the spirit of “Christian Zionism”, interpret events in Middle Eastern politics as a prelude to the “Second Coming of Christ”, where the “enemies of Christ” are held to be the “armies of King Gog” from the “country of the North”, which evangelists traditionally associate with Russia. Indeed, Russia is actively operating in Syria and is strengthening its influence throughout the whole region. 

 

If we put all of this together, then the picture at hand is extremely ominous: the murder of Soleimani falls in this context of apocalyptic expectations and is being interpreted by many as the starting point of Armageddon, or in the very least as an analogue to the assassination of Archduke Ferdinand in Sarajevo which sparked the beginning of the First World War.

 

Thus, the assassination of General Soleimani and Iran’s retaliatory attacks on American bases are highly radical events charged with fundamental meanings and fraught with hard-to-predict consequences. 

 

Multipolarity vs. Unipolarity 

 

Given the magnitude of the significance of the events which have already taken place at the very outset of 2020, it is important to begin their analysis with the larger general context in mind. This context is defined by the world system’s transition from the unipolar world which took shape in the late 20th century under the unambiguous domination of the West (specifically, the US) to a multipolar one, the contours of which have become increasingly clear in relation to Putin’s Russia’s return to history as a sovereign and independent force and with American-Chinese relations’ aggravation to the point of of trade war. 

In his pre-election campaign, President Trump himself promised voters that he would refuse interventions and would curtail the policies of neo-imperialism and globalism, a point which made him a potential supporter of the peaceful transition to multipolarity. But with his decision to assassinate Soleimani, Trump completely negated this possibility and once again confirmed the US’ place in the camp of those forces which will fight desperately to preserve the unipolar world. In these actions, behind Trump’s back have peeked out those American Neocons and Christian Zionists leading events towards the final battle. But this battle - whether it will begin now or somewhat later - will already be unfolding in new conditions: Russia’s successes in international politics, the impressive rise of the Chinese economy, as well as the gradual rapprochement between Moscow and Beijing have made the multipolar world a reality, thus presenting all other countries and civilizations - including large ones like India as well as regional leaders such as Iran, Turkey, Pakistan, the countries of the Arab world as well as Latin America and Africa - with the possibility of choosing their place in this antagonistic construction: either standing (remaining) as satellites of the West (which is to say swearing fealty to agonizing unipolarity), or standing on the side of the multipolar world and seeking their future in this context. 

 

Donald Trump’s Suicide 

 

A fundamentally new situation has developed around the tragic events in Iraq of January 3rd, 2020: General Soleimani, murdered by the Americans, was an organic part of the multipolar world and represented in this balance of forces not only the Islamic Revolutionary Guard or even Iran as a whole, but all supporters of multipolarity. In his place could just as well have been a Russian soldier unfoundedly accused by the US of participating in the reunification with Crimea or the conflict in Donbass, a Turkish general proving himself in the fight against Kurdish terrorists, or a Chinese banker dealing substantial damage to the American financial system. Soleimani was a symbolic figure of multipolarity, killed by the advocates of unipolarity beyond all norms of international law. 

 

By deciding to liquidate Soleimani, Trump acted from the position of purely unipolar power - “thus I have decided, so shall it be” - without heeding the consequences, the risk of war, or the protests of all other sides. Like previous US presidents, Trump acted in accordance with the following logic: only the US can single-handedly label the “bad guys” or “good guys” and act towards the “bad” as it sees fit. Theoretically, Putin, Xi Jinping, or Erdogan could just as well be called “bad guys”, and then the only question would be whether they are capable of defending themselves with the available means of defense, including against coup d’etats (as Erdogan has already faced) or “color revolutions” (which Iran is constantly facing and which, with the aid of the “fifth column” of liberals, the West is constantly trying to incite in Russia). Trump himself convincingly and harshly criticized such policies on the part of previous administrations, both Republican and Democratic, but in deciding to murder Soleimani, he has shown that he is no different from them. 

 

 

This is a very important moment in the transition from unipolarity to multipolarity. Trump represented the hope that this transition might be realized peacefully, in which case the US would not be its enemy, but a full participant, a position which would theoretically allow it to significantly strengthen its standing as a leading force in the context of multipolarity and secure its privileged place in the multipolar club as a whole. These hopes collapsed on January 3rd, 2020, after which Trump became an ordinary American president like all the rest - not worse, but not better. He confirmed the US’ status as an agonizing imperialist dragon that is mad, malicious, and still dangerous, but having no chance to avoid the “final battle.” After this, Trump has crossed out both his own future and the future of the US as a pole in the multipolar world. In so doing, he has signed America’s death sentence for the future. 

For the multipolar world growing in strength, the US is no longer a subject of the process, but an object, just as Trump, by assassinating Soleimani, treated not only Tehran but also Baghdad, Ankara, Moscow, and Beijing as “objects” representing mere obstacles to the reinforcement of American hegemony. This means war, since the clash of unipolarity and multipolarity is a battle for the status of being a subject. Today there cannot be two such subjects; there can either be only one, as Trump has tried to insist upon again, or more than two, which is the basis of the strategies of Russia, China, Iran, Turkey, and all others who accept multipolarity. 

 

The Success of the Multipolar Powers and the New Balance of Forces: The End of America

 

This analysis of the global balance of forces dramatically sharpens the whole structure of world politics, because it takes the situation back to the politics in the spirit of George W. Bush, Obama, or Hillary Clinton. Trump, who so sarcastically mocks Hillary, has today appeared in her attire in the role of bloody globalist witch. But the events of recent years - the strengthening of Russia’s positions in the Middle East and its especially striking successes in Syria, Russia and China’s rapprochement and the convergence between the One Belt One Road integration project with Putin’s Eurasian strategy, and even Trump’s previous steps towards avoiding direct confrontation which allowed for the strengthening of multipolar forces in the Mediterranean (where the most important role has been played by the rapprochement of positions between Putin and Erdogan) - have already irreversibly changed the balance of forces. First and foremost, this is the case on the territory closely adjacent to the realm of Armageddon as unanimously, albeit with different signs, recognized by all types of political apocalypticisms. 

 

The development of events inevitably following the murder of General Soleimani will see the confrontation between, on the one hand, the US and the West alongside their regional proxies such as Israel, Saudi Arabia, and some of the Gulf states, and on the other the multipolar powers of Russia, China, Iran, Turkey, and others, taken to a new level. The US is using the policy of sanctions and trade war against its opponents such that an ever larger percentage of humanity is ending up under American sanctions, and not only in Asia, but in Europe as well, where European companies (primarily German ones) have been sanctioned for participating in the Nord Stream project. This is a manifestation of the arrogance of American hegemony, which treats its “supporters” as lackeys and manages them with physical punishments. The US does not have friends, it has only slaves and enemies. In this state, the “lone superpower” is heading towards confrontation, this time virtually with the whole rest of the world. At any given opportunity, today’s “slaves” will, without a doubt, seek to evade the inevitable reckoning for their unipolar collaborationism. 

 

Washington has not learned any lessons from the will of the American people who elected Trump. The people did not vote for continuing the policies of Bush/Obama, but against them, for their radical rejection. The American (and, more broadly, the globalist) elites have not taken this into account, instead writing everything off as the machinations of “Russian hackers” and “bloggers.” And now, with Trump once again partially extending his hand towards the aggressive globalist elite that has lost all sense of rationality, the American “silent majority” is left with only one option: to totally turn away from the American government. If even Trump ended up becoming a toy in the hands of the globalists, then this means that the legal methods of political struggle have been exhausted. In the mid-term perspective, the murder of General Soleimani will be felt in the beginning of fully-fledged civil war in the US itself. If no one expresses the will of society, then society itself will enter into a special mode of passive sabotage. This is what should be expected in the US. If not Trump, then the American people, fully in the spirit of their cultural and political traditions, chooses multipolarity, then this will be not with the state, but against the state “hijacked” by the globalist elite which even the first person in the White House is not up to opposing. The murder of Soleimani means the end of America. 

 

The Unipolar Camp is in Deep Crisis 

 

The US’ European partners are hardly ready for any sharp confrontation with the multipolar club. Neither Merkel, who has received another slap for Nord Stream, nor Macron besieged by the Yellow Vests and now understanding in one way or another that populism will have to be faced (hence his “special position” on Russia and projects for creating a European Army), nor Boris Johnson, who has just now managed to wrest Britain from the suffocating swamp of the liberal EU (and is hardly likely to so quickly exchange his hard-won, albeit relative sovereignty for new slavery to the American madmen who have lost any and all sense of realism), are burning with desire to jump into the fire of a Third World War fanned by Washington and to be incinerated there without a trace. NATO is crumbling before our very eyes around Turkey, which no longer supports the US in virtually anything in the Middle East or the Eastern Mediterranean (which the Turks call the “Blue Homeland”, Mavi Vatan), which is to say its own area of sovereign control. Also unconditional and completely irrational - or, one might say, desperate and even provocative - is Washington’s support for Israel in undermining relations with the Arab, and more broadly, the Islamic world. At the same time, Trump is reducing the US’ alliance with Saudi Arabia to a financial deal, which is not a hopeful basis for any fully-fledged alliance, for which the US is altogether genetically incapable. 

 

Thus, the US is entering into a Third World War between agonizing unipolarity and steadily strengthening multipolarity in conditions which are much worse even in comparison to those of the previous administration. In these circumstances, Trump still has to be re-elected, all the while as those who pushed him to kill Soleimani will still try to take him down for doing so. After the assassination of Soleimani, both war and peace only undermine Trump’s position. The assassination of Soleimani was a fatal decision which will destroy him. The positions of those European right-wing populists who supported this suicidal gesture of Trump’s have also been substantially weakened. The point is not even that they have chosen America’s side, but that they have taken a stand for dying unipolarity - and this can ruin anyone. 

 

The New Prospects of the Multipolar World 

 

Against this backdrop, the countries which have fallen under sanctions, first and foremost Russia, China, and Iran itself, have already learned to live under these conditions and responded with the development of their own strategic arms (Russia), economic structure (China, including beyond its own territory in the context of the enormous space of the One Belt One road project), independent energy (Iran), and independent regional geopolitics (Turkey). Now all that remains is redistributing among the members of the multipolar club the strongest trump cards, and multipolarity will become a genuinely serious and relatively invulnerable opponent. The stronger this adversary is, the more chances there will be to avoid a Third World War in its hot phase and wait out for the collapse of unipolarity, which will inevitably come on its own. 

 

A number of the consequences of the assassination of General Soleimani are already clear. Iran has declared the Pentagon to be a terrorist organization alongside ISIL, and this means that the same thing that happened to General Soleimani could happen to any American soldier. Since there was no response to the missile attack on American bases in Iraq, Iran will be fully confident in its combat effectiveness and will begin to develop weapons with renewed vigor, and primarily relying on Russia. It is important that in these circumstances Iran has already declared its withdrawal from the treaty on its development of nuclear weapons - after all, it has nothing to lose. Another Islamic state, Pakistan, already has nuclear weapons. So does another regional opponent of Iran: Israel. Tehran no longer has any grounds for further dealings with those whom it officially considers “terrorists.” 

 

Also of importance is the position of Iraq, where Shiites constitute the majority. For the whole Shiite world, General Qasem Soleimani was an undisputed hero. Hence the Iraqi parliament’s demand for the immediate withdrawal of all American troops from Iraqi territory. Of course, a democratic parliamentary decision is absolutely not enough for the cynical American killers - they will be wherever they consider it necessary and wherever they have something to profit from. But this means the beginning of a general anti-American mobilization of the Iraqi population - not only of Shiites, but Sunnis as well, who are radically anti-American (hence why many Sunni supporters of Saddam Hussein joined ISIS, believing that they were fighting against the Americans with whom the Shiites had come to make a deal). Now everyone, both Iraqi Shiites and Iraqi Sunnis, are demanding the withdrawal of American troops, since now virtually the whole population of Iraq, excluding some of the Kurds whom the US has in turn recently cynically betrayed anyway, is ready to begin an armed struggle against the occupiers. This is already a lot, but Iraq might also rely in its anti-American war on Russia and partially on China, which together represent the columns of multipolarity, as well as Iran and Turkey. 

In this situation, Russia’s position is key: on the one hand, Russia is not involved in regional contradictions between states, ethnoi, and religious currents, which makes its position objective and its aspiration for peace and the restoration of the sovereignty of Iraq sincere and consistent; on the other hand, Russia wields a significant level of armaments for supporting the Iraqis’ war for freedom and independence (as has been done in Syria, where Russia has demonstrated all of its effectiveness, or as is now happening in Libya). Iraq is now becoming the main platform of world politics, and once again we are dealing with a most ancient civilization, with the heart of the Middle East, with that land which, according to Biblical geography, was once “paradise on earth” and has today been turned into the opposite. 

Now the most important thing in these circumstances is to take advantage of what, from a global point of view, should be considered Trump’s “fatal mistake.” The assassination of General Soleimani does not improve the US’ positions, but rather rules out a peaceful scenario of transition towards multipolarity and deprives Trump of any chances whatsoever for the successful, long-term reform of American politics. The situation of Israel, which has been held hostage by a total hatred of all surrounding peoples, is becoming extremely problematic. When Israel’s existence depends not on a complex balance of forces, but on only one camp which is rapidly losing its dominance, then its situation becomes extremely risky. Israel, as a too hasty and pseudo-messianic project created by pro-Western nationalists who resolved to not wait for the Messiah but instead to replace his arrival with their own voluntarism, is likely to fall victim to the death of the unipolar world order - and for this it has to “thank” Trump as well as the extreme Israeli right which has pushed it towards such suicidal steps. 

 

Russia is Persevering and Winning 

 

What about Russia? Russia was in no hurry to unambiguously take Iran’s side, while in Iran itself part of the elite preferred to negotiate with the US and avoid rapprochement with Moscow. In both powers, Russia and Iran, the “sixth column” has acted in tandem in trying by any means to break the Moscow-Tehran axis and prevent a tight Russian-Shiite alliance which, despite everything, has taken shape in Syria, where the Iranians (under General Soleimani) and Russians have fought side by side against extremists objectively playing into the hands of the unipolar world. Such attempts will surely continue, and the globalists will try to use the “fifth column” in Iran in a “color revolution” strategy to overthrow the conservatives and plunge Iran into the chaos of civil war. The West is also certainly ready to launch the same scenario in Russia, and this is becoming evermore relevant as we approach the end of the final term of Putin, who represents the main pledge to Russia’s sovereign and multipolar politics. 

 

The unipolar world is doomed, but it would be foolish to hope that it will give in without a fight. Moreover, the murder of General Soleimani rules out a peaceful scenario for the future, as Trump and Washington can no longer be expected to voluntarily agree to this change in world order and, as follows, to agree to recognizing the subjectivity of any power besides the US.

 

The only thing that remains for the powers of the multipolar world - Russia, China, Iran, Turkey, Iraq, and all others - is to force all those who are desperately opposing multipolarity to accept multipolarity. After all, this is not forcing anyone to accept Russian or Chinese domination. This is how multipolarity differs from unipolarity. The multipolar world leaves everyone with the right to build the society which they want with the values which they choose. There are no universal criteria here; no one owes anyone anything except respect for their right to strengthen their own identity, build their own civilization (whether someone likes it or not), and to live in their own (not someone else’s) future. Compulsion towards multipolarity sacrifices only the unipolar world, American hegemony, and totalitarian liberal ideology along with its capitalist system as universals. The West can remain liberal and capitalist as long as it likes, but the borders of this ideology and economic system, so toxic for other cultures, should be strictly defined. This is what the struggle underway is for - the struggle in the name of which the martyr of the multipolar world, the hero of the Resistance, the great Iranian General Qasem Soleimani, gave his life. 

Lire la suite

Alexandre Douguine a qualifié la mort de Soleimani de la meilleure chose qui puisse arriver à un homme (5/01/2020)

24 Août 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Politique, #Religion, #Guerre, #Iran

Alexandre Douguine a qualifié la mort de Soleimani de la meilleure chose qui puisse arriver à un homme (5/01/2020)

Alexandre Douguine a qualifié la mort de Soleimani de la meilleure chose qui puisse arriver à un homme.

 

5 janvier 2020

 

https://vestikavkaza.ru/news/Aleksandr-Dugin-nazval-smert-Suleymani-luchshim-chto-mozhet-proizoyti-s-chelovekom.html

 

Alexandre Douguine a qualifié la mort de Soleimani de la meilleure chose qui puisse arriver à un homme.

Le général Soleimani a vécu comme un héros, s'est battu comme un héros et est mort comme un héros. Et il s'est battu contre Dajal et le rock - c'est ainsi que le personnage public, philosophe et politologue russe Alexandre Douguine a commenté la mort du général iranien Qassem Soleimani sur son compte Facebook.

 

"Une vie exemplaire, une fin exemplaire. On l'appelle le sublime, le "sublime" perdu, la base de l'esthétique. Il est important non seulement de vivre correctement, mais aussi de mourir correctement. C'est un véritable art. Pour lutter contre la racaille mondiale et mourir comme un guerrier. Voici le logos iranien - Les Fils de la Lumière se battent contre les Fils des Ténèbres. Il ne s'agit pas seulement de gagner, il s'agit de se battre du bon côté. C'est à lui qu'appartient la vraie gloire - la lumière subtile de Khwareno*. Pas de pitié, pas de chagrin - un exemple parfait, le meilleur qui puisse arriver à un homme - mourir une arme à la main, après avoir accompli de nombreux exploits, détruire les marionnettes saoudiennes de l'organisation terroriste IGIL interdite en Russie, sauver des amis (la Grande Syrie) et impressionner des ennemis", - a écrit Douguine.

 

"Le plus important dans un avenir proche ne se passera pas en Libye, mais en Irak. Désormais, c'est la terre qui doit être libérée en premier lieu. C'est là que la nouvelle Résistance va naître. De l'esprit du général Soleimani", a ajouté le politologue.

 

Rappelons que le commandant de l'unité spéciale d'Al-Qods, qui faisait partie du Corps des gardiens de la révolution islamique iranien (IRGC), le général Qassem Soleimani, a été tué jeudi lors d'un raid d'hélicoptères militaires américains : il était dans une voiture en provenance de l'aéroport de Bagdad. Le Pentagone a officiellement confirmé son implication dans l'opération spéciale, déclarant que l'action a été ordonnée par le président Donald Trump. La veille du Nouvel An, le 31 décembre, des groupes chiites ont attaqué l'ambassade américaine à Bagdad et à Washington, D.C., en affirmant que l'attaque était organisée par Soleimani.

 

* Ndt: (Perse) Génie symbolisant l’Autorité, la Force et la Splendeur.

Lire la suite

Vitaly Averyanov : Le nombre de manifestants à Minsk est surestimé de 10 à 12 fois et plus. (Club d'Izborsk, 24 août 2020)

24 Août 2020 , Rédigé par POC Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Politique, #Russie

Vitaly Averyanov : Le nombre de manifestants à Minsk est surestimé de 10 à 12 fois et plus.

24 août 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19793

 

 

C'est un crime d'information de faire une erreur non pas de 30 à 40 %, ni de deux, ni de trois fois.

 

La liberté d'expression n'est pas liée au fait que personne n'empêche la diffusion de l'information. La liberté d'expression, c'est que personne n'a le monopole de la diffusion des mensonges.

 

En tant que personne habituée à travailler avec des informations de manière professionnelle, j'ai dû passer beaucoup de temps pour connaître les chiffres réels des manifestants lors des rassemblements en Biélorussie après le 9 août. Je ne parlerai pas en détail de tous les faits d'"exagération" involontaire ou de falsification consciente découverts par moi-même ou par d'autres experts - il y en a eu beaucoup, et ils se sont d'ailleurs transformés en un système de la véritable guerre de l'information elle-même. Cependant, la guerre de l'information dans les premiers jours suivant les élections a été menée principalement par un parti - le parti d'opposition, le second parti, le parti officiel, n'a que lentement craqué. Les médias russes se sont trouvés dans l'ensemble captifs d'une telle situation : de nombreux imprimés jetés par l'opposition agressive faute d'alternative. (Certains opposants à Loukachenko à cet égard ont décidé qu'il était confus et démoralisé - et leurs autres tactiques semblent être basées sur cela).

 

Le fait le plus frappant dans la déformation de faux chiffres est l'action de la stèle « Minsk - la ville des héros » le 16 août. Elle a été décrite par divers médias comme la manifestation la plus importante de l'histoire du pays. Sur les traces des chaînes d’information, des sites de propagande tels que tut.by et d'autres ont écrit que 100 à 250 000 personnes se sont rassemblées sur la place de la Stèle ce jour-là.

 

L'analyse banale des photos et des séquences vidéo, des séquences avec grossissement, qui permettaient de voir la densité des personnes dans la foule - a immédiatement permis de supprimer ces chiffres comme peu fiables. Je ne m'engage pas à donner des estimations précises, mais, apparemment, il y avait environ 40 000 personnes réunies. Corrigé du manque de qualité de l'enquête, il n'a pas dépassé 60. L'"exagération" a donc été au moins 4 à 6 fois. "Belarusinfo" a donné son évaluation des actions de protestation dans toutes les villes ; à Minsk, elles ont compté 50 000 participants. Mais leurs données n'ont pas été largement diffusées.

 

Cependant, les chiffres de 250 000 ne semblent pas être beaucoup pour ceux qui ont fait les évaluations, et c'est alors que la véritable bacchanale a commencé. Les mêmes canaux et sites, voyant que personne ne réfute leurs mensonges, ont ouvert quelque chose comme une vente aux enchères d'évaluations privées et subjectives des participants aux rassemblements et des observateurs. Qui donnera plus ? Les médias occidentaux et russes, y compris ceux qui sont solides comme ITAR-TASS, ont changé leurs habitudes professionnelles et ont commencé à répéter ces faux chiffres, dont les sources étaient les chaînes d’information des opposants biélorusses. Des titans du journalisme russe tels que "Komsomolskaya Pravda" et "Moskovsky Komsomolets", sans parler du noyau de ressources libérales, sont apparus dans la même rangée. L'urgence de la situation a été renforcée par le fait que le ministère de l'intérieur de Minsk n'a pas donné d'estimation du nombre de manifestants. (En même temps, il a donné une évaluation des personnes rassemblées lors d'un rassemblement de soutien au président, organisé sous le slogan "Pour la Biélorussie ! Ils ont été comptés de 50 à 75 mille).

 

Il convient de noter que certains médias ont également gardé leur neutralité dans cette guerre de l'information non déclarée, et ont écrit sur des "dizaines de milliers de personnes" par manque de données exactes. Par exemple, comme l'a rapporté RIA-Novosti. Cependant, ces médias neutres n'ont pas fait la météo, leurs évaluations ont été noyées dans un flot de mensonges.

 

Qu'y a-t-il dans le résidu sec ? Wikipédia, cette "encyclopédie libre en ligne", qui est censée être accessible à tout utilisateur, a donné lieu à l'article "Protestations en Biélorussie", avec des chiffres "selon diverses estimations" de 400 000 à 500 000 personnes. En même temps, ces "différentes estimations" remontent à une seule source, qui est en soi ridicule - l'agressivement subversive pour le régime de Loukachenko de "l'Euroradio" basé en Pologne. Au même moment, Wikipedia estimait le rassemblement de soutien à Loukachenko à 3 000 ( !) personnes, citant les nouvelles de la RBC, postées avant que la masse principale des manifestants ne vienne sur la place. Les mêmes informations y sont stockées et maintenant, elles ne sont pas corrigées, alors que l'article reste fermé pour libre modération. La question se pose : qui a capturé Wikipédia et qui a nommé le modérateur de cet article ? N'est-ce pas le service de renseignements polonais ?

 

 

 

Un mécanisme similaire a fonctionné hier, le dimanche 23 août. Interfax a repris le chiffre de 250 000 participants à une action similaire à Minsk, reçu de certains médias (pour la plupart les mêmes que le 16 août), et cette nouvelle, comme il y a une semaine, a été immédiatement diffusée sur Internet Gazeta.ru, Ren-TV, Lenta.ru, News.ru et d'autres "chiens" du front libéral.

 

Mais il y a un problème : cette fois, le ministère de l'Intérieur a donné des évaluations officielles, et la télévision biélorusse en a fait état assez rapidement. La différence entre les évaluations était très importante - 12,5 fois. Le rapport est approximativement le même qu'entre mon évaluation de l'action à Stela le 16 août et celle de "Euroradio". Et cette différence en elle-même parle de l'ampleur de la falsification qui est déjà devenue habituelle pour les journalistes et les observateurs engagés.

 

Les informations sur le nombre de manifestants à ces moments-là ont un impact direct sur la situation politique. On sait que la motivation la plus importante pour les jeunes gens d'opposition était le sentiment que "tout le pays s'est levé" et que tout est en même temps avec eux. Ce sentiment était dangereux non seulement parce qu'il réchauffait les émotions, mais aussi pour une autre raison bien plus importante : il servait de confirmation indirecte que Loukachenko n'avait pas du tout obtenu la majorité des voix, qu'il était illégitime, et donc que la protestation était justifiée, étant une véritable expression de la volonté du peuple tout entier.

 

Je pense que la Fédération de Russie doit tirer les conclusions de cette histoire.

 

Le principe psychologique de toutes les révolutions gérées, ingénieusement formulé par une femme ukrainienne : "Ce sont des enfants". Il est quelque peu indécent de punir des individus ou des blogueurs qui prennent leurs désirs pour des réalités. Probablement, nos médias libéraux, tels que Ekho Moskvy, News.ru ou Lenta.ru, devraient également être considérés comme des "enfants". Après tout, ils sont dans une position particulière, comme toute minorité de sexe, de religion ou autre.

 

Mais pourquoi des ressources telles que la ligne d'information Yandex ou les principales agences de presse russes tombent-elles dans la catégorie "ce sont des enfants" ? Pourquoi se joignent-ils à la guerre de l'information du côté du soulèvement, est-ce l'arbitraire d'un rédacteur en chef ou d'un politicien conscient dirigé par quelqu'un ?

 

Quoi qu'il en soit, les médias qui diffusent des données non vérifiées et non confirmées sur le nombre de participants, ainsi que sur d'autres détails importants des actions liées à la lutte politique, devraient être sévèrement punis. Sinon, ils se transforment en instruments directs des révolutions oranges.

 

 

Vitaly Averyanov

http://averianov.net

Vitaly Vladimirovich Averyanov (né en 1973) - Philosophe russe, personnalité publique, directeur de l'Institut du conservatisme dynamique (IDC). Docteur en sciences philosophiques. Membre permanent et vice-président du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Vitaly Averyanov : Le nombre de manifestants à Minsk est surestimé de 10 à 12 fois et plus. (Club d'Izborsk, 24 août 2020)
Lire la suite

The Foggy Dew

23 Août 2020 , Rédigé par Peter Oliver Campbell

Aux fiers Irlandais et à tous ceux qui combattent pour la la dignité de l'homme, pour la justice, pour la liberté et pour leur patrie !

To the proud Irishmen and to all those who fight for the dignity of man, for justice, for freedom and for their country !

 

Pierre-Olivier Combelles

As down the glen one Easter morn to a city fair rode I

There armed lines of marching men in squadrons passed me by

No pipe did hum nor battle drum did sound its loud tattoo

But the Angelus Bell o'er the Liffey's swell rang out through the foggy dew

 

Right proudly high over Dublin Town they hung out the flag of war

'Twas better to die 'neath an Irish sky than at Suvla or Sud-El-Bar

And from the plains of Royal Meath strong men came hurrying through

While Britannia's Huns, with their long range guns sailed in through the foggy dew

 

'Twas England bade our wild geese go, that "small nations might be free";

But their lonely graves are by Suvla's waves or the fringe of the great North Sea

Oh, had they died by Pearse's side or fought with Cathal Brugha

Their graves we'd keep where the Fenians sleep, 'neath the shroud of the foggy dew.

 

Oh the night fell black, and the rifles' crack made perfidious Albion reel

In the leaden rain, seven tongues of flame did shine o'er the lines of steel

By each shining blade a prayer was said, that to Ireland her sons be true

But when morning broke, still the war flag shook out its folds in the foggy dew

 

Oh the bravest fell, and the Requiem Bell rang mournfully and clear

For those who died that Eastertide in the spring time of the year

And the world did gaze, in deep amaze, at those fearless men, but few,

Who bore the fight that freedom's light might shine through the foggy dew

 

As back through the glen I rode again and my heart with grief was sore

For I parted then with valiant men whom I never shall see more

But to and fro in my dreams I go and I kneel and pray for you,

For slavery fled, O glorious dead, when you fell in the foggy dew.

’Sé do bheatha, a bhean ba léanmhar

do bé ár gcreach tú bheith i ngéibhinn

do dhúiche bhreá i seilbh meirleach

's tú díolta leis na Gallaibh.

Chorus:

Óró, sé do bheatha bhaile

óró, sé do bheatha bhaile

óró, sé do bheatha bhaile

anois ar theacht an tsamhraidh.

Tá Gráinne Mhaol ag teacht thar sáile

óglaigh armtha léi mar gharda,

Gaeil iad féin is ní Francaigh ná Spáinnigh

's cuirfidh siad ruaig ar Ghallaibh.

Chorus

A bhuí le Rí na bhFeart go bhfeiceam

muna mbeam beo ina dhiaidh ach seachtain

Gráinne Mhaol agus míle gaiscíoch

ag fógairt fáin ar Ghallaibh.

Hail, oh woman, who was so afflicted,

It was our ruin that you were in chains,

Your fine land in the possession of thieves...

While you were sold to the foreigners!

Chorus:

Oh-ro, welcome home

Oh-ro, welcome home

Oh-ro, welcome home

Now that summer's coming!

Grace O'Malley is coming over the sea,

Armed warriors as her guard,

Only Gaels are they, not French nor Spanish...

and they will rout the foreigners!

Chorus

May it please the King of Prodigy that we might see,

Although we may live but one week after,

Grace O'Malley and a thousand warriors...

Dispersing the foreigners!

David Marshall
I just want to correct this daft notion that the chorus means "Oro you're welcome home." It means nothing of the sort. In spite of what Google translate may tell youThis version of the song is a call to action. A call to arms, to insurrection and to take back the land stolen by foreigners. Let me explain why. The full line of the chorus is: Óró. Is sé do bheatha abhaile (If you are speaking English you could say it as: "o ro iss shay do va-ha awal-ya" but a little bit quickly. Irish is a very contextual language. It depends what you say and when you say it. If you read "aimsire lahreach" in a grammar book, it's probably saying "present tense". If you see exactly the same thing on TV is probably means "weather report". See how different they are. It's the same with this song. "Óró" is grabbing your attention. My granny would often call "Oro a Dáithí". It means everything from  "come here" "pay attention" "heads-up" "mind what you are doing" "look here" and so on. So she was saying: "Pay attention David".... So pay attention you... or just "heads-up"... Óró a thú ... The next word in the written version is the verb/copula: "Is" and it's missing from the song. That's common enough in Irish, because "everyone" knows it should be there.  So the phrase should be "Is sé do".... It is your... beatha,  (do bheatha). There is no English word for this. The nearest would be "livelihood" or "sustenance", even "heritage" - and all of them together. In this case I think it's OK to say it means "birth right".  Now: bhaile is really: abhaile... Meaning "back home".So the whole phrase gets pronounced: o ro iss shay do va-ha awal-ya. But it's too long to fit the metre of the song so we get.: o ro shay do va awal-ya. And all that is quite ok in Irish.  SO THE LINE REALLY MEANS:  Pay attention It's your birth-right back home. The last line of the chorus is especially important: To read it as "now that summer is coming" would be to misunderstand it. In agricultural Ireland, the summer is useless - unless you've already prepared "in the coming of the summer" in March and April. Which is exactly what the line says: Anois (now)...  ar theacht (in the coming of)... an tsamhraidh (the summer). The song goes on to say something like "I was in a bar in some foreign lad when this woman began bemoaning me... Don't you know what's going on back home.... Your birth right is being stolen and sold to foreigners. Because although this is an old song, a little over 100years ago Patrick Pearse re-wrote it to support the planned rising (April 1916). There's nothing about "welcome home" in these lyrics (except for a bit about being more welcome than a hundred cows who were milking (and so especially valuable at a time when a man was considered rich if he had two cows). So to repeat myself, this version of the song is a call to action. A call to arms, insurrection and to take back the land stolen by foreigners. I know lots of versions of this song... and lots of people who still sing it (especially after last year).  And although it's taken me a while to embrace this version, it's one of my favourites now. Great job Sinead.

I was born on a Dublin street where the Royal drums do beat

And the loving English feet they tramped all over us,

And each and every night when me father'd come home tight

He'd invite the neighbors outside with this chorus:

 

CHORUS

So come out you black and tans,

Come out and fight me like a man

Show your wife how you won medals fown in Flanders

Tell them how the IRA

Made you run like hell away,

From the green and lovely lanes in Killashandra.

 

Come let me hear you tell

How you slandered brave Pernell,

How you fought him well and truly persecuted,

Where are the snears and jeers

That that give out a little cheer

When our leaders of sixteen were executed.

 

Come tell us how you slew

Them old Arabs two by two

Like the Zulus they had spears and bows and arrows,

How you bravely faced each one

With your sixteen pound of gun

And you frightened them poor natives to the marrow. CHORUS

 

Allen, Larkin, and O'Brien--

How you bravely called them swine!

Robert Emmett who you hung and drew and quartered!

High upon that scaffold high,

How you murdered Henry Joy!

And our Croppy Boys from Wexford you did slaughter! CHORUS

 

The day is coming fast

And the time is here at last,

When each yeoman will be cast aside before us,

And if there be a need

Sure my kids wil sing, "Godspeed!"

To a verse or two of Steven Beehan's chorus. CHORUS

Lire la suite

Mikhaïl Delyagin : La protestation a résonné en Biélorussie. (Club d'Izborsk, 22 août 2020)

23 Août 2020 , Rédigé par POC Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Politique, #Russie

Mikhaïl Delyagin : La protestation a résonné en Biélorussie.

22 août 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19789

 

 

- Mikhail Gennadyevich, comment expliquez-vous le conflit entre le gouvernement et la société, qui se déroule aujourd'hui en Biélorussie ?

 

- Le conflit entre le gouvernement et une partie de la société est causé par le manque de perspective stratégique dans le pays. D'une part, Alexandre Loukachenko a préservé la civilisation du pays, que nous avons, par exemple, perdue. Nous sommes restés en Biélorussie et nous nous développons en même temps ! - la sphère sociale, l'éducation, les soins de santé, l'industrie, qui selon la théorie et les vues libérales ne peuvent exister dans un pays dont la population est inférieure à 10 millions d'habitants. En conséquence, Loukachenko a préservé le respect de soi des gens, ils ont de la dignité, ils comprennent qu'ils ne sont pas de la poussière sous leurs pieds, qui peuvent être rayés de la vie à tout moment. Les gens comprennent qu'ils ont le droit à la vie, c'est leur pays, où ils ont certains droits - mais Loukachenko n'a pas réussi à garantir ces droits, et ce pour des raisons tout à fait objectives. C'est un petit pays, il ne peut vivre et se développer normalement que dans des conditions de développement de la Russie. Cela ne concerne pas seulement elle, mais tout l'espace post-socialiste, y compris l'Europe de l'Est. Sans développement de la Russie, il n'y a pas de marchés acceptables pour ce monde.

 

- La Biélorussie est donc dépendante de la Russie en ce sens ?

 

- En fait, il y a le mot "Biélorussie" dans la langue russe. Mais cela signifie, hélas, un tracteur. Très bien, mais toujours un tracteur...

 

Et la Biélorussie, la Pologne, la République tchèque, la Slovaquie et toute l'Europe de l'Est. L'Europe de l'Est se meurt parce que ses élites ont abandonné les marchés russes : leurs dirigeants ont décidé qu'il valait mieux pour eux obtenir 20 kopecks à Bruxelles, mais dans la bonne monnaie et sans se soucier du sort de leurs peuples. Et pour qu'ils ne défendent pas leurs droits, qu'ils ne détruisent pas leurs économies et leurs sociétés. Il n'a pas été possible de le faire en Pologne en partie à cause du fort sentiment national et de la population décente, mais dans d'autres pays, c'était possible.

 

La Biélorussie peut se développer normalement tant que la Russie se développe, ce qui constitue un marché en expansion. Et comme la Russie n'est pas engagée dans le développement, un marché en expansion ne fournit pas, par conséquent, une question se pose : quel est le sens de l'économie biélorusse et même de la Biélorussie elle-même ? Quel est son but, quelle est son image de l'avenir ? Comme Loukachenko ne peut pas donner de réponse à ces questions, il commence à perdre contre des personnes qui ont une image attrayante de l'avenir (bien que sciemment fausse, et exposée dans des dizaines d'autres pays - Ukraine, Moldavie, pays d'Asie centrale, tous les pays d'Europe de l'Est sauf la Slovénie). N'ayant aucune image de l'avenir, la sociétébiélorusse, bien sûr, le cherche. Et celui qui offre l'avenir le gagne. Et Loukachenko ne veut pas mentir, donc, naturellement, il perd face à ceux qui sont prêts à mentir.

 

- Quel avenir offre l'opposition ?

 

- L'opposition propose une transformation en Moldavie du Nord. Les travailleurs sont en grève, à quelques exceptions près, non pas parce qu'ils sont si progressistes, mais parce que le directeur veut privatiser l'usine. Il comprend : "Peut-être que personne n'achètera nos tracteurs quand il y aura un rideau de fer entre la Russie et la Biélorussie. Mais même dans ce cas, je vendrai mon usine pour de la ferraille, comme c'était le cas en Ukraine et en Europe de l'Est - et cet argent me suffira pour acheter une maison sur la Côte d'Azur et y vivre parfaitement".

 

- L'élite de la Biélorussie est donc également divisée ?

 

- Très probablement. Regardez, par exemple, Vladimir Makei qui fait une impression sur le leader de l'aile occidentale des autorités biélorusses. Selon le canal  Telegram, il vient de rejoindre le club de golf, qui a été conservé depuis plusieurs générations dans la famille de Nancy Pelosi, la chef des démocrates au Congrès américain. L'adhésion à cette association coûte entre un demi-million et un million de dollars. Nikolai Saakashvili et Arseniy Yatseniuk sont tous deux présents - si ce message est correct, ils ont certainement quelque chose à se dire. Le fait que Loukachenko ne fasse rien à Makei et la façon dont il nous a accusés de tous les péchés mortels juste avant la crise nous fait craindre qu'il ait une fracture dans la tête, et non dans les élites.

 

De nombreux drapeaux biélorusses médiévaux sont apparus sur les manifestations en même temps. Une question enfantine : d'où viennent-ils ? Je me souviens qu'en 1991, mes amis ont cousu un énorme drapeau russe, que la foule a porté dans les rues après le GKChP. C'était un travail difficile, autoritaire, presque catastrophique. Mais d'où viennent les drapeaux ? Le discours selon lequel ils ont eux-mêmes déchiré des draps, peint et cousu... Excusez-moi, mais le samostrok a l'air mal en point. Si ces drapeaux ont été préparés à l'avance, cela signifie que le KGB travaille professionnellement contre Loukachenko.

 

- Alors, les protestations étaient préparées ?

 

- Bien sûr qu’elles l’ont été.

 

- Mais ils n'ont pas de leader évident. L'opposition siège au centre de détention ou est partie.

 

- Étant donné la qualité de l'opposition biélorusse et de l'opposition libérale en général, moins elle est nombreuse, mieux c'est. Il y a des structures qui pourvoient à tout, il y a des contremaîtres, il y a des centurions. Les chefs politiques ne font qu'obstruer - au moins au niveau de Svetlana Tikhanovskaya. Mais la protestation a un noyau organisationnel.

 

En outre, les gens ont un mécontentement croissant : lorsque les gens n'ont pas d'avenir, mais des garanties sociales, ils croient qu'ils auront toujours des garanties et qu'ils amélioreront leur avenir. Nous sommes les classiques des années 1990. La génération qui se souvient de 1992-1994 a en quelque sorte quitté la scène en Biélorussie. Il y a eu des gens qui ne s'en souviennent pas, et ils sont dans notre position de 1990 : pour tout le bien et contre tout le mal. Mais il y a un noyau d'orgie. C'est comme les "gilets jaunes" en France : la manifestation est populaire, les militants sont sincères, mais l'entraînement tactique de certains manifestants, comme le montrent les vidéos, était nettement meilleur que celui des forces spéciales de la police, qui s'y opposaient. Il y a eu une bonne formation ici aussi. Ils ont probablement été formés en Pologne, en Lituanie et en Ukraine. Il est probable qu'un certain nombre d'Ukrainiens de Maidan sont venus apporter leur aide. Si nous les avons qui ont participé à tous les rassemblements libéraux, alors en Biélorussie.

 

- Par exemple, Maksym Shevchenko a déclaré dans une interview à notre journal que Moscou était derrière les protestations.

 

- Bien sûr, nous avons également élu Trump, et maintenant nous élisons Biden. Il y a un point de vue : "s'il n'y a pas d'eau dans le robinet, ce sont les Russes qui l'ont fait", et Vladimir Poutine est responsable de tout. Nous avons également dû renverser Ianoukovitch, et nous avons révolutionné l'Arménie.

 

- Néanmoins, quel est maintenant le rôle de la Russie dans ce cas ? Regardons-nous de l'extérieur ?

 

- Pompes funèbres. Les structures de la politique étrangère russe sont les pompes funèbres les plus luxueuses et les plus nombreuses du monde. Sergueï Lavrov est-il un bon ministre ? C'est un bon ministre. Et regardons ses réalisations en matière de politique étrangère. Il fume très bien devant la caméra, utilise correctement des expressions non censurées. Autant que je me souvienne, lorsque la Géorgie a attaqué l'Ossétie du Sud en 2008, il a dit à "Russie-24" qu'il appellerait désormais Condoleezza Rice pour filmer Saakashvili. Citez ses réalisations diplomatiques, mais pas celles où Poutine mène directement les processus, comme en Syrie et en Crimée. Parlez-moi de la puissance douce, des négociations réussies - peut-être ai-je oublié quelque chose ?

 

Les Polonais construisent actuellement la plus grande base militaire - "Fort Trump". La construction de la base coûte 1,5 milliard de dollars. dit Trump : "Merveilleux, seuls les États-Unis ne veulent pas payer." Et aux dépens de qui les Polonais construisent-ils la base ? Au détriment de la Fédération de Russie, parce qu'un tribunal a déclaré que Gazprom leur devait 1,5 milliard de dollars - ils ont été payés. Et puis les Ukrainiens ont dit que Gazprom leur devait de l'argent, et Gazprom les a payés à nouveau autant qu'ils avaient compté au tribunal. On peut donc comprendre la rhétorique anti-russe de Loukachenko. Tous ceux qui, autour de lui, détestent la Russie, en tirent de l'argent. Et il essaie d'être ami avec la Russie, mais ne fait que se dire : "Alors laissez-moi haïr la Russie aussi, peut-être qu'elle me paiera pour ça, comme ils l'ont fait.

 

- N'avons-nous pas envoyé des subventions en Biélorussie?

 

- Nous en avons envoyé, dans le passé. La signification de la manœuvre fiscale était précisément la destruction de la Biélorussie. Son soutien était assuré, en gros, par une taxe à l'exportation. La manœuvre fiscale visait à ramener ce droit à zéro. En conséquence, Loukachenko est privé de subventions.

 

Pourquoi le prix de l'essence a-t-il augmenté à l'intérieur du pays en 2018 ? La logique du pouvoir libéral : les Russes sauvages ne devraient pas avoir de matières premières de valeur, cela devrait venir des gens décents en Europe et en Amérique. C'est pourquoi la manœuvre fiscale a rendu l'exportation de pétrole extrêmement facile, mais en même temps elle a augmenté les taxes sur la production de pétrole et a rendu la transformation non rentable même après la flambée des prix de l'essence. Cette année, la même chose a été faite avec l'or : la Banque de Russie a refusé de l'acheter aux banques et aux fabricants au prix du marché, ce qui a stimulé sa vente à Londres - et il y a eu une exportation massive d'or de Russie.

 

Mais, si nous prenons la manœuvre fiscale en relation avec les relations russo-biélorusses, c'est la cessation des subventions à la Biélorussie.

 

- La Biélorussie a-t-elle un avenir sans la Russie ?

 

- Personne dans l'espace post-socialiste - pas même dans l'espace post-soviétique - n'a d'avenir sans la Russie, plus précisément sans la modernisation russe.

 

- Mais la modernisation a été retardée quelque part.

 

- La Russie aussi n'a pas d'avenir sans développement. Pensez-vous que les Chinois vont nous laisser la Sibérie et l'Extrême-Orient si nous continuons à nous comporter ainsi là-bas ? Je me souviens que lorsque nous avons remis la Mandchourie à la Chine en 1949, la population y était aussi rare que celle des régions adjacentes de la Sibérie orientale et du Trans-Baïkal. Et maintenant tout est bouché, ils n'ont pas assez de place.

 

- Croyez-vous aux résultats officiels des élections en Biélorussie ?

 

- Je pense que Loukachenko n'a pas pu s'empêcher de gagner au premier tour. Il est extrêmement improbable qu'il ait gagné avec 80 %, comme il l'a fait la dernière fois, et son soutien n'a pu que diminuer au fil des ans en raison de la dégradation de la situation économique et de l'aggravation du sentiment d'impasse chez les Biélorusses, en particulier chez les jeunes. Les jeunes s'ennuient tout simplement - c'est ce qui a ruiné l'Union soviétique. Je leur en ai parlé à plusieurs reprises, mais ils m'ont répondu : "Mais nous avons ouvert une affaire de jeu. Nous avons un casino. De quoi les jeunes s'ennuient-ils ? Je n'ai pas réussi à expliquer que les jeunes ont d'autres intérêts et qu'ils n'ont rien pour jouer, surtout en Biélorussie.

 

La popularité de Loukachenko n'a pas pu s'empêcher de chuter. Mais il y a des groupes qui le soutiennent régulièrement et massivement, car sans lui, ils sont socialement morts.

 

- Quels sont ces groupes ?

 

- Les contribuables travaillant dans l'agriculture et la construction de machines, y compris le secteur privé, l'ensemble du secteur public de l'économie, bien sûr, les retraités. D'ailleurs, le secteur médical, où les gens de Russie vont se faire soigner, est aussi choqué par nos diagnostics que les Anglais. Et ils comprennent bien ce qui arrivera à la médecine et à eux quand le libéralisme russe viendra.

 

M. Loukachenko a donc exactement obtenu ses 55 %, et plutôt 60 %. Seuls les jeunes, les professeurs d'université, les petits et moyens entrepreneurs qui vivent au détriment du commerce avec la Pologne, la Russie, le transit, etc. sont contre. C'est un nombre décent, une partie de la société socialement active, ils sont allés voter.

 

- Par exemple, Boris Kagarlitski pense que la société biélorusse a simplement "dépassé le régime de Loukachenko". Êtes-vous d'accord ?

 

- Et c'est une très belle métaphore. Nous avons également dépassé le régime de Mikhaïl Gorbatchev, et nous avons maintenant presque terminé notre féodalisme flagrant. Et où sont ces gens qui ont dépassé le régime de Gorbatchev ? Ils donnent des interviews, je suppose.

 

Le problème de la relation de Loukachenko avec la société est qu'il ne veut pas mentir. Peut-être pas pour des raisons morales, mais pour d'autres, mais il ne ment pas. Et la Biélorussie n'a pas d'avenir en l'absence de développement de la Russie. Par conséquent, M. Loukachenko ne donne aucune image de l'avenir. À cet égard, lui et Poutine sont des frères jumeaux ; la Russie a simplement une capacité de marché, et a donc plus d'inertie.

 

- N'y a-t-il pas de lassitude chez Loukachenko, qui est au pouvoir depuis 26 ans ?

 

- Bien sûr, comme l'a dit Vladimir Vladimirovitch Poutine, quand quelqu'un en Allemagne était assis pendant 12 ans, même un peuple aussi discipliné que les Allemands ne pouvait pas s'empêcher de se fatiguer pendant ces années. Je suis tout à fait d'accord avec lui, mais un petit détail : bien sûr, nous sommes fatigués, mais d'un autre côté, nous y sommes habitués. Je me souviens bien que les gens ont oublié que le secrétaire général n'est peut-être pas Leonid Brejnev. Il y a maintenant une génération qui ne soupçonne pas que Poutine ne soit pas le président. C'est la même chose en Biélorussie.

 

Si Loukachenko était capable de courir devant la locomotive, de donner à la société au moins un aperçu de l'avenir, il n'aurait pas de graves problèmes. Ce qu'il ne veut pas tricher est une bonne hypothèse. Et la mauvaise hypothèse selon laquelle il est "spéculé", il y a un épuisement professionnel, il ne comprend plus que la société dans son ensemble est indépendante de lui, et il n'est pas le maître absolu. Maintenant, Loukachenko peut comprendre ou non.

 

Historiquement, les Biélorusses ont de mauvaises relations publiques : ils sont très honnêtes, ils ne peuvent pas tromper les autres. Théoriquement, Loukachenko pourrait dessiner une image de l'avenir délibérément fausse, mais attrayante. Aujourd'hui, par exemple, Erdogan a découvert un gisement de gaz sur le plateau avant ses élections anticipées. Je pense qu'après les élections, il s'avérera que les champs ne sont pas tout à fait comme prévu. D'autre part, il peint un tableau. Il y a un grand - sans aucune exagération - Heydar Aliyev, qui a créé l'Azerbaïdjan d'aujourd'hui. À l'époque, je me souviens que les évaluations du pétrole et du gaz sur le plateau de la mer Caspienne étaient surestimées. Des investisseurs du monde entier sont venus. Quand il s'est avéré que les champs n'étaient pas tout à fait comme ils le pensaient, il était trop tard - leur argent était déjà arrivé en Azerbaïdjan.

 

Loukachenko aurait pu créer une telle chose. Mais soit son fantasme ne suffisait pas, soit il y avait trop de consciencebiélorusse, soit le narcissisme et le mépris dictatoriaux sont une question de diagnostic pour les personnes qui comprennent profondément son anamnèse. Mais le problème est qu'il a cessé de montrer l'image de l'avenir. L'image du présent, aussi bonne soit-elle, perd toujours du terrain face à l'image du futur, aussi douteuse soit-elle. La société biélorusse a-t-elle dépassé Loukachenko ? C'est merveilleux. Mais dépassée où ? Et pour quoi faire ? Se tourner vers la Pologne sur les droits de la Moldavie du Nord ? Et qui, pour l'amour de Dieu, l'a dépassée ? Loukachenko avait assez d'esprit et de volonté pour ne pas faire ces bêtises.

 

- Pourquoi, à votre avis, Loukachenko n'a-t-il pas suivi, disons, le scénario kazakh du transit de l'énergie, en cherchant un successeur qui serait gérable ?

 

- La question de la contrôlabilité de l'actuel pouvoir kazakh est ouverte. En outre, Loukachenko n'est pas aussi vieux que Noursultan Nazarbaïev, il a une meilleure santé. Apparemment, il voit un successeur en son fils, ce qui est un désastre.

 

- Kolya ?

 

- Oui, cela pourrait être en Asie centrale (pas au Kazakhstan), mais pas en Biélorussie européenne, où l'on vous parlera de la loi de Magdebourg sous chaque buisson en peinture. C'est une catastrophe interne - le fait qu'il n'ait pas de successeur, il a pris un fils. C'est un clan de fermiers.

 

Mais il y a une autre raison : Nazarbaïev n'est pas bien parti. Les États-Unis, sous le prétexte absurde de geler près de la moitié des réserves d'or et de devises du Kazakhstan, et Nazarbayev a dû se rendre à l'arc du Trump. Il a fait des propositions qui ne pouvaient pas être refusées. Nazarbayev a signé 7,5 milliards de dollars pour des biens et des investissements américains inutiles, mais pour autant que l'on puisse comprendre, il a également fallu promettre deux bases militaires américaines sur la mer Caspienne. Et quand il est venu avec cette promesse, les Chinois ont semblé demander poliment comment la comprendre et si cela valait la peine d'envoyer une lanière de soie selon leur ancienne tradition. Et Nazarbayev a fait une chose brillante, je l'admire toujours", a-t-il démissionné, mis un autre président en place et dit à Trump : "J'aimerais bien, mais j'ai dû démissionner ici, et le nouveau président ne vous a pas promis de bases. Mais Loukachenko est assez intelligent pour ne pas se retrouver dans de telles situations. Comme on dit, le chagrin vient de l'esprit.

 

- Combien de temps faut-il à Loukachenko pour que Kolya mûrisse à la présidence...

 

- L'une des impasses de l'État biélorusse est politique, car aucun Nikolaï Loukachenko ne reconnaîtra son statut de président. Dans un pays où les traditions de guérilla sont bien ancrées, un tel comportement est le signe d'une baisse spectaculaire de la qualité de la gouvernance.

- En Biélorussie, il y a toujours eu une association très informelle de commandants de la guérilla qui, par exemple, ont promu Peter Masherov, qui est ensuite mort. Ont-ils également mis en avant Loukachenko ?

 

- Non, ils étaient assez vieux à l'époque. La Biélorussie en gros, est une forêt et un marécage, et il y a eu un mouvement partisan très fort. Il a été brutal envers lui-même en premier lieu. Vasil Bykov n'a même pas décrit ce qui s'y passait vraiment. Bykov par rapport à la guerre est comme Alexandre Soljenitsyne par rapport au goulag, et ceux qui auraient pu devenir Varlam Shalamov n'ont pas survécu. C'est pourquoi ceux qui ont survécu étaient absolument soudés, c'était l'épine dorsale des gens qui savaient que vous pouvez compter les uns sur les autres dans n'importe quelle situation, que vous pouvez décrocher le téléphone, et qu'à n'importe quelle extrémité de l'Union soviétique, une personne vous répondra à n'importe quelle heure du jour et de la nuit et fera tout ce que vous voulez. Les Biélorusses sont passés à la partie économique, car par le passé une telle guerre ne pouvait pas porter un pneu politique. L'"élite de guérilla" biélorusse contrôlait officieusement la majeure partie de l'économie soviétique. De plus, ils contrôlaient le complexe militaro-industriel et la technologie. La Biélorussie était un "atelier d'assemblage" de l'Union soviétique, à la fois pour cette raison et en raison de son caractère national.

 

Et puis, lorsque Brejnev n'était plus là et a demandé sa démission, et que le Politburo ne l'a pas laissé partir, parce que Suslov était à l'aise pour faire tourner le pays, se cachant derrière Brejnev et son Andropov, les Biélorusses ont nommé Mashirov.

 

- Mais il est mort soudainement.

 

- Il a très probablement été tué. C'est une histoire célèbre. Ce que l'on sait moins, c'est qu'après Mashirov, son successeur a été tué de la même manière. Et au moins une autre personne, extrêmement importante pour les dirigeants informels de la Biélorussie, a apparemment été tuée aussi. Après cela, l'"élite partisane" biélorusse s'est effondrée.

 

- Est-ce pour cela que l'Union soviétique s'est effondrée ?

 

- C'était l'une des raisons. Deux personnes - Masherov et Romanov - convenaient aux autorités. Ils ont tous deux été éliminés. Il y avait deux personnes qui pouvaient diriger l'Union soviétique, mais toutes deux ont été mises hors jeu, très probablement par le KGB, ouvrant la voie à Andropov, qui était malade. C'est un signe que le système est en train de pourrir. Quand ceux qui doivent garder le système sont détruits.

 

L'"élite partisane" a peut-être joué un rôle dans la nomination de Loukachenko, mais je pense que c'était la génération suivante - leurs élèves.

 

- Et maintenant, il n'y a plus personne ?

 

- Loukachenko a nettoyé tous ceux qui l'ont aidé à prendre le pouvoir, bien que de façon très positive. Il lui était difficile de maîtriser le pouvoir.

 

Tous ces pauvres Chouchkevitchi ont réussi à privatiser environ 480 petites et moyennes entreprises. Et il y avait une réelle menace de privatisation de ces entreprises, qui représentent la base de l'économie biélorusse. La privatisation s'est faite en violation de toutes les lois, comme dans notre pays, pour faire du monde des affaires un otage des libéraux. Et M. Loukachenko avait plusieurs personnes de confiance qui s'entretenaient avec les privatiseurs. Le principe général était simple : "Chérie, tu as obtenu cette entreprise illégalement. Vous conservez tout l'argent que vous avez gagné, vous donnez l'entreprise à votre État d'origine, vous participez à un concours et vous obtenez une entreprise similaire de votre choix, mais elle est déjà légale". Une vingtaine de personnes, qui accusent toujours Loukachenko, n'ont pas accepté.

 

- Comment Loukachenko a-t-il réussi à prendre le pouvoir ?

 

- Il est arrivé au pouvoir sur la vague de la lutte contre la corruption, car les Biélorusses ne sont pas des voleurs par nature, ils sont encore plus étrangers au vol que nous. Lorsque des collègues démocrates ont commencé à voler le pays ouvertement et cyniquement, les Biélorussie ont été scandalisés et Loukachenko est venu. La Russie était à l'agonie, alors que l'Occident nous "mangeait" à l'époque, ce n'était pas à la Biélorussie de le faire. Loukachenko a profité de la situation de manière ingénieuse.

 

- Considérez-vous qu'il a réussi pendant 26 ans ?

 

- Disons les 11 premières années, puis il est resté coincé. Il s'est effondré en 2005, lorsque nous avons dû introduire la monnaie unique. Il est clair qu'il s'agissait d'une prise de contrôle économique de la Biélorussie, et nous devions donner des garanties : personnelles pour Loukachenko, corporatives pour l'élite, des garanties de préservation de la sphère sociale et du modèle économique en général - pour le peuple. Et en 2004, nous avons eu la conspiration de Berezovsky, la réforme administrative, la paralysie complète de l'État. Il n'y avait personne à qui penser et pas le temps de le faire. Et lorsque Loukachenko a vu qu'au lieu d'introduire la monnaie unique, ces personnes "dispersées" se préparaient à monétiser les prestations et ont généralement oublié qu'à partir du 1er janvier 2005, il devrait y avoir un seul rouble russe, il n'a pas pu s'empêcher de penser : "Si les gens traitent leurs obligations de cette manière, alors ils devraient être traités de la même manière". Et la campagne de biélorussification a commencé.

 

Et si vous introduisez le régime de localisation, vous êtes un homme mort. Vous n'avez pas le droit de lire et de comprendre ce qui a été lu dans le cadre du régime de localisation, car si vous comprenez ce qui a été lu, vous vous engagez dans la guerre des partisans : personne n'aime être tué. Dans un pays local, il devrait y avoir deux fois moins de population que dans un pays industriel. Par conséquent, pour la Biélorussie, la libéralisation et la transition vers le modèle occidental se traduit par la perte de la moitié de la population. Par exemple, la Lettonie a déjà perdu un tiers de sa population, tandis que l'Ukraine comptait 51,5 millions d'habitants, et il semble qu'elle en compte maintenant 34 millions, et le processus bat son plein.

 

- Et puis, il était déjà trop tard pour s'unir ?

 

- Non, et maintenant il n'est pas trop tard pour s'unir. Il vous suffit de venir et de dire à Loukachenko : "Camarade, dans quelques années, nous commencerons le développement. Vous avez donc un avenir brillant. Conserver BelAZ pendant quelques années et préparer des plans pour quadrupler sa capacité. Nous aurons besoin de vos engrais potassiques, car nous allons mener une révolution agricole comme dans la région de Briansk, et notre Ouralkali ne nous suffira pas. Restez quelques années, et les garanties pour vous et votre famille sont comme ça. Nous n'allons pas vous éliminer du groupe socialiste, mais nous allons diffuser votre expérience dans toute la Russie. Puis, dans deux ans, il y aura un autre problème en Biélorussie : tous les Biélorusses partiront de là, car un homme était contremaître sur le chantier là-bas, et nous serons à la tête de la construction. Mais parmi les bâtisseurs sauvages d'un féodalisme flagrant, nous n'avons pas de personnes capables de donner des garanties à quelqu'un. Qui croira les gens qui détruisent les garanties constitutionnelles de la population de la Fédération de Russie, qu'ils donneront des garanties aux autres peuples ?

 

- Mais le peuple de la Biélorussie voudra-t-il s'unir à la Russie ?

 

- Le peuple de la Biélorussie veut des ascenseurs sociaux et un avenir radieux. Si nous devons attendre quelques années pour Loukachenko et ensuite élire une fille Masherov, quel est le problème ?

 

- Mais j'ai été en contact avec des politologues biélorusses...

 

- Le politologue biélorusse ne veut pas concurrencer le politologue russe, il est donc catégoriquement pour "non allié". Ces personnes sont certainement nombreuses. Mais l'unification de la Biélorussie avec la Russie, à condition que cette dernière soitdéveloppée, donnera un énorme ascenseur social simplement parce que le Biélorusse moyen "battra" n'importe quel Russe moyen en vertu de ses qualités morales. Avec le début de l'intégration, le principal problème avec le réalisateur biélorusse était qu'il avait été mis en prison pour des pots-de-vin. C'est pourquoi lorsqu'il est venu ici et qu'il a eu besoin d'avancer dans la société russe, dans le monde des affaires et des affaires, de payer des impôts, il était dans un état de stupeur : pour cela, il serait mis en prison là-bas, mais sans cela, il n'avancerait pas ici. Ils avaient déjà appris comment résoudre ce problème, mais c'était difficile.

 

Les personnes qui seront contre la réunification avec la Russie seront au maximum un tiers, et tous les autres seront si catégoriquement en faveur que ce sera un choix démocratique serein.

 

- Vous dites vous-même que cela nécessite une modernisation de la Russie, et ce n'est pas prévisible.

 

- Mais vous demandez s'il n'est pas trop tard pour s'unir avec la Biélorussie. Non, il n'est pas trop tard. Comme l'a dit un homme, que Satan lui-même a peur de laisser entrer en enfer : "Commencez la Perestroïka avec vous-même. Dans ce cas, il s'agit de nous. Le bien-être de la Bulgarie est résolu à Moscou, pas à Berlin, Washington et surtout pas à Sofia. Le bien-être de la Grèce est résolu à Moscou, tout comme le bien-être de la Biélorussie, de la Moldavie, de l'Ukraine et du Tadjikistan. Mais dans les pays baltes et en Pologne, il n'y aura plus de protection sociale. Nous avons construit une industrie pour eux deux fois, ils l'ont raclée deux fois. Ils vivront dans des fermes - ils sont mieux lotis.

 

- Parlons des autres scénarios de développementen Biélorussie.

 

- Maintenant, la protestation est exhalée. Loukachenko a survécu le week-end dernier, et très discrètement. La protestation a été exhalée encore plus tôt. Le week-end dernier, il aurait dû y avoir un assaut contre les bâtiments administratifs avec leur occupation et l'annonce du nouveau gouvernement. Cela n'est jamais venu à l'esprit de personne en Biélorussie. Le tempo a été perdu.

 

- Et la grève générale ?

 

- L'industrie russe et l'industrie du monde entier l'applaudiront. Si j'avais dit il y a une semaine que le prix Darwin 2020 serait partagé par trois cuisiniers de Wuhan, un soudeur de Beyrouth et Alexandre Loukachenko, maintenant les ouvriers des usines de construction mécanique biélorusses le recevraient certainement.

 

En principe, M. Loukachenko devrait se rendre compte que la grève sera organisée par les directeurs des entreprises qui veulent les privatiser. Il devrait s'occuper d'eux, ainsi que de la direction du KGB et de Makei. Sans cela, il n'est pas viable, mais il parlera d'une manière ou d'une autre. S'il résout ces problèmes, la protestation prend fin dans les deux jours, et Loukachenko reste tranquille pendant un an. Mais il a une attitude face aux protestations comme celle de Boris Nemtsov, lorsque les mineurs étaient assis sur les rails. Il avait l'habitude d'aller vers eux, de porter de l'argent avec des taies d'oreiller, de distribuer des cadeaux, de les embrasser - tout le monde était heureux, mais ne quittait pas les traces. Et après la défaillance est venu Mykola Aksenenko - ministre des chemins de fer et des transports. Il a passé deux appels, et les mineurs ont déraillé. Il a simplement appelé ces oligarques, qui ont fait sortir les mineurs et leur ont expliqué ce qui leur arriverait exactement et comment. Aksenenko était un gestionnaire très efficace, avec un langage très clair. A mi-chemin de ses réunions, il a une personne à emmener en ambulance. Et le camarade Loukachenko semble être un adulte, mais se comporte comme Nemtsov.

 

- N'était-ce pas une erreur que Loukachenko soit allé voir les travailleurs qui l'ont hué ?

 

- Non. Vous devriez vraiment aller voir les gens, venir le voir et parler. Des sifflements, des jets de rats pourris, des tomates, ce ne sont que des paroles. C'est comme Mikhail Degtyarev, qui se cachait des gens. Il sortait et disait : "Les hommes, vous quoi ? Quoi, je voulais être votre gouverneur ? Est-ce que je veux me lancer dans votre entreprise ? J'ai un sauna chaud à Moscou ! Je suis chez toi depuis six mois, et tu choisiras qui tu veux. Vous voulez être un gâchis sans volant et sans vent ? C'est comme ça que ça va se passer. Vous y arriverez". C'est tout - plus personne n'aura de réclamation contre Degtyarov après cela. Il serait également élu gouverneur, car il ne ferait rien de stupide, il apporterait l'argent, et tout le monde serait content.

 

- Alors pourquoi Loukachenko a-t-il dit qu'il allait rédiger une nouvelle Constitution ?

 

- Il ne comprend toujours pas ce qui se passe. Loukachenko est un homme honnête, sincère et démocratique. Il pense que les gens ont besoin de la Constitution, qu'ils doivent d'une manière ou d'une autre élire des clowns. Comment était le slogan à Bolotnaya : "Nous n'avons pas voté pour ces canailles, mais pour d'autres". Loukachenko est confus dans cette science politique stupide, mais les sphères sociales et économiques en sont la base. Nous devrions le dire : "Je vais maintenant aller voir Poutine et lui expliquer qu'il y a trois divisions entre Moscou et Minsk et aucune d'entre elles. Le développement commence en Russie dans deux ans, et nous devons y être bien préparés". C'est tout, et il fait tranquillement son temps et transmet le pouvoir à son successeur. Il est possible de préparer un leader sensé en deux ans. Mais cela nécessite une compréhension stratégique de la situation, et Loukachenko ne l'a pas. Il ne comprend pas que son ennemi est quelqu'un de son KGB - celui qui a estampillé les drapeaux et qui couvre celui qui a estampillé les drapeaux.

 

J'ai bien peur que Loukachenko ne soit assis que maintenant à cause d'Angela Merkel. Je pense qu'elle comprend que le leadership libéral-démocrate de la Biélorussie sera américain à travers la Pologne, et qu'il y aura un rideau de fer, et que l'Allemagne n'obtiendra pas le pétrole et le gaz russes, et que "Simenus" devra amener sa cargaison en Russie par la route maritime du Nord, parce que le transit direct par voie terrestre sera fermé. Merkel n'a pas du tout besoin de cela. Son successeur, qui viendra en 2021 et détruira l'industrie allemande, est un bloc indestructible de vert et d'AFD, qui détestent les industriels pour des raisons diamétralement opposées. Par conséquent, M. Loukachenko siégera pendant un an.

 

- Etes-vous sûr qu'il va siéger pendant un an ?

 

- Il a brisé la dynamique. Oui, les gens sont rassemblés, il est contre. Mais maintenant, il commence à réaliser qu'il doit travailler. Il n'y a pas assez de millions de dollars virtuels pour tous les grévistes. Et Loukachenko devrait agir très clairement : si les gens sont en grève, les directeurs, s'ils n'ont pas surmonté la grève, devraient changer leurs adjoints au tribunal, et les travailleurs devraient être changés pour tout travailleur invité (au moins du leur, au moins de la campagne d'un autre), et l'usine continue à fonctionner. Et vous pouvez revenir dans une semaine, sinon dans huit jours vous aurez un ticket de loup - pour la Pologne et la Russie, s'il vous plaît. C'est le seul moyen. Mais Loukachenko ne peut pas faire cela, il aime les gens. Il aime beaucoup son pays et son peuple, il ne peut donc pas jouer les durs. Pour donner l'ordre de battre ceux qu'il considérait comme des salauds - s'il vous plaît, ils ne le regrettent pas, mais devant des gens qui se trompent naïvement, il est impuissant. Donc, bien sûr, une étincelle peut encore se glisser, elle peut encore être démolie. Mais le processus s'atténue. Le rythme est perdu.

 

- Mais vous admettez que Loukachenko peut encore être démoli.

 

- Loukachenko pourrait être démantelé à tout moment. Cinq ou six meurtres commis par des "tireurs d'élite inconnus" sont organisés avec compétence - et c'est parti. Mais un petit problème : la Biélorussie n'est pas sous la Pologne, mais sous l'Allemagne en coopération avec des services spéciaux. Et l'Allemagne n'a plus besoin de "tireurs d'élite inconnus »en Biélorussie, la Pologne en a besoin. S'ils viennent en Biélorussie maintenant, non seulement le KGB local les combattra, mais aussi des personnes beaucoup plus sérieuses des autorités allemandes. Par conséquent, le complot avec des "tireurs d'élite inconnus" est peu probable. Je pense que si cela ne s'est pas produit jusqu'à présent, alors cela n'arrivera plus.

 

- Vous dites qu'il va rester en place pendant un an. Et ensuite ?

 

- Ensuite, Loukachenko sera nettoyé par une force combinée. Il y aura un changement de pouvoir en Allemagne, et l'industrie allemande ne sera pas nécessaire, elle sera détruite. Quoi de mieux que de dire "oh, nous ne l'avons pas détruit, mais les maudits Américains ont fermé le transit terrestre en provenance de Russie" ? La société biélorusse tolérera, mais elle ne tolérera plus. Bien sûr, nous ne leur donnerons aucune perspective : nos dirigeants fervents ne peuvent pas non plus donner de perspectives à la Russie. Alors, à quoi ressemble la Biélorussie ici ? Regardez, la position absolument végétarienne de la Russie envers la Biélorussie. La dernière "fenêtre" vers l'Ouest se referme maintenant. Le transit par l'Ukraine a été transféré en Biélorussie à l'époque de Ioulia Timochenko. L'Ukraine a encore un pitoyable 30% du niveau pré-Timoshenko, et maintenant encore moins.

 

- Pourquoi ne faisons-nous rien alors ?

 

- Parce que les dirigeants russes traitent la Russie comme la Pologne traite l'Ukraine et la Biélorussie: ce territoire n'est pas pathétique, nous avons vu tous ces gens dans le cercueil. Les seigneurs féodaux flagrants ne sont pas engagés dans le développement.

 

Quoi de plus naturel qu'une assistance méthodologique au KGB biélorusse ? En 2010, savez-vous qui a apporté son aide aux forces de l'ordre biélorusses ? Une délégation du public russe s'y trouvait par hasard. Pas même les politologues, mais des spécialistes d'autres domaines ont commencé à dire à Makeï : "Chéri, que fais-tu ? Pourquoi manquez-vous de contremaîtres - d'organisateurs de manifestations ? Pourquoi laissez-vous les manifestants filmer les visages de vos commandants de police ? Demain, ils viendront chez eux et tueront tout le monde, et vous vous retrouverez sans forces de l'ordre. Pourquoi battez-vous des gens qui ne sont coupables de rien, qui se contentent d'applaudir pour l'entreprise, mais qui ne cherchent pas des centaines et des milliers de personnes". Comme cela a été dit sous la caméra, la camarade Makeï a été contraint d'appliquer ces conseils dans le système biélorusse de l'époque. Et la protestation était terminée. Ce n'était pas l'aide de spécialistes, c'était l'aide de la société civile.

 

Aujourd'hui, Makeï a acquis une telle force qu'il peut agir de manière indépendante, sans se retourner vers Loukachenko. Et le public russe à Minsk n'était plus sous le feu des projecteurs. Et ce qu'il n'a pas réussi à faire en 2010 fonctionne maintenant. Il n'y a même personne pour donner des conseils méthodologiques. Si les dirigeants de Russie ne peuvent pas parler à leur peuple de manière satisfaisante, pensez-vous vraiment qu'ils peuvent parler à Loukachenko, qui est juste plus âgé dans l'expérience de la vie, au moins ne pas voler ? Peut-être qu'il vole, mais pas comme ça. De toute évidence, Loukachenko n'a pas de palais en Autriche.

 

- Pour la Russie, qui serait optimal en tant que président du Belarus ?

 

- Aujourd'hui, c'est Loukachenko. Bien sûr, Natalia Masherova était mieux, mais elle a été piégée et a fait l'objet d'une fuite, sans même se demander si elle voulait faire de la politique. Quand j'appelle le ministère des affaires étrangères un funérarium, c'est juste une façon de ne pas dire que nous sommes engagés dans une trahison, même pas de nos alliés, mais de ceux qui nous traitent petit à petit. Nous avons amené le Monténégro à l'adhésion à l'OTAN ! Nous devons y réfléchir ! Et la Serbie est sur le point de rejoindre l'Union européenne - une réussite remarquable de la diplomatie russe. Je veux involontairement citer Lavrov...

 

- Qu'en est-il de Victor Babariko, qui a même parfois été qualifié de candidat pro-russe ?

 

- Je crains que ce ne soit qu'une façon de diffamer l'idée d'intégration avec la Russie. C'est peut-être un homme bon, à la fois intelligent et droit - mais regardez comment il se présente à la télévision : comme une campagne en direct contre tout ce qui lui est associé. Quelqu'un a peut-être parié sur lui en Russie, mais cela montre une fois de plus le "bon sens" du gouvernement russe et souligne une fois de plus le manque de perspectives stratégiques pour la Biélorussie. Jusqu'à présent, nous avons conservé le volume, la masse et l'inertie. La Biélorussie n'a pas une telle inertie. Il faut juste comprendre le nombre de personnes : l'Ukraine est comme deux Moscou, et la Biélorussie est la moitié de Moscou.

 

- Quelles sont vos prévisions sur le sort de la Biélorussie ?

 

- Le nord de la Moldavie, mais sans vin. Il est possible d'assurer la prospérité, mais d'autres personnes à Minsk et à Moscou devraient en profiter. Avec la structure de direction actuelle, il y a ici et là le Nord de la Moldavie. BelAZ sera vendu pour de la ferraille, et nous le verrons. Mon Dieu, faites-moi me tromper- nous vous aiderons tous.

 

 

Mikhail Delyagin

 

http://delyagin.ru

Mikhail Gennadyevich Delyagin (né en 1968) - économiste, analyste, personnalité publique et politique russe bien connue. Il est académicien de l'Académie russe des sciences naturelles. Directeur de l'Institut des problèmes de la mondialisation. Membre permanent du Club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Mikhaïl Delyagin : La protestation a résonné en Biélorussie. (Club d'Izborsk, 22 août 2020)
Lire la suite

Leonid IVASHOV: The Global Geopolitical Revolution

22 Août 2020 , Rédigé par POC Publié dans #Général Leonid Ivashov, #Politique

Leonid IVASHOV:   The Global Geopolitical Revolution

Strategic Culture Foundation
Online magazine

http://en.fondsk.ru/article.php?id=942&search=ivashov

06.09.2007

Leonid IVASHOV


The Global Geopolitical Revolution
 

The past 15 years saw revolutionary changes in the development of the human civilisation. The world’s geopolitical structure has dramatically changed. The outcomes of WWII led to the formation on the planet of two super-civilisations.

One of these is based upon the traditional world outlook, the primacy of spiritual and moral values and priority of an individual’s personal development along with its organic linkage with collective social structures. The R& D and economic development of the states belonging to this civilisation pattern were oriented at the attainment of socially significant state-related achievements. Individual enrichment and simply material welfare were regarded as something secondary. And individual’s welfare in such a society depended on the collective welfare, that of the society and the state. The foundations of this type of super-civilisation were the USSR, the PRC and the European Socialist countries. To a degree, the nations liberated from the colonial yoke were close to it (Africa, Asia and Latin America). The moral code of this super-civilisation was conscience and justice.

The other super-civilisation was the antipode of the first one. The basis of its world outlook was individualism and greediness: saving up money, profit, extension of the area where money acted and the increase of the influence of money on all the sides of social life. Alongside that, the concentration of the financial resources within the framework of the states, corporations and physical entities promoted the technological progress, raising the living standards, comfort and the entertainment industry. Elevated culture and fundamental science were lagging behind and the realm of the spiritual was commercialised.

These two super-civilisation systems, taking the shape of two geopolitical blocs were in a stringently complex, and not only the ideological, standoff. At the same time the acute competition of the two global opponents was the primer of the global historic development given to the presence of the market of ideas and concepts, where the sides tried to outdo one another.

Following WWII, in parallel to the two super-civilisations (Capitalism and Socialism) the “third world” was also formed. It combined both the ideas of Socialism and Capitalist economic techniques along with the traditional power system. This tri-polar system of the world order had future and was strategically stable (regardless of the nuclear standoff), allowing whole nations and states to choose their own development path in the conditions of relative security.

The crush of the USSR and other Socialist countries attributed the contours of unipolarity to the development of the world. The West proclaimed itself the winner and the European-U.S. elite began to regard themselves as the global elite, and the thinking of the financial and political Western circles as that of the thinking of the whole world.

The system of international relations and the principles of international security that were formed in the epoch of the geopolitical balance of forces began to destruct being replaced by the standards of power and supremacy. The global power began to be transformed to transnational capital. The age-long adoration of “the golden calf”, the mammon, was nearing its end, the global obeisance of the human community to the power of money on the global scope, and turning the human being from a subject of history into an object of pecuniary slavery. Mother Nature also became a means of earning profits. The human being began to be degraded both morally and intellectually.

Therefore, due to the revolutionary changes of he past 15-20 years the role of a human being in the present-day world and the structure of the international community have changed. The evident spiritual and moral blind alley became visible in the development of the mankind’s civilisation. Exploitation of natural resources has grown, and whole nations (including Russians and other peoples of the Russian Federation) climbed from the plough, the machine tool and the book to wholesale mercantilism, the hammering up of fortunes by hook or by crook, including amoral ways, and international norms began to be dictated by the financial Internationale and big transnationals.

The states as subjects of international law and order are now losing their role and their attributes of sovereignty, whereas the mineral resources they own are declared “the property of mankind” and are bought or taken by force by stronger and richer states.

In essence, a global economic war has been unleashed against the background of the construction of the global empire of capital. This war uses the military force, contagious combat viruses, financial crises, arrangement of starvation and poverty, bankruptcy of whole states and debt suffocation.

Mass media controlled by the global financial centres have become an aggressive and efficient weapon. Using them, the situation in different parts of the world is being formed, with public opinion focused in the required direction and human conscience is being broken down.

Counter to the United Nations and other internationally acknowledged institutions new significance is being attributed to the global structures of supranational power (the Beldberberg club, the G7, the Davos Forum, etc), the power components (CU.S. army, NATO and international military forces) as well as the system of jails and secret operations within the framework of the empire of capital.

The states that put up resistance to being included in the global empire of the capital and trying to pursue their own independent development policies are destroyed by the use of U.S. and NATO force and are dismembered into small quasi-states (Yugoslavia and Iraq), with hotbeds of conflict and chaos created in strategically significant regions and inter-national and inter-confessionals wars are being provoked (Kosovo, Palestine, Lebanon and Iraq).

The formation of the new global elite based on the pseudo-religious “chosen people” is the principal moment, whereas all the rest should become auxiliary, and the remaining ones to be destroyed. Heads of state and government are to be appointed by the global centre just imitating democratic procedures. They are becoming the authorised bodies of global management.

Quite naturally, an empire cannot stand the presence of two or more ideologies. That is why traditional religions, value guides, norms of national living and orientations are being destroyed and discredited, being replaced by a standardised surrogates.

These are the most common outlines of the coming epoch of the mondialism (globalism).

At the same time, the attempts to build on this planet a global empire of capital based on the financial fundamentalism are unreal and extremely dangerous for the whole of mankind as a civilisation.

The implementation of the global impersonal power of money exhibits the epoch’s main contradiction – the antagonism between the unrestricted concentration of wealth and Mother Nature. The habitat of a human being cannot stand its excessive exploitation, avenging by unbelievably frequent disasters: fires, hurricanes, flooding and earthquakes. Simultaneously, the mankind is made to believe that there are “too many” people in the world. For example, a report published by the U.S. National Intelligence Council has it that some 3 billion people will by 2015 be regarded as redundant, as allegedly there will not be enough resources to go round to sustain them.

The second biggest contradiction is the antagonism between the Atlantic and other civilisations of the world. According to S.Huntington, the world has entered the epoch of the “civilisations clash” which is just at its beginning. Events in Iraq, Afghanistan, Kosovo and - to some degree –in France are primarily the episodes of the war waged by Islam, the Orthodox Church against Atlantism, Judaic Protestantism, totalitarian globalism, the new “body of political authority rather than the fight for territorial integrity, autonomy or the withdrawal of foreign troops from the territories of the countries involved. And the principal theatre of this war is the realm of the spiritual.

The greedy egotistic civilisation (that negates God and spiritual wisdom) cannot win this war. So, the project of a unipolar world cannot be implemented. The condition of the chief power tool the only “superpower” can rely on, the American dollar that is not backed materially is extremely unstable, so the zone of its influence is shrinking. U.S. policies of supporting its economy by financial robbery and total subordination of national banks to American financial institutions is collapsing due to the galloping growth of the U.S. debt to the rest of the world. The global financial system is on the brink of a crush.

Finance and economy-related tensions within the Atlantic community are also aggravating, reflected by the relations between the United States and China, Russia, Latin America and Europe. Inside the United States the strategy of installing the police regime is being implemented. Living standards area declining. In the conditions of the absence of the USSR acting as the global competitor, the world’s financial elite is unwilling to make the life of 300 million Americans decent.

Thus we can become witnessed of the growth of civilisation contradictions in the United States itself. G.Patrick Buchanan could have been right about his prediction in his book “The Death of the West” of a break-up of the United States by 2015, with the follow-up creation of three independent states: Afro-American, Latin American and Anglo Saxon.

The third global contradiction has to do with natural resources. The striving to give money the global supremacy has caused the omni-present unbridled growth of consumption of natural resources, primarily hydrocarbons. A slow but steady depletion of their stocks is giving rise to the aggravation of the struggle for control over them and the routes of their transport. The growth of the virtual dollar supply on the threshold of its inevitable devaluation makes owners of billions of dollars use them to obtain assets backed by natural resources, or in other words, to further rape the environment.

The global elite is incapable to win the battle for oil and natural gas relying on petrodollars and military might, but it can aggravate the military strategic situation and unleash new wars, as it would never give up claiming its power over the whole world. With this in mind the United States is building up an unprecedented military might, implementing the mindless idea of the global anti-missile shield, the doctrine of prevention strikes, including nuclear strikes, in an attempt to set its sights on the whole planet Earth. It is insistently implementing the formula of the global dominance based on the control of the key regions of the world, strategic communications and resources of the planet.

As for NATO, from a military alliance with a comparatively narrow zone of responsibility it has turned into an aggressive tool for attaining dominance over the world. This alliance no longer defends the interests of European states and Canada; it rather contradicts them, drawing Europe into confrontation with Russia and the Islamic world. And there is no saying that the “good old Europe” is prepared to take on this role without a murmur.

Increasing the military potential of the United States and NATO, the forces of the global empire of capital are striving to attain the decisive supremacy over all other civilisations, fixing their military technological breakaway regarding other states.

Speaking globally, we mark the confrontation of the two principles of ensuring military security – the balance of forces and the overpowering supremacy. On the one hand, Russia, China, India, France, Germany, Belgium, Italy, Finland and the Islamic countries, Latin America stick to the principles of the balance of forces (or sufficient defence) both at the global and regional levels. On the other, the military technological supremacy has become the state ideology for the United States, taking the shape of the world outlook for the Western financial and political elite.

At the same time events in Iraq and Afghanistan indicate that the virtually absolute military and technological supremacy of the coalition of Western nations does not guarantee them either a victory or strategic stability.

Relations between the U.S. and Russia, as well as those between Russia and Europe play an important role in the area of global security and strategic stability. What is seen nowadays is the aggravation of these relations with voicing conclusions about the return to the times of the “cold war”.

What is happening in reality? Russia and the United States are the geopolitical competitors, two different worlds, two power centres and two foundations for putting in place of different civilisations. The strong Russia, and the USSR before it is a serious stumbling block for the building of the global empire of the capital and instalment of unified standards in the development of states and nations of the world.

It was no accident when Britain’s H.MacKinder, one of the fathers of Western geopolitics, fixed a sign on Russia (the Soviet Union) reading “the geographic axis of history”, or “the continental heart of the world”, the Heartland. He concluded that without putting this Heartland under control, putting Eurasia under control would be impossible.

In the 1990s, the Yeltsin time, a regime of “external management» was installed in Russia. The United States has attained the military supremacy over Russia, excluding the sphere of the strategic nuclear arms. But the situation in the strategic sphere was devoloping in such a way that due to an unequal reduction and degradation of the Russian strategic nuclear forces the U.S. had a serious advantage. The U.S. withdrawal from the 1972 ABM Treaty along with a large-scale deployment of combat systems based in space, the air, the land and the sea brought about the threat of undermining the Russian missile and nuclear potential and the complete destruction of the foundations of the global strategic stability.

However, the class of oligarchs that has with time became a part of the common system together with the ethno-criminal groups, intending to deprive the peoples living in Russia of the hope of a return to the ideals of conscience, truth and justice began to sense the danger from outside, coming from a much stronger financial predator that aimed at both the Russian territory and the resources, but also at the capitals of oligarchs and the officialdom, and their control of Russia. At this point it was absolutely necessary to begin thinking of the security of the state.

In the past several years Russia’s military and political management has been trying to alter the threatening tendency in order to save the potential of a reciprocal or advance nuclear strike. The issue is not the restoration of a nuclear parity within the framework of a new arms race. What is being realised is the principle of retaining the capacity to do irreparable harm in retaliation to an adversary rather than a preventive strike, which would be a measure of containment of a potential aggressor.

Russia inherited the ideology of retaliation–advance strike from the USSR. Russia is still retaining the guaranteed real possibility created by the Soviet people to deliver to the United States or the territories its allies occupy – should they venture to go into a nuclear missile adventure – several megatonnes of nuclear warheads.

The understanding of the fact that the security of the Russian state and international security can be ensured by achieving balance of international forces is getting back.

Experts have aid attention to the summit of the Shanghai Organisation of Cooperation (SOC) and joint manoeuvres of the armed forces of that organisation that took place in August of 2007 in Russia.

On the one hand the activities of the SOС can be characterised as the process of formation of a second world’s pole that will be principally different from the pole of Atlantism. Involved in this process are the states that represent five global civivlisations. On the other, the SOC manoeuvres demonstrated their preparedness to defend their sovereignty and their systems of values, which radically changes the geopolitical situation..

Undoubtedly this is not at all to the liking of the adepts of the totalitarian power of “the only superpower”. Questionless, Russia is getting to the fore to become the leader of the world’s second pole. What reasons do we have to think so?

To begin with, Russia has no claims to global hegemony, capture of territories, resources and the conquest of other nations. It is self-sufficient, even though not totally independent. The Russian oligarchic capital is in no position to claim other countries’ resources, being aware that the global financial centres can “drown” it overnight.

Second, Russia has a geopolitical potential incomparable with that of any other nation. First and foremost, this is the favourable (unique) location of this country on the planet that binds together whole continents, oceans and civilisations. That also includes its vast territory with diverse climatic conditions, uniquely rich with natural resources. Then it is also - on the whole – high intellectual level of Russia’s population.

Third, the Russian civilisation is open to all other world’s civilisations and compatible with most of them according to the scale of culture and moral values and philosophy of living.

And last but not the least, Russia has its missile nuclear potential comparable to that of the claimers for the global dominance.

So, the control other nations may dream of having over the Heartland is out of the question. The Russian society has retained the foundations of its statehood potential, which, given the will, wisdom and honour of the elite at power can become the basis of success of the global significance.

This is exactly why Russia is now experiencing the mighty pressure, threats and the consolidated Western interference in its internal affairs.

We can expect complications of the situation inside Russia and around it, especially during the period of the parliamentary and presidential elections in 2007 – 2008 and immediately after the replacement of the Kremlin’s master. The secret forces of the global empire are already skilful enough in the art of destabilisation of both whole countries and continents, making whole nations oppose each other and launch the mechanisms of terror.

The situation is aggravated by the absence in the Russian state management system of a central body of a system analysis, strategic planning and working out of strategic solutions. Figuratively speaking, Russia does not have a General Headquarters (this is not to mean the Headquarters of the RF Armed Forces) and the Staff of the Commander-in-Chief. That is why there is generally lack of observance of solutions and unheard-of corruption that are in existence against the background of the ugly management of socio-economic, regional and ethno-demographic processes.

The present-day Russia is a fragile vessel that can remain whole only in strong and caring hands. Some sort of an illusion of stability in this country does exist mainly due to the shared criminal responsibility of managers and those managed by them in their common neglect of law. Any outward action on a so fragile “vessel” could ruin it.

But we are willing to hope that the Russian society and state have learnt the lessons of the past. Moreover the circle of friends of Russia in the world is getting wider little by little. With God’s help we could sail through the strait between Scylla and Charybdis.

The main thing is to prevent our oligarchic capital from amalgamating with the forces of the global financial empire against the peoples of Russia.

__________________

The article has been made on the basis of a lecture the President of the Academy of Geopolitical problems, General-Colonel Leonid Ivashov delivered to foreign military attaches in Moscow in August of 2007.

Lire la suite

Quelques pensées de Bonald

22 Août 2020 , Rédigé par 幽谷石树 Publié dans #Lettres, #Philosophie, #France

Dans toutes les révolutions il y a un dessous de cartes, qui n'est pas toujours connu, parce que les meneurs périssent souvent dans les troubles inséparables de la révolution, et emportent avec eux leur secret que des événements ultérieurs auraient dévoilé. Cependant les effets arrivent, parce que l'impulsion est donnée ; mais le voile reste sur les causes, et la foule imbécile, qui ne les soupçonne pas, imagine du merveilleux pour expliquer les effets.

 Bonald

 

Quelques pensées de Bonald trouvées aussi sur le site http://royalartillerie.blogspot.com/2007/10/bonald-lautre-monarchiste.html  qui lui consacre un bon article :

 

L'homme pense sa parole avant de penser sa pensée.

 

L'homme a plus de prévoyance à mesure qu'il a moins de mémoire.

 

Un recueil de pensées ressemble à ces lignes militaires trop étendues que l'ennemi peut percer en mille endroits.

 

Dans une société bien réglée, les bons doivent servir de modèle et les méchants d'exemple.

 

L'homme n'est riche que de la modération de ses désirs.

 

A un homme d'esprit, il ne faut qu'une femme de sens ; c'est trop de deux esprits dans une maison.

 

Les bibliothèques, ces cimetières de l’esprit humain, où dorment tant de morts qu’on n’évoquera plus.

 

Il y a des gens qui ne savent pas perdre leur temps tout seuls : ils sont le fléau des gens occupés.

 

Il faut, quand on gouverne, voir les hommes tels qu'ils sont, et les choses telles qu'elles devraient être.

 

Dans les crises politiques, le plus difficile pour un honnête homme n'est pas de faire son devoir, mais de le connaître.

 

L'irréligion sied mal aux femmes; il y a trop d'orgueil pour leur faiblesse.

 

La littérature est l'expression de la société, comme la parole est l'expression de l'homme.

 

Les hommes qui, par leurs sentiments, appartiennent au passé et, par leurs pensées à l'avenir, trouvent difficilement place dans le présent.

 

On ne devrait assembler les hommes qu'à l'église ou sous les armes; parce que là, ils ne délibèrent point, ils écoutent et obéissent.

 

Depuis l'Evangile jusqu'au Contrat Social, ce sont les livres qui ont fait les révolutions.

 

Dieu commande à l'homme de pardonner, mais en prescrivant à la société de punir.

 

Premiers sentiments, secondes pensées, c'est, dans les deux genres, ce qu'il y a de meilleur.

 

L'obéissance doit être active pour être entière, et la résistance passive pour être insurmontable.

 

L'homme n'existe que par la société et la société ne le forme que pour elle.

 

Les gens qui aiment la dispute devraient ne disputer que sur ce qu'ils ne peuvent jamais éclaircir ; alors la dispute serait intéressante, parce qu'elle serait interminable. Mais disputer sur l'existence de Dieu, l'immortalité de l'âme, la vie future, etc., ce n'est pas la peine. Il n'y a qu'à attendre.

 

L'homme naît perfectible, l'animal naît parfait.

 

Une vérité incontestable est que toutes les républiques, anciennes ou modernes, grandes ou petites, ont dû leur naissance à l'ambition du pouvoir. L'oppression n'a jamais été qu'un prétexte. En Amérique, quelques droits modiques sur le thé servirent de prétexte, à défaut d'un motif plus grave ; et pour payer cette boisson malsaine quelques sous de moins, l'Amérique fut dépeuplée, fut ruinée, la guerre s'alluma dans les deux mondes, le sang humain coula à grands flots ; et le grand homme, qui n'exposait sa vie qu'au danger des indigestions des dîners de Paris, s'applaudissait des progrès de l'incendie qu'il avait allumé ; et tandis qu'il riait en secret de la sottise des peuples, il s'extasiait en public sur l'énergie républicaine et les progrès de l'esprit humain. On ne contestera pas sans doute que la démocratie française ne doive sa naissance à l'ambition réduite à inventer les prétextes les plus absurdes, lorsque les intentions bien connues du malheureux Louis XVI, et les dispositions non équivoques de tous les ordres de l'État ne permettaient pas d'alléguer des motifs.

 

Louis-Gabriel-Amboise, vicomte de Bonald

Lire la suite

France: le masque de la terreur

22 Août 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Opération Coronavirus, #France

France: le masque de la terreur

Dans un supermarché français, un employé a été interpellé violemment, maltraité, emmené de force et placé en garde à vue par une patrouille de gendarmes alors qu'il avait baissé un peu son masque (obligatoire maintenant en France dans les lieux publics fermés) pour respirer un peu.

Le masque, attribut des malfaiteurs et des bandits, est devenu le symbole de la terreur que ceux qui ont usurpé le pouvoir font subir aux populations sans défense. Il ne s'agit plus de santé ni de raison mais uniquement d'obéissance.

Car qui aujourd'hui n'a pas compris que la "pandémie" du "COVID-19" est une escroquerie planétaire, imposée par la force par la ploutocratie*, ce qu'il y a de plus vil dans l'homme, avec la complicité des gouvernements et des médias corrompus, et que les masques portés en permanence sont un foyer d'infection, empêchent de respirer, altèrent notre santé et nous humilient. Avec les "visières de protection", les combinaisons de protection, la "distanciation sociale", c'est la société qu'on veut détruire pour laisser l'individu nu, comme un cobaye de laboratoire, face au pouvoir destructeur,  invisible comme le "virus" lui-même.

Tous ceux qui propagent, légifèrent et exécutent les ordres de cette iniquité seront tenus pour responsables devant Dieu et devant les hommes.

POC

* "Three hundred and fifty-eight family clans of billionaires have a combined income that exceeds the combined income of 45% of the Earth's population, in dollar terms. The quintessence of this monstrous inequality is the mafia-style oligarchical syndicate, presided over by the wealthiest people on the planet. They determine how processes unfold in the world, while they themselves remain in the shadows, out of the public eye. They also control the bulk of the planet's resources, finance huge illegal armies and NGOs, and have developed networks of influence within the governments and parliaments of most of the countries in the world."

Colonel-General Leonid Ivashov: Hooray for the Global Crisis ! (2008)

http://pocombelles.over-blog.com/article-24851924.html

 

Regardez la vidéo enregistrée par les caméras de surveillance du magasin et lisez ici l'article de RT:

https://francais.rt.com/france/78144-employe-supermarche-malmene-par-gendarmes-pour-avoir-mal-positionne-masque

Sur le même sujet et sur le même blog, entre autres:

http://pocombelles.over-blog.com/2020/03/les-habits-neufs-de-l-empereur-par-hans-christian-andersen.html

http://pocombelles.over-blog.com/2020/04/daddabha-jataka-ou-le-jataka-pour-le-temps-du-coronavirus.html

France: le masque de la terreur
Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>