Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Entrevista con el coronel ruso Vladimir Kvachkov sobre la "pandemia" del coronavirus

16 Septembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Politique, #Russie, #Opération Coronavirus

Entrevista con el coronel ruso Vladimir Kvachkov sobre la "pandemia" del coronavirus

KVACHOV DÉCRIT LA VRAIE  RUSSIE POST-SOVIÉTIQUE:

 

 

Interview du colonel Vladimir Kvachkov par Alexander Prokhanov (rédacteur en chef du journal Zavtra -"Demain", en russe- et Président du Club d’Izborsk)

 

17 OCTOBRE 2005

 

L'interview sera publiée dans le numéro du journal "Zavtra" du 19 octobre.

 

https://echo.msk.ru/doc/119.html

 

 

Alexandre Prokhanov. Vladimir Vassilievitch, comment évaluez-vous ce qui vous est arrivé ? De qui est l'idée ?

 

Vladimir KVACHKOV. Je pense qu'avant le 17 mars 2005, il n'y avait pas de plan à la base du plan de l'opération contre moi et mes camarades officiers des forces spéciales. Il y avait les activités quotidiennes du FSB et d'autres services de sécurité, peut-être privés, qui suivaient les courants politiques les plus dangereux et les orientations des autorités sur le terrain national-patriotique. Parmi eux, il y avait l'Union de la puissance militaire dirigée par le général colonel L.G. Ivashov, à l'œuvre de laquelle j'ai participé. Sans aucun doute, mes presque trente années de service dans les formations et unités à vocation spéciale des forces armées, mon expérience personnelle du combat en Afghanistan, au Tadjikistan, en Tchétchénie et dans d'autres "points chauds" pourraient susciter un intérêt accru pour les services spéciaux. C'est probablement la principale raison pour laquelle j'ai été arrêté à mon domicile cinq heures après la "tentative de Chubais".

 

Je considère tout ce qui s'est passé, y compris le fait d'être en prison, comme un test de ma foi orthodoxe et de la volonté de l'officier. Je suis un officier russe et je suis obligé d'endurer dignement toutes les épreuves et les privations du service militaire pour la défense de la Patrie, y compris la captivité.

 

A.P. Vous êtes un officier de renseignement militaire expérimenté. Une "opération" de ce type, menée par des spécialistes, aurait-elle pu échouer de manière aussi ingrate ?

 

V.K. L'évaluation objective de cette action subversive, si elle a bien sûr eu lieu, ne peut être reçue qu'après l'analyse de ses trois positions : politico-militaire, juridique et militaire elle-même.

 

Du point de vue militaire et politique, cette action est l'une des formes de la guerre de libération nationale. La destruction de tout envahisseur étranger et complice des occupants, y compris dans le domaine économique, est le devoir et le devoir sacré de tout officier, soldat, tout soldat, qu'il combatte en combat armé ouvert sur le front ou qu'il opère sur le territoire occupé par l'ennemi de son pays. Le moment de vérité est la reconnaissance ou la non-reconnaissance du pouvoir d'occupation actuel en Russie. Pour moi, l'occupation de la Russie par une puissance étrangère est évidente, de sorte qu'une tentative d'éliminer l'un des plus sinistres organisateurs de l'occupation de la Russie ne peut être considérée comme une infraction pénale ordinaire. C'est la première action armée de la guerre de libération nationale. Tous ces Eltsins, Tchoubaïs, Kokhis, Abramovitchs, Friedmans, Urinsons et autres nous ont enlevé notre richesse nationale, ont mis les peuples russes et autres peuples indigènes au bord de l'extinction, et la Russie au bord de la dissection. La destruction des occupants et de leurs complices n'est pas un crime, mais le devoir et la responsabilité de tout défenseur de la Patrie, fidèle au serment militaire. C'est sur cette base que je refuse de fournir des preuves à l'enquête, y compris de répondre à la question de la culpabilité. Je le déclare officiellement : Les nombreux rapports des médias selon lesquels le colonel de la réserve Kvachkov aurait plaidé non coupable ne sont pas vrais. Je crois qu'il n'y a pas d'événement criminel et qu'il ne peut y avoir de culpabilité ici. Admettre l'éligibilité de la question de la culpabilité, c'est admettre l'éligibilité de reconnaître cet événement comme un crime.

 

D'un point de vue purement juridique, les personnes accusées d'avoir commis un crime ne doivent pas prouver leur innocence, elles doivent être prouvées coupables. Plusieurs dizaines ( !) des examens effectués n'ont pas indiqué ma participation directe, ainsi que celle de Robert Yashin et d'Alexander Naidenov arrêtés dans cette affaire. Il n'y a ni preuve ni trace : ni la nôtre, ni celle d'autres personnes. Que les agresseurs aient travaillé proprement ou que les enquêteurs aient mal travaillé, c'est une autre affaire. Le jury devrait se voir présenter des preuves, et non des fantasmes de détective et de déficient du bureau du procureur, basées sur le témoignage de délinquants sexuels et de mouchards.

 

Pour des raisons compréhensibles, je ne peux analyser la composante militaire que sur la base des documents présentés dans les médias. Il existe deux options : le sabotage ou la mise en scène. S'il s'agissait d'une action subversive, il est évident que le groupe qui a été pris en embuscade contre l'objet blindé n'est pas venu là avec deux fusils automatiques à partir desquels des tirs ont été enregistrés sur les véhicules. On a trouvé dans la neige six litières pour le tir. Cela signifie qu'il y avait d'autres agresseurs armés. Les fragments du paquet de l'explosif brûlé trouvés sur le site de l'explosion suggèrent que la charge explosive principale, faite d'explosif ( !) de fabrication artisanale (BB), a brûlé et n'a pas explosé, c'est-à-dire qu'elle n'a pas explosé. La puissance d'une explosion d'une charge intermédiaire faite de TNT ou d'un autre explosif de puissance normale conçu pour déclencher une détonation dans un explosif improvisé (généralement de puissance inférieure), les experts ont estimé la puissance de la charge explosive principale de l'explosion, à en juger par celle-ci, alors la puissance de la charge explosive principale de l'explosion devrait être de 25-30 kilogrammes en équivalent TNT. L'explosion d'une telle puissance produite près de la voiture aurait probablement dû jeter la voiture de Chubais hors de la route, après quoi la destruction de l'installation aurait dû être achevée par d'autres moyens, très probablement des grenades antichars portatives comme la RPG-18 (26). La détonation, à en juger par la direction de la trace de shrapnel sur le capot de la BMW devant la roue avant droite, plutôt qu'au centre du véhicule, est très probablement due à la difficulté d'un moment absolument précis de fermeture manuelle du réseau de soufflage électrique dans des conditions de visibilité limitée en forêt. La vitesse d'un cortège de 90 km/h, qui est la vitesse la plus probable au moment du dépassement, signifie que l'on roule à 25 mètres par seconde ou 2,5 mètres par 0,1 seconde. La planification d'une détonation à cette vitesse 0,1 seconde plus tard, c'est-à-dire au centre, ou plus encore à l'arrière de la voiture, en cas d'erreur, même minime, dans la réaction du bombardier pourrait être tardive et le coup principal ne serait pas porté à l'objet déjà dépassé, mais au véhicule d'escorte. Cela ne faisait certainement pas partie des plans des attaquants, ce qui est confirmé par leurs actions ultérieures : lorsque les gardes sont sortis de la voiture, ils n'ont pas été détruits par des tirs d'armes automatiques, ce qui aurait été facile de 30 à 40 mètres, mais ont été repoussés par le feu, juste pour éviter de perturber le départ du groupe.

 

En cas d'embuscade, la détonation de mines et de mines terrestres signifie généralement un signal pour ouvrir le feu et d'autres actions du groupe. Par conséquent, le sous-groupe de tirs était un sous-groupe de tirs réfléchissant les plantes pendant plusieurs secondes avec des balles incendiaires perforantes. Après une explosion de forte puissance, à un mètre et demi de la BMW, on se demandait si même les vitres blindées du côté droit du véhicule conserveraient leur résistance.

 

Il est difficile de juger des raisons de l'échec de l'accusation principale dans l'explosion. Il est possible que le mélange lui-même ait été fabriqué de manière incorrecte (bien qu'un essai d'explosion d'une BMW de fabrication artisanale soit généralement effectué), il est possible que l'étanchéité du mélange ait été perturbée pendant le transport ou l'installation dans la neige, ou il est possible qu'il y ait eu d'autres raisons.

 

L'échec de l'action subversive des guérillas pour détruire la figure la plus odieuse de la démocratie russe indique que le Seigneur n'a pas permis à Chubais de mourir rapidement et sans douleur et a préparé une autre punition, plus lourde, pour lui et toute cette bande. Eh bien, attendons. La guerre de libération nationale du peuple russe ne fait que commencer. La libération de Cuba a également commencé par une tentative infructueuse de prise d'assaut de la caserne Moncada par une poignée d'hommes courageux dirigés par Fidel Castro.

 

La deuxième version était une fausse attaque. Comme je ne l'ai jamais fait auparavant, je m'abstiendrai de commenter cette option en raison de mon incompétence.

 

A.P. L'armée russe est l'objet de provocations continues dans lesquelles le bureau du procureur est impliqué. Quel est le "procès" sur la fierté du renseignement aérien de Pavel Popovskikh avec ses amis. Votre affaire n'est-elle pas une continuation des répressions contre l'armée ?

 

V.K. En 1997, le Commandement des forces aéroportées, sous les auspices du Conseil de sécurité de la Fédération de Russie, a organisé une conférence scientifique et pratique intitulée "Opérations spéciales et nécessité de créer des forces spéciales (troupes) dans les forces armées de la Fédération de Russie". La conférence a été préparée par nous et P.Y.Popovskikh. A l'époque, il était à la tête des services de renseignement des forces aéroportées, et j'occupais un poste à responsabilité au sein du GRU GS. Le soir, la veille de la conférence, où je faisais le rapport principal, un appel a été reçu à la maison, un lieutenant général de GRU m'a appelé et m'a demandé de refuser de faire un rapport car la création de forces spéciales indépendantes des forces armées entraînera une réduction du personnel de renseignement militaire avec toutes les conséquences organisationnelles, officielles, administratives et économiques qui en découlent. Je n'ai pas refusé de faire un rapport, j'ai fait un discours soulignant que la préservation des forces spéciales dans le cadre du renseignement militaire ralentit la création de la nouvelle sorte de troupes les plus modernes en Russie. À cette époque, l'écart avec les États-Unis, qui ont créé leurs forces d'opérations spéciales, était d'environ dix ans. Après la conférence, la "piste d'atterrissage" dans l'affaire Kholodov a augmenté de façon spectaculaire. Pavel Popovskikh et ses camarades ont été envoyés en prison, et j'ai été renvoyé des forces armées exactement le jour de mon 50e anniversaire, malgré la décision déjà prise par le ministre de la défense de prolonger mon service. L'idée de créer des forces spéciales (troupes) en Russie a été si cruellement réprimée. Déjà en tant que spécialiste civil du Centre d'études militaires et stratégiques de l'état-major général, j'ai présenté mes justifications quant à la nécessité de réunir les formations et unités spéciales existantes, dispersées dans les districts militaires, en une seule structure d'organisation et d'état-major, les secrétaires du Conseil de sécurité, les ministres de la défense, les chefs de l'état-major général, le président. Quelque part dans les voûtes du GRU devrait être conservé mon rapport de 2000 avec un compromis, une demi-solution du problème - la création de forces spéciales du GRU GSh - avec la résolution du chef d'état-major général de l'armée de terre, le général A.V.Kvashnin : "Je suis d'accord. Il s'est avéré qu'il est d'accord, mais qui lui donnera. En principe, le sort des forces spéciales des forces armées devait être décidé en mars (notez la date !) de cette année. La monographie de la thèse de doctorat sur la théorie des opérations spéciales des forces armées est prête à être imprimée. Le 18 mars, j'ai dû l'envoyer à une imprimerie. Mais le 17 mars, j'ai été arrêté... Tout cela peut-il être considéré comme une coïncidence de dates ? Non, bien sûr que ce n'est pas le cas. L'objection catégorique du monde en coulisses contre le renforcement des forces armées russes est évidente. La formation de forces spéciales aurait permis d'accroître considérablement l'efficacité des opérations spéciales dans le Caucase du Nord, aurait élargi la possibilité pour la Russie de protéger le peuple russe dans la CEI divisée en parties ainsi que les intérêts nationaux de la Russie à l'étranger. Mais le gouvernement actuel a peur de sa propre armée - non pas celle qui a déjà été détruite par lui, mais celle qui est encore prête au combat. De quelle puissance faut-il avoir peur ? Des forces terrestres à peine respirables, de l'aviation, et surtout de la marine. Et les forces spéciales sont dangereuses. C'est pourquoi le rôle du bureau du procureur de Popovski, Ulman, dans notre cas, est le rôle du mécanisme exécutif. Les organisateurs sont au Kremlin, les clients sont à l'étranger. La destruction de l'armée russe par les non-combattants se poursuit.

 

A.P. Comment évaluez-vous la situation dans l'armée russe ? Le moral des officiers ?

 

V.K. La situation actuelle des forces armées russes est pire et plus tragique que celle de l'armée russe à l'été et à l'automne 1917. Cette conclusion a été tirée sur la base de documents reçus par le Centre d'études militaires et stratégiques de l'État-major général, où je travaille depuis 1995. Ce qui est écrit et dit dans les médias n'est qu'une surface, une partie visible de l'iceberg des problèmes de l'armée, une partie qui ne peut plus être dissimulée. La véritable situation de la sécurité militaire de la Russie et de l'état des forces armées se cache du peuple russe. En substance, la Russie n'a plus d'armée. Il y a des blocs séparés de forces de missiles stratégiques et de troupes aéroportées qui fondent sous les yeux. Les formations et unités des forces spéciales, certaines autres unités et unités des forces armées sont maintenues sur le courage personnel et la loyauté à leur devoir. Tout le reste a perdu depuis longtemps son aptitude au combat et son efficacité au combat. Si l'armée régulière russe a commencé avec deux drôles de régiments de Petrovski, elle revient maintenant à deux drôles de régiments de Poutine.

 

Ce n'est pas seulement, et même pas tellement, l'état catastrophique des équipements militaires. L'armée russe n'a pas d'esprit russe, l'esprit du commandant Alexandre Vassiliévitch Souvorov, du commandant de la marine Fiodor Fiodorovitch Ouchakov, du partisan Denis Vassiliévitch Davydov.

 

Dans la doctrine militaire russe, vous ne trouverez même pas le mot "victoire". La victoire de sa propre armée n'est pas nécessaire pour les hollywoodiens d'aujourd'hui, les dirigeants du pays. Une menace blessée (appelée plus précisément dans les casernes), en lapserdak en civil recevant un défilé militaire, est un superviseur mondial des coulisses, qui contrôle le processus de destruction de l'armée russe. Ce processus, entamé par Gorbatchev, a été poursuivi par Eltsine et son successeur prétendument infidèle, Poutine.

 

L'armée russe, cependant, ainsi que l'armée soviétique, n'ont pas réussi à développer une compréhension correcte de l'essence de la guerre moderne et de la lutte armée. Il n'y avait pas de théorie générale de la guerre, et il n'y en avait pas non plus. Glavpurovskaya Volkogonovskaya Akhineia sur la guerre et l'armée est toujours dans la nouvelle encyclopédie militaire. La théorie de l'art militaire, au lieu de passer des guerres nucléaires aux guerres de l'espace, de l'électronique et du contrôle, est revenue aux guerres du milieu du siècle dernier. Le délire de Poutine, ses complices dans la lutte contre le terrorisme international ne mérite même pas d'être mentionné. Les généraux actuels, à quelques exceptions près et au mieux, sont des opportunistes. En effet, l'armée russe est désormais composée de soldats, d'officiers subalternes et supérieurs. Les pauvres, humiliés par le gouvernement actuel, continuent d'accomplir leur devoir militaire. Il n'y a qu'un seul espoir pour eux. Sur leur moral et leur loyauté envers le peuple.

 

A.P. Pourquoi les militaires réagissent-ils de manière si passive et médiocre à la destruction de l'armée et de la marine ? Où est la voix des militaires ?

 

V.K. L'armée dispose de deux voix. L'un est un bulletin de vote, comme tous les citoyens. L'autre est le vote d'une arme qu'eux seuls possèdent. La voix sociale et politique quotidienne de l'ensemble de l'armée au niveau stratégique est déléguée au commandement des forces armées par le principe du commandement unique. Nous savons ce que le chef militaire et politique de l'armée, ses généraux, ressentent et disent. C'est de la lâcheté, de la désinformation et de la tromperie délibérée de son peuple. Ils livreront la Russie avant même leurs homologues irakiens. Les principaux chefs militaires russes ont été achetés, vendus, achetés à nouveau et sont en vente. Comme l'élite politique civile, le sommet militaire ne lie pas son destin à celui de son propre peuple. Les commandants de divisions (brigades) font exception à la règle. Ils ont besoin des autorités en tant que professionnels, mais seulement pour la guerre, ils sont jetés là où c'est le plus dangereux. Mais seuls les leurs - ceux qui sont proches par leur esprit de trahison - sont autorisés à accéder aux sommets militaires et politiques.

 

Sur le plan opérationnel, il n'y a plus de forme ou de moyen d'exprimer les opinions sociales et politiques des militaires. À l'époque soviétique, cette fonction était partiellement assurée par les conférences de district (marine et armée) du parti. Avec tout le formalisme et l'organisation, il était encore possible d'exprimer son opinion. Au début de la période post-soviétique, il y a eu une activité orageuse de réunions d'officiers. Cependant, avec l'avènement de réformes démocratiques, lisibles et destructrices des forces armées, leurs activités dans les districts, les armées, les divisions ont été interdites par ordre du ministre de la Défense Grachev. La seule façon d'exprimer leur opinion restait les réunions d'officiers au niveau tactique le plus bas - dans les régiments et les unités égales. Mais l'astuce est que dès qu'un commandant consciencieux réunit dans son régiment des officiers avec des réunions vraiment pointues, ce qui signifie inévitablement - des questions politiques, militaires, ses hauts responsables l'accuseront immédiatement de l'incapacité à gérer les gens, en sapant l'état de préparation au combat du régiment (c'est nulle part, mais peu importe, répondez par vous-même), en d'autres omissions et le supprimeront. Ces règles sont bien connues de tous les commandants, je ne connais donc qu'un seul cas de réunion d'officiers dans l'aviation militaire. D'autres commandants manquent d'esprit. Mais ce n'est pas la réponse. La voix d'une réunion d'officiers est de se défouler au son du klaxon, pas dans les affaires. La véritable voix de l'armée est le fracas des chenilles des chars, des BMP et des BMD, les hurlements des avions et des hélicoptères, des TTB et autres véhicules de combat. Ce sont les voix des commandants de pelotons, de bouches, d'escadrons, de bataillons et de régiments. Et la première équipe : "Aux armes !" Cette équipe ne peut être donnée que par une seule conscience et la volonté de l'armée et du peuple. Ensemble, nous sommes silencieux, ensemble, nous nous lèverons de nos genoux.

 

A.P. Que pensez-vous des forces patriotiques nationales ? Quels sont leurs mérites et leurs défauts ?

 

V.K. À l'heure actuelle, les forces patriotiques nationales se sont rapprochées de la fourchette, du point de prise de décision. A droite - bavardage parlementaire avec le parti au pouvoir "Russie unie", à gauche - bavardage parlementaire de l'opposition communiste de gauche. Directement - la lutte de libération nationale et le soulèvement national.

 

Nous vivons dans un pays occupé. Il ne sert à rien d'espérer écarter le pouvoir international étranger au peuple par des élections sans fin. Nous ne pouvons que choisir de nouveaux occupants, échanger certains criminels contre d'autres. Dans ces conditions, le discours interminable des forces patriotiques nationales est dégoûtant. Les guérilleros engagés s'introduisent déjà dans les locaux du CPRF, et leur chef se morfond toujours sur son "profond engagement en faveur de méthodes pacifiques et non violentes de lutte politique". Le flux naissant des patriotes sociaux de la "Mère patrie", en particulier de son aile jeunesse, suscite certains espoirs. Mais la différence fondamentale entre les communistes du CPRF et les patriotes sociaux n'est pas encore évidente. Comme si Rodina ne devait pas tomber dans le péché pour se substituer à la lutte de libération nationale avec l'équilibrisme économique. Le courage des jeunes bolcheviks nationaux est admiré. En général, il semble que l'unification des forces patriotiques nationales se fera non pas autour d'idéologies et de programmes politiques, mais autour d'actions réelles et d'actions de résistance populaire. Les autorités ont poussé le Parti du pouvoir national de Boris Mironov dans une position illégale. Son appel à un soulèvement national n'a pas encore atteint la conscience de masse du peuple russe, mais il n'y a pas d'autre option.

 

A.P. Lutte de libération nationale comme objectif d'unification du peuple. Qu'en pensez-vous ?

 

V.K. La lutte de libération nationale est un moyen, une forme, une sorte de lutte. Son but est la libération de la Russie de l'étranger, imposée par le pouvoir anti-national extérieur et par tout le système politique, et l'unification des peuples est la principale condition de la victoire. Non pas dans les exigences économiques l'un à l'autre le travailleur et l'homme d'affaires il faut chercher le sauvetage de la Russie, et dans le changement de la nature de l'autorité suprême, tout le système politique.

 

Le système actuel est conçu pour exercer un contrôle sur le territoire occupé. Cette occupation n'est pas encore militaire, et ne le sera probablement pas. Les capacités actuelles en matière de finances, d'économie, d'information et d'autres types et formes de violence non combattante peuvent être adéquates. Pourquoi nous, les Russes, et notre vaste territoire serions-nous gaspillés par des troupes américaines et de l'OTAN coûteuses, qui font déjà défaut si l'élite politique, militaire et économique peut être achetée. Si dans "ce pays", l'administration de l'occupation s'acquitte de ses tâches de police, tout va déjà bien, selon le plan, alors pourquoi l'occupation cachée devrait-elle être remplacée par une occupation ouverte, militaire ? Le fait que le lieutenant-colonel Gauleiter du territoire d'outre-mer occupé s'appelle le président de la Fédération de Russie, et que les gauleiters de la finance, de la télévision, du pétrole, de l'énergie et autres soient présidents de conseils d'administration, directeurs généraux ou, d'une manière ou d'une autre, l'occupation elle-même ne change rien.

 

En même temps, il faut comprendre que la raison de nos malheurs ne se trouve pas dans les lettres de change de Chubais, Poutine, Kokh, Gref, Abramovich... Elles sont une conséquence du système politique. Le pouvoir en Russie est immoral et anti-national dans sa nature politique. Dès que des élections directes secrètes, générales et égales, frauduleuses seront mises à la base du pouvoir (d'autres - équitables - ne peuvent l'être par nature), les possibilités financières des hommes politiques, indépendantes de la honte et de la conscience des médias, seront mises, le pouvoir apparaîtra tôt ou tard entre les mains de criminels de niveau mondial. Personne ne pourra jamais comparer le pouvoir du péché et du vice avec ceux qui sont pris au pouvoir par un tel système politique. C'est pourquoi nous, les Russes, l'État qui forme le peuple de Russie, avons perdu le contrôle de notre propre pays. C'est pourquoi il faut d'abord sauver la Russie d'un système politique de pouvoir qui lui est étranger, et ensuite la nettoyer des parasites : il ne sera pas rentable pour eux de vivre ici.

 

Et pendant ce temps, nous sommes détruits sans combat par deux millions de personnes par an. Une guerre silencieuse, mais des plus brutales, est menée contre les Russes et les autres peuples indigènes de Russie.

 

C'est un crime politique contre la nation que de soulever des bavettes politiques en même temps que de la morve sur le régime anti-populaire. Remplacer le pouvoir d'un étranger, d'un étranger, d'un anti-national et donc international par le pouvoir national est le but et la signification de la lutte de libération nationale en Russie, un objectif politique commun, un pour tous.

 

Alors que les solitaires continuent à combattre l'occupant par la force. Dans cette guerre de libération nationale pour le peuple russe et le sol russe, tous ne vivront pas et ne verront pas une victoire. Quelqu'un est destiné à mourir, quelqu'un à être blessé, quelqu'un à être capturé. Cela n'a pas d'importance. Il est important de trouver la force de se lever. Il est temps de se lever ! Endurer d'autres violences contre vous-même, vos femmes et vos enfants, votre peuple, signifie devenir complice et complice de la puissance occupante.

 

En juin de cette année, mon fils aîné Alexander, qui est recherché depuis mars, a eu trente ans. Ne pouvant lui écrire, je veux lui faire comprendre par le biais du journal : ne succombe pas au possible péché de découragement, mon fils. C'est vrai, et donc Dieu est de notre côté. Le fait que je sois en prison, et que vous vous cachiez, dit seulement que le pouvoir actuel n'est pas le nôtre, pas le pouvoir russe, et que nous ne vivons pas dans notre État. Je t'aime, mon fils, et je suis fier de toi. Je prie notre Dieu de vous envoyer à l'avenir la grâce et la joie de vivre dans une famille orthodoxe, et à moi le bonheur de vivre et de chérir vos enfants. Mais sur notre chemin, je ne peux pas et je n'ai pas le droit de vous dire que je suis père - prenez soin de vous. En cette période de repentir, vous et moi ne devrions pas nous sauver. C'est pour protéger votre peuple, votre foi et votre patrie.

 

A.P. Dans quel but avez-vous décidé de vous présenter comme candidat à la Douma d'État ? Que pensez-vous des prochaines élections à la Douma d'État et au Président ?

 

V.K. Le principal objectif de mon intention de devenir député à la Douma d'État est de m'évader de prison et de poursuivre la lutte. Certains types et formes de lutte de libération nationale peuvent et doivent être menés dans les prisons, comme le font actuellement mes collègues officiers, nos jeunes associés du NBP et d'autres. Mais il est évident que les possibilités de se battre derrière les barreaux sont limitées. Les possibilités offertes à un député de la Douma d'État devraient permettre un travail plus actif et plus approfondi pour expliquer l'absurdité totale de la salle de conférence parlementaire, la haine des Russes et la nature antinationale du gouvernement actuel et de l'ensemble du système politique. La représentation du peuple est sans aucun doute nécessaire. Mais la procédure des élections, la révocation des députés, la composition par classe et par travail des députés, le temps et la procédure de travail des sessions, les fonctions de cet organe de représentation et de contrôle du peuple devraient être modifiés de manière significative. C'est la tâche du futur pouvoir national.

 

En général, il s'agit d'élections. La Russie s'est vu imposer un modèle politique créé et testé aux États-Unis. L'essence de ce système politique est la création artificielle de deux forces pour l'apparition d'une lutte pour le pouvoir et l'argent, jouant sur la scène politique selon des règles clairement et fermement établies. Aucune autre force n'est autorisée à entrer dans la vie politique nationale par le biais de diverses restrictions électorales. Cela fonctionne bien avec un troupeau américain bien entraîné et stupide et, dans l'esprit des développeurs du système, cela devrait fonctionner en Russie. La prochaine étape après la création d'une Douma d'État bipartite consistera à modifier l'ordre des élections présidentielles, qui seront uniquement organisées par les partis politiques représentés à la Douma d'État. Par conséquent, les prochaines élections à la Douma d'État auront très probablement lieu dès 2006 afin de disposer du temps nécessaire pour préparer un nouveau cadre législatif et un cadre politique approprié pour les partis. Après cela, les élections - la nomination du chef de la Russie - se dérouleront avec un résultat connu d'avance pour être gagnant-gagnant en coulisses. En même temps, le troupeau de la télévision russe, comme le troupeau américain, regardera diverses émissions politiques à la télévision et choisira, choisira, choisira ... jusqu'à ce que leurs mains tombent de maladies et de malnutrition, parce que leur cerveau aura déjà séché à ce moment-là. C'est ce qu'ils nous cuisinent. Le boycott de ce badinage politique est la seule véritable position de toutes les forces patriotiques nationales. Nous avons notre propre mariage devant nous.

 

A.P. Vous étiez dans la même cellule que Khodorkovsky. Comment avez-vous communiqué ? Comment vous a-t-il impressionné ?

 

V.K. Je tiens à dire d'emblée que je considère la nationalisation - le retour à la propriété nationale de toutes les ressources naturelles russes - comme absolument inconditionnelle et nécessaire. M.B.Khodorkovsky, comme d'autres milliardaires et millionnaires qui ont fait fortune grâce au pétrole, au gaz et à d'autres matières premières, sont devenus leurs propriétaires illégalement. Ici, comme on dit, le commerce est inapproprié. Il ne s'agit peut-être pas de l'amnistie des capitales, mais de l'amnistie des criminels qui, sous le couvert de lois illégales et d'autres astuces, se sont appropriés notre richesse nationale. Le commerce actuel d'actions de sociétés russes est un processus d'achat et de rachat de biens volés. Par conséquent, cette tourmente financière et économique est totalement dénuée de sens pour nous. Ils partagent notre richesse nationale. Jusqu'à présent, ils partagent toujours. M.B.Khodorkovsky est devenu milliardaire non seulement parce qu'il appartenait à la communauté juive. Il y avait beaucoup d'autres "demandeurs d'emploi" pour des millions et des milliards de pétrole. Et ici, dans l'estimation de M.B.Khodorkovsky, nous abordons un point très important - les qualités professionnelles personnelles des millionnaires russes actuels et d'autres personnes riches. Tout est clair avec les escrocs qui ont volé et transféré de l'argent rapidement et beaucoup à l'étranger. Mais il faut noter qu'au cours des 15 dernières années, sur la masse totale de la population, des dizaines de milliers de petits, des milliers de moyens et des centaines de grands entrepreneurs ont créé, modernisé et maintenu la production des anciennes entreprises dans les conditions les plus difficiles de l'économie de marché (appelons-le ainsi pour l'instant) grâce à leur travail, leur talent et leur énergie. Tous ont été et sont encore contraints de vivre et de travailler selon les lois et les règles de l'économie libérale et criminelle. Les directeurs généraux de toutes ces SARL, ZAO et autres sociétés et entreprises ont prouvé leur résistance et leur capacité à organiser la production. Ces personnes devraient être et seront demandées par les nouvelles autorités nationales. La nation n'a plus besoin de leur argent, mais de leur énergie, de leur diligence et de leur esprit d'entreprise.

 

J'ai défini la plate-forme politique de Khodorkovsky comme étant le libéralisme national. Sa tragédie personnelle est qu'il a été l'une des principales figures et l'un des créateurs de la Russie libérale internationale. Son conflit avec les autorités, pour autant que je comprenne leurs relations, est lié à la tentative de Khodorkovsky de rendre les relations économiques transparentes, d'ouvrir à la société le lien entre les autorités, la politique et l'économie, et de les orienter dans la direction des intérêts nationaux. À mon avis, Khodorkovsky a vécu dans l'illusion que le libéralisme russe actuel pourrait devenir national, et il est lui-même devenu le premier grand libéral national à en payer le prix. De par sa nature même, un système politique étranger à la Russie n'épargne même pas "le sien" : tout ce qu'il oriente vers la nation est soumis aux tabous et aux malédictions les plus cruels.

 

Sur les relations personnelles. Imaginez une image : un libéral juif milliardaire est assis sur la "fenêtre" du haut, les jambes pressées, et un officier russe est assis sur celle du bas. Des discussions politiques pendant cinq, six heures ou plus par jour. Au début, la communication était prudente, puis ouverte et intéressante. Et à la fin du mois, assez chaleureux et même amical. La cellule communale fait son travail.

 

M.B.Khodorkovsky a une vision fondamentalement différente du développement de l'État et de la société russes, mais c'est le point de vue d'une personne qui a lié son destin à la Russie. Toute personne devrait avoir le droit à la liberté de croyance personnelle.

 

Mikhail Borisovich, santé et courage dans votre combat. Le pouvoir international-libéral nous a jetés, vous et moi, derrière les barreaux. Rendez-vous en liberté dans la Russie nationale, dans la Russie russe !

 

A.P. Vous n'êtes pas sous pression en prison et vos proches sont en liberté ?

 

V.K. C'est seulement en prison que je ne suis pas sous pression. L'administration et le personnel du centre de détention préventive sont neutres. Je ressens un impact positif sur mon moral lorsque je me déplace vers et depuis le tribunal aux distributeurs automatiques. Il s'agit des reproches des gardiens et des voisins, dont l'idée générale est : "Dommage qu'ils n'aient pas tué cette merde !" Une rare unanimité entre la police et les détenus.

 

La menace ne vient pas des gardiens ni même des enquêteurs. La pression des autorités est évidente dans les tribunaux pour prolonger la période de détention pour moi et mes collègues. Il y avait déjà trois tribunaux. C'est ce que fait, par exemple, la fameuse "justice basmanienne". En lisant la transcription de la séance du tribunal de district de Basmanny datée du 6.09.2005, mes avocats ont trouvé des documents qui non seulement déforment grossièrement le sens de mon témoignage devant le tribunal. Le juge fédéral A.V.Rasnovsky, avec ces dossiers, fabrique directement une nouvelle affaire pénale contre moi. Ainsi, à la page 5 du rapport, lors de la présentation de mon témoignage, il était écrit : "Je vais sortir et pendre Poutine V.V., Kassianov M.V. - tous ceux qui détruisent notre pays et conduisent à sa dégradation. Et maintenant, comparons ces mots avec ce que j'ai réellement dit lors du procès : "Tous ces Eltsins, Poutines, Gaidars, Chubais, Greves, Curls et autres, qui ont détruit notre pays, doivent être traduits devant la cour du tribunal militaire spécialement créé à cet effet. Juger cette bande de traîtres et de traîtres nationaux en vertu du code pénal en vigueur et des tribunaux corrompus actuels revient à juger les criminels fascistes allemands en vertu des lois du Reich de Hitler et des juges nazis. Le travail du Tribunal militaire spécial devrait être basé sur les principes du Tribunal international de Nuremberg, où la peine la plus élevée était la peine de mort par pendaison. Y a-t-il une différence ? ! Ainsi, le juge fédéral Rasnovsky A.V. a non seulement perverti le sens de mes propos, mais a également inscrit dans le protocole une fausse phrase concernant la menace de pendaison de Poutine et Kassianov, sur la base de laquelle je peux être amené à assumer la responsabilité pénale en vertu de l'article 119 du code pénal "Menace de meurtre ou d'atteinte grave à la santé". Heureusement, les avocats A.I.Moshansky et V.P.Samoilov ont été attentifs, ont remarqué ce piège et m'ont protégé d'une nouvelle poursuite pénale. Dans mes remarques sur le rapport, j'ai présenté une pétition visant à envisager la mise en cause de la responsabilité pénale du juge fédéral Rasnovsky A.V. en vertu de l'article 303 de la partie 3 "falsification de preuves dans une affaire pénale de crime grave ou particulièrement grave". Je n'ai pas encore reçu de réponse.

 

Il est difficile d'être proche, bien sûr. C'est un mauvais ton pour un mari de faire l'éloge de sa femme, mais je pense que ma position permet de faire une exception. Jeune fille, ma Hope m'a épousé et porte la croix de femme d'officier depuis vingt ans. Elle l'a portée quand j'ai été porté dans diverses garnisons et "points chauds". Je suis sûr qu'elle réussira ce test. Soyez patient, mon cher ! Je vous ai déjà parlé de mon fils aîné, Alexander. Le plus jeune fils, Kirill, a terminé ses études sans moi cette année et est entré à l'institut. Je tiens à remercier les enseignants pour leur formation, en particulier le maître de classe Valery Yakovlevich, et le personnel de l'institut pour l'objectivité de leurs évaluations. Ma fille aînée Anna est candidate aux sciences médicales, elle est mariée, et j'ai un petit-fils et une petite-fille, Ivan da Maria. Ma plus jeune fille, Elena, est une invalide du premier groupe et étudie à l'Institut des handicapés de Moscou. L'automne dernier, mon fils aîné et moi avons aidé à préparer sa chambre pour l'hiver. J'espère que l'administration l'aidera maintenant. Maman vit à Nakhabino, dans la région de Moscou, et elle est malade. Mais après les événements, les soins que les médecins lui ont prodigués dans la clinique de jour se sont considérablement améliorés. En général, la famille est largement soutenue par de nombreuses personnes russes, même inconnues. Merci à vous, gens aimables ! Nous sommes infiniment plus nombreux en Russie, quoi que disent nos ennemis à notre sujet.

 

A.P. Que souhaitez-vous dire à vos lecteurs de Zavtra ?

 

V.K. Il n'y a plus de militaires ni de civils en Russie, il n'y a plus d'enseignants, de médecins, de scientifiques, d'ouvriers, de soldats, de paysans, de policiers et d'autres professions. L'heure est venue d'une profession pour tous, celle de défenseur de la Foi et de la Patrie. Et ni nous ni nos enfants n'aurons de profession, sauf celle d'esclave, si nous quittons notre Russie pour être maltraités et pillés par des étrangers.

 

Nous sommes loyaux envers nos propres dirigeants. Nous, les Russes et les autres peuples indigènes de Russie, ils n'ont pas besoin de nous. Je ne veux pas, mais il faudra se lever. Sinon, nous serons perdus. Que Dieu vous sauve !

 

La prison du silence du marin...

 

Octobre 2005

 

 

L'interview sera publiée dans le numéro du journal "Zavtra" du 19 octobre.

 

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc

Lire la suite

Leonid Ivashov : "A bien des égards, nous sommes un pays occupé" (11.04.2018)

14 Septembre 2020 , Rédigé par POC Publié dans #Général Leonid Ivashov, #Philosophie, #Politique, #Russie

Leonid Ivashov : "A bien des égards, nous sommes un pays occupé" (11.04.2018)

Leonid Ivashov : A bien des égards, nous sommes un pays occupé.

 

11.04.2018

 

https://www.km.ru/v-rossii/2018/04/10/siriiskii-krizis/823346-leonid-ivashov-seichas-my-otstupaem

 

 

Si les Américains ont planifié quelque chose - à savoir, ils ont planifié et même partiellement financé la destruction d'un autre État arabe proche de la Russie - alors ils le feront. Et ils travaillent sans ruse - comment cela s'est-il passé avec le flacon de poison que le secrétaire d'État américain Colin Powell a montré à l'Assemblée générale des Nations unies. Et ils ont détruit l'État irakien.

 

Depuis lors, les armes chimiques contrefaites sont devenues de véritables armes politiques. Dès qu'ils parlent de l'utilisation d'armes chimiques, vous pensez qu'ils vont être bombardés. Ils ne vont rien prouver, ils se considèrent comme des gentlemen. Et rien n'a changé dans le comportement occidental. Pendant un temps, lorsque l'Union soviétique était forte, ils ont pris en compte notre force, parlé de "démocratie", de "dissuasion du communisme".

 

Mais les mêmes méthodes fascistes, que les usuriers du monde entier ont fait naître en Allemagne, en Italie, sont aujourd'hui à nouveau demandées. Et cela n'est fait que parce que, premièrement, personne ne rebute et, deuxièmement, la Russie agit de manière incohérente. L'ennemi comprend que notre élite est tout entière dans une boucle avec ses contributions, ses biens immobiliers, etc.

 

C'est pourquoi j'ai dû parler de cette option lors de la réunion des officiers russes le 17 février : ils ne changeront pas leurs plans. Ils ont fait rire un peu la Russie, ont laissé Poutine parler de leurs armes modernes et prometteuses. Mais, néanmoins, ils font de leur mieux : ils mettent en œuvre un plan de démembrement de la République arabe syrienne, ils ne quittent pas le territoire de la Syrie.

 

Il est possible que le président Bachar Al-Assad soit assassiné et qu'un gouvernement fantoche soit mis en place. Ou bien il y aura plus d'un gouvernement dans les provinces, comme en Libye.

 

Nous sommes formidables dans nos paroles, mais lorsqu'il s'agit d'un véritable combat sur n'importe quelle question - sur le Screech, sur les armes chimiques en Syrie, etc. Et les Occidentaux en profitent.

 

Le premier ministre britannique des affaires étrangères, Boris Johnson, a déclaré que "si nous trouvons des armes chimiques en Syrie, nous frapperons. Trump s'est donné pour mission de développer une provocation, en disant que "les Assadiens ont utilisé une attaque au gaz à 30 kilomètres de Damas".

 

C'est fou : si c'était le cas, n'importe quelle brise - et un nuage mortel se dirigeait vers Damas. Mais ils n'ont pas besoin de plausibilité. Israël a pris le contrôle des bombardements. Trump dit qu'Israël frappe, et maintenant nous allons voir que les mêmes Anglais - peut-être les Français, quelqu'un d'autre - vont commencer à détruire les résultats obtenus par l'armée syrienne avec le soutien du Komsomol russe.

 

Et la prochaine chose dont je parle : le Donbass va sûrement éclater. La poudre va sécher un peu - et cela va certainement déclencher cette attaque. Parce que notre pouvoir est à double visage. D'un côté, des discours bruyants et pathos, le président fait appel au fait que nous disposons d'une arme redoutable. Et quand nous devons nous battre et défendre nos intérêts et ceux de nos alliés, nous nous limitons soit au silence, soit à la saignée des moutons sous forme de protestations, de mécontentement, etc.

 

J'ai un exemple inverse de la façon dont nous (le ministère de la défense) avons répondu à chaque mesure occidentale lorsque nous avons commencé à bombarder la République de l'Union de Yougoslavie.

 

Tout d'abord, toutes les structures de l'OTAN qui étaient en Russie ont été exposées. Deuxièmement - les attachés militaires ont été interdits de visite dans tout organe du ministère de la défense, nous ne les avons acceptés nulle part. Nous avons rappelé tous nos militaires qui ont fait des études dans les pays occidentaux, des voyages d'affaires, des conférences, et même une représentation à l'OTAN. Tout a été retiré de ces pays, sauf les renseignements. Et il n'y avait aucune communication du tout. De plus, nous avons agi conformément au droit international - le droit à la défense collective et individuelle.

 

Ils ont dû - ils ont lancé un bataillon sur Pristina, ils ont dû - mettre les troupes à certains endroits, ont impliqué des forces spéciales, des navires. Et c'est à ce moment-là que les Américains sont devenus sobres. Et Clinton a appelé Eltsine - "nous avons besoin que les militaires se rencontrent quelque part", et Albright a demandé d'inclure le processus de négociation. Notre condition était d'arrêter les bombardements, puis de nous asseoir à la table des négociations.

 

Et aujourd'hui, nous déclarons - tant les députés que les membres du gouvernement, le ministère des affaires étrangères et le président - et nous ne faisons rien. Où en est la mise en œuvre de la déclaration selon laquelle nous allons abattre les missiles ? Les Américains, comme tous les Occidentaux, comme Israël, ne font plus que tirer sur leurs vieilles munitions, les vieux Tomahawks. Il n'y a donc pas lieu de se réjouir que de nombreux missiles n'atteignent pas leurs cibles. Ils sont éliminés de cette manière, il est moins cher de tirer sur un territoire étranger - c'est tout.

 

Maintenant, nous battons en retraite. Dans toutes les armées, il existe un principe : si l'ennemi bat en retraite, il faut accroître les efforts, le poursuivre, le presser, lancer de nouvelles forces au combat. C'est ce que nous voyons aujourd'hui sur le front militaire et politique.

 

Et d'un point de vue purement militaire, était-il possible de défendre l'aérodrome syrien, qui a été attaqué cette nuit ? Bien sûr qu'il l'était. Tout d'abord, nous devons prévoir les actions probables de l'ennemi. Pour cela, il y a le renseignement, il y a les structures d'analyse, il y a les quartiers généraux. Nous devons comprendre ce que l'ennemi va faire, dans quelles directions, sur quels objets à frapper. Ensuite, le quartier général prévoit de riposter.

 

De plus, vous devez toujours garder à l'esprit que vous ne devez pas seulement toucher les cibles qui volent vers l'objet, mais aussi les États qui commettent cet acte d'agression. Israël a donc attaqué la Syrie. Pourquoi, n'avons-nous pas de moyens de pression ? Même s'ils ont peur de frapper "les leurs" près de Tel-Aviv, regardez les leviers dont nous disposons : arrêter immédiatement le régime d'exemption de visa, expulser l'ambassadeur israélien d'ici, rappeler son ambassadeur de là-bas, cesser tout contact. Et finalement, il a été possible de riposter aux cibles à partir desquelles les Tomahawks et les bombardiers ont été lancés.

 

Il y a donc beaucoup de leviers, qui veulent une vraie réponse, réagissent toujours de manière complexe. Politiquement - la convocation du Conseil de sécurité de l'ONU, diplomatiquement - la rupture des relations et la limitation des relations avec les pays agresseurs. Il faut voir comment y répondre économiquement. Et, bien sûr, pour répondre de manière militaire.

 

C'est à ce moment-là que nous serions respectés, que nous serions écoutés. Et les agresseurs sont sûrs que tant que nos députés, les membres du gouvernement et les structures présidentielles auront des biens immobiliers, des comptes énormes en Israël et en Occident - il n'y aura pas de réponse de notre part.

 

Parfois, il semble que nous ne soyons pas confrontés à une véritable guerre froide, qui se transforme en guerre chaude, mais à un spectacle grandiose. Il est possible que des représentants des plus hautes autorités de Russie rencontrent des représentants de ce qu'on appelle l'Occident pour prendre le thé ou le cognac et se moquent des surgeons qu'ils ont élevés.

 

On rappelle aux Occidentaux que le colonel Koshkina s'est enfui avec le "Débutant" entre les dents de la Maison des violoneux et a empoisonné des milliards de Syriens à Guta, après avoir passé toute l'Angleterre avant cela, et qu'en général la Russie est un Mordor et un empire du mal. On nous dit que l'Occident pourri (qui est pourtant faible et sur le point de s'autodétruire) s'est retourné contre nous et se venge de nous pour "s'être mis à genoux".

 

Le résultat est, en fait, une chose que nous pouvons voir - l'appauvrissement des masses. Peut-être avec le temps des deux côtés, mais surtout en Russie pour l'instant. Parce qu'un certain Gref, qui sert un certain camp, dirige une banque, dont une partie appartient à la Russie, et une autre à JP Morgan Chase. Et ce même Gref fait toujours rapport au président sur ses bénéfices records. Aux dépens de qui et au profit de qui ?

 

Siluanov et Nabiullin envoient de l'argent géant aux mêmes États en raison de la règle du budget. Et comment comptez-vous comprendre cela ? N'est-ce pas comme une pièce de théâtre ?

 

Vous et moi savons très bien que si un pays accroche un drapeau blanc, le pays gagnant met en place son administration. Et si nous avons mis en place un drapeau blanc en 1991, c'était une administration pro-américaine. Et il est sous le contrôle strict de ses propriétaires. Et si Poutine essaie de faire preuve d'une certaine indépendance, il n'en a tout simplement pas le droit, s'il veut défendre honnêtement nos intérêts.

 

Écoutez, le président ordonne au gouvernement de faire le contraire, parce que la direction de Medvedev et de toute la bande qui siège à la Maison Blanche sur le quai Krasnopresnenskaya n'est pas à la tête du Kremlin ou de Poutine. Les chefs sont assis à la Maison Blanche sur Potomak. Et "nos" ministres suivent scrupuleusement les instructions qui en découlent.

 

Il ne me reste qu'une question : Poutine veut-il vraiment aider la Russie ou joue-t-il aussi un rôle dans cette représentation ? Le rôle d'une sorte de couverture est de dire des mots gentils et beaux, de promettre quelque chose. Et nous pouvons voir où va le pays et comment il est traité. Et il n'y a pas de réaction adéquate.

 

Regardez, les avions d'Aeroflot sont retenus à Londres. Pourquoi ne pas arrêter cinq avions britanniques à Moscou immédiatement ? Pourquoi nos diplomates sont-ils expulsés et nous allons à des fêtes et des réceptions dans des ambassades occidentales ? Pourquoi ne pas introduire des contrôles stricts, une surveillance extérieure des diplomates occidentaux - et ne pas maintenir de contact avec eux ! Nous n'avons rien fait à ce sujet.

 

Si nous ne réagissons pas aujourd'hui lorsque nos ennemis frappent Damas, Homs, demain ils nous apprendront que nous ne réagirons pas même s'ils commencent à frapper le Kremlin. Maria Zakharova va protester - et ce sera la fin de l'histoire.

 

Ce pouvoir est corrompu. Elle a été créée sous l'égide de l'alcoolique Eltsine et continue à hériter de cette tradition.

 

C'est la même histoire avec les pêcheurs de Kerch. Il n'y a pas eu de véritable réponse de la part de la Russie. Des gens souffrent, des gens sont torturés en captivité - et le ministère des affaires étrangères "exprime sa préoccupation". Et alors pourquoi avons-nous besoin de forces armées puissantes, de forces spéciales, de services spéciaux ? S'il y avait une volonté, si les autorités protégeaient réellement les intérêts nationaux, et non les intérêts des banques américaines, trois ou cinq navires ukrainiens seraient en état d'arrestation.

 

Nous nous sommes souvenus de Gref, et regardons Gazprom, le "trésor national". 27% des actions sont détenues par la Bank of New York, tandis que le reste, qui est considéré comme public, a été saisi par l'entourage du président à Saint-Pétersbourg. Et nous allons l'appeler "trésor national" ! Tant que nous le tolérerons, c'est ce qu'ils nous feront. À bien des égards, nous sommes un pays occupé.

 

 

Colonel-général Leonid Grigoryevich Ivashov

Lire la suite

Sergey Glazyev : La spiritualité est une catégorie économique (Club d'Izborsk, 14 septembre 2020)

14 Septembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Politique, #Economie, #Russie

Sergey Glazyev : La spiritualité est une catégorie économique

14 septembre 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19897

 

 

Actuellement, le système économique impérial mondial (MHU), basé sur des organisations transnationales de production et de technologie verticalement intégrées, refinancées par l'émission de monnaie fiduciaire (classique) sous contrôle centralisé, est en déclin.

 

Suite à l'effondrement de l'URSS, le leadership mondial des États-Unis a été réduit. En Chine, en Inde et dans d'autres pays d'Asie du Sud-Est, une nouvelle UCM intégrale est en cours de formation, combinant la planification stratégique et indicative avec l'auto-organisation du marché, le contrôle de l'État sur la circulation de l'argent avec des prêts aux entreprises privées, la propriété de l'État sur les installations d'infrastructure avec la propriété privée dans les industries compétitives. Que fera la Russie dans ces conditions ?

 

De par son type, une MHU intégrale est une MHU convergente, combinant les avantages d'une économie socialiste et capitaliste. L'administration publique y est beaucoup plus compliquée qu'en URSS ou aux États-Unis. L'État n'agit pas comme un organisateur omniscient, comme en URSS, ou comme un comité exécutif de l'oligarchie financière, comme aux États-Unis, mais comme un chef d'orchestre, harmonisant les intérêts des différents groupes sociaux sur la base du critère de croissance du bien-être public. L'idéologie d'État en Chine est socialiste, l'économie est basée sur le marché, la direction politique est assurée par le parti communiste et les responsables du développement économique sont des entreprises privées et collectives. En Inde, les motivations socialistes se manifestent également dans l'idéologie et les pratiques de gestion de l'État, bien que politiquement, il s'agisse de la plus grande démocratie du monde avec un secteur privé développé.

 

En fait, la Chine a construit un modèle exemplaire de la nouvelle MHU avec une idéologie pragmatique axée sur la croissance du bien-être public. Dans ce modèle, la relation entre le travail et le capital cesse d'être antagoniste car elle est régulée et dirigée par l'État socialiste. Les relations de propriété deviennent plus complexes et sont réglementées par l'État en fonction de l'intérêt public. La place de la lutte des classes est occupée par la coopération entre les collectifs de travail et les employeurs, dont le modèle est un secteur public développé. Les partenariats public-privé déterminent le degré de liberté de l'entreprise privée et canalisent ses énergies vers l'amélioration du bien-être de la population.

 

En fait, la MHU intégrale supprime la contradiction antagoniste entre le capitalisme et le socialisme. En utilisant les méthodes de la logique dialectique, on pourrait dire que c'est le résultat de la lutte et de l'unité des opposés dans la synthèse d'une formation sociale et économique qualitativement nouvelle. Cependant, cela nécessitera un remaniement cardinal de toute la théorie de la formation de Marx, qui prétend expliquer l'histoire de l'humanité.

 

La question demeure quant au monde des pays et des peuples qui nous entourent. Bien que dans notre tradition spirituelle il y ait un idéologème de la réactivité du monde, clairement manifesté dans la construction du système mondial du socialisme, l'histoire nous enseigne la nécessité de distinguer le nôtre des autres. Une partie importante de l'image de l'avenir devrait être la réunification de l'espace économique et humanitaire commun des peuples liés à la Russie par un destin historique commun. La condition minimale pour cela est un développement socio-économique réussi de la Fédération de Russie et la formation d'une image attrayante d'un avenir commun. Sans elle, le pays ne pourra pas servir de locomotive principale de l'intégration eurasienne. Mais ce n'est pas suffisant. Une perception bienveillante d'un passé historique commun est importante.

 

La théorie du développement économique à long terme décrite ci-dessus, comme indiqué, ne s'étend pas au-delà du XVIe siècle. La société traditionnelle qui existait avant la Réforme en Europe et les Grands Troubles en Russie a été reproduite sous d'autres lois. Les gens croyaient en Dieu et en l'invariabilité de l'ordre établi des choses avec une reproduction cyclique de l'économie basée sur l'agriculture, l'organisation communautaire de la vie populaire, la structure de classe de la société et le pouvoir suprême hérité. Ce dernier était considéré comme ayant été donné directement par Dieu et, en vertu de son autorité incontestée, ne pouvait qu'être de nature mondiale. Selon la logique de l'organisation systémique du développement humain, les communautés de personnes les plus développées étaient absorbées par les moins développées, formant les entités proto-étatiques. Ce n'est pas une propriété privée, mais l'aspiration inhérente à l'expansion de tout organisme vivant qui a fait des formations tribales réussies celles qui ont formé l'État. L'idéologie qui prétend consolider la société devrait répondre au rôle de notre peuple dans ce processus de développement civilisationnel.

 

Il faut reconnaître que les mythes historiques existants minimisent clairement le rôle du peuple russe dans l'histoire de l'humanité. Ce qui ne vaut que la ridicule théorie viking sur l'origine de l'État russe, écrite par des pseudo-historiens allemands, qui ne connaissaient même pas la langue russe.

 

Il est clair que le but de ce sabotage idéologique du XVIIIe siècle était de créer un complexe d'infériorité et de supériorité occidentale dans la conscience publique russe. Elle a été complétée par une campagne de destruction totale des chroniques et des monuments culturels russes anciens, qui s'est achevée par l'incendie de Moscou en 1812. Plus tard, avec l'aide de pseudo-historiens déjà français, l'absurde mythe du joug tatare-mongolien, composé à la fin du même XVIIIe siècle par un jésuite polonais, a été lancé. Le sens de ce sabotage idéologique, repris par l'historiographie soviétique, était de créer une image d'esclave du peuple russe, habitué à l'oppression et au despotisme, dont il aurait été libéré par les bolcheviks.

 

Avec une telle mythologie historique, il est difficile de revendiquer un leadership idéologique dans le monde, ce que la Russie a pourtant démontré au cours des deux derniers siècles. Il est nécessaire de démystifier ces mythes le plus rapidement possible et de les éradiquer de la conscience publique, qui devrait être fière de son passé glorieux.

 

Si la version actuelle de l'origine de l'État russe est conservée, dans quelques décennies, la fondation originale du monde russe sera présentée à l'image des sauvages, qui ont été élevés et installés non seulement par des Vikings féroces et des Mongols militants, mais aussi par des cachettes légendaires aux côtés de Turcs héroïques.

 

 

Sergey Glazyev

 

http://www.glazev.ru

Sergey Yurievich Glazyev (né en 1961) - éminent économiste, homme politique et homme d'État russe, membre de l'Académie des sciences de Russie. Conseiller du président russe sur les questions d'intégration eurasienne. Un des initiateurs, membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Sergey Glazyev : La spiritualité est une catégorie économique (Club d'Izborsk, 14 septembre 2020)
Lire la suite
Lire la suite

Emil Dzhumabaev : l'appel du monde nomade (Club d'Izborsk, 11 septembre 2020)

11 Septembre 2020 , Rédigé par POC Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Philosophie, #Société

Ce monde est un pont, nous devons le traverser, pas y construire une maison.

Emil Dzhumabaev

 

Emil Dzhumabaev : l'appel du monde nomade

11 septembre 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19888

 

 

La civilisation moderne est en pleine crise, ressemblant de plus en plus à une impasse. Des dizaines de raisons de ce sujet de crise sont nommées, mais si l'on regarde l'essence même du problème, la raison principale est la disparition du sens de l'Histoire. Pourquoi existons-nous, pourquoi sommes-nous créés ? La civilisation a-t-elle un sens et quelle est sa signification ? Il est déjà évident que l'idée de progrès matériel conduit à une catastrophe écologique et à la dégradation de l'humanité. L'image purement religieuse du monde effraie l'humanité moderne orientée vers l'idée de confort et de bienfaits de la vie. Les traditions de nombreux peuples ont disparu ou se sont déjà fortement dégradées sous la pression de la civilisation moderne. Mais des réponses et des issues devront encore être recherchées si l'humanité veut rester une humanité, et non des troupeaux sauvages de bipèdes. La conceptualisation de ces réponses possibles est l'une des tâches spirituelles et intellectuelles les plus importantes de notre époque.

 

Dans un premier temps, nous allons examiner le phénomène de la civilisation moderne elle-même. On ne se rend pas toujours compte que la "civilisation moderne" est une civilisation occidentale. Les valeurs et les modèles de l'Occident libéral sont devenus une référence pour le monde entier au XXe siècle. Pour parler très brièvement, l'essence du libéralisme est l'individualisme, les droits et le confort d'un individu, une personne privée du point de vue de son existence physique. Toutes les valeurs et institutions du libéralisme reposent sur ces fondements spirituels fondamentaux. Aujourd'hui, au XXIe siècle, l'humanité tout entière est essentiellement "libérale" et "occidentale".

 

L'Occident en tant que civilisation est le résultat d'un long travail culturel, de la symbiose et de la synthèse de nombreuses civilisations et cultures. Elle est l'héritière non seulement de l'Europe proprement dite, y compris de la Grèce et de la Rome antiques, mais aussi de Sumer, de l'Égypte, de la Perse, de la Judée et de la Byzance. La mobilité intellectuelle, l'efficacité scientifique, le pragmatisme inné des Européens leur ont permis d'absorber, de maîtriser les fruits de civilisations même très éloignées à tous égards, comme le monde islamique, l'Inde, la Chine. Il en a résulté une domination conceptuelle et une domination sur le monde.

 

Avec un certain degré de schématisme, l'humanité peut être divisée en civilisations "sédentaires" et "nomades". Cette division initiale se reflète dans l'histoire biblique d'Abel et de Caïn, les fils d'Adam. Le fermier Cain tue l'éleveur Abel. L'agriculture est associée à un mode de vie sédentaire, l'élevage de bétail à un mode de vie nomade. L'histoire biblique souligne la victoire du mode de vie sédentaire, des peuples sédentaires, de la ville sur le nomadisme. D'ailleurs, Cain est considéré comme le fondateur de la première ville.

 

Ainsi, l'Occident est l'héritage et l'apothéose combinés de la civilisation sédentaire, la "lignée de Caïn".

 

Et qu'en est-il des cultures et civilisations "nomades" ? Dans l'histoire du monde, les nomades ont le plus souvent joué le rôle de conquérants, de destructeurs, ils ont plongé comme une tornade, balayant l'armée, la ville et l'État. Sur la place des États séparés, les nomades ont créé de grands empires, qui ont favorisé la connaissance des pays et des peuples, l'enrichissement mutuel des cultures, l'effacement des frontières inutiles. Les Arabes ont créé le califat de l'Atlantique à la Chine, le Grand Turc s'est étendu de la mer Jaune à la mer Noire, l'empire mongol est devenu le plus grand État de l'histoire, s'étendant de l'océan Pacifique à l'est à la mer Méditerranée à l'ouest, les Kirghiz ont laissé leur marque dans les noms des tribus et des régions, du Yenisei au Caucase. Mais ayant créé de grands empires, les nomades, en règle générale, dès la deuxième ou troisième génération, tombaient sous l'influence déclinante de peuples sédentaires soumis, adoptaient des religions et des modes de vie étrangers, se vautraient dans la paresse et les intrigues, et étaient finalement absorbés par les peuples conquis, disparaissaient sans laisser de traces. Dans le meilleur des cas, ils sont restés un nom et un mauvais souvenir car les annales et les chroniques ont été écrites par des peuples sédentaires. Cain a toujours battu Abel.

 

Les représentants modernes des "cultures nomades", infectés par les attitudes humanistes occidentales, "justifient" timidement leurs violents ancêtres militants, marmonnent sur "la contribution des nomades à la culture et à l'art mondiaux", parlent d'"eurocentrisme" et de "racisme culturel". Leur comportement même démontre clairement la domination intellectuelle occidentale mentionnée ci-dessus.

 

Si nous nous éloignons des valeurs des autres, alors du point de vue méta-historique et méta-physique, la mission des nomades dans l'histoire était de détruire "l'ordre établi" comme un soin excessif seulement du matériel, physique. Et les scientifiques du monde sédentaire traditionnel les percevaient ainsi lorsqu'ils écrivaient sur le "fléau de Dieu", sur la "punition des péchés", sur la "rédemption" par la lave ardente des raids nomades. "Béni soit votre venue - le fléau de Dieu, que je sers, et non pour que je vous arrête" - c'est ainsi que le pape Léon Ier s'est adressé au chef des Huns, Attila. Lorsque l'homme réussit dans la matière, l'extérieur, le matériel, il est dépassé par l'orgueil du pouvoir personnel, il se croit égal à Dieu ou, du moins, le favori de Dieu, l'élu de Dieu. Dans la chaleur de l'accumulation et de la construction, il oublie ce qui est important, ce qui est spirituel, ce qui est "au-dessus de ce monde". Selon la légende, c'est ce qui est arrivé à l'Atlantide, qui n'a pas écouté le sermon de Noé. Dieu a fait couler les méchants Atlantes. Dans l'histoire de l'humanité, les nomades ont joué le rôle d'un "déluge" pour les riches royaumes de sédentaires arrogants.

 

Il faut ici préciser que selon la symbolique sacrée, les nomades appartiennent au pôle masculin de la manifestation, et les sédentaires au pôle féminin (bien sûr, il ne s'agit pas ici de genre). Selon la division traditionnelle des castes, un nomade est un guerrier. Ainsi, de nombreuses dynasties dans les États colonisés descendent de nomades, et un homme de culture agricole sédentaire appartient à la caste des vahev : paysans, artisans, commerçants, citadins. Cette caste a besoin de conseils spirituels et gravite vers les prêtres, les prêtres. C'est pourquoi le rôle de la religion organisée et des ministres du culte, de l'église, ainsi que des ermites, moines, dévoués, est si important dans les États sédentaires. D'ailleurs, l'impulsion initiale de l'Islam est "nomade", donc dans le Coran et la Sunna rien n'est dit sur le clergé, il est apparu dans l'Islam déjà sous l'influence de la culture sédentaire, "illégalement". Le "militantisme" de l'Islam est aussi "nomade". Il est intéressant de constater que le monothéisme, les dieux uniformes sous leur forme la plus claire et la plus nette, a été révélé aux nomades ou à leurs descendants directs. Elle concerne à la fois le tengriisme pour les Turcs et les Mongols, et les religions abrahamiques (judaïsme, christianisme, islam) pour les peuples sémitiques. Non sans raison, le prophète Muhammad a dit que "tous les prophètes étaient des bergers". Ce n'est pas non plus une coïncidence si la plupart des peuples turcs ont adopté l'islam.

 

Mais tout cela fait partie du passé. Aujourd'hui, il n'existe pas de "civilisations nomades" à part entière. Il existe des États modernes qui s'inscrivent pleinement dans le paradigme du développement moderne (occidental), utilisant les vestiges de la culture nomade à des fins de tourisme ou de propagande. Mais comme nous l'avons déjà mentionné au tout début de notre conversation, la civilisation moderne ("sédentaire") est en proie à la crise systémique la plus profonde. Les anciens pays "nomades", qui tentent de devenir "modernes" et "avancés", mettent en œuvre les mêmes mécanismes de blocage. Que peut-on donc apprendre de leurs propres sources "nomades" ?

 

Le problème est l'impuissance conceptuelle totale des élites des civilisations autrefois nomades. Certes, les élites, en fait, ne... Mais, comme hypothèse de travail, appelons "élites" certains sommets, des pouvoirs. Cette élite est complètement à l'intérieur de l'Occident, pas même des valeurs, mais des clichés, des timbres libéraux. Le "thème nomade" est utilisé pour manipuler sa propre population, pour fomenter le nationalisme, pour détourner l'attention des problèmes sociaux et économiques urgents, pour camoufler le despotisme politique et pour piller son propre pays. "La montée de l'esprit des nomades, l'esprit de la nation" couvre un nouveau cycle de tromperie du peuple, renforçant le pouvoir des Compradors ploutocratiques. Ils sont prêts à tout échanger, y compris leur propre héritage nomade.

 

Et si nous parlons sérieusement de trouver un moyen de sortir de l'impasse de la modernité, nous avons besoin d'une honnêteté intellectuelle impitoyable, de clarté, de sobriété, d'avant-garde, de libre pensée. Nous devons prendre de nos ancêtres (pour réveiller) l'esprit militaire, l'héroïsme, le courage, la masculinité, et le montrer dans la sphère intellectuelle. Dans laquelle, jusqu'à présent, on nous a rappelé des bébés impensables sans défense. C'est exactement ce que le conseiller de Gengis Khan Yelui Chutsai a dit un jour à Kagan Ugedei : « Vous pouvez conquérir le monde en vous asseyant sur la selle, mais il est impossible de contrôler le monde depuis la selle. »

 

Plusieurs questions importantes doivent être soulevées ici.

 

Aucun retour au mode de vie nomade originel, et même à l'échelle de l'État, n'est non seulement impossible, mais il est absurde au XXIe siècle, et conduira à une dégradation systémique totale. Par "civilisation nomade", il faut entendre non pas l'ethnographie, ni le folklore, mais l'attitude à l'égard du monde, le type de conscience, la philosophie (l'avenir).

 

Tout comme les Scythes, les Huns, les Turcs, les Mongols, les Arabes et les Berbères touaregs ont écrasé les civilisations "sédentaires", nous devons écraser la civilisation moderne spirituellement. Il est nécessaire de faire une demande de participation active à l'histoire du monde. Les nomades ont joué un rôle colossal dans le passé, mais ne pouvaient pas créer de formes fortes pour diffuser leur impulsion spirituelle, elle a été absorbée par les "mondialistes" des siècles passés. Nous, les gens de ce siècle, devrions essayer de résoudre cette tâche des plus difficiles, nos conquêtes devraient devenir intellectuelles. Nos armes sont la culture. C'est le "soft power" des descendants nomades. Le positionnement géopolitique de l'État peut également être construit sur cette même base. Acquérir notre propre conceptualité est une véritable souveraineté et une véritable subjectivité. Il serait alors possible de travailler de manière ciblée et consciente, bien que lentement, mais dans la bonne direction.

 

À l'aube des temps, l'humanité était nomade, les gens se déplaçaient à travers la lumière blanche et colonisaient la terre. Mais apparemment, tout ce qui était extérieur, stable, matériel, était considéré comme temporaire, pécheur, distrayant de l'essentiel. L'homme dans cette vie était un nomade, un vagabond, un invité, il ne devait être attaché à rien. Dans les profondeurs de la mémoire humaine (peu importe : "sédentaire" ou "nomade") est restée cette bonne nouvelle, cet appel. Nous sommes des êtres physiques et avons besoin de nourriture et d'un abri contre les intempéries. Ces besoins initiaux sont à l'origine de l'émergence de la société et de l'État. C'est pourquoi le nomade ne rejette pas le monde matériel en général. Il n'en fait tout simplement pas une idole. Ce monde est un pont, nous devons le traverser, pas y construire une maison.

 

Mais il faut dire qu'un nomade dégradé qui a perdu la culture du sol de sa mère mais qui ne veut pas maîtriser la complexité de la civilisation moderne est un phénomène très antipathique et destructeur. Par exemple, en ce qui concerne la nature, l'environnement, il agit souvent comme un barbare et un prédateur, essayant d'épuiser, de détruire, d'assommer et de vendre tout, ne pensant pas à l'avenir et ne s'encombrant pas de tourments moraux. En même temps, il peut se crucifier en amour avec sa terre natale, parler de "l'harmonie de la culture nomade et de l'écologie", etc. Il montre le côté négatif de la "destruction nomade cosmique" et une "paresse nomade" particulière. Il faut également tenir compte du caractère décomposé du mondialisme, dans lequel un descendant de nomades se perd désormais.

 

Il est nécessaire d'explorer et de révéler dans nos propres traditions certains codes culturels et de construire la philosophie "nomade" sur leur base. Pour les intellectuels kirghizes, l'étude de Manas* et de l'épopée d'Er-Töshtük**, ainsi que l'étude de la culture kirghize moderne comme continuation et réfraction de l'esprit nomade, seront de première importance.

 

Quel est l'idéal du "monde nomade" ? Il s'agit d'une unité avec la Genèse, et non d'une intégration dans un mondialisme condamné. L'unité avec la Genèse signifie l'unité avec toutes les choses, avec tous les peuples et toutes les personnes pour continuer à vivre et à apprendre sur soi-même.

 

C'est le dépassement de Cain et d'Abel. C'est un retour à Adam.

 

 

Emil Dzhumabaev

Emil Dzhumabaev (né en 1971) - directeur de la photographie, présentateur de télévision, publiciste. Membre de l'Union des cinématographes kirghizes. Expert du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

* Ndt: Épopée de Manas:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Épopée_de_Manas

http://www.unesco.org/culture/ich/fr/RL/00209

** Ndt: Épopée d’Er-Töshtük:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Töshtük

Emil Dzhumabaev : l'appel du monde nomade (Club d'Izborsk, 11 septembre 2020)
Lire la suite

Vladimir Ovchinsky : Si les tours tombent, c’est parce que quelqu’un en a besoin ? (Club d'Izborsk, 11 septembre 2020.)

11 Septembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Politique

Vladimir Ovchinsky : Si les tours tombent, c’est parce que quelqu’un en a besoin ?

11 septembre 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19889

 

 

Depuis 19 ans, le monde est divisé entre ceux qui croient en la version officielle de l'enquête sur les événements du 11 septembre 2001 aux États-Unis et ceux qui en doutent. Les sondages régulièrement effectués dans de nombreux pays montrent que plus de la moitié des personnes interrogées ne croient pas aux résultats de l'enquête officielle. De plus, les années passent, et les dernières se font de plus en plus nombreuses.

 

Pourquoi, demandent-ils, le trou dans le Pentagone ressemblait-il plus à un trou causé par une frappe de missile qu'à un trou causé par un énorme avion s'écrasant sur un bâtiment ?

 

Pourquoi l'effondrement des tours jumelles de New York a-t-il davantage ressemblé à une démolition contrôlée qu'à l'écrasement d'un avion ? D'autant plus que les tours ont été conçues pour être stables dans une telle situation ? Pourquoi les conclusions de centres de recherche bien connus aux États-Unis et dans d'autres pays sont-elles ignorées dans cette question ?

 

Pourquoi le troisième gratte-ciel GTS-7 est-il tombé si l'avion ne s'y est pas écrasé ? En novembre 2016, un groupe d'éminents ingénieurs de l'université d'Alaska, après avoir mené une étude, a déclaré que les "incendies de bureaux" n'auraient pas pu causer sa destruction. Mais alors, qu'est-ce qui a causé l'effondrement du bâtiment, si ce n'est une explosion contrôlée ?

 

Pourquoi n'est-il pas vrai qu'un quatrième avion détourné par des terroristes a été abattu par l'armée de l'air américaine au-dessus de la Pennsylvanie au lieu de s'écraser "à la suite d'un combat patriotique entre passagers et terroristes" ?

 

Il y a, en fait, des centaines de questions. Pas de réponses raisonnables.

 

Le principal coupable de la tragédie - Oussama ben Laden, au lieu d'être jugé, a été tué par les forces spéciales américaines et le corps a été jeté dans la mer d'Oman. Mais était-ce lui ? Après tout, il n'y a pas eu d'examen international pour identifier le corps.

 

Le 11 septembre a donné lieu à une redistribution globale du monde, à des guerres sans fin, à des révolutions colorées en cascade, à un réseau de nouvelles organisations terroristes.

 

Si les tours tombent, cela signifie-t-il que quelqu'un en a besoin ?

 

 

Vladimir Ovchinsky

 

Vladimir Semenovich Ovchinsky (né en 1955) - criminologue russe bien connu, général de police à la retraite, docteur en droit. Il est un avocat honoré de la Fédération de Russie. Ancien chef du bureau russe d'Interpol. Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Vladimir Ovchinsky : Si les tours tombent, c’est parce que quelqu’un en a besoin ? (Club d'Izborsk, 11 septembre 2020.)
Lire la suite

Alexandre Prokhanov : de Tiraspol à Vladivostok (Club d'Izborsk, 10 septembre 2020)

11 Septembre 2020 , Rédigé par POC Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Politique, #Russie

Alexandre Prokhanov : de Tiraspol à Vladivostok (Club d'Izborsk, 10 septembre 2020)
Alexandre Prokhanov : de Tiraspol à Vladivostok (Club d'Izborsk, 10 septembre 2020)

Alexandre Prokhanov : de Tiraspol à Vladivostok

10 septembre 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19884

 

 

Il semble que récemment, l'État de l'Union de la Russie et de la Biélorussie, proclamé au début des années 90, ait décidé de vivre longtemps. Le parlement, composé de députés des deux États, est au point mort et a dégénéré. Les discussions sur la monnaie commune et le centre d'émission commun ont été réduites au silence. Aucun gouvernement supranational n'a été mis en place. Et, bien sûr, il n'y avait pas de président commun pour gérer la Biélorussie et la Russie. La croissance de cet État de l'Union s'est très vite conçue, s'est tarie et s'est effondrée. Elle a cependant laissé un minuscule rein vivant qui a existé toutes ces années de sécheresse et de gel, parmi lesquelles les relations entre la Russie et la Biélorussie ont été difficiles à développer.

 

Et soudain, Alexandre Grigoriévitch Loukachenko a parlé de l'État de Brest à Vladivostok, c'est-à-dire l'État où la Biélorussie et la Russie fusionnent dans une union interethnique commune. Alexandre Grigoriévitch, qui ne voulait pas penser au véritable État de l'Union jusqu'à récemment, a reproché à la Russie son expansion, maintenant, après la catastrophe politique en Biélorussie, des milliers de manifestations d'opposition, subissant la pression de l'Occident, regardant la concentration des troupes de l'OTAN sur la frontière polono-biélorusse, a dit la phrase : « L'État de Brest à Vladivostok. »

 

Poutine n'a pas commenté cette déclaration. Le triomphe du président Poutine est associé au retour de la Crimée en Russie. C'est l'exploit de Poutine, il l'inscrit dans l'histoire russe sous le nom de Poutine Tavrichesky, le mettant au même niveau que les grands collectionneurs de terres russes. Le soleil de Crimée de Poutine a commencé à s'estomper et à s'effacer après la monstrueuse catastrophe du Donbass, alors que toutes ces années nous avons vu la mort du peuple russe et l'incapacité du Donbass et de la Russie à répondre aux bombardements et aux pilonnages barbares. Mais il y a eu un moment, un moment étonnant, où l'idée de Novorossiya a pu être mise en œuvre. Ce moment est arrivé après le chaudron de Debaltsevo, lorsque l'armée ukrainienne vaincue battait en retraite dans la panique, et que Mariupol - le port et le centre industriel le plus important d'Ukraine - était abandonné. Ensuite, les bataillons de milice pourraient entrer sans combat dans les rues et les places de Mariupol, cela ferait exploser la protestation russe dans des villes comme Kharkov, Mykolaiv, Odessa, Dnipropetrovsk. Dans ces villes pro-russes, où quelques mois seulement après l'arrêt de l'offensive Mariupol, des bataillons nationaux ont été mis en place et la résistance russe a été vaincue, les militants pro-russes ont été emprisonnés, torturés ou ont disparu sans laisser de traces. C'est l'erreur de Poutine d'arrêter l'offensive, qui a transformé la bannière victorieuse de Novorossiya en un rouleau carbonisé.

 

La géopolitique est un phénomène vivant. Elle modifie le potentiel des pays et des peuples, façonne de nouveaux États, nie les anciens, trace de nouvelles frontières. La Russie après le désastre de 1991, quand elle s'est transformée d'un grand empire en un empire tronqué, serré de tous côtés par les républiques déchues, devenues des nids de russophobes, la Russie est morose et porte inexorablement la tâche géostratégique de restaurer les espaces déchirés, d'ordonner les rapports de forces en Europe et en Asie. La République de Transnistrie, avec sa capitale Tiraspol, est une région russe qui languit et tourmente depuis des décennies, détachée de la Russie. L'Abkhazie et l'Ossétie du Sud, ces petits États, n'existent indépendamment que grâce aux bases militaires russes qui les protègent de l'agression géorgienne.

 

La géopolitique du futur présuppose l'émergence d'un État eurasien de Tiraspol à Vladivostok, reliant la Transnistrie à la Russie par un corridor ukrainien allant d'Odessa à Mariupol et Donetsk. L'Abkhazie et l'Ossétie du Sud sont des territoires russes de facto en Transcaucasie. Et nous n'appelons pas ces territoires russes à haute voix, en rendant hommage au temps, en inventant des formules irréalistes, invraisemblables, sur la souveraineté de ces États russes. Leur inclusion dans la Russie, l'inclusion dans la grande Russie des républiques de Donetsk et de Lougansk, la mise en œuvre des plans de la grande Novorossiya, qui, bien sûr, fait partie de la grande Russie, la connexion avec la longue souffrance, chère au cœur russe : la Transnistrie - c'est le modèle géopolitique qui vit dans la conscience des géostratégies de la pensée. Personne en Russie n'a jamais annoncé le concept de l'État de Tiraspol à Vladivostok, mais ce concept est sans doute discuté dans le silence de l'État-major, dans les couloirs de l'administration présidentielle, du Conseil de sécurité et du ministère des affaires étrangères. On pèse les risques, on pèse les potentiels et on pèse les coûts, ainsi que les énormes avantages de l'émergence d'un État qui ne compense que partiellement l'effondrement des grands espaces soviétiques. Un tel État augmente le potentiel des peuples qui y vivent. Il est nécessaire de les combiner en un seul ensemble : relier les économies, les voies de transport, les cultures, rétablir le flux interrompu de l'histoire russe. Si ces modèles secrets et invisibles commencent à se réaliser et qu'un tel État est créé, Poutine retrouvera une réputation mystique de collectionneur de terres russes et prendra une place honorable dans l'histoire russe, d'où il a été progressivement évincé par les échecs du Donbass.

 

Tout ce qui est dit est en harmonie et en accord avec la doctrine du rêve russe. Cet État arrive. Il a ses propres théoriciens, ses propres stratèges militaires et économiques. Je ne doute pas qu'il aura ses propres poètes, conteurs et artistes. Et qui sait, le jour où le président Poutine pilotera un avion de chasse biplace et atterrira à l'aérodrome de Tiraspol n'est peut-être pas loin.

 

 

Alexander Prokhanov

 

http://zavtra.ru

Alexander Andreevich Prokhanov (né en 1938) - éminent écrivain, publiciste, politicien et personnalité publique soviétique russe. Il est membre du secrétariat de l'Union des écrivains russes, rédacteur en chef du journal Zavtra. Président et l'un des fondateurs du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Alexandre Prokhanov : de Tiraspol à Vladivostok (Club d'Izborsk, 10 septembre 2020)
Lire la suite

Viktor Grinkevich : Les élites pourries sont la fin de l'Etat (Club d'Izborsk, 9 septembre 2020)

9 Septembre 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Economie, #Politique, #Russie

Viktor Grinkevich : Les élites pourries sont la fin de l'État

9 septembre 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19883

 

 

La haute direction de la Russie et les élites dirigeantes parviennent progressivement à ces conclusions et à ces actions concrètes dont nous ne parlons pas la première année. Le renouvellement du personnel d'encadrement devrait être basé sur les talents et les capacités humaines, tandis que la promotion et le développement de carrière devraient être réservés à ceux qui sont prêts à "labourer" au profit de leur pays d'origine. C'est exactement ce que notre président a déclaré lors d'une réunion avec les gagnants de la troisième saison du concours des leaders russes. La veille, un message similaire avait été délivré aux finalistes par le Premier ministre Mikhaïl Michustine.

 

Juste en prévision de la finale, un rapport détaillé intitulé "Qualité des élites 2020", préparé par des chercheurs de l'Université de Saint-Gall en Suisse en collaboration avec l'école de gestion de Moscou "Skolkovo" et la société dxFeed Solutions, a été publié. La conclusion pour la Russie a été décevante. En ce qui concerne la qualité des élites, nous étions au niveau du Botswana et du Mexique.

 

L'indice de qualité des élites introduit par les chercheurs montre comment les actions des élites et leurs approches de la création de richesse accélèrent ou ralentissent le développement des pays. Cette analyse montre l'impact des élites nationales sur la société à travers un système de redistribution des valeurs matérielles et immatérielles, la capacité à mettre en place des institutions de travail et des modèles commerciaux. Au total, 72 indicateurs uniques montrant les valeurs, la qualité et les performances des groupes au pouvoir dans les principales économies mondiales ont été analysés.

 

Aussi étrange que cela puisse paraître, la première place en termes de qualité des élites a été prise par l'un des "tigres asiatiques" - Singapour. La deuxième place a été prise par la Suisse, la troisième par l'Allemagne, la quatrième par le Royaume-Uni et la cinquième par les États-Unis. Les pays BRICS, à l'exception de la Chine, se trouvent dans les dix derniers de la liste.

 

Le Kazakhstan est en 19e position, tandis que la Russie n'est qu'en 23e position. En même temps, notre pays se caractérise par un écart important entre les différentes composantes de l'indice : selon un certain nombre de critères, il est entré dans le top dix des pays considérés, tandis que dans l'autre partie - dans le second dix.

 

En particulier, la Russie a reçu les meilleures notes en termes de politique macroéconomique, comme l'inflation (1ère place) et le ratio de la dette publique au PIB (2ème place). La politique fiscale et la compétitivité du système bancaire ont été très appréciées. Le faible niveau de la dette publique est particulièrement important, car il montre la retenue des élites dans la redistribution de la valeur par la délégation de la charge financière aux générations futures. La qualité des institutions est supérieure à la moyenne en Russie. Cela a été influencé par la dynamique du pays dans la notation Doing Business de la Banque mondiale, dans laquelle la Russie est passée de la 130e à la 140e place en sept ans, soit une forte progression de 30 à 40 places. Mais selon d'autres indicateurs - la capacité à mettre en place des institutions qui fonctionnent, l'orientation vers le développement à long terme et une sorte d'altruisme - la Russie accuse un retard catastrophique.

 

Dans une large mesure, c'est un héritage de l'époque charnière des années 90, lorsque l'importance de l'État, de l'économie nationale et de l'avenir commun s'est fortement dépréciée. Un homme d'affaires, un fonctionnaire ou un militaire n'était guidé que par une seule logique : la logique du profit. Les institutions de l'État ont été privatisées et ont fonctionné dans des intérêts privés, les structures du pouvoir ont été démoralisées et la politique étrangère souveraine a été paralysée. Une partie importante de cette élite, qui en est venue à réaliser des ambitions exclusivement privées dans la politique et les affaires, reste toujours à la tête du pays, la rotation complète et le nettoyage n'ayant pas eu lieu jusqu'à présent. La Crimée russe, la pression des sanctions et la réforme constitutionnelle ne sont que de petits pas, mais toujours hésitants, vers la nationalisation des élites.

 

En effet, aussi brillante que soit la stratégie économique, sociale ou militaire, tout sera sans talent échoué, pillé et perdu si la mise en œuvre est confiée à une élite qui a échoué sur le plan de la qualité. Comme le montre le rapport complet "Qualité des élites 2020", l'un des indicateurs clés de cette qualité est la responsabilité envers les générations futures, c'est-à-dire l'action non pas pour des motifs égoïstes momentanés, mais pour le bien à long terme de la société.

 

Une bonne élite "crée des valeurs", c'est-à-dire qu'elle vit seule et permet aux autres de vivre et d'être riches, tandis qu'une mauvaise élite "extrait des valeurs", c'est-à-dire qu'elle pille et s'approprie le bien commun sans se soucier de l'État et du peuple. Dans les deux cas, l'élite s'enrichit. Seule l'élite à Singapour prend moins qu'elle ne crée, et au Nigeria, elle s'approprie plus qu'elle ne crée. Ou, comme le disent au sens figuré les fondateurs de la notation, la bonne élite augmente "la tarte générale", la mauvaise élite - mâche un gros morceau personnel de cette "tarte".

 

Ainsi, le degré d'altruisme, le désir et la capacité de "labourer" au profit du pays, comme l'a dit Vladimir Vladimirovitch, déterminent en fin de compte la qualité des élites. Au contraire, la lutte intéressée pour le pouvoir ou les ressources économiques met la Russie au niveau des États africains.

 

Donc - à tous les étages du pouvoir. À la Douma d'État, le député se permet de fermer les yeux à tous et de voter sur le commandement des factions, même sans lire les lois adoptées. Le gouverneur met "le sien" dans un environnement permettant de développer les opportunités locales et les ressources de son clan. Le juge tamponne les condamnations sans entrer dans les détails, et le ministre suit les instructions du FMI. Cela suffit à faire "flotter" le système, de sorte qu'il n'y a pas de discipline exécutive claire dans la verticale du pouvoir et de l'autodiscipline locale.

 

Si les rondins pourris d'une maison mal construite sont remplacés par endroits, et s'ils sont intégrés dans de nouvelles constructions, repeints, la qualité de la construction ne changera pas au final. Il en va de même pour les élites "pourries", dont la qualité détermine la qualité de tout : économie, politique, compétitivité, éducation, technologie, sports, logement et services publics, etc. En ce sens, la qualité des élites n'est pas seulement un des sujets principaux, mais le plus important. La Russie n'a pas d'autres vecteurs de développement aussi importants.

 

 

Victor Grinkevich

 

http://viktorgrinkevich.ru

Député de la Douma de la région de Briansk, membre du Présidium du Conseil politique de la branche régionale de Briansk du parti "Russie unie" et chef du projet de parti "Contrôle du peuple". Il est membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Viktor Grinkevich : Les élites pourries sont la fin de l'Etat (Club d'Izborsk, 9 septembre 2020)

Sur la corruption de l'économie russe:

(...)

- On dit que Loukachenko devrait bientôt venir à Moscou. Quelles sont ses perspectives ?

Mikhail Delyagin: La tragédie de la Biélorussie et d'Alexandre Grigorievitch réside personnellement dans le fait que, comme tout le monde post-socialiste, la Biélorussie ne peut exister que si la Russie se modernise. La modernisation de la Russie donne le marché de la Biélorussie. Pas de modernisation, pas de développement - pas de marché pour les Biélorusses. Contrairement à tous les dirigeants post-socialistes, Loukachenko aime son peuple. Il ne veut pas que les gens fassent faillite, qu'ils mendient. Il développe la Biélorussie depuis plus d'un quart de siècle sans véritables ressources. Il nous arrache quelque chose, l'Occident nous fait en quelque sorte chanter, nous tord, joue des combinaisons. Elle apporte à la Biélorussie une civilisation, et cette civilisation prend fin parce qu'il n'y a plus de ressources.

Nos politologues pensent qu'il va à Moscou pour jurer le pouvoir, pour accepter de partir. En fait, il devrait venir le dire à Vladimir Vladimirovitch - commencez déjà à moderniser la Russie ! Arrêtez de le voler avec les mains de toutes sortes d'escrocs, de banquiers véreux et de "sangsues" qui ont profité sous Eltsine. Beaucoup d'entre eux ont été aspirés par la Russie, étant des criminels dans leur pays d'origine. Commencez déjà à la développer. Alors nous n'aurons pas de problèmes, nous aurons des marchés en expansion où nous pourrons travailler normalement. Votre adhésion à l'OMC, Vladimir Vladimirovitch, a fait s'effondrer l'économie de l'Ukraine, qui est centrée sur vous. Deux ans après l'adhésion, vous avez récolté un ennemi affamé et en colère. Pourquoi en avez-vous besoin d'un autre ? Il n'est pas nécessaire de bien faire en Biélorussie. Faites le bien pour la Russie. Alors la Biélorussie sera bien aussi.
 

Mikhail Delyagin : Loukachenko apporte la civilisation en Biélorussie

9 septembre 2020

https://izborsk-club.ru/19881


Mikhail Delyagin
http://delyagin.ru
Mikhail Gennadyevich Delyagin (né en 1968) - économiste, analyste, personnalité publique et politique russe bien connue. Il est académicien de l'Académie russe des sciences naturelles. Directeur de l'Institut des problèmes de la mondialisation. Membre permanent du Club d'Izborsk. 

Lire la suite

Alexandre Douguine : Résolution de la question biélorusse, ukrainienne et russe (Club d'Izborsk, 9 septembre 2020)

9 Septembre 2020 , Rédigé par POC Publié dans #Alexandre Douguine, #Club d'Izborsk (Russie), #Philosophie, #Politique, #Russie

Alexandre Douguine : Résolution de la question biélorusse, ukrainienne et russe

9 septembre 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19879

 

 

La réunion de la Biélorussie à la Russie (surtout dans son état actuel) n'est pas une option. Ni pour les Biélorusses, ni pour Loukachenko, ni pour Poutine. Tout le monde a besoin de quelque chose de nouveau, si ce n'est l'Occident (et ce n'est certainement pas l'Occident), quelque chose de nouveau - avec l'avenir, avec l'espoir, avec le sens, avec l'horizon. La meilleure chose est un État radicalement nouveau - l'Union continentale. Avec une idée, avec la justice, avec la vie, avec l'esprit et le triomphe de l'élément national. Et l'Ukraine devrait y être invitée - non pas pour entrer en Russie avec ses élites monstrueuses, ses oligarques et ses canailles, mais pour créer un nouvel État - basé sur trois identités russes, Kievan Rus, Polotsk Rus et Vladimir-Moscow Rus. La dimension eurasienne ajoutera le Kazakhstan et le reste des pays et des peuples du continent - tout ce qu'ils veulent.

 

Vous direz une utopie impossible, des rêves, des fantasmes. Les utopies se réalisent. La fantaisie est la vie de l'humanité.

 

Mais si nous ne le faisons pas, nous continuerons tous à glisser dans une impasse. Après tout, aujourd'hui, il n'y a pas que Loukachenko et toute la Biélorussie qui sont dans une impasse... Ne sommes-nous pas dans une impasse ? Et Kiev ? Franchement, personne ne sait ce qu'il faut faire ensuite. Il est devenu évident pour tout le monde (sauf pour les ennemis et les traîtres) que l'Occident n'est pas la solution. Mais le statu quo n'est pas non plus la solution. Ajournement temporaire de la décision. Après tout, aucun d'entre nous - ni Minsk, ni Moscou, ni Kiev - n'a l'image de son propre avenir. Eh bien, il aurait dû y en avoir.

Il faut donc l'imaginer et aller vers l'incarnation.

 

Nous vivons évidemment une époque de catastrophes. Nous n'avons pas le temps pour de longues réflexions. Nous avons besoin du grand État continental - avec le noyau russe (au sens large, blanc et petit et grand).

 

 

Alexandre Douguine

 

http://dugin.ru

Alexandre Gelievich Douguine (né en 1962) - éminent philosophe, écrivain, éditeur, personnalité publique et politique russe. Docteur en sciences politiques. Professeur de l'Université d'État de Moscou. Leader du Mouvement international eurasien. Membre permanent du Club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Alexandre Douguine : Résolution de la question biélorusse, ukrainienne et russe (Club d'Izborsk, 9 septembre 2020)
Lire la suite

Valérie Bugault: "Le politique n'existe plus"

7 Septembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 > >>