Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Alexandre Douguine : La Russie moderne n'a pas de souveraineté intellectuelle (Club d'Izborsk, 7 septembre 2020)

7 Septembre 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Philosophie, #Politique, #Russie, #Alexandre Douguine

Alexandre Douguine : La Russie moderne n'a pas de souveraineté intellectuelle.

7 septembre 2020

 

https://izborsk-club.ru/19869

 

 

L'État agit comme s'il avait le monopole de la vérité. Et de tout - et même si il le nie de quelque manière que ce soit (dans ce cas, ce monopole est transféré à une quelconque structure supranationale). Au Moyen Âge, cela était ouvertement reconnu et désigné par un terme spécial - auctoritas - qui impliquait à la fois une autorité incontestable dans le domaine de la connaissance et la présence d'un potentiel de pouvoir suffisant pour soutenir cette autorité.

 

Appliquons maintenant à notre État le même principe, absolument vrai en fait, qui peut être à la fois reconnu et caché. C'est là que cela devient inconfortable. Si la classe dirigeante russe a le monopole de la vérité, et qu'elle se comporte comme si c'était le cas, alors elle doit au moins se manifester par quelque chose. En d'autres termes, il est tout à fait possible et encore plus nécessaire que l'élite dirigeante pose une question persistante : quelle est (à votre avis) la vérité ?

 

Vous allez voir ce qui va commencer ici...

 

D'une manière ou d'une autre, il deviendra immédiatement évident que les autorités cachent quelque chose. Et l'étape suivante : il deviendra évident qu'elles n'y ont jamais réfléchi du tout, et n'ont jamais fait le moindre effort pour rechercher cette vérité (dont elles ont le monopole inconditionnel, découlant de la nature même du pouvoir).

 

Et nous en arrivons ici à l'explication d'un certain nombre de moments difficiles dans la Russie moderne. En effet, la Russie a une certaine part de la souveraineté que Poutine a acquise après les années 90 ou rétablie. Mais cette souveraineté est de nature technique, matérielle et en matière de ressources. Au niveau de la vérité - épistémologie, idées et structures normatives de la pensée - il y a un énorme trou qui se creuse. Il est bien évident que la Russie moderne n'a pas de souveraineté intellectuelle, pas de Logos souverain intelligible.

 

Et si tel est le cas, chaque fois qu'il est nécessaire de prendre une décision fondamentale (au lieu d'une décision pratique ou technique), les bases sont tournées vers quelque chose d'extérieur - vers cette autorité qui prétend détenir la vérité à l'échelle mondiale. Cela donne souvent l'impression que les institutions de gouvernance extérieure de la Russie sont restées intactes depuis les années 1990, et que le pays est toujours en partie gouverné par des institutions autres que les autorités elles-mêmes.

 

Nos autorités ont le monopole de ce qu'elles ne savent pas. Et lorsqu'il s'agit de la vérité, elle fait appel à ceux qui insistent pour que cette vérité soit connue - aux libéraux et aux mondialistes. Et bien que cela n'arrive pas trop souvent (parce que personne ne s'intéresse particulièrement à la vérité), mais dans certains cas - critiques - c'est ce qui se passe.

 

Alexandre Douguine

http://dugin.ru

Alexandre Gelievich Douguine (né en 1962) - éminent philosophe, écrivain, éditeur, personnalité publique et politique russe. Docteur en sciences politiques. Professeur de l'Université d'État de Moscou. Leader du Mouvement international eurasien. Membre permanent du Club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Alexandre Douguine : La Russie moderne n'a pas de souveraineté intellectuelle (Club d'Izborsk, 7 septembre 2020)
Lire la suite

Leonid Ivashov: Pandémonium de l'intelligence (Partya Dela, 23.07.2020)

7 Septembre 2020 , Rédigé par POC Publié dans #Général Leonid Ivashov, #Politique, #Russie

Leonid Ivashov: Pandémonium de l'intelligence (Partya Dela, 23.07.2020)

Leonid Ivashov: Pandémonium de l'intelligence

23.07.2020

 

https://partyadela.ru/blogs/ivashov-leonid/11568/

 

 

La pandémie de coronavirus a changé le monde. Notre monde.

Et en cela, peut-être, tous les principaux acteurs mondiaux et leurs experts sont unis. Mais personne ne sait à quoi ressemblera ce monde renouvelé : ni les acteurs eux-mêmes, qui ont amené ce monde dans un état de crise systémique, ni les experts de premier plan, ni les économistes mondiaux.

 

Nous ne nous risquerons pas à prédire l'avenir de l'humanité, mais nous nous attacherons à découvrir les raisons géopolitiques de la crise systémique, non pas l'économie, mais l'humanité tout entière. Exactement : pour la première fois de son histoire, la civilisation actuelle est confrontée au problème de sa propre survie.

 

Mais avant de désigner les coupables : la science mondiale est à blâmer, et l'événement qui a détourné la science mondiale de l'étude de l'avenir de l'humanité et du cours du développement - la destruction de l'URSS. Avec la destruction du modèle socialiste mondial de développement humain et le renversement de l'ordre mondial vers l'unipolarité, la science est devenue une branche au service de l'économie de marché et justifiant les avantages de la puissance du capital financier. Si l'on regarde les prix Nobel de science, on constate une tendance : les attribuer aux scientifiques dont les découvertes génèrent des profits importants dans les activités économiques et financières, forment la conscience de consommation de la population mondiale. Et la psychologie du profit et de la super-richesse chez les consommateurs menace de détruire l'habitat de toute vie sur la planète.

 

La Russie n'a pas échappé à ce sort, et même, à certains égards, à l'Ouest même. En octobre 1993, à la suite du coup d'État, Eltsine a fait tirer les  chars non seulement contre le Parlement du peuple*, mais aussi contre la vision cosmique russe, l'aspiration de l'homme à se connaître lui-même comme une particule de l'Univers vivant et l'Univers, comme base de la vie sur Terre. Et aujourd'hui, la science russe entraîne peut-être l'existence la plus misérable, même parmi les pays à moitié développés du monde. Après la destruction systématique du pouvoir soviétique, le paradigme scientifique mondial a clairement basculé de la vision cosmique, à l'affirmation que la Terre est un système fermé avec la seule vie intelligente de l'Univers, et donc que les ressources (énergétiques, surtout) de la planète sont épuisables, elles ne sont pas suffisantes pour toute la population de la Terre.

 

La conséquence de ce paradigme "scientifique" a été la "théorie du milliard d'or" génocidaire, les "limites de la croissance", la lutte la plus acharnée pour les ressources, les guerres, les révolutions de couleur et autres "bonbons". Une fois de plus, l'idéologie du fascisme, en tant que parent le plus proche de la théorie raciale du fascisme allemand, a fait le tour de l'espace mondial. Oui, la théorie du "milliard d'or" est née à l'époque soviétique, bien sûr, dans l'Ouest capitaliste (agents actifs de l'idée de B. Russell et G. Wells). En 1955, à Londres, s’est tenue une conférence internationale "Parlementaires du monde pour l'organisation du gouvernement mondial", qui a adopté une résolution qui prescrivait de : limiter le taux de natalité, réduire le niveau d'éducation, détruire les bases agro-industrielles de la société moderne.

 

Ces restrictions, bien sûr, ne concernaient pas les pays occidentaux : ils faisaient partie du fameux milliard. La science soviétique, et l'État dans son ensemble, n'ont pas accepté ce génocide, ni les théories sur le système fermé de la Terre. Notre vision cosmique russe (V. Vernadsky, K. Tsiolkovsky, S. Korolev, N. Kozyrev, V. Kaznacheev, etc.) s'est opposée à cette folie pseudo-scientifique, prouvant que la Terre est un système ouvert, et que toute vie sur Terre est un phénomène cosmique, et qu'il est donc possible de préserver le développement non seulement sur la planète, mais aussi dans l'espace. Et l'espace dispose de ressources énergétiques illimitées, et l'esprit humain, là encore, en tant que phénomène cosmique, n'est pas limité dans son développement. Mais après l'URSS, déjà en 1992, le "concept (RIO - 92) de développement durable de la communauté mondiale" a été adopté, ce qui a en fait confirmé l'approbation de la Conférence de Londres en 1955. La Russie était membre de RIO 92 et a soutenu ses décisions. Cela signifie que les Gref, Chubais et bien d'autres, prenant sous leur aile, ont adopté un programme pour réduire le taux de natalité, le niveau d'éducation, la dégradation agro-industrielle de tout le pays.

 

Quoi que Poutine ait promis au peuple, le programme de dégradation systémique de la Russie est mis en œuvre de manière cohérente et persistante. L'intellect de la grande civilisation russe non seulement n’est pas revendiqué, mais il s’oppose à l'autorité libérale-vorovienne : l'intellect brise le plan des libéraux. C'est pourquoi on peut oublier le développement, car seule la créativité et la communauté de personnalités hautement intellectuelles et d'une grande moralité peuvent faire avancer le développement des pays et de l'humanité. Dans le cas contraire, on assiste à un processus de dégradation durable. De cette façon, l'humanité va jusqu'au bout, et la Russie actuelle, semble-t-il, mène ce processus.

 

Chaque année, des millions d'hectares de forêts sont régulièrement brûlés, des rivières sont détournées et des catastrophes d'origine humaine détruisent les vestiges de l'économie russe. Le village, source de santé, de nourriture, de spiritualité et de créativité, est dynamiquement détruit pendant les années de "démocratie". La culture, l'éducation, l'art se sont transformés en un vilain instrument de reformatage de l'homme en une autre essence.

 

Deux brefs exemples : la prochaine réunion du RAS tenue en ligne à l'"époque de la quarantaine" notamment n'a pas différé des précédentes, qui se sont déroulées en face à face, à moins qu'il n'y ait pas eu de discussions animées. Le président de l'Académie des sciences de Russie, l'académicien A. Sergeev, après s'être plaint des difficultés de la science académique, est passé aux réalisations, et parmi les plus marquantes a nommé la création d'un robot - le trayeur. Oui, oui, nous avons appris à utiliser le robot pour traire les vaches. Bien sûr, c'est formidable, mais est-ce une réalisation de classe mondiale ou un village où les laitières ne suffisent tout simplement pas ?

 

Le deuxième exemple d'un autre plan et sonné un peu plus tôt : le président de l'Institut Kurchatov Mikhaïl Kovalchouk dans son rapport au Conseil de la Fédération de la Fédération de Russie le 30. 09. 2015 solennellement proclamé : "La Russie a failli créer des prototypes de technologies proches de la nature, en particulier, la création d'un "serf" avec une conscience de soi abaissée qui n'exige pas de droits civils ... Avec la libération des partis de masse des "serfs" n'auront pas besoin de gens ordinaires qui exigent des droits civils - c'est dans ce but que le « serf » est créé". M. Kovalchuk, cette approche est soutenue par le parti au pouvoir, car "d'autres pays font de même". Mais un tel type d’homme a déjà été créé par les nazis, rappelez-vous le film "Dead Season »***, et les actes de sa création ont été condamnés à Nuremberg.

 

Aujourd'hui, les temps sont différents, mais les deux orientations de la science russe que j'ai montrées ne mèneront pas au développement de débuts créatifs, elles s'inscrivent clairement dans le cadre du programme de réduction de la population russe et de destruction de l'intellect. Et puis il y a le classique : qui ne nourrit pas sa science, nourrira l'économie des autres. Les managers, qui ont remplacé les spécialistes-ingénieurs et les organisateurs de la production, ont créé les conditions pour les forces productives nationales, ce qui fait qu'il n'est pas rentable et économiquement non rentable de produire des produits technologiquement complexes en Russie. Il faut bien comprendre que sans le rétablissement du renseignement intérieur, il ne peut y avoir de développement en principe.

 

L'économie actuelle est subordonnée aux intérêts du pouvoir et du groupe criminel, qui possède certaines connaissances, mais n'a pas d'intelligence. La population, le système éducatif, la culture, la science, la médecine, les retraités et les enfants sont des charges indésirables pour ce type d'économie. Ils ont besoin de « serfs". Le caractère brut de l'économie et le refus de soutenir la sphère industrielle, les technologies de pointe, les collectifs créatifs d'hommes d'affaires, témoignent que le régime criminellement puissant ne relie pas l'avenir à la Russie, en tant qu'État moderne intégral. Ce qui compte pour eux, c'est la base territoriale et les ressources qui servent leurs profits avec l'aide de "personnes officielles et de travailleurs invités*», mais pas la population indigène. Et tout cela a été très clairement démontré par le coronavirus. Entre autres, des mesures pour réduire davantage la population et la création de partis du "peuple officiel".

 

Ayant voté pour les amendements à la Constitution, nous avons soutenu la théorie du "milliard d'or" et de la destruction finale des restes de l'intellect russe. Examinons brièvement deux projets "nationaux" importants.

 

Les premières données démographiques.

 

L'extension est déclarée (d'ici 2024) pour augmenter l'espérance de vie jusqu'à 67 ans et pour chaque femme (donc dans le projet) 1,7 enfant. Autrement dit, pour deux parents (les mariages homosexuels ne comptent pas), moins d'un enfant est prévu, c'est-à-dire qu'une diminution constante de la population est prévue. Et c'est la politique du gouvernement.

 

Et maintenant, le projet national "Éducation".

 

C'est aussi un projet national. L'objectif du projet : devenir l'un des dix premiers pays du monde en matière de qualité de l'enseignement général d'ici 2024. Pour atteindre cet objectif - beaucoup de mesures, très peu de concret, bien que spécifique est présent. Par exemple, il est prévu de doubler le nombre d'étudiants étrangers et leur emploi en Russie !!!

 

Pas un mot sur l'emploi des diplômés nationaux, ainsi que sur l'augmentation du nombre d'employés nationaux du secteur public. Mais il y a un autre grand chiffre : construire 25 écoles en Russie d'ici 2024 ! Pour l'ensemble de la Russie.

 

Les blogs publient des avis d'évaluation exprimant l'opinion et les points de vue subjectifs de l'auteur, qui peuvent ne pas coïncider avec la position du parti politique russe "PARTYA DELA ».

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

* Ndt: Octobre 1993: le libéralisme au son du canon

https://www.monde-diplomatique.fr/2014/10/CHAUVIER/50848

** Ndt: Du mot allemand: Geistarbeiter. En français, on parle de « travailleur immigré ».

*** https://en.wikipedia.org/wiki/Dead_Season

 

Lire la suite

Ernst Jünger: un regard jeté sur une fleur...

6 Septembre 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Poésie

Ernst Jünger: un regard jeté sur une fleur...

"Quand le monde nous semble vaciller sur ses bases, un regard jeté sur une fleur peut rétablir l'ordre."

 

 

Ernst Jünger, Second Journal de Paris, Journaux de guerre 1939-1948 (1965), trad. Frédérick de Towarnicki, éd. Julliard, 1965, p. 209

 

http://pocombelles.over-blog.com/2018/05/entre-forets-et-sentiers-quelques-pensees-d-ernst-junger.html

Lire la suite

Leonid Ivashov: Coronavirus ou la nouvelle voie de l’humanité (Partya Dela, 11 août 2020)

6 Septembre 2020 , Rédigé par POC Publié dans #Général Leonid Ivashov, #Philosophie, #Politique, #Russie, #Opération Coronavirus

Leonid Ivashov: Coronavirus ou la nouvelle voie de l’humanité (Partya Dela, 11 août 2020)

Leonid Ivashov: Coronavirus ou la nouvelle voie de l’humanité

 

11.08.2020

 

Партия Дела

https://partyadela.ru/blogs/ivashov-leonid/11650/

 

Aujourd'hui, le thème du coronavirus a éclipsé tous les autres problèmes de l'humanité.

Même le thème de la guerre mondiale (guerre froide avec la possibilité de se transformer en guerre chaude), qui a été officiellement déclaré à la Chine par le chef du département d'État américain M. Pompeo le 24 juillet 2020, est devenu moins d'actualité. L'attention de la population mondiale se porte principalement sur la deuxième vague du virus et sur la vaccination. C'est peut-être la bonne chose à faire en termes de santé humaine. Les gouvernements de la plupart des pays et les milieux d'affaires calculent et prévoient les pertes économiques, la majorité de la population (la Fédération de Russie en premier lieu) est dans un état d'anxiété pour son avenir, pour sa survie et son bien-être. Et à mon avis, c'est la principale chose que le Coronavirus nous a apporté à tous - la dépression générale. Et, à toutes les couches et tous les peuples de l'humanité. Mais la dépression est la conséquence la plus terrible du coronavirus. Parce que la dépression virale s'est superposée au sol "fertile" de l'état dépressif des décennies précédentes, à une série de crises systémiques, à la menace de guerres et de conflits armés, au terrorisme, à la baisse du niveau de vie, à l'instabilité politique et à la redistribution permanente du monde, à la bataille mondiale croissante pour les ressources, l'énergie en premier lieu.

 

Le chercheur américain Francis Fukuyama, dans son ouvrage "The End of History and the Last Man" (M., 2005. P. 30), qui résume le XXe siècle, écrit : "Le XXe siècle ... nous a rendus profondément pessimistes. Bien sûr, nous pouvons être optimistes en ce qui concerne nos affaires personnelles, notre santé, notre bonheur... Mais si nous abordons des questions à plus grande échelle, par exemple, s'il y a jamais eu ou s'il y aura des progrès dans l'histoire, le verdict sera tout autre... Nos penseurs les plus sérieux ont conclu que l'histoire n'existe pas - c'est-à-dire un ordre significatif dans un large flux d'événements concernant l'humanité". Ceci est documenté par un scientifique suffisamment compétent et visionnaire. Auparavant, il a écrit des ouvrages plus optimistes, soutenant le leadership américain précisément comme le progrès de l'humanité. Aujourd'hui, il nie les progrès du passé et ne laisse aucun espoir pour un avenir progressiste. Et le pessimisme est la base psychologique de la dépression, générant la peur - individuelle et collective. Quelle est donc la source de la dépression humaine ?

 

L'analyse de la situation permet de tirer des conclusions préliminaires (géopolitiques), laissant aux experts le soin de révéler les causes sous-jacentes. Mais d'abord, signalons que la dépression peut être attribuée à certains... Examinons les chiffres généralisés des suicides dans le monde : selon les sources mondiales, parmi les suicides, la proportion de personnes souffrant de dépression est de 35% en Suède, 36% aux États-Unis, 47% en Espagne, 67% en France. On sait également que 15 à 20% des patients souffrant de dépression se suicident. Un Russe sur dix est maintenant déprimé. En d'autres termes, on peut parler d'une pandémie dépressive. Cependant, la plupart des gens ne la considèrent pas (la dépression) comme une maladie, et les médecins la diagnostiquent rarement. Il n'existe pas de statistiques (même pour la Russie) sur le nombre de personnes décédées, ayant reçu des maladies graves (crises cardiaques, accidents vasculaires cérébraux) non pas à cause d'une maladie coronavirale directe, mais à cause d'un mode de vie sédentaire pendant la quarantaine, d'une exposition accrue aux rayonnements électromagnétiques (lorsque tout le monde est chez lui pendant 24 heures), etc.

 

L'Académie des problèmes géopolitiques et le Club d'Izborsk ont perdu quatre scientifiques exceptionnels (V. M. Simcher, A. A. Nagorny, V. I. Volkov, I. V. Pylev) précisément pour les raisons de quarantaine ci-dessus. Et il y a une masse de ces pertes. Et combien de mesures de quarantaine font perdre à l'économie russe - personne ne le calcule, mais l'estimation des pertes de l'économie mondiale dues aux citoyens souffrant de maladies mentales est de 1 000 milliards de dollars par an. Ces calculs ont été effectués avant l'arrivée du coronavirus. Naturellement, après son arrivée, le nombre de personnes "déprimées" a augmenté de façon spectaculaire, et donc les pertes de l'économie mondiale et de chaque entreprise russe vont très probablement augmenter de façon significative, se multiplier. Sauf pour la pharmacologie.

 

Alors... L'épidémie n'est pas liée au faible niveau de vie. De plus, la dépression est plus importante dans les pays plus développés.

 

Le niveau de dépression était très bas dans la première moitié du XXe siècle, au cours de guerres, révolutions et batailles civiles continues. Mais il a commencé à se développer rapidement dans la seconde moitié du XXe siècle. - pendant les processus de paix, pendant les tentatives de coexistence pacifique de différents systèmes sociaux et politiques, le désarmement nucléaire. La dépression n'est pas liée aux bouleversements sociaux en cours.

Le niveau de consommation d'antidépresseurs par habitant aux États-Unis est plusieurs fois supérieur à celui des autres pays.

 

Conclusion : ni la médecine ni la psychologie ne peuvent même arrêter la croissance rapide de la dépression. Ils sont BASSILLY. La cause de la dépression n'est pas dans la biochimie, la génétique ou la psychologie. Sa source se trouve en dehors de ces zones.

 

Un lecteur, m'a envoyé sur Internet (donc je ne me porte pas garant de la fiabilité) la déclaration du coprésident du Club de Rome Andres Viikman, le 1er avril 2020 à propos du coronavirus : "2020 est l'année de la mort effective de l'Ancien Système. Désormais, le monde doit embrasser une Nouvelle Voie menant à une justice commune et à l'harmonie de la société, de l'économie et de la nature. Sinon, ce sera la mort de toute civilisation".

 

La situation est catégorique : soit une nouvelle voie, soit la mort de l'humanité. Mais où est cette nouvelle voie qui mène à la justice commune et à l'harmonie de la société, de l'économie et de la nature ? N'oublions pas que c'est le Club de Rome qui a activement soutenu l'idée du "milliard d'or" à l'instigation de D. Rockefeller, mais en 2018, c'est comme s'il y avait renoncé. En 2018, le Club a déclaré : "L'ancien monde est condamné. Le Nouveau Monde est inévitable. Sans un changement radical de paradigme dans le développement de notre civilisation - normes dépassées du capitalisme, spéculation financière, dogmes du matérialisme et compréhension simplifiée du monde, le monde est confronté à une désorganisation socioculturelle complète et à un désastre systémique".

 

Pas un mot sur le socialisme, sauf pour la pierre dans le jardin du matérialisme et la compréhension simplifiée du monde (c'est-à-dire un monde sans Dieu), et sur le capitalisme - "normes dépassées, spéculation financière". Dans sa déclaration, parlant des transformations à venir, A. Viikman a annoncé le programme de ces transformations, parmi les points suivants : transition dynamique du système capitaliste monostructurel vers un programme de construction et de développement naturel-social qui prend en compte les intérêts et met en œuvre le pouvoir de tous les groupes d'interaction sociale dans un régime permanent ; création d'une économie alternative qui prend en compte les intérêts économiques existants de facto de tous les groupes sociaux, plus de nouvelles règles financières, leur interaction et leur développement.

 

Je crois que le nouveau coprésident du club appelle l'humanité à une autre construction naturelle et sociale, encore incompréhensible. Pas au capitalisme dans un nouvel emballage. Alors, le socialisme ? La bibliothèque du Club de Rome a saisi les œuvres d'Adam Smith, mais a laissé les œuvres de K. Marx, dont le manifeste communiste. Il y a une chose à laquelle il faut penser, mais pas pour les dirigeants russes : il n'y a rien à penser.

 

L'opinion d'un certain nombre de scientifiques russes de l'Académie des problèmes géopolitiques sur la dépression (Sukhonos S.I.) lors du Conseil académique de l'Académie le 25 juin 2020 a été réduite aux positions suivantes :

 

  • La source de la dépression se situe dans la sphère sociale.
  • La dépression mondiale est le résultat de la crise globale de l'ensemble du monde occidental, de l'effondrement des fondements de sa vision du monde.
  • La cause de la dépression est l'incertitude sociale, l'incertitude, l'incompréhension, qui provoquent la peur de la vie.
  • Il en résulte une confusion et une incompréhension de tout ce qui se passe. Manque de perspectives claires. La peur de l'avenir. La peur mène à la dépression.

 

Des propositions pour sortir de la dépression :

 

  • Créer une feuille de route pour le changement géopolitique pour au moins 1000 ans à venir.
  • Propagation d'une nouvelle image du monde dans laquelle l'homme fait partie de l'univers avec une mission évolutive spécifique, dont la déviation est "punie" par la dépression.
  • Retour à la domination des valeurs spirituelles et au service des plus hautes lois universelles du développement. Abandon de l'idéologie du consumérisme.
  • Remplacement du code Liberté-Egalité-Fraternité par un nouveau code, par exemple : « Will-Justice-Unity. »

 

La voie pour la Russie : "Puissance mondiale intellectuelle et morale de la justice et de l'honneur".

Les blogs publient des avis d'évaluation exprimant l'opinion et les points de vue subjectifs de l'auteur, qui peuvent ne pas coïncider avec la position du parti politique russe "PARTY A DELA ».

 

Partya Dela: https://en.wikipedia.org/wiki/Party_of_Business

 

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Marina Shcherbakova : Une guerre de l'information est menée contre la Russie... (Club d'Izborsk, 3 septembre 2020)

4 Septembre 2020 , Rédigé par POC Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Guerre, #Politique, #Russie

Marina Shcherbakova : Une guerre de l'information est menée contre la Russie, mais les arguments de nos adversaires ne peuvent pas résister à la collision avec la réalité.

3 septembre 2020

 

https://izborsk-club.ru/19858

 

 

L'un des événements marquants du programme scientifique et commercial du Forum militaire et technique international "Armée-2020" qui s'est achevé la semaine dernière était la table ronde "Défense psychologique". Le combat pour l'histoire est le combat pour l'avenir", où les représentants du ministère russe de la défense et la communauté des experts ont discuté des questions de défense psychologique, de la nécessité de préserver la vérité historique et de la formation de l'image de l'armée dans la société moderne. La table ronde était animée par Ruslan Tsalikov, premier vice-ministre de la défense de la Fédération de Russie.

 

Les participants à la table ronde ont noté la grande pertinence des questions soulevées et la nécessité de les promouvoir au niveau de la politique étrangère et intérieure de la Russie. C'est d'autant plus important qu'il y a aujourd'hui une bataille de l'information contre la Russie.

 

Le président du Centre national de recherche "Institut Kurchatov" a participé à cette table ronde. Mikhail Kovalchuk, qui dans son discours a soulevé d'importants problèmes conceptuels du développement de la civilisation humaine. Selon lui, au XXe siècle, lorsque le projet atomique a été mis en œuvre, la science est devenue le facteur déterminant de la politique. Les origines de la civilisation moderne se trouvent exactement dans les profondeurs de ce projet - le projet de l'ère de la haute technologie.

 

Grâce à la réalisation de ce projet, la Russie est aujourd'hui hors compétition dans les sphères les plus high-tech. Au fil des années de progrès scientifique et technologique, l'humanité est arrivée à l'ère des technologies de type naturel, qui sont la reproduction technologique des systèmes de la faune sauvage.

 

En même temps, la stratégie de confrontation est devenue différente dans le monde moderne. Actuellement, selon Mikhaïl Valentinovitch, nous en sommes au stade de "l'avant-guerre hybride-froid". La Russie a été choisie comme État cible, en essayant de l'affaiblir autant que possible. Tous les domaines sont attaqués : l'éducation, la culture, l'économie, la science, la défense et la sécurité. Il y a une tentative de l'extérieur pour imposer "une autre langue" et "un autre manuel d'histoire" à notre société. Elle peut être suivie d'une deuxième étape, impliquant "l'assujettissement direct en utilisant à la fois des méthodes de force nouvelles et traditionnelles".

 

Se référant aux menaces et aux défis mondiaux posés par les technologies proches de la nature, Mikhaïl Kovalchouk a mis en garde contre la possibilité d'une intervention ciblée dans l'activité vitale des objets naturels : à la fois biogénétique et cognitive. Ce dernier signifie en fait l'influence sur la sphère psychophysiologique de l'homme dans le but de former des idées données chez l'homme, de créer une fausse image de la réalité, "l'autre réalité". Toute "révolution des couleurs" est l'utilisation de technologies cognitives pour contrôler la conscience de masse", a souligné le scientifique.

 

Le président du SIC "Institut Kurchatov" a cité Brock Chisholm, le premier directeur général de l'Organisation mondiale de la santé, qui, exprimant les humeurs d'une certaine partie de l'establishment occidental, a déclaré à la fin des années 1940 : "Pour arriver au gouvernement mondial, il est nécessaire de bannir de la conscience des gens leur individualité, leur attachement aux traditions familiales, au patriotisme national et aux dogmes religieux... La destruction des notions de vérité et de mensonge, qui sont à la base de l'éducation de l'enfant, le remplacement de la foi dans l'expérience des anciens par la pensée rationnelle - ce sont les objectifs tardifs ... nécessaires au comportement humain".

 

Les tentatives visant à imposer un tel avenir à l'humanité sont évidentes aujourd'hui. Cet avenir commence aujourd'hui, a déclaré Mikhaïl Kovalchouk, et "nous le perdons toujours. Le but des forces qui s'opposent à l'humanité est de briser le système des principes moraux de base et d’installer des normes alternatives de moralité. Absolutiser la liberté de l'individu, transformer la société moderne en un ensemble d'individus facilement gérables, c'est-à-dire un "troupeau".

 

"J'en suis venu à la conclusion que nous ne sommes pas corrigés pour une simple raison - nous nous efforçons simplement de nous réincarner", a poursuivi le président du SIC "Institut Kurchatov". Rouslan Tsalikov. - Un pays qui transmet son mode de vie aux autres de manière non violente, aujourd'hui, au XXIe siècle, c'est exactement ce dont on l'accuse. Notre succès est l'objet d'attaques de la part de nos adversaires. En même temps, nous ne nous permettons jamais cela.

 

Il est nécessaire de surmonter le syndrome des défenseurs.

 

"Il est impossible de ne pas admettre qu'au cours des dernières années, une image positive de l'armée s'est formée dans la société. C'est ce que disent les chiffres. Le peuple a cru en son armée", a déclaré le premier vice-ministre de la défense de la Fédération de Russie.

 

Les participants à la table ronde ont écouté avec grand intérêt le réalisateur et scénariste Nikita Mikhalkov qui, dans son discours, a attiré l'attention sur l'état moral de la société russe et a appelé à tirer les leçons de tout le drame du passé. Il a commencé son discours en montrant un extrait de son film "Sunstroke", qui raconte la tragédie de la Crimée à l'automne 1920. Toute œuvre d'art, si c'est vraiment une œuvre d'art, a remarqué le directeur, porte un certain message, une certaine information. "L'insolation" n'est "pas une question de passé, mais de présent et d'avenir".

 

Puis Nikita Mikhalkov s'est tourné vers les avertissements du philosophe russe Ivan Ilyin, qui après la fin de la Seconde Guerre mondiale a pensé dans un pays étranger, qui promet au monde de démembrer la Russie historique. "Ils vont diviser l'omniprésent "balai" russe en brindilles, pour briser ces brindilles une par une et allumer avec elles le feu vacillant de leur civilisation", a déclaré le réalisateur Ilyin. - Ils doivent démembrer la Russie pour la mener à travers l'équation occidentale et la "déchaîner", puis la détruire..."

 

Nous, les Russes, sommes convaincus de notre grandeur, a déclaré Nikita Mikhalkov, et nous sommes à juste titre convaincus que nous sommes un grand pays. Mais, selon sa conviction, nous devons nous battre pour la préservation de cette grandeur, sans oublier l'importance de l'idéologie, qui peut être non seulement communiste. Aujourd'hui, il n'y a qu'une seule idéologie - les intérêts nationaux du pays. "Nous sommes le seul pays au monde qui peut préserver les valeurs chrétiennes", a-t-il déclaré, "pour conserver la primogéniture, le concept de famille.

 

Il est impossible de ne pas admettre que ces dernières années, une image positive de l'armée s'est formée dans la société... Les gens ont cru en leur armée.

 

Selon Nikita Sergueïevitch, c'est exactement la raison pour laquelle nous avons adopté des amendements à la Constitution, qui aujourd'hui affirment légalement que la famille est un père, une mère et leurs enfants.

 

Abordant les problèmes de la société de consommation, il a fait remarquer que s'il n'y a pas de créateurs, les consommateurs sont hors de question. Ceux qui sont insatisfaits du fait qu'ils ont peu à consommer, très peu d'idée, de désir, de sens dans ce qu'ils disent. "Bien que nous sachions combien ceux qui les font dire ont du sens.

 

Il est important pour les Russes, selon les termes du directeur, "de se concentrer sur eux-mêmes". En même temps, nous avons déjà très peu de temps pour l'autodétermination.

 

Nikita Sergueïevich a souligné sa position : la Russie est "le seul pays qui peut préserver les valeurs morales, chrétiennes, culturelles, traditionnelles. Selon les mots du philosophe Ilyin, il faut vivre pour ce pour quoi on peut mourir.

 

"Nous avons un bouclier technologique, mais pas de bouclier culturel. Il y a un brouillage incroyablement puissant des fondations", a déclaré Nikita Mikhalkov, en faisant référence aux processus complexes et ambigus dans la sphère spirituelle face à l'imposition manifeste de valeurs étrangères à notre patrie. "Pour moi, le patriotisme n'est que l'intérêt national du pays", résume sa vision de ce qui se passe.

 

Mykola Pankov a noté que notre pays est critiqué  sur la plate-forme du HRC (Conseil des droits de l'homme - un organisme international des droits de l'homme dans le système des Nations Unies. - Red.), parce que nous militarisons les enfants. Venez dans n'importe quelle école Souvorov et voyez leur style, a-t-il dit. Un grand nombre de programmes d'éducation complémentaires, d'innombrables clubs, sections, piscines, patinoires - tout pour le développement harmonieux de la personnalité.

 

L'armée n'oblige personne à s'inscrire dans les écoles militaires, a déclaré le secrétaire d'État et vice-ministre de la défense. C'est ici que grandissent les vrais citoyens de notre pays, prêts à l'action. Ils se retrouvent alors dans différentes sections responsables. Nous prendrons n'importe quelle sphère - artistes, réalisateurs, artistes, compositeurs, diplomates... Et bien sûr, l'élite militaire est représentée par les étudiants des universités militaires.

 

Le chef de Rossotrudnichestvo Evgeny Primakov a rappelé que le grand historien Klyuchevsky a dit que l'histoire n'enseigne pas vraiment quelque chose à qui que ce soit, mais qu'elle punit simplement quiconque n'apprend pas de leçons. "Je suggère à chacun de se demander si la politique d'attitude tolérante de la bureaucratie et des médias européens consistant à brûler des processions avec des croix gammées quelque part en Ukraine, à démolir des monuments en Pologne et en République tchèque, à détruire les fondements de notre identité nationale n'est pas accidentelle ? - il a posé une question. - Examinons le contexte international - avec en toile de fond ce qui se passe".

 

Poursuivant le thème de l'importance dans la défense de la Patrie, à la fois bouclier technologique et culturel, Evgueni Primakov a souligné que "nous avons des armes et de la technologie, devant nous, donc nous nous sommes assurés ici". Mais le monde d'aujourd'hui est imprévisible, il est plus compliqué que par le passé. Mais il y a aussi une composante civilisationnelle et humanitaire, et une confrontation mondiale se déroule "à différents étages et dans différentes couches".

 

Tout d'abord, nos valeurs sont attaquées, c'est pourquoi les amendements à la Constitution sont très importants et ils y sont déjà inscrits. C'est pourquoi la Russie commence à être perçue dans le monde comme un continent adéquat. Nous avons besoin d'alliés dans ces valeurs, a déclaré le chef de Rossotrudnichestvo. Et nous pouvons être forts en cela, parce que nous avons des valeurs : la souveraineté, la famille, la vérité historique ... Nous devons construire des dialogues avec l'élite, avec les masses, avec le secteur non gouvernemental.

 

Il doit s'agir de contrecarrer la falsification de l'histoire, qui dure depuis des siècles...

 

Sergey Karaganov, doyen de la faculté d'économie et de politique mondiale de l'École supérieure d'économie de l'Université nationale de recherche, a exprimé, selon ses propres termes, "un jugement quelque peu paradoxal" : "Premièrement, pourquoi parlons-nous de défense psychologique ? Pourquoi sommes-nous même assis en défense ? Bien sûr, les vies des Noirs comptent - un mouvement décentralisé de membres du public américain qui se disent contre la violence à l'égard des Noirs. - Red.) ont progressé, et ils sont soutenus indirectement ou directement par les transnationales parce que cela détourne les gens des causes réelles et, au passage, déshumanise les gens et en fait des robots.

 

"Mais, mes amis, ces gens sont de moins en moins nombreux, ils sont en retraite et nous luttons contre eux", a poursuivi le politologue. - ...nous ne disons pas que nous sommes des gens normaux, nous ne disons pas que nous sommes pour l'humanisme, pour le présent. Nous jouons sur ce programme. Les Américains ont joué longtemps, ils ont joué avec ce qu'ils avaient. Ils sont en train de perdre".

 

"De belles idées sonnaient ici, mais j'ai eu des impressions un peu inquiétantes, car les gens vont se défendre tout le temps", a déclaré Sergey. - Il est préférable d'agir, d'autant plus que dans la situation mondiale et nationale actuelle, nous avons d'énormes possibilités de lancer une offensive idéologique. Un énorme vide idéologique s'est formé en raison de la mort du communisme d'abord, du libéralisme maintenant. Il y a une lutte entre les transnationales et les nationalités conventionnelles, dont la majorité, mais pour une raison quelconque, nous n'essayons pas de diriger... Il est nécessaire non pas de défendre, mais d'attaquer, mais, bien sûr, de riposter lorsque c'est nécessaire.

 

Allons de l'avant, élaborons nous-mêmes une idée qui va dans le futur, a exhorté Sergey Karaganov. Nous ne proposons pas encore de telles idées, bien qu'elles soient en surface. Elles existent, mais nous hésitons encore à mettre en avant une idéologie victorieuse... Nous devons surmonter le syndrome du défensif et du vaincu. Nous n'avons pas été vaincus depuis longtemps, nous avons gagné depuis longtemps, mais notre psychologie est encore vieille.

 

Olga Vasilyeva, ministre de l'éducation et des sciences de la Fédération de Russie en 2016-2018, a exprimé l'opinion lors de la discussion que "trois générations perdues ont grandi dans le pays". Mais le pays a déjà connu des périodes terribles dans sa vie, il s'est relevé. La chose la plus importante aujourd'hui est notre jeunesse, et maintenant la chose la plus importante qui puisse arriver en Russie est l'éducation. Il est nécessaire d'adopter des normes de base en matière d'éducation scolaire, d'autant plus qu'aucun pays au monde ne vit sans normes de base en matière d'enseignement secondaire.

 

L'objectif des forces qui s'opposent à l'humanité est de briser le système des principes moraux de base et d'instaurer des normes morales alternatives.

 

Notre pays a toujours fait l'objet d'attaques, y compris en matière d'information, tout au long de son histoire. Et toujours, à tout moment, le plus important était la lutte pour la jeunesse. Il est très important pour l'avenir de la Russie que nos enfants et petits-enfants ne deviennent jamais des mankurts, c'est-à-dire des personnes qui ne se souviennent pas de leur passé, qui ne se souviennent pas de leur parenté. Et ici, l'éducation est importante - historique avant tout. Un professeur d'histoire et un professeur de littérature, un professeur de langue russe sont les enseignants les plus importants, car ils forment une personne. Ces sujets forment la personnalité.

 

La question de la lutte contre la falsification de l'histoire, qui dure depuis plus d'un siècle, devrait être une affaire d'État. La norme historique et culturelle, le manuel canonique de l'histoire doit exister. Grâce aux activités du ministère de l'éducation et de la Fondation pour l'histoire de la patrie, ainsi que de la Société historique russe, nous disposons déjà d'une norme historique et culturelle et de trois lignes de manuels scolaires qui reflètent réellement notre passé.

 

Le politologue Dmitri Koulikov s'est posé la question de savoir quel est le sens de la vie humaine et où elle se trouve. Ce problème, a-t-il noté, était traditionnellement résolu par la foi. Bien qu'il semble y avoir des choses simples : construire une maison, planter un arbre, élever un fils... C'est tout ce qui restera après vous. Il est évident que le sens de la vie est ce qui reste après vous. Et la raison d'être de notre existence dans l'État de la Fédération de Russie est ce qui reste après nous.

 

Natalia Kasperskaya, présidente du groupe InfoWatch, une experte reconnue dans le domaine des technologies de l'information, a déclaré que ses collègues, qui analysent les réseaux sociaux, ont mené des recherches sur la falsification de l'histoire, y compris la Grande guerre patriotique.

 

Parlant des possibilités des technologies modernes et de leur utilisation à des fins destructrices, Natalia a noté que la terrible conclusion du discours de Mikhaïl Kovalchouk était que certains milieux ont pour but de créer une sorte de "peuple-esclave" ou de "technologues" conditionnels, de "peuple-robots", "un homme de service, qui accomplirait des tâches officielles et non particulièrement de raison". En d'autres termes, la personnalité humaine est aujourd'hui rabaissée. Et si le point de non-retour est dépassé, l'humanité ne pourra pas s'y opposer.

 

Natalia Kasperskaya, concernant l'histoire de la Grande Guerre Patriotique, a remarqué qu'il y a "idéologie-1" - "notre patriotisme". Et il y a "l'idéologie-2", qui la contredit quand on dit que la Russie est un mauvais pays, "nous sommes des perdants, nous avons de mauvaises choses". Et si cette idéologie se forme chez les enfants, il est très difficile de discuter avec eux. Ils sont issus de l'Internet et tirent sur des faits qui confirment leur point de vue. D'autant plus que tout fait peut être interprété différemment. Et dans ce cas, l'interprétation va toujours dans le sens négatif, alors que les arguments fondés sur des sources sérieuses ne sont tout simplement pas perçus par les jeunes.

 

Comment la "réinterroger" ? Il est toujours plus difficile de "réinterpréter", a déclaré Natalya Kasperskaya avec déception.

 

La présentatrice de radio et de télévision Anna Shafran a exprimé son opinion selon laquelle la confrontation des informations est l'une des questions les plus importantes. Et c'est à juste titre que chacun des intervenants a fait des propositions concrètes.

 

Et toujours, à tout moment, le plus important a été la lutte pour la jeunesse.

 

"Me voici", a déclaré Anna Borisovna, "en discutant de la guerre de l'information, a suggéré que nous nous concentrions sur ce qui est l'idée nationale pour nous aujourd'hui ? Parce qu'il faut bien comprendre : le travail contre la Russie est effectué de manière cohérente et systématique. Aujourd'hui, nous ne sommes absolument pas surpris par les attaques contre notre pays, contre notre dirigeant, aujourd'hui la lutte pour l'information contre notre pays a acquis de nouvelles caractéristiques et de nouvelles formes.

 

Cela s'exprime principalement par des tentatives de planter des idées étrangères aux valeurs et à la mentalité nationales. Selon Anna Shafran, il s'agit d'un travail de destruction et de division de la société, de sa polarisation. C'est un discrédit des valeurs saines, que nous avons proclamées en votant des amendements à la Constitution. C'est une tentative de briser l'unité spirituelle de la civilisation russe.

 

Pourquoi nos adversaires font-ils cela ? Parce qu'ils comprennent bien : l'idée nationale, qui est soutenue par l'État et le peuple, travaille à unir l'État et la société, à former notre identité, ce qui est extrêmement important dans les conditions de la mondialisation.

 

"En perdant notre identité, nous perdons l'État", a déclaré le présentateur de télévision. - En perdant notre souveraineté, nous perdons notre avenir. Dans ces conditions, il est très important de comprendre par nous-mêmes que l'idée nationale ne doit pas seulement être clairement formulée et proclamée. Nous devons inscrire cette notion dans les actes et les documents juridiques, afin qu'il soit possible de savoir clairement qu'il existe une idée nationale.

 

"Il est particulièrement symbolique que nous nous réunissions chaque année dans le Parc de la Patrie", a déclaré Anna Shafran. - C'est là que le temple principal des forces armées, le temple de la résurrection du Christ, a été construit. Cela montre que les alliés traditionnels de la Russie - l'armée et la marine - ajoutent aujourd'hui un troisième allié - l'esprit. Cela est particulièrement important au XXIe siècle, lorsque nous avons commencé à l'oublier.

 

Aujourd'hui, il y a un paradoxe. D'une part, la technologie, d'autre part - la misère de son remplissage. Elle conduit à la dégradation de tous. L'armée et l'esprit constituent ensemble notre force et la puissance qui peut nous donner la victoire. Et ici, où est construit le Temple principal des forces armées, nous, parlant de défense psychologique, discutant des voies du mouvement russe, affirmons une fois de plus quelle est notre force.

 

Marina Shcherbakova : Une guerre de l'information est menée contre la Russie... (Club d'Izborsk, 3 septembre 2020)
Lire la suite

Robert F. Kennedy: Les deux poids et deux mesures du Dr Fauci : Polariser la nation sur l'hydroxychloroquine

2 Septembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Opération Coronavirus, #Sciences

6 août 2020

Je ne sais pas si l'hydroxychloroquine (HCQ) est efficace contre le COVID. Il est inquiétant que, comme beaucoup d'autres Américains, j'aie l'impression que nous n'apprendrons pas la vérité du Dr Fauci. Un article de MJ Vincent et Eric Bergeron et al. du CDC, paru dans le Virology Journal en 2005, a fait surface la semaine dernière. L'étude conclut : "Nous signalons ... que la chloroquine a de forts effets antiviraux sur l'infection par le SRAS-Coronavirus des cellules de primates. Ces effets inhibiteurs sont observés lorsque les cellules sont traitées avec le médicament avant ou après l'exposition au virus, ce qui suggère un avantage à la fois prophylactique et thérapeutique". Cette conclusion implique que la chloroquine fonctionne à la fois comme un "vaccin" préventif et comme un remède contre les souches de coronavirus.

Si ces résultats persistent dans les modèles humains du COVID 19, comme le suggère l'étude menée le mois dernier dans un hôpital du Michigan et les nombreuses preuves fournies par des médecins américains et d'autres nations, HCQ pourrait concurrencer les vaccins du Dr Fauci, notamment le vaccin Moderna dont son agence est copropriétaire du brevet et pour lequel le Dr Fauci a investi 500 millions de dollars de l'argent des contribuables. Pire encore - pour les fabricants de vaccins - les brevets d'HCQ ont expiré depuis longtemps ; les pilules coûtent 30 cents. Le Dr Fauci insiste sur le fait qu'il n'approuvera pas l'HCQ pour COVID tant que son efficacité n'aura pas été prouvée par des "études randomisées en double aveugle sur placebo". Jusqu'à présent, le Dr Fauci n'a jamais préconisé de telles études pour aucune des 72 doses de vaccin ajoutées au calendrier obligatoire pour les enfants depuis qu'il a pris la tête du NIAID en 1984. Il ne les exige pas non plus pour les vaccins COVID qui sont actuellement en course pour être approuvés. Pourquoi l'hydroxychloroquine devrait-elle être le seul remède nécessaire pour franchir cet obstacle ? La HCQ a moins besoin d'études randomisées sur placebo que n'importe lequel de ces vaccins puisque son innocuité est bien établie après 60 ans d'utilisation et des décennies sur la liste des "médicaments essentiels" de l'OMS.

Bill Gates, l'Organisation mondiale de la santé et Pharma ont alimenté les soupçons du public en finançant de multiples études sur la HCQ à l'aide de protocoles calculés de manière à discréditer le médicament. La FDA a condamné la HCQ pour le COVID sur la base de deux études publiées dans NEJM et Lancet, même après que les revues les aient retirées pour fraude. L'hostilité particulière du Dr Fauci envers la HCQ est cohérente avec son parti pris d'un demi-siècle en faveur des vaccins et des médicaments brevetés. La politique de deux poids deux mesures du Dr Fauci crée la confusion, la méfiance et la polarisation.

Robert F. Kennedy, Jr, Président, Children's Health Defense

Traduit de l'anglais par Le Rouge et le Blanc.

Source: https://childrenshealthdefense.org/news/dr-faucis-double-standards-polarizing-the-nation-on-hydroxychloroquine/

Lire la suite

Combattre le totalitarisme global: discours historique de Robert F. Kennedy Jr. à Berlin (29 août 2020)

2 Septembre 2020 , Rédigé par POC Publié dans #Opération Coronavirus, #Politique

Combattre le totalitarisme global: discours historique de Robert F. Kennedy Jr. à Berlin (29 août 2020)
Combattre le totalitarisme global: discours historique de Robert F. Kennedy Jr. à Berlin (29 août 2020)

Robert F. Kennedy, Jr. s'est adressé à des centaines de milliers de personnes dans les rues de Berlin, en Allemagne, le 29 août 2020. Avec la place Großer Stern et le monument Siegesäule en toile de fond, M. Kennedy a parlé du contrôle du gouvernement par la peur et s'est prononcé contre le totalitarisme. Il a déclaré que le gouvernement et ceux qui ont le plus de richesses et de contrôle ont fait un travail terrible sur la santé publique et vont tous nous faire passer à la 5G et à une société sans argent liquide. Il a déclaré que la 5G nous est imposée comme une bonne chose mais qu'elle sera utilisée pour la surveillance et la collecte de données. M. Kennedy a ajouté que la pandémie COVID 19 est une crise de convenance qui détruit la classe moyenne, nous appauvrit tous, et rend l'élite puissante encore plus puissante. Il a conclu par le message que nous devons protéger nos semblables, nos enfants vulnérables ainsi que nos libertés et notre démocratie !

TRANSCRIPTION

 

Merci à tous. (applaudissements)

Chez moi, aux États-Unis, les journaux disent que je suis venu ici aujourd'hui pour parler à environ 5000 nazis. Et demain, ils vont rapporter que, oui, j'étais ici et que j'ai parlé à peut-être 3 à 5 000 nazis. Et je regarde cette foule et je vois le contraire du nazisme. Je vois des gens qui aiment la démocratie, des gens qui veulent un gouvernement ouvert, des gens qui veulent des dirigeants qui ne vont pas leur mentir, des gens qui veulent des dirigeants qui ne vont pas inventer des règles et des règlements arbitraires pour orchestrer l'obéissance de la population. Nous voulons des responsables de la santé qui n'ont pas de liens financiers avec l'industrie pharmaceutique, qui travaillent pour nous et non pour les grandes sociétés pharmaceutiques. Nous voulons des fonctionnaires qui se soucient de la santé de nos enfants et non des profits pharmaceutiques ou du contrôle du gouvernement. Je regarde cette foule - je vois tous les drapeaux de l'Europe, je vois des gens de toutes les couleurs, je vois des gens de toutes les nations, de toutes les religions, tous soucieux de la dignité humaine, de la santé des enfants, de la liberté politique - c'est le contraire du nazisme ! (applaudissements)

Les gouvernements AIMENT les pandémies. Ils aiment les pandémies pour la même raison qu'ils aiment la guerre. Parce qu'elle leur donne la capacité d'imposer à la population des contrôles que celle-ci n'accepterait JAMAIS autrement - les grandes institutions et les mécanismes permettant d'orchestrer et d'imposer l'obéissance. Maintenant, je vais vous dire une chose - c'est un mystère pour moi que toutes ces grandes personnes importantes comme Bill Gates et Tony Fauci aient planifié et pensé à cette pandémie pendant des décennies, la planifiant de manière à ce que nous soyons tous en sécurité lorsque la pandémie arrivera enfin. Et pourtant, maintenant qu'elle est là, ils ne semblent pas savoir de quoi ils parlent. Ils semblent inventer au fur et à mesure. Ils inventent des chiffres. Ils ne peuvent pas vous dire quel est le taux de létalité des cas de Covid - c'est fondamental. Ils ne peuvent pas nous donner un test PCR qui fonctionne vraiment. Ils n'ont pas... Ils doivent constamment changer la définition du Covid sur les certificats de décès pour que cela paraisse de plus en plus dangereux. Mais une chose pour laquelle ils sont doués, c'est pour faire monter la PEUR.

Il y a 75 ans, Hermann Goering a témoigné au procès de Nuremberg et on lui a demandé "comment avez-vous fait pour que le peuple allemand accepte tout cela ? Cela n'a rien à voir avec le nazisme. Cela a à voir avec la nature humaine. Vous pouvez le faire dans un régime nazi, vous pouvez le faire dans un régime socialiste, vous pouvez le faire dans un régime communiste, vous pouvez le faire dans une monarchie et une démocratie. La seule chose dont un gouvernement a besoin pour faire des gens des esclaves, c'est la peur. Et si vous pouvez trouver quelque chose pour les effrayer, vous pouvez leur faire faire tout ce que vous voulez.

Il y a 50 ans, mon oncle John Kennedy est venu dans cette ville - il est venu ici à Berlin parce que Berlin était la ligne de front contre le totalitarisme mondial. Et aujourd'hui encore, Berlin est la ligne de front contre le totalitarisme mondial. Mon oncle est venu ici - il a dit fièrement au peuple allemand, Ich bin ein Berliner. Et aujourd'hui, tous ceux d'entre nous qui sont ici aujourd'hui peuvent dire fièrement une fois de plus, Ich bin ein Berliner. Parce que vous êtes en première ligne contre le totalitarisme.

Je vais dire encore une chose. Ils n'ont pas fait un très bon travail en matière de protection de la santé publique. Mais ils ont fait un très bon travail en utilisant la quarantaine pour introduire la 5G dans toutes nos communautés. Et pour commencer le processus de passage à une monnaie numérique, qui est le début de l'esclavage. Parce que s'ils contrôlent votre compte bancaire, ils contrôlent votre comportement. Et nous voyons tous ces publicités à la télévision qui disent que la 5G arrive dans votre communauté. Ce sera une grande chose pour vous tous, ça va changer vos vies, ça va rendre toutes vos vies tellement meilleures. Et je dois dire que c'est très convaincant parce que je regarde ces publicités et je pense que c'est génial, j'ai hâte que ça arrive. Et parce que je vais pouvoir télécharger un jeu vidéo en 6 secondes au lieu de 16 secondes. Et c'est pour cela qu'ils dépensent 5 billions de dollars sur la 5G ? Non. La raison est, pour la surveillance et la collecte de données. Ce n'est pas pour vous et moi. C'est pour Bill Gates, c'est pour Mark Zuckerberg et Jeffrey Bezos. Et pour tous les autres milliardaires. Bill Gates dit que sa flotte de satellites pourra observer chaque centimètre carré de la planète 24 heures sur 24. Mais ce n'est que le début. Il pourra également vous suivre sur tous vos appareils intelligents, grâce à la reconnaissance faciale biométrique, grâce à votre GPS. Vous pensez qu'Alexa travaille pour vous ? Elle ne travaille pas pour vous. Elle travaille pour Bill Gates en vous espionnant.

Et la pandémie est une crise de convenance pour les élites qui dictent ces politiques. Elle leur donne la capacité d'anéantir la classe moyenne, de détruire les institutions de la démocratie, de transférer toutes nos richesses de nous tous à une poignée de milliardaires pour s'enrichir en appauvrissant le reste d'entre nous. Et la seule chose qui les sépare de nos enfants, c'est cette foule qui est venue à Berlin ! Nous leur disons aujourd'hui que vous n'allez pas nous enlever notre liberté, que vous n'allez pas empoisonner nos enfants, que nous allons exiger le retour de notre démocratie.

Merci beaucoup à tous de vous être battus ! (applaudissements)

Robert F. Kennedy Jr.

Traduction: Le Rouge et le Blanc.

Source de la transcription en anglais: 

https://www.marktaliano.net/robert-f-kennedy-jr-fighting-against-global-totalitarianism-in-berlin-video-the-liberty-beacon/

Prononcé le 29 juin 1963 à Berlin en pleine Guerre Froide, le fameux discours du Président John F. Kennedy où il déclara en allemand “Ich bin ein Berliner” était un vibrant appel en faveur de la liberté représentée par la “démocratie” occidentale contre le “totalitarisme” communiste.
Les libéraux qui détiennent le pouvoir en Occident et dans le monde nous dirigent vers une nouvelle guerre froide -et peut-être chaude- contre les peuples de la Fédération de Russie, de la Chine, de l’Iran et leurs alliés.
Ils veulent dresser la moitié du monde contre l’autre moitié. L’Occident contre l’Asie. Diviser pour régner, afin d’exercer leur pouvoir sur un monde global unifié et réaliser leurs rêves démentiels de transformations et de transgressions.
Ne tombons pas dans ce piège. Ce n’est pas le communisme qui est l’ennemi de l’homme, c’est le libéralisme. Les anti-libéraux européens et américains partagent le même combat avec les anti-libéraux russes, iraniens et du monde entier. Nous avons le même ennemi !
Refusons de nous entre-tuer entre frères !

Pierre-Olivier Combelles

Lire la suite

Fighting against Global Totalitarianism: Robert F. Kennedy Jr Speech in Berlin, 29 Aug. 2020

2 Septembre 2020 , Rédigé par POC Publié dans #Opération Coronavirus, #Politique

Fighting against Global Totalitarianism: Robert F. Kennedy Jr Speech in Berlin, 29 Aug. 2020
Fighting against Global Totalitarianism: Robert F. Kennedy Jr Speech in Berlin, 29 Aug. 2020

Robert F. Kennedy, Jr. spoke to hundreds of thousands in the streets of Berlin, Germany, August 29, 2020. With Großer Stern Square and the Siegesäule Monument as a backdrop, Mr. Kennedy talked about government control by fear and spoke out against totalitarianism. He said the government and those with the greatest wealth and control have done a terrible job on public health and will shift us all to 5G and a cashless society. He said that 5G is being pushed on us as a good thing but it will be used for surveillance and data harvesting. Mr. Kennedy added that the COVID 19 pandemic is a crisis of convenience that is destroying the middle class, impoverishing us all, and it is making the powerful elite even more powerful. He closed with the message that we must protect our fellow man, our vulnerable children and our freedoms and democracy!

TRANSCRIPT

‘Thank you everybody. (applause)
Back at home in the United States, the newspapers are saying that I came here today to speak to about 5,000 Nazis. And tomorrow they’re gonna report that, yes, I was here and spoke to maybe 3-5,000 Nazis. And I look at this crowd and I see the opposite of Nazism. I see people who love democracy, people who want open government, people who want leaders that aren’t gonna lie to them, people who want leaders who won’t make up arbitrary rules and regulations to orchestrate obedience in the population. We want health officials who don’t have financial entanglements with the pharmaceutical industry, who are working for us and not Big Pharma. We want officials who care about our children’s health and not about pharmaceutical profits or government control. I look at this crowd – I see all the flags of Europe, I see people of every color, I see people from every nation, every religion all caring about human dignity, about children’s health, about political freedom — this is the opposite of Nazism! (applause)
Governments LOVE pandemics. They love pandemics for the same reason they love war. Because it gives them the ability to impose controls on the population that the population would otherwise NEVER accept – the great institutions and mechanisms for orchestrating and imposing obedience. Now, I’ll tell you something – it’s a mystery to me that all of these big important people like Bill Gates and Tony Fauci have been planning and thinking about this pandemic for decades, planning it so that we would all be safe when the pandemic finally came. And yet, now that it’s here, they don’t seem to know what they’re talking about. They seem to be making it up as they go along. They’re inventing numbers. They cannot tell you what the Case Fatality Rate for Covid is – that’s basic. They cannot give us a PCR test that actually works. They don’t have… They have to change the definition of Covid on the death certificates constantly to make it look more and more dangerous. But one thing that they’re good at is pumping up FEAR.
75 years ago, Hermann Goering testified at the Nuremberg Trials and he was asked ‘how did you make the German people go along with all this?’ He said it’s an easy thing. It’s not anything to do with Nazism. It has to do with human nature. You can do this in a Nazi regime, you can do it in a socialist regime, you can do it in a communist regime, you can do it in a monarchy and a democracy. The only thing that a government needs to make people into slaves is fear. And if you can figure out something to make them scared, you can get them to do anything that you want.
50 years ago, my uncle John Kennedy came to this city – he came here to Berlin because Berlin was the frontline against global totalitarianism. And today again, Berlin is the frontline against global totalitarianism. My uncle came here – he proudly said to the people of Germany, Ich bin ein Berliner. And today, all those of us who are here today can proudly say once again, Ich bin ein Berliner. Because you are the frontline against totalitarianism.
I’m going to say one more thing. They haven’t done a very good job about protecting public health. But they’ve done a very good job at using the quarantine to bring 5G into all of our communities. And to begin the process of shifting us all to a digital currency, which is the beginning of slavery. Because if they control your bank account, they control your behaviour. And we all see these advertisements on television saying 5G is coming to your community. It’s gonna be a great thing for all of you, it’s gonna change your lives, it’s gonna make all of your lives so much better. And it’s very convincing I have to say because I look at those ads and I think it’s great, I can hardly wait til it gets here. And because I’m going to be able to download a video game in 6 seconds instead of 16 seconds. And is that why they’re spending 5 trillion dollars on 5G? No. The reason is, for surveillance and data-harvesting. It’s not for you and me. It’s for Bill Gates, it’s for Mark Zuckerberg and Jeffrey Bezos. And all of the other billionaires. Bill Gates says that his satellite fleet will be able to look at every square inch of the planet 24 hours a day. But that’s only the beginning. He’ll also be able to follow you on all of your smart devices, through biometric facial recognition, through your GPS. You think that Alexa is working for you? She isn’t working for you. She’s working for Bill Gates spying on you.
And the pandemic is a crisis of convenience for the elites who are dictating these policies. It gives them the ability to obliterate the middle class, to destroy the institutions of democracy, to shift all of our wealth from all of us to a handful of billionaires to make themselves rich by impoverishing the rest of us. And the only thing between them and our children is this crowd that has come to Berlin! We’re telling them today you are not going to take away our freedom, you are not going to poison our children, we are going to demand our democracy back.
Thank you all very much for fighting!’ (applause)

****

Source de la transcription: https://www.marktaliano.net/robert-f-kennedy-jr-fighting-against-global-totalitarianism-in-berlin-video-the-liberty-beacon/

Prononcé le 29 juin 1963 à Berlin en pleine Guerre Froide, le fameux discours du Président John F. Kennedy où il déclara en allemand “Ich bin ein Berliner” était un vibrant appel en faveur de la liberté représentée par la “démocratie” occidentale contre le “totalitarisme” communiste.
Les libéraux qui détiennent le pouvoir en Occident et dans le monde nous dirigent vers une nouvelle guerre froide -et peut-être chaude- contre les peuples de la Fédération de Russie, de la Chine, de l’Iran et leurs alliés.
Ils veulent dresser la moitié du monde contre l’autre moitié. L’Occident contre l’Asie. Diviser pour régner, afin d’exercer leur pouvoir sur un monde global unifié et réaliser leurs rêves démentiels de transformations et de transgressions.
Ne tombons pas dans ce piège. Ce n’est pas le communisme qui est l’ennemi de l’homme, c’est le libéralisme. Les anti-libéraux européens et américains partagent le même combat avec les anti-libéraux russes, iraniens et du monde entier. Nous avons le même ennemi !
Refusons de nous entre-tuer entre frères !

Pierre-Olivier Combelles

Lire la suite

Spoutnik V contre le plan US dément de vaccination et de puçage de l'humanité, par Israël Shamir

2 Septembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Opération Coronavirus

(…)

 

Puisque l'histoire du poison russe a été si bien établie et scientifiquement élaborée dans les moindres détails, il serait insensé de ne pas en faire usage. Et en effet, dans le cas d'Alexei Navalny, les Américains en ont pleinement profité - pour bloquer la progression du vaccin russe Spoutnik V. Ce vaccin est appelé Spoutnik pour une bonne raison. Comme le légendaire satellite de 1957, le vaccin russe menace de faire tomber l'image du monde entier, si soigneusement construite par les artisans occidentaux. En 1957, comme en 2020, le Spoutnik a détruit le mythe du Russe attardé. Sous le choc, les élites occidentales ont à nouveau découvert que les Russes sont toujours capables de faire des choses grandes et inattendues.

 

Spoutnik V menace d'annuler les bénéfices en espèces de Bill Gates, le sacerdoce de l'OMS et de Big Pharma, qui s'en léchaient les babines, en prévision des montagnes d'argent qu'ils récolteraient au dernier coup de cloche de l'hystérie COVID. Nous parlons de centaines de milliards de dollars, d'un "certificat de vaccination" mondial (comportant le système d'identification ID-2020, dit "camp de concentration numérique"), d'un éternel état d'urgence sanitaire pour des milliards d'habitants de la planète, de la "nouvelle normalité", nécessitant absolument des mises à jour annuelles, du même genre que celles qui ont rendu Microsoft si détesté et Bill Gates si riche. Et tout cela va à vau-l'eau, parce que ces p... de Russes ont déployé leur astucieux vaccin.

 

L'avion transportant Alexei Navalny n'avait pas encore atteint Berlin, que les États-Unis avaient déjà imposé une interdiction à l'institut produisant le vaccin, et une interdiction secondaire pour le vaccin lui-même, et une interdiction tertiaire à tous ceux qui vendraient, ou achèteraient ou s'administreraient ce vaccin: autant de sanctions sous la menace de se voir interdire l'utilisation du dollar américain, de se voir déconnecté de SWIFT et de Twitter, bref banni de tout le monde dirigé par les Américains. Il s'agit d'une menace dont il ne faut pas se moquer : lorsque les États-Unis ont interdit le Nord Stream-II, toutes les entreprises européennes ont lâché l'affaire comme une patate chaude, malgré les lourdes sanctions [russes] qu'elles allaient certainement subir pour avoir rompu leurs contrats avec les Russes. Elles ont également peur de toucher au pétrole iranien ou à l'argent vénézuélien, puisque les États-Unis l'ont interdit.

 

S'il fallait choisir entre la pandémie et l'inimitié des États-Unis, la plupart des pays et des entreprises oublieraient rapidement les platitudes sur les personnes âgées qui souffrent et l'égoïsme cruel des sceptiques sans masque dont ils nous ont abreuvés ces six derniers mois, pour passer à autre chose. Laissez crever les personnes âgées ; laissez les enfants transpirer sous les masques pour toujours, mais que Dieu nous préserve de la fureur américaine.

 

Ce plan pourrait bien se retourner contre ses auteurs. Le peuple américain est bon et il a peur du COVID. Les Américains ne s'opposent pas à ce que le salut vienne de Russie, car les astronautes américains se sont précipités dans le compartiment russe de la station spatiale Soyouz lorsque le leur a présenté une fuite en 2015. La pression des électeurs américains, l'indignation des personnes qui étouffent et qui en ont assez des muselières et de la distanciation sociale, et la crainte d'une mort mondiale imminente attendue depuis trop longtemps, touot cela pourrait l'emporter sur l'interdiction américaine. Les nations d'Europe et du monde entier en ont assez de ces sanctions américaines et des coûts qu'elles entraînent. Les sanctions imposées à la Syrie, à l'Iran, à la Chine et à la Russie ont été mises en œuvre aux dépens de l'Europe. La lutte contre le vaccin russe pourrait être la paille de trop sur le dos du chameau.

 

Dans cette lutte titanesque pour le sort du monde, pour la vie et la santé, pour des milliards de personnes et de dollars, le sort d'Alexei Navalny ne joue qu'un très petit rôle. C'est en désespoir de cause que les auteurs de cette guerre mondiale  ont été contraints d'utiliser Alexey comme levier pour repousser le vaccin russe. Son travail est maintenant terminé. Les choses sérieuses commencent. Une fois l'interdiction américaine en place, Navalny peut se rétablir et s'envoler pour la Nouvelle-Zélande, pour s'installer à côté de chez Skripal, par exemple, ou même retourner en Russie. Nous ne pourrons jamais vraiment savoir ce qui lui est arrivé, mais cela n'a plus d'importance. Ce qui est important, c'est le vaccin.

 

P.S. Personnellement, je ne pense pas que le Coronavirus vaille les efforts déployés pour le contenir, et je ne pense pas non plus qu'un vaccin soit nécessaire. Mais des milliards de personnes ont été traumatisées jusqu'à l'hystérie, et il est peu probable que celle-ci disparaisse sans vaccin, qu'il s'agisse d'un placebo ou non. Je suis convaincu que le vaccin russe, créé par les meilleurs experts ex-soviétiques, qui avaient débarrassé l'ex-URSS et l'Europe de l'Est de nombreuses maladies, est au minimum plus sûr que tout ce que les grandes sociétés pharmaceutiques et Fauci (connues pour leur AZT) vont produire, et qu'il ne servirait pas à nous pucer ni n'exigerait des mises à jour comme le font les Windows de Bill Gates.

 

Israël Adam Shamir

 

Israel Shamir peut être contacté à l'adresse suivante : adam@israelshamir.net

Source: https://www.unz.com/ishamir/navalny-poison/

Traduction: Maria Poumier

 

Source et article complet: https://plumenclume.org/blog/601-le-poison-de-nalvalny

Lire la suite

Passe-moi les jumelles

1 Septembre 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Société, #Environnement

"Passe-moi les Jumelles", Paju pour les intimes, est la seule émission de la Radio Télévision Suisse qui peut se permettre de prendre son temps. Le temps de naviguer à contre-courant, de faire des rencontres souvent étonnantes, de traverser des paysages aussi sublimes que stimulants, ici ou ailleurs, avec la curiosité comme seul guide. Un bol d'oxygène à consommer chaque vendredi, pendant 24 semaines, printemps comme automne en Haute Définition et sans modération!

https://www.youtube.com/watch?v=68LzmMjdL_8

 

Portrait d'un facteur d'arcs passionné de tir instinctif

https://www.youtube.com/watch?v=9fdodzFT8tk

Lire la suite
<< < 1 2 3 4