Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Rouge et Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

L'imbécillité de la campagne contre la viande de chien au Vietnam

13 Octobre 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Amérique du sud, #Asie, #Environnement, #Société

Boucherie servant du chien rôti (Vietnam). Source: Le voyage de Lady Anne (blog de navigateurs autour du monde)

Boucherie servant du chien rôti (Vietnam). Source: Le voyage de Lady Anne (blog de navigateurs autour du monde)

Sous la pression de certains touristes et n'en doutons pas, d'associations et ONG subversives, les autorités d'Hanoï cherchent à interdire la consommation de la viande de chien, populaire au Vietnam:

https://www.lexpress.fr/actualites/1/styles/vietnam-les-habitants-de-hanoi-pries-de-ne-plus-manger-de-la-viande-de-chien_2034772.html

Le chien "sans poils et sans voix" est ou était élevé en Asie, dans le Pacifique et en Amérique centrale et du sud depuis des temps immémoriaux, pour être mangé.

Il est le résultat d'une longue sélection.

Les touristes qui rencontraient ces chiens étranges au Pérou, par exemple, où on ne les élève plus que comme animaux de compagnie ("mascotas"), ignorent tout de cette histoire.

Pourquoi juger les mœurs des autres peuples ?

Pourquoi chercher à détruire les traditions immémoriale des peuples sinon pour les uniformiser dans le creuset du mondialisme ? c'est criminel.

Remarquons que le goût particulier des hommes pour la viande de chien est partagé avec les tigres et les pumas, qui n'hésitent pas à s'approcher des habitations pour les capturer et les emporter pour les manger. Une anecdote est racontée par l'explorateur russe Vladimir Arseniev dans son inoubliable récit Dersou Ouzala, lorsque, par une nuit de tempête, sa chienne Alpa est enlevée par un tigre qui franchit les corps des voyageurs endormis autour du feu de camp par pour se saisir de l'animal. 

Personnellement, à plusieurs reprises, dans les Andes du Pérou et de la Bolivie, j'ai été le témoin d'enlèvements de chiens par des pumas entrés la nuit dans la cour des petites fermes paysannes. Tous les paysans andins savent que les pumas raffolent de la viande de chien.

Évidemment, ce n'est pas le magazine L'Express, champion du politiquement correct (n'est-ce pas, Valérie Lion ?), qui vous dira tout cela.

POC

Sur le même sujet:

http://bomarea.blogspot.com/2017/01/pour-labolition-du-betail-occidental-en.html

http://pocombelles.over-blog.com/na-wai-taua.html

Chien sans poils et sans voix ("perro chino", au Pérou). Pachacamac, près de Lima (Pérou). Elevé aux temps préhispaniques pour sa viande, comme en Amérique centrale et en Asie, il est devenu aujourd'hui un animal de compagnie. Il semble qu'il soit encore discrètement consommé dans certaines région, près de Huancayo par exemple, dans les Andes centrales du Pérou. On nomme en quechua "alqo micuna" ceux qui mangent du chien. Photo: Pierre-Olivier Combelles (2012)

Chien sans poils et sans voix ("perro chino", au Pérou). Pachacamac, près de Lima (Pérou). Elevé aux temps préhispaniques pour sa viande, comme en Amérique centrale et en Asie, il est devenu aujourd'hui un animal de compagnie. Il semble qu'il soit encore discrètement consommé dans certaines région, près de Huancayo par exemple, dans les Andes centrales du Pérou. On nomme en quechua "alqo micuna" ceux qui mangent du chien. Photo: Pierre-Olivier Combelles (2012)

Lire la suite

Vladimir Ovchinsky : Capitalisme et COVID - 19 (Club d'Izborsk, 12 octobre 2020)

12 Octobre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Economie, #Russie

Vladimir Ovchinsky : Capitalisme et COVID - 19 (Club d'Izborsk, 12 octobre 2020)

Vladimir Ovchinsky : Capitalisme et COVID - 19

12 octobre 2020

 

https://izborsk-club.ru/20002

 

 

La Pandémie de COVID - 19 entraînera une détérioration du niveau de vie dans presque tous les pays du monde, a annoncé Kristalina Georgieva, directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) le 6 octobre 2020.

 

"Nous prévoyons qu'à moyen terme, la production mondiale restera à un niveau bien inférieur à celui que nous avions prévu avant la pandémie. Ce sera un revers pour presque tous les pays en termes d'amélioration du niveau de vie", a-t-elle déclaré lors d'un événement en ligne organisé par la London School of Economics en amont de la réunion annuelle du FMI et de la Banque mondiale.

 

"L'économie mondiale se remet de la crise", a-t-elle déclaré lors de l'événement en ligne de la London School of Economics, en prélude à l'assemblée annuelle du FMI et de la Banque mondiale. Mais cette catastrophe est loin d'être terminée. Tous les pays sont maintenant confrontés à ce que j'appellerais une longue reprise, une ascension difficile qui sera longue, inégale et incertaine, et d'éventuels revers", a-t-elle déclaré.

 

"Le FMI a prédit en juin une très forte baisse du PIB mondial en 2020. Le tableau est moins sombre aujourd'hui. Selon nos nouvelles estimations, l'évolution au cours des deuxième et troisième trimestres a été légèrement meilleure que prévu, ce qui nous a permis de revoir légèrement à la hausse nos prévisions globales pour 2020. Nous continuons à prévoir une reprise partielle et inégale en 2021", a ajouté Mme Georgieva.

 

Dans le même temps, elle a déclaré qu'après la fin de la pandémie, l'économie mondiale devra être reconstruite selon de nouveaux principes. "Nous ne pouvons pas nous permettre de simplement restaurer la vieille économie avec sa faible croissance, sa faible productivité, ses fortes inégalités et l'aggravation de la crise climatique", a déclaré le chef du FMI. Elle est convaincue que l'économie devrait subir des "réformes fondamentales" au lendemain de la pandémie et devenir "plus verte, plus intelligente, plus inclusive et plus dynamique". Et pour cela, selon Mme Georgieva, de sérieux investissements sont nécessaires.

 

"Nous nous attendons à ce que la dette publique mondiale atteigne un niveau record de près de 100 % du PIB en 2020", a-t-elle déclaré.

 

"De nombreux pays sont devenus plus vulnérables. Le niveau de leur dette a augmenté en raison des mesures fiscales qu'ils ont prises en réponse à la crise, ainsi que des pertes de revenus", a ajouté Mme Georgieva.

 

Des centaines de millions de personnes sous le seuil de pauvreté

 

Selon les calculs publiés par la Banque mondiale, "à la suite de la crise en 2020 et 2021, jusqu'à 150 millions de personnes seront dans une telle extrême pauvreté que leur vie sera menacée ... . Pour la première fois depuis 1998, le nombre de personnes pauvres dans le monde va à nouveau augmenter et les progrès réalisés au fil des ans seront érodés".

 

"La pandémie et la récession mondiale pourraient plonger 1,4 % de la population mondiale dans l'extrême pauvreté", déclare David Malpass, directeur de la Banque mondiale. En même temps, le minimum dont une personne a besoin pour survivre est de 1,9 $ par jour.

 

"Depuis le début des années 1990, le nombre de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté absolue est passé de 35 % à environ 8,4 %, un succès unique dû principalement à la reprise économique de la Chine, mais qui, ces dernières années, a également été de plus en plus lié aux progrès réalisés dans de nombreux autres pays en développement et pays du seuil, comme l'Inde ou l'Indonésie.

 

La Banque mondiale prévoit maintenant que le nombre de personnes vivant dans l'extrême pauvreté augmentera de 8,4 à 9,1 %, et que l'économie mondiale chutera de 5 % en 2020. S'ils diminuent de 8 %, la proportion de personnes pauvres passera à 9,4 %.

 

"En termes absolus, cela signifie qu'à la fin de 2020, il y aura 60 à 87 millions de personnes de plus dans le monde vivant avec moins de 1,9 dollar par jour qu'en 2019 ... À la fin de 2021, il y aura 111 à 150 millions de personnes de plus dans la pauvreté absolue que ce qui était prévu auparavant".

 

"Deux régions seront particulièrement touchées : l'Afrique subsaharienne et l'Asie du Sud. Près de 90 % des personnes qui tomberont sous le seuil de pauvreté absolue y vivent. ... Ce sera une catastrophe principalement pour l'Afrique subsaharienne... Il y a 20 des pays les plus pauvres du monde, 40 % de la population y vit avec moins de 1,9 $ par jour, 70 % avec moins de 3,2 $ par jour".

 

"La crise actuelle va donc surtout toucher ceux qui vivent déjà dans la pauvreté. En conséquence, le fossé entre les riches et les pauvres pourrait se creuser encore davantage. "Les premières données montrent que la crise va accroître les inégalités dans de nombreuses régions du monde", a déclaré M. Malpass.

 

En même temps, selon la Banque mondiale, "dans la plupart des pays, les effets de la crise se feront presque certainement sentir jusqu'en 2030.

 

En Russie, le nombre de citoyens vivant sous le seuil de pauvreté au cours du deuxième trimestre s'est approché des 20 millions de personnes, soit 13,5 % de la population. La croissance de l'indicateur "a contribué à la baisse de l'activité des entreprises pendant la pandémie et, par conséquent, à une diminution des revenus monétaires réels", a déclaré M. Rosstat.

 

Et comment se portent les super-riches ?

 

La banque suisse UBS et le réseau international de conseil PwC ont préparé un rapport sur la situation des milliardaires dans le monde. Voici les principales conclusions des experts : la pandémie a augmenté le nombre de milliardaires. Ils sont devenus 2189 personnes, et la richesse totale de cette "classe" a augmenté de 2,2 billions et a atteint un record de 10,2 billions de dollars, soit quatre fois plus qu'en 2009. Le retour de ces fonds à la société est plus modeste : 209 milliardaires n'ont officiellement récolté que 7,2 milliards de dollars pour lutter contre la pandémie.

 

Une situation aussi favorable pour les milliardaires ne s'est pas produite depuis 2017. Alors que le monde se débat avec les conséquences économiques de la pandémie et que les budgets des gouvernements s'endettent pour aider les entreprises et les chômeurs, les riches s'enrichissent.

 

Les chercheurs expliquent que la principale raison en est que les requins en affaires ont acheté des actions de sociétés au moment où leur prix a chuté au début de la pandémie. Et en peu de temps, cette démarche risquée a porté ses fruits.

 

L'industrie technologique a accru son importance, qui était déjà élevée. En outre, les bénéfices des milliardaires dans le secteur de la santé ont augmenté de manière significative (de 50 % en 2,5 ans). La troisième place est occupée par le secteur industriel (44,1% de croissance en avril-mai).

 

La pandémie a accéléré le fossé des revenus non seulement dans le contexte planétaire, mais aussi parmi les super-riches. En outre, il est devenu plus difficile de maintenir le milliard gagné au cours de la dernière décennie que lors de la précédente.

 

Cependant, même avec de telles nuances en général, les plus grands entrepreneurs à la fin du mois de juillet ont pu augmenter leur richesse même dans le domaine du divertissement et de l'immobilier.

 

Par rapport à 2009, les milliardaires des pays développés - États-Unis (170 %), Allemagne (175 %), Royaume-Uni (168 %) et surtout France (439 %) - se sont beaucoup plus enrichis que les entrepreneurs de Russie (80 %), du Brésil (90 %) et de l’Inde (99 %). La Chine fait exception : les milliardaires de l'Empire céleste ont augmenté leur richesse globale de 1146% en 11 ans.

 

Les chercheurs ont appelé leur travail "Le sommet de la tempête" et l'ont présenté comme une tentative de comprendre comment les personnes les plus prospères financièrement ont réussi à tourner la crise à leur avantage. Elle leur a également permis d'interviewer anonymement des dizaines de milliardaires dans le monde.

 

Les experts du Guardian ne voient rien d'attrayant dans ce tournant du capitalisme et n'excluent pas que tôt ou tard la majorité beaucoup plus pauvre de l'humanité veuille changer l'état actuel des choses et distribuer les revenus. La concentration des richesses était si importante il y a plus d'un siècle, en 1905. Il ne s'agit pas tant de la quantité d'argent, car sa somme alimente l'inflation, mais plutôt du fait qu'un pourcentage négligeable de la population mondiale dispose de ressources bien plus importantes que toutes les autres.

 

Selon le rapport, en 2019, les milliardaires possédaient à eux seuls 7,23 % du PIB mondial. En fait, ce pourcentage est plus élevé parce que le PIB mondial a diminué en raison de la pandémie.

 

Les 25 milliardaires en tête de liste de Forbes ont vu leur capital augmenter de 255 milliards de dollars lors de la pandémie de coronavirus. Ensemble, ces 25 personnes (Forbes ne considérait que celles dont les entreprises sont cotées en bourse) ont un capital de près de 1,5 billion de dollars, dont les milliardaires Mark Zuckerberg, Warren Buffett, Larry Allison. Il s'agit de citoyens dont la fortune dépend des participations dans les entreprises informatiques et les entreprises médicales, dont la demande de services a augmenté pendant la pandémie. Par conséquent, les propriétaires des titres ont gagné le plus grâce à la croissance de leurs actions.

 

Quant à l'augmentation de la condition et du nombre de milliardaires en Russie, leur croissance est due à l'augmentation du nombre d'entreprises de haute technologie dans la sphère des TI, à la croissance des ventes sur Internet par le biais de l'Internet. En termes de taux de croissance de la richesse, les milliardaires de la technologie (41,1 % d'avril à juillet) et des soins de santé (36,3 %) ont nettement dépassé toutes les industries, à l'exception de l'industrie (44 %).

 

Dans le même temps, la fortune des milliardaires est devenue moins stable qu'au début de la décennie. Parmi ceux dont la fortune a atteint 2 milliards de dollars à la fin de 2009, 153 personnes ont déjà perdu ce statut. Près de la moitié d'entre eux, soit 70 personnes, ont quitté la catégorie des milliardaires au cours des deux dernières années. L'Europe, le Moyen-Orient et l'Afrique ont subi la plus grande "érosion de la richesse", suivis par l'Asie et le Pacifique et l'Amérique.

 

L'année 2020 a été une année charnière, accélérant la transition vers une économie numérique.

 

Pour évaluer "l'évolution de la richesse", les analystes ont développé le concept d'"innovateurs et révolutionnaires". Sur la base de rapports financiers et de données ouvertes, ils ont examiné les modèles commerciaux des entreprises - comment elles intègrent les hautes et nouvelles technologies dans le développement des produits, des services et des entreprises. Les innovateurs comprennent la plupart des milliardaires dans le domaine de la technologie (94 %) et des soins de santé (71 %).

 

Les innovateurs ont augmenté leur fortune de 17 %, pour atteindre 5,3 billions de dollars, au cours des deux dernières années et des sept premiers mois de cette année.

Dans le même temps, la richesse des milliardaires traditionnels a augmenté presque trois fois moins vite, soit de 6 %, pour atteindre 3 700 milliards de dollars.

Certaines industries ont montré leur "retard". Les analystes ont classé seulement 37% des milliardaires dans les services financiers et 17% dans l'immobilier comme innovateurs.

 

En outre, PwC a interrogé 84 de ses partenaires ayant des clients milliardaires. Ainsi, la majorité (66,3 %) de ces derniers s'attendent à un scénario en U de la crise - une reprise lente.

 

Top 5 des alertes aux milliardaires : récession (20,1 %), polarisation politique croissante (18,1 %), volatilité des marchés (15,1 %), crise financière due à la récession mondiale (14,1 %), restrictions imposées par les gouvernements (12,6 %).

En voyant l'ampleur du soutien gouvernemental, les milliardaires comprennent que les gouvernements chercheront des moyens de compenser les pertes budgétaires. 55% s'attendent à une augmentation des taxes sur le luxe, 46% à une augmentation des impôts directs (sur les bénéfices, la propriété, les revenus), 36% à une augmentation des exigences de transparence, 33% à une augmentation des impôts indirects (TVA, accises), 28% à une augmentation du contrôle et de la surveillance.

 

Capitalistes et socialistes de tous les pays, unissez-vous !

 

C’est le titre d’un article publié dans Project Syndicate (01.10.2020) par Harold James, un célèbre historien et économiste américain, professeur à l'université de Princeton. Il écrit que contrairement aux décennies précédentes, la défense standard du capitalisme était intellectuellement et politiquement plus faible. Même les capitalistes traditionnels, tels que l'influente Business Roundtable (une organisation de PDG de grandes entreprises américaines cotées en bourse), ont commencé à préconiser une réforme fondamentale. Klaus Schwab, fondateur du Forum économique mondial, condamne le néolibéralisme et le fondamentalisme du libre marché, tandis que les conservateurs britanniques et les républicains américains ont commencé à blâmer les coûts de la mondialisation et du "marché".

 

Cet embarras idéologique, selon James, est en grande partie dû aux changements radicaux de la technologie. La numérisation et la diffusion massive des technologies de l'information et de la communication (TIC) ont bouleversé les conceptions établies en matière de centralisation et de décentralisation. Les partisans du capitalisme ont traditionnellement prôné la décentralisation comme moyen de garantir la durabilité du système. Lorsque le système est correctement mis en place, les mauvaises décisions ne sont pas importantes car leurs conséquences sont immédiatement visibles et les acteurs du marché peuvent tirer les leçons de leurs erreurs et s'adapter. En fin de compte, un tel système est stable et se corrige de lui-même.

 

Mais l'apesanteur de l'économie numérique et l'importance accrue des économies d'échelle ont changé cet argument. Le coût marginal de la production de produits immatériels est essentiellement nul, et l'effet de réseau offre de sérieux avantages à ceux qui peuvent gagner la course à l'échelle dans un secteur. Dans le même temps, les TIC ont radicalement changé la tarification, qui était auparavant un facteur d'information clé dans l'échange sur le marché. Aujourd'hui, l'économie numérique applique une différenciation et une discrimination des prix à une échelle qui était auparavant inimaginable, et par conséquent, les prix sont de plus en plus déconnectés de la demande des consommateurs.

 

Entre-temps, la nature du débat sur le socialisme a également changé. Les anciennes déclarations des socialistes selon lesquelles la planification (sociale) centralisée permet une allocation plus efficace des ressources ne tenaient pas compte du fait que les personnes qui prennent les décisions reçoivent des informations imparfaites. Et c'est pourquoi les auteurs des plans socialistes, à partir des années 1920, ont soutenu que les futurs progrès des technologies informatiques permettraient à terme de combler le fossé des connaissances. En réponse, les critiques ont fait remarquer que les marchés autonomes en sauraient toujours plus.

 

Ce débat s'est renouvelé à chaque nouvelle percée des TIC - les premiers ordinateurs électroniques dans les années 1940, les grands ordinateurs centraux dans les années 1960, les ordinateurs personnels dans les années 1980 et les smartphones dans les années 2000. Cependant, selon James, les choses pourraient être différentes cette fois-ci. Nous avons vraiment atteint un point où les ordinateurs peuvent traiter plus d'informations que les sociétés humaines complexes. Les algorithmes d'intelligence artificielle sont rapidement passés de la défaite au jeu de go et aux échecs à l'écriture de poèmes. Pourquoi ne seraient-ils pas meilleurs que les marchés humains ?

 

James estime que la convergence indéniable entre la planification centrale et le choix individuel n'est pas quelque chose de nouveau. Dans les années 1950 et 1960 - aux meilleurs jours du capitalisme managérial - beaucoup croyaient que les grandes entreprises agissaient de la même manière, quelles que soient les conditions dans lesquelles elles travaillaient - capitalistes ou socialistes. Étant elles-mêmes des institutions planifiées, elles n'ont pas répondu aux signaux du marché.

 

Ces premiers exemples de convergence devraient nous rappeler que les termes de capitalisme et de socialisme ont été initialement inventés dans le même but fonctionnel : créer un système de distribution décentralisé dans lequel les besoins et les désirs spontanés peuvent être satisfaits. Comme les siècles suivants l'ont montré, ces deux approches deviennent destructrices si elles conduisent à une concentration excessive du pouvoir.

 

Dans ce contexte historique, la recherche d'un nouveau système décentralisé ressemble à un retour aux premiers rêves des proto-socialistes et des proto-capitalistes, selon James. Mais grâce aux technologies modernes, il est tout à fait possible d'imaginer la réalisation réelle de ce rêve dans un "capitalisme social" hybride.

 

La pandémie COVID-19 a mis en évidence les liens entre la santé et les inégalités sociales et économiques. Cette compréhension a conduit à la politisation d'autres données, telles que les infractions pénales, les revenus, l'appartenance ethnique.

 

Au début du XIXe siècle, il y a eu une lutte pour la propriété des moyens de production, mais maintenant, selon James, nous pouvons être beaucoup plus précis sur ce que ce concept implique. Ce dont on a le plus besoin aujourd'hui, c'est d'un vaste "mouvement de propriété des données", qui suivra le modèle des travailleurs du début du XIXe siècle qui réclamaient la propriété de leur travail.

 

***

 

Il semble que le "mouvement de propriété des données" ne sera pas le principal problème des contradictions entre le capitalisme et le socialisme dans une société numérique.

 

De nombreux théoriciens de la révolution numérique ont placé leurs espoirs dans cette révolution comme une opportunité d'améliorer radicalement la situation des millions de masses sociales défavorisées sans révolutions. La pandémie a accéléré les conséquences sociales de la numérisation. Elles se sont avérées très inquiétantes.

 

La révolution numérique rend les pauvres encore plus pauvres et les super-riches encore plus super-riches. Il n'y a pas de justice sociale du tout. La convergence du capitalisme et du socialisme ne se construit que dans l'esprit avancé des théoriciens. La tension sociale augmente encore plus. L'inégalité économique, comme toujours, favorise la recherche des coupables. Et cela conduit à des conflits ethniques, nationaux, raciaux, confessionnels et territoriaux selon un schéma historiquement défini.

 

Le fantôme erre à nouveau. Et pas seulement en Europe.

 

 

Vladimir Ovchinsky

Vladimir Semenovich Ovchinsky (né en 1955) - criminologue russe bien connu, général de police à la retraite, docteur en droit. Il est un avocat honoré de la Fédération de Russie. Ancien chef du bureau russe d'Interpol. Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Samedi 10 octobre 2020: Journée de manifestations contre le projet de loi bioéthique autorisant la "PMA sans père"

10 Octobre 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #France, #Société

Ce samedi 10 octobre 2020, le collectif d’associations Marchons enfants appelle à manifester partout en France contre un texte qui ouvre la PMA aux couples lesbiens et aux femmes seules. Des contre-manifestations sont également prévues.

https://www.egaliteetreconciliation.fr/Journee-de-manifestations-contre-le-projet-de-loi-bioethique-autorisant-la-PMA-sans-pere-61247.html

Lire la suite

Nikolai Starikov : L'Occident a attaqué la Russie le long du périmètre de ses frontières. (Club d'Izborsk, 9 octobre 2020)

9 Octobre 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Politique, #Russie

Nikolai Starikov : L'Occident a attaqué la Russie le long du périmètre de ses frontières. (Club d'Izborsk, 9 octobre 2020)

Nikolai Starikov : L'Occident a attaqué la Russie le long du périmètre de ses frontières.

9 octobre 2020

 

https://izborsk-club.ru/19998

 

 

 

Les événements de crise qui se déroulent aujourd'hui en Biélorussie, au Haut-Karabakh et au Kirghizistan ne sont pas le fruit du hasard.

 

Cette opinion a été exprimée par l'analyste politique Nikolai Starikov dans une interview accordée à "Komsomolskaya Pravda".

 

"Sur le périmètre des frontières russes, les États sont principalement jeunes, certains ne se sont formés qu'après l'effondrement de l'URSS. Mais en tout cas, ils sont devenus indépendants il y a moins de 30 ans. Ce sont les pays où l'on tente des coups d'État et des guerres. Après tout, ils sont unis autour de Moscou. L'Occident tente de rendre incapables les unions eurasiennes et douanières. Elle veut éliminer une nouvelle poussée de force", a noté l'expert.

 

Il a rappelé les paroles de la secrétaire d'État américaine de l'époque, Hillary Clinton, qui, après la création de l'Union eurasienne, a annoncé une tentative de recréer l'URSS.

 

"Il y a donc une pression sur la Russie. Pour qu'elle dépense sa force, ses nerfs et son argent pour résoudre les problèmes de ses alliés. Ce n'est pas une coïncidence si tous les voisins de la Russie connaissent des guerres et des tentatives de coups d'État. Il y a eu beaucoup de travail préparatoire. Et maintenant, ils ont décidé de jeter toutes les cartes sur la table d'un seul coup", est convaincu Starikov.

 

 

Nikolai Starikov

 

https://nstarikov.ru

Nikolai Viktorovich Starikov (né en 1970) - célèbre écrivain, publiciste. Fondateur et dirigeant de l'organisation publique "Patriots de la Grande Patrie" (Défense aérienne). Membre permanent du Club d'Izborsk

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Leonid Ivashov : Nous perdons notre intellect. (Club d'Izborsk, 8 octobre 2020)

9 Octobre 2020 , Rédigé par POC Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Général Leonid Ivashov, #Philosophie, #Politique, #Russie

Leonid Ivashov : Nous perdons notre intellect. (Club d'Izborsk, 8 octobre 2020)

Leonid Ivashov : Nous perdons notre intellect.

8 octobre 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19997

 

 

Le 1er octobre à Moscou, dans la Maison du livre "La Jeune Garde", a eu lieu une rencontre entre colonel-général Leonid Ivashov, expert en géopolitique, et les lecteurs, au cours de laquelle l'auteur a parlé de ses livres déjà publiés "Le monde bouleversé" et "La géopolitique de la civilisation russe" et présenté ses projets pour un nouveau livre.

 

- Leonid Grigorievitch, y aura t-il une suite au « Monde bouleversé » ?

 

- Dans « Le monde bouleversé", j'ai exposé un problème, dont l'essence est que nous ne connaissons pas notre histoire. Nous ne comprenons pas l'unité du système de l'homme, de la terre et de l'univers. Et l'essentiel est de savoir pourquoi il arrive que nous vivions aujourd'hui sur une planète où la nature est harmonieuse, où la composition de l'air est parfaitement équilibrée, et où nous, "gens raisonnables", qui faisons partie de ce système, sommes des destructeurs et avons un comportement imprudent. Aucun animal ne détruit la nature comme le fait l’être humain. Ayant compris tout cela, je suis arrivé à la conclusion que nos lointains ancêtres vivaient différemment, plus intelligemment. Ils ont compris ce qu'aucun gouvernement dans le monde ne comprend aujourd'hui. Que nous sommes totalement dépendants de la nature. Nous devons regarder et comprendre que la nature s'organise autour de nous pour que nous puissions respirer et nous détruisons tout.

 

- La planète a-t-elle même besoin de nous ?

 

- Dans « Le monde bouleversé », Il y a un chapitre intitulé "Pourquoi l'homme veut-il la planète Terre ?". Le nouveau livre est une tentative de trouver la réponse à la question : pourquoi a-t-on besoin de nous ici ? Pourquoi une créature autrefois poilue et musclée a-t-elle apparu sur la Terre ? Je ne crois pas que nous venions des singes. Vous savez, les singes sont plus intelligents que beaucoup d'oligarques et de jeunes gens maintenant.

 

L'esprit était autrefois ancré dans le potentiel, il a été développé par le travail. Aujourd'hui, il y a des processus inversés à tous les niveaux et c'est effrayant. Nous perdons l'intelligence en tant que dérivé de l'esprit céleste supérieur. Les meilleurs esprits de l'humanité sont maintenant occupés soit à créer de nouveaux types d'armes de destruction massive, soit à développer des astuces de marketing pour mieux vendre les marchandises. Si nous ne nous détournons pas de cette voie, si nous ne retournons pas à la tâche cosmique, nous allons tous mourir.

 

Traitons de cette question : l'humanité a-t-elle besoin d'une économie ? Si l'homme fait partie de la nature, la nature a-t-elle besoin de l’économie dans sa forme actuelle ? Le monde offre aujourd'hui un modèle d'économie, une vitesse de développement, tels qu’ils ont mis l'humanité au bord du gouffre.

 

- Le livre a-t-il déjà été écrit ?

 

- En tant qu'auteur, je travaille toujours jusqu'au bout. Plus vous approfondissez les processus sur lesquels vous écrivez et plus les événements se produisent et plus vous essayez de transmettre votre expérience dans ce livre - en fin de compte, il est assez difficile de faire face à un tel flux de pensées. La suite du « Monde bouleversé » était prête en septembre. Mais j'ai commencé à le relire et...

 

- A-t-il été brûlé ?

 

- Non, mais je n'étais pas d'accord avec ce que j'ai écrit. J'ai commencé le montage. J'ai corrigé un chapitre et j'ai fini l'autre.

 

- Avez-vous des délais à respecter ?

 

- J'ai promis de remettre le manuscrit en octobre. Le titre provisoire du nouveau livre est « L’intellect perdu".

 

- Le fait que nous détruisions le monde qui nous entoure est-il un problème de civilisations spécifiques ?

 

- Oui, chacun a sa propre mission cosmoplanétaire, ses propres obligations. Pour remplir ces fonctions, une nation se voit attribuer une qualité unique, chacune a la sienne.

 

- N'est-il pas trop cruel que, selon le plan, les civilisations de construction côtoient les civilisations destructrices ?

 

- Il y a des avantages et des inconvénients en physique pour une raison : si vous prenez le mauvais fil, vous serez électrocuté. Pourquoi y a-t-il des plantes nobles dans la nature, mais qui sont opprimées par les mauvaises herbes ? Pourquoi y a-t-il des animaux qui mordent et d’autres qui vous caressent ? Parce que le système de l'univers de la planète des hommes présente déjà un équilibre entre le pour et le contre, le bien et le mal. Le bien ne se sentira pas bien et ne se développera pas s'il n'y a pas de mal à proximité.

 

Kissinger a beaucoup fait pour que l'URSS s'effondre. Mais tant qu'il y en avait deux sur la planche, comme sur une balançoire, il y avait un équilibre. Et quand l'un est tombé, l'autre est tombé aussi. Roosevelt et Staline - des génies de la géopolitique - l'ont compris. Ils ont essayé de construire un monde équilibré dans lequel tous les pays sont égaux, où la colonisation serait interdite.

 

Je pense qu'ils essayaient de construire un monde fondé par l'intellect supérieur. Mais le 12 avril 1945, Roosevelt est mort subitement. Puis Staline est mort à son tour, et ensuite sont apparus ceux qui n'ont pas accepté leur projet d'ordre mondial. Quelqu'un voulait dominer tout le monde et regarder en bas, en mâchant du chewing-gum.

 

 

Leonid Ivashov

Leonid Ivashov (né en 1943) - personnalité militaire, publique et politique russe. Colonel-général. 1996-2001 - Chef de la Direction principale de la coopération militaire internationale du ministère de la défense. Docteur en sciences historiques, professeur. Président de l'Académie des problèmes géopolitiques. Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Leonid Ivashov : Nous perdons notre intellect. (Club d'Izborsk, 8 octobre 2020)
Lire la suite

Rainer Fuellmich (avocat en Allemagne et Californie): Covid 19 & tests PCR : Crimes contre l'humanité

7 Octobre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Opération Coronavirus

Avec l'expérience des précédentes psy-ops de la grippe aviaire, de la grippe porcine, du virus H1N1, du "réchauffement climatique anthropique", du 11 sept, du film hollywoodien 2012, pour ne mentionner que celles-là, il était clair dès le début que la "pandémie" du coronavirus était une psycho-pandémie, prévue et organisée de longue date.

Les conséquences économiques, sociales et sanitaires du confinement généralisé, de la "distanciation sociale" (plutôt asociale), du port obligatoire du masque, de l'état d'urgence, du couvre-feu, de la privation des droits constitutionnels, de la répression contre les peuples, etc. ont été catastrophiques et délibérées.

Il est clair que la guerre est menée non pas contre le "Covid-19" mais contre l'humanité tout entière, en semant la terreur afin d'imposer des restrictions des libertés puis un vaccin avec contrôle total des populations, et vraisemblablement leur diminution drastique.

Comme les explosifs placés à l'intérieur des bâtiments du 11 septembre et la thermite de Notre-Dame de Paris, le Covid-19 est un accélérateur pour le changement de société organisé depuis longtemps, réforme asociale après réforme asociale.

En fait, dans l'esprit de ses auteurs, il s'agit de transformer le monde en un gigantesque camp de concentration où les hommes conditionnés seront eux-mêmes leurs propres gardiens, leurs kapos.

La responsabilité pénale des auteurs de ce crime et de leurs complices (industriels, financiers, médias, fondations privées, gouvernements, responsables médicaux corrompus) doit être dénoncée. et ces derniers poursuivis. C'est ce que prône Reiner Fuellmich.

Rappelons que comme le rapporte César dans ses "Commentaires sur la guerre des Gaules", chez les Gaulois, ceux qui répandaient la panique et les fausses nouvelles étaient punis de mort.

 

Site internet de Reiner Fuellmich:

https://www.fuellmich.com

Jacques Attali est l'un des auteurs intellectuels du crime contre l'humanité "COVID-19".

Jacques Attali est l'un des auteurs intellectuels du crime contre l'humanité "COVID-19".

Lire la suite

La folle vie d'un aventurier philosophe: portrait de Paul du Marchie van Voorthuysen (RTS/Passe moi les jumelles)

6 Octobre 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Philosophie, #Voyage

"On ne peut jamais posséder la beauté."

"L'infinie gratitude d'exister."

"La nature est toujours intéressante quand elle devient impitoyable."

"L'être humain progresse le mieux dans l'incertitude que dans la certitude."

"Toute la valeur est dans la transmission."

"On devient ce qu'on pense."

"Je pense que je suis capable, donc je le suis."

"Je n'ai pas peur de la mort, vu que je ne suis pas mort, je n'ai pas besoin d'y penser. Et si je suis mort, je n'ai pas l'occasion d'y penser non plus, donc cela ne sert à rien du tout d'y penser."

 

Paul du Marchie van Voorthuysen

La folle vie d'un aventurier philosophe: portrait de Paul du Marchie van Voorthuysen (RTS/Passe moi les jumelles)
La folle vie d'un aventurier philosophe: portrait de Paul du Marchie van Voorthuysen (RTS/Passe moi les jumelles)
La folle vie d'un aventurier philosophe: portrait de Paul du Marchie van Voorthuysen (RTS/Passe moi les jumelles)
Lire la suite

Sergey Glazyev : L'effondrement du dollar est une question de quelques mois. (Club d'Izborsk, 6 octobre 2020)

6 Octobre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Economie

Sergey Glazyev : L'effondrement du dollar est une question de quelques mois. (Club d'Izborsk, 6 octobre 2020)

Sergey Glazyev : L'effondrement du dollar est une question de quelques mois.

6 octobre 2020

 

https://izborsk-club.ru/19984

 

 

Après les élections présidentielles aux États-Unis, le dollar va inévitablement baisser. C'est ce qu'a déclaré l'académicien de la RAS, ministre de l'Intégration et de la Macroéconomie de la Commission économique eurasienne Sergei Glazyev au "Navigateur politique" à Sébastopol.

 

Les élections américaines, à en juger par l'humeur des camps adverses, seront accompagnées de grands cataclysmes. Les parties ont déjà exprimé leur méfiance mutuelle. Il y aura évidemment d'autres bouleversements sociaux et politiques, de sorte que c'est le dollar, et non le rouble, qui devrait s'affaiblir dans cette situation géopolitique. La confiance dans le dollar est en baisse, le monde y renonce. S'il y a dix ans, la part du dollar dans les calculs mondiaux était de 80 %, elle n'est plus que de 40 % aujourd'hui.

 

Nous constatons que la Chine construit avec succès une défense économique et a déjà fortement réduit sa dépendance vis-à-vis des États-Unis, il en va de même pour l'Union économique eurasienne.

 

Par conséquent, je crois qu'aucun choc en Amérique ne devrait avoir un impact négatif sur le rouble. Ils auront un impact négatif sur le dollar, car déjà maintenant le déficit budgétaire américain est de plus de 30%, ce qui n'était même pas le cas pendant la guerre mondiale.

 

Le système financier américain est en conflit et les experts ne diffèrent qu'en termes de calendrier, lorsque le système du dollar américain éclatera et qu'il y aura une transition de l'inflation cachée, qui se manifeste dans les bulles financières, vers l'inflation ouverte, qui pénètre déjà le marché de la consommation. Disons que le prix de la viande a déjà doublé en Amérique. La transition vers une inflation galopante et l'effondrement du dollar est donc une question de mois.

 

 

Sergey Glazyev

 

http://www.glazev.ru

Sergey Yurievich Glazyev (né en 1961) - éminent économiste, homme politique et homme d'État russe, membre de l'Académie des sciences de Russie. Conseiller du président russe sur les questions d'intégration eurasienne. Un des initiateurs, membre permanent du Club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Feu divin et foi chrétienne

4 Octobre 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Poésie

" Le poète Claude Vigée, parlant d'une visite à Saint-John Perse, à Washington, au printemps 1959, rapporte ainsi le souvenir d'un récit fait, incidemment, par le poète de ses premiers contacts avec Paul Claudel:

Un après-midi d'été, dans la chambre haute de la maison de Jammes, Claudel tente de convertir le jeune Alexis à la foi catholique à l'aide d'une rigoureuse démonstration thomiste. - Claudel, précisait Saint-John Perse, était un catholique cartésien, raisonneur et polémiste en diable. Pendant son sermon un violent orage éclate dans la campagne d'alentour, qui ébranle vitre et toiture de la demeure de Jammes. Le jeune garçon distrait par le spectacle du ciel visible, est plus sensible à la forme et à la couleur changeante des nuages, aux mouvements des grands arbres secoués à leur cime par les rafales, qu'aux raisonnements théologiques de son aîné: éclairs et coups de tonnerre le persuadent mieux encore de la puissance du dieu caché au coeur des choses que l'argument de saint Anselme. Claudel en est pour ses frais, la science du docteur Angélique aussi: mais une amitié durable naît de cet apparent échec. "Le feu divin, me dit Saint-John Perse, m'apparaissait déjà dans l'immédiat du monde. Je n'avais besoin d'aucun intercesseur, sinon de ceux-là mêmes dont notre univers se constitue ici-bas. C'est pourquoi je n'ai pas pu me sentir tout à fait chrétien: comme les vrais enfants des îles, ajouta t-il avec un sourire que démentait le sérieux de son regard très noir, "je suis sauvé de naissance..."

L'entendant évoquer cet orage mémorable de son enfance finissante, dans la petite maison de Georgetown sise au milieu des fleurs, un fragment d'Amers traversa tout à coup ma pensée: Conciliatrice, ô Mer, et seule intercession !... Toute l'oeuvre du poète s'illumine si on la considère comme une tentative de propitiation du feu primordial, une conquête et une appropriation du souffle originel: Faveur du dieu sur mon poème! Et qu'elle ne vienne à lui manquer ! (Vents)"

Saint-John Perse, Oeuvres complètes, La Pléiade, Gallimard, pp. 1302-1303.

Lire la suite

Seule à l'Assemblée nationale, la députée Martine Wonner (Haut-Rhin) dénonce la mascarade du Covid-19

3 Octobre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Opération Coronavirus

Par ailleurs, Interviewé par Kara Shipway, Elon Musk dit qu'il ne se fera pas vacciner contre le Covid, ni lui ni ses enfants, et qu'il est contre le confinement:

https://www.egaliteetreconciliation.fr/Elon-Musk-Je-ne-me-ferai-pas-vacciner-ni-mes-enfants-61112.html

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>