Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Rouge et Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

L'actuel directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus est un étrange personnage

15 Décembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Opération Coronavirus, #Politique

L'actuel directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus est un étrange personnage

L'actuel directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, de nationalité éthiopienne, doit rendre des comptes non seulement sur l'étrange politique de l'OMS au regard de la "pandémie" du Covid-19 mais de sa non moins étrange politique sanitaire et répressive personnelle en Éthiopie.

Une plainte a été déposée contre lui le 1er décembre 2020 auprès de la Cour pénale internationale (CPI) par le journaliste et économiste américain David Steinman. 

https://francais.rt.com/international/81777-directeur-oms-vise-par-plainte-complicite-crimes-contre-humanite-tedros-adhanom-ghebreyesus

https://francais.rt.com/international/75209-accusee-etre-marionnette-chine-par-trump-oms-enquete-gestion-pandemie-coronavirus

L'actuel directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus est un étrange personnage

"Selon l'AFP, la branche européenne de l'Organisation mondiale de la Santé préconise le port du masque lors des réunions familiales de Noël et des fêtes de fin d'année, face à un «risque élevé» de reprise de l'épidémie début 2021. L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) recommande de «pratiquer la distanciation sociale» mais aussi de «porter un masque» lors des réunions familiales de Noël et des fêtes de fin d'année en Europe, avertissant d'un «risque élevé» de reprise de l'épidémie début 2021."

En savoir plus sur RT France : https://francais.rt.com/international/81820-oms-europe-preconise-port-masque-reunions-familiales-noel

L'actuel directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus est un étrange personnage

Le "masque" n'a aucune justification médicale ni sanitaire ni sociale, c'est même exactement le contraire: sauf cas précis pour lesquels les masques médicaux et professionnels ont été spécifiquement créés, il est nuisible voire dangereux pour la santé et pour la société. Il est seulement le symbole de la soumission à un ordre politique, totalitaire et génocidaire, comme tous les signes de "distanciation sociale" (en réalité asociales, puisque nous avons affaire à une perversion, à une inversion des mœurs et du langage).

Le Petit peuple mondialiste est en guerre contre le Grand peuple et a instauré maintenant la Terreur.

L'actuel directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus est un étrange personnage
Lire la suite

Vladimir Ovchinsky : l'armée secrète d'Obama dans le dos de Biden (Club d'Izborsk, 5 décembre 2020)

15 Décembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Histoire, #Politique, #Russie, #USA

Vladimir Ovchinsky : l'armée secrète d'Obama dans le dos de Biden  (Club d'Izborsk, 5 décembre 2020)

Vladimir Ovchinsky : l'armée secrète d'Obama dans le dos de Biden

 

5 décembre 2020

 

https://izborsk-club.ru/20373

 

 

Le 14 décembre, Joe Biden a reçu les voix nécessaires pour être élu président des États-Unis. Mais qui va vraiment diriger l'Amérique ?

 

Tout au long de la présidence de Trump, en particulier pendant toute la tourmente de sa destitution, ainsi que pendant les protestations et les pogroms de l'été 2020, de nombreux analystes n'ont pas été dissuadés par le sentiment d'une coordination et d'un contrôle étroits des processus destructeurs en Amérique. Ce sentiment a été particulièrement renforcé lors de la révélation d'une fraude massive à l'élection présidentielle.

 

Les experts américains dans le domaine de la technologie politique concluent maintenant que l'OFA (Organizing for Action), créé par Barack Obama pendant sa présidence, est au centre du complot contre Trump.

 

La formation d'un gouvernement de l'ombre et d'une armée de l'ombre

 

Après la fin de son mandat présidentiel, Obama n'est pas seulement resté à Washington. Alors qu'il était encore président, il a travaillé en coulisses avec ses associés pour créer ce qui allait essentiellement devenir un gouvernement fantôme, non seulement pour protéger son héritage (en termes de décisions prises), qui était menacé par Trump, mais aussi pour saboter l'administration Trump et son populaire programme "America First".

 

Depuis les premiers jours de la victoire électorale de Trump, Obama s'est consacré à renverser son successeur. Une montagne de preuves de plus en plus nombreuses le montre. "Le but d'Obama", selon un ami proche de sa famille, "est de démettre Trump de ses fonctions, soit par sa démission, soit par sa mise en accusation. La source a également déclaré au journal en 2016 qu'Obama déteste le président Trump et pense que sa présidence est illégitime. "Obama est troublé par la façon dont Trump a détruit son héritage - Obamacare, le filet de sécurité sociale et le tapis d'accueil pour les réfugiés qu'il a installés", a déclaré la source au journal.

 

Obama ne voulait pas diriger l'opposition à Trump parce qu'il était "fatigué et épuisé". Mais Valerie Jarrett, sa conseillère principale, l'a convaincu que c'était la seule façon de sauver son héritage. Selon une source : "Obama ne prend pas de décisions sans elle", et il a maintenant accepté son nouveau rôle, menant une campagne pour saboter l'administration.

 

Michelle Obama et Jarrett ont travaillé ensemble sur une stratégie visant à renverser Trump. L'ancienne première dame et la Fondation Obama ont des bureaux dédiés dans le manoir*, tout comme Jarrett.

 

Obama exécute ses plans par l'intermédiaire d'un réseau d'associations de gauche dirigé par Organizing for Action, ou OFA, qui est issu de son groupe de campagne, Organizing for America.

 

Cela a donné à Obama une armée virtuelle de militants et d'organisateurs à sa disposition. Les registres fiscaux fédéraux montrent que l'OFA compte 32 525 bénévoles dans tout le pays. 25 000 autres ont été activement formés.

 

L'OFA compte plus de 250 bureaux dans tout le pays. L'OFA est connecté à la base de données de la campagne électorale 2012 d'Obama, qu'il utilise pour rallier l'opposition à Trump et obtenir des voix pour les candidats démocrates.

 

L'OFA est enregistré en tant qu'organisme de protection sociale à but non lucratif qui n'est pas tenu de divulguer le nom de ses donateurs. L'OFA a recueilli des centaines de millions de dollars en dons et subventions.

 

Les volontaires de l'OFA sont des organisateurs professionnels qui ont suivi un programme de formation de six semaines comprenant des tactiques de campagne. L'OFA est dirigé par d'anciens responsables et collaborateurs d'Obama.

 

L'OFA a prévu d'organiser 400 rassemblements dans 42 États en 2017 contre la tentative de Trump d'abroger Obamacare. Obama a soutenu les manifestations anti-Trump. Il a fait l'éloge des manifestations anti-Trump lors de l'élection de 2016.

 

Et après l'élection, il a personnellement rallié les "troupes" de OFA pour défendre son héritage lors d'une conférence téléphonique. "C'est le moment de s'organiser", a-t-il déclaré. - Ne vous morfondez donc pas sur les résultats des élections".

 

Après la victoire de Trump, Obama a également promis aux militants de l'OFA qu'il les rejoindrait bientôt dans la bataille. "Comprenez que je vais être limité dans ce que je fais avec vous tous jusqu'à ce que je redevienne un citoyen privé, mais ce n'est pas si loin", a-t-il dit. - « Vous allez me voir au début de 2017 et nous serons en mesure de commencer à préparer toutes sortes de bonnes choses. »

 

L'OFA est affilié à des groupes radicaux financés par le milliardaire George Soros.

 

L'OFA a organisé une formation en ligne pour les manifestants. Pour ce faire, l'OFA a distribué un manuel de formation pour les militants anti-Trump. Le manuel conseille notamment aux manifestants de se disperser par deux pour faire croire que toute la salle est opposée aux positions républicaines. Il y est dit : "Cela contribuera à renforcer l'impression d'un large consensus". Elle encourage également à poser des questions "hostiles" tout en "se tenant fermement au micro" pour huer bruyamment tout politicien du Parti républicain. Le manuel conseille aux manifestants d'envoyer des vidéos aux médias locaux et fédéraux : "Les conversations indésirables enregistrées sur vidéo pourraient avoir des conséquences dévastatrices pour les législateurs républicains", selon le manuel, "si elles sont diffusées par les médias sociaux et utilisées par les médias locaux et nationaux.

 

Les manifestants avaient également pris d'assaut les bureaux des districts républicains à l'époque, en 2016-2017. La députée californienne Dana Rohrabacher a accusé une foule d'activistes anti-Trump d'avoir renversé un employé républicain de 71 ans dans un bureau du sud de la Californie qui avait perdu connaissance à cause de cela.

 

L'animateur du talk-show Rush Limbaugh s'est déclaré convaincu que l'ancien président et les membres du Parti démocratique étaient derrière les manifestations parce qu'ils semblaient trop organisés et professionnels pour être des éclairs de mécontentement populaire. "Obama. Je suis sûr qu'il s'agit de l'argent de George Soros ici", a-t-il déclaré. - Ils discutent également de la manière de jouer le jeu avec les médias et démontrent que les médias ne sont pas si difficiles à convaincre. Les médias sont de leur côté".

 

Trump a convenu en 2016-2017 qu'Obama était probablement à l'origine des protestations. "On ne sait jamais exactement ce qui se passe dans les coulisses", a-t-il dit. "Vous savez, vous avez probablement raison ou vous avez probablement raison, mais on ne sait jamais. Non, je pense que le président Obama est derrière tout cela parce que son peuple est certainement derrière. Les Hedge funds et Hollywood l'aident (Obama), il a donc de l'argent et de la propagande de son côté".

 

Martin Armstrong, dont la société Armstrong Economics commente un large éventail de questions au-delà de l'économie, notamment l'histoire, le réchauffement climatique, l'immobilier et les événements mondiaux, a expliqué qu'Obama "essaie délibérément de provoquer un soulèvement et qu'il prend lui-même le parti démocrate à part parce qu'il n'est pas d'accord avec son programme".

 

L'OFA travaille avec la Fondation Obama, dirigée par l'ancien directeur politique d'Obama, et le Comité national de redécoupage électoral démocrate, ou NDRC, créé par l'ancien procureur général sous Obama, Eric Holder, pour redécouper les districts dans un sens plus favorable aux démocrates afin d'augmenter leur nombre au Congrès.

 

L'administration Obama a clairement espionné la campagne présidentielle et l'équipe de transition de Trump. Le sénateur Orrin Hatch, du R-Utah, s'est dit préoccupé par l'ampleur de la surveillance, mais n'a pas été très surpris car il "soupçonnait qu'ils allaient le faire de toute façon".

 

Dans les derniers jours de la présidence Obama, certains responsables de son équipe à la Maison Blanche ont essayé de diffuser des informations dans tout le gouvernement sur les efforts russes pour saper l'élection présidentielle et sur les contacts possibles entre les associés du président Donald Trump et les Russes.

Une des "grenades" posées par Obama a fait exploser Michael Flynn, mais la véritable cible était Trump.

 

Soros et Obama sont tous deux responsables de l'incitation aux émeutes raciales. Soros finance, Obama organise et exécute les incidents nécessaires pour créer les plates-formes nécessaires aux troubles civils et aux émeutes. Le vaste réseau d'organisations d'Obama, Organizing for Action (OFA), est le principal bureau administratif qui dirige les manifestations non seulement aux États-Unis, mais aussi dans le monde entier pour le BLM et l'ANTIFA, qui sont des organisations qui fournissent des fantassins dans la rue.

 

IMPORTANT :

 

La Fondation Obama a tweeté sur George Floyd le 17 mai 2020, environ 8 jours avant sa mort. Cela prouve que Barack Obama a planifié l'incident de Floyd pour alimenter les tensions raciales par des protestations et des émeutes.

 

La carte de visite qui relie ANTIFA et BLM à Obama est leur désir de détruire tous les monuments et statues représentant l'histoire et le patrimoine américains, effaçant ainsi toute trace du passé de l'Amérique. Ces actions des deux organisations terroristes sont une indication éloquente que Barack Obama est leur fondateur, leur directeur et leur chef.

 

Le plan visant à exploiter la discorde raciale a été élaboré par Obama avec l'aide de Valerie Jarrett lors de réunions avec Black Lives Matter à la Maison Blanche en 2015.

 

Et en 2008, Barack Obama, alors candidat à la présidence, a déclaré : "Nous ne pouvons pas continuer à compter sur notre armée pour atteindre nos objectifs de sécurité nationale. Nous devons avoir une force de sécurité nationale civile - une force qui soit aussi forte, aussi puissante et aussi bien financée".

 

L'OFA Washington Community Action Network et d'autres organisations de gauche ont contribué à créer la fausse idée que ces protestations sont les actions spontanées de jeunes électeurs en colère et effrayés, opposés à un système qu'ils considèrent comme leur cible. En fait, ce sont les organisations de gauche qui sont à l'origine de ces "protestations" qui ciblent les participants.

 

Le partenariat de l'OFA avec un groupe appelé Knights for Socialism (Chevaliers pour le socialisme) est particulièrement inquiétant, car il a commencé à apprendre aux enfants à chanter « Kill Trump ! » tout en frappant des images du 45e président des États-Unis avec des battes de baseball.

 

Dédicace à Lucifer.

 

Saul Alinsky et ses méthodes et sa philosophie de "l'organisation communautaire" ont eu un profond impact sur Barack Obama et Hillary Clinton, en façonnant leur personnalité et leur vision du monde. Cette influence a été désastreuse pour l'Amérique.

 

Peu connu en URSS et en Russie, le livre d'Alinsky "Rules for Radicals", publié en 1971, a toujours un impact énorme sur de nombreuses personnes aux États-Unis.

 

Hillary Clinton, qui, comme Alinsky, est originaire de Chicago, a même écrit sa thèse à ce sujet au Wellesley College. Elle l'a interviewé personnellement pour ses recherches. Après avoir terminé sa thèse, Alinsky lui a proposé un emploi dans son organisation, mais elle a refusé.

 

Quant à un autre habitant de Chicago, Barack Obama, il a travaillé directement pour les organisations d'Alinsky après sa mort et a dirigé des séminaires sur les tactiques et la méthodologie d'Alinsky à Chicago même.

 

Quelle est l'essence des "enseignements" d'Alinsky ? Dans son ouvrage majeur, Rules for Radicals, il plaide de façon "convaincante" pour l'abandon de la morale et de l'éthique comme obstacles au succès politique.

 

Pour Alinsky, comme pour Barack Obama et Hillary Clinton, la morale et l'éthique empêchent le monde d'être ce qu'il "devrait être".

A qui Alinsky a-t-il dédié "Rules for Radicals" ? Lucifer !!!

 

En tant que champion de l'immoralité et du rejet de l'éthique, Lucifer est le modèle parfait de destructeur pour l'activiste Alinsky.

 

Le fait que les principaux dirigeants politiques américains de la présidence Obama aient adopté cet ensemble de tactiques immorales dans un but de gain politique explique une grande partie de ce qui s'est passé et continue de se passer en Amérique.

 

Il n'est pas surprenant que des dizaines de milliers de militants d'Obama aient été profondément impliqués dans des fraudes électorales et d'autres pratiques malveillantes lors de l'élection présidentielle américaine de 2020.

 

De nombreux Américains ont lu les livres d'Alinsky et comprennent ses méthodes. Ce sont des textes fondateurs de l'opposition existentielle à l'existence des États-Unis sous sa forme actuelle.

 

Le problème avec la méthode d'Alinsky est que la fin est amorphe. Le but ultime du jeu est de gagner du pouvoir, mais on ne dit pas grand-chose sur ce qu'il faut faire de ce pouvoir une fois acquis. L'essence de la méthode d'Alinsky est la destruction du "système" qui permet l'inégalité des richesses. Il n'y a pas de discussion sur ce qui pourrait remplacer ce système une fois qu'il est perturbé. En substance, la lutte pour le pouvoir est l'essence de la théorie d'Alinsky, et ce qu'il faut faire du pouvoir une fois obtenu est une toute autre affaire.

 

Deux semaines à peine avant sa mort en 1972, Alinsky a accordé une remarquable interview au magazine Playboy. Bien que cette interview ne soit pas très connue, elle donne un aperçu approfondi d'Alinsky, de ses objectifs et, surtout, de sa profonde aliénation des concepts de décence, d'éthique et de moralité.

 

David Horowitz a publié un petit pamphlet informatif sur Alinsky et les règles pour les radicaux. Horowitz comprend ce que beaucoup ne comprennent pas : Alinsky était un nihiliste.

 

Il prêche une agitation politique immorale, qui semble être quelque chose de positif, mais qui en réalité vise à la destruction.

Toute organisation qui permet à un groupe de personnes d'avancer aux dépens d'un autre, selon Alinsky, doit être renversée - même si ceux qui y progressent le font grâce à un travail honnête et acharné et à leur talent. Certaines citations de cette interview méritent d'être citées.

 

"Le désespoir est présent ; nous devons maintenant intervenir et frotter les plaies du mécontentement, les encourager à opérer des changements sociaux radicaux. Nous leur donnerons les moyens de participer au processus démocratique, nous leur donnerons un moyen d'exercer leurs droits de citoyens et nous riposterons à l'establishment qui les opprime au lieu de succomber à l'apathie. Nous commencerons par des questions spécifiques - impôts, emploi, questions de consommation, pollution - puis nous passerons à des questions plus importantes : "pollution" au Pentagone et au Congrès et dans les salles de conseil des méga-corporations. Une fois que vous aurez organisé les gens, ils passeront d'un problème à l'autre pour atteindre le but ultime : le pouvoir du peuple".

 

"Toute vie est une guerre, et c'est la lutte constante contre le statu quo qui anime la société, stimule de nouvelles valeurs et donne aux gens un nouvel espoir de progrès ultime. La lutte elle-même est une victoire".

 

Il s'agit essentiellement d'un concept anti-révolutionnaire. L'idée de la lutte pour le bien de la lutte elle-même est moralement corrompue. Mais le terme "dépravé" n'embarrasserait pas Alinsky, car il prône le rejet de la moralité. L'amoralité est fondamentale pour Alinsky et ses disciples ; une idéologie qui justifie le rejet de la moralité et de l'éthique plaît à beaucoup. "Intégrité ? Quelle merde !"

 

"L'histoire est comme un bâton de révolutions ; le flambeau de l'idéalisme est porté par un groupe de révolutionnaires jusqu'à ce qu'il devienne lui aussi un établissement, puis le flambeau est repris et porté à l'étape suivante de la course par une nouvelle génération de révolutionnaires. Le cycle continue et, à mesure que les valeurs d'humanisme et de justice sociale épousées par les rebelles prennent forme, changent et sont lentement introduites dans l'esprit de tous les gens, même si leurs défenseurs vacillent et succombent au déclin matérialiste du statu quo dominant".

 

L'expérience de la mafia au cœur des protestations

 

Alinsky a grandi à Chicago dans une famille juive très pauvre au début du XXe siècle. Il a écrit qu'il avait "abandonné l'habitude" du judaïsme dès son plus jeune âge, mais il a toujours dit qu'il était "juif". Voyant la corruption à Chicago à l'époque et le statut de héros qu'Al Capone et ses agents essayaient d'obtenir, Alinsky s'est donné pour mission de s'associer avec eux. A l'époque, il ne voyait aucune différence entre les criminels de Capone et les fonctionnaires corrompus de la ville de Chicago. Il a réussi à devenir un compagnon fiable de la mafia pendant "deux ans". En fait, l'influence du gang de Capone sur Alinsky a été importante et a duré plus de deux ans.

 

"Il m'a présenté Frank Nitti, le numéro deux de Capone et qui contrôle réellement la mafia. Je l'ai appelé professeur et je suis devenu son apprenti. Les gars de Nitti m'ont emmené partout, m'ont montré toutes les opérations de la mafia, des usines à égrener, des bordels et des bookmakers aux entreprises légitimes qu'ils commençaient à reprendre. Après quelques mois, j'ai appris comment fonctionnait Capone". L'auto-identification par Alinsky de Frank Nitti, le tueur de la mafia, comme son "professeur" est très importante. Rétrospectivement, Alinsky a beaucoup appris sur la pression et l'intimidation de ses amis de la mafia de Chicago.

 

La mise en décharge des monuments américains et la théorie d'Alinsky

 

La négation de l'histoire est une composante importante de la négation de l'éthique et de la morale. Alinsky écrit dans une dédicace à Lucifer que l'on ne peut pas connaître l'histoire : "Qui devrait savoir où la mythologie se termine et où l'histoire commence - ou ce qui est quoi..."

 

Sans archives historiques fiables, il est impossible de tirer des leçons des événements passés et on ne peut se fier aux connaissances antérieures. Le résultat du déni de l'histoire est un déni de l'apprentissage car, selon Alinsky, on ne peut faire confiance à aucune connaissance existante. La négation de la capacité des gens à acquérir des connaissances et une compréhension à partir des sources d'information existantes est une composante du nihilisme.

 

Cela laisse l'avenir ouvert aux radicaux et aux destructeurs - tels qu'Alinsky - qui ont définitivement rompu avec le passé.

 

Ainsi, les institutions de la société, les anciennes institutions sur lesquelles la société et la morale sont construites, sont illégitimes et sujettes à la destruction.

 

Sans la connaissance des concepts d'Alinsky, il est difficile de comprendre la destruction massive des monuments, la haine de sa propre histoire qui s'est manifestée en Amérique (et pas seulement) en 2020.

 

Le rejet de la morale et de l'éthique tout en embrassant un pragmatisme total pour parvenir au pouvoir est caractéristique du Lucifer "radical" si respecté par Alinsky. Pour Alinsky, peu importe que Lucifer soit l'incarnation de l'idée du mal et de l'opposition au bien ; ce qui compte, c'est qu'Alinsky considère Lucifer comme efficace. "Les trains roulent toujours à l'heure lorsque Satan est en charge de la représentation." L'efficacité et la réussite sont distinctes des questions de moralité et d'éthique. Le succès est sa propre moralité pour Alinsky et ses disciples.

 

La morale et l'éthique n'ont aucune valeur pour les "radicaux" qui veulent renverser les institutions de la société et sauver le monde. Alinsky était un utopiste visionnaire qui a tourné son formidable intellect vers la destruction du design et a supprimé la moralité de l'équation à des fins opérationnelles. Il ne peut y avoir de place pour la moralité et l'éthique lorsque le monde doit être transformé en utopie - pour Alinsky et ses disciples, ce but transcende même tout "être suprême" et la moralité et l'éthique qui pourraient découler d'un tel être.

 

En fait, ce rejet de la moralité acceptée signifie que tout est acceptable : toute "action" est acceptable tant qu'elle détruit ou sape le "statu quo" et conduit à un "changement". Il s'agit d'une anti-stabilité radicale au nom de l'utopisme.

 

La "philosophie" d'Alinsky est incroyablement dangereuse car elle exalte la "lutte" et le "changement" sur l'humanité, les individus et les institutions qui, bien qu'ils puissent être imparfaits (mais peuvent être améliorés), doivent être détruits simplement parce qu'ils sont des institutions. C'est l'anti-intellectualisme et la négation du contexte et de l'histoire qui mènent à ce qui ne peut être qu'une agitation, un conflit et une destruction sans fin. C'est une philosophie du grand vide cosmique dans lequel la stabilité et la qualité sont attirées à jamais, jusqu'à ce qu'il ne reste plus que la "lutte".

 

Les utopistes se considèrent au-dessus de la morale et de l'éthique car il ne peut y avoir de plus grand objectif que celui de créer l'utopie.

Il est facile de comprendre la brutalité des utopistes envers leurs ennemis.

 

"L'ardent défenseur de la liberté révolutionnaire est toujours le premier à détruire les droits et même la vie de la prochaine génération de rebelles.

 

Mais la reconnaissance de ce fait n'est pas une cause de désespoir. Toute vie est une guerre, et c'est la lutte constante contre le statu quo qui anime la société, stimule de nouvelles valeurs et donne à l'homme un nouvel espoir de progrès ultime".

 

Que nous réserve l'avenir ?

 

Nous vivons une époque de bouleversements intérieurs sans précédent, non pas à cause de circonstances ou de conflits internationaux, mais parce que les dirigeants américains postmodernes influencés par Alinsky croient que les conflits et les luttes sont la voie de l'évolution humaine.

 

Croire dans cette situation que le remplacement de Trump par Biden ne change rien à la situation mondiale, c'est se faire des illusions. Si un Biden fantoche est dirigé par un groupe de satanistes dirigé par Obama, la Russie et le monde entier seront confrontés à ce qui pourrait être la période la plus difficile depuis la Seconde Guerre mondiale.

 

 

Vladimir Ovchinsky

 

Vladimir Semyonovich Ovchinsky (né en 1955) est un célèbre criminologue russe, major général de police à la retraite, docteur en droit. Avocat honoré de la Fédération de Russie. Ancien chef du bureau russe d'Interpol. Membre régulier du Club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

* Ndt: « Manoir: expression russe: entendre le centre décisionnel géographique d’Obama, domicile ou bureaux admistratifs.

Saul Alinsky (1909-1972). Source: Wikipedia.

Saul Alinsky (1909-1972). Source: Wikipedia.

Notice "officielle" Wikipedia sur Alinsky et sur son influence et héritage en France, notamment avec le parti politique "La France insoumise": https://fr.wikipedia.org/wiki/Saul_Alinsky

Lire la suite

Mikhail Delyagin : Qui est un libéral ? C'est un homme qui sert les spéculateurs financiers internationaux contre le peuple de son pays. (Club d'Izborsk, 14 décembre 2020)

15 Décembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Economie, #Politique, #Russie

Mikhail Delyagin : Qui est un libéral ? C'est un homme qui sert les spéculateurs financiers internationaux contre le peuple de son pays. (Club d'Izborsk,  14 décembre 2020)

Mikhail Delyagin : Qui est un libéral ? C'est un homme qui sert les spéculateurs financiers internationaux contre le peuple de son pays.

 

14 décembre 2020.

 

https://izborsk-club.ru/20369

 

 

Parfois, on fait des découvertes de façon tout à fait inattendue. Il semble y avoir une chose à la surface, évidente pour tout le monde, et vous ne la comprenez pas. Et personne ne le comprend. Et quand vous le faites soudainement, vous avez l'impression d'avoir découvert l'Amérique. Et je veux partager ma découverte. Et je veux partager ma découverte avec vous. C'est une découverte étonnante. Pourquoi les puissants sont les puissants ! - Les libéraux sont tout le temps si durs avec la Russie ? Pourquoi sont-ils toujours engagés dans une propagande anti-russe, directe ou indirecte ? Par exemple, pourquoi la Gazprombank, si je comprends bien, finance-t-elle l'Echo de Moscou ? Et même M. Venediktov, lorsqu'après une longue pause, il a dépeint un malentendu ou un désarroi en réponse à une question directe à ce sujet, a été contraint d'admettre ce fait.

 

La logique politique est ici claire : organiser une "bonne", désorganiser le pays, démolir ce pouvoir, pour tous ses vices, et prendre la voie d'une "révolution des couleurs". Pour retrouver la plénitude du pouvoir, comme c'était le cas dans les "saints" pour les libéraux et sanglant pour toutes les autres années 90. Parce qu'à la fin des années 90, ils ont été écartés du pouvoir, ne leur laissant que la "clairière" sociale et économique, une partie de la culture et une partie de la politique intérieure. C'est compréhensible. Mais cela ne nécessite pas de discréditer constamment la Russie. Pour ce faire, il n'est pas nécessaire de dire à chaque coin de rue à quel point la Russie est une Russie méchante et dégoûtante. Pour ce faire, il suffit d'obtenir un soutien extérieur.

 

Par exemple, lorsque les néo-fascistes ukrainiens - pardon, les libéraux, car le libéralisme remplit aujourd'hui les mêmes fonctions que le fascisme à l'ère industrielle - ont fait leurs "bonnes", ils n'ont pas créé l'Ukraine, ils ont tous les deux combattu avec Ianoukovitch. Mais l'Ukraine en tant que telle, ils n'ont pas discrédité les Ukrainiens.

 

Pourquoi les nôtres - je voulais dire "clowns", mais ce ne sont pas des clowns, parce que d'une certaine manière nous sommes gérés, - pourquoi est-ce qu'ils encadrent toujours la Russie ? A chaque pas, à chaque geste...

 

C'est très simple. Après tout, qui est un libéral ? C'est un homme qui sert les spéculateurs financiers internationaux contre le peuple de son pays. Depuis le Xe siècle, il y a plus de cent ans, c'est vrai. Kerensky a été l'une des premières démonstrations de ce type de "libéral" - que le libéralisme "de Voltaire" est terminé et que le libéralisme "de Berezovsky, Chubais et Kerensky" a commencé.

 

Et lorsque vous servez les intérêts des spéculateurs financiers, vous avez besoin, tout d'abord, d'une volatilité maximale de tous les marchés - pour qu'ils se balancent et que des super profits en tombent dans les poches de vos maîtres spéculateurs, et qu'ils vous donnent plus d'argent. Comme les spéculateurs ne gagnent pas d'argent à la hausse ou à la baisse, ils gagnent de l'argent sur les fluctuations de la conjoncture. La vie doit donc être aussi incertaine et instable que possible.

 

Deuxièmement, et ce n'est pas moins important, en Russie, l'argent de base est gagné sur les titres d'État. Le principal moyen d'alimenter les spéculateurs financiers en Russie est de ne pas opérer sur les marchés boursiers, de ne pas acheter des actions de Gazprom ou de Rosneft en prévision de leur bond. Non, le principal aliment des spéculateurs financiers sont les emprunts internes et externes que notre budget fait.

 

Il semblerait que ces prêts soient nécessaires, si déjà plus de 15 billions de roubles sont oisifs dans le budget fédéral - le 1er décembre, c'était 15,1 billions de roubles, c'est plus de 200 milliards de dollars même au taux de change officiel.

 

Où et pourquoi emprunter ? Mais rien qu'en octobre, 1 600 milliards de roubles ont été empruntés, dont 1 400 milliards pour augmenter les réserves budgétaires, c'est-à-dire ont été gelés. D'un point de vue commercial, c'est un non-sens. Mais si vous le regardez à travers les yeux non pas d'un citoyen russe, mais d'un libéral, c'est-à-dire des serviteurs des spéculateurs financiers, même à la présidence du gouvernement, vous verrez une image complètement différente.

 

Vous verrez que l'État ne prend pas de prêts pour financer quelque chose, non, l'État prend des prêts pour augmenter le coût du service de ces prêts, pour payer plus aux spéculateurs financiers ... Et en novembre, nous n'avons pas seulement fait des prêts nationaux - après une longue, longue pause, nous avons également repris des prêts sur le marché étranger. Mais nous devons non seulement augmenter le volume des prêts, mais aussi leur valeur ! Les prêts à la Russie sont extrêmement fiables, car tout le monde sait quelles sont nos réserves !  - doit être aussi coûteuse que possible.

 

Et de quoi dépend le coût de l'emprunt ? Non pas tant sur la situation socio-économique réelle du pays que sur son image internationale, sur sa cote de crédit. Et le pire, c'est que la Russie, impuissante, se présente dans la compétition mondiale - plus sa notation est basse, plus les prêts lui coûtent cher. Et pour les entreprises russes aussi. Parce que non seulement les risques réels, mais aussi les risques fictifs sont fixés en pourcentage du crédit. Pour cela, par la main des libéraux, l'État russe se discrédite sur la scène internationale, regarde dans les yeux de ses "partenaires" étrangers comme un pays du "tiers monde" au bord de l'effondrement et de la désintégration. C'est pourquoi, au cours des six dernières années, notre pays ne s'est pas officiellement opposé à la guerre de l'information déclenchée contre nous en Occident, à l'exception de Russie aujourd'hui et de quelques sanglots du ministère des affaires étrangères.

 

On peut énumérer ici à l'infini : du "Boeing malaisien" et de "l'introduction de troupes en Ukraine" au récent "empoisonnement de Navalny". C'est pourquoi le monde entier devrait regarder la Russie, conventionnellement parlant, à travers les yeux de l'"Écho de Moscou", ou même du New York Times ... C'est la tâche des libéraux qui sont à la tête de la Fédération de Russie - tant au niveau du gouvernement qu'au niveau des "monopoles naturels". La diffamation de la Russie est, tout d'abord, moins un projet politique qu'un projet commercial. Du côté russe, ils veulent peut-être créer une "arche pour les libéraux" dans notre pays après l'effondrement du modèle libéral-mondialiste actuel de l'ordre mondial, et ainsi obtenir des avantages supplémentaires par rapport à leurs futurs concurrents - vous pouvez faire différentes suppositions ici. Mais j'ai réalisé mon souhait de partager avec vous ma découverte.

 

 

Mikhail Delyagin

 

http://delyagin.ru

Mikhail Gennadyevich Delyagin (né en 1968) - économiste, analyste, personnalité publique et politique russe bien connue. Il est académicien de l'Académie russe des sciences naturelles. Directeur de l'Institut des problèmes de la mondialisation. Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Alexandre Douguine : La fin du monde n'a pas de date. (Club d'Izborsk, 14 décembre 2020)

14 Décembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Alexandre Douguine, #Arche russe, #Club d'Izborsk (Russie), #Philosophie, #Russie, #Opération Coronavirus

Alexandre Douguine : La fin du monde n'a pas de date.  (Club d'Izborsk, 14 décembre 2020)

Alexandre Douguine : La fin du monde n'a pas de date.

 

14 décembre 2020

 

https://izborsk-club.ru/20371

 

 

- Alexandre Guélievitch, l'année 2020 est en quelque sorte une époque, l'une des plus inhabituelles, du moins ces derniers temps. Pensez-vous que le coronavirus est une opération spéciale, une sorte d'accident ou l'œuvre de Dieu ?

 

- Je pense que pour une personne religieuse (et je le suis), tout ce qui se passe a certainement un sens et appartient à la Providence de Dieu. Toutefois, cela n'exclut pas que chaque événement, catastrophe ou résolution heureuse ait des raisons historiques profondes. La présence d'un sens inférieur n'abolit en rien le sens supérieur. Tout est lié à la Providence de Dieu. La seule question est de savoir comment le comprendre, comment construire une explication du lien entre les événements auxquels nous participons et les raisons spirituelles profondes, leurs significations.

 

Je ne pense pas qu'il soit utile de mettre en contraste, par exemple, la Providence de Dieu et ce qui se passe en soi, car rien ne se passe en soi. Tout a un raisonnement profond. Mais dans certains cas, comme en 2020, je suis d'accord avec vous, les événements sont tellement fondamentaux que l'appel à la volonté de Dieu est plus nécessaire que jamais ... pour les croyants comme pour les non-croyants. Aujourd'hui, beaucoup - même des agnostiques - commencent à penser que quelque chose ne va pas, que c'est trop soudain et trop brutal. La Providence de Dieu est partout, mais elle n'est pas toujours remarquée. Il est difficile de l'ignorer aujourd'hui... plus difficile que jamais...

 

Par conséquent, l'explication de la pandémie comme "le déversement du bol de l'ange de la colère de Dieu - le bol des ulcères sur l'humanité" ne contredit aucune autre explication "rationnelle". Il existe deux causalités parallèles - la...

 

En ce qui concerne le coronavirus, il est à mon avis difficile de dire si la pandémie est d'origine humaine ou non. Je ne peux pas vous donner un point de vue sans équivoque. Beaucoup de gens voient comment les milieux mondialistes réagissent aujourd'hui au coronavirus en disant trois "B" - "Building Back Better". C'est exactement comme la Grande Reset - la "Grande Reset" signifie "reconstruisons plus que cela", "sera encore meilleure". Soudain, Joe Biden, Boris Johnson et les mondialistes européens en parlent en même temps : "Reconstruisons et c'est mieux. Aussi Great Reset (grande réinitialisation), New World Order (nouvel ordre mondial) - ces phrases de code sonnent de partout aujourd'hui. Le coronavirus est ce qu'ils appellent une nouvelle opportunité, une nouvelle chance. Il est difficile de ne pas soupçonner ces "coïncidences" d'une sorte de "conspiration mondialiste".

 

En y regardant de plus près, on a l'impression que le coronavirus a été bénéfique pour quelqu'un. Mais encore une fois, je veux dire que je ne suis pas sûr que ce soit vrai... Peut-être s'agit-il d'une approbation idéologique d'une catastrophe de grande envergure. Il y a une pandémie, une attaque de coronavirus sur la santé de toute l'humanité, et les mondialistes ne l'utilisent qu'à leur avantage. Ils se seraient pressés en l'absence du virus... Et une crise financière - sans épidémie et sans verrouillage - aurait été la raison pour laquelle ils ont renforcé leur programme, pour renforcer la propagande mondialiste. C'est-à-dire que l'absence d'épidémie aurait pu les inciter à intensifier leurs politiques, en particulier la lutte contre Donald Trump...

 

Il est donc difficile de dire s'ils ont lancé le virus délibérément ou s'ils en ont simplement profité. Les deux ne peuvent être exclus. Nous n'en sommes pas sûrs, et nous le savons à peine. Cependant, j'ai tendance à croire que les mondialistes utilisent simplement le coronavirus à leur avantage. Même en dépit de la crise du mondialisme qui se produit actuellement, ils disent : "C'est bon, nous allons nous rétablir - et ce sera encore mieux". Le verrouillage est la mesure la plus anti-mondialiste que l'on puisse imaginer lorsque tout le monde ferme les frontières, que le commerce international s'arrête, que les communications sont interrompues, que tout le monde se concentre sur les problèmes intérieurs et les économies nationales. Il semblerait que les mondialistes devraient crier : "Oh, tout s'écroule !" Mais ils disent : "Non, nous serons encore meilleurs."

 

L'art d'un navigateur n'est pas seulement de naviguer dans le vent, mais aussi contre le vent. Le vent est de droite, de gauche, d'arrière ou d'avant : s'il y a du vent, le navigateur navigue. Le yacht ne s'arrête qu'en cas de calme complet. Les mondialistes sont comme les plaisanciers : prêts à utiliser n'importe quelle situation - en leur faveur et contre eux, tant qu'il y a du mouvement, de la dynamique. Ainsi, on ne peut exclure la manipulation d'une épidémie spontanée ou même incontrôlée à des fins mondialistes.

 

Il y a un troisième point important. Il n'est pas exclu que des armes biologiques soient détournées.

 

- C'est donc le cas, n'est-ce pas ?

 

- De mon point de vue, il s'agit d'une fuite. Je me concentre sur la manière dont les différents États et gouvernements ont réagi au coronavirus. Il est étrange d'entrer dans une telle impasse face à un virus normal avec un faible taux de mortalité. Vous pourriez le faire si les gouvernements savaient quelque chose de plus que ce qu'on nous dit. Il y a probablement quelque chose qui ne va pas avec ce virus. Je pense que tout le monde est arrivé à la conclusion aujourd'hui que ce n'est pas un virus normal. Les gens qui connaissent son réel danger essaient de réduire la chaleur d'une manière ou d'une autre et disent : "Ok, c'est bon, allons-y un jour". Mais c'est une sédation, et elle est en partie justifiée.

 

Toutefois, il y a des indications indirectes selon lesquelles il s'agit d'armes biologiques. Tout d'abord, il existe des incrustations artificielles évidentes dans la structure du virus. Et ils sont étrangement similaires au VIH.

 

Deuxièmement, nous sommes persuadés qu'il n'y a pas de cas récurrents, même s'il est déjà clair qu'il y en a.

 

- Oui, de tels cas ont déjà commencé à se présenter.

 

- On ne peut pas le cacher. Ceux qui ont introduit le premier verrouillage étaient au courant. Mais ils craignaient que la panique ne s'installe si l'on disait la vérité sur le coronavirus. À mon avis, les gouvernements et les organisations internationales savaient à quoi ils avaient affaire, alors ils ont essayé de contenir le danger aussi doucement que possible. Ils ont fait de leur mieux pour éviter la panique autant que possible. Et la vérité pourrait facilement conduire à cette panique, surtout au début.

 

Peu à peu, il s'avère qu'il est impossible de s'habituer au virus. L'immunité collective, l'immunité collective est impossible. Peu à peu, on a même cessé d'en parler, tant à nos autorités qu'aux Européens, à tous les autres. Il ne peut tout simplement pas y avoir d'immunité collective si c'est une arme biologique.

 

- Pour l'instant, on parle encore de vaccination.

 

- On va quand même arriver à la vaccination. De mon point de vue, le sujet de l'immunité des troupeaux a disparu, car il existe un risque de réinfection. Récemment, Vladimir Zhirinovsky (et il en parle souvent) a déclaré en direct dans une émission de radio que de nombreux députés du LDPR avaient contracté deux fois le coronavirus. "Pour la troisième fois, dit-il, ils vont mourir. Ce n'est pas seulement l'humour noir de Jirinovski. Sous cette forme humoristique, il parle généralement de ce qui existe vraiment. En partie, le politicien s'adapte aux intérêts des autorités, et en partie va vers le populisme. Aujourd'hui, on ne peut donc pas se cacher qu'une deuxième infection par un coronavirus est très probable. Ainsi, la maladie ne provoque pas d'immunité, soit à cause d'une mutation du virus, soit parce qu'elle a été conçue à l'origine.

 

Le point important suivant est que nous ne connaissons pas les véritables conséquences de ce virus. Les médecins reconnaissent de plus en plus que les affections des poumons ou de l'estomac entraînent un grand nombre de décès, en particulier chez les personnes âgées et les personnes souffrant de certaines maladies. Mais ce n'est pas non plus le coup principal. Le plus probable est que le virus touche le système nerveux central et entraîne une destruction qui n'est pas immédiatement visible. Cela ne signifie pas que les personnes qui ont vécu la maladie de manière asymptomatique ont gagné en force et en immunité, comme c'est le cas pour la grippe saisonnière ou d'autres maladies virales. Il s'agit d'un coup plus grave porté au système nerveux central, dont les conséquences peuvent s'ouvrir progressivement. En Chine, par exemple, une vague d'informations a déjà été transmise selon laquelle le virus affecte les fonctions de reproduction.

 

- On dit que les hommes en particulier souffrent, l'infertilité commence.

 

- Cela est plus visible. Nous ne savons tout simplement rien de l'impact sur les fonctions reproductives des femmes pour l'instant. Peut-être qu'il n'existe pas, ou peut-être...

 

Mais ce n'est pas tout, car les surprises contenues dans le coronavirus vont continuer à se faire connaître progressivement.

 

Si c'est une arme biologique, elle ne peut pas causer si peu de morts. Il s'agit donc d'autre chose, d'un résultat plus substantiel. Peut-être retardé... Et ce résultat doit être massif, sinon quel genre d'arme...

 

- Effet retardé.

 

- Oui, le virus revient.

 

Apparemment, nous avons affaire à ce dont les mondialistes parlent depuis longtemps : atteindre les limites de la croissance (démographie, économie, ressources naturelles), la nécessité de réduire la population mondiale, principalement au détriment des personnes âgées, modifier l'équilibre de la production et de la consommation (ce que ni l'industrie ni la base de ressources ne peuvent supporter), la nécessité d'un contrôle total sur les personnes, y compris la gestion de la conscience, l'assemblage de l'homme et de la machine, etc.

 

Et cela nécessite une vague de catastrophes ou simplement une forte diminution de la population mondiale.

 

- Le Club de Rome en parle depuis les années 1960.

 

- Oui, ils affirment que la poursuite de la croissance démographique provoquera non seulement la surpopulation de la planète, mais aussi des crises économiques, sociales et politiques et une pénurie de ressources. Le coronavirus est un moyen idéal pour réguler la population de la Terre par l'extermination, le génocide d'une certaine partie de celle-ci. Il est impossible de l'admettre ouvertement, car la panique, les protestations, les soulèvements, le chaos vont commencer...

 

Cependant, je n'insiste pas... Je ne connais pas la vérité, c'est juste mon hypothèse.... Je n'insiste pas, ce n'est pas une question de foi pour moi, j'essaie juste d'analyser logiquement ce qui se passe. Je ne suis pas médecin, je ne suis pas virologiste, je lis beaucoup dans la presse comme tout le monde. Je ne suis pas engagé, je n'essaie pas de blâmer ou de juger qui que ce soit, je me contente de comparer les faits. Peut-être que je les assemble mal, mais ce ne sont que mes conclusions.

 

Si les gens au pouvoir ne savaient pas qu'il s'agit d'armes biologiques, ils n'accepteraient guère un verrouillage et un coup aussi brutal porté à l'économie. Après tout, chaque restaurant, chaque point de restauration est un profit qui est distribué dans tout l'État, c'est-à-dire, dans notre cas, c'est le bien-être et la prospérité de pays entiers à l'Ouest et à l'Est.

 

- Tout le monde s'y est mis comme sur commande.

 

- Bien sûr qu'ils l'ont fait. Personne n'aurait fait de tels sacrifices et pertes s'il n'y avait pas de raison sérieuse, de raisons suffisantes.

 

- Pourquoi la Russie n'a-t-elle pas encore introduit le confinement aujourd'hui : l'Europe l'a fait, mais pas nous.

 

- Nous avons décidé : laisser la population s'accuser elle-même, puisqu'elle marche sans masque. Je pense qu'ils viennent de voir que les gens sont en colère, indignés : "Nous ne voulons pas de codes QR ! "Nous ne voulons pas rester à la maison !" Parfois, cela transparaît dans les discours de nos fonctionnaires, qui disent : si vous vous comportez ainsi, vous mourrez, au diable !

 

- Pour que chacun puisse survivre aussi longtemps qu'il le peut ?

 

- Bien sûr. Je crois qu'ils ont décidé : "Allons-nous ruiner notre économie à cause de vous, bande d'imbéciles ? Bien sûr, ils ont limité quelque chose, mais ils ne sont pas allés jusqu'à l'extrême. Une dernière chose, le premier confinement n'a pas fonctionné. Nous aurions dû faire plus fort, comme en Chine : fermer des aéroports, localiser des zones entières, rechercher des chaînes d'infection... Isoler ces chaînes et frapper réellement le virus. Nous avons pris la voie intermédiaire : quelque chose était fermé, quelque chose ne l'était pas. La deuxième vague était donc inévitable, elle a en fait provoqué l'expansion de la zone de pollinisation du virus. Et ce n'est pas encore fini, c'est juste une autre vague, bien qu'ils disent : "Nous allons attendre le printemps et tout ira bien..." Mais, apparemment, ils pensent en fait qu'il est nécessaire de "polliniser" tout le monde avec ce coronavirus. Celui qui survit est bon pour vous. Qui n'est pas, comme Kim Ki Duk en Lettonie et bien d'autres morts, célèbre et inconnu de tous - eh bien.

 

Toutefois, cela signifie qu'une ère imprévisible va commencer.

 

Comment les gens vont-ils mourir ? Certains maintenant, d'autres plus tard, d'un diagnostic et d'autres encore d'un autre. Certains survivront même, mais pas le fait qu'ils resteront ce qu'ils étaient, il peut y avoir des mutations. "Nous ne mourrons pas tous, mais nous changerons tous", dit le Saint Apôtre Paul (1 Cor 15, 51).

 

Par conséquent, tout ce qui arrive au coronavirus maintenant est un coup colossal pour l'humanité.

 

Je pense que la source du virus est artificielle, mais peut-être (encore une fois, l'hypothèse) que c'est juste une arme biologique inachevée, laissée inachevée... Nous savons qu'en Amérique nous avons arrêté le développement de tels virus, parce que peut-être nous n'avons pas trouvé d'antidote ou qu'il y avait d'autres problèmes avec lui.

 

- Et la fuite...

 

- Et c'est arrivé, entre autres choses. C'est très similaire, car le virus touche les mondialistes eux-mêmes. Je vois les choses ainsi : s'ils avaient délibérément lancé le virus, ils ne seraient pas eux-mêmes malades. Et Boris Johnson a été malade deux fois et isolé deux fois ; le prince Charles a été malade aussi. C'est-à-dire que les représentants de l'élite mondiale, les "dirigeants et les idéologues de la mondialisation" eux-mêmes sont impuissants devant la menace. Si les choses étaient différentes...

 

- Vous voulez dire qu'il y aurait un vaccin ?

 

- Bien sûr qu'il le feraient. Mais il n'y a toujours pas de remède depuis le début, et il n'y en avait certainement pas un qui offrirait une guérison inconditionnelle. Les mondialistes sont malades au même titre que les gens ordinaires. Bien sûr, pour eux, le niveau de médecine est meilleur, ils sont mieux servis, mais s'il s'agit d'une arme biologique, ils pourraient en mourir aussi. Et en cas de maladie, une personne ne peut plus être sûre d'avoir conservé sa santé comme avant. Cela s'applique à tout le monde, pas seulement aux gens ordinaires. C'est là le problème. Donc, à mon avis, il y a eu une fuite de virus dont tout le monde essaie de tirer parti. Et les mondialistes, entre autres.

 

Et une dernière chose, à propos du vaccin. Il est évident que le vaccin ne fonctionne pas encore, ni chez nous ni à l'étranger. À tout le moins, il ne fonctionne pas comme un moyen fiable et sûr sur lequel on peut compter pleinement. Certains symptômes du coronavirus peuvent être affectés, mais en tant qu'antidote fiable, il ne fonctionne pas. Peut-être que pour quelqu'un, le vaccin sera un salut, mais pas dans le sens où il a été vacciné et qu'il est sûr de vivre dans le monde des coronavirus. Peut-être que vous ne mourrez pas cette fois-ci, alors la prochaine fois, ou bien votre foie sera défaillant, et non vos poumons. Mais je ne dis pas que le vaccin est complètement inutile. Eh bien, qui sait...

 

Le même Jirinovski a fait campagne en direct à la radio pour être vacciné : "Je vais exiger que tous les députés - les miens et non les miens - soient vaccinés. J'ai moi-même été vacciné, et que tous soient vaccinés". Et puis il dit : "J'ai attaché deux chiens dans mon bureau. Lorsque nos députés viennent me voir sans avoir été vaccinés, je laisse ces chiens se faire vacciner, ils doivent être à cinq mètres de moi". Que veut nous dire Jirinovski ? Le fait qu'il ait reçu le vaccin lui conseille de faire tout le reste, mais il ne fait pas confiance au vaccin, sinon il aurait pris tout le monde sans chien. S'il a peur après la vaccination de la possibilité d'infection par le coronavirus, cela signifie, nous donne dans le style de savoir que de toute façon il ne sauvera pas complètement de la maladie. Apparemment, les autorités lui ont demandé de promouvoir la vaccination, Jirinovsky le fait, mais dans son discours s'insère une contradiction délibérée, une allusion : vacciner, mais garder à l'esprit que cela n'aide pas.

 

- Ç’est comme Stirlitz.

 

- Je pense qu'il pense simplement que nos fonctionnaires sont si faibles qu'ils ne remarqueront pas comment il insère quelques éléments codés dans l'élaboration d'un programme général obligatoire. Et si vous n'êtes pas ivre et que vous n'êtes pas un idiot, vous comparerez les faits. Et si vous êtes un idiot, vous passerez à côté de ce genre de choses, en pensant à quel point Jirinovski est drôle avec ces chiens. Et Jirinovski en fait, donne un signe aux gens qui ne veulent pas mourir trop vite. On a toujours l'impression qu'il dit des bêtises, mais il est plus logique derrière tout cela qu'une personne qui a l'air sérieuse et qui dit des choses raisonnables. Par exemple, Anna Popova de Rospotrebnadzor dit des choses plus absurdes que Jirinovski.

 

- Ne pensez-vous pas que Popova est une personne étrange qui est apparue de nulle part - et qui devient soudainement la principale personne du pays, en fait presque plus cool que Poutine ?

 

- Oui, mais Popova, à mon avis, est folle. J'analyse ses discours, dont beaucoup présentent des contradictions logiques. Elle parle dans une langue étrange. Elle semble avoir un visage sérieux, voire intimidant et menaçant, mais les mots sont comme une image psychopathe de l'illusion...

 

- "La situation est tendue, mais elle est maîtrisée."

 

- Il n'y a donc pas de quoi avoir peur, mais vous mourrez tous. Il utilise souvent des verbes transitoires comme des verbes non transitoires. C'est une sorte de connotation irrationnelle qui est intégrée dans un style indépendant. D'une manière générale, les gens ont récemment cessé d'écouter ce qu'on leur dit, font attention aux gestes, à l'apparence, et le contenu logique des déclarations a souvent échappé. Dans Popova, le contenu est étrange. S'il la décompose logiquement et l'analyse, elle se révèle être une poésie d'absurdité absolument incroyable.

 

- Quel est le lien avec ce type d'activité ? A-t-elle peur de parler, de dire la vérité ou ne comprend-elle pas ce qui se passe ?

 

- C'est difficile à dire, je ne sais pas. Je ne prends pas sur moi de déterminer la motivation de créatures étranges comme Popova. Je pense qu'ils ne trouvent que des chiffres qui oscillent exactement entre l'irrationalité et la rationalité, et qui trompent avec une cohérence semi-identifiable. Jirinovski est comme ça aussi, mais il a une combinaison différente : il est comme un fou, comme un bouffon qui met la vérité sous des formes stupides. Et certains, comme Popova, au contraire, se livrent à des formes graves de délire. Ce sont des figures symétriques : Jirinovski est sain d'esprit mais se ridiculise, et Popova est folle mais essaie de ressembler à un fonctionnaire normal qui est responsable de ses paroles. Si nous écoutons les deux et les décodons, nous aurons une image claire de ce qui se passe avec le coronavirus.

 

- Si la situation est si grave, vous en occupez-vous vous-même d'une manière ou d'une autre ?

 

- Je suis en isolement, je ne vois personne. En avril, je suis parti en dehors de la ville. Si je dois me présenter (ce n'était que 3-4 fois pendant cette période) dans des lieux publics, alors je viens avec un masque, des gants, enveloppé de plusieurs couches - avec un masque à gaz et une protection chimique. Je recommande à tout le monde de faire de même.

 

Mais en même temps, j'ai augmenté mes activités dans Zoom. J'y donne des conférences, des conférences sur le cinéma, j'y installe un studio dans mon bureau et j'y enregistre des cours sur la psychologie, Aristote, la "phénoménologie des sujets radicaux", le platonisme, sans oublier le développement de la quatrième théorie politique, l'eurasianisme. J'organise 5 à 6 événements par jour, y compris dans différentes langues. Le travail est intensif, j'accepte les conditions du coronavirus et ne me rebelle pas contre elles.

 

La seule exception est la fréquentation de l'église. Mais nous avons aussi des règles strictes dans ce domaine : distance, masques. Cela ne veut pas dire que je ne serai pas malade. Je suppose que tout le monde peut tomber malade. On ne peut pas non plus lutter sans fin contre ce genre de maladie, mais moi, au moins jusqu'à ce que ce soit clair et qu'il y ait des manipulations franches avec le coronavirus, j'essaie de prendre toutes les précautions et de conseiller tout le monde. Si c'est possible, vous n'avez pas besoin d'aller nulle part, beaucoup de choses peuvent être faites à distance. Par exemple, je dirige des programmes éducatifs à la nouvelle école MHAT (trois disciplines : ontologie et anthropologie du théâtre ; esthétique politique ; culturologie) également sur Zoom, qui n'est pas moins efficace. Au contraire, les déplacements et les réunions sans fin semblent désormais nécessaires, mais sont totalement inutiles. Je les ai réduits, je passe plus de temps avec ma famille et, surtout, avec la science et l'enseignement.

 

D'ailleurs, presque tout le monde autour de moi a déjà été malade une fois. Presque tous mes éditeurs se trouvent au Brésil, en Italie, en France et en Amérique. Beaucoup de mes amis russes : Konstantin Malofeev, Eduard Boyakov, Sergey Glazyev ... Des moines et des nonnes familiers, des prêtres ...

 

- Glazev est aussi tombé malade ?

 

- Oui, il est en isolement avec le coronavirus maintenant. Mes amis se sont rétablis, ont surmonté, Dieu merci... Mais beaucoup étaient très malades.

 

Ils s'en sont tous remis, mais beaucoup de gens étaient très malades... Pour moi, cette situation est grave. Quelqu'un est réveillé et dit : "Je ne me soucie pas de tout". Oui, bien... Mais la situation est très grave. Si vous n'êtes pas encore tombé malade, que Dieu vous en garde, cela n'arrivera jamais, ou vous pourrez tenir le coup aussi longtemps que possible. Aucune idée de tomber malade le plus tôt possible pour ne pas l'attraper plus tard. Si vous tombez malade plus vite la première fois, la deuxième fois sera plus rapide. Voilà le problème.

 

C'est mon idée du coronavirus. Encore une fois, je n'y attache pas trop d'importance. Si c'est une peste, c'est un fléau, si c'est un fléau, si c'est la punition de Dieu, c'est la punition de Dieu ; si c'est une fuite d'arme nucléaire, c'est une fuite. Nous devons nous adapter et ne pas perdre notre visage humain. Et quand ils crient : "Marchons sans masque, sur des kebabs ou ailleurs" - je me sens déconcerté. À mon avis, les gens ont une sorte de nihilisme... Ils ne choisissent pas consciemment la mort, mais qui sait. Une personne est plus difficile qu'on ne le pense...

 

- Dans le résidu sec, nous apprenons qu'il s'agit d'un virus de combat à action retardée complexe, qui s'est échappé par inadvertance du laboratoire. Les élites mondiales l'ont rencontrée, si bien que certains encore, comme Poutine, ne se rencontrent guère en tête à tête. Mettons la barre plus haut pour la conversation. C'est-à-dire que les gens comprennent ce qui s'est passé, mais ne contrôlent pas la situation. Et alors, quel est le plan divin ?

 

- Je pense que, logiquement, l'humanité devrait être punie. Il y a 500 ans, la civilisation de l'Europe occidentale a tourné le dos à Dieu en disant.. : "Nous sommes bons sans Dieu." Nietzsche l'appelait la mort de Dieu. Les "progressistes" ont déclaré que Dieu "est mort" et que, par conséquent, tout sera désormais décidé par l'homme. L'homme a pris ses responsabilités. L'humanité ne tue pas Dieu en Dieu lui-même (c'est impossible), mais Dieu pour lui-même et, par conséquent, lui-même pour Dieu. Il est impossible de tuer Dieu, mais l'humanité, qui lève la main sur lui, bat sur elle-même. Et c'est mortel... Aujourd'hui, nous en sommes arrivés au fait que l'humanité, qui s'est détournée de Dieu, se perd rapidement. Ils pensaient que sans Dieu, ils ne deviendraient qu'humains. Mais il s'est avéré que pendant 500 ans de Temps Nouveau, Moderne, quand la civilisation et la culture athée-matérialiste se sont progressivement étendues partout, l'humanité elle-même est en train d'échouer. Sans Dieu, elle n'a ni âme, ni immortalité, ni esprit, ni but, ni sens. Il est devenu une enveloppe matérielle contrôlée par des stimuli externes. Les humains se sont transformés en machines, en animaux, et maintenant ils en sont arrivés à un tel point qu'ils transmettent l'initiative à l'intelligence artificielle.

 

Nous vivons aujourd'hui une époque de transition de l'humanisme au post-humanisme.

 

- Et au transhumanisme.

 

- Oui, les entités post-humanistes, post-humanistes se présentent sous la forme de cyborgs, de mutants. La préparation de cette évolution s'est faite par l'émancipation libérale de l'individu de toutes les formes d'identité collective : d'abord religieuse, puis de classe, nationale, puis de classe, professionnelle et enfin sexuelle.

 

Homme ou femme - cette question devient un choix ouvert, une option. C'est aussi l'émancipation de l'individu par rapport à l'identité collective, puisque l'homme et la femme sont des formes d'identité collective...

 

Logiquement, nous avons traversé toutes les étapes du post-humanisme. La dernière étape qui reste à franchir est de se libérer de l'identité humaine. C'est-à-dire mettre fin à l'humanité en cédant les rênes du pouvoir aux réalités post-humanistes. Ce moment de transition finale est appelé singularité, le moment du transfert du pouvoir à l'intellect artificiel.

 

Même Poutine a déjà parlé de l'intelligence artificielle et des risques et dangers qui lui sont associés. À mon avis, jusqu'à présent, ces déclarations ont été assez naïves. Mais c'est tout à fait normal, il n'est ni philosophe ni anthropologue. Poutine se dit manager, il parle donc d'intelligence artificielle de manière "managériale". Cependant, le fait même qu'il le fasse indique déjà que le sujet atteint le niveau politique. Si la politique de genre d'aujourd'hui est le sommet du libéralisme, le post-humanisme de demain - le post-humanisme politique - sera au centre... C'est pourquoi on accorde tant d'attention à la "numérisation". En fait, nous sommes sur le point de migrer vers le cyberespace, de démystifier définitivement l'humanité...

 

D'un point de vue divin, l'humanité est en train de se détruire. Et c'est ce qu'il fait depuis longtemps. Aujourd'hui, elle n'atteint que la ligne finale.

 

Et puis il lui envoie un signe : "Regarde ce que tu fais. "Vous vous détruisez. Vous avez tourné le dos à Dieu. Maintenant, je vais trouver un fléau sur vous, les anges vont déverser les raisins de la colère de Dieu (sous forme de coronavirus ou d'autres catastrophes). Vous devez faire face à cette menace, vous secouer, vous retourner, réfléchir à ce que vous avez fait, pourquoi vous, l'humanité, avez crié des absurdités sur ce qui est censé m'avoir tué. Je suis éternel et tout-puissant, je ne peux pas être tué. Vous ne pouvez que vous tuer !  En un instant, une fois - et des gens en combinaison blanche de protection chimique ont emporté un homme, deux - ont emporté à nouveau... Tournez avant qu'il ne soit trop tard, avant que l'intelligence artificielle ne se joigne enfin aux mondialistes, que Biden ne vous transforme en mécanisme et ne vous charge du service de nuage, de la Matrice... " C'est ainsi que je lis la situation actuelle.

 

Ainsi, la quarantaine, la pandémie, le confinement est un moyen de retourner dans notre cœur, dans notre âme, de découvrir la philosophie, la théologie, l'histoire culturelle... Mais non, on escalade le mur pour être admis plus rapidement au café, pour discuter avec des amis, des amis. Nous agissons comme du bétail. Nous n'entendons pas derrière le bruit de l'information et des aperçus d'ombres insignifiantes la voix d'un Dieu colérique et miséricordieux, qui nous envoie un fléau salvateur et béni...

 

Puis il y aura une autre vague de maladie, puis une autre infection. En fait, c'est comme une pestilence.

 

Notre conscience est déjà empoisonnée, notre cerveau est détruit.

 

Les mondialistes et les progressistes en général veulent traiter le feu avec de l'essence supplémentaire (si vous n'avez pas assez de douleur, il y en aura plus). Avec certaines vaccinations douteuses, dont on nous parle toujours, soit des demi-vérités, soit des contre-vérités. Il est impossible de faire confiance à la vaccination mondiale pour de nombreuses raisons.

 

Mais l'essentiel est que nous essayons en quelque sorte de nous tromper complètement, de répondre à cet appel divin, qui nous met face à la mort, à la destruction...

 

- Sortir à nouveau et se cacher, sans s'en apercevoir.

 

- Oui, c'est vrai, c'est comme ça que je lis la pandémie. Nous ignorons le contenu du processus historique, en essayant de l'interpréter de manière purement technique. Nous voulons éviter ou éluder la vérité sur le coronavirus. Le coronavirus a à la fois un côté technique et une signification divine d'où nous sommes partis. Il est dit : "Le commencement de la sagesse est la crainte de l'Éternel ; les insensés ne méprisent que la sagesse et l'instruction" (Proverbes 1:7). Si vous n'avez pas peur de Dieu, si vous ne comprenez pas qu'Il est fort et immortel et que vous êtes mortel, alors vous n'avez aucune sagesse, puisque vous n'avez pas peur de Dieu. Et la peur de Dieu s'abat sur nous face au coronavirus. En fait, Dieu nous ramène à notre membre, à notre mort, et il veut dire : "Ayez peur de vous-même, pas de Dieu. Que faites-vous ? Quel genre de civilisation avez-vous construit ? Tourne le dos, ne va pas dans cette direction". Et nous n'allons pas dire : "Allons de l'avant plus vite. Dépêchez-vous et laissez cette attaque se terminer... Tant que nous avons encore le temps de vivre notre vie..."

 

- En fait, c'est le dernier avertissement, si elle est parlée dans cette langue.

 

- Peut-être le dernier, peut-être l'un des derniers. Je ne sais pas. Parce que dans l'Apocalypse, il y a plus d’un raisin de la colère de Dieu. Un ange s'occupe des tremblements de terre, un autre de la peste, un autre encore de l'empoisonnement des rivières. Il y a eu une série d'avertissements dans le passé, et il pourrait y en avoir à l'avenir. Mais le coronavirus est l'un des avertissements.

 

- Il y a donc une chance d'entendre et de changer ?

 

- Bien sûr qu'il y en a. Tant qu'il y a un homme, il y a toujours une chance. Un homme est libre jusqu'à ce qu'il soit remplacé par une intelligence artificielle. Tant qu'il a une chance de se transformer, de se transformer, de changer et d'être sauvé. Mais à un moment donné, il n'y aura plus personne d'autre pour prendre la décision, mais ce ne sera pas facile. Cela ne signifie pas que vous devez courir à l'église immédiatement. L'église, tout comme la mosquée, est elle-même intégrée dans le processus de modernisation - les prêtres et les mollahs sont dans les éléments...

 

- Je pense qu'il ne nous reste plus qu'une église et une mosquée de commerce, pas d'autres.

 

- Je ne dirais pas cela. Je suis moi-même un homme de même sensibilité.

 

- Vous avez toujours été un vieux croyant.

 

- Oui, je l'ai été. L'infidélité est un mouvement des Anciens Croyants. Mais je ne voudrais pas parler de l'église, encore moins de la mosquée. Je ne suis pas musulman, je suis chrétien.

 

- Nous voyons qu'ils sont intégrés à la société, qu'ils jouent selon les règles du veau d'or.

 

- Quand cela arrive, les gens se replient sur eux-mêmes, surtout les catholiques. A un moment donné, ils ont fait une alliance avec l'esprit du Modernisme. Ce faisant, ils ont trahi l'éternité sur laquelle reposent la religion et la foi en faveur du temps, ont accompli un acte d'apostasie, l'apostasie. Notre Église orthodoxe est beaucoup plus conservatrice, traditionnelle. Mais là aussi, malheureusement, l'esprit de ce siècle, l'esprit de dégénérescence, l'esprit de la technologie, l'esprit du soi-disant progressisme, du matérialisme, du financiarisme s'empare de nos institutions ecclésiastiques. Par conséquent, nous ne devons pas nous tourner uniquement vers l'église, nous devons avant tout nous tourner contre le monde moderne. C'est le sujet du livre de René Guénon, La crise du monde moderne, que nous avons traduit à la fin des années 1980.

 

- Son titre nous dit tout.

 

- Un autre des livres les plus importants de Guénon est "Le royaume de la quantité et des signes du temps". Il s'agit d'une grande parodie qui est étonnamment postmoderne. Nous vivons dans le monde de la Grande Parodie. La mondialisation, c'est la construction de la nouvelle tour de Babel. Quand on la considère comme un progrès et un développement, on se trahit tout simplement, on écrit un reçu sanglant au diable, on vend notre âme sans s'en apercevoir. Nous pensons que ce ne sont que de nouveaux gadgets, des services, de nouveaux modèles d'iPhone, des divertissements attrayants, le type de café original... Le diable prend vie. Sans s'en apercevoir. La vie quotidienne et le diable ont coïncidé à un certain moment de l'histoire. Lorsque nous consacrons notre force de vie, notre temps, notre énergie à la vie quotidienne, nous nous trahissons nous-mêmes, notre cœur, notre profondeur, notre âme. Bien sûr, si une créature à cornes venait et nous prenait un reçu, nous serions probablement rappelés, effrayés. Mais quand on nous dit : "Faites ce que vous faites, soyez comme tout le monde, bougez à un rythme commun... Tout le monde vote, et vous votez..."

 

- Vous êtes le roi de la nature, vous pouvez tout faire.

 

- Oui, peu à peu, dans la vie quotidienne, une position est inculquée à l'homme, qui est en fait son suicide spirituel. Si discret : savonnez la corde, elle commencera à sentir bon, et le savon sera très moderne, puis mettez-vous sur un tabouret, c'est très drôle, c'est intéressant, tenez-vous haut, vous pouvez regarder partout dans votre chambre, et puis attachez la boucle au plafond... Et comme ça, Dans l'esprit de TikTok, ce n'est pas un méchant brutal qui vous pousse au suicide, mais la culture, le progrès, la technologie, les services... Et à un moment donné, une personne devient une partie, un engrenage d'une machine qui va dans l'abîme à tous les deux. Nous ne le remarquons pas, pensant que nous sommes assis confortablement et que nous attendons le prochain arrêt... Mais il est probable que ce sera le dernier. La prochaine étape est la singularité, la finale.

 

Mais il y a toujours un moyen de faire quelque chose si vous n'arrêtez pas ce train. C'est comme si on sautait hors de l'eau. Ou vous pouvez vous faufiler dans la salle des machines et essayer de tordre le cou du méchant qui s'y trouve. C'est ce que les Américains essaient de faire aujourd'hui en votant pour Trump contre Biden. Ils essaient d'empêcher cette machine mondialiste de tomber dans l'abîme. Ce n'est donc pas seulement nous, les Russes, les Eurasiens, qui nous y opposons. À l'Ouest, les populistes, les partisans de Trump, les conservateurs comprennent aussi que quelque chose ne va pas du tout. L'humanité transporte tous les couples absolument pas là où ils devraient être... Et les gens commencent à se réveiller et à essayer de réagir d'une manière ou d'une autre. Non seulement la droite, les conservateurs, mais aussi la gauche, qui sont conscients de la mortalité du capitalisme, de ce mal mondial... Cela inspire de l'espoir : parce que les gens sont libres jusqu'au dernier moment. Nous pouvons toujours changer. C'est ce que sont les êtres humains : la liberté. Non pas l'absence de péché, d'erreur ou de crime, mais la liberté de les surmonter, de changer, de se tourner dans la direction opposée - à ses origines spirituelles.

 

Mais nous ne pouvons pas le faire sans une sérieuse remise en question philosophique et religieuse du présent. Il est facile de ne se rendre qu'à l'endroit où va la majorité, et cet abîme est comme les porcs des Géraséniens dans lesquels les démons se sont installés. Aller vers la vérité est à contre-courant. Et ce n'est pas seulement...

 

- Ne pensez-vous pas qu'une personne n'écoute pas les dernières chances, les signes ? Ainsi, une super élite ou une poignée de personnes, les philosophes devraient changer de levier, et la plupart ne tireront probablement pas de conclusions. Qu'en pensez-vous ?

 

- Hegel a une définition intéressante de ce qu'est un esprit (der Geist en allemand). Hegel dit dans "Phénoménologie de l'esprit" : "L'esprit est l'endroit où "je" et "nous" coïncident. En d'autres termes, une personne en tant que telle et une personne en tant qu'esprit ne sont pas un individu, une élite ou tous ensemble. Quelle que soit la manière dont nous prenons tout ensemble, les masses, la majorité ou l'humanité entière, il n'y aura toujours que des parties séparées, pas l'ensemble. En même temps, une personne n'est pas non plus la personne entière, ni l'esprit. L'homme lui-même n'est ni une personne seule, ni tous ensemble, ni en petit nombre, ni dans l'élite, ni dans les masses. Mais le contraire est vrai, l'homme est dans une personne, dans la masse et dans l'élite. La dialectique est que les deux déclarations sont correctes. L'homme est esprit, et l'esprit est la chose la plus importante, notre essence. Et même quelque chose de plus que l'essentiel.

 

Si nous pénétrons l'homme intérieur, l'esprit, peu importe qui verra - un, plusieurs ou tous. Quand une personne voit (Heidegger l'a appelé Dasein), alors tout va changer. Seul l'esprit compte.

- Ainsi, un seul est sauvé, et des milliers sont sauvés.

 

- Absolument. Mais un seul sera sauvé, non pas en tant qu'individu, mais en tant qu'esprit...

 

- Votre conscience...

 

- Ce n'est pas seulement la conscience... Il faut sauver un homme en nous. Et l'être humain en nous, en tant qu'esprit selon Hegel, est présent en tant qu'esprit, et il est en chacun et en personne. Ce n'est pas un autre esprit, mais un seul. Et un, et plusieurs, et plusieurs ... Comme le dit Hegel : "Je" et "nous" sont les mêmes. C'est la définition d'un esprit. Si nous sommes vraiment des êtres humains, pas des individus, pas des masses, pas des populations, alors cela signifie que l'humanité en chacun de nous et en nous tous vit complètement. Si nous découvrons l'esprit en nous, alors les autres le font. Je ne pense pas que nous devrions nous battre pour les masses. Ils ont tendance à déformer la pensée. Les masses rendent toute idée massive, immobile et tordue. C'est pourquoi il s'agit de s'adresser non pas aux masses, mais à une personne dans sa dimension spirituelle, une mince superstructure. On peut dire que l'esprit est incarné dans la véritable élite, dans les élus. Mais ces "élus" ne doivent pas seulement se choisir eux-mêmes ou obtenir l'approbation des masses. Parfois, les masses ne comprennent pas du tout ce qu'elles font. Les vrais élus, les éveillés, sont choisis pour servir l'humanité et l'empêcher de tomber dans l'abîme. Les élus doivent pénétrer dans le code de ces scélérats, mondialistes, libéraux et progressistes qui sont responsables du meurtre de Dieu, de la modernité. Guénon les a appelés la pointe noire - une contre-initiative, c'est un groupe très spécifique de penseurs, de philosophes, de financiers, de politiciens.

 

- Les grands prêtres.

 

- Oui, ce sont des anti-prêtres, des prêtres de la modernité ou de la postmodernité. Il faut les localiser et comprendre comment les combattre. Et ce n'est pas facile. Les bonnes intentions ne suffisent pas ici. Nous devons être immergés dans l'esprit et en être imprégnés. Les masses sont en arrière-plan, et elles sont plutôt de notre côté. L'humanité rejette instinctivement l'état actuel des choses. C'est comme si on emmenait des béliers ou des vaches à l'abattoir, en criant, en grognant, en décrochant. Regardez l'insistance de son trampoline America. Résister aux mondialistes du mieux qu'elle peut. Il perd, mais il donne des coups de pied.

 

Mais pour les masses américaines, elles ne font que grogner. Ils ne peuvent rien formuler, comprendre, dire ce que c'est. Mais ils estiment que Biden est la fin.

 

- Il est lui-même un symbole de la fin - par son âge, son apparence, son état mental.

 

- Oui, Biden est le symbole d'un mondialisme périlleux. Presque mort, ne sait pas ce qu'il dit, oublie qui est à côté de lui. C'est un homme mort ramené d'un sombre château de Transylvanie et dirigé par le parti démocratique. Il est quelque chose de sinistre. La moitié de la société américaine estime que c'est la fin, mais ne peut l'expliquer, car elle n'a pas d'élites compétentes. Aux États-Unis, l'esprit est très mauvais. Le libéralisme a corrodé leur culture. Et bien que le commun des mortels ait le sentiment que les élites mondialistes s'enlèvent la vie, c'est une réponse symétrique à ce défi qu'ils manquent de culture spirituelle.

 

D'ailleurs, j'ai de bonnes relations avec de nombreux Américains, des conservateurs. Malgré les sanctions prises à mon encontre, malgré le fait que mes livres y soient interdits, ils franchissent toujours le blocus. Aux États-Unis, le vrai totalitarisme : ce que nous avions en 1937 se produit maintenant.

 

- Vos livres y sont-ils interdits ?

 

- C'est exact. Je suis sous le coup de sanctions. Vous ne pouvez pas vendre ou lire mes livres sur le réseau Amazon, et ils sont également imprimés aux États-Unis même. Mes sites ne sont pas disponibles aux États-Unis. C'est du vrai totalitarisme !

 

- C'est taciturne, n'est-ce pas ?

 

- Non, c'est assez ouvert. Mes conférences sur YouTube ont été interdites et la chaîne a été effacée. Pensez-y - non pas à des vidéos politiques, mais à des conférences - sur Aristote, le platonisme. Ils ont fermé mon compte Google, m'ont exclu de Twitter. C'est le même totalitarisme de gauche que Trump évoquait dans ses discours. Mais ils le font non seulement au philosophe russe, mais aussi au président américain. Trump lui-même se trouve presque dans la même position. Au moins un grand nombre de ses posts sur Twitter sont censurés, et la vice-présidente Kamala Harris a demandé que le Twitter de Trump soit complètement fermé. Donc, c'est ouvert. Nous sommes en 1937 dans la version mondialiste.

 

Cependant, l'intérêt américain est en train de percer tout cela et les gens recherchent mes textes, essayant de comprendre et de trouver des raisons philosophiques à ce qui se passe. En principe, la principale réaction des Américains est irrationnelle : ils savent ce qu'ils rejettent, mais ils ne comprennent pas pourquoi. Ils ont clairement le sentiment que c'est mauvais, comme les vaches qui sont abattues. Les partisans de Trump ont des yeux tristes de condamnés. Mais les masses elles-mêmes ne répondront pas à ces questions. Seule l'élite peut le faire.

 

Si les masses qui rejettent la mondialisation ont des dirigeants décents qui deviendront non pas des agents d'influence mais des intellectuels, des chefs spirituels, alors la situation pourrait changer. La bataille n'est pas encore terminée. Tant que l'humanité existera, il y aura une possibilité de l'affronter, tant en Amérique et en Europe qu'en nous. Soit dit en passant, nous ne sommes pas si mauvais par rapport à eux, mais ici - ainsi que dans le monde entier - la situation s'aggrave progressivement.

 

- Avec le coronavirus, si vous suivez votre logique, avez-vous déjà atteint le cycle final de cette épopée ? Il ne reste donc pas beaucoup de temps... N'est-ce pas ?

 

- Le temps s'accélère aussi. Il y a même ce mouvement philosophique, l'accélérationnisme, qui préconise d'accélérer artificiellement le temps. Il y a des accélérateurs à lunettes roses qui disent que si les gens avaient atteint l'immortalité, il y aurait un bonheur universel. Et il y a des accélérateurs "noirs", comme Nick Land, qui prônent ouvertement la destruction de l'humanité. Vous direz que cela ne peut pas arriver. Mais lisez le livre de Nick Land, Fanged Noumena, qui décrit le projet de destruction de la vie sur Terre et de l'humanité comme un objectif positif du progrès technologique. Voyez comment l'ontologie orientée objet gagne en popularité non seulement à l'Ouest, mais aussi dans la société russe. Il y a déjà une génération de penseurs, de philosophes, qui sont conscients que le progrès technologique est un moyen de destruction rapide de l'humanité, non pas même en faveur de l'écologie, mais de la matière inanimée, le noyau de la Terre.

 

Il semble que seuls nous, les critiques du Modernisme et les traditionalistes, qui recherchent de puissantes métaphores pour discréditer leurs opposants idéologiques et les progressistes, puissions penser à cela. Mais en fait, c'est une tendance influente de la philosophie, qui devient de plus en plus à la mode. Elle proclame une focalisation sur l'Objet radical, sur le diable sans vie qui dort de l'autre côté des choses, sur une figure spéciale connue de l’auteur de science-fiction noir Howard Philip Lovecraft, sur les soi-disant Anciens - les entités anciennes, Cthulhu. Ce qui était de la science-fiction noire devient une philosophie moderne qui met l'accent sur l'accélération.

 

Le temps s'accélère, je suis d'accord, nous sommes proches de la phase finale. Mais qui sait... Probablement que les gens spirituels qui ont l'esprit ou qui sont impliqués dans l'esprit l'ont ressenti à n'importe quelle époque où les guerres mondiales, les épidémies ont commencé. Il faut être prudent. Tout le monde crie : "La fin du monde !" - et ça ne vient pas. C'est la bonne chose à faire. Il est faux de dire que c'est le dernier avertissement. Chaque bataille doit être la dernière pour nous, chaque affrontement pour la vérité contre le mal...

 

- Il pourrait donc s'agir d'une nouvelle phase ?

 

- On verra peut-être. C'est à nous de jouer. L'histoire est ouverte.

 

- Vous dites phase. Mais êtes-vous quand même d'accord pour dire qu'il n'y a rien eu de tel dans l'histoire de l'humanité - si l'on parle de pandémies, de confinement, de régimes masqués, de peur de l'inconnu, etc.

 

- Il n'y en avait pas. Je pense que nous arrivons vraiment à la dernière ligne droite. S'il arrive un moment de singularité, où l'intelligence artificielle a tous les pouvoirs, tous les droits, alors après cela il n'y aura plus personne pour prendre des décisions, parce qu'il n'y aura plus personne.

 

- Les scientifiques disent que le moment de la singularité est déjà passé, c'est-à-dire qu'une personne ne contrôle plus la technosphère. Il existe un certain nombre de preuves de ce fait.

 

- C'est une question ouverte. Oui, c'est tout à fait possible. J'ai quelques textes philosophiques et des conférences sur l'intelligence artificielle. À mon avis, l'intelligence artificielle en tant que réalité technologique n'est pas encore possible dans le plein sens du terme. Mais notre intellect est déjà artificiel.

 

- Nous ne comprenons pas les machines qui nous entourent. Ils ont déjà guéri avec leur propre vie.

 

- Ils commencent à vivre, technologiquement, oui. À mon avis, nous avons déjà préparé une certaine plate-forme philosophique et sociale pour l'intelligence artificielle, car nous ne vivons pas notre propre vie. Heidegger a dit que ce n'est pas nous qui vivons, mais das Man - un exemple généralisateur, une rationalité aliénée vit à notre place. Et donc notre intellect, que nous considérons encore comme naturel par inertie, est déjà artificiel.

 

En effet, on a récemment découvert que deux réseaux de neurones en communication l'un avec l'autre créaient leur propre langage, que le programmeur ne connaissait pas. C'est un exemple de machines qui échappent à notre contrôle et qui sont déjà capables de créer leur propre langage. Et qu'en sera-t-il de la communication entre eux ? Et qu'ils informeront le programmeur, l'opérateur du langage qu'ils ne connaissent pas, que nous ne connaissons pas.

 

Heidegger se pose la question suivante : vivons-nous près du Grand Minuit ou peut-être pas encore ? C'est toujours "pas encore" (noch nicht). En fait, nous pensons qu'il s'est déjà effondré, mais non... Pas encore...

 

- Il y a toujours pire.

 

- Oui, peut-être même pire. C'est pourquoi il faut être très prudent en déclarant "la fin du monde". Personne ne connaît les dates parce que la fin du monde n'a pas de date. C'est un événement de ce genre qui tombe en désuétude.

 

Mais cela ne change pas l'ordre du jour général. Nous devons nous battre pour la dignité humaine, pour l'esprit qui fait de nous ce que nous sommes. Et la restaurer aujourd'hui n'est possible que par le non radical, dit à l'ensemble du monde moderne. Il ne s'agit pas de la vitesse du mouvement (plus rapide, plus lent), mais de sa direction.

 

On ne peut pas adapter quelque chose un peu, ralentir un peu. La situation est la suivante : soit on change la direction du mouvement, l'histoire, l'humanité, on change le pouvoir politique, les modèles idéologiques, le système capitaliste, on revient à la tradition et à l'éternité, soit c'est la fin. Les décorations cosmétiques ne passent plus. Soit les Modernes nous détruiront, soit nous devrons nous en séparer. Et cela exige de la détermination, du radicalisme, de l'acuité et du révolutionnisme, que les systèmes politiques modernes, même ceux qui s'opposent à l'Occident, y compris les systèmes religieux, ne contiennent pas.

 

- Où se trouve donc l'objet du testament ?

 

- C'est la question la plus importante. Je donne actuellement un cours de conférences intitulé "La phénoménologie du sujet radical". J'essaie d'en parler de manière très cohérente, en m'appuyant sur la philosophie d'Aristote et de Platon, sur celle de Schelling, de Hegel, de Nietzsche, sur la scolastique médiévale et sur l'ischisme orthodoxe, en découvrant d'où peut venir le salut. Bien sûr, si elle vient, elle viendra de Dieu. Mais nous ne pouvons pas nous contenter de compter sur Lui et de ne rien faire. Nous sommes actifs, Dieu nous a créés raisonnables et doués de volonté. Il nous a créés pour être un sujet.

 

Donc, pour que Dieu nous sauve, nous devons faire quelque chose dans ce sens nous-mêmes. On ne peut pas rester assis et attendre, aller dans l'abîme. Qui doit faire l'acte décisif ? Qui est le sujet radical dans cette situation ? Où pouvons-nous le trouver ? C'est la vraie question.

 

- Quelle est la place de la Russie dans cette performance mondiale dont le coronavirus fait partie ? Sommes-nous périphériques, comme la Russie pré-révolutionnaire, ou le maillon central de cette histoire mondiale ? Qu'en pensez-vous ?

 

- Les deux sont des périphériques et le lien central. Nous sommes destinés, selon nos aînés, nos génies, fondateurs de l'État russe, le peuple russe, à jouer un rôle de premier plan dans le drame de la fin du monde et à livrer la dernière bataille à l'Antéchrist.

 

- Dans cette bataille de la fin, dont ont parlé les prophètes de l'Ancien Testament, et aujourd'hui des politologues comme Andreï Nevyatov ?

 

- Oui, dans la bataille de la fin, nous avons un rôle central, comme l'Iran et certaines autres cultures. Mais nous allons parler de nous. Je pense que la Russie est appelée à jouer ce rôle en devenant le dernier bastion de la vérité, le catechon, c'est-à-dire "ceux qui freinent l'arrivée du fils de la perdition". Dans la tradition byzantine, le Catechon était considéré comme cet empire orthodoxe basé sur une symphonie des autorités. Elle ne permet pas à l'Antéchrist, le fils de la perdition, de venir au monde. Cette idée byzantine, qui avec l'idée de Moscou - la troisième Rome - nous est venue, a formé notre conscience messianique, notre identité historique et spirituelle, notre subjectivité. C'est notre objectif. Et à ce titre, bien sûr, nous ne sommes pas une périphérie, mais le principal rempart de la confrontation et le cœur du salut, le "cœur", le "Heartland". Les reflets de ce phénomène peuvent parfois être vus à travers la Russie moderne et ressentis dans notre humeur et notre culture, parfois même dans la politique.

 

Mais d'un autre côté, nous faisons partie de la périphérie de l'Occident, si vous regardez l'éducation, la culture, et finalement l'économie, les mêmes mondialistes au pouvoir ou les libéraux...

 

- Le libéralisme nous a en fait digérés en 30 ans.

 

- Oui, donc en fait, nous sommes les deux à la fois - et un centre potentiel de résistance eschatologique, un catéchon, et une province de l'Ouest libéral, sourde et handicapée mentale. Nos libéraux incarnent exactement cette périphérie, cette gestion externe.

 

Les libéraux au pouvoir font de notre pays une province. Les capitalistes et les fonctionnaires corrompus en font une source d'extraction de fonds qu'ils pompent vers l'Ouest. C'est pourquoi nous sommes en partie une province occidentale profonde et sans cervelle. Notre éducation, notre science, notre culture, notre pouvoir, notre économie sont à la périphérie du monde global. Ce qui se passe en Amérique est donc un choc pour nos élites. Il y a une scission là maintenant. Et si les maîtres de la discorde et de la crise, les libéraux russes Smerdyakov se sentent mal à l'aise.

 

D'autre part, la Russie a une mission. Il vit dans notre peuple et peut être reconnu par certains représentants du pouvoir et de la culture. Et en tant que porteurs de la mission, en tant que transporteurs de personnes, en tant que créateurs d'une grande puissance, nous sommes le centre de la paix.

 

Autrement dit, nous sommes tous les deux. Et c'est exactement notre choix - devenir des Russes pour de vrai, être la Russie - être sa mission, la remplir ou l'échouer, en restant une périphérie insignifiante, corrompue et imitant l'Occident.

 

Il s'agit toujours du même conflit entre les Slaves et les Occidentaux du XIXe siècle, mais dans des conditions nouvelles, plus radicales et exacerbées. Une partie de ce même conflit a été résolue à l'époque soviétique parce que, d'une part, la Russie soviétique faisait partie du monde de l'Europe occidentale et, d'autre part, elle s'opposait obstinément et farouchement au capitalisme. Ainsi, les formes changent et le problème demeure.

 

Je pense que c'est un champ de bataille qui traverse le cœur de chaque personne. Le champ de bataille entre le russe au sens large - mission eurasienne et mondialisme, occidentalisme "universel".

 

La Russie ne devrait pas être ce qu'elle est aujourd'hui, mais quelque chose de radicalement différent. C'est notre vocation, notre tâche, notre but, notre mission. La Russie doit changer, se transformer, se retourner, se réveiller. Il est spirituel, et non un bouleversement politique qui doit d'abord être parfait. Tout ce qui prévaut aujourd'hui doit descendre, et tout ce qui est maintenant écrasé à la périphérie doit remonter.

 

La question de savoir comment et comment ce bouleversement spirituel aura lieu et s'il aura lieu est ouverte. Vous ne pouvez pas dire que c'est à Poutine ou à quiconque au pouvoir de décider... Le dernier mot est le vôtre, le mien, le nôtre, l'esprit - l'esprit qui est dans une position équidistante entre un individu, un groupe de personnes, ou tous. L'esprit russe.

 

 

Alexandre Douguine

 

 

http://dugin.ru

Alexandre Guélievitch Dougine (né en 1962) - éminent philosophe, écrivain, éditeur, personnalité publique et politique russe. Docteur en sciences politiques. Professeur de l'Université d'État de Moscou. Leader du Mouvement international eurasien. Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Commentaires

Ruslan Bukhovetsky
Informations très intéressantes et importantes sur le site du "Club Izborsk". Si ce n'est pas le cas de tous, au moins certains membres du site ont déjà joué un rôle positif pour notre pays au début des années 2000. Sergey Glazyev, par exemple, pour autant que je sache. Je vous recommande de lire et de prendre connaissance des informations qu'ils proposent.

Four Valery
Valery Oven
Cette interview est trop longue - on se fatigue à la lire. 
Si c'était sous forme de vidéo - c'est une autre histoire. Mais en substance. 
"Le juste vivra par la foi." C'est ce que dit le proverbe que tout le monde ne comprend pas correctement : "Dieu protège les justes". C'est-à-dire que si des balles volent à côté de quelqu'un, si des bombes tombées sous ses pieds n'explosent pas près de lui - comme dans le cas du célèbre Alexandre Pokryshkin, décrit par l'auteur dans son merveilleux livre "Le ciel de la guerre" - cela signifie qu'il est "épargné" : c'est-à-dire qu'il est sous la plus haute protection. Mais pour cela, il faut faire quelque chose pour qu'elle, la Protection, existe.
Si je crois vraiment par la Foi profonde, je n'aurai peur d'aucun virus. Et je ne me promènerai PAS en combinaison de protection, en évitant les gens, et le masque sera comme une marque noire pour moi. Les Élus ont une marque très différente sur le front, l'anti-666. C'est l'essence de la Foi du Christ : "Sans la volonté de ton Père, pas un cheveu de ta tête ne tombera de ta tête".
***
La vie commence dès qu'une âme humaine acquiert son sens supérieur. La résurrection des morts est encore à venir. La mort physique n'est pas aussi terrible que l'existence ordinaire en l'absence de Vie dans l'homme, qui se termine de toute façon par la mort. La nature se vengera encore de la "couronne de la création" parce qu'elle ne participe PAS activement au processus de sa spiritualisation. Et aucun autre moyen de protection ne lui permettra d'éviter ni le premier ni le second décès.

Pierre-Olivier Combelles (France)
Ce ne sont pas les philosophes qui sauvent le monde quand il est en danger, mais les héros.


Four Valery
Valery Oven
La foi n'est mise à l'épreuve que dans des cas extrêmes : nos ascètes spirituels le savaient. Le mot "confiance" lui-même contient une indication de l'état d'esprit et de la profondeur d'âme que l'on doit posséder pour atteindre le Saint-Esprit dans le royaume de Son absence. Mieux vaut une mort physique, mais dans une lutte spirituelle, que de "se plier au monde en mutation", ce qui est une illusion.

Alex Fedorov
Alex Fedorov
Intéressant, la combinaison antidéflagrante et le masque à gaz, c'est ironique.

Thésée et le Minotaure. Le Maestro di Tarvanelle ou Maître des Cassoni Campana. Vers 1500-1525. Musée du Petit Palais, Avignon.

Thésée et le Minotaure. Le Maestro di Tarvanelle ou Maître des Cassoni Campana. Vers 1500-1525. Musée du Petit Palais, Avignon.

Détail: Thésée tue le Minotaure dans le labyrinthe construit par Dédale pour le roi Minos et ressort grâce au fil donné par Ariane.

Détail: Thésée tue le Minotaure dans le labyrinthe construit par Dédale pour le roi Minos et ressort grâce au fil donné par Ariane.

Ce ne sont pas les philosophes qui sauvent le Monde lorsqu'il est en péril, mais les Héros.

Pierre-Olivier Combelles

Lire la suite

Leonid Ivashov: Élection présidentielle américaine : Lequel est le pire: Trump ou Biden ? (Partyadela, 06.11.2020)

13 Décembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Général Leonid Ivashov, #Politique, #Russie, #USA

Leonid Ivashov: Élection présidentielle américaine : Lequel est le pire: Trump ou Biden ?  (Partyadela, 06.11.2020)

Leonid Ivashov: Élection présidentielle américaine : Lequel est le pire: Trump ou Biden ?

 

06.11.2020

 

https://partyadela.ru/blogs/ivashov-leonid/12135/

 

 

La question principale n'est pas le nom du prochain président, mais la politique que les États-Unis vont mener dans l'espace politique mondial.

 

Le 3 novembre 2020, les États-Unis d'Amérique ont élu leur président. On ne sait toujours pas si ce sera D. Trump, l'actuel chef d'État, ou J. Biden, l'ancien vice-président des États-Unis, car "le pays le plus démocratique du monde" ne procède pas à des élections directes, mais élit les électeurs. Le gagnant est celui qui aura obtenu plus de 270 de leurs voix.

 

Oui, pour les Américains ordinaires, la politique étrangère présente peu d'intérêt, mais pour la communauté mondiale, c'est un sujet très important. Elle est particulièrement importante pour les sujets de relations internationales qui sont en concurrence avec les États-Unis sur la scène politique mondiale.

 

Pour la Chine, principalement l'Europe et la Russie, c'est le second. L'Europe ne souhaite qu'une plus grande indépendance vis-à-vis de Washington en matière d'économie et de politique de sécurité. Les autorités russes et l'oligarchie veulent que les Américains ne prennent pas les ressources volées et appropriées du pays, le peuple ne veut pas de guerre avec les États-Unis et l'OTAN. La République populaire de Chine, principal adversaire de l'Amérique, tente de transformer fondamentalement l'ordre mondial actuel  en le fondant sur les principes de justice internationale, d'égalité et de développement universel des pays et des peuples, et s'efforce d'être à la tête de ce monde.

 

Pékin fait de sérieux progrès dans cette direction et repousse constamment Washington pour arriver au leadership mondial. De plus, ce n'est pas seulement la conquête d'espaces économiques et politiques, mais c'est le fait de porter le socialisme sur la planète au lieu du capitalisme qui a conduit l'humanité au désastre. Par conséquent, la Chine est le principal rival de l'Amérique et du capitalisme dans le processus politique mondial.

 

La Russie, même si elle est sauvage, est capitaliste. Et l'essentiel pour les candidats présidentiels américains est de ne pas toucher à la voie suivie par les autorités russes. Par exemple, pour faire disparaître les sanctions, pour ralentir l'exportation de ressources (afin de les posséder plus tard comme la métallurgie non ferreuse de Deripaska), pour attiser les conflits le long du périmètre de ses frontières, et la Russie elle-même tombera entre leurs mains. Mais arrêter la dynamique du développement chinois est la tâche principale des équipes Trump et Biden, mais leurs méthodes et stratégies sont différentes.

 

L'approche générale n'est peut-être qu'une seule : éviter la guerre nucléaire mondiale et tirer le meilleur parti des méthodes de guerre hybride et de son principal outil - la "puissance douce".

 

Cela est clairement indiqué dans le prochain rapport de l'agence de presse russe TASS :

 

"Les 28 et 29 octobre 2020, des représentants du ministère américain de la défense et de la Chine ont tenu la première réunion du groupe de travail par vidéoconférence sur la communication en situation de crise.

 

Dans une déclaration du département militaire américain, il a été noté qu'au cours du dialogue, les concepts de communication de crise, de prévention et de règlement des crises ont été abordés. En même temps, la réunion a permis d'établir un accord entre le personnel militaire américain et l'Armée populaire de libération de la Chine (APL) sur les principes de prévention et de règlement des crises, ainsi que sur la réduction des risques pour les forces armées.

 

Ce faisant, les deux parties ont convenu qu'il fallait maintenir des canaux de communication réguliers pour prévenir les crises et procéder à des évaluations d'après-crise.

 

Il est clair qu'il ne s'agit pas d'une crise commerciale et politique, mais d'une guerre nucléaire à éviter dans le contexte de la deuxième guerre froide déclarée par la Chine le 24 juillet 2020. D'ailleurs, comme pendant la première "guerre froide" contre l'URSS. C'est cette expérience réussie que les États-Unis veulent répéter contre la Chine. Quel que soit le président des États-Unis.

 

Les présidents qui ont essayé d'arrêter la guerre froide ou de l'adoucir ont été brutalement punis (Kennedy, Nixon, Carter) par l'effondrement politique ou la mort. Aujourd'hui, Trump et Biden et les forces qui les soutiennent sont en désaccord irréconciliable, avant tout, sur "qui va diriger l'Amérique et donc le monde - les financiers (l'internationale financière), ou le capital industriel anglo-saxon basé sur la force militaire et les blocs militaires".

 

Encore une fois, quelques rapports d'agences de presse : RIA Novosti 28 octobre 2020 :

 

"La monnaie américaine est plus forte que jamais : en raison de l'épidémie de coronavirus et de l'effondrement des prix du pétrole, les investisseurs transfèrent des fonds dans la principale monnaie de réserve du monde, ce qui contribue à son renforcement. Mais, comme l'ont prévenu les analystes des grandes banques internationales, le dollar va se déprécier d'ici la fin de l'année en raison des mesures sans précédent de soutien à l'économie, qui sont allées à la Fed".

 

Il est clair à qui la pandémie de coronavirus est très bénéfique : l'économie des États-Unis et d'autres pays du monde en crise sévère, mais la Réserve fédérale américaine et les grandes banques en grand profit.

 

"L'indice du dollar, qui reflète le taux par rapport aux six principales devises mondiales, se maintient au-dessus de 100 depuis près d'un mois, c'est-à-dire que l'unité monétaire américaine ne cesse de se renforcer. Au premier trimestre, elle a obtenu le meilleur résultat au monde - plus 2,8 %. Et que, malgré l'effondrement des marchés boursiers, les obligations. L'épidémie et la chute des cours du pétrole font que les investisseurs se sauvent dans des actifs protecteurs.

 

En conséquence, la fuite massive vers le dollar a fait s'effondrer les devises des pays en développement et la demande de leurs titres. Selon l'Institut de finance internationale, la sortie de fonds est record : en 45 jours - 30 milliards".

 

"Un tel effondrement des prix des matières premières est l'un des signes d'un ralentissement inévitable de l'économie mondiale. Le Fonds monétaire international a déjà annoncé le début de la récession mondiale. Le FMI prévoit que la crise actuelle sera la plus profonde depuis la Grande Dépression et qu'elle dépassera l'effondrement financier de 2009. La pandémie de coronavirus causera 9 billions de dollars de dommages.

 

"Même maintenant, le solde de la Fed est passé à 6,42 billions de dollars, soit près de 30 % du PIB américain d'avant la crise. Et le rachat de titres se poursuivra. Le paquet de mesures d'urgence signé par Trump pour 2,2 billions de dollars va également exercer une forte pression sur le dollar. Le déficit budgétaire américain devrait tripler en 2020 pour atteindre quatre mille milliards, le plus élevé depuis la Seconde Guerre mondiale.

 

Les analystes n'excluent pas que le solde de la Réserve fédérale à la fin de la crise du coronavirus puisse gonfler jusqu'à dix mille milliards. Et comme tout cet argent est en fait le résultat de la presse à imprimer, les investisseurs fuient la monnaie non garantie".

 

"Au deuxième trimestre, la Fed estime que le PIB américain va diminuer de 50 %. L'énorme demande actuelle pour la devise américaine peut s'expliquer par le fait que le papier libellé en dollars peut être revendu à la Fed à tout moment", a noté sur Twitter Caitlin Long, ancienne responsable de l'unité des pensions de Morgan Stanley et ancienne de Wall Street.

 

Ainsi, la bataille entre le Finintern (J. Biden) et l'économie réelle (D. Trump) est sérieuse, et l'équipe de Trump ici présente est perdante.

 

Mais l'équipe D. Trump est active sur l'autre front, celui des anti-chinois. M. Pompeo, le secrétaire d'État américain est presque toujours en dehors des États-Unis, essayant de former une "OTAN orientale", dont la base sera les États-Unis, le Japon, l'Inde, l'Australie, la Corée du Sud, et peut également inclure Taïwan, la Nouvelle-Zélande et un certain nombre d'autres petits États asiatiques. Il a récemment tenu une réunion au Japon avec les ministres des affaires étrangères de l'Inde, du Japon et de l'Australie.

 

Nous lisons les dernières nouvelles : "Pompeo est arrivé au Sri Lanka dans le cadre d'une tournée de quatre pays asiatiques pour renforcer les liens avec les alliés afin d'affronter Pékin, a déclaré l'agence de presse britannique.

 

Les États-Unis ont autorisé le transfert de personnel militaire pour aider le Japon dans sa confrontation avec la Chine. Nous parlons des îles Senkaku (baleine - Diaoyu), qui sont sous contrôle japonais et font l'objet d'un différend territorial entre Tokyo et Pékin.

 

"Les capacités opérationnelles nippo-américaines permettent de déplacer des unités pour défendre les îles Senkaku", a déclaré plus tôt le lieutenant général Kevin Schneider, cité par la télévision publique du Japon. Cette semaine, les forces d'autodéfense japonaises et les troupes américaines ont entamé un important exercice conjoint, dont le nom de code est Keen Sword 21. Les manœuvres se dérouleront dans des installations militaires sur le continent japonais, dans la zone du sud de la préfecture d'Okinawa et dans les eaux territoriales adjacentes, avec la participation de plus de 45 000 soldats et officiers".

 

Et un autre message - une réponse à la réaction chinoise : "Comme l'écrit NEWS.ru, Pékin n'a pas l'intention de défier qui que ce soit et appelle Washington à examiner objectivement les relations des États-Unis avec la Chine et la Russie. Zhao Lijiang, porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, l'a déclaré.

 

Ainsi, il a commenté les propos du chef du Pentagone, Mark Esper, sur le renforcement des alliances et partenariats militaires des États-Unis avec d'autres pays dans le cadre de la contre-attaque contre la Chine et la Russie.

 

"NEW YORK, 28 octobre. /Les relations entre Washington et Pékin continueront à se détériorer quel que soit le résultat des élections générales aux États-Unis le 3 novembre. Cette opinion a été exprimée dans une interview accordée mardi à Bloomberg par Ian Bremmer, analyste américain de politique étrangère et fondateur et président du groupe Eurasia, une société internationale de recherche et de conseil". Il prédit "une nouvelle escalade de la confrontation entre Washington et Pékin, même si le démocrate Joseph Biden est élu président des États-Unis. "Il y aura beaucoup de confrontation et de méfiance entre les États-Unis et la Chine, même si Biden devient président", a déclaré M. Bremmer.

 

J'ajouterai une autre nouvelle de ces derniers jours. La Turquie est en train de former activement la soi-disant Armée Turan. C'est ce qu'a récemment déclaré le ministre turc des affaires étrangères lors d'une visite à Astana (Kazakhstan). Le ministre turc de la guerre a effectué une visite officielle en Ouzbékistan, où il a signé un accord sur la coopération militaire et militaro-technique entre les deux pays. Contre qui cette armée turanienne va-t-elle se battre ? Naturellement, contre la Chine et la Russie. Se battre secrètement dans les régions islamiques de Chine (région autonome ouïghoure du Xinjiang) et en Russie. Et l'Asie centrale se transformera en provinces turques (provinces).

 

Ce qui précède nous permet de conclure que la "guerre froide" déclarée à la Chine se déroule à plein régime, malgré le fait de savoir qui gagnera les élections présidentielles aux États-Unis.

Mais à mon avis, la victoire de Biden deviendra plus dangereuse pour la Chine et la Russie. Tout d'abord, les Han devront affronter les Juifs orthodoxes (juifs), qui ont une grande expérience historique de la finance, comme une arme de conquête de l'espace mondial. Deuxièmement, il n'existe en fait aucune base juridique dissuasive dans la guerre financière, et les règles internationales du marché sont écrites et établies par les financiers du dollar eux-mêmes. Troisièmement, les deux groupes américains dans la guerre secrète (hybride) contre la Chine utiliseront toutes les possibilités, y compris les nouveaux types d'armes de destruction massive : information-psychologique, psychotronique, virologique, cybernétique et autres. Et les opérations ne seropar vidéoconférencent pas militaro-stratégiques, mais géopolitiques, c'est-à-dire qu'elles toucheront tous les domaines de la vie, tous les aspects de la vie des habitants du pays attaqué.

 

Les mêmes méthodes seront appliquées contre la Russie, mais il faut garder à l'esprit que la Russie a une puissante "cinquième colonne", qui exerce en fait le pouvoir sur le pays, ils sont de plus en plus proches des partisans de J. Biden, ses Américains n'ont qu'à les soutenir et les guider.

 

Leonid Ivashov

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Leonid Ivashov: L’économie du virus. Qu'est-ce qui attend la Russie ? (Partyadela, 25.11.2020)

13 Décembre 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Général Leonid Ivashov, #Politique, #Economie, #Russie, #Sciences

Leonid Ivashov: L’économie du virus. Qu'est-ce qui attend la Russie ?  (Partyadela, 25.11.2020)

Leonid Ivashov: L’économie du virus. Qu'est-ce qui attend la Russie ?

 

25.11.2020

 

https://partyadela.ru/blogs/ivashov-leonid/12260/

 

 

La place réelle de notre pays dans l'économie mondiale

 

Comme précédemment, le principal sujet d'actualité et d'activités du président et du gouvernement et de l'Assemblée fédérale en Russie est la lutte contre la pandémie de coronavirus pour la préservation de la santé de la nation et de sa composante démographique.

 

Du moins, c'est ce qui ressort des rapports officiels provenant de diverses sources d'information. Il est très difficile de croire en la sincérité des "soins" des autorités russes, qui depuis des décennies détruisent continuellement le système de santé en "optimisant" (réduisant) le système des institutions médicales. En même temps, les autorités ont motivé leurs actions par des considérations économiques, en transférant la médecine, la science et l'éducation dans la catégorie des services.

 

Mais aujourd'hui, dans la situation du virus, il semble que ce soit le contraire : les autorités sacrifient les considérations économiques au profit de la santé des citoyens. Ainsi, le 21 novembre, les chaînes de télévision russes ont déformé le discours sur la crise économique mondiale, la plus importante après la grande dépression. Et le risque de pauvreté et de chômage devrait être tout aussi important. Et ce sont les mesures antivirales qui ruinent l'économie - le chômage augmente rapidement, les petites et moyennes entreprises se désagrègent, la production industrielle s'arrête, les structures de gestion et les établissements d'enseignement sont transférés dans des endroits éloignés.

 

Dans le même temps, la charge fiscale des citoyens s'alourdit, et Chubais (si ce n'est de nuit) proclame que l'État ne doit traiter personne gratuitement. Il y a un certain malentendu, du moins en Russie.

 

Ou bien il y a autre chose de caché ici. Examinons la situation du virus et l'économie russe sous un autre angle.

 

Une commission du Congrès américain est chargée d'évaluer l'état du monde et des économies nationales. Le groupe sur la Russie et les autres pays de la CEI est dirigé par le Dr Girsh Khanin, un économiste de Saint-Pétersbourg bien connu dans les milieux économiques. Voici quelques évaluations de l'état du modèle économique russe.

Girsh Khanin (États-Unis) : Selon diverses estimations, plus de 80 % des grandes propriétés russes sont sous juridiction étrangère (y compris la plupart de la liste des entreprises stratégiques en Russie). Chaque année, 120 à 150 milliards de dollars sortent de l'économie russe, dont 70 à 80 milliards sont consacrés à l'économie russe. - C'est le flux d'argent. Le retrait de capitaux de Russie et le travail des sociétés par le biais de sites offshore privent l'économie russe de ces fonds, qui ne compensent pas les impôts sur le revenu des personnes physiques".

 

Fixons-nous ce fait : la base de la base économique de la Fédération de Russie est constituée d'entreprises de juridiction russe (Rosneft, Gazprom, NorNickel, Rusal, Sberbank, VTB, VEB), mais avec une grande part de propriété étrangère. Citons le dernier entretien avec l'éminent statisticien soviéto-russe V. V. Vassilievitch. M. Simchers.

 

Vasily Mikhailovich Simchera, ancien directeur de l'Institut de recherche statistique : "On vous dit que le volume de la croissance économique a chuté de 3,8% en 2015. Mais il convient ici de préciser et de distinguer dès le départ la croissance ou la diminution du volume des entreprises en Russie de deux formes juridiques différentes de propriété (juridictions). L'année dernière (ainsi que les trois précédentes), les volumes de production des entreprises de la juridiction russe ont tous diminué de 30 %, ce qui, dans la Russie moderne, représente à peine un tiers de son PIB total. Cependant, les volumes de PIB produits en Russie par les juridictions étrangères et offshore n'ont pas du tout diminué, mais au contraire, malgré la crise et les sanctions, ils ont même augmenté l'année dernière. Deux juridictions différentes, deux Russie, deux vecteurs de développement opposés".

 

Des données non moins "irisées" sur l'économie "croissante" de la Russie proviennent également d'autres sources. Seul le responsable russe de l'information essaie constamment de montrer que nous allons bien et que quelque part, c'est pire. Par exemple, en Ukraine. Ou en Afghanistan. Aujourd'hui, le rythme de développement des économies nationales et leur avenir sont déterminés par des technologies hautement innovantes et des produits à forte intensité de connaissances. La Russie, bien sûr, ne fait pas exception. Mais, contrairement aux promesses vantardes selon lesquelles notre économie est la cinquième du monde et qu'elle deviendra la quatrième, la situation est désastreuse.

 

Selon l'OCDE (Organisation internationale de coopération et de développement économiques), le chiffre d'affaires annuel du marché mondial des hautes technologies et des produits à forte intensité de connaissances est plusieurs fois supérieur à celui des matières premières, dont le pétrole, les produits pétroliers, le gaz et le bois, et s'élève à près de 3 000 milliards de dollars. Sur ce montant, les produits des pays représentent près de 3 000 milliards de dollars :

 

35 % - ÉTATS-UNIS

20% - Japon

13% - Allemagne

12% - Chine

5% - Corée du Sud

0,3% - RF

 

Ces dernières années, des spécialistes ont analysé la position du pays dans la division internationale du travail et de la production en se basant sur trois indices clés. Le premier est l'indice de compétitivité globale, un indice de la compétitivité mondiale. Selon ce classement, la Russie se situe à la 43e place dans le monde. Le deuxième indice est l'indice mondial de l'innovation. Ici, la Russie est à la 45e place. Le troisième indice est l'indicateur de complexité économique. Elle caractérise la mesure dans laquelle la structure de l'économie est diversifiée et son panier d'exportation est varié. La Russie est également classée 45ème dans cet indice. Ainsi, trois indices, calculés selon des méthodologies différentes à l'aide d'indicateurs de base différents, placent la Russie dans le tableau économique mondial des classements par environ 43-45 places. C'est un endroit humiliant, voire honteux, pour notre pays.

 

Le tableau n'est pas moins triste pour notre pays dans le domaine de la biotechnologie. C'est presque le marché mondial le plus en développement. Les produits de l'industrie biotechnologique, les nouveaux produits pharmaceutiques et la biologie synthétique connaissent un taux de croissance annuel moyen de 20 %. Actuellement, la capitalisation boursière de 25 entreprises leaders dans ce domaine est plus de 1,2 fois supérieure à la capitalisation de l'ensemble de l'économie russe. Et il y a 17 ans, aucune des 25 entreprises de premier plan portant le nom actuel n'existait. Au moins la moitié de ces entreprises occupent des postes clés chez les biophysiciens, biochimistes et bioinformaticiens russes, dont les talents n'ont pas été appliqués dans le pays.

 

Une autre situation triste pour la Fédération de Russie est en train d'émerger dans de nouvelles directions de la révolution industrielle non "remarquées" en Russie. Le coût moyen par unité de fonctionnalité des robots industriels a été multiplié par 25 en 6 ans - de 2009 à 2015. Pour les drones, le déclin a été de 142 fois en 6 ans,

Impression 3D - 400 fois en 6 ans, biotechnologie (décodage complet d'un ADN humain) - 10 000 fois en 6 ans,

coût de la production d'énergie solaire - 200 fois en 20 ans

et ainsi de suite.

 

Cela indique une accélération de la production et du temps scientifique. Dans le monde technologique, une année équivaut à 10 dans un monde "lent". Il nous semble seulement qu'une année dans notre pays et, disons, en Corée du Sud, c'est 365 jours. Dans un an, les pays de haute technologie auront le temps de survivre, cinq à sept ans en termes de développement scientifique et technologique.

 

Si le processus se poursuit, alors, non pas dans un avenir lointain, mais littéralement dans cinq ou sept ans, la différence entre le niveau technologique de notre pays et celui des pays menant la révolution industrielle pourrait être plus importante que la différence d'équipement des colonisateurs britanniques du XIXe siècle et des tribus zouloues. Revenons aux conclusions de Girsh Hanin : "Nous avons terminé le calcul complet de la dynamique des actifs immobilisés pour 1991-2015 avec une ventilation météorologique seulement cette année ... Le volume des actifs immobilisés en termes de valeur résiduelle (en tenant compte de la dépréciation) a presque diminué de moitié par rapport à 1991 - beaucoup plus que pendant la Grande Guerre patriotique. Alors que les statistiques de Rosstat montrent une croissance de 51%...

 

En 2010-2015, la récession économique est revenue (de 10 %), principalement en raison de la réduction des immobilisations alors que les réserves pour leur meilleure utilisation étaient épuisées.

 

Pour moi, l'inévitabilité d'une crise économique à long terme en Russie était déjà évidente au milieu des années 2000, précisément parce que je disposais de données sur la situation réelle... Je me sens ridicule et triste d'entendre maintenant les assurances d'un certain nombre de responsables gouvernementaux et d'éminents économistes sur la possibilité d'atteindre des taux de croissance annuels de 3-4 %, voire de 7-8 %. C'est la preuve de leur incompétence flagrante, inadmissible pour un économiste qualifié de faire aveuglément confiance aux statistiques officielles.

 

Exactement, on ne fait pas confiance aux statistiques officielles, surtout lorsque Rosstat a été transféré au ministère du développement économique afin d'améliorer les performances économiques (et la croissance démographique). Et aussitôt, l'économie a commencé à croître rapidement et l'espérance de vie a augmenté de façon spectaculaire. C'est pourquoi l'âge de la retraite a été relevé. Dans son interview à "Argumenty Nedeli" (septembre 2020), Vassily Mikhailovitch Simcher a déclaré qu'au cours des 30 dernières années, il n'avait pas entendu un seul mot véridique et un seul chiffre réel de la part des autorités russes et des statistiques officielles.

 

Leonid Ivashov

 

Traduit du russe par le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Leonid Ivashov: Adieu au cosmisme russe (Partyadela, 08.12.2020)

13 Décembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Général Leonid Ivashov, #Politique, #Russie, #Sciences

Leonid Ivashov: Adieu au cosmisme russe  (Partyadela, 08.12.2020)

Leonid Ivashov: Adieu au cosmisme russe

 

08.12.2020

 

https://partyadela.ru/blogs/ivashov-leonid/12370/

 

 

Qu'est-il arrivé à la science russe ?

 

"Au cours des derniers millénaires, l'influence de l'humanité civilisée sur la modification de la biosphère s'est fortement accrue. Sous l'influence de la pensée scientifique et du travail humain, la biosphère passe progressivement à un nouvel état, la noosphère. C'est un processus naturel qui se manifeste comme la loi de la nature". V.I. Vernadsky

 

"Nous ne pouvons plus rivaliser dans l'espace avec d'autres grandes puissances dans ce domaine". C'est à une si triste conclusion que le président de l'Académie des sciences de Russie, Alexander Sergeev, a apporté sa contribution mercredi à la session de la commission de l'éducation et de la science de la Douma d'Etat.

 

"Notre retard a un indice numérique: la science spatiale est financée 60 ( !) fois moins, que les projets scientifiques de la NASA. Les projets dans d'autres domaines scientifiques sont constamment sous-financés - en particulier, les délais pour la livraison d'accélérateurs avancés au niveau des "mégasites" sont constamment déplacés vers la droite. "Qu'est-ce qui nous amène là ? - a posé une question à Sergeev. - Peut-être devrions-nous abandonner complètement l'espace ?

 

C'est le verdict rendu par le président de l'Académie des sciences de Russie. Pas encore de réaction des autorités russes. Sauf pour le calme dans les médias. Seuls quelques canaux et agences ont été remarqués. Cela peut être considéré soit comme une information insignifiante, soit comme un ordre strict (dans notre pays très démocratique et libre) de garder le silence sur ce sujet.

 

Mais que signifie en réalité cette conclusion audacieuse et profonde du président de l'Académie des sciences de Russie, l'académicien A. Sergueïev, éminent scientifique et organisateur de la science ? La plus grande défaite de l'intellect national, si ce n'est la mort de la science en tant que telle. Car les réalisations et les technologies spatiales sont la principale évaluation du niveau intellectuel de l'État et de la société, l'état de la science dans son ensemble. Et une autre dimension de l'état du pays et de ses perspectives : le développement de toutes les sphères de l'économie, de la science, de l'éducation, de la culture sous l'influence du succès de l'exploration spatiale fait un bond et une transition vers une nouvelle phase de progrès, plus technologique et plus significative. L'histoire soviétique récente nous le montre.

 

Dans mon service, je me souviens que lorsque j'ai pris la décision de créer le système réutilisable de Bourane, tous les ministères et agences, y compris le ministère de l'agriculture et le ministère de l'agriculture, ont été chargés de soumettre leurs programmes pour considération pour l'utilisation dans les missions de vol de saturation dans le système spatial réutilisable, dans le but de développer l'économie, la science et l'éducation.

 

Et aujourd'hui, les principales compétitions sur les fronts de l'économie et des affaires militaires se déroulent dans un espace complètement différent, non pas géographique, mais intellectuel, comme l'a dit à plusieurs reprises le directeur général de l'Institut Kurchatov, M. V. Kovalchuk. Et dans ce domaine, la Russie est un leader absolu en ce qui concerne le taux de destruction de l'intellect national.

 

Cela semble presque apocalyptique, mais en même temps, hélas, absolument réel. La dynamique de dégradation de la Russie, de toutes ses sphères, rend cette version très proche de la réalité : nous sommes dégradés partout.

 

Lors de ces mêmes auditions, M. Nikonov, président de la commission de l'éducation et de la science, a déclaré que, à en juger par le seul nombre de scientifiques, la Russie est depuis longtemps un leader dans le monde scientifique.

 

"Aujourd'hui, il y a six fois plus de chercheurs en Chine qu'en Russie, deux fois plus aux États-Unis ! Bien que nous en ayons eu beaucoup plus avant", - a déclaré Nikonov.

 

Chaque année, seulement 1% de nos diplômés se dirigent vers les sciences. Mais Nikonov, le représentant de Russie Unie au pouvoir (comme ils se nomment eux-mêmes), oublie que lui et ses collègues "au pouvoir" en sont les principaux responsables, en tant que législateur. Et ils portent (et doivent porter) la stricte responsabilité de l'état de l'intellect du pays, puisqu'ils légifèrent sur le développement de diverses sphères et industries, approuvent le budget pour ce développement, approuvent le gouvernement et écoutent les rapports sur les activités des structures du pouvoir exécutif. Et ils sont toujours approuvés.

 

Même l'activité de Serdyukov en tant que ministre de la défense, qui détruit les forces armées et l'industrie de la défense, a été approuvée et soutenue. Demain, ils applaudiront D. Rogozin, qui détruit l'espace russe. Et donc, pour gagner les points élus, Nikonov se plaint du mauvais état de la science, de l'éducation et de l'intellect en général. Cependant, il est rusé avec les chiffres, parlant de la réticence des diplômés universitaires à se lancer dans les sciences (seulement un pour cent). Il ne s'agit pas de la réticence des étudiants à se lancer dans les sciences, mais de ces conditions sauvages de l'activité scientifique, en particulier pour les jeunes chercheurs. Voici les coûts financiers sans cesse croissants (c'est particulièrement difficile pour les étudiants et les diplômés de troisième cycle), les exigences des publications dans les publications étrangères (pour sélectionner les futurs chercheurs pour les États-Unis et augmenter la charge financière), la fermeture de nombreux conseils de thèse, et d'autres idioties.

 

J'enseigne depuis 18 ans maintenant et je constate qu'un jeune adulte scientifique est régulièrement « tué ». Plusieurs étudiants ont défendu leur doctorat sous ma supervision scientifique au cours des dix premières années, mais ensuite le conseil de thèse a été fermé, ils dont dû aller dans d'autres universités et institutions de recherche, où, bien sûr, ils n’étaient pas attendus. Mais même après avoir défendu de nouveaux candidats, pratiquement personne n'est capable d'obtenir un emploi en Russie pour un candidat. Et dans l'ensemble, la science n'est pas la bienvenue en Russie, même académique.

 

Un coup particulièrement puissant a été porté à l'intellect de la nation par la reconversion de l'éducation et, par conséquent, de la science dans le secteur des services (grâce aux "Chubais" et aux "Grefs"). En d'autres termes, il était assimilé à une blanchisserie et à un atelier de réparation de bouilloires. Et là, les candidats scientifiques ne sont pas nécessaires.

 

Mais retournons dans l'espace. Cette sphère est peut-être la plus technologique, la plus complexe et la plus riche en connaissances. Et après tout seulement en Russie et nulle part ailleurs, il est géré ces dernières années (après le retrait de l'espace du vrai scientifique et du concepteur du Lopota) par des gestionnaires et des journalistes, en éliminant systématiquement les professionnels. Les comités de la Douma d'État et du Conseil de la Fédération sont également dirigés par les mêmes personnes. Au fait, tous les membres de Russie Unie. Et que pouvons-nous attendre d'eux ? Ils croient aveuglément à la grande explosion de la naissance de l'univers et espèrent qu'ils auront aussi de la chance par hasard. De plus, comme d'habitude, les personnes les plus stupides croient en leur génie : qu'elles feront mieux que S.P. Korolev, V.P. Glushko, G.E. Lozino-Lozinsky et d'autres. Par conséquent, pas de chance : cela n'a pas eu lieu, et le génie ne s'est manifesté qu'en volant de l'argent et en vendant les restes des réalisations scientifiques et technologiques soviétiques.

 

Pourquoi cela se produit-il ? Il semble qu'en 2012, le président Vladimir Poutine ait publié un décret visant à rétablir le niveau de financement de la science à 1,77 PIB d'ici 2015. Mais, hélas, il n'a pas été mis en œuvre même en 2020. Ce niveau est toujours de 1,1 % du PIB. Mais Poutine n'est que le successeur d'Eltsine et de Gorbatchev, qui ont systématiquement détruit le cosmos russe en tant qu'essence cosmique-planétaire de la Russie. Gorbatchev a arrêté et fait dérailler les plus grandes réalisations de l'humanité, que ni les États-Unis ni la Chine n'ont encore approché : le système Bourane Energie, puis le vol et l'atterrissage parfait en mode automatique du système réutilisable Bourane, cette version de la plus haute intelligence artificielle sous contrôle humain. Mais Gorbatchev n'a pas été impressionné : il a dit que nous n'en avions pas besoin. L'essentiel est de nourrir le pays.

 

En conséquence, aujourd'hui, il n'y a plus de place, mais la moitié du pays est affamée  et alcoolique - le président de la Fédération de Russie a en général détruit tout ce qui avait trait à l'URSS. Avec le tir sur le Soviet suprême, il a tiré sur le cosmos russe. C'était l'ordre, venu d'en haut, des États-Unis, qu'il a juré au Congrès américain. Et Rogozine, comme rapporté récemment sur Facebook, a mené à bien une opération brillante : il a vendu le dernier échantillon de "Bourane", pour ne pas rappeler le cosmos soviétique. La fin de l'ère cosmique, mais invariablement la fin de la Russie suivra.

 

Car, nous sommes totalement dépendants de nos "amis" à l'Ouest et à l'Est, et nous prierons en larmes l'Inde ou le Brésil, ou peut-être même un pays africain, de mettre en orbite notre satellite de communication, de navigation, de météo, car les "amis et compagnons d'armes" dans l'espace seront maintenus sous sanctions ou "piège" : prix exorbitants, conditions politiques et nominations de personnel.

 

Ou alors, à un moment donné, nous serons déconnectés de tout ce qui est étranger. Et la population, et surtout les structures du pouvoir, se dégraderont mentalement et physiquement à une vitesse astronomique. Nous serons sans défense, comme l'Arménie au Karabakh, face à plusieurs dizaines de frappes de drones.

 

"L'objectif du développement historique de la société est son développement durable en tant que processus chronologique de satisfaction des besoins des générations actuelles et futures. ... Le développement n'est pas durable s'il n'est pas chronologiquement enchaînable. Ici, les conditions du développement sont réunies dans le présent, mais les conditions du maintien du taux de croissance ininterrompu de l'efficacité intellectuelle dans le futur ne sont pas réunies... L'analyse historique montre que la conséquence d'un développement non durable est la stagnation du système social avec sa dégradation et sa mort ultérieures".

 

(Kuznetsov O.L., Kuznetsov P.G., Bolshakov B.E. Synthèse des connaissances interdisciplinaires et du développement durable dans le système espace-temps. М., 2018. С. 139).

 

Leonid Ivashov

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

(...) "La Russie estime nécessaire de commencer immédiatement les travaux de conception d'une nouvelle station spatiale afin de remplacer l'ISS vieillissante. Elle envisage également la construction d'un nouveau vaisseau spatial habité. Selon Dmitry Rogozine, le directeur général de l'agence spatiale russe Roscosmos, la Russie prévoit de créer une nouvelle station spatiale orbitale ainsi qu'un vaisseau spatial habité et muni d'ailes. Lors d'une interview à la radio Komsomolskaïa Pravda, il a expliqué que la Station spatiale internationale (ISS) devrait fonctionner encore pendant 7 à 10 ans et que, en tant que leader mondial de l'industrie spatiale, la Russie devait être à l'avant-garde de tout ce qui va suivre." (...)

En savoir plus sur RT France : https://francais.rt.com/international/75386-russie-souhaite-remplacer-iss-empecher-privatisation-lune

Lire la suite

Leonid Ivashov: Bonjour, les armes ! (Partyadela, 30.10.2020)

13 Décembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Général Leonid Ivashov, #Iran, #Guerre, #Russie, #USA

Leonid Ivashov: Bonjour, les armes !  (Partyadela, 30.10.2020)

Leonid Ivashov: Bonjour, les armes !

 

30.10.2020

 

https://partyadela.ru/blogs/ivashov-leonid/12102/

 

 

L'embargo international sur les armes à destination de l'Iran a expiré

 

L'embargo international sur les armes imposé à l'Iran en 2015 a expiré le 18 octobre. Selon l'accord nucléaire, un groupe de puissances mondiales - la Chine, la France, la Russie, la Grande-Bretagne, les États-Unis et l'Allemagne - a assoupli les sanctions contre l'Iran en échange d'une limitation de ses activités nucléaires. En août 2020, les États-Unis ont soumis à l'ONU un projet de résolution visant à prolonger l'embargo sur les armes, mais il n'a pas été adopté.

 

"Maintenant, nous pouvons vendre des armes à qui nous voulons et acheter à qui nous voulons. Nous félicitons le cher peuple d'Iran et lui envoyons la bonne nouvelle que 10 années d'embargo sévère ont pris fin", a déclaré le président de la République islamique d'Iran, Hassan Rohani.

 

Je ne me souviens pas que les Américains aient subi une telle défaite. La seule microscopique République dominicaine les a soutenus lors du vote à l'ONU. 11 membres du Conseil de sécurité se sont abstenus. Et les principaux alliés des États-Unis au sein de l'OTAN - la Grande-Bretagne, la France et l'Allemagne - ont voté "contre", et ont mis les États-Unis à leur place de manière plutôt rigide.

 

À quelques exceptions près, l'Iran est en mesure d'acheter des armes conventionnelles. Et maintenant, nous avons la possibilité de coopérer avec lui dans ce domaine. D'autant plus que l'Iran a déjà laissé entendre son intention de nous acheter des chasseurs lourds modernes tels que le "Su". Téhéran a également besoin de nos chars modernes et de notre défense aérienne. Les armes maritimes et terrestres suscitent un intérêt.

 

Mais ce n'est pas aussi simple que nous le voudrions. Notre relation avec l'Iran n'est pas parfaite. Tout d'abord, en 2015, nous avons voté des sanctions contre l'Iran. Deuxièmement, malgré le fait qu'en Syrie nous avons agi conjointement et de concert avec Téhéran, en réalité nous nous sommes éloignés de notre position initiale - personne ne devrait être présent illégalement sur le territoire et dans l'espace aérien de la Syrie, et nous avons autorisé la présence d'Américains et de Turcs. De plus, ces derniers ont occupé une grande partie du territoire syrien, où ils se battent avec les Kurdes, tiennent leurs unités militantes, etc. En outre, Israël jouit d'une quasi-impunité pour les frappes contre les forces iraniennes et pro-iraniennes en Syrie. Nos propres moyens de défense aérienne n'ont même jamais tiré sur des cibles israéliennes. Dans ces domaines, nos positions diffèrent de celles de l'Iran.

 

En outre, la Russie n'est malheureusement pas un partenaire militaire très fiable. Tout d'abord, nous avons déjà refusé de vendre des systèmes S-300 et S-400 à Téhéran, les donnant aux Turcs. Le contrat était déjà prêt, mais tout a été annulé au dernier moment. Les Iraniens ont donc des doutes tout à fait raisonnables. Téhéran a également regardé nos relations avec les Turcs avec un peu de jalousie. Et si au Moyen-Orient, nos relations alliées avec la Syrie étaient clairement définies, nous nous sommes néanmoins précipités entre Ankara et Téhéran. Cela non plus ne donne pas confiance aux dirigeants iraniens dans la fiabilité de nos approvisionnements.

 

Nous devons également nous rappeler que les Iraniens sont des négociateurs très difficiles. J'ai négocié avec Téhéran. Il y a là un système de prise de décision à plusieurs niveaux, qui inclut également l'élite spirituelle. L'Iran dispose d'un organe spécial, le Conseil de complaisance, dominé par des religieux, qui détermine s'il est souhaitable de conclure un accord ou seulement pour le moment. Je le répète : l'Iran est un négociateur difficile, mais si un accord est conclu, c'est votre partenaire fiable. Ils ne se retirent pas de l'accord et ne rejettent personne au dernier moment.

 

Tout cela a conduit à une certaine tension, qui pourrait avoir pour conséquence que la Chine, et non la Russie, tire tous les bénéfices d'éventuelles exportations d'armes vers l'Iran. Et il est fort probable que ce soit le cas.

 

La Chine est en train de devenir le principal partenaire de l'Iran. Pékin et Téhéran ont déjà derrière eux un programme stratégique de coopération de 25 ans dans la sphère du pouvoir, et maintenant un nouveau pacte de coopération entre Pékin et Téhéran est en cours d'élaboration. Il s'agit de l'accord multispectral le plus puissant pour plus de 400 milliards de dollars, et ce projet à long terme est plus intéressant pour l'Iran que les propositions russes. En outre, la Chine achète des licences de production d'armes à la Russie et nous copie même. Ils disposent déjà d'assez bons chars, d'installations de défense aérienne, etc., bien qu'ils soient inférieurs aux nôtres. Pékin fermera certainement les yeux sur le programme nucléaire iranien. La Chine investit massivement dans les infrastructures iraniennes, principalement dans l'énergie des hydrocarbures. Naturellement, l'Iran va payer en achetant des armes chinoises.

La question peut se poser : tout cela ne va-t-il pas conduire à une aggravation de la situation et à des confrontations militaires ouvertes ? Après tout, tant Israël que l'Arabie Saoudite ne sont pas intéressés par la nouvelle situation de l'Iran. Il y a des spéculations : ne vont-ils pas maintenant essayer de provoquer une action militaire afin d'empêcher l'Iran de se réarmer ? Premièrement, elle ne s'est pas encore réarmée et, deuxièmement, elle n'a pas encore lancé de programme de fourniture d'armes aux forces anti-israéliennes au Moyen-Orient, dont elles parlent ouvertement.

 

À mon avis, la question de savoir s'ils vont essayer ou non n'en vaut même pas la peine. Si les chefs des services de sécurité d'Arabie Saoudite, et surtout d'Israël, n'essaient pas, ils seront simplement expulsés de leurs postes - après tout, c'est leur principale tâche maintenant. Il est évident qu'ils feront beaucoup pour le programme nucléaire iranien, en particulier pour Israël. Il y aura certainement des sabotages, comme en juillet, lors de l'attaque du centre nucléaire iranien de Natanz, et des tentatives de provoquer un conflit entre l'Arabie saoudite et l'Iran, comme dans le cas des drones inconnus qui ont attaqué des terminaux saoudiens. Tout cela va arriver. Et l'Iran se retrouve face à la question suivante : la Chine se comportera-t-elle alors de manière plus décisive que la Russie ? Et si la guerre est déclarée ? C'est-à-dire que l'Iran est confronté à un choix, ici aussi. La réponse à la question de savoir si les Iraniens vont acheter nos armes est donc ambiguë.Il y aura certainement quelque chose. Mais il n'est pas nécessaire d'espérer que l'Iran va maintenant se précipiter et, à toutes conditions, acheter des armes auprès de nous.. Téhéran est très prudent dans ces domaines.

 

Leonid Ivashov

 

Source : journal "Zavtra".

 

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Leonid Ivahov: La guerre entre les États-Unis et la Chine : le rapport de force (Partyadela, 21.10.2020)

13 Décembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Général Leonid Ivashov, #Guerre, #Chine, #Politique, #Russie, #Iran, #Amérique du sud, #USA

Leonid Ivahov: La guerre entre les États-Unis et la Chine : le rapport de force  (Partyadela, 21.10.2020)

Leonid Ivahov: La guerre entre les États-Unis et la Chine : le rapport de force

 

21.10.2020

 

https://partyadela.ru/blogs/ivashov-leonid/12032/

 

Pour la première fois dans l'histoire, les relations entre les États-Unis et la Chine ont atteint un nouveau niveau très dangereux.

Le 24 juillet, le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a officiellement déclaré la "Deuxième Guerre froide" à la Chine. Il s'est prononcé très fermement contre "l'ennemi froid", faisant du Parti communiste chinois la principale cible de ses accusations.

 

Il s'agit du prochain cycle de relations entre les États-Unis et la Chine après la guerre commerciale qui a été lancée plus tôt par les États-Unis. Cela signifie que la confrontation acquiert une nouvelle qualité : en Amérique, ils considèrent la Chine non seulement comme un concurrent économique, mais aussi comme un adversaire idéologique du monde capitaliste, dont ils sont les leaders.

 

Les États-Unis répètent pratiquement la stratégie politique de G. Truman, qui a lancé après la Seconde Guerre mondiale la doctrine de l'endiguement du communisme, qui s'est ensuite transformée en doctrine de rejet du communisme d'Eisenhower et s'est terminée par la doctrine de destruction du communisme de Reagan.

 

Les initiatives américaines auraient pu s'expliquer par la rigidité de la course électorale de Trump et Biden, mais les actions des partis montrent qu'il ne s'agit pas seulement de l'élection présidentielle. La guerre commerciale a également été assez dure et la Chine a très bien réagi aux mesures de sanctions imposées par les États-Unis aux producteurs et investisseurs locaux. Aucun des deux camps n'a obtenu de supériorité dans la guerre commerciale, les deux économies ont souffert et un cessez-le-feu a été déclaré.

 

Nous voyons maintenant les parties au conflit rassembler leurs forces, former des alliances et des coalitions militaires. Ces circonstances augmentent sérieusement le risque d'une guerre chaude. Les États-Unis établissent une présence militaire près des eaux de la Chine, provoquant des incidents et alimentant les conflits entre la Chine et ses voisins.

 

La vieille technique américaine n'est pas de créer et de participer au conflit lui-même, mais de le faire par l’intermédiaire de ses satellites. Récemment, par exemple, Taïwan a abattu le dernier avion de chasse chinois Su-35, qui aurait violé l'espace aérien de Taïwan. Le pilote a été fait prisonnier. Taïwan n'avait jamais permis qu'une telle chose se produise auparavant.

 

La Chine, guidée par une sagesse ancienne : "ne fais jamais ce que ton ennemi veut", s'est limitée à une note de protestation. Les destroyers américains ont commencé à passer par le détroit de Taïwan, les Chinois ont protesté. Il y a eu des affrontements entre les militaires indiens et chinois dans les zones frontalières de conflit, les Chinois ont insisté sur une trêve. Tout cela souligne la réticence de Pékin à s'engager dans une guerre avec l'Amérique.

 

Dans le même temps, la Chine prend fortement le pas sur les intérêts économiques et politiques des États-Unis, ainsi que sur les communications et les technologies mondiales. Et les Américains comprennent clairement que leur leadership prendra fin bientôt si le dragon chinois n'est pas arrêté. Avec la fin du leadership, l'ère de la domination du dollar et de l'existence des États-Unis en tant qu'État pourrait prendre fin.

 

Mais jusqu'où l'élite américaine est-elle prête à aller pour tenter d'arrêter la Chine ? Eh bien, ce n'est pas encore clair. Premièrement, parce que la classe dirigeante aux États-Unis est très hétérogène. Il est important pour les propriétaires de capitaux financiers de préserver le dollar, et non le pays. A tout prix, même la perte du leadership américain. Biden dit déjà qu'il va retrouver de bonnes relations avec Pékin lorsqu'il sera président. Pour les partisans de Trump, la devise est "L'Amérique d'abord".

 

Quelles sont les mesures pratiques que les parties au conflit hybride prennent en dehors de ce qui précède ? Je mettrais la mobilisation de leurs propres forces et de celles de leurs alliés au premier plan. Les États forment rapidement une nouvelle configuration de l'alliance (de civilisation) anglo-saxonne, qui comprend le Canada, la Grande-Bretagne, l'Australie, la Nouvelle-Zélande et Israël. En outre, une alliance militaire est prévue - les États-Unis, l'Inde, le Japon, la Corée du Sud (OTAN de l'Est). Une tentative de création d'une "mini-OTAN du Moyen-Orient" dirigée par l'Arabie saoudite s'intensifie. Dans le même temps, Washington déploie l'opposition chinoise interne à Hong Kong (les services de renseignements britanniques y travaillent), dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang (la Turquie est responsable de cette région), dans certaines provinces du sud de la Chine (internationale financière et CIA). Le Département d'État américain forme un mouvement dissident contre le Parti communiste de Chine et le régime communiste.

 

La Chine, à son tour, est responsable des actions des États-Unis. D'abord, elle mobilise ses diasporas en Amérique, en Europe et en Asie du Sud-Est. Elle intensifie son travail en Amérique latine et nous pouvons nous attendre bientôt à une montée du sentiment anti-américain dans la région, qui affectera sans aucun doute le comportement des Latino-Américains aux États-Unis mêmes. Une étape importante est la promotion du "pacte de coopération" avec l'Iran, auquel Pékin a alloué plus de 400 milliards de dollars. Des investissements importants seront consacrés au développement des infrastructures (y compris militaro-stratégiques) et à l'énergie. Pour l'instant, l'Iran refuse une présence militaire chinoise sur son territoire et transfère une de ses îles à la Chine. Mais la Chine obtient un accès direct au golfe Persique, ainsi que des relations spéciales avec la Syrie et l'Irak et un moyen de pression sur la Turquie et l'Arabie Saoudite (alliés des Etats-Unis).

 

Il convient d'ajouter qu'il y a quelques jours, lors d'une visite dans la province de Guangdu, dans le sud de la Chine, le chef de la Chine, s'adressant aux militaires, a déclaré qu'il est aujourd'hui nécessaire "de concentrer toutes les pensées et les forces sur la préparation de la guerre et la garantie d'un état d'alerte élevé. D. Trump et M. Pompeo ne sont pas non plus timides en termes forts.

 

Si l'on parle de l'aspect économique de la guerre hybride mondiale, la Chine surpasse sérieusement les États-Unis en termes de rythme de développement et de volume de ses activités scientifiques et de production. En ce qui concerne la production d'acier, la Chine dépasse les États-Unis à 11 reprises (le volume mondial de production est de 1,8 milliard de tonnes, la Chine de 1 milliard - 54 %, les États-Unis de 87,9 millions de tonnes), l'énergie électrique - Chine 7504,9 terawat/heure ou 28 % de la production mondiale, les États-Unis - 4401, 3. Ciment : Chine - 2,323 milliards de tonnes, États-Unis - 0,085. En retard à 27 reprises. Machines : Chine - 30 % de la production mondiale, États-Unis - moins de 6 %.

 

La Chine contrôle la production et l'offre mondiales de terres rares - 71 % et 78 %, respectivement, du volume mondial. La Chine investit plus dans l'éducation et la science que tout autre pays au monde. Même aux États-Unis, plus d'un tiers des étudiants étrangers sont chinois. La Chine a plus que doublé le nombre de chercheurs par rapport aux États-Unis, ainsi que le nombre de brevets.

 

Quant au ratio "soft power" (qui sera probablement le principal calibre dans la prochaine guerre hybride), la Chine est au moins aussi bonne que l'Amérique. Il y a deux mille cinq cents ans, les Chinois avaient une théorie bien établie d'une telle guerre. Le grand Sun Tzu en était l'auteur. Voici quelques-unes de ses thèses : "La guerre est un chemin continu de ruse" ; "Cinquante fois pour s'engager dans une bataille et cinquante fois pour gagner, ce n'est pas une victoire. Se battre cent fois et gagner cent fois n'est pas une victoire. Gagner sans s'engager dans une bataille est une victoire".

 

Le monde est donc à la veille d'une grande bataille. Mais la question se pose, où se trouve la Russie dans cette guerre, quel est son rôle et de quel côté est-elle ? Aucune des deux parties ne nous appelle des alliés, nous sommes très peu fiables. Les Américains se contentent de susciter une série de conflits le long du périmètre des frontières de la Fédération de Russie - l'Ukraine, le Caucase, la Biélorussie, l'Asie centrale, la Moldavie est la suivante, les conflits internes. Ils bloquent l'approvisionnement de l'Europe en gaz et en pétrole et renforcent les sanctions. La Chine nous considère comme une logistique et une installation de production militaire. Et comment allons-nous aider la Chine ? Les armes nucléaires ne comptent pas, elles ne seront pas utilisées dans une guerre hybride, et nous n'avons pas d'autres moyens importants, ni d'alliés (le bataillon arménien et la compagnie kirghize affectés à l'OTSC - pas une force, mais seulement un symbole). Il est triste que l'Inde et l'Iran aient perdu. Ils étaient de véritables alliés. Mais la brutale tromperie de l'Inde pour lui fournir un porte-avions comme navire amiral de la marine indienne et son refus de produire conjointement des moyens modernes de lutte armée, ont fait leur part : l'Inde est partie en Amérique. L'Iran a été plus d'une fois rejeté et le Conseil de sécurité des Nations unies a voté les sanctions américaines contre Téhéran, a refusé (à la demande d'Israël) de fournir des complexes de défense aérienne S-400 et d'autres armes défensives, a refusé, dans le cadre d'actions conjointes visant à protéger la Syrie, le principe de l'intégrité territoriale, a permis aux Américains et aux Turcs d'occuper une partie du territoire syrien et a permis à Israël de bombarder librement les installations syriennes.

 

Ce n'est pas un adieu en géopolitique.

 

Leonid Ivashov

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Vladimir Ovchinsky. USA : les chocs ne sont pas annulés. (Club d'Izborsk, 13 décembre 2020)

13 Décembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Politique, #Russie, #USA

Vladimir Ovchinsky. USA : les chocs ne sont pas annulés.  (Club d'Izborsk, 13 décembre 2020)

Vladimir Ovchinsky. USA : les chocs ne sont pas annulés.

 

13 décembre 2020

 

https://izborsk-club.ru/20367

 

 

Le pari de Trump sur la Cour suprême dans la lutte pour les résultats de l'élection présidentielle américaine n'a pas fonctionné. Le tribunal a essentiellement donné la victoire à Biden par sa décision, malgré la fraude et les falsifications flagrantes et massives pendant le vote, commises par les démocrates et documentées par les républicains.

 

 

La Cour suprême des États-Unis, rejetant le procès du procureur général de l'État du Texas pour violation des règles électorales, a refusé de veiller au respect des normes de la constitution du pays. Cette conclusion a été faite par la porte-parole de la Maison Blanche Kaylie McInani sur Fox News le 11 décembre.

 

"Ils ont esquivé, ou vous ne pouvez pas le dire. "Ils se sont infiltrés avec des questions de procédure. Et ils ont refusé d'utiliser le pouvoir qui leur est donné pour faire respecter la constitution", a-t-elle déclaré, commentant la décision de la Cour suprême. Selon le porte-parole de la Maison Blanche, les républicains ont démontré qu'il y avait des "violations flagrantes", mais cela "a été ignoré".

 

Mme McInani a concentré sa déclaration sur le fait que le procès a été rejeté uniquement au motif que le Texas ne pouvait pas légalement justifier son intérêt dans la manière dont les élections se déroulaient dans d'autres États, mais les juges n'ont pas évalué le fond des demandes. "Aucun de ces juges n'a exprimé d'opinion sur les faits entourant cette affaire", a déclaré la porte-parole de la Maison Blanche. Elle a souligné que le procès contenait des informations sur des irrégularités systématiques de vote. "Ces faits sont toujours disponibles", a-t-elle souligné.

 

La situation absolument folle avec les élections présidentielles en 2020 et la décision du 11 décembre de la Cour suprême sera jugée pendant de nombreuses décennies par des avocats, des politologues, des sociologues, des historiens, sera incluse dans des manuels et des monographies.

 

Il est déjà clair que les universitaires démocrates écriront que la Cour suprême a pris "la seule bonne décision" pour "ne pas causer de choc en Amérique". Mais les Américains pourront-ils éviter ces chocs ?

 

La porte-parole de la Maison Blanche a rappelé que les résultats d'un récent sondage d'opinion indiquent que de nombreux républicains sont confiants dans la victoire de l'actuel président américain, Donald Trump.

 

En Amérique, parmi les partisans de Trump, il y a déjà des appels officiels pour introduire la loi martiale et annuler l'inauguration de Biden. L'occasion est appelée une possible guerre avec l'Iran. Mais, une telle guerre n'est possible qu'avec Israël. Et en Israël même, il y a un grave conflit politique (double pouvoir réel), non moins grave qu'aux États-Unis. Dans cette situation, une guerre ne peut commencer qu'avec une véritable attaque de l'ennemi.

 

Par conséquent, il n'y a pratiquement plus aucune chance d'empêcher la présidence de Biden.

 

Mais Trump a également une stratégie pour un tel développement. Le 45e président américain peut s'envoler de la Maison Blanche en hélicoptère le jour de l'investiture de Joe Biden, rapporte le portail Axios, citant des sources.

 

Selon le journal, après cela, Trump passera à un avion d'Air Force One et se rendra à un rassemblement politique en Floride, où il s'adressera à ses partisans. L'auteur appelle le plan du président "un grand final, comme dans le film".

 

Il est à noter qu'en Floride, Trump pourrait annoncer son intention de se présenter à nouveau à la présidence en 2024.

 

Le portail estime que le fait de quitter la pelouse de la Maison Blanche permettra à M. Trump d'éviter les "protestations", "l'échange de courtoisies" avec le futur président Biden, ainsi que de rester à la Maison Blanche, tandis que son adversaire prêtera serment.

 

Le quartier général de Trump a refusé de commenter ce fait. "Lorsque le président Trump aura une déclaration de ses plans pour le 20 janvier, il vous le fera savoir", a déclaré le porte-parole de la Maison Blanche, Judd Deer.

 

On peut prédire que c'est en Floride que Trump proclamera une "nouvelle campagne de la Maison Blanche". Et ceci, tout d'abord, peut suggérer le début de la préparation de la mise en accusation de Biden pour l'organisation de crimes contre les élections.

 

Vladimir Ovchinsky

 

Vladimir Semenovich Ovchinsky (né en 1955) - criminologue russe bien connu, général de police à la retraite, docteur en droit. Il est un avocat honoré de la Fédération de Russie. Ancien chef du bureau russe d'Interpol. Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Vladimir Ovchinsky. USA : les chocs ne sont pas annulés.  (Club d'Izborsk, 13 décembre 2020)
Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>