Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Valery Korovin : En laisse

26 Janvier 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Europe, #Guerre, #Politique, #Russie, #USA

Valery Korovin : En laisse

Valery Korovin : En laisse

 

26 janvier 2021

 

https://izborsk-club.ru/20571

 

 

Le fait que le nouveau président américain Joe Biden s'engagera dans la voie du déni total de tout ce que son prédécesseur Donald Trump a fait était clair dès le départ. En fait, en tant que candidat, il a été choisi dans la direction opposée.

 

Dès la première heure de sa présidence, Biden a littéralement renversé plusieurs des décisions symboliques de Trump. Trump construisait un mur - Biden démolit le mur. Trump a réduit le flux d'immigrants - Biden l'a rendu aussi large que possible. Seulement 15 décisions anti-Trump à la fois (les voilà, les approches conciliantes des démocrates promettant de rallier la nation).

 

En suivant cette logique, on peut également prévoir les actions futures de Biden. La question des relations entre Biden et l'OTAN, en particulier l'attitude à l'égard du projet d'armée européenne que le président français Emmanuel Macron s'est empressé de présenter ces deux dernières années, est particulièrement intéressante pour tout le monde.

 

Il n'était pas difficile de prévoir que Biden allait essayer de donner un nouveau souffle à l'OTAN. Déjà pendant sa campagne électorale, Joe avait déclaré que les États-Unis devaient maintenir l'unité de l'OTAN afin d'affronter la Russie en Europe de l'Est. Il aurait dit quelque chose de différent, étant donné que M. Trump a passé les quatre années de sa présidence à essayer de mettre en doute l'opportunité de l'existence de l'OTAN.

 

Il n'est pas surprenant non plus que la motivation de Biden pour tenter de ressusciter l'OTAN soit de s'opposer à la Russie. Après tout, Trump, qui le détestait, appelait à "s'entendre avec la Russie", et l'affaiblissement et la poursuite de l'élimination de l'OTAN ne ferait que favoriser cet objectif. Lors d'un débat télévisé des candidats démocrates à la présidence au St. Anselm's College de Manchester, Biden a lancé un avertissement sans équivoque : "L'OTAN va se désintégrer si nous ne vainquons pas Trump." Nous avons gagné (comment est-ce une autre question). Ainsi, jusqu'à ce qu'il s'effondre, il grincera encore un peu.

 

En fait, l'antipathie de Trump pour l'OTAN a déjà donné lieu à des discussions dans les couloirs de l'UE sur la création de sa propre armée européenne. Seul le jeune et invaincu président français Emmanuel Macron a osé exprimer une décision aussi audacieuse, mais le fait que l'idée ait été soutenue par de nombreux autres hommes politiques européens a été indirectement confirmé plus d'une fois.

 

L'Europe en a assez de la tutelle américaine, et il devient de plus en plus difficile de la cacher.

 

La dirigeante allemande Angela Merkel ne cache guère son irritation chaque fois qu'elle doit commenter une autre initiative de rêveurs étrangers. L'un d'eux lutte contre le gazoduc russe. Un autre est sur le point de lutter contre l'influence russe en Europe, dit-il : "L'OTAN a de réels problèmes. Nous avons besoin de l'OTAN non seulement pour la sécurité, mais aussi pour empêcher la Russie d'accroître son influence en Europe de l'Est. Et si l'influence russe en Europe est difficile à trouver, l'influence américaine en Europe rend déjà l'Europe malade.

 

Est-ce une blague : "30 bataillons mécanisés, 30 navires de guerre, 30 avions de l'OTAN et 30 jours". C'est le plan américain pour l'Europe, qui vise à dissuader la Russie. Et Sleepy Joe va le mettre en œuvre dès 2022. Qu'en pensent les Européens ? Ils n'ont pas été interrogés à ce sujet depuis l'occupation américaine de l'Europe en 1945.

 

Et si quelqu'un en Europe a sérieusement l'intention de créer sa propre armée, indépendante de l'armée américaine et européenne, il devra restreindre l'armée américaine dans l'UE. En d'autres termes, l'Europe sera empêchée de faire preuve d'un zèle excessif pour l'indépendance et la souveraineté. Étant donné le manque d'influence de la Russie non seulement sur l'Europe, mais aussi ses aspirations dans ce sens, il est nécessaire de préserver l'OTAN - pour empêcher même la pensée de sa propre armée européenne.

 

Le secrétaire général de l'Alliance de l'Atlantique Nord, Jens Stoltenberg, a déclaré de manière générale que l'Union européenne ne pouvait pas faire face à la tâche d'assurer la sécurité des frontières européennes, et qu'elle avait donc besoin de l'aide militaire des États-Unis. En d'autres termes, cet invalide européen, Stoltenberg en est sûr, ne se passera pas des béquilles de l'OTAN. Comment peut-il le faire sans l'aide des États-Unis !

 

Et pour s'assurer que personne ne doute de la nécessité d'une telle protection de l'Europe contre l'OTAN, les jeunes membres de l'OTAN - une sorte de légionnaires de l'ancien bloc soviétique - sont affectés à l'intimidation constante de la Russie. Il est fait de telle manière que son rugissement de réponse maintient les Européens raffinés dans une peur constante. Quand ils l'entendent, ils sont impatients de payer pour la présence militaire américaine. C'est-à-dire : "Comme c'est gentil ! Nous les retenons ici, et ils paient aussi eux-mêmes". - Stoltenberg et Biden font un clin d'œil.

 

Et pourtant, cet alignement de la politique américaine en Europe - de la part des détracteurs de Trump - ne serait pas la règle s'il n'y avait pas d'exception. En une chose, ils ont convergé. Trump et Biden réclament tous deux de l'argent aux Européens pour l'OTAN. Alors que Stoltenberg suggère d'augmenter les dépenses militaires pour l'OTAN afin de dissuader l'agression russe, Biden suggère de le faire de plus en plus aux dépens des pays de l'UE.

 

Oui, Trump a également demandé une augmentation des allocations de l'OTAN, pour les porter aux 2 % du PIB souhaités. Cependant, les motivations et les intentions ultimes de Trump and Biden sont différentes. Si Trump a ainsi tenté de démontrer la nature pesante d'un fardeau aussi lourd pour l'Europe que l'OTAN, Biden veut utiliser ces fonds pour renforcer réellement l'OTAN, en rendant ce fardeau encore plus lourd. En d'autres termes, les Européens devront payer plus cher pour l'OTAN - non pas pour Trump, mais pour Biden.

 

Et qu'en est-il de la propre armée européenne ? L'histoire montre que deux armées fortes n'ont jamais coexisté en Europe. De toute façon, cela ne s'est jamais bien terminé. Alors, l’Europe, nourrissez l'armée de quelqu'un d'autre pour l'instant, si vous n'êtes pas mûrs pour la vôtre. Au moins aussi longtemps que Joe restera président. Et puis nous verrons.

 

 

Valery Korovin

 

http://korovin.org

Valery Mikhailovich Korovin (né en 1977) est un politologue, journaliste et personnalité publique russe. Il est directeur du Centre d'expertise géopolitique, directeur adjoint du Centre de recherche sur les conservateurs au département de sociologie de l'Université d'État de Moscou, membre du Comité eurasien, directeur adjoint du Mouvement eurasien international, rédacteur en chef du portail d'information et d'analyse sur l'Eurasie (http://evrazia.org). Membre régulier du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

NATO and the UE are sending a "message" to Russia. Again.

The Saker

December 10, 2020.

(...)

"What is NATO today? First, a coalition of small countries trying to find the courage to bark at the Russian bear the way dozens of chihuahuas would bark at a big brown bear. These small countries are what I call “prostitute states” – they don’t want sovereignty, freedom or dignity. All they want is for Uncle Shmuel to protect them when they bark and for the EU to give them tons of money as a reward for their prostitution to the collective West. They are apparently unaware that Uncle Shmuel is a world champion in destroying countries, but in terms of actually winning wars, Uncle Shmuel is one of the worst war losers in history (in that sense, the US and Russian militaries are polar opposites). They are also apparently unaware that the EU is broke and in a deep crisis. Besides, even the normally compliant the Germans are now getting fed up spending billions of Euros on their clueless and hopeless eastern neighbors (and I don’t blame them!).

There are also more civilized countries in NATO, countries which used to have some very real military power and a history of winning and losing wars: Germany, the UK, France, etc – what Rumsfeld called “Old Europe”. They are all former imperial powers of their own, and they are much more aware of what it takes to win (or lose) a war.

Their problem, however, is that they are now true US protectorates/colonies, with no real foreign policy of their own. Their top leaders, political and military, are also prostitutes, just like “New Europe”, so while they have a wealth of historical experience to draw from, they cannot act on it because of the iron grip Uncle Shmuel has on their political throats. Even France, which used to have some real independence, under such leaders as de Gaulle and Mitterrand, now is just another voiceless and clueless protectorate."

(...)

Source: https://www.unz.com/tsaker/nato-and-the-eu-are-sending-a-message-to-russia-again/

Lire la suite

Alexander Notin : La démocratie en vrac (Club d'Izborsk, 26 janvier 2021)

26 Janvier 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Arche russe, #Club d'Izborsk (Russie), #Politique, #Russie, #Société

Alexander Notin : La démocratie en vrac  (Club d'Izborsk, 26 janvier 2021)

Alexander Notin : La démocratie en vrac

 

26 janvier 2021

 

https://izborsk-club.ru/20570

 

 

Le 23 janvier, l'Occident nous a apporté un nouveau lot de démocratie. Et une fois de plus, il l'a empilée avec le goût, l'odeur et le toucher appropriés. Cet outrage se poursuivra jusqu'à ce que la Russie érige un autre rideau de fer. Le moment est venu d'examiner la situation rétrospectivement, au moment présent et dans le brouillard de ce qui est à venir.

 

Ne remontons pas très loin dans le temps. Le rideau de fer le plus proche de nous a été créé dans les années 20 et de deux côtés à la fois : de ce côté et du nôtre. La main de Dieu était déjà visible en cela à l'époque. D'une part, l'Occident collectif, encerclant la Russie soviétique d'un mur impénétrable de sanctions, d'isolement, de sabotage et d'agression directe, contre sa propre volonté, la protégeait de l'impact spirituel des leurs. L'orthodoxie a alors non seulement survécu en tant qu'esprit, mais dans le creuset de la répression et de la rébellion, grâce aux exploits de nouveaux martyrs, elle a accumulé un capital céleste, grâce auquel, 70 ans plus tard, notre église a pu renaître. L'Union soviétique n'a pas été vaincue. Elle est tombée au tournant des années 1990 à cause de sa propre impiété et de l'incapacité d'une force telle que le marxisme-léninisme à créer un "homme nouveau". Pendant ce temps, le christianisme, il y a 2000 ans, savait et affirmait que l'homme libre, en tant qu'image et ressemblance originelles de Dieu, ne peut pas se changer pour le mieux, en conquérant les passions et les péchés, à moins d'appeler l'aide de son Créateur. Ainsi, le premier rideau, s'il a aidé la Russie, n'a été que partiel. Il en fallait une deuxième.

 

Le deuxième rideau de fer commence à être érigé aujourd'hui, 30 ans après la destruction de l'URSS. Elle est érigée à nouveau par l'Occident collectif, malgré le fait que la Russie d'Eltsine s'est pliée et humiliée devant elle d'une manière que personne n'a jamais connue auparavant. Nous, comme le singe à lunettes de Krylov, flirtions sans fin, nous faisions l'amour avec eux, copiant tout, de la constitution au mode de vie. Et que s'est-il passé ? Dès les premiers jours de la perestroïka, nous avons assisté à un durcissement satanique de l'Occident contre une Russie apparemment vaincue et volée. Aujourd'hui, cette amertume atteint un point culminant. Il y a eu plus de calomnies, de menaces et de provocations que même sous le régime soviétique. L'Occident est en train d'ériger un nouveau rideau de fer, encore plus haut, même si la Russie, au sens classique de la démocratie libérale, a depuis longtemps et indéniablement dépassé ses maîtres. La récente élection pseudo-présidentielle aux États-Unis, qui n'a laissé qu'une seule vérité et un seul parti dans l'Amérique démocratique, en est un exemple.

 

Et nous, alors ? Que cela nous plaise ou non, que cela plaise ou non au Kremlin, nous devrons une fois de plus nous aligner sur l'initiative de l'Occident concernant la construction du rideau de fer - uniquement de notre côté. Sinon, nous serons confrontés à un effondrement et à une rupture totale, ce que Dieu ne permettra pas. Car la Russie, après un siècle de guerres, d'expériences et de perestroïka, est trop faible dans les genoux pour supporter une nouvelle révolution.

 

De ce point de vue, Navalny, avec son dernier coup "démocratique", n'est rien d'autre que le dernier avertissement chinois aux éléments sains du Kremlin, s'il en reste. On aimerait croire que c'est vrai, comme dans le cas du prophète Elie, que le Tout-Puissant a préservé les "sept mille fidèles" qui n'adorent pas Baal, bien que le prophète lui-même n'en ait pas vu.

 

En Russie, bien sûr, il y a les fidèles. Tant au Kremlin qu'à l'extérieur. Notre poudre à canon ne s'enflammera pas en empilant la démocratie de l'extérieur. Cette poudre à canon a une qualité et des propriétés différentes de celles de l'Ouest. C'est la poudre d'un messianisme russe divin, qui se prépare à unir le summum de la justice sociale à la toute-puissance spirituelle de la Trinité pour la première fois de son histoire. Pour cela, nous avons une expérience à la fois pratique et historique. Et, plus important encore, la racine du christianisme orthodoxe, préservée dans l'Église comme pilier et fondement de la Vérité. C'est à cette limite, la limite de l'infiniment dérangeant et même effrayant à cause de la hauteur du défi, que nous nous trouvons. Nous sommes à une traversée orageuse, mais pas au début, mais plus près de la fin.

 

C'est l'essence même du moment présent. Elle atteindra sa plénitude lorsque Dieu achèvera la construction du rideau de fer avec les mains des néolibéraux - uniquement de notre côté. Ensuite, le déblaiement des écuries d'Augias des tas d'excréments des phénomènes sociaux et culturels étrangers à la Russie commencera. Il n'y a pas d'autre issue pour nous.

 

Quant au brouillard du futur, dans son épaisseur on peut déjà voir, esquisser les contours d'une nouvelle civilisation russe, capable non seulement de sauver la Russie de la décadence et de la dépravation finales, non seulement de l'aider à résister à la tectonique de la crise mondiale, causée par l'effondrement de l'Occident, mais aussi de montrer au monde l'horizon salvateur de la transformation spirituelle et culturelle.

 

 

Alexander Notin

 

http://pereprava.org

Alexander Ivanovich Notin est un personnage public russe, historien, diplomate. Responsable de la communauté culturelle et éducative "Pereprava". Chef du groupe d'investissement Monolit, assistant du gouverneur de la région de Nijni Novgorod, V.P.Shantsev. Membre régulier du Club d’Izborsk

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Restaurants ouverts, pas de masque obligatoire, que se passe-t-il réellement en Suède ? (Nexus/Breizh Info, 16 janvier 2021)

25 Janvier 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Opération Coronavirus, #Société, #Europe

Le journal Nexus a contacté l’un de ses journalistes, Olivier Kauffer, vivant à Stockholm (Suède) depuis plusieurs mois. Dans cette vidéo, il nous montre images à l’appui comment vivent les Suédois et quelle est la véritable situation sanitaire dans le pays. Les masques ne sont pas obligatoires et les restaurants sont toujours ouverts. Contrairement à la désinformation des médias français qui circule depuis plusieurs semaines, la situation sanitaire n’est pas catastrophique.

La Suède n’a pas confiné le pays, et n’est pas en passe de le faire. Les restaurants sont ouverts et la majorité des Suédois ne porte pas le masque qui n’est pas obligatoire dans les lieux publics. Pour rappel, le jour de ce reportage, la situation sanitaire en Suède et en France était quasiment similaire en termes de mortalité et de proportion de morts sur la population générale (légèrement plus importante pour la France), alors que la France a drastiquement confiné le territoire, imposé le masque obligatoire et fermé les restaurants.

Voici les chiffres officiels au 22 janvier 2021 : Suède : nombre de morts du Covid-19 : 10 921, pour 10 230 000 d’habitants soit une mortalité de 0,106 %. France : nombre de morts du Covid-19 : 71 998 pour 66 990 000 d’habitants soit une mortalité de 0,107 %.

Reportage du 16 janvier 2021

Source: BREIZH INFO

https://www.breizh-info.com/2021/01/25/157869/restaurants-ouverts-pas-de-masque-obligatoire-que-se-passe-t-il-reellement-en-suede/

Le commentaire de Annwyn publié le 25 janvier sur la republication de ce reportage de Nexus/Breizh Info par Strategika.fr:

https://strategika.fr/2021/01/25/restaurants-ouverts-pas-de-masque-obligatoire-que-se-passe-t-il-reellement-en-suede/

La France, Eternelle et Universelle, mais malmenée et violentée par des nuisibles dont le projet, fatalement, est en voie d’effondrement. Explication :
Le véritable pouvoir aujourd’hui n’est pas à rechercher dans l’apparence des arcanes politiques, il se cache derrière l’anonymat des capitaux et dans les paradis fiscaux. Le véritable pouvoir auxquelles sont soumises les populations, maintenues dans la naïveté et l’inconscience, est économique : il appartient aux principaux détenteurs de capitaux de la planète ; lesquels ont tant et si bien œuvrés depuis des centaines d’années qu’ils sont devenus propriétaires directs et/ou indirects de la majeure partie des actifs tangibles de ce monde. Depuis le XVIIIème siècle, les principaux banquiers sont étroitement interconnectés entre eux et ont des intérêts communs et liés. Les activités de ces banquiers sont structurellement internationales, leurs intérêts pouvant être qualifiés d’apatrides, ou plus exactement de supranationaux, en ce sens qu’ils n’ont aucun rapport avec un quelconque « intérêt national » au sens culturel et géographique du terme « national ».
Aussi, la France, comme les USA et ses alliés, n’est plus depuis le début du XXème siècle, au minimum, gouvernés par ce qu’on appelle un phénomène politique qui représente l’intérêt commun, mais par un cartel d’entreprises dirigé par les principales banques globales d’investissement qui ont leur quartier général, depuis Oliver Cromwell, à la City de Londres. En réalité, les Etats occidentaux n’existent plus car ils ont été privatisés lorsque le contrôle de leurs monnaies est tombé dans les mains des banquiers privés, ce qui explique, en Europe, l’apparition des institutions européennes, qui ne sont que la formalisation politique (traités de Maastricht et Lisbonne) de cette capture des règles d’organisation des peuples par des intérêts privés.
Ainsi, le contrôle de la monnaie par cette oligarchie, et son système de la dette, conjuguée au principe de l’entreprise anonyme, sont les armes du servage d’aujourd’hui au même titre que l’épée et la lance étaient celles du servage d’hier.
En réalité, et dans l’objectif de hâter sa prochaine disparition volontaire, les autorités politiques en charge de la France, et cela est si évident aujourd’hui avec Macron, cet ancien grouillot des « finances » devenu banquier d’affaires chez Rothschild & Cie, relaient avec zèle, voire même anticipent, l’agenda mondialiste, c’est-à-dire de ses maîtres, consistant à appauvrir matériellement, physiquement et moralement la plus grande masse des gens peuplant la planète au profit de quelques usurpateurs, véritables escrocs économiques qui ont, aujourd’hui, pris l’ascendant sur les pouvoirs politiques des États.
La politique généreusement appliquée sur le territoire français est 100% « globaliste » ; elle fait, à ce titre, fort peu de cas des petites gens et des petites et moyennes entreprises pour, au contraire, laisser la part du lion aux multinationales et à leurs propriétaires anonymes.
En conclusion, la France qui n’a aucune politique, et encore moins de politique socialiste, dans le sens « social » du terme, est en revanche l’un des principaux fers de lance de l’agenda globaliste, lequel prospère sur le développement de la misère humaine.
La condition de la Femme en Suède, semblant bien moins noyautée par un pseudo féminisme de « Loge » malgré les tentatives incessantes depuis le XVIIIème siècle, explique peut-être aussi, et au-delà des comparaisons démographiques, que ses élites soient, actuellement, bien moins idiotes et corrompues qu’en France.
Le principe maternel, dit Bachofen, c’est la communauté sans restriction ni limite autre que celle de la Nature. De ce principe découle celui de la fraternité générale, de l’égalité, de la liberté. C’est le fondement des Etats gynécocratiques : l’absence de querelles, de discordes, l’aversion profonde de tout ce qui peut entraver la liberté, telles sont les caractéristiques de ces communautés.

Lire la suite

Vladimir Ovchinsky : Aux périls de l'iceberg brisé, les États-Unis (Club d'Izborsk, 25 janvier 2021)

25 Janvier 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Politique, #Russie, #USA

Vladimir Ovchinsky : Aux périls de l'iceberg brisé, les États-Unis  (Club d'Izborsk, 25 janvier 2021)

Vladimir Ovchinsky : Aux périls de l'iceberg brisé, les États-Unis

 

25 janvier 2021

 

https://izborsk-club.ru/20565

 

 

Fin 2020, le plus grand iceberg du monde, appelé A-68a, s'est fendu. C'est ce qu'ont remarqué les scientifiques des agences spatiales.

 

Les experts pensent que la division de l'iceberg en deux a été affectée par une collision avec des eaux peu profondes. L'A-68a se détériore rapidement. De nombreuses fissures et fentes y sont visibles, elle est entourée de débris de glace et il y a des tunnels entiers sous la ligne de flottaison. Les morceaux individuels sont si grands que les scientifiques doivent également les surveiller, en raison du danger que représente la glace pour les navires.

 

Les scientifiques craignent que l'iceberg ne coupe l'accès à la nourriture des phoques et des manchots vivant à proximité, et n'écrase les créatures vivant au fond de la mer. Si l'A-68a est bloqué, il pourrait rester au même endroit pendant dix ans.

 

Comme le disait un plombier que je connaissais, en venant réparer les canalisations, "Tout dans ce monde est connecté. »

 

Et en effet, le Créateur a arrangé le monde de telle manière que les processus sociaux sont identiques aux processus naturels à bien des égards. L'iceberg géant appelé États-Unis, également fendu à la fin de 2020, constitue une menace non seulement et pas tant pour ses habitants que pour le reste du monde, et notamment pour la Russie.

 

Le discours inaugural de M. Biden et l'"étrangeté" de sa mise en œuvre

 

Le nouveau président américain Biden a commencé son discours d'investiture en déclarant : "C'est le jour de l'Amérique. C'est un jour de démocratie, un jour d'histoire et d'espoir, de renouveau et de détermination. Dans le creuset des siècles, l'Amérique a une fois de plus été mise à l'épreuve, et l'Amérique a accepté le défi. Aujourd'hui, nous célébrons un triomphe, non pas d'un candidat, mais d'une cause - la cause de la démocratie. Le peuple, la volonté du peuple a été entendue, et la volonté du peuple a été prise en compte.

 

Nous avons appris une fois de plus que la démocratie est quelque chose de précieux, que la démocratie est fragile, et en cette heure, mes amis, la démocratie a triomphé. Et maintenant, dans ce territoire sacré, où il y a quelques jours à peine, la violence a tenté d'ébranler les fondements mêmes du Capitole, nous nous rassemblons en un seul pays sous Dieu, indivisible, pour effectuer un transfert pacifique du pouvoir, comme nous l'avons fait pendant plus de deux siècles".

 

C'est ainsi que Biden et ceux qui l'ont porté au pouvoir voient la démocratie. Mais les dizaines de millions d'Américains qui ont voté pour Trump voient les choses autrement. Ils constatent que les résultats des élections leur ont été volés par une fraude massive. Que la tentative d'enquête sur ce vol a été contrecarrée par une monstrueuse "prise d'assaut" du Capitole, orchestrée par ceux qui ont maintenant orchestré l'inauguration. Que ces mêmes personnes proposent de mettre en prison les partisans de Trump, de renvoyer les membres du Congrès et les sénateurs de leur poste, juste pour avoir mis en doute la pureté de l'élection.

 

Il y a une tentative de nettoyer l'Amérique de tout ce qui est associé à Trump et de toutes les valeurs conservatrices et traditionnelles partagées par des millions d'Américains. Il ne s'agit plus seulement de suppression et de purge, mais aussi de criminalisation.

 

Les Américains ordinaires qui soutiennent le président Trump - soit au moins 75 millions de personnes qui ont voté pour lui - sont soumis à un barrage de tentatives de marginalisation de leurs croyances.

 

Facebook supprime tout contenu faisant référence à "stop the theft", même si la quantité de preuves d'irrégularités de vote est si importante qu'elle justifie amplement de soulever des questions sur la réforme électorale. Twitter bloque les comptes de centaines de milliers d'utilisateurs. La censure électorale sans précédent des grandes sociétés de médias sociaux ne fait pas non plus l'objet de critiques publiques.

 

Les partisans de Trump sont bannis du discours public, privés de leurs droits et, comme s'ils avaient sérieusement l'intention de supprimer tous les autres droits, ils criminalisent le soutien de Trump lui-même.

 

Dans quel but, par exemple, Biden a-t-il comparé les sénateurs Ted Cruz (R-Texas) et Josh Hawley (R-Maryland) à Joseph Goebbels, le principal propagandiste d'Adolf Hitler ?

 

Le 8 janvier 2021, Biden a laissé entendre que les tentatives de ces législateurs de contester les votes du collège électoral des États contestés étaient une tentative nazie.

 

Qu'a fait Biden en comparant Hawley et Cruz à Goebbels ? Il les a soumis à la déshumanisation. Orwell, dans son roman, l'appelle la déshumanisation - "déshumanisation", alors que le langage moderne utilise pour elle l'expression "culture de la prohibition".

 

Après tout, il est clair que si Cruise et Hawley sont des Goebbels, toutes les personnes saines d'esprit doivent les faire taire et les écarter des postes d'influence au Sénat et dans la société en général.

 

Comme sur un coup de tête, peu après les propos de M. Biden, les démocrates du Sénat ont commencé à discuter des options pour punir ces législateurs. Pour leur part, les républicains du Sénat ont commencé à envisager la possibilité de refuser les nominations des deux commissions sénatoriales. Aujourd'hui, selon les responsables du Sénat, le leader de la majorité au Sénat, Mitch McConnell (R-Kentucky), tend à dépouiller ces deux sénateurs de leur poste de président de sous-commission, les écartant ainsi de la direction du parti.

 

En dehors du Sénat, les grandes entreprises donatrices ont également annoncé qu'elles couperaient toute contribution politique à ces deux sénateurs et aux 149 législateurs fédéraux qui ont soutenu les efforts de contestation des résultats des élections dans un certain nombre d'États. Simon & Schuster, par exemple, a annulé le contrat de publication du prochain livre de Hawley sur la tyrannie des grandes technologies.

 

Non seulement les deux sénateurs, mais aussi leurs collègues des deux chambres qui ont travaillé avec eux, ont noté qu'ils avaient reçu des masses de lettres de leurs électeurs demandant de remettre en question les résultats des élections dans leurs États respectifs : Pennsylvanie, Michigan, Géorgie, Wisconsin, Arizona et Nevada.

 

Cruz et Hawley n'ont pas appelé à l'agitation. Au contraire, ils ont essayé de canaliser les préoccupations des électeurs selon la voie traditionnelle américaine - par le biais de débats constitutionnels pacifiques au Congrès. De plus, Cruz, pour sa part, a condamné en temps réel les émeutes du 6 janvier, les qualifiant d'"acte de terrorisme ignoble".

 

En mettant en parallèle le comportement constitutionnel et démocratique des sénateurs et de leurs collègues avec les crimes de Goebbels, Biden a diabolisé en tant que nazis les électeurs de ces fonctionnaires qui les ont encouragés à agir, et par conséquent a effectivement "poussé sous le bus" un pourcentage scandaleusement élevé d'Américains qui doutaient des résultats des élections.

 

Bien entendu, la déclaration de Biden n'était pas un tir isolé. Il s'est déjà exprimé après que Twitter, Facebook et Instagram aient fermé l'accès de Trump à leurs plateformes et commencé à balayer les comptes de ses partisans, et lorsque d'autres grandes entités du secteur privé ont ouvertement appelé à la "déshumanisation" des conseillers et des partisans de Trump.

 

Par exemple, le rédacteur en chef de Forbes, Randall Lane, a annoncé qu'il détruirait toute entreprise qui engagerait des représentants de Trump. Selon lui, "Engagez n'importe lequel des associés de Trump ... et Forbes supposera que tout ce que votre entreprise ou firme dit est un mensonge ... Voulez-vous être sûr que les plus grands médias d'affaires du monde vous traitent comme un potentiel entonnoir de désinformation ? Alors essayez de les engager !"

 

Le Lincoln Project, un groupe de pression dirigé par d'anciens républicains qui servent maintenant les démocrates en diabolisant les républicains, a annoncé qu'il travaillait à mettre sur liste noire tous les fonctionnaires de l'administration Trump.

 

"Nous sommes en train de créer une base de données des fonctionnaires et des employés de Trump qui détaillera leurs rôles dans l'administration de Trump et permettra de savoir où ils se trouvent actuellement ... Ils seront tenus responsables et ne pourront pas prétendre qu'ils n'ont pas été impliqués", a écrit le groupe sur Twitter.

 

La Deutsche Bank et la Signature Bank ont annoncé la fermeture des comptes de Trump. Les sociétés de traitement des paiements telles que PayPal, Shopify et Stripe ont fermé la campagne de Trump et les magasins de marchandises de Trump.

 

Toutes ces déclarations et actions répressives ont servi à la fois à encourager et à légitimer les actions coordonnées prises le week-end dernier par les oligarques technologiques Google, Apple et Amazon pour faire tomber Parler, une plateforme de médias sociaux basée sur la liberté d'expression et lancée il y a deux ans.

 

Comme l'a fait remarquer le professeur de droit William Jacobson sur son site web "Legal Insurrection", il n'y a aucune preuve pour soutenir la revendication implicite des géants de la technologie qui affirment que Parler est d'une manière ou d'une autre responsable de l'émeute du Capitole. En effet, comme l'a montré Jacobson, les organisateurs des événements violents ont utilisé Facebook, et non Parler, pour mobiliser leurs partisans.

 

Parler n'était pas du tout affilié à Trump. Ce n'était pas du tout un outil politique. Il s'agissait simplement d'une plateforme qui protégeait la liberté d'expression de ses utilisateurs. C'était une alternative. Elle a donc été détruite.

 

"Je viens de prêter un serment sacré... Le serment que George Washington a d'abord prêté", a déclaré M. Biden dans son discours. - "Mais l'histoire américaine ne dépend pas de l'un d'entre nous, pas de certains d'entre nous, mais de tous. Il appartient aux gens de lutter pour une meilleure union. C'est un grand pays, et nous sommes une grande nation. Au cours des siècles de tempêtes et de conflits, de guerres et de paix, nous avons parcouru un long chemin. Et nous avons encore un long chemin à parcourir".

 

Qu'est-ce que cela veut dire ? Biden revient-il aux origines historiques des États-Unis ? Et que faire des monuments détruits et profanés par ses partisans dans toute l'Amérique ? Avec la machine idéologique de la haine de l'histoire, qui ne s'inscrit pas dans la "nouvelle compréhension de l'histoire américaine" propagée par les médias contrôlés par les démocrates.

 

Le discours de M. Biden a mis l'accent sur la nécessité de combattre des phénomènes tels que "la montée de l'extrémisme politique, l'idée de la suprématie blanche et le terrorisme à l'intérieur du pays".

 

M. Biden a engagé son administration à procéder à une évaluation complète des risques de terrorisme et d'extrémisme intérieurs après l'attaque du bâtiment du Capitole par les partisans de l'ancien président Donald Trump le 6 janvier. Cela a été annoncé par Jen Psaki, l'attachée de presse de la Maison Blanche.

 

Biden a confié cette tâche au Bureau du Directeur du renseignement national, au Bureau fédéral d'investigation et au Département de la sécurité intérieure.

 

"Nous avons besoin d'une analyse factuelle à partir de laquelle nous pourrons élaborer une politique appropriée", a déclaré M. Psaki lors d'un point de presse à la Maison Blanche.

 

La Maison Blanche va également étendre la capacité de son Conseil national de sécurité à contrer l'extrémisme intérieur et revoir la façon dont elle partage les informations sur ces menaces au sein du gouvernement fédéral. L'administration s'efforcera de coordonner tous les organismes concernés afin d'accélérer le problème.

 

"L'attaque du 6 janvier sur le Capitole et les morts et destructions tragiques qui ont eu lieu ont souligné ce que nous savons depuis longtemps : la montée de l'extrémisme intérieur est une menace grave et croissante pour la sécurité nationale. L'administration Biden sera déterminée ... à faire face à cette menace", a ajouté M. Psaki.

 

Il est déjà clair que personne ne classera les activités illégales d'Antifa et du BLM dans la catégorie du "terrorisme domestique". Y compris le rôle provocateur des membres de ces organisations dans les événements entourant la prise d'assaut du Capitole. Bien qu'un grand nombre de faits à son sujet aient déjà été accumulés. En même temps, personne ne considérera les pogroms de l'été et de l'automne 2020 comme de l'extrémisme et du terrorisme intérieur. Les démocrates les qualifient déjà de formes légitimes de protestation. Tout sera axé sur les groupes patriotiques de droite de citoyens américains blancs.

 

Le cynisme des rédacteurs du discours inaugural de Biden est que si le mécanisme de division et de suppression de la dissidence est clairement en place, il affirme simultanément la nécessité de l'unité de la société américaine :

 

"Ce dont nous avons besoin, c'est de la chose la plus insaisissable dans la démocratie - l'unité. L'unité ... . En ce jour de janvier, toute mon âme est en elle. Toute mon âme. Unissez l'Amérique, unissez notre peuple, unissez notre pays. Je demande à tous les Américains de se joindre à moi pour cette cause. S'unir pour combattre les ennemis auxquels nous sommes confrontés - la colère, le ressentiment et la haine. L'extrémisme, l'anarchie, la violence, la maladie, le chômage et le désespoir...

 

...je sais qu'à notre époque, parler d'unité peut sembler être un fantasme idiot pour certains. Je sais que les forces qui nous divisent sont profondes et réelles. Mais je sais aussi qu'ils ne sont pas nouveaux. Notre histoire a été une bataille constante entre l'idéal américain - que nous sommes tous créés égaux - et la dure et laide réalité - que le racisme, le nationalisme et la peur nous déchirent. Cette bataille est éternelle, et la victoire n'est jamais immuable...

 

...Nous sommes debout et nous voyons la merveilleuse National Alley où le Dr Martin Luther King a parlé de son rêve...

 

... Nous nous trouvons à l'endroit où reposent éternellement en paix les héros qui se sont donnés de tout cœur et jusqu'au bout (toujours hantés par le sentiment que Biden montre des signes évidents de démence.  Il a apparemment oublié qu'en juillet 2020, la Chambre des représentants des États-Unis a soutenu l'enlèvement de 12 monuments aux partisans de la Confédération des États du Sud au Capitole pour avoir prétendument été racistes. Ce sont les partisans du Parti démocrate de Biden qui ont activement promu cette décision. Après cela, il verse des larmes pour les héros et parle d'unité ? - W.O.).

 

... Et nous nous trouvons dans un endroit où, il y a quelques jours seulement, une foule en émeute pensait pouvoir étouffer par la force la volonté du peuple, arrêter le travail de notre démocratie, nous expulser de ce territoire sacré. Cela n'est pas arrivé, cela n'arrivera jamais, ni aujourd'hui, ni demain, ni jamais. Jamais".

 

Francis Fukuyama sur le système politique américain pourri

 

"Les Etats-Unis sont divisés, assaillis par des problèmes internes et en désaccord avec leurs propres idéaux démocratiques", conclut Francis Fukuyama dans son nouvel article des Affaires étrangères sur le système politique américain pourri (18.01. 2021), "Une victoire de Biden à la Maison Blanche avec une majorité démocrate de pure forme au Congrès ne suffira pas pour que les États-Unis retrouvent leur crédibilité internationale : ils doivent rejeter le trumpisme et délégitimer toutes leurs racines et leurs branches, comme l'a fait le maccarthysme dans les années 1950. Les élites qui établissent des protections législatives et normatives autour des institutions nationales doivent gagner en force et restaurer leur autorité morale".

 

Pourquoi, en accusant Trump, Fukuyama ne blâme-t-il pas Biden ? Car il écrit lui-même que lorsqu'il a écrit un article pour le magazine Foreign Affairs en 2014, il a déploré la décadence qui s'était formée dans la vie politique des États-Unis, où les institutions de gouvernance devenaient de plus en plus inefficaces. "La combinaison d'une pensée politique croustillante et de la toute-puissance des politiciens en place empêche la réforme de ces institutions", écrivait-il à l'époque. - Et rien ne garantit que la situation changera soudainement sans un bouleversement fondamental de l'ordre politique existant".

 

Mais qui était à la tête de ce système politique croustillant à l'époque ? Obama et Biden ! !!

 

Fukuyama a été déçu par Trump. Mais comment Biden peut-il améliorer la situation s'il est lui-même l'incarnation de la "stagnation" américaine ?

 

Fukuyama écrit que "les conditions fondamentales qui ont conduit à cette crise restent inchangées. Le gouvernement américain reste captif de groupes d'élite puissants qui ont détourné la politique publique à leur avantage et sapé la légitimité du gouvernement dans son ensemble. Et le système tout entier est encore trop rigide pour être réformé".

 

En fait, réfutant les messages d'unité possible au sein de l'élite politique américaine dont parle maintenant Biden, Fukuyama affirme que les objets de ce sentiment unifié sont différents dans chaque cas. Pour la gauche (Parti démocrate), l'élite inacceptable est composée de sociétés et de groupes liés aux intérêts capitalistes, de sociétés d'énergie fossile, de banques de Wall Street, de milliardaires des fonds spéculatifs et de méga-donateurs républicains - c'est-à-dire ceux dont l'argent a servi à protéger leurs intérêts contre toute attaque des démocrates. Pour la droite (les républicains), l'élite qu'ils détestent est constituée par les organisateurs du "pouvoir culturel" d'Hollywood, les grands médias, les universités et les grandes entreprises qui professent une "idéologie laïque" éveillée qui va à l'encontre de ce que les Américains conservateurs considèrent comme des valeurs traditionnelles ou chrétiennes.

 

Même dans les domaines où l'on pourrait s'attendre à ce que les deux points de vue se recoupent, comme la préoccupation croissante concernant le pouvoir des entreprises technologiques géantes, les craintes de ces groupes politiques l'un par rapport à l'autre sont irréconciliables. L'"Amérique bleue" (démocrate) accuse Twitter et Facebook de promouvoir les théories du complot et la propagande des tromperies, tandis que l'"Amérique rouge" (républicain) considère ces mêmes entreprises comme désespérément anti-conservatrices.

 

On ne sait pas encore où le pays ira après l'investiture de Biden. La principale incertitude, selon M. Fukuyama, est de savoir ce qui se passera au sein du parti républicain.

 

Mais bien sûr, les fantasmes de Fukuyama selon lesquels Trump et ses partisans désespérés pourraient se transformer en terroristes clandestins, utilisant la violence pour riposter à ce qu'ils considèrent comme une administration Biden illégitime, sont complètement absurdes.

 

La lutte contre la Russie comme seule base de l'"unité" de l'élite américaine actuelle

 

Comme c'est souvent le cas tant au niveau national qu'en politique étrangère, des ennemis inconciliables deviennent des "facilitateurs" dans la lutte contre ce que l'on pourrait définir comme un ennemi commun.

 

Sous Trump, un consensus sans équivoque entre républicains et démocrates n'a été atteint que sur la Russie. Ce n'était qu'une question de méthodes - Trump n'aimait pas construire des révolutions de couleur.

 

Sous Biden, ce consensus restera inébranlable. Mais, avec un haut degré de probabilité, elle va se déplacer vers l'organisation de diverses conspirations internes, qui est à la base des révolutions de couleur (orange, hybride).

 

Outre la tentative de mener une telle révolution directement en Russie, la lutte sera menée directement sur les territoires de véritables conflits militaires (lents, gelés). Tout d'abord en Ukraine et en Syrie.

 

Ukraine

 

Les représentants de l'équipe de M. Biden ont déclaré que les livraisons d'armes mortelles à l'Ukraine, qui ont commencé sous Trump, se poursuivront.

 

Le futur secrétaire d'État américain Anthony Blinken et le candidat au poste de secrétaire à la défense Lloyd Austin l'ont déclaré le 19 janvier dans un discours au Sénat.

 

Blinken l'a dit de manière succincte - en réponse à une question d'un sénateur, a-t-il dit : "Je soutiens la fourniture d'armes de défense mortelles à l'Ukraine."

 

Le futur chef du Pentagone a abordé le sujet plus en détail. "Je suis favorable à l'idée de fournir à l'Ukraine les armes dont elle a besoin pour se défendre. L'Ukraine a également des besoins critiques non liés aux armes, tels que des équipements de communication sécurisés, qui sont financés par l'Ukraine Security Assistance Initiative (USAI)," a-t-il déclaré.

 

Dans le même temps, Austin a admis que le volume de l'aide peut changer. Il n'a cependant pas précisé si le volume de l'aide sera diminué ou augmenté. Le futur ministre a déclaré qu'il "continuerait à évaluer le besoin d'assistance à l'Ukraine et à apporter les changements appropriés.

 

Actuellement, le montant de cette aide fluctue autour de 300 millions de dollars par an (à titre de comparaison, le budget militaire de l'Ukraine pour 2021 dépasse les quatre milliards de dollars).

 

Syrie

 

La nouvelle administration américaine a décidé d'augmenter sa présence militaire en Syrie malgré ses déclarations antérieures sur sa volonté de quitter le territoire de ce pays du Moyen-Orient. Le 22 janvier, environ 500 militaires américains ont été redéployés de l'Irak voisin vers la Syrie et, selon certaines sources, ce chiffre est loin d'être définitif - dans un avenir proche, jusqu'à 2 000 soldats supplémentaires de l'armée américaine pourront être envoyés en Syrie.

 

Les spécialistes pensent que la raison est l'intention de Washington de retourner dans la partie nord de la Syrie après plusieurs tentatives infructueuses de Washington l'année dernière.

 

On sait que plusieurs bases militaires et postes d'observation américains sont en train d'être installés sur le territoire du nord-est de la Syrie afin d'empêcher les troupes russes et syriennes d'entrer dans cette partie de la République arabe, qui peut simplement fermer la frontière avec l'Irak, laissant ainsi les installations militaires et de production pétrolière américaines sans approvisionnement.

 

L'escalade en Syrie pourrait s'intensifier considérablement, surtout après une déclaration du futur secrétaire américain à la Défense Austin selon laquelle il a l'intention de pousser les "Russes" hors du Moyen-Orient.

 

***

 

Un iceberg éclaté présente un danger encore plus grand pour la navigation qu'un iceberg solide. On ne sait pas très bien quelle partie peut faire exploser un navire.

 

 

Vladimir Ovchinsky

 

Vladimir Semyonovich Ovchinsky (né en 1955) est un célèbre criminologue russe, général de police à la retraite, docteur en droit. Avocat honoré de la Fédération de Russie. Ancien chef du bureau russe d'Interpol. Membre régulier du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

L'effondrement de la capacité de pensée en France. Charles Gave - François Bousquet

24 Janvier 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Philosophie, #Politique, #France

François Bousquet, rédacteur en Chef de la revue Éléments est l’invité de l’émission « En toute liberté » présentée par Charles Gave. Penser par soi-même contre la doxa dominante.

Source: https://www.revue-elements.com/leffondrement-de-la-capacite-de-pensee-en-france/

Lire la suite

Gilad Atzmon: La troisième guerre mondiale est là et c'est une bataille impitoyable entre les "vaccinés" et les "sceptiques".

24 Janvier 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Opération Coronavirus, #Guerre, #Nature, #Politique, #Société, #USA

Finalement, elle a atterri sur moi : La troisième guerre mondiale est là et c'est une bataille impitoyable entre les "vaccinés" et les "sceptiques". C'est une lutte acharnée entre ceux qui sont convaincus que Pharma, Gates et Fauci s'engagent à sauver l'humanité et les autres, qui insistent pour croire au lien entre l'homme et l'univers (le soleil, le sol, la mer, l'organe humain, les virus qui l'entourent, Covid-19 inclus).

La troisième guerre mondiale, en tant que telle, est une confrontation vicieuse entre des gens qui sont libidinalement enthousiasmés par la distanciation sociale et ces personnages "suicidaires" qui sont en fait nostalgiques de l'interaction humaine, de l'air frais et de la liberté en général.

WW3 est une lutte d'animosité entre deux groupes : le premier est celui qui insiste sur la notion de "vraie science", sans probablement faire la distinction entre "science" et "technologie". Les autres semblent comprendre que si la science est une tentative de comprendre l'univers, la technologie est l'art de traduire cette compréhension en profit. Il y a évidemment une différence entre la compréhension de ce que peut être Covid-19 (la science) et la tentative "mur à mur" de le traduire en argent comptant (la technologie). Ceux qui croient en l'existence de "vrais scientifiques" qui "s'entendent entre eux" ne comprennent pas qu'une telle notion est en soi non scientifique, car la science n'est pas une question de consensus. Le progrès de la science est en fait défini et déterminé, comme l'art, par la créativité et le défi des paradigmes acceptés, c'est-à-dire le consensus. Ceux qui nous parlent de "vraie science" doivent être aveugles au fait que l'histoire des révolutions scientifiques est un récit de dissidence intellectuelle implacable.

Dans la troisième guerre mondiale dans laquelle nous vivons, il n'y a ni "gauche" ni "droite", ni "bien" ni "mal", il n'y a ni États ni frontières. Le monde est littéralement divisé en deux. Les gens qui se sont crus toute leur vie "gauchistes" et qui se sont opposés à Trump se sont manifestement échauffés à ses vues. Ce n'est certainement pas parce qu'ils approuvent le style abrasif ou la politique de Trump ; ils se sont ouverts à Trump parce qu'il leur a communiqué un sens existentiel qu'ils ont eux-mêmes expérimenté. Alors que beaucoup s'attendaient à ce que Trump soit politiquement oblitéré par Covid-19, il semble que son approche de la pandémie lui ait apporté de nombreux nouveaux partisans.

Mais elle pourrait tout aussi bien être plus profonde : les personnes qui étaient des amoureux dévoués de la paix et des partisans de la Palestine en particulier ont soudain remarqué que les mêmes mesures orwelliennes viles qui leur ont été infligées sont maintenant utilisées contre à peu près la moitié du peuple américain et des dissidents de Covid. Nous détectons essentiellement l'émergence d'une alliance inhabituelle qui n'est pas encore réalisée, mais qui sera certainement exploitée, sinon par l'actuel Trump, du moins par Trump 2.0.

(...)

Gilad Atzmon.

Traduit de l'américain par Le Rouge et le Blanc.

Lisez ici la suite de l'article original:

https://www.unz.com/gatzmon/in-the-ww3-in-which-we-live/

Lire la suite

Ernst Jünger: "Moins l'ami des Muses a affaire à l'homme politique, mieux cela vaut pour lui..."

22 Janvier 2021 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Nature, #Lettres, #Poésie

Ernst Jünger: "Moins l'ami des Muses a affaire à l'homme politique, mieux cela vaut pour lui..."

"Ce mélange de pathétique et de comique, cette prose empruntée aux militaires, jusque chez les pacifistes, tout cela devrait convaincre une fois pour toutes l'ami des Muses égaré dans la politique qu'il n'a rien à attendre d'une pareille compagnie. Et encore moins à en espérer; c'est ce que prouve le destin du poète dans la révolution française, et presque chacune des autres.

 

Moins l'ami des Muses a affaire à l'homme politique, mieux cela vaut pour lui, et cela vaut de n'importe quel système. Il peut déjà s'estimer heureux de n'être point aperçu, ou même d'être simplement toléré.

 

(...)

 

Ce qui compte pour l'artiste, que ce soit sous la monarchie ou en démocratie, c'est l'intérêt que prend le puissant aux arts - pour parler simplement, son goût. Il est vrai que la Nature, et déjà la compréhension des éléments qui la constituent, font que le bon goût est moins inaccessible à la justice qu'à l'étroitesse fanatique de l'idéologie."


Ernst Jünger, L'auteur et l'écriture, Christian Bourgois, 1983.

Ernst Jünger: "Moins l'ami des Muses a affaire à l'homme politique, mieux cela vaut pour lui..."
Ernst Jünger: "Moins l'ami des Muses a affaire à l'homme politique, mieux cela vaut pour lui..."
Ernst Jünger: "Moins l'ami des Muses a affaire à l'homme politique, mieux cela vaut pour lui..."
Ernst Jünger: "Moins l'ami des Muses a affaire à l'homme politique, mieux cela vaut pour lui..."
Lire la suite

Dr Chistian Perronne: "On vit dans un État qui est assez menaçant aujourd'hui" (Entretien avec France-Soir, 15 janvier 2021)

21 Janvier 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #France, #Opération Coronavirus

Depuis le début de la psycho-pandémie du COVID, le Dr Perronne dénonce publiquement la politique sanitaire irrationnelle, anti-scientifique (et on peut dire inhumaine) du gouvernement français, les conflits d'intérêts chez ceux qui prennent les décisions publiques et les pressions, sinon la terreur exercées sur les médecins et d'une manière générale sur tous ceux qui défendent la vérité et la justice. Terreur exercée bien entendu d'abord sur la population, avec la complicité des grands médias,  en exploitant la psycho-pandémie du COVID. 

Quand un État gouverne par la peur, c'est une tyrannie, une "timocratie".

Un conseil scientifique national indépendant est en train de se créer avec lui. Une première amorce de  " Conseil de la Résistance".

Bravo et merci Dr. Perronne!

 

Lire la suite

Le Dr. Gérard Maudrux dénonce la "pensée unique médicale"

21 Janvier 2021 , Rédigé par Le Rouge et le blanc Publié dans #France, #Opération Coronavirus

Le Dr. Gérard Maudrux est chirurgien et ancien président de la caisse de retraite des médecins. Avec bon sens, d'honnêteté et de clarté, il met en question la "pensée unique" de la politique "sanitaire" en France depuis la "pandémie" du COVID. Une politique faite non par les médecins, mais par le gouvernement, et contre eux, avec des conséquences graves pour le public.

Un entretien essentiel et qu'il faut diffuser.

Blog du dr. Maudrux:

https://blog.gerardmaudrux.lequotidiendumedecin.fr

Lire la suite

Je me souviens

21 Janvier 2021 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #France

21 janvier 2021

21e jour de la 21e année du 21e siècle

 

Anniversaire de l'exécution du roi Louis XVI lors du coup d'État appelé "Révolution française"

 

Je me souviens

 

Il faut que les lis refleurissent pour que la France redevienne une terre de justice.

 

Je me souviens
Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 > >>