Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Rouge et Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Alexandre Douguine : La neutralisation et ses limites (Club d'Izborsk, 4 mars 2021)

6 Mars 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Alexandre Douguine, #Club d'Izborsk (Russie), #Philosophie, #Politique, #Russie

Alexandre Douguine : La neutralisation et ses limites  (Club d'Izborsk, 4 mars 2021)

Alexandre Douguine : La neutralisation et ses limites

 

4 mars 2021

 

https://izborsk-club.ru/20745

 

 

La configuration du pouvoir dans la Russie moderne : le centralisme.

 

Du point de vue de la logique formelle, la configuration du pouvoir en Russie aujourd'hui est, dans l'ensemble, assez bonne. Il y a un leader fort et une structure de gouvernement centralisée bien organisée qui s'oppose à l'entropie, au séparatisme et à la désintégration. Il existe un contrôle complet établi par Poutine sur les principales industries stratégiques, formalisé soit légalement, soit sur la base d'accords intra-système qui sont strictement respectés. Personne aujourd'hui - contrairement aux années 1990 - ne rêverait de remettre cela en question et de contester le système lui-même.

 

Du point de vue de l'État au stade historique actuel, cette structure de pouvoir est optimale. Le niveau de centralisation et de concentration du pouvoir dans les mains du dirigeant est suffisant pour maintenir la souveraineté, et c'est déjà beaucoup. Bien sûr, on peut y trouver des failles et des excès importants si l'on veut, mais dans l'ensemble, à une certaine approximation et face à la nécessité de maintenir sa souveraineté, ils sont tous justifiés par la situation difficile dans laquelle se trouve la Russie.

 

Cela est particulièrement important si l'on considère que la situation était bien différente dans les années 1990 et au début des années 2000. Dans les années 1990, la Russie présentait l'équilibre suivant entre les principaux centres de décision et les forces motrices de la société

 

1. Les structures supranationales - mondialistes, occidentales - étaient au-dessus de l'État-nation dans leur importance, et il y avait, en fait, une gestion extérieure de la Russie par les conservateurs de l'Occident et les élites dirigeantes totalement loyales à l'Occident et au libéralisme.

 

2. Les gangs criminels contrôlaient presque entièrement les forces de l'ordre.

 

3. Les représentants de l'oligarchie contrôlaient l'appareil d'État et une bureaucratie totalement corrompue.

 

Bien qu'on l'ait appelé "démocratie", le peuple et la société n'ont pas eu leur mot à dire dans les processus. Tout a été décidé par l'Occident, les oligarques et - au niveau local - les clans criminels.

 

Au cours des 20 ans de règne de Poutine, ce modèle a été complètement détruit et mis sens dessus dessous. On peut maintenant l'affirmer :

 

1. La Russie mène une politique souveraine indépendante de l'Occident, qui est inscrite à la fois de jure dans la nouvelle version de la Constitution et existe de facto, en s'appuyant sur une capacité de pouvoir suffisante (souveraineté réelle - et pas seulement formelle.

 

2. Les clans criminels sont entièrement contrôlés par les structures de pouvoir et dépendent d'elles.

 

3. les oligarques ne peuvent pas gouverner directement et ouvertement la bureaucratie et sont privés de toute influence sur la politique.

 

L'impératif autoritaire

 

Le passage du modèle des années 1990 au modèle poutinien a été une grande réussite dans le renforcement de l'État. Et la gravité des problèmes accumulés à la fin des années 90 nous permet de parler du salut de la Russie face à une catastrophe imminente.

 

Pendant les 20 ans de règne de Poutine, un système monarchique autoritaire a été créé, en d'autres termes, une centralisation du pouvoir dans une seule main. Un tel système est optimal pour la Russie. Il est historiquement justifié, géopolitiquement non alternatif et résulte de la structure complexe des territoires, de la population et, par conséquent, d'un ensemble d'impératifs stratégiques défensifs.

 

Tous les systèmes idéologiques de l'histoire russe sont venus à ce système d'une manière ou d'une autre : les tsars, les communistes, les démocrates. Quels que soient les représentants de telle ou telle force politique au départ, ils en sont venus inévitablement à l'autoritarisme. La gouvernance autoritaire en général est inévitable dans le cas de grandes masses sociales, sous la forme d'empires. Tôt ou tard, il est question de centralisation du pouvoir et de la présence de verticales stratégiques, pénétrant dans tous les rayons du système étatique. Par conséquent, d'un point de vue formel, il me semble que la mission de Poutine a été accomplie et qu'un système centraliste a été créé.

 

Si l'on considère que le système soviétique a perdu son contrôle centralisateur à la fin de son existence et que, dans les années 90, l'effondrement de l'État battait son plein, les réformes de Poutine étaient nécessaires, inévitables et efficaces.

 

Un État sans idées, sans éthique et sans peuple

 

Mais il y a un autre aspect - plus subtil - de tout le problème du système étatique. Dans le cadre de la centralisation existante et compte tenu des succès obtenus dans l'accomplissement des tâches de renforcement de la Russie, le gouvernement lui-même manque totalement:

 

1. d’idée ;

 

2. de l'éthique ;

 

3. de la prise en compte de l'être et de la volonté du peuple (c'est-à-dire la justice sociale).

 

Malgré la valeur du pouvoir et de la souveraineté, les dirigeants modernes de la Russie négligent complètement le fait que l'État n'est pas une valeur intrinsèque, mais une sorte d'armure, qui enveloppe le cœur vivant du peuple. L'État est une expression terrestre de l'idée suprême. Elle doit être construite sur une base éthique et un vecteur moral.

 

Tout cela est complètement absent aujourd'hui. Alors que l'État est centralisé et mis sous une forme efficace, il est complètement dépourvu d'esprit, c'est-à-dire d'idées et de pensées. Le pouvoir ne pense pas et n'essaie même pas de penser. Tout est subordonné à l'efficacité pratique. Le pouvoir croit que s'il le fait, il n'est pas nécessaire de penser. Si elle existe, cela justifie à lui seul son existence. Le pouvoir devient donc, en un sens, en opposition à l'idée.

 

En outre, l'État russe moderne est totalement dépourvu de moralité. Il n'y a pas de vie culturelle réelle et profonde qui y circule. Il n'y a pas d'âme dans un tel état.

 

Le peuple en tant que concept, en tant que sujet de l'histoire est absent ; à la place, il est remplacé par "population", "contribuables", "emplois", etc.

 

Il s'avère qu'en fait, le Léviathan, une sorte de monstre de pouvoir de fer sans esprit, âme et éthique, a été créé.

 

Dans l'ensemble, nous devons être réalistes. En fait, ce n'est pas si mal, car lorsqu'il n'y a pas d'organisme fort et souverain, ni même de mécanisme, alors les gens deviennent facilement des victimes. Et puis l'âme subtile du peuple, l'esprit subtil ne peut pas non plus s'ouvrir librement, car le peuple lui-même devient esclave. Il ne faut donc pas négliger le Léviathan russe et le traiter avec légèreté. L'État est en tout cas une chose nécessaire.

 

Il devient alors clair pourquoi l'Empire est si important dans la compréhension des Russes, pourquoi il fait partie de nos plus hautes valeurs.

 

Mais d'un autre côté, rien n'empêche aujourd'hui nos autorités de s'occuper des choses fondamentales - l'idée, l'éthique et les gens. De plus, le manque d'attention à leur égard génère un nombre énorme d'excès et crée les conditions préalables à la vulnérabilité de ce système centraliste, en général, pas mal construit. Ce que nous constatons aujourd'hui, c'est une stupidité impénétrable, une corruption rampante et un sens zéro de la justice sociale de la part des autorités, tous ces éléments créant des menaces internes croissantes pour la société. Le mécanisme parfaitement adapté - formellement - du système politique, avec la centralisation de tous les domaines clés, subit une érosion interne.

 

Aujourd'hui, c'est l'absence d'une superstructure plus fine qui se retrouve au premier plan de la politique. Et c'est précisément parce que les conséquences désastreuses des années 1990 ont déjà été éliminées. La superstructure est truquée, mais elle est inutile car il n'y a pas d'idées, pas d'éthique, pas de souci du peuple, pas même une idée du peuple en tant que tel.

 

Dans une telle situation, tout est confié à des personnes choisies au hasard qui parviennent à se faire passer pour des "gestionnaires efficaces". C'est un critère important pour l'aspect technique des choses. Mais totalement inapplicable et manifestement faux pour des tâches plus subtiles. Par conséquent, l'ensemble du système politique - assez bon - commence à pourrir, ce qui crée les conditions préalables à sa vulnérabilité croissante.

 

L'État est toujours une construction artificielle : la création en mode d'urgence

 

Il faut garder à l'esprit que tous les États sont créés artificiellement. Derrière chaque institution politique, il y a un certain moment historique au cours duquel les réponses à tel ou tel défi aigu sont données. Ceux qui donnent une réponse, qui s'avère être vraie, deviennent les chefs d'État, ce qui est formaté. Au cœur de tout, il y a un sujet et sa volonté. Le plus souvent, elle est collective et fondée sur une certaine idéologie.

 

Le système monarchique était aussi une construction. Elle s'est développée historiquement sur la base du renforcement du Grand-Duché, puis - du pouvoir tsariste. L'adoption de l'orthodoxie a joué un rôle important. Dans le même temps, l'élite au pouvoir a reconstruit l'État lui-même à plusieurs reprises - tant dans l'Antiquité qu'à des époques plus proches de nous. Ainsi, la Russie de l'après-Pierre diffère sensiblement de la Russie de Moscou, et cela, à son tour, de l'époque mongole et de la période pré-mongoles. Et à chaque fois de nouvelles décisions sur la construction de l'État, l'idée dominante, l'éthique dominante, la place et le rôle du peuple russe dans l'histoire.

 

Au XXe siècle, un système soviétique a été créé. Et il a été construit artificiellement par l'élite révolutionnaire bolchevique. Dans les conditions de l'effondrement et de l'entropie du système monarchique, des difficultés de la Première Guerre mondiale et de l'accumulation des problèmes non résolus du tsar, les bolcheviks ont pris le pouvoir et ont créé - machiné - l'État soviétique. C'était quelque chose d'artificiel. Oui, les bolcheviks se sont appliqués aux circonstances, se sont adaptés à la situation, et ont parfois comparé de manière rigide les bombements du paysage historique, social ou culturel de manière totalitaire, en le rendant conforme à leurs notions idéologiques.

 

Cette construction de l'État a été efficace pendant 70 ans ; puis, à la fin de la période soviétique, elle a cessé de fonctionner.

 

C'est ainsi que les libéraux sont arrivés au pouvoir. Et une fois de plus, ils ont commencé à reconstruire artificiellement l'État. Cependant, cette fois, les réformateurs n'ont pas construit quelque chose de nouveau, mais ont détruit et volé l'ancien. La majorité de l'élite dirigeante est restée au pouvoir depuis la fin de l'époque soviétique. Cet héritage, la "mémoire du métal" de la période soviétique, les vestiges des institutions soviétiques continuent de vivre pleinement dans notre société - en se dégradant, en se dégradant plutôt qu'en se transformant et en se transformant.

 

La tentative de refonte du système politique à l'époque d'Eltsine a été un désastre dans le plein sens du terme. Cette période des années 90 va s'écouler - elle s'est déjà écoulée ! - dans notre histoire comme un mal absolu. Quelque chose qui ressemble à l'époque des troubles ou de la guerre civile. Désintégration, dégradation, dégénérescence, prise de pouvoir par les éléments les plus bas et les plus damnés.

 

Au lieu de construire quelque chose de nouveau, les libéraux ont simplement détruit et pillé le vieux. C'était un net désavantage.

 

Poutine, en revanche, a hérité des vestiges de l'inertie et de la destruction soviétiques, qui ont été apportés par les bacchanales des libéraux dans les années 90. Et à partir de ce qui est, a commencé à créer un système qui fonctionne.

 

Une fois de plus, il s'agissait d'une construction artificielle à partir de ce qui était à portée de main. Poutine, comme un plombier attentionné et consciencieux, a éliminé la panne sur la ligne. Soudain, tous les tuyaux éclatent, tous les ascenseurs s'effondrent, tous les trains s'arrêtent. La situation dans l'État était désastreuse. De l'eau froide ou bouillante martèle partout, les communications éclatent, les murs s'effondrent, et des bandes d'oligarques, de bandits et de fonctionnaires voraces, devenus fous de cupidité, de lâcheté et de lucre, courent partout. En fait, pendant la période Eltsine, la Russie a été amenée, par des libéraux, dans un état incompatible avec la poursuite de son existence. Le pays commençait à se désintégrer véritablement.

 

Poutine a pris la responsabilité de tous ces désastres qui se sont accumulés pendant la fin de la période soviétique, et au prix de la destruction de l'État dans les années 90, lorsqu'il y a eu une destruction barbare de la Russie, et de ce qui a été, a essayé de monter un mécanisme qui fonctionne. Dans l'ensemble, il a réussi. Et ainsi, une fois de plus, l'État russe a été relancé.

 

Une autre chose est que jusqu'à présent, ce mécanisme n'est chargé de rien. Le corps a donc été sauvé, et pendant qu'il était sauvé en mode d'urgence, il n'y avait pas le temps de penser à l'âme. Mais si ce mécanisme continue à être vide de contenu, alors ces points, ces coutures, à l'aide desquels l'actuelle Fédération de Russie, "la corporation Russie" a été créée, dont elle a été assemblée à la hâte, se briseront à nouveau. Une nouvelle catastrophe est alors inévitable.

 

Lorsque l'équipe de secours est contrainte d'éliminer l'accident immédiatement, elle ne comprend pas ce qui est utilisé pour réparer les trous. Avec ce qui est à portée de main. Donc, une fois de plus, un nombre considérable de parties superflues, de personnes superflues sont au pouvoir. Les conformistes, les voyous et les électrons libres ont été nécessaires à un moment donné. Et ils sont entrés dans le système sur le principe de "ce qui était là". Mais beaucoup d'entre eux y sont bloqués. Et ces pièces utiles de déchets de construction, de production, d'extrémités lubrifiées intégrées à la structure, se considérant comme des "hommes d'État". Ce sont les coûts inévitables de toute structure. Mais aujourd'hui, ils représentent une réelle menace.

Vladislav Surkov : de la démocratie souveraine à un peuple plus profond

 

Vladislav Surkov, l'ancien idéologue de Poutine, était l'exemple le plus frappant d'un personnage sacrifiable dans le contexte de la nécessité urgente d'éliminer l'effondrement de l'État. L'évolution de ce chiffre est indicative. Au début, il ressemblait à un apparatchik gris, doté d'un pouvoir immense, d'une ruse incroyable et de la capacité de sortir de n'importe quelle confiture, mais toujours dans l'une des infinies nuances de gris. Aujourd'hui - par rapport à ceux qui sont arrivés à son poste plus tard - il ressemble à un paon multicolore. Même les détails superflus deviennent peu à peu superficiels.

 

À l'époque où la thèse de la "démocratie souveraine" a vu le jour, j'ai travaillé en étroite collaboration avec Surkov. Il est vrai que j'ai immédiatement indiqué ma position en disant que la souveraineté dans tous ses sens m'est inconditionnellement proche, alors que la démocratie est facultative dans cette combinaison. La souveraineté est acceptable, mais si l'on y ajoute la démocratie, alors la souveraineté serait bien. La souveraineté de la Russie est avant tout et justifie tout (ou presque tout). C'était le cas dans ce concept - la souveraineté était clairement en tête de liste. La souveraineté signifie une indépendance totale, la liberté de définir et de construire notre système politique. C'est le point principal des réformes de Poutine pour restaurer le Léviathan russe. Poutine poursuit cette démarche de manière cohérente, ce qui est la bonne chose à faire.

 

Surkov a tenté de le rendre plus systématique, de l'élever au rang de concept. Et, comme d'habitude, dans l'esprit de ses demi-mesures habituelles ("cent nuances de gris"), il a ajouté la démocratie. Pour rassurer la communauté libérale. Elle ne s'est pas calmée et n'a pas cru. Ils ne l'ont probablement pas cru correctement. Poutine a la souveraineté en Russie, mais pas la démocratie. C'est peut-être une bonne chose. Parce que nous n'en avons peut-être pas besoin. Je n'affirme pas de manière catégorique, je dis simplement : il n'y a pas de démocratie, c'est tout. Certaines personnes sont tristes, d'autres s'en fichent. Et certaines personnes sont heureuses. Cela n'a pas d'importance.

 

Ainsi, la souveraineté de ce concept de "démocratie souveraine" a été réalisée et continue à être réalisée, tandis que la composante "démocratique" est devenue quelque peu stagnante. Cela dit, le libéralisme est loin d'être éteint. La démocratie libérale, non pas comme une réalité, mais comme l'idéologie des élites - surtout économiques et culturelles - est toujours là, et nous rend un mauvais service et nous gêne de façon tangible. Surkov a tenté de créer une façade de "démocratie" (avec la timide réserve que nous ne pouvons pas nous empêcher d'avoir une démocratie "souveraine", sinon il n'y en aurait pas du tout) pour l'Occident, mais personne n'y croyait. Et personne à l'intérieur n'y a cru non plus - et ils n'y croient pas. Nous gardons toujours cet emballage pour quelque chose. Ainsi, sous la notion de "démocratie", Surkov a cherché à envoyer un signal aux libéraux occidentaux et russes. L'idée était de créer un compromis. Mais il n'en est rien sorti.

 

Mais Surkov, à proprement parler, n'a pas vraiment essayé. Je lui ai suggéré : publions des documents plus sérieux que les reportages, commençons à développer sérieusement cette théorie politique, créons un laboratoire intellectuel, qui construira proprement les territoires dans lesquels le contenu de la démocratie sera décrit, sans contredire la souveraineté et le patriotisme, et donc pas la démocratie libérale - illibérale - : il n'y a pas prêté attention. En réponse à sa demande, qui a été formalisée sous la forme d'une proposition de Poutine, j'ai rédigé l'intégralité du manuel "Sciences sociales pour les citoyens de la nouvelle Russie", qui a permis de mieux comprendre la démocratie souveraine. Les autorités ont aimé le manuel, soit dit en passant, mais on m'a dit que la société libérale et... une mafia qui tire profit de l'activité d'impression des manuels obligatoires a été mise au pied du mur pour empêcher sa mise en œuvre. En d'autres termes, l'hydre est encore forte, et même l'administration présidentielle a dû se replier devant elle.

 

Vers 2008, M. Surkov s'est désintéressé de la question. Il a dit un jour : «Sovereign democracy" est comme le tube de la saison : on ne peut pas jouer la même chanson trop longtemps. Il est temps de trouver autre chose... Si on parle de démocratie souveraine, passons à autre chose. C'était la façon dont les autorités traitaient les idées, l'idéologie et les concepts de manière non sérieuse et résiduelle. Même ceux qu'ils ont eux-mêmes mis en avant.

 

Plus tard, lorsqu'il a quitté ses fonctions au pouvoir, Surkov a imaginé un nouveau concept - celui de "peuple profond". J'ai beaucoup écrit à la fois sur l'État profond en tant que noyau de l'"État souverain" et sur le "peuple profond". La justification du peuple - le peuple russe - comme sujet d'histoire est au cœur du manuel de "sciences sociales" auquel j'ai fait référence.

 

Le fait que M. Surkov se soit tourné vers le concept de "peuple profond" est gratifiant. En général, Surkov a essayé de se présenter comme un "patriote" ces derniers temps. Il n'est pas très convaincant à ce sujet, car il glisse constamment vers le post-modernisme et le style du cynisme libéral. Mais de temps en temps, il parle de ces thèses qu'il a lui-même utilisées pour ridiculiser ou déformer au-delà de toute reconnaissance.

 

Mais nous ne pouvons pas le juger sévèrement ici. Si c'est là son évolution sincère, alors c'est bien, et il devrait être soutenu dans cette évolution. Bien sûr, ses stratégies postmodernistes, lorsqu'il était au Kremlin et qu'il mélangeait constamment patriotes et libéraux, ont forcé les libéraux à faire des discours patriotiques, et les patriotes, au contraire, à s'orienter vers le libéralisme (qui ne voulait pas, qu'il marginalisait ou détruisait), étaient, pour le moins, discutables. Après tout, en mélangeant tout le monde avec tout le monde, il a également contribué à la neutralisation de la vie publique. C'est ainsi qu'a eu lieu la "mise à zéro", sur laquelle il a lui-même écrit un roman au titre expressif "Autour de zéro".

 

Il est parti, et pendant un moment, il a semblé que le pire était passé... Mais après sa démission de son poste, la vie idéologique dans la politique intérieure en général s'est arrêtée. En fait, elle s'est arrêtée.

 

Surkov a tenté de "court-circuiter" les parties adverses afin d'obtenir un résultat nul, sans provoquer de court-circuit. Et ses successeurs ont arrêté même l'imitation de toute activité idéologique.

 

J'ai une double attitude vis-à-vis de la période Surkov. D'une part, il est bon qu'il y ait eu au moins une imitation de la pensée. Bien sûr, cela n'a pas inspiré confiance. Mais mieux vaut cela que rien du tout, c'est-à-dire comme c'est le cas aujourd'hui.

D'ailleurs, les thèses que Surkov avance aujourd'hui, qui sont patriotiques, pour soutenir le "peuple profond" ou la "souveraineté de la Russie", je les soutiens et je les salue. Peu importe d'où ils viennent. Même du "diable". Si le "diable" dit des choses en faveur du renforcement de la souveraineté de la Russie, de son statut d'État, de la protection de son peuple, bien sûr, nous devrions chercher le piège ici, mais, néanmoins, ces thèses ne deviennent pas fausses en elles-mêmes. Et elless doivent être maintenues.

 

Nous ne pouvons pas abandonner la vérité en tant que telle simplement parce qu'elle est mise dans la bouche de personnes douteuses et peu autoritaires.

 

Un pouvoir transcendant sur les trois branches

 

Dans une démocratie classique, tout est basé sur la répartition du pouvoir entre les trois branches du gouvernement - législative, exécutive et judiciaire. Un manque d'équilibre entre eux conduit facilement à une crise.

 

Dans notre système étatique, ce danger est peu probable. L'équilibre entre les trois branches est maintenu au détriment de l'autorité transcendante, qui est représentée en la personne de Poutine. Il s'agit, à mon avis, d'un modèle monarchique-autoritaire très correct. Tant le pouvoir exécutif en la personne du gouvernement que le pouvoir législatif en la personne de la Douma, et même le pouvoir judiciaire en la personne de la Cour suprême n'ont aujourd'hui aucune subjectivité. Et c'est bien ainsi. Parce que la subjectivité du pouvoir ne réside pas en eux - ni en général ni individuellement - mais ailleurs. Elle se trouve à Poutine.

 

C'est Poutine qui harmonise, coordonne et construit l'interaction des trois branches du pouvoir à partir de sa position transcendante. Cela n'est possible que parce que son pouvoir est l'autorité suprême et qu'il se situe au-dessus des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire. C'est pourquoi, surtout, le pouvoir judiciaire, du moins la Cour constitutionnelle, perd beaucoup de son importance.

 

La Cour constitutionnelle prend tout son sens lorsqu'il n'y a tout simplement pas de pouvoir transcendant pour équilibrer d'une manière ou d'une autre les différends entre le gouvernement et le parlement. Mais comme, dans notre pays, le gouvernement et le parlement ont, outre le premier ministre et le président, une figure encore plus élevée, à savoir le président, la fonction de la Cour constitutionnelle devient purement technique et perd son sens politique.

 

Nous savons à quel point la Douma d'État dépend de Poutine, à quel point tous les partis dépendent de Poutine. Ils n'existent que grâce à son consentement à ce qu'ils existent. Ils existent, ils sont présents au Parlement, et ils sont dirigés par ceux qui les dirigent, juste parce que Poutine est d'accord avec cela ou même exactement ce qu'il veut. Même lorsqu'ils critiquent Poutine, ils le font en accord strict avec lui. Donc, bien sûr, la subjectivité est minimale ici. Et cela, à mon avis, est très bien dans les circonstances actuelles. Elle contribue à la neutralisation des risques.

 

En ce qui concerne le gouvernement, un pouvoir transcendantal est à l'œuvre ici encore, transformant l'ensemble du gouvernement, y compris le Premier ministre, en cadres purement techniques. Les questions stratégiques, la politique internationale, la défense et, à bien des égards, l'économie sont dirigées par Poutine personnellement. Et les personnes qui en sont responsables au sein du gouvernement ne font qu'exécuter ses ordres.

 

Par conséquent, dans le Léviathan russe, il n'y a tout simplement pas trois puissances qui seraient capables de construire un modèle d'interaction entre elles. Il n'y a qu'une seule puissance, répartie sur trois canaux. Et pour la réalité russe actuelle, c'est optimal.

 

Poutine est arrivé à ce système lors de la liquidation de l'état d'urgence dans les années 90. Il a renforcé la Douma avec des fonctionnaires qui lui sont totalement loyaux (Russie unie), a jeté les libéraux (SPS), a gelé les inoffensifs et dociles "gauchistes" (CPRF) et "droitiers" (LDPR), et a ajouté le désormais insignifiant Mironov (aujourd'hui son parti est appelé par un acronyme imprononçable). Tous sont neutralisés et totalement contrôlés. Et génial. Il n'y a rien à dire sur le gouvernement, il est composé de ceux que Poutine choisira. Et la Cour constitutionnelle n'a personne à juger, Poutine a tout jugé.

 

Une autre chose est que tout cela devient de plus en plus inutile. La façade des trois pouvoirs est un hommage aux critères occidentaux de la démocratie. Elle n'a rien de souverain. La seule chose souveraine d'un tel système est qu'il n'est pas du tout doté de la moindre subjectivité. C'est-à-dire qu'il ne s'agit pas de démocratie, mais d'une parodie vide de sens. Et un tel modèle ne peut tout simplement pas être dénué de sens si nous parlons sérieusement de souveraineté.

 

La souveraineté exige la neutralisation. Dans la période de liquidation de l'accident, tout cela était justifié. Mais l'accident a été nettoyé, pour le meilleur ou pour le pire. Et c'est alors que l'on découvre qu'au cours des opérations de sauvetage, tout le matériel disponible a été utilisé, y compris celui qui est loin d'être idéal. C'est ainsi que le meilleur est en inimitié avec le bon, c'est-à-dire pas aussi mauvais que dans les années 90.

 

Les trois puissances de la Russie moderne sont un présent moyen et un passé terriblement surmonté. Mais il n'a aucun avenir. Il n'a aucune idée, aucune éthique, aucun peuple. Il s'agit d'un simulacre - utile, mais dont l'utilité s'estompe progressivement.

 

Et tout dépend à nouveau d'une seule personne. Si Poutine pense sérieusement à l'avenir, s'il fait attention au fait que l'État doit avoir un esprit, une éthique et une âme, qu'il doit être la vie du peuple (et pas seulement sa survie), alors tous les autres - ses subordonnés - seront obligés d'y penser.

 

Si une autorité transcendante par rapport aux trois branches du pouvoir décide de tout, alors elle décide de la structure future de l'État - la Russie du futur.

 

Les succès de la neutralisation et de la prévisibilité d'un choix délibéré

 

Une telle structure de l'État russe dispose-t-elle d'une marge de sécurité ? C'est la question la plus aiguë. Dans un sens, c'est un secret d'État.

 

Officiellement, il est clair que Poutine a le contrôle. Les résultats des élections et le soutien au régime en général seront ce que Poutine exige. C'est pourquoi il est un pouvoir transcendant, pour régner sur tout. Si nous avions une politique, nous serions en train de deviner : va-t-il passer ou non. Mais comme tout a été neutralisé, nous n'avons pas besoin de deviner.

 

Tout est neutralisé. Les mauvais et, hélas, les bons ont été neutralisés, et le meilleur est interdit.

 

Navalny a été neutralisé, et maintenant ses partisans le sont aussi. L'électeur russe est également neutralisé. Nous vivons dans une société de neutralisation de l'État. Nous avons tous été neutralisés, et nous ne pouvons pas constituer une menace pour le pays. Il y a à la fois des aspects positifs et des aspects négatifs. Nous pouvons nous réjouir que la menace ait disparu. Mais dans un sens, nous ne sommes plus nous-mêmes une menace - en tant que citoyens.

 

Et la Russie unie est précisément l'institution qui facilite la neutralisation. Le parti ne propose aucune idée parce que vous ne pouvez pas penser, ni agir, parce que vous ne pouvez pas agir non plus. Il s'agit simplement d'une discipline, comme dans le sport. Aimez, n'aimez pas - faites travailler vos muscles, courez, sautez.

 

C'est la même chose pour l'électeur, qu'il le veuille ou non, qu'il soit irrité ou indifférent - allez voter. Il y a des gens qui s'en fichent, et d'autres qui sont aigris. Mais on leur dit à tous de prendre la pose du lotus et de se détendre. Et cette "pose du lotus" est appelée "élections".

 

En ce qui concerne l'opportunisme de l'État, chacun devrait voter comme il le souhaite.

 

Navalny, du point de vue de l'opportunité de l'État, a besoin de se reposer un peu et de reprendre ses esprits. S'il ne veut pas reprendre ses esprits, son temps de "repos" sera prolongé. C'est une discipline, un sport, si vous voulez, la gymnastique politique du pouvoir. Quoi qu'ils veuillent, ils choisiront. Parce que le choix est fait.

 

Transition vers l'Empire.

 

Nous sommes dans un état où la première phase du salut de l'État après le régime soviétique et la bacchanale libérale des années 1990 qui a suivi est achevée. Une certaine gérabilité, un certain ordre et une certaine stabilité ont été rétablis. La chute dans l'abîme a été évitée. Plus précisément, nous ne nous précipitons pas tête baissée dans l'abîme. Nous sommes gelés au-dessus. Nous sommes gelés. Et nous ne tombons pas, ce qui est une bonne chose.

 

Et voici maintenant la deuxième phase. Il s'agit de remplir de contenu et de sens ce mécanisme dont on peut dire aujourd'hui qu'il fonctionne.

 

Nous ne pouvons pas appliquer les critères occidentaux à la politique russe et à l'histoire politique de la Russie parce qu'ils ne nous conviennent pas du tout. La séquence et la signification de ces événements sont complètement différentes pour nous. C'est pourquoi nous ne pouvons pas dire que nous allons vers la libéralisation, vers la modernisation, vers les réformes, vers l'occidentalisation, vers la démocratisation. Tout cela n'a pas de sens, même dans les pays occidentaux, et cela s'applique encore moins à nous. Il n'y a pas de sens universel dans le passage de l'ancien au nouveau, pas de vecteur de progrès non ambigu. Il est nécessaire de préciser le type de changements exigés. Sinon, c'est un cri vide et stupide.

 

Selon la logique de notre histoire politique russe, la deuxième phase devrait consister en une transition vers le système de coordonnées russe. Le système de coordonnées russe considère l'empire comme la norme et l'absence d'empire comme une anomalie.

 

Poutine corrige les conséquences désastreuses de la période d'anomalie. Il l'a presque terminé. De plus, il n'est même pas "presque", mais complètement fini.

 

Au niveau matériel, au niveau de la gestion de la centralisation, Poutine a accompli sa tâche. L'anomalie a été neutralisée, comme je l'ai dit plus haut.

 

Nous sommes maintenant à la limite où il est nécessaire de passer de la situation d'urgence - l'élimination des conséquences de l'accident politique - à la phase suivante. Et la prochaine étape nécessaire consiste à donner à l'État russe un sens, un esprit, des idées, des points de référence et des images de l'avenir. C'est précisément là que nous nous trouvons. Entre la première et la deuxième phase de l'histoire politique de la Russie moderne.

 

Mais la transition est toujours difficile. Il semble que le début d'un nouveau cycle menace la perte et la disparition des résultats de la phase précédente obtenus avec tant d'efforts. Avec un tel travail pour tout neutraliser, comme il est craintif et risqué de tout raviver. Après tout, une idée, une éthique et un peuple sont quelque chose de vivant et d'imprévisible. Ainsi, le passé et le présent se retrouvent dans la position d'un ennemi du futur. Ils empêchent l'avenir de se produire.

 

Toute la tension de ce changement de phase problématique de l'histoire politique retombe sur les épaules de Poutine. Après tout, il est le liquidateur de l'accident. Et lui, en tant que sauveteur (mais pas encore sauveur), s'est admirablement acquitté de cette tâche difficile.

 

Mais une tâche très difficile l'attend maintenant : pourra-t-il passer à autre chose ? Après tout, il faut une stratégie complètement différente, un style de pouvoir différent et, enfin, un système politique différent. Le compromis du monarchisme implicite derrière la façade de la démocratie simulée avec sa multitude de compromis libéraux, combiné à une élite sans idéologie et immorale et à l'absence totale de justice sociale dans la société, est épuisé. Ce qui était justifié et nécessaire devient à son tour un obstacle à ce qui est approprié.

 

Poutine est en train de terminer la première phase. Est-il capable de passer à la seconde ? Et sinon, qui fera le reste ? Sera-t-il capable de franchir le point critique de non-retour lorsqu'il deviendra évident que la situation ne reviendra jamais ? Et pourtant, pendant la période Medvedev, nous avons vu par nous-mêmes que les années 90 ne sont pas si loin de nous - et pourraient bien revenir.

 

Il est évident que vous ne pouvez pas continuer à réparer ce qui a déjà été sauvé, ce qui a été sorti du mode catastrophe.

 

C'est le caractère poignant du moment politique actuel. Parce que, du point de vue de la logique formelle, la tâche de liquider la catastrophe politique des années 70-90 du XXe siècle a été résolue. Des résultats positifs ont été obtenus. Il est étrange de se promener avec des clés à molette avec un regard anxieux là où le tuyau ne fuit plus. De plus, cela peut aussi être le début d'une nouvelle désintégration.

 

Nous avons besoin d'un nouveau niveau de réflexion politique, d'un nouveau format pour l'État russe et d'une image complète et inspirante de l'avenir.

 

C'est là que le système soviétique a trébuché dans la dernière période : il n'avait aucune image de l'avenir - ou simplement personne n'y croyait plus. Et il s'est effondré, perdu dans le présent et dans la résolution de problèmes techniques interminables qui se sont révélés insolubles. C'est avec la perte de l'horizon de l'avenir, avec l'absence de motivation inspirante et convaincante pour l'existence historique d'une grande nation que le désastre et l'effondrement du grand État en 1991 ont été liés. Tout cela risque de se répéter.

 

C'est pourquoi nous entrons maintenant dans une zone difficile. D'une part, Poutine continue à gagner en politique intérieure. En grande partie parce qu'il n'y a personne d'autre à battre. Dans l'ensemble, tout fonctionne, tout bouge. Pas toujours parfaitement, mais c'est émouvant.

 

Et d'autre part, le temps commence à exiger autre chose, quelque chose que Poutine n'a jamais fait. Ce n'est peut-être pas la tâche de Poutine. Mais comme il - et lui seul - a tout le plein - transcendant ! - pouvoir, qui d'autre que lui ? Les autres ont été neutralisés avec succès.

 

C'est un point très subtil. Et que Dieu nous accorde de survivre à ce moment le plus difficile et le plus critique de notre histoire.

 

Nous avons besoin d'un nouveau départ pour l'État russe. Le Léviathan doit être éclairé par l'idée, doit trouver une nouvelle règle - cette fois une morale, qui est vraiment aristocratique ! - et devenir non pas un mécanisme oppressif de coercition et d'asservissement, mais un instrument du peuple lui-même, menant librement et souverainement son chemin dramatique et héroïque à travers l'histoire.

 

 

Alexander Dugin

 

http://dugin.ru

Alexander G. Dugin (né en 1962) est un éminent philosophe, écrivain, éditeur, personnalité publique et politique russe. Docteur en sciences politiques. Professeur de l'Université d'État de Moscou. Il est le leader du mouvement eurasien international. Membre permanent du Club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Covid-19 : le Texas lève l'obligation du port du masque et rouvre l'économie à 100% (RT)

3 Mars 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Opération Coronavirus, #Politique, #Russie, #USA

Covid-19 : le Texas lève l'obligation du port du masque et rouvre l'économie à 100% (RT)

Le gouverneur républicain du Texas, Greg Abbott, a annoncé le 2 mars la fin du port du masque obligatoire et la réouverture totale des commerces, estimant que le deuxième Etat le plus peuplé des Etats-Unis avait «les moyens de protéger» sa population du coronavirus.

En savoir plus sur RT France : https://francais.rt.com/international/84376-covid-19-texas-leve-obligation-port-masque-rouvre-economie-100

Lire la suite

Alexandre Douguine : Un philosophe est quelqu'un qui vit dangereusement... (Zavtra/Club d'Izborsk, 1er mars 2021)

1 Mars 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Alexandre Douguine, #Club d'Izborsk (Russie), #Philosophie, #Politique, #Russie

Alexandre Douguine : Un philosophe est quelqu'un qui vit dangereusement...  (Zavtra/Club d'Izborsk, 1er mars 2021)

Alexandre Douguine : Un philosophe est quelqu'un qui vit dangereusement...

 

1er mars 2021

 

https://izborsk-club.ru/20728

 

Source: Zavtra

 

 

La philosophie comme étant à risque maximum.

 

Fedor Shimansky.  Cher Alexandre Gellievich, vous êtes le philosophe le plus célèbre de Russie mais aussi l'un des rares penseurs russes connus à l'étranger. En Occident, on vous appelle même "l'homme le plus dangereux du monde". On peut souvent le constater dans diverses publications. Quelle est votre attitude à son égard ?

 

Alexandre Douguine. Il est plus exact de dire "le philosophe le plus dangereux". Pas tant "l'homme dangereux" que "le philosophe le plus dangereux". Ce sont des choses différentes. Parce qu'il y a des gens plus dangereux que moi. Il y a des maniaques en série, il y a des terroristes, des meurtriers. Je ne suis certainement pas une personne aussi dangereuse. On pourrait dire que je suis plus ou moins un citoyen respectueux des lois.

 

Mais philosophiquement, c'est différent. Ici, c'est plutôt un compliment pour moi, car un philosophe est quelqu'un qui ramène l'existence humaine à ses conditions initiales, à son conditionnement existentiel. "Vivre dangereusement" est la formule de Nietzsche. Il faut vivre "dangereusement" car l'homme est déjà en danger. Nous sommes en danger parce que nous sommes mortels, parce que nous sommes finis, parce que nous sommes entourés d'un mur, de limites, des limites de notre séparation, de notre mortalité. C'est pourquoi les anciens Grecs appelaient souvent les gens θνητοί - mortels. θνητοί ou βροτοί signifie "mortel" ou "peuple". L'homme en tant qu'être mortel est notre définition, une définition spécifique à l'espèce.

 

Être humain est dangereux, et surtout parce qu'il perçoit la mort non pas comme la mort, comme les animaux, instantanément - une fois, et non, mais l'homme est capable de penser la mort. Et la pensée est quelque chose d'éternel. La traversée de l'éternité, qui nous est donnée en pensée, dans l'âme rationnelle, et les conditions d'exiguïté de notre existence d'humain, limitée par le temps, créent une tension énorme, incroyable. C'est pourquoi tous les êtres humains vivent "dangereusement". Et les philosophes sont ceux qui ont conscience du caractère "dangereux" de ce danger. Être philosophe, c'est vivre "dangereusement" et être conscient de son "danger". C'est la même chose.

 

Donc, si on m'appelle "le philosophe le plus dangereux", alors je suis "le plus philosophe des philosophes".

 

Bien sûr, je pense qu'il y a eu des philosophes plus dangereux que moi, peut-être qu'il y en a, qui sait. À cet égard, j'appartiens simplement, si vous voulez, à la chaîne des "personnes dangereuses", c'est-à-dire des philosophes.

 

Je n'adoucis pas ce danger, je ne l'adapte pas aux intérêts des foules ou des philosophes ; je préserve ce danger, j'essaie de le maintenir dans l'état très authentique dans lequel il devrait, à mon avis, se trouver. Où, en fait, il a été élevé par toute une pléiade de penseurs - des premiers présocratiques à Nietzsche et Heidegger. Et j'essaie de garder la philosophie telle qu'elle devrait être. Après tout, la philosophie est la forme ultime de la prise de risque. Penser en tant qu'être humain signifie penser à la mort, penser à la finitude, penser à l'intersection de l'éternité et du temps. Il s'agit en fait d'une réflexion.

 

C'est pourquoi, quand on m'appelle "le philosophe le plus dangereux", je le prends comme un compliment, peut-être un peu immérité.

 

Contre le mondialisme et les mondialistes.

 

Le deuxième point. Je suis un adversaire acharné de l'idéologie mondialiste libérale. De plus, je suis un adversaire du monde moderne, de la modernité en tant que telle.

 

Et à cet égard, j'ai une attitude ambivalente à l'égard du postmoderne. Dans la mesure où le postmoderne est une extension du moderne, il me dégoûte ; dans la mesure où c'est un exposé du moderne, il m'est très sympathique et constitue pour moi un argument philosophique important.

 

Mais en tout cas, je suis en profonde opposition avec le paradigme de la modernité dont toute l'humanité pensante et irréfléchie vit aujourd'hui.

 

C'est le deuxième sens de l'expression "philosophe le plus dangereux" parce que je suis vraiment et fondamentalement, intellectuellement, culturellement et politiquement en train de défier la modernité et sa forme idéologique victorieuse culminante, le libéralisme. Je suis prêt à l'avouer ici : je suis un opposant absolu, convaincu, inconciliable, total, radical au libéralisme, à l'individualisme, et pas seulement sous la forme où cette idéologie existe aujourd'hui, mais dans ses racines, ses fondements et ses principes mêmes. Ces racines remontent au Nouvel Âge, au matérialisme des sciences naturelles, au capitalisme, à la démocratie bourgeoise, à l'individualisme, à cet homme de la modernité que je considère comme un "dégénéré", un "dégénéré", une scandaleuse insulte à la dignité humaine. Le monde des Modernes est un monde inversé. Hegel a parlé de "verkehrte Welt", mais dans un sens légèrement différent. Mais l'expression est profonde et sémantiquement succincte.

 

"Dans chaque cœur, il y a une aspiration plus élevée. »

 

Pour moi, un homme moderne est un homme à l'envers. Je déplore bien sûr sa position. Mais je le vois comme un monstre. J'ai pour l'humanité moderne, au cours des 500 dernières années, à peu près le même sentiment que nous avons lorsque nous voyons un invalide mutilé ou une personne atteinte du syndrome de Down. Mais il est inapproprié de s'en vanter. Lorsque nous voyons quelque chose d'imparfait, de pervers, de déformé : un homme à trois bras, un aveugle ou un infirme aux jambes coupées, cela évoque un sentiment d'horreur, mais aussi de compassion. Mais en même temps, il existe un désir involontaire de se retirer, si l'on ne peut pas contribuer efficacement à la guérison ou à l'allégement de la souffrance. Je suis tiraillé entre mon dégoût pour l'humanité de la modernité et mon désir de l'aider, de la remettre sur pied. Il s'agit d'une double attitude. D'une part, je vois à quel point ce monstre est dégoûtant. D'autre part, même en dépit de cette répulsion pour la pensée, la vie quotidienne, la politique, la société, la culture, la science - pour tout ce qui est humain dans la phase de la modernité - j'ai le désir de l'aider à retourner là d'où il est tombé - l'humain - et peut-être même plus haut.

 

La corporéité même de la modernité, sa fixation carnassière sur la matérialité, me rend parfois fou. Plotin, dit-on, n'aimait pas son propre corps et était irrité par le fait qu'il en avait un. J'ai une attitude très similaire à l'égard des aspects inférieurs de la vie.

 

Mais en même temps, j'ai de la compassion pour les gens. Je crois qu'une personne, même si c'est un monstre, un dégénéré, mérite quand même d'être différente, elle a d'autres choix. "Dans chaque cœur", a dit Nietzsche, "il y a un désir ardent de plus haut. Et c'est vers ce "dépassement" que je me tourne, comme si je mettais à part ces interminables couches de dégénérescence qui constituent l'histoire des cinq derniers siècles - l'histoire du Nouvel Âge, l'histoire de la laïcité, l'histoire de la vision du monde des sciences naturelles, de la démocratie et du "progrès".

 

La quatrième position.

 

Mais cette compassion ne s'étend pas à ceux qui montent la garde, qui veillent à ce que l'homme reste ainsi à l'envers ; à ces gardiens de l'intellectuel, camp de concentration dans lequel nous vivons dans le Nouvel Âge - les porteurs du totalitarisme du Nouvel Âge. Aujourd'hui, le totalitarisme de la modernité est principalement représenté sous forme libérale. Hier, le totalitarisme communiste ou le totalitarisme nazi était plus visible.

 

Mais le totalitarisme d'hier est terrible comme un rêve ou un mauvais souvenir, alors que le totalitarisme d'aujourd'hui est libéral - il contient en lui-même tout le cauchemar de l'aliénation, de la répression, de l'asservissement de l'homme à la matière, à la technologie, à l'argent. Par conséquent, la lutte contre le totalitarisme à notre époque est une lutte irréconciliable avec le libéralisme - tant avec l'idéologie qu'avec ses porteurs.

 

Pour ceux qui prônent les structures totalitaires de la pensée Nouvel Âge - avec une mousse à la bouche, armés de nouvelles capacités technologiques, visant à supprimer toute forme alternative de pensée, de politique, de culture et de philosophie - pour ces gens, je suis dangereux. Et dangereux bien plus que quiconque, car je mets en doute les fondements mêmes.

 

Il est assez facile de tomber dans le piège d'autres idéologies du Nouvel Âge occidental tout en luttant contre le libéralisme. Par exemple, pour prendre des positions communistes et commencer à critiquer le libéralisme de la gauche. Ou se tourner vers le nationalisme, voire le fascisme, et attaquer le libéralisme par la droite. Mais il s'agit, en premier lieu, d'une répétition directe du passé ; deuxièmement, le libéralisme s'accommode très bien de ces alternatives, et troisièmement - et c'est le plus important ! - Le communisme et le nationalisme sont tous deux des produits de la vision du monde du Nouvel Âge, avec son matérialisme, sa laïcité, sa vision du monde des sciences naturelles, son "progressisme", etc. Ce qui signifie qu'ils sont porteurs du même poison que le libéralisme. Il ne suffit pas de se débarrasser du libéralisme, nous devons surmonter le paradigme politique, social et philosophique même du Nouvel Âge.

 

Ma position est la quatrième théorie politique (4PT). Elle consiste en une attaque fondamentale du libéralisme dans ses fondements, mais sans tomber dans aucune des idéologies anti-libérales (illibérales) de la modernité européenne. Le geste fondamental du 4PT est le rejet du libéralisme ainsi que du communisme et du fascisme. C'est exactement ce que les libéraux n'attendaient pas. Ce revirement les a pris par surprise. Ils avaient appris à faire face aux communistes, à les apprivoiser, à les dompter, à les domestiquer. La gauche moderne a docilement oublié la lutte des classes et s'est concentrée sur les problèmes du genre, du féminisme et des migrants. Les libéraux ont également fait face aux nazis : ils les ont marginalisés, diabolisés et transformés en monstres, après quoi personne n'osera plus considérer objectivement les idées d'extrême droite.

 

C'est la première fois que les libéraux rencontrent le 4PT, que je suis en train de développer. Cette théorie est illibérale, directement et fortement anti-libérale, mais en même temps elle est anti-moderniste à tous égards, elle ne peut donc pas être réduite au communisme ou au fascisme. Et bien sûr, cela les met mal à l'aise. Ils ont complètement perdu la capacité d'avoir une discussion raisonnée avec ceux qui pensent différemment d'eux.

 

De plus, je ne parle pas seulement pour moi, j'apporte comme arguments les théories et les idées des penseurs de l'Ouest et de l'Est, qui ont strictement critiqué la modernité européenne. Leurs travaux ont rendu cette approche possible, l'ont anticipée, en ont jeté les bases. Et ce sont, en fait, les meilleurs esprits de la culture occidentale elle-même. Si l'on considère le pourcentage des plus brillants penseurs et artistes d'Europe occidentale qui ont pris une position libérale et ont été solidaires du sort de la civilisation capitaliste, il serait négligeable. Ceux dont l'Occident se vante détestent le plus souvent le capitalisme et le libéralisme, l'attaquant à la fois par le passé et par l'avenir, à droite comme à gauche. Le côté le plus brillant et le plus beau de la culture occidentale a été largement anti-occidental, et certainement anti-moderne.

 

Je ne suis donc pas seul dans le 4PT ; je m'appuie sur un énorme héritage intellectuel, y compris la philosophie russe, qui est aussi complètement non occidentale, non libérale et non moderne. Il n'y a aucun doute à ce sujet en ce qui concerne la philosophie religieuse russe, et nous n'en avons tout simplement pas d'autre. Soit la philosophie religieuse russe de Solovyov, Florensky et Boulgakov, soit rien du tout ! Tout le reste est ridicule.

 

La philosophie religieuse russe a été préparée auparavant par V.F. Odoevsky avec le cercle des sages-schillingiens et des slaves. Là encore, il s'agissait d'une critique de l'Occident, du modernisme et du libéralisme. Leurs successeurs ont été plus tard les Eurasiens. Bien sûr, ils n'étaient pas de si grands philosophes, mais en termes d'intuitions intellectuelles, ils se sont penchés sur l'identité russe plus profondément que beaucoup d'autres. Dans leur cas, l'anti-occidentalisme et l'anti-libéralisme sont encore plus brillants.

 

Tout ce qui est russe est anti-libéral, à gauche comme à droite. Mais tout ce qui est russe n'est pas assez mûr pour comprendre le 4PT. Rien ne mûrit progressivement et, j'en suis sûr, mûrira à un moment donné.

 

Pour résumer, je suppose que j'ai mérité - ou plutôt, j'aimerais espérer que je l'ai mérité - ce titre de "philosophe le plus dangereux du monde". Je le porte avec fierté. Ils voulaient me détruire, m'humilier, m'écraser, me ridiculiser, me diaboliser, mais ils m'ont en fait complimenté à ce sujet.

 

Traditionaliste et Heideggerien.

 

Fedor Szymanski. Je voudrais vous demander ceci. Vous êtes généralement caractérisé simultanément par les trois catégories suivantes : en tant qu'Eurasien, en tant que Heideggerien, et en tant que traditionaliste, au sens de disciple de Guénon. Certains pensent même qu'il s'agit d'une seule et même chose. Mais d'autres pensent que c'est tout simplement impossible. Et comment parvenez-vous à combiner ces choses, et est-il vraiment possible de vous caractériser ainsi ?

 

Alexandre Douguine. C'est tout à fait vrai. C'est ainsi que j'établirais mes priorités :

 

Je suis, avant tout, un traditionaliste. C'est-à-dire que Guénon, Evola et la philosophie traditionaliste sont pour moi des points de référence absolus. Je me vois uniquement et exclusivement du côté des traditionalistes, et je partage pleinement toutes les lignes directrices de base du traditionalisme.

 

Je suis un Heideggerien, sans aucun doute. J'ai découvert Heidegger il y a longtemps - dans les années 80 - et j'ai commencé à l'étudier dès cette époque. Je l'ai étudié toute ma vie. À cet égard, pour moi, Heidegger et toute la phénoménologie, et à travers lui Husserl, Brentano et jusqu'à Aristote, que j'ai lu phénoménologiquement après Heidegger, Husserl et Brentano, est aussi une étoile filante. C'est une source d'inspiration incroyable, et je suis donc prêt à admettre que je suis pleinement Heideggerien. Traditionaliste et Heideggerien ! Et il n'est nullement affecté par le fait qu'Evola, dans Chevaucher le tigre, critique Heidegger. À mon avis, il s'agit d'une analyse superficielle et peu profonde. En fait, Heidegger ne s'est pas éloigné tant que ça du traditionalisme. Evola a fait partie de la révolution conservatrice du côté des traditionalistes, Heidegger du côté des philosophes allemands. Dans l'ensemble de la révolution conservatrice, Heidegger et les traditionalistes ont quelque chose en commun, un point commun fondamental. C'est un rejet radical du Nouvel Âge, dans son essence même, dans sa matrice.

 

Pour moi, tant les traditionalistes que Heidegger sont les précurseurs et les pères fondateurs du 4PT, parce que le 4PT est principalement basé sur une critique radicale et sans compromis du moderne. Dans un sens, le 4PT n'est rien d'autre qu'une généralisation de la critique des traditionalistes et de Heidegger à l'égard des modernes.

 

Je suis convaincu que Heidegger, malgré sa relation avec le national-socialisme, ne peut être compté parmi la troisième théorie politique. Pas du tout. Si Heidegger n'avait aucune sympathie pour le marxisme et rejetait radicalement le libéralisme (qu'il qualifiait d'idiotie planétaire), sa critique profonde et cohérente du national-socialisme lui-même doit également être prise en considération. Dans le national-socialisme, Heidegger rejette tout ce qui est moderne, moderniste en soi : le racisme, le mécanisme, l'athéisme, la laïcité, la Machenschaft, l'obsession de la technologie. Heidegger est clair à ce sujet dans les Carnets noirs, et dans d'autres textes également. Il oppose au national-socialisme un ensemble d'attitudes et d'idées très proches du 4PT. Sa critique du national-socialisme n'est pas une critique de droite ou de gauche. Il s'agit d'une critique d'en haut, c'est-à-dire de la position du 4PT. Il y a donc plus de points communs entre le traditionalisme et Heidegger qu'on ne le pense généralement.

 

Mais il y a aussi quelques différences, bien qu'il ne soit pas si difficile de les combiner. Après tout, ils ont un dénominateur commun : le rejet fondamental du modernisme, du Nouvel Âge, du libéralisme, de la démocratie, du matérialisme, de la laïcité, de l'athéisme, du marxisme et du nationalisme. D'ailleurs, il est très important que le nationalisme soit aussi une tendance bourgeoise, occidentale, moderne, athée, laïque, en matière d'idéologie et de politique. Et c'est pourquoi un traditionaliste conséquent ne peut pas être nationaliste. Mais Evola l'a parfaitement démontré. Les nations sont apparues comme un simulacre d'empire bourgeois.

 

Eurasianisme : vers la subjectivité d'un continent

 

Maintenant, en ce qui concerne les Eurasiens. J'ai découvert les Eurasiens plus tard que le traditionalisme et Heidegger et j'ai été frappé par la façon dont leurs intuitions, du point de vue de la culture, de la civilisation, de la philosophie et de la géopolitique (c'est très important !), coïncident parfaitement avec ces principes traditionalistes anti-modernistes (anti-modernistes). Il est donc important qu'une telle philosophie politique similaire se soit développée dans le contexte de la culture et de la tradition russes.

 

Il est important que le prince N.S. Troubetskoï, le fondateur de l'eurasianisme, ait été un linguiste structurel majeur. Son plus proche collaborateur était un autre grand linguiste et philologue russe, Roman Yakobson. Le fait que N.S.Troubetskoï ait été à la fois la figure principale du mouvement eurasien et l'une des plus brillantes figures du structuralisme n'est pas accidentel. L'eurasianisme met l'espace qualitatif, le développement des lieux, selon P.N. Savitsky, à la tête du mouvement. C'est une sorte d'analogue de la structure. Tout comme la langue prédétermine la parole, l'espace prédétermine l'histoire. D'où la thèse "la géographie comme destin" et le concept le plus important de l'Eurasie.

 

Tout cela s'est peu à peu rassemblé dans mon esprit, a formé une image générale. En même temps, le lien entre structuralisme et phénoménologie s'est précisé, ce qui a donné une autre perspective générale sur l'eurasianisme en tant que philosophie politique fondamentale, essentiellement la version russe du 4PT.

 

Un autre aspect crucial est la découverte de la géopolitique par les Eurasiens. Ils ont été les premiers penseurs russes à découvrir et à interpréter les idées de Mackinder à leur manière. Dans le contexte allemand, Karl Haushofer et Carl Schmitt ont fait quelque chose de similaire. Et tout comme les Allemands ont tiré leurs conclusions de l'affrontement entre la puissance terrestre et la puissance maritime, les Eurasiens ont fait de même. Pour l'école allemande, plus le centre est développé, la principale "puissance continentale" est l'Allemagne elle-même. Et pour les Eurasiens, c'était la Russie, qui était encore plus conforme au modèle de Mackinder.

 

Les Eurasiens ont identifié sans équivoque l'identité russe comme le noyau et le rempart de la civilisation terrestre, s'accordant sur la définition de "l'axe de l'histoire". Mais si Mackinder considérait Land Power, Eurasia comme un objet, les Eurasiens insistaient sur le fait que l'Eurasie était un sujet. Et cela a changé la vision radicalement atlantiste de la carte du monde.

 

Les Eurasiens ont pris le parti de la civilisation de la puissance terrestre, ont donné à cette même notion un contenu historique, intellectuel, philosophique. En fait, les Eurasiens ont défié le monde moderne du point de vue de la philosophie, de la civilisation et de la géopolitique russes, en identifiant la civilisation atlantique, la puissance maritime avec la modernité de l'Europe occidentale, avec le monde moderne.

 

Néo-eurasianisme : comment les missiles balistiques philosophent

 

C'est la découverte grandiose de l'eurasianisme, qui a donné à toute la construction du traditionalisme et du heideggerianisme une incarnation géopolitique concrète. J'y ai consacré mon livre, devenu très célèbre, "Les Fondements de la géopolitique". Les "Fondements de la géopolitique" sont devenus une plate-forme pour le néo-eurasianisme dans lequel le traditionalisme, la révolution conservatrice, la géopolitique et les théories civilisationnelles ont été intégrés.

 

Le philosophe italien Carlo Terracciano a écrit que "Eurasianisme = Evola + armes nucléaires". Ici, la critique de la civilisation moderne occidentale et la thèse de la nécessité de se rebeller contre le monde moderne sont combinées avec la pensée slave russe et avec le potentiel nucléaire d'une grande puissance terrestre.

 

C'est ainsi que le néo-eurasianisme a formulé une image intégrale de la Russie - au-delà de l'idéologie et de l'histoire, la Russie est éternelle. C'est la Russie inscrite dans un espace sacré immuable, la Russie comme un Cœur. Certaines des caractéristiques de cet archétype éternel existent à travers la période monarchique, le régime soviétique et la Fédération de Russie moderne. Ainsi, le programme de "révolte contre le monde moderne" quitte le domaine des rêveries romantiques d'un conservateur et se rapproche de l'existence concrète d'un phénomène politique - la Russie réellement existante avec des armes nucléaires, un vaste territoire et d'innombrables ressources naturelles. Se reconnaissant comme un sujet de l'histoire du monde et non comme une simple parodie de l'Occident, une province désespérément arriérée (comme le voient les libéraux et les Occidentaux), les Russes entrent dans leur héritage métaphysique et fondent leur mission sur une combinaison d'idéaux idéocratiques transcendants et d'un énorme potentiel de puissance. Il est clair qu'avec ce tournant, le néo-eurasianisme devient vraiment dangereux, et pour l'Occident, la soirée, comme on dit maintenant, "cesse d'être langoureuse".

 

Nous passons de la nostalgie exotique de l'"âge d'or" et des projets romantiques du nouveau Moyen-Âge à la planification de la stratégie d'une grande puissance et de ses politiques défensives et offensives au sein de l'État-major général. Et maintenant, depuis Guénon et la fin de Kali-Yuga*, nous nous apprêtons déjà à discuter avec des responsables militaires et civils influents et de haut rang de l'intégration de l'espace post-soviétique (impérial) dans l'Union eurasienne.

 

Si les discours sur la "crise du monde moderne" ou les subtiles constructions philosophiques de Heidegger peuvent sembler "absurdes", alors nos missiles balistiques, nos nouvelles armes, "la Crimée est à nous", ou un comportement actif dans le Caucase ou les relations avec la Turquie au Moyen-Orient, et en général l'opposition croissante à l'Occident - ce n'est pas de la "nerderie", pas drôle et pas du tout abstrait. C'est tout à fait concret.

 

Pour moi, tout cela est du néo eurasianisme. Ce ne sont pas des choses disjointes, mais des gradients d'une même vision intégrale du monde construite hiérarchiquement - du plus haut niveau - métaphysique, en passant par le niveau philosophique, jusqu'au niveau géopolitique et politique concret. Nietzsche a donné à son livre Le crépuscule des idoles (Götzen-Dämmerung) le sous-titre "Wie man mit dem Hammer philosophiert" (Comment l'homme philosophe avec le marteau). Le néo-eurasianisme pourrait être défini, pour paraphraser Nietzsche : "comme ils philosophent avec les missiles balistiques".

 

La géopolitique comme destin

 

Le néo-eurasianisme est une transition entre la métaphysique et la philosophie, qui étaient loin d'être étrangères aux fondateurs de l'eurasianisme, ainsi que des questions pratiques de géopolitique, de politique étrangère, de stratégie et de défense.

 

Pourquoi l'Occident a-t-il pris un tel goût pour les "Fondements de la géopolitique" en son temps ? Permettez-moi de  rappeler le contexte. Au début des années 90, lorsque la justification idéologique (c'est-à-dire communiste) de l'assujettissement de l'URSS a disparu, et que les réformateurs dirigés par Eltsine et son cercle d'espions (libéraux, agents corrompus de l'influence occidentale) ont commencé à considérer la RF comme faisant partie d'un seul monde global, nos cercles militaires, nos siloviki se sont retrouvés complètement désorientés. Ils ont compris qu'ils ne peuvent en aucun cas suivre l'Occident, ils ont vu que l'OTAN ne cesse de s'étendre, et ils ont estimé qu'il fallait faire quelque chose pour contrer cet assaut, mais ils n'avaient pas d'idéologie. La géopolitique, notamment mes conférences et mes discours à l'Académie d'état-major, mes discussions avec les responsables de l'application des lois, mes textes et mes articles ont donc joué un rôle très important. Ils ont comblé une lacune stratégique dans mon esprit. Depuis lors, la géopolitique est devenue une sorte d'"idéologie parallèle" de l'État profond russe - milieux militaires, de pouvoir et patriotiques. La confrontation entre la puissance terrestre et la puissance maritime, entre la puissance des terres arides et la puissance maritime, entre l'eurasianisme et l'atlantisme, a parfaitement et vivement expliqué l'état des choses actuel - et de l'autre côté de toute idéologie.

 

Finalement, avec l'arrivée de Poutine, ce parallèle - géopolitique, eurasien - de la conscience de défense a été légalisé. Elle a été légalisée, bien que partiellement et à moitié. Et puis "la soirée n'était plus du tout langoureuse" car le 4PT, Traditionalisme et Révolution conservatrice, avait fusionné dans la géopolitique eurasienne - même si c'était pour des raisons assez pragmatiques (la nécessité d'un modèle stratégique cohérent en réponse à la pression incessante de l'Occident) - avec la politique pratique.

 

Lorsque j'ai pris la parole à Washington en 2005 à l'Institut Hopkins pour me présenter, le célèbre expert de l'Asie centrale et du Moyen-Orient, le professeur Frederick Starr, (il a d'ailleurs déclaré qu'il avait joué du saxophone dans le film Pop-Mechanics de Sergey Kuryokhin ! "Voyons ce que Douguine a écrit dans les années 90, ou même à la fin des années 80, et ce que Poutine fait dans les années 20." Et la liste était si impressionnante que tout le monde dans la salle - et la salle était pleine, y compris des représentants du Département d'État, du Congrès et de divers responsables de la sécurité - est sorti grand ouvert. "Après cela, ne nous demandons pas quelle est l'influence de Douguine sur le Kremlin, car lui-même ne répond jamais à cette question. C'est clair comme de l'eau de roche. Comparons simplement deux colonnes : les thèses théoriques ("impérialistes" et "revanchistes") de Douguine de la fin des années 1980 et les pas réels de Poutine dans les années 2000. Dans la colonne de gauche, Douguine, dans la colonne de droite, Poutine. Trouvez les différences..."

 

C'était en 2005.

 

Je suis maintenant sous sanctions après la Crimée et le printemps russe, je ne suis pas autorisé à entrer en Amérique. Pour ma vie philosophique "dangereuse", j'en paie le prix. Mais imaginons un scénario fantaisiste dans lequel je suis invité à retourner à Washington, DC, pour donner une conférence au même Institut Hopkins en 2021. Imaginez à quel point la liste des coïncidences dans les deux colonnes s'allongerait considérablement. C'était déjà très long il y a 15 ans. Maintenant, les événements d'août 2008 dans le Caucase du Sud, le scénario de Crimée, la séparation de la Novorossie, l'émergence du populisme de droite et de gauche en Europe et bien plus encore - notre rapprochement avec l'Iran, notre retour au Moyen-Orient, nos politiques envers la Turquie, la Libye, la Syrie, etc. En fait, il ne me resterait plus qu'à rester à Washington aussi longtemps que possible pour arrêter la croissance de ces conformités et empêcher d'une manière ou d'une autre le mouvement sur les points "Que faire" non encore réalisés. Et le programme comprend la fin de la mondialisation, la destruction de l'idéologie libérale, la chute de l'hégémonie occidentale, le retrait de la Turquie de l'OTAN puis la dissolution complète de cette organisation, la victoire mondiale de la révolution conservatrice et du 4PT, l'établissement d'un monde multipolaire, la renaissance de la grande Union eurasienne et d'autres "grands espaces" totalement indépendants de l'Occident, le triomphe planétaire de la civilisation des terres arides. "Arrêtez ça ! Maintenant !" crierait le hall de l'Institut Hopkins en 2021.

 

Mais cela n'arrivera pas. Et dans un sens, il est déjà trop tard. Les "Fondements de la géopolitique" ont été écrits - et ce, dès le début des années 90.

 

Bien sûr, j'ai révisé et corrigé beaucoup de choses depuis lors. Mon attitude envers la Turquie, la Chine et en partie l'Azerbaïdjan a considérablement changé après que j'ai étudié de plus près la transformation de leurs politiques au cours des dernières décennies.

 

Mais le "danger" de la géopolitique eurasienne et des "géopoliticiens eurasiens" pour l'Occident ne diminue pas, au contraire, il augmente. Ma participation à toutes sortes de processus géopolitiques, mes réunions, consultations et échanges de vues avec les dirigeants de divers États, avec les élites intellectuelles et les experts stratégiques de divers pays - tout cela continue.

 

L'influence planétaire d'un marginal inconnu

 

Et il est intéressant de constater que les gens qui, en Occident (et pas seulement en Occident), me détestent, me considèrent comme "l'ennemi de l'humanité" (et je suis, en fait, l'ennemi de l'humanité - mais pas de tout, mais seulement du libéral et, dans un sens plus large, du moderne - comme dans le Nouvel-Âge, je n'aime rien), ont deux opinions mutuellement exclusives à mon sujet : "il est très influent, il est extrêmement dangereux, il est relié à de nombreux centres de décision" et, simultanément : "C'est un marginal total, il n'est connu de personne, il n'influence rien du tout." Et cette bifurcation ne se produit pas avec des personnes différentes, mais souvent avec les mêmes personnes.  Si vous regardez bien, vous trouverez une contradiction logique dans presque toutes les phrases qui me décrivent, moi et mes idées.

 

En même temps, on me présente comme une personne marginale, inconnue, un fantasque excentrique qui n'a pas accès aux instances sérieuses, qui exprime des idées extravagantes et grotesques que personne ne comprend, mais cette personne "marginale" et "rien" influence en quelque sorte la grande géopolitique, les décisions stratégiques du Kremlin, le populisme européen et américain, l'anti-impérialisme en Amérique latine, en Iran, en Turquie, dans la région arabe, etc. Il est révélateur qu'ils prononcent des évaluations mutuellement exclusives dans le même souffle. Et ils essaient désespérément de me faire rentrer dans une caricature qu'ils comprennent - "extrémiste", "stalinien", "nationaliste", "impérialiste" et pire encore.

 

Cependant, ma philosophie serait plus compliquée que ces timbres vides.

 

Le héraut des 5 rois

 

J'ai remarqué ce qui suit à cet égard. Dans le camp des libéraux, il n'y a pas vraiment d'intellectuels qui se vantent de leur intellectualisme. Je ne sais pas si cela peut s'expliquer par la paresse ou par la totalité imaginaire de leur victoire, mais les libéraux ne trouvent tout simplement pas dans leur camp d'intellectuels capables d'engager un dialogue décent.

 

Le think tank libéral Nexus a organisé un "débat du siècle" il y a un an à Amsterdam entre moi et le philosophe (sic) ultra-libéral Bernard-Henri Levy, un mondialiste et atlantiste convaincu et franc. Mais rien de significatif n'en est sorti. Il semble que Bernard-Henri Levy n'ait pas lu mes livres (et il y a beaucoup de mes œuvres traduites en français) et même son propre livre, "L’Empire et les cinq rois". Je peux admettre qu'il ne l'a pas écrit, c'est une trop grande figure publique et un homme riche pour cela, il aurait pu engager quelqu'un, mais il a dû le lire... Le livre, d'ailleurs, est assez bon en général, il y a quelques remarques assez correctes, bien que du point de vue de l'hégémonie mondiale. Plus important encore - l'auteur (Levy ou pas tout à fait Levy) remarque que "l'Empire" (comme le livre appelle l'ordre mondial libéral, la domination totale des mondialistes, l'Occident moderniste et postmoderniste dans son ensemble) ces dernières années - à commencer par Obama (= Gorbatchev) et surtout sous Trump (= Eltsine) s'effondre rapidement, réduit sa présence dans le monde et l'efficacité du contrôle. Parallèlement à cette "évaporation de l'empire libéral", on assiste à la montée de cinq centres alternatifs - les pôles de civilisation - Russie, Chine, Iran, Turquie et Arabie Saoudite. Ce sont les cinq rois, ou cinq anciens empires - le califat russe/soviétique, chinois, persan, ottoman et arabe. Ainsi, les anciens empires cherchent à revivre et à revenir à l'histoire au prix de l'effondrement de l'empire actuel. L'auteur le déplore et appelle "l'Empire" à se ressaisir et à détruire la Russie, la Chine, l'Iran, la Turquie et le monde arabe, soit en les dressant les uns contre les autres, soit en les minant de l'intérieur ou en leur portant un coup direct. C'est essentiellement le programme de l'administration de Joe Biden. Il est intéressant de noter que j'ai également rencontré Anthony Blinken à Amsterdam lors de cette même table ronde, qui m'a été présenté en tant que haut fonctionnaire de l'administration Obama. Aujourd'hui, comme nous le savons, il occupe le poste de secrétaire d'État américain. Blinken et Bernard-Henri Levy sont du même avis et, lors du débat sur le Nexus, ils ont parlé d'une seule voix - contre la Russie et la Chine, et contre ... Trump. Cela se passait à l'époque où Trump était président des États-Unis. Par conséquent, le projet "L'Empire et les cinq rois" reflète la base de la stratégie de la nouvelle administration de la Maison Blanche.

 

Dans la langue radio de Svanidze

 

Retour au débat. Quand j'ai commencé à parler du livre de Levy, il s'est avéré que Levy ne pouvait répondre qu'avec un ensemble de phrases préparées et communes. "Nemtsov. Politkovskaïa. Novichok. Skripal. Poutine est mauvais. La Crimée n'est pas à vous. Le plus grand homme de Russie était Soljenitsyne." Quand je me suis renseigné, j'ai ironiquement dit Et son anti-libéralisme, sa critique de l'Occident et de la modernité, et ses "200 ans de vie commune", vous le pensez aussi". Il était perplexe : "Qu'est-ce que c'est ? Il est clair que sa connaissance de Soljenitsyne se limitait à Wikipédia, une idée conventionnelle généralisée de l’anti-soviétisme en général. Et cela s'appelle un "intellectuel" ? S'agit-il d'un "théoricien d'un nouvel ordre mondial" ? Il est trop paresseux pour lire, trop paresseux pour penser, trop paresseux pour chercher des arguments, trop paresseux même pour s'intéresser à ce qui sort de son travail d'auteur...

 

Je pense que c'est dû à l'impunité et au vide complet, créé artificiellement autour de lui par la dictature libérale. Les partisans de la "société ouverte" ont complètement aboli la critique - toute personne qui remet en cause leurs principes est diabolisée, ostracisée, marginalisée et déplatée. Personne n'a la possibilité d'ouvrir sa bouche et de s'opposer aux libéraux. De là, ils sont devenus absolument impudents et nous considèrent, nous tous qui rejetons le mondialisme, comme des "imbéciles", des "Untermensch", des "singes", des "Néandertaliens", des "troglodytes". Ils ne se donnent donc même pas la peine de préparer le débat. Bien entendu, cela a immédiatement attiré l'attention de tous. Néanmoins, beaucoup de gens ont regardé les débats eux-mêmes. Ce n'était pas le débat du siècle, car Liberal Levy a répété avec arrogance et condescendance une série de platitudes que nous entendons déjà tous les jours sur toutes les chaînes et les médias sociaux contrôlés par les mondialistes. Quant à mes tentatives d'élever la discussion à un niveau philosophique, Levy a repoussé mes invectives par un barrage d'insultes et d'attaques, transformant le tout en une énième émission de télévision.

 

Bien que Levy se soit attribué la victoire, parce qu'il a crié plus fort, est devenu plus vif dans les postures de l'image et a proclamé comme un acteur d'un très mauvais théâtre de province : "Poutine, rends la Crimée". Mais ce faisant, il n'a répondu à aucune question de fond. C'était une conversation à deux niveaux parallèles. J'essayais de lui parler comme à un philosophe, et il me parlait comme un journaliste grincheux dans une émission de télévision.

 

Je connais ce style. Une fois, j'ai été invité à Radio Rossiya au plus fort de l'histoire de l'émeute des Pussy Riot, avec mon adversaire, le libéral Svanidze. Svanidze, bien sûr, n'est pas un philosophe, et ne prétend pas l'être. Svanidze s'est assis sur sa chaise, a toussé et s'est mis à crier des grossièretés, sans faire attention ni au présentateur ni à moi, dans le micro : "Laissez les filles partir, ce n'est pas leur faute !" J'ai dit : "Svanidze, est-ce qu'on te parle ?" Et il a dit : "Taisez-vous, vous êtes un nazi, vous êtes un radical, vous êtes là pour justifier le terrible criminel Vladimir Poutine, qui a mis ces pauvres filles en prison" - et ainsi de suite. Et il a crié comme ça pendant 45 minutes. Sans pause. C'était une machine à laver libérale. Il était allumé et il a fonctionné.

 

J'ai écouté au début, puis j'ai essayé d'argumenter quelque chose. Et puis, voyant que Svanidze ne faisait pas attention à moi et au présentateur et se contentait de crier, j'ai décidé de jouer le rôle d'une machine, seulement d'un patriote eurasien. Intelligence artificielle eurasienne. Ainsi, en oubliant Svanidze, je me suis mis à parler à voix haute dans le micro de tout ce que je pense - de la vie, du libéralisme, de la cinquième colonne, de la sixième colonne, de Soros, des traîtres, etc. En fait, je ne faisais que donner une conférence à un niveau élevé.  Svanidze et moi avons parlé de cette façon en même temps - fort et distinctement - pendant environ 45 minutes. Chacun de nous a fait son truc.

 

Il semble qu'après cela, le programme ait été clôturé. Nous avions une réticence ou une incapacité manifeste à entendre nos adversaires, ou même à leur parler. Le présentateur, qui ne pouvait pas crier aussi fort et ne pensait pas à éteindre les micros, était confus et ne comptait pas.

 

Bien sûr, ce n'était pas exactement le cas avec Bernard-Henri Levy. Svanidze, bien sûr, n'est qu'un homme mal élevé, tandis que Levy est bien élevé. Mais néanmoins, le résidu sec de ce débat, le "philosophe le plus dangereux" en face de moi et le mondialiste le plus libéral (on peut difficilement l'appeler le "philosophe le plus sûr" car il a été directement impliqué dans l'assassinat de Kadhafi, opposant les Kurdes aux Turcs, applaudissant le bombardement de Belgrade, demandant à Saakashvili de lancer un missile sur Tskhinvali et inspirant les néo-nazis ukrainiens sur le Maidan), était proche de zéro. Oui, Levy a une fois de plus confirmé sa réputation d'apologiste convaincu d'un monde unipolaire, de la mondialisation et de l'hégémonie occidentale, de défenseur direct de l'Empire occidental-américain et, plus généralement, de l'OTAN. Il a dénoncé les 5 rois (Russie, Chine, Turquie, Iran et Arabie Saoudite), déploré la passivité des États-Unis et appelé à l'unité autour d'Israël. Mais il l'a déjà fait des milliers de fois. Quel a été le débat, le dialogue, l'échange de vues ou la défense des positions polaires ?

 

La conversation se résume essentiellement à l'expression de la position de chacun. En même temps, je l'ai dit au niveau philosophique, à la manière dont les philosophes parlent, sans élever la voix, sans essayer de convaincre qui que ce soit dans le public. D'ailleurs, elle s'est tenue dans le luxueux Opéra d'Amsterdam en présence de plusieurs milliers de spectateurs représentant en général l'élite politique et économique libérale des Pays-Bas. Bien sûr, ils étaient sciemment du côté de Levy. Je veux dire que s'il avait essayé de dire la même chose en Irak, au Liban, en Serbie ou en Iran - j'aurais vu ce qu'il en resterait.

 

Néanmoins, une partie des gens, bien sûr - un plus petit nombre - était aussi pour moi. J'ai présenté mes arguments, exprimé mes pensées de manière philosophique. Et Levy "a donné Svanidze" : "Je n'écoute rien ni personne, je ne sais rien, rends la Crimée, Poutine est un fasciste, les plus grands philosophes de Russie sont Khodorkovsky, Navalny, Politkovskaya et Nemtsov, ce sont des Russes, et Dostoïevsky est un antisémite et un Black Hundred, etc. - C'est tout, il n'avait plus d'arguments. Selon Levy, même moi, et pas seulement les Russes, mais tout le monde autour est un fasciste en général, jusqu'aux Américains qui soutiennent Trump. Sauf pour lui-même.

 

C'est simple, qui il a rappelé, il a énuméré : Heidegger est un fasciste, Nietzsche est un fasciste, Trump est un fasciste, Huntington est un fasciste, et ainsi de suite dans la période. Strictement selon Popper, The Open Society and Its Enemies. Dans ce livre de Karl Popper, les "fascistes" ou "communistes" comprennent tout le monde, de Platon et Aristote à Schelling et Hegel, en général - tout le monde. Sauf Popper. Il est impossible de parler avec de telles personnes - des maniaques libéraux.

 

À mon avis, il est inconvenant de parler la "langue de Svanidze" dans le style de l’Echo de Moscou et du monologue sarcastique autoréférentiel qui y est adopté.

 

Pas Raspoutine.

 

Fedor Shimansky. J'ai vérifié, au fait. Nous avons bien fait les choses. Voici le titre : "Rencontre avec l'homme le plus dangereux du monde : Paul Knott sur le philosophe fasciste de Poutine". Aussi, "La réplique la plus dangereuse de Raspoutine". C'est ainsi qu'ils l'appellent. Et l'homme le plus dangereux du monde et même Raspoutine.

 

Alexandre Douguine Oui, "La réplique de Raspoutine". Bon, d'accord. Je traite la figure de Raspoutine avec beaucoup d'intérêt. Il était la voix du peuple profond sous le dernier empereur. Avec son esprit profond, viril et terrestre, il a réussi beaucoup de choses - et même en politique. Son image a été discréditée par ses opposants, et il est révélateur que les Britanniques aient été directement impliqués dans son assassinat - comme dans celui de l'empereur Paul.

 

Pourtant, la comparaison est évidemment ridicule. Je suis philosophe, et si mes idées influencent effectivement la politique de Poutine, ce n'est pas par l'hypnose individuelle ni par la suggestion directe. Je travaille avec des paradigmes, avec des champs sémantiques. Il s'agit d'un autre type de pratique.

 

A suivre

 

 

Alexandre Douguine

 

http://dugin.ru

Alexandre G. Douguine (né en 1962) est un éminent philosophe, écrivain, éditeur, personnalité publique et homme politique russe. Docteur en sciences politiques. Professeur de l'Université d'État de Moscou. Il est le leader du mouvement eurasien international. Membre fréquent du Club Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

NdT: Kali Yuga « Le Kali Yuga ou kaliyuga (en écriture devanāgarī : कलियुग, « âge de Kali » ou « âge de fer »), est le quatrième et actuel âge de la cosmogonie hindoue, les trois autres étant le Krita Yuga, le Trétâ Yuga (en) et le Dvâpara Yuga. Ces quatre âges correspondent à un Mahayuga. (…) Le Kali Yuga s'achèvera 432 000 ans plus tard, quand Kalki, une nouvelle descente (avatâr) de Vishnou ramènera l'Ordre (dharma) et le bonheur sur Terre pour recommencer un nouveau cycle des yuga. (…) Le Kali Yuga tire son nom du démon Kali (कलि), qui ne doit pas être confondu avec la déesse Kâli (काली). En effet, alors que le Krita Yuga est censé être l’âge d’or, le Kali Yuga est celui où les êtres souffrent le plus, et où ils sont les plus nombreux à souffrir, et ce faisant, où il est plus facile d'atteindre la Délivrance (Moksha) des réincarnations" (https://fr.wikipedia.org/wiki/Kali_Yuga ).

Lire la suite

Le retour du Cajun: Le Siège de La Rochelle (1628) "Pas d'État dans l'État !"

1 Mars 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #France, #Guerre, #Histoire

Excellentes vidéos, légendes intelligentes, iconographie remarquable, très belles musiques: découvrez le Retour du Cajun  et faites-le découvrir à vos enfants et à vos amis pour leur donner le goût de connaître l'histoire mouvementée de la France.

Le Rouge et le Blanc.

Remerciements à Rinaldo, une nouvelle fois.

 

Lire la suite
<< < 1 2 3 4