Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Xavier Bazin: profit, manipulation de la science, lobbying, médecine X santé (France-Soir)

30 Avril 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Opération Coronavirus, #Santé, #France

Ecoutez jusqu'au bout l'entretien avec Xavier Bazin sur le site de France-Soir:

https://www.francesoir.fr/videos-les-debriefings/big-pharma-demasque-debriefing-de-xavier-bazin?utm_source=NL

 

 

Xavier Bazin: profit, manipulation de la science, lobbying, médecine X santé (France-Soir)
Big pharma démasqué !

la crise du coronavirus révèle la face noire de notre système de santé

 Xavier BAZIN

Editeur : GUY TRÉDANIEL ÉDITEUR
ISBN : 978-2-8132-2449-1 

 

Une enquête coup de poing !

Après onze mois d’investigation, le journaliste santé Xavier Bazin dévoile les dessous de la crise sanitaire du coronavirus, qui marquera toute une génération.

Avec plus de 300 sources scientifiques à l’appui, il révèle les conflits d’intérêts des mondes médical et politique qui ont conduit à trois graves dysfonctionnements :

• le dénigrement de l’hydroxychloroquine du Professeur Raoult ;
• le silence sur la prévention et les remèdes naturels efficaces, comme la vitamine D ;
• la focalisation sur le vaccin anti-Covid comme unique réponse à la crise.

L’industrie pharmaceutique a façonné, depuis vingt ans, une pensée médicale unique aux conséquences souvent dramatiques pour notre santé, qui nous ont explosé à la figure avec la Covid-19.

Cette crise doit nous réveiller de notre torpeur : il est temps de changer radicalement de philosophie face aux virus, aux bactéries et aux problèmes de santé en général. Un autre système de soins est possible

(4e de couverture)

Lire la suite

Qu'est-ce qu'un sûfi ?

30 Avril 2021 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Asie, #Iran, #Religion

Qu'est-ce qu'un sûfi ?
Lire la suite

Yuri Tavrovskiy : dos à dos (Club d'Izborsk, 30 avril 2021)

30 Avril 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Asie, #Chine, #Eurasie, #Economie, #Club d'Izborsk (Russie), #Politique, #Russie

Yuri Tavrovskiy : dos à dos  (Club d'Izborsk, 30 avril 2021)

Yuri Tavrovskiy : dos à dos

 

30 avril 2021

 

https://izborsk-club.ru/21006

 

 

Lorsqu'ils analysent les événements actuels et l'avenir géopolitique de la Russie, notre communauté d'experts et les médias négligent souvent le facteur Chine. On accorde plus d'attention à l'Ukraine malheureuse qu'à la deuxième plus grande économie du monde avec une population de 1400 millions d'habitants, une puissance militaire et politique qui croît rapidement, jouant déjà pour nous un rôle de "deuxième front" dans la guerre froide avec l'Occident.

 

Le succès de l'Empire céleste dans le contrôle de la pandémie et la restauration de l'économie est naturellement passé sous silence. L'enthousiasme jubilatoire à la recherche de "mines à retardement" capables d'interrompre le mouvement de notre partenaire stratégique vers ses objectifs de développement est incompréhensible. L'accent mis sur les distorsions de l'économie qui était typique il y a seulement quelques années s'estompe face aux succès indéniables d'aujourd'hui. Dans le même temps, on a assisté à une augmentation de l'activité de construction de "châteaux d'air" concernant une sorte de lutte au sein de la direction chinoise entre les militaires et les descendants du Komsomol, entre les factions régionales et même les locuteurs de différents dialectes de la langue chinoise. Ces "châteaux" sont construits sur du sable. Les prédictions basées sur elles ne se sont jamais réalisées, parce qu'elles contiennent peu de réalité. À mon avis, ces efforts sont destinés à influencer non seulement le public de lecteurs mal informés, mais aussi l'élite politique. Présenter la Chine comme un partenaire peu fiable et empêcher Moscou et Pékin de progresser vers une alliance militaro-politique, telle est la tâche fixée par les experts "néocons". Malheureusement, ils ont des aides volontaires et non volontaires en Russie.

 

L'avenir géopolitique de la Russie est aussi étroitement lié à la Chine que son passé. Les deux civilisations se sont heurtées au cours de 400 ans de voisinage et d'interaction, mais elles n'ont jamais été en guerre. Mais les relations entre alliés ont été maintenues et fixées par des traités secrets et ouverts en 1896, 1937, 1945, 1950. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, la Chine et la Russie ont servi tour à tour de "second front" l'un pour l'autre, en s'appuyant sur les forces de leur ennemi commun. Cette interaction était fondée sur les intérêts nationaux et était donc productive. Au contraire, le clivage idéologique des années 1960-80 l'a emporté sur les intérêts nationaux et a entraîné des conséquences tragiques pour les deux puissances. La Chine a perdu deux décennies de développement progressif et 30 à 40 millions de personnes dans le "Grand bond en avant" et la "Révolution culturelle" entrepris "pour contrarier" Moscou. Après le passage de Pékin du côté de l'Occident, l'Union soviétique a été contrainte de mener elle-même la confrontation sur "deux fronts". Je suis convaincu que des forces trop importantes dans cette confrontation ont été l'une des raisons de la disparition de ce grand pays.

 

Aujourd'hui, l'histoire se répète avec un nouveau tournant. Nous redevenons un "second front" l'un pour l'autre. Les intérêts nationaux nous dictent de rechercher des solutions pour contrer la guerre froide menée contre la Russie et la Chine et empêcher une descente vers une véritable guerre. Les "néocons" qui ont pris le contrôle de la Maison Blanche et d'autres mécanismes de prise de décisions cruciales, pensent en termes de domination mondiale. Ils sont tout à fait capables de sacrifier les intérêts nationaux des États-Unis et l'avenir de l'humanité entière au nom de leurs chimères idéologiques. L'avenir proche montrera s'ils parviendront à vaincre la résistance de segments raisonnables de l'élite américaine.

 

Les armées de la Russie et de la Chine sont déjà effectivement "dos à dos". Remettre nos secrets à l'APL (système de détection des missiles). Patrouilles conjointes de bombardiers stratégiques près des bases de l'Amérique et de ses alliés dans le Pacifique. Exercices à grande échelle en Russie et en Chine, dans le cyberespace et dans l'espace. C'est l'armée qui, traditionnellement, voit le mieux les intérêts nationaux. Ils sont moins susceptibles d'être impliqués dans des chaînes commerciales et financières corrompues, ne sont pas liés à un adversaire potentiel par des avoirs dans des banques, des biens immobiliers à l'étranger et des affinités idéologiques.

 

Le partenariat stratégique entre la Russie et la Chine ne se limite pas au domaine de la stratégie, où la coïncidence des intérêts nationaux est évidente. Il existe d'autres domaines où la situation n'est pas aussi monochrome. Dans les deux pays, la méfiance demeure fondée sur des épisodes de l'histoire, notamment des affrontements frontaliers. Les effets du traitement de la propagande au cours des décennies de la guerre froide soviéto-chinoise sont visibles. Toute une génération d'experts des deux pays, qui ont étudié dans des universités américaines et ont reçu des subventions de groupes de réflexion occidentaux, sont peu enclins au rapprochement. Des méthodes de négociation et de commerce mal adaptées, des attentes excessives de résultats rapides de la part de nos interlocuteurs, le manque de précision dans le respect des obligations, même écrites, et l'arrogance des Chinois jouent un rôle négatif. Après avoir lu les œuvres et les manuels de Confucius sur les négociations avec l'Empire céleste, les politiciens et les hommes d'affaires régionaux russes sont soudain confrontés à des partenaires rigides, dépourvus de "cérémonies chinoises", orientés vers le profit à tout prix et confiants dans la supériorité de tout ce qui est chinois. Pendant la période de développement du tourisme de masse qui a précédé la pandémie, la différence dans les habitudes domestiques est devenue apparente, refroidissant la nostalgie de la nation pour les jours de la "grande amitié" des années 1950. La méfiance mutuelle persistante entre les gens ordinaires, les élites régionales et même les cercles politiques de haut niveau freine le développement de la coopération entre les deux pays voisins aux économies complémentaires.

 

Une prudence excessive dans la mise en œuvre de plans à grande échelle et à long terme et, surtout, de projets d'intégration peut être surmontée par des facteurs externes. La pression exercée par les sanctions sur la Russie, la réduction des livraisons de céréales et de minéraux à la Chine en provenance des pays satellites des États-Unis ouvrent de nouvelles perspectives à nos producteurs. La nécessité de disposer de voies de transport libres de tout contrôle américain accroît d'un ordre de grandeur l'importance des chemins de fer et des autoroutes sur notre territoire, de notre espace aérien et des voies prometteuses de la route maritime du Nord. Le facteur géographique jouera un rôle de plus en plus tangible dans les liens économiques russo-chinois et contribuera à la formation d'un espace de sécurité et d'interaction commun en Eurasie.

 

Nous pouvons maintenant prédire que si les ordres actuels en Russie se maintiennent dans un avenir prévisible, son importance géoéconomique diminuera. La vitalité de l'économie chinoise, prouvée par la guerre commerciale américaine et la pandémie de COVID, ainsi que l'effet de la planification à long et moyen terme promettent à l'Empire céleste d'accroître encore son influence géo-économique. Toutefois, pour les relations entre Moscou et Pékin, les facteurs stratégiques et géopolitiques l'emportent traditionnellement sur les facteurs économiques. Je pense que l'avenir géopolitique de la Russie dépend des relations avec la Chine dans la même mesure que l'avenir de la Chine dépend de la Russie.

 

Yuri Tavrovskiy

 

Yuri Vadimovich Tavrovsky (né en 1949) est un orientaliste, professeur à l'Université de l'amitié des peuples de Russie et membre du présidium de l'Académie eurasienne de télévision et de radio. Il est un membre permanent du Club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc

Lire la suite

Afin d’imposer le dénomination « Navigo Easy », la région Île-de-France intente un procès à une association de défense de la langue française

28 Avril 2021 , Rédigé par La Rouge et le Blanc Publié dans #Langue, #Europe, #France, #Politique, #Société

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DE L’A.FR.AV

Association Francophonie Avenir : https://www.francophonie-avenir.com

Objet : Un procès pour rétablir la langue française !

Madame, Monsieur,

Jeudi 22 avril 2021, sera jugée au tribunal administratif de Paris l’affaire qui oppose notre association à l’établissement public « Île-de-France Mobilités » dont le Conseil d’administration est présidé par la présidente du Conseil régional d’Île-de-France et ancienne ministre, Mme Valérie Pécresse.

Pour nous, il s’agit d’un combat pour venir au secours de la langue française afin d’exiger que cet établissement public francise l’appellation « Navigo Easy », une appellation que cet établissement a donnée au nouveau passe de transport francilien.

Force a été de constater, cependant, qu’au lieu de s’excuser d’avoir eu recours à un terme anglais, et donc de ne pas avoir respecté la langue de la République – comme le précise notre Constitution -, et, ce faisant, également la loi qui régit l’emploi de la langue française en France, la présidente du Conseil d’administration « Île-de-France Mobilités », Mme Valérie Pécresse – et nous le répétons présidente du Conseil régional d’Île-de-France et ancienne ministre -, nous a envoyé par le biais de son cabinet d’avocats, un mémoire de 2,7 kg pour justifier l’anglais de la marque « Navigo Easy ».

Que voilà un beau spécimen des politiciens qui désormais sont aux commandes de la France !

Notons que si personne ne réagit contre cette folie qu’est l’anglomanie, une folie qui est en train de toucher l’ensemble de nos décideurs, nous perdrons définitivement au bout de 3 ou 4 générations la langue française comme jadis nos aïeux ont perdu leur langue (régionale), et nous sommes bien placés dans le Gard, en Occitanie, pour savoir qu’une langue peut disparaître.

Déjà, au ministère de l’Intérieur, n’a-t-on pas décidé que la nouvelle carte nationale d’identité des Français serait écrite en bilingue français-anglais, comme pour indiquer qu’il y aurait déjà aujourd’hui deux langues officielles en France ?

Enfin, au cas où nous perdrions ce procès, « Île-de-France Mobilités » demande que l’association soit condamnée à lui verser 10 000 euros au titre de l’article L761‑1 du code de justice administrative.

Autrement dit à la victoire de l’anglomanie, à la mise hors circuit de la loi Toubon, Mme Pécresse verrait d’un bon œil qu’on y ajoutât la mort d’une association qui s’oppose à l’anglicisation de notre pays.

Il ne nous reste plus qu’à espérer, pour l’honneur de notre langue et pour l’honneur tout court, que les juges voudront bien faire appliquer la loi Toubon dans l’esprit et dans le texte.

Haut les cœurs !

Et pour en savoir plus sur l'anglomanie anglofolie de Madame Valérie Pécresse, Présidente de la Région d'Île de France, lisez sur le site de l'Action Française, c'est réellement ahurissant:

https://www.actionfrancaise.net/2021/04/28/valerie-pecresse-ou-lanti-francais/

Sur le même sujet:

Lettre du Haut Conseil pour la Langue française et la Francophonie à Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République

 

https://www.actionfrancaise.net/2021/02/12/lettre-du-haut-conseil-pour-la-langue-francaise-et-la-francophonie-a-monsieur-emmanuel-macron-president-de-la-republique/

Lire la suite

Guillaume Durocher: La sécession des élites françaises (Unz Review, 23 avril 2021)

28 Avril 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Economie, #France, #Société

La sécession des élites françaises

La clé du succès... et des échecs de Macron

 

GUILLAUME DUROCHER - 23 AVRIL 2021

 

https://www.unz.com/gdurocher/the-secession-of-french-elites/

 

 

Dans les articles précédents, nous avons vu comment le sondeur français Jérôme Fourquet, dans son ouvrage L'Archipel français, a documenté statistiquement la montée du social-libéralisme, la présence et le caractère croissants des musulmans, et le déclin général de l'identité partagée en France.

 

Un autre phénomène crucial est ce que Fourquet appelle "la sécession culturelle, géographique et idéologique des élites [françaises]" (p. 94). D'une part, il y a un certain retranchement, les médias de l'élite française ayant réduit leur influence et leur portée sur la population générale, d'autre part, l'élite cherche à s'émanciper des contraintes du peuple, comme en témoigne la fuite dans les quartiers embourgeoisés, les écoles privées et l'expatriation pure et simple.

 

Le déclin des grands médias

 

Ces dernières années, on a assisté à un déclin constant des grands médias français. La chaîne de télévision TF1, qui jouissait d'une part hégémonique de 45% des téléspectateurs en 1988, ne représente plus que 20% en 2017 (p. 80). Les émissions d'information, les divertissements et les événements sportifs diffusés par TF1 signifiaient "qu'une très grande partie de la population vivait la même chose au même moment" (p. 79). À l'inverse, le pluralisme accru des médias a signifié un déclin du consensus social, car " les grands médias de masse, avec leurs larges audiences, ont participé à la création d'une vision commune et partagée du monde " (p. 79).

 

Le journal national Le Monde est passé de 408 000 exemplaires vendus en 2002 à 300 000 en 2016, même si cela ne semble pas trop grave étant donné l'augmentation de la consommation d'informations en ligne. Divers magazines ont également perdu entre 15 et 30 % de leurs ventes. Cette évolution a soumis les publications imprimées à une pression économique énorme qui n'a pas été compensée par les maigres recettes publicitaires en ligne. Les licenciements massifs de journalistes sont fréquents.

 

Fourquet prévient que nous sommes à l'aube de changements encore plus importants pour les médias, citant à nouveau les jeunes : "le paysage des médias et de l'information qui se maintient difficilement risque d'être complètement transformé d'ici 15 ans, lorsque la génération des baby-boomers, qui constitue le dernier bloc de lecteurs de la presse et de téléspectateurs des chaînes historiques, aura disparu" (p. 82).

 

Le résultat pratique d'un plus grand pluralisme médiatique est le déclin du consensus social. Les élites vivent de plus en plus dans leur propre réalité définie par les médias historiques qui ont une résonance émotionnelle pour elles. Les classes inférieures font de plus en plus défection et sont soumises à des variations entropiques (environ un tiers des jeunes Français croient aux "chemtrails" et aux programmes de contrôle de la météo [par exemple HAARP], p. 83).

 

Guillaume Durocher: La sécession des élites françaises (Unz Review, 23 avril 2021)

Une ségrégation de classe en hausse : gentrification, écoles, expatriation

 

Part des habitants de Paris qui sont des ouvriers ou des employés non cadres.

Part de la population parisienne ouvrière ou employée non cadre.

Les centres-villes se sont embourgeoisés avec des prix de l'immobilier élevés. Dans les années 1980, les ouvriers et les employés non cadres représentaient environ 55 % des résidents de villes comme Lyon, Toulouse, Strasbourg et Nantes. Aujourd'hui, ils ne représentent plus qu'un tiers environ, ayant été remplacés par des professionnels urbains (p. 99).

 

Les inégalités sociales se manifestent également dans la popularité croissante des écoles privées. En France, les écoles privées désignent essentiellement les écoles catholiques et étaient autrefois fréquentées non pas tant pour des raisons de classes sociales que pour des raisons de préférence religieuse. Désormais, les personnes aisées sont davantage surreprésentées dans le système scolaire privé, les parents inquiets faisant ce qu'ils peuvent pour échapper aux écoles publiques en déclin. Ce phénomène est plus grave dans les grandes villes comme Paris et Marseille, où de vastes pans du corps étudiant public ont été afro-islamisés.

 

Les nouveaux habitants noirs ou musulmans de France sont généralement moins sensibles aux questions d'antisémitisme ou au caractère sacré de l'holocauste. L'intimidation des juifs par les musulmans est censée être si répandue qu'il n'y aurait plus un seul élève juif dans les écoles publiques de Seine-Saint-Denis, le vaste département à majorité afro-islamique qui constitue l'angle nord-est du Grand Paris. Deux tiers des parents juifs qui choisissent d'envoyer leurs enfants dans des écoles juives disent craindre que leur enfant soit attaqué parce qu'il est juif (p. 212).

 

La proportion d'élèves issus de familles pauvres s'est effondrée dans les écoles d'élite françaises. La célèbre École nationale d'administration, la Haute École de commerce et d'autres écoles d'élite ont vu la proportion d'étudiants issus de familles défavorisées passer de 29 % en 1950 à 9 % dans les années 1990. Aujourd'hui, les enfants de cadres et de membres des classes supérieures représentent 85 % des étudiants (p. 102). Que cela soit dû à la stratification cognitive ou au népotisme, l'élite et les classes populaires sont de plus en plus séparées.

 

Outre l'auto-ségrégation croissante des riches dans leurs propres espaces physiques et médiatiques, Fourquet souligne la disparition de nombreuses expériences communes entre les classes. Les colonies de vacances bon marché étaient l'une de ces expériences, qui s'est depuis fracturée : les riches optent désormais pour des expériences spécialisées coûteuses (équitation...), les pauvres peuvent obtenir des offres subventionnées bon marché et joyeuses de leurs municipalités, et la classe moyenne renonce de plus en plus à cette expérience.

 

Jusqu'en 2002, les jeunes Français effectuaient leur service militaire quelle que soit leur classe sociale (contrairement à ce que l'on croit, les classes supérieures ne faisaient pas beaucoup moins de service que la population générale, p. 103). Macron est le premier président de la Cinquième République française à ne pas avoir accompli son service militaire*.

 

Le phénomène le plus radical de la sécession des élites est l'expatriation, les classes instruites et aisées de France partant à l'étranger pour trouver de meilleures opportunités de travail et/ou des impôts moins élevés. En 2002, 385 000 Français étaient enregistrés comme vivant à l'étranger. En 2017, ce chiffre était de 1 264 000, soit plus du triple en seulement 15 ans (p. 360). La Grande-Bretagne, la Suisse et le Luxembourg sont des destinations populaires, chacune d'entre elles ayant des impôts moins élevés, notamment pour les hauts revenus.

 

De plus, 16 % des ingénieurs français travaillent désormais à l'étranger, soit deux fois plus qu'en 2000 (p. 116). Parmi eux, beaucoup peuvent être des expatriés permanents et non des ingénieurs en mission temporaire à l'étranger.

 

Plus généralement, en Europe, le programme d'échange d'étudiants Erasmus a favorisé la fuite des cerveaux de l'Europe périphérique vers les pays plus riches d'Europe du Nord. Le programme a clairement contribué à la déracinement des jeunes Européens instruits.

 

La Belgique, en tant que pays partiellement francophone où la fiscalité sur certaines formes de richesse est faible, est une destination populaire pour les exilés fiscaux. Parmi les exemples les plus connus, citons l'acteur Gérard Depardieu (qui a récemment vendu sa maison), la personnalité de la télévision Arthur, Bernard Arnault (propriétaire de la société de mode LVMH) et de nombreux membres de la famille Mulliez (propriétaires des grandes chaînes de distribution Auchan, Decathlon, Leroy Merlin...). Environ 50 des 300 résidents les plus riches de Suisse sont français (pp. 113-4).

 

La base puissante mais limitée de Macron

 

Fourquet soutient de manière convaincante que la sécession physique et culturelle des échelons supérieurs de la société française a été un facteur crucial pour permettre l'élection du centriste-mondialiste Emmanuel Macron à la présidence. Il observe : " Un symptôme de l'ampleur de cet exode des forces vives et des richesses françaises est le fait que les candidats aux élections font désormais le circuit des capitales étrangères pour lever des fonds " (p. 352). Pendant la campagne présidentielle de 2017, Macron s'est rendu à Londres à six reprises pour lever des fonds auprès des expatriés français, dont beaucoup travaillaient dans la City, et les expatriés des destinations onéreuses ont massivement voté pour lui (San Francisco, Washington DC, Montréal . . .).

 

Pendant la campagne, le soutien précoce à Macron était corrélé au montant de la taxe foncière, pour laquelle il avait spécifiquement proposé une réduction d'impôt. Plus généralement, le meilleur prédicteur du soutien à Macron est le niveau d'instruction, les moins instruits ayant tendance à soutenir Marine Le Pen et/ou les Gilets jaunes. La France est cognitivement, temporellement et économiquement stratifiée entre les "gagnants ouverts" et les "perdants fermés" (p. 272), ou les "gens de n'importe où" et les "gens de quelque part".

 

Le parti de Macron, La République en Marche (" The Republic on the March ", LREM), a réussi à obtenir une majorité de sièges à l'Assemblée nationale. Ces nouveaux représentants étaient souvent inexpérimentés sur le plan politique et comprenaient une proportion sans précédent de femmes et de minorités ethniques. Cependant, malgré une campagne axée sur la "démocratie participative et la proximité avec les citoyens", les représentants de LREM sont plus élitistes que jamais : 69% des membres du nouveau parlement sont issus des classes supérieures, avec un déclin marqué de la représentation des classes moyennes (p. 365). 81% des membres du parti LREM sont des diplômés universitaires, contre seulement 28% de la population générale (p. 368). Quel exemple éloquent de la loi d'airain de l'oligarchie !

 

Les représentants de Macron ont souvent connu des débuts difficiles dans la vie publique. L'un d'eux s'est plaint à la radio que les Français ne parlaient que des bas salaires et du manque de pouvoir d'achat. Une représentante s'est plainte que son salaire parlementaire était inférieur à ce qu'elle avait reçu dans le secteur privé et qu'elle et ses pairs n'étaient "pas sûrs d'arriver à la fin [de leur mandat]." Macron a été largement critiqué comme étant "le président des riches".

 

Le succès de Macron reflète la consolidation des ~20% de la France en tant que bloc culturel et électoral. Toutefois, comme on pouvait s'y attendre, son message mondialiste particulier n'a pas pu trouver d'écho durable au-delà de ce noyau dur. Nous observons des phénomènes similaires dans d'autres pays lorsque l'Union européenne a parachuté des premiers ministres mondialistes, comme nous l'avons vu avec Mario Monti en Italie et Dacian Cioloș en Roumanie : le gouvernement mondialiste manque tout simplement d'attrait pour gouverner seul dans un système officiellement démocratique. Ces gouvernements s'effondrent assez vite, mais leur noyau dur peut se consolider politiquement autour de ~10-20% de l'électorat (représenté par les sociaux-démocrates en Italie et l'USR-PLUS en Roumanie).

 

Macron a judicieusement élargi son message au-delà des originalités de sa campagne libérale-mondialiste. Il exprime désormais des préoccupations quasi-protectionnistes typiquement françaises et s'est transformé en "président de tous", faisant des déclarations contradictoires et prenant diverses mesures pour plaire à la fois à l'électorat wok grandissant et aux inclinations fondamentalement de centre-droit (au moins sur la sécurité et l'identité) de la grande masse des électeurs français. Pour ne citer qu'un exemple récent parmi tant d'autres : Macron met simultanément en garde contre l'importation des guerres culturelles américaines woke et a récemment déclaré à un média américain que la France doit "déconstruire son histoire" pour devenir plus accueillante pour les Noirs et les musulmans. L'avenir nous dira si cela s'avère payant en 2022, mais à l'heure actuelle, c'est à lui de perdre l'élection.

 

Toutes ces tendances structurelles et politiques ne sont pas de bon augure pour la France. La fracture interne a peu de chances d'être surmontée. Le phénomène d'expatriation est grave et inédit. Quoi qu'on en dise, la fraction intelligente contribue de manière disproportionnée à l'organisation économique et aux prouesses technologiques d'un pays, qui sont elles-mêmes les fondements de la puissance nationale.

 

Certes, la France continue d'attirer un grand nombre de professionnels instruits d'Europe du Sud et de l'Est, et beaucoup de ces expatriés français ne sont pas "perdus pour l'Europe" dans la mesure où ils trouvent un emploi productif dans les pays voisins. Pourtant, en l'état actuel des choses, la déliquescence de l'État-nation français tant décrié n'est guère compensée par l'émergence d'une Europe invertébrée.

 

Guillaume Durocher

 

Traduit de l’anglais par Le Rouge et le Blanc.

 

* NdT: Non seulement M. Macron n'a pas effectué son service militaire, mais en plus il n'a pas d'enfant.  Donc, avec lui, pas de protection, pas de responsabilité, pas de futur. Il est l'acteur de la déconstruction, du chaos et du double discours, continuant la politique de ses prédécesseurs.

Guillaume Durocher: La sécession des élites françaises (Unz Review, 23 avril 2021)

L'Archipel français

Naissance d'une nation multiple et divisée

Jérôme Fourquet

Prix du livre politique 2019

 

En quelques décennies, tout a changé. La France, à l’heure des gilets jaunes, n’a plus rien à voir avec cette nation une et indivisible structurée par un référentiel culturel commun. Et lorsque l’analyste s’essaie à rendre compte de la dynamique de cette métamorphose, c’est un archipel d’îles s’ignorant les unes les autres qui se dessine sous les yeux fascinés du lecteur.

C’est que le socle de la France d’autrefois, sa matrice catho-républicaine, s’est complètement disloqué. Jérôme Fourquet envisage d’abord les conséquences anthropologiques et culturelles de cette érosion, et il remarque notamment combien notre relation au corps a changé (le développement de pratiques comme le tatouage et l’incinération en témoigne) ainsi que notre rapport à l’animalité (le véganisme en donne la mesure). Mais, plus spectaculaire encore, l’effacement progressif de l’ancienne France sous la pression de la France nouvelle induit un effet d’« archipelisation » de la société tout entière : sécession des élites, autonomisation des catégories populaires, formation d’un réduit catholique, instauration d’une société multiculturelle de fait, dislocation des références culturelles communes (comme l’illustre, par exemple, la spectaculaire diversification des prénoms).

À la lumière de ce bouleversement sans précédent, on comprend mieux la crise que traverse notre système politique : dans ce contexte de fragmentation, l’agrégation des intérêts particuliers au sein de coalitions larges est tout simplement devenue impossible. En témoignent, bien sûr, l’élection présidentielle de 2017 et les suites que l’on sait…

Avec de nombreuses cartes, tableaux et graphiques originaux réalisés par Sylvain Manternach, géographe et cartographe.

 

Jérôme Fourquet est analyste politique, directeur du département Opinion à l’IFOP.

 

https://www.seuil.com/ouvrage/l-archipel-francais-jerome-fourquet/9782021406023

 

 

 

Sur le même sujet et sur le même blog:

 

Pierre-Olivier Combelles: Un Indien de France

 

https://pocombelles.over-blog.com/article-un-70826976.html

 

Lire la suite

Leonid Ivashov: Un message pour nulle part (Partyadela, 26.04.2021)

27 Avril 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Général Leonid Ivashov, #Russie, #Politique, #Société

Leonid Ivashov: Un message pour nulle part  (Partyadela, 26.04.2021)

Leonid Ivashov: Un message pour nulle part

 

26.04.2021

 

https://partyadela.ru/blogs/ivashov-leonid/13286/

 

 

À propos du message du président de la Fédération de Russie à l'Assemblée Fédérale

 

Le discours présidentiel annuel à l'Assemblée fédérale, maintes fois reporté, a eu lieu le 21 avril 2021. Les raisons du report n'ont pas été expliquées, il y a eu des allusions au coronavirus et rien de plus. Une personne « proche des structures du pouvoir » a laissé entendre que M. Poutine envisageait quelque chose de révolutionnaire, presque un retour au socialisme et à l'Union soviétique. En politique étrangère, une déclaration sensationnelle sur le renouveau de la Russie en tant que grande puissance mondiale et la restructuration de l'ordre mondial sur les principes de justice et d'égalité retentira.

 

Rien de tel ne s'est produit le 21 avril. Nous sommes donc libres de spéculer sur les raisons de ce report et sur le choix du thème du message. Apparemment, les dates ont été reportées pour la raison qu'il est nécessaire (comme c'est la coutume de Poutine) de parler des succès grandioses du gouvernement du président actuel, et il y en a de moins en moins chaque année. Il avait déjà parlé de réalisations « sans précédent » dans le domaine de l'armement au cours des années précédentes ; il a parlé de « grands » records dans l'agriculture (récoltes record de céréales) et dans l'Arctique ; il a parlé de la pose record d'oléoducs et de gazoducs vers l'Ouest et l'Est. Mais tout cela appartient au passé, alors que le présent est marqué par l'isolement sur le front de la politique étrangère, les conflits armés le long du périmètre frontalier, plus la perspective d'une guerre avec l'Ukraine, et donc avec l'OTAN ; le Karabakh a été perdu, car une victoire pour la Russie consisterait à empêcher la guerre, et non à gagner un camp. L'hostilité à l'égard de la Russie grandit en Moldavie et au Kazakhstan, la méfiance en Arménie, en Biélorussie et en Azerbaïdjan, et l'effondrement de la Communauté des États Indépendants est imminent. L'Union économique eurasienne, l'OCS et les BRICS sont au point mort, et l'OTSC n'est pas efficace. Erdogan construit un grand Turan, ne retire pas les troupes et les combattants contrôlés de Syrie, tente de former une armée de Turan et se range du côté de Kiev dans la confrontation entre la Russie et l'Ukraine. Les anciens frères bulgares, tchèques, polonais, italiens, même baltes, et, bien sûr, les Américains expulsent nos diplomates en meute "pour espionnage", les Européens étendent unanimement les sanctions anti-russes sur ordre de Washington. Le lancement de la principale réalisation du président Poutine, Nord Stream 2, est remis en question ; la puissance de la Sibérie ne fait pas le plein. L'hymne de la Russie n'est pas joué et son drapeau ne flotte pas lors des événements sportifs internationaux célébrant les victoires des Russes*. Pour la première fois de son histoire et sous le règne de Poutine, le pays s'est retrouvé dans une pareille situation.

 

La situation n'est pas meilleure non plus à l'intérieur de la Russie. La pauvreté et la misère dans le pays augmentent à un rythme rapide ; selon les estimations des experts, un tiers de la population est désormais classé "sous le seuil de pauvreté". La production de haute technologie s'est arrêtée parce que l'Union européenne refuse de nous fournir des composants fabriqués à l'étranger (Superjet 100, IL-96) et nous ne pouvons toujours pas concurrencer avec succès le Qatar dans le domaine spatial. Les victoires militaires en Syrie sont rongées par le temps - les combats prolongés dévalorisent nos succès précédents. Et il n'y a pas de région en Russie que l'on puisse qualifier de succès éclatant du président et de son équipe.

 

Dès que le centre commence à s'occuper d'une région, le gouverneur est inévitablement emprisonné ou renvoyé. Les partisans de M. Poutine cherchaient donc un moyen de faire croire à l'Assemblée fédérale et aux citoyens ordinaires qu'ils connaîtraient le succès et la grandeur, mais qui auraient été nécessairement créés sous la direction du président. Trois vaccins contre la pandémie créés par des spécialistes russes ont été sauvés par la pandémie, avec la publicité avec laquelle le Président a commencé son prochain message. (La promotion du vaccin Sputnik - V est devenue l'obligation indispensable du président, quels que soient le lieu et les interlocuteurs avec lesquels il s'entretient).

 

M. Poutine a commencé son discours en brossant un tableau effrayant : « nous avons affaire à une incertitude absolue », « de nombreux hôpitaux étaient surpeuplés », « il y avait un manque d'oxygène dans les unités de soins intensifs, les ventilateurs, les respirateurs et autres équipements de protection individuelle étaient distribués littéralement à la pièce, les stocks de céréales, d'huile et de sucre étaient réduits ».

 

En d'autres termes, le président et commandant en chef a démontré que le pays n'est absolument pas préparé à une situation d'urgence. Et il peut s'agir d'une guerre à grande échelle (par exemple, avec l'OTAN), de catastrophes naturelles ou d'origine humaine, des mêmes pandémies et infections naturelles comme la peste ou la variole, qui ont tué des millions et des dizaines de millions de personnes. Rien de tel n'a été observé, bien que la vie des citoyens russes ait été menacée et qu'il y ait eu de nombreux décès. Cela est également dû à la réforme du système de soins de santé par l'équipe au pouvoir, une réduction significative et la soi-disant optimisation des institutions médicales. Mais plus l'ampleur de la menace est grande, plus la victoire et les mérites des vainqueurs sont grands. C'est ce que le président nous a dit. Il a ensuite longuement évoqué les exploits de toutes les catégories de personnel médical qui ont sauvé des personnes d'un danger mortel (et c'est effectivement le cas), associant aux sauveteurs d'anciens destructeurs de la médecine et même la Garde russe, le ministère de l'Intérieur et d'autres organismes chargés de faire respecter la loi. (Peut-être parce qu'au moment du discours de Poutine, des rassemblements en faveur d'A. Navalny avaient commencé dans toute la Russie). Et il a annoncé la grande unité du peuple dans la confrontation avec la pandémie - un ennemi plus terrible que Hitler et le nazisme allemand en général. En fait, tout le discours était consacré à une grande victoire dans la grande guerre patriotique contre la pandémie. Le discours a été interrompu à plusieurs reprises par un tonnerre d'applaudissements.

 

Staline a été plus modeste dans son discours à l'occasion de la capitulation de l'Allemagne et de sa victoire sur le nazisme. Oui, et l'Allemagne nazie a capitulé sans condition, ce que l'on ne peut pas dire de la pandémie.

Voici des paroles mémorables de Staline : « L'Allemagne fasciste, mise à genoux par l'Armée rouge et nos alliés, s'est reconnue vaincue et a annoncé une reddition sans conditions. La guerre s'est terminée par une victoire complète sur l'ennemi … », en fait, le contraire de ce que Hitler avait rêvé était vrai.

 

Au cours de la démonstration des réalisations victorieuses dans la confrontation avec la pandémie, le président a émis des « ordres - promesses » au peuple - vainqueur, et des aides, ce qui a été particulièrement activement perçu dans la salle. Et il a même été (peut-être le premier parmi les dirigeants de notre pays) à demander le versement en temps voulu des pensions alimentaires. Toutes les allocations aux familles nombreuses, aux mères célibataires et à d'autres catégories de citoyens sont absolument nécessaires, y compris pour résoudre le principal problème de la Russie moderne - la démographie. Mais comme l'expérience le montre, l'absence d'allocations, y compris le capital maternité, ne résout pas le problème du faible taux de natalité et de la mortalité élevée. Ces dernières années, le taux de mortalité a dépassé le taux de natalité, et l'année dernière, nous avons perdu près de 700 000 personnes en raison d'un taux de mortalité supérieur au taux de natalité. Les migrants ne parviennent pas non plus à compenser les pertes démographiques. Nous avons besoin d'autres mesures systémiques. Le professeur Gundarov, docteur en sciences médicales, dans ses recherches scientifiques sur les problèmes de démographie, formule des recommandations pertinentes qui ont été confirmées dans la pratique.

 

Je cite sa phrase d'une interview avec le correspondant du mouvement social russe « Manière russe»:

 

« Il n'y a pas de « romantiques du capitalisme » plus cohérents et plus sincères sur la planète que Vladimir Vladimirovitch et Dmitry Anatolyevich. Et même eux sont déjà convaincus - une impasse, un effondrement complet, rien ne fonctionne: avec la démographie un désastre, avec l'économie un désastre, avec l'agriculture un désastre. Le pays est hors de contrôle, personne n'applique les décrets du président. Le temps est venu de discréditer complètement le modèle existant. Tout le monde au sommet le voit. Et maintenant, il y a un énorme point d'interrogation : par quoi le remplacer ? Et même en termes de démographie, on le dit déjà ouvertement : un million de personnes disparaissent chaque année, il y a une pénurie de personnel, qu'allons-nous faire ? Il n'y a pas de solutions ».

 

Ainsi, Gundarov, et pas seulement lui, affirme que le capitalisme est le principal ennemi de la démographie et donc de la Russie. Et même le Club de Rome en parle. Le capitalisme est le principal ennemi de l'humanité et des Russes. Et la pandémie, est très probablement son arme. Mais pas un seul mot sur le capitalisme dans le discours du président. Nous nous battons donc contre des moulins à vent. Mais avec l'optimisme inhérent à Poutine. L'année prochaine, l'équipe du président remportera une autre victoire. Et ainsi de suite jusqu'à la fin... de l'État russe.

 

Mais ce qui semblait presque inévitable et ce que nous avons écrit et évoqué - la guerre entre la Russie et l'Ukraine et, par conséquent, la guerre de la Russie avec l'OTAN - ne semble pas se produire. Si Dieu le veut !

 

Leonid Ivashov

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

* NdT: https://www.lavoixdunord.fr/989228/article/2021-04-23/une-oeuvre-de-tchaikovski-remplacera-l-hymne-russe-aux-jo-de-tokyo

 

Lire la suite

Claude Quetel: Crois ou meurs ! Une histoire incorrecte de la Révolution

27 Avril 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #France, #Histoire, #Politique

« La Révolution française mythifiée comme une page absolument essentielle dans l’histoire de la France parce que fondant à la fois et les Droits de l’Homme et la République, c’est une mise en scène de la IIIe République ».


Claude Quetel.

 

Visionnez ici l'entretien avec Claude Quetel:

https://www.youtube.com/watch?v=7kwA4UqwAZE

Claude Quetel: Crois ou meurs ! Une histoire incorrecte de la Révolution

“ Crois ou meurs ! Voilà l’anathème que prononcent les esprits ardents au nom de la liberté ! ” Ainsi s’indigne le journaliste Jacques Mallet du Pan dans le Mercure de France du 16 octobre 1789, au tout début de la Révolution. Voilà qui s’inscrit en faux contre la thèse, solidement ancrée aujourd’hui, de deux révolutions : une bonne, celle des droits de l’homme, qui aurait dérapé pour aboutir à une mauvaise, celle de la Terreur.

Et si la Révolution tout entière avait été un immense, un désolant gâchis, et ce dès les premiers jours ? Et si ce qui a été longtemps présenté comme le soulèvement de tout un peuple n’avait été qu’une folie meurtrière et inutile, une guerre civile dont l’enjeu mémoriel divise toujours les Français ? Il fallait reprendre l’enquête en revisitant les événements, en les décryptant et en se libérant de l’historiquement correct.

Ce récit circonstancié s’adresse à tous ceux qui souhaitent qu’on leur raconte enfin une autre histoire de la Révolution française, la vraie."

https://www.tallandier.com/livre/crois-ou-meurs/

Lire la suite

Michel Raimbaud: Les véritables intérêts de l’OTAN et d’autres organisations au sujet du «Printemps arabe». Entretien avec Francesco Guadagni (L’Antidiplomatico)

25 Avril 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc

Les véritables intérêts de l’OTAN et d’autres organisations au sujet du «Printemps arabe»

 

Entretien de Francesco Guadagni (L’Antidiplomatico) avec Michel Raimbaud

 

Francesco Guadagni: Monsieur Raimbaud, 2021 marque le dixième anniversaire de ce que l’on a appelé le «Printemps arabe». Quel regard porter sur ces évènements?

 

Michel Raimbaud: Précisons d’abord que les mouvements contestataires qui ont éclaté de décembre 2010 (en Tunisie) jusqu’au printemps 2011 ne sont évidemment ni des «printemps» politiques, ni des «révolutions pacifiques et spontanées» pour la démocratie et les droits de l’homme. Bien qu’ils aient attiré au départ des gens de bonne foi luttant contre la corruption et l’autoritarisme des régimes, il est apparu très rapidement que les mouvements étaient encadrés, entraînés et manipulés par des militants formés par les ONG occidentales en Occident, avec des techniques de mobilisation, de propagande et d’organisation standardisées, apprises sur le terrain à la faveur des révolutions de couleur ayant abouti au démantèlement de l’ex-Yougoslavie dans les années 1990 (le mouvement OTPOR=résistance). 

 

Ces évènements ont été perçus comme des «luttes pour la démocratie et les droits de l’homme» par les médias prédominantes. Qu’en était-il en réalité?


Les revendications portent sur le départ du Chef d’Etat, le changement de régime, et des réformes visant à affaiblir ou casser l’Etat, les institutions, les armées (celles-ci étant des cibles prioritaires pour les «révolutionnaires» toujours inspirés de l’extérieur, pour les Occidentaux et pour Israël). Les invocations à la démocratie et aux droits de l’homme sont des leurres destinés à attirer les sympathies des protecteurs et «amis» occidentaux. Ces révoltes organisées, orchestrées, manipulées et bientôt lourdement financées et armées par l’étranger (les pays anglo-saxons via les ONG) vont dégénérer en conflits et situations chaotiques, s’étendant de pays en pays du Maghreb au Mashrek. 
    Cette cascade de tragédies n’est pas une succession de guerres civiles isolées et spontanées, comme le veut la version mensongère diffusée en Occident afin de cacher l’ingérence grossière de l’Empire atlantique. Prises dans leur ensemble, elles constituent les composantes d’un plan de déstabilisation et de destruction (on ne le répètera jamais assez) concerté, imaginé, théorisé par Etats-Unis, ses «parents» anglo-saxons et sa succursale israélienne. Cette entreprise s’appuie évidemment sur des relais, des complices, des alliés dans tous les pays concernés: au premier plan les forces extrémistes islamistes: souvent les Frères Musulmans, parrainés par la Turquie et le Qatar ou les mouvements influencés par les wahhabites de l’Arabie Saoudite ou par les Emirats Arabes Unis ou autres pays du Golfe. Sans cette alliance ouverte et finalement reconnue par les parties prenantes entre les Occidentaux et Israël d’une part, les Etats et forces islamistes de l’autre, il n’y aurait pas eu de «révolutions», qui prendront des tournures diverses et connaîtront des développements variés.

 

De la Tunisie à la Libye, l’escalade a été rapide. Le plan initial de destitution de Mouammar Kadhafi a capoté, et une intervention s’est avérée nécessaire, entraînant un conflit meurtrier dont les effets se font encore sentir aujourd’hui. Est-ce la résistance du peuple syrien qui a stoppé le plan de Washington – qui consista à déstabiliser complètement la région?


Les premiers résultats sont vite constatés en Tunisie, puis en Egypte (avec le dégagement de Ben Ali et de Hosni Moubarak en quelques semaines) des processus électoraux mettront au pouvoir assez rapidement les Frères Musulmans, puis ce sera l’instabilité politique, l’insécurité, la déstabilisation. En Algérie et en Mauritanie, un premier «printemps» est signalé en janvier 2011 et étouffé. De même au Maroc où le Roi rétablit la situation rapidement, et au Bahreïn, où l’Arabie intervient pour sauver la dynastie sunnite face à une population chiite. L’agitation n’a jamais cessé. La «révolution» s’installe au Yémen et se transforme en guerre civile: elle dure jusqu’à maintenant. La Libye, puis la Syrie sont ensuite affectées. La «Jamahiriya» de Kadhafi devra faire face à une intervention illégale de l’OTAN, à la sécession et au chaos. Kadhafi sera assassiné par les «révolutionnaires», aidés par les «services» occidentaux. L’Etat est détruit et ne s’est jamais rétabli.
    La Syrie fera l’expérience de la guerre contre le djihadisme, les Occidentaux, les islamistes et le terrorisme, les «Amis du peuple syrien» (114 Etats fin 2012, un nombre qui fondra par la suite). La guerre multiforme («Les guerres de Syrie», titre de mon dernier ouvrage, publié en juin 2019) prendra vite l’allure d’une guerre d’agression, y compris dans ses aspects jihadistes et terroristes les plus violents et spectaculaires. Ces évènements qui depuis dix ans ont semé le chaos, la destruction et créé un climat de guerre ouverte dans la plupart des pays arabes mais également au Moyen-Orient «élargi» (le Grand Moyen-Orient de George W. Bush), ont mis en évidence, d’une part la confrontation mondiale entre l’Amérique et son empire israélo-anglo-saxon et les deux Grands «émergents» ou «renaissants» de l’Eurasie et leurs alliés de l’autre. Dans cet affrontement mondial politique, économique, financier, militaire, stratégique, idéologique et géopolitique, les pays de ce Grand Moyen-Orient sont en même temps un enjeu, un champ de bataille et des acteurs décisifs (cf. Mon livre «Tempête sur le Grand Moyen-Orient» 2015–2017). J’y reviens plus loin. 
    Il est intéressant de noter que presque tous les pays arabes à régime républicain ont été touchés par cette «épidémie», de l’Afrique du Nord au Moyen-Orient, ainsi que deux monarchies, le Maroc et Bahreïn. Les monarchies pétrolières (Arabie Saoudite et Etats du Golfe), ont été curieusement épargnées, alors que leurs régimes sont les plus rétrogrades qui soient, mais ils sont soutenus par les Etats-Unis et l’Occident. Quant au rôle des médias, il mériterait un livre à lui seul. Je l’évoque dans une réponse suivante. 

 

Prenons du recul. Les leaders libyen et syrien, Kadhafi et Assad, se rendent en 2010 en visite officielle dans des pays européens comme l’Italie et la France, et les relations semblent alors cordiales. Un an plus tard, la Libye connaît les émeutes qui ont conduit à l’assassinat de Kadhafi et une guerre commence en Syrie avec Assad qui résiste. La Turquie de Recep Erdogan avait elle-même d’excellentes relations avec la Syrie. Quel a été le facteur déclenchant de ce changement de cap?


Les relations sont sans doute faussement cordiales dans les deux cas que vous signalez; ces deux cas doivent d’ailleurs être dissociés. Grosso modo, pour les Européens, il s’agit d’obtenir des chefs d’Etat, réputés pour leur fermeté dans les principes et leur fidélité dans les alliances, des concessions politiques, stratégiques ou économiques (au sujet du pétrole ou du gaz), sans qu’il n’y ait de contrepartie du côté de Paris ou de Rome. Concernant la Libye, je pense que l’idée était de parvenir à convaincre Kadhafi de renoncer à tout projet nucléaire (il le fera) et à ses plans en faveur de l’indépendance et de l’unité économique, financière et monétaire de l’Afrique (il ne le fera pas, et dut donc être «puni»).
    Le cas syrien est un peu différent. La France est apparemment chargée de relayer les pressions américaines de George W. Bush et Colin Powell sur Bachar al-Assad, afin de convaincre ce dernier de renoncer à son alliance avec l’Iran et à ses relations avec le Hezbollah, ceci afin de complaire à Israël. Le président syrien ne cédant pas, on essaiera d’obtenir des compensations sur les projets de gazoducs. Bachar al-Assad ne cédant toujours pas, il devraen payer. Etant entendu que ces points ne sont probablement que la partie émergente du dossier. En 2010/2011, il est écrit à Washington que la Syrie devait être détruite. A défaut de prétexte, on le créera. Concession ou absence de concession, il est écrit qu’il y aura la guerre à la faveur de l’épidémie des «révolutions», celle-ci permettant le déclenchement d’un conflit a priori de l’intérieur, sans que les ingérences soient trop voyantes.

 

Kadhafi avait établi avec l’Italie des relations politiques et économiques fructueuses ainsi que des accords sur le pétrole et les infrastructures à l’époque du gouvernement Berlusconi. En ce qui concerne la guerre menée contre la Libye par la France de Sarkozy – l’un des adversaires principaux – est-il à votre avis risqué de dire que c’était une guerre contre l’Italie afin de mettre la main sur le pétrole libyen?


Oui, je crois que c’est risqué. Pour la Libye, ce n’est pas spécialement et seulement le pétrole qui est visé. C’est avant tout «les milliards de Kadhafi», c’est-à-dire les fonds libyens (sans doute plusieurs centaines de milliards d’USD) et ils seront gelés avant de «disparaître» … Mais l’objectif principal de l’intervention armée de l’OTAN est de liquider Kadhafi pour l’empêcher de financer un système monétaire africain indépendant du dollar, de l’Euro et de l’Occident. Il faut donc détruire l’Etat libyen, ce qui sera fait.

Comment jugez-vous le rôle de l’information occidentale et de celle du Golfe dans les conflits en Syrie et en Libye? S’agissait-il de propagande, et de quel ordre?
Le rôle de ces médias que vous évoquez a été nocif et vicieux à l’extrême, joignant le matraquage de la propagande et le lavage de cerveaux à l’omerta et au mensonge généralisé. Ils ont tous participé à la désinformation massive des opinions, à la sclérose des intellectuels et à la malhonnêteté des personnels politiques. Les journalistes et «reporters» de terrain auront largement contribué à une gigantesque escroquerie intellectuelle et à une unanimité aveugle en faveur des agresseurs et des criminels, en Syrie comme en Libye. Les médias occidentaux auront beaucoup fait pour anéantir le magistère moral que revendiquait, à tort, l’Occident et ses clients. 

 

Quel genre de pays était la Syrie d’avant la guerre?


«Cœur battant de l’arabisme», siège des premiers califes, centre de rayonnement de l’islam éclairé, et lieu de naissance du christianisme, la Syrie, même privée par la colonisation et les mandats de 40 % de son territoire historique, jouissait d’un grand prestige auprès des Arabes et des Musulmans. Dans ce pays au riche patrimoine archéologique et historique, où la tolérance est inscrite dans les mœurs et la convivialité des religions et confessions dans le marbre, on cultivait et on s’efforce de cultiver encore un art de vivre qui séduit toujours les visiteurs. La qualité de sa diplomatie et la constance de ses engagements et alliances lui ont toujours attiré le respect, je dirais même y compris dans le malheur du moment. La Syrie est un pays rayonnant par nature. Un pays prospère, indépendant, stable, autosuffisant, produisant l’essentiel de ce qu’il consomme et consommant ce qu’il produit, un pays sans dette extérieure ou dépendance du FMI et de la Banque Mondiale.
    Un système scolaire et éducatif gratuit, performant et formant en grand nombre des diplômés et cadres de valeur, souvent tentés hélas par la diaspora et qui ont été nombreux à émigrer durant la guerre.
    Un système de santé et de soins remarquable, moderne et gratuit, présent sur tout le territoire syrien, attirant les habitants des pays voisins. Un pays autosuffisant et produisant toutes les gammes de médicaments, y compris pour l’exportation.
    Plus généralement un réseau de services sociaux efficaces. Une économie moderne et en pleine réforme. On pourrait y ajouter «ce qu’est devenue la Syrie» en rappelant quelques chiffres et réalités: 400 000 morts, un ou deux millions de blessés et d’estropiés, six ou sept millions de Syriens «déplacés», c’est-à-dire contraints d’aller s’installer ailleurs sur le territoire syrien en raison de la guerre et du terrorisme, au moins cinq millions de Syriens réfugiés au Liban, en Jordanie, en Turquie, parfois en Europe, la plupart du temps afin de fuir les terroristes, l’opposition armée, les occupants, les exactions, la faim, etc. …, 60 % du pays dévastés, encore 20 % occupés par les Turcs, les forces américaines, les européens, soutenus par les séparatistes kurdes.

 

Que représente la Résistance syrienne, après 10 ans de guerre et de sanctions, grâce aussi à l’aide de la Russie, de l’Iran, du Hezbollah? Ce conflit ne s’étant pas terminé selon les agendas occidentaux, principalement les Etats-Unis et Israël: cette guerre a-t-elle remodelé l’équilibre géopolitique avec de nouveaux acteurs mondiaux tels que la Chine et la Russie qui ont entravé les plans occidentaux?


En partie oui. Certes la Syrie est dévastée, mais elle n’a pas été vaincue ni démantelée au bout de dix ans de guerre impitoyable et multiforme, contre une agression collective à laquelle auront pris part, d’une façon ou d’une autre, plus d’une centaine de membres de la «communauté internationale», soit plus de la moitié des Nations-Unies, ainsi qu’à un flux sans cesse renouvelé de dizaines ou centaines de milliers de terroristes se réclamant de la guerre sainte. Elle a certes bénéficié du soutien d’alliés fidèles (Iran, Hezbollah libanais, Russie, Chine, voire les mouvements chiites irakiens, qui se dégagent peu à peu de l’étreinte américaine), mais il reste que l’armée syrienne a résisté quasiment seule à tous les ennemis ci-dessus évoqués durant quatre ans et demi, de mars 2011 à septembre 2015, date de l’intervention des forces aériennes de l’Armée Rouge à ses côtés. L’équilibre géopolitique s’est peu à peu modifié et les plans occidentaux et israéliens ont été entravés. Mais l’Occident ne lâche pas encore prise, interdisant le retour des réfugiés, la reconstruction, la vie normale, par le biais d’une guerre invisible (de l’extérieur) et silencieuse (ou passée sous silence complet par les médias occidentaux). […]

 

Lorsqu’on demande au Président Assad quels changements espérer aux Etats-Unis d’un leadership politique passant du parti démocrate au parti républicain, il répond que rien ne changera parce que ce sont les lobbies, les multinationales, qui décident du cours de la politique américaine. A votre avis, y aura-t-il changement, et si oui, lequel, avec l’arrivée au pouvoir de Joe Biden?


Le Président Bachar al-Assad n’a pas tort de dire que rien ne changera entre un républicain et un démocrate en général, entre Trump et Biden en particulier. Rien ne changera pour le monde arabe et la Syrie en particulier. En principe du moins, car il se peut qu’un infléchissement vis-à-vis de Téhéran, promis par Biden, ait un certain impact, indirect, sur la situation de la Syrie. En fait, le président américain est peut-être l’homme le plus puissant du monde, mais il n’est pas, loin s’en faut, l’homme le plus puissant des Etats-Unis... De même que le Congrès est loin d’être tout puissant comme il en donne parfois l’impression. C’est «l’Etat profond» néoconservateur qui dirige, soutenu par la communauté sioniste juive et le puissant lobby des chrétiens sionistes protestants (l’église évangélique notamment, qui revendique plus de 60 millions de membres en Amérique et 600 millions dans le monde). Les lobbies, les 17 agences de renseignements US, regroupant sans doute plus d’un million d’agents, la hiérarchie militaire, les banques, les GAFAM [Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft], font partie de cet «Etat profond»: M. Trump ne contredirait sans doute pas sur ce point. 

 

En conclusion, après les échecs de l'Occident en Amérique latine face à la gestion de la pandémie de Covid-19, devant la présence d'une forte résistance au Moyen-Orient, face à l’existence de nouvelles puissances émergentes comme la Russie et la Chine – peut-on en conclure que dans un avenir proche, on assistera au déclin de l'impérialisme occidental et notamment américain?


Ce déclin est en cours, sinon l’Amérique serait déjà montée à l’assaut contre la Russie et la Chine. La Chine est devenue la première puissance économique et commerciale du monde. Elle est l’usine du monde. Elle devient rapidement une puissance militaire de premier plan. La Russie a regagné la parité militaire avec l’Amérique, sans avoir un budget de défense faramineux, elle est une grande puissance énergétique et redevient une grande puissance agricole. Enfin, elle est redevenue une puissance de référence politique et diplomatique qui se veut garante du retour au droit international, bafoué et détruit par les Occidentaux.
    Il est à noter que la Russie, mais également la Chine, développent ensemble une puissante coopération stratégique et qu’elles sont toutes les deux des soutiens de la Syrie face à l’agression occidentalo-islamiste. Militairement et diplomatiquement pour la Russie, diplomatiquement surtout (jusqu’ici) pour la Chine.
    Enfin, puisque vous parlez du Covid, on remarquera la désastreuse gestion de la pandémie en Amérique et en Europe de l’Ouest, comparée à la maîtrise chinoise et au traitement efficace de la crise par la Russie. Russie et Chine sont aux yeux du monde sorties victorieuses de l’Occident dans la lutte anti-Covid. […]•

 

hd. L’ex-diplomate français Michel Raimbaud est ministre plénipotentiaire, chevalier de la Légion d’honneur et officier de l’ordre national du Mérite. De 1976 à 1978, M. Raimbaud est secrétaire à Djeddah (Arabie Saoudite), puis à Aden (Yémen) de 1978 à 1979, avant d’être transféré à l’Administration centrale (Affaires africaines et Madagascar) de 1979 à 1985. Il est ensuite nommé deuxième conseiller au Caire et à Brasilia de 1988 à 1991, avant de devenir ambassadeur de France en Mauritanie de 1991 à 1994 et enfin ambassadeur au Soudan pendant plus de cinq ans. De juin 2000 à février 2003, il a été directeur de l’Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides (OFPRA), puis à l’administration centrale du Quai d’Orsay, avant de devenir ambassadeur de France au Zimbabwe en 2004 et de prendre sa retraite en 2006. Il est ensuite devenu maître de conférences et a également enseigné au Centre d’Etudes Diplomatiques et Stratégiques (CEDS)

 

Traduit de l'italien par Horizons et Débats

 

Source:

 

https://www.zeit-fragen.ch/fr/archives/2021/n-8-13-avril-2021/la-lutte-pour-plus-de-democratie-et-dapplication-des-droits-de-lhomme-est-elle-reelle.html

 

Source originale: https://www.lantidiplomatico.it

Lire la suite

Saadi: Le monarque est l'ombre de Dieu

25 Avril 2021 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Iran, #Lettres, #Philosophie, #Politique, #Poésie, #Religion

Saadi: Le monarque est l'ombre de Dieu
Saadi: Le monarque est l'ombre de Dieu

Saadi: Gulistan ou le Parterre de roses. Traduit du persan par Ch. Defrémery.

Lire la suite

La beauté (Simone Weil)

25 Avril 2021 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Lettres, #Philosophie, #Poésie, #France

« Le poème est beau, c’est-à-dire qu’on ne souhaite pas qu’il soit autre ».

 

 

Simone Weil (in: Formes de l’amour implicite de Dieu »)

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 > >>