Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Rouge et Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

18 juillet 1994, par Pierre-Olivier Combelles

24 Avril 2021 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Lettres

Orages. Averses violentes toute l’après-midi. Jupiter toujours bombardé par les fragments de la comète Shoemaker-Levy. Exode au Rwanda. Victoire du Brésil contre l’Italie dans la coupe mondiale de football à Los Angeles. Tour de France. le président Mitterrand annonce qu’il ne se présentera pas aux prochaines élections en 1995.

 

Toujours les martinets dans le ciel: eux seront encore là l’année prochaine et dans cent ans encore. Dans mille ans, dix mille ans, il y aura encore des orages, des averses; les plantes et la terre se gorgeront d’eau et on n’entendra plus parler ni du Tour de France ni du football ni du Rwanda.

 

Instant précieux, magique, du cri du martinet dans le ciel de Paris.

 

Le bleu des lobélies le long des chemins de la forêt de Rambouillet, le rose vif des bruyères cendrées au soleil, le rose plus secret, rêveur, oriental, des Petites centaurées, le cri de la buse variable qui décrit des cercles devant la cohorte des nuages.

 

 

Pierre-Olivier Combelles

18 juillet 1994.

Lire la suite

F. William Engdahl: Occulter le soleil, capter le CO2 de l'atmosphère, "vacciner" et décimer la population mondiale: les projets déments de Bill Gates

23 Avril 2021 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Opération "réchauffement climatique", #USA

Depuis plus d’une décennie, Bill Gates a versé des millions de dollars dans un projet scientifiquement fou, censé étudier la possibilité d’un « refroidissement planétaire d’origine humaine ». Le projet, dirigé par un physicien de Harvard, propose d’envoyer des satellites dans l’atmosphère afin de larguer des tonnes de produits chimiques pour tenter de bloquer le soleil. Aujourd’hui, une forte résistance en Suède a contraint Gates & co. à renoncer au lancement du satellite suédois prévu.

Cette dernière aventure de Gates en matière de géo-ingénierie montre à quel point la mascarade du réchauffement climatique est une entreprise non scientifique. Comme Gates le sait sans doute, la Terre s’est en fait lentement refroidie alors que nous entrons dans ce que certains astrophysiciens estiment être plusieurs décennies de refroidissement global causé par un cycle de grand minimum solaire que nous avons entamé en 2020.

Le 2 avril, l’Agence spatiale suédoise a annoncé que le programme SCoPEx (Stratospheric Controlled Perturbation Experiment), financé par Bill Gates, avait « divisé la communauté scientifique » et ne serait donc pas réalisé. SCoPEx était un projet financé pendant plusieurs années par des fonds personnels de Bill Gates pour tester la faisabilité de l’atténuation du soleil par le biais de la géo-ingénierie humaine.

Le plan consiste à larguer des aérosols de sulfate ou de poussière de carbonate de calcium dans l’atmosphère à partir de ballons à haute altitude, dans le cadre d’un projet fou visant à bloquer le soleil et à « empêcher » ainsi le réchauffement de la planète. L’agence suédoise a décidé d’annuler l’expérience en raison d’une opposition majeure de la part non seulement de la communauté scientifique et écologiste, mais aussi du peuple suédois indigène same ou laplander qui est éleveur de rennes et craint que les particules ne provoquent une pollution environnementale grave ou inconnue pour leurs troupeaux. Le Conseil same a notamment prévenu que l’expérience de Gates « tente essentiellement d’imiter des éruptions volcaniques en crachant continuellement dans le ciel des particules qui atténuent le soleil ».

Depuis au moins 2010, Gates a appelé à une atténuation du soleil par l’homme. Il a donné 4,6 millions de dollars au physicien de Harvard David Keith pour faire avancer ce projet. Keith est conseiller de Gates depuis 2005. Avec Chevron, Gates est également un investisseur important dans la société de Keith, Carbon Engineering, une entreprise de capture directe de l’air basée au Canada. La capture directe de l’air est un autre projet fou, un processus qui consiste à capturer le dioxyde de carbone (CO2) directement dans l’air ambiant, en utilisant de grands ventilateurs pour pousser l’air ambiant à travers un filtre où il est traité avec un solvant caustique pour en extraire le CO2. Ce procédé nécessite des quantités astronomiques d’eau et d’énergie, ainsi qu’une superficie équivalente à celle de l’Inde selon certaines estimations. Selon des estimations prudentes, le piégeage du carbone pour parvenir à un taux de CO2 nul à partir de combustibles fossiles coûterait plus de 5 000 milliards de dollars par an, même s’il était possible à grande échelle. Keith semble heureux de s’amuser avec des projets aussi bizarres pour le compte du pseudo-scientifique milliardaire Gates.

Dans une conférence TED de 2010, Gates a répondu à une question sur le blocage solaire pour tenter de compenser le réchauffement climatique. Il a alors déclaré : « Devons-nous commencer à prendre des mesures d’urgence pour maintenir la température de la terre stable ? … Il y a une ligne de recherche sur ce qu’on appelle la géo-ingénierie, qui sont diverses techniques qui retarderaient le chauffage pour nous acheter 20 ou 30 ans pour se ressaisir ».

Keith a déclaré que, malgré le revers suédois, le groupe cherchera à obtenir le soutien de l’administration Biden pour effectuer les tests aux États-Unis. Les Académies nationales des Sciences, de l’Ingénierie et de la Médecine des États-Unis ont récemment publié un rapport demandant que 100 à 200 millions de dollars soient injectés dans la « géo-ingénierie solaire » au cours des cinq prochaines années.

 

(...)

 

 

Il y a environ 200 ans, nous avons connu la dernière période de grand minimum solaire, connue des scientifiques sous le nom de Minimum de Dalton, au début du XIXe siècle. En 1816, la couverture nuageuse sur la planète était si importante qu’on l’a appelée l’année sans été. Le Minimum de Dalton a duré de 1790 à 1820 environ. En 1815, une énorme éruption volcanique au mont Tambora en Indonésie, la plus puissante de l’histoire de l’humanité, a craché tant de cendres volcaniques dans l’atmosphère qu’en 1816, Thomas Jefferson a noté dans son journal météorologique en Virginie l’absence de soleil d’été. Elle a déclenché des conditions météorologiques extrêmes et des mauvaises récoltes dans de nombreuses régions du monde. En juin 1816, le gel et la neige en Amérique du Nord ont détruit la plupart des récoltes agricoles. Au niveau mondial, ce fut la pire famine du XIXe siècle. Les énormes volumes de cendres volcaniques dans l’atmosphère pendant plus d’un an en provenance de Tambora ont réfléchi d’importantes quantités de rayonnement solaire, provoquant des étés anormalement frais pour la saison qui ont contribué aux pénuries alimentaires.

Les preuves que nous sommes dans les premiers stades d’un grand minimum solaire similaire à celui du XIXe siècle ou pire sont convaincantes. Le volcan Sinabung de Sumatra, incroyablement actif, a explosé de façon spectaculaire le 2 mars, envoyant des cendres volcaniques à 40 000 pieds d’altitude dans l’atmosphère. Les particules éjectées à des altitudes supérieures à 32 800 pieds (10 km) – et dans la stratosphère – ont un effet de refroidissement direct sur la planète. L’Islande, l’île de Saint-Vincent dans les Caraïbes et d’autres éruptions survenues ces dernières semaines laissent penser que nous pourrions être confrontés à des chocs climatiques bien plus dramatiques que ne l’admet le tsar autoproclamé du climat mondial Bill Gates. Gates, le Forum économique mondial de Davos et d’innombrables « scientifiques » du climat avides de subventions refusent de prendre en compte la réalité solaire, préférant poursuivre des projets fous tels que l’atténuation chimique du soleil. Les milliers de milliards de dollars qui devraient être dépensés pour des énergies solaire et éolienne inefficaces montrent que leur programme n’a rien à voir avec la santé de la planète, ni avec la nôtre. Nous pouvons être sûrs que les scientifiques qui conseillent Gates sont parfaitement conscients des cycles solaires. Accordez-leur un crédit sur un point, ils sont passés maîtres dans l’art de la tromperie.

 

Lisez ici la totalité de l'article de  F. William Engdahl :

 

https://www.mondialisation.ca/la-suede-condamne-le-projet-fou-de-gates-sur-le-rechauffement-climatique/5655541

 

Lire la suite

Ben Garrison/GrrrTeam: (Arizona) LE MOT DU JOUR EST "AUDIT" LE DEUXIÈME MOT DU JOUR EST "PANIQUE".

23 Avril 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #USA, #Politique

Ben Garrison/GrrrTeam: (Arizona) LE MOT DU JOUR EST "AUDIT" LE DEUXIÈME MOT DU JOUR EST "PANIQUE".

LE MOT DU JOUR EST "AUDIT" LE DEUXIÈME MOT DU JOUR EST "PANIQUE".

Le juge de Maricopa ordonne l'arrêt temporaire de l'audit des élections en Arizona jusqu'au lundi 26 avril, en raison d'un procès de dernière minute intenté par le parti démocrate de l'Arizona et le superviseur du comté, invoquant des "problèmes de sécurité". Attendez, il y a plus !

La brève pause du week-end dans l'audit électoral du Sénat de l'Arizona, ordonnée vendredi par un juge, n'aura pas lieu parce que le parti démocrate de l'Arizona a refusé de verser la caution d'un million de dollars demandée par le juge pour couvrir toutes les dépenses que le Sénat encourt à tort en raison de l'arrêt.

Le juge Christopher Coury, de la Cour supérieure du comté de Maricopa, a décidé que l'audit devait être interrompu de vendredi 17 heures à lundi midi. Mais cette décision était subordonnée à la condition que le parti démocrate de l'Arizona, qui a intenté une action en justice pour bloquer l'audit, dépose une caution d'un million de dollars pour couvrir les dépenses que le Sénat pourrait encourir à tort en raison de ce retard. Le bail du Veterans Memorial Coliseum, où se déroule l'audit, expire le 14 mai.

Roopali Desai, l'avocate des démocrates, a déclaré que le parti ne versera pas la caution. Cela signifie que l'audit se poursuivra sans interruption. Mises à jour de Gateway Pundit

BIEN ESSAYÉ, LES PERDANTS !

L'audit des élections de 2020 en Arizona commence aujourd'hui et les démocrates paniquent. Pourquoi ? Si l'élection était sans fraude et sécurisée, ils n'auraient aucune inquiétude quant au résultat de l'audit.  Les démocrates ont déposé ce matin une plainte de dernière minute pour tenter de bloquer l'audit qui doit commencer aujourd'hui.

Le Sénat de l'Arizona a mis en place des caméras de sécurité pour surveiller chaque instant de l'audit médico-légal, sans que les valises soient sorties de dessous les tables à 4 heures du matin.

Vous pouvez regarder en direct sur votre téléphone ou votre ordinateur ici- Arizona Audit  

Il s'agit peut-être de l'audit le plus important de l'histoire américaine, et l'Arizona pourrait être le premier domino à tomber.

Selon certaines informations, le président Trump observe la situation et est "très intéressé" par la procédure.

Les démocrates et les faux médias ont attaqué toutes les personnes impliquées dans la réalisation de cet audit révolutionnaire. Nous avons vu des avocats liés au sommet du parti démocrate intervenir et menacer les auditeurs pour avoir fait le travail pour lequel ils ont été engagés.  Le général Flynn a prévenu tout le monde que Burn Loot Murder et ANTIFA pourraient se montrer et essayer d'arrêter physiquement l'audit.

Si l'élection de 2020 n'a pas été volée, pourquoi seraient-ils si désespérés d'empêcher un audit ? Les résultats confirmeraient qu'il s'agit d'une élection légale, non ?

La panique des démocrates en dit long.

L'audit prendra quelques semaines et nous le suivrons de près.

N'oubliez pas que vous êtes raciste si vous remettez en question l'éclairage des Démocrates !

GrrrTeam

Traduit de l'américain par Le Rouge et le Blanc.

Source: https://grrrgraphics.com/eyes-on-the-arizona-audit/?vgo_ee=Or34aoDVXWNer2KSE%2BSK5Ya7M0COqqRGEyE0Wd2aYoM%3D

Lire la suite
Lire la suite

Alexandre Ageyev : Demande de démarrage (Club d'Izborsk, 20 avril 2021)

21 Avril 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Economie, #Politique, #Russie, #Société

Alexandre Ageyev : Demande de démarrage  (Club d'Izborsk, 20 avril 2021)

Alexandre Ageyev : Demande de démarrage

 

20 avril 2021

 

https://izborsk-club.ru/20968

 

 

Tout au long de l'année 2020, tout s'est effondré à l'échelle mondiale : les économies, les marchés, les notions établies, les modèles de comportement, l'estime de soi, la place d'une personne dans le monde en général et dans les mondes de toutes sortes de populations, y compris virales, et dans les couloirs des écoles, des sociétés de transport, des mondes virtuels des services gouvernementaux, des zums, etc. De tels éléments provoquent une puissante reconversion de tous et de tout. En l'absence de directives claires, cette "reconversion" s'effectue dans un domaine excessivement stressant, avec de nombreux effets secondaires et des pertes au-delà du niveau "normal". Et ce n'est pas à propos des vaccins. C'est un défi social grandiose qui a exigé un sacrifice pour lui-même. La demande initiale porte sur un changement de l'ordre mondial. Pas plus. Et pas moins.

 

Un nouvel ordre socio-économique dans le monde et dans les pays individuels résulte de l'action simultanée de trois facteurs : l'insatisfaction à l'égard de l'ordre existant ; l'apparition d'une image attrayante et technologiquement réalisable d'un nouvel ordre mondial ; la cristallisation de forces sociales qui ont l'idéologie, la mentalité et les ressources nécessaires pour faire évoluer la société vers un nouvel état. Bien sûr, ce sont les conditions de la première approximation. Il y a des périodes dans la grande histoire où un système obsolète peut être conservé bien au-delà de sa durée de vie. De plus, si les cercles dirigeants ont un raffinement d'esprit et une volonté rigide de conserver leur domination même dans une situation objectivement perdante. Rappelons-nous combien de temps ont duré le système des "cerisiers" et le capitalisme qui l'a remplacé en Russie, jusqu'à ce qu'ils soient annulés par la révolution de 1917 et la longue guerre civile.

 

Parmi les conditions préalables figurent toujours la disposition d'une société à changer ainsi que son degré de suggestibilité. Il existe également une volonté, en partie infantile, de tester les limites de la protestation possible et autorisée. En tout état de cause, une telle préparation a ses propres cycles de vie, avec des phases précédant la "situation révolutionnaire" et la réhabilitation qui suit. Des conditions préalables plus des conditions historiques concrètes, plus des cadres, une idéologie, une organisation, des ressources et une volonté... En outre, des variations sont possibles. Au moins jusqu'au moment où il n'y a plus de choix ou lorsque cela dépasse de loin le confort. La deuxième partie de la formule - "et ensuite", à propos de "notre nouveau monde" - n'est généralement pas très clairement formulée, laissant le champ libre à la créativité de masse, à l'intrigue de la logique la plus astucieuse et cachée des éléments historiques.

 

Le paradigme dominant de l'existence humaine repose jusqu'à présent sur deux principes : l'exploitation effrénée et irresponsable des ressources de la planète, y compris l'homme et la nature, et la concurrence impitoyable de tous contre tous. Bien sûr, ces principes ont été voilés par des mythes sur la liberté d'entreprendre, le triomphe de la liberté humaine, la nature comme "atelier pour l'homme", la supériorité du marché sur le plan, etc. Bien sûr, il y a eu et il y a constamment des tentatives pour "atténuer" les inconvénients de ce paradigme : des normes réglementant les monopoles et la concurrence et protégeant la nature sont introduites et, d'une manière ou d'une autre, appliquées, l'interférence de l'État dans les processus économiques est réduite et augmentée, des institutions d'auto-organisation sont formées et de nouvelles technologies de communication apparaissent, des régimes internationaux d'objectifs de développement sont élaborés, etc.

 

Cependant, rien de tout cela n'a sapé les deux principes jusqu'à présent. Les conséquences de leur action sont visibles tous les jours, éparpillées et en gros. En Russie, les principales manifestations de ces principes et conséquences sont le dépeuplement, la polarisation sociale et les mentalités. Cette dernière reflète une anomalie dans le système de coordonnées de notre développement. Il pose et répond à la question suivante : pour quoi et pour qui le pays vit-il ou, en fait, ne veut-il pas vivre heureux à jamais ? Si la majorité des Russes associent leur avenir et celui de leur pays au rêve d'une société juste, de la stabilité et du retour de la Russie au statut de grande puissance, ce rêve est-il en corrélation avec l'inquiétude de neuf Russes sur dix quant à l'état moral du pays ? Mais il est incroyablement difficile de relever simultanément les défis de la justice, de la stabilité et du prestige international, à courte distance et dans une atmosphère de pression croissante de l'extérieur et de l'intérieur. Il est peut-être plus facile pour un chameau de passer par le chas d'une aiguille.

 

 

Alexandre Ageev

 

http://www.ageev.net

Alexandre Ivanovich Ageyev (né en 1962) est un éminent scientifique russe, professeur à l'université d'État de Moscou, membre de l'Académie russe des sciences naturelles. Directeur général de l'Institut des stratégies économiques du département des sciences sociales de la RAS, président de l'Académie internationale des études sur l'avenir, chef du département de gestion de projets commerciaux à l'Université nucléaire de recherche nationale "MEPhI", directeur général de l'Institut international P.Sorokin - N.Kondratieff. Rédacteur en chef des revues Economic Strategies et Partnership of Civilizations. Membre régulier du Club Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Alexandre Douguine : la Russie a rempli sa tâche et attend la prochaine étape de l’Azerbaïdjan (Club d'Izborsk, 20 avril 2021)

20 Avril 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Russie

Alexandre Douguine : la Russie a rempli sa tâche et attend la prochaine étape de l’Azerbaïdjan  (Club d'Izborsk, 20 avril 2021)

Alexandre Douguine : la Russie a rempli sa tâche et attend la prochaine étape de l’Azerbaïdjan

 

20 avril 2021

 

https://izborsk-club.ru/20966

 

 

- Alexandre Douguine, comment évaluez-vous le résultat de la rencontre entre Poutine et Pashinyan à Moscou. Le Premier ministre arménien a souligné qu'il était très satisfait. Il est de notoriété publique qu'avant la nomination de M. Pashinyan, Vladimir Poutine a tenu une réunion vidéo avec l'opposant de longue date de M. Pashinyan, Robert Kocharyan. De l'extérieur, cela ressemblait à une lutte de deux politiciens arméniens pour attirer l'attention de Moscou avant les élections. Selon vous, quel est l'équilibre des forces dans cette lutte ? Pashinyan est-il parvenu à gagner ce combat jusqu'à présent ? Qui obtiendra le soutien de Moscou ?

 

- Aujourd'hui, nous voyons une nouvelle situation géopolitique dans la région après la guerre du Karabakh.

 

Après la signature des traités de paix sur le Karabakh par Nikol Pashinyan, ses adversaires nationalistes, l'opposition et les partisans traditionnels du renforcement des relations de l'Arménie avec la Russie se sont rués sur Soros pour évincer son ancien homologue du pouvoir. Ils ont voulu jouer sur le fait que Pashinyan n'a pas rompu ses relations avec Moscou malgré les plans de Soros ; de plus, il a signé ces mêmes accords principaux sur le règlement du Nagorno-Karabakh. Mais cette manœuvre de l'opposition n'a pas été couronnée de succès et ne l'a pas aidée. Comme vous le savez, après la guerre, l'Arménie s'est retrouvée dans une situation très difficile, et les forces politiques, réalisant qu'il s'agissait d'une impasse, ont commencé à réfléchir sérieusement à leur sort. En conséquence, l'adéquation de la politique arménienne a augmenté de manière significative. Avant cela, je ne comprenais pas ce qu'ils faisaient ; ils se tuaient littéralement en détruisant les relations avec Moscou, en ne développant pas de relations avec l'Azerbaïdjan ou la Turquie. Pendant des années, l'Arménie s'est trouvée dans une impasse totale, dans un état de folie totale. Et maintenant les Arméniens, alors que la situation est devenue extrêmement critique pour eux, comme s'ils avaient eu une épiphanie, leur raison l'a emporté.

 

Après un soudain mouvement instinctif infructueux des nationalistes, en particulier de Kocharyan, vers Soros, il leur est apparu que c'était une mauvaise décision. Une fois de plus, ils ont réalisé que seul Moscou était le facteur principal en termes d'assistance, en termes de garantie des intérêts nationaux arméniens. Pashinian était également conscient du rôle de Moscou grâce à une expérience amère. Tant le premier ministre sortant que les nationalistes souhaitent désormais s'orienter véritablement vers un renforcement des relations avec Moscou. La situation économique de l'Arménie est aujourd'hui extrêmement difficile. La prise de conscience de ces deux forces dans la dépendance de l'Arménie vis-à-vis de la Russie a, à mon avis, considérablement simplifié la situation politique intra-arménienne. Il est devenu évident que ceux qui jouent pour l'Ouest peuvent immédiatement s'en aller. Les Arméniens ont compris que travailler pour l'Occident est tout simplement suicidaire. Les visites de Pashinyan et de Kocharyan à Moscou sont également liées à la réalisation du rôle de la Russie en Arménie à l'approche des élections.

 

Quant à savoir si Pashinyan est satisfait de sa rencontre avec Poutine. Je pense que Poutine ne fait aucune différence de principe entre Pashinyan et les nationalistes dans la situation actuelle. Il est satisfait des deux pour le moment. Si les nationalistes continuaient à faire du chantage à Moscou comme Pashinyan l'a fait avant la guerre du Karabakh, le président russe soutiendrait Pashinyan maintenant et cela mettrait fin à toute la lutte politique interne en Arménie. Mais les nationalistes arméniens ont compris que les choses vont vraiment mal, et leur implication minimale dans la politique dépend de leur capacité à maintenir des relations avec Moscou.

 

Moscou laissera les Arméniens décider de leur propre sort. Le Kremlin trace une ligne rouge pour toute force intra-arménienne - pas de coopération avec Soros. Et cela fonctionnera avec ceux qui ne franchiront pas cette ligne. La position de la Russie est que la Fondation Soros doit être "exterminée", que l'ambassade américaine en Arménie, la plus grande du Caucase du Sud, ne doit pas exister. Les Américains apportent des conflits, des guerres, des coups d'état partout, surtout Soros. C'est sérieux, ce n'est pas une blague, l'ambassade américaine est une institution totalement toxique et exaspérante. On peut garder un consul tranquille et le surveiller du matin au soir. Laissez notre personnel vigilant faire le tour et s'assurer qu'il n'ouvre pas la bouche du tout. C'est exactement le point de vue à partir duquel la Russie parlera à quiconque, quel que soit le vainqueur des élections en Arménie. Si les Arméniens commencent à reconstruire leur pays dans un contexte normal, la Russie les aidera.

 

Oui, Moscou a soutenu un peu M. Kocharyan en demandant aux autorités arméniennes de cesser de le persécuter et, en conséquence, il a été acquitté par le tribunal pour le renversement de l'ordre constitutionnel en relation avec les événements du 1er mars 2008.

 

En même temps, je pense qu'aujourd'hui Moscou est plus satisfait de Nikol Pashinyan, car c'est lui qui a signé les accords de paix sur le Karabakh. De plus, il n'aura aucune marge de manœuvre pour revenir aux affaires, sinon il sera instantanément évincé. C'est pourquoi Poutine est plus enclin à accepter Pashinyan pour le moment, mais seulement à condition que le conflit interne en Arménie prenne fin. Je pense que Poutine et Pashinyan se sont simplement mis d'accord pour chasser les Américains d'Arménie afin qu'ils ne compliquent pas la situation de quelque manière que ce soit.

 

- Si Moscou ne choisit ni Pashinyan ni Kocharyan, bien que, d'après ce que j'ai compris, il y ait un certain avantage en faveur du Premier ministre arménien par intérim, alors pourquoi Poutine a-t-il eu une réunion avec Kocharyan, dont le fait a été confirmé par le Kremlin, ce qui ne l'a pas empêché de se cacher ? A-t-il été fait pour maintenir Pashinyan dans une position serrée ?

 

- Dans un sens, oui. Le déchaînement de Pashinyan contre Kocharyan pendant sa présidence était conforme au plan de Soros. Ce que Pashinyan a finalement fait, c'est abandonner ce plan et cesser de travailler pour les Américains et les mondialistes. Pour le confirmer symboliquement, il devait libérer Kocharyan. Parce qu'en Russie, sa persécution était considérée comme une attaque anti-russe. Poutine a dit à Kocharyan que je ne laissais pas mon peuple derrière moi, vous étiez loyal envers nous, à la fin ils ont laissé Kocharyan partir. C'est un soutien certain pour lui.

 

M. Poutine a dit à M. Pashinyan : "Vous avez signé l'accord de paix sur le Karabakh, bravo, vous n'avez pas cherché la provocation, vous avez craché sur Soros et maintenant, allez-y : mettez les mondialistes à la porte et nous établirons des relations constructives avec vous à partir de maintenant. Kocharyan est heureux car il a été acquitté, Poutine l'a soutenu. Pashinyan est heureux que personne ne le jette dehors. M. Poutine se réjouit que l'ère de la folie en Arménie prenne fin et que tout s'arrange pour que tout le monde y trouve son compte. Le front, parrainé par des éléments libéraux extrémistes, est terminé.

 

Et maintenant la question est déjà posée à Bakou, aujourd'hui de ces réunions mûrit progressivement la question à Aliyev, et ici comment le vainqueur, le président triomphant va se comporter dans une situation qui est légèrement corrigée, et elle est corrigée tout le temps, c'est la vie politique. Et la formulation de cette question et de la réponse est très essentielle. Il est très important de savoir comment Aliyev va construire les relations avec Moscou et Ankara dans les nouvelles conditions. Je pense qu'il n'est guère dans l'intérêt d'Aliyev d'inverser le cours vers la Turquie. Il comprend que ce n'est pas du tout dans l'intérêt des Azéris. Je suis sûr qu'Ilham Aliyev est un dirigeant intelligent et prévoyant, qui essaiera de maintenir la neutralité et l'équilibre dans ses relations avec Ankara et Moscou. Il doit maintenant poursuivre la reconstruction d'un Karabakh pacifique, en essayant d'éviter les vilains excès qui ont accompagné l'occupation arménienne. Le processus de reconstruction doit être très doux. C'est très important, et beaucoup de choses en dépendent.

 

Aujourd'hui, alors que l'escalade des relations entre la Russie et les mondialistes est en cours, l'Azerbaïdjan doit être très vigilant.

 

- Pourtant, y a-t-il une chance pour Kocharyan, les revanchards de gagner les élections en Arménie ? Il est difficile d'imaginer que Kocharyan, un homme qui a littéralement fait la première guerre du Karabakh, un représentant du "clan du Karabakh" soit arrivé au pouvoir et n'ait pas essayé de mettre des bâtons dans les roues de la déclaration trilatérale, ne voulant pas mettre en œuvre l'idée de vengeance. L'autre jour, l'ancien président de l'Arménie a déclaré que la vengeance est désormais impossible, mais il a souligné que la paix conclue sur le Karabakh est injuste...

 

- S'il ne dit pas cela, personne ne l'élira du tout. La façon dont il l'a dit est la formulation la plus douce. La position dans laquelle il se trouve : le "clan Karabakh", qui ne se basait que sur le conflit du Karabakh, a perdu la base de tout pour lui-même, le Karabakh. Que peut faire d'autre Kocharian ? Je pense que la formulation qu'il a dite a été convenue à l'avance. J'ai dit à plusieurs reprises que, que cela plaise ou non à certains, l'intégrité territoriale de toute entité post-soviétique n'est résolue que dans un seul cas, à Moscou. Tout le monde devrait se rendre compte que tout se décide à Moscou. En conséquence, Kocharyan a très probablement accepté sa formulation, et qu'il en soit ainsi. La question de savoir qui va gagner est tout autre. Kocharyan peut dire : prenons une revanche sur le Karabakh. Mais c'est impossible. Et le contingent russe de maintien de la paix au Karabakh sera le premier à faire obstacle à cette vengeance. Ils seront ici le principal bouclier pour protéger l'intégrité territoriale de l’Azerbaïdjan.

Je suis assez loin de l'idée que quelqu'un à Moscou va utiliser Kocharian. Laissez les Arméniens décider eux-mêmes de leur avenir. La Russie a fixé certains signes maintenant, et ensuite elle n'interviendra pas dans le processus. Il serait bon que l'Azerbaïdjan le comprenne aussi. Chacun est tenté de tout s'attribuer, comme s'il n'y avait pas de grand pouvoir. Et parmi ces grandes puissances, surtout dans le contexte du conflit, nous devons décider. Les Arméniens essaieraient de se venger, mais ils n'en ont pas le pouvoir maintenant. Ils ont essayé de coopérer avec l'Occident, mais ils ont beaucoup perdu. S'ils essaient de le faire maintenant, ils perdront tout. Et ici, nous devons nous décider et suivre ce contexte.

 

En général, Moscou peut trouver Kocharyan et Pashinyan utiles. Il y a ici une telle formulation de la question que personne ne devrait se détendre.

 

Quant à Bakou : l'Azerbaïdjan a rétabli son intégrité territoriale, c'est absolument merveilleux et réjouissant. Mais la politique est une chose telle que vous ne pouvez pas vous accrocher à votre victoire si vous ne gagnez pas demain. La politique est toujours un processus ouvert. Si vous ne fixez pas les résultats de la victoire demain, vous pouvez tout perdre.

 

- Ainsi, Moscou supervisera l'exécution irréprochable de la déclaration trilatérale sur le Karabakh dans tous les cas, quelle que soit la personne au pouvoir en Arménie ?

 

- C'est absolument certain.

 

- M. Pashinyan affirme que le conflit du Karabakh n'est pas encore résolu. Poutine a déjà fait passer le message que le conflit appartient au passé. Y a-t-il ou non des divergences dans ces déclarations ? Quelle est la position de Moscou ?

 

- Bien sûr, il y a quelques divergences. Des élections parlementaires extraordinaires sont en cours en Arménie, et Pashinyan n'en est pas exempt. Nous ne devons pas trop exiger des hommes politiques arméniens, et en particulier du Premier ministre, dans la situation dans laquelle se trouve l'Arménie aujourd'hui. Imaginez, l'État et le peuple ont subi un coup psychologique aussi fort. Peut-être que c'est justifié. Parce que l'état dans lequel se trouvait la société arménienne ces dernières années était la limite absolue de la folie. Après la guerre, les Arméniens ont immédiatement retrouvé la raison. C'est très bien. Mais il faut comprendre que cette condition est très difficile, et qu'il faut donc expliquer quelque chose à la société, dire quelque chose. Poutine a affirmé sa position. Sa parole est décisive.

 

- Mais pour l'instant, il n'y a pas de troisième force en Arménie ? Il ne peut pas arriver qu'une figure compromettante apparaisse soudainement de nulle part, n'est-ce pas ?

 

- Je ne le vois pas. D'une manière générale, la situation en Arménie est maintenant négligée dans la mesure où tous ceux qui pourraient constituer la "troisième" ou la "quatrième" force sont déjà partis là-bas... Ils sont partis. Si l'Arménie doit renaître, cela doit se faire dans le cadre d'une coopération constructive - avec l'Azerbaïdjan, avec la Turquie, avec l'Iran. En général, l'Arménie en tant qu'État devrait être relancée. Maintenant, je ne comprends pas ce qu'ils combattent là-bas, si tout s'est effondré. L'Arménie doit revivre et renaître dans un nouveau contexte. C'est toute une histoire. Alors la renaissance donnerait de la force, parce qu'il y aurait une raison de se battre. Mais maintenant, il n'y a plus de raison de se battre. Le pays est dans un état terrible, il doit être reconstruit et c'est un gros travail. Maintenant, la vie politique suit l'inertie - ceux qui ne sont pas partis se battent entre eux. C'est en fait une tragédie. Le peuple arménien n'est pas en bonne forme actuellement, il a besoin d'aide.

 

Et je voudrais insister une fois de plus. Cela peut sembler un peu excessif, mais je pense que la chose la plus importante dépend maintenant de Bakou - comment résoudre la question avec la population arménienne du Karabakh. Si la question est résolue de manière harmonieuse, ce sera une grande victoire. Jusqu'à présent, cela se passe très bien. Et si les choses continuent dans cette veine, ce facteur dans les relations russo-azerbaïdjanaises peut devenir une nouvelle qualité. C'est vers cela que nous devons tendre. Et c'est là, en fait, la voie de la renaissance de l'Arménie, ainsi que la manière de comprendre le nouveau rôle de l'Azerbaïdjan dans la région - plus actif, plus expansif dans un sens positif.

 

- Vous parlez du nouveau rôle de l'Azerbaïdjan dans la région. Dans quelle mesure Moscou doit-elle se tourner vers Bakou aujourd'hui dans ses relations avec Erevan ? Ou est-ce que ça a toujours été un enchevêtrement symétrique consécutif ? C'est-à-dire que les relations russo-arméniennes et russo-azerbaïdjanaises sont toujours projetées les unes sur les autres ? Et dans quelle mesure le facteur de Bakou aujourd'hui est encore sorti de ce cercle et est devenu plus influent ?

 

- Je pense que le moment est venu pour Bakou de rejoindre l'OTSC et l'EAEU. Il n'y a plus de contradiction logique quant à la raison pour laquelle cela ne devrait pas se produire. Le conflit du Karabakh a été résolu. Tout est en quelque sorte plus ou moins réglé. Et le retard de l'adhésion de l'Azerbaïdjan à l'UEE, l'absence de mouvement dans cette direction vont déjà créer, à mon avis, une certaine incompréhension à Moscou. La question du rapprochement de l'Azerbaïdjan de l'UEE et de l'OTSC a été soulevée à l'époque où les discussions portaient sur les cinq régions en rapport avec le Karabakh et ses environs. Maintenant, c'est un moment très délicat. Poutine et Aliyev ont construit un modèle, qui a conduit à un résultat aussi positif pour Bakou au Karabakh, avec beaucoup de difficultés... Les efforts ont été tout simplement titanesques. La Russie est prête à aider ses amis. Poutine perçoit Aliyev comme son partenaire stratégique. C'est sûr. Le fait de mettre de côté le thème de l'adhésion de l'Azerbaïdjan à l'UEE ou à l'OTSC pour une période à long terme inconnue peut se transformer en une pierre d'achoppement sous nos yeux, qu'il faut éviter à tout prix. Car la situation dans la région dépend de l'union de l'Azerbaïdjan et de la Russie.

 

- Lors de sa rencontre avec M. Poutine, M. Pashinyan a également déclaré qu'aujourd'hui, l'Arménie procède à la réforme de son armée, que le pays mène à bien "avec le soutien des partenaires russes". Bien sûr, l'Azerbaïdjan y prête attention... N'y a-t-il pas une telle dissonance dans toute la situation, lorsque l'Azerbaïdjan et l'Arménie parviennent à la paix avec la médiation de la Russie... et ici le sujet de la restauration de l'armée ?

 

- Tout ce qui devait être fait avec les Arméniens a été fait. À mon avis, il faut les laisser tranquilles. L'Azerbaïdjan doit maintenant être très prudent et voir dans quelle mesure l'Azerbaïdjan est prêt à s'intégrer à la Russie maintenant. Moscou a fait tout ce qui était nécessaire, a tenu ses promesses - nous avons promu la paix entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie, nous avons aidé l'Azerbaïdjan à récupérer le Karabakh. Mais ce statut doit exister, sinon la situation ressemble à ceci : nous avons sacrifié notre allié, et en retour nous obtenons le renforcement d'une force qui ne nous est absolument pas alliée selon aucun document. Était-ce l'objectif de l'axe stratégique prospectif Moscou-Bakou, le positionnement de l'Azerbaïdjan comme principal allié stratégique de la Russie dans le Caucase du Sud ? Non. Nous avons rempli notre mission, nous attendons la prochaine étape de l'Azerbaïdjan. Maintenant, c'est à Bakou de jouer. L'Arménie a le statut d'allié de la Russie, et nous ne pouvons pas ne pas l'aider. Nous porterons sa puissance de combat à zéro. Mais cela ne peut pas être un problème pour l'Azerbaïdjan qui est ami avec la Russie. Ce problème a déjà été résolu.

 

L'adhésion de l'Azerbaïdjan à l'OTSC et à l'UEE empêcherait quiconque de prétendre (y compris les Arméniens) que l'Arménie est l'alliée de la Russie et doit donc l'aider. De cette manière, l'Azerbaïdjan et l'Arménie seraient, disons, sur le même plan. L'Azerbaïdjan se sentirait plus libre. La coopération militaire et technique entre la Russie et l'Azerbaïdjan est au plus haut niveau. Nous savons que l'Azerbaïdjan est capable d'acheter n'importe quelle arme. À cet égard, le contexte politique de toute discussion sur la façon dont il devrait en être ainsi pour l'Arménie s'épuisera tout simplement.

 

 

Alexandre Douguine

 

http://dugin.ru

Alexander G. Dugin (né en 1962) est un philosophe, écrivain, éditeur, personnalité publique et politique de premier plan au niveau national. Docteur en sciences politiques. Professeur de l'université d'État de Moscou. Il est le leader du mouvement international eurasien. Membre régulier du Club Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Shamil Sultanov : La Russie est en avance sur l'Amérique et la Chine ! dans le domaine des inégalités socio-économiques (Zavtra, 16 mars 2021)

19 Avril 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Economie, #Russie

Shamil Sultanov : La Russie est en avance sur l'Amérique et la Chine ! dans le domaine des inégalités socio-économiques

 

16 mars 2021

 

https://zavtra.ru/blogs/rossiya_vperedi_ameriki_i_kitaya

 

 

 

Au cours des quatre dernières années, la Fédération de Russie est devenue un leader mondial en matière d'inégalité socio-économique ou d'injustice sociale, dépassant avec assurance l'Amérique, l'Allemagne et la Chine. La Russie, dont l'économie est engluée dans la stagnation depuis plusieurs années et dont le niveau de vie de la majorité de la population n'a cessé de baisser, compte nettement plus de milliardaires en dollars en 2019 qu'en 2018. Pendant ce temps, 10 % des Russes contrôlent 83 % de la richesse nationale, tandis que les 1 % de super-riches contrôlent près de 60 % de tous les actifs matériels et financiers. Cela n'existe dans aucune des grandes économies du monde. Aux États-Unis, par exemple, les 1% de super-riches ne possèdent que 35% de la richesse nationale.

 

Et cette inégalité socio-économique ne fait que s'accroître. Par exemple, après l'effondrement de l'URSS, la part des revenus des 1% les plus élevés de la société russe est passée de moins de 6% de tous les revenus en 1989 à 22% en 1995. En outre, la part de ce même 1% dans la richesse totale de tous les ménages russes est passée de 22% en 1995 à 43% en 2015. Ce chiffre est plus élevé qu'aux États-Unis, en Chine, en France et au Royaume-Uni.

 

Le nombre de citoyens russes possédant une fortune d'un milliard de dollars ou plus figurant dans le classement mondial en 2020 était de 103 personnes. La richesse combinée des milliardaires russes a fortement augmenté dans les années 2000, couvrant environ 30 à 35 % de la richesse nationale. C'est nettement plus que dans les pays occidentaux : aux États-Unis, en Allemagne, en France, entre 2005 et 2015, ce chiffre se situait entre 5 et 15 %.

 

Les oligarques russes et autres nouveaux riches conservent près de 1 500 milliards de dollars à l’étranger.

 

La croissance de la richesse des couches supérieures de la bourgeoisie russe, de la bureaucratie, des généraux et des colonels des structures de pouvoir se produit invariablement sur fond d'appauvrissement permanent de la majorité de la nation russe.

 

En 2017, le taux de pauvreté en Russie a dépassé le chiffre d'il y a dix ans. Alors qu'en 2007, le nombre de personnes ayant des revenus inférieurs au niveau de subsistance était de 18,8 millions, elles étaient déjà 19,3 millions en 2017. Et au premier trimestre 2019, même Rosstat a compté 20,9 millions de personnes vivant sous le seuil officiel de pauvreté. Selon certains services spéciaux russes, au moins 40 millions de citoyens russes vivent sous le seuil de pauvreté officiel. Au deuxième trimestre 2019, 49,6 % des familles (c'est-à-dire la moitié des Russes) n'avaient assez d'argent que pour se nourrir et s'habiller. 14% n'ont de l'argent que pour une maigre nourriture, ce qui signifie que de facto ils sont tout simplement affamés.

 

Si, en 1990-1991, les 10 % les plus riches des citoyens russes disposaient de moins de 25 % du revenu national, en 1996, ce chiffre était passé à 45 %, et la part du revenu de la moitié "pauvre" de la population était tombée de 30 à 10 %.

 

Le pays a connu la période la plus favorable dans le contexte de la justice socio-économique au cours du "plan quinquennal d'or" (1966-1970). En 1968, la moitié la moins aisée de la population représentait plus de 31% des revenus, tandis que les 10% les plus riches en représentaient 21,6%.

 

La pauvreté croissante du pays est la principale raison de sa chute dans l'abîme démographique. La Russie d'aujourd'hui a l'espérance de vie et la qualité de vie les plus faibles de tous les pays développés d'Europe et d'Asie, ainsi que des systèmes d'éducation et de soins de santé dégradés. Dans la Fédération de Russie, plus de 40 % des jeunes familles après la naissance d'un enfant entrent dans la catégorie des pauvres. Cela signifie que lorsque presque une jeune famille sur deux a un enfant, celui-ci devient pauvre immédiatement après sa naissance.

 

Il existe une pauvreté "unique" (que l'on ne trouve pas du tout dans les pays développés !) en Russie, que l'on appelle "pauvreté de la population active". Il y a beaucoup de gens dans notre pays qui travaillent, mais leurs revenus restent au niveau du salaire minimum. En 2020, le salaire minimum était de 12130 roubles. Et le salaire moyen dans le pays était de 33 000 roubles.

 

Selon la définition de la Banque mondiale, il existe une autre catégorie de citoyens, qui est appelée "économiquement vulnérable". Cela inclut les personnes qui vivent avec moins de 10 dollars ou environ 700 roubles par jour. C'est-à-dire ceux dont le revenu est inférieur à 21 000 roubles par mois. Et cela, d'ailleurs, représente plus de la moitié des Russes. Au début de l'année 2021, la part de la population économiquement vulnérable en Russie dépasse 50 % et continue de croître. La population russe dont le revenu est inférieur à 10 dollars par jour est passée à 53,7 %.

 

Au cours des 36 dernières années, les revenus réels de tous les Russes ont augmenté de 34 % ; en Chine, de 831 % ; en Inde, de 221 % ; dans le monde entier, de 60 %. Par rapport à tous les autres pays mentionnés ci-dessus, les revenus de la Russie ont augmenté très lentement, de moins de 1 % par an, soit deux fois plus lentement que la moyenne mondiale. Mais même cela n'est que la "température moyenne de l’hôpital ».

 

Alors que les revenus de tous les Russes ont augmenté de 34 % en moyenne au cours de cette période, les 50 % de Russes les plus pauvres ont vu leurs revenus diminuer de 26 %, et les 40 % suivants ont vu leurs revenus augmenter de seulement 5 %. En général, le revenu des 90 % "pauvres" de la population russe a diminué d'environ 15 % depuis 1980, mais le revenu des 10 % des Russes les plus riches a augmenté en moyenne de 190 % (presque triplé), le revenu des 1 % les plus riches a été multiplié par 8, le revenu des 0,1 % les plus riches a été multiplié par 26, le revenu des 0,01 % les plus riches (il n'y en a pas plus de 10 000 en Russie) a été multiplié par 80 et celui des 0,001 % les plus riches par 250.

 

Malgré la propagande massive, il existe un mécontentement notable dans la société russe. 84 % de la population russe sont convaincus que la source des inégalités sociales et économiques les plus criantes est l'État, 72 % sont indignés par les inégalités politiques et près de 60 % sont sûrs qu'il existe un conflit politique fort et extrêmement fort entre la population et les autorités en général. Ce mécontentement est dû à la politique menée par les autorités russes.

 

Dans les pays dotés d'une économie de marché civilisée, il existe depuis longtemps une réglementation étatique élaborée visant à égaliser la situation financière des différents groupes de revenus de la population. Et cette politique est considérée comme la partie la plus importante du mécanisme de redistribution des revenus.

 

Mais dans la Russie d'aujourd'hui, l'impôt social continue d'être prélevé selon un barème régressif. Et les autorités soutiennent par tous les moyens, directement ou indirectement, cette politique qui "rend les riches encore plus riches et les pauvres plus pauvres". Sinon, ils auraient depuis longtemps limité le revenu réel des personnes les plus riches par des impôts progressifs (efficaces dans de nombreux pays développés du monde). Cette mesure, selon les experts, aiderait les personnes les plus pauvres à survivre. Le principal régulateur ici devrait être un barème d'imposition progressif, mais pas sur les salaires, mais sur le revenu global.

 

Un taux progressif réduit non seulement l'inégalité des revenus après impôt, mais décourage également les citoyens ayant des revenus élevés de rechercher des salaires encore plus élevés et d'accumuler des biens.

 

En novembre 2016, Olga Golodets, alors vice-premier ministre du gouvernement russe, a déclaré que le gouvernement avait de nouveau commencé à discuter de la possibilité d'introduire certains éléments d'un barème progressif de l'impôt sur le revenu des personnes physiques (IRPP). Selon elle, une étape importante pour vaincre la pauvreté serait d'exempter les citoyens "au bas de l'échelle", c'est-à-dire dont les revenus sont inférieurs au minimum vital, du paiement de l'impôt sur le revenu des personnes physiques. Cependant, en janvier 2017, le Premier ministre Medvedev a fermement déclaré que la transition vers un taux progressif de l'impôt sur le revenu des personnes physiques n'est pas à l'ordre du jour du gouvernement.

 

En 2020, la Russie a connu un changement de gouvernement dans un contexte de stagnation économique continue. Les premières déclarations du nouveau Premier ministre Mishustin ont dissipé les arguments des patriotes naïfs qui espéraient que la classe dirigeante russe cesse d'afficher sa cupidité et son arrogance flagrantes. Avant même que Mishustin n'ait eu l'occasion d'être officiellement nommé, il avait annoncé à la hâte qu'aucune révision de la réforme des retraites ne serait entreprise et que son gouvernement n'avait aucune intention d'exempter les pauvres de l'impôt sur le revenu des personnes physiques ou d'introduire un barème d'imposition progressif. Il a symboliquement énoncé ses priorités : dans son premier ordre à la tête du gouvernement, Mishustin a doublé les salaires du service de la garde fédérale et des policiers, et non ceux des médecins, des enseignants, des ouvriers, des paysans et des retraités. Les autorités actuelles ne veulent absolument pas changer le système établi du capitalisme féodal. Cependant, le problème menaçant de l'injustice sociale croissante devient de plus en plus l'une des menaces les plus importantes pour la sécurité nationale et l'avenir du pays.

 

Par exemple, il existe des similitudes frappantes entre les indicateurs d'inégalité socio-économique de la Russie d'aujourd'hui et ceux de l'Empire russe de 1905.

 

En 2015, les 10 % de Russes les plus riches détenaient environ 46 % du revenu national du pays. En 1905, ce chiffre était d'environ 47 %.

 

En 2015, 40 % des Russes à revenu intermédiaire avaient une part du revenu national légèrement supérieure à 37 %. En 1905, il était d'un peu plus de 36 %.

 

En 2015, 50 % des Russes à faible revenu disposaient de 16 % du revenu national de la Russie. En 1905, il s'agissait toujours des mêmes 16%.

 

Ainsi, nous vivons aujourd'hui dans le même Empire russe de 1905 dans le contexte de l'inégalité des revenus de base.

 

Le développement de l'inégalité sociale dans la Russie contemporaine conduit à une polarisation croissante de la société, à des contradictions grandissantes entre les régions russes, entre Moscou et les régions, au sein des contradictions régionales, à une érosion forcée de la classe moyenne, à l'émergence d'un antagonisme entre les personnes et les couches sociales (tout en déclarant s'engager à construire un État social), à de nouvelles distorsions incontrôlables dans la structure de la société actuelle.


Dans la société russe moderne, compte tenu de la dynamique des inégalités sociales, une stabilité dite "négative" s'est formée, ce qui signifie une dégradation lente et régulière qui peut, tôt ou tard, conduire à une crise explosive.

 

Il est peu probable que toutes ces tendances négatives associées au potentiel de croissance de la justice sociale soient ignorées et non prises en compte par les adversaires stratégiques de la Russie. Dans le contexte de la grande guerre réflexive mondiale en cours contre la Russie, il est intéressant de noter la déclaration des économistes de l'Université du Texas D. Galbraith, C. Priest et J. Purcell : "Au lieu d'organiser un blocus ferroviaire, aérien et postal, un État inamical peut être affaibli d'une autre manière - pour aider à développer son économie. Mais seulement de manière à ce que la population de la puissance hostile soit autant que possible stratifiée par les revenus". Selon leurs estimations, de 1715 à nos jours, 81% des guerres ont été gagnées par des pays où les revenus sont répartis plus équitablement que chez l’ennemi.

 

Shamil Sultanov

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

 

Commentaire d'un lecteur de Zavtra:

 

Nicoros
18 mars 2021 à 21:36
Toutes les statistiques sont tirées de "Statobzor : From the Soviets to the Oligarchs : Inequality and Property in Russia, 1905-2016", rédigé par une équipe d'auteurs étrangers, parmi lesquels les lecteurs devraient connaître Tom Piketty, auteur de la grande étude sur les inégalités dans le monde "Capital in the 21st Century". Piketty a été cosigné par son collègue de l'École d'économie de Paris, Philippe Novokmet, et par Gabriel Zuckman, un jeune chercheur de l'Université de Californie à Berkeley. L'article "Des Soviets aux oligarques..." fait lui-même partie d'un projet plus vaste, la Base de données mondiale sur la richesse et le revenu, dont la tâche est d'obtenir une image complète de la répartition de la richesse et du revenu dans le monde.

 

http://www.piketty.pse.ens.fr/files/NPZ2017WIDworld.pdf

Situation de la Russie en 2011, par le général Leonid Ivashov:

 

“The situation is much more complex in Russia.  A revolution here is unavoidable.  It will become an attempt to find its own future and course of development that preserves Russia as a unitary state, both Russian and remaining native peoples – as a national-social formation.  Under the current course and regime, Russia has no future.  Catastrophe looms ahead – the country’s division and collapse, the departure of the Russian world from the historical arena.  These are objective data – when you look at government statistics even, your hairs stand on end.  There are approximately one hundred million Russians, 23 million alcoholics, 6 million drug addicts, 6 million sick with AIDS, 4 million prostitutes.  We have the very highest percentage of disadvantaged families, for every thousand marriages, 640 divorces.  Revolutionary transformations are simply necessary.  Let’s hope to God they come in a peaceful way.”

“What is happening now in the Middle East gives us reason to talk also about our degradation.  Yes, Mubarak, Qaddafi and the rest stole, hoarded riches for themselves, however there has never been in the history of a single state such complete plunder as is occurring now in Russia.  Two oligarchic clans, privatizers of resources and bureaucrats have sucked everything out of the people and the country.  Real incomes of the population in January compared with January of last year have decreased by 47%.  Oil gets more expensive — our gas gets more expensive.  Oil gets cheaper — our gas still gets more expensive.  Prices for food and other things constantly increase.”

“A handful of powerful bureaucrats and oligarchs close to them understand perfectly that there’s no avoiding a revolution.  Therefore they’re hurrying to suck everything up and tie their business to foreign structures.  So that when they start taking their assets away, they can call on NATO to defend them.”

“Russia doesn’t have its own Middle East geopolitical project.  We are extremely inconsistent — we sign military agreements with Israel, we institute sanctions against Iran, irritating the Islamic world.  Medvedev calls Qaddafi a criminal for firing on his own people.  At the same time, they put up monuments to Yeltsin who fired on his own people and his own parliament.  Such a contradiction shows the complete cynicism of our current vlasti.”

“The fighting in Russia will undoubtedly begin, and it will be, unfortunately, much more severe — since the country is multinational.  In the Middle East, they call their own Arab presidents occupiers, but we also have other peoples.  And if anti-Semitism in the Arab East is aimed beyond the borders of their own countries, at Israel or the U.S., then Russian anti-Semitism is directed inward.”

 

https://russiandefpolicy.com/2011/03/12/ivashovs-inevitable-revolution/

Lire la suite

Shamil Sultanov : les stations balnéaires turques deviennent un facteur dans la politique intérieure russe (Club d'Izborsk, 19 avril 2021)

19 Avril 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Turquie, #Politique, #Russie

Shamil Sultanov : les stations balnéaires turques deviennent un facteur dans la politique intérieure russe (Club d'Izborsk, 19 avril 2021)

Shamil Sultanov : les stations balnéaires turques deviennent un facteur dans la politique intérieure russe

 

19 avril 2021

 

https://izborsk-club.ru/20962

 

 

- Shamil Zagitovich, depuis le 15 avril, la Russie a de nouveau cessé ses liaisons aériennes avec la Turquie. À cet égard, des noms tels qu'Ankara, Istanbul, Erdogan reviennent souvent dans les rapports des agences de presse. La Turquie, familièrement proche, est redevenue lointaine. Mais qu'est-ce que la République de Turquie moderne si nous la regardons non pas avec les yeux d'un touriste, mais avec ceux d'un analyste ? Et pourquoi les relations entre Moscou et Ankara sont-elles si inégales ?

 

- Tout d'abord, quelques réflexions générales sur la Turquie et son président. Selon de nombreux experts, Recep Tayyip Erdoğan est le dirigeant mondial le plus performant aujourd'hui. Certes, il y a des dirigeants plus puissants et plus populaires que lui, mais je pense que la base de l'efficacité politique d'Erdoğan est qu'il connaît, ressent et sent très bien les intérêts vitaux de son pays. Comme Vladimir Poutine, il veut aussi redonner à son pays sa grandeur et sa puissance d'antan, mais contrairement au président russe, il le fait de manière beaucoup plus efficace et, je dirais, ciblée. Erdoğan attache une importance particulière au fait que, lors de crises géopolitiques majeures, trois composantes du pouvoir de l'État sont mises en avant : la capacité de coalition en matière de politique étrangère (la capacité du pays à conclure des alliances et des coalitions), la puissance militaire et les liens commerciaux et économiques étendus. En outre, ces trois éléments sont étroitement liés les uns aux autres. Par exemple, Erdoğan comprend l'armée non pas comme une unité militaire assise dans des casernes, mais comme une force qui n'a pas peur de se battre. Ces dernières années, cela a été le cas en Syrie, en Libye, en Irak et en Transcaucasie. De plus, la Turquie a déjà atteint une domination de facto en Méditerranée orientale. Pour parler franchement, il n'y a que deux armées réelles et véritablement prêtes au combat dans l'OTAN d'aujourd'hui - les armées américaine et turque.

 

Mais pour Erdogan, la capacité de la coalition internationale dont j'ai déjà parlé passe avant tout. Par ce potentiel, le chef de la République de Turquie veut d'abord dire que les autres pays, les structures et organisations internationales ont de plus en plus besoin de son État. C'est-à-dire pas quand la Turquie est hypocritement aimée, avec de belles paroles et des toasts, mais quand il y a un réel besoin de coopération pour différentes raisons. Un exemple typique : début avril s'est tenue une réunion régulière du Conseil turc (Conseil de coopération des États turcs qui, outre la Turquie, comprend le Kazakhstan, le Kirghizstan, l'Azerbaïdjan, l'Ouzbékistan ainsi que le Turkménistan et la Hongrie comme membres potentiels - Ndlr). Le sommet s'est tenu en ligne par vidéoconférence, sous la présidence cette fois du Kazakhstan. Les républiques elles-mêmes étaient très largement représentées : en particulier, Kassym-Jomart Tokayev, l'actuel dirigeant kazakh, et son célèbre prédécesseur, Nursultan Nazarbayev, étaient présents. Mais le plus intéressant est que le Premier ministre hongrois Viktor Orban a participé au sommet en tant qu'observateur. Ce n'est pas une coïncidence ; il s'agit d'une sorte de tendance politique, car un certain nombre de pays d'Europe commencent à graviter autour d'Erdoğan et de la Turquie d'une manière ou d'une autre. Pourquoi ? Parce qu'ils le savent : on peut compter sur Erdogan comme un leader fort.

 

Il y a un autre point. Les experts s'accordent à dire qu'il existe une concurrence féroce pour l'influence dans les Balkans. Mais à mon avis, la péninsule des Balkans est déjà dominée de facto par un pays - la Turquie.

 

Le fait qu'Ankara renforce rapidement ses relations avec ses ennemis du passé - par exemple, avec la Chine, l'Arabie saoudite, l'Égypte, etc. - rend le potentiel de la coalition d'autant plus important. Le fait que la République de Turquie acquiert un poids global dans le monde est également évident dans ses relations avec les États-Unis. Washington a déjà cessé de murmurer qu'Ankara ne devrait pas acheter de systèmes de missiles S-400 à Moscou. Dans de nombreux domaines, Ankara a davantage besoin des États-Unis que l'inverse. Quant à l'Union européenne, de très nombreux pays européens regardent désormais la Turquie de haut. Il s'agit également d'un indicateur très important. En fait, le seul pays d'Europe qui parle encore à la Turquie sur un pied d'égalité est l'Allemagne.

 

- Il est difficile de ne pas être d'accord avec nombre de vos affirmations, mais je dois dire que cela ressemble à une sorte d'apologie de la Turquie et d'Erdogan. Ce n'est pas la première fois que nous nous parlons, et il me semble qu'à chaque fois que nous parlons de Recep Tayyipovich, il apparaît comme trop parfait. Il réussit aussi en politique étrangère, il impose ses règles à un monde qui n'en a presque pas, et il a sa propre idéologie perçante - le pan-turquisme.....

 

- Je ne peux pas accepter ce reproche, car si nous parlons du monde musulman en général, au Moyen-Orient, pour moi personnellement, le pays le plus proche serait la République islamique d'Iran, au moins en raison de son caractère révolutionnaire. Et la Turquie petite-bourgeoise ne suscite pas une telle sympathie chez moi. Simplement, en tant qu'analyste, je remarque les caractéristiques de notre époque et j'essaie de trouver leurs caractéristiques, que je les aime ou non. Par exemple, il y a la conception du "monde russe" qui n'est jamais devenue une stratégie pratique, et le pan-turquisme d'Erdogan a une telle stratégie vérifiée, à long terme ; et elle est progressivement réalisée sous diverses formes en fonction de la situation. Oui, Recep Erdogan lui-même est une personne très spécifique, mais il a une stratégie, il a une idéologie et il n'y a pas une image floue, mais bien concrète de l'ennemi avec lequel la Turquie doit être en guerre, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur du pays. Erdogan est un leader systémique complexe, et à ce titre, je sympathise avec lui, car il y a peu de leaders systémiques de ce type dans notre monde. Prenez Vladimir Poutine, par exemple. Oui, c'est un leader, mais pas un stratège, c'est plutôt un bon tacticien. Tout d'abord. Et deuxièmement, Vladimir Vladimirovitch n'est pas un idéologue : lui et son cercle intime n'ont jamais formulé de nouvelle idéologie pour la Russie, à l'exception de quelques slogans de propagande, ne reposant sur aucune théorie cohérente ni aucun modèle de calcul. Alors votre accusation... Vous savez, à une époque, la Turquie kémaliste était soutenue par Joseph Staline (tout récemment, le 16 mars 2021, on a célébré exactement les 100 ans de la signature du "Traité d'amitié et de fraternité" entre la RSFSR et le Mejlis de la République de Turquie - ndlr). Donc maintenant, vous accusez aussi Staline de pan-turquisme ?

 

- Laissez-moi vous demander : pourquoi l'Iran est-il plus proche de vous ?

 

- Pour une raison simple : c'est un pays unique, qui depuis plus de 40 ans s'oppose aux États-Unis et à l'Occident en général. Il ne plie pas et ne s'aligne pas, malgré toutes les sanctions et tous les blocus. Il n'a pas échangé sa religion et son idéologie contre des aides matérielles. J'ai le plus grand respect pour cela en termes humains.

 

- Très bien, revenons aux difficiles relations russo-turques. Ils me rappellent dans une certaine mesure l'"amitié" de Vladimir Poutine et d'Alexandre Loukachenko. Cette "amitié" est très inconstante et presque toute est construite sur le principe de "aimer si ce n'est pas aimer, câliner si ce n'est pas aller en enfer". Il en va de même ici : à un moment, nous sommes au bord de la guerre avec la Turquie après avoir abattu un Su-24 en Syrie, puis nous sauvons Erdogan des conspirateurs et des assassins à Marmaris et nous l'embrassons à Sotchi. Ou nous diffusons des publicités pour des stations balnéaires turques paradisiaques sur toutes les chaînes de télévision centrales russes, ou nous déclarons que tout cela est une peste et un fléau et nous suspendons les liaisons aériennes avec Istanbul et Ankara. Mais de quoi Erdogan est-il coupable cette fois-ci ? Pour avoir accueilli le président ukrainien Volodymyr Zelensky et déclaré qu'il ne reconnaîtrait jamais la soi-disant annexion de la Crimée ?

 

- Je tiens à dire tout d'abord que pour moi le modus vivendi des relations entre Moscou et Ankara est le modus des relations entre deux partenaires, dont l'un connaît extrêmement bien et clairement ses intérêts, et l'autre pas aussi bien. L'un a soigneusement étudié les forces et les faiblesses de son partenaire (je ne dirai pas - l'adversaire), et l'autre - comme s'il ne voulait rien savoir en raison, probablement, de certains préjugés. Un camp (on sait lequel) formule clairement : "Oui, nous avons besoin de la Russie, mais elle a aussi besoin de nous". Il convient de noter qu'à l'heure actuelle, la Turquie est le seul membre de l'OTAN qui interagit plus ou moins bien avec la Russie. Face à Ankara, Moscou a des sorties et des interactions dans le monde extérieur dans plusieurs directions. Le Kremlin n'a pas de telles relations avec d'autres pays occidentaux.

 

Je ne suis donc pas prêt à chercher des motifs politiques dans le blocage actuel des flux touristiques de la Russie vers la Turquie (du 15 avril au 1er juin, la décision des autorités russes a suspendu les liaisons aériennes avec la Turquie et la Tanzanie. Environ 500 000 citoyens russes, qui avaient planifié leurs vacances à ces dates, ont été laissés "par-dessus bord" par les aérobus qui ne volaient pas. La raison officielle est la dégradation de la situation épidémiologique en Turquie - ndlr). Il faut reconnaître qu'en République de Turquie s'est formée une situation véritablement complexe avec la propagation du COVID-19, notamment à Istanbul et dans ses environs (plus de 4 millions de personnes ont déjà été infectées par le coronavirus dans l'ancienne Porte Brillante. Aujourd'hui, l'augmentation des infections est de 455 cas pour 100 000 personnes par jour - ndlr). À cet égard, Ankara a une nouvelle fois ordonné la fermeture des déplacements à l'intérieur du pays. La zone de quarantaine la plus stricte est imposée à Istanbul, une immense métropole internationale où arrivent quotidiennement des milliers de personnes du monde entier. Et cela est vraiment dû au problème du coronavirus : ce n'est pas pour rien que deux fois par semaine, le samedi et le dimanche, il y a un couvre-feu à Istanbul, et les mesures de quarantaine elles-mêmes sont constamment renforcées. On comprend pourquoi la Russie n'est pas la seule à avoir décidé de ne pas laisser ses touristes dans les stations balnéaires turques ; la Chine, l'Iran, la Grande-Bretagne et l'Allemagne ont fait de même auparavant. Ce n'est pas sans raison que le ministre turc des affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, a déclaré l'autre jour qu'ils avaient compris qu'il ne s'agissait pas d'une démarche politique de la part de la Russie.

 

- Dans le système des compagnies aériennes internationales, Istanbul est un grand point de transfert à partir duquel tout citoyen russe muni d'un passeport et d'un test PCR pourrait récemment changer d'avion pour l'Europe, l'Amérique du Sud ou un autre coin du globe avec lequel nos vols directs sont paralysés. Ils ont donc fermé non seulement la Turquie, mais aussi l'une des dernières fenêtres du "rideau de fer" du coronavirus.

 

- Qu'est-ce que je peux dire ? La santé de notre peuple est plus importante que tous ces voyages vers les ennemis. Si nous revenons à l'analyse comparative des "partenaires", je dois constater que Poutine, contrairement à Erdogan, est trop émotif. Et les agences de renseignement occidentales qui étudient la personnalité du leader russe le savent très bien. Et Recep Tayyipovich s'autorise rarement des émotions en politique, bien qu'en tant que Turc il n'en soit certainement pas dépourvu et que dans la vie normale il le montre. Mais en tant que politicien, il est très réservé. Il ne dira jamais : "Vous ne vous en sortirez pas tout seul avec des tomates" (cette phrase a été utilisée dans le discours de Poutine à l'Assemblée fédérale en 2015, au plus fort de l'hostilité avec Ankara - ndlr).

 

Par conséquent, je suppose que les problèmes dans les relations russo-turques ont été largement initiés par la Russie elle-même. Oui, la Turquie, en tant que grand pays complexe, ne sera jamais notre amie, tout comme elle ne sera jamais l'amie des États-Unis, de l'Europe ou de la Chine. Cela doit être compris et accepté. Il n'y a pas du tout de relations fraternelles en politique, il n'y a que des intérêts, et surtout des intérêts vitaux. Vous devez donc vous asseoir et les négocier en profondeur. C'est l'alpha et l'oméga de toute stratégie politique. Et toutes sortes de baisers, d'accolades, d'applaudissements et de "amis pour toujours" - tout cela échoue à un niveau sérieux. Nous avons nos intérêts, les Turcs ont les leurs - quelque part ils coïncident, quelque part ils sont parallèles, et quelque part ils se contredisent. Lorsque leurs intérêts coïncident, ils doivent être développés, lorsqu'ils sont contradictoires, ils doivent rechercher des compromis.

 

- Précisons où nos intérêts coïncident et où ils sont en conflit. Par exemple, l'Ukraine - où nos intérêts sont fondamentalement opposés ? Après tout, ce n'est un secret pour personne que non seulement Kiev revendique la Crimée, mais aussi Ankara, qui considère la péninsule comme son territoire "ottoman" ancestral.

 

- Il faut garder à l'esprit que la Crimée est un facteur très important de la vie politique interne de la Turquie. Si notre vie politique interne est principalement concentrée dans certains cabinets bureaucratiques, il en va autrement en Turquie : c'est un pays beaucoup plus démocratique, où les conflits d'opinions ouverts, les luttes acharnées et la formation de coalitions sont monnaie courante. D'ailleurs, sur certains fronts, les adversaires d'Erdogan progressent même. Par exemple, l'actuel maire d'Istanbul, Ekrem Imamoglu, est un représentant du Parti républicain populaire, le principal opposant de Recep Erdoğan à l'intérieur du pays. Tout comme le maire d'Ankara, Mustafa Tuna, qui peut discuter avec le président bien qu'il soit membre du parti de la justice et du développement (AKP) au pouvoir. Dans ce contexte, les Tatars de Crimée en Turquie sont perçus comme des descendants des Turcs qui vivaient sur ces terres à l'époque de la Porte ottomane. De même, les Turkmènes vivant en Syrie ou en Libye sont perçus comme des natifs de Turquie qui se sont installés là mais n'ont pas perdu leurs racines turques. De même, les Tatars de Crimée sont considérés comme "les leurs" par la grande majorité de la population turque. Et pour les Turcs, les difficultés et les épreuves que les Criméens ont endurées à l'époque soviétique (expulsion de la péninsule, répression) sont vécues aussi intensément que leur propre douleur. Vous ne pouvez pas dire : "Chers Turcs, oubliez ça. Recommençons tout depuis le début !"

 

C'est le premier point. Et la deuxième est qu'en Turquie même, il y a beaucoup de natifs de la Crimée (immigrés en trois vagues : la première - après le rattachement de la Crimée à l'Empire russe en 1783, la deuxième - après la guerre de Crimée de 1853-1856 ans et la troisième - après la guerre russo-turque de 1877-1878 ans - ndlr). Les Turcs de Crimée constituent une strate sociale très importante, ils influencent les politiques gouvernementales et occupent des postes importants dans l'économie du pays. C'est également un facteur qu'Erdogan doit prendre en compte. D'autant plus qu'ils adoptent souvent une position dure, tout comme Moscou : "La Crimée est à nous", et c'est tout, le monde entier doit se taire ! Mais ce n'est pas très logique, car le monde est un système entier d'obligations internationales. Quelles que soient les émotions positives que les citoyens russes peuvent associer à la Crimée (la gloire militaire de la Russie, etc.), la Turquie, par exemple, a historiquement beaucoup plus de raisons de ressentir de la nostalgie et d'autres sentiments pour cette terre. Et si de telles contradictions existent, elles doivent être résolues et négociées. Et s'ils ne sont même pas abordés lors des conversations téléphoniques entre Poutine et Erdogan, les forces en Turquie gagnent des points supplémentaires pour insinuer que le président turc devrait adopter une position plus active sur la Crimée, sur l'Ukraine et sur le sujet de la confrontation entre Moscou et Kiev en général.

 

Je ne peux pas ne pas mentionner un moment historique - il est très important : lorsqu'en 1783 des amendements ont été apportés au traité de Kuchuk Kainarji entre les deux empires, russe et ottoman (selon ces amendements, la péninsule est devenue une partie de la Russie - ndlr), il y avait le point suivant : la Porte ottomane donne la Crimée au gouvernement de Catherine II, mais la Russie n'a pas le droit de la rendre à ce moment-là. Si elle est donnée à quelqu'un, alors les mains de la Turquie sont déliées - elle peut exiger la restitution de la Crimée. Il s'avère que lorsque l'Ukraine et l'ASSR de Crimée se sont séparées de l'Union soviétique, la clause de facto du traité du XVIIIe siècle aurait pu être déjà jouée par Ankara. Mais les autorités turques ne l'ont pas fait.

 

- Toutefois, en 1954, Nikita Khrouchtchev a transféré la région de Crimée non pas d'un pays à un autre, mais d'une enclave soviétique, la RSFSR, à une autre, la RSS d'Ukraine. En tant que communiste, il pensait que les frontières des États disparaîtraient bientôt en même temps que les États. Et la victime de cette idée trotskiste folle, qui s'est emparée de la conscience du secrétaire général, était précisément "l'île de Crimée".

 

- Néanmoins, il existe une collision juridique, qui devait être résolue. Et cela aurait dû être fait dès 1991.

 

- Très bien, il y a des questions non résolues entre Moscou et Ankara concernant un très vieux traité, signé par la mère Catherine. Mais qu'est-ce que l'Occident a à voir là-dedans ? Ce n'est pas la Turquie, mais les États-Unis et l'Union européenne qui nous imposent des sanctions.

 

- L'Occident part du principe que le problème de la Crimée est un problème de sape de l'ensemble du système de droit international. Après l'effondrement de l'Union soviétique, l'un des premiers documents qui a fixé le nouveau statut de l'Ukraine a été le Mémorandum de Budapest. Il a été signé en décembre 1994. Conformément à ce traité, l'Ukraine a renoncé à ses armes nucléaires, et les autres pays signataires du mémorandum - la Russie, le Royaume-Uni et les États-Unis - ont en contrepartie garanti son intégrité territoriale. Note : l'un des signataires était la Fédération de Russie, et le document lui-même a été approuvé sous une forme ou une autre par les Nations unies. Et ce n'est pas une coïncidence, car le mémorandum est devenu un élément très important de la stratégie internationale de non-prolifération des armes nucléaires. C'est pourquoi l'Occident pense ainsi : si maintenant la Russie a violé le mémorandum de Budapest, où sont les garanties que d'autres accords importants signés par la Russie ne seront pas violés ? Dans l'ensemble, les élites occidentales ne se soucient pas de la Crimée. La question qu'ils posent est différente : dans quelle mesure le système de droit international peut-il résister à ce coup et à d'éventuels coups futurs de Moscou ?

 

Et il y a un autre point important. Les élites ukrainiennes sont de plus en plus nombreuses à penser que l'abandon du mémorandum de Budapest par la Russie donne à Kiev le droit de renoncer à son statut de pays dénucléarisé et de commencer à recréer une capacité nucléaire. Technologiquement, l'Ukraine peut le faire.

 

- L'Occident s'est-il comporté de manière irréprochable dans la période troublée des années 1990, lorsque les anciennes frontières en Europe, dans les Balkans et dans l'espace post-soviétique s'effondraient ? La promesse de non-prolifération de l'alliance de l'OTAN jusqu'aux frontières russes et, de manière générale, à l'est, n'a-t-elle pas été rompue ?

 

- Nous parlons ici d'un accord international qui a été documenté et vérifié par les quatre parties. Si l'une des parties, à savoir Moscou, a violé cet accord, sa crédibilité est fortement réduite. Parallèlement, les relations internationales reposent en grande partie sur la confiance mutuelle. Pacta sum survanta ! - Les traités doivent être respectés !

 

Quant à la non-prolifération de l'OTAN aux anciens pays du Pacte de Varsovie, cet "accord" n'a malheureusement été inscrit dans aucun document. Quant au droit international, il se fonde sur des traités et des accords écrits spécifiques ou sur un ensemble de documents de ce type. Si le président de l'URSS, Mikhaïl Gorbatchev, avait fixé en son temps une promesse de ne pas élargir l'alliance de l'OTAN, celle-ci serait devenue une composante du système juridique. Mais lui - consciemment ! - il ne l'a pas fait. Aujourd'hui, le vieux "Gorby" reçoit une énorme pension et n'est responsable de rien. Dans n'importe quel pays normal, il aurait été sur le banc des accusés depuis longtemps, malgré son âge.

 

Revenons au problème de l'Ukraine et de la Turquie. Voici une touche curieuse : Vladimir Zelensky a été plus en contact avec Recep Erdogan (par téléphone et lors de rencontres personnelles) qu'avec tout autre dirigeant occidental depuis son arrivée au pouvoir en mai 2019. Cela est dû aux facteurs que j'ai mentionnés au début de notre conversation. Alors que les politiciens européens, du point de vue de Kiev, parlent et promettent plus, le "Sultan Erdogan" promet et fait. En ce sens, la Turquie est un partenaire fiable pour l'Ukraine. Lors de leur dernière rencontre, le 10 avril, M. Erdogan a déclaré à M. Zelenski qu'il était prêt à utiliser toutes les possibilités pour aider l'Ukraine - y compris par des livraisons d'armes. Alors que l'Occident ne fait que de vagues promesses, Ankara agit déjà. Et la raison est claire : la Turquie construit sa sphère d'influence stratégique.

 

C'est tout d'abord. Deuxièmement, comme je l'ai déjà dit, le principe clé d'Erdogan est de se faire désirer par le plus grand nombre possible d'acteurs internationaux. Il est à noter que le geste de balayage que le dirigeant turc a fait à l'égard de Zelenski est intervenu après sa conversation téléphonique avec Vladimir Poutine le 9 avril. Cela signifie qu'Erdogan veut être utile à l'Ukraine et à la Russie. Il part du principe qu'en aidant l'Ukraine maintenant, il empêche la possibilité d'une grande guerre impliquant l'OTAN, l'UE, etc. dans le conflit. Du point de vue d'Erdogan, aussi paradoxal que cela puisse paraître, en aidant l'Ukraine, il aide la Russie.

 

- Ça fait très turc.

 

- Oui, une astuce orientale habituelle, mais nous en voyons les résultats : les relations entre Ankara et Kiev se renforcent, tandis que les relations entre Ankara et Moscou sont préservées. Il n'y a pas de rupture : d'une part, cela est confirmé par le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu ; d'autre part, par le porte-parole du Kremlin Dmitry Peskov. J'ai le sentiment que nous avons tiré une certaine leçon de ce qui s'est passé en 2015-2016 (la crise politique dans les relations avec la Turquie après la destruction du bombardier russe Su-24 en novembre 2015 - ndlr), et que nous poussons maintenant nos propres émotions au second, voire au troisième rang.

 

- Erdogan, qui manœuvre habilement entre les parties au conflit, pourrait-il finir par apparaître exclusivement dans un seul camp - le camp ukrainien ? C'est exactement ce dont la Russie a peur actuellement. Et si la Turquie voulait répéter le "scénario Karabakh" de 2020, mais déjà dans le Donbass ? Ou Ankara se limitera-t-il à vendre des armes telles que des navires de classe corvette, des drones Bayraktar et d'autres déjà annoncés par le ministère ukrainien de la défense ? D'autant plus que les drones turcs, comme il ressort des informations, sont déjà utilisés sur la ligne de contact en RPD.

 

- Oui, des armes sont déjà fournies, y compris Bayraktar. Mais je tiens à dire que le nombre d'armes fournies est purement symbolique. Et je ne serais pas surpris si, au bout d'un moment, il s'avère que la question des ventes d'armes à Kiev a été discutée par Erdogan, y compris avec Poutine. Et que ces drones sont une sorte d'alternative à une ingérence plus brutale de l'UE ou des États-Unis dans les affaires du Donbass. Supposons que ce soit la Turquie qui ait reçu une sorte de carte blanche au sein de l'OTAN pour mettre en œuvre une stratégie visant à contenir la Russie - et ce en coordination avec ses partenaires de l'alliance occidentale. Et c'est ce qu'elle fait. Mais, d'un autre côté, Ankara développe ses propres relations avec la Russie. Cependant, ce dont nous parlons est invisible à l'œil non averti, et au niveau officiel, la Turquie propose jusqu'à présent à la Russie d'acheter ses drones sur un pied d'égalité avec les autres pays.

 

Par ailleurs, ces livraisons d'armes turques à l'Ukraine, qui ont lieu depuis plusieurs mois, n'ont pas servi de dissuasion de facto et n'ont pas empêché l'aggravation de la situation.

 

- Alors, ne nous dirigeons-nous pas vers un scénario de Karabakh "chaud" ?

 

- Tout le monde dans le monde sait très bien que c'est un scénario impossible. Dans la situation actuelle, une attaque des forces armées ukrainiennes dans le Donbass est hors de question. Lorsque les Ukrainiens, au cours du dernier mois et demi, ont fortement augmenté le niveau de tension - ils ont commencé à brandir des armes et à faire des déclarations de propagande - tout le monde a parfaitement compris qu'il s'agissait d'un "code morse" spécial de Zelensky, adressé à l'Occident. Par exemple, si vous n'influencez pas la Russie et ne nous apportez pas un soutien décisif, nous pouvons nous débrouiller seuls. Et ensuite, on en viendra à une véritable guerre mondiale ouverte. C'est un bluff politique de principe. Si l'Ukraine décide de passer du bluff à la confrontation directe, le chef adjoint de l'administration présidentielle, Dmitry Kozak, a clairement indiqué que Moscou se dressera pour défendre ses citoyens dans un tel cas. Pour autant que je sache, il y a déjà beaucoup de personnes dans le Donbass qui sont titulaires de passeports russes.

 

- Environ 600 000 de la population totale de la DNR et de la LNR, qui est d'environ 5 millions de personnes.

 

- Donc plus de 10 % sont des citoyens russes. Et immédiatement après la déclaration de M. Kozak, les Ukrainiens ont réalisé qu'ils risquaient de se retrouver face à un ennemi puissant et qu'il ne s'agissait peut-être même pas d'un affrontement direct entre l'armée russe et les soldats américains ou de l'OTAN. Ils ont compris que les forces armées russes, du simple fait de leur puissance de feu, même sans pénétrer sur le territoire des républiques non reconnues, pouvaient infliger des dommages inacceptables aux unités de l'AFU. Et Zelensky lui-même va se retrouver dans une situation très difficile.

 

- Certains de nos experts ont déjà fait remarquer qu'il n'y a que 280 kilomètres de la frontière russe à Kiev à Tchernihiv...

 

- Les nôtres, en principe, ne peuvent pas aller à Kiev, car personne à Moscou ne veut d'une grande guerre. C'est une falaise élémentaire des deux côtés. Et même les États-Unis bluffent souvent pour créer une tension psychologique. Le récent appel téléphonique de Joe Biden à Vladimir Poutine est également un indicateur : le jeu est au bluff et au bord de la faute.

 

- Je me demande comment Poutine et Biden communiquent après que ce dernier ait traité le dirigeant russe de "tueur" dans son interview télévisée à sensation.

 

- Je peux spéculer sur la façon dont une telle chose est possible. Début avril, le ministre russe des affaires étrangères, Sergei Lavrov, a eu une rencontre dite "accidentelle" en Inde avec l'ancien secrétaire d'État et l'un des dirigeants actuels du gouvernement américain, John Kerry. Au demeurant, ils entretiennent des relations plutôt amicales. Il se trouve que les deux délégations, américaine et russe, ont été hébergées "accidentellement" dans le même hôtel indien, ce qui a permis à Lavrov et Kerry de se rencontrer "accidentellement", alors que chacun sait que de telles coïncidences n'arrivent jamais. L'une des questions centrales de ces discussions était la situation dans le Donbass et les moyens possibles de la désescalader.

 

D'ailleurs, lorsque Kerry apparaît sur la scène politique, on peut s'attendre à un mouvement non trivial. C'est John Kerry qui a en fait surpassé Poutine et Lavrov en 2015, forçant la Russie à entrer en Syrie, dans laquelle nous sommes assis depuis six ans. Et je pense que l'actuelle sorte de conversation informelle et décontractée avec Lavrov a été initiée par Kerry lui-même.

 

- Croyez-vous que le destin du Donbass a été décidé dans ce confortable hôtel indien ?

 

- Cela n'a pas été décidé là-bas, car toutes les décisions finales appartiennent à Biden et à Poutine. Mais je pense que tous les points clés ont été discutés en Inde. Après cela, Biden a appelé Poutine et cela soulève la question que vous vous êtes posée : pourquoi le président russe lui a-t-il parlé après que l'hôte de la Maison Blanche l'ait traité d'assassin ? Mais dans ce cas, il semble que Poutine attendait cet appel, était prêt à parler et savait approximativement sur quoi porterait la conversation. Après tout, la Russie n'aurait peut-être pas adopté la position ferme qu'elle a finalement adoptée et démontrée au monde : nous n'aurions peut-être pas mené des manœuvres militaires à grande échelle dans toute la Russie, en commençant par l'Extrême-Orient et en terminant par Kaliningrad. Mais l'un des objectifs de ce fracas des armes russes était précisément d'amener l'OTAN à négocier. Mais les attentes se sont révélées floues : les États-Unis ont déclaré qu'ils ne renonçaient pas à de nouvelles sanctions contre la Russie, mais qu'ils ne voulaient pas aller trop loin. Biden lui-même, déclarant une urgence de sécurité nationale aux États-Unis en raison de "certaines mesures préjudiciables prises par le gouvernement russe", a expliqué : "J'ai clairement dit au président Poutine que nous aurions pu aller plus loin, mais j'ai choisi de ne pas le faire. J'ai choisi la proportionnalité." Jusqu'à présent. Dans le même temps, le 46e président des États-Unis a proposé à Vladimir Poutine une rencontre estivale en Europe, mais le Kremlin n'a pas encore donné son accord non plus. Et ce n'est pas une coïncidence. Supposons que le président russe accepte des négociations directes maintenant et qu'une semaine plus tard, les Américains introduisent les sanctions promises - et pas seulement personnelles ou contre le "Nord Stream-2", mais aussi plus radicales : par exemple, déconnecter la Russie de SWIFT. Et alors Poutine, qui s'est vu arracher son consentement, se retrouvera dans une situation insensée, malgré toute notre démonstration de muscles et de puissance de combat.

 

- Et considérez-vous qu'un coup de foudre pour déconnecter notre pays de SWIFT est probable ?

 

- Il est peu probable que cela se fasse du jour au lendemain - pour autant que je sache, un tel processus comporte plusieurs étapes. De telles choses ne se font pas d'un coup ; elles sont trop compliquées et nécessitent des degrés de progressivité. Et cela, à son tour, est lié au deuxième aspect des sanctions qui touchent le cercle restreint de Poutine - un ensemble théorique d'oligarques et de financiers dont les banques seront fermées.

 

Nous n'en parlons pas maintenant, mais l'une des caractéristiques de la politique de Joe Biden sur la Russie est qu'il veut clairement séparer la pression sur Poutine et le régime de Poutine de la pression sur le peuple russe. Il part du principe que le peuple russe souffre peut-être plus que quiconque du régime de Poutine.

 

- Cela semble raisonnable, mais j'ai du mal à croire à une telle générosité chevaleresque de la part des Américains. Au moins dans les années 1990, alors que le peuple russe s'éteignait littéralement et se détruisait dans de petites guerres intestines et des bagarres criminelles, je n'ai pas entendu dire que quiconque à l'étranger se souciait de notre bien-être. Tous les avantages, toutes les préférences, tous les prêts des États-Unis et du FMI étaient destinés au Kremlin, à Eltsine, à Chubais et aux autres, mais pas à nous.

 

- Je parle maintenant d'autre chose - du fait que dans le cercle restreint de M. Biden, il a été décidé de faire un virage à 180° sur la Russie, par rapport à toutes les administrations précédentes de la Maison Blanche. Dans les années 1990, les Américains supposaient que le type de pouvoir qui se retrouverait au Kremlin après le Parti communiste suivrait à peu près le même chemin que l'Allemagne après le renversement du Troisième Reich. En ce sens, les stratèges transocéaniques étaient même prêts à élaborer leur propre "plan Marshall" pour la Russie. Mais ils ne voulaient pas l'imposer - ils pensaient que tout devait se passer comme de l'intérieur. Cela ne s'est pas produit, mais l'illusion que la Russie s'oriente dans cette direction a persisté pendant un certain temps. Et même lorsque Vladimir Poutine est arrivé au pouvoir, pendant un an ou un an et demi, on parlait encore dans les milieux russes et américains de la manière d'obtenir un nouveau "plan Marshall" pour la Russie.

 

- Un épisode me vient à l'esprit. En 2003, à l'université de Columbia, j'ai assisté à une conférence d'un très vieux professeur américain (je ne citerai pas son nom), qui a parlé de son rôle dans la reconstruction de l'Allemagne après la guerre. Ce professeur n'a pas hésité à établir des parallèles entre les régimes communiste et nazi (ce qui est désormais un délit dans notre pays) et a expliqué comment, selon lui, nous devrions "dé-communiquer" et construire un nouveau système politique et économique en Russie. La conférence était en chambre, alors j'ai interrompu le "luminaire" américain et lui ai demandé comment il n'avait pas honte de mettre un signe égal entre la Russie sacrifiée avec son pathos de l'internationalisme et l'Allemagne fasciste, visant à résoudre la question de la surpopulation de la Terre par les fours d'Auschwitz ? Il s'en est offusqué et m'a répondu littéralement ce qui suit : "Valery, vous avez gaspillé l'argent des Américains en venant chez nous".

 

- Dans les années 1990, des gens comme votre professeur ont eu l'impression que des personnes au pouvoir en Russie bénéficiant d'un soutien direct de l'Occident et ayant remporté des élections démocratiques - divers partis Iabloko, des unions de forces de droite et ainsi de suite - étaient arrivées au pouvoir et que, par conséquent, elles devaient maintenant s'occuper du peuple russe. Et les Américains, dans le même temps, se préoccuperont d'aider nos dirigeants à restaurer notre économie mortifiée - après tout, en Allemagne et au Japon, ils ont déjà réussi. Je ne défends pas les Américains, j'explique leur logique. Puis, cependant, les États-Unis ont commencé à avoir leurs propres problèmes, et ils ont en quelque sorte perdu tout intérêt pour la Russie. L'une des raisons est l'ascension de Clinton à la Maison Blanche et la défaite de George H.W. Bush, qui a été battu à cause de son arrogance - il pensait qu'il serait porté à la présidence en 1992. Après tout, George Bush senior a été ce président américain sous lequel l'Union soviétique a cessé d'exister - un adversaire stratégique auquel aucun de ses prédécesseurs n'a pu faire face. Par conséquent, Bush pensait que le destin de la Russie post-soviétique était entre ses mains. Mais à sa place, le "saxophoniste" Clinton est arrivé à la Maison Blanche, avec une équipe de démocrates qui ont simplement commencé à jouer pour "big money", et le kush, qui dégringolait quotidiennement en bourse, a rapporté parfois jusqu'à des dizaines de milliards de dollars.

 

- Retour en Turquie. Pour moi, qui suis slavophile par conviction, le pan-turquisme d'Erdogan ne semble pas si inoffensif. D'une certaine manière, c'est une menace plus grande que l'impérialisme américain. Le pan-turquisme s'adresse à l'ensemble du monde turc, qui est largement concentré dans l'ancien espace post-soviétique (du Kazakhstan à l'Azerbaïdjan) et en Russie même : Tatarstan, Bashkortostan, Iakoutie, République d'Altaï, Touva, Crimée et autres. Si Recep Erdogan considère tous ces pays comme sa sphère d'influence potentielle, quel genre d'ami est-il pour la Russie ? Aucun des sultans de l'Empire ottoman n'avait peut-être de telles ambitions.

 

- Je le répète : il est très important pour Erdogan de créer son potentiel de coalition mondiale, et son pan-turquisme est l'une des formes permettant de conclure de telles alliances. Surtout sur une base objective. Si nous parlons du monde turc, prenons l'exemple des républiques d'Asie centrale. L'Asie centrale est le théâtre d'une lutte géopolitique acharnée dans laquelle sont impliqués la Russie, la Chine, l'Inde, le Pakistan, les États-Unis et l'Europe. Il semblerait que depuis l'époque soviétique, et même avant, à l'époque de l'empire russe tentaculaire, l'Asie centrale soit la sphère d'influence traditionnelle de la Russie. Mais si nous prenons le Kirghizstan moderne, nous constatons que l'influence de la Chine est beaucoup plus forte que celle de la Russie. Et tout cela se déroule dans le cadre d'une lutte russo-chinoise invisible où la Russie est perdante. Moscou peut dire qu'elle a aidé l'Asie centrale à se débarrasser du terrorisme, mais le fait est que cela ne fonctionne pas pour les gens ordinaires. La Russie a peut-être aidé les élites d'Asie centrale, mais du point de vue de millions de personnes ordinaires, la vie dans ces républiques a empiré, au lieu de s'améliorer, depuis l'effondrement de l'URSS. Dans le même temps, l'influence de la Russie s'est désastreusement affaiblie. Dans le même temps, de plus en plus de personnes au Kirghizstan (continuons à le prendre comme exemple) regardent avec haine l'influence croissante de la Chine.

 

Quant à la Turquie, son influence en Asie centrale ne peut pas encore être comparée à celle de la Chine, de la Russie ou même de l'Inde. Mais l'augmentation progressive de cette influence se fait sur des bases objectives - et l'histoire commune, et la famille de langues turques au sein de laquelle les gens se comprennent. Autre atout : la Turquie promet à ces pays de nouvelles routes commerciales. Vous vous souvenez qu'au tout début de cette conversation, j'ai parlé de l'importance pour Erdogan d'un vaste réseau de liens commerciaux et économiques ? L'un des facteurs qui permettent aujourd'hui à la Chine de se renforcer est que les Chinois ont un monopole de fait sur la fourniture de biens de consommation aux marchés d'Asie centrale. À cet égard, les Turcs sont des adversaires de la RPC. Leurs calculs incluent le projet de communication ferroviaire avec le Moyen-Orient via l'Azerbaïdjan et le Nagorny-Karabakh, qui est en cours de construction (corridor de transport Astara-Rasht-Kazvin, menant à l'Iran - ndlr).

 

Est-ce bénéfique pour la Russie ? Si Moscou ne peut pas résister à la concurrence de la Chine en Asie centrale maintenant, qu'elle prenne au moins exemple sur Erdogan. Laissez le jeu géopolitique de l'Asie centrale se compliquer, et la Russie en tirera des préférences spécifiques. Si elle comprend clairement ses intérêts. Dites, quels sont les intérêts de la Russie dans le monde turc ? J'ai déjà parlé de la réunion du Conseil turc au début du mois de mars. Pourquoi la Russie n'y était-elle pas présente, au moins en tant qu'observateur ? Si Moscou, pour une raison quelconque, ne veut pas le faire, pourquoi n'a-t-elle pas autorisé le Tatarstan, le Bashkortostan ou la Yakoutie ? Pourquoi Viktor Orban (et les Hongrois ne sont pas des Turcs) était-il présent, mais pas Rustam Minnikhanov ou Radiy Khabirov ? Pourquoi l'Ukraine cherche-t-elle à être là en tant qu'observateur ?

 

Voici le point principal : les peuples turcs dont nous parlons ont un partenaire aîné en la personne de la Turquie, qui fournit toute une série de services, y compris internationaux. Par l'intermédiaire de la République de Turquie, il est possible de communiquer avec les Européens et les Américains, y compris sur des questions sensibles. Ankara a prouvé dans la pratique qu'elle est prête à aider réellement ses alliés. Et puis : les élites de tous les pays turcs, notamment du Kazakhstan, ont peur de la Chine. Ils comprennent donc que ni la Russie ni les États-Unis ne s'opposeront ouvertement à l'expansion chinoise. Les Turcs, en revanche, peuvent le faire.

 

- Donc, la Turquie est une puissance que nous pouvons utiliser contre une Chine envahissante ?

 

- Et pas seulement la Chine, mais même les États-Unis. À titre d'exemple, il y a moins d'un an, une lutte de pouvoir a eu lieu en Méditerranée orientale, avec la France et la Grèce d'un côté et la Turquie de l'autre. Qui les Américains ont-ils fini par soutenir dans ce conflit ? La Turquie. Pourquoi ? Parce que, paraît-il, voici la France - fidèle allié occidental des USA, grand pays européen... Car, du point de vue des Américains, le vrai pays, qui, grosso modo, a des couilles, c'est la Turquie. Contrairement à la France peinte dans toutes les couleurs de l'arc-en-ciel. Les Turcs sont prêts à se battre, à se sacrifier, à envoyer leur peuple partout où il le faut. C'est bien. Mais pourquoi les Américains en tiennent-ils compte alors que le ministère russe des Affaires étrangères ne le fait pas ?

 

- Au fait, Recep Tayyipovich conserve-t-il encore sa grande influence en Europe ? Des mythes divergents affirment qu'aucun ministre du cabinet français ne sera nommé sans l'aval d'Erdogan.

 

- Il s'agit, bien entendu, d'un mythe construit à dessein qui devrait consciemment œuvrer à la consolidation des élites nationalistes et anti-islamiques en Europe. D'autre part, l'influence réelle d'Erdogan dans l'UE a clairement augmenté au cours des 10 à 15 dernières années. La Turquie est actuellement le seul pays qui exerce une influence décisive sur la communauté musulmane d'Europe (pas moins de 20 millions de musulmans vivent dans le Vieux Continent, soit presque autant qu'en Russie, - ndlr). Ni l'Egypte, ni l'Arabie Saoudite, ni l'Algérie ou le Pakistan, c'est la République de Turquie qui y joue le rôle clé. En même temps, la communauté islamique devient progressivement plus influente dans les pays de l'Union européenne et au-delà de ses frontières (en Grande-Bretagne, par exemple). Ces musulmans sont très actifs et passionnés ; ce sont des représentants de petites et moyennes entreprises, des étudiants de prestigieuses universités et des employés du secteur des hautes technologies. Ils développent leurs liens avec divers groupes sociaux européens.

 

Si l'on mesure l'influence des différents pays musulmans en Europe en proportions, la Turquie a jusqu'à 60 % des "parts" entre ses mains et tous les autres pays musulmans réunis en ont 35 à 40 %. Ainsi, Erdogan domine, et les élites européennes le savent. C'est pourquoi le président turc peut parler à Emmanuel Macron avec autant de condescendance et même de manière un peu péjorative. Il y a deux personnes qu'Erdogan respecte en Europe : le Premier ministre britannique Boris Johnson, qui, soit dit en passant, a des racines turques.

 

- On comprend qu'il le respecte pour cette raison.

 

-Mais la chancelière allemande Angela Merkel n'a pas de racines turques, mais il la respecte sincèrement aussi et se soucie des liens entre Berlin et Ankara.

 

- Abordons le conflit du Karabakh, qui a été maîtrisé. Peut-on considérer que ce volcan est éteint ? Le 10 novembre de l'année dernière, le conflit semble avoir pris fin. 5 villes, 4 agglomérations, 240 villages et les territoires de Djebrail, Fizuli, Zangelan, Kubatly, ainsi que la partie des régions de Khojavend, Khojali et Shusha du Nagorno-Karabakh sont passés sous le contrôle de l'Azerbaïdjan. Une nouvelle frontière a été tracée le long de la ligne de front. Mais la frontière peut-elle redevenir une ligne de front ?

 

- Je pense que cela n'arrivera pas, pour plusieurs raisons. La première est que l'Arménie ne dispose pas du potentiel de puissance militaire nécessaire. Les pertes des Arméniens sont connues, tant en force militaire (ils nomment jusqu'à 15 mille personnes, ndlr), que territoriale. Et Erevan n'a pas assez d'argent pour se doter d'une puissance de combat : tous les armements arméniens ont été réalisés grâce à des prêts quasi irrévocables de la Russie. Mais Moscou ne pourra plus se le permettre.

 

La deuxième raison : les efforts de lobbying de Bakou à Moscou semblent désormais beaucoup plus lourds que ceux d'Erevan. Même si le Premier ministre arménien Nikol Pashinyan perd les prochaines élections, cela ne conduira pas à la restauration des anciennes relations arméno-russes. Enfin, la troisième raison est que tous les acteurs majeurs de cette région du Caucase parient sur la réconciliation progressive de Bakou et d'Erevan et sur l'intégration de facto du Karabakh (le nom officiel actuel) entièrement dans l'Azerbaïdjan.

 

- Cependant, l'Arménie ne peut trouver des défenseurs moins puissants que l'Azerbaïdjan au niveau international.

 

- Vous pouvez en parler tant que vous voulez, mais comme le disait le camarade Napoléon, les grands bataillons ont toujours raison. Où les Arméniens ont-ils de gros bataillons ?

 

- Pourquoi l'OTSC n'a-t-elle pas été impliquée ? N'est-ce pas au détriment de la Russie de se séparer de ses alliés ?

 

- C'est simple : nos propres renseignements ont prouvé que Pashinyan travaille pour les Américains. Après tout, lorsqu'il est devenu Premier ministre, il a tenté de détruire les élites pro-russes les plus importantes de son pays, puis de se tourner complètement vers l'Occident. En ce sens, aider un homme qui est pratiquement un agent ouvert des États-Unis (même de nombreux Arméniens l'appellent un "porcelet") revient à se tirer une balle dans le pied. Le résultat de la planification de la politique étrangère : ils ont injecté des dizaines de milliards de dollars en Arménie, aux dépens des retraités russes. Ces fonds peuvent maintenant être considérés comme du gaspillage.

 

C'est pourquoi il est trop timide pour remuer à nouveau le conflit du Karabakh. Il est préférable de ramener progressivement la région à ce qu'elle était avant 1991, et de le faire sous contrôle mondial.

 

- Ok, pour terminer notre discussion, je voudrais me référer à votre article de mars dans le journal Zavtra "La Russie est en avance sur l'Amérique et la Chine"*. Vous écrivez que la Russie a une triste avance en matière de stratification sociale et d'inégalité socio-économique. Mais, puisque nous avons tant parlé de la Turquie aujourd'hui, comment vont les choses en matière de justice sociale là-bas ? Je me souviens de mon expérience de voyage à la fois des mendiants dans les rues des villes turques et des nombreux petits commerçants prêts à tout pour conclure un marché avec vous... Après tout, la Turquie est un pays capitaliste normal...

 

- La Turquie ne peut certainement pas être l'idéal mondial de la justice sociale. Mais il y a plusieurs facteurs qui font défaut à la Russie par rapport à la République de Turquie. Premièrement, bien que la Turquie soit officiellement un pays laïque, la majorité de sa population est musulmane, et pour les musulmans sincères, la valeur sociale essentielle est la justice. Et tout le monde, d'Erdoğan aux divers fonctionnaires du parti AKP, le souligne. Elle n'est pas seulement soulignée verbalement, mais elle est réalisée - notamment par la mise en œuvre quotidienne de l'un des cinq piliers de l'islam, la zakat (don obligatoire, sorte d'impôt destiné à aider les couches pauvres - ndlr). La zakat est une composante très importante de la réalisation de la justice sociale. Il s'agit de 2,5 % de tous vos revenus que vous êtes obligé de donner, soit personnellement, soit par le biais de fonds légaux, pour aider les pauvres, les orphelins, les veuves, etc.

 

Il y a un autre facteur : le Parti de la justice et du développement est au pouvoir en Turquie et il place l'harmonie sociale en tête de ses priorités. Mais en général, la Turquie ne peut certainement pas être un exemple pour nous à cet égard, contrairement aux pays scandinaves, où le problème de la justice sociale est résolu de manière beaucoup plus adéquate. Mais les Turcs peuvent se référer dans leur justification aux processus migratoires négatifs, au grand nombre de réfugiés à l'intérieur du pays, à la guerre avec les Kurdes, qui dure depuis des décennies, etc. Néanmoins, la question de la justice sociale en Turquie est considérée comme hautement prioritaire.

 

- R. : Pensez-vous que la "glace de printemps" dans les relations entre la Russie et la Turquie va fondre d'ici le 1er juin ? Nous savons que les vols entre nos pays seront suspendus jusqu'à cette date.

 

- Je pense que tout dépend du coronavirus et de l'intensité de sa troisième vague. Ironiquement, le Kremlin prie probablement pour que la Turquie rouvre ses portes le plus rapidement possible. Parce que nous n'avons pas de zones de prix appropriées pour le reste de la masse dans le pays. Des vacances plus ou moins normales en Russie coûtent beaucoup plus cher, surtout maintenant que les hôteliers et les voyagistes russes ont doublé leurs prix à cause des problèmes turcs. Et vous savez vous-même que la qualité des voyages intérieurs est bien pire que celle de la Turquie. Mais en fait, les élections à la Douma d'État de la Fédération de Russie arrivent ! Et il est souhaitable que les électeurs se rendent aux urnes reposés. Nous sommes un pays nordique, nous avons un grand nombre de personnes qui ont objectivement besoin du soleil et de l'eau de mer. Dans ce sens, les stations turques deviennent un facteur de la vie politique interne russe. Par conséquent, dès que la moindre occasion se présentera, la Turquie sera ouverte, et peut-être même avant le 1er juin.

 

 

Shamil Sultanov

 

Shamil Zagitovich Sultanov (né en 1952) est un philosophe, historien, publiciste, personnalité publique et homme politique russe. Il est le président du Centre d'études stratégiques Russie - Monde islamique. Membre régulier du Club Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc

 

* (NDT):  https://zavtra.ru/blogs/rossiya_vperedi_ameriki_i_kitaya

Lire la suite

Les femmes nues rendent-elles les hommes handicapés ? Entretien avec le chercheur russe Leonid Aleksandrovich Kitaev-Smyk.

18 Avril 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Sciences, #Société, #Russie

Ilya Glazounov: Рынок нашей демократии   (commercialiser notre démocratie)

Ilya Glazounov: Рынок нашей демократии (commercialiser notre démocratie)

Les femmes nues rendent-elles les hommes handicapés ? À première vue, cela peut sembler étrange et incroyable. L'invité de l'émission "Pour et contre" est un chercheur principal de l'Institut russe de recherche culturelle, le scientifique de renom Leonid Aleksandrovich Kitaev-Smyk.

 

https://alif.tv/golye-zhenshhiny-delayut-muzhchin-invalidami-za-i-protiv/

 

 

Ces dernières années, la partie de l'humanité qui défend les valeurs traditionnelles a tiré la sonnette d'alarme sur les menaces croissantes qui pèsent sur la santé et l'avenir des hommes. Il se trouve que nous avons été les seuls à aborder ce sujet à plusieurs reprises dans le cadre de notre programme. Nous avons également parlé du caractère pernicieux des méthodes d'enseignement mixtes, nous avons parlé du fait que, selon les conclusions de certains scientifiques éminents, l'espèce masculine pourrait bientôt être en voie d'extinction. Et aujourd'hui, nous aborderons un autre problème, non moins important, que j'ai voulu discuter à la suite de la vague de publications dans le segment islamique d'Internet. Il s'avère que l'exposition du corps féminin à moitié nu, imposée par la mode moderne et la culture de masse, conduit l'humanité à la dégénérescence, puis à l'extinction. Cette conclusion a été tirée par Leonid Alexandrovich Kitaev-Smyk, un médecin, qui se trouvait à l'origine de la préparation des vols spatiaux habités, le plus célèbre expert en psychologie du stress. Les personnes éloignées de la religion pourraient bien être sceptiques face à cette théorie, si les théologiens en parlaient, mais dans ce cas particulier, c'est un homme de science qui s'exprime  et le scepticisme n'est pas a priori de mise.

 

Et en effet, la théorie de Leonid Alexandrovich est confirmée par les statistiques des maladies masculines qui sont le résultat du "stress sexuel".

 

Au cours des dernières décennies, l'adénome et le cancer de la prostate ont frappé les hommes des pays de la civilisation occidentale comme une épidémie.

 

Au début du XXIe siècle, 40 % des hommes ont reçu un diagnostic d'adénome. Aujourd'hui, la moitié des hommes européens de plus de quarante ans souffrent de cette maladie. Les pathologistes américains ont détecté un cancer de la prostate chez 80 % des hommes décédés après 60 ans. En d'autres termes, beaucoup d'entre eux n'ont tout simplement pas été à la hauteur des manifestations tragiques de cette maladie.

 

- Dans le cadre de notre programme, pendant une très courte période, nous avons parlé des inconvénients du système éducatif mixte, qui est le plus préjudiciable à l'état psycho-émotionnel des garçons, qui se sentent mal à l'aise par rapport aux filles, qui par nature se développent un peu plus tôt. Ils ont même affirmé que l'espèce masculine est en voie d'extinction - seuls 45 des 1435 gènes du chromosome Y ont survécu. Et le sujet d'aujourd'hui y fait aussi directement écho. La position des hommes est-elle vraiment si catastrophique ?

 

- La civilisation européenne a en effet mis les hommes dans une position peu enviable. En même temps, le fait que les femmes ne se sentent pas très bien dans leur forme féminine est un facteur contributif. Par conséquent, les femmes sont obligées de se transformer en hommes, au moins sous la forme de vêtements, de porter des pantalons et des vêtements d'homme, ici, d'occuper encore une position d'homme. Ce n'est pas parce qu'elles y sont plus adaptése, mais parce qu'il y a une pression psychologique sur elles, notamment la civilisation moderne, globale, numérique, et que les femmes commencent à faire pression sur les hommes. Les deux souffrent. Cela se remarque peut-être plus chez les hommes, car les femmes qui gagnent du pouvoir, qui dominent la société, cela semble être une bonne chose. C'est très mauvais. Tant pour l'humanité que pour les femmes. Si vous dites, par exemple, que les chefs d'État sont des femmes, que les chefs d'entreprise sont des femmes, le fait est que les femmes gèrent mieux dans une structure stable, lorsqu'il n'y a pas d'extrêmes, lorsque tout est en place. Dans les cas extrêmes, quand quelque chose s'écroule, quand il faut construire quelque chose de nouveau, les femmes ne sont pas faites pour cela et c'est pour cela que les hommes existent.

 

- Comment se fait-il que vous ayez été impliqué dans cette question particulière, pourquoi avez-vous commencé à travailler sur ce sujet très étrange (un peu) ? Pour autant que je sache, vous avez traité les problèmes de l'homme dans la guerre et dans des conditions de stress.

 

- Je m'occupe de l'étude du stress, en particulier de l'étude de la psychologie du stress. J'ai participé à deux guerres de Tchétchénie, au Moyen-Orient, mais avant cela, j'ai passé 25 ans à étudier le stress cosmique. J'ai plus de 10 monographies sur ce sujet. On y trouve notamment deux monographies récentes ("Le corps et le stress" et "Space Infiltration") sur le stress. En étudiant le stress, nous avons constaté que nous pouvons identifier une sorte de stress sexuel, qui peut être dû à diverses raisons chez les hommes et les femmes. Le stress sexuel, qui, dans certaines manifestations, peut provoquer un cancer. Mais nous devons nous rappeler que le stress n'est pas seulement quelque chose de mauvais. Le stress peut être celui de l'amour, de l'inspiration, du comportement héroïque, de la peur, de l'horreur, ou celui qui provoque une maladie. Il peut y avoir un stress à long terme, un stress de la vie, il peut y avoir un stress à court terme.

 

- Médicalement parlant, qu'arrive-t-il à un homme lorsqu'il regarde constamment une femme à moitié nue ? Pourquoi est-ce si nuisible ?

 

- Le stress sexuel chez les hommes provient des androgènes, les hormones sexuelles mâles, lorsqu'elles ne sont ni trop faibles ni trop fortes. Lorsqu'il n'y a pas assez de ces hormones, en particulier de testostérone, dans la vie courante ou au travail, leur sécrétion excessive se produit lors des rapports sexuels. Le stress sexuel dans la vie de tous les jours est causé par la mode moderne des jeans, en particulier lorsque les jeans "stretch", lorsque les organes génitaux secondaires des femmes sont les cuisses et ainsi de suite, ou en été l'affichage excessif des seins, stimule la sécrétion d'hormones sexuelles chez les hommes, mais en petite quantité. C'est très dangereux !

 

Dans la journée, un homme voit cette femme deux ou trois cents fois et, bien sûr, il ne ressent pas cette convoitise, il n'y pense pas, ne la ressent pas, mais dans les profondeurs de ses structures psychiques, de ses structures intégratives, cette convoitise est provoquée. Par conséquent, elle ne se termine pas par un rapport sexuel, c'est-à-dire qu'à chaque fois, ce qui devrait être ne se produit pas. Par exemple, dans le monde animal, le mâle dirige la meute. Il féconde les femelles, et tous les autres mâles, qui sont moins dignes et moins capables de continuer la race sont écartés. Cependant, il arrive qu'un tel mâle écarté puisse encore féconder une femelle, et la progéniture ne sera pas la meilleure. C'est donc pour éviter que cela ne se produise dans le monde animal et chez les êtres humains que le mécanisme de sélection a été créé, c'est-à-dire la sélection des mâles les plus méritants capables de donner une progéniture plus méritante. Ainsi, chez les animaux, ces mâles sélectionnés, afin de ne pas féconder les femelles par accident, ont une prostate élargie et deviennent impuissants à cause de cela. Le cancer est souvent pire que cela.

 

Lorsqu'un animal est non seulement éliminé de la vie sexuelle de la meute, il est même aussi écarté de la vie. La même chose se produit aujourd'hui chez les hommes aussi. L'émergence de l'adénome de la prostate. Le fait est que 40 % des hommes ont des problèmes de prostate. Jusqu'à 80 % des hommes âgés de plus de 60 ans ont une prédisposition au cancer de la prostate. C'est donc un problème très sérieux. Tout ça parce que quelqu'un, quelque part, a un jour inventé les jeans à partir de voiles, inventé la fabrication de pantalons pour les femmes. Dans Jack London, nous lisons : "Un homme est entré dans la pièce portant un pantalon bleu marine." Maintenant, ça dirait : "En jeans". Et c'est ce qui a provoqué cette situation de stress sexuel masculin, qui les conduit à l'impuissance massive.

 

- Nous connaissons ici avec vous, en fait, l'histoire de la Grèce antique et le culte de l'homme nu qui y régnait. Maintenant, il y a des peuples en Afrique, en Asie et en Amérique du Sud qui ne se promènent pas seulement à moitié nus, mais complètement nus. Comment est la situation de la santé des hommes là-bas maintenant ?

 

- Le culte du corps nu en Grèce a pris fin avec l'extinction des Grecs. Aujourd'hui, ce ne sont pas les Grecs anciens qui vivent en Grèce, mais toutes sortes de peuples qui y ont migré. Par conséquent, la langue grecque moderne est très éloignée de la langue grecque classique. C'était la même chose à Rome. La langue latine, qui était parlée avec le culte du corps nu par les Romains, a disparu comme ces Romains ont disparu, et les peuples nus qui mènent une vie primitive, ne vivent le plus souvent pas jusqu'à l'âge où ils peuvent avoir à la fois un cancer de la prostate et un cancer de l'appareil génital. Les personnes qui vivent sur l'île et qui vivent comme des sauvages avec leur propre culture ne vivent pas souvent assez longtemps pour atteindre l'âge où ils ont un adénome ou un cancer de la prostate*.

 

- Si je comprends bien, vous dites que la nudité féminine rend les hommes invalides ?

 

- Oui, je ne peux qu'être d'accord avec cela. Mais je ne dirais pas que les handicapés, car alors un tel homme peut travailler; impuissant il s'occupe au travail. Qu'il ne fasse pas d'inventions, qui sont toujours associées à la "libido sexualis", comme le disait notre grand Freud. Mais après tout, sa vie sera déjà défigurée. Pourquoi ? Parce que la sexualité n'est pas seulement une base de la vie humaine, pour un homme ou une femme, c'est un facteur très important dans le développement de la civilisation, dans le développement de la société.

 

- Vous avez une connaissance de première main du monde musulman, vous vous êtes souvent rendu dans le Caucase. Votre père était un homme célèbre qui est devenu le prototype du héros du film "La mission à Kaboul". Dans quelle mesure ces problèmes dont nous discutons aujourd'hui concernent le monde musulman, car la nudité y pénètre progressivement aussi.

 

- Oui, ce film est un peu ennuyeux, mais c'est quand même un bon film. Mon père y est joué par deux acteurs, Demyanenko, un homme si droit, et Glusky, cet homme secret qui était là. Le monde musulman est largement exempt de ces maladies qui sont associées à l'oncologie des organes de stress, de l'adénome de la prostate au cancer de la prostate. C'est beaucoup moins fréquent là-bas. Elle se produit précisément parce que le monde musulman prêche la chasteté. Les caractéristiques sexuelles secondaires des femmes qui causent les maladies susmentionnées sont fermées chez elles. D'autant plus les primaires. Les perspectives du monde islamique sont donc, je pense, très grandes pour la proclamation de la vertu en Europe également.

 

- Pour poursuivre notre dernière question sur l'islam et les musulmans, je vous propose de regarder un reportage : https://alif.tv/vsemirnyj-den-hidzhaba-v-kieve

 

- Pourquoi les musulmans font-ils preuve d'une plus grande résistance à la corruption et à la dégradation ? Il semble que la sexualité naturelle ne soit pas supprimée dans la culture islamique, mais qu'au contraire, elle ne soit accueillie que dans le cadre de la relation mari-femme. Que pensez-vous de ça ?

 

- Je dirais qu'il y a deux facteurs. Le premier facteur est la culture islamique, l'Islam est une religion plus jeune que toutes les autres religions et donc elle a émergé et se développe maintenant en vue de ces transformations des civilisations, du monde qui ont eu lieu pour ce temps. La deuxième raison, bien qu'elle puisse être liée à la première, est que les femmes "européanisées" sont captives des formes les plus lourdes du féminisme vicieux. Rappelons que les femmes russes, jusqu'au milieu du siècle dernier (20e siècle), tout comme les femmes islamiques aujourd'hui, cachaient leurs caractéristiques sexuelles secondaires. Elles avaient des robes d'été qui partaient des épaules, il n'y avait pas de mise en valeur des seins, il n'y avait pas de mise en valeur de la taille. Il y avait invariablement un foulard ou un kerchief sur sa tête. Chez les Ukrainiens, on l'appelait "khustynka". Si soudainement, une femme perdait son foulard, c'était la pire des choses - elle était embarrassée, c'était une honte. Je pense donc qu'il est opportun et nécessaire d'y revenir, surtout pour exposer et prouver socialement le caractère vicieux du féminisme moderne et agressif.

 

- Nous savons tous que l'islam autorise la polygamie. Cela permet, dans une certaine mesure, de diversifier la vie sexuelle. En même temps, il exclut l'adultère et les relations sexuelles extraconjugales. Pourquoi ne pas adopter cet exemple dans notre pays ? Après tout, la santé de la nation est fondamentalement en jeu. Et ceci est plus important, à mon avis.

 

- Je suis d'accord avec cela. Et je pense que de nombreux dogmes de la religion chrétienne, sont arrivés à une sorte d'impasse. En particulier, la méchanceté de nombreux ecclésiastiques en Occident est connue maintenant, lorsque la pédophilie s'y produit. Il y avait un passage souterrain d'un monastère masculin à un monastère féminin. Je pense donc que dans notre développement, nous arriverons tôt ou tard aux normes de la vertu, et cette vertu sera certainement fondée sur la possibilité de la polygamie, non pas sur l'obligation, mais sur la possibilité. C'est ainsi que l'organisme masculin et féminin est constitué.

 

- Leonid Alexandrovich, merci beaucoup pour cette conversation si instructive. J'espère que nous nous retrouverons dans notre studio dans un avenir proche.

 

- J'en serai honoré. Merci. Merci.

 

Alors que les pays occidentaux confrontent la nature à leur version de ce à quoi l'humanité du futur devrait ressembler, nous avons une grande opportunité d'assumer le rôle de protecteur des valeurs traditionnelles et, en fin de compte, de la santé de la race humaine. Bien sûr, nous pouvons changer la mode par des moyens administratifs, introduire la censure, nous avons déjà fait une telle expérience en URSS avec peu de succès car elle ignorait la composante spirituelle de l'être humain. Enfin, pourquoi ne pas reprendre l'expérience réussie séculaire des pays musulmans, qui se trouve à la surface. Peut-être que lorsque l'esprit et l'imagination des hommes ne seront plus occupés à regarder et à imaginer le corps féminin à moitié nu, nous pourrons non seulement résoudre le problème de la mortalité masculine, mais aussi rediriger leur énergie vers un canal plus utile et constructif.

 

Voir l'interview complète de Leonid Kitaev-Smyk dans cette vidéo.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

* Ndt: Cette assertion à propos des peuples "primitifs" et tropicaux qui vivent ou ont vécu plus ou moins nus est contestable. En effet, la nudité est un concept relatif et culturel. En Amazonie par exemple, les peuples qui vivent "nus" sont pudiques. Il existe des codes comportementaux de décence  invisibles aux yeux des Occidentaux. Par ailleurs, les peintures corporelles, les tatouages, les coiffures, des éléments comme l'étui pénien, etc, sont autant de "vêtements" sans lesquels l'autochtone se sentirait dénudé, honteux. Tout cela peut être justifié ét développé amplement pour quantité de peuples et à quantité d'époques, mais on peut s'en faire une idée en lisant l'irremplaçable pièce de théâtre de Jean Giraudoux: "Supplément au voyage de Cook", qui se moque du puritanisme avec beaucoup d'esprit et une grande profondeur philosophique. Le meilleur vêtement, c'est la pudeur.

 

https://pocombelles.over-blog.com/article-supplement-au-voyage-de-cook-jean-giraudoux-117778458.html

 

https://pocombelles.over-blog.com/2013/11/pour-henry-de-lesquen-président-de-radio-courtoisie-les-amérindiens-n-existent-pas.html

Les femmes nues rendent-elles les hommes handicapés ? Entretien avec le chercheur russe Leonid Aleksandrovich Kitaev-Smyk.

Pour suivre cet entretien en français, regarder sur youtube, cliquer sur le dessin d'engrenage en bas à droite de la fenêtre, activer le sous-titrage puis la traduction dans la langue choisie.

Lire la suite

Ben Garrison: Masks, a tragic comedy (directed by Bill Gates)

17 Avril 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Opération Coronavirus

Ben Garrison: Masks, a tragic comedy (directed by Bill Gates)

Rand Paul got into a verbal jousting match with Dr. Fauci recently. The senator was the clear winner.

 

An angry Fauci dithered when Senator Paul presented logical evidence that the masks were being used as ‘theater,’ not science. To Paul, the masks are comedy—a joke. To Fauci, they are about protecting us from tragedy. To me, the real tragedy is forcing us into medical tyranny. The pandemic has been staged.

Dr. Fauci is Bill Gates’ point man on the pandemic. Even though the virus has never been isolated or verified, and even though the PCR tests are not dependable, vaccines were rushed out and heavily promoted by politicians (including Trump) and the mass media.

Senator Paul may not like the masks, but he’s all for getting people vaccinated. On FoxNews he claimed the vaccines were ‘very, very safe.’ This includes the mRNA vaccine, which isn’t even a vaccine but rather ‘gene therapy.’ It hacks into the software of life. Gates loves the idea of people getting turned into bio computers who require his constant software updates. Apparently Paul prefers to ignore a plethora of stories that include people dropping dead shortly after getting jabbed. He also alluded that once people are vaccinated, they will again have ‘twinkles in their eyes’ as they get to enjoy their favorite restaurant. This hints at the ominous—we can’t get our freedom back until we get vaccinated.

Bill Gates’ COVID-19 theater production contains far more tragedy than comedy. Senator Paul is correct to laugh at Fauci’s double masks, but it’s tragic that he has ultimately sided with Bill Gates.

 

—Ben Garrison

 

https://grrrgraphics.com/masks-are-political-theater/

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 > >>