Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Ben Garrison: West Wing World

31 Mai 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Ben Garrison

Ben Garrison: West Wing World

"CES PLAISIRS VIOLENTS ONT DES FINS VIOLENTES."

Notre faux président Joe Biden, a fait un discours marmonnant l'autre jour sur son projet d'augmenter les impôts de la classe moyenne.  Bien sûr, il a expliqué qu'il voulait que les riches entreprises "paient leur juste part".  Il a marmonné tout au long de son discours et a répété son slogan "look" une douzaine de fois, comme si son "tourne-disque" sautait.  Biden répète ce qu'on lui dit et suit son script qui a été programmé tout comme un "hôte" de Westworld.  Mais Biden s'est écarté du script et a fait des commentaires lubriques à une petite fille, disant qu'avec ses jambes croisées elle avait l'air d'avoir dix-neuf ans.

Gênant ? Oui. Dérangeant ? Tout à fait.

Et pourtant, la presse se moque comme d'une guigne de Kamala et fait fi de ces commentaires sexuels.

Attendez-vous à voir plus de moments hors-scriptum avec Joe alors qu'il court-circuite son chemin pendant l'été.

Je reçois pas mal de suggestions de dessins animés. Certaines sont bonnes et ne sont toujours pas dessinées parce que je n'arrive pas à trouver comment les traiter. D'autres sont moins bonnes, mais elles m'amènent à réfléchir à la façon de les faire fonctionner et elles peuvent parfois susciter de meilleures idées.

Dans le cas de cette bande dessinée, "West Wing World", j'ai immédiatement su qu'elle avait du potentiel. L'idée m'a été suggérée par quelqu'un dans un courriel que j'ai reçu. Elle résume la situation du régime Biden et s'inscrit bien dans la culture populaire.

Biden est un robot pour l'oligarchie qui dirige ses algorithmes depuis les coulisses. Joe a passé 50 ans en politique. Il est aussi achetable qu'on puisse l'être et il s'est enrichi grâce à la corruption. Cependant, il devient beaucoup plus vieux et plus distrait chaque mois. Parfois, il ne peut pas nommer les agences et entités gouvernementales importantes. D'autres fois, il se met en colère de manière inappropriée et crie sans raison. Sa programmation pourrait facilement se dérégler encore plus.

Pendant ce temps, l'autre robot, Kamala, attend dans les coulisses. Ou devrais-je dire l'aile ouest.

-Ben Garrison

Traduit de l'américain par Le Rouge et le Blanc avec DeepL.

Site de Ben Garrison: https://grrrgraphics.com/west-wing-world/?vgo_ee=Or34aoDVXWNer2KSE%2BSK5Ya7M0COqqRGEyE0Wd2aYoM%3D

Lire la suite

F. William Engdahl: Après le COVID, Davos passe à la Grande Réinitialisation

31 Mai 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #F. William Engdahl, #Agriculture, #Bill Gates, #Economie, #Environnement, #Guerre, #Opération Coronavirus, #Politique, #Sciences, #Société

Après le COVID, Davos passe à la Grande Réinitialisation

 

Par F. William Engdahl

 

25 janvier 2021

 

http://www.williamengdahl.com/englishNEO25Jan2021.php

 

 

 

Avec la présidence américaine de Biden, Washington a rejoint l'agenda du réchauffement climatique des Accords de Paris. La Chine s'est engagée à respecter des normes strictes en matière d'émissions de CO2 d'ici 2060, et le Forum économique mondial est sur le point de dévoiler ce qui transformera notre mode de vie dans ce que Klaus Schwab, directeur du WEF, appelle la grande réinitialisation. Ne vous y trompez pas. Tout ceci s'inscrit dans un programme planifié depuis des décennies par les vieilles familles riches comme Rockefeller et Rothschild. Brzezinski l'a appelé la fin de l'État-nation souverain. David Rockefeller l'a appelé "un gouvernement mondial". George H.W. Bush en 1990 l'a appelé le Nouvel Ordre Mondial. Maintenant, nous pouvons mieux voir ce qu'ils prévoient d'imposer si nous le permettons.

 

La grande réinitialisation du Forum économique mondial est un déploiement du XXIe siècle pour une nouvelle forme de contrôle total mondial. "Nous n'avons qu'une seule planète et nous savons que le changement climatique pourrait être la prochaine catastrophe mondiale avec des conséquences encore plus dramatiques pour l'humanité. Nous devons dé-carboniser l'économie dans le court laps de temps qui nous reste et remettre notre pensée et notre comportement en harmonie avec la nature", a déclaré M. Schwab, fondateur du WEF, à propos de l'agenda de janvier 2021. La dernière fois que ces acteurs ont fait quelque chose d'une ampleur similaire, c'était en 1939, à la veille de la Seconde Guerre mondiale.

 

Études sur la guerre et la paix

 

À cette époque, la Fondation Rockefeller finançait un groupe stratégique top secret travaillant au sein du New York Council on Foreign Relations. Il était connu sous le nom de War and Peace Studies et dirigé par le "Haushofer de l'Amérique", le géographe Isaiah Bowman de l'université Johns Hopkins. Avant même que les chars Panzer allemands n'aient pénétré en Pologne, ils planifiaient un monde d'après-guerre dans lequel les États-Unis émergeraient comme l'unique vainqueur et remplaceraient les Britanniques en tant que puissance hégémonique mondiale.

 

La formulation d'une Organisation des Nations Unies dominée par les États-Unis et d'un ordre monétaire de Bretton Woods basé sur le dollar faisait partie de leur projet. En 1941, alors que l'Amérique entrait officiellement en guerre, le groupe CFR a envoyé un mémo au département d'État américain : "Si l'on énonce des buts de guerre qui semblent ne concerner que l'impérialisme anglo-américain, ils n'offriront pas grand-chose aux peuples du reste du monde. Les intérêts des autres peuples devraient être soulignés. Cela aurait un meilleur effet de propagande."

 

Ce projet réussi a été le cadre de ce que Henry Luce a appelé en 1941 « Le Siècle américain », et a duré jusqu'à tout récemment.

 

Aujourd'hui, ces mêmes familles, dont la Fondation Rockefeller et les Rothschild en la personne du "Conseil pour un capitalisme inclusif avec le Vatican" de Lynn de Rothschild, s'apprêtent à créer la prochaine génération dans leur quête de domination mondiale. C'est ce qu'on appelle « La Grande Réinitialisation ». Il nécessite un gouvernement mondial, un plan approuvé de manière significative par le pape jésuite François. Son responsable des relations publiques, Klaus Schwab, est un protégé avoué de l'initié des Rockefeller, Henry Kissinger, depuis l'époque où ils étaient à Harvard, il y a 50 ans.

 

Mieux reconstruire

 

En mai 2020, alors que le coronavirus avait provoqué une panique mondiale bien au-delà de l'épidémie initiale à Wuhan, le prince héritier britannique Charles, ainsi que le fondateur du Forum économique mondial, Klaus Schwab, ont dévoilé ce qu'ils ont joyeusement appelé « La Grande Réinitialisation ». De plus en plus, les dirigeants politiques et économiques du monde entier utilisent des termes tels que "la grande réinitialisation", ou "la quatrième révolution industrielle" et l'appel à "reconstruire en mieux" que l'administration Biden préfère. Tous ces termes s'appuient sur le même ensemble de changements mondiaux spectaculaires. Le Green New Deal américain et le Green Deal européen en font tous partie.

 

Le fait le plus frappant concernant l'agenda de la Grande Réinitialisation est qu'il est mis en avant par les mêmes familles de ploutocrates giga-riches responsables des défauts du modèle économique mondial actuel. Ce sont elles, et non nous, qui ont créé la ruine des champs biologiques et de la nature avec leur glyphosate Roundup et leurs pesticides toxiques. Ils ont ruiné la qualité de l'air dans nos villes par les modèles de transport qu'ils nous imposent. Ils ont créé le modèle de "libre marché" de la mondialisation qui a ruiné la base industrielle des États-Unis et des nations industrielles de l'UE. Aujourd'hui, alors qu'ils nous rendent responsables d'une prétendue émission catastrophique de CO2, nous sommes conditionnés pour accepter la culpabilité et être punis afin de "sauver la prochaine génération" pour Greta et ses amis.

 

La 4e révolution industrielle

 

Derrière la rhétorique séduisante des puissances en place sur la création d'un monde "durable", se cache un programme d'eugénisme brut, de dépopulation à une échelle jamais tentée auparavant. Ce n'est pas humain, en fait, certains l'appellent « trans-humain".

 

En 2016, le chef du WEF, Schwab, a écrit un livre intitulé Shaping the Future of The Fourth Industrial Revolution. Il y décrit les changements technologiques à venir avec la 4e révolution industrielle des smartphones 5G, de l'Internet des objets et de l'intelligence artificielle qui relient tout à tout pour prendre les décisions les plus banales pour nous, comme acheter plus de lait ou baisser la température de la cuisinière. Dans le même temps, les données sont centralisées dans des sociétés privées telles que Google ou Facebook pour surveiller chacune de nos respirations.

 

Schwab décrit comment les technologies de nouvelle génération, déjà déployées par Google, Huawei, Facebook et d'innombrables autres, permettront aux gouvernements de "s'immiscer dans l'espace jusqu'ici privé de nos esprits, de lire nos pensées et d'influencer notre comportement... Les technologies de la quatrième révolution industrielle ne s'arrêteront pas à faire partie du monde physique qui nous entoure - elles feront partie de nous", a déclaré Schwab. "Les dispositifs externes d'aujourd'hui - des ordinateurs portables aux casques de réalité virtuelle - deviendront presque certainement implantables dans nos corps et nos cerveaux."

 

Schwab ajoute : "Ce à quoi conduira la quatrième révolution industrielle, c'est à une fusion de notre identité physique, numérique et biologique." Parmi ces technologies de fusion, on trouve "des micro-puces implantables actives qui brisent la barrière cutanée de notre corps", explique Schwab. Ces "dispositifs implantables aideront probablement aussi à communiquer des pensées normalement exprimées verbalement, par le biais d'un smartphone 'intégré', et des pensées ou humeurs potentiellement inexprimées en lisant les ondes cérébrales et d'autres signaux". "Je ne sais pas pour vous, mais je n'ai pas envie que l'État ou Google lise mes ondes cérébrales.

 

Contrôler notre alimentation

 

Ce qui est déroutant pour beaucoup, c'est la pléthore de groupes de façade, d'ONG et de programmes qui tendent tous vers le même objectif : le contrôle drastique de chaque membre de la société au nom de la durabilité - Agenda 2030 des Nations unies. Nulle part ailleurs cela n'est plus inquiétant que dans leurs plans pour l'avenir de notre alimentation. Après avoir créé le système actuel d'agriculture industrielle mondialisée, l’agro-business, un projet lancé dans les années 1950 par la Fondation Rockefeller, ces mêmes cercles prônent aujourd'hui une agriculture "durable", ce qui signifie un passage à de faux aliments génétiquement modifiés, à des viandes synthétiques fabriquées en laboratoire et autres, voire même à des vers et des mauvaises herbes comme nouvelles sources de nourriture.

 

Le Schwab du WEF s'est associé à quelque chose appelé EAT Forum, qui se décrit comme un "Davos de l'alimentation" qui prévoit de "définir l'agenda politique." EAT a été créé en Suède en 2016 avec le soutien du Wellcome Trust britannique (établi avec des fonds de GlaxoSmithKline), et de l'Institut allemand de Potsdam pour la recherche sur l'impact climatique. Les viandes synthétiques génétiquement modifiées cultivées en laboratoire sont soutenues entre autres par Bill Gates, le même qui soutient Moderna et d'autres vaccins génétiquement modifiés. L'EAT travaille notamment avec Impossible Foods et d'autres entreprises de biotechnologie. Impossible Foods a été initialement cofinancé par Google, Jeff Bezos et Bill Gates. Des résultats de laboratoire récents ont montré que l'imitation de viande de l'entreprise contenait des niveaux de glyphosate toxique 11 fois plus élevés que son concurrent le plus proche.

 

En 2017, EAT a lancé FReSH (Food Reform for Sustainability and Health) avec le soutien de Bayer AG, l'un des producteurs de pesticides et d'OGM les plus toxiques au monde, qui possède désormais Monsanto ; le géant des OGM et des pesticides Syngenta, détenu par la Chine, Cargill, Unilever, DuPont et même Google. Voilà l'avenir alimentaire prévu dans le cadre de la Grande Réinitialisation. Oubliez l'agriculteur familial traditionnel.

 

Dans son livre de 2020 sur la Grande Réinitialisation, Schwab soutient que la biotechnologie et les aliments génétiquement modifiés devraient devenir un pilier central des problèmes de pénurie alimentaire mondiale, problèmes que le COVID a exacerbés. Il fait la promotion des OGM et surtout de la controversée édition de gènes. Il écrit que "la sécurité alimentaire mondiale ne sera atteinte que si les réglementations sur les aliments génétiquement modifiés sont adaptées pour refléter la réalité que l'édition de gènes offre une méthode précise, efficace et sûre pour améliorer les cultures." Gates, partenaire de projet avec Schwab depuis des années, soutient la même chose.

 

L'EAT a développé ce qu'il appelle "le régime de santé planétaire", que le WEF présente comme la "solution alimentaire durable de l'avenir". Mais selon Federic Leroy, professeur de science alimentaire et de biotechnologie à l'Université de Bruxelles, "ce régime vise à réduire la consommation de viande et de produits laitiers de la population mondiale de 90 % dans certains cas et à la remplacer par des aliments, des céréales et de l'huile fabriqués en laboratoire."

 

Ce n'est qu'un aperçu de ce qui se prépare sous le couvert des verrouillages COVID-19 et de l'effondrement économique, et 2021 sera une année décisive pour ce programme anti-humain. L'introduction de l'IA, des robots et d'autres technologies numériques permettra aux puissances en place de se débarrasser de centaines de millions de postes de travail. Contrairement à leur propagande, les nouveaux emplois ne seront pas suffisants. Nous deviendrons de plus en plus "superflus". Tout cela semble trop surréaliste jusqu'à ce que vous lisiez leurs propres descriptions. Le fait que la cabale des sociétés et des milliardaires les plus influents du monde siège au conseil d'administration du WEF avec l'élève de Kissinger, Klaus Schwab, ainsi que le chef de l'ONU et du FMI, avec les PDG des plus grands géants financiers du monde, y compris Blackrock, BlackStone, Christine Lagarde de la Banque centrale européenne, David Rubenstein du groupe Carlyle, Jack Ma, le milliardaire le plus riche de Chine, est une preuve suffisante que cette Grande Réinitialisation n'est pas faite avec nos véritables intérêts à cœur, malgré leurs mots soyeux. Ce programme dystopique, c'est 1984 sous stéroïdes. COVID-19 n'en était que le prélude.

 

F. William Engdahl est consultant en risques stratégiques et conférencier, il est diplômé en politique de l'Université de Princeton et est un auteur à succès sur le pétrole et la géopolitique, exclusivement pour le magazine en ligne "New Eastern Outlook".

 

Traduit de l’américain par Le Rouge et le Blanc avec DeepL.

Lire la suite

"Bill Gates continue le travail de Monsanto", dit Vandana Shiva à France 24

29 Mai 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Agriculture, #Inde, #Nature, #Sciences, #Bill Gates, #Forêt

OGM: Semences de destruction: l'arme de la faim

Par Luc Reynaert

F. W. Engdahl examine ici un deuxième instrument (après le pétrole) extrêmement important de la tentative de contrôler le monde: l'alimentation. Il cadre cette tentative dans un plus grand projet concocté par une oligarchie mondiale: contrôler la démographie mondiale et même implémenter des politiques franchement eugéniques.

L'élite mondiale avait créé une industrie agroalimentaire transnationale afin d'ouvrir de nouveaux marchés pour les produits énergétiques (engrais pétrochimiques). A son tour, cette agro-industrie a mis au point une arme plus efficace pour contrôler l'alimentation dans le monde: des organismes génétiquement modifiés (OGM), créant ainsi avec leurs brevets un oligopole mondial constitué de 4 sociétés.

L'évaluation des risques

Les données sur le risque des OGM restent la plupart du temps cachées derrière le voile de «renseignements commerciaux confidentiels». Cependant, certaines expériences sur des rats ont montré que les OGM pourraient être responsables d'une taille inférieure du foie, du caeur, et aussi du cerveau. Un autre risque est la réduction de la diversité génétique végétale (monocultures). Un mensonge flagrant a été leur affirmation que l'utilisation d'OGM conduirait à une moindre utilisation d'herbicides ; alors qu'en fait, plus d'herbicides sont nécessaires pour combattre des mauvaises herbes plus résistantes aux herbicides utilisés.

 Esclaves des semences

Certains agriculteurs sont devenus totalement dépendants de l'oligopole. Chaque année, ils doivent payer une redevance pour l'utilisation des OGM, car il est interdit de réutiliser les semences de l'année précédente. Comme il est devenu extrêmement difficile, même avec une armée importante d'inspecteurs, de contrôler cette `réutilisation', des technologies plus efficaces ont été développés: des plantes `Terminateur', qui `se suicident' après une saison de récolte ou du `maïs contraceptif' basé sur des gènes d'anticorps féminins.

Actuellement, des recherches ont ete entamées pour breveter des semences de porcs et de taureaux.

 Objectif

Un des objectifs de l'élite mondiale est la réduction drastique de la population mondiale (l'auteur utilise le terme de `génocide') par le contrôle du processus reproductif humain. Les OGM font partie de cette stratégie. Comme un membre de l'armée a déclaré: à base d'OGM, les armes biologiques sont `des armes de destruction massive' pas chères et efficaces.

F. William Engdahl a écrit un livre qui donne froid dans le dos: une lecture incontournable pour tous ceux qui s'intéressent à l'avenir de l'humanité.

https://pocombelles.over-blog.com/article-ogm-semences-de-destruction-l-arme-de-la-faim-107653698.html

"Bill Gates continue le travail de Monsanto", dit Vandana Shiva à France 24

Editeur: Jean-Cyrille Godefroy (2008).

4e de couverture:

Ce livre montre comment une puissante élite américaine est en passe de contrôler les bases même de la survie de l'humanité : le pain quotidien." Contrôlez l'alimentation, et vous contrôlerez les peuples " déclarait Kissinger au milieu des années soixante-dix. C'est ce qui est en train d'être accompli. Au-delà des controverses scientifiques sur les bienfaits ou les dangers des OGM, William Engdahl retrace la saga du projet malthusien défendu par de puissants intérêts privés qui, dès les années trente, visaient au contrôle des populations, et qui se trouvent à l'origine de la diffusion et de la prolifération des OGM. A coups de pressions politiques, de fraudes et de mensonges, ces intérêts sont maintenant à une ou deux décennies d'atteindre une complète hégémonie sur les capacités nourricières de la planète. " Semences de destruction " mène le lecteur au cœur du pouvoir américain, dans les laboratoires où sont expérimentées les semences génétiquement modifiées et brevetées, derrière les portes soigneusement verrouillées des conseils d'administration de Monsanto et d'autres multinationales qui contrôlent le monde à l'égal des compagnies pétrolières. La crise alimentaire qui ravage le tiers-monde sera-t-elle pour ces géants aux ambitions sans limite l'occasion d'imposer partout les semences OGM brevetées? Si ce livre se lit comme un roman noir, c'est qu'il en est un.

https://www.payot.ch/Detail/ogm__semences_de_destruction-f_william_engdahl-9782865532049?cId=0

"Bill Gates continue le travail de Monsanto", dit Vandana Shiva à France 24

"This skillfully researched book focuses on how a small socio-political American elite seeks to establish its control over the very basis of human survival, the provision of our daily bread. Control the food and you control the people. This is no ordinary book about the perils of GMO. Engdahl takes the reader inside the corridors of power, into the backrooms of the science labs, behind closed doors in the corporate boardrooms. The author reveals a World of profit-driven political intrigue, government corruption and coercion, where genetic manipulation and the patenting of life forms are used to gain worldwide control over food production. The book is an eye-opener, a must-read for all those committed to the causes of social justice and World peace."

https://www.amazon.com/Seeds-Destruction-Hidden-Genetic-Manipulation/dp/0973714727

Lire la suite

BEN GARRISON: DEMOCRATS NEVER HAD THE MORAL HIGH GROUND IN THE FIRST PLACE

29 Mai 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Opération Coronavirus, #Bill Gates, #Santé, #USA

BEN GARRISON: DEMOCRATS NEVER HAD THE MORAL HIGH GROUND IN THE FIRST PLACE

DEMOCRATS NEVER HAD THE MORAL HIGH GROUND IN THE FIRST PLACE

The Socialist Democrats have become the party of medical tyranny.

Their goal has always been bigger government and more authoritarianism and the masks and vaccinations help further that goal. It’s no wonder some on the left say they will continue to wear the slave masks just to differentiate themselves from conservatives. That’s their virtue signaling prerogative, but it’s good to see less people sporting the face diapers and more people wanting to maintain their freedom of choice.

That goes for taking dangerous inoculations, too. The authoritarian state desperately wants us all to take the shots. They’re even offering money bribes now. Why? The cases of COVID-19 are collapsing. The mortality rate was always very low. There was no pandemic. There is no need to turn Americans into lab rats with dangerous, under-tested, and experimental vaccines. Thousands have died from the poisoned needles and many more have experienced severe side effects.

Many Republicans pushed for vaccinations as well—including Rand Paul. However, he’s now refusing the shots and that’s good to hear. He had the virus and claims natural immunity, but the pro-vaccine hysteria is strong among the left and Paul actually received death threats for refusing the jabs.

Fauci, Gates, the Democrats, and social media such as Facebook have lost the moral high ground. They never did possess it in the first place, but that was the perception corporate media kept shoveling at us.

Fauci is now a proven liar. He lied to Congress. He’s a disingenuous flip-flopper and glory seeker.

Bill Gates was friends with Jeffrey Epstein AFTER the latter was convicted as a pedophile. Gates claims it’s because he thought Epstein had the string-pulling means to bring him the Nobel Peace Prize. Sure, Bill. We know what you were really after. 

Facebook has behaved in a disgusting, anti-free speech manner. Apparently Zuckerberg wants to emulate communist China and his best buddy, President Xi. Both want the speech of citizens carefully controlled. Facebook would not allow anyone to drift from the ‘official’ virus narrative and if someone questioned whether or not that virus came from China’s bioweapons lab in Wuhan, then they were smeared as a conspiracy nut and banned. The traitorous Zuckerberg has Xi’s back.

My cartoons have been banned many times on Facebook and we are currently banned for 7 days simply for expressing weariness with masks and vaccines.

Ben Garrison

https://grrrgraphics.com/what-moral-high-ground/?vgo_ee=Or34aoDVXWNer2KSE%2BSK5Ya7M0COqqRGEyE0Wd2aYoM%3D

LES DÉMOCRATES N'ONT JAMAIS EU DE POSITION MORALE SUPÉRIEURE EN PREMIER LIEU.

Les démocrates socialistes sont devenus le parti de la tyrannie médicale.

Leur objectif a toujours été d'accroître la taille du gouvernement et l'autoritarisme, et les masques et les vaccins contribuent à atteindre cet objectif. Il n'est pas étonnant que certains à gauche disent qu'ils continueront à porter les masques d'esclaves juste pour se différencier des conservateurs. C'est leur prérogative de signaler leur vertu, mais il est bon de voir moins de personnes portant les couches faciales et plus de personnes voulant maintenir leur liberté de choix.

Cela vaut aussi pour les inoculations dangereuses. L'État autoritaire veut désespérément que nous prenions tous les vaccins. Ils offrent même des pots-de-vin maintenant. Pourquoi ? Les cas de COVID-19 s'effondrent. Le taux de mortalité a toujours été très bas. Il n'y a pas eu de pandémie. Il n'y a pas besoin de transformer les Américains en rats de laboratoire avec des vaccins dangereux, sous testés et expérimentaux. Des milliers de personnes sont mortes à cause des aiguilles empoisonnées et beaucoup d'autres ont subi de graves effets secondaires.

De nombreux républicains ont également fait pression en faveur des vaccinations, y compris Rand Paul. Cependant, il refuse maintenant les vaccins et c'est bon à entendre. Il a eu le virus et revendique une immunité naturelle, mais l'hystérie pro-vaccins est forte au sein de la gauche et Paul a même reçu des menaces de mort pour avoir refusé les piqûres.

Fauci, Gates, les démocrates et les médias sociaux tels que Facebook ont perdu leur position morale. Ils ne l'ont jamais possédée en premier lieu, mais c'était la perception que les médias corporatifs continuaient à nous donner.

Fauci est maintenant un menteur avéré. Il a menti au Congrès. C'est un volte-face malhonnête et un chercheur de gloire.

Bill Gates était ami avec Jeffrey Epstein APRÈS que ce dernier ait été condamné comme pédophile. Gates prétend que c'est parce qu'il pensait qu'Epstein avait les moyens de tirer les ficelles pour lui apporter le prix Nobel de la paix. Bien sûr, Bill. Nous savons ce que tu cherchais vraiment. 

Facebook s'est comporté d'une manière dégoûtante et contraire à la liberté d'expression. Apparemment, Zuckerberg veut imiter la Chine communiste et son meilleur ami, le président Xi. Tous deux veulent que la parole des citoyens soit soigneusement contrôlée. Facebook ne permet à personne de s'écarter de la version "officielle" du virus et si quelqu'un remet en question le fait que le virus provienne ou non du laboratoire chinois de fabrication d'armes biologiques de Wuhan, il est catalogué comme conspirationniste et banni. Le traître Zuckerberg soutient Xi.

Mes caricatures ont été interdites à de nombreuses reprises sur Facebook et nous sommes actuellement bannis pour 7 jours simplement pour avoir exprimé notre lassitude à l'égard des masques et des vaccins.

Ben Garrison

Traduit de l'américain par Le Rouge et le Blanc avec DeepL.

Lire la suite

Sergey Glazyev : une guerre hybride a été lancée contre la Russie et la Chine (Club d'Izborsk, 28 mai 2021)

28 Mai 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Chine, #Europe, #Guerre, #Russie, #USA, #Politique

Sergey Glazyev : une guerre hybride a été lancée contre la Russie et la Chine (Club d'Izborsk, 28 mai 2021)
Sergey Glazyev : une guerre hybride a été lancée contre la Russie et la Chine (Club d'Izborsk, 28 mai 2021)

Sergey Glazyev : une guerre hybride a été lancée contre la Russie et la Chine

 

28 mai 2021

 

https://izborsk-club.ru/21135

 

Source originale: Tsargrad

 

https://tsargrad.tv/articles/sergej-glazev-protiv-rossii-i-kitaja-razvjornuta-gidridnaja-vojna_360620

 

 

Comment est-il possible que la Chine, après avoir fait un grand bond en avant, ait laissé la Russie loin derrière ? Pourquoi continuons-nous à écouter les recommandations du FMI ? Dans une conversation avec le chroniqueur de Tsargrad Yuri Pronko, l'académicien de l'Académie des sciences russe Sergey Glazyev a fourni une analyse substantielle de ce qui se passe dans l'économie nationale et des options pour surmonter les problèmes accumulés. Il est convaincu qu'une guerre hybride a été lancée contre la Russie et la Chine.

 

- Nous entendons constamment dire qu'il y a une transformation mondiale, qu'il y a des percées ou, au contraire, des effondrements. Où pensez-vous que se trouve la Russie ?

 

- La Russie, malheureusement, est toujours à la périphérie de l'économie mondiale. Et si, après l'effondrement de l'Union soviétique, nous avons été entraînés à la périphérie de l'économie occidentale, où nous avons commencé à servir l'Union européenne comme fournisseur de matières premières et l'Amérique comme fournisseur de capitaux et de cerveaux, alors aujourd'hui notre économie se trouve à la périphérie de deux centres mondiaux à la fois.

 

Nous sommes de plus en plus réorientés vers la Chine. En général, il s'agit d'un mouvement prévisible et naturel, car le centre de l'économie mondiale se déplace vers l'Asie du Sud-Est, et c'est de là que provient la demande de nos matières premières. Alors qu'il y avait autrefois une demande pour la technologie russe, elle a aujourd'hui sensiblement diminué.

 

La coopération politique et économique est devenue plus substantielle et prioritaire. Néanmoins, si nous parlons de la structure de nos relations commerciales avec la Chine, elle est encore pire que la structure des relations commerciales avec l'Union européenne. Dans la part de nos exportations vers la Chine, il y a beaucoup plus de matières premières.

 

En d'autres termes, par rapport à l'économie chinoise, nous sommes devenus encore plus périphériques que nous l'étions par rapport à l'économie européenne. Et pourtant, il y a 20 ans, nous fournissions des équipements à la Chine et notre structure d'exportation vers la Chine était plus intéressante que vers l'Union européenne.

 

- La situation s'aggrave-t-elle ?

 

- Au cours des 20 dernières années, la Chine a fait un énorme bond en avant. Aujourd'hui, elle est le leader en termes d'exportations de produits à forte intensité de connaissances. Elle se classe au premier rang pour l'activité en matière de brevets et est en tête pour les processus d'innovation. Ayant beaucoup emprunté à l'Union soviétique et ayant bénéficié de l'accès aux technologies occidentales lors de son amitié avec l'Amérique, la Chine est devenue aujourd'hui le pays numéro un en termes de développement économique.

 

Entre-temps, nous nous sommes retrouvés à la périphérie de deux centres à la fois - le vieux centre américano-européen et le nouveau centre qui émerge en Asie du Sud-Est, dirigé par la Chine. Et pour ces deux centres, nous jouons le rôle de source de matières premières, d'esprits et de capitaux, ce qui est typique des pays périphériques.

 

La principale raison de cette situation est l'absence de notre propre stratégie de développement économique, notre manque de compréhension des régularités de la croissance économique moderne, notre focalisation sur les recommandations des institutions financières de Washington, le FMI, qui ont été élaborées pour l'Afrique il y a un demi-siècle.

 

Cela signifie que nous sommes dans la même situation et avec le même résultat que les pays africains à la fin des années 70, lorsqu'ils ont été privés, en fait, de la possibilité d'émettre leur propre crédit parce qu'ils se sont enlisés dans la dette.

 

On pensait que les pays africains étaient incapables de mener une politique monétaire intelligente, qu'ils souffraient d'une propension à l'émission monétaire illimitée pour couvrir les dépenses publiques, ce qui entraînait une hyperinflation et une incapacité à rembourser les dettes. Nous sommes mesurés à la même aune et nous en sommes venus à croire que nous sommes au niveau intellectuel de l'Afrique des années 1970. En conséquence, nous nous sommes retrouvés dans la même situation qu'eux à l'époque et qu'eux aujourd'hui.

 

- Pendant ce temps, le monde se développait à pas de géant.

 

- La Chine a été multipliée par dix pendant cette période. Je ne parle même pas de 1992, lorsque nous nous sommes complètement effondrés. Je parle de la période où un nouveau modèle économique a presque pris forme, où la thérapie de choc a pris fin, où la vie a commencé selon de "nouvelles règles", où l'économie a été privatisée et est devenue basée sur le marché. Nous sommes en 1995.

 

Et depuis lors, en termes de production, la Chine a été multipliée par 10 environ, et nous, dans le même temps, par 20 % seulement. Et si l'on estime le financement de cette croissance chinoise, sans une politique monétaire active, cela n'aurait pas été possible : l'investissement, durant cette période, a été multiplié par 12, et le crédit par 15.

 

Les Chinois ont à la fois créé des prêts eux-mêmes et bénéficié d'investissements étrangers. Mais les investisseurs étrangers ne viennent que lorsqu'ils constatent la présence d'investisseurs nationaux, c'est-à-dire de leurs propres sources de financement.

 

- Il n'y a rien de tel en Russie ? Sur quelles pierres trébuchons-nous ?

 

- Non observé. Et pire que ça, nous ignorons complètement la grande expérience internationale. Les autorités monétaires prétendent qu'il n'y a pas de miracle économique chinois et qu'il n'y a pas eu d'énorme transformation de l'économie mondiale au cours des 15 dernières années.

 

Depuis 2008, année où la crise financière a éclaté, des changements spectaculaires sont intervenus. Le monde a été plongé dans une transition structurelle vers une nouvelle technologie et un nouvel ordre économique mondial.

 

Personne ne suit les recommandations du FMI et de la Banque mondiale, sauf nous, les pays africains, auxquels le FMI tord les mains, et le Brésil. Tout le monde a lu des livres sur les tueurs économiques et comprend que les recommandations de ces institutions financières de Washington sont axées sur les intérêts du capital transnational américain.

 

Alors que nous stagnons, la Chine n'est pas la seule à s'être précipitée, l'Occident a également procédé à un ajustement structurel de l'économie. Et cela nécessitait un financement. Et alors que le montant du financement de l'Occident n'a pas augmenté plus de 1,5 à 2 fois, la base monétaire a été multipliée par cinq en Amérique, par quatre en Europe et par trois au Japon.

 

On constate que non seulement l'Asie du Sud-Est mène une politique active de développement économique par une gestion ciblée du crédit, mais pratiquement tous les pays du monde.

 

Malheureusement, le miracle économique n'a pas eu lieu dans notre pays, bien qu'il n'y ait pas eu que des opportunités et des recommandations. Il y a eu l'expérience pratique du gouvernement du Premier ministre Evgueni Primakov et du chef de la Banque centrale Viktor Gerashchenko, qui ont effectivement réalisé un miracle économique, augmentant littéralement l'industrie de 20 % en 9 mois et restaurant l'énorme chute qui avait été causée par le défaut de paiement de 1998.

 

Cependant, cette expérience n'a pas été reprise. Les institutions de développement créées à l'époque ont été fermées. Au lieu de cela, comme le conseillaient les organisations de Washington, un Fonds de stabilisation a été créé, dans lequel les superprofits des exportations de pétrole ont été pompés au lieu d'être investis dans le développement du pays.

 

C'est-à-dire qu'il s'agit d'une politique menée sur la recommandation du FMI, une politique de stagnation, privant délibérément le pays de sources nationales de crédit, de sources nationales de financement du développement économique.

 

Le résultat naturel de cette politique est la dépendance extérieure. L'économie va là où l'argent vient, et l'argent vient de l'Ouest. L'économie a donc été construite pour les besoins de nos matières premières, de nos capitaux, de nos esprits, dont le pays a été privé en quantités énormes.

 

- Maintenant nous avons la Chine à la place de l'Occident ?

 

- Oui, vous pouvez voir maintenant que, indépendamment de nous ou de la situation dans notre pays, la transformation structurelle de l'économie mondiale est en cours. Les pays occidentaux ont épuisé le modèle de gestion économique auquel ils étaient attachés depuis cent ans, la transition est en cours vers un nouvel ordre économique mondial, dont l'essence est une combinaison de planification stratégique et d'auto-organisation du marché, de contrôle étatique de la circulation monétaire et de l'entreprise privée.

 

L'État agit en tant que chef d'orchestre stratégique du développement économique, tandis que les entreprises privées assurent ce développement, en obéissant aux orientations fournies par l'État sur la base des priorités de développement à long terme.

 

C'est le modèle qui s'est imposé en Asie du Sud-Est au cours des dix dernières années. Ce n'est pas seulement en Chine, mais aussi en Inde, qui avait une croissance record avant la pandémie et qui est en train de remonter la pente. Je pense que l'Inde va connaître une croissance de plus de 9% par an.

 

La Chine a connu une hausse de 20 % au premier trimestre. Mais sur une base annuelle, elle sera probablement de 8 %, ce qui signifie qu'ils vont revenir sur la trajectoire qu'ils suivaient avant la pandémie. Ces résultats ont été obtenus grâce à un modèle de gouvernance efficace, plus compétitif que le modèle occidental, où règne l'oligarchie financière, où l'essentiel est de réaliser des superprofits, qui sont pour la plupart entre les mains de spéculateurs financiers, parasitant la question de l'argent.

 

En Chine, en revanche, l'essentiel pour les entreprises est le développement de la sphère de la production, et tout le pouvoir monétaire de l'État y est concentré. De ce fait, l'efficacité des investissements et des émissions de crédit en Chine est beaucoup plus élevée.

 

L'Occident a déjà perdu la main sur l'économie. La guerre hybride est menée non seulement contre la Chine mais aussi contre la Russie. L'Occident tente de freiner le développement de la Chine en reprenant le contrôle de la Russie et de ses ressources, réduisant ainsi la base du développement futur de la Chine.

 

- Il s'avère que nous sommes écrasés par nos propres mains, ou plutôt, par la politique monétaire, économique, financière qui est menée dans le pays.

 

- Le principal front de cette guerre hybride moderne est monétaire et financier et informationnel et cognitif. De fausses théories sont mises dans la tête de nos autorités monétaires, soumises à l'influence de Washington. Nos autorités monétaires regardent toujours dans la bouche du Fonds monétaire international, même si personne dans le monde ne suit plus leurs recommandations - ni en Amérique, ni en Europe, ni en Asie. Mais nos étudiants regardent toujours dans leur bouche et font tout ce qu'on leur dit depuis Washington.

 

Et ils disent, bien sûr, ce qu'ils veulent entendre aux entreprises américaines, dont la tâche principale dans ce cas est de prendre le contrôle de l'économie russe par le contrôle de la propriété, par le contrôle des ressources. Et il n'est pas étonnant que la moitié de notre propriété industrielle soit déjà entre les mains de non-résidents. Et la plupart de nos investissements en capital passent par des sociétés offshore qui sont contrôlées par les Anglo-Saxons.

 

Il est évident que dans cette guerre hybride, nous avons déjà perdu une partie importante de nos positions stratégiques. La récente histoire de la reprise de l'industrie russe de l'aluminium sous le contrôle direct du gouvernement américain a été assez facile pour eux, alors que dans notre pays, à mon avis, personne ne s'en est soucié du tout.

 

- Mais les personnes qui, comme elles l'ont dit, ont été "contraintes" de prendre cette mesure, ont fait valoir que cette mesure était nécessaire pour préserver les marchés, que, disons, si nous ne respections pas cette mesure, nous perdrions des dizaines de milliers d'emplois. Vous avez entendu ces arguments.

 

- En d'autres termes, nous exportons de l'aluminium sous une forme faiblement transformée - il s'agit essentiellement d'un paquet d'énergie qui ne nécessite pas beaucoup de cervelle, de centrales hydroélectriques bon marché, de bauxite, de technologies du siècle dernier, de superprofits au détriment des rentes naturelles, qui sont contenues dans l'électricité bon marché.

 

Mais l'Union soviétique n'exportait pas d'aluminium. Nous avons construit des avions, des navires, un grand nombre de machines qui utilisaient de l'aluminium. L'aluminium était une matière première stratégique qui ne pouvait absolument pas être exportée.

 

Si nous nous étions développés normalement, si nous avions eu une industrie manufacturière normale, l'industrie de l'aluminium, alors aujourd'hui nous l'aurions entièrement utilisée par la demande intérieure. Et aujourd'hui, nous importons même des canettes pour Coca-Cola. C'est absurde. Le pays qui produit le plus d'aluminium ne peut pas produire d'emballages de base pour les boissons.

 

- Vous m'avez choqué juste sur ce point. En effet, nous faisons, ou plutôt, ces groupes d'influence font des bénéfices de plusieurs milliards de dollars, mais ces boîtes de conserve et autres articles de table...

 

- Pourquoi les Américains ont-ils pris le contrôle de l'aluminium ? Évidemment, pour que la transformation ne vienne pas de nous. Et ceux qui s'assoient sur les exportations d'aluminium exportent les matières premières.

 

Je ne pense pas que le conseil d'administration qui nomme le Trésor américain soit très préoccupé par le développement de l'économie russe.

 

Au contraire, il est avantageux pour eux de maintenir cette orientation vers les matières premières : vous nous apportez de l'aluminium brut, et nous fabriquerons des produits finis, des emballages, des feuilles, de la vaisselle, et utiliserons l'aluminium pour des produits de haute technologie.

 

- C'est une telle fatalité : sommes-nous condamnés ?

 

- Non, pourquoi ? Nous, à l'Académie des sciences, savons exactement ce qu'il faut faire pour mettre en œuvre les directives présidentielles sur le développement économique accéléré.

 

- Pouvez-vous partager ?

 

- À la fin de l'année dernière, la Société d'Économie libre a présenté un rapport détaillé sur la manière de garantir une croissance économique plus rapide. Votre humble serviteur a rédigé des centaines de documents pour nos autorités à différents niveaux sur ce que nous devons faire pour assurer un développement économique plus rapide.

 

Et nous avons des opportunités pour cela. Lorsqu'une crise pandémique surgit,  il s'avère que nous disposons de vaccins, de projets de bio-ingénierie, de scientifiques et de technologies. Et pourquoi n'était-elle pas en demande hier ? Et s'il n'y avait pas de pandémie, que feraient ces scientifiques avec des ingénieurs ?

 

Nous avons suffisamment de spécialistes de ce type dans tous les domaines. Nous avons un potentiel scientifique puissant, nous avons beaucoup de bases dans le nouvel ordre technologique. Mais au lieu de créer de nouveaux produits de haute technologie, nous terminons notre travail intellectuel par des prototypes et des recherches en laboratoire, puis nos meilleurs cerveaux partent, et la production de masse est lancée par des sociétés étrangères.

 

Et tout se passe parce que notre Banque centrale, suivant les directives du Fonds monétaire, ne donne pas d'argent à l'économie.

 

Nous parlons de développement rapide, mais la Banque centrale continue de retirer de l'argent de l'économie au cours des trois prochaines années. La Banque centrale est le seul pays du G20 à aspirer des milliers de milliards de roubles de l'économie. Le gouvernement conserve ses fonds de stabilisation au lieu d'investir dans le développement.

 

 

Sergei Glazyev

 

http://www.glazev.ru

Sergey Glazyev (né en 1961) - Économiste, homme politique et homme d'État russe de premier plan, membre de l'Académie des sciences russe. Conseiller du président de la Fédération de Russie sur les questions d'intégration eurasienne. Il est l'un des initiateurs et un membre permanent du club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc avec DeepL.

Sergey Glazyev : une guerre hybride a été lancée contre la Russie et la Chine (Club d'Izborsk, 28 mai 2021)
Lire la suite

Alexandre Douguine : La Géorgie à la croisée des chemins (Club d'Izborsk, 28 mai 2021)

28 Mai 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Alexandre Douguine, #Club d'Izborsk (Russie), #Géorgie, #Russie, #Politique

Alexandre Douguine : La Géorgie à la croisée des chemins  (Club d'Izborsk, 28 mai 2021)

Alexandre Douguine : La Géorgie à la croisée des chemins

 

28 mai 2021

 

https://izborsk-club.ru/21133

 

 

Le 26 mai est considéré comme la date de l'émergence de la Géorgie moderne. En 1918, ce jour-là, la République démocratique de Transcaucasie, créée après la chute de l'Empire russe, a été dissoute, et la Géorgie est devenue un État indépendant. Pas pour longtemps, car elle a rapidement été intégrée à l'URSS - l'Empire rouge.

 

Pour la deuxième fois au XXe siècle, la Géorgie a obtenu son indépendance après l'effondrement de l'URSS. Le tournant s'est à nouveau produit le 26 mai - cette fois en 1991, lors des élections présidentielles, qui ont été remportées par Zviad Gamsakhurdia.

 

Cette fois, l'État géorgien s'est avéré plus durable, bien qu'il ait été plongé dans un tourbillon continu de guerres civiles sanglantes, de conflits ethniques, de coups d'État et d'affrontements politiques.

 

En 2008, lorsque le libéral pro-américain fou Mikheil Saakashvili a pris le pouvoir à Tbilissi, déclenchant un conflit avec la Russie, la Géorgie a perdu une grande partie de son territoire, et l'Ossétie du Sud et l'Abkhazie ont gagné leur indépendance.

 

Au cours des 30 dernières années, la Géorgie a été catastrophiquement malchanceuse. Bien sûr, l'effondrement de l'URSS a infligé des dommages colossaux à tous ses peuples et aux États qui ont émergé de ses ruines. S'étant débarrassés de l'idéologie communiste, ils se sont presque tous retrouvés sous l'autorité de l'idéologie libérale et, par conséquent, sous le contrôle direct de l'Occident mondialiste. La particularité de la Géorgie est que ses dirigeants et une partie de la population ont essayé d'aller de plus en plus vite vers l'Ouest, rompant pour cela avec leur identité orthodoxe (incomparable avec le libéralisme), leur alliance historique avec la Russie (dont les Géorgiens semblent avoir oublié tous les aspects positifs), et le passé soviétique (où les Géorgiens - à commencer par Staline - n'ont pas joué le moindre rôle). Tbilissi était perçu comme le principal pôle libéral atlantiste pro-OTAN dans tout l'espace post-soviétique, comme un avant-poste du mondialisme et le principal soutien des structures libérales dans le Caucase et l'Eurasie dans son ensemble.

 

Après avoir traversé une série de bouleversements, de coups d'État, de révolutions de couleur, de guerres et de pertes d'intégrité territoriale, la Géorgie n'a connu qu'en 2012 une certaine désillusion à l'égard de la politique atlantiste, et le fou Saakashvili a été remplacé par un Bidzina Ivanishvili beaucoup plus modéré et équilibré. Bien sûr, il n'a pas changé définitivement le cap atlantiste pour le cap eurasien, mais la politique est devenue rationnelle. Toutefois, il ne s'agissait que d'un compromis temporaire qui n'apportait pas de réponse à la question principale : quel type de Géorgie moderne doit-elle devenir ? Où doit-il aller ? Quelle est son identité ? Qui est son ami et qui est son ennemi dans le nouveau monde multipolaire ?

 

En deux mille vingt et un ans, Ivanivshili a quitté la politique et la Géorgie, laissant derrière lui une structure peu efficace, le Rêve géorgien. Une fois de plus, la question du destin de la Géorgie est en jeu. Les partisans de Saakashvili, soutenus par l'indéfectible terroriste libéral Soros et les structures de la CIA et de l'OTAN, préparent leur vengeance, malgré le fait que la majorité des Géorgiens rejettent aujourd'hui unanimement cette voie. Mais les compromis du Rêve géorgien, notamment après le départ d'Ivanishvili, n'offrent clairement pas d'alternative.

 

C'est dans ce contexte qu'à la veille du 26 mai, une nouvelle force politique a vu le jour en Géorgie : le mouvement Eri, le peuple, dirigé par le célèbre poète, homme politique et personnalité publique géorgien Levan Vasadze. Presque immédiatement, les experts et les analystes ont commencé à prédire la victoire d'Eri. Certains s'en sont réjouis, d'autres en ont été furieux. Mais ce nouveau parti a fortement modifié l'équilibre de la politique géorgienne.

 

Comment devrions-nous, nous, Russes, traiter le mouvement de Vasadze ? Il y a de nombreux facteurs à prendre en compte.

 

Il est positif qu'Eri défende l'identité orthodoxe de la Géorgie, le retour aux normes de la société traditionnelle, la défense de la famille traditionnelle, qu'elle s'oppose fermement au mondialisme et à l'ultra-libéralisme, qu'elle refuse catégoriquement la politique et la culture du genre.

 

En même temps, Vasadze est un patriote géorgien convaincu, et dans une certaine mesure même un nationaliste. Il fonde son programme sur la restauration de l'intégrité territoriale de la Géorgie, et insiste sur la pleine souveraineté. Cela pourrait causer quelques problèmes à Moscou.

 

Il n'est ni pro-occidental ni pro-russe.

 

Nous verrons plus tard si le mouvement Eri, créé à un moment aussi important de l'histoire politique géorgienne, deviendra une nouvelle page de l'État géorgien.

 

La Géorgie est une clé pour toute la Transcaucasie. Si la Russie veut résoudre les contradictions géopolitiques dans cette région vitale, ce qui est impossible dans le cas d'une politique strictement pro-occidentale, mais théoriquement possible - bien que moins facile avec un véritable leader national, nous devrions examiner de plus près la figure de Vasadze et du mouvement Eri.

 

 

Alexandre Douguine

 

http://dugin.ru

Alexandre G. Douguine (né en 1962) est un éminent philosophe, écrivain, éditeur et personnalité publique et politique russe. Docteur en sciences politiques. Professeur de l'université d'État de Moscou. Il est le leader du mouvement international eurasien. Membre fréquent du Club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc avec DeepL.

Lire la suite

Robert F. Kennedy Jr. s'entretient avec la journaliste d'investigation Whitney Webb sur la "dissimulation délibérée" de la relation entre Bill Gates et Jeffrey Epstein.

27 Mai 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Bill Gates, #Opération Coronavirus, #Santé, #USA

Robert F. Kennedy Jr. s'entretient avec la journaliste d'investigation Whitney Webb sur la "dissimulation délibérée" de la relation entre Bill Gates et Jeffrey Epstein.

Investigative journalist Whitney Webb told Children’s Health Defense Chairman Robert F. Kennedy, Jr., on the “RFK Jr. The Defender Podcast,” that vaccine passports are part of a global plan to tie together vaccine status, economic activity and biometric identity.

By 
Children's Health Defense Team

Investigative journalist and researcher Whitney Webb dives deep into the murky relationship between now-deceased pedophile Jeffrey Epstein, billionaire Bill Gates and other Silicon Valley elite, in an interview with Children’s Health Defense Chairman Robert F. Kennedy, Jr., on the “RFK Jr The Defender Podcast.”

Webb, author of “One Nation Under Blackmail,” writes for her website, Unlimited Hangout, as well as The Last American Vagabond and The Defender, covering topics on intelligence, tech, surveillance and civil liberties.

There is a “deliberate coverup,” said Webb, of the true ties between Gates and Epstein. Many of the Silicon Valley elites “are part of something called the Edge Foundation,” which is how “Epstein was able to connect so intimately with a lot of the individuals who would later become the Silicon Valley elite,” Web told Kennedy.

Many of today’s big Silicon Valley companies have origins tied to the intelligence community, said Webb. The Central Intelligence Agency’s venture capital arm, In-Q-Tel, invested in technologies deemed useful to intelligence forces, and when they did, they had a hand in the company’s product development, Webb explained.

Webb also told Kennedy about her opinions on vaccine passports, which, she says, aren’t just about tracking vaccines, but are a part of a global plan to move towards a cashless, digital-banking based society where vaccine status, economic activity and biometric identity are all tied into one.

Webb said:

“So for people that think the vaccine passports will just be for the COVID-19 vaccine, that’s not true either. This framework also is for literally any vaccination that the state determines is required.”

To keep up with Webb and her work, follow her on Twitter or purchase her book:

https://www.amazon.com/One-Nation-Under-Blackmail-Intelligence/dp/1634243013

 

Source: https://childrenshealthdefense.org/defender/rfk-jr-the-defender-podcast-whitney-webb-coverup-bill-gates-jeffrey-epstein-relationship/

 

La journaliste d'investigation Whitney Webb a déclaré au président de Children's Health Defense, Robert F. Kennedy Jr, sur le "RFK Jr. The Defender Podcast", que les passeports vaccinaux font partie d'un plan mondial visant à relier le statut vaccinal, l'activité économique et l'identité biométrique.

par 
L'équipe de Children's Health Defense

 

La journaliste d'investigation et chercheuse Whitney Webb plonge dans les relations troubles entre le pédophile Jeffrey Epstein, aujourd'hui décédé, le milliardaire Bill Gates et d'autres élites de la Silicon Valley, dans une interview avec le président de Children's Health Defense, Robert F. Kennedy Jr, sur le "RFK Jr The Defender Podcast".

Mme Webb, auteur de "One Nation Under Blackmail", écrit pour son site Web, Unlimited Hangout, ainsi que pour The Last American Vagabond et The Defender, des articles sur le renseignement, la technologie, la surveillance et les libertés civiles.

Il y a une "dissimulation délibérée", a déclaré Webb, des véritables liens entre Gates et Epstein. De nombreuses élites de la Silicon Valley "font partie de ce que l'on appelle la Fondation Edge", et c'est ainsi qu'"Epstein a pu établir des liens si étroits avec un grand nombre de personnes qui allaient devenir l'élite de la Silicon Valley", a déclaré Webb à Kennedy.

Beaucoup des grandes entreprises de la Silicon Valley d'aujourd'hui ont des origines liées à la communauté du renseignement, a déclaré Webb. La branche de capital-risque de la Central Intelligence Agency, In-Q-Tel, investissait dans des technologies jugées utiles aux forces de renseignement, et lorsqu'elle le faisait, elle participait au développement des produits de l'entreprise, a expliqué Mme Webb.

Mme Webb a également fait part à M. Kennedy de son opinion sur les passeports pour vaccins, qui, selon elle, ne servent pas uniquement à suivre les vaccins, mais font partie d'un plan mondial visant à évoluer vers une société sans argent liquide, basée sur la banque numérique, où le statut vaccinal, l'activité économique et l'identité biométrique sont tous liés.

Webb a déclaré :

"Ainsi, pour les personnes qui pensent que les passeports vaccinaux ne concerneront que le vaccin COVID-19, ce n'est pas vrai non plus. Ce cadre s'applique aussi à toute vaccination que l'État juge nécessaire."

Traduit de l'américain par Le Rouge et le Blanc avec DeepL.

 

Site internet de Whitney Webb:

https://unlimitedhangout.com

Commentaire d'une lectrice/auditrice (Chris)

Amazing resource of information! Thank YOU! So pity to hear how the totalitarian regime can take over! 
PCR tests => human DNA harvesting for future monitoring of the changes depending on the interaction of covid-19 injections with a given human genome....Unfortunate that Whitney is not getting even deeper into Gates/MIT/Epstein issue.. Broad is essential in this entire transhumanistic agenda. Their genomic sequencing of everything, generating 'replacement' sequences rich in the sc. EMF responding elements, is one part of it, I think..
„Die Hölle ist leer, alle Teufel sind hier!“ => "The Hell is empty, all devils are here" 
(William Shakespeare: Der Sturm)
And unfortunately the first covid-19 Pfizer injected man, named William Sheakspeare, just died, 81 years old, stroke.

Une ressource d'information étonnante ! Merci à vous ! C'est tellement dommage d'entendre comment le régime totalitaire peut prendre le dessus ! 
Tests PCR => récolte d'ADN humain pour le suivi futur des changements dépendant de l'interaction des injections de covid-19 avec un génome humain donné....Dommage que Whitney n'approfondisse pas davantage la question Gates/MIT/Epstein... Broad est essentiel dans tout cet agenda transhumaniste. Leur séquençage génomique de tout, générant des séquences de 'remplacement' riches en éléments répondant aux sc. éléments répondant aux CEM, en fait partie, je pense...
"Die Hölle ist leer, alle Teufel sind hier !" => "L'enfer est vide, tous les diables sont ici" 
(William Shakespeare : Der Sturm)
Et malheureusement le premier homme à qui on a injecté du covid-19 Pfizer, nommé William Sheakspeare, vient de mourir, 81 ans, accident vasculaire cérébral.

https://childrenshealthdefense.org/defender/rfk-jr-the-defender-podcast-whitney-webb-coverup-bill-gates-jeffrey-epstein-relationship/

Lire la suite

Vacci-Nation: It's time to end the insanity (Ben Garrison)

27 Mai 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Opération Coronavirus, #USA

Vacci-Nation: It's time to end the insanity (Ben Garrison)

Take Your Donut and ....

Finally Patriots are Pushing Back!

 

More and more people are waking up to the Scamdemic.

 

With a survivability rate well over 99 percent, it wasn’t really a pandemic at all. The mortality data were skewed to drive up the number of deaths. The PCR testing for the virus was serious flawed and inaccurate. People who died of flu and other ailments were declared dead of COVID-19 if they also harbored the virus.

 

Many states have dropped their mask mandates and less and less people are wearing them as summer approaches. Sunlight makes it nearly impossible to catch the virus outside. Fewer people are wearing the masks and that’s a good sign. Of course, businesses and restaurants are now saying masks for vaccinated people aren’t necessary but the unvaccinated still need to social distance and wear masks, but how can they enforce such a farce?

 

In my latest book, "Make America Well Again," I make a reference to Milton Friedman who said, "Nothing is so permanent as a temporary government program."   

 

We can't let that happen.

 

—Ben Garrison

 

 

Source: https://bengarrison.com

 

 

Prenez votre donut et ....
Les patriotes se rebiffent enfin ! 

De plus en plus de gens se rendent compte de l'existence de la Scamdemic. 

Avec un taux de survie bien supérieur à 99 %, ce n'était pas vraiment une pandémie. Les données sur la mortalité étaient faussées pour augmenter le nombre de décès. Le test PCR pour le virus était sérieusement défectueux et imprécis. Les personnes décédées de la grippe et d'autres maladies ont été déclarées mortes du COVID-19 si elles étaient également porteuses du virus.

De nombreux États ont renoncé à imposer le port du masque et de moins en moins de personnes le portent à l'approche de l'été. La lumière du soleil fait qu'il est presque impossible d'attraper le virus à l'extérieur. Moins de gens portent les masques et c'est un bon signe. Bien sûr, les entreprises et les restaurants disent maintenant que les masques pour les personnes vaccinées ne sont pas nécessaires, mais que les personnes non vaccinées doivent quand même prendre leurs distances et porter des masques, mais comment peuvent-ils faire respecter une telle farce ?

Dans mon dernier livre, "Make America Well Again", je fais référence à Milton Friedman qui a dit : "Rien n'est plus permanent qu'un programme gouvernemental temporaire."   

Nous ne pouvons pas laisser cela se produire.

-Ben Garrison

Vacci-Nation: It's time to end the insanity (Ben Garrison)
Lire la suite

Sergey Kutenyov : la démographie est un défi majeur pour la Russie (Club d'Izborsk, 26 mai 2021)

26 Mai 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Russie, #Société

Sergey Kutenyov : la démographie est un défi majeur pour la Russie  (Club d'Izborsk, 26 mai 2021)

Sergey Kutenyov : la démographie est un défi majeur pour la Russie

 

26 mai 2021

 

https://izborsk-club.ru/21112

 

 

La situation démographique malsaine de notre pays est l'un des problèmes clés de la Russie, dont la solution affecte le bien-être de nos citoyens et le renforcement de l'État sur la scène mondiale. Des dizaines de programmes dans le cadre du projet national "Démographie" s'efforcent aujourd'hui de le résoudre. Dans ses messages, notre président a parlé à plusieurs reprises de la création de conditions sociales favorables à la naissance d'enfants ; nous avons soulevé cette question à plusieurs reprises au niveau régional. Après tout, si, dans les décennies à venir, nous n'offrons pas un climat social sain et des conditions propices à l'augmentation du taux de natalité, nous ne disposerons tout simplement pas des ressources humaines nécessaires à la percée économique et à la protection des intérêts du pays dans le monde. Selon la Banque mondiale, dans les pays développés, les ressources de la population valide représentent entre 68 % et 76 % de la richesse nationale totale. Autrement dit, le potentiel humain est le principal facteur de croissance économique dans le monde moderne, et l'efficacité de l'utilisation de toutes les autres ressources de développement dépend de sa condition.

 

Dans ce domaine, malheureusement, la région d'Orel est loin derrière la plupart des régions russes. Selon le "classement démographique national des sujets de la Fédération de Russie - 2021" récemment publié, les régions d'Orel, de Pskov, de Smolensk et de Leningrad se classent au dernier rang avec les pires rapports fécondité/mortalité. À la fin de l'année dernière, dans un classement démographique similaire des régions, la région d'Oryol occupait la 80e place sur 85. Les sociologues et les économistes affirment que nous sommes tombés dans ce gouffre démographique en raison de la désintégration du pays et de l'appauvrissement massif de la population au début des années 90. Aujourd'hui, la petite génération post-réforme entre dans ses meilleures années de reproduction et peut difficilement compenser l'échec qui s'est produit. Une grave pénurie de la population en âge de travailler ralentit le développement technologique et la croissance économique dans son ensemble. Le problème est d'autant plus aigu dans les régions : l'exode des personnes en âge de travailler vers les mégapoles, le manque de personnel qualifié, le vieillissement général de la population locale et l'abandon des petites localités ne sont que quelques-uns des problèmes causés par les faibles taux de natalité et l'exode de la population. Malheureusement, l'Oblast d'Oryol n'est que le meilleur exemple, mais la situation est presque la même dans la plupart des régions russes aujourd'hui.

 

Dans notre pays, le taux de natalité est en baisse pour la quatrième année consécutive, et en 2017, il y a eu un véritable effondrement qui se poursuit aujourd'hui. Il en résulte un déclin naturel de la population avec un faible taux de natalité et une forte mortalité. Rosstat a indiqué que le déclin naturel de la population russe en 2020 était le plus élevé de ces 12 dernières années, et que le nombre d'habitants a diminué pour atteindre 146 171 000 personnes. Dans la région d'Orel, au début de l'année 2021, la population était de près de 725 000 personnes, alors qu'en 1995 seulement, nous avions 909 000 personnes, soit près d'un quart de plus.

 

Bien sûr, le problème est complexe et un ou deux facteurs ne peuvent pas expliquer le faible taux de natalité. Il s'agit des orientations de valeurs des jeunes, des mauvaises habitudes, de l'écologie, de la mortalité infantile et des problèmes de santé en général.

 

Cependant, un baby-boom en Russie est encore possible, mais il faut pour cela surmonter un certain nombre de contraintes économiques et, surtout, morales et éthiques. Premièrement, les jeunes Russes, en moyenne, se marient (et donc donnent naissance à des enfants) beaucoup plus tard que la génération de leurs grands-parents et même de leurs parents. Deuxièmement, le pays enregistre un taux de divorce catastrophique. En fait, la plupart des mariages se terminent par un divorce, plusieurs années après l'enregistrement. Et bien qu'il y ait toujours plus de mariages conclus en Russie que de divorces, la différence entre ces chiffres diminue chaque année. La preuve de la priorité des valeurs dans le traitement de la question démographique est sous nos yeux : les régions dotées d'institutions nationales et religieuses et de structures familiales traditionnelles (Tchétchénie, Ingouchie, Daghestan, Touva, etc.), avec des indicateurs économiques identiques ou inférieurs, ont un taux de natalité beaucoup plus élevé que les régions où la population russe est urbanisée.

 

De même, l'ensemble du programme d'information devrait être axé sur les familles nombreuses, avec pour objectif qu'une famille complète avec au moins deux ou trois enfants soit la fierté de la ville, de la région et du pays. Les mères, sur les épaules desquelles retombe le travail principal de la maternité avec de nombreux enfants, sont de véritables héros ! Nous devrions en entendre parler dans les bulletins d'information locaux et fédéraux, ils devraient être évoqués dans les films et les publicités sociales. Après tout, le dur labeur des mères est un travail 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, sans vacances ni jours de congé, qui devrait être considéré comme un emploi à temps plein avec une inscription au registre du travail. Nous devons effectuer un calcul économique correct et une justification experte au niveau législatif, afin d'offrir à la population des conditions dans lesquelles une famille ou même une femme seule n'aurait pas à choisir entre la maternité et le travail.

 

L'un des principaux facteurs est la perception de soi de la jeune famille, qui doit sentir le soutien de l'État et des autorités locales, la confiance qu'avec la naissance du deuxième, troisième, quatrième enfant, elle ne sera pas en détresse. Et pour que ce sentiment naisse, l'État doit apporter son soutien à tous les niveaux. Les injections financières ne suffiront pas à résoudre le problème.

 

En ce qui concerne le soutien matériel direct, la confiance des jeunes familles dans leur avenir repose sur la stabilité politique et économique générale, l'existence d'un enseignement de qualité, la présence d'un centre de soins ambulatoires gratuit et confortable à proximité, le capital maternel et les allocations familiales, une alimentation saine et une grande cour avec des terrains de jeux, des sections et des cercles gratuits pour les enfants, des moyens de transport disponibles et le repos des enfants. Et cette confiance devrait s'inscrire dans la durée, afin que les pères et les mères soient sûrs que ce soutien n'est pas une conjoncture politique momentanée, mais fait partie de la stratégie à long terme de l'État. La situation démographique en général est une sorte d'indicateur de la santé socio-économique de la région. Si les gens donnent naissance à de nombreux enfants et ne vont pas quitter leur terre natale, cela signifie que la situation dans la région est généralement favorable. Encore une fois, nous ne pouvons compter que sur la classe moyenne pour augmenter le taux de natalité. Dans ce cas, les statistiques sont inexorables : s'il existe une relation entre le niveau de revenu et le taux de natalité, c'est le contraire - les familles à revenu faible et moyen ont en règle générale plus d'enfants. Les pays riches ont moins d'enfants que les pays pauvres, et les familles aisées en Russie ont plus souvent un, rarement deux enfants, de sorte que tout espoir repose sur la classe moyenne.

 

Aussi étrange que cela puisse paraître, la résolution des problèmes démographiques commence par la ville et la région. C'est pourquoi nous avons déjà réalisé un certain nombre de programmes de soutien aux familles nombreuses dans la région d'Orel « Multi Mama" avec le soutien d'organisations à but non lucratif. Le projet visait à cultiver l'image d'une mère de nombreux enfants qui réussit dans tous les domaines d'activité. En tant que membre du corps des députés du Conseil régional des députés du peuple d'Oryol, nous poursuivrons ce travail au profit de notre terre natale. Aujourd'hui même, le 26 mai, Vladimir Poutine a signé une loi sur les nouvelles mesures de soutien aux femmes enceintes et aux familles avec enfants, et il est évident que ces initiatives vont se poursuivre. Il ne reste plus qu'à les mettre en œuvre correctement sur le terrain.

 

Le climat social de la région d'Orel doit être favorable à tous les groupes de population pour qu'ils aient envie d'y vivre, d'y travailler, d'y donner naissance à des enfants et d'y vivre une vieillesse agréable et sécurisée !

 

Sergey Kutenyov

 

https://kutenev.ru/

Sergey Nikolaevich Kutenev (né en 1983) est un député du Conseil des députés du peuple de la ville d'Oryol de la sixième convocation, le président du Conseil de la Chambre de commerce et d'industrie d'Oryol. Expert du club d’Izborsk

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc avec DeepL.

Lire la suite

À propos de : "Alexandre Douguine : l'Afrique sera libérée des mondialistes et des libéraux" (Club d'Izborsk, 26 mai 2021)

26 Mai 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Alexandre Douguine, #Club d'Izborsk (Russie), #Afrique, #Guerre, #Politique, #Russie, #Chine

À propos de : "Alexandre Douguine : l'Afrique sera libérée des mondialistes et des libéraux" (Club d'Izborsk, 26 mai 2021)

Alexandre Douguine : l'Afrique sera libérée des mondialistes et des libéraux

 

26 mai 2021

 

https://izborsk-club.ru/21108

 

Le 25 mai est la Journée de la libération de l'Afrique. Le bon côté de cet événement est que les peuples du continent africain sont sortis de l'ère du colonialisme direct. En fait, c'est une belle chose. Ceux qui se réjouissent de l'esclavage d'autrui, ou qui le tolèrent simplement, sont condamnés à se retrouver dans cette situation. L'occupation, l'asservissement, la colonisation - surtout si la partie victorieuse se comporte comme une race de maîtres et traite la population locale comme des sous-hommes - est toujours odieuse.  La libération des peuples d'Afrique est belle comme un phénomène. Il est vrai que les gens sont les maîtres de leur propre destin, de leur propre vie.

Mais il ne faut pas se laisser aller à prendre ses désirs pour des réalités.  La véritable émancipation de l'Afrique n'a pas encore eu lieu. Ce qui a changé, c'est la forme de la colonisation, de directe à indirecte, de politique à culturelle et économique, du racisme biologique au racisme civilisationnel. L'Afrique n'est toujours pas libre. Elle est toujours une colonie des pays occidentaux, qui se disputent l'influence sur le continent noir.

 

Lorsque les régimes coloniaux ont quitté l'Afrique, ils ont laissé derrière eux le pire - des sociétés politiques créées artificiellement et divisées par des frontières arbitraires. Ces frontières sont l'héritage des luttes des puissances coloniales européennes entre elles. Ces frontières n'ont rien à voir avec la réalité des peuples d'Afrique, ses civilisations et ses cultures, ses tribus et ses religions.

 

Les États-nations ne représentent pas non plus une simple extension des administrations coloniales. C'est un simulacre, pas la liberté. Il s'agit d'une nouvelle forme d'administration externe, et non d'une véritable souveraineté.

 

De plus, la décolonisation externe s'est accompagnée d'une colonisation de la conscience encore pire. Les peuples africains ont été contraints par les Européens d'oublier leurs cultures et leurs valeurs, leurs traditions et leurs croyances. La société traditionnelle de l'Afrique a été détruite ; au contraire, la conscience des Africains a été infectée par la modernité, l'individualisme, le matérialisme, la technocratie, les sciences purement quantitatives. Et c'est là le plus grand défi de tous : l'Afrique doit libérer la conscience de ses peuples pour trouver la vraie liberté. L'Afrique a besoin d'une décolonisation profonde. La décolonisation de l'esprit africain, le Logos africain.

 

Dans l'Afrique contemporaine, les États, les régimes, les systèmes politiques, les modèles économiques et les identités sociétales sont tous des extensions de l'esclavage. Tout cela est profondément étranger à l'esprit et au rythme de l'Afrique. Tout cela doit donc être radicalement changé. Comme le dit le jeune leader du panafricanisme moderne, l'intrépide héros africain Kemi Seba : "Soit l'Afrique sera unie et souveraine, soit elle n'existera pas du tout.

 

L'Afrique doit se débarrasser de l'esclavage de l'homme blanc - dans la politique, la culture, l'économie, l'identité. L'Afrique a son propre destin et ses propres chemins dans l'histoire.

 

La libération de l'Afrique est encore à venir. La célébration de cette année est donc une célébration de l'avenir, qui n'est pas encore arrivé, mais qui doit arriver. La liberté doit encore être conquise par les peuples d'Afrique - dans une lutte acharnée contre la mondialisation, le libéralisme et les nouvelles formes de colonisation - clandestine.

 

Et dans cette juste cause, l'Afrique peut être aidée par la Russie, qui rétablit son rôle mondial. Après tout, la Russie se bat aujourd'hui pour un monde multipolaire contre l'hégémonie mondialiste occidentale. Et dans ce monde multipolaire, l'Afrique est appelée à être un pôle libre et indépendant. C'est pourquoi la libération des peuples africains de la dictature des élites libérales mondiales fait partie de notre combat, de notre objectif et de notre vocation.

 

 

Alexandre Douguine

 

http://dugin.ru

Alexandre G. Douguine (né en 1962) est un éminent philosophe, écrivain, éditeur et personnalité publique et politique russe. Docteur en sciences politiques. Professeur de l'université d'État de Moscou. Il est le leader du mouvement international eurasien. Membre fréquent du Club d'Izborsk.

 

Traduit par Le Rouge et le Blanc avec DeepL.

Lorsqu'Alexandre Douguine écrit: "L'Afrique n'est toujours pas libre. Elle est toujours une colonie des pays occidentaux, qui se disputent l'influence sur le continent noir", il ne mentionne pas la Chine. La Russie aiderait donc l'Afrique à se libérer de la domination occidentale mais pas de celle de la Chine ? ou s'entendrait avec la Chine pour mieux exploiter et contrôler l'Afrique ? on peut se poser la question.

Julien Wagner a décrit la réalité de cette relation dans son livre "Chine-Afrique, le grand pillage":

(...) C’est une question difficile car la liste des bienfaits est presque aussi longue que celle des méfaits. Il ne faut pas omettre ce qu’a permis l’arrivée du géant asiatique sur le continent. Du développement ultra-rapide de la téléphonie en passant par la construction de nombreuses infrastructures et l’arrivée en masse de biens de consommation à bas coûts. Mais il me semble que si les pays africains ne modifient pas rapidement les termes du partenariat, ils pourraient courir au-devant de grandes désillusions. D’abord, croissance n’équivaut pas à développement. Le Nigéria ou l’Angola, premier et deuxième producteur de brut d’Afrique, ont connu une croissance de 5 à 6 % par an depuis dix ans, mais leur taux de chômage respectif n’a pas diminué et la pauvreté ne recule pas non plus malgré les formidables investissements chinois dans le secteur pétrolier. En réalité, la République populaire conforte les pays riches en ressources naturelles dans une économie de la rente, notamment à travers le haut niveau de corruption (active et passive) de ses entreprises d’Etat, le faible niveau de transferts technologiques qu’elle inclue dans ses contrats et la main d’œuvre qu’elle expédie en masse sur place. Et c’est sans compter les dégâts considérables qu’elle induit sur l’environnement. Pour tirer le meilleur de la présence chinoise, il faudra aux pays africains cumuler au moins deux ingrédients : que leurs dirigeants mettent enfin au centre de leurs préoccupations le bien public et non leur bien propre, et qu’ils approfondissent de manière décisive l’intégration régionale en Afrique afin de négocier en bloc, seul moyen de rééquilibrer un peu le rapport de force. (...)

https://www.iris-france.org/51130-chine-afrique-le-grand-pillage-trois-questions-a-julien-wagner/

Il n'y a pas que l'Afrique d'ailleurs, il y a aussi l'Amérique du sud...

En tous les cas, la vision borgne d'Alexandre Douguine est une arme à double tranchant, car elle elle pourrait être utilisée par l'Occident pour justifier le démantèlement de la Russie et de la CEI en accusant la colonisation et la russification des peuples autochtones qui ont abouti à la constitution de l'empire tsariste. 

C'est justement le sujet du dernier livre de Léon Tolstoï, "Hadji Mourat", publié après sa mort, et qui décrit la guerre du Caucase à laquelle il avait participé dans sa jeunesse ("Les Cosaques"). Un vibrant hommage à la bravoure des montagnards défendant leur terre contre la cruauté des envahisseurs étrangers.

Sur le même blog et sur le même sujet:

https://pocombelles.over-blog.com/2017/11/les-fleurs-sauvages-du-caucase-tolstoi-hadji-mourad.html

https://pocombelles.over-blog.com/2020/06/kai-donner-les-problemes-de-la-christianisation-des-samoyedes-de-siberie.html

https://pocombelles.over-blog.com/2020/07/comment-les-nomades-khamassin-ont-perdu-la-liberte-kai-donner-parmi-les-samoyedes-en-siberie.html

Lire la suite
1 2 3 4 5 > >>