Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Pierre Dortiguier: Entretien avec Mezy sur le communisme et le libéralisme

30 Juin 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Philosophie, #Pierre Dortiguier, #Politique

Source: chaîne de Mezy sur youtube présentant ses passionnants entretiens avec le professeur de philosophie Pierre Dortiguier:

https://www.youtube.com/c/Mezy72/videos

Lire la suite

Sodome et Gomohrre, version officielle espagnole

29 Juin 2021 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Europe, #Politique, #Société

"Le gouvernement espagnol vient d'approuver l'idée qu'un mineur de 16 ans ou, selon certaines conditions, de 12 ans pourra demander à changer la mention de son sexe au registre de l'état-civil. Un projet qui doit être encore approuvé par le Parlement. Le 29 juin, le gouvernement espagnol a approuvé une première version d'un projet de loi autorisant les enfants de 12 ans et plus à changer de genre sans diagnostic médical ou thérapie hormonale. Pour les enfants entre 12 et 14 ans, ceux-ci devront saisir la justice pour pouvoir changer de sexe, le juge statuant sur la maturité de la demande. Pour les adolescents de 14 à 16 ans, une autorisation parentale sera nécessaire. A partir, de 16 ans, tout mineur pourra en revanche demander la rectification de la mention de son sexe inscrite au registre de l'état-civil sur simple demande. Tous les papiers d'identité seront ainsi modifiés en conséquence, sans que le demandeur n'ait à fournir de rapports médicaux ou à subir un traitement hormonal. Une procédure qui durera alors au maximum quatre mois. La ministre à l'Egalité Irene Montero (Podemos) s'est félicitée de cette première étape, qualifiant la journée «d'historique» sur Twitter."

(...)
Sodome et Gomohrre, version officielle espagnole

"Ne peut être égal que ce qui est semblable".

Aristote, Politique.

Thésée tue Procuste, kylix attique à figures rouges, 440-430 av. J.-C., British Museum (Vase E 84)

Thésée tue Procuste, kylix attique à figures rouges, 440-430 av. J.-C., British Museum (Vase E 84)

« Après cela, Thésée tua Procruste*, qui demeurait à Corydalle, dans l'Attique. Procruste contraignait les voyageurs de se jeter sur un lit ; il leur coupait les membres trop grands et qui dépassaient le lit, et étirait les pieds de ceux qui étaient trop petits. C'est pour cette raison qu'on l'appelait Procruste".

Diodore de Sicile

* Diodore de Sicile écrit Procruste (προκρούω, j'étire avec violence). 

 

"Dans une société en révolution, le défaut, ou, pour parler plus exactement, l'absence de pouvoir légitime, constitue tout homme qui en reconnaît l'autorité Ministre du pouvoir pour combattre l'erreur par ses écrits, et même la tyrannie par ses armes, dès qu'il peut le faire avec probabilité de succès. C'était à tous de conserver la société, c'est à chacun à la rétablir. D'ailleurs, l'homme qui combat pour la vérité est défendu par elle, et il a pour lui ce qu'il y a de plus fort au monde. Les partisans des bonnes et vieilles maximes remplissent donc le plus saint des devoirs en restant en insurrection permanente, au moins de pensées et d'actions privées, contre ce que les tyrans et leurs esclaves appellent la loi, et qui n'est autre chose que des opinions absurdes, ou atroces, qu'un petit nombre d'hommes pervers a imposées à un grand nombre d'hommes faibles".

Louis-Gabriel-Ambroise, vicomte de Bonald (1754-1840), Du pouvoir et du devoir dans la société.

Lire la suite

Le chemin de la forêt, promenade virtuelle avec Pierre-Olivier Combelles dans l'exposition créée en 2019 à Rambouillet

29 Juin 2021 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Nature, #Art

Cette promenade virtuelle accompagnait le cycle de conférences donné en 2021 à l'Université Inter-Âges de Versailles:

https://www.versailles.fr/universiteouverte/programme-20-21/le-chemin-de-la-foret-voyage-dans-lespace-et-le-temps-dun-naturaliste-versaillais/

Lire la suite

Paul Craig Roberts: Le problème avec Wikipedia et la révolution numérique (12 avril 2019)

29 Juin 2021 , Rédigé par Red & White Publié dans #Paul Craig Roberts, #Politique, #USA, #Société

Paul Craig Roberts devant un portrait d'Alexandre Hamilton, le premier Secrétaire du Trésor. (Photo courtesy of the author to FPJ)

Paul Craig Roberts devant un portrait d'Alexandre Hamilton, le premier Secrétaire du Trésor. (Photo courtesy of the author to FPJ)

Paul Craig Roberts: Le problème avec Wikipedia et la révolution numérique.

 

12 avril 2019

 

https://www.foreignpolicyjournal.com/2019/04/12/the-problem-with-wikipedia-and-the-digital-revolution/

 

 

Dans La Matrice [« Matrix »] dans laquelle nous vivons, les diseurs de vérité sont malvenus pour ceux qui contrôlent les explications afin de faire avancer leurs agendas.

 

Le 10 avril 2019, un lecteur m'a alerté sur le fait que je suis dénigré sur Wikipédia comme étant un "partisan vocal du gouvernement russe actuel et de ses politiques." Le lecteur signale également qu'un article du Daily Beast me qualifie d'"adorateur de Poutine". Le lecteur dit qu'il a essayé de modifier l'entrée de Wikipédia sans succès, et il m'a exhorté à y prêter attention.

 

Je ne sais pas si la personne qui a rédigé ma fiche Wikipédia avait l'intention de me dénigrer ou si elle est simplement mal informée. Cependant, les voix dissidentes sont dénigrées sur Wikipédia. C'est un problème permanent pour beaucoup d'entre nous. Pendant des années, des lecteurs et des personnes qui me connaissent ont apporté des corrections à ma biographie sur Wikipédia, mais dès que les corrections étaient faites, elles étaient effacées et les calomnies réinstallées.

 

Le problème de Wikipédia est qu'il s'agit d'une approche idéaliste fondée sur la croyance que la vérité a plus de chances d'émerger lorsque tout le monde a la parole que lorsque les explications sont fournies par un groupe restreint d'experts ou de pairs. Cette approche idéaliste n'est pas sans mérite. De plus, elle peut très bien fonctionner avec des sujets et des personnes qui n'ont pas d'opposants idéologiques ou qui ne représentent aucune menace pour ceux qui veulent contrôler les explications.

 

Le problème survient lorsqu'un sujet ou une personne est controversé, surtout si ses arguments réfutent les explications officielles ou s'en écartent. Dans la Matrice dans laquelle nous vivons, ceux qui disent la vérité ne sont pas les bienvenus pour ceux qui contrôlent les explications afin de faire avancer leurs agendas. Jusqu'à ce que ceux qui disent la vérité puissent être réduits au silence ou complètement censurés, la pratique consiste à les discréditer par des calomnies. Ainsi, moi et beaucoup d'autres avons été décrits comme des "théoriciens du complot" pour avoir rapporté des informations factuelles qui contredisent l'explication officielle et non prouvée du 11 septembre, comme des "antisémites" pour avoir critiqué les mauvais traitements infligés par Israël aux Palestiniens et son influence sur la politique étrangère des États-Unis, et comme des "agents russes" ou des "laquais de Poutine" pour avoir dit la vérité sur l'Ukraine, la Syrie et les efforts de Poutine pour éviter un conflit militaire avec l'Occident.

 

À l'ère pré-Internet, il était difficile de diffamer les gens. Les rédacteurs en chef des journaux autorisaient les lettres à l'éditeur pour corriger les erreurs factuelles ou pour fournir une interprétation différente d'un ensemble de faits, mais évitaient les diffamations. Cela ne signifie pas que les calomnies n'ont jamais existé, mais pas avec l'abandon de l'ère Internet.

 

Les œuvres ouvertes en cours de réalisation comme Wikipédia, les sections de commentaires sur Internet et les médias sociaux sont idéalement adaptées à la dénigrement des personnes et à la diffusion de ces dénigrements dans le monde entier avant toute correction. Ainsi, la révolution numérique a été une aubaine pour les agences gouvernementales telles que la CIA, le Département d'État, le Mossad, le Lobby israélien, les entreprises et autres groupes d'intérêts privés, les mouvements idéologiques tels que le néoconservatisme et la politique identitaire, et les politiciens, qui ont tous des agendas qui sont favorisés par le contrôle des explications.

 

L'argent étant la valeur la plus élevée pour de nombreuses personnes, il existe un nombre illimité de personnes pouvant être engagées pour dénigrer ceux qui contestent les explications officielles. Une diffamation peut commencer dans une section de commentaires, passer aux médias sociaux, puis à un site web et enfin à Wikipédia.

 

Ce sont les diseurs de vérité qui sont dénigrés, des personnes telles que Julian Assange, Edward Snowden, Manning et les lanceurs d'alerte dont les messages dérangent les puissants intérêts privés et gouvernementaux.

 

Les diffamations sont efficaces. Les personnes crédules, non informées ou mal informées ne manquent pas. Ils prennent une diffamation pour argent comptant et évitent la personne ou l'idée diffamée. Malgré l'extrême clarté de la persécution orchestrée de Julian Assange, beaucoup voient en lui un "violeur échappant à la justice", un "espion russe" et un "maître chanteur de gouvernements et de personnes".

 

En bref, la boue colle mieux que les faits. C'est pourquoi je ne suis pas optimiste quant à l'avenir de la vérité à l'ère numérique. Beaucoup voient l'ère numérique comme l'ère où la vérité s'épanouira. Je comprends leur point de vue. Leur conviction n'est pas sans fondement. Mais l'ère numérique est aussi une ère où les mensonges peuvent prospérer car, contrairement à l'ère de l'imprimé, ils peuvent être si facilement diffusés.

 

Considérez, par exemple, la description que l'on fait de moi comme un "partisan acharné du gouvernement russe actuel et de ses politiques" et un "adorateur de Poutine". Je suis un critique bien connu des politiques économiques néolibérales du gouvernement russe. Michael Hudson et moi-même avons conjointement critiqué les politiques économiques néolibérales du gouvernement russe et démontré qu'elles étaient néfastes pour l'économie de la Russie. Je suis également connu pour être un sceptique de la politique de Poutine consistant à fermer les yeux sur les agressions de Washington et d'Israël. J'apprécie et j'admire l'énorme maîtrise de soi de Poutine, mais j'ai exprimé mon inquiétude quant au fait que le manque de volonté de Poutine de poser un pied ferme ne parvient pas à détourner la colère et encourage au contraire davantage d'agressions qui, tôt ou tard, aboutiront à une guerre thermonucléaire.

 

Le gouvernement russe est au courant de ma position, tout comme les médias russes où je suis souvent interviewé. Ma position est également clairement exprimée sur mon site web, qui est lu dans le monde entier. Alors pourquoi le Daily Beast et Wikipédia déforment-ils ma position ?

 

Wikipédia et les sections de commentaires ne peuvent fonctionner que si les commentateurs sont des personnes responsables qui font l'objet d'une surveillance attentive de la part de contrôleurs compétents et responsables. Mais cela nous ramène aux explications par les pairs que Wikipédia a été créée pour éviter.

 

Historiquement, les messagers sont tués, donc les diseurs de vérité doivent s'attendre à des calomnies ou pire - Julian Assange a été arrêté le matin du 11 avril à l'intérieur de l'ambassade d'Équateur à Londres. L'humanité est déchue. Les gouvernements font le mal. Le plus grand mal est fait à ceux qui s'opposent au mal. La vérité ne peut être dite sans qu'il en coûte à celui qui la dit.

 

Lorsque je parle de ceux qui disent la vérité, je parle de personnes dont la motivation est de dire la vérité. La vérité est leur programme. Je ne dis pas que ceux qui disent la vérité sont infaillibles et ont toujours raison. Je dis qu'ils s'efforcent de l'être. Ils n'écrivent pas intentionnellement des faussetés et n'induisent pas en erreur.

 

La vérité n'est pas une opinion. Il est inutile de dire à un diseur de vérité que vous n'êtes pas d'accord avec lui. Vous pouvez présenter un cas que ses faits sont faux. Vous pouvez démontrer qu'il existe une meilleure explication des faits.

 

D'après mon expérience, lorsque la plupart des gens disent qu'ils ne sont pas d'accord, ils veulent dire qu'ils préfèrent une autre explication qui correspond mieux à leurs sentiments et à leurs émotions. Par exemple, de nombreux Américains ont cru au mensonge grotesque du Russiagate parce qu'ils n'aiment pas Trump, tout comme aujourd'hui les radios conservatrices ont adopté l'explication officielle du 11 septembre parce qu'elle peut être utilisée contre la femme musulmane au franc-parler du Congrès. Les faits n'ont rien à voir avec ces deux croyances. Dans les deux cas, on résiste aux faits parce que la vérité n'est pas aussi réconfortante sur le plan émotionnel ou aussi utile pour l'agenda en cours que le mensonge.

 

Je n'ai aucune objection à ce que les lecteurs entreprennent de surveiller et de corriger le compte rendu qui est fait de moi dans Wikipédia. Il s'agira d'un processus continu, qui nécessitera l'engagement de beaucoup d'entre vous. Ceux qui se cachent derrière les attaques contre moi ont beaucoup d'argent et beaucoup d'employés, et ils peuvent effacer votre travail dès que vous l'avez terminé.

 

La révolution numérique et les mécanismes de contrôle qu'elle fournit font qu'il est beaucoup plus probable que nous nous retrouvions dans une dystopie verrouillée que cela n'aurait jamais été possible à l'ère de l'imprimé. Mais la révolution numérique représente peut-être une menace encore plus grande pour l'humanité. Elle rend les humains superflus.

 

Que vont faire les humains quand tout sera automatisé ? Si les technophiles parviennent à leurs fins, nous n'aurons bientôt plus le droit de conduire des voitures.

 

Que feront les humains quand leur travail ne sera plus nécessaire ? Boston Dynamics, une entreprise de Waltham (Massachusetts), a mis au point un robot qui remplace les employés des entrepôts. Selon les prévisions, 40 millions d'Américains supplémentaires seront évincés du marché du travail par les robots au cours des dix prochaines années.

 

Quelqu'un a-t-il pensé à ceux qui seront employés et auront l'argent pour acheter les produits des robots ? Il ne fait aucun doute que l'on nous promettra toutes sortes de nouveaux et meilleurs emplois, comme ceux que l'on nous a promis pour remplacer les emplois manufacturiers et les services professionnels délocalisés. Les emplois promis ne sont jamais arrivés. Et non, il ne s'agit pas d'un argument luddite*. Tout le monde ne peut pas être employé à concevoir des robots pour remplacer les humains.

 

Chaque entrepôt se précipitera pour augmenter ses profits en licenciant des employés, et aucun ne tiendra compte de l'effet global sur la demande des consommateurs pour les produits dans les entrepôts. Les entrepôts devront-ils reverser leurs bénéfices en taxes pour soutenir les chômeurs ? Les entrepôts auront-ils des bénéfices si les gens n'ont pas de revenus du travail pour acheter les produits dans les entrepôts ? L'ère des robots signifie-t-elle que les bénéfices doivent être socialisés afin de maintenir la vie humaine ?

 

Une approche intelligente de la technologie consisterait à se concentrer sur la technologie qui améliore les performances humaines, et non sur celle qui élimine le besoin d'humains.

 

À l'université de Stanford, une technologie a vu le jour, ou est en train de voir le jour, qui permet de modifier en temps réel les mouvements de la bouche d'une personne pendant qu'elle parle afin de diffuser un message différent de celui que l'orateur est en train de prononcer. Les méfaits possibles avec cette technologie sont inacceptables. La télévision pourrait détruire tout politicien ou dirigeant indésirable en le montrant délivrant un message conçu pour le détruire. Si les gens s'y mettent, cela signifierait la fin des discours télévisés, car personne ne croirait un discours à moins d'être présent en personne.

 

Les gens ont déjà du mal à appréhender la réalité. L'émergence d'une technologie capable de falsifier la réalité en temps réel laisse présager un avenir dans lequel la réalité et la fiction deviendront indiscernables. La conséquence involontaire de cette technologie pourrait bien être la mort de la vérité.

 

 

Cet article a été initialement publié sur PaulCraigRoberts.org le 11 avril 2019.

 

Traduit de l’américain par Le Rouge et le B anc avec DeepL.

 

* NdT: luddite: Membre d'une des bandes d'ouvriers du textile anglais, menés par Ned Ludd, qui, de 1811 à 1813 et en 1816, s'organisèrent pour détruire les machines, accusées de provoquer le chômage (Larousse).

Lire la suite

Zum Gedenken an Graf Klaus von Stauffenberg (1907-1944)

28 Juin 2021 , Rédigé par Rot und Weiß Publié dans #Allemagne, #Guerre, #Histoire

Zum Gedenken an Graf Klaus von Stauffenberg (1907-1944)
(capture d'écran du film ci-dessus). Cérémonie d'inauguration à Berlin de la statue commémorative de Klaus von Stauffenberg , par Richard Scheibe. https://de.wikipedia.org/wiki/Gedenkstätte_Deutscher_Widerstand

(capture d'écran du film ci-dessus). Cérémonie d'inauguration à Berlin de la statue commémorative de Klaus von Stauffenberg , par Richard Scheibe. https://de.wikipedia.org/wiki/Gedenkstätte_Deutscher_Widerstand

Zum Gedenken an Graf Klaus von Stauffenberg (1907-1944)

Comme Thésée qui tua le Minotaure, ce sont les Héros, qui, aidés par les Dieux, délivrent les hommes de leurs maux et de leurs oppresseurs. 
Si le comte Klaus von Stauffenberg n'a pas réussi son complot contre Hitler, sa noblesse, sa bravoure et son sacrifice, qui honorent sa famille et le peuple allemand, resteront un exemple pour toujours. Même si derrière Hitler se cachaient d'autres Minotaures, encore plus dangereux...

 

Site internet de la famille de Stauffenberg et du château de Greifenstein où il est né, en Bavière:

http://schloss-greifenstein.de

Zum Gedenken an Graf Klaus von Stauffenberg (1907-1944)
Lire la suite

Alexandre Douguine : La troisième vague du coronavirus. Significations et signes (Club d'Izborsk, 28 juin 2021)

28 Juin 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Alexandre Douguine, #Club d'Izborsk (Russie), #Opération Coronavirus, #Russie

Alexandre Douguine : La troisième vague du coronavirus. Significations et signes  (Club d'Izborsk, 28 juin 2021)

Alexandre Douguine : La troisième vague du coronavirus. Significations et signes

 

28 juin 2021

 

https://izborsk-club.ru/21287

 

 

Voici la troisième vague du coronavirus. Tout le monde est fatigué de parler et de penser à ce sujet, mais l'histoire de la pandémie n'a toujours pas de fin. Lorsque la deuxième vague a déferlé, il semblait que tout était sur le point d'arriver en été et que les chiffres allaient baisser. Mais non - une autre poussée et des mesures d'urgence à nouveau.

 

Au début de la première vague, j'ai proposé le genre Conversations pendant la peste. Ils sont tous disponibles en ligne. J'y ai exprimé presque tout ce que je pensais à ce sujet. Et malheureusement, c'est ainsi que tout a commencé à se mettre en place. Je pensais sincèrement qu'au premier stade, le Kremlin déclarerait l'état d'urgence et écraserait le problème durement et d'un seul coup - comme en Chine. Et lorsque cela ne s'est pas produit, le problème a inévitablement été étalé pendant très longtemps. Et il s'avère que le vaccin ne résout pas le problème.

 

Je vais vous parler très brièvement de la troisième vague.

 

N'étant pas un expert en virologie, je pense, en me basant plutôt sur des observations sociologiques, politiques et géopolitiques, que le coronavirus est une sorte d'arme biologique. C'est un problème majeur. Tous les dirigeants du monde le savaient, et c'est pourquoi ils étaient si inquiets et si prompts à demander un verrouillage en l'absence d'une mortalité hors normes. Ils avaient peur d'autre chose, et à juste titre.

 

Cela dit, ce ne sont pas les Chinois qui ont développé le virus. Ils auraient pu obtenir ses souches pour les copier comme ils obtiennent et copient tout le reste, des modèles de mode aux puces électroniques. Mais le coronavirus a presque certainement été fabriqué aux États-Unis.

 

Si le coronavirus est une arme biologique, il est fait pour tuer. S'il ne tue pas à grande échelle, c'est soit qu'il est incomplet et qu'il est entré dans la société dans un état incomplet, soit que le virus a des conséquences qui ne sont pas encore connues ou évoquées. Il peut très bien tuer d'une autre manière. Et c'est ce qu'il y a de plus dangereux. Personne ne peut ou ne veut dire ce dont il s'agit réellement. Il est possible de comprendre. Mais la responsabilité incombe à ceux qui savent quelque chose et le cachent, et surtout s'ils le cachent et ne prennent pas les mesures nécessaires pour le sauver.

 

La façon dont la situation des covidés est utilisée par les autorités n'a rien d'inhabituel. Les autorités utilisent toujours tout à leurs propres fins - guerre et paix, stabilité et même déclin.

 

Comme à la bourse, il est possible de jouer sur une hausse et il est possible de jouer sur une baisse. Le désastre pour l'État - comme dans les années 90 en Russie - peut être aussi profitable que la prospérité.

 

Avec un vaccin en plus de la géopolitique et des interdictions idiotes de l'Occident sur les versions russes tout de même n'est pas si simple. Encore une fois, ce n'est pas un avis professionnel. Aucun vaccin n'est encore fiable. Certaines peuvent être dangereuses, d'autres sont tout simplement inutiles. Certains peuvent aider - presque par des numéros aléatoires. Si vous faites tout, vous pouvez faire quelque chose d'utile. Et si vous dites tout, vous pouvez aussi dire accidentellement quelque chose d'intelligent. La vaccination est comme un casino - tout peut tomber - rouge ou noir.

 

Une dernière chose. Les philosophes grecs, et surtout Aristote, que j'admire de plus en plus ces derniers temps, disaient : la bonne question sur la cause est : non pourquoi pas, mais pourquoi ? Alors, pourquoi le coronovirus ? Qui que ce soit, et quelle que soit la façon dont elle est entrée dans l'humanité, la pandémie doit avoir un but.

 

Et là, à mon avis, nous devons nous tourner vers l'esprit plutôt que vers la matière, vers la religion et la philosophie plutôt que vers la science. La pandémie de coronavirus n'est-elle pas avant tout un signe ? Un avertissement à l'humanité écrit en lettres sanglantes ?

 

Vous vivez la mauvaise vie. Vous faites le mauvais choix. Vous allez dans le mauvais sens. Vous êtes perdu. Tu délires. Réveillez-vous, réveillez-vous, regardez en vous-même. Arrêtez-vous, ne serait-ce qu'un instant, dans cette course incessante à laquelle vous participez comme des insectes ou des atomes chaotiques.

 

C'est là tout l'enjeu de la pandémie. Restez chez vous, et réfléchissez à l'endroit où vous êtes, à qui vous êtes, avec qui vous êtes, et pourquoi vous êtes là... N'attendez pas comme des fous que les choses reviennent à la normale. Elles ne le feront jamais. C'est à ça que sert le coronavirus à mon avis.

 

 

Alexandre Douguine

 

http://dugin.ru

Alexandre G. Douguine (né en 1962) est un éminent philosophe, écrivain, éditeur et personnalité publique et politique russe. Docteur en sciences politiques. Professeur de l'université d'État de Moscou. Il est le leader du mouvement international eurasien. Membre fréquent du Club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc avec DeepL.

Alexandre Douguine : La troisième vague du coronavirus. Significations et signes  (Club d'Izborsk, 28 juin 2021)

Les vagues, comme toutes les ondes, ont une origine, une source, une cause. Celles de la mer, comme ici sur cette photographie du Pacifique sud, sont dues à l'action du vent, parfois à des centaines ou des milliers de milles de là. S'il n'y avait pas de vent, l'océan serait lisse comme un miroir. Il en est de même pour l'esprit maléfique nommé "Covid". Il a une cause, générée par des agents; humains bien entendu. Pour que l'effet soit permanent, il faut que des "vagues" se succèdent. Aujourd'hui se sont celles du "Covid", avec ses "variants". Demain, elles porteront un autre nom, celui qu'on leur aura inventé. "Changement climatique" en est un. La machine à faire les vagues est en marche. Ce ne sont pas de gentilles vagues qui bercent. Chacune d'elles est prévue pour être un tsunami destructeur, comme celui de Fukushima. Ceux qui ont inventé cette machine savent ce qu'ils font, et pourquoi. Le moteur de ces vagues de malheurs n'est pas l'amour, sinon elles apporteraient le bonheur, la joie, la justice.  Au contraire, c'est la haine, cela est clair.

Au fait, qui éprouve de la haine contre les autres, contre tout ce qui est bon et beau, contre les hommes et contre la nature dont ils font partie ? qui obéit à la loi de la haine et qui est toujours en guerre contre celle de l'amour ?

Sur le même sujet:

"Un accord de confidentialité montre que des candidats vaccins potentiels contre le coronavirus ont été transférés de Moderna à l’Université de Caroline du Nord en 2019, dix-neuf jours avant l’émergence du prétendu virus provoquant le Covid-19 à Wuhan, en Chine."

https://www.lelibrepenseur.org/quand-moderna-et-fauci-presentent-au-papa-du-virus-un-projet-de-vaccin-19-jours-avant-lemergence-officielle-du-covid-19-decembre-2019/

Lire la suite

Ramakrishna: "N'importe lequel de ces chemins le mènera jusqu'à toi"

28 Juin 2021 , Rédigé par Shiva Tilak Publié dans #Asie, #Inde, #Râmakrishna, #Religion

"Il parlait à la Mère de l'Univers: Mère, ils disent tous "c'est ma montre qui a l'heure juste". Chrétiens, Brahmos, hindous et musulmans, chacun croit que sa religion est la vraie religion. En réalité, Mère, aucune de leurs montres ne donne la vraie heure. Qui pourrait te connaître vraiment ? Mais si quelqu'un t'appelle de tout son désir et obtient ta grâce, n'importe lequel de ces chemins le mènera jusqu'à toi".

Paroles de Sri Ramakrishna au temple de Kali à Dakshineshwar. 

Jean Herbert: L'Enseignement de Ramakrishna (p. 61).

Lire la suite

Victor Hugo: Lettre au capitaine Butler sur le sac du Palais d'Été, en Chine (1860)

26 Juin 2021 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Victor Hugo, #Angleterre, #Chine, #France, #Guerre, #Histoire

Victor Hugo: Lettre au capitaine Butler sur le sac du Palais d'Été, en Chine (1860)

Hauteville House, 25 novembre 1861

 

 

Vous me demandez mon avis, monsieur, sur l’expédition de Chine. Vous trouvez cette expédition honorable et belle, et vous êtes assez bon pour attacher quelque prix à mon sentiment ; selon vous, l’expédition de Chine, faite sous le double pavillon de la reine Victoria et de l’empereur Napoléon, est une gloire à partager entre la France et l’Angleterre, et vous désirez savoir quelle est la quantité d’approbation que je crois pouvoir donner à cette victoire anglaise et française.

 

Puisque vous voulez connaître mon avis, le voici :

 

ll y avait, dans un coin du monde, une merveille du monde ; cette merveille s’appelait le Palais d’été. L’art a deux principes, l’Idée qui produit l’art européen, et la Chimère qui produit l’art oriental. Le Palais d’été était à l’art chimérique ce que le Parthénon est à l’art idéal. Tout ce que peut enfanter l’imagination d’un peuple presque extra-humain était là. Ce n’était pas, comme le Parthénon, une œuvre rare et unique ; c’était une sorte d’énorme modèle de la chimère, si la chimère peut avoir un modèle.

 

Imaginez on ne sait quelle construction inexprimable, quelque chose comme un édifice lunaire, et vous aurez le Palais d’été. Bâtissez un songe avec du marbre, du jade, du bronze, de la porcelaine, charpentez-le en bois de cèdre, couvrez-le de pierreries, drapez-le de soie, faites-le ici sanctuaire, là harem, là citadelle, mettez-y des dieux, mettez-y des monstres, vernissez-le, émaillez-le, dorez-le, fardez-le, faites construire par des architectes qui soient des poètes les mille et un rêves des mille et une nuits, ajoutez des jardins, des bassins, des jaillissements d’eau et d’écume, des cygnes, des ibis, des paons, supposez en un mot une sorte d’éblouissante caverne de la fantaisie humaine ayant une figure de temple et de palais, c’était là ce monument. Il avait fallu, pour le créer, le lent travail de deux générations. Cet édifice, qui avait l’énormité d’une ville, avait été bâti par les siècles, pour qui ? pour les peuples. Car ce que fait le temps appartient à l’homme. Les artistes, les poètes, les philosophes, connaissaient le Palais d’été ; Voltaire en parle. On disait : le Parthénon en Grèce, les Pyramides en Egypte, le Colisée à Rome, Notre-Dame à Paris, le Palais d’été en Orient. Si on ne le voyait pas, on le rêvait. C’était une sorte d’effrayant chef-d’œuvre inconnu entrevu au loin dans on ne sait quel crépuscule, comme une silhouette de la civilisation d’Asie sur l’horizon de la civilisation d’Europe.

 

Cette merveille a disparu.

 

Un jour, deux bandits sont entrés dans le Palais d’été. L’un a pillé, l’autre a incendié. La victoire peut être une voleuse, à ce qu’il paraît. Une dévastation en grand du Palais d’été s’est faite de compte à demi entre les deux vainqueurs. On voit mêlé à tout cela le nom d’Elgin, qui a la propriété fatale de rappeler le Parthénon. Ce qu’on avait fait au Parthénon, on l’a fait au Palais d’été, plus complètement et mieux, de manière à ne rien laisser. Tous les trésors de toutes nos cathédrales réunies n’égaleraient pas ce splendide et formidable musée de l’orient. Il n’y avait pas seulement là des chefs-d’œuvre d’art, il y avait un entassement d’orfèvreries. Grand exploit, bonne aubaine. L’un des deux vainqueurs a empli ses poches, ce que voyant, l’autre a empli ses coffres ; et l’on est revenu en Europe, bras dessus, bras dessous, en riant. Telle est l’histoire des deux bandits.

 

Nous, Européens, nous sommes les civilisés, et pour nous, les Chinois sont les barbares. Voila ce que la civilisation a fait à la barbarie.

 

Devant l’histoire, l’un des deux bandits s’appellera la France, l’autre s’appellera l’Angleterre. Mais je proteste, et je vous remercie de m’en donner l’occasion ; les crimes de ceux qui mènent ne sont pas la faute de ceux qui sont menés ; les gouvernements sont quelquefois des bandits, les peuples jamais.

 

L’empire français a empoché la moitié de cette victoire et il étale aujourd’hui avec une sorte de naïveté de propriétaire, le splendide bric-à-brac du Palais d’été.

 

J’espère qu’un jour viendra où la France, délivrée et nettoyée, renverra ce butin à la Chine spoliée.

 

En attendant, il y a un vol et deux voleurs, je le constate.

 

Telle est, monsieur, la quantité d’approbation que je donne à l’expédition de Chine.

 

Victor Hugo

Victor Hugo: Lettre au capitaine Butler sur le sac du Palais d'Été, en Chine (1860)
Victor Hugo: Lettre au capitaine Butler sur le sac du Palais d'Été, en Chine (1860)

Sur le même sujet et sur le même blog:

Henry de Mesquen et la Chine
https://pocombelles.over-blog.com/henry-de-mesquen-et-la-chine

Henry de Lesquen, Énarque, incarne pour moi ce qu'il y a de plus stupide, borné, arrogant, autoritaire et méchant en France et chez les Français, où se côtoient le pire et le meilleur. Il incarne aussi le colonialisme issu de la Révolution, qui a formé un amalgame avec celui des Anglais puis des Israéliens et aujourd'hui celui de l'oligarchie mondialiste. Colonialisme matérialiste qui n'a rien à voir avec les relations que les Français avaient avec les peuples lointains sous la Monarchie et qui les faisaient apprécier en général.

A propos de l'annexion peu glorieuse de l'archipel des Marquises par la France (1842)
https://pocombelles.over-blog.com/2019/10/l-annexion-peu-glorieuse-de-l-archipel-des-marquises-en-1842-par-la-france-herman-melville-taipi.html

Lire la suite

Youri Tavrovsky : le « Grand jeu » continue (Club d'Izborsk, 25 juin 2021)

26 Juin 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Angleterre, #Chine, #France, #Guerre, #Histoire, #Politique, #Russie, #USA

Youri Tavrovsky : le « Grand jeu » continue  (Club d'Izborsk, 25 juin 2021)

Youri Tavrovsky : le « Grand jeu » continue

 

25 juin 2021

 

https://izborsk-club.ru/21267

 

 

La provocation de l'Angleterre au Cap Fiolent rappelle les attaques de l'ancienne "maîtresse des mers" sur nos terres balnéaires au XIXe siècle. Pendant la guerre de Crimée (1853-56), les Anglais ont attaqué non seulement Sébastopol sur la mer Noire, mais aussi Petropavlovsk-Kamchatsky sur le Pacifique. De manière caractéristique, la guerre de Crimée a eu lieu entre la première guerre de l'opium (1840-42) et la deuxième guerre de l'opium (1856-60). À l'époque déjà, la Russie avait proposé à la Chine un "partenariat stratégique", mais elle n'a pas été comprise...

 

C'est ainsi que les choses se sont passées à Petropavlovsk, ma petite patrie. Là-bas, non loin de chez moi, dans la rue Morskaya, se trouve un monument au général Vasily Zavoyko, qui a dirigé la défense de Petropavlovsk-Kamchatsky. À l'époque, c'était notre principale base d'approvisionnement pour l'Amérique russe.

 

En août 1854, l'escadre anglo-française, qui vient encore de tirer sur les ports chinois, attaque la ville. L'objectif est d'établir un contrôle sur l'ensemble de la côte ouest du Pacifique, et pas seulement sur la côte chinoise. La tactique était bien pratiquée sur les Chinois. Les Alliés ont d'abord bombardé Petropavlovsk avec des canons de bord à longue portée, puis ils ont lancé un assaut amphibie. L'ennemi avait 7 navires de guerre, 212 canons, 2,6 mille baïonnettes. Dans la garnison russe - 920 hommes, 40 petits canons de l'ancien style, 27 canons de marine sur la frégate "Aurora" et le transport "Dvina".

 

Les forces sont clairement inégales. Cependant, la garnison et les résidents locaux ont repoussé la première attaque. Le deuxième assaut de la ville a été mené par un régiment sélectionné de Gibraltar. Les 926 "Gibraltariens" ont été détruits ainsi que le commandant du régiment, le capitaine Parker. Le commandant anglais, l’amiral Price s'est suicidé à cause d'une telle perte. Petropavlovsk est resté russe.

 

Peu après, en 1856, les Britanniques ont entamé la deuxième guerre de l'opium. Ils ont fait valoir que les Chinois n'avaient pas suffisamment ouvert le pays au commerce. Une fois de plus, il y a eu des bombardements de ports et des pillages de villes. Pékin est envahi, le palais d'été impérial brûlé. Le Fils du Ciel lui-même a fui la capitale.

 

Le souvenir du double viol collectif de la Chine par les Britanniques et les Français pendant les guerres de l'opium n'a même pas pu atténuer les atrocités commises par les samouraïs japonais en 1931-1945. La tragédie était profondément ancrée dans l'inconscient collectif de la nation. À Pékin, j'ai vu les ruines du palais d'été impérial. Maintenant c'est un centre d'éducation patriotique. Les enfants sont amenés ici en bus. "Regardez, les enfants, les gens qui nous apportent la 'civilisation' !

 

Nous aussi, en Crimée, nous devrions nous rappeler plus souvent l'agression de l'"OTAN du XIXe siècle" contre la Russie !

 

 

Youri Tavrovsky

 

Youri Vadimovich Tavrovsky (né en 1949) est un orientaliste, professeur à l'Université de l'amitié des peuples de Russie, membre du présidium de l'Académie eurasienne de télévision et de radio. Il est un membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc avec DeepL.

Le Panorama du Siège de Sébastopol réalisé en 1904 par Franz Roubaud. La peinture de 114 mètres de long sur 14 de haut est exposée dans un pavillon dédié à Sébastopol. Source: Wikipedia

Le Panorama du Siège de Sébastopol réalisé en 1904 par Franz Roubaud. La peinture de 114 mètres de long sur 14 de haut est exposée dans un pavillon dédié à Sébastopol. Source: Wikipedia

Lire la suite

Qui dirige le monde ? Blackrock et Vanguard par Bill Sardi / MONOPOLY: FOLLOW THE MONEY

25 Juin 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Economie, #Politique

Qui dirige le monde ? Blackrock et Vanguard

 

par Bill Sardi

 

21 avril 2021

 

 

Si vous vous demandez comment l'économie mondiale a été détournée et l'humanité kidnappée par un récit complètement faux, ne cherchez pas plus loin que cette vidéo du créateur néerlandais Covid Lie.

 

Elle révèle que les actions des plus grandes entreprises du monde sont détenues par les mêmes investisseurs institutionnels. Ils sont tous propriétaires les uns des autres. Cela signifie que des marques "concurrentes", comme Coke et Pepsi, ne le sont pas vraiment, puisque leurs actions sont détenues par exactement les mêmes sociétés d'investissement, fonds de placement, compagnies d'assurance, banques et, dans certains cas, gouvernements. C'est le cas dans toutes les industries. Comme elle le dit :

 

"Les petits investisseurs sont détenus par de plus gros investisseurs. Ceux-ci sont détenus par des investisseurs encore plus grands. Le sommet visible de cette pyramide ne comporte que deux sociétés dont nous avons souvent vu le nom... Il s'agit de Vanguard et de BlackRock. Le pouvoir de ces deux sociétés dépasse votre imagination. Non seulement elles possèdent une grande partie des actions de presque toutes les grandes entreprises, mais aussi les actions des investisseurs dans ces entreprises. Cela leur confère un monopole complet.

 

Un rapport de Bloomberg indique qu'en 2028, ces deux sociétés disposeront ensemble d'investissements d'un montant de 20 000 milliards de dollars. Cela signifie qu'elles posséderont presque tout.

 

Bloomberg appelle BlackRock "la quatrième branche du gouvernement", car c'est la seule agence privée qui travaille étroitement avec les banques centrales. BlackRock prête de l'argent à la banque centrale, mais il est aussi son conseiller. Elle développe également les logiciels utilisés par la banque centrale. De nombreux employés de BlackRock étaient à la Maison Blanche avec Bush et Obama. Son PDG. Larry Fink peut compter sur un accueil chaleureux de la part des dirigeants et des politiciens. Pas si étrange, si l'on sait qu'il est l'homme de paille de la société dirigeante, mais Larry Fink ne tire pas les ficelles lui-même.

 

BlackRock, lui-même, est également détenu par des actionnaires. Qui sont ces actionnaires ? Nous arrivons à une étrange conclusion. Le plus gros actionnaire est Vanguard. Mais maintenant il devient obscur. Vanguard est une société privée et nous ne pouvons pas voir qui sont les actionnaires. L'élite qui possède Vanguard n'aime apparemment pas être sous les feux de la rampe mais, bien sûr, elle ne peut se cacher de qui veut bien creuser.

 

Selon des rapports d'Oxfam et de Bloomberg, 1 % de la population mondiale possède plus d'argent que les 99 % restants. Pire encore, Oxfam affirme que 82 % de l'argent gagné en 2017 est allé à ces 1 %.

 

En d'autres termes, ces deux sociétés d'investissement, Vanguard et BlackRock, détiennent un monopole dans toutes les industries du monde et elles sont, à leur tour, détenues par les familles les plus riches du monde, dont certaines font partie de la royauté et qui sont très riches depuis avant la révolution industrielle. Pourquoi tout le monde ne le sait-il pas ? Pourquoi n'y a-t-il pas de films et de documentaires à ce sujet ? Pourquoi cela ne fait-il pas la une des journaux ? Parce que 90% des médias internationaux sont détenus par neuf conglomérats médiatiques.

 

Covid Lie demande : "Qui sponsorise l'organisation et les agences de presse qui produisent nos informations ? Avec Project Syndicate, nous voyons la Fondation Bill et Melinda Gates, la Fondation Open Society et le Centre européen de journalisme. Les organisations qui apportent les nouvelles sont payées par des organisations à but non lucratif, de la même élite qui possède également l'ensemble des médias mais aussi une partie de l'argent des contribuables est utilisée pour les payer."

 

Ou, comme le disait George Carlin, "C'est un petit club et vous n'en faites pas partie".

 

Donc, lorsque Lynn Forester de Rothschild veut que les États-Unis soient un pays à parti unique (comme la Chine) et ne veut pas que des lois d'identification des électeurs soient adoptées aux États-Unis, afin que davantage de fraudes électorales puissent être perpétrées pour parvenir à cette fin,que fait-elle ?

 

Elle organise une conférence téléphonique avec les 100 plus grands PDG du monde et leur demande de qualifier publiquement de "Jim Crow" l'adoption par la Géorgie d'une loi anti-corruption et ordonne à ses PDG consciencieux de boycotter l'État de Géorgie, comme nous l'avons vu avec Coca-Cola et la Major League Baseball et même la star hollywoodienne Will Smith. Dans cette conférence téléphonique, nous voyons des nuances de la Grande Réinitialisation, de l'Agenda 2030, du Nouvel Ordre Mondial.

 

L'ONU veut s'assurer, comme le fait Schwab, qu'en 2030, la pauvreté, la faim, la pollution et la maladie ne seront plus un fléau pour la Terre. Pour y parvenir, l'ONU veut que les impôts des pays occidentaux soient répartis entre les méga-corporations de l'élite pour créer une toute nouvelle société. Pour ce projet, l'ONU affirme que nous avons besoin d'un gouvernement mondial - à savoir l'ONU elle-même.

 

Et il est clair que la "pandémie" a été orchestrée dans ce but. Cette vidéo fait un travail incroyable pour expliquer comment tout cela est fait.

 

 

Source: https://www.lewrockwell.com/2021/04/bill-sardi/who-runs-the-world-blackrock-and-vanguard/

 

Traduit de l’américain par Le Rouge et le Blanc avec DeepL.

TRANSCRIPT DU FILM MONOPOLY: FOLLOW THE MONEY

 

Alors que vous voyez des millions de personnes tomber dans la pauvreté à cause des mesures corona de l'année dernière, même si la plus grande crise économique de l'histoire ne vous a pas encore touché, ce n'est qu'une question de temps avant que les effets d'entraînement ne vous atteignent également.

 

Il ne s'agit pas d'un discours alarmiste, mais d'une dure réalité. Je pense aussi que nous pourrions atténuer les dégâts et peut-être même faire mieux, à condition d'être correctement informés de notre situation. C'est pourquoi je voudrais vous montrer quelques faits que vous pouvez facilement vérifier et qui sont d'une importance cruciale.

 

Moins d'une poignée de grandes entreprises dominent tous les aspects de notre vie. Cela peut sembler exagéré, mais du petit-déjeuner que nous prenons au lit sur lequel nous dormons, en passant par tout ce que nous portons et consommons, tout dépend largement de ces entreprises.

 

Ce sont d'énormes sociétés d'investissement qui déterminent le cours des flux d'argent. Elles sont les personnages principaux de la pièce à laquelle nous assistons. Je sais que votre temps est précieux, alors je résume les données les plus importantes.

 

Comment cela fonctionne-t-il ?

 

L'INDUSTRIE ALIMENTAIRE

 

Prenons l'exemple de Pepsico. C'est la société mère de nombreuses entreprises de sodas et de snacks. Les marques dites concurrentes sont issues des usines de quelques sociétés qui monopolisent l'ensemble de l'industrie. Dans l'industrie des aliments emballés, il y a quelques grandes entreprises, comme Unilever, la société Coca-Cola, Mondelez et Nestlé.

 

Sur l'image, vous voyez que la plupart des marques de l'industrie alimentaire appartiennent à l'une de ces sociétés. Les grandes entreprises sont cotées en bourse et les gros actionnaires siègent au conseil d'administration.

 

Sur des sites comme Yahoo Finance, nous pouvons obtenir des informations détaillées sur les entreprises, notamment sur l'identité des principaux actionnaires. Prenons à nouveau l'exemple de Pepsico. Nous constatons qu'environ 72 % des actions sont détenues par pas moins de 3 155 investisseurs institutionnels. Il s'agit de sociétés d'investissement, de fonds de placement, de compagnies d'assurance, de banques et, dans certains cas, de gouvernements.

 

Qui sont les plus gros investisseurs institutionnels de Pepsico ? Comme vous pouvez le constater, seuls 10 investisseurs détiennent ensemble près d'un tiers des actions. Les dix premiers investisseurs représentent ensemble une valeur de 59 milliards de dollars, mais sur ces dix, seuls trois possèdent plus d'actions que les sept autres. Rappelons-les et regardons qui possède le plus d'actions de la Coca-Cola Company, le plus grand concurrent de Pepsi.

 

La plus grande partie des actions est à nouveau détenue par des investisseurs institutionnels. Regardons les 10 premiers et commençons par les six derniers. Quatre de ces investisseurs institutionnels sont aussi dans les six derniers de Pepsico. Il s'agit de Northern Trust, JPMorgan-Chase, Geode Capital Management et Wellington Management. Maintenant, regardons les quatre plus gros détenteurs d'actions. Ce sont BlackRock, Vanguard et State Street. Ce sont les plus grandes sociétés d'investissement du monde, donc Pepsico et Coca-Cola ne sont pas du tout des concurrents.

 

Les autres grandes entreprises qui possèdent une myriade de marques, comme Unilever, Mondelez et Nestlé, appartiennent au même petit groupe d'investisseurs. Mais ce n'est pas seulement dans l'industrie alimentaire que leurs noms apparaissent. Découvrons sur Wikipedia, quelles sont les plus grandes entreprises technologiques.

 

BIG TECH

 

Facebook est le propriétaire de Whatsapp et d'Instagram. Avec Twitter, elles forment les plateformes de médias sociaux les plus populaires. Alphabet est la société mère de toutes les entreprises Google, comme YouTube et Gmail, mais elle est aussi le plus gros investisseur dans Android, l'un des deux systèmes d'exploitation de presque tous les smartphones et tablettes. L'autre système d'exploitation est IOS d'Apple. Si nous ajoutons Microsoft, nous voyons quatre entreprises qui fabriquent les logiciels de presque tous les ordinateurs, tablettes et smartphones dans le monde.

 

Voyons qui sont les plus gros actionnaires de ces entreprises. Prenons Facebook : nous voyons que 80 % des actions sont détenues par des investisseurs institutionnels. Ce sont les mêmes noms qui sont apparus dans l'industrie alimentaire ; les mêmes investisseurs sont dans le top 3. Ensuite, il y a Twitter. Il forme avec Facebook et Instagram le trio de tête. Étonnamment, cette société est également aux mains des mêmes investisseurs. Nous les voyons à nouveau, avec Apple et même avec leur plus grand concurrent, Microsoft.

 

De même, si nous examinons d'autres grandes entreprises de l'industrie technologique qui développent et fabriquent nos ordinateurs, nos téléviseurs, nos téléphones et nos appareils ménagers, nous voyons les mêmes grands investisseurs, qui détiennent ensemble la majorité des actions. C'est vrai pour toutes les industries. Je n'exagère pas.

 

L'INDUSTRIE DU VOYAGE (ET L'ÉNERGIE ET LES MINES)

 

Un dernier exemple, réservons des vacances sur un ordinateur ou un smartphone. Nous recherchons un vol vers un pays ensoleillé sur Skyscanner ou Expedia. Les deux sont issus du même petit groupe d'investisseurs. Nous prenons l'avion avec l'une des nombreuses compagnies aériennes. Dont beaucoup sont aux mains des mêmes investisseurs et des gouvernements, comme c'est le cas d'Air France, de KLM. L'avion que nous prenons est, dans la plupart des cas, un Boeing ou un Airbus, qui appartiennent également aux mêmes noms. Nous réservons par l'intermédiaire de Booking.com ou AirBnB et, une fois arrivés, nous sortons dîner et plaçons un commentaire sur Tripadvisor.

 

Les mêmes grands investisseurs interviennent dans tous les aspects de notre voyage et leur pouvoir est encore plus grand, car le kérosène provient de leurs compagnies pétrolières ou de leurs raffineries. L'acier à partir duquel l'avion est fabriqué provient de leurs sociétés minières. Ce petit groupe de sociétés d'investissement, de fonds et de banques sont en fait aussi les plus grands investisseurs dans l'industrie qui extrait les matières premières.

 

Wikipedia montre que les plus grandes entreprises minières ont les mêmes grands investisseurs que l'on voit partout. De même, les grandes entreprises agricoles, dont dépend toute l'industrie alimentaire ; elles possèdent Bayer, la société mère de Monsanto, le plus grand producteur de semences au monde, mais elles sont aussi les actionnaires de la grande industrie textile. Et même de nombreuses marques de mode populaires qui fabriquent les vêtements à partir du coton appartiennent aux mêmes investisseurs.

 

Qu'il s'agisse des plus grandes entreprises de panneaux solaires ou des raffineries de pétrole, les actions sont entre les mains des mêmes sociétés. Elles possèdent les sociétés de tabac qui produisent toutes les marques de tabac populaires, mais aussi toutes les grandes sociétés pharmaceutiques et les institutions scientifiques qui produisent des médicaments. Elles possèdent les entreprises qui produisent nos métaux ainsi que l'ensemble de l'industrie automobile, aéronautique et de l'armement, où une grande partie des métaux et des matières premières sont utilisés. Elles possèdent les entreprises qui fabriquent nos produits électroniques, les grands entrepôts, les marchés en ligne et même les moyens de paiement que nous utilisons pour acheter leurs produits.

 

Pour rendre cette vidéo aussi courte que possible, je ne vous ai montré que la partie émergée de l'iceberg. Si vous décidez de faire des recherches avec les sources que je viens de vous montrer, vous verrez que la plupart des compagnies d'assurance, des banques, des entreprises de construction, des compagnies de téléphone, des chaînes de restaurants et des cosmétiques sont détenus par les mêmes investisseurs institutionnels que ceux que nous venons de voir.

 

BLACKROCK & VANGUARD

 

Ces investisseurs institutionnels sont principalement des sociétés d'investissement, des banques et des compagnies d'assurance. Ils sont eux-mêmes détenus par des actionnaires et le plus surprenant est qu'ils possèdent les actions les uns des autres.

 

Ensemble, ils forment un immense réseau comparable à une pyramide. Les petits investisseurs appartiennent à de plus gros investisseurs. Ces derniers sont détenus par des investisseurs encore plus grands. Le sommet visible de cette pyramide ne comporte que deux sociétés dont nous avons déjà souvent vu le nom. Il s'agit de Vanguard et de BlackRock. Le pouvoir de ces deux sociétés dépasse l'imagination. Elles possèdent non seulement une grande partie des actions de presque toutes les grandes entreprises, mais aussi les actions des investisseurs dans ces entreprises. Cela leur confère un monopole complet.

 

Un rapport de Bloomberg indique qu'en 2028, ces deux sociétés disposeront ensemble d'investissements d'un montant de 20 000 milliards de dollars. Cela signifie qu'elles posséderont presque tout.

 

Bloomberg appelle BlackRock "la quatrième branche du gouvernement", car c'est la seule agence privée qui travaille étroitement avec les banques centrales. BlackRock prête de l'argent à la banque centrale, mais il est aussi son conseiller. Elle développe également les logiciels utilisés par la banque centrale. De nombreux employés de BlackRock étaient à la Maison Blanche avec Bush et Obama. Son PDG, Larry Fink, peut compter sur un accueil chaleureux de la part des dirigeants et des politiciens. Pas si étrange, si l'on sait qu'il est l'homme de paille de la société dirigeante. Mais Larry Fink ne tire pas les ficelles lui-même.

 

BlackRock, lui-même, est également détenu par des actionnaires. Qui sont ces actionnaires ? Nous arrivons à une étrange conclusion. Le plus gros actionnaire est Vanguard. Mais maintenant il devient obscur. Vanguard est une société privée et nous ne pouvons pas voir qui sont les actionnaires. L'élite qui possède Vanguard n'aime apparemment pas être sous les feux de la rampe mais, bien sûr, elle ne peut se cacher de qui veut bien creuser.

 

Selon des rapports d'Oxfam et de Bloomberg, 1 % de la population mondiale possède plus d'argent que les 99 % restants. Pire encore, Oxfam affirme que 82 % de l'argent gagné en 2017 est allé à ces 1 %.

 

Forbes, le plus célèbre magazine économique, affirme qu'en mars 2020, il y avait 2 095 milliardaires dans le monde. Cela signifie que Vanguard est détenu par les familles les plus riches du monde. Si nous faisons des recherches sur leur histoire, nous constatons qu'elles ont toujours été les plus riches. Certaines d'entre elles, même avant le début de la révolution industrielle, parce que leur histoire est tellement intéressante et étendue, je ferai une suite.

 

Pour l'instant, je veux juste dire que ces familles, dont beaucoup font partie de la royauté, sont les fondateurs de notre système bancaire et de toutes les industries du monde. Ces familles n'ont jamais perdu le pouvoir, mais en raison de l'augmentation de la population, elles ont dû se cacher derrière des entreprises, comme Vanguard, dont les actionnaires sont les fonds privés et les organisations à but non lucratif de ces familles.

 

ONG ET FONDATIONS ET LEUR PROPRIÉTÉ SUR LES GRANDS PHARMA

 

Pour clarifier le tableau, je dois expliquer brièvement ce que sont réellement les organisations à but non lucratif. Celles-ci apparaissent comme le lien entre les entreprises, la politique et les médias. Cela dissimule un peu les conflits d'intérêts. Les organisations à but non lucratif, également appelées "fondations", dépendent des dons ; elles ne doivent pas divulguer l'identité de leurs donateurs ; elles peuvent investir l'argent comme elles l'entendent et ne paient pas d'impôts tant que les bénéfices sont réinvestis dans de nouveaux projets. De cette manière, les organisations à but non lucratif gardent entre elles des centaines de milliards de dollars ; selon le gouvernement australien, les organisations à but non lucratif sont un moyen idéal de financer les terroristes et de blanchir massivement de l’argent.

 

Les fondations et les fonds des familles les plus riches restent dans l'ombre autant que possible. Pour les questions qui retiennent l'attention, on fait appel aux fondations de philanthropes de rang inférieur mais très riches.

 

Je veux faire court, alors je vais vous montrer les trois plus importantes qui relient toutes les industries du monde. Il s'agit de la Fondation Bill et Melinda Gates, de la Fondation Open Society du multimilliardaire controversé Soros et de la Fondation Clinton. Je vais vous donner une très courte introduction pour vous montrer leur puissance.

 

Selon le site web du Forum économique mondial, la Fondation Gates est le plus grand sponsor de l'OMS. Et ce, après que Donald Trump ait renoncé au soutien financier des États-Unis à l'OMS en 2020. La Fondation Gates est donc l'une des entités les plus influentes dans tout ce qui concerne notre santé. La Fondation Gates travaille en étroite collaboration avec les plus grandes entreprises pharmaceutiques, parmi lesquelles Pfizer, AstraZeneca, Johnson & Johnson, Biontech et Bayer.

 

Et nous venons de voir qui sont leurs plus gros actionnaires. Bill Gates n'est pas un pauvre informaticien qui est devenu miraculeusement très riche. Il est issu d'une famille de philanthropes qui travaille pour l'élite absolue. Son Microsoft est détenu par Vanguard, BlackRock et Berkshire Hathaway. Mais la Fondation Gates, après BlackRock et Vanguard est le plus gros actionnaire de Berkshire Hathaway. Il a même été membre du conseil d'administration là-bas.

 

Il nous faudrait des heures si nous voulions découvrir tout ce dans quoi Gates, la Fondation Open Society de Soros et la Fondation Clinton sont impliqués. Ils forment un pont avec la situation actuelle, il fallait donc que je les présente.

 

LES MÉDIAS GRAND PUBLIC

 

Nous devons commencer le prochain sujet par une question. Quelqu'un comme moi, qui ne fait jamais de vidéos, peut, avec un vieil ordinateur portable, montrer objectivement que seules deux entreprises détiennent un monopole dans toutes les industries du monde. Ma question est la suivante : pourquoi n'en parle-t-on jamais dans les médias ?

 

Nous pouvons choisir quotidiennement entre toutes sortes de documentaires et de programmes télévisés, mais aucun d'entre eux ne traite de ce sujet. N'est-il pas assez intéressant ou y a-t-il d'autres intérêts en jeu ? Wikipedia, encore une fois, nous donne la réponse. Ils disent qu'environ 90% des médias internationaux sont détenus par neuf conglomérats médiatiques. Que l'on prenne le monopoliste Netflix et Amazon Prime ou les énormes groupes qui possèdent de nombreuses sociétés filles, comme Time-Warner, la Walt Disney Company, Comcast, Fox Corporation, Bertelsmann et Viacom, CBS, nous voyons que les mêmes noms possèdent des actions.

 

Ces sociétés ne se contentent pas de produire tous les programmes, films et documentaires, mais possèdent également les chaînes sur lesquelles ils sont diffusés. Ainsi, non seulement les industries mais aussi l'information sont la propriété de l'élite.

 

Je vais vous montrer brièvement comment cela fonctionne aux Pays-Bas. Pour commencer, tous les grands médias néerlandais sont détenus par trois sociétés. La première est De PersGroep [DPG Media], la société mère des marques suivantes (. Outre les nombreux journaux et magazines, elle possède également Sanoma, la société mère de certaines des grandes chaînes commerciales néerlandaises. De nombreux médias étrangers, comme VTM, sont également détenus par De PersGroep.

 

Le deuxième groupe est Mediahuis, l'un des plus grands groupes de médias d'Europe. Aux Pays-Bas, Mediahuis possède les marques suivantes. Jusqu'en 2017, Mediahuis possédait également Sky Radio et Radio Veronica, ainsi que Radio 538 et Radio 10.

 

Et puis il y a Bertelsmann, qui est l'une des 9 plus grandes entreprises de médias. Cette société possède RTL, qui possède 45 stations de télévision et 32 stations de radio dans 11 pays. Mais Bertelsmann est également copropriétaire du plus grand éditeur de livres du monde, Penguin Random House.

 

Les actions de ces sociétés sont détenues par des fonds privés de trois familles. Il s'agit de la famille belge Van Thillo, de la famille belge Leysen et de la famille allemande Bertelsmann-Mohn. Ces trois familles se sont rangées du côté des nazis pendant la guerre.

 

Selon Wikipedia, c'est pour cette raison que le Telegraaf, le journal des Leysen a été temporairement interdit aux Pays-Bas après la guerre.

 

LES FAKE NEWS

 

Pour compléter cet aperçu, regardez d'où viennent les nouvelles. Les nouvelles quotidiennes de tous ces médias - les divers médias d'information - ne produisent pas de nouvelles. Ils utilisent les informations et les images des agences de presse, l'ANP et Reuters. Ces agences ne sont pas indépendantes. ANP est la propriété de Talpa, John de Mol. Thomson-Reuters appartient à la puissante famille canadienne Thomson.

 

Les journalistes et rédacteurs les plus importants travaillant pour ces agences sont membres d'une agence de journalisme, comme le Centre européen de journalisme. Ces derniers sont l'un des plus grands sponsors européens de projets liés aux médias. Ils forment des journalistes, publient des livres d'étude, fournissent des espaces de formation et des agences de presse et travaillent en étroite collaboration avec les grandes entreprises, Google et Facebook.

 

Pour les analyses et points de vue journalistiques, les grands médias utilisent Project Syndicate. Il s'agit de l'organisation la plus puissante dans ce domaine. Le Project Syndicate et des organisations comme celles que j'ai mentionnées collaborent avec les agences de presse. Le lien entre tous les médias du monde Lorsque les présentateurs de journaux télévisés utilisent leur prompteur, il y a de fortes chances que le texte provienne de l'une de ces organisations. C'est la raison pour laquelle les médias du monde entier font preuve de synchronisme dans leurs reportages.

 

Et regardez le centre européen de journalisme, lui-même. Encore une fois, la fondation Gates et la fondation Open Society. Ils sont également fortement sponsorisés par Facebook, Google, le ministère de l'éducation et des sciences et le ministère des affaires étrangères.

 

Qui sponsorise l'organisation et les agences de presse qui produisent nos informations ? Avec Project Syndicate, nous voyons la Fondation Bill et Melinda Gates, la Fondation Open Society et le Centre européen de journalisme. Les organisations qui apportent les nouvelles sont payées par des organisations sans but lucratif, de la même élite qui possède également l'ensemble des médias, mais aussi une partie de l'argent des contribuables est utilisée pour les payer.

 

En Belgique, il y a régulièrement des protestations, car Mediahuis et De Persgroep reçoivent des millions d'euros du gouvernement, alors que beaucoup sont à l'étranger...

 

LE DANGER DANS LEQUEL NOUS SOMMES MAINTENANT

 

Bon, il y avait beaucoup de choses à assimiler et j'ai essayé de faire aussi court que possible. Je n'ai utilisé que les exemples qui me semblaient nécessaires pour créer une vue d'ensemble claire. Cela permet de mieux comprendre notre situation actuelle, cela peut apporter un nouvel éclairage sur les événements passés.

 

Nous aurons suffisamment de temps pour nous plonger dans le passé, mais parlons maintenant d'aujourd'hui. Mon objectif est de vous informer du danger dans lequel nous nous trouvons actuellement. L'élite gouverne chaque aspect de nos vies, également, les informations que nous obtenons et ils dépendent d'une coordination, d'une coopération pour connecter toutes les industries dans le monde pour servir leurs intérêts. Cela se fait par le biais du Forum économique mondial, entre autres, une organisation très importante.

 

Chaque année, à Davos, les PDG des grandes entreprises rencontrent des dirigeants nationaux, des hommes politiques et d'autres parties influentes, comme l'UNICEF et Greenpeace. Le conseil de surveillance du WEF compte l'ancien vice-président Al Gore, notre propre ministre Sigrid Kaag, Feike Sijbesma, président de la Royal Dutch State Mines et le commissaire de la banque néerlandaise, Christine Lagarde, présidente de la Banque centrale européenne. De plus, le fils de l'homme politique Ferdinand Grapperhaus travaille pour le WEF.

 

Wikipedia indique que la cotisation annuelle des membres est de 35 000 euros "mais plus de la moitié de notre budget provient de partenaires qui paient le coût pour les politiciens qui, autrement, ne pourraient pas se permettre d'adhérer."

 

Selon les critiques, le WEF est destiné aux riches entreprises pour faire des affaires avec d'autres entreprises ou avec des politiciens. Pour la plupart des membres, le WEF favoriserait le gain personnel au lieu d'être un moyen de résoudre les problèmes du monde. Pourquoi y aurait-il beaucoup de problèmes dans le monde si les leaders de l'industrie, les banquiers et les politiciens depuis 1971 se réunissent chaque année pour résoudre les problèmes du monde ?

 

N'est-il pas illogique qu'après 50 ans de rencontres entre les écologistes et les PDG des entreprises les plus polluantes, la nature se dégrade peu à peu au lieu de s'améliorer ? Ces critiques ont raison, c'est clair, quand on regarde les principaux partenaires qui représentent ensemble plus de la moitié du budget du WEF. Car il s'agit de BlackRock, de la fondation Open Society, de la fondation Bill et Melinda Gates et de nombreuses grandes entreprises, dont Vanguard et BlackRock possèdent les actions.

 

Le président et fondateur du WEF est Klaus Schwab, un professeur et homme d'affaires suisse. Dans son livre, The Great Reset, il décrit les projets de son organisation. Le coronavirus est, selon lui, une grande "opportunité" pour réinitialiser nos sociétés. Il l'appelle "Build Back Better". Ce slogan est désormais sur les lèvres de tous les politiciens mondialistes du monde.

 

Notre ancienne société doit passer à une nouvelle, dit Schwab. Les gens ne possèdent rien mais travaillent pour l'État afin que leurs besoins primaires soient satisfaits. Le WEF affirme que c'est nécessaire car la société de consommation que l'élite nous a imposée n'est plus viable. Schwab affirme dans son livre que nous ne reviendrons jamais à l'ancienne norme et le WEF a récemment publié une vidéo pour expliquer clairement que d'ici 2030, nous ne posséderons rien mais nous serons heureux.

 

LE GRAND RESET = LE NOUVEL ORDRE MONDIAL

 

Vous avez probablement entendu parler du Nouvel Ordre Mondial. Les médias veulent nous faire croire qu'il s'agit d'une théorie du complot, pourtant les dirigeants en parlent depuis des décennies. Pas seulement George Bush père, Bill Clinton et Nelson Mandela, mais aussi des « philanthropes » de renommée mondiale, comme Cecil Rhodes, David Rockefeller, Henry Kissinger et même George Soros.

 

L'ONU a présenté en 2015 son controversé Agenda 2030. Il est presque identique au Great Reset de Klaus Schwab. L'ONU veut s'assurer, tout comme Schwab, qu'en 2030, la pauvreté, la faim, la pollution et les maladies ne sévissent plus sur la Terre.

 

Cela semble bien, mais attendez de lire les petits caractères. Le plan prévoit que l'Agenda 2030 sera payé par nous, les citoyens. Tout comme ils nous demandent aujourd'hui de céder nos droits pour la santé publique, ils nous demanderont de céder nos richesses pour lutter contre la pauvreté. Il ne s'agit pas de théories du complot. C'est sur leur site officiel. Cela se résume à ceci : L'ONU veut que les impôts des pays occidentaux soient répartis entre les méga-corporations de l'élite pour créer une toute nouvelle société. Une nouvelle infrastructure, car les combustibles fossiles auront disparu en 2030.

 

Pour ce projet, l'ONU dit que nous avons besoin d'un gouvernement mondial, à savoir l'ONU elle-même.

 

L'ONU est d'accord avec Schwab pour dire qu'une pandémie est une chance en or d'accélérer la mise en œuvre de l'Agenda 2030.

 

Il est inquiétant que le WEF et l'ONU admettent ouvertement que les pandémies et autres catastrophes peuvent être utilisées pour remodeler la société. Nous ne devons pas penser à la légère à ce sujet et effectuer des recherches approfondies.

 

 

Source: https://www.lewrockwell.com/2021/04/bill-sardi/who-runs-the-world-blackrock-and-vanguard/

 

Traduit de l’américain par Le Rouge et le Blanc avec DeepL.

 

 

LIENS

 

 

L'Agenda 2030 (version française)

https://www.agenda-2030.fr/agenda-2030/

 

Council for Inclusive Capitalism with the Vatican

 

https://www.inclusivecapitalism.com

 

BUILD BACK BETTER ("Mieux reconstruire") (The White House / USA)


https://www.whitehouse.gov/build-back-better/

 

 

Capture d'écran de la vidéo du site: https://www.inclusivecapitalism.com

Capture d'écran de la vidéo du site: https://www.inclusivecapitalism.com

Capture d'écran de la vidéo du site: https://www.inclusivecapitalism.com

Capture d'écran de la vidéo du site: https://www.inclusivecapitalism.com

Capture d'écran du site de la Maison Blanche (USA/Administration Biden): https://www.whitehouse.gov/build-back-better/

Capture d'écran du site de la Maison Blanche (USA/Administration Biden): https://www.whitehouse.gov/build-back-better/

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 > >>