Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Rouge et Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Leonid Ivashov. "L'humanité. Guerres mondiales et pandémies"

2 Octobre 2022 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk, #Guerre, #Général Leonid Ivashov, #Politique, #Russie

Leonid Ivashov. "L'humanité. Guerres mondiales et pandémies"

Leonid Ivashov. "L'humanité. Guerres mondiales et pandémies"

19 janvier 2022, 7 h 08.

Leonid Ivashov. L'humanité. Guerres mondiales et pandémies. - Moscou : Book World, 2020. - 544 p.

Plus l'ère de la bipolarité mondiale avance dans l'histoire, plus la tragédie de la destruction de la puissance soviétique et du système socialiste mondial est ressentie de manière aiguë et profonde. Ce n'est pas seulement un État puissant, l'un des centres de la construction mondiale du XXe siècle, qui a disparu de la carte politique du monde, mais aussi l'ancienne humanité avec son sens de la vie, son but et ses priorités de développement, les piliers de soutien de l'ordre mondial. L'essence et le rôle des sujets du processus politique mondial et les forces motrices du développement de la communauté humaine ont changé, la diversité des formes de développement et la compétitivité des systèmes sociaux des projets géopolitiques eurasien et atlantique ont fortement diminué. Le sujet principal du processus global est devenu le grand capital de nature transnationale. La notion même de "développement" a également changé de sens essentiel ; on peut plutôt parler de la dégradation de l'ancien modèle du monde et de l'humanité en général. Le principe de justice dans les relations internationales a été démantelé ; le principe de non-ingérence dans les affaires intérieures des États, qui a été lancé et établi dans la Charte des Nations unies, a été détruit ; l'utilisation du pouvoir militaire et du "soft power" est devenue omniprésente. Pourquoi l'humanité en est-elle arrivée à une telle conclusion et qu'est-ce qui attend le monde ? Le colonel général Ivashov, président de l'Académie des problèmes géopolitiques, docteur en histoire, en parle dans son nouveau livre.

Traduit par Le Rouge et le Blanc avec www.DeepL.com/Translator

Leonid Ivashov. "L'humanité. Guerres mondiales et pandémies"
Lire la suite

Leonid Ivashov : "Voronezh", en Extrême-Orient, suivra l'ensemble de l'Alaska et du Japon en même temps (17 août 2022)

2 Octobre 2022 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Général Leonid Ivashov, #Russie, #Guerre

Leonid Ivashov : "Voronezh", en Extrême-Orient, suivra l'ensemble de l'Alaska et du Japon en même temps (17 août 2022)

Leonid Ivashov : "Voronezh", en Extrême-Orient, suivra l'ensemble de l'Alaska et du Japon en même temps.

17 août 2022, 9h40.

Les forces spatiales militaires russes recevront bientôt pas moins de deux stations radar d'alerte aux missiles supplémentaires à Voronezh. La construction bat son plein, tant dans le sud que dans le nord. L'Extrême-Orient est pratiquement une nouvelle zone de contrôle de l'horizon, car Voronezh est une station radar à longue portée sur l'horizon.

Les stations de ce type constituent l'échelon terrestre du système russe d'alerte précoce. Ils recueillent des informations sur les lancements de missiles et les objets spatiaux. Avec leur aide, il est possible de suivre les attaques de missiles sur le territoire russe. Les stations créent un "champ radar solide autour de notre pays pour suivre les cibles balistiques", a déclaré le concepteur général du système d'alerte aux missiles, Sergei Boev, cité par l'agence de presse RBC, lors du forum Armée-2022.

Le colonel général Leonid Ivashov, président de l'Académie des problèmes géopolitiques, affirme que les stations de détection des cibles volantes constituent un puissant bouclier de défense :

- "Mais le principe de fonctionnement de tout localisateur est un 'pétale', ce qui signifie qu'il n'y a pas de zones visibles où un objet volant ne peut être détecté. C'est pour cela qu'on les plaçait en haut des montagnes pour qu'ils puissent couvrir toute la surface. Mais c'était assez difficile.

- De plus, les radars terrestres ont des satellites en orbite ?

- C'est ainsi que se construit une défense en échelon : courte portée, moyenne portée et longue portée. En général, de nombreux facteurs entrent en jeu. Mais même un élément étonnant, nouvellement inventé, ne peut jouer un rôle décisif dans le système de défense et de sécurité. Toutes les sphères doivent interagir efficacement.

Nous voyons alors à quoi mène le fait de se vanter de notre "sécurité totale". Elle dissipe également la population, et nous n'avons pas beaucoup de gens aujourd'hui. Mais au moins pour ceux qui le sont, ils disent que vous êtes "protégé de manière fiable".

Mais je suis maintenant en Crimée et ce matin, il y a eu un incendie dans le district de Dzhankoy, près du village de Maiskoye - de nouvelles explosions. Oui, c'est une zone frontalière avec des opérations spéciales. Mais nous voyons qu'à Sébastopol, le jour de la Marine, un drone a été envoyé depuis lequel un engin explosif a été largué. La sécurité absolue n'existe donc pas. Surtout maintenant que la technologie est très, très avancée.

- Quoi qu'il en soit, ce n'est pas comme il y a 15 ou 20 ans, lorsque les radars soviétiques étaient fermés dans les pays baltes et voulaient être fermés en Azerbaïdjan. Et puis il y avait la station radar de Mukachevo, pour laquelle la Russie a payé un million de dollars par an de loyer dans la phase finale, mais cela n'a pas aidé non plus. La station était même entretenue par du personnel ukrainien.

- La station radar de Gabala, au nord de l'Azerbaïdjan, appartient à la puissante série Daryal, qui, si je me souviens bien, pouvait observer le ciel sur six mille kilomètres. Sur les montagnes d'Aragats, en Arménie voisine, une autre station s'intéressait aux niveaux inférieurs. Et puis il y avait des stations radar qui surveillaient les cibles possibles.

Et malgré tout cela, nous nous rappelons comment Matthias Rust a pris l'avion en 1987 et a atterri sur la Place Rouge. Vous ne pouvez pas fixer des objectifs irréalistes en disant : "Nous avons une vue claire de tout !". Et avec cette rouille - il y a eu une opération spéciale brillante et réussie par les agences de renseignement occidentales. Lors de ce vol, on pouvait ressentir une bonne connaissance de nos champs radar et de leurs caractéristiques. Le pilote a donc volé entre eux comme s'il volait entre les jets de pluie.

Lorsque l'Union soviétique et son système de défense se sont effondrés dans les années 90, nous n'avions aucune visibilité du ciel. Nous n'avons pas du tout quitté le Nord. Nous pensions que "paix, amitié", que "nous sommes aussi des capitalistes maintenant, donc les autres capitalistes ne vont pas nous attaquer". Donc on a tout gâché.

À la fin des années 1980, j'étais à la tête du ministère de la défense soviétique, puis au début des années 1990, j'étais secrétaire du Conseil des ministres de la défense de la CEI. Nous préparions des documents qui proposaient de fixer un objectif précis : si vous voulez que l'ensemble de la vaste Union soviétique soit visible à toutes les hauteurs, de bas en haut, vous devez déployer autant de stations. Il faudrait tellement de plantes, et tellement d'argent. Les montants impliqués étaient fous.

Ensuite, nous avons été confrontés à la tâche de couvrir les directions dangereuses pour l'aviation ennemie - seulement les directions particulièrement dangereuses.

Puis vint Gorbatchev avec sa "nouvelle pensée politique". J'ai tout entendu de sa bouche au Conseil de la Défense. Nous détruisions et réduisions tout, cédant aux Américains des positions sur les missiles à courte et moyenne portée dans le cadre du traité START-1. Gorbatchev n'a pas apprécié : "Pourquoi comptez-vous les coefficients à ma place ! Le fer est le fer, dit-on. En conséquence, 1 846 des complexes les plus récents ont été coupés, tandis que les Américains n'ont coupé que 800 de leurs anciens complexes.

L'objectif politique doit être clairement défini. Elle est transformée en stratégie pour assurer cette tâche, des fonds sont alloués qui ne sont pas pillés, et un contrôle supplémentaire est exercé par l'état-major général. C'est ainsi que le système fonctionne.

Un seul missile, même s'il est très bon, ne fait pas une grande différence. Par exemple, le célèbre missile "Dagger". Dans l'opération spéciale, d'après mes informations, ils n'ont été utilisés que trois fois. Il y a des missiles, mais il n'y avait pas d'avion porteur. Dieu merci, ils ont converti les MiG-31 et les Tu-22.

- Mais maintenant, il semble que les fonds soient apparus. Ils ont donc commencé à construire des radars en Extrême-Orient, au-dessus du cercle polaire, afin de ne pas survoler le pôle Nord.

- Nous avons de vastes étendues. Lorsque vous parlez à des officiers expérimentés de nos systèmes de défense aérienne S-300 et S-400 d'une portée de 350 et 400 kilomètres, une question surgit dans leurs conversations : combien d'entre eux devraient être déployés pour couvrir tous les périmètres du pays ? Il existe donc des directions dangereuses pour les missiles, pour l'aviation et même pour les chars...

Jusqu'à présent, les stations de Voronezh sont en service principalement à l'ouest, dans la partie européenne du pays : dans les oblasts de Kaliningrad, Leningrad et Mourmansk, en Crimée, dans la République des Komis, dans l'oblast d'Orenbourg et dans le kraï de Krasnodar. Et au-delà de l'Oural, dans les régions de l'Altaï, de Krasnoïarsk et d'Irkoutsk, les habitants les appellent généralement "objet untel" ou "v/hr untel". Ils sont développés par le RTI Systems Concern.

Aujourd'hui, les "Voronezhs" vont finalement apparaître en Extrême-Orient aussi, puisqu'ils pourraient venir d'Alaska. Plus le Japon, à partir de plusieurs bases militaires, quelque chose peut arriver. Les États-Unis peuvent obliger le pays du Soleil levant à mener des actions agressives contre la Russie, comme cela s'est déjà produit avec la "Nezalezhnaya". Une sorte d'action préventive est donc nécessaire.

Il y a déjà dix stations, il y en aura une onzième et une douzième. La famille des stations radar stationnaires russes à longue portée et au-dessus de l'horizon est conçue pour détecter les objets spatiaux et aérodynamiques, y compris les missiles balistiques et de croisière.

Ils fonctionnent dans les gammes de longueurs d'onde du mètre, du décimètre et du centimètre. Les grandes longueurs d'onde offrent une grande portée de détection des objets dangereux, tandis que les courtes longueurs d'onde permettent une détection plus précise des cibles.

Traduit par Le Rouge et le Blanc avec www.DeepL.com/Translator

Source: Club d'Izborsk

https://izborsk-club.ru/23185

Lire la suite

Identité numérique pour les Européens : la porte ouverte à un «crédit social» "climatiquement correct" dans l’UE ?

1 Octobre 2022 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Opération "réchauffement climatique", #Crédit social, #Union Européenne

Source : francais.re.com – 24 janvier 2022 – Frédéric Aigouy

https://francais.rt.com/international/95079-identite-numerique-pour-europeens-porte-ouverte-credit-social-ue

Alors que la Commission avance sur la mise en place d’une identité et d’un portefeuille numérique, l’eurodéputé Cristian Terhes s’inquiète d’une possible dérive dans le cadre du projet de l’UE de réduire son empreinte carbone de 55% d’ici 2030. Les citoyens européens seront-ils un jour sanctionnés pour avoir dépassé un hypothétique «quota carbone» ? Jusqu’ici, c’est un simple cauchemar dystopique réservé aux romans d’anticipation. Pourtant, cette idée pourrait bien devenir une réalité tangible à moyen terme sur le Vieux continent, à en croire l’eurodéputé roumain Cristian Theres. Selon ce membre du groupe des conservateurs et réformistes européens, qui suit de près les travaux de l’UE sur la mise en place d’une identité numérique européenne couplée à un «portefeuille numérique» – dans lequel seront notamment stockées les informations bancaires – le danger d’une dérive vers un système de crédit social tel qu’il existe en Chine serait grand. D’après Cristian Terhes, la mise en place du certificat Covid aurait en effet ouvert la boîte de Pandore, donnant un cadre à ce futur projet. «Vous ne pouvez pas [instaurer un crédit social] du jour au lendemain. Si vous le faisiez, l’Europe entière serait dans la rue. Ils le font par segments. Ce certificat vert a créé le système, la technologie et le cadre. C’est le premier pas. Le second pas, c’est le portefeuille européen, et l’identité numérique digitale. Cela suit le même modèle qu’en Chine. Ils veulent attribuer un lien alphanumérique à chaque citoyen de l’UE, que ces derniers garderont toute leur vie et qui sera leur identification unique», explique ainsi l’eurodéputé dans une interview accordée au média suédois News Voice le 22 janvier. Cristian Terhes member of The European Parliament “The European Green Pass / vaccine passports and the incoming European Digital Identity (EID) will lead towards a European social credit system, and it will be tied to carbon taxes.” – part 1 pic.twitter.com/dA1joM2VJM— Wittgenstein (@backtolife_2019) January 22, 2022 «Et aujourd’hui, ils parlent de combattre le changement climatique par exemple. D’ici 2030, ils veulent réduire leur empreinte carbone de 55%. Leur seule manière de faire ça, c’est de rationaliser tout ce que font et consomment [les citoyens de l’UE]», affirme-t-il, notant qu’à l’avenir dans beaucoup de pays d’Europe occidentale l’empreinte carbone des produits que l’on achète sera indiquée. «Pourquoi est-ce que vous croyez que c’est mis en place ? Vous allez acheter quelque chose, vous avez votre portefeuille numérique sur votre téléphone, vous êtes liés à votre identification numérique, et vous allez acheter, disons 5 kgs de viande, de bœuf disons. Le bœuf produit tant de carbone, et vous excédez votre quota. Voilà la direction. Vous voyez beaucoup de rapports là-dessus, des rapports officiels de la Commission, du Parlement. C’est la direction. C’est la raison pour laquelle nous devons comprendre le combat, et faire en sorte de le stopper avant qu’il ne soit trop tard», prévient l’eurodéputé. McKinsey : «La réussite de la décarbonisation dépend de l’adoption par les dirigeants du secteur public de cadres réglementaires suffisamment ambitieux» Si le discours semble pour le moins alarmiste, il n’en demeure pas moins que le projet d’identité numérique européenne est en bonne voie. «La Commission proposera une identité électronique européenne sécurisée. Une identité fiable, que tout citoyen pourra utiliser partout en Europe pour n’importe quel usage, comme payer ses impôts ou louer un vélo», expliquait ainsi la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen dans son discours sur l’état de l’Union, le 16 septembre 2020. Lire aussi L’eurodéputé Cristian Terhes lors de la conférence de presse consacrée à la politique vaccinale de l’UE Un eurodéputé dénonce le manque de transparence dans la politique vaccinale de l’Union européenne Cette identité numérique sera – pour l’heure – «accessible à ceux qui le souhaitent» et vise d’une part selon la Commission à avoir un meilleur contrôle de ses données personnelles, et d’autre part à «faciliter la vie des citoyens et des entreprises», par exemple dans le cadre de la demande d’un prêt. Rien ne dit donc que ce projet sera un jour lié, par exemple, à l’objectif de réduction des émissions carbone de l’UE. Mais les inquiétudes de Cristian Terhes sur une potentielle dérive en ce sens ne semblent toutefois pas complètement infondées. Car dans l’ombre, des technocrates sont déjà à l’œuvre. En témoigne un rapport livré à l’Union européenne par l’influent cabinet de conseil McKinsey, le 3 décembre dernier. Pour parvenir à l’objectif de réduction des émissions de carbone que s’est fixée l’UE, McKinsey estime en effet nécessaire de faire «évoluer les normes sociales et les attentes des consommateurs et des investisseurs vers le zéro carbone comme nouvelle norme». Avec une recommandation ambigüe à l’attention des décideurs politiques : «Créer des cadres politiques et des environnements réglementaires sûrs et stables. La réussite de la décarbonisation dépend de l’adoption par les dirigeants du secteur public de cadres réglementaires suffisamment ambitieux pour atteindre les objectifs de réduction des émissions plutôt que des politiques incrémentielles.» Tout est dans ce que l’on entend par «ambitieux»… «Cela permettrait de fournir des signaux stables en matière de planification et d’investissement, susceptibles d’encourager les technologies et les modèles économiques à faible émission de carbone», conclut Mc Kinsey dans son rapport. Or à écouter l’intervention d’Ursula von der Leyen au forum de Davos le 20 janvier dernier, il semblerait que ce conseil ne soit pas tombé dans l’oreille d’une sourde. «Nous avons désormais la première directive européenne sur l’environnement. Cela signifie que nos objectifs climatiques ne sont plus qu’une “ambition” mais sont une obligation légale. Nous avons proposé un cadre juridique détaillé, qui garantit que nous réduisions nos émission de CO2 de 55% d’ici 2030», a-t-elle tout d’abord rappelé lors de son échange avec Klaus Schwab, soulignant l’importance de la «confiance» pour «embrasser la transition verte et digitale». «C’est notre feuille de route pour la prochaine décennie, inscrite dans la loi. Cela donne confiance aux entreprises, qui savent que si elles investissent dans des projets climatiques, (…) les décideurs publics garderont cette trajectoire», a-t-elle ajouté, sans préciser ce qu’impliquait exactement le maintien de ce cap. De là à conclure que la Commission préparerait un «quota carbone» pour les citoyens européens, il y a certes un monde. Mais comme le confiait de manière plus générale Cristian Terhes en conférence de presse à Bruxelles le 26 novembre dernier, mieux vaut prévenir que guérir : «Quand le certificat vert a été mis en place, le commissaire a établi un seul rapport, disant que c’était pour faciliter la liberté de mouvement et c’est tout. […] Regardez où nous en sommes aujourd’hui. J’invite tous les journalistes d’Europe et du monde à venir voir ce qu’il se passe ici. Parce que nous ne devrions pas permettre cela. Nous ne devrions pas oublier que l’UE a été créé en opposition totale à l’Union soviétique.»

Source n°2 et remerciements par la même occasion à Strategika:

https://strategika.fr/2022/01/28/identite-numerique-pour-les-europeens-la-porte-ouverte-a-un-credit-social-dans-lue/

L'UE est le laboratoire du mondialisme. L'arnaque du "réchauffement climatique", inventée par l'escroc et homme politique et d'affaires Al Gore le bien nommé en est l'idéologie. Cette arnaque d'envergure planétaire est servie par une armée de politichiens, de journalistes et de "scientifiques" officiels stipendiés et égoïstes qui ne cherchent pas la vérité mais l'argent. Il y a derrière eux le troupeau innombrable des moutons crédules qui ne pensent pas et ne savent pas (peut-on leur en faire le reproche ? je ne crois pas, car je pense comme Rivarol que "le peuple étant toujours enfant, le souverain doit toujours être père").

Le monde infernal qu'ils nous préparent est représenté sur le plafond de la coupole du siège de l'ONU. Quand on met l'image à l'envers, c'est la Terre future que l'on voit, telle qu'ils l'imaginent.

Ce que l'on ne voit pas évidemment sur cette horreur maçonnique, sans jeu de mots, c'est Kalki, monté sur son  cheval blanc Devadatta qui viendront rétablir la justice, l'ordre, l'amour et la beauté à la fin du Kali-Yuga ou Âge de Fer (3/4 de mauvais, 1/4 de bons parmi les hommes) dans lequel nous sommes. Une eschatologie évoquée dans l'Apocalypse de St-Jean et représentée sur la tapisserie de l'Apocalypse à Angers, je le signale pour les chrétiens. Le bien le plus précieux que nous ayons, c'est l'Espoir, celui qui était resté dans la boîte de Pandore (Pan-Dora). L'espoir dans le retour de l'Âge d'Or, à la fin  de ce cycle auquel nous ne pouvons pas échapper. Espoir, force, paix et sourire.

Pierre-Olivier Combelles

Coupole du siège de l'ONU. Image mise à l'envers.

Coupole du siège de l'ONU. Image mise à l'envers.

Kalki et son  cheval blanc Devadatta, qui mettront fin au Kali-Yuga ou Âge de Fer.

Kalki et son cheval blanc Devadatta, qui mettront fin au Kali-Yuga ou Âge de Fer.

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6