Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Rouge et Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

L'homme de la taïga (Baïkov)

14 Novembre 2011 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

 

Victor Piak, a Forest Nenets reindeer herder. Purovsky Region, Yamal, Western Siberia, Russia 

Source: http://www.arcticphoto.co.uk/supergal/ry/ry09/ry0902-41.htm

 

"Cette vie solitaire, en des lieux si sauvages, a créé un type d'homme très particulier. Le trappeur d'Extrême-Orient est un homme physiquement solide et moralement sain, aguerri par une lutte pénible contre une nature primitive. Un grossier matérialisme s'unit en lui avec un amour puissant de la taïga, et le fatalisme avec le rêve. Il est sans crainte devant la vie et sans crainte devant la mort. Par son contact intime et permanent avec la nature, il est devenu poète, mystique et philosophe, participant à la fois de la nature du sauvage et de celle du penseur."

Nicolas Baïkov. Les bêtes sauvages de la Mandchourie.. Traduit du russe par Gustave Welter. Payot, Paris, 1939.

Forest tundra near Gornoknyazevsk with larch trees in autumn colour. Yamal, Western Siberia, Russia 

Source: http://www.arcticphoto.co.uk/supergal/ry/ry09/ry0950-86.htm

 

Ngamteydu (flowering hill) is a sacred site of the Forest Nenets of the Purovsky region of the Yamal.

(Western Siberia, Russia). Source: http://www.arcticphoto.co.uk/supergal/ry/ry09/ry0901-02.htm

 

La tyrannie russe

" L'auteur de ces lignes a vu, à l'embouchure du Tym, des traces de tout un groupe d'antres souterrains. C'est là que se cachaient les Samoyèdes-Ostiaks, après la conquête russe, pour y rester dissimulés, afin d'échapper à l'impôt ou à l'obligation de fournir des relais ou à d'autres servitudes analogues dont on les accablait sûrement sur une grande échelle.

Mais des guerres sauvages ne furent pas seules à entretenir chez les indigènes la haine des Russes et de tout ce qui était russe. Autrement, on ne pourrait pas comprendre que cette haine ait persisté et soit aussi forte qu'elle est encore. Il est fort probable que les tentatives passionnées de conversion et la destruction des dieux samoyèdes et des lieux saints de sacrifice ont contribué à maintenir ce fort mécontentement et cette haine. Mais de plus, la coutume des marchands russes sans scrupules d'arracher aux indigènes tout ce qu'ils ont et de les traiter comme des esclaves y est aussi pour quelque chose depuis plus de trois siècles jusqu'à nos jours."

Kai Donner, La Sibérie. Taduit du finnois par Léon Froman. NRF Gallimard, Paris, 1946. Chapitre: "Lorsque les Russes conquirent la Sibérie" (pp. 152-153).

Après ses voyages et ses recherches parmi les Samoyèdes de Sibérie, Kai Donner lutta pour l'indépendance de sa patrie, la Finlande, contre les Russes: link

Fichier:Surikov Pokoreniye Sibiri Yermakom.jpg

La conquête de la Sibérie par Yermak. Huile sur toile par Vassili Sourikov (1895). Musée russe (Saint Petersbourg)

Les Russes (à gauche) fusillent sans pitié avec leurs armes à feu, au nom du Christ dont les bannières flottent au-dessus, les indigènes qui se défendent avec des arcs et des flèches. 

Impact of climate change on Nenet tribespeople of Siberia


One of the world's last great wildernesses, the Yamal peninsula in Arctic Russia is under heavy strain from global warming. Scientists say there is unmistakable evidence that Yamal's ancient permafrost is melting, which could catastrophically release billions of tonnes of carbon dioxide and the potent greenhouse gas methane, which were previously trapped in frozen soil. The survival of the indigenous Nenets people is under grave threat as they contend with a tundra made increasingly unpredictable by the changing climate

The Guardian (UK): link

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :