Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Eloge du Pin cembro ou Arolle (Pinus cembra) par Kai Donner

17 Décembre 2010 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

«Transportons-nous maintenant du refuge extrême des tribus samoièdes poussées peu à peu du sud, vers la zone forestière sombre et en partie presque impénétrable. A l'extrême nord, où il y a de la forêt dans les toundras ou au bord des rivières isolées, pousse le sapin sibérien dans le voisinage des forêts de saules et des minuscules bouleaux nains. Ces bois de sapins feuillus sont souvent détruits – desséchés- quand la terre marécageuse de la toundra parvient jusqu'à la racine des arbres. Quand les arbres sont morts, ils sont employés comme combustible par les estivants de la toundra, dont ces confins sont le véritable habitat. Ce n'est qu'au sud du sapin feuillu qu'apparaissent des bois de pins analogues et quand enfin on arrive dans la grande forêt vierge, viennent en outre le sapin et le bouleau et le pin cembra ou cèdre de Sibérie, qui donne à la forêt vierge, à la taïga, son cachet particulier. Avec ses longues aiguilles et ses branches exubérantes le pin cembra rend la forêt imposante et majestueuse. Ses énormes pommes pleines de sève – on appelle aussi le cembra « pin à pain » - fournissent une nourriture abondante aux écureuils et aux ours et à d'autres animaux et une bonne source de revenu aussi aux chasseurs de fourrures et aux autres qui font la cueillette de ces pommes de pin. Les indigènes connaissent aussi l'art de faire avec ce fruit une sorte de beurre végétal, pais il ne leur sert que d'offrande aux dieux et ils ne le consomment pas eux-mêmes. Les Russes cependant emploient ce beurre, mais la majeure partie de la récolte est mâchée par les indigènes – et peut être même aussi par les Russes de Sibérie – de la même manière que les Russes de l'ouest de l'Oural mangent des graines de tournesol. C'est le fait de briser et de mâcher ces noix qu'on appelle « conversation sibérienne » : on se tait en mangeant le fruit succulent. Vu sa valeur directe et indirecte, on n'abat le cembra que très rarement. C'est pourquoi l'on voit dans les régions à peuplement dense (par rapport à la Sibérie !), de magnifiques fourrés et des bois séculaires de ces beaux arbres, alors que les autres forêts sont en revanche souvent follement détruites. De même que le sapin feuillu, dans le nord, est à l'avant-garde extrême de la toundra, de même il pénètre aussi très loin dans les montagnes, jusqu'à la limite des neiges éternelles et loin dans la steppe. Les montagnes plus basses et les collines sont en revanche souvent couvertes de cembra. Là où la forêt est le plus florissante et belle, outre les pentes de montagnes, c'est sur les mamelons et les landes qui sont au bord des plus petites comme des plus grandes rivières. Là où la terre est le plus mal irriguée, ou exposée sur une plus grande échelle aux inondations de printemps, il y a des marais à perte de vue. Des saules, des bouleaux nains et de petits pins y remplacent la forêt. - Les grandes régions forestières sont en outre désertes. Elles sont ravagées par le feu et les arbres s'y dressent ou gisent là, morts et secs. Pas une plante ne pousse là et aucun animal ne vit dans ces forêts en ruines. On peut dire de ces régions forestières-là ce qui a été dit de la toundra. »

Kai Donner. La Sibérie. La vie en Sibérie – Les temps anciens. Traduit du finnnois par Léon Froman. NRF Gallimard, Paris, 1946.

 

Biographie résumée de Kai Donner sur Wikipedia (en anglais): https://en.wikipedia.org/wiki/Kai_Donner

H. Vedel, J. Lange, G. Luzu. Arbres et arbustes de nos forêts et de nos jardins.  Illustrations de Ebbe Sunesen et Preben Dahlstrøm. Nathan, Paris. Collection et photo: Pierre-Olivier Combelles.

H. Vedel, J. Lange, G. Luzu. Arbres et arbustes de nos forêts et de nos jardins.  Illustrations de Ebbe Sunesen et Preben Dahlstrøm. Nathan, Paris. Collection et photo: Pierre-Olivier Combelles.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :