Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Rouge et Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Emil Dzhumabaev, Farhad Tursunov, Marat Amankulov : A propos de nos tâches (Club d'Izborsk, 29 août 2020)

29 Août 2020 , Rédigé par POC Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Politique, #Russie

Emil Dzhumabaev, Farhad Tursunov, Marat Amankulov : A propos de nos tâches (Club d'Izborsk, 29 août 2020)

Emil Dzhumabaev, Farhad Tursunov, Marat Amankulov : A propos de nos tâches

 

29 août 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19836

 

 

 

La chose la plus difficile dans nos conditions est de dire la vérité. Ne mentez pas. Presque 30 ans de notre indépendance, nous entendons des mensonges et des stupidités. Parfois, il semble que cela ne finira pas, que c'est notre réalité. Mais un jour, nous devons essayer de briser le cercle magique, de changer les règles du jeu, de mettre fin aux absurdités. Un jour, il faut commencer à dire la vérité ou ce qui est réel.

 

Chaque génération prend vie avec un sens de la mission, du devoir et du malheur pour la société où ces énergies pures sont jetées dans la boue. La dégradation, c'est avant tout l'oubli du sens. Le début de la reprise sera donc déterminant pour l'ordre.

 

Qu'est-ce que l'ordre ? D'où vient l'idée d'ordre ? L'"ordre" est ce qui semble juste, normal, harmonieux pour une personne, une société, un peuple, une culture, un état, une confession. Ainsi, l'ordre naît d'une image du monde, de valeurs. Par conséquent, les notions d'"ordre" sont différentes pour les différents peuples et civilisations. Et avant de construire, de créer, il faut se comprendre et se connaître. Il est possible d'emprunter "l'ordre de l'autre", mais celui qui l'a fait n'aura aucune utilité.

 

Une personne ou un État va vivre sous des formes étrangères, parfois hostiles, va jouer selon des règles étrangères (et donc perdre), va s'enfoncer de plus en plus dans l'absurdité et le désespoir.

 

Cela signifie que vous avez besoin de votre propre ordre.

 

Et si ce n'est pas le cas ? La matière, le sol, la substance sont toujours là (sinon la vie d'une ou plusieurs personnes données serait impossible), mais il peut ne pas y avoir d'ordre, de forme, de sens conscient. La politique est la création de personnes, c'est l'expression d'idéaux dans des formes d'État.

 

Cela signifie que l'activité politique doit se poursuivre et se fonder sur l'image du monde, sur les valeurs nationales - civilisationnelles et sur l'expérience historique.

 

Il s'agit seulement d'un véritable intérêt d'État.

 

Les Kirghizes sont le peuple qui a toujours vécu en Eurasie. Même les délocalisations kirghizes ont eu lieu dans une zone naturelle et historique (Yenisei - Altaï - Tien Shan / Ala-Too).

 

Il existe un concept géographique d'Eurasie incluant l'Europe et l'Asie, le "vieux monde" de l'Atlantique au Pacifique. Et il existe un concept historique et civilisationnel d'"Eurasie", qui coïncide généralement avec les frontières de l'ancien Empire russe et de l'Union soviétique. Cet espace a été "créé" par les nomades d'Asie centrale qui, par leurs campagnes et leurs conquêtes, ont favorisé l'intégration de l'Eurasie. Les peuples nomades ont tenté à maintes reprises de rassembler l'Eurasie. Les Kirghizes qui ont créé le kaganat kirghize au IXe siècle ont également eu leur propre tentative. Les tentatives les plus grandioses d'unir l'Eurasie ont été la puissance Hunnu, le Grand El turc, l'empire mongol de Gengis Khan et la Rus-Russie de Moscou, issue de la Horde d'or. L'Empire russe est devenu une plateforme d'avant-garde et une Union soviétique unique. Les Kirghizes faisaient partie de toutes ces associations d'État.

 

Des observateurs extérieurs ont noté depuis l'Antiquité la différence de cet espace par rapport aux autres civilisations et la similitude des valeurs spirituelles des peuples qui l'habitent.

 

Et maintenant, même empiriquement, on remarque la proximité des peuples de l'ex-Union soviétique et leur différence marquée avec l'Europe occidentale, l'Extrême-Orient (Chine), le Sud musulman (Arabes, Perses, Afghans) et l'Inde. L'Eurasie est une civilisation distincte, un super-ethnos, un système mondial.

 

Si l'on ne veut pas "brouiller les pistes", les peuples d'Eurasie peuvent résoudre les questions et les défis émergents sans problème particulier. Le problème, cependant, est que l'"eau" est juste - donc très délibérément mutée. Un très grand nombre de forces internes et externes ne sont pas intéressées et ont peur de l'unification, de l'intégration, de la coopération et de l'amitié des peuples eurasiens. Nous avons peur de perdre notre identité, notre culture, notre langue, notre souveraineté, notre territoire, les "ambitions impériales" de la Russie, la "renaissance" de l'URSS, etc. Examinons cette question de plus près.

 

Nous avons déjà vécu 29 ans (depuis 1991) sous la souveraineté du Kirghizstan. Il s'agit d'une période historique plus que suffisante pour l'analyse, la comparaison et l'étude.

 

Nous nous y fierons, car il est très difficile de se laisser tromper ici, tout ce qui est sous nos yeux est comme une vie de tous les jours. Posons-nous une question : lorsque le peuple kirghize vivait, existait-il le mieux ? Par "mieux", nous entendons des indicateurs objectifs, et non des évaluations émotionnelles, qui sont toujours subjectives. Lorsque le peuple kirghize s'est considérablement développé en tant que nation, le taux de natalité a dépassé le taux de mortalité, la nation est devenue plus saine, a acquis un solide niveau d'alphabétisation et d'éducation, a fait un saut culturel géant, est devenue, en fait, une seule nation ? Quand le Kirghizstan est devenu un pays industriel, un pays à l'agriculture développée, couvert de villes et de cités nouvelles, avec des routes, des universités, des hôpitaux, des écoles, des théâtres, des unités militaires, des clubs, et toute la masse d'infrastructures de l'État moderne du XXe siècle ? À quand remonte l'épanouissement de la culture, de la science et de l'art, lorsque les Kirghizes ont appris à connaître le grand monde et ont été transformés en tant que nation ? Quand le Kirghizistan a-t-il été créé en tant qu'État à l'intérieur de ses frontières actuelles ? Grâce à quoi le XXe siècle nous a-t-il été présenté ?

 

Nous pouvons continuer, mais arrêtons.

 

La réponse est plus qu'évidente. En tant que partie de l'Union soviétique, lorsque la RSS kirghize était l'une des 15 républiques de l'Union. Tout cela nous a été donné par la révolution d'octobre et le pouvoir soviétique. L'Union soviétique était l'apogée de toute l'association eurasienne, de toutes les tendances eurasiennes.

 

Elle est le résultat de la créativité historique de tous les peuples qui l'ont habitée. C'était notre pays, notre grande patrie. Je me demande ce que nous avons perdu en tant que Kirghizistan soviétique ? Tout a été acquis, revitalisé, multiplié et développé. Nous avons obtenu le statut d'État et un territoire clairement délimité, l'alphabet et la littérature écrite, la culture moderne en général, nous avons pu parler et réfléchir sur des choses et des thèmes complexes du monde subtil. Autrement dit, nous n'avons fait que renforcer et incroyablement développer notre identité.

 

Si nous comptons 29 ans depuis 1917, nous aurons l'année 1946. Nous devons nous rappeler comment étaient les Kirghizes avant la révolution d'octobre et ce qu'ils sont devenus en 1946. Et ces 29 premières années de l'histoire soviétique ont été incroyablement difficiles, tragiques et complexes. Révolution, guerre civile, intervention et boycott de l'Occident, famine, dévastation, construction socialiste avec manque et absence de personnel, argent, technologie, éducation, science, industrie, avec les intrigues des ennemis extérieurs et intérieurs, enfin la Seconde Guerre mondiale, qui est devenue pour nous la Grande Guerre Patriotique. La perte de 27 millions de personnes, le pays détruit jusqu'à la Volga, la famine de 1946, la pénurie et le manque de tout et encore les actions hostiles de l'Occident, dirigé par les États-Unis, qui ont planifié une agression contre notre récent allié avec des armes nucléaires, alors nous n'avons plus personne. Et malgré tous ces problèmes difficiles, le pays a été construit en 1946 de manière fondamentale. Depuis le milieu des années 60, après avoir surmonté les conséquences de la guerre, l'URSS n'a cessé de croître, de se développer, de s'enrichir, et la RSS kirghize est entrée dans son heure de gloire. Depuis 1991, 29 ans se sont également écoulés depuis la disparition de l'URSS... A cette époque, le Kirghizstan soviétique avait tout ce qui précède, tous les acquis de la modernisation soviétique. Et que voyons-nous aujourd'hui, qu'avons-nous vécu au cours de ces 29 années post-soviétiques ?

 

En bref, tout ce qui a été construit pendant la période soviétique est détruit, pillé, vendu et dégradé. La chose la plus importante et la plus terrible est que les gens sont dégradés ! Et nous avons peur de la "restauration de l'URSS" ?

 

Sommes-nous inquiets pour l'identité ?

 

Le capitalisme féodal sauvage détruit le pays, obligeant un million de Kirghizes à partir pour un pays étranger à la recherche de pain, tuant le reste de la population, et nous crions à l'"impérialisme" de la Russie !

 

Nous n'avons pas d'alternative à la nouvelle unification eurasienne, c'est le salut pour tous les peuples d'Eurasie. Une autre question est que tous les pays de l'ex-Union soviétique ont des groupes et des systèmes oligarchiques au pouvoir, qui règne depuis 1992 sous le nom de "capitalisme sauvage" : un mélange des pires caractéristiques de l'"économie souterraine" soviétique et des pratiques criminelles internationales.

 

Par conséquent, dans les relations au sein de la CEEA, l'intérêt privé domine alors que c'est l'union des oligarchies nationales, au lieu des peuples eurasiens. Un long travail est nécessaire pour transformer les structures d'intégration eurasienne déjà existantes.

 

Et nous passons ici à notre deuxième partie formatrice de sens : le socialisme démocratique. Pourquoi est-ce "démocratique" et non "juste" le socialisme ?

 

La définition soviétique classique du socialisme ressemble à "un système social et étatique, où la propriété privée sur les moyens de production est abolie et la propriété publique et collective est établie, les classes et les causes d'exploitation, qui donnent lieu à l'exploitation de l'homme par l'homme, sont éliminées. "Le but du socialisme est de satisfaire de plus en plus les besoins matériels et culturels croissants du peuple par le développement et l'amélioration continus de la production sociale" (extrait du programme du PCUS). Ces principes ont été à la base de la construction socialiste en URSS et dans les pays du socialisme.

 

Il y avait diverses caractéristiques "locales" comme le modèle "yougoslave", "chinois" ou "nord-coréen".

 

Aujourd'hui, alors que plus de 30 ans se sont écoulés depuis la disparition du camp socialiste, qu'il n'y a plus de Yougoslavie et d'Union soviétique sur la carte politique du monde et que le capitalisme d'État a été restauré en Chine, un retour au modèle soviétique de socialisme est impossible pour des raisons objectives.

 

Tout a changé, et surtout - la conscience des gens. En outre, le modèle soviétique de socialisme avait ses défauts et ses faiblesses qui ont conduit à l'effondrement du pays. Cependant, il n'existe pas de modèle parfait d'État et de société sur notre terre de péché. En même temps, nous considérons que le socialisme est le sommet des notions eurasiennes de vérité et de justice ; les idéaux du socialisme sont les idéaux de tous les peuples eurasiens. Il suffit de se souvenir au moins des contes et proverbes populaires - où est le "libéralisme" ? Par conséquent, la construction du nouveau socialisme reste un idéal de l'État eurasien.

 

Aujourd'hui, compte tenu de la situation réelle du Kirghizstan et du monde, il convient de qualifier ce nouveau socialisme de démocratique. Nous ne suivons pas les définitions occidentales du socialisme démocratique ou de la social-démocratie.

 

Nous, prenant ce terme, procédons de notre histoire, de nos valeurs et des circonstances (ainsi les bolcheviks, prenant le marxisme, ont créé en substance une nouvelle doctrine - le "léninisme"). Le socialisme démocratique englobe la meilleure expérience de la construction soviétique et les résultats de notre histoire récente, y compris les droits et libertés démocratiques. Nous ne renonçons pas aux choses utiles, quelles que soient les formes qu'elles prennent. Nous nous souvenons du sage pragmatisme de Deng Xiaoping, qui disait : "Quelle que soit la couleur du chat, noir ou blanc, il est important qu'il attrape des souris". Dans notre cas, l'essentiel est que le socialisme démocratique fonctionne au profit du Kirghizstan dans son ensemble, et non de groupes individuels.

 

Nous devons maintenant nous pencher sur la question des archives.

 

Tous les partis politiques du Kirghizstan promettent de "construire, augmenter, réduire, augmenter" et, d'une manière générale, la prospérité un mois après les élections. Nous les voyons remplir leurs promesses. Ce cirque existe depuis près de 30 ans. Elle a continué, entre autres, grâce à la dégradation culturelle et à l'appauvrissement économique de notre population. Nous ne voulons pas faire de promesses. Alors comment participer à des élections où l'on "promet" encore quelque chose ? La question la plus difficile, qui est directement liée à la vérité et au mensonge !

 

Nous considérons qu'il est immoral de promettre un mensonge délibéré à nos compatriotes.

 

Des slogans comme "Nous sommes pour un Kirghizistan riche, fort et prospère" ou "Vous vivrez bien l'année prochaine" devraient être jetés à la poubelle.

 

Les forces politiques qui utilisent de telles promesses n'ont jamais pensé au pays ou au peuple, mais ont seulement fait leur propre chose.

 

Nous aimerions nous adresser à nos compatriotes comme à des frères et sœurs, membres d'une famille appelée Kirghizistan. Notre situation est difficile et il semble qu'elle le sera encore plus. La question est celle de la survie fondamentale du peuple et du pays. Mais la survie ne consiste pas seulement à assurer l'existence physique. Si nous ne nous préoccupons pas de la survie de la culture et de la spiritualité, notre pays n'existera pas ! Nous devons survivre physiquement non pas en tant que population et territoire, mais en tant que nation et pays - un État.

 

Par conséquent, l'éducation et les soins de santé devraient être les domaines prioritaires du développement du Kirghizstan. L'accès des citoyens kirghizes à ces zones vitales devrait idéalement être gratuit.

 

L'État doit également apporter un soutien aux pauvres et aux personnes démunies (et c'est la majorité de la population kirghize), avec un niveau de subsistance minimum garanti, et empêcher que leurs citoyens ne sombrent dans la misère et la pauvreté. Cela peut se faire en distribuant les revenus des ressources minérales du Kirghizistan de manière équitable et régulière.

 

Idéalement, nous devrions également travailler sur la sécurité alimentaire au Kirghizstan.

 

Ce sont les orientations du développement du Kirghizistan. Ce ne sont pas des promesses de bonheur immédiat ; il s'agit d'une conversation sur - les adultes, sans illusions ni tromperie. C'est le minimum qui nous permettra de préserver et de poursuivre notre existence historique dans le monde moderne impitoyable. Nous ne pouvons le faire que sous le socialisme démocratique et le vecteur eurasiatique de notre développement. Bien sûr, si nous parlons de développement et non de simulation.

 

À l'avenir, nous devons abandonner l'ancien langage conceptuel. C'est-à-dire de la dépendance conceptuelle au système mondial (l'Occident), au centralisme économique, à la comparaison avec les autres en termes de PIB (produit intérieur brut), à l'attitude des consommateurs face à la vie.

 

Le Kirghizstan est un pays libre et développé ; c'est juste que nous regardons la mauvaise chose et que nous ne comprenons toujours pas notre pays. L'objectif principal de l'État est le développement humain.

 

L'être humain est un phénomène très complexe ; il n'est pas réduit à un "animal économique".

 

Nous aimerions que le Kirghizistan se développe hors de lui-même, qu'il ait son propre visage, sa propre voie. Chacun de nous trouvera alors sa place et la possibilité de vivre, de travailler et d'avoir des conditions de vie décentes.

 

La patrie est un destin et un chemin, pas un creux vers une étable.

 

Il y a beaucoup de travail à faire. Tout ne fait que commencer. Elle commence comme il se doit. De l'idée à la philosophie et à l'idéologie politiques, puis à la politique et à l'économie réelles. Tout est entier et holistique, tout fonctionne ensemble, simultanément, dans toutes les directions, à tous les niveaux. Le socialisme est un système qui vise, idéalement, au développement global de l'homme, à la libération de la lutte épuisante pour l'existence, de la peur du lendemain. C'est la libération des forces spirituelles, créatives, créatives de l'homme et leur orientation pour la transformation du monde. Par essence, le socialisme est un phénomène religieux. Mais il est au-dessus des cloisons et des formes confessionnelles. Elle va plus loin et plus profondément.

 

Non seulement le Kirghizistan et l'Eurasie, mais aussi le monde entier n'ont pas d'autre alternative. C'est un choix entre la vie et la mort, le sens et l'absurdité, la lumière et l'obscurité. Le slogan de la révolution cubaine "Le socialisme ou la mort" est plus que jamais d'actualité !

 

Allons-nous faire un choix ?

 

 

Marat Amankulov

Marat Askerovich Amankulov (né en 1970) - président de la commission des transports, des communications, de l'architecture et de la construction du Jogorku Kenesh de la République kirghize. Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Emil Dzhumabaev, Farhad Tursunov, Marat Amankulov : A propos de nos tâches (Club d'Izborsk, 29 août 2020)

Le Léopard des neiges

"Le dernier roman de Tchingiz Aïtmatov est sorti en France le lendemain même de sa mort. Le romancier plonge à nouveau dans les récits immémoriaux que se transmettent les tokmo-akyns, les bardes-prophètes des peuples kirghiz, pour dessiner une vaste parabole du destin de son peuple en croisant les destins d'un vieux léopard, chassé par sa horde, et d'un journaliste indépendant menacé par l'avènement des mafias et des affairistes."

 https://www.humanite.fr/node/395683

Le Léopard des neiges, de Tchinguiz Aïtmatov, traduit du russe par Pierre Frugier et Charlotte Yelnik, Le Temps des cerises, 300 pages, 20 euros.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :