Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

alexandre douguine

Alexandre Douguine : La neutralisation et ses limites (Club d'Izborsk, 4 mars 2021)

6 Mars 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Alexandre Douguine, #Club d'Izborsk (Russie), #Philosophie, #Politique, #Russie

Alexandre Douguine : La neutralisation et ses limites  (Club d'Izborsk, 4 mars 2021)

Alexandre Douguine : La neutralisation et ses limites

 

4 mars 2021

 

https://izborsk-club.ru/20745

 

 

La configuration du pouvoir dans la Russie moderne : le centralisme.

 

Du point de vue de la logique formelle, la configuration du pouvoir en Russie aujourd'hui est, dans l'ensemble, assez bonne. Il y a un leader fort et une structure de gouvernement centralisée bien organisée qui s'oppose à l'entropie, au séparatisme et à la désintégration. Il existe un contrôle complet établi par Poutine sur les principales industries stratégiques, formalisé soit légalement, soit sur la base d'accords intra-système qui sont strictement respectés. Personne aujourd'hui - contrairement aux années 1990 - ne rêverait de remettre cela en question et de contester le système lui-même.

 

Du point de vue de l'État au stade historique actuel, cette structure de pouvoir est optimale. Le niveau de centralisation et de concentration du pouvoir dans les mains du dirigeant est suffisant pour maintenir la souveraineté, et c'est déjà beaucoup. Bien sûr, on peut y trouver des failles et des excès importants si l'on veut, mais dans l'ensemble, à une certaine approximation et face à la nécessité de maintenir sa souveraineté, ils sont tous justifiés par la situation difficile dans laquelle se trouve la Russie.

 

Cela est particulièrement important si l'on considère que la situation était bien différente dans les années 1990 et au début des années 2000. Dans les années 1990, la Russie présentait l'équilibre suivant entre les principaux centres de décision et les forces motrices de la société

 

1. Les structures supranationales - mondialistes, occidentales - étaient au-dessus de l'État-nation dans leur importance, et il y avait, en fait, une gestion extérieure de la Russie par les conservateurs de l'Occident et les élites dirigeantes totalement loyales à l'Occident et au libéralisme.

 

2. Les gangs criminels contrôlaient presque entièrement les forces de l'ordre.

 

3. Les représentants de l'oligarchie contrôlaient l'appareil d'État et une bureaucratie totalement corrompue.

 

Bien qu'on l'ait appelé "démocratie", le peuple et la société n'ont pas eu leur mot à dire dans les processus. Tout a été décidé par l'Occident, les oligarques et - au niveau local - les clans criminels.

 

Au cours des 20 ans de règne de Poutine, ce modèle a été complètement détruit et mis sens dessus dessous. On peut maintenant l'affirmer :

 

1. La Russie mène une politique souveraine indépendante de l'Occident, qui est inscrite à la fois de jure dans la nouvelle version de la Constitution et existe de facto, en s'appuyant sur une capacité de pouvoir suffisante (souveraineté réelle - et pas seulement formelle.

 

2. Les clans criminels sont entièrement contrôlés par les structures de pouvoir et dépendent d'elles.

 

3. les oligarques ne peuvent pas gouverner directement et ouvertement la bureaucratie et sont privés de toute influence sur la politique.

 

L'impératif autoritaire

 

Le passage du modèle des années 1990 au modèle poutinien a été une grande réussite dans le renforcement de l'État. Et la gravité des problèmes accumulés à la fin des années 90 nous permet de parler du salut de la Russie face à une catastrophe imminente.

 

Pendant les 20 ans de règne de Poutine, un système monarchique autoritaire a été créé, en d'autres termes, une centralisation du pouvoir dans une seule main. Un tel système est optimal pour la Russie. Il est historiquement justifié, géopolitiquement non alternatif et résulte de la structure complexe des territoires, de la population et, par conséquent, d'un ensemble d'impératifs stratégiques défensifs.

 

Tous les systèmes idéologiques de l'histoire russe sont venus à ce système d'une manière ou d'une autre : les tsars, les communistes, les démocrates. Quels que soient les représentants de telle ou telle force politique au départ, ils en sont venus inévitablement à l'autoritarisme. La gouvernance autoritaire en général est inévitable dans le cas de grandes masses sociales, sous la forme d'empires. Tôt ou tard, il est question de centralisation du pouvoir et de la présence de verticales stratégiques, pénétrant dans tous les rayons du système étatique. Par conséquent, d'un point de vue formel, il me semble que la mission de Poutine a été accomplie et qu'un système centraliste a été créé.

 

Si l'on considère que le système soviétique a perdu son contrôle centralisateur à la fin de son existence et que, dans les années 90, l'effondrement de l'État battait son plein, les réformes de Poutine étaient nécessaires, inévitables et efficaces.

 

Un État sans idées, sans éthique et sans peuple

 

Mais il y a un autre aspect - plus subtil - de tout le problème du système étatique. Dans le cadre de la centralisation existante et compte tenu des succès obtenus dans l'accomplissement des tâches de renforcement de la Russie, le gouvernement lui-même manque totalement:

 

1. d’idée ;

 

2. de l'éthique ;

 

3. de la prise en compte de l'être et de la volonté du peuple (c'est-à-dire la justice sociale).

 

Malgré la valeur du pouvoir et de la souveraineté, les dirigeants modernes de la Russie négligent complètement le fait que l'État n'est pas une valeur intrinsèque, mais une sorte d'armure, qui enveloppe le cœur vivant du peuple. L'État est une expression terrestre de l'idée suprême. Elle doit être construite sur une base éthique et un vecteur moral.

 

Tout cela est complètement absent aujourd'hui. Alors que l'État est centralisé et mis sous une forme efficace, il est complètement dépourvu d'esprit, c'est-à-dire d'idées et de pensées. Le pouvoir ne pense pas et n'essaie même pas de penser. Tout est subordonné à l'efficacité pratique. Le pouvoir croit que s'il le fait, il n'est pas nécessaire de penser. Si elle existe, cela justifie à lui seul son existence. Le pouvoir devient donc, en un sens, en opposition à l'idée.

 

En outre, l'État russe moderne est totalement dépourvu de moralité. Il n'y a pas de vie culturelle réelle et profonde qui y circule. Il n'y a pas d'âme dans un tel état.

 

Le peuple en tant que concept, en tant que sujet de l'histoire est absent ; à la place, il est remplacé par "population", "contribuables", "emplois", etc.

 

Il s'avère qu'en fait, le Léviathan, une sorte de monstre de pouvoir de fer sans esprit, âme et éthique, a été créé.

 

Dans l'ensemble, nous devons être réalistes. En fait, ce n'est pas si mal, car lorsqu'il n'y a pas d'organisme fort et souverain, ni même de mécanisme, alors les gens deviennent facilement des victimes. Et puis l'âme subtile du peuple, l'esprit subtil ne peut pas non plus s'ouvrir librement, car le peuple lui-même devient esclave. Il ne faut donc pas négliger le Léviathan russe et le traiter avec légèreté. L'État est en tout cas une chose nécessaire.

 

Il devient alors clair pourquoi l'Empire est si important dans la compréhension des Russes, pourquoi il fait partie de nos plus hautes valeurs.

 

Mais d'un autre côté, rien n'empêche aujourd'hui nos autorités de s'occuper des choses fondamentales - l'idée, l'éthique et les gens. De plus, le manque d'attention à leur égard génère un nombre énorme d'excès et crée les conditions préalables à la vulnérabilité de ce système centraliste, en général, pas mal construit. Ce que nous constatons aujourd'hui, c'est une stupidité impénétrable, une corruption rampante et un sens zéro de la justice sociale de la part des autorités, tous ces éléments créant des menaces internes croissantes pour la société. Le mécanisme parfaitement adapté - formellement - du système politique, avec la centralisation de tous les domaines clés, subit une érosion interne.

 

Aujourd'hui, c'est l'absence d'une superstructure plus fine qui se retrouve au premier plan de la politique. Et c'est précisément parce que les conséquences désastreuses des années 1990 ont déjà été éliminées. La superstructure est truquée, mais elle est inutile car il n'y a pas d'idées, pas d'éthique, pas de souci du peuple, pas même une idée du peuple en tant que tel.

 

Dans une telle situation, tout est confié à des personnes choisies au hasard qui parviennent à se faire passer pour des "gestionnaires efficaces". C'est un critère important pour l'aspect technique des choses. Mais totalement inapplicable et manifestement faux pour des tâches plus subtiles. Par conséquent, l'ensemble du système politique - assez bon - commence à pourrir, ce qui crée les conditions préalables à sa vulnérabilité croissante.

 

L'État est toujours une construction artificielle : la création en mode d'urgence

 

Il faut garder à l'esprit que tous les États sont créés artificiellement. Derrière chaque institution politique, il y a un certain moment historique au cours duquel les réponses à tel ou tel défi aigu sont données. Ceux qui donnent une réponse, qui s'avère être vraie, deviennent les chefs d'État, ce qui est formaté. Au cœur de tout, il y a un sujet et sa volonté. Le plus souvent, elle est collective et fondée sur une certaine idéologie.

 

Le système monarchique était aussi une construction. Elle s'est développée historiquement sur la base du renforcement du Grand-Duché, puis - du pouvoir tsariste. L'adoption de l'orthodoxie a joué un rôle important. Dans le même temps, l'élite au pouvoir a reconstruit l'État lui-même à plusieurs reprises - tant dans l'Antiquité qu'à des époques plus proches de nous. Ainsi, la Russie de l'après-Pierre diffère sensiblement de la Russie de Moscou, et cela, à son tour, de l'époque mongole et de la période pré-mongoles. Et à chaque fois de nouvelles décisions sur la construction de l'État, l'idée dominante, l'éthique dominante, la place et le rôle du peuple russe dans l'histoire.

 

Au XXe siècle, un système soviétique a été créé. Et il a été construit artificiellement par l'élite révolutionnaire bolchevique. Dans les conditions de l'effondrement et de l'entropie du système monarchique, des difficultés de la Première Guerre mondiale et de l'accumulation des problèmes non résolus du tsar, les bolcheviks ont pris le pouvoir et ont créé - machiné - l'État soviétique. C'était quelque chose d'artificiel. Oui, les bolcheviks se sont appliqués aux circonstances, se sont adaptés à la situation, et ont parfois comparé de manière rigide les bombements du paysage historique, social ou culturel de manière totalitaire, en le rendant conforme à leurs notions idéologiques.

 

Cette construction de l'État a été efficace pendant 70 ans ; puis, à la fin de la période soviétique, elle a cessé de fonctionner.

 

C'est ainsi que les libéraux sont arrivés au pouvoir. Et une fois de plus, ils ont commencé à reconstruire artificiellement l'État. Cependant, cette fois, les réformateurs n'ont pas construit quelque chose de nouveau, mais ont détruit et volé l'ancien. La majorité de l'élite dirigeante est restée au pouvoir depuis la fin de l'époque soviétique. Cet héritage, la "mémoire du métal" de la période soviétique, les vestiges des institutions soviétiques continuent de vivre pleinement dans notre société - en se dégradant, en se dégradant plutôt qu'en se transformant et en se transformant.

 

La tentative de refonte du système politique à l'époque d'Eltsine a été un désastre dans le plein sens du terme. Cette période des années 90 va s'écouler - elle s'est déjà écoulée ! - dans notre histoire comme un mal absolu. Quelque chose qui ressemble à l'époque des troubles ou de la guerre civile. Désintégration, dégradation, dégénérescence, prise de pouvoir par les éléments les plus bas et les plus damnés.

 

Au lieu de construire quelque chose de nouveau, les libéraux ont simplement détruit et pillé le vieux. C'était un net désavantage.

 

Poutine, en revanche, a hérité des vestiges de l'inertie et de la destruction soviétiques, qui ont été apportés par les bacchanales des libéraux dans les années 90. Et à partir de ce qui est, a commencé à créer un système qui fonctionne.

 

Une fois de plus, il s'agissait d'une construction artificielle à partir de ce qui était à portée de main. Poutine, comme un plombier attentionné et consciencieux, a éliminé la panne sur la ligne. Soudain, tous les tuyaux éclatent, tous les ascenseurs s'effondrent, tous les trains s'arrêtent. La situation dans l'État était désastreuse. De l'eau froide ou bouillante martèle partout, les communications éclatent, les murs s'effondrent, et des bandes d'oligarques, de bandits et de fonctionnaires voraces, devenus fous de cupidité, de lâcheté et de lucre, courent partout. En fait, pendant la période Eltsine, la Russie a été amenée, par des libéraux, dans un état incompatible avec la poursuite de son existence. Le pays commençait à se désintégrer véritablement.

 

Poutine a pris la responsabilité de tous ces désastres qui se sont accumulés pendant la fin de la période soviétique, et au prix de la destruction de l'État dans les années 90, lorsqu'il y a eu une destruction barbare de la Russie, et de ce qui a été, a essayé de monter un mécanisme qui fonctionne. Dans l'ensemble, il a réussi. Et ainsi, une fois de plus, l'État russe a été relancé.

 

Une autre chose est que jusqu'à présent, ce mécanisme n'est chargé de rien. Le corps a donc été sauvé, et pendant qu'il était sauvé en mode d'urgence, il n'y avait pas le temps de penser à l'âme. Mais si ce mécanisme continue à être vide de contenu, alors ces points, ces coutures, à l'aide desquels l'actuelle Fédération de Russie, "la corporation Russie" a été créée, dont elle a été assemblée à la hâte, se briseront à nouveau. Une nouvelle catastrophe est alors inévitable.

 

Lorsque l'équipe de secours est contrainte d'éliminer l'accident immédiatement, elle ne comprend pas ce qui est utilisé pour réparer les trous. Avec ce qui est à portée de main. Donc, une fois de plus, un nombre considérable de parties superflues, de personnes superflues sont au pouvoir. Les conformistes, les voyous et les électrons libres ont été nécessaires à un moment donné. Et ils sont entrés dans le système sur le principe de "ce qui était là". Mais beaucoup d'entre eux y sont bloqués. Et ces pièces utiles de déchets de construction, de production, d'extrémités lubrifiées intégrées à la structure, se considérant comme des "hommes d'État". Ce sont les coûts inévitables de toute structure. Mais aujourd'hui, ils représentent une réelle menace.

Vladislav Surkov : de la démocratie souveraine à un peuple plus profond

 

Vladislav Surkov, l'ancien idéologue de Poutine, était l'exemple le plus frappant d'un personnage sacrifiable dans le contexte de la nécessité urgente d'éliminer l'effondrement de l'État. L'évolution de ce chiffre est indicative. Au début, il ressemblait à un apparatchik gris, doté d'un pouvoir immense, d'une ruse incroyable et de la capacité de sortir de n'importe quelle confiture, mais toujours dans l'une des infinies nuances de gris. Aujourd'hui - par rapport à ceux qui sont arrivés à son poste plus tard - il ressemble à un paon multicolore. Même les détails superflus deviennent peu à peu superficiels.

 

À l'époque où la thèse de la "démocratie souveraine" a vu le jour, j'ai travaillé en étroite collaboration avec Surkov. Il est vrai que j'ai immédiatement indiqué ma position en disant que la souveraineté dans tous ses sens m'est inconditionnellement proche, alors que la démocratie est facultative dans cette combinaison. La souveraineté est acceptable, mais si l'on y ajoute la démocratie, alors la souveraineté serait bien. La souveraineté de la Russie est avant tout et justifie tout (ou presque tout). C'était le cas dans ce concept - la souveraineté était clairement en tête de liste. La souveraineté signifie une indépendance totale, la liberté de définir et de construire notre système politique. C'est le point principal des réformes de Poutine pour restaurer le Léviathan russe. Poutine poursuit cette démarche de manière cohérente, ce qui est la bonne chose à faire.

 

Surkov a tenté de le rendre plus systématique, de l'élever au rang de concept. Et, comme d'habitude, dans l'esprit de ses demi-mesures habituelles ("cent nuances de gris"), il a ajouté la démocratie. Pour rassurer la communauté libérale. Elle ne s'est pas calmée et n'a pas cru. Ils ne l'ont probablement pas cru correctement. Poutine a la souveraineté en Russie, mais pas la démocratie. C'est peut-être une bonne chose. Parce que nous n'en avons peut-être pas besoin. Je n'affirme pas de manière catégorique, je dis simplement : il n'y a pas de démocratie, c'est tout. Certaines personnes sont tristes, d'autres s'en fichent. Et certaines personnes sont heureuses. Cela n'a pas d'importance.

 

Ainsi, la souveraineté de ce concept de "démocratie souveraine" a été réalisée et continue à être réalisée, tandis que la composante "démocratique" est devenue quelque peu stagnante. Cela dit, le libéralisme est loin d'être éteint. La démocratie libérale, non pas comme une réalité, mais comme l'idéologie des élites - surtout économiques et culturelles - est toujours là, et nous rend un mauvais service et nous gêne de façon tangible. Surkov a tenté de créer une façade de "démocratie" (avec la timide réserve que nous ne pouvons pas nous empêcher d'avoir une démocratie "souveraine", sinon il n'y en aurait pas du tout) pour l'Occident, mais personne n'y croyait. Et personne à l'intérieur n'y a cru non plus - et ils n'y croient pas. Nous gardons toujours cet emballage pour quelque chose. Ainsi, sous la notion de "démocratie", Surkov a cherché à envoyer un signal aux libéraux occidentaux et russes. L'idée était de créer un compromis. Mais il n'en est rien sorti.

 

Mais Surkov, à proprement parler, n'a pas vraiment essayé. Je lui ai suggéré : publions des documents plus sérieux que les reportages, commençons à développer sérieusement cette théorie politique, créons un laboratoire intellectuel, qui construira proprement les territoires dans lesquels le contenu de la démocratie sera décrit, sans contredire la souveraineté et le patriotisme, et donc pas la démocratie libérale - illibérale - : il n'y a pas prêté attention. En réponse à sa demande, qui a été formalisée sous la forme d'une proposition de Poutine, j'ai rédigé l'intégralité du manuel "Sciences sociales pour les citoyens de la nouvelle Russie", qui a permis de mieux comprendre la démocratie souveraine. Les autorités ont aimé le manuel, soit dit en passant, mais on m'a dit que la société libérale et... une mafia qui tire profit de l'activité d'impression des manuels obligatoires a été mise au pied du mur pour empêcher sa mise en œuvre. En d'autres termes, l'hydre est encore forte, et même l'administration présidentielle a dû se replier devant elle.

 

Vers 2008, M. Surkov s'est désintéressé de la question. Il a dit un jour : «Sovereign democracy" est comme le tube de la saison : on ne peut pas jouer la même chanson trop longtemps. Il est temps de trouver autre chose... Si on parle de démocratie souveraine, passons à autre chose. C'était la façon dont les autorités traitaient les idées, l'idéologie et les concepts de manière non sérieuse et résiduelle. Même ceux qu'ils ont eux-mêmes mis en avant.

 

Plus tard, lorsqu'il a quitté ses fonctions au pouvoir, Surkov a imaginé un nouveau concept - celui de "peuple profond". J'ai beaucoup écrit à la fois sur l'État profond en tant que noyau de l'"État souverain" et sur le "peuple profond". La justification du peuple - le peuple russe - comme sujet d'histoire est au cœur du manuel de "sciences sociales" auquel j'ai fait référence.

 

Le fait que M. Surkov se soit tourné vers le concept de "peuple profond" est gratifiant. En général, Surkov a essayé de se présenter comme un "patriote" ces derniers temps. Il n'est pas très convaincant à ce sujet, car il glisse constamment vers le post-modernisme et le style du cynisme libéral. Mais de temps en temps, il parle de ces thèses qu'il a lui-même utilisées pour ridiculiser ou déformer au-delà de toute reconnaissance.

 

Mais nous ne pouvons pas le juger sévèrement ici. Si c'est là son évolution sincère, alors c'est bien, et il devrait être soutenu dans cette évolution. Bien sûr, ses stratégies postmodernistes, lorsqu'il était au Kremlin et qu'il mélangeait constamment patriotes et libéraux, ont forcé les libéraux à faire des discours patriotiques, et les patriotes, au contraire, à s'orienter vers le libéralisme (qui ne voulait pas, qu'il marginalisait ou détruisait), étaient, pour le moins, discutables. Après tout, en mélangeant tout le monde avec tout le monde, il a également contribué à la neutralisation de la vie publique. C'est ainsi qu'a eu lieu la "mise à zéro", sur laquelle il a lui-même écrit un roman au titre expressif "Autour de zéro".

 

Il est parti, et pendant un moment, il a semblé que le pire était passé... Mais après sa démission de son poste, la vie idéologique dans la politique intérieure en général s'est arrêtée. En fait, elle s'est arrêtée.

 

Surkov a tenté de "court-circuiter" les parties adverses afin d'obtenir un résultat nul, sans provoquer de court-circuit. Et ses successeurs ont arrêté même l'imitation de toute activité idéologique.

 

J'ai une double attitude vis-à-vis de la période Surkov. D'une part, il est bon qu'il y ait eu au moins une imitation de la pensée. Bien sûr, cela n'a pas inspiré confiance. Mais mieux vaut cela que rien du tout, c'est-à-dire comme c'est le cas aujourd'hui.

D'ailleurs, les thèses que Surkov avance aujourd'hui, qui sont patriotiques, pour soutenir le "peuple profond" ou la "souveraineté de la Russie", je les soutiens et je les salue. Peu importe d'où ils viennent. Même du "diable". Si le "diable" dit des choses en faveur du renforcement de la souveraineté de la Russie, de son statut d'État, de la protection de son peuple, bien sûr, nous devrions chercher le piège ici, mais, néanmoins, ces thèses ne deviennent pas fausses en elles-mêmes. Et elless doivent être maintenues.

 

Nous ne pouvons pas abandonner la vérité en tant que telle simplement parce qu'elle est mise dans la bouche de personnes douteuses et peu autoritaires.

 

Un pouvoir transcendant sur les trois branches

 

Dans une démocratie classique, tout est basé sur la répartition du pouvoir entre les trois branches du gouvernement - législative, exécutive et judiciaire. Un manque d'équilibre entre eux conduit facilement à une crise.

 

Dans notre système étatique, ce danger est peu probable. L'équilibre entre les trois branches est maintenu au détriment de l'autorité transcendante, qui est représentée en la personne de Poutine. Il s'agit, à mon avis, d'un modèle monarchique-autoritaire très correct. Tant le pouvoir exécutif en la personne du gouvernement que le pouvoir législatif en la personne de la Douma, et même le pouvoir judiciaire en la personne de la Cour suprême n'ont aujourd'hui aucune subjectivité. Et c'est bien ainsi. Parce que la subjectivité du pouvoir ne réside pas en eux - ni en général ni individuellement - mais ailleurs. Elle se trouve à Poutine.

 

C'est Poutine qui harmonise, coordonne et construit l'interaction des trois branches du pouvoir à partir de sa position transcendante. Cela n'est possible que parce que son pouvoir est l'autorité suprême et qu'il se situe au-dessus des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire. C'est pourquoi, surtout, le pouvoir judiciaire, du moins la Cour constitutionnelle, perd beaucoup de son importance.

 

La Cour constitutionnelle prend tout son sens lorsqu'il n'y a tout simplement pas de pouvoir transcendant pour équilibrer d'une manière ou d'une autre les différends entre le gouvernement et le parlement. Mais comme, dans notre pays, le gouvernement et le parlement ont, outre le premier ministre et le président, une figure encore plus élevée, à savoir le président, la fonction de la Cour constitutionnelle devient purement technique et perd son sens politique.

 

Nous savons à quel point la Douma d'État dépend de Poutine, à quel point tous les partis dépendent de Poutine. Ils n'existent que grâce à son consentement à ce qu'ils existent. Ils existent, ils sont présents au Parlement, et ils sont dirigés par ceux qui les dirigent, juste parce que Poutine est d'accord avec cela ou même exactement ce qu'il veut. Même lorsqu'ils critiquent Poutine, ils le font en accord strict avec lui. Donc, bien sûr, la subjectivité est minimale ici. Et cela, à mon avis, est très bien dans les circonstances actuelles. Elle contribue à la neutralisation des risques.

 

En ce qui concerne le gouvernement, un pouvoir transcendantal est à l'œuvre ici encore, transformant l'ensemble du gouvernement, y compris le Premier ministre, en cadres purement techniques. Les questions stratégiques, la politique internationale, la défense et, à bien des égards, l'économie sont dirigées par Poutine personnellement. Et les personnes qui en sont responsables au sein du gouvernement ne font qu'exécuter ses ordres.

 

Par conséquent, dans le Léviathan russe, il n'y a tout simplement pas trois puissances qui seraient capables de construire un modèle d'interaction entre elles. Il n'y a qu'une seule puissance, répartie sur trois canaux. Et pour la réalité russe actuelle, c'est optimal.

 

Poutine est arrivé à ce système lors de la liquidation de l'état d'urgence dans les années 90. Il a renforcé la Douma avec des fonctionnaires qui lui sont totalement loyaux (Russie unie), a jeté les libéraux (SPS), a gelé les inoffensifs et dociles "gauchistes" (CPRF) et "droitiers" (LDPR), et a ajouté le désormais insignifiant Mironov (aujourd'hui son parti est appelé par un acronyme imprononçable). Tous sont neutralisés et totalement contrôlés. Et génial. Il n'y a rien à dire sur le gouvernement, il est composé de ceux que Poutine choisira. Et la Cour constitutionnelle n'a personne à juger, Poutine a tout jugé.

 

Une autre chose est que tout cela devient de plus en plus inutile. La façade des trois pouvoirs est un hommage aux critères occidentaux de la démocratie. Elle n'a rien de souverain. La seule chose souveraine d'un tel système est qu'il n'est pas du tout doté de la moindre subjectivité. C'est-à-dire qu'il ne s'agit pas de démocratie, mais d'une parodie vide de sens. Et un tel modèle ne peut tout simplement pas être dénué de sens si nous parlons sérieusement de souveraineté.

 

La souveraineté exige la neutralisation. Dans la période de liquidation de l'accident, tout cela était justifié. Mais l'accident a été nettoyé, pour le meilleur ou pour le pire. Et c'est alors que l'on découvre qu'au cours des opérations de sauvetage, tout le matériel disponible a été utilisé, y compris celui qui est loin d'être idéal. C'est ainsi que le meilleur est en inimitié avec le bon, c'est-à-dire pas aussi mauvais que dans les années 90.

 

Les trois puissances de la Russie moderne sont un présent moyen et un passé terriblement surmonté. Mais il n'a aucun avenir. Il n'a aucune idée, aucune éthique, aucun peuple. Il s'agit d'un simulacre - utile, mais dont l'utilité s'estompe progressivement.

 

Et tout dépend à nouveau d'une seule personne. Si Poutine pense sérieusement à l'avenir, s'il fait attention au fait que l'État doit avoir un esprit, une éthique et une âme, qu'il doit être la vie du peuple (et pas seulement sa survie), alors tous les autres - ses subordonnés - seront obligés d'y penser.

 

Si une autorité transcendante par rapport aux trois branches du pouvoir décide de tout, alors elle décide de la structure future de l'État - la Russie du futur.

 

Les succès de la neutralisation et de la prévisibilité d'un choix délibéré

 

Une telle structure de l'État russe dispose-t-elle d'une marge de sécurité ? C'est la question la plus aiguë. Dans un sens, c'est un secret d'État.

 

Officiellement, il est clair que Poutine a le contrôle. Les résultats des élections et le soutien au régime en général seront ce que Poutine exige. C'est pourquoi il est un pouvoir transcendant, pour régner sur tout. Si nous avions une politique, nous serions en train de deviner : va-t-il passer ou non. Mais comme tout a été neutralisé, nous n'avons pas besoin de deviner.

 

Tout est neutralisé. Les mauvais et, hélas, les bons ont été neutralisés, et le meilleur est interdit.

 

Navalny a été neutralisé, et maintenant ses partisans le sont aussi. L'électeur russe est également neutralisé. Nous vivons dans une société de neutralisation de l'État. Nous avons tous été neutralisés, et nous ne pouvons pas constituer une menace pour le pays. Il y a à la fois des aspects positifs et des aspects négatifs. Nous pouvons nous réjouir que la menace ait disparu. Mais dans un sens, nous ne sommes plus nous-mêmes une menace - en tant que citoyens.

 

Et la Russie unie est précisément l'institution qui facilite la neutralisation. Le parti ne propose aucune idée parce que vous ne pouvez pas penser, ni agir, parce que vous ne pouvez pas agir non plus. Il s'agit simplement d'une discipline, comme dans le sport. Aimez, n'aimez pas - faites travailler vos muscles, courez, sautez.

 

C'est la même chose pour l'électeur, qu'il le veuille ou non, qu'il soit irrité ou indifférent - allez voter. Il y a des gens qui s'en fichent, et d'autres qui sont aigris. Mais on leur dit à tous de prendre la pose du lotus et de se détendre. Et cette "pose du lotus" est appelée "élections".

 

En ce qui concerne l'opportunisme de l'État, chacun devrait voter comme il le souhaite.

 

Navalny, du point de vue de l'opportunité de l'État, a besoin de se reposer un peu et de reprendre ses esprits. S'il ne veut pas reprendre ses esprits, son temps de "repos" sera prolongé. C'est une discipline, un sport, si vous voulez, la gymnastique politique du pouvoir. Quoi qu'ils veuillent, ils choisiront. Parce que le choix est fait.

 

Transition vers l'Empire.

 

Nous sommes dans un état où la première phase du salut de l'État après le régime soviétique et la bacchanale libérale des années 1990 qui a suivi est achevée. Une certaine gérabilité, un certain ordre et une certaine stabilité ont été rétablis. La chute dans l'abîme a été évitée. Plus précisément, nous ne nous précipitons pas tête baissée dans l'abîme. Nous sommes gelés au-dessus. Nous sommes gelés. Et nous ne tombons pas, ce qui est une bonne chose.

 

Et voici maintenant la deuxième phase. Il s'agit de remplir de contenu et de sens ce mécanisme dont on peut dire aujourd'hui qu'il fonctionne.

 

Nous ne pouvons pas appliquer les critères occidentaux à la politique russe et à l'histoire politique de la Russie parce qu'ils ne nous conviennent pas du tout. La séquence et la signification de ces événements sont complètement différentes pour nous. C'est pourquoi nous ne pouvons pas dire que nous allons vers la libéralisation, vers la modernisation, vers les réformes, vers l'occidentalisation, vers la démocratisation. Tout cela n'a pas de sens, même dans les pays occidentaux, et cela s'applique encore moins à nous. Il n'y a pas de sens universel dans le passage de l'ancien au nouveau, pas de vecteur de progrès non ambigu. Il est nécessaire de préciser le type de changements exigés. Sinon, c'est un cri vide et stupide.

 

Selon la logique de notre histoire politique russe, la deuxième phase devrait consister en une transition vers le système de coordonnées russe. Le système de coordonnées russe considère l'empire comme la norme et l'absence d'empire comme une anomalie.

 

Poutine corrige les conséquences désastreuses de la période d'anomalie. Il l'a presque terminé. De plus, il n'est même pas "presque", mais complètement fini.

 

Au niveau matériel, au niveau de la gestion de la centralisation, Poutine a accompli sa tâche. L'anomalie a été neutralisée, comme je l'ai dit plus haut.

 

Nous sommes maintenant à la limite où il est nécessaire de passer de la situation d'urgence - l'élimination des conséquences de l'accident politique - à la phase suivante. Et la prochaine étape nécessaire consiste à donner à l'État russe un sens, un esprit, des idées, des points de référence et des images de l'avenir. C'est précisément là que nous nous trouvons. Entre la première et la deuxième phase de l'histoire politique de la Russie moderne.

 

Mais la transition est toujours difficile. Il semble que le début d'un nouveau cycle menace la perte et la disparition des résultats de la phase précédente obtenus avec tant d'efforts. Avec un tel travail pour tout neutraliser, comme il est craintif et risqué de tout raviver. Après tout, une idée, une éthique et un peuple sont quelque chose de vivant et d'imprévisible. Ainsi, le passé et le présent se retrouvent dans la position d'un ennemi du futur. Ils empêchent l'avenir de se produire.

 

Toute la tension de ce changement de phase problématique de l'histoire politique retombe sur les épaules de Poutine. Après tout, il est le liquidateur de l'accident. Et lui, en tant que sauveteur (mais pas encore sauveur), s'est admirablement acquitté de cette tâche difficile.

 

Mais une tâche très difficile l'attend maintenant : pourra-t-il passer à autre chose ? Après tout, il faut une stratégie complètement différente, un style de pouvoir différent et, enfin, un système politique différent. Le compromis du monarchisme implicite derrière la façade de la démocratie simulée avec sa multitude de compromis libéraux, combiné à une élite sans idéologie et immorale et à l'absence totale de justice sociale dans la société, est épuisé. Ce qui était justifié et nécessaire devient à son tour un obstacle à ce qui est approprié.

 

Poutine est en train de terminer la première phase. Est-il capable de passer à la seconde ? Et sinon, qui fera le reste ? Sera-t-il capable de franchir le point critique de non-retour lorsqu'il deviendra évident que la situation ne reviendra jamais ? Et pourtant, pendant la période Medvedev, nous avons vu par nous-mêmes que les années 90 ne sont pas si loin de nous - et pourraient bien revenir.

 

Il est évident que vous ne pouvez pas continuer à réparer ce qui a déjà été sauvé, ce qui a été sorti du mode catastrophe.

 

C'est le caractère poignant du moment politique actuel. Parce que, du point de vue de la logique formelle, la tâche de liquider la catastrophe politique des années 70-90 du XXe siècle a été résolue. Des résultats positifs ont été obtenus. Il est étrange de se promener avec des clés à molette avec un regard anxieux là où le tuyau ne fuit plus. De plus, cela peut aussi être le début d'une nouvelle désintégration.

 

Nous avons besoin d'un nouveau niveau de réflexion politique, d'un nouveau format pour l'État russe et d'une image complète et inspirante de l'avenir.

 

C'est là que le système soviétique a trébuché dans la dernière période : il n'avait aucune image de l'avenir - ou simplement personne n'y croyait plus. Et il s'est effondré, perdu dans le présent et dans la résolution de problèmes techniques interminables qui se sont révélés insolubles. C'est avec la perte de l'horizon de l'avenir, avec l'absence de motivation inspirante et convaincante pour l'existence historique d'une grande nation que le désastre et l'effondrement du grand État en 1991 ont été liés. Tout cela risque de se répéter.

 

C'est pourquoi nous entrons maintenant dans une zone difficile. D'une part, Poutine continue à gagner en politique intérieure. En grande partie parce qu'il n'y a personne d'autre à battre. Dans l'ensemble, tout fonctionne, tout bouge. Pas toujours parfaitement, mais c'est émouvant.

 

Et d'autre part, le temps commence à exiger autre chose, quelque chose que Poutine n'a jamais fait. Ce n'est peut-être pas la tâche de Poutine. Mais comme il - et lui seul - a tout le plein - transcendant ! - pouvoir, qui d'autre que lui ? Les autres ont été neutralisés avec succès.

 

C'est un point très subtil. Et que Dieu nous accorde de survivre à ce moment le plus difficile et le plus critique de notre histoire.

 

Nous avons besoin d'un nouveau départ pour l'État russe. Le Léviathan doit être éclairé par l'idée, doit trouver une nouvelle règle - cette fois une morale, qui est vraiment aristocratique ! - et devenir non pas un mécanisme oppressif de coercition et d'asservissement, mais un instrument du peuple lui-même, menant librement et souverainement son chemin dramatique et héroïque à travers l'histoire.

 

 

Alexander Dugin

 

http://dugin.ru

Alexander G. Dugin (né en 1962) est un éminent philosophe, écrivain, éditeur, personnalité publique et politique russe. Docteur en sciences politiques. Professeur de l'Université d'État de Moscou. Il est le leader du mouvement eurasien international. Membre permanent du Club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Alexandre Douguine : Un philosophe est quelqu'un qui vit dangereusement... (Zavtra/Club d'Izborsk, 1er mars 2021)

1 Mars 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Alexandre Douguine, #Club d'Izborsk (Russie), #Philosophie, #Politique, #Russie

Alexandre Douguine : Un philosophe est quelqu'un qui vit dangereusement...  (Zavtra/Club d'Izborsk, 1er mars 2021)

Alexandre Douguine : Un philosophe est quelqu'un qui vit dangereusement...

 

1er mars 2021

 

https://izborsk-club.ru/20728

 

Source: Zavtra

 

 

La philosophie comme étant à risque maximum.

 

Fedor Shimansky.  Cher Alexandre Gellievich, vous êtes le philosophe le plus célèbre de Russie mais aussi l'un des rares penseurs russes connus à l'étranger. En Occident, on vous appelle même "l'homme le plus dangereux du monde". On peut souvent le constater dans diverses publications. Quelle est votre attitude à son égard ?

 

Alexandre Douguine. Il est plus exact de dire "le philosophe le plus dangereux". Pas tant "l'homme dangereux" que "le philosophe le plus dangereux". Ce sont des choses différentes. Parce qu'il y a des gens plus dangereux que moi. Il y a des maniaques en série, il y a des terroristes, des meurtriers. Je ne suis certainement pas une personne aussi dangereuse. On pourrait dire que je suis plus ou moins un citoyen respectueux des lois.

 

Mais philosophiquement, c'est différent. Ici, c'est plutôt un compliment pour moi, car un philosophe est quelqu'un qui ramène l'existence humaine à ses conditions initiales, à son conditionnement existentiel. "Vivre dangereusement" est la formule de Nietzsche. Il faut vivre "dangereusement" car l'homme est déjà en danger. Nous sommes en danger parce que nous sommes mortels, parce que nous sommes finis, parce que nous sommes entourés d'un mur, de limites, des limites de notre séparation, de notre mortalité. C'est pourquoi les anciens Grecs appelaient souvent les gens θνητοί - mortels. θνητοί ou βροτοί signifie "mortel" ou "peuple". L'homme en tant qu'être mortel est notre définition, une définition spécifique à l'espèce.

 

Être humain est dangereux, et surtout parce qu'il perçoit la mort non pas comme la mort, comme les animaux, instantanément - une fois, et non, mais l'homme est capable de penser la mort. Et la pensée est quelque chose d'éternel. La traversée de l'éternité, qui nous est donnée en pensée, dans l'âme rationnelle, et les conditions d'exiguïté de notre existence d'humain, limitée par le temps, créent une tension énorme, incroyable. C'est pourquoi tous les êtres humains vivent "dangereusement". Et les philosophes sont ceux qui ont conscience du caractère "dangereux" de ce danger. Être philosophe, c'est vivre "dangereusement" et être conscient de son "danger". C'est la même chose.

 

Donc, si on m'appelle "le philosophe le plus dangereux", alors je suis "le plus philosophe des philosophes".

 

Bien sûr, je pense qu'il y a eu des philosophes plus dangereux que moi, peut-être qu'il y en a, qui sait. À cet égard, j'appartiens simplement, si vous voulez, à la chaîne des "personnes dangereuses", c'est-à-dire des philosophes.

 

Je n'adoucis pas ce danger, je ne l'adapte pas aux intérêts des foules ou des philosophes ; je préserve ce danger, j'essaie de le maintenir dans l'état très authentique dans lequel il devrait, à mon avis, se trouver. Où, en fait, il a été élevé par toute une pléiade de penseurs - des premiers présocratiques à Nietzsche et Heidegger. Et j'essaie de garder la philosophie telle qu'elle devrait être. Après tout, la philosophie est la forme ultime de la prise de risque. Penser en tant qu'être humain signifie penser à la mort, penser à la finitude, penser à l'intersection de l'éternité et du temps. Il s'agit en fait d'une réflexion.

 

C'est pourquoi, quand on m'appelle "le philosophe le plus dangereux", je le prends comme un compliment, peut-être un peu immérité.

 

Contre le mondialisme et les mondialistes.

 

Le deuxième point. Je suis un adversaire acharné de l'idéologie mondialiste libérale. De plus, je suis un adversaire du monde moderne, de la modernité en tant que telle.

 

Et à cet égard, j'ai une attitude ambivalente à l'égard du postmoderne. Dans la mesure où le postmoderne est une extension du moderne, il me dégoûte ; dans la mesure où c'est un exposé du moderne, il m'est très sympathique et constitue pour moi un argument philosophique important.

 

Mais en tout cas, je suis en profonde opposition avec le paradigme de la modernité dont toute l'humanité pensante et irréfléchie vit aujourd'hui.

 

C'est le deuxième sens de l'expression "philosophe le plus dangereux" parce que je suis vraiment et fondamentalement, intellectuellement, culturellement et politiquement en train de défier la modernité et sa forme idéologique victorieuse culminante, le libéralisme. Je suis prêt à l'avouer ici : je suis un opposant absolu, convaincu, inconciliable, total, radical au libéralisme, à l'individualisme, et pas seulement sous la forme où cette idéologie existe aujourd'hui, mais dans ses racines, ses fondements et ses principes mêmes. Ces racines remontent au Nouvel Âge, au matérialisme des sciences naturelles, au capitalisme, à la démocratie bourgeoise, à l'individualisme, à cet homme de la modernité que je considère comme un "dégénéré", un "dégénéré", une scandaleuse insulte à la dignité humaine. Le monde des Modernes est un monde inversé. Hegel a parlé de "verkehrte Welt", mais dans un sens légèrement différent. Mais l'expression est profonde et sémantiquement succincte.

 

"Dans chaque cœur, il y a une aspiration plus élevée. »

 

Pour moi, un homme moderne est un homme à l'envers. Je déplore bien sûr sa position. Mais je le vois comme un monstre. J'ai pour l'humanité moderne, au cours des 500 dernières années, à peu près le même sentiment que nous avons lorsque nous voyons un invalide mutilé ou une personne atteinte du syndrome de Down. Mais il est inapproprié de s'en vanter. Lorsque nous voyons quelque chose d'imparfait, de pervers, de déformé : un homme à trois bras, un aveugle ou un infirme aux jambes coupées, cela évoque un sentiment d'horreur, mais aussi de compassion. Mais en même temps, il existe un désir involontaire de se retirer, si l'on ne peut pas contribuer efficacement à la guérison ou à l'allégement de la souffrance. Je suis tiraillé entre mon dégoût pour l'humanité de la modernité et mon désir de l'aider, de la remettre sur pied. Il s'agit d'une double attitude. D'une part, je vois à quel point ce monstre est dégoûtant. D'autre part, même en dépit de cette répulsion pour la pensée, la vie quotidienne, la politique, la société, la culture, la science - pour tout ce qui est humain dans la phase de la modernité - j'ai le désir de l'aider à retourner là d'où il est tombé - l'humain - et peut-être même plus haut.

 

La corporéité même de la modernité, sa fixation carnassière sur la matérialité, me rend parfois fou. Plotin, dit-on, n'aimait pas son propre corps et était irrité par le fait qu'il en avait un. J'ai une attitude très similaire à l'égard des aspects inférieurs de la vie.

 

Mais en même temps, j'ai de la compassion pour les gens. Je crois qu'une personne, même si c'est un monstre, un dégénéré, mérite quand même d'être différente, elle a d'autres choix. "Dans chaque cœur", a dit Nietzsche, "il y a un désir ardent de plus haut. Et c'est vers ce "dépassement" que je me tourne, comme si je mettais à part ces interminables couches de dégénérescence qui constituent l'histoire des cinq derniers siècles - l'histoire du Nouvel Âge, l'histoire de la laïcité, l'histoire de la vision du monde des sciences naturelles, de la démocratie et du "progrès".

 

La quatrième position.

 

Mais cette compassion ne s'étend pas à ceux qui montent la garde, qui veillent à ce que l'homme reste ainsi à l'envers ; à ces gardiens de l'intellectuel, camp de concentration dans lequel nous vivons dans le Nouvel Âge - les porteurs du totalitarisme du Nouvel Âge. Aujourd'hui, le totalitarisme de la modernité est principalement représenté sous forme libérale. Hier, le totalitarisme communiste ou le totalitarisme nazi était plus visible.

 

Mais le totalitarisme d'hier est terrible comme un rêve ou un mauvais souvenir, alors que le totalitarisme d'aujourd'hui est libéral - il contient en lui-même tout le cauchemar de l'aliénation, de la répression, de l'asservissement de l'homme à la matière, à la technologie, à l'argent. Par conséquent, la lutte contre le totalitarisme à notre époque est une lutte irréconciliable avec le libéralisme - tant avec l'idéologie qu'avec ses porteurs.

 

Pour ceux qui prônent les structures totalitaires de la pensée Nouvel Âge - avec une mousse à la bouche, armés de nouvelles capacités technologiques, visant à supprimer toute forme alternative de pensée, de politique, de culture et de philosophie - pour ces gens, je suis dangereux. Et dangereux bien plus que quiconque, car je mets en doute les fondements mêmes.

 

Il est assez facile de tomber dans le piège d'autres idéologies du Nouvel Âge occidental tout en luttant contre le libéralisme. Par exemple, pour prendre des positions communistes et commencer à critiquer le libéralisme de la gauche. Ou se tourner vers le nationalisme, voire le fascisme, et attaquer le libéralisme par la droite. Mais il s'agit, en premier lieu, d'une répétition directe du passé ; deuxièmement, le libéralisme s'accommode très bien de ces alternatives, et troisièmement - et c'est le plus important ! - Le communisme et le nationalisme sont tous deux des produits de la vision du monde du Nouvel Âge, avec son matérialisme, sa laïcité, sa vision du monde des sciences naturelles, son "progressisme", etc. Ce qui signifie qu'ils sont porteurs du même poison que le libéralisme. Il ne suffit pas de se débarrasser du libéralisme, nous devons surmonter le paradigme politique, social et philosophique même du Nouvel Âge.

 

Ma position est la quatrième théorie politique (4PT). Elle consiste en une attaque fondamentale du libéralisme dans ses fondements, mais sans tomber dans aucune des idéologies anti-libérales (illibérales) de la modernité européenne. Le geste fondamental du 4PT est le rejet du libéralisme ainsi que du communisme et du fascisme. C'est exactement ce que les libéraux n'attendaient pas. Ce revirement les a pris par surprise. Ils avaient appris à faire face aux communistes, à les apprivoiser, à les dompter, à les domestiquer. La gauche moderne a docilement oublié la lutte des classes et s'est concentrée sur les problèmes du genre, du féminisme et des migrants. Les libéraux ont également fait face aux nazis : ils les ont marginalisés, diabolisés et transformés en monstres, après quoi personne n'osera plus considérer objectivement les idées d'extrême droite.

 

C'est la première fois que les libéraux rencontrent le 4PT, que je suis en train de développer. Cette théorie est illibérale, directement et fortement anti-libérale, mais en même temps elle est anti-moderniste à tous égards, elle ne peut donc pas être réduite au communisme ou au fascisme. Et bien sûr, cela les met mal à l'aise. Ils ont complètement perdu la capacité d'avoir une discussion raisonnée avec ceux qui pensent différemment d'eux.

 

De plus, je ne parle pas seulement pour moi, j'apporte comme arguments les théories et les idées des penseurs de l'Ouest et de l'Est, qui ont strictement critiqué la modernité européenne. Leurs travaux ont rendu cette approche possible, l'ont anticipée, en ont jeté les bases. Et ce sont, en fait, les meilleurs esprits de la culture occidentale elle-même. Si l'on considère le pourcentage des plus brillants penseurs et artistes d'Europe occidentale qui ont pris une position libérale et ont été solidaires du sort de la civilisation capitaliste, il serait négligeable. Ceux dont l'Occident se vante détestent le plus souvent le capitalisme et le libéralisme, l'attaquant à la fois par le passé et par l'avenir, à droite comme à gauche. Le côté le plus brillant et le plus beau de la culture occidentale a été largement anti-occidental, et certainement anti-moderne.

 

Je ne suis donc pas seul dans le 4PT ; je m'appuie sur un énorme héritage intellectuel, y compris la philosophie russe, qui est aussi complètement non occidentale, non libérale et non moderne. Il n'y a aucun doute à ce sujet en ce qui concerne la philosophie religieuse russe, et nous n'en avons tout simplement pas d'autre. Soit la philosophie religieuse russe de Solovyov, Florensky et Boulgakov, soit rien du tout ! Tout le reste est ridicule.

 

La philosophie religieuse russe a été préparée auparavant par V.F. Odoevsky avec le cercle des sages-schillingiens et des slaves. Là encore, il s'agissait d'une critique de l'Occident, du modernisme et du libéralisme. Leurs successeurs ont été plus tard les Eurasiens. Bien sûr, ils n'étaient pas de si grands philosophes, mais en termes d'intuitions intellectuelles, ils se sont penchés sur l'identité russe plus profondément que beaucoup d'autres. Dans leur cas, l'anti-occidentalisme et l'anti-libéralisme sont encore plus brillants.

 

Tout ce qui est russe est anti-libéral, à gauche comme à droite. Mais tout ce qui est russe n'est pas assez mûr pour comprendre le 4PT. Rien ne mûrit progressivement et, j'en suis sûr, mûrira à un moment donné.

 

Pour résumer, je suppose que j'ai mérité - ou plutôt, j'aimerais espérer que je l'ai mérité - ce titre de "philosophe le plus dangereux du monde". Je le porte avec fierté. Ils voulaient me détruire, m'humilier, m'écraser, me ridiculiser, me diaboliser, mais ils m'ont en fait complimenté à ce sujet.

 

Traditionaliste et Heideggerien.

 

Fedor Szymanski. Je voudrais vous demander ceci. Vous êtes généralement caractérisé simultanément par les trois catégories suivantes : en tant qu'Eurasien, en tant que Heideggerien, et en tant que traditionaliste, au sens de disciple de Guénon. Certains pensent même qu'il s'agit d'une seule et même chose. Mais d'autres pensent que c'est tout simplement impossible. Et comment parvenez-vous à combiner ces choses, et est-il vraiment possible de vous caractériser ainsi ?

 

Alexandre Douguine. C'est tout à fait vrai. C'est ainsi que j'établirais mes priorités :

 

Je suis, avant tout, un traditionaliste. C'est-à-dire que Guénon, Evola et la philosophie traditionaliste sont pour moi des points de référence absolus. Je me vois uniquement et exclusivement du côté des traditionalistes, et je partage pleinement toutes les lignes directrices de base du traditionalisme.

 

Je suis un Heideggerien, sans aucun doute. J'ai découvert Heidegger il y a longtemps - dans les années 80 - et j'ai commencé à l'étudier dès cette époque. Je l'ai étudié toute ma vie. À cet égard, pour moi, Heidegger et toute la phénoménologie, et à travers lui Husserl, Brentano et jusqu'à Aristote, que j'ai lu phénoménologiquement après Heidegger, Husserl et Brentano, est aussi une étoile filante. C'est une source d'inspiration incroyable, et je suis donc prêt à admettre que je suis pleinement Heideggerien. Traditionaliste et Heideggerien ! Et il n'est nullement affecté par le fait qu'Evola, dans Chevaucher le tigre, critique Heidegger. À mon avis, il s'agit d'une analyse superficielle et peu profonde. En fait, Heidegger ne s'est pas éloigné tant que ça du traditionalisme. Evola a fait partie de la révolution conservatrice du côté des traditionalistes, Heidegger du côté des philosophes allemands. Dans l'ensemble de la révolution conservatrice, Heidegger et les traditionalistes ont quelque chose en commun, un point commun fondamental. C'est un rejet radical du Nouvel Âge, dans son essence même, dans sa matrice.

 

Pour moi, tant les traditionalistes que Heidegger sont les précurseurs et les pères fondateurs du 4PT, parce que le 4PT est principalement basé sur une critique radicale et sans compromis du moderne. Dans un sens, le 4PT n'est rien d'autre qu'une généralisation de la critique des traditionalistes et de Heidegger à l'égard des modernes.

 

Je suis convaincu que Heidegger, malgré sa relation avec le national-socialisme, ne peut être compté parmi la troisième théorie politique. Pas du tout. Si Heidegger n'avait aucune sympathie pour le marxisme et rejetait radicalement le libéralisme (qu'il qualifiait d'idiotie planétaire), sa critique profonde et cohérente du national-socialisme lui-même doit également être prise en considération. Dans le national-socialisme, Heidegger rejette tout ce qui est moderne, moderniste en soi : le racisme, le mécanisme, l'athéisme, la laïcité, la Machenschaft, l'obsession de la technologie. Heidegger est clair à ce sujet dans les Carnets noirs, et dans d'autres textes également. Il oppose au national-socialisme un ensemble d'attitudes et d'idées très proches du 4PT. Sa critique du national-socialisme n'est pas une critique de droite ou de gauche. Il s'agit d'une critique d'en haut, c'est-à-dire de la position du 4PT. Il y a donc plus de points communs entre le traditionalisme et Heidegger qu'on ne le pense généralement.

 

Mais il y a aussi quelques différences, bien qu'il ne soit pas si difficile de les combiner. Après tout, ils ont un dénominateur commun : le rejet fondamental du modernisme, du Nouvel Âge, du libéralisme, de la démocratie, du matérialisme, de la laïcité, de l'athéisme, du marxisme et du nationalisme. D'ailleurs, il est très important que le nationalisme soit aussi une tendance bourgeoise, occidentale, moderne, athée, laïque, en matière d'idéologie et de politique. Et c'est pourquoi un traditionaliste conséquent ne peut pas être nationaliste. Mais Evola l'a parfaitement démontré. Les nations sont apparues comme un simulacre d'empire bourgeois.

 

Eurasianisme : vers la subjectivité d'un continent

 

Maintenant, en ce qui concerne les Eurasiens. J'ai découvert les Eurasiens plus tard que le traditionalisme et Heidegger et j'ai été frappé par la façon dont leurs intuitions, du point de vue de la culture, de la civilisation, de la philosophie et de la géopolitique (c'est très important !), coïncident parfaitement avec ces principes traditionalistes anti-modernistes (anti-modernistes). Il est donc important qu'une telle philosophie politique similaire se soit développée dans le contexte de la culture et de la tradition russes.

 

Il est important que le prince N.S. Troubetskoï, le fondateur de l'eurasianisme, ait été un linguiste structurel majeur. Son plus proche collaborateur était un autre grand linguiste et philologue russe, Roman Yakobson. Le fait que N.S.Troubetskoï ait été à la fois la figure principale du mouvement eurasien et l'une des plus brillantes figures du structuralisme n'est pas accidentel. L'eurasianisme met l'espace qualitatif, le développement des lieux, selon P.N. Savitsky, à la tête du mouvement. C'est une sorte d'analogue de la structure. Tout comme la langue prédétermine la parole, l'espace prédétermine l'histoire. D'où la thèse "la géographie comme destin" et le concept le plus important de l'Eurasie.

 

Tout cela s'est peu à peu rassemblé dans mon esprit, a formé une image générale. En même temps, le lien entre structuralisme et phénoménologie s'est précisé, ce qui a donné une autre perspective générale sur l'eurasianisme en tant que philosophie politique fondamentale, essentiellement la version russe du 4PT.

 

Un autre aspect crucial est la découverte de la géopolitique par les Eurasiens. Ils ont été les premiers penseurs russes à découvrir et à interpréter les idées de Mackinder à leur manière. Dans le contexte allemand, Karl Haushofer et Carl Schmitt ont fait quelque chose de similaire. Et tout comme les Allemands ont tiré leurs conclusions de l'affrontement entre la puissance terrestre et la puissance maritime, les Eurasiens ont fait de même. Pour l'école allemande, plus le centre est développé, la principale "puissance continentale" est l'Allemagne elle-même. Et pour les Eurasiens, c'était la Russie, qui était encore plus conforme au modèle de Mackinder.

 

Les Eurasiens ont identifié sans équivoque l'identité russe comme le noyau et le rempart de la civilisation terrestre, s'accordant sur la définition de "l'axe de l'histoire". Mais si Mackinder considérait Land Power, Eurasia comme un objet, les Eurasiens insistaient sur le fait que l'Eurasie était un sujet. Et cela a changé la vision radicalement atlantiste de la carte du monde.

 

Les Eurasiens ont pris le parti de la civilisation de la puissance terrestre, ont donné à cette même notion un contenu historique, intellectuel, philosophique. En fait, les Eurasiens ont défié le monde moderne du point de vue de la philosophie, de la civilisation et de la géopolitique russes, en identifiant la civilisation atlantique, la puissance maritime avec la modernité de l'Europe occidentale, avec le monde moderne.

 

Néo-eurasianisme : comment les missiles balistiques philosophent

 

C'est la découverte grandiose de l'eurasianisme, qui a donné à toute la construction du traditionalisme et du heideggerianisme une incarnation géopolitique concrète. J'y ai consacré mon livre, devenu très célèbre, "Les Fondements de la géopolitique". Les "Fondements de la géopolitique" sont devenus une plate-forme pour le néo-eurasianisme dans lequel le traditionalisme, la révolution conservatrice, la géopolitique et les théories civilisationnelles ont été intégrés.

 

Le philosophe italien Carlo Terracciano a écrit que "Eurasianisme = Evola + armes nucléaires". Ici, la critique de la civilisation moderne occidentale et la thèse de la nécessité de se rebeller contre le monde moderne sont combinées avec la pensée slave russe et avec le potentiel nucléaire d'une grande puissance terrestre.

 

C'est ainsi que le néo-eurasianisme a formulé une image intégrale de la Russie - au-delà de l'idéologie et de l'histoire, la Russie est éternelle. C'est la Russie inscrite dans un espace sacré immuable, la Russie comme un Cœur. Certaines des caractéristiques de cet archétype éternel existent à travers la période monarchique, le régime soviétique et la Fédération de Russie moderne. Ainsi, le programme de "révolte contre le monde moderne" quitte le domaine des rêveries romantiques d'un conservateur et se rapproche de l'existence concrète d'un phénomène politique - la Russie réellement existante avec des armes nucléaires, un vaste territoire et d'innombrables ressources naturelles. Se reconnaissant comme un sujet de l'histoire du monde et non comme une simple parodie de l'Occident, une province désespérément arriérée (comme le voient les libéraux et les Occidentaux), les Russes entrent dans leur héritage métaphysique et fondent leur mission sur une combinaison d'idéaux idéocratiques transcendants et d'un énorme potentiel de puissance. Il est clair qu'avec ce tournant, le néo-eurasianisme devient vraiment dangereux, et pour l'Occident, la soirée, comme on dit maintenant, "cesse d'être langoureuse".

 

Nous passons de la nostalgie exotique de l'"âge d'or" et des projets romantiques du nouveau Moyen-Âge à la planification de la stratégie d'une grande puissance et de ses politiques défensives et offensives au sein de l'État-major général. Et maintenant, depuis Guénon et la fin de Kali-Yuga*, nous nous apprêtons déjà à discuter avec des responsables militaires et civils influents et de haut rang de l'intégration de l'espace post-soviétique (impérial) dans l'Union eurasienne.

 

Si les discours sur la "crise du monde moderne" ou les subtiles constructions philosophiques de Heidegger peuvent sembler "absurdes", alors nos missiles balistiques, nos nouvelles armes, "la Crimée est à nous", ou un comportement actif dans le Caucase ou les relations avec la Turquie au Moyen-Orient, et en général l'opposition croissante à l'Occident - ce n'est pas de la "nerderie", pas drôle et pas du tout abstrait. C'est tout à fait concret.

 

Pour moi, tout cela est du néo eurasianisme. Ce ne sont pas des choses disjointes, mais des gradients d'une même vision intégrale du monde construite hiérarchiquement - du plus haut niveau - métaphysique, en passant par le niveau philosophique, jusqu'au niveau géopolitique et politique concret. Nietzsche a donné à son livre Le crépuscule des idoles (Götzen-Dämmerung) le sous-titre "Wie man mit dem Hammer philosophiert" (Comment l'homme philosophe avec le marteau). Le néo-eurasianisme pourrait être défini, pour paraphraser Nietzsche : "comme ils philosophent avec les missiles balistiques".

 

La géopolitique comme destin

 

Le néo-eurasianisme est une transition entre la métaphysique et la philosophie, qui étaient loin d'être étrangères aux fondateurs de l'eurasianisme, ainsi que des questions pratiques de géopolitique, de politique étrangère, de stratégie et de défense.

 

Pourquoi l'Occident a-t-il pris un tel goût pour les "Fondements de la géopolitique" en son temps ? Permettez-moi de  rappeler le contexte. Au début des années 90, lorsque la justification idéologique (c'est-à-dire communiste) de l'assujettissement de l'URSS a disparu, et que les réformateurs dirigés par Eltsine et son cercle d'espions (libéraux, agents corrompus de l'influence occidentale) ont commencé à considérer la RF comme faisant partie d'un seul monde global, nos cercles militaires, nos siloviki se sont retrouvés complètement désorientés. Ils ont compris qu'ils ne peuvent en aucun cas suivre l'Occident, ils ont vu que l'OTAN ne cesse de s'étendre, et ils ont estimé qu'il fallait faire quelque chose pour contrer cet assaut, mais ils n'avaient pas d'idéologie. La géopolitique, notamment mes conférences et mes discours à l'Académie d'état-major, mes discussions avec les responsables de l'application des lois, mes textes et mes articles ont donc joué un rôle très important. Ils ont comblé une lacune stratégique dans mon esprit. Depuis lors, la géopolitique est devenue une sorte d'"idéologie parallèle" de l'État profond russe - milieux militaires, de pouvoir et patriotiques. La confrontation entre la puissance terrestre et la puissance maritime, entre la puissance des terres arides et la puissance maritime, entre l'eurasianisme et l'atlantisme, a parfaitement et vivement expliqué l'état des choses actuel - et de l'autre côté de toute idéologie.

 

Finalement, avec l'arrivée de Poutine, ce parallèle - géopolitique, eurasien - de la conscience de défense a été légalisé. Elle a été légalisée, bien que partiellement et à moitié. Et puis "la soirée n'était plus du tout langoureuse" car le 4PT, Traditionalisme et Révolution conservatrice, avait fusionné dans la géopolitique eurasienne - même si c'était pour des raisons assez pragmatiques (la nécessité d'un modèle stratégique cohérent en réponse à la pression incessante de l'Occident) - avec la politique pratique.

 

Lorsque j'ai pris la parole à Washington en 2005 à l'Institut Hopkins pour me présenter, le célèbre expert de l'Asie centrale et du Moyen-Orient, le professeur Frederick Starr, (il a d'ailleurs déclaré qu'il avait joué du saxophone dans le film Pop-Mechanics de Sergey Kuryokhin ! "Voyons ce que Douguine a écrit dans les années 90, ou même à la fin des années 80, et ce que Poutine fait dans les années 20." Et la liste était si impressionnante que tout le monde dans la salle - et la salle était pleine, y compris des représentants du Département d'État, du Congrès et de divers responsables de la sécurité - est sorti grand ouvert. "Après cela, ne nous demandons pas quelle est l'influence de Douguine sur le Kremlin, car lui-même ne répond jamais à cette question. C'est clair comme de l'eau de roche. Comparons simplement deux colonnes : les thèses théoriques ("impérialistes" et "revanchistes") de Douguine de la fin des années 1980 et les pas réels de Poutine dans les années 2000. Dans la colonne de gauche, Douguine, dans la colonne de droite, Poutine. Trouvez les différences..."

 

C'était en 2005.

 

Je suis maintenant sous sanctions après la Crimée et le printemps russe, je ne suis pas autorisé à entrer en Amérique. Pour ma vie philosophique "dangereuse", j'en paie le prix. Mais imaginons un scénario fantaisiste dans lequel je suis invité à retourner à Washington, DC, pour donner une conférence au même Institut Hopkins en 2021. Imaginez à quel point la liste des coïncidences dans les deux colonnes s'allongerait considérablement. C'était déjà très long il y a 15 ans. Maintenant, les événements d'août 2008 dans le Caucase du Sud, le scénario de Crimée, la séparation de la Novorossie, l'émergence du populisme de droite et de gauche en Europe et bien plus encore - notre rapprochement avec l'Iran, notre retour au Moyen-Orient, nos politiques envers la Turquie, la Libye, la Syrie, etc. En fait, il ne me resterait plus qu'à rester à Washington aussi longtemps que possible pour arrêter la croissance de ces conformités et empêcher d'une manière ou d'une autre le mouvement sur les points "Que faire" non encore réalisés. Et le programme comprend la fin de la mondialisation, la destruction de l'idéologie libérale, la chute de l'hégémonie occidentale, le retrait de la Turquie de l'OTAN puis la dissolution complète de cette organisation, la victoire mondiale de la révolution conservatrice et du 4PT, l'établissement d'un monde multipolaire, la renaissance de la grande Union eurasienne et d'autres "grands espaces" totalement indépendants de l'Occident, le triomphe planétaire de la civilisation des terres arides. "Arrêtez ça ! Maintenant !" crierait le hall de l'Institut Hopkins en 2021.

 

Mais cela n'arrivera pas. Et dans un sens, il est déjà trop tard. Les "Fondements de la géopolitique" ont été écrits - et ce, dès le début des années 90.

 

Bien sûr, j'ai révisé et corrigé beaucoup de choses depuis lors. Mon attitude envers la Turquie, la Chine et en partie l'Azerbaïdjan a considérablement changé après que j'ai étudié de plus près la transformation de leurs politiques au cours des dernières décennies.

 

Mais le "danger" de la géopolitique eurasienne et des "géopoliticiens eurasiens" pour l'Occident ne diminue pas, au contraire, il augmente. Ma participation à toutes sortes de processus géopolitiques, mes réunions, consultations et échanges de vues avec les dirigeants de divers États, avec les élites intellectuelles et les experts stratégiques de divers pays - tout cela continue.

 

L'influence planétaire d'un marginal inconnu

 

Et il est intéressant de constater que les gens qui, en Occident (et pas seulement en Occident), me détestent, me considèrent comme "l'ennemi de l'humanité" (et je suis, en fait, l'ennemi de l'humanité - mais pas de tout, mais seulement du libéral et, dans un sens plus large, du moderne - comme dans le Nouvel-Âge, je n'aime rien), ont deux opinions mutuellement exclusives à mon sujet : "il est très influent, il est extrêmement dangereux, il est relié à de nombreux centres de décision" et, simultanément : "C'est un marginal total, il n'est connu de personne, il n'influence rien du tout." Et cette bifurcation ne se produit pas avec des personnes différentes, mais souvent avec les mêmes personnes.  Si vous regardez bien, vous trouverez une contradiction logique dans presque toutes les phrases qui me décrivent, moi et mes idées.

 

En même temps, on me présente comme une personne marginale, inconnue, un fantasque excentrique qui n'a pas accès aux instances sérieuses, qui exprime des idées extravagantes et grotesques que personne ne comprend, mais cette personne "marginale" et "rien" influence en quelque sorte la grande géopolitique, les décisions stratégiques du Kremlin, le populisme européen et américain, l'anti-impérialisme en Amérique latine, en Iran, en Turquie, dans la région arabe, etc. Il est révélateur qu'ils prononcent des évaluations mutuellement exclusives dans le même souffle. Et ils essaient désespérément de me faire rentrer dans une caricature qu'ils comprennent - "extrémiste", "stalinien", "nationaliste", "impérialiste" et pire encore.

 

Cependant, ma philosophie serait plus compliquée que ces timbres vides.

 

Le héraut des 5 rois

 

J'ai remarqué ce qui suit à cet égard. Dans le camp des libéraux, il n'y a pas vraiment d'intellectuels qui se vantent de leur intellectualisme. Je ne sais pas si cela peut s'expliquer par la paresse ou par la totalité imaginaire de leur victoire, mais les libéraux ne trouvent tout simplement pas dans leur camp d'intellectuels capables d'engager un dialogue décent.

 

Le think tank libéral Nexus a organisé un "débat du siècle" il y a un an à Amsterdam entre moi et le philosophe (sic) ultra-libéral Bernard-Henri Levy, un mondialiste et atlantiste convaincu et franc. Mais rien de significatif n'en est sorti. Il semble que Bernard-Henri Levy n'ait pas lu mes livres (et il y a beaucoup de mes œuvres traduites en français) et même son propre livre, "L’Empire et les cinq rois". Je peux admettre qu'il ne l'a pas écrit, c'est une trop grande figure publique et un homme riche pour cela, il aurait pu engager quelqu'un, mais il a dû le lire... Le livre, d'ailleurs, est assez bon en général, il y a quelques remarques assez correctes, bien que du point de vue de l'hégémonie mondiale. Plus important encore - l'auteur (Levy ou pas tout à fait Levy) remarque que "l'Empire" (comme le livre appelle l'ordre mondial libéral, la domination totale des mondialistes, l'Occident moderniste et postmoderniste dans son ensemble) ces dernières années - à commencer par Obama (= Gorbatchev) et surtout sous Trump (= Eltsine) s'effondre rapidement, réduit sa présence dans le monde et l'efficacité du contrôle. Parallèlement à cette "évaporation de l'empire libéral", on assiste à la montée de cinq centres alternatifs - les pôles de civilisation - Russie, Chine, Iran, Turquie et Arabie Saoudite. Ce sont les cinq rois, ou cinq anciens empires - le califat russe/soviétique, chinois, persan, ottoman et arabe. Ainsi, les anciens empires cherchent à revivre et à revenir à l'histoire au prix de l'effondrement de l'empire actuel. L'auteur le déplore et appelle "l'Empire" à se ressaisir et à détruire la Russie, la Chine, l'Iran, la Turquie et le monde arabe, soit en les dressant les uns contre les autres, soit en les minant de l'intérieur ou en leur portant un coup direct. C'est essentiellement le programme de l'administration de Joe Biden. Il est intéressant de noter que j'ai également rencontré Anthony Blinken à Amsterdam lors de cette même table ronde, qui m'a été présenté en tant que haut fonctionnaire de l'administration Obama. Aujourd'hui, comme nous le savons, il occupe le poste de secrétaire d'État américain. Blinken et Bernard-Henri Levy sont du même avis et, lors du débat sur le Nexus, ils ont parlé d'une seule voix - contre la Russie et la Chine, et contre ... Trump. Cela se passait à l'époque où Trump était président des États-Unis. Par conséquent, le projet "L'Empire et les cinq rois" reflète la base de la stratégie de la nouvelle administration de la Maison Blanche.

 

Dans la langue radio de Svanidze

 

Retour au débat. Quand j'ai commencé à parler du livre de Levy, il s'est avéré que Levy ne pouvait répondre qu'avec un ensemble de phrases préparées et communes. "Nemtsov. Politkovskaïa. Novichok. Skripal. Poutine est mauvais. La Crimée n'est pas à vous. Le plus grand homme de Russie était Soljenitsyne." Quand je me suis renseigné, j'ai ironiquement dit Et son anti-libéralisme, sa critique de l'Occident et de la modernité, et ses "200 ans de vie commune", vous le pensez aussi". Il était perplexe : "Qu'est-ce que c'est ? Il est clair que sa connaissance de Soljenitsyne se limitait à Wikipédia, une idée conventionnelle généralisée de l’anti-soviétisme en général. Et cela s'appelle un "intellectuel" ? S'agit-il d'un "théoricien d'un nouvel ordre mondial" ? Il est trop paresseux pour lire, trop paresseux pour penser, trop paresseux pour chercher des arguments, trop paresseux même pour s'intéresser à ce qui sort de son travail d'auteur...

 

Je pense que c'est dû à l'impunité et au vide complet, créé artificiellement autour de lui par la dictature libérale. Les partisans de la "société ouverte" ont complètement aboli la critique - toute personne qui remet en cause leurs principes est diabolisée, ostracisée, marginalisée et déplatée. Personne n'a la possibilité d'ouvrir sa bouche et de s'opposer aux libéraux. De là, ils sont devenus absolument impudents et nous considèrent, nous tous qui rejetons le mondialisme, comme des "imbéciles", des "Untermensch", des "singes", des "Néandertaliens", des "troglodytes". Ils ne se donnent donc même pas la peine de préparer le débat. Bien entendu, cela a immédiatement attiré l'attention de tous. Néanmoins, beaucoup de gens ont regardé les débats eux-mêmes. Ce n'était pas le débat du siècle, car Liberal Levy a répété avec arrogance et condescendance une série de platitudes que nous entendons déjà tous les jours sur toutes les chaînes et les médias sociaux contrôlés par les mondialistes. Quant à mes tentatives d'élever la discussion à un niveau philosophique, Levy a repoussé mes invectives par un barrage d'insultes et d'attaques, transformant le tout en une énième émission de télévision.

 

Bien que Levy se soit attribué la victoire, parce qu'il a crié plus fort, est devenu plus vif dans les postures de l'image et a proclamé comme un acteur d'un très mauvais théâtre de province : "Poutine, rends la Crimée". Mais ce faisant, il n'a répondu à aucune question de fond. C'était une conversation à deux niveaux parallèles. J'essayais de lui parler comme à un philosophe, et il me parlait comme un journaliste grincheux dans une émission de télévision.

 

Je connais ce style. Une fois, j'ai été invité à Radio Rossiya au plus fort de l'histoire de l'émeute des Pussy Riot, avec mon adversaire, le libéral Svanidze. Svanidze, bien sûr, n'est pas un philosophe, et ne prétend pas l'être. Svanidze s'est assis sur sa chaise, a toussé et s'est mis à crier des grossièretés, sans faire attention ni au présentateur ni à moi, dans le micro : "Laissez les filles partir, ce n'est pas leur faute !" J'ai dit : "Svanidze, est-ce qu'on te parle ?" Et il a dit : "Taisez-vous, vous êtes un nazi, vous êtes un radical, vous êtes là pour justifier le terrible criminel Vladimir Poutine, qui a mis ces pauvres filles en prison" - et ainsi de suite. Et il a crié comme ça pendant 45 minutes. Sans pause. C'était une machine à laver libérale. Il était allumé et il a fonctionné.

 

J'ai écouté au début, puis j'ai essayé d'argumenter quelque chose. Et puis, voyant que Svanidze ne faisait pas attention à moi et au présentateur et se contentait de crier, j'ai décidé de jouer le rôle d'une machine, seulement d'un patriote eurasien. Intelligence artificielle eurasienne. Ainsi, en oubliant Svanidze, je me suis mis à parler à voix haute dans le micro de tout ce que je pense - de la vie, du libéralisme, de la cinquième colonne, de la sixième colonne, de Soros, des traîtres, etc. En fait, je ne faisais que donner une conférence à un niveau élevé.  Svanidze et moi avons parlé de cette façon en même temps - fort et distinctement - pendant environ 45 minutes. Chacun de nous a fait son truc.

 

Il semble qu'après cela, le programme ait été clôturé. Nous avions une réticence ou une incapacité manifeste à entendre nos adversaires, ou même à leur parler. Le présentateur, qui ne pouvait pas crier aussi fort et ne pensait pas à éteindre les micros, était confus et ne comptait pas.

 

Bien sûr, ce n'était pas exactement le cas avec Bernard-Henri Levy. Svanidze, bien sûr, n'est qu'un homme mal élevé, tandis que Levy est bien élevé. Mais néanmoins, le résidu sec de ce débat, le "philosophe le plus dangereux" en face de moi et le mondialiste le plus libéral (on peut difficilement l'appeler le "philosophe le plus sûr" car il a été directement impliqué dans l'assassinat de Kadhafi, opposant les Kurdes aux Turcs, applaudissant le bombardement de Belgrade, demandant à Saakashvili de lancer un missile sur Tskhinvali et inspirant les néo-nazis ukrainiens sur le Maidan), était proche de zéro. Oui, Levy a une fois de plus confirmé sa réputation d'apologiste convaincu d'un monde unipolaire, de la mondialisation et de l'hégémonie occidentale, de défenseur direct de l'Empire occidental-américain et, plus généralement, de l'OTAN. Il a dénoncé les 5 rois (Russie, Chine, Turquie, Iran et Arabie Saoudite), déploré la passivité des États-Unis et appelé à l'unité autour d'Israël. Mais il l'a déjà fait des milliers de fois. Quel a été le débat, le dialogue, l'échange de vues ou la défense des positions polaires ?

 

La conversation se résume essentiellement à l'expression de la position de chacun. En même temps, je l'ai dit au niveau philosophique, à la manière dont les philosophes parlent, sans élever la voix, sans essayer de convaincre qui que ce soit dans le public. D'ailleurs, elle s'est tenue dans le luxueux Opéra d'Amsterdam en présence de plusieurs milliers de spectateurs représentant en général l'élite politique et économique libérale des Pays-Bas. Bien sûr, ils étaient sciemment du côté de Levy. Je veux dire que s'il avait essayé de dire la même chose en Irak, au Liban, en Serbie ou en Iran - j'aurais vu ce qu'il en resterait.

 

Néanmoins, une partie des gens, bien sûr - un plus petit nombre - était aussi pour moi. J'ai présenté mes arguments, exprimé mes pensées de manière philosophique. Et Levy "a donné Svanidze" : "Je n'écoute rien ni personne, je ne sais rien, rends la Crimée, Poutine est un fasciste, les plus grands philosophes de Russie sont Khodorkovsky, Navalny, Politkovskaya et Nemtsov, ce sont des Russes, et Dostoïevsky est un antisémite et un Black Hundred, etc. - C'est tout, il n'avait plus d'arguments. Selon Levy, même moi, et pas seulement les Russes, mais tout le monde autour est un fasciste en général, jusqu'aux Américains qui soutiennent Trump. Sauf pour lui-même.

 

C'est simple, qui il a rappelé, il a énuméré : Heidegger est un fasciste, Nietzsche est un fasciste, Trump est un fasciste, Huntington est un fasciste, et ainsi de suite dans la période. Strictement selon Popper, The Open Society and Its Enemies. Dans ce livre de Karl Popper, les "fascistes" ou "communistes" comprennent tout le monde, de Platon et Aristote à Schelling et Hegel, en général - tout le monde. Sauf Popper. Il est impossible de parler avec de telles personnes - des maniaques libéraux.

 

À mon avis, il est inconvenant de parler la "langue de Svanidze" dans le style de l’Echo de Moscou et du monologue sarcastique autoréférentiel qui y est adopté.

 

Pas Raspoutine.

 

Fedor Shimansky. J'ai vérifié, au fait. Nous avons bien fait les choses. Voici le titre : "Rencontre avec l'homme le plus dangereux du monde : Paul Knott sur le philosophe fasciste de Poutine". Aussi, "La réplique la plus dangereuse de Raspoutine". C'est ainsi qu'ils l'appellent. Et l'homme le plus dangereux du monde et même Raspoutine.

 

Alexandre Douguine Oui, "La réplique de Raspoutine". Bon, d'accord. Je traite la figure de Raspoutine avec beaucoup d'intérêt. Il était la voix du peuple profond sous le dernier empereur. Avec son esprit profond, viril et terrestre, il a réussi beaucoup de choses - et même en politique. Son image a été discréditée par ses opposants, et il est révélateur que les Britanniques aient été directement impliqués dans son assassinat - comme dans celui de l'empereur Paul.

 

Pourtant, la comparaison est évidemment ridicule. Je suis philosophe, et si mes idées influencent effectivement la politique de Poutine, ce n'est pas par l'hypnose individuelle ni par la suggestion directe. Je travaille avec des paradigmes, avec des champs sémantiques. Il s'agit d'un autre type de pratique.

 

A suivre

 

 

Alexandre Douguine

 

http://dugin.ru

Alexandre G. Douguine (né en 1962) est un éminent philosophe, écrivain, éditeur, personnalité publique et homme politique russe. Docteur en sciences politiques. Professeur de l'Université d'État de Moscou. Il est le leader du mouvement eurasien international. Membre fréquent du Club Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

NdT: Kali Yuga « Le Kali Yuga ou kaliyuga (en écriture devanāgarī : कलियुग, « âge de Kali » ou « âge de fer »), est le quatrième et actuel âge de la cosmogonie hindoue, les trois autres étant le Krita Yuga, le Trétâ Yuga (en) et le Dvâpara Yuga. Ces quatre âges correspondent à un Mahayuga. (…) Le Kali Yuga s'achèvera 432 000 ans plus tard, quand Kalki, une nouvelle descente (avatâr) de Vishnou ramènera l'Ordre (dharma) et le bonheur sur Terre pour recommencer un nouveau cycle des yuga. (…) Le Kali Yuga tire son nom du démon Kali (कलि), qui ne doit pas être confondu avec la déesse Kâli (काली). En effet, alors que le Krita Yuga est censé être l’âge d’or, le Kali Yuga est celui où les êtres souffrent le plus, et où ils sont les plus nombreux à souffrir, et ce faisant, où il est plus facile d'atteindre la Délivrance (Moksha) des réincarnations" (https://fr.wikipedia.org/wiki/Kali_Yuga ).

Lire la suite

Alexandre Douguine : Tout a changé à 180 degrés en Arménie (Club d'Izborsk, 15 février 2021)

15 Février 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Alexandre Douguine, #Club d'Izborsk (Russie), #Asie, #Guerre, #Iran, #Russie, #USA, #Politique

Alexandre Douguine : Tout a changé à 180 degrés en Arménie  (Club d'Izborsk, 15 février 2021)

Alexandre Douguine : Tout a changé à 180 degrés en Arménie

 

15 février 2021

 

https://izborsk-club.ru/20652

 

 

- Alexandre G. Douguine, nous voyons que la situation en Arménie après la signature par le Premier ministre Pashinyan de la déclaration trilatérale sur le Karabakh est très spécifique. Cela semblait être une voie de choc pour le pays. Nous avons assisté au siège du bâtiment du gouvernement, le Parlement. L'opposition avait formé une sorte de "Mouvement de sauvetage de la patrie" et, jusqu'à la nouvelle année, descendait régulièrement dans les rues d'Erevan pour exiger la démission de Pashinyan. Et maintenant, après une courte pause, les rassemblements continuent. Mais ce que nous voyons. Pashinyan n'a pas pu être évincé. Quelle en est la raison ?

 

- L'échec politique initial de Pashinyan et sa perception de ses voisins ont été son travail avec Soros, sa querelle avec Moscou, qui ont tous conduit à son incapacité à défendre le Karabakh. Ce sont les maillons d'une même chaîne. Il est passé à la coopération avec les mondialistes et n'a donc pas eu confiance en Moscou, les mondialistes l'ont poussé à des scandales avec Poutine et à des actions ignobles. Ainsi, lorsque l'Azerbaïdjan a commencé à restaurer son intégrité territoriale par la force, Poutine l'a perçu assez calmement et l'a même soutenu intérieurement dans un certain sens. Il n'y avait aucun obstacle moral ou psychologique à ce que Moscou accepte de restaurer l'intégrité territoriale de l'Azerbaïdjan. Elle correspondait à nos intérêts stratégiques et elle est rationnelle. En raison du comportement de Pashinyan, Bakou a soudainement eu les mains libres pour reprendre le contrôle des territoires précédemment occupés. Elle était importante pour les Azerbaïdjanais, elle ne contredisait absolument pas les intérêts stratégiques de la Russie et était activement soutenue par la Turquie.

 

J'ai été vraiment étonné de la façon dont Pashinian s'est conduit pendant la première moitié de sa présidence. Comme s'il n'était pas du tout arménien. Mais maintenant, après la défaite, le Premier ministre arménien a soudainement changé de position et a commencé à se comporter comme un politicien raisonnable. Avec Moscou, il essaie (bien qu'en principe, sur la base de sa politique précédente, il pourrait même maintenant se lancer dans de nouvelles provocations) d'adoucir la situation, d'établir des relations. Parfois, oui, on entend la dure rhétorique anti-Azerbaïdjanaise, mais elle est beaucoup moins présente, et elle est axée sur le public national, et elle est progressivement retirée de l'agenda international. Pashinyan est désormais bénéfique pour tout le monde, sauf pour les nationalistes arméniens et les mondialistes.

 

La façon dont le Premier ministre agit maintenant, à mon avis, est dans l'intérêt et pour le bien de l'avenir de l'Arménie elle-même. Je pense que le peuple arménien a réalisé qu'à ce stade, le Pashinyan est ce qu'il faut, c'est la façon de résoudre tous les problèmes. Il a apposé sa signature dans le cadre de l'accord de paix, reconnaissant en fait la négation par l'Arménie des revendications du Karabakh et les résultats de la victoire de l'Azerbaïdjan. En outre, il a facilité la poursuite des relations de l'Arménie avec Moscou. Car Moscou se serait retrouvée dans une situation difficile si des nationalistes étaient arrivés au pouvoir qui auraient évincé Pachinien. Dans ce cas, les nationalistes qui sont arrivés au pouvoir en Arménie s'adresseraient à Moscou et diraient qu'ici, nous avons éliminé l'agent de Soros et que maintenant nous rétablissons nos positions. Et puis, il ne serait pas si facile pour Moscou de mener une politique sur le Karabakh. Bien sûr, les Arméniens essaieraient de manipuler Moscou. Des provocations au Karabakh ne seraient pas exclues afin d'entraîner la Russie dans une nouvelle escalade. Cela n'arrivera pas sous le règne de Pashinyan. Il ne veut plus jouer à la guerre. C'est pourquoi il convient à tout le monde en ce moment. Aujourd'hui, l'Arménie, aussi étrange que cela puisse paraître, bénéficie de la paix ; la paix avec l'Azerbaïdjan, avec la Turquie, avec la Russie. C'est sa chance, une chance d'essor économique, une chance de résoudre tous les problèmes. Pashinian se montre aujourd'hui comme un homme politique, flexible et guidé par les intérêts de l'Arménie. Il a réussi à s'arrêter en temps voulu.

 

- Les organisations Soros en Arménie se dressent maintenant contre Pashinyan. Apparemment, quelque chose a mal tourné pour Soros qui aurait amené le "premier ministre de velours" au pouvoir en Arménie et Pashinyan est maintenant un "déchet" pour lui ?

 

- Précisément. C'est pourquoi les structures de Soros avec lesquelles Pashinyan était initialement lié réagissent de cette manière. Maintenant, en fait, le Premier ministre en exercice a toutes les raisons de détruire le nid de Biden-Soros américain dans son pays qui vient de porter un coup énorme à l'Arménie. Chassez Soros du pays. Pashinyan, comme beaucoup, sait ce que vaut le soutien de l'Occident, quel genre d'hôte il est - le plus effrayant de tous les hôtes. Le système est bien connu. L'Occident en profite d'abord et le jette ensuite à la poubelle. C'était avec Saakashvili, Porochenko, ce sera avec Navalny. Ces "protégés" à un certain moment sont simplement remis en une seconde. Pour Soros, ils seront toujours du matériel utilisé, des "travailleurs invités", des indépendants saisonniers - travaillez et sortez. Quiconque traite avec les mondialistes, avec Biden, avec Kamala Harris, avec l'establishment américain actuel et sa structure est condamné, peu importe qui ils sont - géorgien, arménien, syrien, turc, azerbaïdjanais. C'est une marque noire. Ils ne protègent pas les leurs, ils les trahissent, ils en profitent et les jettent.

 

 

Et par conséquent, dès que Pashinyan s'est tourné vers la politique arménienne sensée, Soros s'est immédiatement indigné. Je pense que maintenant Soros va commencer à soutenir les opposants de Pashinyan - les nationalistes extrémistes, le "clan du Karabakh" qui étaient ses ennemis. En Arménie, tout a changé de 180 degrés. Auparavant, les forces nationalistes extrêmes étaient orientées vers la Russie - le "clan du Karabakh", Serzh Sargsyan, avant cela Robert Kocharyan. Ils ont essayé d'accommoder Moscou ; grâce à cela, le statu quo au Karabakh a été en quelque sorte maintenu. Soudain, Pashinian est arrivé, et avec l'aide de Soros, il a pris et détruit ce modèle, perdant ainsi le Karabakh.

 

En fait, selon le plan initial de Soros, la tâche de Pashinyan lors de son arrivée au pouvoir en Arménie était de se rebeller contre la Russie, l'OTSC, après avoir perdu le Karabakh ; il a dû lancer des provocations contre l'Azerbaïdjan, s'indigner du rôle de la Turquie - en général, remplir la stratégie de Soros. Mais il a rapidement changé d'avis : il a signé le traité de paix avec l'Azerbaïdjan et la Russie, a conclu l'accord avec Poutine. Maintenant, Soros, ce vampire, s'arrache ses derniers cheveux séniles. Je pense que maintenant il n'y a pas de pire ennemi pour Soros et l'ambassade américaine, centre de subversion stratégique en Transcaucasie. Il me semble que la direction actuelle des États-Unis ne peut être considérée comme une "organisation terroriste" d'aucune autre manière, elle devrait être assimilée à l'IS (une organisation terroriste, interdite en Russie), et tous les diplomates américains et les responsables de la CIA devraient être expulsés du pays, et tous leurs fonds devraient être fermés le plus rapidement possible. Ce poison, ces éléments terroristes non constructifs ne laisseront personne en paix. Il me semble que l'Arménie sera désormais très vigilante à l'égard de cette idéologie extrémiste. Et maintenant que Soros et Pashinyan entrent dans un grave conflit, je pense que nous devrions soutenir le Premier ministre arménien. Toute alliance peut être positive, constructive, efficace si elle est d'une manière ou d'une autre en opposition avec les réseaux mondialistes. C'est la voie de la victoire dans toute situation géopolitique. Ilham Aliyev l'a toujours très bien compris ; Erdogan l'a toujours très bien compris ; l'Iran l'a toujours très bien compris. Si les Arméniens comprennent cela, ce serait bien. Les derniers qu'il faut convaincre sont les Géorgiens qui sont aussi des gens merveilleux, orthodoxes, merveilleux, dans leur essence et leur culture très proches des Russes qui sont devenus les otages des stratégies libérales, de la tromperie, des provocations, qui ont cru aux vrais sadiques et aux meurtriers de l'atlantisme. Je pense que l'une des tâches les plus importantes pour l'Azerbaïdjan victorieux et l'Arménie en voie de redressement, à la lumière des résultats du règlement du Karabakh et du mouvement de la région vers la paix, sera de convaincre la Géorgie que continuer à être dirigée par les Américains n'est pas seulement une voie vers nulle part, mais une voie vers la fin de la Géorgie. Je pense que nous devrions tous, les pays eurasiens, agir ensemble maintenant, chercher notre place dans le monde multipolaire complètement nouveau, ce que fait déjà activement Ilham Aliyev, qui est pleinement soutenu par la Russie et ce que l'Arménie approche progressivement au prix d'erreurs colossales, de dommages à ses intérêts.

 

- C'est-à-dire l'opposition en Arménie, qui repose sur le "clan du Karabakh", les nationalistes, appelant aujourd'hui à la vengeance - le nommé, mais il semble, plus le chef symbolique de l'opposition - l'ancien ministre de la défense d'Arménie, l'un des fondateurs du mouvement séparatiste du Karabakh Vazgen Manoukian, Robert Kocharian, Robert Kocharyan, qui a annoncé son retour à la "grande politique" et qui a en fait prétendu être "la personne compréhensible et forte", le "manager professionnel" que les gens attendent pour arriver au pouvoir, n'est qu'une fiction... Il s'avère que les nationalistes actuels, les revanchards, les représentants du "clan du Karabakh" n'ont aucun avenir en Arménie...

 

- Hier, les politiciens qui ont fait référence au soi-disant "clan du Karabakh" étaient nos alliés. Mais aujourd'hui, ils deviennent nos ennemis - c'est la politique. Rien de personnel. Je pense que maintenant que le projet "Pashinyan" de Soros a échoué en Arménie, les mondialistes vont essayer d'entrer en Arménie par le "clan du Karabakh". Pas par Pashinyan, mais exactement par le "clan du Karabakh". En même temps, je pense que dans un avenir proche, une nouvelle force nationale doit apparaître en Arménie. Elle est tout simplement nécessaire et inévitable. Que cette force soit opposée à Pashinyan, mais elle ne doit pas être atlantiste. Mais je crains qu'il ne soit pas facile de parvenir à une telle force. Si le Premier ministre arménien changeait radicalement de cap politique, je pense que ses plus ardents opposants, les nationalistes, le "clan du Karabakh", se tourneraient vers les Américains, Soros, pour leur demander de l'aide et ainsi tenter à nouveau de mener l'Arménie dans ce cercle vicieux. Par conséquent, un nouveau pouvoir doit apparaître en Arménie.

 

Pour tout pays de l'espace post-soviétique et pas seulement l'alliance du nationalisme, du libéralisme et de l'orientation vers les Etats-Unis conduit (et c'est une conséquence naturelle) à la perte de territoires. C'est vrai pour tout le monde. Nous l'avons également constaté dans l'histoire de l'Azerbaïdjan - lorsque le Front populaire libéral-nationaliste est arrivé au pouvoir au début des années 1990, l'Azerbaïdjan a alors perdu le Karabakh. Lorsque les nationalistes ukrainiens, soutenus par l'Occident, sont arrivés au pouvoir à Kiev, ils ont perdu la Crimée et le Donbass. C'est la loi. Et les représentants du "clan du Karabakh" devraient se rendre compte de l'effet de cette loi. Qu'ils n'ont une chance de rester une force politique en Arménie qu'en gardant l'orientation eurasienne et en rejetant Soros. Oui, le "clan du Karabakh" a aujourd'hui des ambitions. Mais ils ne pouvaient pas faire face à 30 ans lorsque le Karabakh était entre leurs mains, ils ne pouvaient rien offrir à la population, aux voisins ou à qui que ce soit d'autre. Ils ont eu une chance, ils ont essayé et ont échoué. Cela signifie qu'il y a une crise profonde dans le mouvement national arménien lui-même. Tout n'est pas arrivé par hasard - nous avions le Karabakh, et bêtement nous l'avons perdu - donc il y a quelque chose qui ne va pas dans l'idée elle-même. Et maintenant, nous devons travailler sur les erreurs, mais pas jeter toutes les forces pour renverser Pashinyan. Pashinyan n'a fait ici que formaliser la crise fondamentale de l'idée arménienne.

 

- Le déblocage des liens entre le transport et l'économie est la prochaine étape sur la voie du Karabakh, prise pour mise en œuvre. En même temps, en Arménie, y compris les fonctionnaires, on entend périodiquement des thèses selon lesquelles tout ce dont les parties ont convenu pour le règlement du Karabakh, y compris le déblocage des liens économiques et de transport, est dans l'intérêt de l'Azerbaïdjan et de la Turquie uniquement. Cela semble assez étrange, si l'on considère que c'est l'Arménie qui est bloquée depuis environ 30 ans et ne peut pas participer à des projets mondiaux...

 

- Que peuvent dire d'autre les vaincus ? En réalité, l'Arménie devrait être épargnée maintenant. Le vrai gagnant est celui qui commence à traiter le vaincu comme un allié. Nous devons simplement ignorer ces déclarations, comprendre ce qui les déclenche. C'est une réaction douloureuse, alors laissez-les parler. La sagesse d'un vrai homme politique, et Aliyev est un vrai homme politique, est de ne pas prêter attention aux bagatelles et de faire des actes, de montrer ce qui sera, non par des mots mais par des actes. L'Azerbaïdjan a repris le contrôle de ses territoires, et la partie du Karabakh contrôlée par les forces russes est également reconnue par tous, y compris la Russie, comme faisant partie de l'Azerbaïdjan. Il n'y a aucun doute à ce sujet. Et c'est pourquoi l'Azerbaïdjan doit maintenant mener le processus de paix avec calme, confiance, sans prêter beaucoup d'attention à certaines formulations. Maintenant, il doit faire des affaires. Comme il s'est montré dans la restauration de l'intégrité territoriale. Aliyev l'a pris et l'a fait tranquillement. Ce sont les actes qui comptent, pas les mots. L'Azerbaïdjan doit maintenant s'orienter vers le déblocage des transports et des liens économiques, pour garantir les droits de la population arménienne au Karabakh, pour montrer que les Azerbaïdjanais ne sont pas seulement un changement du nationalisme arménien vers le turcisme, mais qu'il s'agit d'un système politique responsable, profond, fort, ouvert, inclusif, véritablement respectueux des droits des peuples, et qu'il remplace ce modèle nationaliste radical qui y dominait auparavant. Cela doit être prouvé. Il est vraiment nécessaire de relier directement la Russie à l'Arménie par différentes nouvelles communications, la Turquie à l'Azerbaïdjan, l'Arménie à l'Azerbaïdjan, l'Iran. Il est nécessaire de développer ce bloc pour le rendre amical, dans l'intérêt de tous les pays de Transcaucasie, ce doit être une stratégie gagnant-gagnant.

 

Le déblocage des liens transport-économie sera bénéfique pour tous les pays de la région, il ouvrira une nouvelle page. Toutefois, elle sera particulièrement bénéfique pour l'Arménie. Parce que tous les pays de la région, contrairement à l'Arménie, ont accès aux autres pays par voie maritime ou terrestre. Seule l'Arménie se trouve bloquée, dans une impasse. C'est, en fait, la tragédie du pays. Et le déblocage des communications de transport, l'établissement de relations normales avec l'Azerbaïdjan et la Turquie, la possibilité d'une intégration directe dans toutes les directions est une chance pour une explosion positive de l'économie arménienne. Il s'agit de la prospérité économique, sociale, politique, diplomatique et culturelle du pays.

 

La véritable chance de vaincre votre ancien ennemi, de vous en faire un ami sans vous réjouir de votre victoire. C'est une chose très subtile. Mais les Turcs n'auraient jamais créé leurs grands États s'ils ne savaient pas comment s'y prendre. Aucun grand État n'est jamais créé sans que le souverain ait cette compétence. Et la Turquie n'aurait jamais créé l'Empire ottoman. Toute puissance forte comprend parfaitement combien il est important d'avoir des amis. Et le prix d'une véritable amitié eurasienne sera le prix de la prospérité pour l'Arménie, qui doit tirer un maximum de profit du déblocage de toutes les barrières économiques et commerciales qui font obstacle à la renaissance de l'économie et de la société arméniennes.

 

- Depuis de nombreuses années, les experts parlent de l'axe Moscou-Bakou-Ankara qui est en train de naître. Dans quelle mesure s'est-elle manifestée aujourd'hui au détriment du règlement du Karabakh ?

 

- Elle se manifeste très bien. La situation au Karabakh a parfaitement montré qu'elle n'est pas seulement imminente, elle existe. Peu importe à quel point la Russie a été poussée par ses ennemis dans le conflit avec l'Azerbaïdjan pendant la guerre du Karabakh, combien de fois les structures russes ont crié que les Turcs venaient ici, elles ont montré du doigt le défilé militaire à Bakou avec la participation de la Turquie, ont crié que c'était la victoire des Turcs contre les chrétiens, ont montré les vidéos montées en chromakey dans les studios américains. Peu importe le nombre de ces provocations, la Russie est si sérieuse au sujet de cet axe, Moscou-Bakou-Ankara, que rien, pas même l'abattage accidentel d'un avion par l'Azerbaïdjan vers la fin de la guerre, n'a fait changer la situation. Et rappelez-vous l'incident de l'avion de chasse russe abattu par la Turquie. Le fait que les États aient aplati ces situations montre que Moscou et Poutine prennent personnellement très au sérieux la ligne stratégique Moscou-Bakou-Ankara et continueront à avancer dans cette direction. Nous avons déjà vu cet axe en action alors que nous nous attendions à une guerre avec la Turquie ; après le même avion, après l'assassinat de notre ambassadeur, même de sérieux désaccords sur Idlib ou la Libye ne nous ont pas conduits à une confrontation directe avec les Turcs. C'est très, très grave. Quant au rapprochement entre Aliyev et Poutine, c'est une véritable épopée. Deux leaders visionnaires forts, qui ont amené leurs propres pays et peuples à des positions offensives, ont exécuté de nombreux événements grandioses, bien sûr, leur rapprochement a créé un lien indissoluble.

 

En même temps, je ne peux m'empêcher de constater qu'il existe un autre axe qui, en principe, ne doit pas être oublié. Il s'agit de l'axe Moscou-Erevan-Téhéran. Moscou perçoit les Arméniens et les Iraniens comme ses alliés et des alliés très proches. Et malgré les provocations de Soros qui étaient visibles pendant la présidence de Nikol Pashinyan, cet axe existe. Et ici, il est important que ces deux axes ne soient pas en conflit, et nous pouvons les harmoniser. Nous devons nous rappeler que la Turquie et l'Iran ont des désaccords ainsi que beaucoup de choses en commun. Ankara-Téhéran n'est pas une zone d'inimitié, mais une zone de rivalité historique, tout comme avec la Russie. Les relations de l'Iran avec l'Azerbaïdjan sont également un fait historique. L'Iran est un facteur crucial dans l'ensemble de la politique régionale, et la stabilité et la prospérité de la région dépendent de la manière dont l'Azerbaïdjan et la Turquie gèrent leurs relations avec l'Iran. Ici, nous devons être très attentifs.

 

Il ne fait aucun doute que l'axe Moscou-Bakou-Ankara attend de nombreux défis. Plus les États seront proches, plus les défis seront également nombreux sur la piste du Karabakh. Il est nécessaire de montrer tout le temps sa vitalité. Cet axe est à bien des égards le contraire de l'atlantisme, du mondialisme, c'est l'axe des Etats indépendants forts comme le contraire de la pression occidentale. Et ce n'est qu'en renforçant la coopération entre les pays de la région que nous pourrons faire face aux nouveaux défis. Comme je l'ai dit, il y aura d'autres provocations de la part des agents d'influence atlantistes. Ils seront partout, dans tous les pays, ils essaieront par tous les moyens de déformer la réalité. Il est très important d'isoler cette influence. Les agents d'influence vont essayer d'entrer en conflit avec nos pays, ils vont dire à certains politiciens qu'ils iront avec Ankara au lieu de Moscou, parce que la Turquie est beaucoup plus importante que la Russie, ils vont essayer de soutenir le séparatisme en Azerbaïdjan méridional iranien et ainsi de suite, et ils vont essayer de poursuivre la guerre avec les Arméniens. Ceux qui vont maintenant essayer de détruire cet axe Moscou-Bakou-Ankara, d'accuser les voisins - ce sont des agents d'influence, des représentants des structures de Sorosov. N'ayant finalement pas réussi à faire face à l'Arménie, ils pourraient essayer de passer par l'Azerbaïdjan. Il est très important que les patriotes azerbaïdjanais, les porteurs profonds de l'identité azerbaïdjanaise, comprennent la situation dans laquelle nous nous trouvons, qu'ils la surveillent. Il existe en Azerbaïdjan des forces intellectuelles et analytiques très sérieuses et très influentes, mais il y a aussi des "subversifs". C'est pourquoi, aujourd'hui plus que jamais, il est important que le président s'appuie sur de vrais patriotes, des personnes, propres à tout engagement dans les structures mondialistes.

 

 

Alexandre Douguine

 

http://dugin.ru

Alexandre G. Douguine (né en 1962) est un éminent philosophe, écrivain, éditeur, personnalité publique et politique. Docteur en sciences politiques. Professeur de l'Université d'État de Moscou. Il est le leader du mouvement eurasien international. Membre fréquent du Club Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

"Soros, ce vampire, s'arrache ses derniers cheveux séniles." (Alexandre Douguine). Dessin (détail): Ben Garrison.

"Soros, ce vampire, s'arrache ses derniers cheveux séniles." (Alexandre Douguine). Dessin (détail): Ben Garrison.

Lire la suite

L'EXPERTISE DE DUGIN #115 : QUE FAIRE SI VOUS NE VOULEZ PAS QUITTER LA MAISON (Geopolitica.ru, 20.01.2021)

20 Janvier 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Alexandre Douguine, #Philosophie, #Russie, #Société

L'EXPERTISE DE DUGIN #115 : QUE FAIRE SI VOUS NE VOULEZ PAS QUITTER LA MAISON

 

20.01.2021

 

https://www.geopolitica.ru/directives/ekspertiza-dugina-no-115-chto-delat-esli-ne-hochetsya-vyhodit-iz-doma

 

 

Sur les raisons pour lesquelles les hikikomori, enfermés chez eux aujourd'hui, sont des personnes plus adéquates que celles qui réussissent et sont actives

 

 

Ceux qui ont l'impression de ne pas aller bien sont plus proches des gens aujourd'hui. Ceux qui réussissent dans notre monde et sont heureux - cela signifie qu'ils sont plongés dans le tapis roulant et qu'ils ont été remplacés par des programmes qui agissent à leur place.

 

- Le processus d'éveil, de rétablissement commence avec le sentiment que quelque chose ne va pas.

 

- Hikikomori est le diagnostic de troubles mentaux lorsque les personnes refusent de quitter leur domicile et de s'engager dans le processus de socialisation. Ils décident délibérément qu'ils ne pourront pas vivre, et il vaut mieux s'asseoir au cou de leurs parents et regarder un dessin animé. Si pour les jeunes, c'est encore compréhensible, alors quand une personne a plus de 40 ans et qu'elle est encore assise à la maison, sans aucune chance d'avoir une famille et des rendez-vous, c'est déjà un diagnostic.

 

- Cependant, certaines personnes ne considèrent pas qu'il s'agit d'un diagnostic.

 

- Les Hikikomori ressemblent à des gens inférieurs parce qu'ils choisissent quatre murs au lieu de la vie. Cependant, il y a peu de différence : le niveau de compagnie et de divertissement que le monde moderne offre n'est pas si éloigné des personnages d'anime.

 

- Un hikikomori, à mon avis, est plus adéquat qu'un non-hikikimori. Une personne qui comprend qu'elle ne va pas bien dans la vie est plus honnête et plus profonde qu'une personne qui ne le comprend pas. Un hikikomori sait que quelque chose a mal tourné et que c'est fatal, tandis que d'autres ont l'illusion que tout va bien.

 

- Il n'y a pas de solution simple - il suffit de dire, sortir, aller rencontrer des gens au bar ne va pas marcher. La perspective - "nous avons besoin de vous, ne désespérez pas" - rappelle de plus en plus les messages robotisés de la Sberbank ou du service d'entretien ménager aux personnes qui n'ont pas remboursé leurs prêts, avec une voix électronique joyeuse qui rapporte joyeusement que "tout va bien, portez-vous bien, bien que les collecteurs soient en route vers vous".

 

- Tout ce qu'on appelle aujourd'hui "vivre la vie" est devenu un simulacre plat. Nous vivons dans un manga, seulement ennuyeux et médiocre, écrit par des idiots dépourvus d'imagination.

 

- Où trouver la force de protester ? De hikikomori, nous devons revenir non pas à une "vie normale" mais à une protestation radicale. Si vous avez réalisé qu'il n'y a rien et personne à vivre (si ce n'est pas le cas, vous devez d'abord devenir un hikikomori), alors vous ne devez pas retourner dans la société, mais protester radicalement, affirmer une vie alternative. C'est donc la vie qui est mauvaise, pas vous, et vous devez vivre la vraie vie - qui est en lutte et en rébellion contre ce qui est.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Vous pouvez mettre des sous-titres en français ou dans la langue de votre choix en activant le sous-titrage en cliquant sur l'icône Paramètres en bas à droite de la vidéo sur Youtube, puis Traduction.

Lire la suite

Alexandre Douguine : Nous sommes confrontés à une guerre à la mort, pas à la vie (Club d'Izborsk, 3 janvier 2021)

14 Janvier 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Alexandre Douguine, #Club d'Izborsk (Russie), #Philosophie, #Politique, #Russie, #Société

Alexandre Douguine : Nous sommes confrontés à une guerre à la mort, pas à la vie  (Club d'Izborsk, 3 janvier 2021)

Alexandre Douguine : Nous sommes confrontés à une guerre à la mort, pas à la vie

 

3 janvier 2021

 

https://izborsk-club.ru/20515

 

 

С. Mardan :

 

- Bonjour à tous, je suis Sergei Mardan.

 

М. Bachenina :

 

- Je m'appelle Maria Bachenina. Bonjour !

 

С. Mardan :

 

- Bonne année à tous !

 

Allons-y. Nous n'allons pas discuter maintenant d'un agenda du Nouvel An ennuyeux, où, à part prendre d'assaut la Maison Blanche, il n'y a rien d'autre. Nous préférons parler des prévisions pour l'année à venir. Et nous en parlerons avec le philosophe russe Alexandre Dugin. Bonjour !

 

А. Dugin :

 

- Bonjour !

 

М. Bachenina :

 

- Bonjour !

 

С. Mardan :

 

- Vous savez par où je voulais commencer ? Je suis tombé sur un texte étrange. Je vais le citer un peu, et ensuite nous essaierons d'en discuter.

 

"Le début d'une nouvelle ère coïncide, en termes de calendrier, avec la préparation d'une nouvelle révolution industrielle ou industrialisation 4.0. Parallèlement à ces mouvements, une tendance réactionnaire se développe également dans la société, une demande de contre-révolution 4.0 - une réponse à la numérisation mondiale, dont COVID-19 a été le premier défi". Dans ce contexte, certaines personnes assez influentes en politique ont commencé à dire que l'idéologie conservatrice devenait une tendance, que la Russie redevenait un bastion de la pensée conservatrice mondiale. Et même un mouvement conservateur. Mais est-ce que n'importe quel pays, n'importe quelle société sera capable d'arrêter ce qui est déjà imparable, donc, me semble-t-il personnellement, irrépressible ? Qu'en pensez-vous ?

 

А. Dugin :

 

- Je pense que le temps n'est pas ce qu'il paraît. Et non pas ce que nous pensons. Notre notion du temps, qui porte en elle les événements, les changements, les transformations technologiques, est une certaine illusion idéologique artificielle, très faible, obsessionnelle. Et c'est là le point fondamental, car étant une illusion idéologique, il nous semble que le temps est seul, qu'il ne dépend pas de nous. En fait, tant que nous sommes encore des êtres humains et non des robots, des machines ou des dispositifs informatiques, nous pouvons prendre des décisions sur le contenu de l'avenir. Tant que nous sommes des êtres humains. C'est ce qu'il s'agit de l'être humain dans sa relation au temps qu'il détermine. Il n'y a pas de quatrième révolution, pas de conservatisme, pas de progressisme sans notre consentement et notre décision. Nous décidons de ce que sera l'avenir. Et cela est fondé sur des principes. Il y a certaines tendances et chaînes logiques, mais nous sommes toujours libres dans cette chaîne logique, tant que nous sommes des êtres humains. Et nous pouvons les ouvrir et prendre un chemin différent.

 

Je ne suis pas du tout d'accord avec cette idée protestante du temps linéaire. Elle a été proposée par Calvin lors de la Réforme, qui a nié le libre arbitre. C'est là que l'Occident s'est égaré, quand il s'est mis dans des positions calvinistes, et Calvin ne présuppose pas le libre arbitre. Ainsi la révolution, le changement des formations, l'histoire devient une sorte de prédestination, une loi de fer de transformation sur laquelle l'homme n'a aucune influence. Ou affecte très peu, artificiellement, en fait, illusoirement.

 

J'ai un point de vue complètement différent. Un point de vue orthodoxe, si vous voulez. Les catholiques ont même défendu l'existence du libre arbitre. Je crois que tant que nous sommes humains, nous sommes libres. Tant que nous sommes libres, nous pouvons influencer l'avenir. Plus que cela, c'est nous qui faisons l'avenir. Ce n'est pas la quatrième révolution, ni le conservatisme ou quoi que ce soit d'autre, ni certaines normes matérielles ou sociales qui prennent les décisions à notre place. C'est nous qui prenons la décision. Et à cet égard, je suppose que, vraiment, cette année, et là je suis d'accord, et je n'aime pas vraiment le quatrième pouvoir, quand on commence à expliquer quelque chose par l'économie, on tombe toujours dans un abîme. C'est plutôt une sorte de porcherie, parce qu'avec certaines rampes matérielles nous essayons d'expliquer un être humain aussi complexe et subtil, exquis.

 

À mon avis, il y a effectivement une question très sérieuse qui est abordée en ce moment. Suivons-nous cette voie de progrès que suit le parti démocrate américain, la haute technologie ? Et c'est une décision. C'est aussi une philosophie, une idéologie. Nous voyons maintenant que tout cela n'est qu'idéologie.

 

Soit nous disons : ce n'est pas le cas. Les deux sont gratuits. On essaie de nous imposer qu'il n'y a pas d'alternative à Biden, il y en a en fait: 70 millions d'Américains ne le pensent pas. On nous a dit qu'il n'y avait pas d'alternative à la numérisation, et il y en a une. Si nous prenons une décision, soit nous proposerons une autre alternative de modernisation-numérisation, soit nous l'abolirons complètement.

 

Je suis profondément convaincu que tant qu'il y a un être humain, il y a la liberté de dire "oui" et "non" à tout. Toute tendance. Et là, je pense que le choix s'est vraiment affiné. D'un côté, il y a plutôt cette grande remise à zéro que les mondialistes réclament. Maintenant qu'ils ont volé les élections, à mon avis, ils ont imposé leur volonté, il y a eu un coup d'État aux États-Unis. Et maintenant, ils vont aller dans le monde entier. C'est ce qu'on appelle une "grande remise à zéro" - un retour à l'ordre du jour mondialiste. D'autre part, le "grand réveil" - le grand réveil - commence. Les gens comprennent qu'il ne s'agit pas seulement d'une question de technologie, de certains modèles de fatalisme d'objet, et que nous parlons de domination idéologique, d'hégémonie non pas de toute l'Amérique, mais de la moitié de celle-ci, voire de la moitié de l'élite américaine, de la société américaine, qui tente d'imposer son programme au monde. Naturellement, il y aura des résistances. Je pense que la Russie est destinée à jouer un des rôles les plus importants dans cette résistance et ce réveil.

 

С. Mardan :

 

- Alexandre Gellievitch, si l'on prend la fin du XIXe siècle, le début de l'industrialisation rapide de la Russie, cette couche active était microscopique dans le pays des géants paysans. Marchands, industriels, qu'est-ce que c'est ? 1 % ou même moins. En 1917, les bolcheviks, ainsi que la classe ouvrière, Dieu nous en garde, occupaient même dix pour cent de la population de l'empire. Néanmoins, ils ont assuré la victoire du projet moderniste en Russie.

 

Ces 70 millions d'Américains qui ont perdu, ne pensez-vous pas qu'ils n'ont rien résolu ? Ce n'est pas le cas. C'est une tentative de vengeance, qui a été prise par l'anti-mondialisation, elle a échoué. Peut-être la Russie devrait-elle rejoindre le camarade Biden ? Et commencer à mettre en œuvre la numérisation, comme ils le font à Moscou. Avec du fer et du sang.

 

А. Dugin :

 

- C'est une question ouverte. Il s'agit là de la question d'une solution. Tout d'abord, vous avez tout à fait raison sur le fait que la révolution bolchevique ne reposait sur aucun facteur objectif. Au contraire, ils ont agi au nom d'un avenir qu'eux seuls connaissaient, malgré toutes les lois, y compris les lois du marxisme. Parce que, du point de vue de Marx, dans un pays sans capitalisme, on ne peut pas faire une révolution socialiste, et nous avions 99% de la population paysanne parmi le peuple, et le prolétariat industriel, il n'existait presque pas. Néanmoins, nous avons gagné. Parce que l'ancien modèle conservateur s'était relâché. Nous avons gagné. Nous nous sommes révélés être les plus agressifs, les plus paranoïaques, imposant notre propre vision.

 

Aujourd'hui, quelque chose de similaire s'est produit en Amérique. Cette victoire de Biden et des démocrates est une victoire de ces bolcheviks libéraux, qui disent aussi qu'au nom de la haute technologie, au nom de Twitter, au nom de Google, de l'intelligence artificielle, au nom de la liberté de genre, vous, qui avez voté à la majorité, n'êtes rien du tout. Et cela, d'une part, est une perte. D'autre part, la moitié de l'Amérique se bat contre ce projet progressiste, et ce n'est pas rien. C'est en effet un grand développement. Et je ne pense pas qu'ils aient perdu tant que ça. Ils reprennent leurs esprits. Ils voient que ce n'est pas seulement Google, Twitter, Facebook qu'ils utilisent comme moyen. Que ce sont les tentacules de l'intelligence artificielle qui s'infiltrent idéologiquement dans leur conscience.

 

Il est très important de se tourner vers Heidegger ou Friedrich Georg Jünger, vers le livre "La perfection de la technique" ou l'analyse Heideggerienne. La technique est en fait une métaphysique. La technique apporte avec elle l'idéologie. Et ceux qui disent que le développement technique est objectif veulent imposer leur volonté privée, leur volonté progressiste, leur idéologie, leur bolchevisme technologique et technocratique à tous les autres.

 

Je ne pense pas que les conservateurs aient perdu. Oui, ils ont perdu en Russie à un moment donné, mais ensuite ils ont été comme la conscription de Staline, le parti des cinq mille qu'il était pendant la révolution de 17 est devenu le parti des millions. Bien sûr, ils sont issus de la paysannerie russe et ont remplacé l'atmosphère même du bolchevisme.

 

Je pense que la bataille ne fait que commencer. C'est loin d'être terminé. On ne peut pas dire que les populistes, les conservateurs ont finalement perdu. Pas du tout. La vraie bataille commence maintenant. Et en Russie, cette bataille sur la ligne de front se déroule à l'intérieur de notre pays, et non à l'extérieur. Nous avons des élites comme Gref, Chubais, Kudrin, c'est-à-dire les Bidenites. Ils sont bidenites par leurs racines organiques, par leur vision du monde. Ils font également partie de cette intelligence artificielle de Google. Mais une puissance énorme, c'est d'abord Poutine, qui se méfie énormément de ce mouvement. Il y a le siloviki, il y a une grande partie de la population.

 

М. Bachenina :

 

- J'ai une question tellement complexe. Si nous devons décider si nous sommes pour ou contre, il y a déjà une stratification sociale. De nouvelles professions, la disparition des anciennes. Comment le format de la personnalité va-t-il changer ? La structure de la personnalité d'une personne ? Nous pouvons voir que nous n'allons nulle part sans changements.

 

А. Dugin :

 

- Si nous choisissons le progrès, le parti de Biden, Google, Twitter et Facebook, alors c'est bye-bye, mec ! Ce que je veux dire, c'est que nous sommes sur le point de remplacer l'être humain par un post-homme, et c'est le programme du post-humanisme. Le niveau préparatoire est la politique du genre. C'est-à-dire que le processus libéral d'émancipation de l'homme de toutes les formes à l'identité collective prend fin.

 

Bien sûr, l'être humain va changer. De plus, il change sous nos yeux. Et au lieu d'une identité composée d'esprit, d'âme, de corps, de liberté, il y aura une nouvelle identité numérique. Un passeport numérique, un cerveau numérique remplacé par un disque dur à mémoire, une interface remplaçable. De plus, pour être remplacée par l'intelligence artificielle, celle-ci doit être créée avant même son incarnation technologique. Une société contrôlée par des élites, où la conscience est prise de quelque part à l'extérieur, par exemple de l'État ou d'une idéologie, comme c'est le cas en Occident de nos jours, est un plan, une formation à la création d'une intelligence artificielle. Cette société ne pense plus par elle-même. Déjà l'homme est aliéné de lui-même au cours de cette malléabilité aux idéologies. Les idéologies jouent le rôle d'une intelligence artificielle. À un moment donné, il y a des fluctuations. Et maintenant, nous voyons la fusion de l'idéologie, comme au sein du parti démocrate, et de la technologie. De toute évidence, la technologie est idéologique, d'une part, ils ne nous servent pas seulement, nous les servons. Parce qu'ils censurent, s'il vous plaît, et que j'ai essayé de faire une sorte de post sur Facebook qui critique Biden, ça n'apparaît pas, ça n'est pas imprimé. Ce n'est pas seulement une question de technologie. C'est un peu comme si un ordinateur vous censurait. Ce n'est pas un ordinateur, c'est une nouvelle forme de pensée intégrée dans la technologie elle-même.

 

М. Bachenina :

 

- La montée des machines.

 

А. Dugin :

 

- Nous sommes déjà des machines. Pour que nous devenions définitivement une machine, nous devons nous y préparer. Notre conscience est entièrement façonnée de l'extérieur. Notre liberté, nous l'avons perdue il y a longtemps. Aujourd'hui, nous en perdons déjà les derniers niveaux. Ici, la politique du genre est la liberté d'avoir un genre, d'affirmer notre propre identité.

 

М. Bachenina :

 

- Mais si nous regardons la Russie, pas Moscou ou Saint-Pétersbourg, pas toutes les villes d'un million d'habitants. Peut-on vraiment parler de la région de la Terre noire ou de l'Oural ? Il n'y a aucune corrélation entre les gens et cette situation. Leur vie n'est pas du tout numérique.

 

А. Dugin :

 

- Mais elle devient de plus en plus numérique. Regardez les jeunes. Ils migrent vers les réseaux sociaux. Tant dans la région de la Terre Noire qu'au-delà de l'Oural.

 

Non. Ce processus ne s'arrêtera pas. Le fait est que, bien que notre société vive à une autre époque, comme nous l'avons vu, d'ailleurs, la moitié de la société américaine. La moitié de l'Amérique est normale, les populistes d'Europe sont normaux, en général, le monde entier est normal, sauf ce sommet satanique qui nous gouverne à l'échelle mondiale, sauf les mondialistes, à mon avis. Je suis contre cette tendance. Je suis contre le libéralisme, la libération de l'homme de toute forme d'identité collective. Mais jusqu'à présent, ils gagnent parce que leur idéologie est la plus puissante, la plus articulée. Ils disent : liberté pour l'individu de toute forme d'identité collective. La dernière étape à franchir maintenant est de libérer l'individu de l'humanité, car cela aussi est une forme d'identité collective. Et il est naïf de dire que nous ne sommes pas encore assez numérisés, que nous ne serons pas touchés par cela. Nous sommes impliqués. Nous sommes impliqués. Et une partie de notre élite s'est rangée du côté de ces mondialistes idéologiques. Et elle agit, pénètre dans nos vies, y compris dans l'arrière-pays.

 

La seule chance est un grand réveil, quand les gens réalisent ce qui leur arrive. Et lui donner une réponse consciente, responsable et libre. Disons que nous ne voulons pas de ces formes ou de cette essence. Nous voulons préserver et faire revivre notre dignité humaine ! Ce n'est pas si simple. Le droit à la liberté s'épuise sous nos yeux. Et sous le couvert de la liberté, un nouveau camp de concentration numérique nous est imposé. Et c'est ce qu'on appelle une sorte de nouveau quatrième ordre économique. Arrêtez d'être humain, et vous réussirez.

 

С. Mardan :

 

- Essayez de prévoir pour l'année prochaine : peut-il y avoir un tournant dans cette lutte ? Ou bien il faudra d'abord aller jusqu'au bout, presque jusqu'à l'enfer.

 

А. Dugin :

 

- Je pense que, malheureusement, il n'y a aucun espoir qu'elle se termine pacifiquement, une fois pour toutes, avec un compromis, une compréhension mutuelle ou une correction de trajectoire. Je pense que ça va finir en enfer. Malheureusement, elle se terminera par la guerre et l'enfer. Nous voyons à quel point les représentants du mondialisme sont radicaux. Ils ne font pas d'efforts pour parler à qui que ce soit. Ils diabolisent instantanément les conservateurs. En fait, Trump maintenant, les républicains qui ne se font pas vendre de billets d'avion s'ils ont exprimé leur sympathie pour Trump sur les médias sociaux, pouvez-vous imaginer le degré de totalitarisme ? Avec la fermeture de centaines de milliers de comptes Twitter, les comptes Google sont fermés. Ce que j'ai vécu il y a six mois, ils ont fermé ma chaîne YouTube, Tsargrad, et un certain nombre d'autres médias russes. C'est maintenant chose faite à l'échelle mondiale en Amérique. Cela signifie que nous avons affaire à des fanatiques, de vrais bolcheviks libéraux. Il est impossible de leur parler. Ils vont simplement détruire leurs opposants de classe, et nous, conservateurs, toute la Russie y arrive, surtout les canaux patriotiques. Et toute l'Amérique y arrive de façon patriotique. Nous sommes tous un ennemi de classe pour eux, et un ennemi de classe est détruit.

 

Nous voudrions peut-être avoir un dialogue pacifique, mais nous sommes confrontés à une guerre à mort. C'est soit les mondialistes, soit l'humanité. C'est la guerre ! Je pense que tant que nous n'aurons pas atteint le fond de l'enfer dans cette guerre, il n'y aura pas de réel changement. Ils poursuivront leur stratégie. C'est monstrueux.

 

С. Mardan :

 

- Merci beaucoup ! Les prévisions pour 2021 ne vous ont pas rendu heureux, je crois : bonjour, la guerre.

 

 

Alexandre Douguine

 

http://dugin.ru

Alexandre G. Douguine (né en 1962) est un éminent philosophe, écrivain, éditeur, personnalité publique et homme politique russe. Docteur en sciences politiques. Professeur de l'Université d'État de Moscou. Il est le leader du mouvement eurasien international. Membre fréquent du Club Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Daria Platonova: Le Déclin de l'Occident et la résistance de la Nouvelle Europe (conférence en français, 2017)

29 Décembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Alexandre Douguine, #France, #Philosophie, #Politique, #Russie

Daria Platonova, docteur en philosophie de l'université de Moscou, est la fille du philosophe russe Alexandre Gelievitch Douguine.

Lire la suite

Alexandre Douguine : "Nous avons besoin d'un socialisme de l'esprit"- Interview pour l'émission "Pisando em Brasa" (Brésil) (Club d'Izborsk, 26 décembre 2020)

26 Décembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Alexandre Douguine, #Club d'Izborsk (Russie), #Amérique du sud, #Philosophie, #Politique, #Russie

Alexandre Douguine : "Nous avons besoin d'un socialisme de l'esprit"- Interview pour l'émission "Pisando em Brasa" (Brésil)  (Club d'Izborsk, 26 décembre 2020)

Alexandre Douguine : Nous avons besoin d'un socialisme de l'esprit

 

26 décembre 2020

 

https://izborsk-club.ru/20437

 

 

Interview pour l'émission "Pisando em Brasa" (Brésil).

 

- Quelle est l'idée principale de la quatrième théorie politique ? Cette théorie convient-elle à toutes les nations ou a-t-elle été créée spécialement pour les Russes ?

 

- La quatrième théorie politique n'est pas seulement pour les Russes. L'idée principale est la décolonisation de la conscience politique et l'atteinte d'un nouveau niveau de conscience de soi.

 

Nous pensons à la politique dans un système de coordonnées strictement défini. Ce système de coordonnées s'est formé en Europe occidentale au Nouvel Âge, à l'époque de la Modernité. C'est comme une tache historique et géographique. La particularité de cette politique est le rejet de la verticalité - du platonisme et de son idée transcendantale et de la téléologie d'Aristote. La politique n'a pas de dimension spirituelle. La politique n'a pas de but. Tout ne se fait pas du haut vers le bas et du centre vers la périphérie. Tout se fait de bas en haut et de la périphérie vers le centre.

 

Une telle théologie politique (selon Carl Schmitt) se distingue du Moyen Âge européen et des civilisations non européennes.

 

Cette compréhension de la politique s'est d'abord développée dans les pays protestants. Puis elle s'est étendue à toutes les autres nations. Avec la colonisation et l'occidentalisation, ce matérialisme politique a dépassé l'Europe et s'est étendu à toute l'humanité.

 

Au cours des deux derniers siècles, la modernité politique européenne a pris trois formes principales. Libéralisme, Socialisme, Nationalisme. Ils sont tous modernes et ils sont tous européens.

 

Il y a donc eu une colonisation totale de la pensée politique. Dans le monde entier, la "politique" a été comprise comme quelque chose qui a émergé en Europe occidentale au cours des temps modernes.

 

Au XXe siècle, ces trois idéologies se sont affrontées. Tout d'abord, le libéralisme et le communisme ont vaincu le fascisme. Puis, pendant la guerre froide, le libéralisme a vaincu le communisme. Il y avait donc une idéologie politique parmi les trois. Elle a été la base de la mondialisation dans les années 90 du XXe siècle.

 

La Russie est devenue une victime de cette colonisation sous l'influence de l'Occident. Cela a conduit à la révolution bolchevique. En l'an mille neuf cent quatre-vingt-onze, la Russie s'est retrouvée sous le joug du libéralisme.

 

Mais la Russie tente de se soustraire à l'influence de l'hégémonie idéologique occidentale. Et cherche une issue. D'où cette analyse de la politique. Et la conclusion de la nécessité d'une quatrième théorie politique.

 

Mais ce n'est pas seulement le choix de la Russie. De nombreuses personnes dans le monde, à l'Ouest comme à l'Est, ne sont pas d'accord avec le libéralisme. Mais ce désaccord les renvoie dans la modernité politique. Soit au communisme, soit au nationalisme. Nous sommes donc toujours prisonniers du matérialisme politique.

 

Par conséquent, non seulement la Russie doit rechercher la quatrième théorie politique, mais aussi tous les peuples, États et sociétés qui cherchent à lutter contre le libéralisme. Pour vaincre le libéralisme, il faut aller au-delà de la colonisation des consciences.

 

Pour le Brésil et plus largement pour l'Amérique latine, la quatrième théorie politique est très pertinente.

 

- Quelle est la particularité de la quatrième théorie politique ? En quoi diffère-t-elle le plus des autres théories et idéologies politiques ?

 

- La particularité de la quatrième théorie politique est qu'elle va au-delà de toute la modernité politique et ne se contente pas de critiquer le libéralisme. Ce n'est le cas nulle part ailleurs. Un tel dépassement de la pensée politique coloniale est possible grâce au traditionalisme, à un retour au Moyen Âge et à l'Antiquité (d'où les projets du Nouveau Moyen Âge et de la Nouvelle Antiquité). Cependant, cela est également possible grâce à un pas en avant, par la radicalisation du postmoderne.

 

Cette combinaison de l'archaïque et de l'ultramoderne est unique.

 

- Pourquoi, comme on le sait, aimez-vous tant le Brésil ? Qu'est-ce qui vous attire dans la culture brésilienne ? Qu'ont en commun le Brésil et la Russie ?

 

- Pour être honnête, je ne sais pas pourquoi j'aime tant le Brésil. Je suis fasciné par la langue portugaise, par la langue elle-même. C'est comme la musique. La musique brésilienne - bossa nova, MPB et autres genres - est à mon avis le sommet de la culture musicale.

 

Je suis également attiré par la dimension impériale de l'histoire du Brésil - le fait de déplacer la capitale du Portugal à Rio de Janeiro. Les versions de la théorie eschatologique du Cinquième Empire en relation avec le Brésil sont extrêmement intéressantes. La révolte traditionaliste des Contestado et des Canudus.

 

Glauber Rocha a exprimé ces tendances de manière très subtile dans son film Dieu et le diable au pays du soleil.

 

Je vois le Brésil comme une énigme, un vague signe d'un avenir paradoxal. Le destin du nouveau siècle et de toute l'Amérique latine est en quelque sorte lié au Brésil. Mais je ne peux pas être plus précis. Pour parler des logos brésiliens, il faut une langue spéciale.

 

- Quelle est l'anthropologie de la quatrième théorie politique ? Reconnaît-il l'essentialisme ? Comment la quatrième théorie politique explique-t-elle les transformations et les comportements humains dans l'histoire ?

 

- L'anthropologie de la quatrième théorie politique est basée sur Heidegger et la doctrine de Dasein. Ce n'est pas de l'essentialisme. L'homme est une existence ouverte, une existentialité, une présence territoriale pensante. Au centre de l'homme se trouve l'abîme. L'homme peut devenir n'importe quoi, puisqu'il est absolument libre. Plus précisément encore, l'homme est une pure liberté. C'est ce qui fait de lui ce qu'il est. Dans un sens, tout et rien.

 

L'homme doit donc avant tout se créer lui-même. Il n'est pas un acquis, il est une tâche. Mais ici, nous n'abordons pas simplement la négation de l'essence (comme dans le relativisme libéral, le nominalisme et l'anti-essentialisme), mais l'idée d'"essence ouverte". Il est accepté de comprendre l'essence comme une loi logique de l'identité A=A. Mais chez Aristote lui-même, cette loi n'est applicable qu'à l'éternité, à Dieu, à l'immortalité. Tout cela est dialectique. L'essence de l'homme n'est donc pas égale à elle-même. C'est un processus, un processus de devenir spirituel.

 

La quatrième théorie politique est basée sur une anthropologie ouverte. L'homme ne devient humain que dans le processus de dépassement de soi. Il ne doit pas s'arrêter, il n'est toujours qu'un chemin - le chemin vers la vraie patrie, vers son "lieu naturel". C'est l'existence authentique du Dasein.

 

L'anthropologie de la quatrième théorie politique est existentielle, et non pas technique. Ceux qui partagent notre approche sont avec nous. Et la chose la plus importante dans notre approche est la liberté absolue.

 

- Quel est le lien entre la catégorie la plus importante de la quatrième théorie politique Dasein et la catégorie des personnes ? Comment la notion de peuple est-elle liée à la diversité ethnique, qui est typique de pays comme le Brésil et la Russie ?

 

- Dasein du peuple et Dasein en tant que peuple. Deux thèmes proches mais toujours différents. Le Dasein n'est, à proprement parler, ni individuel ni collectif. C'est comme l'espèce selon Aristote. Et l'espèce désigne à la fois le singulier et le collectif, ne coïncidant avec aucun des deux. Tout comme l'"esprit" (=Geist) de Hegel, dans lequel le "je" coïncide avec le "nous", le privé avec l'universel.

 

Par "peuple", j'entends "l'esprit du peuple", ce qui fait qu'un peuple est un peuple. La nation n'est pas une masse, ce n'est pas une population. Une nation n'est pas constituée d'individus, comme une somme. Le peuple est toujours et à la fois le tout. Et c'est elle qui prend la décision. La décision principale : exister de manière authentique ou non. Si les gens prennent la décision d'exister authentiquement, ils activent leur esprit. S'il choisit le contraire, il est possédé par das Man, le Malheur, l'Intelligence Artificielle. L'existence authentique n'est possible que dans un peuple libre. Un esclave ne peut pas exister authentiquement. L'existence authentique nécessite donc une décolonisation de la pensée, une décolonisation de la conscience.

 

Le libéralisme et la modernité politique en général sont synonymes d'existence non authentique. Les trois idéologies politiques des Modernes sont totalitaires. Avec le communisme et le fascisme, et c'est évident. Mais aujourd'hui, nous constatons de première main que le libéralisme - en particulier le libéralisme mondialiste du parti démocrate américain - est un système purement totalitaire. Le mondialisme, c'est l'aliénation totale, la déshumanisation, le cyber-esclavage électronique. Le but du mondialisme est d'abolir complètement le Dasein. C'est le but de toute modernité politique. C'est pourquoi il faut exactement une quatrième théorie politique - et non pas le communisme ou le fascisme. L'existence authentique d'un peuple n'est possible qu'en dehors de tout dogmatisme - y compris et même surtout du dogmatisme libéral.

 

- Quel rôle jouent les idées et les théories d'un auteur traditionaliste comme Julius Evola ? Comment concilier Evola et les exigences de la justice sociale ?

 

- Julius Evola est important en tant que porteur d'un traditionalisme offensif. Il ne s'arrête pas à affirmer que la modernité est mauvaise et perverse. Il appelle à le combattre jusqu'à la dernière goutte de sang. C'est une position active d'un homme complet. Ce qu'Evola valorisait le plus était la liberté, que l'homme est appelé à réaliser dans son moi supérieur. Et toutes les tentatives des libéraux ou des communistes pour obtenir la liberté par des méthodes extérieures ne font qu'aboutir à une nouvelle forme d'esclavage. Evola a également critiqué la troisième voie. C'est pourquoi il est le précurseur de la quatrième théorie politique. Sa critique du nationalisme en tant que phénomène bourgeois est extrêmement importante.

 

Enfin, Evola est important en tant que philosophe, qui a formulé le principe du "traditionaliste sans tradition". C'est une figure proche de l'image du Sujet radical. Le sujet radical est le noyau éveillé de l'homme intérieur qui se rebelle contre la Modernité. Non pas parce que cette personne appartient au passé par inertie, mais en raison du rejet absolu du présent. Le rejet du Moderne ne se fonde pas sur la Tradition, car la vraie Tradition est cachée dans les "temps sombres", mais sur la haine et la répulsion envers le monde moderne. C'est-à-dire qu'il s'agit de l'éveil du noyau profond de l'homme, non pas à travers les restes du "sacré", mais à travers le "nihilisme de droite", le rejet du "profane".

 

La justice sociale n'était pas une priorité pour Evola. Mais je vois la justice sociale comme la volonté du peuple de rejeter la hiérarchie matérielle, une protestation spontanée contre le capitalisme et le système de l'argent.

 

Le socialisme, cependant, doit être combiné avec l'esprit, détaché du matérialisme. C'est pourquoi nous avons besoin d'un nouveau socialisme - dans l'esprit d'Oscar Wilde et de son professeur John Ruskin. L'homme de travail ne doit pas seulement être libéré matériellement, il doit être élevé et anobli. Nous avons besoin d'un socialisme de l'esprit.

 

- Comment la quatrième théorie politique considère-t-elle le problème de la technologie ? Est-il possible de nous soumettre à la technologie ou sommes-nous condamnés à ce qu'elle nous soumette ? Est-il possible de modifier le rapport avec la technologie ? Quel est le rapport de l'homme avec la nature ?

 

- Le problème de la technologie n'est pas un problème technique. La technologie est une relation du sujet avec l'objet, et donc elle résume cette relation, devient son incarnation. Si nous perdons la dimension sous-jacente du sujet qui assure sa liberté absolue, nous construisons une idole extérieure à vénérer. Cette idole est un objet. Et nous le créons avec l'aide de la technologie. La technique a toujours été le médiateur entre l'homme et l'être qui l'entoure. Mais sur ce territoire intermédiaire, la liberté et l'idole aliénante, le monstre artificiel Léviathan se rencontre. Si la technologie est un art ou de la poésie, elle sert le sujet. Mais si le sujet s'affaiblit, il change de sens et commence à servir l'idole. Singularité et Intelligence Artificielle est le triomphe de l'Objet Radical, qui devient le nouveau maître de la technologie.

 

Le dépassement de la technologie consiste donc en un retour à la créativité pure du sujet. Le Dasein existe comme étant dans le monde. C'est l'art de l'existence, une technique existentielle. Mais l'objet original détruit le monde, le démembrant. La numérisation est l'atomisation de l'être et le démembrement de la conscience. D'où la schizo-analyse de Deleuze et Guattari. D'où la vénération que les spéculateurs réalistes portent à la technologie. La technique conduit au post-humanisme comme limite à l'aliénation de l'homme de son grain intérieur.

 

La tâche de la véritable Révolution est d'anéantir la relation technique à la technologie, en replaçant ce problème à sa juste place, dans le domaine de la métaphysique et de l'ontologie.

 

- Pourriez-vous nous parler brièvement de votre projet "Noomachia" ? Comment les thèmes de la Noomachia et de la théorie des trois Logos sont-ils en corrélation avec la quatrième théorie politique ? Que pouvez-vous dire sur les logos du Brésil ?

 

- Noomachia est un ouvrage en vingt-quatre volumes. Il est difficile d'en parler brièvement. L'idée principale est qu'outre les origines apolliniennes et dionysiaques dans la culture, la civilisation, la philosophie, l'art et la vie en général, il existe un troisième commencement - le Logos de Cybèle. Auparavant, l'opposition entre Apollon et Dionysos nous faisait placer tout ce qui était chthonien, matériel et terrestre dans la zone de Dionysos. Ainsi, Apollon était opposé à Dionysos. Mais l'introduction du Logos de Cybèle change radicalement la donne. Dionysos est aussi différent de Cybèle, le Logos de la Grande Mère, qu'Apollon l'est de Dionysos. Il y a trois racines, trois Logos, pas deux. Ces Logos se livrent une guerre incessante entre eux. Cette guerre, c'est de l'histoire, de la culture, de la civilisation.

 

Dans toute civilisation, qu'elle soit archaïque ou moderne et complexe, il y a toujours les trois Logos. Mais leurs proportions sont différentes. De plus, ils peuvent changer - parfois très lentement et imperceptiblement, parfois presque instantanément, de façon spectaculaire. Par conséquent, chaque civilisation doit être étudiée comme un système indépendant ayant ses propres significations. Et déjà dedans pour étudier la structure de la Noomachia, la guerre des trois Logos et leurs proportions.

 

Dans la quatrième théorie politique, la Noomachia n'est pas nécessaire. Il s'agit de différents niveaux d'analyse.

 

La quatrième théorie politique affirme le principe de la pluralité des Dasein. Cela signifie que chaque nation, chaque civilisation et chaque culture a sa propre structure sémantique complètement autonome, son propre paradigme. Noomachia approfondit cette thèse en explorant systématiquement les structures de toutes les civilisations. C'est-à-dire que la Noomachia peut être considérée comme une justification théorique de la thèse sur la pluralité du Dasein. C'est à cela que sont consacrés presque tous les volumes de Noomachia : l'étude des cultures des peuples d'Europe, d'Asie, d'Eurasie, d'Afrique, d'Amérique et d'Océanie.

 

La Noomachia au Brésil a ses propres caractéristiques.

 

Dans la mesure où le Brésil est un pays occidental moderne avec une démocratie libérale, il est influencé par le Logos de Cybèle - comme l'ensemble de la Modernité. Mais la culture brésilienne - tant latine et catholique qu'amérindienne et africaine - est tout à fait particulière. Et ce conflit entre Modernité et Tradition définit la Noomachia brésilienne. Il me semble que le Logos de Dionysos est fort au Brésil - d'où la bossa nova et le carnaval d'une beauté fantastique, dernier écho des processions dionysiaques. Mais le logo du Brésil n'a pas encore été trouvé. Il doit exprimer correctement le Dasein brésilien.

 

Et ce par quoi nous avons commencé, la décolonisation de la conscience politique, est une condition absolument nécessaire pour cela.

 

 

Alexandre Douguine

http://dugin.ru

Alexandre G. Douguine (né en 1962) est un éminent philosophe, écrivain, éditeur, personnalité publique et politique russe. Docteur en sciences politiques. Professeur de l'Université d'État de Moscou. Il est le leader du mouvement eurasien international. Membre régulier du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc

 

 

Présentation d'Alexandre Douguine par son éditeur en France Christian Bouchet: 

 

https://www.breizh-info.com/2020/12/27/156214/alexandre-douguine-un-alain-de-benoist-qui-a-laudience-dun-eric-zemmour-et-linfluence-dun-bernard-henri-levy/

Lire la suite

Alexandre Douguine : La conscience des Russes modernes est formatée par le communisme et le libéralisme (Club d'Izborsk, 24 décembre 2020)

26 Décembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Alexandre Douguine, #Club d'Izborsk (Russie), #Philosophie, #Politique, #Russie

Ilya Glazounov. Russie éternelle

Ilya Glazounov. Russie éternelle

Alexandre Douguine : La conscience des Russes modernes est formatée par le communisme et le libéralisme  (Club d'Izborsk, 24 décembre 2020)

Alexandre Douguine : La conscience des Russes modernes est formatée par le communisme et le libéralisme

 

24 décembre 2020

 

https://izborsk-club.ru/20418

 

 

- Alexandre Gelievich, vous aviez le Parti national bolchevique, puis le Mouvement eurasien. Vous êtes même allé voir Vladislav Surkov. A en juger par certaines actions de Vladimir Poutine, vous avez été écoutés - l'Union eurasienne a commencé à se concrétiser. Mais il est toujours là. Vous avez été longtemps hors du pouvoir. La situation a-t-elle empiré ou non au cours de ces 30 années ? En ce sens, Poutine a-t-il accompli une sorte de mission ? A quoi la Russie est-elle prête ?

 

- D'une part, par rapport aux années 1990, les choses se sont beaucoup améliorées avec l'arrivée de Poutine. Mais je suis d'accord pour dire qu'en partie, quelque chose s'est arrêté, ne bougeant en aucune façon. Avec Poutine, il y a eu un bond en avant, mais ensuite la stagnation a recommencé, une sorte de retour en arrière. Je ne peux pas dire que je ne suis pas avec le gouvernement, au contraire, le gouvernement n'est pas avec moi. Vous avez correctement noté que ma position fondamentale n'a pas changé depuis 30 ans, voire plus. Cela revient à dire que la Russie doit être un sujet de l'histoire mondiale, que le pays doit revenir à sa tradition et remplir sa mission, une mission que nous ont léguée nos ancêtres. Chaque Russe, chaque Eurasien le ressent. Pas nécessairement ethniquement russe, au sens large - chaque Tatar, chaque Caucasien. Je trouve des échos d'accord avec cela dans un très grand nombre de personnes, souvent au pouvoir. Mais vous avez également raison de dire que nous, patriotes, eurasiatiques, sommes toujours incapables d'avoir une influence décisive sur le gouvernement, la société et la politique. Nous faisons intervention après intervention, mais tous les libéraux au pouvoir, la "6e colonne", les "dormeurs", hélas, les repoussent avec succès. Nous saisissons certaines positions, nous en sommes repoussés. Nous parvenons à occuper de nouveaux postes, mais nous sommes également pressés de partir de là. Quels que soient les partis, les positions dans l'éducation, la culture, les médias, la science, etc. C'est comme si nous avions affaire à une machine bien réglée, qui comprend l'importance des idées, des stratégies et des principes eurasiens. Le centre anti-Eurasie qui s'oppose à nous - moi personnellement - pendant tout ce temps ne peut tout simplement pas être en Russie - de telles idées sont simplement avantageuses pour les autorités, de plus - des capacités mentales salutaires et sérieuses sont nécessaires pour comprendre leur profondeur et leur efficacité. Il n'y a ni un tel mal, ni une telle mentalité dans le pouvoir russe. C'est pourquoi nous avons affaire à un réseau d'influence externe. C'est de l'étranger que sont coordonnés tous les modèles systématiques d'opposition à l’eurasisme en Russie, apparemment si naturels. Et à l'intérieur, ils sont exécutés par un réseau d'influence clairement construit, qui comprend organiquement à la fois des libéraux et des agents directs qui sont motivés non pas idéologiquement, mais d'une autre manière. Et ils sont partout dans notre société.

 

Mais c'est une guerre, et elle n'est pas terminée. Ma guerre n'est pas terminée. Elle est présente en Russie, dans le Caucase, dans l'espace post-soviétique, au Moyen-Orient - et plus largement dans le monde. Elle se déroule également en Ukraine. Pendant les événements dramatiques du printemps russe, j'ai publié le livre "Ukraine. Ma guerre". J'ai fait beaucoup de guerres, mais celle-là était spéciale, elle m'a touché profondément et douloureusement.

 

À cette époque, des Atlantistes, des Russophobes et des opposants idéologiques directs aux Eurasiens - un mélange de libéraux et de nazis - étaient arrivés au pouvoir à Kiev. Le pire qu'on puisse imaginer. Ils ont renversé Viktor Ianoukovitch, usurpé le pouvoir, commencé une vague de répression russophobe, et se sont préparés à donner l'Ukraine, y compris, naturellement, la Crimée, à nos opposants de l'OTAN.

 

Cela nous a réveillés. Le printemps russe a commencé. Mais nous n'avons utilisé que la moitié de la nouvelle chance qui s'offrait à nous - géopolitique, politique et spirituelle. Nous avons retrouvé la Crimée.

 

- Nous avons perdu Novorossiya*.

 

- Oui, c'est vrai... nous avons perdu Novorossiya. C'est une guerre difficile qui n'est pas encore terminée. Nous subissons des pertes très graves. Nous avons fait quelques pas en avant, mais nous avons été repoussés à nouveau.

 

À certains égards, les eurasistes étaient mieux placés il y a 15 ans qu'ils ne le sont aujourd'hui. Les structures du pouvoir ont fait l'objet d'une plus grande attention et ont été davantage influencées. Le premier refroidissement a eu lieu à l'époque de Dmitri Medvedev, lorsque le pays a failli se retrouver en récession dans les années 90. Mais rien de particulièrement récupéré, même après le retour de Poutine. J'ai participé à un rassemblement sur la colline de Poklonnaya, en espérant que le président de retour allait enfin terminer ce qu'il avait commencé, amener la situation à un point de rupture... Mais non. Tout s'est à nouveau arrêté. Voici le printemps russe et la Crimée. Une autre victoire purement eurasienne. Il semblait que c’était  la renaissance de l'empire ! Le moment le plus propice - l'heure de l'eurasisme... Cependant, quelque chose ne va pas encore... Et encore plus qu'avant...

 

Après 2014, mes contacts avec le Kremlin ont fortement diminué. Mais il y avait une guerre en cours, et j'étais prêt à tout. Il est devenu important de soutenir le printemps russe. Et nous l'avons soutenu de toutes nos forces et de tous nos moyens. C'est pourquoi mes amis et moi-même, ainsi que les personnes du mouvement eurasien et de l'Union eurasienne de la jeunesse partageant les mêmes idées, avons été soumis à de sévères sanctions américaines. Tout d'abord pour les idées, les positions, les discours, les textes. Mais une fois de plus, les autorités, ayant fait un pas en avant, ont commencé à freiner brutalement...

 

On ne peut pas dire que nous avons été complètement écrasés. Pas du tout ! Une autre chose est que cette guerre a des tournants différents. Tant qu'un des camps n'admet pas la défaite et continue à se battre, la guerre n'est pas terminée. Et les choses peuvent changer. Les forces atlantistes à l'intérieur de la Russie n'ont pas réussi à empêcher la Crimée et le Donbass, mais elles ont empêché Poutine de mener une politique eurasienne à part entière en Ukraine, ont fait dérailler le printemps russe et ont transformé l'impasse en un format prolongé de pourparlers humiliants à Minsk. C'était particulièrement difficile. Et comme nous ne nous battons que pour l'idée, lorsque la vision de la Novorossiya parmi nous, Eurasiens, et les autorités divergeaient, un refroidissement des relations et même une certaine disgrâce s'ensuivaient...

 

Toutefois, si nous examinons la situation actuelle de la Russie avec objectivité et détachement, nous constaterons que nous avons renforcé notre souveraineté à certains égards et que nous n'avons pas abandonné notre position face aux pressions de l'Occident. Dans l'ensemble, nous nous accrochons, ce qui signifie que pour nous, Eurasiens, tout n'est pas si mal. Nous mesurons le succès selon ce critère même - la force et la puissance de la Russie, car nous n'avons besoin de notre influence que dans ce but - pour contribuer à sa renaissance.

 

J'admets que je suis déçu par Poutine à bien des égards, mais c'est le cas si on le considère d'un point de vue - de la façon dont il a géré le printemps russe, de la façon dont il bloque la sélection effective des élites, de la façon dont le pays et les autorités sont noyés dans la corruption... Mais pas d'un autre point de vue. Si on le compare aux années 90, ce n'est pas si mal du tout...

 

- Au moins, il n'a pas abandonné le pays, vous devez l'admettre.

 

- Exactement. Il ne l'a pas portée au niveau approprié, mais il ne l'a pas abandonnée non plus. C'est une guerre positionnelle, compliquée, prolongée - ni ici ni là. La ligne de front change tactiquement, mais pas fondamentalement. Nous, l'Ordre eurasien, le Parti de la Russie, les partisans du grand renouveau, les gardiens du catéchisme, ne pouvons pas faire de progrès réels et irréversibles. Mais l'ensemble des autorités - principalement Poutine et l'armée, les services de sécurité - ne se retirent pas au-delà de la ligne critique. C'est pourquoi chacun doit se concentrer sur la préservation des positions déjà acquises. Bien que de temps en temps, nous montons aussi des contre-attaques. Dans l'ensemble, nous n'avons pas abandonné nos positions. Tant qu'il y aura Poutine, il garantira le statu quo.

 

- Il est également important que la situation ait empiré à l'Ouest. Ils ont perdu du terrain, ils sont en crise.

 

- Une guerre civile est en cours en Amérique, qui a divisé la société entre les libéraux-bolcheviks de Biden et les libéraux-conservateurs de Trump. Nous n'avons pas cette division parce que les élites mondialistes sont minoritaires, elles ne peuvent pas revendiquer, comme en Amérique, la moitié de l'influence. Ils sont peu nombreux, comme dans les années 1990, 10 à 15 %. Mais ce n'est qu'alors qu'il y a eu un certain enthousiasme libéral pro-occidental et maintenant il a disparu aussi. Les libéraux contrôlent encore beaucoup de domaines, mais ils sont dans une position désespérée. Et plus encore avec une scission à l'Ouest, ils peuvent à un moment donné et finalement glisser. Ils ne l'ont pas encore fait.

 

Mais leur position s'ébranle, devient plus fragile. Ils se battent, réussissent à nous retenir aussi, bloquent notre ascension. Les libéraux sont de bons combattants, mais nous ne sommes pas allés nulle part non plus. Vous avez donc raison, je ne peux pas me vanter de grands succès, au contraire, nous, les eurasistes, avons perdu certaines positions, mais pas toutes et pas jusqu'au bout. Je dirais que la bataille s'est arrêtée. Dans le même temps, les libéraux pensent que nous sommes en train de gagner. Nous pensons que les libéraux contrôlent toujours les sommets critiques du pouvoir. C'est ce sentiment lorsque la ligne de front n'a pas changé en principe depuis trop longtemps, mais que la guerre continue et continuera jusqu'à votre dernier souffle.

 

J'étais ami avec l'artiste Ilya Glazunov dans les dernières années de sa vie. J'ai été frappé par sa vivacité. Même au seuil de la mort, il est resté vigoureux. Oui, il a été relégué à la périphérie, bien que de temps en temps, Poutine venait dans son studio et parlait du peuple russe et de son destin.

 

- Il est donc resté le leader du parti russe jusqu'au bout ?

 

- Dans un certain sens. Du moins, il se sentait comme tel. Mais malgré sa marginalisation, il n'a jamais perdu sa combativité ; il se disait kshatriy, une caste de guerriers... D'ailleurs, il me considérait comme un brahmane, un membre de la caste des zhretses, une caste de philosophes.

 

Il a toujours dit qu'à d'autres moments, cela avait été encore plus difficile et plus compliqué. Et il nous a encouragés à continuer à nous battre pour la cause russe.

 

J'aime beaucoup son exemple. Il a combattu jusqu'à son dernier souffle, il s'est battu jusqu'au dernier moment, il n'a pas perdu la foi, comprenant que quelque part nous avions reculé, nous avions perdu, et nos adversaires ont réussi à nous déplacer. Il a compris tout cela, mais n'a pas abandonné.

 

Si Glazounov était un conservateur, alors un autre de mes amis, mais déjà Alexandre Prokhanov, est plutôt un patriote de gauche. C'était la même chose pour lui. Il est d'un âge respectable, il a subi des lassitudes et des défaites en son temps, mais il est vigoureux, fort, passionné. Glazounov et Prokhanov sont des exemples de personnes fortes et brillantes, les dirigeants du parti russe, notre messianisme russe, eurasien, ouvert à toutes les nations. Ils nous donnent l'exemple que l'âge n'est pas un obstacle et qu'il peut toujours venir un tournant. Si nous n'avons pas quitté les tranchées, les lignes, si nous sommes dans la bataille, en train de nous battre, alors la bataille continue. Personne ne peut dire que nous sommes vaincus.

 

- Poutine a-t-il décidé de quel côté il est ?

 

- Non, je pense qu'il ne renonce ni à nous ni à eux jusqu'à la fin. Nous exigeons leur tête, ils exigent la nôtre. Mais il les retient tous les deux. C'est sa formule, son plan, comme pour geler le pays, pour ne pas faire un pas à droite ou à gauche.

 

- Il doit y avoir des obligations cachées, incompréhensibles pour nous aujourd'hui. En tant qu'homme politique expérimenté, il doit en tenir compte. Mais en interne, de quel côté pensez-vous qu'il se trouve ?

 

- C'est un mystère. J'ai écrit un livre intitulé "Poutine contre Poutine", qui a été traduit dans de nombreuses langues : espagnol, allemand, anglais, italien et autres. J'y affirme que Poutine est une énigme, un puzzle. Il y a notre Poutine "ensoleillé", l'Eurasien, et leur Poutine "au clair de lune", les libéraux. Et c'est le même homme qui ne renonce ni à nous ni à eux. En fin de compte, nous aimerions tous - nous et eux - espérer que la "part en or" sur la balance de la personnalité de Poutine sera toujours mise à la bonne échelle, et qu'elle balancera dans la bonne direction. Cependant, nous considérons ce côté comme eurasien, alors que les libéraux voient le leur. Ainsi, les libéraux rêvent que Poutine désigne un libéral comme son successeur. Une telle démarche a déjà été entreprise avec Medvedev. Et Poutine lui-même a été porté au pouvoir par Eltsine, qui a ruiné l'URSS et est devenu une marionnette aux mains de l'Occident. Pourquoi l'histoire ne ferait-elle pas un nouveau virage serré, mais cette fois dans la direction opposée - en remontant vers les années 90 ? Les Russes sont terrifiés par une telle possibilité, chassant l'idée même de cette possibilité. Les libéraux, en revanche, sont impatients de...

 

Depuis 20 ans, tout le monde attend avec impatience cette mystérieuse bifurcation.

 

Du point de vue eurasien, il est totalement incompréhensible que le "soleil" Poutine ne puisse pas éponger les libéraux, les oligarques et les fonctionnaires corrompus et préparer une véritable élite eurasienne à leur place. Pourquoi ne pas promouvoir les projets de renforcement effectif de l'Union Eurasienne, et développer une idéologie alternative forte et cohérente ? Pourquoi ne pas entrer dans l'histoire avec son côté "ensoleillé" - comme le créateur du renouveau impérial russe ? Comme un vrai « katechon"* ?

 

De plus, la situation dans le monde y est favorable et l'idéologie libérale est fermement au milieu d'une crise qui s'aggrave. Pourquoi ne pas agir avec audace, ouvertement, brusquement, sans peur, comme le font les mondialistes, mais avec le signe opposé ? Pourquoi ne pas faire de la mission katéchonique de notre pays la première stratégie significative et cohérente et faire tourner la tête de tous les agents d'influence ?

 

Poutine, en tant que dirigeant du pays et ancien chef du FSB, ne peut manquer de comprendre qu'il est littéralement entouré d'espions américains, non conventionnels, non seulement des partisans du libéralisme, mais aussi des personnes qui travaillent pour le centre extérieur et qui transmettent des informations à l'étranger. Aujourd'hui, il y a une certaine chasse aux espions, mais ils attrapent quelques pointes de flèches, alors que les vrais personnages tout en haut se sentent assez calmes et confiants. Poutine en est certainement conscient, mais pour une raison quelconque, il les garde, les contrôle, voire les encourage. Il me semble qu'elle aurait dû être terminée depuis longtemps, mais le président s'y est attaché. Il est probablement convaincu que si vous enfermez une personne, ils en enverront une autre. Mais la masse critique de la "6e colonne" n'est pas réduite de manière substantielle. Nous ne comprenons pas pourquoi le "soleil" Poutine ne veut pas être à 100 % comme ça, mais seulement à moitié.

 

D'autre part, les libéraux disent : "Il est grand temps de se débarrasser de ces patriotes russes. Que s'autorisent-ils ? De quoi parlent-ils ? Ils tentent de discréditer toute action libérale, et toute erreur de calcul de leur point de vue libéral - atlantiste (comme l'intervention en Syrie ou la réunification avec la Crimée), au contraire, ils applaudissent, créant ainsi de nouveaux problèmes pour l'économie russe et leur propre position. En fait, ces patriotes gâchent tout en poussant Poutine lui-même à prendre des mesures qui affaiblissent l'économie russe et la position des élites libérales occidentales - "progressistes"".

 

C'est ainsi que les libéraux présentent tout au président, en exigeant de supprimer les eurasiens, le parti russe. Mais il n'abandonne aucun d'eux ; de temps en temps, il en ramène un à nous et un à eux. En conséquence, il s'avère que Poutine s'est progressivement entouré de personnes qui n'ont aucune opinion - ni patriotiques, ni libérales.

 

- Ceux qui l'écoutent ne sont pas mal non plus. Après tout, ils font sa volonté.

 

- Oui, ils l'écoutent, ils font sa volonté. Mais ils sont sans sujet. Donner et chercher. Ils sont faciles à contrôler, mais on ne peut pas renaître avec eux. Il s'agit d'une désintégration retardée.

 

- Au moins, ils ne démolissent pas, ils ne renversent pas.

 

- Oui, c'est exact.

 

- En Ukraine, regardez, Ianoukovitch a été démoli, et ici aussi ils pourraient faire de même.

 

- Je suis d'accord. Il y a un algorithme pragmatique, une certaine rationalité dans la politique de Poutine. En effet, il est confortable de gouverner avec des zéros corrompus obéissants. Il n'est pas nécessaire de discuter avec eux, ni de les convaincre. Ils accepteront avec empressement la bonne et la mauvaise décision, applaudissant à la fois les propos intelligents et la platitude occasionnelle...

 

Mais l'esprit manque complètement à Poutine. Et celui qui agit ainsi se trompe profondément. Dans une perspective historique, ce genre de choses est fatal.

 

Pour Poutine, l'esprit, la philosophie, la théologie, l'eschatologie et l'idéologie sont des choses très éloignées. Il estime que s'il est capable de garantir et de maintenir son pouvoir tout en conservant la souveraineté et l'indépendance de son pays, tout le reste est sans importance, et non décisif. Cela confère à Poutine un pouvoir et une légitimité dans le présent. Mais pas à l'avenir. L'avenir ne peut s'inscrire dans un modèle aussi purement machiavélique - réaliste. L'avenir n'est pas la technologie, mais la mission et le sens. Poutine troque le futur contre le présent.

 

Mais ce n'est pas non plus une si mauvaise chose après tout. Tant que Poutine sera là, ok, on s'en sortira d'une manière ou d'une autre. Mais tôt ou tard, ce présent persistant prendra fin. D'une manière ou d'une autre. Et alors l'avenir tournera son vrai visage vers nous. Et là déjà, c'est surtout l'idée qui comptera. L'idée russe ou l'absence d'idée.

 

- Il est fort probable qu'il n'y aura pas de "alors". Le sort de la Russie et du monde sera décidé dans un avenir proche. Qu'en pensez-vous ?

 

- C'est possible.

 

- Et COVID-19 en est un signe ?

 

- Je le pense aussi. En effet, le sort du monde sera bientôt décidé, vous avez raison. En tout cas, l'avenir n'est pas seulement quelque chose de matériel. L'âge futur du christianisme est le monde plus parfait, le monde de la résurrection des morts, le monde du sens, qui s'ouvrira à travers l'enveloppe corporelle et s'élèvera... C'est le monde des idées, comme la Jérusalem céleste qui descendra un jour sur la Terre. Nous devons donc nous préparer dès maintenant à un tel moment de l'histoire de la descente de la Jérusalem céleste, et non pas quand elle se produira visiblement. Il sera alors trop tard pour se préparer.

 

Le pouvoir - le vrai pouvoir au sens historique - doit donc maintenant se concentrer sur la dimension spirituelle de l'avenir. Après tout, la Russie est chargée d'une mission spirituelle. Pour y parvenir, il faut mettre l'esprit au centre de l'attention. Mais Poutine l'ignore.

 

C'est peut-être une sorte d'obéissance, peut-être fait-il quelque chose en secret dans cette dimension après tout. Mais s'il ne le fait toujours pas, alors il ne fait que creuser un trou pour l'avenir de la Russie. Alors toutes ces actions cosmétiques de patriotisme de façade ne font que retarder l'effondrement inévitable de la Russie.

 

Nous saurons comment les choses se passent en réalité lorsque le régime de Poutine prendra fin. Nous pourrons alors dire avec certitude de quel côté de l'échelle se trouvait la "golden share" - les libéraux atlantistes ou les patriotes russes, les Eurasiens. Poutine a maintenant semé la confusion chez tout le monde, et cela ne s'effacera qu'après la fin de son règne. Pour l'instant, il y a une transition, mais nous ne savons pas si c'est pour le mieux ou pour le pire. Il s'agit bien sûr d'une transition. Mais à quoi ?

 

- Pour qu'une certaine transition ait lieu, il doit encore y avoir une sorte d'idée ou d'idéologie qui sera acceptée par une majorité, tout comme le bolchevisme en 1917 ou le libéralisme en 1991. Vous devriez convenir qu'en ce moment en Russie, il n'y a pas d'idée attrayante qui serait soutenue par l'ensemble de la population. Peu importe la manière dont on peut critiquer l'Occident, il sait comment créer des images attrayantes du monde, du futur, en commençant par l'iPhone et en finissant par la liberté. Par exemple, dans quoi Alexandre Loukachenko perd-il ? En cela, il n'a aucune image de l'avenir. C'est la même chose en Russie. Ou bien existe-t-il une telle idée après tout ? Peut-être Poutine attend-il simplement que cela vienne de quelque part ? Qui doit la mettre au monde, ou vient-elle d'en haut ?

 

- C'est un sujet assez fondamental. Cette idée existe, d'une part. Elle découle de la logique de l'histoire russe ; elle a été comprise à ses différentes étapes, mais elle n'a pas été articulée aujourd'hui.

 

- Il n'y a pas de livre ou de manifeste.

 

- Il n'y en a pas et il ne peut pas y en avoir. Il y a des livres, mais Poutine ne les lit pas, mais il devrait le faire. Soit il les lit, mais ne les comprend pas, soit il ne fait que les entrevoir. Ce n'est pas que son entourage le prépare mal. Il n'est pas prêt à lire le livre de l'histoire russe, du destin russe. Dans notre pays, tout est lié au pouvoir. C'est pourquoi il peut y avoir un livre, mais son idée ne sera pas maîtrisée par quiconque ou quoi que ce soit dans la société russe, si elle ne maîtrise pas d'abord le pouvoir.

 

- Les bolcheviks, Lénine, Staline n'étaient pas au pouvoir quand l'idée a émergé.

 

- Oui, il s'agissait d'un groupe de fanatiques qui, soit dit en passant, a fait partie du réseau idéologique occidental. Ils n'ont pas créé cette vision du monde, ils l'ont empruntée. Les libéraux sont les mêmes bolcheviks. Ils ont eux aussi pris l'idéologie de quelqu'un d'autre et, de la même manière violente, en s'appuyant sur des réseaux extérieurs, seulement plus puissants à l'époque, l'ont imposée dans les années 1990, s'emparant du pouvoir. Et ils s'y accrochent encore.

 

Et les patriotes sont ceux qui vivent ici, ceux qui sont conscients que le destin du peuple et de l'État leur appartient. Ils n'ont pas de centre de contrôle externe. On ne leur envoie rien de tout prêt. C'est plus difficile pour eux parce que nous sommes nous-mêmes la Russie et qu'il nous semble que toutes ses significations, tous ses objectifs et tous ses horizons sont évidents, intuitivement compréhensibles. Il nous est difficile de façonner cela, de l'expliquer, de construire laborieusement une image de l'avenir parce que, pour ce faire, nous devons d'une certaine manière nous distraire de nous-mêmes, nous regarder de l'extérieur, atteindre la conscience de soi. Mais cette idée existe. Il existe, mais il est fondu dans le peuple et dans l'État.

 

Je suis d'accord pour dire que l'idée doit être formulée. Mais il ne faut pas seulement trouver les personnes qui le feront. Il est nécessaire de procéder à une sorte de retournement interne du pouvoir. Nous avons le pouvoir au centre de la Russie. Nous avons un système monarchique spontané et organique. Et le pouvoir est une seule personne. Ou si elle n'est pas seule, elle n'existe tout simplement pas, le siège est vacant. Et en règle générale, cela ne reste pas comme ça très longtemps.

 

Les cercles libéraux d'aujourd'hui ne sont pas notre pouvoir, mais externe. Mais il a une composante idéologique. Les mondialistes ont une image de l'avenir, même si elle est terrifiante (post-humanisme, remplacement des humains par des machines, etc.) Et elles sont fortes précisément parce qu'elles sont un phénomène mondial, une toile transnationale. Pour les repousser, nous avons besoin de notre propre puissance russe. Le suprême - c'est-à-dire une autorité monarchique.

 

Si le pouvoir se connecte à l'idée russe, ce livre, ce manifeste, dont vous parlez, apparaîtra presque immédiatement. Il peut facilement être compilé à partir des œuvres et des préceptes de nos saints pères, des Slaves, des Sophiologues**, des Eurasiens, des monarchistes, de certains socialistes, des RS. Ce n'est pas techniquement difficile à faire. Mais il devrait y avoir une demande de pouvoir.

 

J'ai moi-même reçu une telle demande à plusieurs reprises. Au début des années 2000, le Kremlin m'a demandé d'écrire un manuel sur les sciences sociales. J'ai tout fait et je l'ai soumis. Puis je l'ai publié. Mais le problème est qu'il n'a pas été lu. Quelques autres personnes ont reçu la même mission, mais personne n'a rien accompli. Il n'y avait donc que mon manuel "Etudes sociales pour les citoyens de la Nouvelle Russie". Au début, tout le monde aimait tout - le peuple comme sujet de l'histoire, le "peuple profond", la souveraineté comme valeur suprême, la continuité de la subjectivité historique à tous les stades de l'histoire, le rôle central de l'orthodoxie et des autres confessions traditionnelles dans la formation de l'identité sacrée, la nécessité d'une modernisation fondée sur l'origine russe et les valeurs traditionnelles, etc.

 

Mais quelqu'un est venu et a fait quelques commentaires, a remis en question une chose, en a critiqué une autre. Et comme il n'y avait pas de position indépendante distincte, toute l'initiative fut progressivement réduite à néant par le fonctionnement habituel de la guerre en réseau de la "6e colonne". Mais cela n'a été possible que parce que le gouvernement est incapable de lire, parce qu'il ne comprend pas ce qu'est l'idée. Tant que ce sera le cas, tout texte fondamental s'avérera futile. C'est-à-dire qu'il peut l'être, mais il ne sera pas identifié comme tel. Après tout, l'idée présuppose un esprit qui en est rempli, qui est transformé dans ses rayons.

 

Maintenant, parlons des masses populaires. Elles sont aujourd'hui dans un état très désorganisé. Pendant 70 ans, ils ont été endoctrinés avec une doctrine matérialiste rigide. Peut-être que les masses n'ont pas compris le marxisme sur le plan doctrinal. Mais le peuple soviétique a profondément compris le fait qu'il n'y a pas de Dieu, qu'il n'y a pas d'âme, que tout être et toute réalité sont exclusivement matériels. L'éducation, le cinéma et la culture de la période soviétique ont brûlé l'esprit, l'Idée comme une chimère bourgeoise. Le matérialisme n'est pas devenu une vision du monde, mais une perception naturelle, un sentiment, une attitude inconsciente.

 

Cela a duré 70 ans, puis pendant 30 autres années, les libéraux ont fait la même chose, le même matérialisme, mais de l'autre côté.

 

- Maintenant, c'est le "veau d'or"...

 

- Oui, maintenant avec l'argent, la carrière, la technologie, l'hédonisme. Au lieu de la pleine égalité, il y a eu l'égalité des chances, c'est-à-dire simplement l'inégalité. Mais le matérialisme n'a fait que se renforcer. Les masses sont devenues matérialistes, non pas sur le plan doctrinal, mais au sens courant du terme.

 

Par conséquent, il est très difficile de parler aux gens. La moitié a des préjugés communistes, mais ils ne s'en rendent pas compte. Personne ne lit Marx, Lénine ou Staline, mais ils font encore appel aux restes de la science matérialiste soviétique, ils pensent à certains clichés, qui ne correspondent plus à rien, mais occupent néanmoins la place centrale dans leur âme et leur conscience.

 

La seconde moitié de la société est saturée de mythes capitalistes libéraux. Ils n'ont pas non plus lu Adam Smith, John S. Mill, Friedrich von Hayek ou Karl Popper, mais néanmoins le matérialisme libéral a rapidement pris racine dans notre société. Il est devenu un diapason dans la culture russe post-soviétique.

 

Ensemble, il s'avère que la conscience du Russe moderne est formatée par le communisme et le libéralisme, et le matérialisme est le dénominateur commun des deux. Il est donc très difficile d'y pénétrer avec des vues idéologiques philosophiques plus subtiles et plus raffinées. On crie : "Staline !", l'autre, "Liberté !". Un autre rejette la faute sur les "étrangers". Encore une autre forme de matérialisme vulgaire et répugnant, seulement chauvin.

 

Et par conséquent, vous voulez repousser un peu le premier, le deuxième et le troisième, leur demander de se taire. Si les gens sont clairs sur tout, ils n'ont tout simplement pas encore commencé à réfléchir. Mais dès que vous écartez la médiocrité bien-pensante et que vous lui dites de se disperser, la place se vide. Selon Schelling, il n'y a pas beaucoup de gens qui peuvent venir à un rassemblement. Mais c'est exactement ce dont nous avons besoin, ce genre de rassemblement, car Schelling et ses idées sont au cœur de notre philosophie - à la base des Slaves, des Sophiologues et de l'Âge d'argent. Sans Schelling, nous ne comprendrons pas l'esprit russe et l'esprit russe tel qu'ils ont essayé de se révéler à ce moment de l'histoire où les Russes étaient encore capables de penser. Et il s'avérera que Schelling lui-même trouvera un sens dans le contexte des profondeurs de la tradition byzantine orthodoxe, dans la théologie et la tradition mystique des Hesychastiques. C'est nécessaire pour la Russie, c'est son Logos. Mais nous l'avons dit, et la place est complètement vide...

 

Ces masses qui pourraient être possédées par une bonne Idée, une Idée au plein sens du terme, n'existent pas. Les masses que nous avons en Russie ne peuvent être maîtrisées que par une mauvaise idée. Il est fort probable qu'ils ne puissent pas être saisis du tout.

 

Les peuples ne sont pas les mêmes que les masses. Pour sortir le peuple des masses, pour extraire le peuple des masses comme d'une coquille comme de l'or d'une veine, il est nécessaire de réaliser un travail énorme pour élever des élites spirituelles à part entière et authentiques. C'est comme une usine d'extraction et de transformation de l'or.

 

Dans notre pays, certains déchets sont confiés à l'élite au hasard. Tout le monde est délibérément pris avec un sac de terre sous la ceinture, qui est ensuite alimenté dans l'entreprise (criminelle) quand une "nécessité politique" se présente. Au lieu d'extraire l'or, c'est-à-dire l'éducation du peuple à partir des masses avec l'entretien progressif de tous les plus précieux, nous avons, au contraire, l'élite qui reçoit le plus de déchets, de déchets absolus, obéissant, soumis, compromis, corrompu d'avance. Chaque nouveau gouverneur ou législateur est une valise pleine de saletés ; sans elle, il n'y a pas moyen d'arriver au sommet. Par conséquent, les personnes élevées sont gâtées, corrompues, inhumaines. Bien sûr, il est plus facile de les traiter car ils sont maniables, comme des clous pourris, qui peuvent être pliés dans n'importe quelle direction.

 

Et nous parlons de ces masses, de ce peuple qui deviendra de l'or. Il est nécessaire de définir la tâche stratégique consistant à créer une nation à partir des masses. Alors les bonnes et grandes idées de la Russie, l'esprit, l'énergie de la renaissance spirituelle seront capturés par des gens en or - exaltés, transformés. Et les masses existantes ne peuvent être possédées que par la vulgarité (un nouvel iPhone, l'intelligence artificielle ou un nouveau service à la Sberbank). Quelles que soient les masses, les idées qui les saisissent sont les mêmes.

 

Là encore, nous ne pouvons pas nous débrouiller sans l'État, sans un dirigeant. Nous ne pourrions jamais le faire.

 

Les bolcheviks, s'appuyant sur leur propre volonté et sur une idéologie mécanique fanatique, ont craché sur les masses russes. Ils avaient cent fois moins de supporters que les "SR", mais ils sont venus avec des mitrailleuses, ont tiré sur tout le monde et ont imposé leur image au monde. Les libéraux ont fait pratiquement la même chose lorsqu'ils ont pris le pouvoir en Russie en 1991. Et encore une fois avec le soutien du réseau international.

 

- Mais on ne peut pas s'accrocher aux baïonnettes, alors ils ont formulé des idées qui ont pris le dessus sur les masses.

 

- Ils ont d'abord transformé les masses en porcs, et les idées noires ont pris possession d'un peuple confus, déchiré et asservi. Les bolcheviks ont détruit l'élite, détruit tous les domaines traditionnels de la Russie : le sacerdoce, l'aristocratie, la paysannerie. Et sur les restes des villages détruits, des églises qui ont explosé, des élites nobles purgées ont créé leurs "cyborgs".

 

- Mais, d'un autre côté, ils ont fondé une civilisation qui a résisté à l'Europe entière, la "peste brune", et l'ont emporté en esprit. S'il y avait eu des prolétaires ou quelques non-humains, ils n'auraient pas pu vaincre un tel pouvoir.

 

- Peut-être. C'était le peuple russe ; ils ont même réussi à s'en sortir grâce aux expériences prolétariennes. Je suis partisan d'une simple interprétation nationale de la période soviétique, mais les bolcheviks eux-mêmes avaient des objectifs très différents - et extrêmement cruels. Pour rester au pouvoir, ils ont dû faire des compromis avec l'élément russe, l'esprit national, et peu à peu cet État prolétarien conçu comme quelque chose d'artificiel s'est rempli du contenu du peuple, mais seulement en dépit des bolcheviks, pas grâce à eux. Ils ont fait tout ce qu'ils ont pu pour empêcher que cela n'arrive. Quand il faisait chaud, Staline a ouvert les églises et s'est adressé au peuple, "Frères, sœurs". Mais dès que le danger est passé après la chute d'Hitler, les vis ont commencé à se resserrer. Après tout, cette politique s'est avérée méprisable.

 

Je comprends le rôle énorme que le peuple russe a joué pendant la période soviétique et comment il a défendu ses intérêts contre vents et marées, comment il a soutenu les bolcheviks quand il a vu en eux quelque chose qui lui était propre. Mais c'était encore une illusion, une tentation, et nous payons encore pour cette erreur fatale. Après tout, une véritable renaissance du bolchevisme à la manière d'un peuple national, russe, n'a jamais eu lieu - jusqu'à la fin de l'URSS. Le communisme a disparu, mais il n'a jamais ressuscité.

 

La période soviétique n'est pas une réponse, mais une question. Nous devrions apprécier l'époque soviétique de l'histoire russe, mais le bolchevisme en tant qu'idéologie, en tant que vision du monde, est quelque chose d'absolument anti-russe dans son essence. La meilleure chose qui s'y trouve est l'anticapitalisme (le capitalisme est un mal pur et absolu, qui n'est pas du tout compatible avec l'identité russe). Dans l'orientation anticapitaliste de l'URSS, il y avait quelque chose en accord avec le peuple russe et son esprit communautaire. Mais les formes philosophiques, idéologiques, sociales et intellectuelles que le marxisme a prises étaient un véritable cauchemar, un génocide de l'esprit.

 

Oui, nous avons défendu le pays, mais seulement pour être abandonnés par les libéraux et le gouvernement mondial dans les années 1990. Toutes nos réalisations, les exploits héroïques du peuple russe pendant la période soviétique ont été annulés par les descendants du même clan du Parti. L'État s'est effondré, donné aux criminels et aux agents de la gestion extérieure.

 

Le communisme est une chose maudite au début, au milieu et à la fin. Ce n'est pas la réponse. Nous devons rendre hommage au peuple russe - notre peuple, le peuple eurasien - pendant la période soviétique. Mais il est impossible de revenir sur une telle chose et ce n'est pas nécessaire. Le socialisme est meilleur que le capitalisme, car il n'y a rien de pire que ce dernier. Mais le socialisme n'est pas la solution.

 

- Quelle est l'alternative ? Où se trouve la troisième voie ? Il y a le socialisme, le capitalisme, et quoi d'autre ?

 

- Le capitalisme, le socialisme sont deux produits de la civilisation européenne occidentale du Nouvel Âge. Il y a aussi la troisième voie, le nationalisme. Mais cela ne nous convient pas du tout non plus. Ni le communisme, ni le libéralisme ne sont nécessaires.

 

- Fascisme ? Cela signifie que le nationalisme qui se transforme en fascisme ne nous convient pas non plus ?

 

- Oui, catégoriquement. Ni le libéralisme, ni le communisme, ni le fascisme ne nous conviennent. Pourquoi ? Parce que ce sont toutes des idéologies politiques ouest-européennes du Nouvel Âge, et que nous devons dépasser ces limites. C'est l'hypnose, l'hallucination, la colonisation. Au-delà des frontières de ces trois idéologies politiques, nous devons chercher la voie russe. C'est exactement ce que pensaient et pensent tous les esprits russes. Nos pères fondateurs, les anciens, les dirigeants, les philosophes - les Slaves, les Eurasiens, les sophiologues... Il est catégoriquement impossible d'essayer sur la Russie les normes du monde occidental - toutes ses idéologies sont totalitaires, cruelles, matérialistes et immorales. Aucune d'entre elles ne nous convient catégoriquement. Nous devons faire appel à des valeurs spirituelles et sacrées complètement différentes, au-delà de l'Occident et de la modernité occidentale. Tout est-il épuisé par l'Occident ?

 

- Oui, mais il n'y a pas non plus de modèles à l'Est.

 

- Ils sont en train de chercher. Le monde islamique est à la recherche de son modèle ; la Chine, de son modèle. L'Inde a sa propre civilisation.

 

- En Chine, c'est le capitalisme dans sa forme la plus pure. Je connais votre bonne attitude envers Xi Jinping et ce pays.

 

- Vous savez, ce n’est pas du pur capitalisme. C'est le capitalisme sans concurrence ou le socialisme sans le matérialisme de l'Europe occidentale. La civilisation chinoise est vivante, elle utilise à la fois le capitalisme et le communisme à son avantage. À mon avis, le modèle chinois repose sur le confucianisme, la hiérarchie, la solidarité, l'unité de l'esprit et de la culture chinois. La méritocratie s'enracine dans des milliers d'années d'histoire chinoise.

 

Je suis allé en Chine à de nombreuses reprises, pour enseigner à l'université de Shanghai. Au début, j'étais sceptique quant au pays, mais peu à peu, j'ai reconnu le noyau confucianiste fondamental de la société chinoise. C'est une civilisation traditionnelle, présentée extérieurement comme quelque chose de wannabe et de moderne. Ils ne sont pas du tout l'Occident. Ni de gauche, ni capitaliste. Il s'agit d'un logos spécial. Nous ne les comprenons tout simplement pas. Nous les regardons avec des yeux d'étrangers - occidentaux, russes, islamiques. Mais pour comprendre la Chine, il faut y trouver un point d'accès. Il semble que le capitalisme soit là, mais il n'y est pas. Cela ressemble au communisme, mais non, et ça ne l'est pas. Ce n'est pas non plus du nationalisme. Il y a là quelque chose de spécial.

 

Le modèle chinois est la solution. Une alternative. Dans l'ensemble, le système chinois moderne est un million de fois meilleur que le système libéral et soviétique. Il est basé sur le peuple, la culture et la civilisation chinois. Le dragon jaune y règne en maître.

 

Mais c'est une solution pour eux, pas pour nous. Nous devons chercher notre propre ... notre propre logos russe.

 

- La Chine n'est pas un modèle universel.

 

- Oui, elle n'est pas universelle. Un tel système ne peut pas être appliqué automatiquement à d'autres. Si nous mettons un non-Chinois à la place de ce système, il cessera tout simplement de fonctionner. Si nous le faisons, il n'en restera que ce que nous voyons de l'extérieur, c'est-à-dire le totalitarisme idéologique communiste, l'économie capitaliste libérale, le grand chauvinisme chinois (Han). Mais si nous mettons les Chinois à leur place, tout change. L'homme chinois, l'esprit chinois, est ce qui transforme tout, transforme tout. Et puisque c'est le cas, tout ce qui nous apparaît comme une chose a en fait un sens différent dans une culture donnée. Il s'agit d'un logo chinois fort.

 

La Russie n'a pas de logo similaire. En fait, nous le faisons, mais ce n'est pas à la surface.

 

Notre Logos est blessé, meurtri, marqué par le matérialisme et l'athéisme des Bolcheviks ; il a été perverti et tordu par les libéraux. Nous sommes maintenant dans une très mauvaise passe.

 

Mais dans tous les cas, le Russe a besoin d'une autre solution politique, idéologique, au-delà des modèles occidentaux de libéralisme, de communisme et de fascisme. Nous errons sur trois fronts : si ce n'est pas le libéralisme, alors le communisme ; si ce n'est pas le communisme, alors le nationalisme de type fasciste ; si ce n'est pas le fascisme, alors le libéralisme et ainsi de suite. Il est nécessaire d'aller au-delà de ces trois pins. La forêt commence plus loin. La vraie liberté s'ouvre au-delà de l'espace politique de l'Europe occidentale du Nouvel Âge. Nous devons dépasser ce cercle vicieux - c'est ce que j'appelle la quatrième théorie politique. Mon livre à ce sujet a été traduit dans presque toutes les langues du monde et est très demandé, suscitant un grand intérêt chez les lecteurs ainsi qu'une véritable fureur chez les mondialistes. Tout d'abord, parce qu'il critique le libéralisme non pas à partir de la position du communisme ou du fascisme, mais à partir de la nouvelle - la quatrième. Le communisme et le fascisme y sont rejetés, ainsi que tout ce qui est occidental et moderne, comme la modernité et ses constructions philosophiques et politiques. La quatrième théorie politique est une décolonisation de la conscience, surtout de la conscience politique. Et aujourd'hui, cela est vital non seulement pour les sociétés non occidentales mais aussi pour les sociétés occidentales elles-mêmes.

 

- En dehors des critiques, y a-t-il des thèses positives dans ce livre ?

 

- Il en existe des positives, mais elles ne sont pas simples et nécessitent un entretien particulier. Le fait est que nous devons rejeter radicalement le sujet New Age lui-même comme axe de base pour la construction de la théorie politique. Le sujet cartésien en tant que pure rationalité est le dénominateur commun des trois théories politiques - le libéralisme, le communisme et le nationalisme. Ce sujet devrait être déconstruit et remplacé par une existence vivante, une dasein (selon les termes de Heidegger).

 

Pour simplifier, il est proposé de placer le peuple et son être vivant, la culture historique et l'identité au centre du système politique - l'État et la société. Il n'y a rien de tel dans le communisme, le libéralisme et le fascisme. Partout, seules des superstructures et des abstractions apparaissent au-dessus des personnes vivantes. Par exemple, les libéraux pensent qu'une nation est composée d'individus ; les communistes, de deux classes ; les nazis et les fascistes opèrent avec les catégories abstraites de "race" ou de "nation politique". Mais nous disons qu'une nation n'est ni l'un ni l'autre ; c'est une communauté historique de destin. Il n'est composé de personne, mais est un esprit qui organise la matière. Les gens sont primordiaux par rapport à leurs œuvres - ils ne peuvent pas être réduits à elles.

 

Le peuple russe est une communauté de destin historique. Chaque communauté de destin historique crée ses propres systèmes politiques. Nous, Russes, devons faire valoir notre droit à créer un système politique, comme nous y appellent notre mission, notre volonté et notre esprit. Et une telle chose n'est possible qu'en dehors des trois idéologies politiques de la modernité occidentale.

 

Les gens peuvent créer pour eux-mêmes le système politique qu'ils veulent, sans regarder en arrière et sans rien d'autre qu'eux-mêmes. Ils sont tout à fait capables, s'ils le souhaitent, d'établir une monarchie, comme ce fut le cas avec l'Assemblée du Land de 1613, qui a élu la dynastie Romanov. Le peuple peut choisir l'empire. Mais il peut préférer une forme de démocratie zemstvo, pour faire un choix en faveur de l'aristocratie ou de la théocratie. Les gens peuvent tout faire. Tout comme l'Empire byzantin dans l'Antiquité ou le monde islamique aujourd'hui, ils peuvent fonder leur système politique sur des principes religieux conformes à leur tradition.

 

Ainsi, mes amis iraniens disent que dans mon livre sur la quatrième théorie politique (elle est également traduite en farsi) ils reconnaissent leur système - "velayat-e fakih", "règle des sages". Après tout, le modèle du chiisme politique n'est ni le libéralisme, ni le communisme, ni le nationalisme, il est tout à fait différent et correspond à mon idée de la quatrième théorie politique.

 

- Mais après tout, la Russie n'est pas seulement des Russes, mais aussi des Tatars, des Caucasiens, des peuples du Nord, etc.

 

- Bien sûr, les peuples eurasiens.

 

- Ce sont des chrétiens orthodoxes et des musulmans, un substrat très compliqué. Comment pouvons-nous trouver une forme dans laquelle il devrait être façonné pour que tout le monde se sente à l'aise, pas seulement les Russes ou les Tatars, par exemple ?

 

- C'est cela, l'eurasisme. Cela fait plus de 30 ans que je lutte pour prouver que la formule la plus acceptable de l'idée russe pour tous est eurasienne. Pas exclusivement l'identité russe, slave ou orthodoxe, mais l'identité eurasienne, qui comprend les horizons existentiels, les identités, les lieux de développement des différents groupes ethniques et les confessions qui identifient leur destin avec nous.

 

- En substance, la démocratie prend en compte les intérêts de tous les participants.

 

- La "démocratie" est un tel mot.

 

- C'est du réchauffé.

 

- Le modèle eurasien est unique - ce n'est ni le communisme, ni le libéralisme, ni le fascisme. C'est pourquoi la quatrième voie est l'eurasisme. Il s'agit de la quatrième position, et non de la troisième. Dans ma théorie de l'eurasisme, la quatrième position, mais pas la troisième, a une énorme signification. Personne ne veut le comprendre. Ou bien ils le comprennent parfaitement, mais font seulement semblant de ne pas le comprendre. Cependant, je ne cherche pas d'excuses. Je n'ai pas peur d'appeler les choses par leur nom - si j'étais d'accord avec le fascisme ou le communisme, quelle que soit la façon dont la société les considère, je le dirais. Mais je ne suis catégoriquement d'accord avec aucun des deux. Bien que je sois encore moins d'accord avec le libéralisme, qui à mes yeux est le mal ultime.

 

La quatrième théorie politique est l'aspiration sincère à dépasser tous les modèles d'Europe occidentale, y compris le nationalisme (nazisme, fascisme), qui est également une doctrine d'Europe occidentale et fonctionne également avec des modèles matérialistes artificiels du sujet. Et nous, les Eurasiens, les Russes, devrions avoir un autre sujet - notre peuple eurasien, à savoir le peuple eurasien. Elle a tout à fait le droit de construire son système politique comme elle le souhaite, sans prêter attention à ce qui nous est imposé de l'extérieur. Et surtout, nous devrions nous pencher sur ce que les mondialistes et les libéraux tentent d'imposer comme critère universel.

 

Qu'il s'agisse de la classe ou des enseignements soviétiques, socialistes, capitalistes ou nationalistes, nous pouvons en tirer certains éléments et d'autres pas. Quoi que nous voulions, nous le ferons. Nous sommes un peuple souverain et nous définissons nous-mêmes ce système politique et les valeurs qui nous sont proches, sans prêter attention à personne et sans tenir compte des échantillons universels, ni des droits de l'homme, ni de la démocratie, ni des libertés, ni des normes du politiquement correct, ni de ce qui est moderne ou non.

 

Si nous le voulons, il y aura de la liberté ; si nous ne le voulons pas, il n'y en aura pas. Nous voulons - il y aura une monarchie, nous ne voulons pas - il n'y en aura pas. Nous voulons - nous donnerons le pouvoir aux églises, aux institutions religieuses, si nous le voulons - nous construirons un État laïque. Autrement dit, rien n'est obligatoire. C'est ce que signifie la liberté.

 

Et une telle liberté est effrayante. C'est la tension, la responsabilité, le risque. Il est bon de choisir correctement, et si ce n'est pas le cas ? Qui est responsable ? Le voici, le fardeau de la souveraineté spirituelle. Les adultes sont responsables de leur choix avant l'histoire elle-même.

 

En fait, tous les porteurs de la modernité politique sont profondément totalitaires. Les communistes croient qu'il ne peut y avoir que le communisme, les fascistes ne croient que le fascisme, et les libéraux ne croient que le libéralisme. Et personne n'a le droit de dépasser ces limites. Dans ces idéologies, la liberté est par définition impossible. Avec le communisme et le fascisme, on comprend pourquoi, mais avec le libéralisme, ce contraire de la liberté est très clairement révélé. Pour les libéraux contemporains, tout le monde est libre d'être libéral et personne n'est libre - sauf les "ennemis de la société ouverte" qui, comme nous le savons, sont éliminés - de ne pas être libéral.

 

Et nous, partisans de la quatrième théorie politique, disons : non, il n'y a rien d'obligatoire pour nous dans ces trois idéologies - et au-delà. Nous voulons les accepter, nous voulons les rejeter.

 

- C'est-à-dire qu'il n'y a pas de modèle universel. La créativité politique.

 

- Oui, sur la base de nos traditions, de notre histoire et de notre culture - dans un contexte eurasien. L'eurasisme, sur lequel j'ai travaillé pendant tant d'années et auquel j'ai consacré tant d'efforts, prend ici tout son sens. C'est l'expression la plus cohérente et la plus complète de l'idée russe. Ici, les Tatars, les Caucasiens, les habitants de Sibérie et les Finno-ougriens sont tous perçus comme des parties organiques d'une seule et même communauté. Ils ont tout à fait le droit de participer à l'ensemble et en même temps de préserver leur propre identité, de la cultiver, de développer leurs formes distinctives, ethniques et religieuses en toute liberté. Mais ensemble, nous devons aller vers une synthèse eurasienne. Elle devrait se fonder sur un dialogue profond des penseurs, sur la symphonie de l'esprit eurasien, qui est elle-même constituée de nombreux rayons. Ce sera un modèle politique unique qui ne ressemblera ni au modèle chinois, ni au modèle islamique, ni au modèle d'Europe occidentale, ni au modèle africain. C'est exactement ce dont les Eurasiens parlaient, ce à quoi ils voulaient en venir, lorsqu'ils ont fait référence à une sélection pan-européenne, à un "nationalisme" pan-européen - et non russe (N.S. Trubetskoy). Pan-Eurasien ne veut pas dire russe, non. C'est le but. Il ne s'agit pas non plus de nationalisme, au sens européen de la citoyenneté purement individuelle.

- Nous avons lu les livres de Trubetskoy et de Savitsky, ainsi que le vôtre. Mais pourquoi pensez-vous que ces idées ne s'emparent pas des masses, de l'élite ? Quel est le problème : en "décomposition" de l'homme, en crise de l'esprit ?

 

- Une crise de l'esprit, exactement. Ce en quoi elle consiste, l'élite pourrait le comprendre, mais elle est, hélas, libérale. Et d'ailleurs, comme je l'ai dit, elles dégénèrent de plus en plus. Et pour les masses, c'est difficile à comprendre. Ils vivent de choses simples et, en outre, sont déjà saturés et corrodés par le matérialisme, le communisme, le libéralisme et, dans certains endroits, par le nationalisme intérieur. Le nationalisme est également l'ennemi de la quatrième théorie politique. Par exemple, si nous prenons l'idée "la Russie est pour les Russes", alors c'est le slogan le plus anti-russe que l'on puisse imaginer : son essence est de ruiner le pays et d'organiser une guerre civile. Je pense que les mêmes structures mondialistes qui sont derrière le "nationalisme russe" sont derrière les libéraux.

 

Il y a maintenant une autre tendance dont les libéraux sont à l'origine : les "nouveaux communistes". Toutes sortes de personnages louches arrivent d'Amérique, auparavant engagés dans des affaires louches, parfois avec de faux documents et de fausses biographies, et se mettent soudain à prêcher en Russie, un certain "communisme" artificiel, "l'internationalisme", "l'antifascisme".

 

- Néotrotskystes.

 

- Oui, ils sont envoyés, ainsi que d'autres agents d'influence. Et soudain, ils apparaissent sur tous les écrans du pays, par tous les moyens, entrent dans les organes gouvernementaux et, avec le soutien de capitaux américains sérieux, commencent à lutter activement contre les conservateurs russes, prétendument pour protéger "l'idée soviétique". Bien qu'il ne s'agisse pas du tout de Soviétiques, mais de millionnaires venus de New York et associés aux services secrets américains. On retrouve les mêmes mécanismes artificiels dans le nationalisme russe, mais c'est plus simple là-bas.

 

En fait, trois théories politiques - le libéralisme, le communisme et le nationalisme - s'avèrent être des outils de contrôle externe dans la pratique. Et tous sont des combattants contre l'eurasisme. Les libéraux détestent les Eurasiens pour une raison, les communistes pour une autre, et les nationalistes pour une troisième. Vous vous demandez pourquoi l’eurasisme ne s'empare pas des masses ? Parce que c'est une vision du monde complexe et responsable, qui correspond aux intérêts de nos peuples, mais ils ne s'y reconnaissent pas, parce que cela demande trop d'efforts et qu'ils n'ont pas le droit de le faire. L'élite, qui pourrait adopter l’eurasisme et agir sur la base de cette plate-forme, est dans notre pays majoritairement anti-russe et libérale. C'est pourquoi l’eurasisme a été saboté pendant longtemps.

 

Poutine a proclamé l'Union eurasienne, mais il confie parfois la tâche de l'intégration eurasienne à de fervents Atlantistes. Ils le feront par obéissance, mais d'une seule main...

 

- Vont-ils se mettre à jeter des bâtons dans les roues ?

 

- D'une main, ils le feront, et de l'autre, ils détruiront. Comment, si un fonctionnaire est complètement corrompu, dégénéré ou libéral (Atlante), ou même avec une combinaison de ces qualités, s'engagera-t-il dans l'intégration eurasienne, la relance de la géopolitique russe, la promotion d'une image élevée de la Russie ?

 

Il y a une lutte systémique contre l’eurasisme à l'intérieur et à l'extérieur de la Russie. Et il est dirigé depuis les États-Unis par divers "centres eurasiens". Savez-vous qu'en Amérique, il y a 30 ans, les centres soviétiques ont commencé à être rebaptisés centres eurasiens ? Il est évident que les soviétiques américains et plus largement - l'OTAN - ne faisaient pas du tout la promotion des idées soviétiques, mais au contraire, ils étudiaient le monde soviétique afin de lutter plus efficacement contre l'Union soviétique. Les "centres eurasiens" de l'Occident moderne le sont également. "Eurasie" y apparaît par rapport à l'ennemi principal, donc l'un de leurs principaux objectifs est de discréditer l'eurasisme, de le diaboliser ou de le marginaliser, et parallèlement de créer des organisations pseudo-eurasiennes. Tout cela est un objectif stratégique conscient des puissantes institutions des États-Unis et de l'OTAN. Tout comme les centres soviétiques ont lutté contre les Soviétiques, les "centres eurasiens" américains luttent contre l'eurasisme. Et, comme nous pouvons le constater, de manière assez efficace.

 

En même temps, l’eurasisme reste l'idéologie optimale pour la Russie. Bien sûr, à chaque fois, nous devons moderniser certaines formules, chercher des moyens d'organisation optimaux, mais l’eurasisme lui-même n'est allé nulle part. Si nous empruntons la voie de la renaissance complète de la Russie, le prochain virage n'est que l'eurasisme, rien d'autre n'est possible. Toute autre chose conduirait sciemment au désastre. Il n'y a pas d'autre voie pour la Russie à l'avenir, c'est certain.

 

J'ai personnellement fait face à un mur de tous les côtés - et avec l'incompréhension des gens ordinaires, et l'agression active d'autres théories politiques, et l'opposition des élites pro-occidentales, et avec le discrédit, la diabolisation par la communauté scientifique, qui a généralement perdu toute orientation idéologique. La boussole de la science russe ne fonctionne pas, elle est fébrile, et les scientifiques sont plus engagés dans la vie quotidienne que dans la science. L'enseignement, la science, la pensée - tout est perdu. Les enseignants diffusent, en règle générale, quelque chose de très fragmentaire et parfois franchement insignifiant. Ils sont confus, perdus. Après tout, ils ont prêté tant de fois serment à différentes idéologies qu'ils ne croient plus en rien. Eux-mêmes ne se soucient de rien, que peuvent-ils enseigner !

 

Dans cette situation, il est extrêmement difficile de promouvoir l'idée eurasienne. Elle est falsifiée, discréditée, diabolisée, marginalisée, transformée en simulacre de bureaucratie idiote, et crée encore une autre "banque eurasienne" et des "fondations", qui sont dirigées par des escrocs infaillibles. Les initiatives eurasiennes sont dirigées par des personnes qui sont régulièrement prises à accepter des pots-de-vin. Et cet "eurasisme" est en train de devenir une partie de notre système russe familier. Ici, comme toujours, toutes les choses les plus importantes sont mises de côté, obscurcies, oubliées et reléguées au second plan, tandis que les choses les plus secondaires, mais prometteuses de profit et de gain, sont au contraire reprises par toutes sortes de dealers et d'esquifs louches. Beaucoup de doubles et de spoilers insensés sont fabriqués et, par conséquent, l'"eurasisme" est assez difficile à défendre. Toutefois, la prise de conscience des difficultés ne signifie pas qu'il ne faut pas le faire. L’eurasisme vit, et ses idées, quoi qu'il en soit, deviennent plus pertinentes avec le temps.

 

- Votre mouvement eurasiatique est-il essentiellement défait ?

 

- Non, pourquoi pas... Il existe toujours. Une partie de ses idées ont, bien sûr, été transformées en une ornière bureaucratique, en partie reléguée à la périphérie. Notre mouvement existe, mais il reçoit moins d'attention qu'auparavant. De plus, les gens observent la réaction des autorités et celles-ci y sont indifférentes. Bien sûr, les autorités russes ne considèrent pas le mouvement eurasien comme un ennemi. Mais elle n'y voit pas non plus son propre avenir. Et en vain. Si le pouvoir ne voit pas d'avenir dans l'eurasisme, l'Eurasie ne voit pas d'avenir pour le pouvoir. Soit le pouvoir en Russie s'avérera être eurasien, soit il n'existera tout simplement pas - ni le pouvoir, ni la Russie.

 

- Vous êtes membre de la société "Tsargrad", fondée par Konstantin Malofeev, et également proche du parti de Zakhar Prilepin. Cela est-il lié à votre désir de promouvoir vos idées par leur intermédiaire ? Ou bien ils ont les leurs, et vous les aidez ? Après tout, Malofeev et Prilepin semblent être des conservateurs, presque des nationalistes - une telle image est en train de se former. Et vous prêchez autre chose.

 

- Je suis un Eurasien, et cela ne change rien aux mouvements que je soutiens. Quant à Konstantin Malofeev, sa société Tsargrad n'est pas un parti. Il y a des représentants de tous les partis - Russie Unie, Communistes, LDPR, Russie Juste et bien d'autres. Aujourd'hui, ce mouvement est le plus puissant et le plus populaire. On pourrait l'appeler conservateur et patriotique, on pourrait l'appeler russe, mais ce n'est pas nationaliste.

 

- Êtes-vous sûr que ce n'est pas le cas ?

 

- Non, ce n'est pas le cas. Lors du récent congrès fondateur, même moi, mais de nombreux autres orateurs, avons déclaré que l'idéologie du Tsargrad devait nécessairement être eurasienne. Je parlais d'autre chose : du sujet russe, de la nécessité d'une large unification des patriotes de droite et de gauche, etc. Et d'autres intervenants et membres du conseil central ont souligné à plusieurs reprises que l'eurasie est la seule alternative au libéralisme. Beaucoup d'entre eux sont monarchistes (je considère moi-même que la monarchie est l'institution politique la plus légitime), mais en même temps, ils n'ont pas mis l'accent sur la monarchie. La plupart d'entre eux (comme moi) sont orthodoxes, mais ils n'ont pas mis l'accent sur l'orthodoxie. L’eurasisme était plus présent. Le congrès a également accueilli des représentants de Ramzan Kadyrov et des muftis. Cet événement m'a rappelé le premier congrès du mouvement Eurasia. Et le Tsargrad n'est pas un parti, c'est un mouvement. Je suis en bons termes avec Konstantin Malofeev, nous avons créé ensemble la chaîne de télévision Tsargrad, mais nous nous sommes ensuite quelque peu éloignés l'un de l'autre. Je consacrais tout mon temps à Noomakhia en 24 volumes... Et dernièrement, j'ai travaillé sur katehon.com, et Malofeev et moi avons renouvelé notre étroite collaboration. Je soutiens son mouvement. Sergey Glazyev, académicien et patriote, qui est engagé dans l'intégration eurasienne et qui constitue une rare exception, étant un patriote convaincu qui se réfère sérieusement et profondément à l'idée eurasienne et au renouveau de la Russie en général, a été inclus dans le conseil de Tsargrad.

 

Quant à Prilepin, je ne suis pas membre de son parti. J'ai une bonne attitude envers lui. Après tout, il vient du Parti national bolchevique, que j'ai créé avec Limonov dans les années 90 pour lutter contre le libéralisme et le régime fantoche d'Eltsine. Son idéologie était une forme d’eurasisme de gauche. Mais le discours de Prilepin est plus simple : je suis en très bons termes avec Eduard Boyakov, directeur artistique du Théâtre d'art de Moscou, où Prilepin travaille actuellement.

 

J'essaie de soutenir tous ces mouvements qui ont une pensée russe, l'eurasisme, et une aspiration à accroître la subjectivité et la souveraineté russes, et où il n'y a pas de thèses provocatrices, extrémistes et totalement incompatibles avec mes vues. Mais jusqu'à présent, j'ai des relations plus étroites avec le mouvement "Tsargrad".

 

Le mouvement de Konstantin Malofeev était autrefois appelé "aigle de Dvukhlovy" (aigle à deux têtes). Il était peut-être purement monarchique et conservateur de droite. J'y étais aussi très favorable. Mais maintenant, la formation de "Tsargrad" est devenue une initiative pour dépasser le mouvement monarchiste conservateur de droite. J'ai apprécié le fait que les intervenants aient souligné la nécessité de l’eurasisme pour le Tsargrad et m'aient même critiqué pour ne pas l'avoir mentionné. Cela signifie que l'idée est toujours vivante. J'étais très heureux au congrès - l'idée pour laquelle je me battais depuis tant d'années n'était plus exprimée par moi-même, mais par d'autres - des personnes respectables et bien ancrées. Je suis revenu de ce congrès inspiré. Je ne suis allée nulle part récemment parce que je prends le coronavirus très au sérieux.

 

- Je voudrais terminer là où nous avons commencé. Quel est votre pronostic (si cela est possible dans le contexte actuel) pour les six à deux prochaines années ? Que réserve l'humanité dans le contexte des événements récents ? Le scénario eschatologique est-il réaliste ?

 

- Je pense que nous vivons la fin des temps, et aucun des événements de cette époque ne nous passera sous silence. Une catastrophe sera très probablement suivie d'une autre, les fléaux se succéderont comme une danse macabre. Si cette épidémie prend fin, quelque chose d'autre va commencer. Je suppose que des catastrophes vont éclater, que des guerres vont éclater... La mort d'une grande partie de l'humanité ne peut être exclue...

 

Mais je ne pense pas que cela devrait nous surprendre, car les guerres et les catastrophes ont toujours existé. Outre le déclin, la crise et l'horreur, il peut y avoir certains processus spirituels - l'illumination et la purification. Tout moins est accompagné d'un plus certain. C'est pourquoi l'entrée dans la période de turbulences, d'épreuves, probablement, l'époque la plus tragique, peut s'accompagner simultanément d'un renouveau, d'une renaissance spirituelle... Le fait que des nuages se rassemblent au-dessus de l'humanité n'est pas seulement accidentel, je pense. Plus ils se rassemblent, plus la nuit est sombre, plus l'aube est proche. Et le moment le plus sombre de la nuit est quand l'aube est très proche. C'est alors que l'obscurité donne sa dernière bataille. Que l'obscurité devienne enfin la plus dense et la plus effrayante, que les abîmes s'ouvrent... Qu'une catastrophe purificatrice se produise, afin que tout se mette en place et que nous puissions voir la vraie lumière.

 

Je suis contre les compromis. Et même accepter une certaine accélération du temps. Nous n'avons pas à y prendre part ; sans nous, le temps s'accélérerait, et sans nous, tout s'envolerait à toute vitesse dans l'abîme. Alors il vole, alors il vole. Le statu quo ne mérite pas d'être sauvé. Si l'obscurité est déjà presque impénétrable, la nouvelle aube qui s'annonce est plus proche que l'ancienne - déjà presque complètement oubliée - soirée, coucher de soleil - Der Untergang des Abendlandes.

 

Je crois que nous avons besoin d'une nouvelle humanité. Cette humanité a tort ; elle a échoué dans tout ce qu'elle était chargée d'accomplir. Et s'il y avait quelque chose de bien en elle - comme notre Église et notre peuple russe - elle doit s'élever et s'élever dans la catastrophe finale, la bataille. Je ne compte pas sur une issue favorable pour tous - trop d'erreurs, de crimes, de trahisons et d'apostasie. Il faut que ce soit d'une manière ou d'une autre un juste châtiment. Mais comme Dieu le dit dans la "Bible" : "La vengeance est à moi, et je rendrai la pareille." Autrement dit, il ne nous appartient pas de nous venger et de porter un jugement. Ce n'est pas à nous de provoquer, d'exacerber la catastrophe. Notre métier n'est pas de nous étonner que Dieu punisse l'humanité qui a commis tant de crimes et ne revienne pas à la raison de son plein gré.

 

C'est une chose légitime à faire. En même temps, nous devons nous tenir aux côtés de Dieu, même si nous nous trouvons nous-mêmes dans la position de la victime. C'est-à-dire que nous devrons peut-être aussi témoigner contre nous-mêmes. Après tout, l'important est de témoigner en faveur de Dieu. C'est ce qui est le plus important. Nous ne devons pas sauver notre peau, nous ne devons pas nous sauver nous-mêmes, mais nous devons défendre la vérité, la justice, la vérité, le renouveau, l'esprit, la culture, la foi, quoi qu'il nous en coûte. Même si nous nous trouvons personnellement du côté opposé - du côté de ceux qui sont condamnés et qui, hélas, n'ont pas pu se justifier.

 

C'est dans cet esprit que j'entre en 2021. J'espère qu'il ne sera pas moins radical qu'en 2020.

 

- Vous êtes d'une humeur extrêmement pessimiste.

 

- Au contraire, il s'agit d'un optimisme eschatologique, comme le dit ma fille Daria Platonova****.

 

 

Alexandre Douguine

 

 

http://dugin.ru

Alexandre G. Douguine (né en 1962) est un éminent philosophe, écrivain, éditeur, personnalité publique et homme politique russe. Docteur en sciences politiques. Professeur de l'Université d'État de Moscou. Il est le leader du mouvement eurasien international. Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

*Ndt. Novorossya: « La Nouvelle-Russie, aussi nommée Union des républiques populaires, est un projet de république confédérale qui devait réunir les deux États sécessionnistes de la République populaire de Donetsk et de la République populaire de Lougansk et couvrir de ce fait le territoire du Donbass. Le 20 mai 2015, le projet est gelé. » (Wikipedia).

**Ndt. Le katechon (κατέχων) est une « puissance qui empêche l’avènement du mal absolu et la fin du monde ». Voir: https://philitt.fr/2017/10/23/le-katechon-selon-carl-schmitt-de-rome-a-la-fin-du-monde/

***Ndt: La sophiologie (du grec Σοφια, sophia, sagesse) est un développement philosophique et théologique chrétien, concernant la sagesse de Dieu elle-même divinisée, qui prend sa source dans la tradition religieuse hellénistique, le platonisme et certaines formes de gnosticisme. On a pu ainsi parler de « théologies de la Sagesse » (Wikipedia)

**** Docteur en philosophie de l'université de Moscou: https://www.youtube.com/watch?v=j9ezNeQHzPM&feature=emb_logo 

 

 

Présentation d'Alexandre Douguine par son éditeur en France Christian Bouchet: 

 

https://www.breizh-info.com/2020/12/27/156214/alexandre-douguine-un-alain-de-benoist-qui-a-laudience-dun-eric-zemmour-et-linfluence-dun-bernard-henri-levy/

Lire la suite

Alexandre Douguine : La fin du monde n'a pas de date. (Club d'Izborsk, 14 décembre 2020)

14 Décembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Alexandre Douguine, #Arche russe, #Club d'Izborsk (Russie), #Philosophie, #Russie, #Opération Coronavirus

Alexandre Douguine : La fin du monde n'a pas de date.  (Club d'Izborsk, 14 décembre 2020)

Alexandre Douguine : La fin du monde n'a pas de date.

 

14 décembre 2020

 

https://izborsk-club.ru/20371

 

 

- Alexandre Guélievitch, l'année 2020 est en quelque sorte une époque, l'une des plus inhabituelles, du moins ces derniers temps. Pensez-vous que le coronavirus est une opération spéciale, une sorte d'accident ou l'œuvre de Dieu ?

 

- Je pense que pour une personne religieuse (et je le suis), tout ce qui se passe a certainement un sens et appartient à la Providence de Dieu. Toutefois, cela n'exclut pas que chaque événement, catastrophe ou résolution heureuse ait des raisons historiques profondes. La présence d'un sens inférieur n'abolit en rien le sens supérieur. Tout est lié à la Providence de Dieu. La seule question est de savoir comment le comprendre, comment construire une explication du lien entre les événements auxquels nous participons et les raisons spirituelles profondes, leurs significations.

 

Je ne pense pas qu'il soit utile de mettre en contraste, par exemple, la Providence de Dieu et ce qui se passe en soi, car rien ne se passe en soi. Tout a un raisonnement profond. Mais dans certains cas, comme en 2020, je suis d'accord avec vous, les événements sont tellement fondamentaux que l'appel à la volonté de Dieu est plus nécessaire que jamais ... pour les croyants comme pour les non-croyants. Aujourd'hui, beaucoup - même des agnostiques - commencent à penser que quelque chose ne va pas, que c'est trop soudain et trop brutal. La Providence de Dieu est partout, mais elle n'est pas toujours remarquée. Il est difficile de l'ignorer aujourd'hui... plus difficile que jamais...

 

Par conséquent, l'explication de la pandémie comme "le déversement du bol de l'ange de la colère de Dieu - le bol des ulcères sur l'humanité" ne contredit aucune autre explication "rationnelle". Il existe deux causalités parallèles - la...

 

En ce qui concerne le coronavirus, il est à mon avis difficile de dire si la pandémie est d'origine humaine ou non. Je ne peux pas vous donner un point de vue sans équivoque. Beaucoup de gens voient comment les milieux mondialistes réagissent aujourd'hui au coronavirus en disant trois "B" - "Building Back Better". C'est exactement comme la Grande Reset - la "Grande Reset" signifie "reconstruisons plus que cela", "sera encore meilleure". Soudain, Joe Biden, Boris Johnson et les mondialistes européens en parlent en même temps : "Reconstruisons et c'est mieux. Aussi Great Reset (grande réinitialisation), New World Order (nouvel ordre mondial) - ces phrases de code sonnent de partout aujourd'hui. Le coronavirus est ce qu'ils appellent une nouvelle opportunité, une nouvelle chance. Il est difficile de ne pas soupçonner ces "coïncidences" d'une sorte de "conspiration mondialiste".

 

En y regardant de plus près, on a l'impression que le coronavirus a été bénéfique pour quelqu'un. Mais encore une fois, je veux dire que je ne suis pas sûr que ce soit vrai... Peut-être s'agit-il d'une approbation idéologique d'une catastrophe de grande envergure. Il y a une pandémie, une attaque de coronavirus sur la santé de toute l'humanité, et les mondialistes ne l'utilisent qu'à leur avantage. Ils se seraient pressés en l'absence du virus... Et une crise financière - sans épidémie et sans verrouillage - aurait été la raison pour laquelle ils ont renforcé leur programme, pour renforcer la propagande mondialiste. C'est-à-dire que l'absence d'épidémie aurait pu les inciter à intensifier leurs politiques, en particulier la lutte contre Donald Trump...

 

Il est donc difficile de dire s'ils ont lancé le virus délibérément ou s'ils en ont simplement profité. Les deux ne peuvent être exclus. Nous n'en sommes pas sûrs, et nous le savons à peine. Cependant, j'ai tendance à croire que les mondialistes utilisent simplement le coronavirus à leur avantage. Même en dépit de la crise du mondialisme qui se produit actuellement, ils disent : "C'est bon, nous allons nous rétablir - et ce sera encore mieux". Le verrouillage est la mesure la plus anti-mondialiste que l'on puisse imaginer lorsque tout le monde ferme les frontières, que le commerce international s'arrête, que les communications sont interrompues, que tout le monde se concentre sur les problèmes intérieurs et les économies nationales. Il semblerait que les mondialistes devraient crier : "Oh, tout s'écroule !" Mais ils disent : "Non, nous serons encore meilleurs."

 

L'art d'un navigateur n'est pas seulement de naviguer dans le vent, mais aussi contre le vent. Le vent est de droite, de gauche, d'arrière ou d'avant : s'il y a du vent, le navigateur navigue. Le yacht ne s'arrête qu'en cas de calme complet. Les mondialistes sont comme les plaisanciers : prêts à utiliser n'importe quelle situation - en leur faveur et contre eux, tant qu'il y a du mouvement, de la dynamique. Ainsi, on ne peut exclure la manipulation d'une épidémie spontanée ou même incontrôlée à des fins mondialistes.

 

Il y a un troisième point important. Il n'est pas exclu que des armes biologiques soient détournées.

 

- C'est donc le cas, n'est-ce pas ?

 

- De mon point de vue, il s'agit d'une fuite. Je me concentre sur la manière dont les différents États et gouvernements ont réagi au coronavirus. Il est étrange d'entrer dans une telle impasse face à un virus normal avec un faible taux de mortalité. Vous pourriez le faire si les gouvernements savaient quelque chose de plus que ce qu'on nous dit. Il y a probablement quelque chose qui ne va pas avec ce virus. Je pense que tout le monde est arrivé à la conclusion aujourd'hui que ce n'est pas un virus normal. Les gens qui connaissent son réel danger essaient de réduire la chaleur d'une manière ou d'une autre et disent : "Ok, c'est bon, allons-y un jour". Mais c'est une sédation, et elle est en partie justifiée.

 

Toutefois, il y a des indications indirectes selon lesquelles il s'agit d'armes biologiques. Tout d'abord, il existe des incrustations artificielles évidentes dans la structure du virus. Et ils sont étrangement similaires au VIH.

 

Deuxièmement, nous sommes persuadés qu'il n'y a pas de cas récurrents, même s'il est déjà clair qu'il y en a.

 

- Oui, de tels cas ont déjà commencé à se présenter.

 

- On ne peut pas le cacher. Ceux qui ont introduit le premier verrouillage étaient au courant. Mais ils craignaient que la panique ne s'installe si l'on disait la vérité sur le coronavirus. À mon avis, les gouvernements et les organisations internationales savaient à quoi ils avaient affaire, alors ils ont essayé de contenir le danger aussi doucement que possible. Ils ont fait de leur mieux pour éviter la panique autant que possible. Et la vérité pourrait facilement conduire à cette panique, surtout au début.

 

Peu à peu, il s'avère qu'il est impossible de s'habituer au virus. L'immunité collective, l'immunité collective est impossible. Peu à peu, on a même cessé d'en parler, tant à nos autorités qu'aux Européens, à tous les autres. Il ne peut tout simplement pas y avoir d'immunité collective si c'est une arme biologique.

 

- Pour l'instant, on parle encore de vaccination.

 

- On va quand même arriver à la vaccination. De mon point de vue, le sujet de l'immunité des troupeaux a disparu, car il existe un risque de réinfection. Récemment, Vladimir Zhirinovsky (et il en parle souvent) a déclaré en direct dans une émission de radio que de nombreux députés du LDPR avaient contracté deux fois le coronavirus. "Pour la troisième fois, dit-il, ils vont mourir. Ce n'est pas seulement l'humour noir de Jirinovski. Sous cette forme humoristique, il parle généralement de ce qui existe vraiment. En partie, le politicien s'adapte aux intérêts des autorités, et en partie va vers le populisme. Aujourd'hui, on ne peut donc pas se cacher qu'une deuxième infection par un coronavirus est très probable. Ainsi, la maladie ne provoque pas d'immunité, soit à cause d'une mutation du virus, soit parce qu'elle a été conçue à l'origine.

 

Le point important suivant est que nous ne connaissons pas les véritables conséquences de ce virus. Les médecins reconnaissent de plus en plus que les affections des poumons ou de l'estomac entraînent un grand nombre de décès, en particulier chez les personnes âgées et les personnes souffrant de certaines maladies. Mais ce n'est pas non plus le coup principal. Le plus probable est que le virus touche le système nerveux central et entraîne une destruction qui n'est pas immédiatement visible. Cela ne signifie pas que les personnes qui ont vécu la maladie de manière asymptomatique ont gagné en force et en immunité, comme c'est le cas pour la grippe saisonnière ou d'autres maladies virales. Il s'agit d'un coup plus grave porté au système nerveux central, dont les conséquences peuvent s'ouvrir progressivement. En Chine, par exemple, une vague d'informations a déjà été transmise selon laquelle le virus affecte les fonctions de reproduction.

 

- On dit que les hommes en particulier souffrent, l'infertilité commence.

 

- Cela est plus visible. Nous ne savons tout simplement rien de l'impact sur les fonctions reproductives des femmes pour l'instant. Peut-être qu'il n'existe pas, ou peut-être...

 

Mais ce n'est pas tout, car les surprises contenues dans le coronavirus vont continuer à se faire connaître progressivement.

 

Si c'est une arme biologique, elle ne peut pas causer si peu de morts. Il s'agit donc d'autre chose, d'un résultat plus substantiel. Peut-être retardé... Et ce résultat doit être massif, sinon quel genre d'arme...

 

- Effet retardé.

 

- Oui, le virus revient.

 

Apparemment, nous avons affaire à ce dont les mondialistes parlent depuis longtemps : atteindre les limites de la croissance (démographie, économie, ressources naturelles), la nécessité de réduire la population mondiale, principalement au détriment des personnes âgées, modifier l'équilibre de la production et de la consommation (ce que ni l'industrie ni la base de ressources ne peuvent supporter), la nécessité d'un contrôle total sur les personnes, y compris la gestion de la conscience, l'assemblage de l'homme et de la machine, etc.

 

Et cela nécessite une vague de catastrophes ou simplement une forte diminution de la population mondiale.

 

- Le Club de Rome en parle depuis les années 1960.

 

- Oui, ils affirment que la poursuite de la croissance démographique provoquera non seulement la surpopulation de la planète, mais aussi des crises économiques, sociales et politiques et une pénurie de ressources. Le coronavirus est un moyen idéal pour réguler la population de la Terre par l'extermination, le génocide d'une certaine partie de celle-ci. Il est impossible de l'admettre ouvertement, car la panique, les protestations, les soulèvements, le chaos vont commencer...

 

Cependant, je n'insiste pas... Je ne connais pas la vérité, c'est juste mon hypothèse.... Je n'insiste pas, ce n'est pas une question de foi pour moi, j'essaie juste d'analyser logiquement ce qui se passe. Je ne suis pas médecin, je ne suis pas virologiste, je lis beaucoup dans la presse comme tout le monde. Je ne suis pas engagé, je n'essaie pas de blâmer ou de juger qui que ce soit, je me contente de comparer les faits. Peut-être que je les assemble mal, mais ce ne sont que mes conclusions.

 

Si les gens au pouvoir ne savaient pas qu'il s'agit d'armes biologiques, ils n'accepteraient guère un verrouillage et un coup aussi brutal porté à l'économie. Après tout, chaque restaurant, chaque point de restauration est un profit qui est distribué dans tout l'État, c'est-à-dire, dans notre cas, c'est le bien-être et la prospérité de pays entiers à l'Ouest et à l'Est.

 

- Tout le monde s'y est mis comme sur commande.

 

- Bien sûr qu'ils l'ont fait. Personne n'aurait fait de tels sacrifices et pertes s'il n'y avait pas de raison sérieuse, de raisons suffisantes.

 

- Pourquoi la Russie n'a-t-elle pas encore introduit le confinement aujourd'hui : l'Europe l'a fait, mais pas nous.

 

- Nous avons décidé : laisser la population s'accuser elle-même, puisqu'elle marche sans masque. Je pense qu'ils viennent de voir que les gens sont en colère, indignés : "Nous ne voulons pas de codes QR ! "Nous ne voulons pas rester à la maison !" Parfois, cela transparaît dans les discours de nos fonctionnaires, qui disent : si vous vous comportez ainsi, vous mourrez, au diable !

 

- Pour que chacun puisse survivre aussi longtemps qu'il le peut ?

 

- Bien sûr. Je crois qu'ils ont décidé : "Allons-nous ruiner notre économie à cause de vous, bande d'imbéciles ? Bien sûr, ils ont limité quelque chose, mais ils ne sont pas allés jusqu'à l'extrême. Une dernière chose, le premier confinement n'a pas fonctionné. Nous aurions dû faire plus fort, comme en Chine : fermer des aéroports, localiser des zones entières, rechercher des chaînes d'infection... Isoler ces chaînes et frapper réellement le virus. Nous avons pris la voie intermédiaire : quelque chose était fermé, quelque chose ne l'était pas. La deuxième vague était donc inévitable, elle a en fait provoqué l'expansion de la zone de pollinisation du virus. Et ce n'est pas encore fini, c'est juste une autre vague, bien qu'ils disent : "Nous allons attendre le printemps et tout ira bien..." Mais, apparemment, ils pensent en fait qu'il est nécessaire de "polliniser" tout le monde avec ce coronavirus. Celui qui survit est bon pour vous. Qui n'est pas, comme Kim Ki Duk en Lettonie et bien d'autres morts, célèbre et inconnu de tous - eh bien.

 

Toutefois, cela signifie qu'une ère imprévisible va commencer.

 

Comment les gens vont-ils mourir ? Certains maintenant, d'autres plus tard, d'un diagnostic et d'autres encore d'un autre. Certains survivront même, mais pas le fait qu'ils resteront ce qu'ils étaient, il peut y avoir des mutations. "Nous ne mourrons pas tous, mais nous changerons tous", dit le Saint Apôtre Paul (1 Cor 15, 51).

 

Par conséquent, tout ce qui arrive au coronavirus maintenant est un coup colossal pour l'humanité.

 

Je pense que la source du virus est artificielle, mais peut-être (encore une fois, l'hypothèse) que c'est juste une arme biologique inachevée, laissée inachevée... Nous savons qu'en Amérique nous avons arrêté le développement de tels virus, parce que peut-être nous n'avons pas trouvé d'antidote ou qu'il y avait d'autres problèmes avec lui.

 

- Et la fuite...

 

- Et c'est arrivé, entre autres choses. C'est très similaire, car le virus touche les mondialistes eux-mêmes. Je vois les choses ainsi : s'ils avaient délibérément lancé le virus, ils ne seraient pas eux-mêmes malades. Et Boris Johnson a été malade deux fois et isolé deux fois ; le prince Charles a été malade aussi. C'est-à-dire que les représentants de l'élite mondiale, les "dirigeants et les idéologues de la mondialisation" eux-mêmes sont impuissants devant la menace. Si les choses étaient différentes...

 

- Vous voulez dire qu'il y aurait un vaccin ?

 

- Bien sûr qu'il le feraient. Mais il n'y a toujours pas de remède depuis le début, et il n'y en avait certainement pas un qui offrirait une guérison inconditionnelle. Les mondialistes sont malades au même titre que les gens ordinaires. Bien sûr, pour eux, le niveau de médecine est meilleur, ils sont mieux servis, mais s'il s'agit d'une arme biologique, ils pourraient en mourir aussi. Et en cas de maladie, une personne ne peut plus être sûre d'avoir conservé sa santé comme avant. Cela s'applique à tout le monde, pas seulement aux gens ordinaires. C'est là le problème. Donc, à mon avis, il y a eu une fuite de virus dont tout le monde essaie de tirer parti. Et les mondialistes, entre autres.

 

Et une dernière chose, à propos du vaccin. Il est évident que le vaccin ne fonctionne pas encore, ni chez nous ni à l'étranger. À tout le moins, il ne fonctionne pas comme un moyen fiable et sûr sur lequel on peut compter pleinement. Certains symptômes du coronavirus peuvent être affectés, mais en tant qu'antidote fiable, il ne fonctionne pas. Peut-être que pour quelqu'un, le vaccin sera un salut, mais pas dans le sens où il a été vacciné et qu'il est sûr de vivre dans le monde des coronavirus. Peut-être que vous ne mourrez pas cette fois-ci, alors la prochaine fois, ou bien votre foie sera défaillant, et non vos poumons. Mais je ne dis pas que le vaccin est complètement inutile. Eh bien, qui sait...

 

Le même Jirinovski a fait campagne en direct à la radio pour être vacciné : "Je vais exiger que tous les députés - les miens et non les miens - soient vaccinés. J'ai moi-même été vacciné, et que tous soient vaccinés". Et puis il dit : "J'ai attaché deux chiens dans mon bureau. Lorsque nos députés viennent me voir sans avoir été vaccinés, je laisse ces chiens se faire vacciner, ils doivent être à cinq mètres de moi". Que veut nous dire Jirinovski ? Le fait qu'il ait reçu le vaccin lui conseille de faire tout le reste, mais il ne fait pas confiance au vaccin, sinon il aurait pris tout le monde sans chien. S'il a peur après la vaccination de la possibilité d'infection par le coronavirus, cela signifie, nous donne dans le style de savoir que de toute façon il ne sauvera pas complètement de la maladie. Apparemment, les autorités lui ont demandé de promouvoir la vaccination, Jirinovsky le fait, mais dans son discours s'insère une contradiction délibérée, une allusion : vacciner, mais garder à l'esprit que cela n'aide pas.

 

- Ç’est comme Stirlitz.

 

- Je pense qu'il pense simplement que nos fonctionnaires sont si faibles qu'ils ne remarqueront pas comment il insère quelques éléments codés dans l'élaboration d'un programme général obligatoire. Et si vous n'êtes pas ivre et que vous n'êtes pas un idiot, vous comparerez les faits. Et si vous êtes un idiot, vous passerez à côté de ce genre de choses, en pensant à quel point Jirinovski est drôle avec ces chiens. Et Jirinovski en fait, donne un signe aux gens qui ne veulent pas mourir trop vite. On a toujours l'impression qu'il dit des bêtises, mais il est plus logique derrière tout cela qu'une personne qui a l'air sérieuse et qui dit des choses raisonnables. Par exemple, Anna Popova de Rospotrebnadzor dit des choses plus absurdes que Jirinovski.

 

- Ne pensez-vous pas que Popova est une personne étrange qui est apparue de nulle part - et qui devient soudainement la principale personne du pays, en fait presque plus cool que Poutine ?

 

- Oui, mais Popova, à mon avis, est folle. J'analyse ses discours, dont beaucoup présentent des contradictions logiques. Elle parle dans une langue étrange. Elle semble avoir un visage sérieux, voire intimidant et menaçant, mais les mots sont comme une image psychopathe de l'illusion...

 

- "La situation est tendue, mais elle est maîtrisée."

 

- Il n'y a donc pas de quoi avoir peur, mais vous mourrez tous. Il utilise souvent des verbes transitoires comme des verbes non transitoires. C'est une sorte de connotation irrationnelle qui est intégrée dans un style indépendant. D'une manière générale, les gens ont récemment cessé d'écouter ce qu'on leur dit, font attention aux gestes, à l'apparence, et le contenu logique des déclarations a souvent échappé. Dans Popova, le contenu est étrange. S'il la décompose logiquement et l'analyse, elle se révèle être une poésie d'absurdité absolument incroyable.

 

- Quel est le lien avec ce type d'activité ? A-t-elle peur de parler, de dire la vérité ou ne comprend-elle pas ce qui se passe ?

 

- C'est difficile à dire, je ne sais pas. Je ne prends pas sur moi de déterminer la motivation de créatures étranges comme Popova. Je pense qu'ils ne trouvent que des chiffres qui oscillent exactement entre l'irrationalité et la rationalité, et qui trompent avec une cohérence semi-identifiable. Jirinovski est comme ça aussi, mais il a une combinaison différente : il est comme un fou, comme un bouffon qui met la vérité sous des formes stupides. Et certains, comme Popova, au contraire, se livrent à des formes graves de délire. Ce sont des figures symétriques : Jirinovski est sain d'esprit mais se ridiculise, et Popova est folle mais essaie de ressembler à un fonctionnaire normal qui est responsable de ses paroles. Si nous écoutons les deux et les décodons, nous aurons une image claire de ce qui se passe avec le coronavirus.

 

- Si la situation est si grave, vous en occupez-vous vous-même d'une manière ou d'une autre ?

 

- Je suis en isolement, je ne vois personne. En avril, je suis parti en dehors de la ville. Si je dois me présenter (ce n'était que 3-4 fois pendant cette période) dans des lieux publics, alors je viens avec un masque, des gants, enveloppé de plusieurs couches - avec un masque à gaz et une protection chimique. Je recommande à tout le monde de faire de même.

 

Mais en même temps, j'ai augmenté mes activités dans Zoom. J'y donne des conférences, des conférences sur le cinéma, j'y installe un studio dans mon bureau et j'y enregistre des cours sur la psychologie, Aristote, la "phénoménologie des sujets radicaux", le platonisme, sans oublier le développement de la quatrième théorie politique, l'eurasianisme. J'organise 5 à 6 événements par jour, y compris dans différentes langues. Le travail est intensif, j'accepte les conditions du coronavirus et ne me rebelle pas contre elles.

 

La seule exception est la fréquentation de l'église. Mais nous avons aussi des règles strictes dans ce domaine : distance, masques. Cela ne veut pas dire que je ne serai pas malade. Je suppose que tout le monde peut tomber malade. On ne peut pas non plus lutter sans fin contre ce genre de maladie, mais moi, au moins jusqu'à ce que ce soit clair et qu'il y ait des manipulations franches avec le coronavirus, j'essaie de prendre toutes les précautions et de conseiller tout le monde. Si c'est possible, vous n'avez pas besoin d'aller nulle part, beaucoup de choses peuvent être faites à distance. Par exemple, je dirige des programmes éducatifs à la nouvelle école MHAT (trois disciplines : ontologie et anthropologie du théâtre ; esthétique politique ; culturologie) également sur Zoom, qui n'est pas moins efficace. Au contraire, les déplacements et les réunions sans fin semblent désormais nécessaires, mais sont totalement inutiles. Je les ai réduits, je passe plus de temps avec ma famille et, surtout, avec la science et l'enseignement.

 

D'ailleurs, presque tout le monde autour de moi a déjà été malade une fois. Presque tous mes éditeurs se trouvent au Brésil, en Italie, en France et en Amérique. Beaucoup de mes amis russes : Konstantin Malofeev, Eduard Boyakov, Sergey Glazyev ... Des moines et des nonnes familiers, des prêtres ...

 

- Glazev est aussi tombé malade ?

 

- Oui, il est en isolement avec le coronavirus maintenant. Mes amis se sont rétablis, ont surmonté, Dieu merci... Mais beaucoup étaient très malades.

 

Ils s'en sont tous remis, mais beaucoup de gens étaient très malades... Pour moi, cette situation est grave. Quelqu'un est réveillé et dit : "Je ne me soucie pas de tout". Oui, bien... Mais la situation est très grave. Si vous n'êtes pas encore tombé malade, que Dieu vous en garde, cela n'arrivera jamais, ou vous pourrez tenir le coup aussi longtemps que possible. Aucune idée de tomber malade le plus tôt possible pour ne pas l'attraper plus tard. Si vous tombez malade plus vite la première fois, la deuxième fois sera plus rapide. Voilà le problème.

 

C'est mon idée du coronavirus. Encore une fois, je n'y attache pas trop d'importance. Si c'est une peste, c'est un fléau, si c'est un fléau, si c'est la punition de Dieu, c'est la punition de Dieu ; si c'est une fuite d'arme nucléaire, c'est une fuite. Nous devons nous adapter et ne pas perdre notre visage humain. Et quand ils crient : "Marchons sans masque, sur des kebabs ou ailleurs" - je me sens déconcerté. À mon avis, les gens ont une sorte de nihilisme... Ils ne choisissent pas consciemment la mort, mais qui sait. Une personne est plus difficile qu'on ne le pense...

 

- Dans le résidu sec, nous apprenons qu'il s'agit d'un virus de combat à action retardée complexe, qui s'est échappé par inadvertance du laboratoire. Les élites mondiales l'ont rencontrée, si bien que certains encore, comme Poutine, ne se rencontrent guère en tête à tête. Mettons la barre plus haut pour la conversation. C'est-à-dire que les gens comprennent ce qui s'est passé, mais ne contrôlent pas la situation. Et alors, quel est le plan divin ?

 

- Je pense que, logiquement, l'humanité devrait être punie. Il y a 500 ans, la civilisation de l'Europe occidentale a tourné le dos à Dieu en disant.. : "Nous sommes bons sans Dieu." Nietzsche l'appelait la mort de Dieu. Les "progressistes" ont déclaré que Dieu "est mort" et que, par conséquent, tout sera désormais décidé par l'homme. L'homme a pris ses responsabilités. L'humanité ne tue pas Dieu en Dieu lui-même (c'est impossible), mais Dieu pour lui-même et, par conséquent, lui-même pour Dieu. Il est impossible de tuer Dieu, mais l'humanité, qui lève la main sur lui, bat sur elle-même. Et c'est mortel... Aujourd'hui, nous en sommes arrivés au fait que l'humanité, qui s'est détournée de Dieu, se perd rapidement. Ils pensaient que sans Dieu, ils ne deviendraient qu'humains. Mais il s'est avéré que pendant 500 ans de Temps Nouveau, Moderne, quand la civilisation et la culture athée-matérialiste se sont progressivement étendues partout, l'humanité elle-même est en train d'échouer. Sans Dieu, elle n'a ni âme, ni immortalité, ni esprit, ni but, ni sens. Il est devenu une enveloppe matérielle contrôlée par des stimuli externes. Les humains se sont transformés en machines, en animaux, et maintenant ils en sont arrivés à un tel point qu'ils transmettent l'initiative à l'intelligence artificielle.

 

Nous vivons aujourd'hui une époque de transition de l'humanisme au post-humanisme.

 

- Et au transhumanisme.

 

- Oui, les entités post-humanistes, post-humanistes se présentent sous la forme de cyborgs, de mutants. La préparation de cette évolution s'est faite par l'émancipation libérale de l'individu de toutes les formes d'identité collective : d'abord religieuse, puis de classe, nationale, puis de classe, professionnelle et enfin sexuelle.

 

Homme ou femme - cette question devient un choix ouvert, une option. C'est aussi l'émancipation de l'individu par rapport à l'identité collective, puisque l'homme et la femme sont des formes d'identité collective...

 

Logiquement, nous avons traversé toutes les étapes du post-humanisme. La dernière étape qui reste à franchir est de se libérer de l'identité humaine. C'est-à-dire mettre fin à l'humanité en cédant les rênes du pouvoir aux réalités post-humanistes. Ce moment de transition finale est appelé singularité, le moment du transfert du pouvoir à l'intellect artificiel.

 

Même Poutine a déjà parlé de l'intelligence artificielle et des risques et dangers qui lui sont associés. À mon avis, jusqu'à présent, ces déclarations ont été assez naïves. Mais c'est tout à fait normal, il n'est ni philosophe ni anthropologue. Poutine se dit manager, il parle donc d'intelligence artificielle de manière "managériale". Cependant, le fait même qu'il le fasse indique déjà que le sujet atteint le niveau politique. Si la politique de genre d'aujourd'hui est le sommet du libéralisme, le post-humanisme de demain - le post-humanisme politique - sera au centre... C'est pourquoi on accorde tant d'attention à la "numérisation". En fait, nous sommes sur le point de migrer vers le cyberespace, de démystifier définitivement l'humanité...

 

D'un point de vue divin, l'humanité est en train de se détruire. Et c'est ce qu'il fait depuis longtemps. Aujourd'hui, elle n'atteint que la ligne finale.

 

Et puis il lui envoie un signe : "Regarde ce que tu fais. "Vous vous détruisez. Vous avez tourné le dos à Dieu. Maintenant, je vais trouver un fléau sur vous, les anges vont déverser les raisins de la colère de Dieu (sous forme de coronavirus ou d'autres catastrophes). Vous devez faire face à cette menace, vous secouer, vous retourner, réfléchir à ce que vous avez fait, pourquoi vous, l'humanité, avez crié des absurdités sur ce qui est censé m'avoir tué. Je suis éternel et tout-puissant, je ne peux pas être tué. Vous ne pouvez que vous tuer !  En un instant, une fois - et des gens en combinaison blanche de protection chimique ont emporté un homme, deux - ont emporté à nouveau... Tournez avant qu'il ne soit trop tard, avant que l'intelligence artificielle ne se joigne enfin aux mondialistes, que Biden ne vous transforme en mécanisme et ne vous charge du service de nuage, de la Matrice... " C'est ainsi que je lis la situation actuelle.

 

Ainsi, la quarantaine, la pandémie, le confinement est un moyen de retourner dans notre cœur, dans notre âme, de découvrir la philosophie, la théologie, l'histoire culturelle... Mais non, on escalade le mur pour être admis plus rapidement au café, pour discuter avec des amis, des amis. Nous agissons comme du bétail. Nous n'entendons pas derrière le bruit de l'information et des aperçus d'ombres insignifiantes la voix d'un Dieu colérique et miséricordieux, qui nous envoie un fléau salvateur et béni...

 

Puis il y aura une autre vague de maladie, puis une autre infection. En fait, c'est comme une pestilence.

 

Notre conscience est déjà empoisonnée, notre cerveau est détruit.

 

Les mondialistes et les progressistes en général veulent traiter le feu avec de l'essence supplémentaire (si vous n'avez pas assez de douleur, il y en aura plus). Avec certaines vaccinations douteuses, dont on nous parle toujours, soit des demi-vérités, soit des contre-vérités. Il est impossible de faire confiance à la vaccination mondiale pour de nombreuses raisons.

 

Mais l'essentiel est que nous essayons en quelque sorte de nous tromper complètement, de répondre à cet appel divin, qui nous met face à la mort, à la destruction...

 

- Sortir à nouveau et se cacher, sans s'en apercevoir.

 

- Oui, c'est vrai, c'est comme ça que je lis la pandémie. Nous ignorons le contenu du processus historique, en essayant de l'interpréter de manière purement technique. Nous voulons éviter ou éluder la vérité sur le coronavirus. Le coronavirus a à la fois un côté technique et une signification divine d'où nous sommes partis. Il est dit : "Le commencement de la sagesse est la crainte de l'Éternel ; les insensés ne méprisent que la sagesse et l'instruction" (Proverbes 1:7). Si vous n'avez pas peur de Dieu, si vous ne comprenez pas qu'Il est fort et immortel et que vous êtes mortel, alors vous n'avez aucune sagesse, puisque vous n'avez pas peur de Dieu. Et la peur de Dieu s'abat sur nous face au coronavirus. En fait, Dieu nous ramène à notre membre, à notre mort, et il veut dire : "Ayez peur de vous-même, pas de Dieu. Que faites-vous ? Quel genre de civilisation avez-vous construit ? Tourne le dos, ne va pas dans cette direction". Et nous n'allons pas dire : "Allons de l'avant plus vite. Dépêchez-vous et laissez cette attaque se terminer... Tant que nous avons encore le temps de vivre notre vie..."

 

- En fait, c'est le dernier avertissement, si elle est parlée dans cette langue.

 

- Peut-être le dernier, peut-être l'un des derniers. Je ne sais pas. Parce que dans l'Apocalypse, il y a plus d’un raisin de la colère de Dieu. Un ange s'occupe des tremblements de terre, un autre de la peste, un autre encore de l'empoisonnement des rivières. Il y a eu une série d'avertissements dans le passé, et il pourrait y en avoir à l'avenir. Mais le coronavirus est l'un des avertissements.

 

- Il y a donc une chance d'entendre et de changer ?

 

- Bien sûr qu'il y en a. Tant qu'il y a un homme, il y a toujours une chance. Un homme est libre jusqu'à ce qu'il soit remplacé par une intelligence artificielle. Tant qu'il a une chance de se transformer, de se transformer, de changer et d'être sauvé. Mais à un moment donné, il n'y aura plus personne d'autre pour prendre la décision, mais ce ne sera pas facile. Cela ne signifie pas que vous devez courir à l'église immédiatement. L'église, tout comme la mosquée, est elle-même intégrée dans le processus de modernisation - les prêtres et les mollahs sont dans les éléments...

 

- Je pense qu'il ne nous reste plus qu'une église et une mosquée de commerce, pas d'autres.

 

- Je ne dirais pas cela. Je suis moi-même un homme de même sensibilité.

 

- Vous avez toujours été un vieux croyant.

 

- Oui, je l'ai été. L'infidélité est un mouvement des Anciens Croyants. Mais je ne voudrais pas parler de l'église, encore moins de la mosquée. Je ne suis pas musulman, je suis chrétien.

 

- Nous voyons qu'ils sont intégrés à la société, qu'ils jouent selon les règles du veau d'or.

 

- Quand cela arrive, les gens se replient sur eux-mêmes, surtout les catholiques. A un moment donné, ils ont fait une alliance avec l'esprit du Modernisme. Ce faisant, ils ont trahi l'éternité sur laquelle reposent la religion et la foi en faveur du temps, ont accompli un acte d'apostasie, l'apostasie. Notre Église orthodoxe est beaucoup plus conservatrice, traditionnelle. Mais là aussi, malheureusement, l'esprit de ce siècle, l'esprit de dégénérescence, l'esprit de la technologie, l'esprit du soi-disant progressisme, du matérialisme, du financiarisme s'empare de nos institutions ecclésiastiques. Par conséquent, nous ne devons pas nous tourner uniquement vers l'église, nous devons avant tout nous tourner contre le monde moderne. C'est le sujet du livre de René Guénon, La crise du monde moderne, que nous avons traduit à la fin des années 1980.

 

- Son titre nous dit tout.

 

- Un autre des livres les plus importants de Guénon est "Le royaume de la quantité et des signes du temps". Il s'agit d'une grande parodie qui est étonnamment postmoderne. Nous vivons dans le monde de la Grande Parodie. La mondialisation, c'est la construction de la nouvelle tour de Babel. Quand on la considère comme un progrès et un développement, on se trahit tout simplement, on écrit un reçu sanglant au diable, on vend notre âme sans s'en apercevoir. Nous pensons que ce ne sont que de nouveaux gadgets, des services, de nouveaux modèles d'iPhone, des divertissements attrayants, le type de café original... Le diable prend vie. Sans s'en apercevoir. La vie quotidienne et le diable ont coïncidé à un certain moment de l'histoire. Lorsque nous consacrons notre force de vie, notre temps, notre énergie à la vie quotidienne, nous nous trahissons nous-mêmes, notre cœur, notre profondeur, notre âme. Bien sûr, si une créature à cornes venait et nous prenait un reçu, nous serions probablement rappelés, effrayés. Mais quand on nous dit : "Faites ce que vous faites, soyez comme tout le monde, bougez à un rythme commun... Tout le monde vote, et vous votez..."

 

- Vous êtes le roi de la nature, vous pouvez tout faire.

 

- Oui, peu à peu, dans la vie quotidienne, une position est inculquée à l'homme, qui est en fait son suicide spirituel. Si discret : savonnez la corde, elle commencera à sentir bon, et le savon sera très moderne, puis mettez-vous sur un tabouret, c'est très drôle, c'est intéressant, tenez-vous haut, vous pouvez regarder partout dans votre chambre, et puis attachez la boucle au plafond... Et comme ça, Dans l'esprit de TikTok, ce n'est pas un méchant brutal qui vous pousse au suicide, mais la culture, le progrès, la technologie, les services... Et à un moment donné, une personne devient une partie, un engrenage d'une machine qui va dans l'abîme à tous les deux. Nous ne le remarquons pas, pensant que nous sommes assis confortablement et que nous attendons le prochain arrêt... Mais il est probable que ce sera le dernier. La prochaine étape est la singularité, la finale.

 

Mais il y a toujours un moyen de faire quelque chose si vous n'arrêtez pas ce train. C'est comme si on sautait hors de l'eau. Ou vous pouvez vous faufiler dans la salle des machines et essayer de tordre le cou du méchant qui s'y trouve. C'est ce que les Américains essaient de faire aujourd'hui en votant pour Trump contre Biden. Ils essaient d'empêcher cette machine mondialiste de tomber dans l'abîme. Ce n'est donc pas seulement nous, les Russes, les Eurasiens, qui nous y opposons. À l'Ouest, les populistes, les partisans de Trump, les conservateurs comprennent aussi que quelque chose ne va pas du tout. L'humanité transporte tous les couples absolument pas là où ils devraient être... Et les gens commencent à se réveiller et à essayer de réagir d'une manière ou d'une autre. Non seulement la droite, les conservateurs, mais aussi la gauche, qui sont conscients de la mortalité du capitalisme, de ce mal mondial... Cela inspire de l'espoir : parce que les gens sont libres jusqu'au dernier moment. Nous pouvons toujours changer. C'est ce que sont les êtres humains : la liberté. Non pas l'absence de péché, d'erreur ou de crime, mais la liberté de les surmonter, de changer, de se tourner dans la direction opposée - à ses origines spirituelles.

 

Mais nous ne pouvons pas le faire sans une sérieuse remise en question philosophique et religieuse du présent. Il est facile de ne se rendre qu'à l'endroit où va la majorité, et cet abîme est comme les porcs des Géraséniens dans lesquels les démons se sont installés. Aller vers la vérité est à contre-courant. Et ce n'est pas seulement...

 

- Ne pensez-vous pas qu'une personne n'écoute pas les dernières chances, les signes ? Ainsi, une super élite ou une poignée de personnes, les philosophes devraient changer de levier, et la plupart ne tireront probablement pas de conclusions. Qu'en pensez-vous ?

 

- Hegel a une définition intéressante de ce qu'est un esprit (der Geist en allemand). Hegel dit dans "Phénoménologie de l'esprit" : "L'esprit est l'endroit où "je" et "nous" coïncident. En d'autres termes, une personne en tant que telle et une personne en tant qu'esprit ne sont pas un individu, une élite ou tous ensemble. Quelle que soit la manière dont nous prenons tout ensemble, les masses, la majorité ou l'humanité entière, il n'y aura toujours que des parties séparées, pas l'ensemble. En même temps, une personne n'est pas non plus la personne entière, ni l'esprit. L'homme lui-même n'est ni une personne seule, ni tous ensemble, ni en petit nombre, ni dans l'élite, ni dans les masses. Mais le contraire est vrai, l'homme est dans une personne, dans la masse et dans l'élite. La dialectique est que les deux déclarations sont correctes. L'homme est esprit, et l'esprit est la chose la plus importante, notre essence. Et même quelque chose de plus que l'essentiel.

 

Si nous pénétrons l'homme intérieur, l'esprit, peu importe qui verra - un, plusieurs ou tous. Quand une personne voit (Heidegger l'a appelé Dasein), alors tout va changer. Seul l'esprit compte.

- Ainsi, un seul est sauvé, et des milliers sont sauvés.

 

- Absolument. Mais un seul sera sauvé, non pas en tant qu'individu, mais en tant qu'esprit...

 

- Votre conscience...

 

- Ce n'est pas seulement la conscience... Il faut sauver un homme en nous. Et l'être humain en nous, en tant qu'esprit selon Hegel, est présent en tant qu'esprit, et il est en chacun et en personne. Ce n'est pas un autre esprit, mais un seul. Et un, et plusieurs, et plusieurs ... Comme le dit Hegel : "Je" et "nous" sont les mêmes. C'est la définition d'un esprit. Si nous sommes vraiment des êtres humains, pas des individus, pas des masses, pas des populations, alors cela signifie que l'humanité en chacun de nous et en nous tous vit complètement. Si nous découvrons l'esprit en nous, alors les autres le font. Je ne pense pas que nous devrions nous battre pour les masses. Ils ont tendance à déformer la pensée. Les masses rendent toute idée massive, immobile et tordue. C'est pourquoi il s'agit de s'adresser non pas aux masses, mais à une personne dans sa dimension spirituelle, une mince superstructure. On peut dire que l'esprit est incarné dans la véritable élite, dans les élus. Mais ces "élus" ne doivent pas seulement se choisir eux-mêmes ou obtenir l'approbation des masses. Parfois, les masses ne comprennent pas du tout ce qu'elles font. Les vrais élus, les éveillés, sont choisis pour servir l'humanité et l'empêcher de tomber dans l'abîme. Les élus doivent pénétrer dans le code de ces scélérats, mondialistes, libéraux et progressistes qui sont responsables du meurtre de Dieu, de la modernité. Guénon les a appelés la pointe noire - une contre-initiative, c'est un groupe très spécifique de penseurs, de philosophes, de financiers, de politiciens.

 

- Les grands prêtres.

 

- Oui, ce sont des anti-prêtres, des prêtres de la modernité ou de la postmodernité. Il faut les localiser et comprendre comment les combattre. Et ce n'est pas facile. Les bonnes intentions ne suffisent pas ici. Nous devons être immergés dans l'esprit et en être imprégnés. Les masses sont en arrière-plan, et elles sont plutôt de notre côté. L'humanité rejette instinctivement l'état actuel des choses. C'est comme si on emmenait des béliers ou des vaches à l'abattoir, en criant, en grognant, en décrochant. Regardez l'insistance de son trampoline America. Résister aux mondialistes du mieux qu'elle peut. Il perd, mais il donne des coups de pied.

 

Mais pour les masses américaines, elles ne font que grogner. Ils ne peuvent rien formuler, comprendre, dire ce que c'est. Mais ils estiment que Biden est la fin.

 

- Il est lui-même un symbole de la fin - par son âge, son apparence, son état mental.

 

- Oui, Biden est le symbole d'un mondialisme périlleux. Presque mort, ne sait pas ce qu'il dit, oublie qui est à côté de lui. C'est un homme mort ramené d'un sombre château de Transylvanie et dirigé par le parti démocratique. Il est quelque chose de sinistre. La moitié de la société américaine estime que c'est la fin, mais ne peut l'expliquer, car elle n'a pas d'élites compétentes. Aux États-Unis, l'esprit est très mauvais. Le libéralisme a corrodé leur culture. Et bien que le commun des mortels ait le sentiment que les élites mondialistes s'enlèvent la vie, c'est une réponse symétrique à ce défi qu'ils manquent de culture spirituelle.

 

D'ailleurs, j'ai de bonnes relations avec de nombreux Américains, des conservateurs. Malgré les sanctions prises à mon encontre, malgré le fait que mes livres y soient interdits, ils franchissent toujours le blocus. Aux États-Unis, le vrai totalitarisme : ce que nous avions en 1937 se produit maintenant.

 

- Vos livres y sont-ils interdits ?

 

- C'est exact. Je suis sous le coup de sanctions. Vous ne pouvez pas vendre ou lire mes livres sur le réseau Amazon, et ils sont également imprimés aux États-Unis même. Mes sites ne sont pas disponibles aux États-Unis. C'est du vrai totalitarisme !

 

- C'est taciturne, n'est-ce pas ?

 

- Non, c'est assez ouvert. Mes conférences sur YouTube ont été interdites et la chaîne a été effacée. Pensez-y - non pas à des vidéos politiques, mais à des conférences - sur Aristote, le platonisme. Ils ont fermé mon compte Google, m'ont exclu de Twitter. C'est le même totalitarisme de gauche que Trump évoquait dans ses discours. Mais ils le font non seulement au philosophe russe, mais aussi au président américain. Trump lui-même se trouve presque dans la même position. Au moins un grand nombre de ses posts sur Twitter sont censurés, et la vice-présidente Kamala Harris a demandé que le Twitter de Trump soit complètement fermé. Donc, c'est ouvert. Nous sommes en 1937 dans la version mondialiste.

 

Cependant, l'intérêt américain est en train de percer tout cela et les gens recherchent mes textes, essayant de comprendre et de trouver des raisons philosophiques à ce qui se passe. En principe, la principale réaction des Américains est irrationnelle : ils savent ce qu'ils rejettent, mais ils ne comprennent pas pourquoi. Ils ont clairement le sentiment que c'est mauvais, comme les vaches qui sont abattues. Les partisans de Trump ont des yeux tristes de condamnés. Mais les masses elles-mêmes ne répondront pas à ces questions. Seule l'élite peut le faire.

 

Si les masses qui rejettent la mondialisation ont des dirigeants décents qui deviendront non pas des agents d'influence mais des intellectuels, des chefs spirituels, alors la situation pourrait changer. La bataille n'est pas encore terminée. Tant que l'humanité existera, il y aura une possibilité de l'affronter, tant en Amérique et en Europe qu'en nous. Soit dit en passant, nous ne sommes pas si mauvais par rapport à eux, mais ici - ainsi que dans le monde entier - la situation s'aggrave progressivement.

 

- Avec le coronavirus, si vous suivez votre logique, avez-vous déjà atteint le cycle final de cette épopée ? Il ne reste donc pas beaucoup de temps... N'est-ce pas ?

 

- Le temps s'accélère aussi. Il y a même ce mouvement philosophique, l'accélérationnisme, qui préconise d'accélérer artificiellement le temps. Il y a des accélérateurs à lunettes roses qui disent que si les gens avaient atteint l'immortalité, il y aurait un bonheur universel. Et il y a des accélérateurs "noirs", comme Nick Land, qui prônent ouvertement la destruction de l'humanité. Vous direz que cela ne peut pas arriver. Mais lisez le livre de Nick Land, Fanged Noumena, qui décrit le projet de destruction de la vie sur Terre et de l'humanité comme un objectif positif du progrès technologique. Voyez comment l'ontologie orientée objet gagne en popularité non seulement à l'Ouest, mais aussi dans la société russe. Il y a déjà une génération de penseurs, de philosophes, qui sont conscients que le progrès technologique est un moyen de destruction rapide de l'humanité, non pas même en faveur de l'écologie, mais de la matière inanimée, le noyau de la Terre.

 

Il semble que seuls nous, les critiques du Modernisme et les traditionalistes, qui recherchent de puissantes métaphores pour discréditer leurs opposants idéologiques et les progressistes, puissions penser à cela. Mais en fait, c'est une tendance influente de la philosophie, qui devient de plus en plus à la mode. Elle proclame une focalisation sur l'Objet radical, sur le diable sans vie qui dort de l'autre côté des choses, sur une figure spéciale connue de l’auteur de science-fiction noir Howard Philip Lovecraft, sur les soi-disant Anciens - les entités anciennes, Cthulhu. Ce qui était de la science-fiction noire devient une philosophie moderne qui met l'accent sur l'accélération.

 

Le temps s'accélère, je suis d'accord, nous sommes proches de la phase finale. Mais qui sait... Probablement que les gens spirituels qui ont l'esprit ou qui sont impliqués dans l'esprit l'ont ressenti à n'importe quelle époque où les guerres mondiales, les épidémies ont commencé. Il faut être prudent. Tout le monde crie : "La fin du monde !" - et ça ne vient pas. C'est la bonne chose à faire. Il est faux de dire que c'est le dernier avertissement. Chaque bataille doit être la dernière pour nous, chaque affrontement pour la vérité contre le mal...

 

- Il pourrait donc s'agir d'une nouvelle phase ?

 

- On verra peut-être. C'est à nous de jouer. L'histoire est ouverte.

 

- Vous dites phase. Mais êtes-vous quand même d'accord pour dire qu'il n'y a rien eu de tel dans l'histoire de l'humanité - si l'on parle de pandémies, de confinement, de régimes masqués, de peur de l'inconnu, etc.

 

- Il n'y en avait pas. Je pense que nous arrivons vraiment à la dernière ligne droite. S'il arrive un moment de singularité, où l'intelligence artificielle a tous les pouvoirs, tous les droits, alors après cela il n'y aura plus personne pour prendre des décisions, parce qu'il n'y aura plus personne.

 

- Les scientifiques disent que le moment de la singularité est déjà passé, c'est-à-dire qu'une personne ne contrôle plus la technosphère. Il existe un certain nombre de preuves de ce fait.

 

- C'est une question ouverte. Oui, c'est tout à fait possible. J'ai quelques textes philosophiques et des conférences sur l'intelligence artificielle. À mon avis, l'intelligence artificielle en tant que réalité technologique n'est pas encore possible dans le plein sens du terme. Mais notre intellect est déjà artificiel.

 

- Nous ne comprenons pas les machines qui nous entourent. Ils ont déjà guéri avec leur propre vie.

 

- Ils commencent à vivre, technologiquement, oui. À mon avis, nous avons déjà préparé une certaine plate-forme philosophique et sociale pour l'intelligence artificielle, car nous ne vivons pas notre propre vie. Heidegger a dit que ce n'est pas nous qui vivons, mais das Man - un exemple généralisateur, une rationalité aliénée vit à notre place. Et donc notre intellect, que nous considérons encore comme naturel par inertie, est déjà artificiel.

 

En effet, on a récemment découvert que deux réseaux de neurones en communication l'un avec l'autre créaient leur propre langage, que le programmeur ne connaissait pas. C'est un exemple de machines qui échappent à notre contrôle et qui sont déjà capables de créer leur propre langage. Et qu'en sera-t-il de la communication entre eux ? Et qu'ils informeront le programmeur, l'opérateur du langage qu'ils ne connaissent pas, que nous ne connaissons pas.

 

Heidegger se pose la question suivante : vivons-nous près du Grand Minuit ou peut-être pas encore ? C'est toujours "pas encore" (noch nicht). En fait, nous pensons qu'il s'est déjà effondré, mais non... Pas encore...

 

- Il y a toujours pire.

 

- Oui, peut-être même pire. C'est pourquoi il faut être très prudent en déclarant "la fin du monde". Personne ne connaît les dates parce que la fin du monde n'a pas de date. C'est un événement de ce genre qui tombe en désuétude.

 

Mais cela ne change pas l'ordre du jour général. Nous devons nous battre pour la dignité humaine, pour l'esprit qui fait de nous ce que nous sommes. Et la restaurer aujourd'hui n'est possible que par le non radical, dit à l'ensemble du monde moderne. Il ne s'agit pas de la vitesse du mouvement (plus rapide, plus lent), mais de sa direction.

 

On ne peut pas adapter quelque chose un peu, ralentir un peu. La situation est la suivante : soit on change la direction du mouvement, l'histoire, l'humanité, on change le pouvoir politique, les modèles idéologiques, le système capitaliste, on revient à la tradition et à l'éternité, soit c'est la fin. Les décorations cosmétiques ne passent plus. Soit les Modernes nous détruiront, soit nous devrons nous en séparer. Et cela exige de la détermination, du radicalisme, de l'acuité et du révolutionnisme, que les systèmes politiques modernes, même ceux qui s'opposent à l'Occident, y compris les systèmes religieux, ne contiennent pas.

 

- Où se trouve donc l'objet du testament ?

 

- C'est la question la plus importante. Je donne actuellement un cours de conférences intitulé "La phénoménologie du sujet radical". J'essaie d'en parler de manière très cohérente, en m'appuyant sur la philosophie d'Aristote et de Platon, sur celle de Schelling, de Hegel, de Nietzsche, sur la scolastique médiévale et sur l'ischisme orthodoxe, en découvrant d'où peut venir le salut. Bien sûr, si elle vient, elle viendra de Dieu. Mais nous ne pouvons pas nous contenter de compter sur Lui et de ne rien faire. Nous sommes actifs, Dieu nous a créés raisonnables et doués de volonté. Il nous a créés pour être un sujet.

 

Donc, pour que Dieu nous sauve, nous devons faire quelque chose dans ce sens nous-mêmes. On ne peut pas rester assis et attendre, aller dans l'abîme. Qui doit faire l'acte décisif ? Qui est le sujet radical dans cette situation ? Où pouvons-nous le trouver ? C'est la vraie question.

 

- Quelle est la place de la Russie dans cette performance mondiale dont le coronavirus fait partie ? Sommes-nous périphériques, comme la Russie pré-révolutionnaire, ou le maillon central de cette histoire mondiale ? Qu'en pensez-vous ?

 

- Les deux sont des périphériques et le lien central. Nous sommes destinés, selon nos aînés, nos génies, fondateurs de l'État russe, le peuple russe, à jouer un rôle de premier plan dans le drame de la fin du monde et à livrer la dernière bataille à l'Antéchrist.

 

- Dans cette bataille de la fin, dont ont parlé les prophètes de l'Ancien Testament, et aujourd'hui des politologues comme Andreï Nevyatov ?

 

- Oui, dans la bataille de la fin, nous avons un rôle central, comme l'Iran et certaines autres cultures. Mais nous allons parler de nous. Je pense que la Russie est appelée à jouer ce rôle en devenant le dernier bastion de la vérité, le catechon, c'est-à-dire "ceux qui freinent l'arrivée du fils de la perdition". Dans la tradition byzantine, le Catechon était considéré comme cet empire orthodoxe basé sur une symphonie des autorités. Elle ne permet pas à l'Antéchrist, le fils de la perdition, de venir au monde. Cette idée byzantine, qui avec l'idée de Moscou - la troisième Rome - nous est venue, a formé notre conscience messianique, notre identité historique et spirituelle, notre subjectivité. C'est notre objectif. Et à ce titre, bien sûr, nous ne sommes pas une périphérie, mais le principal rempart de la confrontation et le cœur du salut, le "cœur", le "Heartland". Les reflets de ce phénomène peuvent parfois être vus à travers la Russie moderne et ressentis dans notre humeur et notre culture, parfois même dans la politique.

 

Mais d'un autre côté, nous faisons partie de la périphérie de l'Occident, si vous regardez l'éducation, la culture, et finalement l'économie, les mêmes mondialistes au pouvoir ou les libéraux...

 

- Le libéralisme nous a en fait digérés en 30 ans.

 

- Oui, donc en fait, nous sommes les deux à la fois - et un centre potentiel de résistance eschatologique, un catéchon, et une province de l'Ouest libéral, sourde et handicapée mentale. Nos libéraux incarnent exactement cette périphérie, cette gestion externe.

 

Les libéraux au pouvoir font de notre pays une province. Les capitalistes et les fonctionnaires corrompus en font une source d'extraction de fonds qu'ils pompent vers l'Ouest. C'est pourquoi nous sommes en partie une province occidentale profonde et sans cervelle. Notre éducation, notre science, notre culture, notre pouvoir, notre économie sont à la périphérie du monde global. Ce qui se passe en Amérique est donc un choc pour nos élites. Il y a une scission là maintenant. Et si les maîtres de la discorde et de la crise, les libéraux russes Smerdyakov se sentent mal à l'aise.

 

D'autre part, la Russie a une mission. Il vit dans notre peuple et peut être reconnu par certains représentants du pouvoir et de la culture. Et en tant que porteurs de la mission, en tant que transporteurs de personnes, en tant que créateurs d'une grande puissance, nous sommes le centre de la paix.

 

Autrement dit, nous sommes tous les deux. Et c'est exactement notre choix - devenir des Russes pour de vrai, être la Russie - être sa mission, la remplir ou l'échouer, en restant une périphérie insignifiante, corrompue et imitant l'Occident.

 

Il s'agit toujours du même conflit entre les Slaves et les Occidentaux du XIXe siècle, mais dans des conditions nouvelles, plus radicales et exacerbées. Une partie de ce même conflit a été résolue à l'époque soviétique parce que, d'une part, la Russie soviétique faisait partie du monde de l'Europe occidentale et, d'autre part, elle s'opposait obstinément et farouchement au capitalisme. Ainsi, les formes changent et le problème demeure.

 

Je pense que c'est un champ de bataille qui traverse le cœur de chaque personne. Le champ de bataille entre le russe au sens large - mission eurasienne et mondialisme, occidentalisme "universel".

 

La Russie ne devrait pas être ce qu'elle est aujourd'hui, mais quelque chose de radicalement différent. C'est notre vocation, notre tâche, notre but, notre mission. La Russie doit changer, se transformer, se retourner, se réveiller. Il est spirituel, et non un bouleversement politique qui doit d'abord être parfait. Tout ce qui prévaut aujourd'hui doit descendre, et tout ce qui est maintenant écrasé à la périphérie doit remonter.

 

La question de savoir comment et comment ce bouleversement spirituel aura lieu et s'il aura lieu est ouverte. Vous ne pouvez pas dire que c'est à Poutine ou à quiconque au pouvoir de décider... Le dernier mot est le vôtre, le mien, le nôtre, l'esprit - l'esprit qui est dans une position équidistante entre un individu, un groupe de personnes, ou tous. L'esprit russe.

 

 

Alexandre Douguine

 

 

http://dugin.ru

Alexandre Guélievitch Dougine (né en 1962) - éminent philosophe, écrivain, éditeur, personnalité publique et politique russe. Docteur en sciences politiques. Professeur de l'Université d'État de Moscou. Leader du Mouvement international eurasien. Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Commentaires

Ruslan Bukhovetsky
Informations très intéressantes et importantes sur le site du "Club Izborsk". Si ce n'est pas le cas de tous, au moins certains membres du site ont déjà joué un rôle positif pour notre pays au début des années 2000. Sergey Glazyev, par exemple, pour autant que je sache. Je vous recommande de lire et de prendre connaissance des informations qu'ils proposent.

Four Valery
Valery Oven
Cette interview est trop longue - on se fatigue à la lire. 
Si c'était sous forme de vidéo - c'est une autre histoire. Mais en substance. 
"Le juste vivra par la foi." C'est ce que dit le proverbe que tout le monde ne comprend pas correctement : "Dieu protège les justes". C'est-à-dire que si des balles volent à côté de quelqu'un, si des bombes tombées sous ses pieds n'explosent pas près de lui - comme dans le cas du célèbre Alexandre Pokryshkin, décrit par l'auteur dans son merveilleux livre "Le ciel de la guerre" - cela signifie qu'il est "épargné" : c'est-à-dire qu'il est sous la plus haute protection. Mais pour cela, il faut faire quelque chose pour qu'elle, la Protection, existe.
Si je crois vraiment par la Foi profonde, je n'aurai peur d'aucun virus. Et je ne me promènerai PAS en combinaison de protection, en évitant les gens, et le masque sera comme une marque noire pour moi. Les Élus ont une marque très différente sur le front, l'anti-666. C'est l'essence de la Foi du Christ : "Sans la volonté de ton Père, pas un cheveu de ta tête ne tombera de ta tête".
***
La vie commence dès qu'une âme humaine acquiert son sens supérieur. La résurrection des morts est encore à venir. La mort physique n'est pas aussi terrible que l'existence ordinaire en l'absence de Vie dans l'homme, qui se termine de toute façon par la mort. La nature se vengera encore de la "couronne de la création" parce qu'elle ne participe PAS activement au processus de sa spiritualisation. Et aucun autre moyen de protection ne lui permettra d'éviter ni le premier ni le second décès.

Pierre-Olivier Combelles (France)
Ce ne sont pas les philosophes qui sauvent le monde quand il est en danger, mais les héros.


Four Valery
Valery Oven
La foi n'est mise à l'épreuve que dans des cas extrêmes : nos ascètes spirituels le savaient. Le mot "confiance" lui-même contient une indication de l'état d'esprit et de la profondeur d'âme que l'on doit posséder pour atteindre le Saint-Esprit dans le royaume de Son absence. Mieux vaut une mort physique, mais dans une lutte spirituelle, que de "se plier au monde en mutation", ce qui est une illusion.

Alex Fedorov
Alex Fedorov
Intéressant, la combinaison antidéflagrante et le masque à gaz, c'est ironique.

Thésée et le Minotaure. Le Maestro di Tarvanelle ou Maître des Cassoni Campana. Vers 1500-1525. Musée du Petit Palais, Avignon.

Thésée et le Minotaure. Le Maestro di Tarvanelle ou Maître des Cassoni Campana. Vers 1500-1525. Musée du Petit Palais, Avignon.

Détail: Thésée tue le Minotaure dans le labyrinthe construit par Dédale pour le roi Minos et ressort grâce au fil donné par Ariane.

Détail: Thésée tue le Minotaure dans le labyrinthe construit par Dédale pour le roi Minos et ressort grâce au fil donné par Ariane.

Ce ne sont pas les philosophes qui sauvent le Monde lorsqu'il est en péril, mais les Héros.

Pierre-Olivier Combelles

Lire la suite

Alexandre Douguine : Je vois déjà le résultat de la dégradation de mes idées. 28 novembre 2020

29 Novembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Alexandre Douguine, #Club d'Izborsk (Russie), #Philosophie, #Russie

Alexandre Douguine : Je vois déjà le résultat de la dégradation de mes idées.  28 novembre 2020

Alexandre Douguine : Je vois déjà le résultat de la dégradation de mes idées.

 

28 novembre 2020

 

https://izborsk-club.ru/20265

 

 

- Alexander Gelievich, dans la Russie moderne - celle qui depuis 1991, je veux dire - a déjà fait grandir quelques générations de personnes non soviétiques qui aujourd'hui rejoignent la vie publique, politique. Et la polarisation est devenue la norme pour ces personnes. Vous êtes soit un "patriote", soit un "libéral". Vous êtes soit un étatiste, soit un ardent opposant. Et il n'existe pratiquement pas de plate-forme commune de dialogue. Ces pôles fonctionnent comme la moitié d'un cerveau divisé. Pensez-vous qu'une telle situation est un signe de crise ou est-ce une tendance normale dans laquelle la société peut se développer ?

 

- Oui, c'est une question intéressante. La première chose que je ne voudrais pas choisir la réponse parmi celles qui sont proposées. Je suis prêt à réfléchir sur cette division. Oui, il y a une division. Et cette division, à mon avis, est très importante et intéressante. Parce que cela ne signifie pas une section de, disons, deux "idéologies". Parce qu'au moins une de ces moitiés n'a pas d'idéologie. Les personnes qui sont en faveur du libéralisme dans notre société post-soviétique ont, en principe, cette structure. Ou consciemment, le plus souvent sans le savoir. Mais l'un des pôles a cette structure idéologique générale. La deuxième distinction de ce pôle libéral est que ce pôle dispose d'une ressource de pouvoir très importante. Dans les années 90, c'est cette idéologie, cette direction, ce système de pensée, cette vision du monde, cet épistéma - c'est-à-dire cette base de la science - qui a gagné. Et il a dominé pendant dix ans. En même temps, la moitié patriotique s'est trouvée dans une opposition sourde pendant ces dix années et la structure idéologique n'a pas été formée. Le troisième est la base de la partie libérale de notre société. La plupart des anciens libéraux actifs et actifs ne sont tout simplement pas des dissidents, mais des travailleurs du parti de la fin de la période soviétique en décomposition, ils ne sont même pas issus des milieux criminels, mais de la nomenklatura komsomol soviétique tardive, c'est-à-dire qu'ils sont tout simplement d'un cynisme monstrueux, Les amateurs de pouvoir et les amoureux de la douceur qui se sont faufilés hors du monde soviétique tardif et sont devenus les porteurs de cette idéologie libérale, parce qu'elle les a séduits avec un tel intérêt de classe de parasites, de cyniques, qui sont prêts à servir n'importe qui pour le pouvoir et les biens matériels. Et ils ont choisi de servir cette idéologie, qui a fourni ces prestations, a sacralisé ces prestations. Et c'est pourquoi ils ont gouverné, et dans une large mesure, ils sont la base et le noyau de l'élite post-soviétique.

 

Nous ne devons pas oublier que notre élite est libérale. Elle n'est pas composée de convaincus - pas comme Novodvorskaya là-bas, Lev Ponomarev, qui étaient assez marginaux même dans les années 90, de vrais libéraux qui étaient pour les principes - et ce sont des libéraux d'une autre génération. Il s'agit d'anciens travailleurs du Komsomol, souvent d'anciens employés ou agents du KGB - ce qui n'est pas du tout prouvé. Mais en tout cas, ce sont des Soviétiques qui ont vu - des Soviétiques tardifs qui occupaient souvent des postes élevés - que le libéralisme avait une chance historique de classe, une chance de classe pour la racaille de justifier son pouvoir par une orientation idéologique. En même temps, ils n'étaient pas prêts à souffrir pour cette idéologie, comme les dissidents qui avaient été torturés par les enfers pour leurs croyances et qui se sont révélés absolument inutiles dans le contexte de ces gens du Komsomol tels que les bains. Une strate dégoûtante, qui est devenue la base aujourd'hui, le noyau de la classe dirigeante. C'est pourquoi les libéraux sont la classe dirigeante. Et c'est dans ces idées qu'ils ont élevé cette génération de la fin de l'ère soviétique.

 

Autre caractéristique de ce pôle dont vous me parlez : ce pôle a un pouvoir mondial. Nous constatons que la tentative, même en Amérique, de l'affronter par certains de ses patriotes américains (ainsi que par ceux qui sont aussi désordonnés et désorganisés que les nôtres) a été couronnée d'une victoire avec l'arrivée de Trump, mais n'a pas duré longtemps. Et ne vous lavez pas, alors patiner sur ce pôle le plus libéral d'Amérique a fait basculer la direction conservatrice. Il s'agit donc d'un système mondial. Par conséquent, même si ce n'est pas la majorité des libéraux ou des jeunes à orientation libérale, mais il y a un nombre énorme d'institutions derrière eux, derrière eux des centres technologiques qui, d'une certaine manière, hochent la tête dans leur direction. Derrière eux, il y a la puissance géopolitique des mondialistes, c'est-à-dire l'Occident libéral.

 

Et en fait, c'est ainsi que nous traitons ce pôle. C'est un groupe très sérieux, qui a une ramification planétaire internationale, qui a le contrôle sur un paquet d'éducation, qui a du pouvoir en Russie et au-delà, qui est basé sur les élites politiques et la classe dirigeante, en fait. C'est ce que sont les libéraux. Et à la fin de la période soviétique, c'était un pôle puissant de notre société qui dominait sans équivoque, ouvertement, ce qu'on appelle explicitement, qui dominait sous Eltsine et qui était un peu serré et un peu voilé, un peu aplani, un peu en retrait - même si on s'en éloigne - sous Poutine, mais qui n'est allé nulle part. C'est sérieux ici. Et il est opposé à la deuxième direction - patriotique. Ici, nous voyons tout différemment. Nous ne voyons aucune idéologie ici. Tout ce que nous voyons ici, c'est un rejet de l'idéologie libérale. On peut appeler cela une attitude irlibérale, mais on ne peut pas appeler cela une idéologie. Car parmi les patriotes, il y a des Ur-gauchistes, des communistes nostalgiques, des nationalistes, des orthodoxes et des monarchistes - n'importe qui.

 

Il s'agit en fait d'un type de peuple très large et très coloré qui unit idéologiquement et auquel, à mon avis, la majorité de notre peuple, quel que soit son âge, quel que soit son niveau d'éducation, appartient en général. Ce n'est qu'un peuple en tant que tel. A une époque où le libéralisme est concentré principalement au sein des élites. Quelque part, il y a probablement de tels libéraux marginaux, mais ils sont de moins en moins nombreux. Parce que le libéralisme est une sorte de paradigme dominant, et que le patriotisme est oppressif. Ce paradigme est, bien sûr. Mais ils ne sont pas idéologiques - une fois. Deuxièmement, ils ne sont pas institutionnalisés. Et troisièmement, ils n'ont pas une expression directe et claire du pouvoir.

 

Vaguement, en partie, on peut voir des éléments patriotiques ou conservateurs chez Poutine lui-même ou dans les forces de l'ordre. Ou dans l'armée, par exemple. Dans un certain sens parfois spontané de patriotisme de tel ou tel fonctionnaire. Mais généralement, il est acheté par l'incohérence du discours, souvent, comme on pourrait le dire, il s'en va avec ce patriotisme en étant impliqué dans des projets corrompus qui sont l'environnement de l'État. Et c'est pourquoi il n'existe pas de figure ou d'institution aussi brillante sur laquelle s'appuyer pour dire "ici, ils sont patriotes dans l'élite".

 

Dans la politique des partis, tout cela a été transformé en simulacres dans les années 90, et le patriotisme de gauche et le patriotisme de droite sont de tels simulacres, impuissants là-bas, revendus à l'infini et, en principe, non crédibles pour qui que ce soit. Il s'agit d'une pure substitution. C'est pourquoi le camp patriotique n'a pas d'incarnation dans la politique. Pas dans une perspective éducative. En culture, non, on ne peut pas dire : "C'est une culture patriotique". On peut dire : "C'est la culture libérale". Et on peut aussi dire qu'il y a autre chose que cela, quelque part à la périphérie. Mais ce n'est pas un manifeste, ce n'est pas une tendance.

 

Il y a donc une grande asymétrie entre ces deux directions. C'est pourquoi nous ne pouvons pas les comparer aux deux pôles ou aux deux hémisphères du cerveau. Il s'agit, disons, d'attitudes de vie. Une attitude de vie a une base idéologique sérieuse, liée au progrès libéral, au mondialisme, à la technocratie, à l'individualisme, à la politique de genre, et est basée sur un énorme système à l'intérieur et à l'extérieur de la Russie. Ce sont nos établissements d'enseignement, notre culture, nos subventions, un nombre énorme de personnes, la classe dirigeante dans sa quasi-totalité. Et parmi les gens, c'est une minorité. Et ils... disent, seulement leurs formes extrêmes les plus paroxystiques, les plus violentes que nous voyons dans le mouvement des ultra-libéraux. Mais ce n'est que la partie émergée de l'iceberg. Car derrière ces mouvements - souvent maladroits, impuissants et faciles à gérer - se trouvent en fait les énormes volants d'inertie de l'histoire mondiale qui s'orientent dans cette direction libérale. Pas sans problèmes, mais en se déplaçant. Et donc, pour toutes les minorités, les libéraux représentent une classe qui agit dans notre société au nom du soi-disant futur, ou du moins du futur incarné par le post-humanisme, la politique de genre, la mondialisation. Et la moitié patriote s'y oppose, et c'est par instinct qu'ils ripostent. Nous avons donc affaire à la lutte de deux forces inégales. Dans le patriotisme, il y a plus corporel, c'est-à-dire une réticence instinctive à y aller et un sentiment clair ou indistinct, flou, que c'est la fin, que les libéraux nous mènent à la mort. C'est un sentiment très précis, mais la réaction n'est souvent pas plus expressive que celle des vaches ou des béliers amenés à l'abattoir. Ils soupçonnent que quelque chose ne va pas, et parfois cette suspicion - elle se transforme en une sorte de profonde confiance, mais rien ne suit cette confiance, il n'y a pas de constructions idéologiques brillantes. Elle ne se déverse pas dans un tout, n'est pas connectée ni idéologiquement ni organisationnellement et reste floue.

 

C'est ainsi que je vois ces deux pôles. Je peux voir que l'un est renversé et l'autre non. Ils coexistent dans notre société et créent le monde dans lequel nous vivons. Et le pouvoir lui-même, après l'arrivée de Poutine - qui a aboli une politique libérale aussi explicite et a commencé à l'enterrer, en la déguisant cosmétiquement - se situe strictement entre les deux. Dans certains cas, on se retourne, on se tourne vers les patriotes pour obtenir une légitimation, mais on garde les leviers de contrôle de base entre les mains des libéraux. Le pouvoir ne veut vraiment ni une scission ou une victoire de l'une de ces forces sur une autre, ni la formation de celles-ci. Mais elle ne peut empêcher une telle subjectivation du pôle libéral, et donc elle ne frappe que les manifestations les plus brillantes et les plus extrêmes, les plus dures dans l'opposition. Dans le même temps, les autorités craignent encore plus l'idéologisation patriotique, si bien qu'elles maintiennent avec leurs dents des formations monstrueuses caricaturales - des parasites politiques tels que les partis parlementaires, qui sont appelés à remplacer l'idée de gauche et l'idée de droite. Ces monstres de sciure, ces effrayants farcis de quelques absurdités, juste des sacs de sable, qui sont exposés pour protéger contre le réveil de la conscience populaire dans les années 90. Les autorités s'accrochent fermement à la préservation de ces simulacres, terrifiées par la possibilité que la partie patriotique acquière des traits indépendants plus forts et doive en tenir compte, devront d'une manière ou d'une autre parler.

 

Et le gouvernement n'est pas du tout d'humeur pour cela. Elle maintient donc une sorte de neutralité ou d'équilibre, ou d'équilibre entre ces pôles, en essayant d'empêcher une franche rupture avec le libéralisme et en essayant en même temps de supprimer la croissance d'un mouvement, de tout mouvement vers l'acquisition de la subjectivité sur le flanc patriotique. Bien que cet effondrement du libéralisme sous le règne de Medvedev ait été évident, et qu'il soit toujours conservé en tant que successeur jouet, peut-être, mais un possible, nous vivons tout le temps sous l'épée de Damoclès, que cet effondrement du libéralisme avec ou sans Medvedev pourrait se reproduire. Nous vivons dans un état très pathologique. D'une part, nous pouvons remercier les autorités d'avoir mis fin à la libéralisation totale dans les années 90, mais nous pouvons au moins la mâcher avec le même degré de dévoration ou la soumettre à une critique sérieuse et approfondie car, apparemment, à cause de l'horreur du Pôle patriotique, il fait tout son possible pour l'empêcher de fonctionner, et la remplace par ces simulacres manuels auxquels les libéraux de la période Eltsine ont appris à faire face.

 

- Nous sommes passés à la discussion sur le pouvoir. Aujourd'hui, beaucoup de gens comparent la Russie à l'URSS de l'époque de Brejnev. Le terme "stagnation" est même sorti du placard. Pensez-vous que cette comparaison soit juste ? Et si c'est le cas, est-ce une crise de la gouvernance ou une crise des idées ?

 

- Je suis en quelque sorte d'accord avec cela. Parce que c'est exactement la même chose. Parce qu'à la fin de la période soviétique, on avait le sentiment que ni ici ni là-bas, on ne pouvait aller nulle part. C'est comme si quelque chose était coincé, c'est ce que pensait Winnie l'ourson, qui est venu voir Rabbit. Quelqu'un est coincé dans un trou. Il est trop gros pour passer, et trop gourmand pour revenir en arrière parce qu'il y a de la confiture. C'est tellement coincé dans l'inopportunité. L'Union soviétique est elle aussi coincée. Il est bloqué précisément parce qu'il ne pouvait pas bouger dans un sens ou dans l'autre. Et cela a finalement conduit à une paralysie de la pensée. Lorsqu'un énorme système, gigantesque, magnifiquement plié, qui n'avait pas encore épuisé son potentiel, s'est simplement effondré parce qu'il s'agissait d'une fermeture "logicielle", c'est-à-dire que l'idéologie communiste a cessé de vivre, a cessé de fonctionner. Et toute la "porte dure", toute l'infrastructure s'est effondrée du fait qu'à un certain moment, une élite soviétique tardive aussi cynique ne pouvait tout simplement pas réfléchir. Ils ne pouvaient pas penser du tout, et un État continental tout à fait viable, qui avait d'énormes, comme nous pouvons le voir maintenant, possibilités non exploitées, est devenu victime d'un effondrement mental. Cet effondrement mental a ruiné l'Union soviétique en premier lieu. Et, bien sûr, la stagnation en était le signe le plus lumineux.

 

Je vois maintenant les signes d'un effondrement mental. Il y a certainement des signes. Et cet effondrement mental a en général une nature similaire dans un certain sens, c'est-à-dire l'incapacité de penser.

 

Il y a une certaine incapacité à accepter les choses telles qu'elles sont. L'incapacité à faire face aux défis idéologiques. Mais il y a une différence, je pense. Ce qui distingue la stagnation soviétique tardive de la nouvelle stagnation de Poutine, la stagnation 2.0 : il y avait une idéologie en Union soviétique, et elle a commencé à fonctionner à un moment donné, c'est-à-dire qu'elle est devenue abstraite, elle ne pouvait pas être soumise à un contrôle de la réalité. Et ce fut de vivre, d'agir, d'interagir avec la réalité, de transformer la réalité par moments, et parfois de reculer au moins tactiquement d'un pas par rapport à la réalité telle qu'elle était jusqu'à un certain point - cette idéologie s'est transformée en quelque chose qui ne correspondait plus à rien. Elle ne correspondait ni à la réalité ni à la volonté intérieure. Elle était suspendue et s'interposait en fait, ne permettait pas la vie. Ce n'est pas seulement une absurdité qui ne comprend rien. Non, c'est un sens ancien. Comme un vieil homme qui est tombé dans le marasme ou la maladie d'Alzheimer, il dit la même chose. C'était autrefois les bonnes phrases, les ordres qu'il donnait à ses proches ou au travail. Mais dans cet état de crétinisme sénile, dans la démence, ces déclarations semblent totalement dénuées de sens, parce qu'elles ne correspondent pas. Tout comme l'idéologie soviétique tardive n'était pas à sa place. Il n'a pas pu répondre à la question formulée, il a parlé hors de propos. Regardez Gorbatchev : voici un exemple typique, c'est une démence si précoce dans toute sa gloire. D'ailleurs, il n'est pas plus stupide avec l'âge, comme beaucoup de gens. Il a toujours été le même, c'est incroyable. Que le chef de l'État n'était pas seulement un homme de bas niveau intellectuel, mais justement un tel homme, répétant quelque chose comme si c'était en soi, peut-être, et vrai, mais absolument pas contextuel. C'est pratiquement comme un dîner avec un idiot. Mais il y avait cette idéologie qui est tombée dans une telle sieste, c'est-à-dire dans un rêve. Et maintenant, nous n'avons plus d'idéologie du tout, l'idéologie du pouvoir craint comme le feu, tout simplement. Ainsi, dans la stagnation 1.0, il y a eu un refroidissement de l'idéologie. Et à la stagnation 2.0, il y avait un tel manque d'idéologie.

 

L'horreur de l'idéologie paralyse toute pensée rampante. À l'époque soviétique, il était impossible de penser parce que la pensée était connue, la vérité était atteinte et il suffisait de la faire correspondre. Vous ne pouviez pas penser parce que vous aviez déjà été pensé pour : le parti avait pensé, Lénine avait pensé, Marx avait pensé, le progrès avait pensé, le prolétariat. Vous n'auriez pas dû penser : ce n'est pas votre affaire de penser. En conséquence, le Politburo sénile s'est avéré être le seul porteur de pensée, mais il ne pouvait pas penser, d'où le court-circuit d'une telle démence, qui a choisi un jeune "démenti", le jeune Gorbatchev, qui était déjà comme un vieil homme, porteur d'une incapacité à penser déjà, apparemment, depuis la jeunesse. Parce que les gens stupides ne sont pas seulement le produit de l'âge, et les gens ne sont pas toujours stupides - parfois ils naissent et vivent comme ça. Et à l'époque de Poutine, on ne peut pas penser non pas parce qu'on a été pensé pour, mais parce qu'on ne peut pas penser du tout. Parce que c'est dangereux, parce que cela ne contribue pas beaucoup à votre carrière ; ensuite, la réflexion est un frais général, c'est un processus qui exige beaucoup de ressources et qui ne mène pas à un objectif direct.

 

Et dans la période Poutine, je note les deux phases. La première phase est celle de "Surkov", où il a été possible de réfléchir, mais seulement comme avec précaution, à ces itinéraires artificiels planifiés par l'administration présidentielle. C'est-à-dire que la pensée doit être autonome ; si quelqu'un pensait de manière vive, il trouverait quelqu'un qui lui ressemble extérieurement ou par son nom de famille, et créerait des spoilers pour les partis, les mouvements, voire les institutions. Autrement dit, dès qu'une pensée s'éveillait, elle n'était pas seulement éteinte, mais des doublons étaient créés, elle était pendue et des relations complexes s'établissaient avec elle. L'administration présidentielle n'a pas cultivé cette pensée - elle l'a plongée dans le processus d'une centrifugeuse aussi complexe. Et en fait, il n'y avait pas d'interdiction directe de la pensée idéologique, il y avait une idée pour la remplacer. Et ils ont créé un système si gérable avec tous les autres partis, qui n'étaient que l'État, et non les partis. Mais dans la seconde moitié, les dix dernières années, un peu moins, on n'y a pas pensé du tout. Et même la pensée fictive de l'époque de Surkov a disparu. Apparemment, personne n'en avait besoin, ce n'était pas d'une grande importance technologique. Pour faire face à ces constructions et schémas complexes, ne menant nulle part - soutien, et puis au contraire, la prune des mouvements de certaines initiatives intellectuelles, ce que faisait Surkov. Auparavant, ce qu'il faisait semblait terrible, mais maintenant vous réalisez que c'était au moins une sorte de simulation du processus intellectuel. Et puis la simulation a disparu. Le logo de l'État s'est transformé en logistique d'entrepôt.

 

Même si Poutine publie quelques articles absolument corrects que quelqu'un, des gens raisonnables lui écrivent là-bas, il y trouve probablement une certaine satisfaction, mais il n'a rien à voir avec ces propres articles. Il ne les prend donc pas comme de véritables pactes ou instructions. Ce sont des mots assez bien conçus, qui ne lient personne à rien et, avant tout, à lui-même.

 

C'est pourquoi les autres aussi crachent dessus. Si la première personne n'a pas d'attitude tremblante face à l'Idée en fait ou à l'Idée en général, mais comme si seulement de tels sentiments ou quelques calculs, alors, en conséquence, tout cela est très présent dans notre société, si monarchique, centrée sur une seule figure, très vite toute lue par tout le monde, l'environnement à la fois proche et lointain. Et l'absence d'une idée devient une pratique quotidienne. C'est-à-dire, "quelles sont les idées ? Parlons plus précisément". Et ce "purement concret" - j'ai même pensé à son origine dans le langage flagrant des années 80. Je pense, juste de la part des mêmes travailleurs du Komsomol, qui ont alors commencé à se rapprocher du crime. Et, en fait, ils avaient encore dans la tête des fragments de conférences sur la dialectique, qu'ils étaient obligés d'écouter à l'université de Lénine ou ailleurs dans les cours de formation continue communistes, et ils apportaient ces phrases incompréhensibles, drôles, comme il leur semblait à cause de leur démence, au monde criminel. Et "concepts", au fait, c'est ce que signifie "vivre selon des concepts" ? Cela aussi, "Begriff" est la catégorie hégélienne la plus importante. Il a acquis un caractère criminel dans notre pays, mais en fait, tout cela, à mon avis, est un produit, un sous-produit de la dégénérescence de la culture intellectuelle marxiste tardive face à ces membres criminalisés du Komsomol, qui, en fait, ont donné toutes les figures principales de notre oligarchie et tous les dirigeants politiques d'aujourd'hui.

 

- Parlons du Mouvement eurasien international, dont vous êtes le créateur, le leader et l'idéologue. Le 20 novembre, l'organisation a fêté ses dix-sept ans. Quels sont les résultats de ses travaux ? Quelles sont les perspectives et l'agenda principal maintenant ? Avez-vous des ambitions politiques en Russie ?

 

- Je développe le néo-eurasianisme comme vision du monde depuis la fin des années 80. Dix-sept ans de cette structure, une organisation internationale enregistrée. On pourrait dire que le néo-eurasianisme qui m'est associé a plus de trente ans. Depuis la fin des années 80, j'ai commencé à promouvoir cette vision du monde comme une philosophie politique, immédiatement comme une philosophie politique. Dans un premier temps, sa signification était que l'Union soviétique devait être préservée, l'internationalité de l'Union soviétique devait être préservée, mais pour passer à une autre idéologie, comme l'ont supposé les Eurasiens de la première génération des années 30, 20, 40 eux-mêmes - transférer le gouvernement, le pouvoir du parti communiste à l'organe eurasien, qui préservera l'État et la justice sociale, préservera le pouvoir, préservera l'internationalisme, mais ne fera que trahir ce caractère conservateur. Conservateurs en termes de retour à la religion, de retour aux valeurs culturelles traditionnelles, ils nieront l'athéisme et créeront un pouvoir conservateur dynamique et en même temps puissant, axé sur la justice sociale, s'opposant à l'Occident, comme la Russie s'y est toujours opposée à toutes ses étapes.

 

Dans ma jeunesse, je me suis adressé à différentes personnalités politiques avec cela. Puis j'ai trouvé Prokhanov comme un adhérent qui était encore dans le système soviétique. Et, en fait, le magazine Sovetskaya Literatura puis le journal "Den" sont devenus le porte-parole de cette idée qui, bien sûr, avait des ambitions politiques directes il y a plus de trente ans. À un moment donné, j'ai été impliqué ; j'étais un idéologue du mouvement eurasien, au sens étroit et au sens large ; j'ai participé à divers fronts, à diverses structures d'opposition anti-Yeltsine ; j'ai participé à la défense de la Maison Blanche, à la prise d'assaut de l'Ostankino. J'étais une partie "eurasienne" de tout cela. Et la plupart des personnes qui étaient d'une certaine manière "à droite" ou "à gauche" se sont jointes à ce mouvement, elles ont également partagé et d'une certaine manière perçu les idées eurasiennes. Parce que la vision du monde eurasienne est une synthèse des idées de droite et de gauche. Ce n'est pas un mouvement antisoviétique au sens plein du terme. Par conséquent, étant antithéiste ou, disons, immatérialiste, elle a reconnu l'importance de la lutte des bolcheviks contre l'Occident - c'est très important, la création d'un État puissant et fort, bien que beaucoup de choses soient, bien sûr, idéologiquement niées. C'était donc une idéologie de droite et de gauche dès le début, une idéologie politique, que j'ai essayé de mettre en œuvre politiquement. Parce qu'il était déjà clair pour moi et pour Prokhanov qu'il y avait un besoin d'une plateforme alternative pour les patriotes qui ont combattu les libéraux dans les années 90. Quand j'ai vu que le mouvement général lui-même n'existait pas, j'ai essayé de traduire ces idées de droite et de gauche en une forme plus jeune et plus précise : un mouvement national bolchevique a été créé avec Edouard Limonov à l'époque (c'est-à-dire le NBP, un parti dont les activités sont interdites sur le territoire russe ; il est reconnu comme une organisation extrémiste). Ed.) - Je n'aimais pas le mot "fête", je voulais laisser le "mouvement" comme source d'un tel module dans une vision du monde - il avait aussi un certain effet, d'abord esthétique. Mais peu à peu, sur le plan de l'organisation, il ne me semblait pas que c'était ce qu'il fallait en général : très étroit, avec le culte de la personnalité de feu Limonov, qui réduisait l'orientation idéologique. Je l'ai laissé derrière moi. Et depuis lors, quelque part au milieu des années 90, je me suis plus ou moins consacré au mouvement eurasiatique, à l'eurasianisme lui-même, c'est-à-dire à la philosophie politique de l'eurasianisme.

 

Après cela, lorsque Poutine est arrivé au pouvoir, les autorités ont d'abord considéré mes initiatives de manière très positive, c'est-à-dire que j'ai été invité au Kremlin, tout comme Poutine est arrivé au pouvoir, quelque temps après. En conséquence, beaucoup d'idées - ils ont dit que maintenant l'eurasianisme, auparavant sous Eltsine il y avait une gestion étrangère, il y avait l'atlantisme, et maintenant l'eurasianisme va, pour ainsi dire, s'épanouir. Je l'ai sincèrement cru, j'ai allumé. Ils m'ont soutenu dans une initiative, dans une autre. En fait, j'étais sûr que maintenant, avec Poutine, il n'y avait plus d'obstacles pour transformer la philosophie politique de l'eurasianisme en action. Je n'ai pas insisté pour avoir une place ou un rôle pour moi-même. Je suis le porte-parole de cette idée. J'ai introduit de nombreuses disciplines dans la vie russe. Dans les années 90. Au début et au milieu des années 90, j'ai publié "Fundamentals of Geopolitics", qui a changé la pensée stratégique dans une large mesure, c'était les élites sécuritaires et militaires. J'ai travaillé dur toutes ces années dans l'intérêt de mon État et pour donner le Logos à notre pays, pour le rendre, pas seulement l'inventer artificiellement - c'est impossible. Recréer la plénitude de la tradition russe, trouver les clés du sens de l'histoire russe, de la stratégie russe.

 

Et au début, lorsque Poutine est arrivé au pouvoir, les deux premières années ont été, à mon avis, très proches. J'ai vu bon nombre de mes idées être prises et simplement mises en œuvre : l'Union eurasienne, la géopolitique, la souveraineté, voire une démocratie souveraine dans une large mesure, au moins la partie "souveraine" de cette démocratie de Surkov a été largement reprise de ce système. Des initiatives eurasiennes commencent à voir le jour. Le Kremlin m'a conseillé de faire un parti eurasien : il sera très influent. Mais peu à peu, quelque chose a mal tourné. Et à un moment donné, je me suis rendu compte que je ne le prenais pas au sérieux. C'était très douloureux. Parce que je pensais que ma mission était accomplie du point de vue de la lutte politique - parce que dans les années 90, c'était une lutte, une lutte contre le pouvoir, contre le régime, qui se tenait sur les positions libérales occidentales, et tout en elle était détesté et tout devait être détruit. Ce régime était illégitime, l'État était illégitime, il était dirigé par des élites russophobes absolument anti-russes. Maintenant, tout le monde l'admet.

 

Et quand Poutine est arrivé sur cette vague et a commencé à dire à peu près la même chose, bien sûr, j'étais très heureux et je pensais que ma mission avait été accomplie. Je n'ai jamais eu de telles ambitions au pouvoir, par exemple, d'un député ou de tout autre organe administratif. Je suis un homme d'idées. Mais le fait que cette idée ait commencé à gagner - j'en étais très heureux. J'étais prêt à m'impliquer dans ce processus sous n'importe quelle forme, jusqu'à l'organisation. Nous avons commencé à faire la chaîne de télévision "Spas", j'ai été invité par Demidov et Batanov, nous avons tous les trois fait la chaîne de télévision "Spas" en tant que télévision orthodoxe conservatrice. Elle existe toujours.

 

Et le mouvement eurasien - il a dix-sept ans, c'était un sentiment qu'il fallait d'une certaine manière définir clairement notre philosophie politique, lui donner un caractère organisationnel, pour diffuser ces idées à l'étranger. Parce que ces idées sont globales - c'est une lutte contre le monde unipolaire en faveur du monde multipolaire. C'est l'idée du continentalisme contre l'Atlantisme. C'est la recherche d'une alternative au libéralisme à l'échelle mondiale ; c'est la reconnaissance de la valeur de toutes les cultures et de tous les peuples ; l'antiracisme et l'anti-nationalisme sont parmi les principaux vecteurs de pouvoir de l'eurasianisme, de la lutte contre l'hégémonie, contre la colonisation.

 

Peu à peu, j'ai commencé à remarquer qu'il y avait un certain isolement, c'est-à-dire que la "stagnation" dont nous avons parlé se manifestait progressivement. Et beaucoup de choses n'étaient pas claires. Pour une raison quelconque, je n'ai pas compris pourquoi la vision du monde, la position si conforme aux objectifs de la Russie et la nécessité d'une montée patriotique, sa renaissance et le renforcement de la souveraineté ne sont pas pleinement pris en compte. Au début, je pensais que les ennemis les contrecarraient. C'est ce qui s'est passé. Et les agents de l'influence occidentale, les libéraux, l'élite politique. Mais il a été assez facile de s'en occuper, de trouver la première personne à soutenir l'eurasianisme.

 

Si Poutine s'intéressait vraiment non pas à l'eurasiatisme, mais au monde des idées, au monde de la pensée, si la pensée, la philosophie et la vision historique des choses avaient un sens pour lui, je pense que les choses auraient tourné différemment. Mais hélas. Il s'est avéré qu'il est - en effet, comme il le dit, il ne trompe pas - un technologue, un manager, un gestionnaire, un pragmatiste, un réaliste.

 

Et, par conséquent, il ne s'occupe que de choses réelles. L'idée n'est pas la sienne. Et donc, peu à peu, une certaine attention à l'eurasianisme du pouvoir a disparu. Et l'opposition a été préservée par ceux qui sont pour la position opposée des Atlantes.

 

En conséquence, le mouvement dans la réalité politique se trouve dans une position très difficile, parce qu'en apparence, la lutte de l'eurasianisme contre l'Atlantide est menée assez ouvertement et calmement. C'est pourquoi je suis expulsé de YouTube et les sanctions qui m'ont été imposées, interdisent presque tout mouvement sur le territoire de l'Europe, des pays de l'OTAN, le surveillent attentivement. Pour eux, je suis l'un des plus importants opposants idéologiques. Le mouvement eurasien figure sur les listes des organisations interdites partout, uniquement pour notre idéologie, il suffit d'y penser. Ils le prennent au sérieux. Nous avons concentré notre travail sur le flanc extérieur. Et là, c'est demandé, c'est important, il y a un nombre croissant de partisans et la haine des élites mondiales.

 

- La question suivante est liée à votre base théorique. Nous parlerons séparément de votre livre "La quatrième théorie politique" publié en 2009 et du concept du même nom. Vous parlez de la chute de deux théories : le "fascisme" en 1945 et le "communisme" en 1991 avec l'effondrement de l'URSS. Et la crise de la troisième théorie du "libéralisme". Aussi sur la chute des sujets : la classe - dans le communisme, la race - dans les fascistes, l'individu - dans le libéralisme. Ces sujets ne jouent plus le rôle d'un acteur dans l'histoire, pour autant que je le comprenne. Le concept clé de la "quatrième théorie" - "Dasein" - peut être traduit par "l'existence d'une présence". C'est un nouveau sujet, une nouvelle force d'action. Pour une personne qui est loin de la philosophie moderne, comment expliquez-vous cette construction ? Qui en est l'incarnation "physique" ?

 

- C'est une merveilleuse question. J'ai commencé à concevoir la quatrième théorie politique il n'y a pas si longtemps, il y a quinze ans. Sérieusement, c'est le résultat de toute ma philosophie politique. C'est le dernier mot, ou une synthèse de toutes ces idées - y compris eurasienne, nationale bolchevique, conservatrice-révolutionnaire, traditionaliste - auxquelles j'ai réfléchi toute ma vie. On peut dire que c'est un point culminant. Un acte de philosophie politique vers lequel j'ai marché très progressivement, à travers de nombreux enseignements et théories différents. Peu à peu, la quatrième théorie politique a évolué vers le modèle assez simple que vous venez d'esquisser. Vous en avez déjà exposé l'essentiel. Et c'est précisément parce qu'elle était déjà le résultat de la vie, de la vie au sein de la philosophie politique, de la recherche approfondie de la science politique elle-même, de la science politique en tant que telle, et de la philosophie de l'histoire, de la sociologie, de la psychologie, de l'ontologie, des études religieuses - tout cela est devenu une telle composante des fils qui ont conduit à la quatrième théorie politique. C'est parce qu'il est une synthèse de ma vision du monde que ce livre est devenu très largement diffusé. Pas pour nous, à cause de la stagnation et de l'atrophie, de l'effondrement mental de celui-ci. Nous avons aussi eu plusieurs éditions. Mais dans le monde - je n'ai pas fait un seul geste pour faciliter la traduction - il a été traduit dans toutes les langues européennes, y compris le danois, le hongrois, le grec, le serbe, le polonais et le tchèque. Il est en iranien, en turc, en Chine maintenant traduit, en arabe traduit. Il l'est dans de nombreuses langues, car ce que vous venez de dire peut être exprimé en une seule phrase. C'est l'essentiel. Je le raconte en 300-400 pages, plus en détail que vous ne l'avez dit, mais c'est le but.

 

Il existe trois grandes idéologies politiques. Maintenant, le libéralisme a gagné. Et si on le laisse tranquille, ce libéralisme tente en fait de "pousser" tous les autres vers le fascisme et le communisme ou de les égaler, afin que personne n'ose y toucher. Et quand nous convenons que nous sommes communistes ou fascistes, nous jouons le jeu des libéraux qui savent déjà comment traiter deux théories politiques, également occidentales, également athées et matérialistes, comme le libéralisme lui-même. Et il est facile de battre la carte d'une nation, d'une race ou d'un État dans le cas du nationalisme. Ou la carte de la classe par sa carte, par son sujet - un individu à qui l'on promet toutes sortes d'avantages : carrière, réussite, avancement, liberté totale. C'est le sens de cette stratégie.

 

Donc le libéralisme n'est pas capable de se défendre s'il ne fait pas l'expérience de la réduction, s'il ne dit pas que "nous avons affaire au fascisme", s'il sort une image d'Hitler, s'il colle au front toute critique du libéralisme, s'il est à droite, et c'est là que s'arrêtent tous les dialogues. Immédiatement : "Vous êtes un partisan des chambres à gaz, un partisan de la destruction de six millions de Juifs, vous êtes personnellement responsable de l'Holocauste, on ne vous a pas donné la parole. Quelqu'un dit : "Je suis juste pour le fait qu'un homme et une femme doivent être une famille". On vous le dit : "Vous êtes un nazi, vous avez brûlé toutes les personnes possibles." Et avec à peu près la même logique, un peu plus de douceur, les libéraux traitent les communistes. Ils disent : "La justice sociale". Ils sortent une photo du goulag, la montrent à Staline et disent : "Nous sommes déjà passés par là, c'est du totalitarisme, c'est de la violence, la justice sociale, c'est comme ça que ça finit, alors vous vous attaquez à la chose la plus importante, la liberté, les droits de l'homme, et vous sortez d'ici.

 

C'est une sorte de moment dialectique où la quatrième théorie politique propose de lutter contre le libéralisme pour des idéaux politiques complètement différents qui sont en dehors de la modernité européenne. Peut-être religieux, traditionnel, postmoderne, local, mondial. Et de trouver cette quatrième position, à partir de laquelle le libéralisme pourrait être attaqué non pas à partir du passé du perdant européen. Non pas en tant qu'héritiers du communisme et du fascisme, qui se sont discrédités en réalité par les pratiques criminelles du fascisme. Mais pour repartir comme si c'était une nouvelle confrontation avec le libéralisme. S'il y a une thèse - peut-être une antithèse. Quelqu'un dit : "Comme c'est bon ! Droits de l'homme, société civile ! La liberté d'expression - là". Ensuite, il y a le mariage homosexuel, l'avortement et une famille de cinq personnes du même sexe plus une chèvre. Et ces cinq personnes, plus la chèvre, devraient être autorisées à adopter des enfants au sein d'une communauté de pervers aussi simple en réalité. Et que c'est la thèse, c'est un signe ou une mesure de progressivité, il peut et doit être répondu - à cette thèse - une certaine antithèse. Par exemple : "Non, ce n'est pas le cas, nous ne sommes pas d'accord."

 

Quant au sujet. Le sujet est tellement compliqué. Lorsque le sujet est défini, un certain centre de cette théorie politique est défini. En réfléchissant à la manière de déconstruire les sujets de l'idéologie politique classique, je me suis certainement tourné vers Heidegger, qui a participé à la déconstruction du sujet de l'Europe occidentale au niveau de la philosophie, et j'ai appliqué son principe, qui est le résultat et la révélation de cette alternative, comme la Genèse ou Dasein, et je l'ai appliqué à la politique. Vous direz que c'est très difficile. Mais si c'était très difficile, mon livre serait-il traduit dans toutes les langues ? Seriez-vous d'accord pour dire que cela aurait eu un impact aussi fondamental alors qu'il y a probablement des dizaines de livres écrits maintenant : quelque part de critique, quelque part d'apologétique, de développement, d'interprétation de cette théorie dans le monde ? Mais ce n'est que le début, ce processus a récemment commencé.

 

Dasein est donc une sorte d'étoile filante. Dans quelle direction aller ? Il n'est pas facile de défendre immédiatement une sorte de système pré-moderniste - monarchie ou société religieuse, théocratie ou empire. Tout cela est tout à fait possible, mais il faut aussi le relier aux différentes civilisations, en tenant compte des différents types de sociétés. Et puis les choses se compliquent. Il est facile de la rejeter, mais il est difficile d'établir une alternative.

 

Dasein est pour une critique plus profonde du sujet de l'Europe occidentale, pour un niveau plus profond de décolonisation. J'interprète le Dasein de Heidegger en termes de pluralité de Dasein, incluant ainsi tout l'arsenal méthodologique de la nouvelle anthropologie. Et ma théorie nous conduit directement à la théorie du monde multipolaire. Et chaque Dasein, chaque Genèse historique dans chaque culture elle-même nous dit comment organiser le sujet de la quatrième théorie politique, qui ne peut être proposée à tout le monde. Et pourtant, tout en conservant l'importance de tout ce que j'ai dit, il y a une démarche plus simple : Dasein est un peuple. Heidegger a cette phrase : "La Dasein existe à travers le peuple, de manière publique. Les gens sont, si vous voulez, l'environnement dans lequel le Dasein est présent. Mais un peuple n'est pas une société, ni une classe, ni un ensemble d'individus, ni une population, ni un peuple. Et les gens en tant que communauté de destin historico-culturelle. C'est un peuple. Une nation qui se considère comme porteuse d'un certain destin, d'une certaine langue, d'une certaine idée. Et il est défini non seulement par le passé, mais aussi par l'avenir.

 

- Qui sera porteur de la volonté du peuple ? La volonté du peuple comment cela va-t-il se passer ? Sur les rails de la démocratie ? Des élections ?

 

- Vous savez, la quatrième théorie politique ne donne pas un résultat aussi clair. Chaque nation, chaque tradition, chaque civilisation, chaque Dasein est organisée différemment. Et si dans un cas on peut parler de la volonté de ce Dasein à travers la démocratie, entendue, par exemple, comme Arthur Meller van den Broek a suggéré que la démocratie est la complicité du peuple dans son propre destin, une telle démocratie est merveilleuse. Mais d'après l'expérience historique, à commencer par la démocratie d'Athènes, il est très rare qu'une démocratie représentative respecte réellement ce principe de complicité. La démocratie organique ou directe, la démocratie organique - oui, la démocratie directe en petits groupes, dans des zones terrestres, dans des communautés limitées, où tout le monde se connaît, il y a un principe de décision collective qui fonctionne vraiment, et c'est beau. Mais dès que l'on s'élève à un niveau supérieur, lorsque la distance entre la compétence en matière de décision et le collectif réel lui-même augmente, un champ de machinations, de fausses représentations s'ouvre ici. Il y a les oligarques, la tromperie et l'aliénation.

 

Dans certains cas, lorsqu'il s'agit de civilisations, de grandes puissances, d'États, de continents, comme l'ont dit les Eurasiens, bien sûr, la démocratie doit acquérir un caractère différent. Ici aussi, les institutions religieuses sont possibles, en fonction d'une culture particulière, qui peuvent être incluses dans telle ou telle expression de volonté. Et cette expression de la volonté du peuple n'est pas accidentelle - la volonté du peuple est en fait étroitement liée aux oracles. Souvent, les gens eux-mêmes ne savent pas ce qu'ils veulent, et lorsqu'ils se réunissent, dans le cadre de certains rituels spéciaux, ils peuvent le savoir, ils peuvent savoir ce qu'ils ne savent pas, ils deviennent un oracle. Des courants d'être plus profonds le traversent. C'est également un point très important, à savoir que les gens ne sont pas un ensemble d'individus. Ils sont plus que cela.

 

- Je vais poser la question qui me semble essentielle. Nietzsche ne l'a probablement pas demandé à temps, cela aurait beaucoup changé. Vous avez déjà dit que le libéralisme fait entrer dans le fascisme des théories qui lui sont hostiles, dont il se sent menacé. Je veux y mettre un terme, la dissocier définitivement. On parle beaucoup des résultats du fascisme dans l'espace sociopolitique, dans l'espace de l'information et très peu de ses origines réelles - il n'y a pas de diagnostic unique. Certains appellent Nietzsche le précurseur qui a posé les bases philosophiques. Certains appellent Heidegger le chantre du fascisme en Allemagne. Rarement, mais ils mentionnent la société de Thulé, qui s'est nourrie de l'ésotérisme et des théories occultes. Les représentants de Thulé et d'autant plus Nietzsche eux-mêmes n'imaginent pas que leur "quête de l'Atlantide" et leur raisonnement sur la race aryenne vont s'arrêter. Compte tenu du fait que le Dasein est une notion transcendantale, et aussi allemande, qui devrait devenir une sorte de fusible pour les prochaines générations, est-ce un signe qu'ils ont commencé à interpréter cette notion de manière erronée ?

 

- Vous savez, le fascisme et le national-socialisme ont des origines très différentes. Et une genèse idéologique différente. En l'absence de culture politique et d'un tel super-engagement dans certains événements politiques, en particulier notre Grande Guerre Patriotique, nous ne pouvons pas en parler calmement, alors nous en parlons avec agitation. Et quand on en parle sans arrêt, on ne parle plus au niveau philosophique, on veut déjà condamner quelqu'un. C'est pourquoi il est extrêmement difficile de parler des fascistes en Russie. Et les décisions, qui concernent la falsification de l'histoire, d'autres choses - il est clair, pourquoi elles sont prises. Mais ils ont vraiment l'air très pathétiques. Parce qu'il faut combattre les idées par des idées, et non par des interdictions. Et s'il n'y a pas d'idées, vous pouvez les interdire, mais ce ne sera pas efficace, seul un intérêt plus grand pourra être généré.

 

Le régime nazi est totalement criminel. Complètement. Et absolument criminel est le régime libéral, qui est construit sur l'expérience de l'esclavage, la supériorité de certains États sur d'autres. Des centaines de milliers d'autres ont été détruites par l'Occident au cours du printemps arabe. Hillary Clinton s'est simplement vantée d'avoir détruit la Libye et commis un génocide. Le libéralisme est une forme sanglante de régime totalitaire qui doit être condamnée au même titre que le fascisme.

 

Suis-je prêt à être responsable de la distorsion de la quatrième théorie politique lorsqu'elle sera mise en œuvre ? Nous constatons déjà que l'eurasianisme, qui, à mon avis, est brillant et profond, et beau dans sa théorie, est devenu une routine officielle non pas criminelle, mais simplement répugnante. L'Union eurasienne, en tant que fraternité des peuples, qui va à son but spirituel, comprenant dans l'unité la mission de son chemin à travers l'histoire, est ce qu'est l'Union eurasienne - les liens qui lient les civilisations et les peuples - elle s'est transformée aujourd'hui en une sorte d'organisation bureaucratique inopérante, où l'on interprète des personnes grises dénuées de sens, qui n'ont aucune idée d'un quelconque eurasianisme. Je peux déjà voir le résultat de la dégénérescence et de l'aliénation de mes idées.

 

La question de la responsabilité d'un penseur dans la mise en œuvre de son idée est très aiguë. Voici Ernst Jünger. Si l'on parle de qui a le plus inspiré les national-socialistes que Heidegger (c'est ridicule). Heidegger était complètement à la périphérie de ce mouvement, il était très critique, mais il l'a soutenu précisément à cause de sa haine du libéralisme et du communisme, qui peut aussi être comprise - ils sont très dégoûtants dans leurs profondeurs. Il a également critiqué son propre modèle national-socialiste. On peut lire les "Black Notebooks" - cette critique du fascisme est peut-être plus profonde et plus approfondie que tout ce que nous avons de l'extérieur. C'est une critique de l'intérieur, une critique qui est très bien fondée. Heidegger est plus proche de la quatrième théorie politique que du national-socialisme. Ainsi, le véritable idéologue, si l'on parle du national-socialisme, n'était certainement pas Hitler - il n'était pas idéologue, il était pragmatique - mais Ernst Jünger dans ses "Toilers", dans "Der Arbeiter". Il anticipait simplement les aspects les plus fondamentaux, à mon avis, du national-socialisme et de la technologie, et un tel retour aux éléments non chrétiens, à une vision du monde de pur pessimisme actif ou de nihilisme actif. Mais attention au fait que, dès les premières étapes, lorsqu'il a été invité à devenir député au sein du parti d'Hitler, il a dit : "Je ne vais pas m'asseoir à une table avec ces porcs en général, sans rien. Vous et les salauds voulez me mettre en prison." Il n'y a pas eu de camps de gaz, pas de camps de concentration, pas encore de persécution. Et Jünger est resté un patriote. Il était en exil. Ses idées se sont tellement concrétisées qu'il ne voulait pas les admettre comme siennes. Mais il n'a pas renoncé à cette responsabilité. C'est-à-dire qu'il a refusé de rejoindre le parti ou le mouvement qui a transformé son idée en quelque chose de terrible sous ses propres yeux, mais il a stoïquement enduré cette responsabilité historique. Ne pas donner sa bénédiction, mais en même temps ne pas abandonner, ne pas se dissocier de ses idées de "Travailleur". Il a publié ce livre à de nombreuses reprises après la guerre, n'y apportant que des modifications importantes, sans s'excuser. Et Heidegger, au fait, est resté silencieux sur cette attitude. Si vous faites un choix, même s'il est mauvais, la dignité d'une personne l'oblige à s'en tenir à ce mauvais choix, si elle était libre et consciente.

 

Donc, en ce qui concerne la responsabilité de la possibilité d'une distorsion monstrueuse de mes idées, je suis prêt à l'assumer. Peut-être serait-il bien plus calme de rester dans l'ignorance et l'oubli total que de voir ses idéaux supérieurs et ses pensées pures se transformer en quelque chose d'opposé, de laid, de répugnant, d'humble et de patrimonial... Le plus terrible pour un philosophe n'est pas les méchants et les bandits, mais la médiocrité. Il n'y a rien de plus antiphilosophique que la médiocrité. Et chez le criminel, et chez un homme si simple, pas loin de chez lui, on peut voir des déversements intéressants, des déversements d'humain, mais dans la médiocrité narcissique et agressive, en poussant des coudes, on ne voit rien.

 

C'est là que l'humanité disparaît. L'humanité ne disparaît pas aux pôles, pas là où les plus intelligents et les plus brutaux - dans des pôles différents. Et l'humanité disparaît au milieu. Ce n'est pas le juste milieu. Dans ces médiocrates agressifs, qui se profilent partout, l'humanité disparaît, disparaît. Et les voici, les pires. Non pas ceux qui "transforment l'or en plomb", comme l'a écrit Baudelaire, mais ceux qui, avec leur ennui de service à l'intérieur, décomposent la grandeur, en s'abaissant à son niveau. Ils ont intérêt à passer de très haut en très bas. Au moins, que la grandeur reste dans le module. La pire chose qui me fait peur, franchement, c'est la banalité. Lorsque je rencontre la banalité, je suis en quelque sorte frappé par les fils les plus profonds de ma perception. Je pense la même chose de la philosophie politique et de la philosophie en général. Le pire n'est même pas la perversion de nos idées, mais leur banalisation. C'est ce qui me fait vraiment mal.

 

- Voyez-vous aujourd'hui des hommes politiques capables de surmonter cette crise d'idées, de diffuser de nouvelles idées si Poutine s'en va ? Quelqu'un de l'opposition non systémique ? Ou une sorte de "cheval noir" ?

 

- Je ne les vois pas, car ils n'ont pas le droit de voir. Ce qui est, ne pense pas tellement à l'avenir que tout est fait pour qu'il n'y ait pas d'avenir. Cela fonctionne, d'une certaine manière. L'avenir qui vient après Poutine, il ne peut pas être lié à lui d'une manière ou d'une autre. Parce que Poutine ne prépare pas l'avenir. Pas comme un successeur ou un successeur inopportun, Poutine ne permet pas à ceux qui auraient pu venir après lui de se présenter. Il ne nous laisse pas les voir. Bien sûr, je ne les vois pas, comme personne ne les voit. Ceux que nous voyons ne le sont clairement pas. Ce n'est pas seulement la mauvaise chose, c'est évidemment la mauvaise chose. On nous montre ceux qui n'ont aucune chance d'être quelqu'un. Et ils cachent ceux qui ont une chance. Ce n'est qu'une stratégie.

 

L'avenir mûrit là où nos yeux ne pénètrent pas. Poutine a rendu son règne si infiniment réel. Mais l'avenir - il l'a nié, je pense. Quand il ne s'est pas tourné vers l'idée. L'avenir est toujours une idée. Il s'est limité au présent. Et en cela, il est totalement souverain. Mais l'avenir ne lui appartient pas du tout. Il a transformé la pleine puissance du présent en une opportunité - seulement une opportunité - de participer à l'avenir. C'est un choix très précis. C'est pourquoi il a abandonné ses idées et a commencé à résoudre des problèmes techniques, domestiques.

 

À la fin de cette période, tout recommencera comme si tout était à refaire. C'est alors et seulement alors que quelqu'un peut apparaître. Quelqu'un peut s'ouvrir, peut-être verrons-nous que derrière une caisse vide de cette routine ennuyeuse de Poutine, quelqu'un est en fait assis, quelqu'un se cache, et il sortira le moment venu. Jusqu'à présent, chacun a reçu un décret clair : "Ne montrez pas votre nez, faites comme si vous n'étiez pas là". Et que tout ce qui est là sera toujours là. Un état si long, si long que vous aurez le temps de vieillir et de mourir lorsque cette longueur sera mesurée. Mais elle sera mesurée. Parce que c'est peut-être bien, tant que nous avons besoin de retrouver nos esprits d'une manière ou d'une autre. Je pense que Poutine est le chef du nihilisme conservateur. Je veux dire, il n'y a rien, mais surtout on ne remarque pas ce "rien". De plus, il s'agit parfois de "rien" que nous considérons comme "quelque chose" et parfois encore comme "rien". Et laissez-le clignoter. C'est une sorte d'époque. Mais la politique, la vie, l'histoire - ne commenceront certainement qu'après Poutine. Ils vont sûrement commencer. Soit dans ce cas, soit dans l'autre. "Rien" sera soit rempli de quelque chose, soit il s'effondrera finalement, ces résidus moyens intermédiaires qui dépendent entre les deux pôles. C'est un long moment de transition. Maintenant, tout le monde a oublié d'où nous venons, où nous allons. La nouvelle génération où vous avez commencé a grandi dans cet état de demi-maturité prolongée. Nous ne pouvons ni nous endormir ni nous réveiller. Les gens ont déjà vécu leur vie sous le régime de Poutine.

 

 

Alexandre Douguine

 

Alexandre Douguine

http://dugin.ru

Alexandre Gelievich Douguine (né en 1962) - éminent philosophe, écrivain, éditeur, personnalité publique et politique russe. Docteur en sciences politiques. Professeur de l'Université d'État de Moscou. Leader du Mouvement international eurasien. Membre permanent du Club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite
1 2 3 > >>