Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

amerique du sud

Opinions morales, par Son Illustre Seigneurie Don Juan de Palafox y Mendoza

20 Mai 2021 , Rédigé par El Rojo y el Blanco Publié dans #Amérique du sud, #Espagne, #Lettres

Le vice-roi Juan de Palafox y Mendoza, peintre anonyme.

Le vice-roi Juan de Palafox y Mendoza, peintre anonyme.

Aujourd'hui, nous sauvons quelques aphorismes moraux de Juan de Palafox, qui était évêque et vice-roi de la Nouvelle Espagne. La concision et la valeur de ces brèves réflexions profiteront sans aucun doute au lecteur :

 

I. On ne peut réaliser de grandes choses sans mépriser et tolérer les petites choses, et peut-être même les grandes.

II. Par amour et courtoisie, donnez à tous ce qu'ils demandent et contentez-vous de ce qu'ils vous donnent.

III. Faites les choses de telle sorte que, si elles ne sont pas récompensées dans cette vie, elles le seront dans la suivante.

IV. Celui qui se tait obtient rarement un préjudice en se taisant, mais celui qui parle beaucoup, en parlant, en amasse  généralement beaucoup, et en très grande quantité.

XXIII. Tu ne peux pas te faire aimer de tous, mais tu peux te rendre aimable et digne d'être aimé.

XXV. Trois choses fatiguent beaucoup mon âme, et la quatrième me fait horreur : premièrement, le pauvre orgueilleux ; deuxièmement, le riche avide ; troisièmement, le magistrat insolent ; quatrièmement, celui qui est ingrat envers les bienfaits.


Opinions morales, par Son Illustre Seigneurie Don Juan de Palafox y Mendoza

 

I. No se pueden conseguir cosas grandes sin despreciar y tolerar las pequeñas, y aun tal vez las grandes.

II. Del amor y de la cortesía dales a todos cuanto pidieren y conténtate con lo que te dieren.

III. Haz las cosas de manera, y tales, que si no se premian en esta vida se premian en la otra.

IV. De callar, raras veces consigue daño el que calla, del hablar mucho suele granjearse y muy grande.

XXIII. No puedes hacerte de todos amado, pero a todos puedes hacerte amable y digno de amor.

XXV. Tres cosas cansan mucho y la cuarta aborrece mi alma: primera, el pobre soberbio; segunda, el rico avariento; tercera, el magistrado insolente; cuarta, el ingrato a los beneficios.

 

Dictámenes morales, por Su Ilma. Don Juan de Palafox y Mendoza

 

Source: https://periodicolaesperanza.com/archivos/5489

Opinions morales, par Son Illustre Seigneurie Don Juan de Palafox y Mendoza
Lire la suite

Omixochitl

5 Février 2021 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Amérique du sud, #Art, #Nature

Omixochitl

Cette plante aux fleurs blanches, un peu charnues, un peu épaisses, d'un blanc mat un peu cassé comme la farine, au parfum capiteux, envoûtant, qu'elles libèrent le soir après le coucher du soleil, c'est la tubéreuse (Polianthes tuberosa), que Louis XIV aimait particulièrement et dont on faisait des bouquets à la Cour de Versailles.

La tubéreuse n'est pas originaire d'Europe, mais du Mexique, d'où elle a été rapportée par les Conquistadores. Son vrai nom, c'est omixochitl, la "fleur-os", en nahuatl, la langue des Aztèques (omitl: os, xochitl: fleur).

Cette Agavacée semble être originaire du désert du Sonora, où on ne la trouve plus à l'état sauvage. Amoureux des fleurs et de la musique, beautés éphémères de la vie fugitive, les princes Aztèques en ornaient leurs jardins et paraît-il, mélangeaient ses fleurs au chocolat (chocolatl) pour le parfumer.

Voici pourquoi aujourd'hui un bouquet d'omixochitl orne mon vase en bambou d'ikebana et parfume mes journées.

P.-O.C.

Sur le même sujet et sur le même blog:

https://pocombelles.over-blog.com/2019/02/homenaje-a-xochipilli-de-la-primavera-en-los-andes-del-peru.html

Lire la suite

Alexandre Douguine : "Nous avons besoin d'un socialisme de l'esprit"- Interview pour l'émission "Pisando em Brasa" (Brésil) (Club d'Izborsk, 26 décembre 2020)

26 Décembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Alexandre Douguine, #Club d'Izborsk (Russie), #Amérique du sud, #Philosophie, #Politique, #Russie

Alexandre Douguine : "Nous avons besoin d'un socialisme de l'esprit"- Interview pour l'émission "Pisando em Brasa" (Brésil)  (Club d'Izborsk, 26 décembre 2020)

Alexandre Douguine : Nous avons besoin d'un socialisme de l'esprit

 

26 décembre 2020

 

https://izborsk-club.ru/20437

 

 

Interview pour l'émission "Pisando em Brasa" (Brésil).

 

- Quelle est l'idée principale de la quatrième théorie politique ? Cette théorie convient-elle à toutes les nations ou a-t-elle été créée spécialement pour les Russes ?

 

- La quatrième théorie politique n'est pas seulement pour les Russes. L'idée principale est la décolonisation de la conscience politique et l'atteinte d'un nouveau niveau de conscience de soi.

 

Nous pensons à la politique dans un système de coordonnées strictement défini. Ce système de coordonnées s'est formé en Europe occidentale au Nouvel Âge, à l'époque de la Modernité. C'est comme une tache historique et géographique. La particularité de cette politique est le rejet de la verticalité - du platonisme et de son idée transcendantale et de la téléologie d'Aristote. La politique n'a pas de dimension spirituelle. La politique n'a pas de but. Tout ne se fait pas du haut vers le bas et du centre vers la périphérie. Tout se fait de bas en haut et de la périphérie vers le centre.

 

Une telle théologie politique (selon Carl Schmitt) se distingue du Moyen Âge européen et des civilisations non européennes.

 

Cette compréhension de la politique s'est d'abord développée dans les pays protestants. Puis elle s'est étendue à toutes les autres nations. Avec la colonisation et l'occidentalisation, ce matérialisme politique a dépassé l'Europe et s'est étendu à toute l'humanité.

 

Au cours des deux derniers siècles, la modernité politique européenne a pris trois formes principales. Libéralisme, Socialisme, Nationalisme. Ils sont tous modernes et ils sont tous européens.

 

Il y a donc eu une colonisation totale de la pensée politique. Dans le monde entier, la "politique" a été comprise comme quelque chose qui a émergé en Europe occidentale au cours des temps modernes.

 

Au XXe siècle, ces trois idéologies se sont affrontées. Tout d'abord, le libéralisme et le communisme ont vaincu le fascisme. Puis, pendant la guerre froide, le libéralisme a vaincu le communisme. Il y avait donc une idéologie politique parmi les trois. Elle a été la base de la mondialisation dans les années 90 du XXe siècle.

 

La Russie est devenue une victime de cette colonisation sous l'influence de l'Occident. Cela a conduit à la révolution bolchevique. En l'an mille neuf cent quatre-vingt-onze, la Russie s'est retrouvée sous le joug du libéralisme.

 

Mais la Russie tente de se soustraire à l'influence de l'hégémonie idéologique occidentale. Et cherche une issue. D'où cette analyse de la politique. Et la conclusion de la nécessité d'une quatrième théorie politique.

 

Mais ce n'est pas seulement le choix de la Russie. De nombreuses personnes dans le monde, à l'Ouest comme à l'Est, ne sont pas d'accord avec le libéralisme. Mais ce désaccord les renvoie dans la modernité politique. Soit au communisme, soit au nationalisme. Nous sommes donc toujours prisonniers du matérialisme politique.

 

Par conséquent, non seulement la Russie doit rechercher la quatrième théorie politique, mais aussi tous les peuples, États et sociétés qui cherchent à lutter contre le libéralisme. Pour vaincre le libéralisme, il faut aller au-delà de la colonisation des consciences.

 

Pour le Brésil et plus largement pour l'Amérique latine, la quatrième théorie politique est très pertinente.

 

- Quelle est la particularité de la quatrième théorie politique ? En quoi diffère-t-elle le plus des autres théories et idéologies politiques ?

 

- La particularité de la quatrième théorie politique est qu'elle va au-delà de toute la modernité politique et ne se contente pas de critiquer le libéralisme. Ce n'est le cas nulle part ailleurs. Un tel dépassement de la pensée politique coloniale est possible grâce au traditionalisme, à un retour au Moyen Âge et à l'Antiquité (d'où les projets du Nouveau Moyen Âge et de la Nouvelle Antiquité). Cependant, cela est également possible grâce à un pas en avant, par la radicalisation du postmoderne.

 

Cette combinaison de l'archaïque et de l'ultramoderne est unique.

 

- Pourquoi, comme on le sait, aimez-vous tant le Brésil ? Qu'est-ce qui vous attire dans la culture brésilienne ? Qu'ont en commun le Brésil et la Russie ?

 

- Pour être honnête, je ne sais pas pourquoi j'aime tant le Brésil. Je suis fasciné par la langue portugaise, par la langue elle-même. C'est comme la musique. La musique brésilienne - bossa nova, MPB et autres genres - est à mon avis le sommet de la culture musicale.

 

Je suis également attiré par la dimension impériale de l'histoire du Brésil - le fait de déplacer la capitale du Portugal à Rio de Janeiro. Les versions de la théorie eschatologique du Cinquième Empire en relation avec le Brésil sont extrêmement intéressantes. La révolte traditionaliste des Contestado et des Canudus.

 

Glauber Rocha a exprimé ces tendances de manière très subtile dans son film Dieu et le diable au pays du soleil.

 

Je vois le Brésil comme une énigme, un vague signe d'un avenir paradoxal. Le destin du nouveau siècle et de toute l'Amérique latine est en quelque sorte lié au Brésil. Mais je ne peux pas être plus précis. Pour parler des logos brésiliens, il faut une langue spéciale.

 

- Quelle est l'anthropologie de la quatrième théorie politique ? Reconnaît-il l'essentialisme ? Comment la quatrième théorie politique explique-t-elle les transformations et les comportements humains dans l'histoire ?

 

- L'anthropologie de la quatrième théorie politique est basée sur Heidegger et la doctrine de Dasein. Ce n'est pas de l'essentialisme. L'homme est une existence ouverte, une existentialité, une présence territoriale pensante. Au centre de l'homme se trouve l'abîme. L'homme peut devenir n'importe quoi, puisqu'il est absolument libre. Plus précisément encore, l'homme est une pure liberté. C'est ce qui fait de lui ce qu'il est. Dans un sens, tout et rien.

 

L'homme doit donc avant tout se créer lui-même. Il n'est pas un acquis, il est une tâche. Mais ici, nous n'abordons pas simplement la négation de l'essence (comme dans le relativisme libéral, le nominalisme et l'anti-essentialisme), mais l'idée d'"essence ouverte". Il est accepté de comprendre l'essence comme une loi logique de l'identité A=A. Mais chez Aristote lui-même, cette loi n'est applicable qu'à l'éternité, à Dieu, à l'immortalité. Tout cela est dialectique. L'essence de l'homme n'est donc pas égale à elle-même. C'est un processus, un processus de devenir spirituel.

 

La quatrième théorie politique est basée sur une anthropologie ouverte. L'homme ne devient humain que dans le processus de dépassement de soi. Il ne doit pas s'arrêter, il n'est toujours qu'un chemin - le chemin vers la vraie patrie, vers son "lieu naturel". C'est l'existence authentique du Dasein.

 

L'anthropologie de la quatrième théorie politique est existentielle, et non pas technique. Ceux qui partagent notre approche sont avec nous. Et la chose la plus importante dans notre approche est la liberté absolue.

 

- Quel est le lien entre la catégorie la plus importante de la quatrième théorie politique Dasein et la catégorie des personnes ? Comment la notion de peuple est-elle liée à la diversité ethnique, qui est typique de pays comme le Brésil et la Russie ?

 

- Dasein du peuple et Dasein en tant que peuple. Deux thèmes proches mais toujours différents. Le Dasein n'est, à proprement parler, ni individuel ni collectif. C'est comme l'espèce selon Aristote. Et l'espèce désigne à la fois le singulier et le collectif, ne coïncidant avec aucun des deux. Tout comme l'"esprit" (=Geist) de Hegel, dans lequel le "je" coïncide avec le "nous", le privé avec l'universel.

 

Par "peuple", j'entends "l'esprit du peuple", ce qui fait qu'un peuple est un peuple. La nation n'est pas une masse, ce n'est pas une population. Une nation n'est pas constituée d'individus, comme une somme. Le peuple est toujours et à la fois le tout. Et c'est elle qui prend la décision. La décision principale : exister de manière authentique ou non. Si les gens prennent la décision d'exister authentiquement, ils activent leur esprit. S'il choisit le contraire, il est possédé par das Man, le Malheur, l'Intelligence Artificielle. L'existence authentique n'est possible que dans un peuple libre. Un esclave ne peut pas exister authentiquement. L'existence authentique nécessite donc une décolonisation de la pensée, une décolonisation de la conscience.

 

Le libéralisme et la modernité politique en général sont synonymes d'existence non authentique. Les trois idéologies politiques des Modernes sont totalitaires. Avec le communisme et le fascisme, et c'est évident. Mais aujourd'hui, nous constatons de première main que le libéralisme - en particulier le libéralisme mondialiste du parti démocrate américain - est un système purement totalitaire. Le mondialisme, c'est l'aliénation totale, la déshumanisation, le cyber-esclavage électronique. Le but du mondialisme est d'abolir complètement le Dasein. C'est le but de toute modernité politique. C'est pourquoi il faut exactement une quatrième théorie politique - et non pas le communisme ou le fascisme. L'existence authentique d'un peuple n'est possible qu'en dehors de tout dogmatisme - y compris et même surtout du dogmatisme libéral.

 

- Quel rôle jouent les idées et les théories d'un auteur traditionaliste comme Julius Evola ? Comment concilier Evola et les exigences de la justice sociale ?

 

- Julius Evola est important en tant que porteur d'un traditionalisme offensif. Il ne s'arrête pas à affirmer que la modernité est mauvaise et perverse. Il appelle à le combattre jusqu'à la dernière goutte de sang. C'est une position active d'un homme complet. Ce qu'Evola valorisait le plus était la liberté, que l'homme est appelé à réaliser dans son moi supérieur. Et toutes les tentatives des libéraux ou des communistes pour obtenir la liberté par des méthodes extérieures ne font qu'aboutir à une nouvelle forme d'esclavage. Evola a également critiqué la troisième voie. C'est pourquoi il est le précurseur de la quatrième théorie politique. Sa critique du nationalisme en tant que phénomène bourgeois est extrêmement importante.

 

Enfin, Evola est important en tant que philosophe, qui a formulé le principe du "traditionaliste sans tradition". C'est une figure proche de l'image du Sujet radical. Le sujet radical est le noyau éveillé de l'homme intérieur qui se rebelle contre la Modernité. Non pas parce que cette personne appartient au passé par inertie, mais en raison du rejet absolu du présent. Le rejet du Moderne ne se fonde pas sur la Tradition, car la vraie Tradition est cachée dans les "temps sombres", mais sur la haine et la répulsion envers le monde moderne. C'est-à-dire qu'il s'agit de l'éveil du noyau profond de l'homme, non pas à travers les restes du "sacré", mais à travers le "nihilisme de droite", le rejet du "profane".

 

La justice sociale n'était pas une priorité pour Evola. Mais je vois la justice sociale comme la volonté du peuple de rejeter la hiérarchie matérielle, une protestation spontanée contre le capitalisme et le système de l'argent.

 

Le socialisme, cependant, doit être combiné avec l'esprit, détaché du matérialisme. C'est pourquoi nous avons besoin d'un nouveau socialisme - dans l'esprit d'Oscar Wilde et de son professeur John Ruskin. L'homme de travail ne doit pas seulement être libéré matériellement, il doit être élevé et anobli. Nous avons besoin d'un socialisme de l'esprit.

 

- Comment la quatrième théorie politique considère-t-elle le problème de la technologie ? Est-il possible de nous soumettre à la technologie ou sommes-nous condamnés à ce qu'elle nous soumette ? Est-il possible de modifier le rapport avec la technologie ? Quel est le rapport de l'homme avec la nature ?

 

- Le problème de la technologie n'est pas un problème technique. La technologie est une relation du sujet avec l'objet, et donc elle résume cette relation, devient son incarnation. Si nous perdons la dimension sous-jacente du sujet qui assure sa liberté absolue, nous construisons une idole extérieure à vénérer. Cette idole est un objet. Et nous le créons avec l'aide de la technologie. La technique a toujours été le médiateur entre l'homme et l'être qui l'entoure. Mais sur ce territoire intermédiaire, la liberté et l'idole aliénante, le monstre artificiel Léviathan se rencontre. Si la technologie est un art ou de la poésie, elle sert le sujet. Mais si le sujet s'affaiblit, il change de sens et commence à servir l'idole. Singularité et Intelligence Artificielle est le triomphe de l'Objet Radical, qui devient le nouveau maître de la technologie.

 

Le dépassement de la technologie consiste donc en un retour à la créativité pure du sujet. Le Dasein existe comme étant dans le monde. C'est l'art de l'existence, une technique existentielle. Mais l'objet original détruit le monde, le démembrant. La numérisation est l'atomisation de l'être et le démembrement de la conscience. D'où la schizo-analyse de Deleuze et Guattari. D'où la vénération que les spéculateurs réalistes portent à la technologie. La technique conduit au post-humanisme comme limite à l'aliénation de l'homme de son grain intérieur.

 

La tâche de la véritable Révolution est d'anéantir la relation technique à la technologie, en replaçant ce problème à sa juste place, dans le domaine de la métaphysique et de l'ontologie.

 

- Pourriez-vous nous parler brièvement de votre projet "Noomachia" ? Comment les thèmes de la Noomachia et de la théorie des trois Logos sont-ils en corrélation avec la quatrième théorie politique ? Que pouvez-vous dire sur les logos du Brésil ?

 

- Noomachia est un ouvrage en vingt-quatre volumes. Il est difficile d'en parler brièvement. L'idée principale est qu'outre les origines apolliniennes et dionysiaques dans la culture, la civilisation, la philosophie, l'art et la vie en général, il existe un troisième commencement - le Logos de Cybèle. Auparavant, l'opposition entre Apollon et Dionysos nous faisait placer tout ce qui était chthonien, matériel et terrestre dans la zone de Dionysos. Ainsi, Apollon était opposé à Dionysos. Mais l'introduction du Logos de Cybèle change radicalement la donne. Dionysos est aussi différent de Cybèle, le Logos de la Grande Mère, qu'Apollon l'est de Dionysos. Il y a trois racines, trois Logos, pas deux. Ces Logos se livrent une guerre incessante entre eux. Cette guerre, c'est de l'histoire, de la culture, de la civilisation.

 

Dans toute civilisation, qu'elle soit archaïque ou moderne et complexe, il y a toujours les trois Logos. Mais leurs proportions sont différentes. De plus, ils peuvent changer - parfois très lentement et imperceptiblement, parfois presque instantanément, de façon spectaculaire. Par conséquent, chaque civilisation doit être étudiée comme un système indépendant ayant ses propres significations. Et déjà dedans pour étudier la structure de la Noomachia, la guerre des trois Logos et leurs proportions.

 

Dans la quatrième théorie politique, la Noomachia n'est pas nécessaire. Il s'agit de différents niveaux d'analyse.

 

La quatrième théorie politique affirme le principe de la pluralité des Dasein. Cela signifie que chaque nation, chaque civilisation et chaque culture a sa propre structure sémantique complètement autonome, son propre paradigme. Noomachia approfondit cette thèse en explorant systématiquement les structures de toutes les civilisations. C'est-à-dire que la Noomachia peut être considérée comme une justification théorique de la thèse sur la pluralité du Dasein. C'est à cela que sont consacrés presque tous les volumes de Noomachia : l'étude des cultures des peuples d'Europe, d'Asie, d'Eurasie, d'Afrique, d'Amérique et d'Océanie.

 

La Noomachia au Brésil a ses propres caractéristiques.

 

Dans la mesure où le Brésil est un pays occidental moderne avec une démocratie libérale, il est influencé par le Logos de Cybèle - comme l'ensemble de la Modernité. Mais la culture brésilienne - tant latine et catholique qu'amérindienne et africaine - est tout à fait particulière. Et ce conflit entre Modernité et Tradition définit la Noomachia brésilienne. Il me semble que le Logos de Dionysos est fort au Brésil - d'où la bossa nova et le carnaval d'une beauté fantastique, dernier écho des processions dionysiaques. Mais le logo du Brésil n'a pas encore été trouvé. Il doit exprimer correctement le Dasein brésilien.

 

Et ce par quoi nous avons commencé, la décolonisation de la conscience politique, est une condition absolument nécessaire pour cela.

 

 

Alexandre Douguine

http://dugin.ru

Alexandre G. Douguine (né en 1962) est un éminent philosophe, écrivain, éditeur, personnalité publique et politique russe. Docteur en sciences politiques. Professeur de l'Université d'État de Moscou. Il est le leader du mouvement eurasien international. Membre régulier du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc

 

 

Présentation d'Alexandre Douguine par son éditeur en France Christian Bouchet: 

 

https://www.breizh-info.com/2020/12/27/156214/alexandre-douguine-un-alain-de-benoist-qui-a-laudience-dun-eric-zemmour-et-linfluence-dun-bernard-henri-levy/

Lire la suite

Leonid Ivahov: La guerre entre les États-Unis et la Chine : le rapport de force (Partyadela, 21.10.2020)

13 Décembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Général Leonid Ivashov, #Guerre, #Chine, #Politique, #Russie, #Iran, #Amérique du sud, #USA

Leonid Ivahov: La guerre entre les États-Unis et la Chine : le rapport de force  (Partyadela, 21.10.2020)

Leonid Ivahov: La guerre entre les États-Unis et la Chine : le rapport de force

 

21.10.2020

 

https://partyadela.ru/blogs/ivashov-leonid/12032/

 

Pour la première fois dans l'histoire, les relations entre les États-Unis et la Chine ont atteint un nouveau niveau très dangereux.

Le 24 juillet, le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a officiellement déclaré la "Deuxième Guerre froide" à la Chine. Il s'est prononcé très fermement contre "l'ennemi froid", faisant du Parti communiste chinois la principale cible de ses accusations.

 

Il s'agit du prochain cycle de relations entre les États-Unis et la Chine après la guerre commerciale qui a été lancée plus tôt par les États-Unis. Cela signifie que la confrontation acquiert une nouvelle qualité : en Amérique, ils considèrent la Chine non seulement comme un concurrent économique, mais aussi comme un adversaire idéologique du monde capitaliste, dont ils sont les leaders.

 

Les États-Unis répètent pratiquement la stratégie politique de G. Truman, qui a lancé après la Seconde Guerre mondiale la doctrine de l'endiguement du communisme, qui s'est ensuite transformée en doctrine de rejet du communisme d'Eisenhower et s'est terminée par la doctrine de destruction du communisme de Reagan.

 

Les initiatives américaines auraient pu s'expliquer par la rigidité de la course électorale de Trump et Biden, mais les actions des partis montrent qu'il ne s'agit pas seulement de l'élection présidentielle. La guerre commerciale a également été assez dure et la Chine a très bien réagi aux mesures de sanctions imposées par les États-Unis aux producteurs et investisseurs locaux. Aucun des deux camps n'a obtenu de supériorité dans la guerre commerciale, les deux économies ont souffert et un cessez-le-feu a été déclaré.

 

Nous voyons maintenant les parties au conflit rassembler leurs forces, former des alliances et des coalitions militaires. Ces circonstances augmentent sérieusement le risque d'une guerre chaude. Les États-Unis établissent une présence militaire près des eaux de la Chine, provoquant des incidents et alimentant les conflits entre la Chine et ses voisins.

 

La vieille technique américaine n'est pas de créer et de participer au conflit lui-même, mais de le faire par l’intermédiaire de ses satellites. Récemment, par exemple, Taïwan a abattu le dernier avion de chasse chinois Su-35, qui aurait violé l'espace aérien de Taïwan. Le pilote a été fait prisonnier. Taïwan n'avait jamais permis qu'une telle chose se produise auparavant.

 

La Chine, guidée par une sagesse ancienne : "ne fais jamais ce que ton ennemi veut", s'est limitée à une note de protestation. Les destroyers américains ont commencé à passer par le détroit de Taïwan, les Chinois ont protesté. Il y a eu des affrontements entre les militaires indiens et chinois dans les zones frontalières de conflit, les Chinois ont insisté sur une trêve. Tout cela souligne la réticence de Pékin à s'engager dans une guerre avec l'Amérique.

 

Dans le même temps, la Chine prend fortement le pas sur les intérêts économiques et politiques des États-Unis, ainsi que sur les communications et les technologies mondiales. Et les Américains comprennent clairement que leur leadership prendra fin bientôt si le dragon chinois n'est pas arrêté. Avec la fin du leadership, l'ère de la domination du dollar et de l'existence des États-Unis en tant qu'État pourrait prendre fin.

 

Mais jusqu'où l'élite américaine est-elle prête à aller pour tenter d'arrêter la Chine ? Eh bien, ce n'est pas encore clair. Premièrement, parce que la classe dirigeante aux États-Unis est très hétérogène. Il est important pour les propriétaires de capitaux financiers de préserver le dollar, et non le pays. A tout prix, même la perte du leadership américain. Biden dit déjà qu'il va retrouver de bonnes relations avec Pékin lorsqu'il sera président. Pour les partisans de Trump, la devise est "L'Amérique d'abord".

 

Quelles sont les mesures pratiques que les parties au conflit hybride prennent en dehors de ce qui précède ? Je mettrais la mobilisation de leurs propres forces et de celles de leurs alliés au premier plan. Les États forment rapidement une nouvelle configuration de l'alliance (de civilisation) anglo-saxonne, qui comprend le Canada, la Grande-Bretagne, l'Australie, la Nouvelle-Zélande et Israël. En outre, une alliance militaire est prévue - les États-Unis, l'Inde, le Japon, la Corée du Sud (OTAN de l'Est). Une tentative de création d'une "mini-OTAN du Moyen-Orient" dirigée par l'Arabie saoudite s'intensifie. Dans le même temps, Washington déploie l'opposition chinoise interne à Hong Kong (les services de renseignements britanniques y travaillent), dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang (la Turquie est responsable de cette région), dans certaines provinces du sud de la Chine (internationale financière et CIA). Le Département d'État américain forme un mouvement dissident contre le Parti communiste de Chine et le régime communiste.

 

La Chine, à son tour, est responsable des actions des États-Unis. D'abord, elle mobilise ses diasporas en Amérique, en Europe et en Asie du Sud-Est. Elle intensifie son travail en Amérique latine et nous pouvons nous attendre bientôt à une montée du sentiment anti-américain dans la région, qui affectera sans aucun doute le comportement des Latino-Américains aux États-Unis mêmes. Une étape importante est la promotion du "pacte de coopération" avec l'Iran, auquel Pékin a alloué plus de 400 milliards de dollars. Des investissements importants seront consacrés au développement des infrastructures (y compris militaro-stratégiques) et à l'énergie. Pour l'instant, l'Iran refuse une présence militaire chinoise sur son territoire et transfère une de ses îles à la Chine. Mais la Chine obtient un accès direct au golfe Persique, ainsi que des relations spéciales avec la Syrie et l'Irak et un moyen de pression sur la Turquie et l'Arabie Saoudite (alliés des Etats-Unis).

 

Il convient d'ajouter qu'il y a quelques jours, lors d'une visite dans la province de Guangdu, dans le sud de la Chine, le chef de la Chine, s'adressant aux militaires, a déclaré qu'il est aujourd'hui nécessaire "de concentrer toutes les pensées et les forces sur la préparation de la guerre et la garantie d'un état d'alerte élevé. D. Trump et M. Pompeo ne sont pas non plus timides en termes forts.

 

Si l'on parle de l'aspect économique de la guerre hybride mondiale, la Chine surpasse sérieusement les États-Unis en termes de rythme de développement et de volume de ses activités scientifiques et de production. En ce qui concerne la production d'acier, la Chine dépasse les États-Unis à 11 reprises (le volume mondial de production est de 1,8 milliard de tonnes, la Chine de 1 milliard - 54 %, les États-Unis de 87,9 millions de tonnes), l'énergie électrique - Chine 7504,9 terawat/heure ou 28 % de la production mondiale, les États-Unis - 4401, 3. Ciment : Chine - 2,323 milliards de tonnes, États-Unis - 0,085. En retard à 27 reprises. Machines : Chine - 30 % de la production mondiale, États-Unis - moins de 6 %.

 

La Chine contrôle la production et l'offre mondiales de terres rares - 71 % et 78 %, respectivement, du volume mondial. La Chine investit plus dans l'éducation et la science que tout autre pays au monde. Même aux États-Unis, plus d'un tiers des étudiants étrangers sont chinois. La Chine a plus que doublé le nombre de chercheurs par rapport aux États-Unis, ainsi que le nombre de brevets.

 

Quant au ratio "soft power" (qui sera probablement le principal calibre dans la prochaine guerre hybride), la Chine est au moins aussi bonne que l'Amérique. Il y a deux mille cinq cents ans, les Chinois avaient une théorie bien établie d'une telle guerre. Le grand Sun Tzu en était l'auteur. Voici quelques-unes de ses thèses : "La guerre est un chemin continu de ruse" ; "Cinquante fois pour s'engager dans une bataille et cinquante fois pour gagner, ce n'est pas une victoire. Se battre cent fois et gagner cent fois n'est pas une victoire. Gagner sans s'engager dans une bataille est une victoire".

 

Le monde est donc à la veille d'une grande bataille. Mais la question se pose, où se trouve la Russie dans cette guerre, quel est son rôle et de quel côté est-elle ? Aucune des deux parties ne nous appelle des alliés, nous sommes très peu fiables. Les Américains se contentent de susciter une série de conflits le long du périmètre des frontières de la Fédération de Russie - l'Ukraine, le Caucase, la Biélorussie, l'Asie centrale, la Moldavie est la suivante, les conflits internes. Ils bloquent l'approvisionnement de l'Europe en gaz et en pétrole et renforcent les sanctions. La Chine nous considère comme une logistique et une installation de production militaire. Et comment allons-nous aider la Chine ? Les armes nucléaires ne comptent pas, elles ne seront pas utilisées dans une guerre hybride, et nous n'avons pas d'autres moyens importants, ni d'alliés (le bataillon arménien et la compagnie kirghize affectés à l'OTSC - pas une force, mais seulement un symbole). Il est triste que l'Inde et l'Iran aient perdu. Ils étaient de véritables alliés. Mais la brutale tromperie de l'Inde pour lui fournir un porte-avions comme navire amiral de la marine indienne et son refus de produire conjointement des moyens modernes de lutte armée, ont fait leur part : l'Inde est partie en Amérique. L'Iran a été plus d'une fois rejeté et le Conseil de sécurité des Nations unies a voté les sanctions américaines contre Téhéran, a refusé (à la demande d'Israël) de fournir des complexes de défense aérienne S-400 et d'autres armes défensives, a refusé, dans le cadre d'actions conjointes visant à protéger la Syrie, le principe de l'intégrité territoriale, a permis aux Américains et aux Turcs d'occuper une partie du territoire syrien et a permis à Israël de bombarder librement les installations syriennes.

 

Ce n'est pas un adieu en géopolitique.

 

Leonid Ivashov

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

L'imbécillité de la campagne contre la viande de chien au Vietnam

13 Octobre 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Amérique du sud, #Asie, #Environnement, #Société

Boucherie servant du chien rôti (Vietnam). Source: Le voyage de Lady Anne (blog de navigateurs autour du monde)

Boucherie servant du chien rôti (Vietnam). Source: Le voyage de Lady Anne (blog de navigateurs autour du monde)

Sous la pression de certains touristes et n'en doutons pas, d'associations et ONG subversives, les autorités d'Hanoï cherchent à interdire la consommation de la viande de chien, populaire au Vietnam:

https://www.lexpress.fr/actualites/1/styles/vietnam-les-habitants-de-hanoi-pries-de-ne-plus-manger-de-la-viande-de-chien_2034772.html

Le chien "sans poils et sans voix" est ou était élevé en Asie, dans le Pacifique et en Amérique centrale et du sud depuis des temps immémoriaux, pour être mangé.

Il est le résultat d'une longue sélection.

Les touristes qui rencontraient ces chiens étranges au Pérou, par exemple, où on ne les élève plus que comme animaux de compagnie ("mascotas"), ignorent tout de cette histoire.

Pourquoi juger les mœurs des autres peuples ?

Pourquoi chercher à détruire les traditions immémoriale des peuples sinon pour les uniformiser dans le creuset du mondialisme ? c'est criminel.

Remarquons que le goût particulier des hommes pour la viande de chien est partagé avec les tigres et les pumas, qui n'hésitent pas à s'approcher des habitations pour les capturer et les emporter pour les manger. Une anecdote est racontée par l'explorateur russe Vladimir Arseniev dans son inoubliable récit Dersou Ouzala, lorsque, par une nuit de tempête, sa chienne Alpa est enlevée par un tigre qui franchit les corps des voyageurs endormis autour du feu de camp par pour se saisir de l'animal. 

Personnellement, à plusieurs reprises, dans les Andes du Pérou et de la Bolivie, j'ai été le témoin d'enlèvements de chiens par des pumas entrés la nuit dans la cour des petites fermes paysannes. Tous les paysans andins savent que les pumas raffolent de la viande de chien.

Évidemment, ce n'est pas le magazine L'Express, champion du politiquement correct (n'est-ce pas, Valérie Lion ?), qui vous dira tout cela.

POC

Sur le même sujet:

http://bomarea.blogspot.com/2017/01/pour-labolition-du-betail-occidental-en.html

http://pocombelles.over-blog.com/na-wai-taua.html

Chien sans poils et sans voix ("perro chino", au Pérou). Pachacamac, près de Lima (Pérou). Elevé aux temps préhispaniques pour sa viande, comme en Amérique centrale et en Asie, il est devenu aujourd'hui un animal de compagnie. Il semble qu'il soit encore discrètement consommé dans certaines région, près de Huancayo par exemple, dans les Andes centrales du Pérou. On nomme en quechua "alqo micuna" ceux qui mangent du chien. Photo: Pierre-Olivier Combelles (2012)

Chien sans poils et sans voix ("perro chino", au Pérou). Pachacamac, près de Lima (Pérou). Elevé aux temps préhispaniques pour sa viande, comme en Amérique centrale et en Asie, il est devenu aujourd'hui un animal de compagnie. Il semble qu'il soit encore discrètement consommé dans certaines région, près de Huancayo par exemple, dans les Andes centrales du Pérou. On nomme en quechua "alqo micuna" ceux qui mangent du chien. Photo: Pierre-Olivier Combelles (2012)

Lire la suite

Alexander Dugin (en Argentina, 2019): "Estamos en la transición entre el mundo unipolar y el mundo multipolar"

31 Juillet 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Amérique du sud, #Politique, #Russie, #Club d'Izborsk (Russie)

(7'28") Alexander Dugin: "Es la sexta columna la más peligrosa: son los liberales a dentro del sístema, leales a Putin..." (C'est la sixième colonne qui est la plus dangereuse, ce sont les libéraux à l'intérieur du système, ceux qui sont loyaux envers Poutine).

Lire la suite

Manlio Dinucci: Amazonie, les incendiaires crient au feu (2019)

28 Juillet 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Environnement, #Amérique du sud

Devant la propagation des incendies en Amazonie, le Sommet du G7 a changé son agenda pour « affronter l’urgence ».

Les sept —France, Allemagne, Royaume-Uni, Italie, Japon, Canada et États-Unis— ont joué, avec l’Union européenne, le rôle de pompiers planétaires. Le président Macron, en uniforme de pompier-en-chef, a lancé l’alarme : « notre maison est en flammes ». Le président Trump a promis le plus grand engagement états-unien dans le travail d’extinction.

Les projecteurs médiatiques se concentrent sur les incendies au Brésil, laissant dans l’ombre tout le reste. Avant tout le fait que la destruction ne touche pas seulement la forêt amazonienne (aux deux tiers brésilienne), réduite en 2010-2015 de presque 10 000 km2 par an, mais aussi les forêts tropicales d’Afrique équatoriale et d’Asie sud-orientale. Les forêts tropicales ont perdu, en moyenne chaque année, une superficie équivalente à celle totalisant Piémont, Lombardie et Vénétie. Bien qu’avec des conditions différentes d’une zone à l’autre, la cause fondamentales est la même : l’exploitation intensive et destructive des ressources naturelles pour obtenir le plus grand profit.

En Amazonie on abat les arbres pour en tirer du bois précieux destiné à l’exportation. Ces terrains très fragiles, une fois dégradés, sont abandonnés et ainsi de nouvelles zones se déforestent. La même méthode destructive est adoptée, provoquant de graves dommages environnementaux, pour exploiter les gisements amazoniens d’or, de diamant, de bauxite, de zinc, de manganèse, de fer, de pétrole et de carbone. La construction d’immense bassins hydroélectriques, destinés à fournir de l’énergie pour les activités industrielles, contribue aussi à la destruction de la forêt amazonienne.

L’exploitation intensive et destructrice de l’Amazonie est pratiquée par des compagnies brésiliennes, fondamentalement contrôlées à— travers des participations actionnariales, des mécanismes financiers et des réseaux commerciaux— par les plus grands groupes multinationaux et financiers du G7 et d’autres pays.

Par exemple JBS, qui possède au Brésil 35 sites de production de viandes où sont abattus 80 000 bovins par jour, a d’importants sièges aux USA, au Canada et en Australie, et est largement contrôlé via des quotas de dette par les groupes financiers créditeurs : JP Morgan (USA), Barclays (GB) et les groupes financiers de Volkswagen et Daimler (Allemagne). Marfrig, au deuxième rang après JBS, appartient à 93 % à des investisseurs états-uniens, français, italiens et d’autres européens et nord-américains.

La Norvège, qui aujourd’hui menace le Brésil de rétorsions économiques pour la destruction de l’Amazonie, provoque en Amazonie de graves dégâts environnementaux et sanitaires avec son propre groupe multinational Hydro (pour moitié de propriété publique) qui exploite les gisements de bauxite pour la production d’aluminium, si bien qu’il a été placé sous enquête au Brésil.

Les gouvernements du G7 et d’autres, qui aujourd’hui critiquent formellement le président brésilien Jair Bolsonaro pour se refaire une conscience face à la réaction de l’opinion publique, sont les mêmes qui en ont favorisé l’ascension au pouvoir pour que leurs multi-nationales et leurs groupes financiers aient les mains encore plus libres dans l’exploitation de l’Amazonie.

Les communautés indigènes, dont les territoires concentrent les activités illégales de déforestation, sont principalement attaquées. Sous les yeux de Tereza Cristina, ministre de l’agriculture de Bolsonaro, dont la famille de latifondiaires a une longue histoire d’occupation frauduleuse et violente des terres des communautés indigènes.

 

Manlio Dinucci

 

Traduction: Marie-Ange Patrizio

Source: Il Manifesto (Italie)

Publié à l'origine sur le site du Réseau Voltaire (3septembre 2019):

https://www.voltairenet.org/article207514.html

Lire la suite

La Réserve Nationale Tambopata (Madre de Dios, Pérou) envahie par les chercheurs d'or (David Hill, The Guardian)

19 Juin 2016 , Rédigé par POC Publié dans #Environnement, #Amérique du sud

 

Gold mining in Peru. Photo by Rhett A. Butler

Gold mining in Peru. Photo by Rhett A. Butler

The World Travel and Tourism Council predicts that travel and tourism’s “total contribution” to Peru’s GDP will exceed 11% by 2026, but how well, in the long-term, is Peru protecting its best tourist assets? Among foreign tourists easily the most popular destination in the country’s lowland Amazon region is the 274,000 hectare Tambopata National Reserve (TNR) - yet it currently stands invaded by gold-miners.

The TNR is in the Madre de Dios region in the south-east of Peru. Over 632 bird species, 1,200 butterfly species, 103 amphibian species, 180 fish species, 169 mammal species and 103 reptile species make it one of the most biodiverse places in the world, according to the Environment Ministry, but those numbers don’t compare to the gold-miners. According to Victor Zambrano, president of the TNR’s Management Committee and the recently-announced winner of the 2016 National Geographic Society/Buffett Award for Leadership in Latin American Conservation, there are 8,000 miners in the reserve itself and more than 35,000 in its buffer zone.

“Why is Peruvian patrimony that generates such income for the state not being defended?” Zambrano asks. “It isn’t being protected in the way that it should. It’s like we want to kill the goose that lays the golden egg.”

[...]

Gold-mining is one of the biggest causes of deforestation in Peru’s Amazon and Madre de Dios is the hardest-hit region of all. Over 50,000 hectares of forest had been cleared by 2012, hundreds of tons of mercury have been dumped into the rivers, and opponents assassinated. It involves people trafficking, 10,000s of child workers, prostitution, sexual exploitation of minors, and indications of forced labour, among other horrors.

[...]

“We have done everything humanly possible, everything humanly possible it is to do. However, the issue has always been that the central government has never given our protected natural areas the importance they deserve. When you make concrete decisions to correct something, it needs to come from the top, from the president. . . I see no results, my friend. I see no results.”

[...]

“There is widespread corruption that, unfortunately, means we need a re-engineering of government entities. . . Why are the miners not evicted [from the TNR]? Because they’re protected, obviously, by government entities and those at the top taking bribes. That’s the issue.”

Victor Zambrano

https://www.theguardian.com/environment/andes-to-the-amazon/2016/jun/19/top-peruvian-amazon-tourist-invaded-gold-miners

 

ANNEXES

 

Isaac Humala: “El gobierno de Ollanta Humala fue un total fracaso”. (USI)

http://peru21.pe/politica/isaac-humala-gobierno-ollanta-humala-fue-total-fracaso-2248527

El Comercio - Domingo 02 de marzo del 2014 | 22:01
Isaac Humala: "Los ministros de mi hijo me están saboteando"
El padre del presidente tenía planeado viajar a Madre de Dios para asesorar a mineros ilegales. Su vuelo fue cancelado:

http://elcomercio.pe/politica/actualidad/isaac-humala-ministros-mi-hijo-me-estan-saboteando-noticia-1713306

 

  • On Thursday night, Alfredo Ernesto Vracko Neuenschwander was gunned down at his home along the Interoceanic Highway.
  • Vracko, 58, was a woodworker who led a movement to resist forest invasions by illegal gold miners in Peru's biodiverse Tambopata region.
  • Illegal gold miners are suspected to be responsible for the murder.

Another prominent environmentalist has been killed in Peru.

https://news.mongabay.com/2015/11/environmentalist-gunned-down-by-illegal-miners-in-peru/

Lire la suite