Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Rouge et Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

anthony fauci

Dr Joseph Mercola: "The Real Anthony Fauci" par Robert F. Kennedy Jr. / Children's Health Defense

25 Octobre 2022 , Rédigé par Rouge et Blanc Publié dans #Bill Gates, #Anthony Fauci, #Children's Health Defense, #Opération Coronavirus, #Robert F. Kennedy Jr, #Santé, #Forum Economique Mondial

Dr Joseph Mercola: "The Real Anthony Fauci" par Robert F. Kennedy Jr. / Children's Health Defense

"The Real Anthony Fauci", un documentaire basé sur le best-seller de Robert F. Kennedy Jr - "The Real Anthony Fauci : Bill Gates, Big Pharma, et la guerre mondiale contre la démocratie et la santé publique".
Par
Dr Joseph Mercola

 

L'histoire en un coup d'œil :

    Le livre de Robert F. Kennedy Jr., "The Real Anthony Fauci", est devenu un best-seller dès sa sortie en 2021, malgré la censure de sa publicité par Big Tech. Le livre de Kennedy a maintenant été adapté en film.
    Le livre et le film révèlent comment Fauci a transformé les National Institutes of Health en un incubateur de produits pharmaceutiques et a essentiellement vendu le pays tout entier à l'industrie pharmaceutique.
    Le film explore "la militarisation et la monétisation de la médecine, soigneusement planifiées, qui ont laissé la santé des Américains en difficulté et notre démocratie brisée", et décrit le rôle troublant des grands médias dangereusement concentrés, qui, pendant le COVID-19, se sont apparemment transformés en véritables centres de propagande.
    Alors que les National Institutes of Health (NIH) et le National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAID) sont censés servir le public, la réalité est qu'ils sont associés à des sociétés pharmaceutiques privées et agissent à leur profit. Les deux agences possèdent des brevets pharmaceutiques qui sont ensuite cédés sous licence à des sociétés pharmaceutiques, tandis que les agences elles-mêmes perçoivent des redevances sur les ventes. Fauci a personnellement déposé des brevets sur des centaines de nouveaux médicaments financés par son agence.
    Sans cette relation symbiotique avec les entreprises pharmaceutiques, le NIH/NIAID ne travaillerait pas contre la santé publique et ne tromperait pas le public sur les médicaments et les vaccins.

Le livre de Robert F. Kennedy Jr., "The Real Anthony Fauci", est devenu un best-seller dès sa sortie en 2021, malgré la censure de sa publicité par Big Tech. Dans ce livre, Kennedy décrit comment Fauci a transformé les NIH en un incubateur de produits pharmaceutiques et a essentiellement vendu le pays tout entier à l'industrie pharmaceutique.

Le livre est un compte rendu incroyablement bien référencé de l'histoire de Fauci, qui a décimé la santé humaine, et l'expose comme un charlatan égoïste. Aujourd'hui, le livre de Kennedy a été transformé en un film de près de deux heures. Vous ne voudrez certainement pas le manquer, surtout si vous n'avez pas lu le livre.

Le vrai Anthony Fauci

Comme l'explique Kennedy dans le film, le livre est le fruit de sa propre "lutte pour comprendre comment les institutions idéalistes que notre pays a construites pour préserver la santé publique et la démocratie se sont soudainement retournées contre les artistes, les citoyens et nos valeurs avec une telle violence".

La famille Kennedy a été profondément impliquée dans l'institution américaine de la santé publique pendant 80 ans, et a même rédigé un grand nombre des statuts juridiques sous lesquels Fauci et d'autres ont travaillé.

J'ai apprécié le dernier livre de Kennedy, "American Values : Lessons I Learned From My Family", car il s'agit d'une excellente analyse de l'héritage de sa famille, et je le recommande vivement si vous avez déjà été un fan de son père et de son oncle.

Pourtant, d'une manière ou d'une autre, note Kennedy, l'industrie pharmaceutique a réussi à "évider systématiquement" les agences qui étaient censées la réglementer, en "désactivant effectivement la fonction de réglementation et en les transformant en marionnettes".

Dans le livre et le film, Kennedy explore "la militarisation et la monétisation soigneusement planifiées de la médecine qui ont laissé la santé des Américains en difficulté et notre démocratie en lambeaux".

Il décrit également "le rôle troublant des grands médias dangereusement concentrés", qui, pendant le COVID-19, se sont apparemment transformés en véritables centres de propagande et rien d'autre.

L'ascension de Fauci au pouvoir

La montée en puissance de Fauci a commencé en 1984. Cette année-là, le gouvernement américain a déclaré que l'Institut National du Cancer avait découvert la cause du SIDA, et Fauci est devenu le directeur du NIAID, qui dépend des NIH.

Il s'est rapidement rendu compte qu'en définissant le SIDA comme une maladie infectieuse, il pouvait prendre le contrôle de la recherche future sur le SIDA, y compris la recherche pour développer un vaccin contre le SIDA. Le NIAID était à l'époque en perte de vitesse, car la plupart des maladies infectieuses avaient déjà été conquises. Le SIDA a fourni à Fauci un moyen de sauver l'agence presque obsolète, tout en profitant simultanément à ses alliés de Big Pharma.

Comme indiqué dans le film, si le NIAID et les NIH ont pour mission de servir le public, la réalité est qu'ils sont associés à des sociétés pharmaceutiques privées. Ils possèdent des brevets pharmaceutiques qui sont ensuite cédés sous licence à des sociétés pharmaceutiques, tandis que les agences elles-mêmes perçoivent des redevances sur les ventes.

Fauci a personnellement déposé des brevets sur des centaines de nouveaux médicaments financés par son agence.

Bien que cette relation intime avec l'industrie pharmaceutique soit balayée comme une simple formalité, elle constitue le cœur même du problème. Sans cette relation symbiotique, ces agences ne travailleraient pas contre la santé publique et ne tromperaient pas le public sur les médicaments et les vaccins.

Les parallèles entre le SIDA et le COVID

Il s'avère que la propagande du COVID-19 a suivi de près celle du SIDA. Le SIDA était une nouvelle maladie mortelle que l'on pouvait contracter sans le savoir, et les histoires d'épouvante véhiculées par les médias sur la possibilité de contracter le SIDA à partir de sièges de toilettes ont attisé la peur.

Les responsables gouvernementaux ont suggéré de suspendre les enseignants et les étudiants atteints du sida, et des discussions ont eu lieu sur le dépistage obligatoire, la déclaration des cas de sida et la mise en quarantaine des malades du sida.

De même, le COVID-19 a été dépeint comme une infection virale qui peut ne présenter aucun symptôme, et il a été affirmé à tort qu'il pouvait se propager par le biais de porteurs asymptomatiques. Les tests obligatoires, la déclaration et la mise en quarantaine sont devenus une réalité quotidienne pendant la période du COVID-19.

Dans les années 1980, il a faussement suggéré que les enfants et d'autres membres de la famille pouvaient contracter le sida par un contact régulier avec une personne infectée. De même, il a promu la fausse idée de porteurs asymptomatiques du SRAS-CoV-2.

Fauci, dans le film, est décrit comme un ingénieur social, parce qu'il "réorganise la façon dont les gens pensent au contact humain, au toucher, à l'intimité". Le SIDA était une maladie si terrifiante que les gens devaient éviter non seulement les rapports sexuels mais aussi tout contact humain.

Idem pour le COVID-19. Le SIDA et le COVID-19 étaient tous deux représentés comme la Mort, et avoir l'un ou l'autre vous marquait comme un meurtrier potentiel, de peur de vous isoler.

Un autre parallèle notable est l'utilisation du test PCR. Les gens devaient être testés par PCR pour savoir s'ils avaient le VIH. Kary Mullis, l'inventeur de la technologie PCR, était scandalisé, car il savait que le test ne pouvait pas être utilisé pour diagnostiquer une quelconque infection.

Il s'est prononcé publiquement contre l'utilisation de la PCR pour diagnostiquer l'infection par le VIH, et il s'en est pris à Fauci, personnellement, pour avoir insisté sur son utilisation. Il a répété à plusieurs reprises qu'il était impossible d'utiliser les tests PCR pour diagnostiquer une infection clinique par des virus. Par coïncidence, Mullis est décédé en août 2019, quelques mois seulement avant l'apparition du COVID-19.

Dans une interview des années 1980, Mullis a déclaré :

"[Fauci] ne sait vraiment rien sur rien, et je le lui dirais en face. Il pense que l'on peut prendre un échantillon de sang et le mettre dans un microscope électronique, et que si un virus s'y trouve, on le saura.

"Il ne comprend ni la microscopie électronique ni la médecine, et il ne devrait pas être dans une position comme celle qu'il occupe."

Quelle est la véritable cause du sida ?

La découverte du VIH, le virus de l'immunodéficience humaine, qui serait à l'origine du syndrome d'immunodéficience acquise ou sida, est une histoire tumultueuse. Le virus a été initialement découvert par le Dr Luc Montagnier, mais le Dr Robert Gallo s'en est attribué le mérite.

Après une lutte acharnée, la découverte a finalement été attribuée aux deux. Cependant, alors que Gallo et Fauci insistaient sur le fait que le virus lui-même était la seule cause du sida, Montagnier pensait que d'autres co-infections étaient nécessaires pour que le sida se développe.

Le film montre comment Fauci a manipulé la science pour expliquer l'anomalie des patients atteints du SIDA dont le test de dépistage du VIH était négatif. Ils présentaient tous les symptômes du SIDA, mais aucune infection par le VIH. Fauci a résolu le problème en renommant simplement les cas séronégatifs en "lymphocytopénie CD4+ idiopathique".

L'histoire d'amour de Fauci avec les médicaments toxiques

En analysant le rôle de Fauci dans les épidémies de SIDA et de COVID-19, il apparaît clairement qu'il a un mode d'emploi et qu'il n'est pas assez créatif pour s'en écarter, même légèrement. Il a également un penchant pour les médicaments excessivement toxiques et mortels, insistant sur leur utilisation après que la recherche ait établi leur létalité.

Dans les années 1980 et 1990, son médicament de choix pour le SIDA était l'AZT, un médicament anticancéreux raté et extrêmement toxique. Malgré cela, Fauci recommandait que les patients séropositifs se voient proposer ce médicament, même s'ils étaient en bonne santé et asymptomatiques. Nombre d'entre eux sont morts des effets secondaires en l'espace d'un an ou deux.

Dans le même temps, Fauci a bloqué l'utilisation d'autres traitements très prometteurs, comme l'hyperthermie, les gouttes de vitamine C et le traitement à l'ozone, laissant les patients sans autre alternative que l'AZT.

La même chose s'est produite pendant le COVID-19. Fauci s'est fait le champion du remdesivir, un traitement anti-Ebola qui a échoué et dont la létalité est élevée, en s'assurant qu'il soit sélectionné comme seul "traitement standard" pour COVID-19, alors que toutes les autres options étaient rejetées, vilipendées et/ou interdites d'utilisation.

Il s'agissait notamment de médicaments facilement disponibles, hors brevet et peu coûteux, comme l'hydroxychloroquine et l'ivermectine, mais aussi de produits comme la vitamine D.

Dans le film, Kennedy dit :

"Mon oncle et Terry Burn ont passé beaucoup de temps avec Fauci pour essayer de le persuader de mettre en place une voie parallèle. Leur proposition consistait à créer un système d'approbation parallèle qui permettrait aux médecins communautaires spécialisés dans le Sida de mener des études cliniques sur des médicaments disponibles dans le commerce que ni les laboratoires pharmaceutiques ni le NIAID ne voulaient tester.

"L'AZT était à l'époque le médicament le plus cher de l'histoire. Il coûtait 10 000 dollars pour un an de traitement, et pour que ce médicament fonctionne, Fauci devait s'assurer qu'il n'y avait pas de concurrents sur le marché.

"Une partie de la stratégie du NIAID, d'Anthony Fauci et de ses partenaires de Burroughs Wellcome consistait à s'assurer que ces médicaments n'obtiennent pas l'approbation de la FDA [Food and Drug Administration], car cela aurait tué l'AZT."

Le film explique ensuite comment l'AZT a modifié à jamais le système d'approbation des médicaments de la FDA, qui avait auparavant insisté sur la vérification à long terme de la sécurité et de l'efficacité. La plupart des médicaments devaient être étudiés pendant 10 ans avant que la FDA n'envisage de les approuver. Cela a pris fin avec l'AZT.

Aucune étude animale à long terme n'a jamais été réalisée sur le médicament, et Fauci a déclaré que l'essai de l'AZT sur l'homme était un succès et l'a arrêté après seulement quatre mois. Comme on pouvait s'y attendre, ce délai était loin d'être suffisant pour détecter les effets secondaires. La FDA a donné son feu vert et Fauci a fait taire tous les experts dissidents.

La torture non éthique d'enfants par Fauci

À la fin des années 1980, Fauci a également aidé les entreprises pharmaceutiques à avoir accès à des enfants orphelins et à des enfants placés dans des foyers d'accueil dans sept États. Des enfants, y compris des nourrissons, dont beaucoup ont été jugés séropositifs par PCR, mais aussi des enfants qui ne l'étaient pas, ont été utilisés comme cobayes pour des médicaments expérimentaux contre le VIH et le SIDA.

Fauci, en collaboration avec des sociétés pharmaceutiques, a parrainé ces expériences effroyables et contraires à l'éthique. Comme l'explique Mary Holland, présidente de Children's Health Defense, si les enfants refusaient d'avaler les médicaments par la bouche, on leur introduisait une sonde gastrique et on les leur faisait ingérer de force.

Beaucoup de ces enfants sont morts. Une tombe à New York contient au moins 80 enfants - tous des enfants de couleur. Et, alors que les lois ont clairement été violées, aucune sanction n'a jamais été infligée.

Fauci et les compagnies pharmaceutiques considéraient clairement ces enfants comme jetables, car ils les traitaient comme tels. Des expériences médicales étaient également menées sur des enfants handicapés mentaux vivant dans des institutions publiques pour handicapés intellectuels.

La loi nationale de 1986 sur les préjudices causés par les vaccins à l'enfance

En 1986, le président Ronald Reagan a promulgué le National Childhood Vaccine Injury Act, qui a créé un programme d'indemnisation des enfants blessés par des vaccins.

Alors que l'intention était de rendre les vaccins plus sûrs, la loi a eu l'effet inverse, car elle a également accordé une protection générale de la responsabilité aux fabricants de vaccins. Libres de toute responsabilité, les fabricants de vaccins sont devenus de plus en plus imprudents dans le développement de leurs produits.

La sécurité ne doit pas être une préoccupation majeure, car il n'y a pas de sanction pour la création et la vente d'un produit dangereux. Les vaccins COVID-19 n'en sont que le dernier exemple le plus flagrant.

L'arrivée de Bill Gates

Le film détaille également le partenariat de Fauci avec Bill Gates. Comme le souligne Kennedy, l'idée derrière les vaccins n'est pas d'apporter une solution mais de créer une industrie permanente. Gates a passé plus de deux décennies à construire un marché des vaccins, et il souhaite clairement monopoliser l'industrie, tout comme il l'a fait avec Microsoft.

Comme le fait remarquer le Dr Robert Malone dans le film :

"Ce qu'il a fait, c'est prendre la boîte à outils qu'il a développée dans la cocotte-minute de la concurrence dans le secteur des technologies de l'information et appliquer ces mêmes pratiques à la santé publique.

Il a monopolisé la santé publique par le biais de ses "dons philanthropiques", qui ne sont pas vraiment des dons philanthropiques. Il s'agit plutôt d'un écran derrière lequel il a fait d'autres investissements stratégiques qui ont produit un retour financier massif."

Gates a admis publiquement que les vaccins étaient l'investissement le plus rentable qu'il ait jamais fait, avec un rendement de 20 pour 1. En 2000, Fauci a rencontré Gates, qui lui a demandé de s'associer aux NIH dans le cadre d'un accord visant à vacciner l'ensemble de la population mondiale avec une batterie de nouveaux vaccins.

En 2009, cet accord a été rebaptisé "Décennie des vaccins", l'objectif étant de rendre obligatoire la vaccination de tous les adultes et enfants de la planète d'ici à 2020 - l'année même où le COVID-19 s'est répandu dans le monde. Les mandats mondiaux de vaccination ont été mis en place l'année suivante, avec seulement un an de retard.

La recherche sur les gains de fonction sous la surveillance de Fauci

Fauci est responsable d'un budget annuel d'environ 6,1 milliards de dollars. Il reçoit 1,6 milliard de dollars supplémentaires de l'armée pour effectuer des recherches sur les armes biologiques, d'où provient 68 % de son salaire annuel de 437 000 dollars. (Fauci est l'employé fédéral le mieux payé des États-Unis. Le deuxième plus haut salaire est celui du président des États-Unis, avec 400 000 dollars par an).

Bien que la recherche sur le gain de fonction n'ait jamais fourni une seule avancée scientifique ou médicale qui nous ait aidés à répondre à une pandémie, Fauci a continué à la mener parce qu'elle était essentielle à la fois pour son salaire et pour le flux de financement du NIAID.

L'essentiel du financement du NIAID devait servir à étudier la santé des Américains et à l'améliorer, à éliminer les maladies infectieuses allergiques et les maladies auto-immunes. Au lieu de cela, sous la surveillance de Fauci, l'épidémie de maladies chroniques a explosé.

Et ce, malgré le fait qu'entre Fauci, Gates et le Wellcome Trust britannique, ils contrôlent 63 % de la recherche biomédicale mondiale grâce à leurs financements. Au cours de sa carrière, Fauci a distribué à lui seul plus de 930 milliards de dollars de subventions de recherche par le biais du NIAID.

On pourrait dire qu'ils contrôlent tout, en réalité, car ils ont également la capacité de tarir le financement des projets qu'ils ne veulent pas voir réalisés.

Fauci, durant toutes ses années au NIAID, a permis aux taux de maladies chroniques de monter en flèche. Il a fait moins que rien pour la santé publique. Au contraire, comme l'expliquent le livre et le film de Kennedy, son agence a été transformée en incubateur pour l'industrie pharmaceutique. Comme le note Kennedy, Fauci "a été l'architecte de la capture d'une agence au sein d'une agence de santé publique".

COVID - Le point culminant de l'entreprise criminelle de Fauci

Quant à la pandémie COVID-19, Kennedy l'assimile à l'aboutissement de la carrière de Fauci. Il raconte comment Fauci a été un personnage clé dans la planification des pandémies - non pas comment en prévenir une, mais comment la créer, car la mortalité due aux maladies infectieuses avait tellement chuté que les maladies infectieuses devenaient de moins en moins prioritaires.

Jusqu'à présent, toutes les pandémies qui ont été mises en scène se sont révélées être une fraude totale, et on peut en dire autant de COVID-19. Pendant tout ce temps, des milliards de dollars ont été dépensés en vaccins.

En octobre 2019, la Fondation Gates a coparrainé l'événement 201, une simulation sur table de ce qui allait devenir l'épidémie de COVID-19 à peine six semaines plus tard.

Parmi les autres sponsors figuraient le Forum Économique Mondial et la Johns Hopkins School for Security, qui est financée par le NIAID. Parmi les participants figurait Avril Haines, ancienne directrice adjointe de la CIA.

Comme l'a noté Kennedy :

"Pourquoi la CIA accueille-t-elle une simulation sur la santé publique ? La CIA n'est pas une agence de santé publique. C'est une agence de renseignement, elle ne s'occupe pas de santé publique".

Les participants ont discuté de nombreuses choses, notamment de la manière de faire taire les anti-vaxx et de combattre la désinformation sur le virus. Ce dont ils n'ont pas discuté, c'est de la manière de traiter réellement l'infection et de sauver des vies ; de la manière de corroborer avec les médecins sur le terrain pour déterminer les meilleurs plans d'action.

Le fait que l'exercice ne visait pas à préserver la santé publique est également apparu dans les commentaires d'un participant, qui a suggéré qu'ils devaient être sur le "pied de guerre". Le film explique ensuite comment la pandémie COVID-19 a suivi le scénario de l'événement 201 et comment elle a été utilisée pour priver le public de ses droits et libertés constitutionnels.

Un mépris flagrant pour la vie humaine

Le film montre comment les traitements efficaces contre le COVID-19 ont été ignorés, supprimés et dénigrés au profit du remdesivir toxique, et comment les médecins ont été (et sont toujours) punis pour avoir traité et sauvé leurs patients. Comme l'explique le Dr Paul Marik dans le film, il y a une motivation très claire derrière la suppression des traitements efficaces.

L'autorisation d'utilisation d'urgence (EUA) ne peut être accordée aux médicaments et aux vaccins que si aucune alternative viable n'est disponible. Si l'hydroxychloroquine ou l'ivermectine avaient été acceptées comme des traitements viables, ni le remdesivir ni les vaccins COVID-19, qui représentent tous deux des milliards de dollars, n'auraient pu bénéficier de cette autorisation.

Ainsi, pour parler franchement, le gouvernement américain et les entreprises pharmaceutiques ont fait passer les profits avant la vie humaine, et les médias ont suivi le mouvement, couvrant les grandes entreprises pharmaceutiques au lieu de rendre compte de la réalité.

Des dissimulations criminelles

Le documentaire passe également en revue la manière dont l'origine du SRAS-CoV-2 a été dissimulée et le rôle central joué par Fauci dans cette affaire.

Lui et d'autres bailleurs de fonds de la recherche sur le gain de fonction des coronavirus à l'Institut de virologie de Wuhan - le Dr Francis Collins, directeur du NIH, et Jeremy Farrar, directeur du Wellcome Trust - étaient tellement paranoïaques à l'idée que l'origine du SRAS-CoV-2 puisse être retracée dans ce laboratoire qu'ils utilisaient des téléphones jetables pour communiquer entre eux dans les premiers jours de la pandémie.

Big Tech a également joué un rôle clé, couvrant Fauci et faisant le sale boulot pour lui. Les preuves montrent que les plateformes de médias sociaux se sont entendues avec le gouvernement pour censurer en son nom, ce qui est totalement illégal et constitue une violation flagrante de la Constitution des États-Unis.

Fauci lui-même a également tiré les ficelles lorsque cela était nécessaire. Comme indiqué dans le film :

"Fauci a collaboré avec Mark Zuckerberg. Il y avait des e-mails entre eux, et c'est un conflit total parce que Facebook est investi dans les vaccins. Google est investi dans les vaccins. Ils ont un conflit d'intérêts. Microsoft fabrique les passeports pour les vaccins.

"Et pourtant, le Dr Fauci - qui n'est pas censé coordonner la politique de santé avec des parties prenantes à but lucratif qui ont un conflit d'intérêts - prenait des contributions et alignait apparemment son message sur ce que ces entreprises technologiques voulaient voir se produire."

Une vague de mort

Le film se termine en passant en revue les effets dévastateurs observés dans le monde entier suite à ces tirs expérimentaux d'ARNm COVID-19 mal testés. Alors que les scientifiques travaillent depuis longtemps sur la technologie ARNm, ils n'ont jamais réussi à la faire fonctionner, du moins pas en toute sécurité. Lorsqu'elle est efficace, elle est aussi trop toxique.

Mais Gates, Big Pharma et les agences sanitaires américaines y sont trop profondément investis. Ils considèrent qu'il s'agit d'un concept révolutionnaire, et ils ne sont pas prêts à l'abandonner. Et si l'on en croit le nombre impressionnant de décès déjà enregistrés, le nombre de personnes qui mourront au cours du processus de perfectionnement ne semble pas avoir d'importance. Mon conseil ? Ne laissez pas cela être vous.

Publié à l'origine sur la page Substack du Dr Mercola.

Traduit de l'américain par Rouge et Blanc avec DeepL

Source: https://childrenshealthdefense.org/defender/watch-free-the-real-anthony-fauci-movie-cola/?utm_source=salsa&eType=EmailBlastContent&eId=8e4cbf64-1dbb-43ea-9f99-4e9bcc0d4651

Visionnez ici le film "The Real Anthony Fauci":

https://childrenshealthdefense.org/defender/the-real-anthony-fauci-documentary-trailer-rfk-jr-bestselling-book/

Lisez ici les articles du Dr Mercola:

https://www.globalresearch.ca/author/dr-mercola

Dr Joseph Mercola: "The Real Anthony Fauci" par Robert F. Kennedy Jr. / Children's Health Defense
Dr Joseph Mercola: "The Real Anthony Fauci" par Robert F. Kennedy Jr. / Children's Health Defense

« C’est aux NON-vaccinés qu’il appartiendra de défendre l’Humanité Toutes les études ont montré que ces vaccins ne protègent pas de la transmission contrairement à ce qui avait été annoncé… »

Professeur Luc Montagnier

Lire la suite