Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

arche russe

Sergey Pisarev. "Idéologie. De Dieu ou du diable ? »

5 Juin 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Sergey Pisarev, #Arche russe, #Club d'Izborsk (Russie), #Philosophie, #Politique, #Religion, #Russie

Sergey Pisarev. "Idéologie. De Dieu ou du diable ? »
Sergey Pisarev. "Idéologie. De Dieu ou du diable ? »

Sergey Pisarev. "Idéologie. De Dieu ou du diable ? »

 

https://rnk-concept.ru/73560

 

 

4 Jun, 2021 -

 

 

De quel type d'idéologie la Russie moderne a-t-elle besoin ? Est-il possible d'adopter une doctrine qui absorbe le meilleur de tous les ...ismes, tout en étant libre de leurs défauts ? Quelles sont les valeurs qui conviennent le mieux à la mentalité russe, et celles qu'il vaut mieux abandonner ?

 

Ces questions et d'autres trouvent une réponse dans un entretien exclusif avec Sergei Pisarev, président du Fonds des entrepreneurs russes, auteur du concept "Russie - Arche de Noé" (RNA).

 

 

- Sergey Vladimirovich, je voudrais m'adresser à vous en tant que l'un des principaux organisateurs et sponsors de la rédaction de la fameuse "Doctrine russe", ainsi que l'auteur du concept de RNC. Le débat sur la nécessité d'adopter une ligne de conduite idéologique en Russie s'est récemment développé avec une vigueur renouvelée. Pourquoi ?

 

- La demande d'une nouvelle idéologie d'État est devenue encore plus pressante après les changements apportés à la Constitution russe. Les thèses patriotiques sont de plus en plus fréquemment entendues dans les discours d'éminents experts et politiciens.

 

Cependant, l'article 13 de la Constitution russe actualisée n'a pas changé ; il déclare toujours qu'aucune idéologie ne domine en Russie. Cette affirmation est quelque peu trompeuse. Il n'existe pas d'État sans idéologie. Après l'effondrement de l'URSS, l'idéologie occidentale et néolibérale est devenue dominante en Russie. Les "valeurs européennes" se sont infiltrées dans tous les pores de la société depuis 30 ans, du niveau domestique aux médias de masse. Dans le domaine de l'économie, le cap libéral est également resté inchangé pendant toutes ces années. Il est difficile pour les opposants à l'idéologie qui domine aujourd'hui dans la Fédération de Russie de lutter contre elle, notamment parce que, formellement, elle n'a pas ce statut. Mais en fait, il s'agit maintenant de le remplacer et de passer à une idéologie qui sera acceptable non seulement pour l'"élite" mais aussi pour la majorité de la population et la Russie dans son ensemble.

 

La Russie est incroyablement riche, mais avec une répartition des revenus aussi manifestement injuste, même elle présente déjà des lacunes notables. Un exemple simple : la collecte d'argent à la télévision pour le traitement des enfants russes mourants, et ce dans le contexte des dépenses de plusieurs milliards de dollars du "Russe Abramovitch" pour des clubs de football étrangers, des palaces et des yachts. En parlant des milliards "gagnés" par la plupart de nos oligarques. Roman Abramovitch, en raison de sa proximité avec la famille Eltsine, a privatisé Sibneft de l'État pour 100,3 millions de dollars et l'a ensuite revendu à l'État représenté par Gazprom pour 13,1 milliards de dollars. Mais il y a des gens qui, pour une raison quelconque, pensent que nos oligarques russes ont réussi grâce à leur incroyable intellect et leur incroyable capacité de travail ! Bien que de telles personnes existent certainement. Selon les calculs du Financial Times, la valeur nette des milliardaires russes représente 35 % du PIB du pays dans lequel ils vivent, avec une augmentation de 10 p.p. pendant l'année de crise de 2020. Sur 30 années de marché, plus de 2 000 milliards de dollars ont été retirés du pays, selon diverses estimations. Ces fonds auraient pu être utilisés pour construire environ 500 ( !!!) ponts de Crimée.

 

Dans son dernier discours devant l'Assemblée fédérale, le président Poutine a même dû parler ouvertement et directement de la nécessité de laisser les bénéfices à l'intérieur du pays au lieu de les transférer "hors du pays". Cependant, l'écrasante partie du pouvoir exécutif et législatif suprême de la Russie et sa strate spirituelle et culturelle semblent se satisfaire de cette situation. Peut-être avant une autre "révolution" avec expropriation ?

 

La passion infinie des "élites" pour la gloire, le pouvoir et l'argent nuit non seulement à la société et à l'État, mais aussi à elles-mêmes. Satisfaction de l'ego, mariages, divorces et scandales à n'en plus finir, médiatisés, souci permanent de croissance et de protection de la "richesse gagnée" contre les "maudits concurrents" et les détenteurs du pouvoir des deux côtés de la frontière. Tout cela émascule et épuise l'âme humaine, la prive d'harmonie et d'équilibre. Richesse excessive et vie de famille heureuse font rarement bon ménage sous un même toit. Les exceptions ne font que confirmer la règle générale.

 

En fait, la Bible, le principal document idéologique de l'humanité, dit, il y a deux mille ans, qu'il est presque impossible pour une personne riche d'accéder au Paradis. Ainsi, changer les priorités du "matériel" au "spirituel" profiterait non seulement aux "gens du peuple" et à l'État, mais aussi à ceux qui, de toute façon temporairement, se trouvent au "sommet de la chaîne alimentaire". Mikhaïl Zhvanetsky avait raison : "Il faut que quelque chose change dans l'université" (c'est-à-dire dans les têtes).

 

- Dans les pays développés, c'est l'idéologie libérale qui a largement assuré un développement dynamique et un niveau de bien-être impressionnant et qui a permis à ces pays de se hisser au premier rang mondial. Quels sont, selon vous, les défauts fondamentaux de cette doctrine ?

 

- L'idéologie libérale a joué son rôle lors de la formation du capitalisme. Mais aujourd'hui, son potentiel est épuisé et il devient de plus en plus souvent un frein au développement de la société. En outre, il s'agit de savoir ce qui a eu le plus d'influence sur le bien-être de la société occidentale : la "démocratie" ou l'exploitation des esclaves et le pillage des colonies.

 

Aujourd'hui, par exemple, une idée "fraîche" devient populaire parmi les "élites" : la population de la Terre augmente trop rapidement et les ressources de la planète ne suffisent pas pour tous - nous devrions réfléchir à des mesures pour réduire la population humaine.

 

La consommation effrénée dans les pays du "milliard d'or" (et pas seulement eux), est devenue un culte et le sens de la vie. Il oblige à "mettre à niveau" les smartphones, les voitures, les vêtements, etc., non pas parce qu'ils ne sont plus fonctionnels, mais parce qu'il existe un "nouveau modèle". L'ancien n'est pas prestigieux. Une énorme quantité de nourriture est inutilisée, gâchée et jetée, alors que dans les pays pauvres, des gens meurent de faim. Il est compréhensible qu'avec cette approche, "les ressources sont rares".

 

En outre, les pays du "milliard d'or" consomment plusieurs fois plus qu'ils ne produisent.

 

Le penchant pour les valeurs matérielles n'a pas non plus amélioré la situation d'une personne. Par exemple, dans le passé, la sodomie était considérée comme un péché mortel, une perversion, une déviation morbide de la norme. Aujourd'hui, dans la société occidentale, elle n'est pas seulement légalisée, mais est devenue une "norme de vie" que l'on impose à ceux qui nous entourent. La légalisation de la pédophilie et de l'euthanasie s'insinue. Dans le même temps, l'institution du mariage est détruite, les relations familiales sont considérées d'un point de vue purement utilitaire et les familles sans enfants sont en vogue. Et que dire de la principale admonition de Dieu à l'homme : "Soyez féconds et multipliez" ? La Bible dit encore, en décrivant le sort de Sodome et Gomorrhe, à quoi cela mènera.

 

La mode masculine du roi LGBT d'Amérique. Capture d'écran de la vidéo.

La mode masculine du roi LGBT d'Amérique. Capture d'écran de la vidéo.

 

- La doctrine communiste, dont les idéaux humanistes étaient les valeurs les plus élevées, était libérée de la course à la consommation et du culte du plaisir...

 

- Je suis d'accord, l'idéologie communiste de l'Union soviétique, malgré ses défauts, offrait une réelle alternative à la consommation effrénée. La richesse matérielle - exactement autant que le minimum nécessaire, et le matérialisme était condamné. L'idéologie communiste a prouvé à bien des égards sa vitalité ; le socialisme est réellement devenu un nouveau type de société.

 

C'est cette rationalité, l'approche rationnelle de la consommation, qui a constitué le principal danger mortel pour le libéralisme occidental, qui s'est employé à discréditer le socialisme et l'a combattu, avant tout, pour cette raison. En fin de compte, ce ne sont pas l'agression militaire et la course aux armements qui ont détruit l'URSS, mais un déplacement des priorités de valeur des citoyens de l'URSS du "spirituel" au "matériel".

 

En fait, pour cette raison, un Chinois qui aspire à la consommation n'est pas aussi dangereux pour l'Occident qu'un Soviétique idéologue en son temps.

 

À mon avis, l'un des principaux défauts de la doctrine communiste était la lutte contre Dieu, c'est-à-dire la négation de Dieu. Bien qu'en réalité, cette idéologie était un substitut du christianisme (comparez les 10 commandements de la Bible et les 10 commandements d'un communiste). Les plus grandes réalisations y sont liées, mais aussi les plus grands désastres du peuple. C'est pourquoi il n'a pu se maintenir en Russie que pendant 70 ans.

 

La monarchie en Russie a existé bien plus longtemps. Et comme le principal objectif de la monarchie était de "sauver les âmes de ses sujets", la principale raison de l'effondrement de l'Empire russe a été la propagation de l'athéisme dans toutes les couches de la société. Même la majorité des diplômés des séminaires en 1917 ne croyaient pas en Dieu, et il est clair qu'ils organisaient des services dans leurs paroisses de manière formelle. En conséquence, personne ne s'est levé pour défendre l'Église et les temples lorsque les "bolcheviks" ont commencé à les détruire en masse, et le Synode a même soutenu le renversement de l'empereur.

 

L'élite de l'Empire russe renonce à la foi orthodoxe. Pour moi, homme de foi, il est évident que c'est la cause de l'extermination ou de l'expulsion du pays de cette même élite. C'est une conséquence directe de la négation de Dieu (qui s'appelle : voir l'Ancien Testament !).

 

Pour la même raison que l'Union soviétique s'est effondrée - la perte de foi dans les idéaux du communisme a conduit au fait que personne ne le défendait. Et le pays s'est effondré du jour au lendemain sans aucune agression extérieure. Les anciens orthodoxes de 1917 ont trahi l'orthodoxie et sont allés détruire les églises, et les anciens communistes de 1991 ont renoncé au communisme et sont allés reconstruire ces églises. L'histoire a fait un cercle.

 

D'ailleurs, sous le socialisme, plusieurs générations de Soviétiques ne croyaient pas en Dieu. Où sont passées, après leur mort, plusieurs centaines de millions d'âmes immortelles de ces personnes ? Comment cela affecte-t-il le sort de leurs enfants et petits-enfants, c'est-à-dire vous et moi ? La question est rhétorique. Tous ces troubles qui accablent notre pays sont, à mon sens, une conséquence directe du refus de Dieu. Et cette accusation contre l'idéologie communiste n'est pas moins grave pour les croyants que la mort physique de millions de Russes qui ont péri dans les guerres civiles et les répressions.

 

Quant à la victoire vraiment sainte de l'URSS dans la Grande Guerre Patriotique. Depuis le discours essentiellement ecclésiastique de Staline au peuple : "Frères et sœurs !", l'ouverture des églises, l'autorisation des services divins, le retour des uniformes et des grades militaires d'avant la révolution, la création d'ordres de chefs militaires - des saints orthodoxes (Ushakov, Suvorov), jusqu'à des "coïncidences" historiques telles que la fin de la guerre le jour de Pâques 1945, le jour de la Saint Georges le Victorieux et l'acceptation de la capitulation de l'Allemagne par le commandant russe Zhukov portant le nom de Georgy. Le désir du peuple russe de revenir à ses fondements historiques et spirituels, de renoncer à la piété, bien que sous l'influence de circonstances terribles et seulement pour ce temps, n'est-il pas évident ? Mais il n'en reste pas moins que durant cette période historique difficile, une rébellion véhémente était interdite dans le pays. De toute évidence, ancien élève du séminaire religieux, Staline savait que tout ne dépend pas de l'homme.

 

- En Chine, le socialisme et le parti communiste fonctionnent toujours avec succès et affichent une réussite spectaculaire.

 

- En fait, dans la Chine moderne, il ne reste que l'enveloppe extérieure et la phraséologie du communisme et du socialisme, tout le reste est tout à fait oligarchique-capitaliste, avec toutes les méchancetés qui en découlent sans Dieu. Le socialisme n'est pas tant le "rôle de guide du parti communiste" que l'absence de capitalistes super-riches, de propriété privée des moyens de production et autres. Il n'y a rien de tout cela en Chine ? À propos, en ce qui concerne les garanties sociales, une certaine Suède "capitaliste" dépasse la Chine d'un ordre de grandeur. L'idéologie sans Dieu, que ce soit en Chine ou ailleurs, est toujours "du malin". Capitalisme d'État plutôt que socialisme ici, il me semble.

 

- Qu'est-ce donc que l'"idéologie" selon vous, de manière générale ?

 

- C'est un ensemble d'idées, de règles et de conventions mises ensemble qui promettent une vie bonne et heureuse pour la majorité. Quelqu'un propose le libéralisme, quelqu'un le socialisme, quelqu'un la monarchie ou d'autres ...ismes comme un tel ensemble. L'un des premiers ensembles de règles de ce type peut être considéré comme la Bible. Et le christianisme est l'une des doctrines et idéologies les plus viables et réalisables, grâce à laquelle notre civilisation a atteint le niveau de développement moderne.

 

En fait, de nombreux courants idéologiques ultérieurs peuvent être considérés comme des dérivés de la Bible, des sortes de substituts, adaptés à la perception, en tenant compte des caractéristiques nationales et temporelles locales (par exemple : "Moscou est la troisième Rome"). La Bible est difficile à comprendre et exige une compréhension profonde, alors que le "substitut" est plus simple. La plupart des gens sont à l'aise avec cette approche dans leur vie quotidienne. C'est probablement bien.

 

- Comment puis-je évaluer la "justesse" de telle ou telle idéologie ? À ses débuts, l'idée communiste semblait également très séduisante et promettait de résoudre tous les problèmes de l'humanité. Mais au final, elle a perdu la compétition avec d'autres mouvements.

 

- Il me semble que le critère principal est de savoir où mène toute idéologie : à Dieu ou au diable ?

 

Les idéologies et les mouvements de lutte contre Dieu gagnent souvent rapidement en popularité parce qu'ils font appel à l'orgueil (fascisme), aux désirs animaux les plus bas (LGBT), sont très simples ("prenez et divisez !"), ne demandent aucun effort de l'âme, et parfois même le nient. Il est plus facile de descendre de la montagne que de la gravir.

 

Un exemple simple : la sphère de la culture et de l'art peut servir à la création et au salut de l'âme, mais aussi à sa décadence et à sa souillure. De véritables chefs-d'œuvre, des "monuments à la hauteur de l'esprit" ont été créés dans cette sphère. Et dans le même temps, il existe des produits de mauvaise qualité dont le but principal est de divertir et d'enthousiasmer le public à tout prix, dans un but lucratif. La télévision, le divertissement, le théâtre et le cinéma regorgent de ce type de "produit", car il est plus facile à comprendre et à vendre.

 

Qu'est-ce que le "vrai art" et qu'est-ce qui ne l'est pas ? Le critère est très simple à mon avis : si une œuvre d'art fait réfléchir les gens, les rend meilleurs, plus purs, plus gentils, et les conduit à Dieu, alors c'est du "vrai art". Mais si une œuvre d'art n'a pas d'idéologie, qu'elle est vile et vulgaire, qu'elle provoque l'agression et conduit à la dégradation de la personnalité, alors c'est une route vers le diable et un art "non réel".

 

- De quel type d'idéologie la Russie a-t-elle besoin aujourd'hui ?

 

- L'idéologie du patriotisme éclairé, qui a absorbé tout le meilleur de ses prédécesseurs, et s'est affranchie de leurs défauts. Je parle du concept de "Russie - Arche de Noé" (ARN). Selon l'ARN, l'humanité est arrivée à un stade de son développement que l'on peut appeler le "déluge 2.0", suivi de l'apocalypse. La crise actuelle ne s'observe pas dans un seul domaine, mais littéralement dans tous les domaines, et cette crise est systémique et profonde. Une "tempête parfaite" se prépare. L'humanité peut périr pour plusieurs raisons à la fois, de l'armée à l'écologie. Si nous n'arrêtons pas aujourd'hui le glissement vers une catastrophe mondiale, demain il sera trop tard. Les ressources naturelles seront épuisées une fois pour toutes, il y aura une pénurie catastrophique d'eau et de nourriture ordinaires et des guerres pour les ressources. Les épidémies et l'apostasie, nous les avons déjà sous le programme complet.

 

Le RNC propose de conserver sur le territoire de la Russie tout ce que Dieu a créé, et seulement le meilleur de ce que l'homme a créé, car l'homme, étant un créateur, comme Dieu, ne crée toujours pas que du bon. En général, l'ARN est l'idéologie des "derniers temps", parlant de la manière de retarder l'apocalypse qui approche, dont les signes, nous semble-t-il, sont de plus en plus évidents. Autrefois, l'idéologie de "Moscou - la troisième Rome" était pertinente, aujourd'hui, elle l'est de plus en plus : "La Russie - l'arche de Noé de l'humanité".

 

- Comment les choses se passent-elles en Russie à cet égard ?

 

- Au cours des 20 dernières années, nous avons constaté une dissonance de plus en plus nette entre la politique étrangère et la politique intérieure de la Russie. Il n'y a pas de plaintes particulières concernant la politique étrangère, elle est pondérée, bien pensée, pragmatique et cohérente.

 

Mais à l'intérieur de la Russie, des problèmes aigus dans presque toutes les sphères - de l'idéologie et de l'économie à l'éducation et à la culture - s'accumulent et restent sans solution pendant des années. La majeure partie de notre "élite" considère la Russie comme une "société par actions fermée" avec "la direction (c'est elle) et les travailleurs ordinaires (c'est nous)". Face aux "pilleurs" extérieurs, la "direction" et les "travailleurs" présentent un front uni. À l'intérieur, cependant, il n'y a pas d'unité, notamment dans la distribution des biens matériels. Et les gens, pour ne pas dire plus, le ressentent vivement.

 

Le président russe Vladimir Poutine, s'adressant aux "partenaires occidentaux", a exprimé la thèse tant attendue selon laquelle l'idéologie libérale est dépassée. Mais elle est dépassée non seulement pour eux, mais aussi pour nous, chez nous, en Russie. Il est temps de donner naissance à une nouvelle idéologie qui correspond au moment historique et qui est urgente pour la société et l'État russes, et qui mène à Dieu. Et, il me semble qu'une telle idéologie est née. Le moment est venu...

 

 

 

Préparé par Valeri Borisov

 

Spécialement pour le RNC

 

 

P.S. Il existe plusieurs ouvrages contenant des propositions sur la construction d'une nouvelle arche de civilisation dans les principales sphères de la vie économique, politique, sociale, familiale et morale.

 

Parmi elles, la doctrine "Russie - Arche de Noé" dont les principes de base sont élaborés en 2008.

 

Sur sa base, un projet élargi de ce concept "Russie - Arche de Noé de l'humanité" édité par Yuri Gromyko et Yuri Krupnov, publié en décembre 2019.

 

Le travail du Club d'Izborsk "Arche russe", publié au printemps 2020, édité par Vitaly Averyanov.

 

Version française ici: https://pocombelles.over-blog.com/2021/03/arche-russe-strategie-alternative-pour-le-developpement-mondial.html

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc avec DeepL.

Lire la suite

Pierre-Olivier Combelles : "L'idéologie russe frappe -t-elle à la porte de l'Europe ?" Entretien avec la revue "Régions de Russie" (mars 2021)

13 Avril 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Arche russe, #Philosophie, #Politique, #Russie, #France, #Europe

Pierre-Olivier Combelles : "L'idéologie russe frappe -t-elle à la porte de l'Europe ?" Entretien avec la revue "Régions de Russie" (mars 2021)

L'idéologie russe frappe -t-elle à la porte de l'Europe ?

2 avr, 2021 -

Journal Régions de Russie mars 2021.

Le chercheur français Pierre-Olivier Combelles parle du concept idéologique russe moderne qui peut aider l'ensemble de l'humanité.

L'idée que la Russie est l'Arche de Noé de l'humanité attire chaque année de plus en plus de personnes, y compris à l'étranger. L'un des promoteurs de l'idée de l'ARN en France est le naturaliste et ethnographe Pierre-Olivier Combelles. Dans une interview accordée à Régions de Russie, il a expliqué pourquoi il est attiré par ce concept, d'où vient son amour pour la Russie et ce qui arrive à l'Europe aujourd'hui. 

- Olivier, qu'est-ce qui vous a initialement attiré en Russie ? D'où est venu votre intérêt pour sa culture, sa politique et sa nature ?

Je suis né à Versailles en 1955 mais j'ai passé la moitié de ma vie à l'étranger, aux Amériques. Pour mieux comprendre le monde et les pays où j'ai voyagé, je me suis intéressé à la politique internationale et, comme j'ai reçu une formation littéraire classique, j'ai toujours été très critique à l'égard des médias, en particulier des grands médias, en privilégiant les livres. Je ne connais pas le russe, mais depuis ma jeunesse, j'étais un fervent admirateur de Tolstoï et des explorateurs russes de la Sibérie orientale, Arsenyev et Baikov. Cela a largement façonné mon attitude à l'égard de la Russie.

Par ailleurs, en tant que spécialiste de la taïga du Labrador, au Canada, j'ai étudié le monde de la taïga russe et des pays nordiques. Depuis ma jeunesse, je suis fasciné par les civilisations asiatiques (Chine, Corée, Japon) ainsi que par les civilisations précolombiennes de l'Amérique et du Pacifique, qui sont beaucoup plus ancrées dans des traditions séculaires que la civilisation occidentale. Ils n'ont pas de mythe du "progrès" ni de frontières artificielles entre la religion, la philosophie et l'art comme en Europe. La façon "eurasienne" de voir la vie est donc naturelle pour moi.

La France et la Russie ont beaucoup en commun : toutes deux ont connu des révolutions et des bouleversements sanglants. Je n'ai jamais été impressionné par Napoléon, mais j'admire Vladimir Poutine pour avoir redonné à la Russie sa grandeur. J'espère qu'un jour mon pays - la France, le royaume des lys - fleurira lui aussi.

- Comment avez-vous découvert le Club d'Izborsk et le concept de Russie - Arche de Noé (RNC) ?

Fin 2019, grâce à Deepl, un très bon programme allemand de traduction Internet, j'ai pu faire des recherches directement sur Internet en russe et j'ai trouvé des publications du Club d'Izborsk. Sur le site du club, j'ai rencontré une étonnante pléiade de personnalités russes contemporaines : philosophes, économistes, écrivains, artistes, géopoliticiens, entrepreneurs, qui ont exprimé leurs idées originales et critiques sur leur pays et le monde.

"Bloqué" à cause du covid tout au long de l'année 2021, j'ai traduit en français et publié sur mon blog ("Le Rouge et le Blanc" https://pocombelles.over-blog.com) presque chaque jour les articles du Club d'Izborsk qui me semblaient les plus importants et les plus intéressants. Et un projet brillant et unique s'est avéré être l'un d'entre eux : "l'Arche russe".

- Que pensez-vous du projet "Russie - Arche de Noé" ? Peut-il être intéressant non seulement pour la Russie ?

Une constellation brille dans la galaxie des auteurs et des articles du Club Izborsk : le concept de "Russie - Arche de Noé" élaboré en 2008 par Sergey Pisarev d'Ekaterinburg - l'endroit au milieu de l'Oural où l'Asie se sépare de l'Europe.

Je connaissais la "4e théorie politique" d'Alexandre Douguine, mais je ne m'attendais pas à trouver un programme qui non seulement décrit les maux profonds qui frappent la Russie et l'humanité tout entière, mais propose également des orientations et des moyens concrets pour les résoudre. En Occident, que ce soit en Europe ou en Amérique du Nord, il existe de nombreuses analyses claires du mondialisme et du libéralisme, mais il n'y a pas de programme alternatif réel et cohérent. Le capitalisme, le communisme, le socialisme, le nationalisme sont tous obsolètes.

Depuis longtemps, je constate que les problèmes sont presque les mêmes partout : politiques libérales, uniformisation des modes de vie, urbanisation généralisée, pollution générale et dégradation de l'environnement, destruction des forêts et de la faune.

En tant que plus grand pays du monde, la Russie est composée de nombreux territoires et peuples différents. C'est un empire où, par définition, tous les peuples doivent coexister en paix, où les religions et les traditions sont respectées. La Russie est comme un "méga-microcosme" du monde. Elle appartient à la fois à l'Europe et à l'Asie, hérite des traditions chrétiennes et helléniques, s'enrichit d'importantes composantes islamiques, bouddhistes, juives et animistes, et est entourée de pays de très ancienne et haute culture. Comment la Russie ne pourrait-elle pas assumer le rôle d'arbitre de la justice dans de telles conditions ? Comme le disait Charles De Gaulle : "Un Russe ne peut pas se sentir heureux si une injustice se produit quelque part".

Touchant toutes les sphères de la vie économique, sociale et politique, intégrant le meilleur des périodes tsariste, soviétique et moderne de la Russie, le concept de "RNA" m'a immédiatement semblé être une réponse à la situation apocalyptique dont l'épisode dramatique était 2020. Contrairement au terrorisme mondialiste qui nous divise à des fins de domination et à la pratique de la guerre des contraires, "RNA" recherche la complémentarité et l'harmonie des différences, comme dans l'image du "Yin et du Yang". Cette approche respecte à la fois la nature et la loi divine. Et l'arche elle-même est un symbole de l'alliance avec Dieu. C'est pourquoi elle a une vocation universelle. Avant tout, il s'agit d'apporter aux gens ce dont ils ont le plus besoin dans la vie : l'espoir d'un avenir bon et brillant pour leurs enfants.

- Selon vous, qu'arrive-t-il à l'Europe chrétienne aujourd'hui ?

Depuis le traité de Nuremberg et surtout depuis la création de l'UE, l'Europe atlantique est devenue un laboratoire de gouvernement mondial. Elle n'a rien à voir avec l'Europe authentique et historique créée au fil des siècles par ses dirigeants légitimes et ses peuples.

Il existe aujourd'hui une synergie totalitaire entre la politique mondialiste, les gouvernements nationaux, les parlements, les médias internationaux et nationaux détenus par l'hyperclasse financière. Les citoyens sont de plus en plus conscients des enjeux ; ils voient qu'ils ne vivent plus sous une démocratie, mais sous une dictature du marché et de la police qui leur impose sa loi. Et les gens veulent l'alternative qu'Izborsk peut leur offrir. Il s'agit d'une analyse critique de ce qui se passe en Russie et dans le reste du monde. Il n'est pas du goût de tout le monde. Par conséquent, comme je publie des articles d'Izborsk sur mon blog, ils sont tous désindexés sur Google et censurés.

Ainsi, les peuples européens sont aujourd'hui soumis à une propagande qui leur est imposée. En effet, les structures traditionnelles de la société ont été largement détruites par l'athéisme, le matérialisme, le nihilisme et les migrations de masse, qui sont elles-mêmes le résultat du colonialisme.

- Quelle est votre opinion sur le récent discours de Vladimir Poutine à Davos ?

Pour moi, c'est un discours attrayant mais controversé. Le président de l'une des principales nations souveraines du monde l'a prononcé lors d'une session de forum en ligne à Davos, le célèbre forum du néolibéralisme dont le fondateur, Klaus Schwab, a publié un livre sur le programme mondialiste, "Le grand Reset".

Le président Poutine a déclaré que "l'individu ne doit pas être le moyen mais la fin de l'économie." Et il a également déclaré que les priorités sont la protection de la nature, l'habitat, le travail, la santé et l'éducation de toute la population, ce en quoi il a bien sûr raison. Les conséquences du covid et du soi-disant "Grand Redémarrage" sont évidemment à l'opposé de ces objectifs.

En même temps, je suis surpris que le président russe utilise en premier lieu les termes "pandémie", "changement climatique" et "croissance inclusive", qui sont les mantras du mondialisme. C'est peut-être parce que la Russie est un pays paradoxal où la politique est souveraine et l'économie encore libérale.

Dans une certaine mesure, le discours de Poutine est en accord avec le RNC. Et le rôle de l'Arche est de donner aux gens une vie décente et de les sauver du "Déluge 2.0" en élevant des capitaines - ceux qui gouvernent et les conduisent sur le chemin de la vie avec l'objectif : " amener les êtres humains en harmonie avec la Terre et le Ciel " et " ne rien faire qui contredise la loi de la nature " (Wu Wei, 无为).

(Traduit du russe)

Source : magazine "Régions de Russie" mars 2021 gosrf.ru

https://www.gosrf.ru/tag/mart-2021/

https://rnk-concept.ru/72598

https://zavtra.ru/blogs/rossijskaya_ideologiya_stuchitsya_v_evropu

https://izborsk-club.ru/20963

Pierre-Olivier Combelles : "L'idéologie russe frappe -t-elle à la porte de l'Europe ?" Entretien avec la revue "Régions de Russie" (mars 2021)
Lire la suite

Alexandre Douguine : La géopolitique de la Novorossia sept ans après (Club d'Izborsk, 9 avril 2021)

10 Avril 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Alexandre Douguine, #Arche russe, #Club d'Izborsk (Russie), #Guerre, #Europe, #Russie, #USA

Alexandre Douguine : La géopolitique de la Novorossia sept ans après  (Club d'Izborsk, 9 avril 2021)

Alexandre Douguine : La géopolitique de la Novorossia sept ans après

 

9 avril 2021

 

https://izborsk-club.ru/20918

 

 

En 2014, c'est-à-dire il y a 7 ans, la Russie a fait une énorme erreur de calcul. Poutine n'a pas utilisé la chance unique qui s'est présentée après Maidan, la prise de pouvoir de la junte à Kiev et la fuite de Ianoukovitch en Russie. Cohérent dans sa géopolitique, le Président n'a pas été fidèle à lui-même cette fois-ci. Je le dis sans aucune réjouissance, mais plutôt avec une profonde douleur et une rage sincère.

 

Cette occasion manquée a été appelée "Novorossiya", "printemps russe", "monde russe". Sa signification était la suivante :

 

- Ne pas reconnaître la junte de Kiev, qui avait pris le pouvoir lors d'un coup d'État violent et illégal,

 

- demander à Yanukovich de se lever pour restaurer l'ordre constitutionnel,

 

- soutien au soulèvement dans l'est de l'Ukraine,

 

- introduction de troupes à la demande du président légitime (modèle Assad),

 

- établir le contrôle sur la moitié du territoire ukrainien,

 

- mouvement sur Kiev.

 

Ici, on aurait pu s'arrêter et résumer le bilan avant de continuer, ou annoncer l'existence d'un autre pays.

 

Au lieu de cela, Moscou s'est contenté de la réunification avec la Crimée et d'une aide lente au Donbass. Dieu merci, ils n'ont pas du tout abandonné.

 

Le rejet d'un tel développement était motivé par un "plan astucieux". Sept ans plus tard, il est clair qu'il n'y avait, hélas, aucun "plan astucieux". Ceux qui l'ont préconisé étaient des scélérats et des lâches.

 

Puis Surkov se précipite au Donbass et le processus de Minsk commence. Mais le problème, bien sûr, ne réside pas dans Surkov, mais dans le fait que, sachant qui est Surkov et comment il opère, ils l'ont jeté là-dedans. C'était un signe : nous arrêtons et commençons un processus prolongé qui ne mène nulle part, parce que tout ce à quoi Surkov a participé était exactement cela : ne mener nulle part.

 

C'est alors, et précisément pour ma position sur la Novorossiya, que le Kremlin m'a envoyé en disgrâce. Qui dure jusqu'à aujourd'hui. En quittant la MSU, les listes d'arrêt sur les chaînes principales, où jusqu'alors j'étais invité chaque semaine*. Le mur du silence.

 

Dans cette situation - avant même la reconnaissance de la Crimée - j'ai fait une analyse structurelle très importante, l'exprimant sur les principales chaînes russes, dans de nombreuses publications, sur des blogs et des réseaux sociaux. Cela se résume à ce qui suit :

 

1. Si nous reconnaissons la Crimée, une cinquième colonne se lèvera, c'est-à-dire des agents étrangers purs et simples qui n'ont pas honte de travailler directement pour une force hostile à la Russie.

 

2. Si nous nous impliquons dans la création de la Novorossiya, une sixième colonne se lèvera - c'est-à-dire les libéraux au pouvoir, les oligarques et une partie importante, sinon la majorité, de l'élite russe qui, bien que formellement loyale au cours patriotique du président Poutine, est organiquement liée à l'Occident et immensément détestée par ce cours.

 

3. si la Novorossiya a lieu, la 5e puis la 6e colonne seront logiquement vaincues, le tournant russe et la construction d'un empire à part entière avec une idéologie contre-hégémonique commenceront. Il était clair pour moi qu'il fallait agir uniquement de cette manière.

 

Toutes les phases de suivi du déploiement des événements dramatiques en Ukraine et leur analyse géopolitique - de manière cohérente, étape par étape - j'ai décrit dans le livre "Ukraine. Ma guerre".

 

Le livre a failli être interdit.

 

La Crimée a été reconnue, alors qu'il semblait au départ qu'elle ne le serait peut-être pas. J'ai eu une dure altercation avec Solovyov à l'antenne à ce sujet. C'est un ultra maintenant. À ce moment-là, il était au moins hésitant, si ce n'est pire.

 

Le projet Novorossiya a été esquissé par Poutine lui-même, mais il a immédiatement été abandonné.

 

Ses paroles à l'antenne sur l'aide au monde russe n'avaient pas encore cessé, et la politique avait déjà changé dans la direction opposée. Les parties se sont arrêtées là et ont commencé à négocier. Sans Novorossiya. Elle n'a pas été trahie, mais elle n'a pas été sauvée non plus. Il a été reporté.

 

Cela signifie que la sixième colonne a alors gagné. La cinquième s'est encore rendue à des rassemblements sous les slogans "Poutine, rends la Crimée à Kiev !", et la sixième - clairement contre sa volonté - a reconnu le consensus de Crimée. Mais à la condition que Poutine s'arrête là. Malheureusement, c'est là qu'il s'est arrêté à ce moment-là.

 

C'est là que commence la vilaine histoire du "plan rusé". Le "plan astucieux" ne consistait qu'en une désescalade - et ce alors que la junte n'était absolument pas préparée à mener une quelconque guerre efficace, contrairement à ce que nous avons maintenant ! - Maintenir à tout prix les liens avec l'Occident. Il est clair que ce n'est pas Poutine qui est à l'origine de ce plan, mais Poutine l'a accepté.

 

Ça ne pouvait nous mener nulle part, ça ne nous a mené nulle part. Nous avons perdu 7 ans et nos adversaires en ont profité.

 

La seule chose qui a égayé cette période, ce sont les quatre années de Trump. Trump n'était pas un atlantiste convaincu, et a veillé à ne pas provoquer inutilement une escalade avec la Russie. Son intention était de se concentrer sur les questions intérieures américaines et de laisser le monde tranquille. En outre, il a défié le puissant lobby mondialiste en le définissant comme un "marécage". Cependant, nous n'en avons pas profité non plus. Une fois de plus, nous devons remercier la 6ème Colonne pour cela. En outre, des agents atlantistes directs envoyés par les États-Unis sous l'apparence de "gauchistes" ont diabolisé Trump et le trumpisme de toutes les manières possibles.

 

Les sanctions contre la Russie ont été imposées dans toute leur rigueur. Comme si nous avions libéré toute la Novorossia. Mais a faussement promis de les soulever. Ils n'ont pas été et ne seront pas supprimés. Ils en imposeront d’autres.

 

La Syrie a été une manœuvre géopolitique réussie et correcte, mais elle n'a en rien supprimé ou sauvé l'impasse ukrainienne. Une victoire tactique a été obtenue en Syrie. C'est bien. Mais pas aussi important qu'une transition vers un effort eurasien complet pour restaurer une puissance continentale. Et cela ne s'est pas produit. La Novorossiya était la clé.

 

Puisque la sixième colonne a effectivement gagné, la transformation spirituelle de la Russie n'a pas commencé. L'idéologie était mise de côté, les questions techniques étaient abordées, le contrôle des processus politiques était entre les mains des technocrates. Les significations ont été retirées de l'équation. La stagnation a commencé, où les divertissements primitifs et la corruption qui se développent rapidement à partir de l'ennui et de l'irrationalité ont pris le dessus. Et la Crimée restituée est devenue une partie du même paysage social russe lugubre - sans le Donbass, le printemps de Crimée s'est également avéré être un compromis. Mieux, bien sûr, que sous les libéraux nazis de Kiev, mais loin de ce qu'elle aurait dû être.

 

Et aujourd'hui, après l'arrivée brutale de Biden à la Maison Blanche, les choses sont revenues là où les partis s'étaient arrêtés en 2014.

 

Le format de Minsk n'a rien donné.

 

M. Surkov a disparu du processus, comme Satan dans l'Apocalypse - il était là, puis il a disparu, puis il réapparaît, puis il disparaît à nouveau. Mais cela n'a eu aucun effet sur quoi que ce soit.

 

Seule l'armée ukrainienne a pu, en 7 ans, se préparer, se rapprocher de l'adhésion à l'OTAN et élever une génération entière de russophobes radicaux.

 

Pendant tout ce temps, le Donbass a été dans un état de flottement. Oui, il y a eu de l'aide ; sans elle, il n'aurait tout simplement pas survécu. Mais pas plus que ça. Et l'épée de Damoclès était suspendue au-dessus d'elle - la menace que, selon certaines de ses propres conditions, Moscou rende les fières républiques rebelles à Kiev - c'est-à-dire aux mains de ses bourreaux.

 

Maintenant Washington est à un pas de donner le feu vert pour une attaque. Et nous n'avons pas le choix de répondre ou non. Une fois encore, comme il y a 7 ans, les mots que j'ai prononcés sur Canal 1, qui m'ont poussé à ne plus y apparaître, prennent tout leur sens :

 

"Nous perdons le Donbass: nous perdons la Crimée, et si nous perdons la Crimée, nous perdons la Russie".

 

Aujourd'hui, en 2021, si Kiev lance une opération punitive, nous n'aurons tout simplement pas d'autre choix que d'entrer en guerre. Mais si nous y entrons, l'objectif des néoconservateurs sera atteint. Ils pourraient bien abandonner l'Ukraine, comme ils l'ont fait pour une Géorgie encore plus alliée en 2008. Mais cela portera un coup à la médiation UE-Russie, sapant définitivement Nord Stream, coupant la Russie de l'Occident et consolidant l'OTAN dans le même temps. Pas tant pour la Russie telle qu'elle devrait être, mais pour la Russie telle qu'elle est aujourd'hui - avec tous les compromis et les incertitudes - ce sera un coup dur. Cela ne se terminera pas si facilement pour nous, car la radicalisation de la pression exercée par l'Occident mondialiste poussera les élites pro-occidentales et les clans corrompus stockant des actifs en Occident à se révolter en Russie même. La sixième colonne ne supportera pas la Novorossia et tentera de faire tomber le président. C'est sur ça qu'ils comptent.

 

C'est-à-dire que le "Biden collectif" (même si le vieil homme ne pense pas du tout individuellement, cela n'a pas d'importance) a une stratégie assez rationnelle en général. Trump a repoussé l'inévitable, mais le répit est terminé.

 

Sera-ce le début d'une véritable guerre entre la Russie et les États-Unis ? Absolument pas, quoi qu'on en dise.

 

L'Ukraine n'est pas une priorité stratégique pour les États-Unis. Ce qui en restera après notre offensive deviendra membre de l'OTAN, mais cela n'a pas d'importance ; toute l'Europe de l'Est est déjà dans l'OTAN. Le coup porté à la Russie sera le plus cruel. Cela est d'autant plus vrai qu'au cours des 20 dernières années, la Russie a tenté de trouver un équilibre entre deux vecteurs.

 

- continental-patriotique et

 

- modéré-occidental.

 

Il y a 20 ans déjà, lorsque Poutine est arrivé au pouvoir, j'ai écrit que cet exercice d'équilibre serait extrêmement difficile et qu'il valait mieux choisir l'Eurasie et la multipolarité.

 

Poutine a rejeté - ou plutôt reporté indéfiniment - le continentalisme ou s'en rapproche à la petite cuillère par heure. Ma seule erreur a été de suggérer qu'une telle tiédeur ne pouvait pas durer longtemps. C'est possible et c'est toujours le cas.

 

Mais tout a toujours une fin.

 

Je ne suis pas sûr à 100% que c'est exactement ce qui se passe actuellement, mais il y a une certaine - et très significative - possibilité. La fin est dans le compromis entre le patriotisme (inconsistant) et le libéralisme (encore moins cohérent) (en particulier dans l'économie, la culture et l'éducation), entre lesquels - en essayant de combiner les incompatibles - le gouvernement russe s'est équilibré comme un funambule.

 

Et cela, dans un sens, est parfaitement naturel, voire bon. Mieux vaut tard que jamais. Je ne dis pas que nous devons être les premiers à commencer. Que cela soit dit par ceux qui sont autorisés à tout faire aujourd'hui. Je dis simplement que si Kiev lance une offensive dans le Donbass, nous n'aurons pas la possibilité d'éviter l'inévitable. Et si la guerre ne peut être évitée, elle ne peut être que gagnée.

 

Ensuite, nous reviendrons sur ce qui a été décrit en détail dans le livre "Ukraine. Ma guerre" - c'est-à-dire à la Novorossiya, le printemps russe, la libération finale de la sixième colonne, la renaissance spirituelle complète et finale de la Russie. C'est un chemin très difficile. Mais nous n'avons probablement pas d'autre issue.

 

 

Alexandre Douguine

http://dugin.ru

Alexandre G. Douguine (né en 1962) est un éminent philosophe, écrivain, éditeur et personnalité publique et politique russe. Docteur en sciences politiques. Professeur de l'université d'État de Moscou. Il est le leader du mouvement international eurasien. Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

https://www.1tv.ru/shows/dobroe-utro/pro-ukrainu/aleksandr-dugin-o-situatsii-na-ukraine

 

"Ce qui se passe maintenant dans le sud-est de l'Ukraine est la formation d'une nouvelle réalité politique", a déclaré la personnalité publique et politologue Alexandre Douguine sur l'antenne de l'émission « Bonjour". - "La république proclamée de Donetsk, les républiques de Louhansk et de Kharkiv ne veulent pas vivre dans l'Ukraine qui a émergé après le coup d'État.

"Sans l'auto-organisation du sud-est, il n'y a pas d'avenir pour l'Ukraine", a noté le politologue. - Dans le sud-est, l'écrasante majorité de la population rejette le cours de la junte de Kiev. Et il faut en tenir compte."

 

"Il y a deux sujets politiques en Ukraine aujourd'hui - la junte néo-nazie qui s'appuie sur les régions occidentales et une Ukraine du sud-est complètement opposée sur le plan idéologique, moral, religieux, historique et politique", a noté l'expert. - Il peut y avoir un dialogue entre eux, mais pas un monologue de Kiev".

 

Selon le politologue, dans de telles conditions, "il est tout simplement impossible d'organiser des élections". "Le Sud-Est ne les acceptera tout simplement pas, et la Russie ne les reconnaîtra pas d'avance comme légitimes", a-t-il ajouté. - Tant que le destin et la structure politiques de l'Ukraine ne sont pas déterminés, les élections sont impossibles."

 

Alexandre Douguine a déclaré que le recours à la force contre le sud-est de l'Ukraine pourrait perturber la réunion des quatre parties prévue le 17 avril à Genève. "Si Kiev envoie des troupes dans le sud-est de l'Ukraine, ce ne sera pas seulement la suppression du séparatisme, mais le début d'un génocide contre les civils. Ce n'est plus le niveau des négociations", a déclaré l'analyste politique.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

 

A compléter avec:

 

The dictatorship of numbers- In Continuation of a Conversation with Paul Craig Roberts, by Andrei Martyanov

https://www.unz.com/article/the-dictatorship-of-numbers/

Alexandre Douguine: "Ukraine. Ma guerre" (2015).

Alexandre Douguine: "Ukraine. Ma guerre" (2015).

Lire la suite

Vardan Baghdasaryan : L'image de l'Arche (Club d'Izborsk, 2 avril 2021)

3 Avril 2021 , Rédigé par Красное и белое Publié dans #Arche russe, #Club d'Izborsk (Russie), #Philosophie, #Politique, #Russie

Vardan Baghdasaryan : L'image de l'Arche  (Club d'Izborsk, 2 avril 2021)
Vardan Baghdasaryan : L'image de l'Arche  (Club d'Izborsk, 2 avril 2021)

Vardan Baghdasaryan : L'image de l'Arche

 

2 avril 2021

 

https://izborsk-club.ru/20879

 

 

Méthodologie .

 

Avant de manifester certaines dispositions de l'idéologie étatique du futur, nous devons faire une réserve : une idéologie fonctionnelle n'est pas inventée, mais révélée sur la base de l'expérience historique de l'être d'une certaine communauté. Tous les idéologèmes* attrayants ne conviennent pas à cette communauté, et beaucoup auront des conséquences destructrices pour elle. À cet égard, l'idéologie du futur est inextricablement liée aux modifications de l'idéologie de l'État dans le passé. Mais il s'agit de modifications visant à préserver le noyau de valeur et de signification tout en corrigeant la forme et en accentuant les détails en fonction des défis du présent et de l'avenir.

 

Cette réserve est suivie par la question de la méthodologie et du choix des approches pour identifier les composantes de valeur et de sens de la formation (ou, plus précisément, du ré-assemblage) de l'idéologie russe. Il peut certainement y avoir plusieurs approches, et j'ai choisi une approche dichotomique dans cet ensemble d'approches possibles. Mon choix en faveur de cette approche découle du fait qu'il existe (au moins sur le spectre patriotique) un consensus sur la définition de l'agenda négatif, de ce que nous n'aimons pas, de ce qui est inacceptable et de ce qui semble être une menace. Dans le même temps, il n'y a malheureusement pas d'unité dans la compréhension de l'agenda positif, de notre réponse aux défis.

 

En attendant, tout système est construit sur l'antithèse du bien et du mal, du bon et du mauvais. Sans un accord de base sur ce qui est bon et mauvais, il est impossible de proposer une idéologie viable ou de mettre en œuvre l'assemblage public dans son ensemble. Dans notre cas, il y a une compréhension évidente de ce qui est mauvais pour la Russie. Le bien est antagoniste du mal. La définition du mal conduit, dans la logique de l'approche dichotomique, à un programme positif - l'image du bien.

 

Il existe certaines menaces pour la Russie et le monde, qui sont comprises métaphysiquement comme une cause de mort. Il est nécessaire de donner la même réponse métaphysique à ces menaces, en offrant une alternative - le mode de vie.

 

Le principal résultat historique de la réflexion russe des trente années post-soviétiques a été la compréhension que l'installation "faire comme tous les pays civilisés du monde" ne fonctionne pas. La Russie a une anatomie différente. Pour la Russie, la voie occidentale s'avère être non pas une voie, mais une chute dans l'abîme. Les "pays civilisés" - deuxième résultat de la réflexion russe - ne sont pas des amis, ni même des partenaires, mais des ennemis, et leur formule - "faites comme nous", "soyez comme nous" - est un piège stratégique.

 

La formule d'une idée consolidante

 

Ainsi, les cinq principaux défis qui devraient être relevés par une nouvelle consolidation idéologique (et dans des conditions d'escalade du conflit, ce qui semble inévitable) de la société russe.

 

Le premier défi est la domination mondiale et la domination du monde comme but ultime de cette domination, qui est idéologiquement promue par le cosmopolitisme et le faible culte de l'Occident. Le deuxième défi est la déshumanisation de l'homme, l'individualisme et le post-individualisme. De manière générale, ces menaces peuvent être exprimées par le concept de l'apparition d'une "anti-civilisation". Le troisième défi est l'idéologie de la supériorité raciale et civilisationnelle, une nouvelle fascisation du monde. Le quatrième défi - le marché mondial, l'homme du marché, le capitalisme et le post-capitalisme. Le cinquième défi est constitué par les avantages technologiques et les ressources de l'adversaire (dans le cadre du système existant).

 

Comment répondre à ces défis selon la logique de l'analyse dichotomique ? Le monde de la multiplicité civilisée est opposé à la domination mondiale, tandis que la domination mondiale est contrée par l'alternative russo-centrique de l'ordre mondial comme moyen de sortir de la relation "domination-subordination". L'alternative à la déshumanisation doit être un retour à la tradition et la promotion d'un État moral. L'idéologie de la supériorité raciale et civilisationnelle peut être opposée au modèle de la symphonie des peuples, du monde des mondes, qui est énoncé comme le modèle de l'"Arche russe" dans les élaborations du Club d'Izborsk. L'antithèse du marché mondial et de l'homme de marché doit devenir un système d'alter-capitalisme, fondé sur les principes du développement solidaire et la priorité du spirituel sur le matériel. La réponse aux avantages technologiques de l'ennemi peut être une réponse russe consistant à combiner le développement technologique et spirituel, ce qui donnera un effet synergique et, au final, des avantages sur l'ennemi.

 

Comment tout cela peut-il être exprimé au moyen d'une formule ? Dans la recherche d'une telle formule, il est conseillé de se tourner vers le passé de la Russie. Des réponses similaires à celles proposées ci-dessus ont déjà été données dans l'histoire de la Russie. Mais elles n'ont pas été données de manière holistique, étant concentrées dans différentes modifications historiques sur différents côtés de l'alternative russe. Dans cette incomplétude se trouvaient les causes des désastres : la mort au XXe siècle, d'abord de l'Empire russe, puis de l'URSS, et plus tôt - de l'ancienne Russie et du Royaume de Moscou. D'où la formule - Russie tsariste + Russie soviétique. Cette synthèse nous permettra d'atteindre un nouveau niveau de construction idéologique, sera la locomotive de la nouvelle percée russe. Il est possible d'exprimer cette formule en d'autres termes : Développement avec Tradition.

 

Pourquoi l'idéologie devrait-elle se construire sur le principe de l'alter-ennemi ?

 

Pourquoi la version proposée de l'idéologie est-elle la plus correcte et la plus opportune pour la Russie ? Car toute intégration de la Russie dans des projets non russes, non corrélés à son essence civilisationnelle, conduit objectivement le pays à la mort. Le résultat de l'ingénierie idéologique sera fatal. La Russie dans le système mondial de l'Occident, la Russie postmoderne, la Russie nationaliste, la Russie capitaliste, la Russie technologiquement sous-développée - dans chacune de ces variantes, le résultat est la mort de la Russie. Toutes ces versions sont en fait des versions de l'idéologie de l'anti-Russie. Par conséquent, l'inverse de la Russie est nécessaire - la transition inverse de l'anti-Russie à la Russie.

 

La Russie est en fait en état de guerre. Quelqu'un dira qu'il s'agit de la guerre froide 2.0, quelqu'un dira qu'il s'agit d'une guerre de civilisation, qui se reproduit historiquement dans l'ensemble des relations entre la Russie et l'Occident. Mais s'il s'agit d'une guerre, alors pour la gagner, il faut savoir dans quelles conditions la victoire est impossible. Il est impossible de vaincre l'ennemi, premièrement, en faisant partie du système de l'ennemi ; deuxièmement, en s'appuyant sur les valeurs de l'ennemi ; troisièmement, en jouant selon les règles de l'ennemi. D'où la conclusion : pour vaincre, il est nécessaire, premièrement, de créer son propre système russo-centrique en dehors du système occidentalo-centrique ; deuxièmement, de manifester des valeurs russes identiques, différentes des valeurs occidentales ; troisièmement, d'établir ses propres règles du grand jeu géopolitique, en donnant des avantages systémiques à la Russie.

 

Attitude envers le passé, l'historiosophie russe

 

L'historiosophie russe est considérée comme un développement historique du messianisme russe. C'est le catéchisme russe de la Russie médiévale. C'est le communisme russe, qui s'incarne dans le projet soviétique du XXe siècle. Comment désigner l'image messianique de la Russie d'aujourd'hui : Arche russe, cosmos russe, super-modernité russe, symphonie russe. Mais l'essence de la métaphore est la même - la Russie est un sauveur de l'humanité, et dans ce salut sa destination suprême. Le monde roule en lambeaux, l'Occident l'entraîne derrière lui dans l'abîme. La Russie a historiquement empêché cela, en se dressant comme une barrière contre l'Occident, et elle doit agir en cette qualité aujourd'hui. Le peuple russe est un peuple-libérateur. À une époque, cette définition du peuple russe était en tête des sondages d'opinion. Et cette image historique doit être accentuée par rapport au passé également, et elle doit être ramenée à l'agenda réel du présent.

 

L'image de la société

 

Quels modèles de société sont imposés par la matrice occidentalo-centrique de la société moderne ? Parmi ces modèles, on trouve les images suivantes : la société comme association d'individus, la société comme système de concurrence civilisée (produit du contrat social), la société comme réseau, la société comme caste, la société comme autonomie ethnique, la société comme pyramide d'entreprise. Tous ces modèles sont unis par le principe commun pour eux du particularisme - la division du tout en parties.

 

Que pouvons-nous lui opposer ? Ce qui a été dit sur la Russie dans les discussions des slavophiles et des occidentaux - le principe de l'holisme russe, le désir de l'ensemble. Mais la plénitude ici n'est pas une unification, mais une coopetition (coopetition sociale et coopetition spirituelle). L'image que l'on peut offrir dans ce cas est exprimée par la métaphore de N.V. Gogol "Toute la Russie est notre monastère".

 

La société monastique présente quatre caractéristiques principales : premièrement, l'idéocratisme (la communauté monastique est unie par une idée et une foi communes) ; deuxièmement, le collectivisme (le monastère est une fraternité) ; troisièmement, l'éthique du travail (le travail d'équipe est la maxime éthique de la vie monastique, et tout parasitisme est inacceptable) ; quatrièmement, l'autarcie de l'existence monastique (une certaine distance par rapport au monde et à la saleté qui lui est associée).

 

L'image de l'économie

 

A un certain stade historique, associé à l'établissement du système du capitalisme, une substitution fondamentale a eu lieu : l'économie de moyen devient une fin. Le modèle de société centré sur l'économie est établi. Le modèle de l'homme en tant qu'"Homo Economikus" y est lié. Le capitalisme est inséparable du modèle de l'homme économique qui, dans le post-capitalisme, se transforme en un consommateur humain. Le management est un système de gestion universel sous le capitalisme et le post-capitalisme. L'essence de la méthodologie managériale se résume à la formule suivante : un profit maximal pour un coût minimal. Tous doivent gagner de l'argent - médecins, enseignants, fonctionnaires. L'argent devient un sujet de culte. Dans le capitalisme, la concurrence et le marché sont traités comme une évidence.

 

Qu'est-ce qui peut s'y opposer ? L'économie doit être repensée comme un moyen et non comme une fin. Il s'agit d'un moyen de construire un type de société centré sur la spiritualité, et ne peut donc être placé au-dessus des idéaux sociaux. Les objectifs suivants découlent logiquement de cette remise en question : priorité de la sécurité de l'État et du développement spirituel sur la consommation et le profit ; réglementation et planification de l'État au lieu du marché et de la concurrence philosophiques ; redistribution des biens matériels dans l'intérêt de la société dans son ensemble, des travailleurs. La mesure pratique la plus importante pour assurer la sécurité de l'État dans la sphère économique est la restauration du monopole du commerce extérieur. Nous ne parlons pas d'autarcie complète, impossible et jamais mise en œuvre en Russie, mais d'autarcie raisonnable dans l'intérêt de la Russie. Le monopole du commerce extérieur sera un instrument pour assurer ces intérêts. Ce n'est pas un hasard si, lors de la conférence de Gênes, l'Occident, outre la restitution des dettes et la nationalisation des entreprises, a exigé de la Russie soviétique qu'elle abolisse exactement le monopole d'État du commerce extérieur, comprenant qu'avec cela le pays se libérerait de sa dépendance vis-à-vis de l'étranger.

 

Image de la culture

 

Le principal défi dans le domaine de la culture est de l'adapter au marché mondial. La culture de marché est orientée vers l'instinct et, à cet égard, elle est une anti-culture. Elle est facile à assimiler, elle est sensible, elle éteint la réflexion sémantique et réveille les côtés sombres du subconscient. Les conséquences directes de la domination du marché dans la sphère culturelle sont : premièrement, la construction de la culture sur le principe du spectacle ; deuxièmement, l'installation sur l'hédonisme ; troisièmement, la propagande des vices ; quatrièmement, la dégradation sociale et intellectuelle. L'abolition du système des tabous, avec la formation duquel le processus de sociogenèse a commencé, conduira finalement à la désintégration de la société et à la déshumanisation de l'homme.

 

Que pouvons-nous opposer à cela ? Il est possible et opportun d'opposer la culture dérivée du marché à la culture de l'idéocratie (la culture dérivée de la grande idée, le métarécit idéologique). La culture doit être réinterprétée comme une construction humaine. Et la question fondamentale pour la culture devrait être la question de la révélation de la compréhension du bien et du mal.

 

L'image et le type de l'homme

 

La mondialisation met en avant plusieurs métaphores anthropologiques clés. Outre l'image classique de l'anthropologie occidentale de l'individu humain, littéralement l'atome, des images post-classiques - l'homme comme machine, cyborg, et l'homme comme constructeur - sont également proposées. Tout ce discours s'inscrit dans la tendance générale du transhumanisme.

 

Que peut-on opposer à cela ? Pour définir cette opposition, il convient de revenir au modèle russe de construction de l'homme, qui s'exprime en deux images : celle de l'homme en tant qu'individu social et celle de l'homme en tant qu'image et ressemblance de Dieu. La première approche était accentuée dans le projet idéologique et la pédagogie soviétiques, tandis que la seconde avait une base religieuse. Cependant, les deux sont cohérents l'un par rapport à l'autre, représentant différents aspects de l'existence humaine - spirituel et social, relations avec Dieu et relations avec les autres personnes.

 

La pire réponse au défi du transhumanisme serait de se mettre sur la défensive et de s'en tenir à la position de l'immuabilité humaine. L'homme change, et le nier revient à perdre le débat. Mais il est nécessaire de définir ce qui change, et dans quelle direction les changements s'opèrent. Et dans cette formulation du problème, il convient de proposer l'idée de transformation humaine comme alternative au transhumanisme. L'idée de transformation est en corrélation avec le point de référence cible - l'idée de déification. Il ne s'agit pas d'un homme-machine, ni d'une construction génétique humaine, ni d'un intellect artificiel à la place d'un homme - les images sont dépourvues de dimension spirituelle, et l'essence spirituelle, approchant dans son développement de l'idéal moral.

 

Image de la nature

 

Selon les estimations des experts, la Russie possède environ 22% des ressources naturelles du monde, mais avec le système actuel du monde et la structure russe, toutes ces ressources ne fonctionnent pas pour la Russie. En conséquence, le système devrait être modifié de manière à ce que la nature russe soit la base de la percée civilisationnelle russe. Il est évident qu'il n'y a pas d'issue sans la redistribution de la rente naturelle. Il est également évident que l'anomalie inscrite au niveau constitutionnel - la propriété privée des ressources naturelles - doit être abandonnée. Il est nécessaire de rendre au concept de propriété publique, qui existait dans le lexique juridique soviétique, l'équivalent de la propriété de l'État. Il est essentiel de révéler la nature de l'État lui-même et de préciser que les ressources en question appartiennent au peuple russe, et non aux fonctionnaires ou aux sociétés d'État. De la restauration de la compréhension de la propriété nationale découlera logiquement l'impératif de l'État et de la société de protéger les potentiels naturels du pays.

 

Le message de la Russie au monde

 

En quoi peut consister un message russe au monde, et un tel message est-il même possible ? Le message est possible en tant que moyen de l'autre. Imiter les autres, même ceux qui sont considérés comme ayant réussi, ne mènera pas au succès. En imitant les autres membres du club impérialiste, la Russie peut au mieux s'engager dans une nouvelle redistribution du monde (avec une faible chance de succès) mais pas formuler une alternative globale.

 

Le message russe à l'humanité devrait présenter une réponse aux deux défis à l'ordre du jour mondial. Le premier défi consiste à proposer et à mettre en œuvre concrètement divers projets géopolitiques, civilisationnels, nationaux et transnationaux qui s'affrontent dans la lutte pour la domination. On parle notamment de projets tels que la "Pax Americana", la Sinosphère (RPC), le "Nouveau Califat", le "Grand Turan", le "Machia'h" et les doctrines de divers nationalismes. Il y a une lutte de projets, la violence engendre la violence, et la victoire des uns engendre la vengeance des autres.

 

Le deuxième défi est l'offensive des forces conventionnellement réunies par le concept d'"anti-civilisation". L'anti-civilisation est une menace pour toutes les civilisations et conduit à la déshumanisation et à la dégradation de l'homme. L'Occident a donné naissance à l'anti-civilisation, mais est devenu sa première victime.

 

Quelle peut être la réponse russe aux défis évoqués ? La réponse peut être une nouvelle présentation du messianisme russe. Pas la logique des intérêts nationaux selon le principe "mon magasin - ma patrie" ou "ce qui est bon pour Gazprom est bon pour la Fédération de Russie", mais la logique de la mission. La base de cette démarche est un élément fondamental pour la Russie, une expérience profonde, enracinée dans la conscience russe, du Calvaire. D'une part, c'est le rejet de l'idéologie de domination et de supériorité, car il n'y a ni Hellènes ni Juifs. Le monde est une symphonie de nations et de civilisations, l'image de l'Arche, qui ne sauve que des menaces du cosmopolitisme et du fascisme.

 

Et la deuxième conséquence de l'expérience du Calvaire est une manifestation de la victoire de l'Esprit sur la matière, de l'idéal sur la base. L'appel devrait être une remise en question de toute la matrice de vie, imposée au monde de l'anti-civilisation.

 

La Russie ou personne.

 

Si la Russie ne propose pas cela, personne ne le fera. Alors, peut-être, viendra le crépuscule de l'humanité. La Russie elle-même doit revenir à elle-même, à son identité civilisationnelle et à sa matrice spirituelle.

 

 

Vardan Baghdasaryan

 

Vardan Bagdasaryan (né en 1971) est un historien et politologue russe, docteur en sciences historiques, doyen du département d'histoire, de sciences politiques et de droit de l'université d'État de Moscou (MSU), professeur du département de politique d'État de l'université d'État de Moscou Lomonosov, président de la branche régionale de la société russe du "savoir" dans la région de Moscou, chef de l'école scientifique "Bases de valeur des processus sociaux" (axiologie). Membre régulier du Club Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

NdT: Idéologème. Nom masculin singulier. néologisme de Julia Kristeva : articulation d'un texte sur d'autres structures (Encyclopédie Universalis).

Vardan Baghdasaryan : L'image de l'Arche  (Club d'Izborsk, 2 avril 2021)
Vardan Baghdasaryan : L'image de l'Arche  (Club d'Izborsk, 2 avril 2021)
Vardan Baghdasaryan : L'image de l'Arche  (Club d'Izborsk, 2 avril 2021)
Lire la suite

Vitaly Averyanov : La révolution d'en haut. Dernière chance (Club d'Izborsk, 23 mars 2021)

23 Mars 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Arche russe, #Club d'Izborsk (Russie), #Philosophie, #Politique, #Russie

Vitaly Averyanov : La révolution d'en haut. Dernière chance  (Club d'Izborsk, 23 mars 2021)

Vitaly Averyanov : La révolution d'en haut. Dernière chance

 

23 mars 2021

 

https://izborsk-club.ru/20828

 

 

Exode d'un "désert" idéologique.

 

L'élaboration d'une formule pour l'idéologie moderne de la Russie, pour l'idéologie que nous établirons au XXIe siècle - c'est pour cela que le Club d'Izborsk a été fondé. Nous fonctionnons en tant que club depuis neuf ans maintenant et, bien sûr, nous avons soulevé à plusieurs reprises des questions idéologiques. Mais de cette façon - en tant que travail sur l'idéologie intégrative, consolidant et unissant la nation - c'est probablement la première fois que nous, en tant que club, entreprenons ce sujet qui est extrêmement important pour nous. Une idéologie doit être présentée à la sortie sous une forme absolument concentrée, lapidaire.

 

Aujourd'hui, nous nous trouvons, en tant qu'État et en tant que peuple, à un tournant historique décisif. En vertu de l'article 13 de la Constitution, nous maintenons l'interdiction de l'idéologie dominante, tout en permettant une diversité d'idéologies. Cependant, dans son essence, l'idéologie est une fonction de l'image socio-politique du monde. Il s'agit d'une sorte de système intentionnel qui vise soit à préserver, soit à modifier et à développer, soit à adapter l'ordre social. L'idéologie est toujours un travail avec l'ordre social. S'il existe une image du monde de l'élite dirigeante, alors il existe aussi une idéologie dirigeante, et peu importe qu'on l'appelle ainsi ou non. En ce sens, l'idéologie dominante existe toujours et partout où il y a un État.

 

Par conséquent, cette interdiction constitutionnelle elle-même est soit absurde, soit délibérément illettrée, soit hypocrite, non pas du point de vue juridique, mais du point de vue essentiel, philosophique. Cette interdiction contraint de facto l'idéologie à un espace fermé, à une sorte d'"underground", faisant d'elle l'autorité d'une pensée secrète, plutôt qu'un système ouvert de gestion du sens de toute la société. En 1993, cette interdiction s'est avérée être "organique" pour l'État quasi-colonial. Il s'agissait d'une idéologie de libéralisme radical de type « comprador », prédateur. Elle s'est caractérisée par des éléments tels que le partage de l'héritage de l'État, sur les décombres duquel a émergé la nouvelle Russie, remodelant et dilapidant toutes les valeurs et capacités qu'elle avait accumulées, légitimant l'effondrement géopolitique de l'URSS, brisant la mentalité nationale et spoliant la majorité. Par conséquent, annoncer cette idéologie à haute voix et tenter d'en faire une sorte de consensus public aurait été une folie de la part des élites du pouvoir de l'époque. Elle était censée être tacite, inavouée, cachée dans un trou ou dans sa manche, une arme stratégique contre la majorité, une arme dans les mains de la minorité qui avait trahi la majorité.

 

Beaucoup en concluent, à tort, qu'il n'y avait pas d'idéologie du tout - en effet, si l'on considère le marxisme-léninisme et la pratique officielle soviétique comme l'idéologie de référence, c'est comme s'il n'y en avait pas. Mais contrairement à la période soviétique, l'idéologie des années 1990, l'idéologie de la Russie d'Eltsine, était son antipode, le pendule revenant à son point extrême. Cette idéologie s'est efforcée de s'éloigner du passé, de la tradition ; dans ma terminologie, il s'agissait d'une tentative de réaliser l'impossible en toute connaissance de cause - d'institutionnaliser le temps des troubles.

 

L'État a existé dans cet état pendant au moins neuf à dix ans, puis a commencé à évoluer lentement. Certains affirment aujourd'hui qu'il s'agit d'une évolution du libéralisme vers le conservatisme. En fait, bien sûr que non. Nous sommes arrivés au conservatisme libéral, qui a prévalu dans les années 2000. La stabilité était son principal slogan, et ce n'était pas pour rien. C'est précisément la caractéristique classique du conservatisme libéral.

 

Qu'est-ce que cela signifiait de facto ? Quel message cette nouvelle mutation idéologique a-t-elle envoyé à la société ? C'était un message pour vivre "comme tout le monde". C'était un message de création d'un format d'existence consumériste. C'était un cours, pour dire les choses crûment, de vie dans la misère. Après tout, si nous misons sur le format du consommateur, cela signifie que nous perdons face à d'autres civilisations qui ont réussi à mettre en œuvre ce format avant nous. Et nous y sommes intégrés afin de cultiver une telle personne passive, au sens idéologique du terme. Le conservatisme libéral était également une forme d'hypocrisie : pour certains, il signifiait la stabilité du capital offshore comme le pillage du pays, tandis que pour d'autres, il signifiait la stabilité d'une existence misérable et futile avec un dépérissement continu du potentiel humain du pays. En même temps, le conservatisme libéral ne voit pas la Russie comme une civilisation, ne la reconnaît pas.

 

Quelle étape importante vivons-nous aujourd'hui ? J'aborde ici la question du signe du changement d'époque. Il me semble que le but de la désidéologisation n'était pas seulement de déraciner l'idéologie soviétique, mais aussi d'empêcher la montée de tout autre embryon idéologique qui pourrait devenir une alternative à cette utopie libérale d'inclusion collective d'une minorité de « compradores » traîtres en Europe.

 

À mon avis, le fait que les autorités et l'élite politique russes se tournent vers la créativité idéologique est un signe de la volonté de se débarrasser de l'héritage de la période des troubles et de surmonter ses conséquences fondamentales. Et aujourd'hui, nous devrions parler de la créativité d'en haut. Il s'agit d'une formulation très électorale de la question : obtenir un changement d'atmosphère dans la société et dans le pouvoir par le haut, c'est-à-dire par la sphère spirituelle-intellectuelle et par un rêve. Il est clair que nous parlons d'un moment crucial lorsque nous posons la question du retour à l'espace historique de l'empire. En appelant les choses par leur nom, nous parlons en fait d'une révolution par le haut. (C'est peut-être la dernière chance pour une telle révolution, puisque la Russie sera bientôt testée pour sa force avec une force triplée).

 

Dans son récent discours à Davos, Poutine a probablement envoyé à nos "partenaires" une phrase pour la dernière fois : vous et moi sommes une seule civilisation. C'est une sorte d'adieu à l'étape idéologique précédente. Il y a très peu de gens à l'Ouest, à commencer par Jose Barroso. Comme nous le savons, il a formulé de manière imagée que la Russie est un continent qui prétend être un pays, ou une civilisation déguisée en nation. Beaucoup de nos dirigeants ont répété que la Russie est une civilisation spéciale et indépendante. L'idéologie que la Russie va construire dans les années et les décennies à venir n'est pas une idéologie de parti, ni une idéologie religieuse ou culturelle, ni même une idéologie nationale, mais exactement une idéologie civilisationnelle. Cette idéologie est liée à l'alternative mondiale que la Russie porte en elle. C'est pourquoi son point principal n'est pas tant l'anti-occidentalisme, mais simplement le fait d'affirmer que nous sommes une civilisation-Russie. Et cela signifie, par définition, pas l'Occident. Ce passage au niveau civilisationnel suggère que l'idéologie au XXIe siècle sera plus large et plus flexible qu'aux XXe et XIXe siècles.

 

Le conservatisme dynamique

 

Nous avons publié un article intitulé "Les Affaires étrangères écrivent sur le Club d'Izborsk" sur notre site et dans notre journal. (Dans le journal "Zavtra", le matériel a été publié sous le titre "Les gens des rêves"). Il y a un examen de nombreux matériaux, mais ce qui attire l'attention est l'article de Juliette Faure dans une publication assez populaire et en même temps faisant autorité "Geostrategy". Dans son article, elle écrit que le club d'Izborsk a poussé Poutine vers la création d'un nouveau format idéologique hybride, conservateur en termes de valeurs et progressiste en termes de technologie. Ce type est caractérisé par le terme "conservatisme dynamique". Pour prouver son point de vue, Juliette Faure cite Poutine : "Le conservatisme ne signifie pas la stagnation, le conservatisme est une confiance dans les valeurs traditionnelles afin d'être mieux orienté vers le développement". Apparemment, les rédacteurs des discours du président lisent beaucoup de nos écrits...

 

Oui, le conservatisme dynamique pourrait effectivement remplacer le conservatisme libéral. Ce pourrait être le résultat favorable d'une révolution venue d'en haut, une révolution longtemps attendue, longtemps supportée - et, comme il nous semble aux gens de notre temps, douloureusement attendue.

 

Quelle est l'essence du conservatisme dynamique ? Le conservatisme dynamique n'est pas la reproduction de ce qui a précédé, il ne s'auto-répète pas, mais la force régénératrice de la civilisation. Dans la pratique, cela signifie qu'au lieu de la "stabilité" ou de la stagnation, nous créons une sorte de centaure entre orthodoxie et innovation. Et ce centaure du XXIe siècle sera la forme principale de la nouvelle idéologie.

 

Il est plus commode d'imaginer les principaux paramètres de cette idéologie dans son opposition, dans sa répulsion de l'antipode qui domine de facto encore aujourd'hui. Prenons, par exemple, le libéralisme oligarchique du type clan-financier - que lui opposons-nous ? Le solidarisme, une société solidaire avec de forts éléments socialistes.

 

Le cosmopolitisme fondé sur le pouvoir du grand capital - à quoi faut-il l'opposer ? Nationalisme, mais impérialisme, patriotisme national. Nous avons une forte tradition nationale-patriotique, nos partisans ont été la plus grande faction idéologique du pays parmi les personnes politisées pendant toutes ces années. Mais il n'a jamais été en mesure de se consolider. Et c'est seulement dans le cadre de l'idéologie qu'elle se consolidera et deviendra réellement la strate dirigeante, car même aujourd'hui, elle reste la plus grande faction idéologique de la société.

 

Le point suivant est le suivant. Une économie de rente des matières premières : que lui opposer ? Le traditionalisme technocratique.

 

De l'autre côté se trouve le transhumanisme - que lui opposons-nous ? Le cosmisme russe comme idéologie d'avant-garde. Le transhumanisme utilise la notion de "non-gentropie", il a tout un mouvement appelé "ecstropie". Mais nous avons absolument une autre néguentropie, elle est juste cosmiste, ce qu'enseigne, en particulier, le socialisme dit noosphérique.

 

De l'autre côté, on trouve le posthumanisme, le postgenderisme, le néoféminisme et la "nouvelle gauche", avec la négation de la famille, de la propriété privée et de l'État dans un nouveau développement de ces idées nihilistes. En même temps, nous rejetons le genre classique, l'image classique de l'homme et tout l'héritage de la modernité. Qu'est-ce que nous opposons à cela ? Le socialisme chrétien est dépouillé de son ferment gnostique. Par ce ferment, j'entends la réception de l'émancipation de l'individu de Hegel comme but de l'histoire, reprise par Marx et mise en œuvre dans le socialisme. Et alors qu'initialement, le socialisme était chrétien, mais après cette greffe gnostique, le socialisme est devenu anti-religieux, anti-famille, anti-natif et anti-état dans son potentiel destructeur, et ce potentiel explosif et destructeur a rendu la révolution si recherchée par les forces de destruction. C'est le potentiel destructeur qui était important, il a été remarqué par la ploutocratie, d'où son intérêt pour la révolution, pour passer outre.

 

Puis, lorsque le socialisme réel a émergé, il a bien sûr été obligé de s'adapter et, au fil du temps, il a restauré les valeurs familiales et, plus encore, les valeurs de l'État, et a même créé sa propre quasi-religion. Mais, néanmoins, il y a eu au départ un processus d'usurpation de l'idée de socialisme par les radicaux.

 

Nous procédons à partir de deux axiomes. Le premier axiome - le renouveau de la civilisation russe. Le deuxième axiome est la renaissance du peuple formant l'État, la solution du problème de la souveraineté civilisationnelle et la reproduction du type anthropologique porteur. Toutes ces tâches ne peuvent être résolues que sur la base de l'idéologie de la restauration de l'immunité spirituelle et du développement sur cette base.

 

A ce stade, je voudrais faire une petite mais importante digression par rapport au thème de la démographie. Dans ce domaine, comme le montrent des études impartiales, la principale motivation n'est pas liée à des facteurs matériels, mais à la question de la présence de la volonté de vivre, de la présence de la force vitale dans les personnes. Dans la politique démographique moderne, le facteur spirituel influençant l'autodétermination volontaire des personnes est dramatiquement sous-estimé. Ainsi, bien que les autorités aient récemment commencé à multiplier les mesures de soutien aux familles et à la naissance des enfants, il reste le plus important, la racine de la "dent douloureuse" qui empoisonne la vie de nombreuses personnes, qui n'est pas traitée et qui n'est pas arrachée. C'est ce qu'on appelle l'anti-culture suicidaire. Elle a déjà été mise en œuvre en Russie, alors qu'elle domine à l'Ouest. Dans notre pays, elle évolue rapidement vers la domination, influençant les jeunes par le biais de la culture de masse, divisant la société en une partie familiale, des familles nombreuses et une partie sans enfant, sans enfant. Cette anti-culture suicidaire, celle du travail des enfants et de la volonté d'extinction de la vie doit être détruite. La stratégie démographique est un facteur systémique pour l'idéologie de la Russie à ce stade historique. C'est la tâche numéro 1, l'impératif de survie de la civilisation. Le cas est poussé à l'extrême.

 

Tout le discours sur la grande transition démographique, sur la normalité de l'extinction des groupes ethniques civilisés, sur la résolution de ce problème par l'immigration - est la subversion la plus réelle. On peut discuter du rôle joué par le problème de la surpopulation et du surpeuplement dans d'autres pays. Mais la Russie a un vecteur de survie et de développement différent, absolument sans alternative et sans compromis. Cela va jusqu'à l'introduction de l'état d'urgence dans le domaine de la démographie, qui implique des mesures extraordinaires, y compris des mesures prohibitives, par rapport aux phénomènes et aux comportements qui sont contraires à ce type de stratégie de développement. L'État ne peut avoir aucune neutralité en la matière s'il entend continuer à exister.

 

Modéliser l'image du futur

 

En 2020, nous avons publié notre grand ouvrage "L'Arche russe »*, qui contient non seulement une analyse et un constat de la situation actuelle - la crise "pré-top" - mais propose également une alternative globale. Nous sommes confrontés à une tâche - naviguer à travers la dangereuse étendue de l'histoire. Et en ce sens, l'idée de l'Arche n'est pas seulement une belle image.

 

L'Arche est un symbole sacré. Sur un nouveau plan, traduite en langage moderne, exposant des vérités anciennes en termes modernes, notre Arche est tout à fait appropriée pour des formules idéologiques telles que la Troisième Rome, le Restrainer, la Sainte-Alliance d'Alexandre Ier et l'ordre mondial de Yalta de Staline, qui peuvent toutes être considérées comme les maillons d'une même chaîne. Aujourd'hui, à la suggestion de Prokhanov, nous pouvons appeler ce rassemblement de nous-mêmes dans l'histoire et dans la mémoire culturelle le Cinquième Empire. C'est l'empire russe qui s'approche, imminent, qui va certainement renaître, mais il faudra passer par de grandes difficultés.

 

Quelle est la mission de cet État ? Nous avons une ligne de compréhension, partant de Danilevsky, à travers Vernadsky, Chizhevsky, Kozyrev, et maintenant le Général Ivashov, de la fonction cosmoplanétaire de la civilisation russe, une fonction unique. En d'autres termes, le rôle particulier de la Russie consiste à réguler le développement mondial, à préserver le monde d'une catastrophe mondiale et à maintenir l'harmonie. Il s'agit notamment de mettre un frein aux prétendants à la domination mondiale.

 

Et c'est là que se pose le problème des critères de développement humain. En définitive, un homme heureux est le but de l'idéologie intégrative. C'est son attracteur, pour ainsi dire, aiguisé. Il existe un indice de développement humain des Nations unies. Elle est clairement insuffisante, imparfaite. Nous devons créer notre propre idéal de qualité de vie, qui, outre la santé, la capacité de travailler, la longévité, implique nécessairement une famille et des enfants (pour ceux qui peuvent en avoir pour des raisons de santé), et aussi - la joie de vivre, la satisfaction de la richesse matérielle, mais pas l'abondance, qui est toujours historiquement relative et évaluée différemment à chaque époque. De plus, cet idéal implique un faible niveau d'anomalies morales dans la société ; les marqueurs ici sont les taux de meurtre, les suicides, les enfants abandonnés et les divorces. L'élément suivant dans l'ensemble du bonheur et de la qualité de vie élevée : la satisfaction de la position de leur peuple et de leur culture, la réalisation de leur honneur et de leur dignité. Enfin, un autre élément important est la justice qui prévaut dans le monde. S'il y a un sentiment qu'il ne triomphe peut-être pas immédiatement, mais tôt ou tard, cette caractéristique ferme le contour principal de l'image d'une personne heureuse. Si nous ignorons ces choses, si elles ne font pas partie du modèle de qualité de vie, nous perdons également notre point de référence en termes de finalité de l'idéologie.

 

Un certain nombre d'idéologies trompeuses nous ont été imposées, développées par la "civilisation du déluge", comme nous l'avons appelée dans nos travaux. C'est le cas du "développement durable" qui, à la base, sous couvert de paroles sur les intérêts des générations futures, ne se préoccupe que de garantir les intérêts du système bancaire mondial. Il s'agit d'une idéologie sournoise visant à préserver le noyau de l'"anti-civilisation" mondiale, le courant dominant de développement établi, le principal statu quo en termes de pouvoir des principaux clans financiers du monde.

 

De même, la démocratie dans la Russie de demain ne doit pas rester une "vache sacrée", car la démocratie est en réalité un outil politique - vénérable, légitime, mais qui n'a de valeur que dans la mesure où son action vise le bien commun. De même, la notion de "capital humain" doit être comprise comme une réserve, un signe de la psychologie des marchands d'esclaves. Ou encore, par exemple, "l'efficacité de la société" est également un lapsus, car il trahit le point de vue d'un sujet extérieur à la société en question et qui considère la société comme une ressource pour ses propres fins. Ainsi, cette stratégie de croissance pour la croissance elle-même (usuraire à l'origine) ne peut avoir de compromis avec notre idéologie future, elle est incompatible avec elle.

 

Il faut lui opposer une orientation totalement différente, celle de la démocratie du sens. Contrairement aux autres civilisations, la rationalité (ou idéocratie) russe ne sera pas ésotérique ou conspirationniste. Ce sera un système ouvert à la société, une sorte d'ordre des rêveurs (un nouvel ordre des porteurs d'épée), les gardiens des significations stratégiques, des codes civilisationnels et le cadre de la transformation du monde dans l'esprit et le style du rêve russe.

 

Quelques thèses sur l'idéologie économique. Tout d'abord, il est nécessaire d'assurer l'abondance financière du pays afin d'impliquer la richesse nationale dans le processus des relations économiques. La corporatisation est considérée comme le principal mécanisme permettant de résoudre les contradictions entre la propriété privée et la propriété publique. L'objectif est de créer un marché solidaire entre l'État et les sociétés, où tous les citoyens sont des propriétaires associés d'un large éventail d'actifs d'une société donnée. Cette approche suppose que l'ordre capitaliste demeurera également, il existera sous diverses formes. Mais elle ne sera qu'une partie d'un ordre multiforme plus vaste, dans lequel une place prépondérante sera occupée par une société solidaire. Le rôle des scientifiques, des éducateurs et des experts augmentera fortement, c'est-à-dire que le principe de méritocratie sera renforcé. Il y aura la société de la connaissance, la connaissance sera un critère de statut social et un facteur politique très puissant.

 

En conséquence, il convient de construire l'alternative russe à la numérisation. Aujourd'hui, la numérisation vise la redistribution et non la création de ressources. Ce modèle de civilisation technocratique moderne est déséquilibré, spirituellement en faillite et incapable de s'autocorriger. Au centre de la technocratie comme modèle de gouvernance, il devrait y avoir un pivot spirituel, éthique, afin que la technocratie elle-même ne conduise pas au suicide de la civilisation.

 

À l'époque soviétique, une solution géniale a été mise en œuvre dans le cadre du développement de l'atome pacifique. Nous avons pris la chose la plus terrible que la civilisation humaine ait inventée et nous avons transformé cette invention. Mais aujourd'hui, nous sommes confrontés exactement aux mêmes problèmes risqués liés à l'utilisation sûre des innovations. Par exemple, il existe des risques énormes liés à une fécondité accrue ou à la génétique moléculaire. Tout comme dans le cas de l'énergie nucléaire autrefois, nous devons donner une réponse russe à ce type de défis. Ce devrait être, conventionnellement parlant, de la génétique moléculaire pacifique, ce devrait être une amélioration pacifique de la fécondité et de la fertilité. Il en va de même pour l'introduction de technologies liées à l'intelligence artificielle. Il faut des technologies non seulement intelligentes, mais sages - qui ne remplacent pas un être humain, mais qui visent à servir un être humain et qui ont pour base la réduction des menaces pesant sur un être humain.

 

La civilisation russe a pour mission d'être la gardienne du patrimoine classique de l'humanité. Et dans ce sens, notre image n'est pas seulement celle d'un homme-créateur, d'un moteur de grand développement, mais aussi d'un homme-héritier, d'un homme-conservateur - en mettant l'accent sur les classiques mondiaux. Au XXe siècle, notre pays s'est doté d'une excellente école de traduction, qui a traduit en russe presque tous les classiques, tous les trésors de la littérature mondiale et créé le plus puissant thésaurus scientifique. Nous avons perdu ce potentiel en 30 ans. Il en reste encore beaucoup, mais il est urgent de le restaurer et de l'augmenter car le développement offensif et proactif des sciences et des technologies ne peut se faire que dans la langue maternelle en mettant l'accent sur le thésaurus scientifique. Bien sûr, les scientifiques doivent connaître plusieurs langues, l'ont toujours fait et le feront toujours, et dans certaines branches, où le décalage est fondamental, ils devront s'orienter temporairement vers des langues étrangères. Mais cela n'annule pas la régularité selon laquelle une puissance scientifique de premier plan devrait disposer de son propre thésaurus complet dans sa langue maternelle, ce qui implique la publication de toutes les nouveautés, réalisations scientifiques et hypothèses prometteuses objectivement valables dans les périodiques et la littérature de langue russe avec un délai minimum. Grâce aux technologies modernes, la solution à ce problème n'exige pas autant de travail qu'à l'époque soviétique. Le thésaurus scientifique et le corpus de textes traduits seront le tronc intellectuel et culturel de la civilisation, y compris dans les relations avec les autres cultures. La langue russe doit retrouver le droit d'être l'interprète clé de toutes les significations, y compris les significations pratiques.

 

Notre point de référence anthropologique n'est pas l'homo economicus ou le consommateur qualifié, mais l'homme de la richesse. Mais nous pouvons également ajouter une formule éthique : le défenseur de l'idéal, "bon avec les poings", et un champion de la justice militante. C'est la formule russe et je pense qu'elle doit être reflétée dans l'idéologie d'une manière ou d'une autre. Elle trouve d'ailleurs sa confirmation dans notre histoire moderne également.

 

Dans la perspective stratégique, sur la base de la décolonisation du droit international, de sa purification des ajouts rampants du lobby misanthrope mondial, nous construirons un nouveau système de relations entre les États, y compris un nouveau système d'assistance mutuelle entre les nations.

 

Pour le développement de la macrorégion eurasienne avec la Russie, en tenant compte de ses intérêts géostratégiques, il est nécessaire de construire un axe allié Nord-Sud à part entière, dirigé par l'Inde, l'Iran et la Russie. Une telle alliance permettrait de résoudre de manière systémique un grand nombre de problèmes d'envergure mondiale. L'urgence de ce modèle est déterminée, notamment, par des raisons économiques, et pas seulement spirituelles et idéologiques. La Communauté sur l'axe Nord-Sud mettrait fin à toute forme d'hégémonie dans le monde des alliances agressives, limiterait leur capacité à mener des opérations militaires, créerait des opportunités pour le développement de technologies avancées - sans l'implication du système bancaire mondial, contrôlé par les centres transnationaux. Cette solution reviendrait à trancher un nœud gordien, à sortir d'un piège historique dans lequel nous avons été entraînés. Mais c'est une solution qui aiderait également la plupart des autres pays du monde. Elle atténuerait la tension qui s'est développée entre la Chine et l'atlantisme sur l'axe Est-Ouest. C'est la Russie qui se trouve au centre de ce carrefour géostratégique, ce qui n'est probablement pas un hasard. Ce sera un grand soulagement pour le monde, car l'Occident est un casse-tête pour beaucoup, notamment pour les pays en développement actif.

 

En créant un tel système d'harmonie mondiale et en décourageant les agressions, la Russie pourrait également assurer la stabilité dans un certain nombre de régions, dont le Moyen-Orient. Après tout, le chaos là-bas, la confrontation entre les Arabes et Israël, les radicaux et les agents de l'Occident sont possibles précisément parce qu'il n'y a pas d'axe Nord-Sud pour freiner ceux qui cherchent un monopole mondial. La création de cet axe serait une garantie pour tous ceux qui sont impliqués dans ces conflits, une chance de vivre en paix et de ne pas être évincés de l'arène géopolitique.

 

 

Vitaly Averyanov

 

http://averianov.net

Averyanov Vitaly Vladimirovich (né en 1973) - philosophe russe, personnalité publique, directeur de l'Institut du conservatisme dynamique (IDC). Docteur en philosophie. Il est membre permanent et vice-président du club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

https://izborsk-club.ru/18825

Vitaly Averyanov : La révolution d'en haut. Dernière chance  (Club d'Izborsk, 23 mars 2021)
Lire la suite

Vitaly Averyanov : Ces chansons ne sont pas du commerce, mais un message (Club d'Izborsk, 15 mars 2021)

15 Mars 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Arche russe, #Club d'Izborsk (Russie), #Musique, #Philosophie, #Politique

Vitaly Averyanov : Ces chansons ne sont pas du commerce, mais un message (Club d'Izborsk, 15 mars 2021)
Vitaly Averyanov : Ces chansons ne sont pas du commerce, mais un message (Club d'Izborsk, 15 mars 2021)

Vitaly Averyanov : Ces chansons ne sont pas du commerce, mais un message.

 

15 mars 2021

 

https://izborsk-club.ru/20791

 

 

Il n'y a pas longtemps, Vitaly Averyanov, un philosophe bien connu et l'un des fondateurs du Club d'Izborsk, a participé à une soirée de présentation. Ces dernières années, il a également écrit des chansons en tant qu'auteur et interprète depuis le début des années 90. Nous portons à votre attention une conversation avec lui.

 

- Vitaly, vous êtes connu comme une personnalité publique, un idéologue, un écrivain. Mais en 2019 est sorti votre premier CD arrangé "Russian Idea", maintenant, à la fin de 2020, le deuxième - "Evil Empire". S'agit-il de nouvelles chansons, ou de celles écrites dans les années 90 ?

 

- Comme je viens juste de commencer à promouvoir sérieusement mes chansons, j'ai l'avantage d'avoir beaucoup de terrain à couvrir. Sur les deux CD, il y a les premières chansons, celles qui ont été écrites dans les années 90 et celles qui sont totalement nouvelles. Il y a tellement de potentiel que je pourrais sortir un gros CD d'une heure chaque année pendant longtemps. Mais de nouvelles chansons sortent aussi.

 

- Quelle est la qualité de la promotion de ce projet ?

 

- Il avance sur internet à un rythme normal. Avec la télévision et la radio, ce n'est toujours pas le cas. L'inertie de l'ère de la capture du marché des médias par le show-business y prévaut, c'est une approche très formelle. Pour que quelque chose de nouveau soit mis en rotation, quelqu'un doit payer pour cela, selon la logique des éditeurs de musique. Dans mon cas, c'est une approche complètement différente. Ce n'est pas une production commerciale. C'est un message. C'est pourquoi je suis sûr que cette approche permettra de tout surmonter. En temps voulu... Mais combien de temps cela prendra-t-il, je ne le sais pas.

 

- Mais n'est-ce pas ennuyeux ?

 

- Ce qui est frustrant, c'est ça. Ces chansons ont leur propre public potentiel, qui peut être estimé différemment. Dans tous les cas, il s'agit de centaines de milliers, voire plus, d'auditeurs. Peut-être des millions... Ils ont besoin de ces chansons, et je peux le voir dans les réactions sur YouTube et sur Facebook, et en partie sur Odnoklassniki. Le répertoire qui inonde aujourd'hui l'espace musical ne permet pas à ce public de s'exprimer. Mais c'est difficile de l'atteindre. L'Internet offre une opportunité assez faible. Les programmes d'affiliation YouTube, auxquels j'ai proposé de coopérer, me considèrent comme trop politiquement incorrect pour être promu. Les clips vidéo sont les plus efficaces. Parfois, je parviens à trouver de nouveaux auditeurs grâce à des interviews présentées sous forme de vidéos. Souvent, les gens découvrent les chansons indirectement en prenant connaissance de ma position politique ou analytique. L'effet le plus important a été donné en temps voulu par le clip vidéo "Un ordre à Poutine", qui a été diffusé à la veille des élections présidentielles. En général, je cherche des outils plus radicaux pour atteindre l'auditeur. Mais je le fais sans fanatisme, comme on l'appelle de nos jours.

 

- Dans "Evil Empire", dans de nombreuses compositions, on ne sait pas très bien de quelle génération provient le message... Il pourrait s'agir de la vieille génération soviétique ou de la nôtre...

 

- En général, je ne suis pas, bien sûr, l'auteur qui court derrière le Komsomol avec son pantalon relevé. Pas de jeunesse délibérée et pas de flirt avec la musique de club - c'est ma position de principe. Quelqu'un pourrait dire sur cette base que ce sont des chansons pour les personnes d'âge moyen. Mais je le dirais : il a été écrit pour un public pensant, bien sûr. Et l'âge ne joue pas un rôle déterminant.

 

Le héros lyrique de la plupart des chansons est "flottant" et il trouve toujours des réalités tout à fait contemporaines, puis d'il y a dix ou vingt ans, ou parfois il souffle dans les souvenirs de l'époque des beatniks, des gopniks, des ouvriers des glissements de terrain vierges et des satellites... Parfois, il plonge même dans l'ère des "haches kosarik et des uryatniks-principaux". (J'ai même un cycle de chansons historiques, d'essence médiévale, dont je prévois d'enregistrer certaines et de les présenter sur de futurs disques). En d'autres termes, il s'agit d'une sorte de condensé de la mémoire populaire, lorsque les arrière-grands-pères, les pères et les arrière-petits-enfants se réunissent autour de la table et qu'un sujet générique est "moulé" à partir d'eux. En même temps, le héros lyrique est aussi socialement "flottant". Soit un SDF issu des bas-fonds de la société, soit un intellectuel de bas étage, soit un ouvrier contusionné par la vie, soit encore un élitiste, un diplomate par exemple, mais avec un langage décalé et des aphorismes issus des "gens profonds"... En d'autres termes, des couches cachées de langage se réveillent chez un homme, quel qu'il soit.

 

- Avez-vous des prédécesseurs dans les traditions poétiques et chansonnières russes à cet égard ?

 

- Je mentionnerais Bashlachyov le plus souvent à cet égard (du moins parmi les chanteurs).

 

- Et Vysotsky ? Vous avez des maniérismes poétiques différents, des mélodies différentes. Mais dans beaucoup de choses, on peut sentir, à première vue, une intonation similaire...

 

- Oui, je peux avoir cette association parfois, mais ensuite ce sentiment disparaît. Je chante naturellement, comme je parle, avec ma propre intonation. Mais si quelqu'un me dit que Vysotsky était mon prédécesseur, j'en serais honoré. Il y a toutes sortes de similitudes. Il y a imitation et il y a une proximité ou une consonance spirituelle. Je vais donner un exemple pour montrer à quel point l'un peut s'éloigner de l'autre. Dzhigurda a commencé par dire qu'il chantait "comme Vysotsky" dans le timbre et l'intonation. Je pense que me comparer à Djigurda est tout à fait capable de faire comprendre à quel point ces choses sont différentes.

 

 

 

Mais Vysotsky a pris le registre le plus large dans la chanson russe. Peu de gens le savent, mais il ne s'est pas contenté de créer son propre style, il a reproduit la manière dont le paysan russe chante dans la vie quotidienne, et non sur scène. Pas dans un village de paysans, mais dans une cour urbaine. Auparavant, un tel chant était considéré comme grossier, indigne d'être porté sous la lumière de la scène, mais après Vysotsky, ce "purisme" a été détruit, une certaine porte esthétique s'est ouverte. L'effet est semblable à ce que Pouchkine a fait avec la langue littéraire, livresque, en la rapprochant de la parole vivante.

 

On ne peut pas dire qu'il n'y avait rien de tout cela avant Vysotsky, mais avec sa nature catégorique caractéristique, il a élevé cette manière virile à une sorte d'apothéose. Plus l'échelle énorme de sa personnalité. Je pense que tout ce qui sera significatif à l'avenir dans le chant artistique russe sera associé à Vysotsky d'une manière ou d'une autre. Et surtout si le chanteur a une voix de baryton, ce qui est le cas de tant de bardes. D'ailleurs, c'est exactement ce qui s'est passé avec Bashlachev ; au début, il ressemblait beaucoup à Vysotsky.

 

Mais j'ai plus de points communs avec Bashlachev en ce qui concerne son intonation musicale et son jeu de langue. D'ailleurs, dans "L'Empire du Mal" le jeu de langage occupe une grande place... Par exemple, les trois ballades du cycle "L'Empire du Mal" sont construites sur la vibration des mots avec le suffixe "nik".

 

- Puis-je avoir un exemple pour la compréhension ?

 

- S'il vous plaît. "Les officiers secrets veillent depuis les fourmilières. / Un appel sur le téléphone portable, ils ont roulé leurs sacs de couchage, / Ils ont roulé leurs époussettes, sans chichi ni panique / Ils ont changé de pantalon de survêtement, rangé leurs nakomarniks - / Ils sont partis à Khamovniki, pour faire un rapport à leur supérieur..." Et les trois parties du cycle perdurent dans un tel jeu.

 

Un autre exemple est "Le cauchemar d'Ivan le diplomate", qui repose sur la réduplication lexicale, comme l'appellent les philologues. Il y a presque un vocabulaire de ces répliques dans la chanson, ainsi que des inserts d'argot, des mots-parasites, mais dans leur variété grasse. Il s'avère que j'ai un diplomate de conte de fées, une sorte d'Ivan le fou qui s'est égaré à Monaco, Davos et Saint-Répo.

 

Encore plus drôle dans les chansons "Lecture" et "Objectification" - il y a une parodie du langage des scientifiques, beaucoup de mots rimés se terminant par "isme".

 

- Il commence par être réprimandé pour avoir été un fasciste... Y a-t-il un élément d'autobiographie ici ?

 

- Absolument. Ces deux chansons ont été écrites en 2000, lorsque j'ai soutenu mon doctorat à l'université d'État de Moscou. Et la chanson est chantée au nom du jeune scientifique-humanitaire. Mais mon héros lyrique traverse une crise et il a une peur pathologique de tomber au bord du chemin. Et au fil de l'histoire, il passe du statut de "traditionaliste" qui vénérait la Sainte Inquisition à celui de postmoderne féministe androgyne qui reçoit des subventions occidentales.

 

- Vos gros morceaux, comme "Russian Idea" ou "Vatniks", combinent une synthèse profonde de différents styles musicaux, mais en même temps, ils sont superposés comme une tarte avec des chansonnettes. Comment définissez-vous ce genre ?

 

- Je ne pense pas qu'il y ait encore un nom pour ça. Cela ressemble en quelque sorte à des mini-musicales. Je n'exclus pas la possibilité qu'en combinant ces éléments, on puisse faire une véritable comédie musicale russe. Il y a vraiment beaucoup d'instruments, tout un orchestre symphonique. Ici, le grand mérite de l'arrangeur Yuriy Seredyuk. Et les chansonnettes utilisaient des instruments folkloriques. La dernière fois, dans "L'idée russe", c'était un accordéon qui jouait, et dans "Les Vatniks", une balalaïka, jouée par l'un des meilleurs maîtres de cet instrument, Konstantin Zakharato.

 

- Et qui chante les chansonnettes ?

 

- En dehors de moi, il y a des chanteurs invités. La dernière fois, ce sont les deux actrices et ma fille Katya qui ont très bien joué les chansonnettes. Cette fois, les chansonnettes étaient plus rudes, plus masculines. Nous les avons chantées avec l'acteur Andrei Ankundinov.

 

- Parlez-nous des chansons à couplets de Velimir Khlebnikov.

 

- Je suis en fait un spécialiste de Khlebnikov. J'ai pourtant écrit des ouvrages sur lui, dans les années 90. Mais j'ai toujours eu besoin, en tant que chanteur, de chanter beaucoup de ses œuvres. Après tout, très peu de gens chantent Khlebnikov. "Auktsyon a un jour sorti un album basé sur ses paroles. J'ai un grand respect pour Auktsyon, car très peu de groupes ont réussi à créer un style unique. Mais dans ce cas, ils ont obtenu une interprétation aussi classique de l'avant-garde que de la créativité schizophrénique. En définitive, le clivage entre le mot et la personnalité est l'expérimentation. Et la grande poésie est une harmonie.

 

Le fait est que Khlebnikov est très musical ; il est épique et lyrique à la fois. En même temps, il est un poète impérial russe, eurasien, cosmique et imprégné d'une sorte d'érotisme et de volonté de vivre. En gros, il ne rentre pas dans le cadre de cette avant-garde pathologique et décadente. Sur le disque "Empire of Evil", je me suis efforcé de présenter le début chantant et harmonique de Khlebnikov. Deux pièces sont basées sur ses chefs-d'œuvre "Bodysatva" et "Rus', vous êtes tous un baiser dans le givre...". (arrangé par Seredyuk). Et encore deux choses : ce sont des collages de poésie, c'est-à-dire que dans le texte, ses vers et ses lignes sont intercalés avec les miens. Ces choses ont fait d'autres arrangeurs - Ivan Muravsky.

 

- Il y a une chanson sur le CD, qui peut être référée strictement à des paroles d'amour. Et son titre est "Rainbow"... A notre époque, donner un tel titre à une chanson est un défi...

 

- Oui... Eh bien, si ça vous intéresse, je vais vous donner mon avis. L'étoile à cinq branches et la svastika sont des symboles anciens et traditionnels. Relativement récemment, ils furent usurpés par des forces occultes et politiques. Nous savons que la représentation de croix gammées en Russie aujourd'hui peut être punie comme une propagande du nazisme. Bien que nous ayons beaucoup de croix gammées dans les fresques des églises orthodoxes, sans parler des ornements folkloriques. Le svastika est l'un des principaux symboles de l'hindouisme et du bouddhisme. En général, la loi qui punit la croix gammée simplement en tant que croix gammée en soi est primitive, absurde et illettrée...

 

Quant au symbole de l'arc-en-ciel, nous avons affaire ici à une provocation monstrueuse du "côté obscur", à une moquerie directe de la Bible, de la tradition abrahamique. L'arc-en-ciel était le symbole de l'alliance entre Dieu et Noé après le déluge mondial. Et le déluge, comme nous le savons, a eu pour cause la dépravation de toute chair. En gros, Dieu a lavé cette vieille civilisation LGBT honnie des Confucianistes, pour donner une nouvelle chance à l'humanité. Cette chance - de vivre sans altération, de vivre naturellement, dans la vérité - est symbolisée par l'arc-en-ciel. Et c'est ce symbole que les transnationales, ces patrons super-riches et super-puissants des pervers d'aujourd'hui, ont monopolisé et "acheté" pour leurs pupilles. On en arrive à un point ridicule dans notre patrie sauvée par Dieu lorsque la députée Lakhova, qui a promu pendant des années le féminisme, le soi-disant planning familial, l'éducation sexuelle et la justice des mineurs, se rebelle maintenant soudainement contre la crème glacée ou le dentifrice, je ne me souviens plus exactement, avec le nom "Rainbow" pour nous protéger, soi-disant, de la propagande LGBT.

 

Au lieu de protéger les gens normaux de cette abomination, ils leur interdisent d'utiliser un symbole et une image aussi beaux que l'arc-en-ciel. Qu'est-ce qui pourrait être plus absurde ?

 

- Lors de votre soirée créative, votre livre "La civilisation du déluge et la guerre mondiale hybride" a été présenté en plus du CD. Cela pourrait être le sujet d'un exposé séparé, mais comme vous avez déjà commencé à parler du Déluge... qu'entendez-vous par Déluge contemporain ?

 

- Un grand document collectif y a été consacré, que nous avons publié au début de 2020, remarquez, avant l'annonce de la pandémie. Il s'appelle "L'Arche russe". Une stratégie alternative pour le développement mondial. À bien des égards, c'était comme une prophétie. Et dans mon livre d'auteur, je développe ce thème, notamment en analysant les événements de la 20e année fatidique, et nombre de nos diagnostics sont absolument exacts. Mais n'en découle-t-il pas que la formule que nous proposons est également correcte et doit être adoptée le plus rapidement possible ?

 

Par le déluge, nous n'entendons pas un grand déluge mais un certain état de l'humanité dans lequel il glisse. Il existe le mot anglais flood - il est même devenu un terme spécial dans la sphère numérique. Mais ce n'est pas seulement une inondation numérique, c'est l'érosion de tout et de rien, l'érosion des cultures et des traditions, l'érosion de l'homme lui-même, sa corruption.

 

Pour l'affronter, nous ne devons pas reconnaître les drapeaux et les bannières du déluge, leurs symboles, mais les refuser à l'ennemi. Ils n'ont pas le droit d'usurper l'espace de notre culture... C'est à eux de répondre devant les tribunaux de l'utilisation des arcs-en-ciel, des croix gammées et autres symboles. Et tous les autres devraient bénéficier d'une liberté totale de symboles. Je suis sûr que ce sera le cas dans l’État de l’Arche que nous devons construire au XXIe siècle.

 

 

Vitaly Averyanov

 

http://averianov.net

Averyanov Vitaly Vladimirovich (né en 1973) - philosophe russe, personnalité publique, directeur de l'Institut du conservatisme dynamique (IDC). Docteur en philosophie. Membre permanent et vice-président du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc

Lire la suite

Serge Pisarev : La couleur du Titanic n'a pas été décisive (Club d'Izborsk, 13 mars 2021)

13 Mars 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Arche russe, #Club d'Izborsk (Russie), #Philosophie, #Politique, #Russie, #Société

Serge Pisarev : La couleur du Titanic n'a pas été décisive  (Club d'Izborsk, 13 mars 2021)
Pierre Ier de Russie peint par Paul Delaroche

Pierre Ier de Russie peint par Paul Delaroche

Serge Pisarev : La couleur du Titanic n'a pas été décisive

 

13 mars 2021

 

https://izborsk-club.ru/20776

 

 

"La Russie doit-elle rester dans le processus éducatif de Bologne ?" - Les participants à la table ronde, qui se tiendra le 15 mars à la Chambre publique de la Fédération de Russie, répondront à cette question et à d'autres. La Chambre publique de Russie, l'Union des femmes orthodoxes, la société Tsargrad et le Conseil du peuple russe figurent parmi ses organisateurs. A la veille de l'événement, l'expert du projet de la doctrine nationale d'éducation de la Fédération de Russie, membre du Conseil de coordination du Conseil des parents de Russie, président du fonds "Entrepreneur russe" Sergey Pisarev répond à ses questions.

 

- Serge Vladimirovich, quelles sont les véritables raisons pour lesquelles la Russie a abandonné, à la fin des années 1990, le système éducatif traditionnel russe et soviétique ?

 

- Le système éducatif s'inscrit dans la continuité de la politique de l'État dans son ensemble. En fait, c'est l'une des principales institutions de formation de l'État. Lorsque le système et les objectifs stratégiques de l'État changent, le système éducatif change en règle générale, s'adaptant aux besoins de l'État. Je ne suis pas d'accord avec cette déclaration : « Ce qu'est l'éducation, ce qu'est la société. C'est tout le contraire ».

 

Cette thèse peut être confirmée par des exemples historiques. Pierre Ier a fixé comme objectif à l'État de devenir l'une des premières puissances mondiales. En premier lieu, il s'agissait de construire l'armée et la marine, de moderniser l'industrie. Pour ce faire, le roi avait surtout besoin des exécuteurs de son testament, compétents et proactifs. Dans tout le pays a commencé la sélection de jeunes gens ambitieux et énergiques qui ont été envoyés étudier à l'étranger - dans des universités, des écoles de Marine et d'autres écoles. Ce n'est pas leur origine qui a été décisive, mais leurs capacités et leur diligence. C'est alors qu'a commencé la création de leur propre système éducatif, en fait - à partir de zéro. Bientôt, la première université de Russie a été créée.

 

Sous Staline, l'Union soviétique se développe dans des conditions de grave isolement politique et économique international, avec la menace croissante d'une agression militaire directe. On ne pouvait compter que sur ses propres forces, et l'éducation était chargée de former son propre personnel de haute qualité, composé d'ingénieurs, de constructeurs, de scientifiques, de militaires et de créateurs, capables de résoudre les tâches les plus inhabituelles, quelle que soit leur complexité, dans les délais les plus brefs. Et le système éducatif soviétique avait rempli cette tâche. En conséquence, nous avons gagné la plus terrible des guerres et conduit l'humanité dans l'espace. L'éducation soviétique était reconnue comme la meilleure au monde, de nombreux pays l'ont copiée avec succès. Et ce, non pas en raison d'un amour particulier du tsar Pierre le Grand ou du "père de toutes les nations" pour ses citoyens, mais parce qu'un personnel qualifié et formé au patriotisme était une condition nécessaire à l'existence même de l'État.

 

- Quelle a été la raison de la formation à grande échelle et disproportionnée de gestionnaires, de comptables et d'avocats dans les années 1990 ? Quelle idéologie a dicté ce parti pris ?

 

- Après l'effondrement de l'URSS, la Fédération de Russie a choisi la voie de l'intégration à la civilisation occidentale, abandonnant sans combattre ses positions conquises et ses acquis sociaux. L'Occident a toujours considéré la Russie, avant tout, comme un appendice des matières premières, une source de ressources et de main-d'œuvre bon marché. Par conséquent, les industries à forte intensité scientifique et de haute technologie, telles que l'ingénierie mécanique, la construction aéronautique, etc. ont commencé à disparaître progressivement. Par conséquent, les spécialistes, qui ont été formés pour eux dans les écoles et les universités russes, n'étaient pas non plus nécessaires. Les créateurs et les créateurs possédant des connaissances fondamentales se sont retrouvés au chômage. Seules les spécialités et les universités qui préparent les métallurgistes, les pétroliers, les ingénieurs des mines - c'est-à-dire les spécialistes des industries des matières premières - sont restées demandées. Tout le reste, des biens de consommation aux avions, devait être fourni par l'étranger, aux dépens des recettes d'exportation de matières premières. Et pour assurer la vente de produits étrangers dans notre pays, seuls des gestionnaires, des comptables et des avocats sont nécessaires.

 

Eh bien, en guise d'idéologie, M. Fursenko, à l'époque ministre de l'éducation, a annoncé le concept suivant : "L'éducation d'un consommateur qualifié".

 

Citation : "L'une des faiblesses du système éducatif soviétique était de tenter de former un créateur humain ; aujourd'hui, la tâche consiste à élever un consommateur qualifié..."

 

Cette idéologie est toujours en cours d'application, et nous pouvons tous le voir parfaitement. Bien que l'expression "consommateur qualifié" elle-même témoigne du niveau d'éducation pas très élevé de l'ancien ministre lui-même : "Consommateur qualifié" est comme "bon meurtrier" ou "délicieux poison", car une personne vraiment instruite ne mettrait jamais la consommation matérielle en tête de sa liste. Le système éducatif produit encore des "consommateurs" à grande échelle, mais loin d'être des "consommateurs qualifiés".

 

- Comment, et selon quels critères, la qualité de l'éducation est-elle évaluée pour la plupart des diplômés universitaires aujourd'hui ?

 

- L'État russe moderne (à l'exception des industries des matières premières et du complexe militaro-industriel) a avant tout besoin de consommateurs. C'est pourquoi, dans les années 1990, les ingénieurs et les scientifiques soviétiques ont dû être reconvertis en masse en vendeurs, "gestionnaires", logisticiens et agents de sécurité. Aujourd'hui, les systèmes éducatifs russe classique et soviétique traditionnels ont été démantelés ; ils ont été remplacés par l'examen d'État unifié (USE) dans les écoles secondaires et le système de Bologne dans les universités. L'éducation elle-même est également considérée comme un secteur de services.

 

La diminution du niveau de formation du personnel atténue les problèmes de gestion : les citoyens moins instruits sont moins exigeants et moins demandeurs de la qualité du pouvoir en tant que tel. Les diplômés des écoles et des universités d'aujourd'hui reçoivent, en plus de leurs diplômes, un complexe d'infériorité morale intégré. Ils sont conscients du niveau misérable de leurs connaissances, mais se considèrent souvent comme responsables de leur infériorité. Les personnes ayant ce complexe et des exigences réduites sont moins enclines à une perception critique de la réalité, elles sont plus faciles à manipuler.

 

Dans le système éducatif, il suffit d'avoir plusieurs universités d'élite pour tout le pays, et le système "Sirius", qui sélectionne les écoliers capables et éduque les enfants de l'élite. Le niveau de formation dans les écoles secondaires ordinaires et les universités a chuté de manière spectaculaire et est loin d'être aussi bon qu'à l'époque soviétique.

 

Seuls quelques-uns souffrent de l'absence de grands objectifs, comprennent que leur potentiel humain n'est pas pleinement réalisé, qu'eux-mêmes et le pays pourraient accomplir beaucoup plus. Ce sont ces personnes qui, le plus souvent, se rendent aux rassemblements et aux manifestations avec des revendications politiques et causent tant de désagréments aux autorités.  Le fait de comprendre que de tels événements sont souvent organisés grâce à des subventions occidentales et sont dangereux pour la société n'arrête pas tout le monde.

 

- Les partisans du système de Bologne affirment que, grâce à lui, l'éducation russe est désormais unifiée et intégrée aux systèmes et aux normes d'éducation européens et mondiaux, dans le cadre des diplômes de licence et de master.  Théoriquement, un étudiant russe, ayant commencé sa formation en Russie, peut la poursuivre dans n'importe quel autre établissement d'enseignement supérieur européen ou américain.

 

Les opposants au système de Bologne disent que le système n'enseigne pas comment étudier de manière indépendante, qu'il ne donne pas des connaissances mais des compétences, qui deviennent très vite obsolètes, et qu'il produit des bacheliers maladroits, qu'il fait plus de mal que de bien... quelle est votre position ?

 

- Il est inutile de discuter des avantages et des inconvénients du système éducatif de Bologne, de ses avantages et de ses inconvénients. C'est comme se disputer pour savoir si le Titanic est peint de la bonne couleur ou non, alors que le navire se dirige vers l'iceberg.

 

Le système de Bologne est bien adapté aux tâches de formation de l'État actuel. Elle n'a pas besoin de créateurs ayant des connaissances fondamentales en grand nombre et est même nuisible. Mais des bacheliers mal formés avec un minimum de formation professionnelle, c'est parfait ! Le produit du système de Bologne - des personnes fonctionnelles aux perspectives limitées, des consommateurs sans aucune ambition, le matériau le plus commode pour tout État qui n'a pas de "grands" objectifs. Former les masses grises avec un complexe de leur propre infériorité - le système éducatif moderne s'acquitte parfaitement de cette tâche ! Personne ne l'a fixé autrement.

 

Nos diplômes ne sont pas valorisés et ne sont toujours pas reconnus en Occident.

 

Dans le même temps, si un étudiant russe prometteur ayant le profil requis attire l'attention des "parties prenantes" occidentales, celles-ci n'hésitent pas à le tirer cyniquement vers elles, en lui faisant une offre "qu'il ne peut refuser". La condition préalable est la maîtrise de la langue, afin de réduire au maximum la période d'adaptation. Et le système éducatif russe assume également ces coûts, en préparant un personnel aussi prêt que possible pour l'Occident.

 

Le problème est tout autre : aujourd'hui, l'État russe ne dispose ni d'un objectif stratégique, ni des tâches actuelles qui en découlent, ni de "termes de référence" appropriés pour la formation du personnel. Si quelqu'un "d'en haut" a décidé qu'il valait mieux acheter des Boeing et des Airbus d'occasion que de construire nous-mêmes des avions civils, alors pourquoi devrions-nous créer un système de formation "idéal", même s'il s'agit de constructeurs d'avions "admirables" ? Autrefois, il n'y avait pas besoin de spécialistes des matières premières - il était plus facile et moins cher d'acheter un produit importé tout prêt. Et seule l'introduction de sanctions occidentales n'a eu besoin que quelques années pour relancer l'industrie fromagère nationale et former des spécialistes de classe mondiale. Comme on dit, grâce à Obama !

 

La situation de notre complexe militaro-industriel unique est un peu (excusez-moi bien sûr !) comme la situation du fromage : nous avons besoin des meilleures armes du monde (la Russie est trop tidbit !), mais personne ne veut jamais nous les vendre. Donc nous le faisons mieux que quiconque. Comme, d'ailleurs, nous pouvons faire mieux que quiconque n'importe quoi. Si la pression est là. Même le fromage !

 

- Quelles mesures peuvent être proposées au gouvernement pour résoudre la crise de l'éducation ?

 

- Il ne sert à rien de changer le système éducatif tant que l'État n'a pas déterminé sa propre idéologie en matière d'objectifs et de développement. Il convient d'abord d'élaborer une stratégie, puis de préparer le système éducatif à ces buts et objectifs. S'il n'y a pas d'objectifs fixés par l'État, il est inutile de changer le système éducatif.

 

Nous devons nous rappeler qu'un État "sans objectifs, sans gouvernail et sans vent" ne peut durer éternellement. Même si l'État est grand et riche comme la Russie. Dès qu'elle est assez faible, il y a ceux qui veulent la mettre en pièces.

 

Pour éviter un avenir sombre, le pouvoir doit se comporter comme un adulte, assumer les fonctions de fixation des objectifs, de formulation des tâches et des phases de développement.

 

Le pays sera-t-il capable de mettre en marche le moteur de sa propre industrialisation et de son développement national, ce qui est le seul moyen de faire passer le pays de l'arrière-pays au rythme rapide du progrès ? La fenêtre d'opportunité est encore ouverte. En suivant cette voie, Pierre le Grand et Joseph Staline, à différentes périodes de l'histoire russe, ont réussi non seulement à sauver le pays, mais aussi à le hisser parmi les leaders mondiaux. L'idéologie et le concept de construction de l'État - voilà ce dont il faut discuter en premier lieu. Ce n'est qu'en disposant de ces éléments fondamentaux pour la société qu'il est possible de proposer un système d'éducation moderne et complet.

 

Il est évident qu'une éducation à part entière se compose de deux éléments : "C'est-à-dire qu'un jeune qui quitte l'école ne doit pas seulement connaître les mathématiques et la chimie, mais aussi être une personne spirituellement développée, un patriote de son pays. Quoi de pire comme produit du système éducatif qu'un physicien talentueux qui rêve de "quitter" le "rasha" qu'il méprise ? Même si aujourd'hui l'État ne peut pas dire précisément de quelles professions il aura besoin demain, il pourrait utiliser des patriotes de grand talent hier, aujourd'hui et demain.

 

On dit à juste titre : "Si vous ne l'aimez pas, proposez-le". Je l'ai déjà suggéré, mais je vais le répéter ("Sergey Pisarev. Qui est coupable et que doit-on faire ?"). Il est nécessaire de créer un manuel d'histoire unique pour toutes les écoles. Toutes les périodes (prérévolutionnaire, soviétique, moderne) auraient été couvertes selon le principe "dire le bon et le mauvais", mais il devrait y avoir plus de "bon" (d'autant plus que dans la vraie vie, c'est le cas !). En fait, même dans les années 90 "détestées", nous pouvons voir beaucoup de choses positives, même à travers les yeux des "monarchistes" et des "communistes". Prenez au moins l'ouverture des églises, l'autorisation de l'entreprise privée, la liberté d'expression et ainsi de suite. Que dire des autres périodes de l'histoire russe ! Nous devons mettre un terme à la situation dans laquelle les "paroissiens" du centre Eltsine méprisent les "paroissiens" du mausolée, tandis que les paroissiens de la cathédrale du Christ-Sauveur, pour ne pas dire plus, n'aiment ni l'un ni l'autre. Le cygne, l'écrevisse et le brochet. Sur cette aversion mutuelle, une nouvelle génération se développe et peut inévitablement conduire à la prochaine année 1917 ou 1991. Il est clair qu'un "bon manuel d'histoire" ne résoudra pas à lui seul tous les problèmes, mais pourquoi contribuer à faire basculer la situation avec un "mauvais" manuel ?

 

Nous aimerions terminer par des citations des dirigeants de nos rivaux géopolitiques :

 

Otto von Bismarck : « Les guerres ne sont pas gagnées par des généraux, mais par des instituteurs ».

 

John F. Kennedy : « L'URSS a gagné la course à l'espace derrière un bureau d’école".

 

N'y a-t-il plus que des amis en Russie aujourd'hui ?

 

 

Serge Pisarev

 

http://rnk-concept.ru

Serge Vladimirovich Pisarev (né en 1960) est un entrepreneur et une personnalité publique, président de la Fondation des entrepreneurs russes, membre du conseil de coordination du mouvement public Sobor parents de Russie et membre permanent du Club Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Serge Pisarev : Que faut-il faire ? Trois thèses sur les résultats des manifestations de janvier (Club d'Izborsk, 4 février 2021)

4 Février 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Arche russe, #Club d'Izborsk (Russie), #Economie, #Philosophie, #Politique, #Russie, #Société

Serge Pisarev : Que faut-il faire ? Trois thèses sur les résultats des manifestations de janvier  (Club d'Izborsk, 4 février 2021)

Serge Pisarev : Que faut-il faire ? Trois thèses sur les résultats des manifestations de janvier

 

4 février 2021

 

https://izborsk-club.ru/20617

 

 

 

1) En parlant avec des écoliers (j'ai moi-même trois fils mineurs : 2, 6 et 11 ans), avec des étudiants (nous avons organisé des événements "idéologiques" à l'UrFU), il s'avère que pour ceux qui pensent à leur avenir, la question principale n'est même pas l'argent, mais la compréhension de leur avenir et du pays dans son ensemble (comment pouvons-nous planifier le nôtre sans savoir ce qui arrivera à l'État ?)

 

Avant la révolution, il y avait "Russie - la troisième Rome", "Orthodoxie, Autocratie, Nationalité" et leurs composantes.

 

Après cela, en URSS, c'était "la société de la justice sociale".

 

Aujourd'hui, la Russie est une "société de consommateurs éduqués" ; "le lieu où l'on fait de l'argent", et plus il y en a, mieux c'est, et dans n'importe quelle position. Il n'y a essentiellement pas de points de référence et de valeurs non matérielles (comme il y en a toujours eu en Russie). Dans les écoles et les universités, il y a au maximum 1 à 2 étudiants par classe qui pourraient se déclarer ouvertement "pour Poutine, pour la Russie".

 

Ce qu'il faut, c'est une idéologie moderne qui tienne compte des réalités et des défis actuels, qui explique "le caractère unique de la Russie moderne et future" et qui prouve à sa population (surtout aux jeunes) qu'elle a "la chance de naître et de vivre ici". Les États-Unis ("City on a Hill"), l'Europe (économie, droits de l'homme) et la Chine (culture, histoire et traditions millénaires) ont de telles "idéologies". Le "lieu où l'on fait de l'argent" actuel de la Russie, avec l'inégalité sociale croissante, conduira inévitablement à une explosion sociale.

 

Notre proposition : adopter "Russie - Arche de Noé de l'humanité" comme idéologie russe moderne (le concept a été proposé en 2008). Nombre de ses dispositions sont déjà partiellement mises en œuvre (synthèse du meilleur de la "monarchie", du "socialisme" et du "capitalisme", interdiction des OGM, famille traditionnelle, attribution d'un hectare de terre, etc.) Dans le "discours de Davos", Vladimir Poutine a essentiellement exprimé sa "version d'exportation". Peut-être est-il temps d'adopter ce concept dans son ensemble ? Les jeunes d'aujourd'hui ne regardent pas la télévision. Mais la question principale n'est pas de savoir "COMMENT les atteindre", mais "QUOI leur offrir", ce qui est intéressant, "cool" et "à couper le souffle". Le "RNC" a essayé - ça marche. D'ailleurs, les parents en ont tout autant besoin.

 

2. Élaborer et adopter un manuel d'histoire unifié et idéologiquement utile pour les écoles de Russie (de tels manuels sont utilisés aujourd'hui dans d'autres pays, des États-Unis à l'Ukraine). L'histoire est une arme. Le pluralisme d'opinion (par exemple : Vlasov est un traître ou un héros, etc.) est hors des murs de l'école. Exemple : un manuel d'histoire moderne affirme que "le régime a fait des concessions grâce aux protestations des masses en 1905, et les gens ont eu une vie meilleure. (N'est-ce pas là un appel implicite à la jeunesse d'aujourd'hui pour qu'elle "vienne aux barricades" ?) Pas un mot sur l'aide japonaise ou américaine aux "révolutionnaires". D'ailleurs, la nouvelle constitution contient déjà "Dieu", alors qu'il n'y a encore qu'une seule version de l'origine de l'homme à l'école, celle d'un singe.

 

3. la plupart des manifestants ont entre 25 et 35 ans Il s'agit des anciens, actuels ou futurs représentants potentiels des petites et moyennes entreprises (PME). Ces dernières années, selon les publications des médias, en moyenne 500 000 entreprises sont ouvertes chaque année en Russie, tandis qu'environ 1 million sont fermées. Et la PME n'est même pas tant l'économie du pays que l'emploi, la prospérité, un "canal" pour canaliser l'énergie de citoyens passionnés, les rêves d'avenir des écoliers et des étudiants. Mais ils voient que la Fédération de Russie semble avoir un marché, et leur destin est de devenir "ouvriers et paysans", comme en URSS, mais sans ses garanties sociales. Dissonance de la conscience. Les problèmes des PME sont bien connus : la mainmise des grandes entreprises (dont Sber) sur leurs domaines d'activité ; le taux "mort" du crédit bancaire ; l'augmentation annuelle des droits de douane et des taxes.

 

Cette situation place ces personnes devant un choix :

 

"Marchez sur le rêve et allez faire du taxi" ;

"Aller à l'Ouest" ;

"Révolte".

 

Ce n'est pas un choix riche et rentable pour la Russie ou la société dans son ensemble.

 

Bien sûr, il y a d'autres propositions sur ce sujet, mais elles sont bien connues et on en a déjà beaucoup parlé.

 

Sergey Pisarev

 

https://rnk-concept.ru

Serge Vladimirovich Pisarev (né en 1960) est un entrepreneur et une personnalité publique, président de la Fondation russe des entrepreneurs, membre du conseil de coordination du mouvement public des parents Sobor de Russie, et membre permanent du Club Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Serge Pisarev : Que faut-il faire ? Trois thèses sur les résultats des manifestations de janvier  (Club d'Izborsk, 4 février 2021)
Lire la suite

Alexander Notin : La démocratie en vrac (Club d'Izborsk, 26 janvier 2021)

26 Janvier 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Arche russe, #Club d'Izborsk (Russie), #Politique, #Russie, #Société

Alexander Notin : La démocratie en vrac  (Club d'Izborsk, 26 janvier 2021)

Alexander Notin : La démocratie en vrac

 

26 janvier 2021

 

https://izborsk-club.ru/20570

 

 

Le 23 janvier, l'Occident nous a apporté un nouveau lot de démocratie. Et une fois de plus, il l'a empilée avec le goût, l'odeur et le toucher appropriés. Cet outrage se poursuivra jusqu'à ce que la Russie érige un autre rideau de fer. Le moment est venu d'examiner la situation rétrospectivement, au moment présent et dans le brouillard de ce qui est à venir.

 

Ne remontons pas très loin dans le temps. Le rideau de fer le plus proche de nous a été créé dans les années 20 et de deux côtés à la fois : de ce côté et du nôtre. La main de Dieu était déjà visible en cela à l'époque. D'une part, l'Occident collectif, encerclant la Russie soviétique d'un mur impénétrable de sanctions, d'isolement, de sabotage et d'agression directe, contre sa propre volonté, la protégeait de l'impact spirituel des leurs. L'orthodoxie a alors non seulement survécu en tant qu'esprit, mais dans le creuset de la répression et de la rébellion, grâce aux exploits de nouveaux martyrs, elle a accumulé un capital céleste, grâce auquel, 70 ans plus tard, notre église a pu renaître. L'Union soviétique n'a pas été vaincue. Elle est tombée au tournant des années 1990 à cause de sa propre impiété et de l'incapacité d'une force telle que le marxisme-léninisme à créer un "homme nouveau". Pendant ce temps, le christianisme, il y a 2000 ans, savait et affirmait que l'homme libre, en tant qu'image et ressemblance originelles de Dieu, ne peut pas se changer pour le mieux, en conquérant les passions et les péchés, à moins d'appeler l'aide de son Créateur. Ainsi, le premier rideau, s'il a aidé la Russie, n'a été que partiel. Il en fallait une deuxième.

 

Le deuxième rideau de fer commence à être érigé aujourd'hui, 30 ans après la destruction de l'URSS. Elle est érigée à nouveau par l'Occident collectif, malgré le fait que la Russie d'Eltsine s'est pliée et humiliée devant elle d'une manière que personne n'a jamais connue auparavant. Nous, comme le singe à lunettes de Krylov, flirtions sans fin, nous faisions l'amour avec eux, copiant tout, de la constitution au mode de vie. Et que s'est-il passé ? Dès les premiers jours de la perestroïka, nous avons assisté à un durcissement satanique de l'Occident contre une Russie apparemment vaincue et volée. Aujourd'hui, cette amertume atteint un point culminant. Il y a eu plus de calomnies, de menaces et de provocations que même sous le régime soviétique. L'Occident est en train d'ériger un nouveau rideau de fer, encore plus haut, même si la Russie, au sens classique de la démocratie libérale, a depuis longtemps et indéniablement dépassé ses maîtres. La récente élection pseudo-présidentielle aux États-Unis, qui n'a laissé qu'une seule vérité et un seul parti dans l'Amérique démocratique, en est un exemple.

 

Et nous, alors ? Que cela nous plaise ou non, que cela plaise ou non au Kremlin, nous devrons une fois de plus nous aligner sur l'initiative de l'Occident concernant la construction du rideau de fer - uniquement de notre côté. Sinon, nous serons confrontés à un effondrement et à une rupture totale, ce que Dieu ne permettra pas. Car la Russie, après un siècle de guerres, d'expériences et de perestroïka, est trop faible dans les genoux pour supporter une nouvelle révolution.

 

De ce point de vue, Navalny, avec son dernier coup "démocratique", n'est rien d'autre que le dernier avertissement chinois aux éléments sains du Kremlin, s'il en reste. On aimerait croire que c'est vrai, comme dans le cas du prophète Elie, que le Tout-Puissant a préservé les "sept mille fidèles" qui n'adorent pas Baal, bien que le prophète lui-même n'en ait pas vu.

 

En Russie, bien sûr, il y a les fidèles. Tant au Kremlin qu'à l'extérieur. Notre poudre à canon ne s'enflammera pas en empilant la démocratie de l'extérieur. Cette poudre à canon a une qualité et des propriétés différentes de celles de l'Ouest. C'est la poudre d'un messianisme russe divin, qui se prépare à unir le summum de la justice sociale à la toute-puissance spirituelle de la Trinité pour la première fois de son histoire. Pour cela, nous avons une expérience à la fois pratique et historique. Et, plus important encore, la racine du christianisme orthodoxe, préservée dans l'Église comme pilier et fondement de la Vérité. C'est à cette limite, la limite de l'infiniment dérangeant et même effrayant à cause de la hauteur du défi, que nous nous trouvons. Nous sommes à une traversée orageuse, mais pas au début, mais plus près de la fin.

 

C'est l'essence même du moment présent. Elle atteindra sa plénitude lorsque Dieu achèvera la construction du rideau de fer avec les mains des néolibéraux - uniquement de notre côté. Ensuite, le déblaiement des écuries d'Augias des tas d'excréments des phénomènes sociaux et culturels étrangers à la Russie commencera. Il n'y a pas d'autre issue pour nous.

 

Quant au brouillard du futur, dans son épaisseur on peut déjà voir, esquisser les contours d'une nouvelle civilisation russe, capable non seulement de sauver la Russie de la décadence et de la dépravation finales, non seulement de l'aider à résister à la tectonique de la crise mondiale, causée par l'effondrement de l'Occident, mais aussi de montrer au monde l'horizon salvateur de la transformation spirituelle et culturelle.

 

 

Alexander Notin

 

http://pereprava.org

Alexander Ivanovich Notin est un personnage public russe, historien, diplomate. Responsable de la communauté culturelle et éducative "Pereprava". Chef du groupe d'investissement Monolit, assistant du gouverneur de la région de Nijni Novgorod, V.P.Shantsev. Membre régulier du Club d’Izborsk

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Vitaly Averyanov : les petites villes sont la clé de la renaissance de la Russie (Club d'Izborsk, 20 janvier 2021)

20 Janvier 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Arche russe, #Club d'Izborsk (Russie), #Economie, #Environnement, #Philosophie, #Politique, #Russie, #Religion

Vitaly Averyanov : les petites villes sont la clé de la renaissance de la Russie  (Club d'Izborsk, 20 janvier 2021)

Vitaly Averyanov : les petites villes sont la clé de la renaissance de la Russie

 

20 janvier 2021

 

https://izborsk-club.ru/20551

 

 

 

 

Je me souviens souvent des paroles de Velimir Khlebnikov en 1914 : "Nous ne connaissons qu'une seule capitale - la Russie. Et seulement deux provinces : Saint-Pétersbourg et Moscou". Il y a une vérité profonde derrière ces mots. Et cette vérité s'est maintenant énormément aiguisée. Dans le discours de nos collègues, il y avait une idée très vraie, que je vais formuler à ma façon. Le monde est confronté à un défi sans précédent à la fin du XXe et au début du XXIe siècle. C'est le défi de la mégalopole rapace. Je ne parle pas seulement du concept de Kjell Nordström, selon lequel le monde global du futur est constitué de 600 mégapoles, où plus de 85% des gens doivent vivre, que 98% de toute l'activité économique doit se trouver dans ce réseau de grandes villes. Le fait est que ce processus et cette conception concernent la formation d'un système transnational de propriété et de pouvoir. En fait, il ne s'agit pas seulement du fait qu'il y a des banques et des producteurs, qu'il y a des oligarques et des gens. Nous parlons du fait qu'il existe une force qui veut niveler, réduire à zéro toute base nationale, culturelle et religieuse des peuples et des traditions.

 

Borovsk est une ville unique ; on commence ici à regarder la Russie et Moscou d'une manière différente. Qu'est-ce qui rend Borovsk remarquable ? Elle est associée aux aux Vieux Croyants, cette couche spirituelle puissante et volontaire de la vie russe. Les vieux croyants sont une apothéose de la vieille Sainte Russie, c'est une tentative de se protéger de la négation de la Sainte Russie. Et d'autre part, Borovsk est une ville de Tsiolkovsky. Et il y a les monuments à Tsiolkovsky et à Nikolai Fyodorov, qui vivait et enseignait ici il y a plusieurs années. Cette combinaison des anciens croyants en tant que conservatisme extrême et du cosmisme russe en tant qu'avant-garde extrême, un rêve sur l'immortalité, un rêve sur l'établissement de l'espace est unique. Et Borovsk a présenté cette conjonction à la Russie, présentée au monde entier. Dans ma langue, on appelle cela le "conservatisme dynamique".

 

Notre plus grand penseur, Nikolay Danilevsky, disait que la future Russie est quelque chose de similaire aux Vieux Croyants, mais dotée des technologies les plus avancées. C'est une idée brillante, perspicace, pour le XIXe siècle, extraordinaire et à certains égards même audacieuse. Et aujourd'hui, nous ressentons plus clairement sa justesse.

 

Ce qui nous arrive aujourd'hui, ce défi aux mégalopoles, signifie-t-il que nous devons retourner dans un passé récent, il y a 30 ans ? Tout d'abord, en soi, un tel retour est impossible. Deuxièmement, elle est également improductive, car l'URSS a également suivi la voie de l'industrialisation, de la formation de mégalopoles. Bien que cette voie ne soit pas liée à la formation d'un pouvoir transnational, mais aux lois du développement de la voie industrielle.

 

La technologie actuelle permet à une personne de vivre n'importe où dans le pays et dans le monde, tout en restant au centre du monde. S'il existe une volonté, une volonté politique et nationale, il est possible de construire un pays qui ne suit pas les modèles offerts par les mégalopoles ou l'ancien modèle d'industrialisation. En ce sens, le thème des petites villes est crucial, car c'est le réseau des futures cités-jardins, les pôles high-tech modernes dont nous rêvons, qui pourrait devenir le contrepoids de ces monstrueux réseaux mondiaux et le gage de la renaissance de la Russie. Et pas seulement parce qu'il pourrait y avoir une économie différente, une structure sociale différente. Et d'abord parce qu'ils sont les piliers d'un autre commencement, le commencement d'un renouveau culturel, religieux, lié à son sol.

 

Les villes titanesques des mégalopoles ne seront jamais un pilier de l'humanité et son sol spirituel - elles sont un moyen d'optimiser, de diviser, d'éroder tout ce qui est humain en nous. La question des petites villes est donc de la plus haute urgence. Je voudrais attirer votre attention sur le fait que, entre autres, nous avons soulevé ce thème dans le cadre des travaux du club de l'Arche russe d'Izborsk. Nous exposons notre vision de la manière dont de nouveaux modes d'établissement et un nouveau modèle de développement spatial pourraient se développer au XXIe siècle et se développer en termes de préservation et de relance de notre civilisation.

 

Cette question est directement liée à la question du pouvoir, de la démocratie. Car c'est le développement vivant et intégral de la "petite mère patrie" qui implique aussi le développement de la démocratie locale, de la communauté, d'un petit espace politique. Il existe une masse vivant dans les villes qui peut être facilement manipulée, et les gens dans le monde entier sont aujourd'hui de plus en plus conscients qu'ils sont les otages de procédures pseudo-démocratiques, du spectacle politique. Cela n'est pas possible au niveau de la communauté ou de la petite ville, où tout le monde se connaît et où les personnes qui choisissent le pouvoir peuvent demander les actes qui ont été commis dans un espace visible par tous. Et le petit espace politique peut déjà devenir la base d'un espace plus grand, zemski*, et plus loin - le conseil zemski de toute la Russie, qui deviendrait la base du squelette politique de l'Arche russe. Ainsi, le thème des petites villes est un thème transversal - il nous amène aux décisions clés dans tous les domaines et relations.

 

Aujourd'hui, il existe déjà et a été mis en œuvre en Russie un modèle, qui s'appelle "La théorie de la rentabilité des territoires". Le Code de développement urbain de la Fédération de Russie s'en inspire largement. Si vous l'envisagez d'un point de vue philosophique - c'est un modèle colonial, car la rentabilité des territoires, qui est mise au centre de celui-ci, n'est rien d'autre qu'une vision des espaces de la petite ville et de la province dans la perspective d'un réseau transnational. Un point de vue complètement différent se dégage si l'on regarde depuis les petites villes. Ensuite, le besoin d'espace, dont la rentabilité peut être différente, mais cet espace, son organisation doit être pratique et utile pour les personnes qui y vivent, devient évident. C'est un critère tout à fait différent pour la politique spatiale, et ce critère permet aussi de poser une question de régénération démographique, en remplissant les zones dépeuplées de personnes qui ont intérêt à y vivre et à s'y reproduire. D'où l'idéal d'une ville-jardin, une certaine combinaison de parcs et d'espaces verts avec des quartiers résidentiels. Ces massifs se formeraient autour d'entreprises qui, comme au XXe siècle, pourraient devenir des villes, car cela ne serait pas en contradiction avec le mode de vie post-industriel moderne. Et en même temps, il ne s'agirait pas de monastères, mais de villes post-industrielles avec un modèle de mosaïque, qui combineraient différentes industries, formes de propriété et de coopération.

 

Il découle de ce qui a été dit que le thème des petites villes concerne tous les citoyens et qu'il pourrait bien devenir une sorte de bannière, la bannière de l'Arche russe, qui devrait permettre de surmonter le "déluge" dans lequel nous nous trouvons aujourd'hui.

 

 

Vitaly Averyanov

 

http://www.averianov.net/?h=720

 

Averyanov Vitaly Vladimirovich (né en 1973) - Philosophe russe, personnalité publique, directeur de l'Institut du conservatisme dynamique (IDC). Docteur en philosophie. Membre permanent et vice-président du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

* NdT: Zemski Sobor (Congrès de la Terre russe). Assemblée convoquée par le Tsar, le Patriarche orthodoxe ou la Douma de la noblesse pour discuter ou ratifier certaines décisions. Le premier Zemski Sobor a été convoqué par Ivan le Terrible en 1549.

Situation de Borovsk, dans l'oblat de Kalouga, à 95 km du centre de Moscou. Avvakoum y fut incarcéré au monastère de Pafnoutiev.

Situation de Borovsk, dans l'oblat de Kalouga, à 95 km du centre de Moscou. Avvakoum y fut incarcéré au monastère de Pafnoutiev.

Exil d'Avvakoum en Sibérie. Sergei Dmitrievitch Miloradovitch, 1898 год. Musée d'histoire des religions à Saint Pétersbourg.

Exil d'Avvakoum en Sibérie. Sergei Dmitrievitch Miloradovitch, 1898 год. Musée d'histoire des religions à Saint Pétersbourg.

Zemski Sobor, par Sergueï Ivanov

Zemski Sobor, par Sergueï Ivanov

"Evil Empire" (2020)

Vitaly Averyanov est aussi musicien.

Son site: http://www.averianov.net/imperia/?h=720

Sa chaîne Youtube: https://www.youtube.com/channel/UCVajQJA3yfNo9ydmgcvnYCQ

Lire la suite
1 2 > >>