Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

chine

Victor Hugo: Lettre au capitaine Butler sur le sac du Palais d'Été, en Chine (1860)

26 Juin 2021 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Victor Hugo, #Angleterre, #Chine, #France, #Guerre, #Histoire

Victor Hugo: Lettre au capitaine Butler sur le sac du Palais d'Été, en Chine (1860)

Hauteville House, 25 novembre 1861

 

 

Vous me demandez mon avis, monsieur, sur l’expédition de Chine. Vous trouvez cette expédition honorable et belle, et vous êtes assez bon pour attacher quelque prix à mon sentiment ; selon vous, l’expédition de Chine, faite sous le double pavillon de la reine Victoria et de l’empereur Napoléon, est une gloire à partager entre la France et l’Angleterre, et vous désirez savoir quelle est la quantité d’approbation que je crois pouvoir donner à cette victoire anglaise et française.

 

Puisque vous voulez connaître mon avis, le voici :

 

ll y avait, dans un coin du monde, une merveille du monde ; cette merveille s’appelait le Palais d’été. L’art a deux principes, l’Idée qui produit l’art européen, et la Chimère qui produit l’art oriental. Le Palais d’été était à l’art chimérique ce que le Parthénon est à l’art idéal. Tout ce que peut enfanter l’imagination d’un peuple presque extra-humain était là. Ce n’était pas, comme le Parthénon, une œuvre rare et unique ; c’était une sorte d’énorme modèle de la chimère, si la chimère peut avoir un modèle.

 

Imaginez on ne sait quelle construction inexprimable, quelque chose comme un édifice lunaire, et vous aurez le Palais d’été. Bâtissez un songe avec du marbre, du jade, du bronze, de la porcelaine, charpentez-le en bois de cèdre, couvrez-le de pierreries, drapez-le de soie, faites-le ici sanctuaire, là harem, là citadelle, mettez-y des dieux, mettez-y des monstres, vernissez-le, émaillez-le, dorez-le, fardez-le, faites construire par des architectes qui soient des poètes les mille et un rêves des mille et une nuits, ajoutez des jardins, des bassins, des jaillissements d’eau et d’écume, des cygnes, des ibis, des paons, supposez en un mot une sorte d’éblouissante caverne de la fantaisie humaine ayant une figure de temple et de palais, c’était là ce monument. Il avait fallu, pour le créer, le lent travail de deux générations. Cet édifice, qui avait l’énormité d’une ville, avait été bâti par les siècles, pour qui ? pour les peuples. Car ce que fait le temps appartient à l’homme. Les artistes, les poètes, les philosophes, connaissaient le Palais d’été ; Voltaire en parle. On disait : le Parthénon en Grèce, les Pyramides en Egypte, le Colisée à Rome, Notre-Dame à Paris, le Palais d’été en Orient. Si on ne le voyait pas, on le rêvait. C’était une sorte d’effrayant chef-d’œuvre inconnu entrevu au loin dans on ne sait quel crépuscule, comme une silhouette de la civilisation d’Asie sur l’horizon de la civilisation d’Europe.

 

Cette merveille a disparu.

 

Un jour, deux bandits sont entrés dans le Palais d’été. L’un a pillé, l’autre a incendié. La victoire peut être une voleuse, à ce qu’il paraît. Une dévastation en grand du Palais d’été s’est faite de compte à demi entre les deux vainqueurs. On voit mêlé à tout cela le nom d’Elgin, qui a la propriété fatale de rappeler le Parthénon. Ce qu’on avait fait au Parthénon, on l’a fait au Palais d’été, plus complètement et mieux, de manière à ne rien laisser. Tous les trésors de toutes nos cathédrales réunies n’égaleraient pas ce splendide et formidable musée de l’orient. Il n’y avait pas seulement là des chefs-d’œuvre d’art, il y avait un entassement d’orfèvreries. Grand exploit, bonne aubaine. L’un des deux vainqueurs a empli ses poches, ce que voyant, l’autre a empli ses coffres ; et l’on est revenu en Europe, bras dessus, bras dessous, en riant. Telle est l’histoire des deux bandits.

 

Nous, Européens, nous sommes les civilisés, et pour nous, les Chinois sont les barbares. Voila ce que la civilisation a fait à la barbarie.

 

Devant l’histoire, l’un des deux bandits s’appellera la France, l’autre s’appellera l’Angleterre. Mais je proteste, et je vous remercie de m’en donner l’occasion ; les crimes de ceux qui mènent ne sont pas la faute de ceux qui sont menés ; les gouvernements sont quelquefois des bandits, les peuples jamais.

 

L’empire français a empoché la moitié de cette victoire et il étale aujourd’hui avec une sorte de naïveté de propriétaire, le splendide bric-à-brac du Palais d’été.

 

J’espère qu’un jour viendra où la France, délivrée et nettoyée, renverra ce butin à la Chine spoliée.

 

En attendant, il y a un vol et deux voleurs, je le constate.

 

Telle est, monsieur, la quantité d’approbation que je donne à l’expédition de Chine.

 

Victor Hugo

Victor Hugo: Lettre au capitaine Butler sur le sac du Palais d'Été, en Chine (1860)
Victor Hugo: Lettre au capitaine Butler sur le sac du Palais d'Été, en Chine (1860)

Sur le même sujet et sur le même blog:

Henry de Mesquen et la Chine
https://pocombelles.over-blog.com/henry-de-mesquen-et-la-chine

Henry de Lesquen, Énarque, incarne pour moi ce qu'il y a de plus stupide, borné, arrogant, autoritaire et méchant en France et chez les Français, où se côtoient le pire et le meilleur. Il incarne aussi le colonialisme issu de la Révolution, qui a formé un amalgame avec celui des Anglais puis des Israéliens et aujourd'hui celui de l'oligarchie mondialiste. Colonialisme matérialiste qui n'a rien à voir avec les relations que les Français avaient avec les peuples lointains sous la Monarchie et qui les faisaient apprécier en général.

A propos de l'annexion peu glorieuse de l'archipel des Marquises par la France (1842)
https://pocombelles.over-blog.com/2019/10/l-annexion-peu-glorieuse-de-l-archipel-des-marquises-en-1842-par-la-france-herman-melville-taipi.html

Lire la suite

Youri Tavrovsky : le « Grand jeu » continue (Club d'Izborsk, 25 juin 2021)

26 Juin 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Angleterre, #Chine, #France, #Guerre, #Histoire, #Politique, #Russie, #USA

Youri Tavrovsky : le « Grand jeu » continue  (Club d'Izborsk, 25 juin 2021)

Youri Tavrovsky : le « Grand jeu » continue

 

25 juin 2021

 

https://izborsk-club.ru/21267

 

 

La provocation de l'Angleterre au Cap Fiolent rappelle les attaques de l'ancienne "maîtresse des mers" sur nos terres balnéaires au XIXe siècle. Pendant la guerre de Crimée (1853-56), les Anglais ont attaqué non seulement Sébastopol sur la mer Noire, mais aussi Petropavlovsk-Kamchatsky sur le Pacifique. De manière caractéristique, la guerre de Crimée a eu lieu entre la première guerre de l'opium (1840-42) et la deuxième guerre de l'opium (1856-60). À l'époque déjà, la Russie avait proposé à la Chine un "partenariat stratégique", mais elle n'a pas été comprise...

 

C'est ainsi que les choses se sont passées à Petropavlovsk, ma petite patrie. Là-bas, non loin de chez moi, dans la rue Morskaya, se trouve un monument au général Vasily Zavoyko, qui a dirigé la défense de Petropavlovsk-Kamchatsky. À l'époque, c'était notre principale base d'approvisionnement pour l'Amérique russe.

 

En août 1854, l'escadre anglo-française, qui vient encore de tirer sur les ports chinois, attaque la ville. L'objectif est d'établir un contrôle sur l'ensemble de la côte ouest du Pacifique, et pas seulement sur la côte chinoise. La tactique était bien pratiquée sur les Chinois. Les Alliés ont d'abord bombardé Petropavlovsk avec des canons de bord à longue portée, puis ils ont lancé un assaut amphibie. L'ennemi avait 7 navires de guerre, 212 canons, 2,6 mille baïonnettes. Dans la garnison russe - 920 hommes, 40 petits canons de l'ancien style, 27 canons de marine sur la frégate "Aurora" et le transport "Dvina".

 

Les forces sont clairement inégales. Cependant, la garnison et les résidents locaux ont repoussé la première attaque. Le deuxième assaut de la ville a été mené par un régiment sélectionné de Gibraltar. Les 926 "Gibraltariens" ont été détruits ainsi que le commandant du régiment, le capitaine Parker. Le commandant anglais, l’amiral Price s'est suicidé à cause d'une telle perte. Petropavlovsk est resté russe.

 

Peu après, en 1856, les Britanniques ont entamé la deuxième guerre de l'opium. Ils ont fait valoir que les Chinois n'avaient pas suffisamment ouvert le pays au commerce. Une fois de plus, il y a eu des bombardements de ports et des pillages de villes. Pékin est envahi, le palais d'été impérial brûlé. Le Fils du Ciel lui-même a fui la capitale.

 

Le souvenir du double viol collectif de la Chine par les Britanniques et les Français pendant les guerres de l'opium n'a même pas pu atténuer les atrocités commises par les samouraïs japonais en 1931-1945. La tragédie était profondément ancrée dans l'inconscient collectif de la nation. À Pékin, j'ai vu les ruines du palais d'été impérial. Maintenant c'est un centre d'éducation patriotique. Les enfants sont amenés ici en bus. "Regardez, les enfants, les gens qui nous apportent la 'civilisation' !

 

Nous aussi, en Crimée, nous devrions nous rappeler plus souvent l'agression de l'"OTAN du XIXe siècle" contre la Russie !

 

 

Youri Tavrovsky

 

Youri Vadimovich Tavrovsky (né en 1949) est un orientaliste, professeur à l'Université de l'amitié des peuples de Russie, membre du présidium de l'Académie eurasienne de télévision et de radio. Il est un membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc avec DeepL.

Le Panorama du Siège de Sébastopol réalisé en 1904 par Franz Roubaud. La peinture de 114 mètres de long sur 14 de haut est exposée dans un pavillon dédié à Sébastopol. Source: Wikipedia

Le Panorama du Siège de Sébastopol réalisé en 1904 par Franz Roubaud. La peinture de 114 mètres de long sur 14 de haut est exposée dans un pavillon dédié à Sébastopol. Source: Wikipedia

Lire la suite

Alexandre Gaponenko : Pourquoi avons-nous oublié le fascisme asiatique ? (Club d'Izborsk, 3 juin 2021)

3 Juin 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Chine, #Guerre, #Histoire, #Japon, #Politique, #Russie, #fascisme

Soldat japonais armé d'un sabre devant ses victimes (chinoises ?)

Soldat japonais armé d'un sabre devant ses victimes (chinoises ?)

Alexandre Gaponenko : Pourquoi avons-nous oublié le fascisme asiatique ?

 

3 juin 2021

 

https://izborsk-club.ru/21165

 

 

Le monde est à l'aube d'un changement global. L'Occident collectif s'est heurté à la puissante résistance de la Russie et de la Chine, qui ne veulent plus être ses colonies. Pour vaincre cette résistance, les États-Unis et l'UE ont récemment eu recours aux anciennes méthodes de suppression de leurs rivaux : la destruction de leur statut d'État, le vol et l'exploitation extra-économique, le démembrement des nations en éléments ethniques constitutifs, l'élimination de l'élite dirigeante, qui organise la résistance nationale. En dernier recours, la destruction physique des élites patriotiques, ainsi que de tous les "indigènes" dissidents, est réservée. En un mot, on utilise la même boîte à outils, qui a été développée par Hitler il y a quatre-vingts ans lors de la conquête de l'Europe et de sa tentative de conquête de l'URSS. Cette boîte à outils permettait de diviser les groupes ethniques en "supérieurs" et "inférieurs", d'établir la domination des premiers sur les seconds et d'éliminer les désobéissants. Au sens figuré, il s'agissait d'un projet "brun" de construction de la nation.

 

L'Occident se prépare toujours à une répression énergique de la Russie et de la Chine. Mais la guerre idéologique se déroule déjà dans un format complet. Un grand nombre d'experts occidentaux et de simples combattants sur le front idéologique s'emploient à saper les fondements moraux, à détruire les valeurs culturelles, les symboles, à déshumaniser les Russes et les Chinois.

 

L'une des formes les plus importantes de guerre idéologique consiste à imposer aux "indigènes" une fausse identité collective historique. Par exemple, en septembre 2019, le Parlement européen a adopté une résolution assimilant le stalinisme et le nazisme. Ce concept est désormais devenu une ligne directrice pour les actions des élites occidentales et un moyen de démoraliser l'héritier de la nation soviétique - la nation russe. La subversion idéologique, c'est un certain nombre de pays européens qui accusent la Russie d'"occupation soviétique". Le même sens se retrouve dans la démolition démonstrative des monuments aux soldats soviétiques qui ont libéré l'Europe du fascisme. Pas de monument - pas de symbole de maintien de la mémoire collective.

 

Des réponses adéquates sont nécessaires face à l'agression idéologique de l'Occident. Il faut notamment réviser sérieusement les concepts historiques que les élites russes utilisent pour formuler leur politique et intégrer dans leur propre idéologie. Jusqu'à présent, le concept élaboré dans les années 1940 par Andrey Zhdanov, secrétaire du comité central du parti communiste de l'Union soviétique sur l'idéologie, a prévalu au sein de cette élite. Il s'agissait d'une réalisation exceptionnelle de la pensée sociale pour l'époque, mais elle nécessite aujourd'hui des ajouts sérieux qui tiendraient compte des nouvelles réalités politiques.

 

Nous avons proposé notre propre vision de la nature et des formes du fascisme européen, tenté d'identifier ses manifestations contemporaines et formulé des propositions pour neutraliser leurs conséquences (A. Gaponenko. Le fascisme européen : problèmes d'identification et de dépassement. Moscou : Book World. 2021 - 707 с.)

 

Toutefois, le problème ne peut être résolu qu'en coordonnant les efforts d'un grand nombre de chercheurs, en organisant des discussions ouvertes et en diffusant de nouvelles approches dans le milieu scientifique et dans les médias. Cela nécessite une ordonnance de l'État et un financement adéquat. Jusqu'à présent, cela se résume à l'élimination de petites déviations idéologiques dans les manuels scolaires d'histoire, et encore, uniquement si elles sont portées à l'attention du président Poutine. Le reste de l'élite dirigeante russe prétend que la question ne la concerne pas.

 

La place et le rôle du fascisme non seulement européen, mais aussi asiatique, dans le processus de construction de la nation doivent être sérieusement repensés. D'autant qu'il est nécessaire de définir les principes d'interaction dans le domaine de l'idéologie avec le nouvel allié de la Russie, la Chine. Après tout, les dirigeants chinois adhèrent formellement à l'idéologie communiste, tandis qu'une version obscure de l'idéologie libérale-démocratique est imposée aux Russes.

 

Il nous semble que les approches suivantes pourraient être appliquées dans le domaine de l'idéologie.

 

À la fin du XIXe siècle, la Chine a été victime de l'agression du Japon, qui a été la première puissance asiatique à se développer sur la voie capitaliste et à construire son empire colonial. Au cours de la guerre nippo-chinoise de 1894-1895, le Japon a annexé la province de la Chine. Le Japon a annexé la province chinoise de Taïwan et a pu mener librement des activités économiques en Mandchourie, propriété de la Chine, ainsi qu'en Corée voisine. En 1910. Le Japon a incorporé de force la Corée dans son empire.

 

Toutes ces actions s'inscrivaient dans le cadre de l'expansion impérialiste poursuivie par la nation capitaliste japonaise. Une nation qui évoluait elle-même selon les lignes d'un projet de construction nationale libéral-démocratique, au sens figuré « blanc".

 

Cependant, au début des années 1930, les élites militaires ont pris le pouvoir au Japon et ont commencé à mettre en œuvre un modèle fasciste de construction de la nation. L'empereur Hirohito adopte ce modèle et commence à le mettre en œuvre avec l'aide de la bureaucratie qu'il contrôle. Il y a eu une mobilisation idéologique rapide de la nation japonaise sur une base hautement nationaliste et même raciale. Il ne s'agissait pas d'un parti fasciste de masse, comme en Allemagne ou en Italie, mais l'armée japonaise et la bureaucratie civile japonaise ont mené la mobilisation. Ces derniers ont agi à l'instar de l'Autriche, de la Roumanie, de la Hongrie et de la Bulgarie fascistes, et de manière tout aussi efficace.

 

À cette époque, la nation japonaise était assez homogène sur le plan ethnique et se composait principalement de membres du peuple Yamato. Les Ainu, les Ryukyu, les descendants des émigrants chinois et coréens (Burakumin) étaient peu nombreux dans le pays, ils étaient pauvres et ne créaient pas de problèmes pour l'accumulation du capital. Par conséquent, l'activité principale de l'élite dirigeante dans la construction d'une société hiérarchisée sur le plan racial était dirigée à l'extérieur du pays. Les Chinois ont été choisis par les Japonais comme objet d'asservissement, d'exploitation et de suppression physique. Ils étaient définis dans l'idéologie officiellement mise en œuvre comme une race inférieure aux Japonais. La politique coloniale japonaise en Chine a commencé à être mise en œuvre en conséquence.

 

Au début des années 1930, la société chinoise se développait rapidement sur la voie du capitalisme, dans le cadre de formes libérales-démocratiques de construction de la nation. Par convention, la construction d'une nation chinoise "blanche" était en cours. Après la révolution Xinghai de 1911, la République chinoise a été proclamée dans le pays. La construction de la nation chinoise a été menée par le parti Kuomintang, dirigé par Chiang Kai-shek. Les communistes ont essayé de réaliser un projet "rouge" dans le pays, mais il n'a pas encore reçu un soutien significatif des masses.

 

À l'automne 1931, le Japon a commencé à occuper les provinces du nord-ouest appartenant à la Chine, appelées Mandchourie, et a établi sur leur territoire l'État satellite du Mandchoukouo Guo. En 1936, les Japonais envahissent la Mongolie intérieure chinoise et établissent sur son territoire un État satellite, le Menjiang. Dans le premier État, les Japonais ont porté au pouvoir les élites mandchoues, et dans le second, les élites mongoles. Sous la direction des Japonais, ils ont commencé à exploiter et à persécuter les Chinois locaux d'origine ethnique Han. En conséquence, des sociétés hiérarchisées sur le plan ethnique ont été établies dans ces pays et des régimes politiques fascistes ont été mis en place. Les Chinois Han ont résisté aux envahisseurs étrangers, notamment en Mandchourie, mais ont été vaincus. Une partie des élites Han est allée coopérer avec les envahisseurs. Les États satellites créés par les Japonais ont reçu le droit d'établir leur propre police et leurs propres forces militaires.

 

Le 7 juillet 1937, l'empire "brun" du Japon reprend son agression militaire contre la République "blanche" de Chine. Début de la deuxième guerre entre le Japon et la Chine (1937-1945). Dans son contenu social, c'était une guerre pour l'établissement de la domination raciale des Japonais sur les Chinois.

 

Les Chinois n'étaient pas considérés comme des êtres humains égaux par les Japonais. Les militaires chinois n'ont pas été faits prisonniers par les Japonais, mais ont été tués en masse. Les Japonais ont largement utilisé des armes chimiques et biologiques contre les militaires et les civils chinois. D'horribles expériences médicales ont été menées sur les Chinois. La population civile a été physiquement anéantie de la manière la plus brutale.

 

Par exemple, après avoir pris la capitale de la République chinoise - Nanjing - en 1938, les Japonais ont non seulement tué tous les hommes, mais aussi la plupart des femmes, des personnes âgées et des enfants. La quasi-totalité des femmes et des enfants ont été violés. Certains des Chinois ont été découpés en morceaux par les militaires japonais, rôtis et mangés. Pendant le massacre de Nanjing, les militaires japonais ont pratiqué des divertissements tels que des concours de vitesse pour décapiter les prisonniers chinois à l'aide d'épées. Les journaux japonais ont discuté avec vivacité des détails de ces compétitions. En d'autres termes, pour la plupart des Japonais ordinaires, décapiter des prisonniers chinois était un acte tout à fait moral. Les Chinois estiment à 300 000 le nombre de personnes tuées à Nankin.

 

Plus tard, pendant les hostilités en Chine continentale, les autorités japonaises ont mené une politique de "trois fois tout, tuer tout, brûler tout, voler tout" contre la population civile chinoise. Le résultat de cette politique a été l'extermination de plusieurs millions de Chinois, pour la plupart des civils.

 

Des dizaines de millions de Chinois ont été mobilisés de force pour travailler pour l'armée japonaise et pour les entreprises japonaises, qui ont ouvert des mines et des usines dans les territoires occupés.

 

Plusieurs centaines de milliers de filles et de femmes chinoises ont été envoyées de force dans des bordels militaires japonais, où elles étaient violées quotidiennement par des dizaines de soldats et d'officiers japonais. Les Japonais appelaient ces maisons closes des "postes de réconfort" éphémères.

 

Tous ces faits indiquent que les Japonais traitaient les Chinois comme une race inférieure ne méritant que le travail forcé pour une race supérieure, à terroriser pour intimider et à détruire en cas de désobéissance.

 

Comme l'ont noté les autorités chinoises en 1995 dans le rapport "Progrès des droits de l'homme en Chine", au cours de la deuxième guerre sino-japonaise, 35 millions d'habitants militaires et civils du pays ont été tués. Parmi eux, seul un dixième a été tué au combat, les autres victimes japonaises étant des civils. Les dommages matériels et les pertes résultant des actions japonaises pendant la guerre ont été estimés dans le rapport à 600 milliards de dollars.

 

L'agression japonaise contre la Chine impliquait des troupes des États fascistes de Manzhou Guo et de Manjiang.

 

Afin de contrôler la population dans les provinces chinoises nouvellement occupées, Tokyo a également créé un certain nombre d'États satellites chinois "bruns". En 1940, tous ces États ont été réunis sous le gouvernement central, qui était dirigé par Wang Jingwei. Ce nouvel État est également appelé République chinoise pour désorienter la population du pays. Elle a établi un régime de gouvernement "brun", dans lequel les Chinois se sont retrouvés dans la position d'une race "inférieure".  Un grand nombre de Chinois ont collaboré avec les fascistes japonais, rejoignant les rangs de l'armée "brune" sous leur contrôle. La République chinoise "brune" a combattu aux côtés du Japon contre la République chinoise "blanche".

 

Au sein de la République chinoise "blanche", une lutte tendue est menée par les forces du Kuomintang contre le projet "rouge" que poursuit le PCC de Mao Zedong. Cependant, dans la lutte contre les envahisseurs japonais et leurs collaborateurs "bruns" locaux, les Chinois "blancs" et "rouges" constituaient le plus souvent un front uni.

 

Depuis l'été 1937, la Chine subit une agression fasciste et bénéficie d'un important soutien militaire et technique de la part de l'URSS. L'URSS s'efforçait d'empêcher l'escalade du conflit entre le PCC et le Kuomintang, afin qu'ils puissent combattre ensemble l'agression japonaise. L'URSS craignait qu'une fois la Chine vaincue, le Japon ne l'attaque. Ces craintes n'étaient pas sans fondement, comme l'ont démontré les conflits nippo-soviétiques sur l'île Hassan et sur la rivière Khalkhin Gol.

 

Toutefois, en avril 1941, en prévision du déclenchement de la guerre avec l'Allemagne nazie, l'URSS conclut un pacte de non-agression avec le Japon. Après cela, le soutien à la Chine est resté lettre morte. D'un point de vue moral, il s'agissait d'une démarche tout à fait justifiée de Moscou - Moscou ne pouvait pas se battre sur deux fronts avec les nazis.

 

En décembre 1941, le Japon attaque les possessions coloniales britanniques et américaines en Asie du Sud-Est et dans le Pacifique. Cela a entraîné un changement de la situation sur le front Japon-Chine. Les Japonais relâchent la pression sur les Chinois et déplacent l'essentiel de leur activité militaire vers l'Indochine et les îles du Pacifique. Là aussi, Tokyo établit des régimes fascistes sous son contrôle. C'est ainsi qu'un État fasciste allié du Japon - la Thaïlande - et des pays satellites - les Philippines, la Birmanie, le Laos, le Vietnam et le Kampuchea - ont été créés. Les Japonais ont amené des fascistes locaux au pouvoir dans ces États. Les élites fascistes locales, en plus d'aider les Japonais, tentent d'établir leurs propres hiérarchies ethniques et de construire leurs propres empires fascistes, même s'ils sont petits.

 

Washington et Londres, après l'attaque japonaise contre leurs colonies, ont reconnu la République "blanche" de Chine comme leur alliée dans la Seconde Guerre mondiale. Elle commence à recevoir une aide matérielle et militaire considérable.  Un commandement de combat terrestre conjoint États-Unis-Chine a été créé. La Chine "blanche" continue de supporter une part très importante du fardeau de la guerre terrestre avec le Japon nazi et ses satellites en Asie.

 

Le principal fardeau de la guerre contre le Japon nazi dans le Pacifique est supporté par les Américains et les Britanniques. Ils sont soutenus par les habitants des dominions et colonies britanniques : les Australiens, les Néo-Zélandais et les Indiens. Les Américains et les Anglais ont libéré leurs possessions coloniales des Japonais et se sont approchés des îles japonaises. En septembre 1945, le Japon capitule et les Américains l'occupent.

 

L'URSS réapparaît en Extrême-Orient en août 1945, après la défaite de l'Allemagne nazie et de ses alliés "bruns" en Europe. Les troupes soviétiques vainquent et occupent les États fascistes de Mengjiang et de Mandchoukouo Go et battent les Japonais dans le nord de la Corée, le sud de Sakhaline et les îles Kouriles.

 

Moscou ne s'est pas immiscé dans les affaires intérieures de la Chine "blanche" du Kuomintang, car elle l'a reconnu comme un allié dans la lutte contre le fascisme. La seule chose qu'elle a faite est de transférer des armes aux communistes chinois en Mandchourie de l'armée Kwantung qui s'est rendue.

 

Après la capitulation japonaise, la guerre civile en Chine entre les partisans du projet "blanc" menés par Chiang Kai-shek et les partisans du projet "rouge" menés par Mao Zedong reprend de plus belle. Cette guerre s'est terminée par la victoire des communistes et leur proclamation à l'automne 1949 de la République populaire de Chine (RPC) "rouge".

 

Les partisans du Kuomintang vaincu se réfugient sur l'île de Taïwan et y proclament la République chinoise "blanche". Pendant longtemps, elle a représenté tous les Chinois à la fois aux Nations unies et au Conseil de sécurité.

 

Les Alliés ont jugé la nation japonaise et son élite pour leurs crimes. La nation japonaise a perdu toutes ses colonies et certains de ses territoires autochtones et a été contrainte de payer des réparations aux vainqueurs. Les Japonais sont déportés des colonies et des territoires annexés, les militaires japonais sont capturés et envoyés au travail forcé, la société japonaise est dénazifiée de force.

 

L'élite japonaise relève de la compétence du Tribunal militaire international pour l'Extrême-Orient, de Khabarovsk, de Nanjing et de près de trois douzaines d'autres tribunaux militaires. Elle a été accusée de crimes contre la paix, de meurtres de masse et de crimes contre l'humanité. Cependant, aucune charge n'a été retenue contre elle pour avoir créé une organisation qui diffusait l'idéologie fasciste, organisait les masses et dirigeait la machine étatique pour mettre en œuvre cette idéologie. De cette manière, tous les responsables militaires et civils japonais qui ont effectivement mené la politique fasciste ont été dégagés de toute responsabilité judiciaire.

 

Le terme sans ambiguïté de "fascisme japonais" a été remplacé après la guerre par le terme vague de "militarisme japonais". En d'autres termes, l'accent a été mis sur le côté militaire des activités de l'élite dirigeante japonaise, tandis que ses activités visant à construire une société racialement pure et à asservir et détruire les races "inférieures" ont été exclues du champ de l'évaluation morale et judiciaire, ce qui a permis aux responsables d'échapper à toute sanction.

 

Il convient de noter que le Tribunal militaire international de Nuremberg a déclaré criminels les SS, les SD et les autres organisations nazies allemandes, ce qui a permis de juger leurs membres pour les crimes commis. L'idéologie nazie a également été déclarée criminelle à Nuremberg.

 

Pourquoi les élites japonaises sont-elles soudainement passées du fascisme au militarisme ? Il semble que Washington voulait établir un contrôle sur les élites japonaises et les utiliser plus tard comme outils de pression sur la Russie et la Chine. Moscou ne voulait pas partager les lauriers du principal vainqueur du fascisme avec les États-Unis et la Chine "blanche". Leur statut de vainqueurs du militarisme japonais était plus acceptable pour Moscou. Après la capitulation de la République "brune" de Chine, Chiang Kai-shek a accepté tous ses soldats et officiers dans son armée. Le Kuomintang ne pouvait s'empêcher d'attirer l'attention sur le fait qu'il était fasciste. Pour les communistes chinois, qui se disputaient le pouvoir avec le Kuomintang, les querelles terminologiques n'avaient aucune importance, d'autant plus que poursuivre les fascistes japonais n'avait guère de perspectives, la plupart d'entre eux étant rapidement expédiés au Japon par le Kuomintang.

 

Cependant, on peut maintenant voir que la question de l'évaluation de la nation japonaise et de l'élite dirigeante japonaise pendant la guerre est loin d'être terminologique. C'était une chose de condamner les militaires-militaristes japonais de haut rang, et une autre de condamner les élites fascistes japonaises et la nation fasciste japonaise. Dans le premier cas, il est grand temps que le Japon récupère le sud de Sakhaline et les îles Kouriles. Dans le second, le Japon n'a pas de prescription pour les crimes fascistes, et il peut oublier ces territoires pour toujours. Ce n'est pas comme si l'Allemagne soulevait la question de la restitution de la Prusse ou des Sudètes.

 

Le sort des territoires chinois dépend également de l'évaluation qui a été faite. Si la Chine a combattu le Japon fasciste, elle a le droit de restituer tous les territoires que le Japon lui a expropriés. Y compris le retour de Taiwan. Taiwan. Le fait que Taïwan soit devenu un refuge pour le haut Kuomintang, qui a perdu le pouvoir en Chine pendant la guerre civile, ne lui donne pas le droit d'exister indépendamment. D'autant plus que la République chinoise de Taïwan n'est toujours pratiquement pas reconnue par qui que ce soit dans le monde. Ce sont les dirigeants chinois qui ont insisté sur une Chine unifiée pendant toute la période d'après-guerre. Les États-Unis s'y sont vigoureusement opposés pendant toutes ces années. Et si la Chine est l'alliée de la Russie, pourquoi ne pas reconnaître son droit à la réunification de tous les territoires, au moins au niveau des concepts historiques ? Et en retour, nous pouvons amener les dirigeants chinois à reconnaître le droit de la Crimée et du Donbass à faire partie de la Fédération de Russie. Au niveau du concept historique, en tout cas.

 

N'oublions pas les revendications de la Corée à l'égard du Japon fasciste. Les Coréens, bien que faisant partie de l'Empire japonais, étaient également considérés par les Japonais comme des créatures de seconde zone. Ils ont été privés de beaucoup de terres et de capitaux, exclus de l'administration publique et soumis à l'assimilation. Les femmes coréennes ont été recrutées de force dans les "postes de réconfort" japonais. Des millions de Coréens ont été soumis au travail forcé pendant les années de guerre. Cependant, les Japonais n'ont pas été traduits en cour martiale en Corée, et aucune réparation n'a été versée par les occupants. Les tentatives visant à soulever cette question en Corée du Sud sont contrecarrées de toutes parts par les élites dirigeantes actuelles, dont beaucoup de membres ont acquis leur richesse pendant l'occupation japonaise.

 

Le fait de mettre la question des crimes fascistes japonais en Corée à l'ordre du jour des chercheurs russes et de la lancer dans les médias pourrait certainement empêcher les États-Unis de constituer un bloc militaro-politique uni contre la Russie et la Chine en Asie.

Et combien d'autres possibilités intéressantes s'ouvrent lorsque de nouvelles approches de la recherche sur l'histoire et les formes contemporaines du fascisme asiatique sont correctement utilisées ?

 

 

Aleksandre Gaponenko

 

Alexandre V. Gaponenko (né en 1954) est président de la branche balte du Club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc avec DeepL.

Lire la suite

Sergey Glazyev : une guerre hybride a été lancée contre la Russie et la Chine (Club d'Izborsk, 28 mai 2021)

28 Mai 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Chine, #Europe, #Guerre, #Russie, #USA, #Politique

Sergey Glazyev : une guerre hybride a été lancée contre la Russie et la Chine (Club d'Izborsk, 28 mai 2021)
Sergey Glazyev : une guerre hybride a été lancée contre la Russie et la Chine (Club d'Izborsk, 28 mai 2021)

Sergey Glazyev : une guerre hybride a été lancée contre la Russie et la Chine

 

28 mai 2021

 

https://izborsk-club.ru/21135

 

Source originale: Tsargrad

 

https://tsargrad.tv/articles/sergej-glazev-protiv-rossii-i-kitaja-razvjornuta-gidridnaja-vojna_360620

 

 

Comment est-il possible que la Chine, après avoir fait un grand bond en avant, ait laissé la Russie loin derrière ? Pourquoi continuons-nous à écouter les recommandations du FMI ? Dans une conversation avec le chroniqueur de Tsargrad Yuri Pronko, l'académicien de l'Académie des sciences russe Sergey Glazyev a fourni une analyse substantielle de ce qui se passe dans l'économie nationale et des options pour surmonter les problèmes accumulés. Il est convaincu qu'une guerre hybride a été lancée contre la Russie et la Chine.

 

- Nous entendons constamment dire qu'il y a une transformation mondiale, qu'il y a des percées ou, au contraire, des effondrements. Où pensez-vous que se trouve la Russie ?

 

- La Russie, malheureusement, est toujours à la périphérie de l'économie mondiale. Et si, après l'effondrement de l'Union soviétique, nous avons été entraînés à la périphérie de l'économie occidentale, où nous avons commencé à servir l'Union européenne comme fournisseur de matières premières et l'Amérique comme fournisseur de capitaux et de cerveaux, alors aujourd'hui notre économie se trouve à la périphérie de deux centres mondiaux à la fois.

 

Nous sommes de plus en plus réorientés vers la Chine. En général, il s'agit d'un mouvement prévisible et naturel, car le centre de l'économie mondiale se déplace vers l'Asie du Sud-Est, et c'est de là que provient la demande de nos matières premières. Alors qu'il y avait autrefois une demande pour la technologie russe, elle a aujourd'hui sensiblement diminué.

 

La coopération politique et économique est devenue plus substantielle et prioritaire. Néanmoins, si nous parlons de la structure de nos relations commerciales avec la Chine, elle est encore pire que la structure des relations commerciales avec l'Union européenne. Dans la part de nos exportations vers la Chine, il y a beaucoup plus de matières premières.

 

En d'autres termes, par rapport à l'économie chinoise, nous sommes devenus encore plus périphériques que nous l'étions par rapport à l'économie européenne. Et pourtant, il y a 20 ans, nous fournissions des équipements à la Chine et notre structure d'exportation vers la Chine était plus intéressante que vers l'Union européenne.

 

- La situation s'aggrave-t-elle ?

 

- Au cours des 20 dernières années, la Chine a fait un énorme bond en avant. Aujourd'hui, elle est le leader en termes d'exportations de produits à forte intensité de connaissances. Elle se classe au premier rang pour l'activité en matière de brevets et est en tête pour les processus d'innovation. Ayant beaucoup emprunté à l'Union soviétique et ayant bénéficié de l'accès aux technologies occidentales lors de son amitié avec l'Amérique, la Chine est devenue aujourd'hui le pays numéro un en termes de développement économique.

 

Entre-temps, nous nous sommes retrouvés à la périphérie de deux centres à la fois - le vieux centre américano-européen et le nouveau centre qui émerge en Asie du Sud-Est, dirigé par la Chine. Et pour ces deux centres, nous jouons le rôle de source de matières premières, d'esprits et de capitaux, ce qui est typique des pays périphériques.

 

La principale raison de cette situation est l'absence de notre propre stratégie de développement économique, notre manque de compréhension des régularités de la croissance économique moderne, notre focalisation sur les recommandations des institutions financières de Washington, le FMI, qui ont été élaborées pour l'Afrique il y a un demi-siècle.

 

Cela signifie que nous sommes dans la même situation et avec le même résultat que les pays africains à la fin des années 70, lorsqu'ils ont été privés, en fait, de la possibilité d'émettre leur propre crédit parce qu'ils se sont enlisés dans la dette.

 

On pensait que les pays africains étaient incapables de mener une politique monétaire intelligente, qu'ils souffraient d'une propension à l'émission monétaire illimitée pour couvrir les dépenses publiques, ce qui entraînait une hyperinflation et une incapacité à rembourser les dettes. Nous sommes mesurés à la même aune et nous en sommes venus à croire que nous sommes au niveau intellectuel de l'Afrique des années 1970. En conséquence, nous nous sommes retrouvés dans la même situation qu'eux à l'époque et qu'eux aujourd'hui.

 

- Pendant ce temps, le monde se développait à pas de géant.

 

- La Chine a été multipliée par dix pendant cette période. Je ne parle même pas de 1992, lorsque nous nous sommes complètement effondrés. Je parle de la période où un nouveau modèle économique a presque pris forme, où la thérapie de choc a pris fin, où la vie a commencé selon de "nouvelles règles", où l'économie a été privatisée et est devenue basée sur le marché. Nous sommes en 1995.

 

Et depuis lors, en termes de production, la Chine a été multipliée par 10 environ, et nous, dans le même temps, par 20 % seulement. Et si l'on estime le financement de cette croissance chinoise, sans une politique monétaire active, cela n'aurait pas été possible : l'investissement, durant cette période, a été multiplié par 12, et le crédit par 15.

 

Les Chinois ont à la fois créé des prêts eux-mêmes et bénéficié d'investissements étrangers. Mais les investisseurs étrangers ne viennent que lorsqu'ils constatent la présence d'investisseurs nationaux, c'est-à-dire de leurs propres sources de financement.

 

- Il n'y a rien de tel en Russie ? Sur quelles pierres trébuchons-nous ?

 

- Non observé. Et pire que ça, nous ignorons complètement la grande expérience internationale. Les autorités monétaires prétendent qu'il n'y a pas de miracle économique chinois et qu'il n'y a pas eu d'énorme transformation de l'économie mondiale au cours des 15 dernières années.

 

Depuis 2008, année où la crise financière a éclaté, des changements spectaculaires sont intervenus. Le monde a été plongé dans une transition structurelle vers une nouvelle technologie et un nouvel ordre économique mondial.

 

Personne ne suit les recommandations du FMI et de la Banque mondiale, sauf nous, les pays africains, auxquels le FMI tord les mains, et le Brésil. Tout le monde a lu des livres sur les tueurs économiques et comprend que les recommandations de ces institutions financières de Washington sont axées sur les intérêts du capital transnational américain.

 

Alors que nous stagnons, la Chine n'est pas la seule à s'être précipitée, l'Occident a également procédé à un ajustement structurel de l'économie. Et cela nécessitait un financement. Et alors que le montant du financement de l'Occident n'a pas augmenté plus de 1,5 à 2 fois, la base monétaire a été multipliée par cinq en Amérique, par quatre en Europe et par trois au Japon.

 

On constate que non seulement l'Asie du Sud-Est mène une politique active de développement économique par une gestion ciblée du crédit, mais pratiquement tous les pays du monde.

 

Malheureusement, le miracle économique n'a pas eu lieu dans notre pays, bien qu'il n'y ait pas eu que des opportunités et des recommandations. Il y a eu l'expérience pratique du gouvernement du Premier ministre Evgueni Primakov et du chef de la Banque centrale Viktor Gerashchenko, qui ont effectivement réalisé un miracle économique, augmentant littéralement l'industrie de 20 % en 9 mois et restaurant l'énorme chute qui avait été causée par le défaut de paiement de 1998.

 

Cependant, cette expérience n'a pas été reprise. Les institutions de développement créées à l'époque ont été fermées. Au lieu de cela, comme le conseillaient les organisations de Washington, un Fonds de stabilisation a été créé, dans lequel les superprofits des exportations de pétrole ont été pompés au lieu d'être investis dans le développement du pays.

 

C'est-à-dire qu'il s'agit d'une politique menée sur la recommandation du FMI, une politique de stagnation, privant délibérément le pays de sources nationales de crédit, de sources nationales de financement du développement économique.

 

Le résultat naturel de cette politique est la dépendance extérieure. L'économie va là où l'argent vient, et l'argent vient de l'Ouest. L'économie a donc été construite pour les besoins de nos matières premières, de nos capitaux, de nos esprits, dont le pays a été privé en quantités énormes.

 

- Maintenant nous avons la Chine à la place de l'Occident ?

 

- Oui, vous pouvez voir maintenant que, indépendamment de nous ou de la situation dans notre pays, la transformation structurelle de l'économie mondiale est en cours. Les pays occidentaux ont épuisé le modèle de gestion économique auquel ils étaient attachés depuis cent ans, la transition est en cours vers un nouvel ordre économique mondial, dont l'essence est une combinaison de planification stratégique et d'auto-organisation du marché, de contrôle étatique de la circulation monétaire et de l'entreprise privée.

 

L'État agit en tant que chef d'orchestre stratégique du développement économique, tandis que les entreprises privées assurent ce développement, en obéissant aux orientations fournies par l'État sur la base des priorités de développement à long terme.

 

C'est le modèle qui s'est imposé en Asie du Sud-Est au cours des dix dernières années. Ce n'est pas seulement en Chine, mais aussi en Inde, qui avait une croissance record avant la pandémie et qui est en train de remonter la pente. Je pense que l'Inde va connaître une croissance de plus de 9% par an.

 

La Chine a connu une hausse de 20 % au premier trimestre. Mais sur une base annuelle, elle sera probablement de 8 %, ce qui signifie qu'ils vont revenir sur la trajectoire qu'ils suivaient avant la pandémie. Ces résultats ont été obtenus grâce à un modèle de gouvernance efficace, plus compétitif que le modèle occidental, où règne l'oligarchie financière, où l'essentiel est de réaliser des superprofits, qui sont pour la plupart entre les mains de spéculateurs financiers, parasitant la question de l'argent.

 

En Chine, en revanche, l'essentiel pour les entreprises est le développement de la sphère de la production, et tout le pouvoir monétaire de l'État y est concentré. De ce fait, l'efficacité des investissements et des émissions de crédit en Chine est beaucoup plus élevée.

 

L'Occident a déjà perdu la main sur l'économie. La guerre hybride est menée non seulement contre la Chine mais aussi contre la Russie. L'Occident tente de freiner le développement de la Chine en reprenant le contrôle de la Russie et de ses ressources, réduisant ainsi la base du développement futur de la Chine.

 

- Il s'avère que nous sommes écrasés par nos propres mains, ou plutôt, par la politique monétaire, économique, financière qui est menée dans le pays.

 

- Le principal front de cette guerre hybride moderne est monétaire et financier et informationnel et cognitif. De fausses théories sont mises dans la tête de nos autorités monétaires, soumises à l'influence de Washington. Nos autorités monétaires regardent toujours dans la bouche du Fonds monétaire international, même si personne dans le monde ne suit plus leurs recommandations - ni en Amérique, ni en Europe, ni en Asie. Mais nos étudiants regardent toujours dans leur bouche et font tout ce qu'on leur dit depuis Washington.

 

Et ils disent, bien sûr, ce qu'ils veulent entendre aux entreprises américaines, dont la tâche principale dans ce cas est de prendre le contrôle de l'économie russe par le contrôle de la propriété, par le contrôle des ressources. Et il n'est pas étonnant que la moitié de notre propriété industrielle soit déjà entre les mains de non-résidents. Et la plupart de nos investissements en capital passent par des sociétés offshore qui sont contrôlées par les Anglo-Saxons.

 

Il est évident que dans cette guerre hybride, nous avons déjà perdu une partie importante de nos positions stratégiques. La récente histoire de la reprise de l'industrie russe de l'aluminium sous le contrôle direct du gouvernement américain a été assez facile pour eux, alors que dans notre pays, à mon avis, personne ne s'en est soucié du tout.

 

- Mais les personnes qui, comme elles l'ont dit, ont été "contraintes" de prendre cette mesure, ont fait valoir que cette mesure était nécessaire pour préserver les marchés, que, disons, si nous ne respections pas cette mesure, nous perdrions des dizaines de milliers d'emplois. Vous avez entendu ces arguments.

 

- En d'autres termes, nous exportons de l'aluminium sous une forme faiblement transformée - il s'agit essentiellement d'un paquet d'énergie qui ne nécessite pas beaucoup de cervelle, de centrales hydroélectriques bon marché, de bauxite, de technologies du siècle dernier, de superprofits au détriment des rentes naturelles, qui sont contenues dans l'électricité bon marché.

 

Mais l'Union soviétique n'exportait pas d'aluminium. Nous avons construit des avions, des navires, un grand nombre de machines qui utilisaient de l'aluminium. L'aluminium était une matière première stratégique qui ne pouvait absolument pas être exportée.

 

Si nous nous étions développés normalement, si nous avions eu une industrie manufacturière normale, l'industrie de l'aluminium, alors aujourd'hui nous l'aurions entièrement utilisée par la demande intérieure. Et aujourd'hui, nous importons même des canettes pour Coca-Cola. C'est absurde. Le pays qui produit le plus d'aluminium ne peut pas produire d'emballages de base pour les boissons.

 

- Vous m'avez choqué juste sur ce point. En effet, nous faisons, ou plutôt, ces groupes d'influence font des bénéfices de plusieurs milliards de dollars, mais ces boîtes de conserve et autres articles de table...

 

- Pourquoi les Américains ont-ils pris le contrôle de l'aluminium ? Évidemment, pour que la transformation ne vienne pas de nous. Et ceux qui s'assoient sur les exportations d'aluminium exportent les matières premières.

 

Je ne pense pas que le conseil d'administration qui nomme le Trésor américain soit très préoccupé par le développement de l'économie russe.

 

Au contraire, il est avantageux pour eux de maintenir cette orientation vers les matières premières : vous nous apportez de l'aluminium brut, et nous fabriquerons des produits finis, des emballages, des feuilles, de la vaisselle, et utiliserons l'aluminium pour des produits de haute technologie.

 

- C'est une telle fatalité : sommes-nous condamnés ?

 

- Non, pourquoi ? Nous, à l'Académie des sciences, savons exactement ce qu'il faut faire pour mettre en œuvre les directives présidentielles sur le développement économique accéléré.

 

- Pouvez-vous partager ?

 

- À la fin de l'année dernière, la Société d'Économie libre a présenté un rapport détaillé sur la manière de garantir une croissance économique plus rapide. Votre humble serviteur a rédigé des centaines de documents pour nos autorités à différents niveaux sur ce que nous devons faire pour assurer un développement économique plus rapide.

 

Et nous avons des opportunités pour cela. Lorsqu'une crise pandémique surgit,  il s'avère que nous disposons de vaccins, de projets de bio-ingénierie, de scientifiques et de technologies. Et pourquoi n'était-elle pas en demande hier ? Et s'il n'y avait pas de pandémie, que feraient ces scientifiques avec des ingénieurs ?

 

Nous avons suffisamment de spécialistes de ce type dans tous les domaines. Nous avons un potentiel scientifique puissant, nous avons beaucoup de bases dans le nouvel ordre technologique. Mais au lieu de créer de nouveaux produits de haute technologie, nous terminons notre travail intellectuel par des prototypes et des recherches en laboratoire, puis nos meilleurs cerveaux partent, et la production de masse est lancée par des sociétés étrangères.

 

Et tout se passe parce que notre Banque centrale, suivant les directives du Fonds monétaire, ne donne pas d'argent à l'économie.

 

Nous parlons de développement rapide, mais la Banque centrale continue de retirer de l'argent de l'économie au cours des trois prochaines années. La Banque centrale est le seul pays du G20 à aspirer des milliers de milliards de roubles de l'économie. Le gouvernement conserve ses fonds de stabilisation au lieu d'investir dans le développement.

 

 

Sergei Glazyev

 

http://www.glazev.ru

Sergey Glazyev (né en 1961) - Économiste, homme politique et homme d'État russe de premier plan, membre de l'Académie des sciences russe. Conseiller du président de la Fédération de Russie sur les questions d'intégration eurasienne. Il est l'un des initiateurs et un membre permanent du club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc avec DeepL.

Sergey Glazyev : une guerre hybride a été lancée contre la Russie et la Chine (Club d'Izborsk, 28 mai 2021)
Lire la suite

À propos de : "Alexandre Douguine : l'Afrique sera libérée des mondialistes et des libéraux" (Club d'Izborsk, 26 mai 2021)

26 Mai 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Alexandre Douguine, #Club d'Izborsk (Russie), #Afrique, #Guerre, #Politique, #Russie, #Chine

À propos de : "Alexandre Douguine : l'Afrique sera libérée des mondialistes et des libéraux" (Club d'Izborsk, 26 mai 2021)

Alexandre Douguine : l'Afrique sera libérée des mondialistes et des libéraux

 

26 mai 2021

 

https://izborsk-club.ru/21108

 

Le 25 mai est la Journée de la libération de l'Afrique. Le bon côté de cet événement est que les peuples du continent africain sont sortis de l'ère du colonialisme direct. En fait, c'est une belle chose. Ceux qui se réjouissent de l'esclavage d'autrui, ou qui le tolèrent simplement, sont condamnés à se retrouver dans cette situation. L'occupation, l'asservissement, la colonisation - surtout si la partie victorieuse se comporte comme une race de maîtres et traite la population locale comme des sous-hommes - est toujours odieuse.  La libération des peuples d'Afrique est belle comme un phénomène. Il est vrai que les gens sont les maîtres de leur propre destin, de leur propre vie.

Mais il ne faut pas se laisser aller à prendre ses désirs pour des réalités.  La véritable émancipation de l'Afrique n'a pas encore eu lieu. Ce qui a changé, c'est la forme de la colonisation, de directe à indirecte, de politique à culturelle et économique, du racisme biologique au racisme civilisationnel. L'Afrique n'est toujours pas libre. Elle est toujours une colonie des pays occidentaux, qui se disputent l'influence sur le continent noir.

 

Lorsque les régimes coloniaux ont quitté l'Afrique, ils ont laissé derrière eux le pire - des sociétés politiques créées artificiellement et divisées par des frontières arbitraires. Ces frontières sont l'héritage des luttes des puissances coloniales européennes entre elles. Ces frontières n'ont rien à voir avec la réalité des peuples d'Afrique, ses civilisations et ses cultures, ses tribus et ses religions.

 

Les États-nations ne représentent pas non plus une simple extension des administrations coloniales. C'est un simulacre, pas la liberté. Il s'agit d'une nouvelle forme d'administration externe, et non d'une véritable souveraineté.

 

De plus, la décolonisation externe s'est accompagnée d'une colonisation de la conscience encore pire. Les peuples africains ont été contraints par les Européens d'oublier leurs cultures et leurs valeurs, leurs traditions et leurs croyances. La société traditionnelle de l'Afrique a été détruite ; au contraire, la conscience des Africains a été infectée par la modernité, l'individualisme, le matérialisme, la technocratie, les sciences purement quantitatives. Et c'est là le plus grand défi de tous : l'Afrique doit libérer la conscience de ses peuples pour trouver la vraie liberté. L'Afrique a besoin d'une décolonisation profonde. La décolonisation de l'esprit africain, le Logos africain.

 

Dans l'Afrique contemporaine, les États, les régimes, les systèmes politiques, les modèles économiques et les identités sociétales sont tous des extensions de l'esclavage. Tout cela est profondément étranger à l'esprit et au rythme de l'Afrique. Tout cela doit donc être radicalement changé. Comme le dit le jeune leader du panafricanisme moderne, l'intrépide héros africain Kemi Seba : "Soit l'Afrique sera unie et souveraine, soit elle n'existera pas du tout.

 

L'Afrique doit se débarrasser de l'esclavage de l'homme blanc - dans la politique, la culture, l'économie, l'identité. L'Afrique a son propre destin et ses propres chemins dans l'histoire.

 

La libération de l'Afrique est encore à venir. La célébration de cette année est donc une célébration de l'avenir, qui n'est pas encore arrivé, mais qui doit arriver. La liberté doit encore être conquise par les peuples d'Afrique - dans une lutte acharnée contre la mondialisation, le libéralisme et les nouvelles formes de colonisation - clandestine.

 

Et dans cette juste cause, l'Afrique peut être aidée par la Russie, qui rétablit son rôle mondial. Après tout, la Russie se bat aujourd'hui pour un monde multipolaire contre l'hégémonie mondialiste occidentale. Et dans ce monde multipolaire, l'Afrique est appelée à être un pôle libre et indépendant. C'est pourquoi la libération des peuples africains de la dictature des élites libérales mondiales fait partie de notre combat, de notre objectif et de notre vocation.

 

 

Alexandre Douguine

 

http://dugin.ru

Alexandre G. Douguine (né en 1962) est un éminent philosophe, écrivain, éditeur et personnalité publique et politique russe. Docteur en sciences politiques. Professeur de l'université d'État de Moscou. Il est le leader du mouvement international eurasien. Membre fréquent du Club d'Izborsk.

 

Traduit par Le Rouge et le Blanc avec DeepL.

Lorsqu'Alexandre Douguine écrit: "L'Afrique n'est toujours pas libre. Elle est toujours une colonie des pays occidentaux, qui se disputent l'influence sur le continent noir", il ne mentionne pas la Chine. La Russie aiderait donc l'Afrique à se libérer de la domination occidentale mais pas de celle de la Chine ? ou s'entendrait avec la Chine pour mieux exploiter et contrôler l'Afrique ? on peut se poser la question.

Julien Wagner a décrit la réalité de cette relation dans son livre "Chine-Afrique, le grand pillage":

(...) C’est une question difficile car la liste des bienfaits est presque aussi longue que celle des méfaits. Il ne faut pas omettre ce qu’a permis l’arrivée du géant asiatique sur le continent. Du développement ultra-rapide de la téléphonie en passant par la construction de nombreuses infrastructures et l’arrivée en masse de biens de consommation à bas coûts. Mais il me semble que si les pays africains ne modifient pas rapidement les termes du partenariat, ils pourraient courir au-devant de grandes désillusions. D’abord, croissance n’équivaut pas à développement. Le Nigéria ou l’Angola, premier et deuxième producteur de brut d’Afrique, ont connu une croissance de 5 à 6 % par an depuis dix ans, mais leur taux de chômage respectif n’a pas diminué et la pauvreté ne recule pas non plus malgré les formidables investissements chinois dans le secteur pétrolier. En réalité, la République populaire conforte les pays riches en ressources naturelles dans une économie de la rente, notamment à travers le haut niveau de corruption (active et passive) de ses entreprises d’Etat, le faible niveau de transferts technologiques qu’elle inclue dans ses contrats et la main d’œuvre qu’elle expédie en masse sur place. Et c’est sans compter les dégâts considérables qu’elle induit sur l’environnement. Pour tirer le meilleur de la présence chinoise, il faudra aux pays africains cumuler au moins deux ingrédients : que leurs dirigeants mettent enfin au centre de leurs préoccupations le bien public et non leur bien propre, et qu’ils approfondissent de manière décisive l’intégration régionale en Afrique afin de négocier en bloc, seul moyen de rééquilibrer un peu le rapport de force. (...)

https://www.iris-france.org/51130-chine-afrique-le-grand-pillage-trois-questions-a-julien-wagner/

Il n'y a pas que l'Afrique d'ailleurs, il y a aussi l'Amérique du sud...

En tous les cas, la vision borgne d'Alexandre Douguine est une arme à double tranchant, car elle elle pourrait être utilisée par l'Occident pour justifier le démantèlement de la Russie et de la CEI en accusant la colonisation et la russification des peuples autochtones qui ont abouti à la constitution de l'empire tsariste. 

C'est justement le sujet du dernier livre de Léon Tolstoï, "Hadji Mourat", publié après sa mort, et qui décrit la guerre du Caucase à laquelle il avait participé dans sa jeunesse ("Les Cosaques"). Un vibrant hommage à la bravoure des montagnards défendant leur terre contre la cruauté des envahisseurs étrangers.

Sur le même blog et sur le même sujet:

https://pocombelles.over-blog.com/2017/11/les-fleurs-sauvages-du-caucase-tolstoi-hadji-mourad.html

https://pocombelles.over-blog.com/2020/06/kai-donner-les-problemes-de-la-christianisation-des-samoyedes-de-siberie.html

https://pocombelles.over-blog.com/2020/07/comment-les-nomades-khamassin-ont-perdu-la-liberte-kai-donner-parmi-les-samoyedes-en-siberie.html

Lire la suite

Après deux mois de cette nouvelle administration américaine, le monde à la croisée des chemins - Conférence de l'Institut Schiller, 20-21 mars 2021

22 Mai 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Institut Schiller, #Chine, #Guerre, #Russie, #USA

Deux mois après l’investiture de Joe Biden à la présidence des États-Unis, le monde est confronté à une multitude de crises : les États-Unis s’orientent délibérément vers un affrontement géopolitique avec la Chine et la Russie. A leur effort pour contenir la montée de la Chine en tentant de forger une alliance indo-pacifique, voire une OTAN mondialisée, Chine et Russie répondent en formant une alliance militaire. L’oligarchie financière, centrée sur la City de Londres, Wall Street et la Silicon Valley, tente de retarder l’effondrement inévitable du système financier transatlantique en prévoyant d’injecter entre 30 et 50 000 milliards de dollars dans le « Great Reset » du Green New Deal. Cela marquerait la fin des nations industrielles et, si elle est mise en œuvre avec succès, cette « grande réinitialisation » entraînerait une réduction drastique de la population mondiale.

Le Programme alimentaire mondial des Nations unies met en garde contre le risque de voir, rien que cette année, 270 millions de personnes mourir de faim à cause d’un sous-développement aigu, aggravé par la pandémie de COVID-19 et les fermetures d’entreprises qui ont déjà détruit 500 millions d’emplois. Le Yémen subit en ce moment-même la crise humanitaire la plus dramatique depuis la Seconde Guerre mondiale, avec une famine qui menace 20 millions de ses habitants. Le fait de ne pas traiter cette situation, à laquelle on pourrait facilement remédier pourvu qu’on en ait la volonté politique, en fait un véritable génocide. En Syrie, un tiers de la population est menacée par la faim, victime d’une guerre par procuration, opposant en apparence Israël et l’Iran, mais qui est en réalité le théâtre d’une possible troisième guerre mondiale entre la forme moderne de l’Empire britannique (Royaume-Uni et États-Unis), d’un côté, et la Russie et la Chine de l’autre.

On assiste à une compétition systémique : alors que la Chine, mais aussi de nombreuses nations asiatiques, font revivre leurs anciennes civilisations, les intégrant dans une perspective d’avenir pleine d’optimisme, basée sur l’innovation scientifique et technologique, l’Occident sombre dans un nouvel âge des ténèbres en adoptant les pratiques culturelles les plus dégénérées, une politique du « tout va bien » digne des derniers jours de l’Empire romain. Aussi, le seul espoir pour l’espèce humaine d’échapper à cette crise existentielle sera d’impulser consciemment une Renaissance de la culture classique et un dialogue entre les meilleures traditions culturelles de l’histoire universelle.

Dans cette perspective, l’Institut Schiller invite des personnalités de Russie, de Chine, d’Afrique, d’Europe et des Amériques pour un dialogue sur la façon de répondre à cette crise existentielle de l’humanité, en adoptant une stratégie de « paix par le développement ». Pendant cinquante ans, Lyndon LaRouche a encouragé cette approche, appelant à se projeter dans les cinq décennies à venir afin de susciter la nécessaire révolution dans les affaires humaines pour faire face ensemble à ces crises, en tant qu’espèce humaine, et libérer le potentiel créateur de l’humanité pour créer un monde digne de ce nom.

Source: https://www.institutschiller.org/Apres-deux-mois-de-cette-nouvelle-administration-americaine-le-monde-a-la.html

Ecoutez ici l'intervention de l'ancien ambassadeur de France Michel Raimbaud sur la Syrie:

"Syrie : plutôt une guerre sans fin que la fin de la guerre"
Lire la suite

Yuri Tavrovskiy : dos à dos (Club d'Izborsk, 30 avril 2021)

30 Avril 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Asie, #Chine, #Eurasie, #Economie, #Club d'Izborsk (Russie), #Politique, #Russie

Yuri Tavrovskiy : dos à dos  (Club d'Izborsk, 30 avril 2021)

Yuri Tavrovskiy : dos à dos

 

30 avril 2021

 

https://izborsk-club.ru/21006

 

 

Lorsqu'ils analysent les événements actuels et l'avenir géopolitique de la Russie, notre communauté d'experts et les médias négligent souvent le facteur Chine. On accorde plus d'attention à l'Ukraine malheureuse qu'à la deuxième plus grande économie du monde avec une population de 1400 millions d'habitants, une puissance militaire et politique qui croît rapidement, jouant déjà pour nous un rôle de "deuxième front" dans la guerre froide avec l'Occident.

 

Le succès de l'Empire céleste dans le contrôle de la pandémie et la restauration de l'économie est naturellement passé sous silence. L'enthousiasme jubilatoire à la recherche de "mines à retardement" capables d'interrompre le mouvement de notre partenaire stratégique vers ses objectifs de développement est incompréhensible. L'accent mis sur les distorsions de l'économie qui était typique il y a seulement quelques années s'estompe face aux succès indéniables d'aujourd'hui. Dans le même temps, on a assisté à une augmentation de l'activité de construction de "châteaux d'air" concernant une sorte de lutte au sein de la direction chinoise entre les militaires et les descendants du Komsomol, entre les factions régionales et même les locuteurs de différents dialectes de la langue chinoise. Ces "châteaux" sont construits sur du sable. Les prédictions basées sur elles ne se sont jamais réalisées, parce qu'elles contiennent peu de réalité. À mon avis, ces efforts sont destinés à influencer non seulement le public de lecteurs mal informés, mais aussi l'élite politique. Présenter la Chine comme un partenaire peu fiable et empêcher Moscou et Pékin de progresser vers une alliance militaro-politique, telle est la tâche fixée par les experts "néocons". Malheureusement, ils ont des aides volontaires et non volontaires en Russie.

 

L'avenir géopolitique de la Russie est aussi étroitement lié à la Chine que son passé. Les deux civilisations se sont heurtées au cours de 400 ans de voisinage et d'interaction, mais elles n'ont jamais été en guerre. Mais les relations entre alliés ont été maintenues et fixées par des traités secrets et ouverts en 1896, 1937, 1945, 1950. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, la Chine et la Russie ont servi tour à tour de "second front" l'un pour l'autre, en s'appuyant sur les forces de leur ennemi commun. Cette interaction était fondée sur les intérêts nationaux et était donc productive. Au contraire, le clivage idéologique des années 1960-80 l'a emporté sur les intérêts nationaux et a entraîné des conséquences tragiques pour les deux puissances. La Chine a perdu deux décennies de développement progressif et 30 à 40 millions de personnes dans le "Grand bond en avant" et la "Révolution culturelle" entrepris "pour contrarier" Moscou. Après le passage de Pékin du côté de l'Occident, l'Union soviétique a été contrainte de mener elle-même la confrontation sur "deux fronts". Je suis convaincu que des forces trop importantes dans cette confrontation ont été l'une des raisons de la disparition de ce grand pays.

 

Aujourd'hui, l'histoire se répète avec un nouveau tournant. Nous redevenons un "second front" l'un pour l'autre. Les intérêts nationaux nous dictent de rechercher des solutions pour contrer la guerre froide menée contre la Russie et la Chine et empêcher une descente vers une véritable guerre. Les "néocons" qui ont pris le contrôle de la Maison Blanche et d'autres mécanismes de prise de décisions cruciales, pensent en termes de domination mondiale. Ils sont tout à fait capables de sacrifier les intérêts nationaux des États-Unis et l'avenir de l'humanité entière au nom de leurs chimères idéologiques. L'avenir proche montrera s'ils parviendront à vaincre la résistance de segments raisonnables de l'élite américaine.

 

Les armées de la Russie et de la Chine sont déjà effectivement "dos à dos". Remettre nos secrets à l'APL (système de détection des missiles). Patrouilles conjointes de bombardiers stratégiques près des bases de l'Amérique et de ses alliés dans le Pacifique. Exercices à grande échelle en Russie et en Chine, dans le cyberespace et dans l'espace. C'est l'armée qui, traditionnellement, voit le mieux les intérêts nationaux. Ils sont moins susceptibles d'être impliqués dans des chaînes commerciales et financières corrompues, ne sont pas liés à un adversaire potentiel par des avoirs dans des banques, des biens immobiliers à l'étranger et des affinités idéologiques.

 

Le partenariat stratégique entre la Russie et la Chine ne se limite pas au domaine de la stratégie, où la coïncidence des intérêts nationaux est évidente. Il existe d'autres domaines où la situation n'est pas aussi monochrome. Dans les deux pays, la méfiance demeure fondée sur des épisodes de l'histoire, notamment des affrontements frontaliers. Les effets du traitement de la propagande au cours des décennies de la guerre froide soviéto-chinoise sont visibles. Toute une génération d'experts des deux pays, qui ont étudié dans des universités américaines et ont reçu des subventions de groupes de réflexion occidentaux, sont peu enclins au rapprochement. Des méthodes de négociation et de commerce mal adaptées, des attentes excessives de résultats rapides de la part de nos interlocuteurs, le manque de précision dans le respect des obligations, même écrites, et l'arrogance des Chinois jouent un rôle négatif. Après avoir lu les œuvres et les manuels de Confucius sur les négociations avec l'Empire céleste, les politiciens et les hommes d'affaires régionaux russes sont soudain confrontés à des partenaires rigides, dépourvus de "cérémonies chinoises", orientés vers le profit à tout prix et confiants dans la supériorité de tout ce qui est chinois. Pendant la période de développement du tourisme de masse qui a précédé la pandémie, la différence dans les habitudes domestiques est devenue apparente, refroidissant la nostalgie de la nation pour les jours de la "grande amitié" des années 1950. La méfiance mutuelle persistante entre les gens ordinaires, les élites régionales et même les cercles politiques de haut niveau freine le développement de la coopération entre les deux pays voisins aux économies complémentaires.

 

Une prudence excessive dans la mise en œuvre de plans à grande échelle et à long terme et, surtout, de projets d'intégration peut être surmontée par des facteurs externes. La pression exercée par les sanctions sur la Russie, la réduction des livraisons de céréales et de minéraux à la Chine en provenance des pays satellites des États-Unis ouvrent de nouvelles perspectives à nos producteurs. La nécessité de disposer de voies de transport libres de tout contrôle américain accroît d'un ordre de grandeur l'importance des chemins de fer et des autoroutes sur notre territoire, de notre espace aérien et des voies prometteuses de la route maritime du Nord. Le facteur géographique jouera un rôle de plus en plus tangible dans les liens économiques russo-chinois et contribuera à la formation d'un espace de sécurité et d'interaction commun en Eurasie.

 

Nous pouvons maintenant prédire que si les ordres actuels en Russie se maintiennent dans un avenir prévisible, son importance géoéconomique diminuera. La vitalité de l'économie chinoise, prouvée par la guerre commerciale américaine et la pandémie de COVID, ainsi que l'effet de la planification à long et moyen terme promettent à l'Empire céleste d'accroître encore son influence géo-économique. Toutefois, pour les relations entre Moscou et Pékin, les facteurs stratégiques et géopolitiques l'emportent traditionnellement sur les facteurs économiques. Je pense que l'avenir géopolitique de la Russie dépend des relations avec la Chine dans la même mesure que l'avenir de la Chine dépend de la Russie.

 

Yuri Tavrovskiy

 

Yuri Vadimovich Tavrovsky (né en 1949) est un orientaliste, professeur à l'Université de l'amitié des peuples de Russie et membre du présidium de l'Académie eurasienne de télévision et de radio. Il est un membre permanent du Club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc

Lire la suite

Shamil Sultanov : L'ombre de Gorbatchev plane toujours sur la Russie (Club d'Izborsk, 29 janvier 2021)

29 Janvier 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Chine, #Russie

Shamil Sultanov : L'ombre de Gorbatchev plane toujours sur la Russie  (Club d'Izborsk, 29 janvier 2021)

Shamil Sultanov : L'ombre de Gorbatchev plane toujours sur la Russie

 

29 janvier 2021

 

https://izborsk-club.ru/20587

 

 

Chris Miller, politologue et historien américain bien connu, a récemment publié son nouveau livre "The Struggle to Save Soviet Economy : Mikhail Gorbachev and the Collapse of the USSR". La lutte pour sauver l'économie soviétique : Mikhaïl Gorbatchev et l'effondrement de l'URSS).

 

Vous trouverez ci-dessous quelques passages avec des commentaires de ce livre, qui sont assez intéressants dans le contexte des défis actuels.

 

La première et dernière visite de Gorbatchev en Chine remonte à 1989. Dans son discours de Pékin, le dirigeant soviétique a déclaré au public chinois que "la réforme économique ne fonctionnera pas si elle n'est pas soutenue par une transformation radicale du système politique...". À la fin des années 1980, Gorbatchev avait conclu que la seule façon de mettre en œuvre son programme économique était de mettre fin au monopole politique du PCUS.

 

Cependant, Deng Xiaoping et ses alliés conservateurs à la direction du PCC avaient un point de vue très différent. La principale leçon à tirer des événements de la place Tienanmen, comme l'a déclaré Deng lors d'une réunion des hauts dirigeants du parti le 16 juin, est simple : "Les événements récents montrent combien il est important pour la RPC de continuer à adhérer à la voie socialiste... Seul le socialisme peut sauver la Chine et la transformer en un pays développé. La Chine doit se concentrer sur son économie, a-t-il affirmé, pour éviter que les manifestations de la place Tienanmen ne se répètent.

 

Suite à la décision de Deng Xiaoping de renforcer le système de pouvoir autoritaire intelligent, la Chine a commencé à passer à une économie de marché sans démocratie, mais de manière délibérée et aussi professionnelle que possible. Par exemple, en trois décennies, Pékin a formé plus de vingt millions de ses professionnels en Occident à la technologie moderne et sophistiquée du marché des entreprises capitalistes. Rien qu'en 2018, quelque 350 000 étudiants chinois se trouvaient aux États-Unis.

 

Pendant ce temps, la direction soviétique, dirigée par Gorbatchev, s'est obstinée à préconiser des procédures démocratiques, la liberté d'expression et des élections multipartites, tout en plongeant dans une dépression économique écrasante qui a ensuite conduit à l'effondrement de l'URSS en 15 États distincts.

 

Aujourd'hui, de nombreux Russes se demandent : n'aurait-il pas été préférable qu'ils choisissent le modèle de capitalisme autoritaire de Pékin ? Alors pourquoi le Kremlin n'a-t-il pas suivi la voie de la Chine ?

 

En 1989, au moment même où Deng Xiaoping reformatait son système autoritaire, Gorbatchev a procédé de manière chaotique à la libération de la presse, à la libéralisation de l'expression politique et à l'introduction d'élections compétitives. En deux ans seulement, l'incompétence flagrante de Gorbatchev a finalement sapé les fondements du système politique soviétique. Et toutes ces expériences politiques se sont accompagnées d'un affaiblissement constant de l'Union soviétique. Les élites locales ont commencé à mobiliser les minorités ethniques dans les régions reculées de l'Union soviétique, de la vallée de Ferghana en Asie centrale au Caucase. Le pouvoir croissant des élites régionales a fait que les ordres du Kremlin ont été de plus en plus ignorés en dehors de Moscou.

 

Mais le principal défi pour Gorbatchev était la croissance incontrôlée des problèmes économiques du pays. Après la répression des manifestations de la place Tienanmen, Pékin a imposé une nouvelle croissance économique. L'économie soviétique, en revanche, s'est effondrée. Gorbatchev a pris une série de mesures pour introduire des incitations de marché et légaliser l'entreprise privée dans l'industrie et l'agriculture. Beaucoup de ces changements - du moins en ce qui concerne leur but, sinon leur exécution - étaient très similaires aux innovations de Deng en Chine. Cependant, au cours de cette transformation politique, l'Union soviétique a été confrontée à une crise budgétaire qui s'est aggravée et que Gorbatchev n'a pas pu résoudre.

 

Contrairement à la Chine, l'Union soviétique était au point mort. Le déficit budgétaire a continué à se creuser inexorablement, financé par une augmentation des prêts et de l'imprimerie. Cela a provoqué une forte vague de déficits et d'inflation, qui a exacerbé les difficultés économiques du pays et a finalement sapé la crédibilité du Kremlin. À la fin de 1991 - six ans après l'arrivée de Gorbatchev au pouvoir - l'économie soviétique était en ruine. Les usines s'étaient arrêtées, les transports s'étaient arrêtés, les files d'attente pour le pain s'allongeaient.

 

Gorbatchev, ni dans son expérience ni dans sa capacité mentale, a été capable de faire face à cette crise systémique de plus en plus complexe. Le manque d'argent croissant a rendu impossible la pacification des séparatistes et des groupes ethniques et régionaux mécontents dispersés dans toute l'Union soviétique. Pendant ce temps, la faiblesse de Gorbatchev avec l'armée et les services spéciaux, les groupes industriels influents et un vaste réseau de fermes collectives signifiait qu'il n'avait aucun moyen de réduire le budget. La seule chance d'équilibrer le budget et de vaincre l'inflation et les déficits était d'augmenter les prix à la consommation - ce que la Russie post-soviétique a finalement fait en 1992 au prix d'une réduction spectaculaire du niveau de vie de toute la population. Mais Gorbatchev savait que toute tentative d'équilibrer le budget - en réduisant les dépenses ou en augmentant les prix - pouvait facilement conduire à son effondrement. La paralysie politique causée par des forces puissantes opposées aux réformes économiques a été la cause ultime de l'effondrement de l'Union soviétique. Le 26 décembre 1991, le plus grand pays du monde a officiellement cessé d'exister.

 

Cependant, ni l'abolition de l'Union soviétique ni l'émergence d'une Russie indépendante n'ont contribué à résoudre les problèmes économiques stratégiques du pays.

 

La montée en puissance de la Chine au niveau mondial au cours des trois dernières décennies a été déterminée non seulement par le choix d'une stratégie économique saine, non seulement par la préservation d'une économie planifiée (réglementée), non seulement par le renforcement du PCC en tant que noyau du système politique chinois, mais aussi par le maintien et l'amélioration de son système idéologique, de ses valeurs et de ses idéaux.

 

Jiang Zemin, qui a succédé à Deng Xiaoping à la tête de la Chine, a fait valoir en 1990 que le principal problème de l'Union soviétique était que Gorbatchev s'était révélé être un traître (aux principes idéologiques et aux objectifs du socialisme), comme Lev Trotsky. En décembre 2012, le président chinois Xi Jinping s'est fait l'écho de cette évaluation. "Pourquoi l'Union soviétique s'est-elle effondrée ? Leurs idéaux et leurs croyances ont été ébranlés. Après tout, tout ce que Gorbatchev avait à faire était d'annoncer discrètement la dissolution du Parti communiste soviétique, et le grand parti avait disparu". Néanmoins, la plupart des interprétations de l'effondrement de l'Union soviétique dans le discours chinois sont encore dominées par l'explication et la logique de Deng Xiaoping. "Mon père", raconte le plus jeune fils de Deng, "pense que Gorbatchev est un idiot. Mais c'était un idiot spécial : au milieu des années 70, à la tête du territoire de Stavropol, le futur secrétaire général aimait accepter des pots-de-vin de 30 000 roubles (Et le KGB le savait !). À cette époque, le salaire mensuel moyen dans le pays était d'environ 200 roubles, et les ministres de l'Union recevaient 600 roubles.

 

Les Russes ont régulièrement qualifié Gorbatchev de l'un des pires et des plus stupides dirigeants du pays au XXe siècle. C'est sous lui que le pouvoir a commencé à se déplacer vers une nouvelle classe dirigeante composée de généraux, de chefs de fermes collectives, d'entreprises industrielles et de futurs oligarques qui ont bénéficié de l'appauvrissement et de l'inefficacité de l'économie.

 

Deng Xiaoping, en revanche, a réussi à trouver un compromis avec d'autres élites (principalement les élites régionales), leur permettant de conserver le pouvoir, mais gagnant en échange leur soutien dans la mise en œuvre des réformes économiques qui ont permis à la RPC de se développer de façon spectaculaire.

 

L'exemple de la Chine a prouvé qu'une transition efficace d'une économie planifiée à une économie de marché était possible. L'Union soviétique s'est effondrée précisément parce qu'un pouvoir politique étendu s'est retrouvé entre les mains de personnes non seulement incompétentes, mais qui avaient aussi toutes les raisons de saper le mécanisme de résolution des problèmes financiers du pays, qui s'était constitué sur plusieurs décennies.

 

Paradoxalement (ou, au contraire, très logiquement), la situation actuelle en Russie commence progressivement à ressembler à celle de la fin des années 80. Les turbulences sociales et l'ingouvernabilité dans la sphère politique sont en augmentation. Le Kremlin ne contrôle pas efficacement la situation réelle dans les régions. Les perspectives économiques du pays, même à moyen terme (sans parler du long terme), deviennent de plus en plus vagues et sombres. La propagande politique bon marché a pris la place d'un travail idéologique sérieux pour consolider la nation...

 

L'ombre de Gorbatchev plane toujours sur la Russie.

 

 

Shamil Sultanov

 

Shamil Zagitovich Sultanov (né en 1952) est un philosophe, historien, journaliste, personnalité publique et homme politique russe. Il est le président du Centre d'études stratégiques Russie - monde islamique. Membre régulier du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Youri Tavrovski : Qui danse avec qui ? (Club d'Izborsk, 28 janvier 2021)

28 Janvier 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Asie, #Chine, #Club d'Izborsk (Russie), #Economie, #Politique, #Russie, #USA

Youri Tavrovski : Qui danse avec qui ? (Club d'Izborsk, 28 janvier 2021)

Youri Tavrovski : Qui danse avec qui ?

 

28 janvier 2021

 

https://izborsk-club.ru/20581

 

 

Pékin invite Washington au tango, mais veut mener la danse.

 

À la veille de l'inauguration de Joseph Biden, le président chinois Xi Jinping a fait un geste de conciliation. Le 14 janvier, Pékin a publié une lettre de réponse à Howard Schultz, président émérite du conseil d'administration de la chaîne de café américaine Starbucks. Elle note, selon les termes de l'agence de presse officielle Xinhua, que "la Chine a entamé une nouvelle voie pour construire de manière globale un pays socialiste modernisé qui offrira encore plus d'espace aux entreprises du monde entier, y compris aux entreprises américaines". La lettre a été envoyée le 6 janvier, mais la publication a été placée dans les médias plus près du 20 janvier, lorsqu'il y a eu un changement officiel de propriétaire à la Maison Blanche.

 

Le premier anniversaire de la "phase 1" de l'accord commercial entre la Chine et les États-Unis, signé le 15 janvier 2020, s'est également avéré très opportun. Les médias chinois commentent activement cet événement, en soulignant la nécessité de surmonter la "guerre commerciale" initiée par le président Trump en 2018. En même temps, il est souligné que même dans des conditions de ralentissement de la croissance économique dû à la pandémie de COVID-19, la Chine remplit ses obligations autant que possible. Pékin a promis d'acheter pour 200 milliards de dollars supplémentaires de produits agricoles, d'énergie et d'autres biens dans un délai de deux ans. Selon les dernières données du département des douanes, rien qu'en 2020, les importations en provenance d'Amérique ont atteint 135 milliards de dollars, soit une hausse de 9,8 %. Dans le même temps, les achats de produits agricoles ont augmenté de 66,9 %.

 

L'espoir d'une "nouvelle page" dans les relations commerciales lors des prochaines négociations commerciales est souligné par les mises à jour de l'équipe chinoise. De sérieux changements sont inévitables dans l'équipe américaine également. Les contacts officiels sont peu probables tant que l'administration du président Biden n'est pas finalisée et qu'une nouvelle "politique de la Chine" n'est pas formulée, mais une délégation chinoise de haut niveau devrait se rendre à Washington dans quelques semaines.

 

Les entreprises américaines sont mécontentes de la politique de découplage, qui, selon la Chambre de commerce américaine, a déjà coûté 245 000 emplois à l'Amérique. Les experts estiment que si le processus de divorce se poursuit, le PIB américain diminuera de 1,6 trillion de dollars en 5 ans. D'ici 2022, 732 000 emplois seront perdus et 320 000 autres d'ici 2025. Et ce ne sera pas long après la prochaine élection présidentielle américaine. Biden ne s'en soucie peut-être pas beaucoup, mais les dirigeants démocrates, eux, s'en soucient.

 

Bien entendu, l'économie chinoise, en particulier ses provinces côtières traditionnellement tournées vers l'exportation vers les États-Unis, souffre également de graves dommages. La stratégie des "deux circulations" adoptée en Chine l'année dernière vise à minimiser la dépendance vis-à-vis des marchés américains et d'autres marchés étrangers. Toutefois, la réorientation vers le marché intérieur prendra du temps. Les paroles et les actions conciliantes de Pékin visent à gagner du temps.

 

La position de faiblesse de l'Amérique

 

Les Chinois parlent maintenant aux Américains poliment, très poliment. Ils le font non pas dans une position de faiblesse, mais dans une position de force. Le contraste entre la première et la deuxième puissance mondiale est impressionnant. L'Amérique est entrée dans l'année 2021 dans un état préinfarctus. L'élection présidentielle a divisé la nation en deux. L'assaut du Capitole a dépouillé la démocratie américaine de ses robes blanches vierges et a révélé les tenues miteuses d'une vieille pute. Le spectre de la bataille de Gettysburg (1863), où, au plus fort de la guerre civile, des Américains ont tué d'autres Américains, plane au-dessus du pays. La nation la plus riche du monde a démontré le fiasco de son système de soins de santé et mène confortablement le nombre de décès dus à la pandémie COVID-19. L'économie stagne, le chômage augmente. Le pays n'a pas de programme cohérent pour l'avenir prévisible, et encore moins pour le long terme. Le sénile président de la Maison Blanche oublie parfois même des épisodes de son propre passé. Ses objectifs ne sont pas clairs, ses tâches ne sont pas définies. Les choses ne doivent pas être comme elles étaient sous Trump - c'est l'essentiel pour l'instant.

 

La position forte de la Chine

 

La Chine a commencé l'année 2021 sur une note importante. Les résultats de 2020 publiés à Pékin le 18 janvier par le Bureau national des statistiques ont montré un taux de croissance du PIB de 2,3 %. C'est la meilleure performance mondiale en une année "covid". Il convient de rappeler que l'épidémie de COVID-19, qui a débuté il y a exactement un an, a porté à la Chine un coup dont elle a eu du mal à se remettre. L'isolement de provinces entières comptant entre 50 et 60 millions d'habitants, la perturbation des transports et des chaînes de production, et la réduction de la consommation, tout cela dans un climat de pessimisme. Le PIB s'est effondré de 6,8 % au premier trimestre. On a même parlé de la fin du "miracle chinois". Mais le miracle n'a pas cessé. Après avoir touché le fond, l'économie a commencé à grimper comme un avion en surrégime. Au quatrième trimestre, le taux de croissance a été de 6,5 %, dépassant les chiffres de la période correspondante de 2019, la dernière année "normale" (6 %).

 

Le chiffre d'affaires du commerce de détail reste un goulot d'étranglement. Il a diminué de 3,9 %, alors qu'en 2019, une croissance de 8 % a été enregistrée. Un autre casse-tête pour les économistes de Pékin est la situation de l'emploi. Pour 2020, les villes ont réussi à créer 11,86 millions de nouveaux emplois au lieu des 11 millions prévus, ce qui a fait baisser le taux de chômage de 5,5 % à 4,7 %. Cependant, les statistiques officielles ne donnent pas de chiffres sur les migrants, les résidents ruraux qui travaillent à temps partiel dans des entreprises urbaines. Leur nombre avant l'épidémie dépassait les 200 millions.

 

Les résultats impressionnants de l'économie chinoise en 2020 renforcent son rôle de "locomotive" de l'économie mondiale à l'ère post-industrielle. Elles confirment également la transition de la Chine vers une nouvelle étape de développement. L'achèvement du PIB de 100 billions de yuans (15,4 billions de dollars) et du revenu moyen par habitant de 10 000 dollars l'année dernière, ainsi que l'éradication de la pauvreté absolue dans tout l'Empire du Milieu, achèvent la création de la "société à revenu moyen" (Xiao-kang). À partir de cette année, la création d'une "société de haute affluence" va commencer.

 

Xi Jinping envisage le doublement du PIB du pays et une augmentation égale des revenus du peuple chinois d'ici 2035. Un nouveau système juridique doit correspondre au nouveau mode de vie. Il y a quelques jours, le Plan pour le développement d'un État de droit en 2020-2025 a été publié. Un tel document est sans précédent dans l'histoire de la Chine et a été préparé par le parti communiste au pouvoir. L'extension progressive et systématique des droits est considérée comme la mise en œuvre d'une "démocratie à caractéristiques chinoises".

 

Le principe de "gouverner l'État par des lois" (et fa zhi guo) a été dès le début une partie importante du plan à long terme de Xi Jinping pour le "rêve chinois pour la grande renaissance de la nation chinoise". Plusieurs séances plénières du Comité central et réunions de haut niveau ont discuté de la manière de "mettre le gouvernement en cage avec la loi". Ils ont réussi à mettre en place non pas l'ensemble du gouvernement, mais seulement quelques dizaines de milliers de ses "serviteurs" - des fonctionnaires à tous les niveaux, jusqu'aux récents membres du Politburo. La Commission centrale de vérification de la discipline de parti, "contre-espionnage du parti" avec ses enquêteurs et ses isolateurs, ressemblant au VChK, a commencé à travailler. L'approche systématique a constitué un grand pas en avant par rapport aux arrestations au hasard et aux fusillades de fonctionnaires corrompus dans les stades que Deng Xiaoping avait introduites au milieu des années 1980.

 

Il est maintenant temps de passer à l'étape suivante. Ces plans à long terme se concrétiseront-ils ? Nous verrons bien. Nous n'avons plus que 15 ans à attendre !

 

La pâte pressée ne peut pas être remise dans le tube.

 

Les gestes de conciliation envers le président Biden ont peu de chances d'atteindre le but recherché. "La guerre froide a commencé sous Trump, non pas à cause de son caractère querelleur, mais pour freiner les progrès de la Chine. Cependant, ni les droits de douane supplémentaires sur les produits chinois, ni la pression militaire, ni l'incitation des séparatistes et des dissidents n'ont eu l'effet escompté. Même le coronavirus n'a pas aidé à "repousser la pâte pressée dans le tube". L'histoire de la crise financière mondiale de 2008-2009 se répète sous nos yeux. À l'époque, les gouvernements du monde entier ont versé des billions dans les banques pour "sauver le système financier". Cet argent n'a pas servi à financer le secteur réel, mais à alimenter les entreprises offshore et à renforcer la domination de la mafia financière. Seule la Chine n'a pas suivi le "contribuable de Washington" et a commencé à investir dans la construction de chemins de fer et d'autoroutes, de bâtiments municipaux et de logements. Puis, le plus grand réseau ferroviaire à grande vitesse (TGV) du monde a été mis en place. C'est à ce moment-là qu'a commencé l'endiguement de la Chine, la phase préparatoire de la guerre froide. Aujourd'hui, l'histoire se répète. Les spécialistes de la Chine ayant l'expérience des années du "Grand Bond en avant", de la "Révolution culturelle" et des sanctions occidentales après les événements de Tienanmen connaissent la capacité de l'Empire céleste à renaître de ses cendres sous la forme d'un Phénix, pour surmonter les plus dures difficultés. Le modèle socio-économique unique de "socialisme à caractéristiques chinoises", la planification à long terme de la vie économique et sociale, un haut degré de mobilisation de la nation ont créé un autre "miracle chinois" sous nos yeux.

 

Washington, où les néoconservateurs qui professent le "droit inaliénable de l'Amérique à la domination du monde" se sont à nouveau emparés du pouvoir, sera-t-il réconcilié avec cela ? Certainement pas. Biden ne va pas mettre la main sur "une feuille blanche sur laquelle on peut écrire les plus beaux hiéroglyphes". Les annales commenceront bientôt à se remplir de nouvelles pages de lutte implacable avec la Chine rivale. Il peut y avoir des changements dans le vocabulaire, dans les noms des doctrines anti-chinoises et les listes de sanctions. Il est peu probable que Pékin se fasse de sérieuses illusions à cet égard. Mais ils espèrent toujours faire preuve de volonté de compromis, au moins pour un temps "pour fermer les vieilles pages et en ouvrir de nouvelles". Dans les derniers jours de la présidence du président Trump, les experts et les journalistes chinois ont commencé à jouer le jeu de l'équipe de Biden, accusant Trump de tous les péchés des quatre dernières années. Une illustration picturale de cette ligne est le post de l'agence de presse Xinhua du 18 janvier sur les listes de sanctions américaines de 9 autres entreprises chinoises : "Cet épisode de folie anti-Chine est une démonstration claire que ces bellicistes politiques de l'administration actuelle, dont le secrétaire d'État américain Michael Pompeo, courent 24 heures sur 24 pour frapper la Chine et creuser autant de trous que possible pour l'avenir des relations entre la Chine et les États-Unis. Il semble qu'au cours des quatre dernières années, cette administration a simplement mesuré le succès de sa diplomatie à l'aune de la force avec laquelle elle peut frapper la Chine. Leur désir désespéré d'intimider la Chine est devenu d'une sauvagerie sans précédent alors qu'il ne leur reste que quelques jours au pouvoir. Ces faucons anti-Chine cherchent désespérément à causer des dommages irréparables à la relation bilatérale la plus importante du monde. Les conspirations punitives n'étoufferont jamais le désir des entreprises chinoises de continuer à embrasser un monde plus ouvert et à rejoindre leurs partenaires mondiaux pour leur bénéfice mutuel".

 

Comme vous le savez, "il faut deux partenaires pour danser le tango". Pour le plaisir de rire, le tango peut être représenté seul. Mais la danse ne fonctionnera pas du tout, si les deux danseurs essaient de mener la danse en même temps, ou, de plus, ne veulent pas l'exécuter du tout.

 

 

Youri Tavrovski

 

Youri Vadimovitch Tavrovski (né en 1949) est un orientaliste, professeur à l'Université russe de l'amitié des peuples et membre du présidium de l'Académie eurasienne de télévision et de radio. Il est membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Youri Tavrovsky : contre la Russie et la Chine (Club d'Izborsk, 17 décembre 2020)

17 Décembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Chine, #Economie, #Politique, #Russie, #USA

Youri Tavrovsky : contre la Russie et la Chine  (Club d'Izborsk, 17 décembre 2020)

Youri Tavrovsky : contre la Russie et la Chine

 

17 décembre 2020

 

https://izborsk-club.ru/20387

 

 

Le règne de Donald Trump a fait beaucoup de mal à l'Amérique, il a finalement sapé son image de leader mondial presque légitime. La nouvelle administration affirme qu'elle a l'intention de réparer les torts, de rétablir les anciennes alliances et de trouver de nouveaux amis. Cela signifie-t-il que nous sommes sur le point d'assister à un assouplissement de la guerre froide contre la Russie, à la fin de la guerre commerciale contre la Chine et au retour de Washington dans les organisations internationales ?

 

Je pense que la confrontation des États-Unis avec la Russie et la Chine, tout en même temps, ne disparaîtra pas. Elle changera quelque peu dans la forme, mais pas dans le contenu. Moscou et Pékin, par exemple, peuvent être échangés comme cible prioritaire. Biden a qualifié la Russie d'"ennemi principal" et la Chine de "principal concurrent". Mais c'était dans le feu de la controverse électorale.

 

Le prochain changement de pouvoir à Washington signifiera, d'une part, la fin de la stratégie de "dé-mondialisation" de Trump - un retrait de l'Amérique des organisations internationales telles que l'Accord sur le climat, l'OMS, l'UNESCO, le Pacific Trade Partnership, etc. Mais d'un autre côté, l'administration Biden imposera sa vision de la mondialisation basée sur l'idéologie du néoconservatisme. Cette stratégie pourrait être appelée "néo-globalisme" car elle remplace le "mondialisme classique" qui a prévalu après l'effondrement de l'Union soviétique. Pendant plusieurs décennies, l'Amérique est devenue la seule véritable puissance mondiale. Mais aujourd'hui, elle est hantée par une succession d'échecs, la société est divisée, l'Amérique n'est plus crainte sur la scène mondiale et de nouveaux centres de pouvoir se sont formés.

 

La menace particulière qui pèse sur l'Amérique pendant la transition de la "dé-mondialisation" de Trump à la "néo-mondialisation" de Biden est la croissance rapide de la Chine. Elle a démontré son potentiel de mobilisation en résistant aux attaques américaines des deux dernières années pendant la guerre commerciale et aux tentatives de révolutions de couleur à Hong Kong et au Xinjiang. C'est la seule au monde qui a réussi à se débarrasser de l'épidémie de coronavirus et à surmonter ses conséquences économiques. L'élite américaine ne peut pas pardonner de tels succès, surtout si l'on considère la situation déplorable des États-Unis eux-mêmes.

 

Ayant échoué dans la bataille individuelle contre l'Empire du Milieu sous Trump, Washington sous Biden poursuivra la politique d'encerclement collectif de la Chine commencée sous Obama. Son concept militaire "Pivot to Asia" et son bloc commercial "Trans-Pacific Partnership" (TPP) visaient à contenir l'Empire du Milieu à l'aide de satellites.

 

Maintenant, Washington s'est retrouvé dans un "trou qu'il creusait pour quelqu'un d'autre". Le partenariat économique régional global (CREP) signé à la mi-novembre n'inclut pas les États-Unis. Les États-Unis n'incluent pas non plus l'"Accord global et progressif pour le partenariat transpacifique", ou TTP-2. Mais la Chine devrait également rejoindre cette version du partenariat transpacifique, dont Donald Trump s'est manifestement retiré dans les premiers jours de sa présidence. Xi Jinping y a fait allusion de manière transparente récemment. L'intrigue est tourbillonnante : l'Amérique devrait revenir au TPP-2 au début de la présidence de Biden. Il serait intéressant d'observer les relations entre la Chine et l'Amérique dans le même bloc économique. Il est peu probable qu'ils soient un modèle d'harmonie...

 

Le "néo-globalisme" de Biden s'appuiera sur l'implication étendue d'alliés et de partenaires potentiels dans la confrontation entre la Russie et la Chine. Sur le front anti-russe, toutes les fortifications et les ordres de combat, en général, ont été construits depuis la première guerre froide et renforcés par l'"infanterie" est-européenne pendant l'actuelle, deuxième guerre froide. Mais il reste encore beaucoup de travail à faire dans le théâtre anti-chinois. Sur ce théâtre, l'offensive semble devoir se dérouler simultanément sur deux fronts stratégiques, l'Est et l'Ouest.

 

Il y a des changements sur le front de l'Est

 

À l'Est, M. Biden s'appuiera sur les alliances bilatérales existantes avec le Japon, la Corée du Sud et l'Australie. Il renforcera également les coalitions multilatérales anti-Chine comme QUADRO, qui regroupe les États-Unis, le Japon, l'Australie et l'Inde. L'"amitié contre la Chine" de ces pays, qui a débuté en 2017, était initialement très limitée en termes de réunions diplomatiques et d'exercices navals annuels. Cependant, au fur et à mesure que l'éloignement entre Pékin et New Delhi s'est accru, la construction du QUADRO a commencé à être remplie de contenu géostratégique. L'Amérique a été aidée à promouvoir le nouveau concept d'Indo-Pacifique. Un commandement militaire portant ce nom a été créé pour coordonner l'activité croissante des forces armées américaines. L'autre jour, des discussions ont été entamées sur la création d'une autre flotte en plus de la 7e et de la 5e. Il est conçu pour accroître le contrôle des navires de guerre et des navires marchands chinois à la jonction des deux zones de responsabilité actuelles, l'océan Pacifique et l'océan Indien.

 

Par le biais de QUADRO, Washington empêche Pékin d'améliorer ses relations non seulement avec l'Inde, mais aussi avec le Japon et l'Australie. Cette nouvelle construction géopolitique pourrait s'ajouter au Vietnam, à la Nouvelle-Zélande et à d'autres pays à l'avenir. Il est déjà clair que QUADRO deviendra bientôt un outil supplémentaire entre les mains des néo-globalistes pour l'endiguement politique et militaro-stratégique de la Chine, créant un cadre rigide qui ne permettra pas à l'Empire Céleste d'étendre ses positions dans les océans Pacifique et Indien.

 

Le regroupement de QUADRO aura également une dimension économique. Selon les experts de la Chambre de commerce et d'industrie, les États-Unis et la région indo-pacifique pourraient à long terme représenter la moitié de l'économie mondiale, même si cela nécessitera environ 26 000 milliards de dollars d'investissements. Si l'Amérique parvient à revenir à l'accord TTP-2 et même à le diriger - très bien. En cas d'échec, une version étendue de QUADRO sera une alternative. Le rôle du nouveau groupement dans le développement des relations interrégionales impliquant non seulement les pays d'Asie de l'Est, mais aussi l'Asie du Sud, l'Afrique et l'Eurasie est déjà en cours de discussion.

 

Front occidental : jusqu'à présent seulement une ligne pointillée

 

À l'Ouest, l'Europe va devenir la ressource anti-Chine des néo-globalistes. Même sous Trump, Washington a cherché à étendre la zone de responsabilité du bloc de l'OTAN à l'Est. On peut maintenant s'attendre à une participation plus active des ressources militaires, économiques et d'information européennes pour contenir la Chine. Le succès de l'Empire céleste ne plaît pas aux forces politiques influentes de Bruxelles et de certaines capitales de l'UE. Parmi eux, de nombreux hommes politiques sont étroitement associés aux "néoconservateurs" américains, qui partagent leur vision monopolistique du monde.

 

Les déclarations de Manfred Weber, chef du Parti populaire européen, le plus grand groupe de partis au Parlement européen, sont typiques. Il a été interviewé l'autre jour par le journal de Hong Kong South China Morning Post. "La création par la Chine d'un nouvel accord commercial du RCEP devrait réveiller l'Europe et l'Amérique. Le monde dit occidental devrait être à nouveau uni pour répondre au défi de la Chine. Ce sera le premier point de notre ordre du jour pour la prochaine décennie", a déclaré l'éminent parlementaire.

 

Son hostilité n'est pas seulement due à des raisons commerciales et financières, mais aussi à l'incompatibilité avec l'idéologie de Pékin. "La Chine est un adversaire absolu du mode de vie européen tel qu'il est compris par l'Union européenne, ainsi que dans la vision de notre société, comme l'ont prouvé les événements de Hong Kong", a souligné Manfred Weber. "L'UE et les États-Unis produisent ensemble la moitié du PIB mondial. Je ne soutiens pas toutes les actions de Donald Trump, mais il a absolument raison à propos de la Chine - il faut faire preuve de sang-froid, utiliser la puissance économique des États-Unis pour montrer au Parti communiste chinois que les temps ont changé et que la situation favorable de ces 30 dernières années n'existera plus pour lui".

 

La position sur le rétablissement d'une relation étroite avec Washington pour contrer la Chine a été soutenue presque simultanément par la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyden, également membre du Parti populaire européen.

 

Le bâton de néoconservateur d'Obama à Biden

 

Il semble que les formes de l'endiguement de la Chine sous Biden ressembleront à l'époque d'Obama. Il est évident à l'œil nu que plusieurs personnes de la précédente équipe démocrate se sont réunies autour de "Sleeping Joe". Le mot clé est ici "équipe". M. Biden a choisi à des postes clés des personnes qui ont travaillé ensemble sur des questions de sécurité nationale et de politique étrangère pour le président Obama et le vice-président Biden. À divers moments, ils ont également été à droite ou à gauche dans l'équipe de la secrétaire d'État Hillary Clinton. Ces personnalités n'ont pas seulement exécuté les instructions de leurs patrons, mais ont également façonné leurs politiques, en préparant les décisions pertinentes, en contrôlant leur mise en œuvre.

 

Voici, par exemple, le futur secrétaire d'État Tony Blinken. Sous Barack Obama, il a été le conseiller à la sécurité nationale du vice-président Biden, le propre conseiller adjoint à la sécurité nationale d'Obama. En tant qu'adjoint d'Hillary Clinton, il a supervisé la politique américaine en Afghanistan, en Libye et dans la région Asie-Pacifique. Blinken a participé activement à l'élaboration du concept de "Pivot vers l'Asie" et à la création du partenariat transpacifique. Avec son ascension aux postes de direction, Blinken va poursuivre une voie plus résolue d'"interventionnisme libéral" dans les relations avec la Russie, la Chine et l'Iran, estiment les experts.

 

Le colistier de Tony Blinken à la Maison Blanche sera Jake Sullivan, nommé conseiller à la sécurité nationale. Ils étaient coéquipiers lorsqu'ils travaillaient dans les équipes d'Hillary Clinton et de Joe Biden. Le plus jeune conseiller à la sécurité nationale de tous les temps a visité 112 pays, accompagnant la secrétaire d'État Clinton. Il a été l'un des plus fidèles collaborateurs de Biden, tant pendant sa vice-présidence que pendant sa campagne. M. Sullivan partage les priorités du président élu, à savoir la mise en place d'une large coalition pour traiter les problèmes mondiaux. Sur la base de ses récentes remarques, il place la lutte contre une pandémie, la répression de l'Iran et de la Chine parmi ses principales préoccupations.

 

Le nouveau conseiller à la sécurité nationale fait le lien entre la lutte contre le coronavirus et la Chine, mais pas dans le sens d'une coordination des efforts entre les deux pays. Dans une référence flagrante à la théorie de "l'origine chinoise du virus", M. Sullivan a déclaré à Politico à Washington : "Nous devons envoyer un message très clair à Pékin pour lui dire que cela ne doit pas se reproduire, que les États-Unis et le monde ne toléreront pas une autre situation où nous ne disposerons pas d'un système de surveillance international efficace pour la santé publique en Chine et dans le monde.

 

Mais, bien sûr, les principaux changements dans la politique étrangère américaine en général et envers la Chine en particulier viendront de Joseph Biden lui-même. Certains experts à Pékin attendent de lui, sinon un adoucissement de l'hostilité envers la Chine, du moins une plus grande stabilité et prévisibilité. Voici, par exemple, l'avis d'un conseiller du gouvernement chinois, le savant américain Shi Yinhong de l'Université du peuple. Reflétant les vues des optimistes restants au sein de l'élite chinoise, il reconnaît qu'une "fenêtre d'opportunité" pour une relation productive va émerger, bien qu'elle soit de courte durée. La montée continue de l'influence mondiale de la Chine et l'instabilité des États-Unis eux-mêmes pourraient priver M. Biden de la possibilité "d'analyser les erreurs passées et de prendre les bonnes décisions", a déclaré Shi Yinghong.

 

Un autre expert influent, Wang Huao, chef du groupe de réflexion sur la Chine et la mondialisation, note avec optimisme : "Il existe un consensus bipartite à Washington sur le fait que la Chine est un rival stratégique. Cette conclusion ne fera que s'approfondir à mesure que la Chine se renforcera et deviendra plus influente. Biden et ses conseillers, ainsi que tout l'establishment de la politique étrangère américaine, ont renforcé leur bellicisme". En même temps, l'expert note que les différences nettes entre les administrations sortantes et entrantes sont encourageantes : "Sous Biden, la politique étrangère deviendra plus stable et plus pragmatique. Trump a vu la Chine à travers le prisme étroit des déficits commerciaux et des gains politiques à court terme. L'équipe de Biden est plus réaliste. Les conseillers en chef Jake Sullivan et Kurt Campbell, par exemple, estiment que la coexistence avec la Chine implique de lui faire concurrence comme un processus gérable plutôt que comme un problème à résoudre de manière ponctuelle".

 

Biden va-t-il continuer à s'en tenir aux menaces et aux insultes de sa campagne contre la Chine, comme l'a fait Donald Trump il y a quatre ans ? La formule de Biden "la Chine est le principal rival" est souvent citée. On se souvient moins souvent de sa propre déclaration selon laquelle "Xi Jinping est un voyou", faite en février lors d'une réunion avec des électeurs. Même Trump ne s'est pas abaissé (ou élevé) à ce niveau de haine. Comme vous pouvez le constater, l'expérience avec les Chinois depuis 1979 et les 8 rencontres avec Xi Jinping lui-même n'ont pas ajouté à la modération du nouveau leader américain. Au moins en paroles. Que se passera-t-il en pratique ?

 

L'optimiste modéré Wang Huao voit trois différences principales entre la politique chinoise de Biden et celle de Trump.

 

Premièrement, le nouveau président travaillera plus étroitement avec d'autres puissances et organisations pour atteindre les objectifs américains. Parmi eux, il y aura la mise en place d'une pression coordonnée sur Pékin. En même temps, il devra prendre en compte les intérêts des membres de la coalition. On espère que cela permettra de réduire les tensions entre les États-Unis et la Chine par des canaux bilatéraux et multilatéraux.

 

Deuxièmement, M. Biden et son équipe semblent déjà résignés au fait que la Chine ne sera pas écartée de sa propre voie de développement. Selon certaines informations, les conseillers de M. Biden lui conseillent de ne plus se concentrer sur la tentative de "changer la Chine" mais sur l'amélioration de la compétitivité des États-Unis. Le président élu a déjà appelé à plus d'investissements dans l'éducation et les infrastructures et à l'achat de produits américains pour renforcer l'industrie nationale. Même si cette stratégie est dictée par la nécessité de concurrencer la Chine, elle devrait réduire les frictions économiques.

 

Troisièmement, Wang Huao estime que la différence la plus importante avec Trump est que Biden voit clairement les défis mondiaux auxquels les États-Unis sont confrontés et qui ne peuvent être résolus par un seul pays.

 

Le choix de l'adversaire principal - ours ou dragon ?

 

Même au milieu des défis les plus difficiles, on veut espérer le meilleur. Pékin est plus optimiste à l'égard de Biden que Moscou. Une telle conclusion peut être tirée du fait que le président Xi Jinping, après un certain retard, a finalement félicité Biden. Le président Poutine fait une pause et semble enclin à une vision pessimiste de l'avenir.

 

Je me souviens d'une blague de l'époque de la guerre froide parallèle soviéto-américaine et soviéto-chinoise dans les années 70 et 80. "Les optimistes apprennent l'anglais, les pessimistes le chinois et les réalistes un fusil d'assaut Kalachnikov." Les choses ont changé d'une certaine manière depuis lors. L'Amérique est restée notre ennemi irréconciliable. La Chine est passée d'un adversaire stratégique à un partenaire stratégique. Mais tout comme auparavant, nous devrions aujourd'hui nous préoccuper avant tout de nos intérêts nationaux, c'est-à-dire que nous devrions étudier et améliorer notre Kalachnikov AK.

 

Même dans la situation économique difficile actuelle, la Russie maintient un niveau élevé de sécurité, son leadership étant renforcé par des décennies de guerre froide avec l'Occident. Je pense que tout en maintenant le niveau actuel de pression sur la Russie, M. Biden va bientôt déplacer le centre de gravité pour construire des coalitions à large base afin de maîtriser une Chine de plus en plus puissante et fougueuse. Ce n'est pas la Russie mais la Chine qui a clairement articulé une alternative à la doctrine du capitalisme libéral - le concept de socialisme avec des caractéristiques chinoises. Ce n'est pas la Russie, mais la Chine qui a défié avec succès l'Amérique sur le plan économique. Le dépassement des conséquences du Covid-19, la création du RCEP et les autres victoires de ces derniers mois laissent présager une perte dans ce domaine. Mais il y a d'autres domaines où la suprématie américaine est encore indéniable.

 

Tout d'abord, le système monétaire et financier mondial construit sur le dollar et régi par des institutions financières obéissant à la volonté de Washington - FMI, Banque mondiale, BIRD, Fed, etc. La Chine lutte dans ce domaine, en créant de nouvelles institutions de développement telles que le Fonds de la route de la soie et la Banque asiatique d'investissement dans les infrastructures, en cherchant à internationaliser le yuan, en lançant le yuan numérique, en étendant l'utilisation du yuan dans le SCO, le BRICS et le programme Belt and Road. Mais même la parité du renminbi avec le dollar est encore loin d'être atteinte.

 

L'équilibre des pouvoirs n'est pas non plus en faveur de la Chine dans le domaine militaire. La parité est plus proche ici que dans la finance, mais l'avantage est toujours du côté de l'Amérique, avec ses énormes dépenses militaires, ses centaines de bases militaires dans le monde, ses alliances militaires et ses accords bilatéraux avec des dizaines de pays. La marine américaine domine toujours les voies maritimes qui contiennent les routes commerciales vitales pour l'Empire du Milieu.

 

C'est pourquoi je pense qu'après une brève période d'alerte de la nouvelle administration, la Maison Blanche va d'abord essayer de prendre l'offensive sur les trois fronts de la rivalité avec la Chine : commercial, financier et militaire. Cependant, la guerre commerciale désespérée de Trump va progressivement passer au second plan, l'accord bilatéral actuel pourrait être révisé, certains tarifs douaniers et d'autres restrictions qui ont nui aux Chinois et aux Américains eux-mêmes pourraient être levés. Washington tentera de minimiser les dommages causés par l'effondrement des accords commerciaux et économiques de Trump, de revenir au TTP-2, de renforcer QUADRO, etc.

 

L'attrait du marché chinois en pleine croissance, la stabilité de la monnaie chinoise et l'économie en général resteront un pôle d'attraction pour tous les pays, y compris les alliés des États-Unis. Avant le Nouvel An, la Chine devrait remporter de nouvelles victoires importantes, notamment son accord d'investissement avec l'Union européenne.

 

C'est pourquoi on peut s'attendre à ce que l'Amérique prenne bientôt des mesures hostiles dans le domaine financier. Le capital financier mondial soutient activement les "néoconservateurs" du Parti démocrate avec leur version du mondialisme. Les financiers mettront un frein à l'augmentation de la part du yuan dans le panier du FMI. Ils tenteront de détourner l'initiative en promouvant la monnaie numérique. Ils essaieront de briser les chaînes financières qui relient la Chine au monde, par exemple en arrêtant le système de paiement SWIFT. Ils saboteront les échanges de devises chinoises, comme ils l'ont fait il y a quelques années. Sous le prétexte de certaines ou d'autres actions indésirables de Pékin, les avoirs chinois peuvent être gelés dans les banques mondiales et le système de la Réserve fédérale, les comptes et les biens de l'élite chinoise peuvent être arrêtés.

 

Les actions militaires sont encore plus dangereuses pour la Chine et le monde. Dans un avenir prévisible, il pourrait y avoir une augmentation des provocations locales en mer de Chine méridionale et dans le détroit de Taiwan, ainsi qu'une "mise à l'épreuve du pouvoir" à plus grande échelle. Il est vrai que l'escalade des tensions militaires jusqu'au "point d'ébullition" peut prendre un certain temps et peut aller au-delà des quatre années accordées maintenant à Biden, à son équipe et à leurs "commissaires" issus du milieu des néoconservateurs de Washington. Les démocrates ont gagné avec une marge d'erreur mathématique. Le vote américain s'est divisé en deux parties, et la prochaine fois, le succès pourrait revenir aux républicains avec leur nationalisme américain et leur anti-mondialisme.

 

Mais ce sera le prochain chapitre de l'histoire américaine. Ce sera la prochaine phase de la guerre froide américaine contre la Chine.

 

 

 

Youri Tavrovsky

 

Youri Vadimovitch Tavrovsky (né en 1949) est un orientaliste, professeur à l'Université russe de l'amitié des peuples, membre du Présidium de l'Académie eurasienne de télévision et de radio. Il est membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite
1 2 > >>