Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

chine

Paul Craig Roberts: Le système de crédit social est le moyen de contrôle de l'élite

16 Mai 2022 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Paul Craig Roberts, #Politique, #Chine, #USA

Paul Craig Roberts

Paul Craig Roberts

16 mai 2022

Le système de crédit social est le moyen de contrôle de l'élite

Paul Craig Roberts

 

Duff Cooper, vicomte Norwich, est le seul ministre britannique à avoir démissionné suite aux accords de Munich de 1938.  Son autobiographie s'intitulait Old Men Forget.

Je suppose qu'ils oublient, mais moi, je me souviens.  

Je me souviens de l'époque où les affaires, même les grandes entreprises, fonctionnaient sur des poignées de main, sans contrat.  Les affaires pouvaient fonctionner de cette manière parce que les gens de cette époque avaient un bon caractère et de l'intégrité.  Une personne qui ne respectait pas une poignée de main était finie en affaires.  

J'ai grandi lorsque l'Amérique était encore l'Amérique.  On nous enseignait qu'il fallait être capable de se regarder dans le miroir tous les matins.  Cela exigeait que vous soyez sincère et honorable dans vos relations avec les autres.

Aujourd'hui, vous ne pouvez plus vous regarder dans le miroir à moins d'avoir arnaqué les autres, à votre avantage financier.  Il suffit de lire n'importe quel livre écrit par des dénonciateurs de Wall Street ou des fonctionnaires pour comprendre comment le système fonctionne réellement.

Aujourd'hui, les avocats me disent que même des contrats blindés ne peuvent pas protéger une affaire.

Les gouvernements confrontés à des comportements égoïstes autres que les leurs sont frustrés par la difficulté d'organiser les gens derrière les programmes du gouvernement ou de ses agents de contrôle.  La Chine consolide son contrôle sur sa population en créant un "système de crédit social".  La population chinoise est surveillée dans son comportement.  Un citoyen chinois qui n'est pas d'accord avec le gouvernement, qui boit en conduisant ou qui fait preuve de tout autre trait ou comportement politiquement ou socialement indésirable obtient une note très basse qui l'empêche de voyager à l'étranger, d'aller à l'université, d'utiliser les transports publics ou toute autre restriction ou punition que le gouvernement décide d'infliger.

Ce système de crédit social est en train d'être mis en place dans tout le monde occidental. Il est la marque de fabrique du Forum économique mondial de Davos et du département américain de la sécurité intérieure.  La plupart des entreprises mondiales de l'Amérique sont ses champions.

Le système de Crédit Social exige que les "citoyens" soient soumis au gouvernement.  De tels gouvernements sont encore appelés "démocraties", mais les citoyens n'ont aucune voix.  Toutes les voix différentes du récit sont annulées.

Je ne pense pas que les États-Unis en tant que pays puissent échapper à cela. Les États avec un gouvernement semi-averti, comme la Floride avec le gouverneur DeSantis, ont une chance, mais les efforts passés des États pour défendre leur autorité constitutionnelle contre un gouvernement fédéral envahissant ont échoué.

Remarquez que le système tyrannique du Crédit Social essaie de recréer le vieux système de caractère fiable et prévisible, avec la différence que la loyauté d'un citoyen n'est pas envers son caractère mais envers l'agenda du Gouvernement.

La première étape dans l'établissement d'un système de Crédit Social est de prendre le contrôle des médias.  C'est ce qui a été fait sous le régime de Clinton, lorsque six méga-entreprises ont été autorisées à acheter et à concentrer dans quelques mains 90 % de ce qui était un média indépendant.

L'étape suivante consiste à utiliser la peur - 11 septembre, Covid, Russie - pour amener une population craintive et crédule à accepter la perte de ses protections constitutionnelles afin d'être "en sécurité".

Une fois que cela est accompli, il n'y a plus de contraintes pour ceux qui détiennent le pouvoir.  La Constitution devient un document sans autorité.  

C'est précisément le point où nous nous trouvons en ce moment.

Traduit de l'américain par Le Rouge et le Blanc avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Source: https://www.paulcraigroberts.org/2022/05/16/the-social-credit-system-is-the-elites-means-of-control/

Sur le même sujet (le socialisme) et sur ce même blog:

https://pocombelles.over-blog.com/2021/02/igor-chafarevitch-le-phenomene-socialiste.html

Lire la suite

Paul Craig Roberts: Les tambours de la guerre battent plus fort

13 Mai 2022 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Chine, #Europe, #Guerre, #OTAN, #Paul Craig Roberts, #Politique, #Russie

12 mai 2022

Les tambours de la guerre battent plus fort

Paul Craig Roberts

Mes pressentiments/prédictions concernant la guerre limitée et lente du Kremlin en Ukraine s'avèrent exacts.  Poutine et la Russie sont diabolisés.  Des sanctions sans précédent équivalant à du piratage et du vol ont été imposées à la Russie. Les États-Unis et l'Europe se joignent à la guerre en tant que combattants de facto. De plus en plus de pays rejoignent l'OTAN, avec pour conséquence la perspective de voir davantage de bases de missiles américaines aux frontières de la Russie. Les médias occidentaux contrôlent la narration, à savoir que la Russie est en train de perdre et qu'elle peut être vaincue grâce à des milliards de dollars supplémentaires versés par les États-Unis et à davantage d'armes qui enrichissent le complexe militaro-sécuritaire américain.  Pourquoi un gouvernement russe s'exposerait-il à cela et à tant de risques d'erreur de calcul qui aboutiraient à une troisième guerre mondiale ?  Qu'est-ce que le Kremlin pensait réaliser en créant une situation qui exposait la Russie à de nombreux mois de propagande de guerre, de punition et de préparatifs occidentaux pour une guerre plus large ?

Ce dont la paix avait besoin, c'était d'une victoire russe rapide et décisive, démontrant une puissance militaire extraordinaire, et mettant fin à toute nouvelle provocation occidentale à l'égard de la Russie.  Mais le Kremlin avait un esprit trop libéral pour faire ce qui était nécessaire. Par conséquent, le Kremlin a commis une erreur stratégique, a laissé tomber la balle et n'a pas réussi à protéger la Russie des provocations qui mènent à la troisième guerre mondiale.

Au lieu de cela, le Kremlin, rempli d'illusions libérales depuis longtemps rejetées par l'Occident, a décidé de montrer un bon côté en se limitant au sauvetage des Russes du Donbass.  Cela a donné à l'Occident tout ce dont il avait besoin pour présenter la Russie comme un arriviste militairement incompétent.  Parmi les erreurs du Kremlin, celui-ci a négligé le fait que la détresse de l'Ukraine suite à l'intervention limitée de la Russie a créé une opportunité pour la Pologne de revendiquer d'anciens territoires polonais en Ukraine occidentale, où aucune troupe russe n'est engagée. Il est possible que le gouvernement polonais, désinformé par l'image que les médias occidentaux donnent de l'échec militaire russe en Ukraine, occupe l'ouest de l'Ukraine pour se préparer à la reconquérir comme la Russie l'a fait pour la Crimée et maintenant pour le Donbass.  Comme la Russie aura l'est et le sud de l'Ukraine, le pays pourrait tout simplement disparaître alors que la Pologne ressuscite la grande Pologne. Au cours de son histoire, l'Ukraine a soit fait partie de l'empire polonais, soit fait partie de la Russie.

Si la Pologne s'installe dans l'ouest de l'Ukraine, comme elle est tentée de le faire, des opportunités de conflit polono-russe se présentent.  La Pologne étant membre de l'OTAN, Washington lui a donné, comme le gouvernement britannique l'a fait avec la "garantie polonaise" de la Seconde Guerre mondiale, le pouvoir de déclencher une guerre mondiale.

Le gouvernement polonais a un penchant pour les décisions émotionnelles, et non pour les décisions responsables. Tout comme la dictature militaire polonaise pensait que la "garantie britannique" la protégeait, ce qui l'a amenée à rejeter la demande d'Hitler de restitution du territoire allemand arraché à l'Allemagne dans le traité de Versailles, malgré la "garantie" du président Wilson de ne pas subir de pertes territoriales, le gouvernement polonais pense aujourd'hui que l'adhésion à l'OTAN protège la Pologne des représailles russes.

Le gouvernement de Varsovie ne comprend pas que la "garantie de l'OTAN" ne vaut pas plus que la garantie du gouvernement britannique qui a déclenché la Seconde Guerre mondiale.

Les gouvernements qui composent le monde occidental ont donné à la Pologne, une fois de plus, la décision de savoir s'il y aura une guerre mondiale.

Ce fait déplorable et troublant nous regarde en face, mais aucun média occidental, pas même les médias en ligne, ne le reconnaît.

La situation actuelle est la suivante : soit la Russie et la Chine doivent accepter l'hégémonie américaine, soit les néoconservateurs pousseront la Russie et la Chine à la guerre avec l'Occident. L'ambition hégémonique des néoconservateurs est incompatible avec un monde pacifique.

Traduit de l'américain par Le Rouge et le Blanc avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Source: https://www.paulcraigroberts.org/2022/05/12/the-drums-of-war-beat-louder/

Capture d'écran de RT France, 13 mai 2022

Capture d'écran de RT France, 13 mai 2022

Paul Craig Roberts: Les tambours de la guerre battent plus fort
Lire la suite

Les pins

2 Mai 2022 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Art, #Asie, #Chine, #Japon

Intérieur du couvercle d'un coffret (japonais ?). Laque sur bois "zi tan". Ancienne collection de Pierre-Olivier Combelles.

Intérieur du couvercle d'un coffret (japonais ?). Laque sur bois "zi tan". Ancienne collection de Pierre-Olivier Combelles.

"Les pins [sont] comme les hommes parfaits et les lettrés irréprochables. Bien qu’ils aient la grâce du dragon caché au fond de l’eau qui embellit la vallée solitaire, ils possèdent un aspect de sévérité et de dignité inaccessible. Ceux qui peignent les pins doivent conserver cette pensée dans leur cœur. Alors, sous le pinceau, naîtront d’elles-mêmes des choses extrêmement belles."

Kiai-tseu-yuan Houa Tchouan [Jieziyuan huazhuan].
Les Enseignements de la Peinture du Jardin grand comme un Grain de Moutarde. Traduction et commentaires : Raphaël PETRUCCI. Première édition française : Henri Laurens, Paris, années 1910.

Extérieur du couvercle du coffret. Ancienne collection de Pierre-Olivier Combelles.

Extérieur du couvercle du coffret. Ancienne collection de Pierre-Olivier Combelles.

Lire la suite

Chaque être a sa dimension propre (Tchouang tseu)

16 Avril 2022 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Chine, #Nature, #Philosophie, #Religion

Chaque être a sa dimension propre (Tchouang tseu)
Lire la suite

Non-Agir (Tao tõ King)

16 Avril 2022 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Chine, #Philosophie, #Religion

Non-Agir (Tao tõ King)
Lire la suite

Victor Hugo: Lettre au capitaine Butler sur le sac du Palais d'Été, en Chine (1860)

26 Juin 2021 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Victor Hugo, #Angleterre, #Chine, #France, #Guerre, #Histoire

Victor Hugo: Lettre au capitaine Butler sur le sac du Palais d'Été, en Chine (1860)

Hauteville House, 25 novembre 1861

 

 

Vous me demandez mon avis, monsieur, sur l’expédition de Chine. Vous trouvez cette expédition honorable et belle, et vous êtes assez bon pour attacher quelque prix à mon sentiment ; selon vous, l’expédition de Chine, faite sous le double pavillon de la reine Victoria et de l’empereur Napoléon, est une gloire à partager entre la France et l’Angleterre, et vous désirez savoir quelle est la quantité d’approbation que je crois pouvoir donner à cette victoire anglaise et française.

 

Puisque vous voulez connaître mon avis, le voici :

 

ll y avait, dans un coin du monde, une merveille du monde ; cette merveille s’appelait le Palais d’été. L’art a deux principes, l’Idée qui produit l’art européen, et la Chimère qui produit l’art oriental. Le Palais d’été était à l’art chimérique ce que le Parthénon est à l’art idéal. Tout ce que peut enfanter l’imagination d’un peuple presque extra-humain était là. Ce n’était pas, comme le Parthénon, une œuvre rare et unique ; c’était une sorte d’énorme modèle de la chimère, si la chimère peut avoir un modèle.

 

Imaginez on ne sait quelle construction inexprimable, quelque chose comme un édifice lunaire, et vous aurez le Palais d’été. Bâtissez un songe avec du marbre, du jade, du bronze, de la porcelaine, charpentez-le en bois de cèdre, couvrez-le de pierreries, drapez-le de soie, faites-le ici sanctuaire, là harem, là citadelle, mettez-y des dieux, mettez-y des monstres, vernissez-le, émaillez-le, dorez-le, fardez-le, faites construire par des architectes qui soient des poètes les mille et un rêves des mille et une nuits, ajoutez des jardins, des bassins, des jaillissements d’eau et d’écume, des cygnes, des ibis, des paons, supposez en un mot une sorte d’éblouissante caverne de la fantaisie humaine ayant une figure de temple et de palais, c’était là ce monument. Il avait fallu, pour le créer, le lent travail de deux générations. Cet édifice, qui avait l’énormité d’une ville, avait été bâti par les siècles, pour qui ? pour les peuples. Car ce que fait le temps appartient à l’homme. Les artistes, les poètes, les philosophes, connaissaient le Palais d’été ; Voltaire en parle. On disait : le Parthénon en Grèce, les Pyramides en Egypte, le Colisée à Rome, Notre-Dame à Paris, le Palais d’été en Orient. Si on ne le voyait pas, on le rêvait. C’était une sorte d’effrayant chef-d’œuvre inconnu entrevu au loin dans on ne sait quel crépuscule, comme une silhouette de la civilisation d’Asie sur l’horizon de la civilisation d’Europe.

 

Cette merveille a disparu.

 

Un jour, deux bandits sont entrés dans le Palais d’été. L’un a pillé, l’autre a incendié. La victoire peut être une voleuse, à ce qu’il paraît. Une dévastation en grand du Palais d’été s’est faite de compte à demi entre les deux vainqueurs. On voit mêlé à tout cela le nom d’Elgin, qui a la propriété fatale de rappeler le Parthénon. Ce qu’on avait fait au Parthénon, on l’a fait au Palais d’été, plus complètement et mieux, de manière à ne rien laisser. Tous les trésors de toutes nos cathédrales réunies n’égaleraient pas ce splendide et formidable musée de l’orient. Il n’y avait pas seulement là des chefs-d’œuvre d’art, il y avait un entassement d’orfèvreries. Grand exploit, bonne aubaine. L’un des deux vainqueurs a empli ses poches, ce que voyant, l’autre a empli ses coffres ; et l’on est revenu en Europe, bras dessus, bras dessous, en riant. Telle est l’histoire des deux bandits.

 

Nous, Européens, nous sommes les civilisés, et pour nous, les Chinois sont les barbares. Voila ce que la civilisation a fait à la barbarie.

 

Devant l’histoire, l’un des deux bandits s’appellera la France, l’autre s’appellera l’Angleterre. Mais je proteste, et je vous remercie de m’en donner l’occasion ; les crimes de ceux qui mènent ne sont pas la faute de ceux qui sont menés ; les gouvernements sont quelquefois des bandits, les peuples jamais.

 

L’empire français a empoché la moitié de cette victoire et il étale aujourd’hui avec une sorte de naïveté de propriétaire, le splendide bric-à-brac du Palais d’été.

 

J’espère qu’un jour viendra où la France, délivrée et nettoyée, renverra ce butin à la Chine spoliée.

 

En attendant, il y a un vol et deux voleurs, je le constate.

 

Telle est, monsieur, la quantité d’approbation que je donne à l’expédition de Chine.

 

Victor Hugo

Victor Hugo: Lettre au capitaine Butler sur le sac du Palais d'Été, en Chine (1860)
Victor Hugo: Lettre au capitaine Butler sur le sac du Palais d'Été, en Chine (1860)

Sur le même sujet et sur le même blog:

Henry de Mesquen et la Chine
https://pocombelles.over-blog.com/henry-de-mesquen-et-la-chine

Henry de Lesquen, Énarque, incarne pour moi ce qu'il y a de plus stupide, borné, arrogant, autoritaire et méchant en France et chez les Français, où se côtoient le pire et le meilleur. Il incarne aussi le colonialisme issu de la Révolution, qui a formé un amalgame avec celui des Anglais puis des Israéliens et aujourd'hui celui de l'oligarchie mondialiste. Colonialisme matérialiste qui n'a rien à voir avec les relations que les Français avaient avec les peuples lointains sous la Monarchie et qui les faisaient apprécier en général.

A propos de l'annexion peu glorieuse de l'archipel des Marquises par la France (1842)
https://pocombelles.over-blog.com/2019/10/l-annexion-peu-glorieuse-de-l-archipel-des-marquises-en-1842-par-la-france-herman-melville-taipi.html

Lire la suite

Youri Tavrovsky : le « Grand jeu » continue (Club d'Izborsk, 25 juin 2021)

26 Juin 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Angleterre, #Chine, #France, #Guerre, #Histoire, #Politique, #Russie, #USA

Youri Tavrovsky : le « Grand jeu » continue  (Club d'Izborsk, 25 juin 2021)

Youri Tavrovsky : le « Grand jeu » continue

 

25 juin 2021

 

https://izborsk-club.ru/21267

 

 

La provocation de l'Angleterre au Cap Fiolent rappelle les attaques de l'ancienne "maîtresse des mers" sur nos terres balnéaires au XIXe siècle. Pendant la guerre de Crimée (1853-56), les Anglais ont attaqué non seulement Sébastopol sur la mer Noire, mais aussi Petropavlovsk-Kamchatsky sur le Pacifique. De manière caractéristique, la guerre de Crimée a eu lieu entre la première guerre de l'opium (1840-42) et la deuxième guerre de l'opium (1856-60). À l'époque déjà, la Russie avait proposé à la Chine un "partenariat stratégique", mais elle n'a pas été comprise...

 

C'est ainsi que les choses se sont passées à Petropavlovsk, ma petite patrie. Là-bas, non loin de chez moi, dans la rue Morskaya, se trouve un monument au général Vasily Zavoyko, qui a dirigé la défense de Petropavlovsk-Kamchatsky. À l'époque, c'était notre principale base d'approvisionnement pour l'Amérique russe.

 

En août 1854, l'escadre anglo-française, qui vient encore de tirer sur les ports chinois, attaque la ville. L'objectif est d'établir un contrôle sur l'ensemble de la côte ouest du Pacifique, et pas seulement sur la côte chinoise. La tactique était bien pratiquée sur les Chinois. Les Alliés ont d'abord bombardé Petropavlovsk avec des canons de bord à longue portée, puis ils ont lancé un assaut amphibie. L'ennemi avait 7 navires de guerre, 212 canons, 2,6 mille baïonnettes. Dans la garnison russe - 920 hommes, 40 petits canons de l'ancien style, 27 canons de marine sur la frégate "Aurora" et le transport "Dvina".

 

Les forces sont clairement inégales. Cependant, la garnison et les résidents locaux ont repoussé la première attaque. Le deuxième assaut de la ville a été mené par un régiment sélectionné de Gibraltar. Les 926 "Gibraltariens" ont été détruits ainsi que le commandant du régiment, le capitaine Parker. Le commandant anglais, l’amiral Price s'est suicidé à cause d'une telle perte. Petropavlovsk est resté russe.

 

Peu après, en 1856, les Britanniques ont entamé la deuxième guerre de l'opium. Ils ont fait valoir que les Chinois n'avaient pas suffisamment ouvert le pays au commerce. Une fois de plus, il y a eu des bombardements de ports et des pillages de villes. Pékin est envahi, le palais d'été impérial brûlé. Le Fils du Ciel lui-même a fui la capitale.

 

Le souvenir du double viol collectif de la Chine par les Britanniques et les Français pendant les guerres de l'opium n'a même pas pu atténuer les atrocités commises par les samouraïs japonais en 1931-1945. La tragédie était profondément ancrée dans l'inconscient collectif de la nation. À Pékin, j'ai vu les ruines du palais d'été impérial. Maintenant c'est un centre d'éducation patriotique. Les enfants sont amenés ici en bus. "Regardez, les enfants, les gens qui nous apportent la 'civilisation' !

 

Nous aussi, en Crimée, nous devrions nous rappeler plus souvent l'agression de l'"OTAN du XIXe siècle" contre la Russie !

 

 

Youri Tavrovsky

 

Youri Vadimovich Tavrovsky (né en 1949) est un orientaliste, professeur à l'Université de l'amitié des peuples de Russie, membre du présidium de l'Académie eurasienne de télévision et de radio. Il est un membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc avec DeepL.

Le Panorama du Siège de Sébastopol réalisé en 1904 par Franz Roubaud. La peinture de 114 mètres de long sur 14 de haut est exposée dans un pavillon dédié à Sébastopol. Source: Wikipedia

Le Panorama du Siège de Sébastopol réalisé en 1904 par Franz Roubaud. La peinture de 114 mètres de long sur 14 de haut est exposée dans un pavillon dédié à Sébastopol. Source: Wikipedia

Lire la suite

Alexandre Gaponenko : Pourquoi avons-nous oublié le fascisme asiatique ? (Club d'Izborsk, 3 juin 2021)

3 Juin 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Chine, #Guerre, #Histoire, #Japon, #Politique, #Russie, #fascisme

Soldat japonais armé d'un sabre devant ses victimes (chinoises ?)

Soldat japonais armé d'un sabre devant ses victimes (chinoises ?)

Alexandre Gaponenko : Pourquoi avons-nous oublié le fascisme asiatique ?

 

3 juin 2021

 

https://izborsk-club.ru/21165

 

 

Le monde est à l'aube d'un changement global. L'Occident collectif s'est heurté à la puissante résistance de la Russie et de la Chine, qui ne veulent plus être ses colonies. Pour vaincre cette résistance, les États-Unis et l'UE ont récemment eu recours aux anciennes méthodes de suppression de leurs rivaux : la destruction de leur statut d'État, le vol et l'exploitation extra-économique, le démembrement des nations en éléments ethniques constitutifs, l'élimination de l'élite dirigeante, qui organise la résistance nationale. En dernier recours, la destruction physique des élites patriotiques, ainsi que de tous les "indigènes" dissidents, est réservée. En un mot, on utilise la même boîte à outils, qui a été développée par Hitler il y a quatre-vingts ans lors de la conquête de l'Europe et de sa tentative de conquête de l'URSS. Cette boîte à outils permettait de diviser les groupes ethniques en "supérieurs" et "inférieurs", d'établir la domination des premiers sur les seconds et d'éliminer les désobéissants. Au sens figuré, il s'agissait d'un projet "brun" de construction de la nation.

 

L'Occident se prépare toujours à une répression énergique de la Russie et de la Chine. Mais la guerre idéologique se déroule déjà dans un format complet. Un grand nombre d'experts occidentaux et de simples combattants sur le front idéologique s'emploient à saper les fondements moraux, à détruire les valeurs culturelles, les symboles, à déshumaniser les Russes et les Chinois.

 

L'une des formes les plus importantes de guerre idéologique consiste à imposer aux "indigènes" une fausse identité collective historique. Par exemple, en septembre 2019, le Parlement européen a adopté une résolution assimilant le stalinisme et le nazisme. Ce concept est désormais devenu une ligne directrice pour les actions des élites occidentales et un moyen de démoraliser l'héritier de la nation soviétique - la nation russe. La subversion idéologique, c'est un certain nombre de pays européens qui accusent la Russie d'"occupation soviétique". Le même sens se retrouve dans la démolition démonstrative des monuments aux soldats soviétiques qui ont libéré l'Europe du fascisme. Pas de monument - pas de symbole de maintien de la mémoire collective.

 

Des réponses adéquates sont nécessaires face à l'agression idéologique de l'Occident. Il faut notamment réviser sérieusement les concepts historiques que les élites russes utilisent pour formuler leur politique et intégrer dans leur propre idéologie. Jusqu'à présent, le concept élaboré dans les années 1940 par Andrey Zhdanov, secrétaire du comité central du parti communiste de l'Union soviétique sur l'idéologie, a prévalu au sein de cette élite. Il s'agissait d'une réalisation exceptionnelle de la pensée sociale pour l'époque, mais elle nécessite aujourd'hui des ajouts sérieux qui tiendraient compte des nouvelles réalités politiques.

 

Nous avons proposé notre propre vision de la nature et des formes du fascisme européen, tenté d'identifier ses manifestations contemporaines et formulé des propositions pour neutraliser leurs conséquences (A. Gaponenko. Le fascisme européen : problèmes d'identification et de dépassement. Moscou : Book World. 2021 - 707 с.)

 

Toutefois, le problème ne peut être résolu qu'en coordonnant les efforts d'un grand nombre de chercheurs, en organisant des discussions ouvertes et en diffusant de nouvelles approches dans le milieu scientifique et dans les médias. Cela nécessite une ordonnance de l'État et un financement adéquat. Jusqu'à présent, cela se résume à l'élimination de petites déviations idéologiques dans les manuels scolaires d'histoire, et encore, uniquement si elles sont portées à l'attention du président Poutine. Le reste de l'élite dirigeante russe prétend que la question ne la concerne pas.

 

La place et le rôle du fascisme non seulement européen, mais aussi asiatique, dans le processus de construction de la nation doivent être sérieusement repensés. D'autant qu'il est nécessaire de définir les principes d'interaction dans le domaine de l'idéologie avec le nouvel allié de la Russie, la Chine. Après tout, les dirigeants chinois adhèrent formellement à l'idéologie communiste, tandis qu'une version obscure de l'idéologie libérale-démocratique est imposée aux Russes.

 

Il nous semble que les approches suivantes pourraient être appliquées dans le domaine de l'idéologie.

 

À la fin du XIXe siècle, la Chine a été victime de l'agression du Japon, qui a été la première puissance asiatique à se développer sur la voie capitaliste et à construire son empire colonial. Au cours de la guerre nippo-chinoise de 1894-1895, le Japon a annexé la province de la Chine. Le Japon a annexé la province chinoise de Taïwan et a pu mener librement des activités économiques en Mandchourie, propriété de la Chine, ainsi qu'en Corée voisine. En 1910. Le Japon a incorporé de force la Corée dans son empire.

 

Toutes ces actions s'inscrivaient dans le cadre de l'expansion impérialiste poursuivie par la nation capitaliste japonaise. Une nation qui évoluait elle-même selon les lignes d'un projet de construction nationale libéral-démocratique, au sens figuré « blanc".

 

Cependant, au début des années 1930, les élites militaires ont pris le pouvoir au Japon et ont commencé à mettre en œuvre un modèle fasciste de construction de la nation. L'empereur Hirohito adopte ce modèle et commence à le mettre en œuvre avec l'aide de la bureaucratie qu'il contrôle. Il y a eu une mobilisation idéologique rapide de la nation japonaise sur une base hautement nationaliste et même raciale. Il ne s'agissait pas d'un parti fasciste de masse, comme en Allemagne ou en Italie, mais l'armée japonaise et la bureaucratie civile japonaise ont mené la mobilisation. Ces derniers ont agi à l'instar de l'Autriche, de la Roumanie, de la Hongrie et de la Bulgarie fascistes, et de manière tout aussi efficace.

 

À cette époque, la nation japonaise était assez homogène sur le plan ethnique et se composait principalement de membres du peuple Yamato. Les Ainu, les Ryukyu, les descendants des émigrants chinois et coréens (Burakumin) étaient peu nombreux dans le pays, ils étaient pauvres et ne créaient pas de problèmes pour l'accumulation du capital. Par conséquent, l'activité principale de l'élite dirigeante dans la construction d'une société hiérarchisée sur le plan racial était dirigée à l'extérieur du pays. Les Chinois ont été choisis par les Japonais comme objet d'asservissement, d'exploitation et de suppression physique. Ils étaient définis dans l'idéologie officiellement mise en œuvre comme une race inférieure aux Japonais. La politique coloniale japonaise en Chine a commencé à être mise en œuvre en conséquence.

 

Au début des années 1930, la société chinoise se développait rapidement sur la voie du capitalisme, dans le cadre de formes libérales-démocratiques de construction de la nation. Par convention, la construction d'une nation chinoise "blanche" était en cours. Après la révolution Xinghai de 1911, la République chinoise a été proclamée dans le pays. La construction de la nation chinoise a été menée par le parti Kuomintang, dirigé par Chiang Kai-shek. Les communistes ont essayé de réaliser un projet "rouge" dans le pays, mais il n'a pas encore reçu un soutien significatif des masses.

 

À l'automne 1931, le Japon a commencé à occuper les provinces du nord-ouest appartenant à la Chine, appelées Mandchourie, et a établi sur leur territoire l'État satellite du Mandchoukouo Guo. En 1936, les Japonais envahissent la Mongolie intérieure chinoise et établissent sur son territoire un État satellite, le Menjiang. Dans le premier État, les Japonais ont porté au pouvoir les élites mandchoues, et dans le second, les élites mongoles. Sous la direction des Japonais, ils ont commencé à exploiter et à persécuter les Chinois locaux d'origine ethnique Han. En conséquence, des sociétés hiérarchisées sur le plan ethnique ont été établies dans ces pays et des régimes politiques fascistes ont été mis en place. Les Chinois Han ont résisté aux envahisseurs étrangers, notamment en Mandchourie, mais ont été vaincus. Une partie des élites Han est allée coopérer avec les envahisseurs. Les États satellites créés par les Japonais ont reçu le droit d'établir leur propre police et leurs propres forces militaires.

 

Le 7 juillet 1937, l'empire "brun" du Japon reprend son agression militaire contre la République "blanche" de Chine. Début de la deuxième guerre entre le Japon et la Chine (1937-1945). Dans son contenu social, c'était une guerre pour l'établissement de la domination raciale des Japonais sur les Chinois.

 

Les Chinois n'étaient pas considérés comme des êtres humains égaux par les Japonais. Les militaires chinois n'ont pas été faits prisonniers par les Japonais, mais ont été tués en masse. Les Japonais ont largement utilisé des armes chimiques et biologiques contre les militaires et les civils chinois. D'horribles expériences médicales ont été menées sur les Chinois. La population civile a été physiquement anéantie de la manière la plus brutale.

 

Par exemple, après avoir pris la capitale de la République chinoise - Nanjing - en 1938, les Japonais ont non seulement tué tous les hommes, mais aussi la plupart des femmes, des personnes âgées et des enfants. La quasi-totalité des femmes et des enfants ont été violés. Certains des Chinois ont été découpés en morceaux par les militaires japonais, rôtis et mangés. Pendant le massacre de Nanjing, les militaires japonais ont pratiqué des divertissements tels que des concours de vitesse pour décapiter les prisonniers chinois à l'aide d'épées. Les journaux japonais ont discuté avec vivacité des détails de ces compétitions. En d'autres termes, pour la plupart des Japonais ordinaires, décapiter des prisonniers chinois était un acte tout à fait moral. Les Chinois estiment à 300 000 le nombre de personnes tuées à Nankin.

 

Plus tard, pendant les hostilités en Chine continentale, les autorités japonaises ont mené une politique de "trois fois tout, tuer tout, brûler tout, voler tout" contre la population civile chinoise. Le résultat de cette politique a été l'extermination de plusieurs millions de Chinois, pour la plupart des civils.

 

Des dizaines de millions de Chinois ont été mobilisés de force pour travailler pour l'armée japonaise et pour les entreprises japonaises, qui ont ouvert des mines et des usines dans les territoires occupés.

 

Plusieurs centaines de milliers de filles et de femmes chinoises ont été envoyées de force dans des bordels militaires japonais, où elles étaient violées quotidiennement par des dizaines de soldats et d'officiers japonais. Les Japonais appelaient ces maisons closes des "postes de réconfort" éphémères.

 

Tous ces faits indiquent que les Japonais traitaient les Chinois comme une race inférieure ne méritant que le travail forcé pour une race supérieure, à terroriser pour intimider et à détruire en cas de désobéissance.

 

Comme l'ont noté les autorités chinoises en 1995 dans le rapport "Progrès des droits de l'homme en Chine", au cours de la deuxième guerre sino-japonaise, 35 millions d'habitants militaires et civils du pays ont été tués. Parmi eux, seul un dixième a été tué au combat, les autres victimes japonaises étant des civils. Les dommages matériels et les pertes résultant des actions japonaises pendant la guerre ont été estimés dans le rapport à 600 milliards de dollars.

 

L'agression japonaise contre la Chine impliquait des troupes des États fascistes de Manzhou Guo et de Manjiang.

 

Afin de contrôler la population dans les provinces chinoises nouvellement occupées, Tokyo a également créé un certain nombre d'États satellites chinois "bruns". En 1940, tous ces États ont été réunis sous le gouvernement central, qui était dirigé par Wang Jingwei. Ce nouvel État est également appelé République chinoise pour désorienter la population du pays. Elle a établi un régime de gouvernement "brun", dans lequel les Chinois se sont retrouvés dans la position d'une race "inférieure".  Un grand nombre de Chinois ont collaboré avec les fascistes japonais, rejoignant les rangs de l'armée "brune" sous leur contrôle. La République chinoise "brune" a combattu aux côtés du Japon contre la République chinoise "blanche".

 

Au sein de la République chinoise "blanche", une lutte tendue est menée par les forces du Kuomintang contre le projet "rouge" que poursuit le PCC de Mao Zedong. Cependant, dans la lutte contre les envahisseurs japonais et leurs collaborateurs "bruns" locaux, les Chinois "blancs" et "rouges" constituaient le plus souvent un front uni.

 

Depuis l'été 1937, la Chine subit une agression fasciste et bénéficie d'un important soutien militaire et technique de la part de l'URSS. L'URSS s'efforçait d'empêcher l'escalade du conflit entre le PCC et le Kuomintang, afin qu'ils puissent combattre ensemble l'agression japonaise. L'URSS craignait qu'une fois la Chine vaincue, le Japon ne l'attaque. Ces craintes n'étaient pas sans fondement, comme l'ont démontré les conflits nippo-soviétiques sur l'île Hassan et sur la rivière Khalkhin Gol.

 

Toutefois, en avril 1941, en prévision du déclenchement de la guerre avec l'Allemagne nazie, l'URSS conclut un pacte de non-agression avec le Japon. Après cela, le soutien à la Chine est resté lettre morte. D'un point de vue moral, il s'agissait d'une démarche tout à fait justifiée de Moscou - Moscou ne pouvait pas se battre sur deux fronts avec les nazis.

 

En décembre 1941, le Japon attaque les possessions coloniales britanniques et américaines en Asie du Sud-Est et dans le Pacifique. Cela a entraîné un changement de la situation sur le front Japon-Chine. Les Japonais relâchent la pression sur les Chinois et déplacent l'essentiel de leur activité militaire vers l'Indochine et les îles du Pacifique. Là aussi, Tokyo établit des régimes fascistes sous son contrôle. C'est ainsi qu'un État fasciste allié du Japon - la Thaïlande - et des pays satellites - les Philippines, la Birmanie, le Laos, le Vietnam et le Kampuchea - ont été créés. Les Japonais ont amené des fascistes locaux au pouvoir dans ces États. Les élites fascistes locales, en plus d'aider les Japonais, tentent d'établir leurs propres hiérarchies ethniques et de construire leurs propres empires fascistes, même s'ils sont petits.

 

Washington et Londres, après l'attaque japonaise contre leurs colonies, ont reconnu la République "blanche" de Chine comme leur alliée dans la Seconde Guerre mondiale. Elle commence à recevoir une aide matérielle et militaire considérable.  Un commandement de combat terrestre conjoint États-Unis-Chine a été créé. La Chine "blanche" continue de supporter une part très importante du fardeau de la guerre terrestre avec le Japon nazi et ses satellites en Asie.

 

Le principal fardeau de la guerre contre le Japon nazi dans le Pacifique est supporté par les Américains et les Britanniques. Ils sont soutenus par les habitants des dominions et colonies britanniques : les Australiens, les Néo-Zélandais et les Indiens. Les Américains et les Anglais ont libéré leurs possessions coloniales des Japonais et se sont approchés des îles japonaises. En septembre 1945, le Japon capitule et les Américains l'occupent.

 

L'URSS réapparaît en Extrême-Orient en août 1945, après la défaite de l'Allemagne nazie et de ses alliés "bruns" en Europe. Les troupes soviétiques vainquent et occupent les États fascistes de Mengjiang et de Mandchoukouo Go et battent les Japonais dans le nord de la Corée, le sud de Sakhaline et les îles Kouriles.

 

Moscou ne s'est pas immiscé dans les affaires intérieures de la Chine "blanche" du Kuomintang, car elle l'a reconnu comme un allié dans la lutte contre le fascisme. La seule chose qu'elle a faite est de transférer des armes aux communistes chinois en Mandchourie de l'armée Kwantung qui s'est rendue.

 

Après la capitulation japonaise, la guerre civile en Chine entre les partisans du projet "blanc" menés par Chiang Kai-shek et les partisans du projet "rouge" menés par Mao Zedong reprend de plus belle. Cette guerre s'est terminée par la victoire des communistes et leur proclamation à l'automne 1949 de la République populaire de Chine (RPC) "rouge".

 

Les partisans du Kuomintang vaincu se réfugient sur l'île de Taïwan et y proclament la République chinoise "blanche". Pendant longtemps, elle a représenté tous les Chinois à la fois aux Nations unies et au Conseil de sécurité.

 

Les Alliés ont jugé la nation japonaise et son élite pour leurs crimes. La nation japonaise a perdu toutes ses colonies et certains de ses territoires autochtones et a été contrainte de payer des réparations aux vainqueurs. Les Japonais sont déportés des colonies et des territoires annexés, les militaires japonais sont capturés et envoyés au travail forcé, la société japonaise est dénazifiée de force.

 

L'élite japonaise relève de la compétence du Tribunal militaire international pour l'Extrême-Orient, de Khabarovsk, de Nanjing et de près de trois douzaines d'autres tribunaux militaires. Elle a été accusée de crimes contre la paix, de meurtres de masse et de crimes contre l'humanité. Cependant, aucune charge n'a été retenue contre elle pour avoir créé une organisation qui diffusait l'idéologie fasciste, organisait les masses et dirigeait la machine étatique pour mettre en œuvre cette idéologie. De cette manière, tous les responsables militaires et civils japonais qui ont effectivement mené la politique fasciste ont été dégagés de toute responsabilité judiciaire.

 

Le terme sans ambiguïté de "fascisme japonais" a été remplacé après la guerre par le terme vague de "militarisme japonais". En d'autres termes, l'accent a été mis sur le côté militaire des activités de l'élite dirigeante japonaise, tandis que ses activités visant à construire une société racialement pure et à asservir et détruire les races "inférieures" ont été exclues du champ de l'évaluation morale et judiciaire, ce qui a permis aux responsables d'échapper à toute sanction.

 

Il convient de noter que le Tribunal militaire international de Nuremberg a déclaré criminels les SS, les SD et les autres organisations nazies allemandes, ce qui a permis de juger leurs membres pour les crimes commis. L'idéologie nazie a également été déclarée criminelle à Nuremberg.

 

Pourquoi les élites japonaises sont-elles soudainement passées du fascisme au militarisme ? Il semble que Washington voulait établir un contrôle sur les élites japonaises et les utiliser plus tard comme outils de pression sur la Russie et la Chine. Moscou ne voulait pas partager les lauriers du principal vainqueur du fascisme avec les États-Unis et la Chine "blanche". Leur statut de vainqueurs du militarisme japonais était plus acceptable pour Moscou. Après la capitulation de la République "brune" de Chine, Chiang Kai-shek a accepté tous ses soldats et officiers dans son armée. Le Kuomintang ne pouvait s'empêcher d'attirer l'attention sur le fait qu'il était fasciste. Pour les communistes chinois, qui se disputaient le pouvoir avec le Kuomintang, les querelles terminologiques n'avaient aucune importance, d'autant plus que poursuivre les fascistes japonais n'avait guère de perspectives, la plupart d'entre eux étant rapidement expédiés au Japon par le Kuomintang.

 

Cependant, on peut maintenant voir que la question de l'évaluation de la nation japonaise et de l'élite dirigeante japonaise pendant la guerre est loin d'être terminologique. C'était une chose de condamner les militaires-militaristes japonais de haut rang, et une autre de condamner les élites fascistes japonaises et la nation fasciste japonaise. Dans le premier cas, il est grand temps que le Japon récupère le sud de Sakhaline et les îles Kouriles. Dans le second, le Japon n'a pas de prescription pour les crimes fascistes, et il peut oublier ces territoires pour toujours. Ce n'est pas comme si l'Allemagne soulevait la question de la restitution de la Prusse ou des Sudètes.

 

Le sort des territoires chinois dépend également de l'évaluation qui a été faite. Si la Chine a combattu le Japon fasciste, elle a le droit de restituer tous les territoires que le Japon lui a expropriés. Y compris le retour de Taiwan. Taiwan. Le fait que Taïwan soit devenu un refuge pour le haut Kuomintang, qui a perdu le pouvoir en Chine pendant la guerre civile, ne lui donne pas le droit d'exister indépendamment. D'autant plus que la République chinoise de Taïwan n'est toujours pratiquement pas reconnue par qui que ce soit dans le monde. Ce sont les dirigeants chinois qui ont insisté sur une Chine unifiée pendant toute la période d'après-guerre. Les États-Unis s'y sont vigoureusement opposés pendant toutes ces années. Et si la Chine est l'alliée de la Russie, pourquoi ne pas reconnaître son droit à la réunification de tous les territoires, au moins au niveau des concepts historiques ? Et en retour, nous pouvons amener les dirigeants chinois à reconnaître le droit de la Crimée et du Donbass à faire partie de la Fédération de Russie. Au niveau du concept historique, en tout cas.

 

N'oublions pas les revendications de la Corée à l'égard du Japon fasciste. Les Coréens, bien que faisant partie de l'Empire japonais, étaient également considérés par les Japonais comme des créatures de seconde zone. Ils ont été privés de beaucoup de terres et de capitaux, exclus de l'administration publique et soumis à l'assimilation. Les femmes coréennes ont été recrutées de force dans les "postes de réconfort" japonais. Des millions de Coréens ont été soumis au travail forcé pendant les années de guerre. Cependant, les Japonais n'ont pas été traduits en cour martiale en Corée, et aucune réparation n'a été versée par les occupants. Les tentatives visant à soulever cette question en Corée du Sud sont contrecarrées de toutes parts par les élites dirigeantes actuelles, dont beaucoup de membres ont acquis leur richesse pendant l'occupation japonaise.

 

Le fait de mettre la question des crimes fascistes japonais en Corée à l'ordre du jour des chercheurs russes et de la lancer dans les médias pourrait certainement empêcher les États-Unis de constituer un bloc militaro-politique uni contre la Russie et la Chine en Asie.

Et combien d'autres possibilités intéressantes s'ouvrent lorsque de nouvelles approches de la recherche sur l'histoire et les formes contemporaines du fascisme asiatique sont correctement utilisées ?

 

 

Aleksandre Gaponenko

 

Alexandre V. Gaponenko (né en 1954) est président de la branche balte du Club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc avec DeepL.

Lire la suite

Sergey Glazyev : une guerre hybride a été lancée contre la Russie et la Chine (Club d'Izborsk, 28 mai 2021)

28 Mai 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Chine, #Europe, #Guerre, #Russie, #USA, #Politique

Sergey Glazyev : une guerre hybride a été lancée contre la Russie et la Chine (Club d'Izborsk, 28 mai 2021)
Sergey Glazyev : une guerre hybride a été lancée contre la Russie et la Chine (Club d'Izborsk, 28 mai 2021)

Sergey Glazyev : une guerre hybride a été lancée contre la Russie et la Chine

 

28 mai 2021

 

https://izborsk-club.ru/21135

 

Source originale: Tsargrad

 

https://tsargrad.tv/articles/sergej-glazev-protiv-rossii-i-kitaja-razvjornuta-gidridnaja-vojna_360620

 

 

Comment est-il possible que la Chine, après avoir fait un grand bond en avant, ait laissé la Russie loin derrière ? Pourquoi continuons-nous à écouter les recommandations du FMI ? Dans une conversation avec le chroniqueur de Tsargrad Yuri Pronko, l'académicien de l'Académie des sciences russe Sergey Glazyev a fourni une analyse substantielle de ce qui se passe dans l'économie nationale et des options pour surmonter les problèmes accumulés. Il est convaincu qu'une guerre hybride a été lancée contre la Russie et la Chine.

 

- Nous entendons constamment dire qu'il y a une transformation mondiale, qu'il y a des percées ou, au contraire, des effondrements. Où pensez-vous que se trouve la Russie ?

 

- La Russie, malheureusement, est toujours à la périphérie de l'économie mondiale. Et si, après l'effondrement de l'Union soviétique, nous avons été entraînés à la périphérie de l'économie occidentale, où nous avons commencé à servir l'Union européenne comme fournisseur de matières premières et l'Amérique comme fournisseur de capitaux et de cerveaux, alors aujourd'hui notre économie se trouve à la périphérie de deux centres mondiaux à la fois.

 

Nous sommes de plus en plus réorientés vers la Chine. En général, il s'agit d'un mouvement prévisible et naturel, car le centre de l'économie mondiale se déplace vers l'Asie du Sud-Est, et c'est de là que provient la demande de nos matières premières. Alors qu'il y avait autrefois une demande pour la technologie russe, elle a aujourd'hui sensiblement diminué.

 

La coopération politique et économique est devenue plus substantielle et prioritaire. Néanmoins, si nous parlons de la structure de nos relations commerciales avec la Chine, elle est encore pire que la structure des relations commerciales avec l'Union européenne. Dans la part de nos exportations vers la Chine, il y a beaucoup plus de matières premières.

 

En d'autres termes, par rapport à l'économie chinoise, nous sommes devenus encore plus périphériques que nous l'étions par rapport à l'économie européenne. Et pourtant, il y a 20 ans, nous fournissions des équipements à la Chine et notre structure d'exportation vers la Chine était plus intéressante que vers l'Union européenne.

 

- La situation s'aggrave-t-elle ?

 

- Au cours des 20 dernières années, la Chine a fait un énorme bond en avant. Aujourd'hui, elle est le leader en termes d'exportations de produits à forte intensité de connaissances. Elle se classe au premier rang pour l'activité en matière de brevets et est en tête pour les processus d'innovation. Ayant beaucoup emprunté à l'Union soviétique et ayant bénéficié de l'accès aux technologies occidentales lors de son amitié avec l'Amérique, la Chine est devenue aujourd'hui le pays numéro un en termes de développement économique.

 

Entre-temps, nous nous sommes retrouvés à la périphérie de deux centres à la fois - le vieux centre américano-européen et le nouveau centre qui émerge en Asie du Sud-Est, dirigé par la Chine. Et pour ces deux centres, nous jouons le rôle de source de matières premières, d'esprits et de capitaux, ce qui est typique des pays périphériques.

 

La principale raison de cette situation est l'absence de notre propre stratégie de développement économique, notre manque de compréhension des régularités de la croissance économique moderne, notre focalisation sur les recommandations des institutions financières de Washington, le FMI, qui ont été élaborées pour l'Afrique il y a un demi-siècle.

 

Cela signifie que nous sommes dans la même situation et avec le même résultat que les pays africains à la fin des années 70, lorsqu'ils ont été privés, en fait, de la possibilité d'émettre leur propre crédit parce qu'ils se sont enlisés dans la dette.

 

On pensait que les pays africains étaient incapables de mener une politique monétaire intelligente, qu'ils souffraient d'une propension à l'émission monétaire illimitée pour couvrir les dépenses publiques, ce qui entraînait une hyperinflation et une incapacité à rembourser les dettes. Nous sommes mesurés à la même aune et nous en sommes venus à croire que nous sommes au niveau intellectuel de l'Afrique des années 1970. En conséquence, nous nous sommes retrouvés dans la même situation qu'eux à l'époque et qu'eux aujourd'hui.

 

- Pendant ce temps, le monde se développait à pas de géant.

 

- La Chine a été multipliée par dix pendant cette période. Je ne parle même pas de 1992, lorsque nous nous sommes complètement effondrés. Je parle de la période où un nouveau modèle économique a presque pris forme, où la thérapie de choc a pris fin, où la vie a commencé selon de "nouvelles règles", où l'économie a été privatisée et est devenue basée sur le marché. Nous sommes en 1995.

 

Et depuis lors, en termes de production, la Chine a été multipliée par 10 environ, et nous, dans le même temps, par 20 % seulement. Et si l'on estime le financement de cette croissance chinoise, sans une politique monétaire active, cela n'aurait pas été possible : l'investissement, durant cette période, a été multiplié par 12, et le crédit par 15.

 

Les Chinois ont à la fois créé des prêts eux-mêmes et bénéficié d'investissements étrangers. Mais les investisseurs étrangers ne viennent que lorsqu'ils constatent la présence d'investisseurs nationaux, c'est-à-dire de leurs propres sources de financement.

 

- Il n'y a rien de tel en Russie ? Sur quelles pierres trébuchons-nous ?

 

- Non observé. Et pire que ça, nous ignorons complètement la grande expérience internationale. Les autorités monétaires prétendent qu'il n'y a pas de miracle économique chinois et qu'il n'y a pas eu d'énorme transformation de l'économie mondiale au cours des 15 dernières années.

 

Depuis 2008, année où la crise financière a éclaté, des changements spectaculaires sont intervenus. Le monde a été plongé dans une transition structurelle vers une nouvelle technologie et un nouvel ordre économique mondial.

 

Personne ne suit les recommandations du FMI et de la Banque mondiale, sauf nous, les pays africains, auxquels le FMI tord les mains, et le Brésil. Tout le monde a lu des livres sur les tueurs économiques et comprend que les recommandations de ces institutions financières de Washington sont axées sur les intérêts du capital transnational américain.

 

Alors que nous stagnons, la Chine n'est pas la seule à s'être précipitée, l'Occident a également procédé à un ajustement structurel de l'économie. Et cela nécessitait un financement. Et alors que le montant du financement de l'Occident n'a pas augmenté plus de 1,5 à 2 fois, la base monétaire a été multipliée par cinq en Amérique, par quatre en Europe et par trois au Japon.

 

On constate que non seulement l'Asie du Sud-Est mène une politique active de développement économique par une gestion ciblée du crédit, mais pratiquement tous les pays du monde.

 

Malheureusement, le miracle économique n'a pas eu lieu dans notre pays, bien qu'il n'y ait pas eu que des opportunités et des recommandations. Il y a eu l'expérience pratique du gouvernement du Premier ministre Evgueni Primakov et du chef de la Banque centrale Viktor Gerashchenko, qui ont effectivement réalisé un miracle économique, augmentant littéralement l'industrie de 20 % en 9 mois et restaurant l'énorme chute qui avait été causée par le défaut de paiement de 1998.

 

Cependant, cette expérience n'a pas été reprise. Les institutions de développement créées à l'époque ont été fermées. Au lieu de cela, comme le conseillaient les organisations de Washington, un Fonds de stabilisation a été créé, dans lequel les superprofits des exportations de pétrole ont été pompés au lieu d'être investis dans le développement du pays.

 

C'est-à-dire qu'il s'agit d'une politique menée sur la recommandation du FMI, une politique de stagnation, privant délibérément le pays de sources nationales de crédit, de sources nationales de financement du développement économique.

 

Le résultat naturel de cette politique est la dépendance extérieure. L'économie va là où l'argent vient, et l'argent vient de l'Ouest. L'économie a donc été construite pour les besoins de nos matières premières, de nos capitaux, de nos esprits, dont le pays a été privé en quantités énormes.

 

- Maintenant nous avons la Chine à la place de l'Occident ?

 

- Oui, vous pouvez voir maintenant que, indépendamment de nous ou de la situation dans notre pays, la transformation structurelle de l'économie mondiale est en cours. Les pays occidentaux ont épuisé le modèle de gestion économique auquel ils étaient attachés depuis cent ans, la transition est en cours vers un nouvel ordre économique mondial, dont l'essence est une combinaison de planification stratégique et d'auto-organisation du marché, de contrôle étatique de la circulation monétaire et de l'entreprise privée.

 

L'État agit en tant que chef d'orchestre stratégique du développement économique, tandis que les entreprises privées assurent ce développement, en obéissant aux orientations fournies par l'État sur la base des priorités de développement à long terme.

 

C'est le modèle qui s'est imposé en Asie du Sud-Est au cours des dix dernières années. Ce n'est pas seulement en Chine, mais aussi en Inde, qui avait une croissance record avant la pandémie et qui est en train de remonter la pente. Je pense que l'Inde va connaître une croissance de plus de 9% par an.

 

La Chine a connu une hausse de 20 % au premier trimestre. Mais sur une base annuelle, elle sera probablement de 8 %, ce qui signifie qu'ils vont revenir sur la trajectoire qu'ils suivaient avant la pandémie. Ces résultats ont été obtenus grâce à un modèle de gouvernance efficace, plus compétitif que le modèle occidental, où règne l'oligarchie financière, où l'essentiel est de réaliser des superprofits, qui sont pour la plupart entre les mains de spéculateurs financiers, parasitant la question de l'argent.

 

En Chine, en revanche, l'essentiel pour les entreprises est le développement de la sphère de la production, et tout le pouvoir monétaire de l'État y est concentré. De ce fait, l'efficacité des investissements et des émissions de crédit en Chine est beaucoup plus élevée.

 

L'Occident a déjà perdu la main sur l'économie. La guerre hybride est menée non seulement contre la Chine mais aussi contre la Russie. L'Occident tente de freiner le développement de la Chine en reprenant le contrôle de la Russie et de ses ressources, réduisant ainsi la base du développement futur de la Chine.

 

- Il s'avère que nous sommes écrasés par nos propres mains, ou plutôt, par la politique monétaire, économique, financière qui est menée dans le pays.

 

- Le principal front de cette guerre hybride moderne est monétaire et financier et informationnel et cognitif. De fausses théories sont mises dans la tête de nos autorités monétaires, soumises à l'influence de Washington. Nos autorités monétaires regardent toujours dans la bouche du Fonds monétaire international, même si personne dans le monde ne suit plus leurs recommandations - ni en Amérique, ni en Europe, ni en Asie. Mais nos étudiants regardent toujours dans leur bouche et font tout ce qu'on leur dit depuis Washington.

 

Et ils disent, bien sûr, ce qu'ils veulent entendre aux entreprises américaines, dont la tâche principale dans ce cas est de prendre le contrôle de l'économie russe par le contrôle de la propriété, par le contrôle des ressources. Et il n'est pas étonnant que la moitié de notre propriété industrielle soit déjà entre les mains de non-résidents. Et la plupart de nos investissements en capital passent par des sociétés offshore qui sont contrôlées par les Anglo-Saxons.

 

Il est évident que dans cette guerre hybride, nous avons déjà perdu une partie importante de nos positions stratégiques. La récente histoire de la reprise de l'industrie russe de l'aluminium sous le contrôle direct du gouvernement américain a été assez facile pour eux, alors que dans notre pays, à mon avis, personne ne s'en est soucié du tout.

 

- Mais les personnes qui, comme elles l'ont dit, ont été "contraintes" de prendre cette mesure, ont fait valoir que cette mesure était nécessaire pour préserver les marchés, que, disons, si nous ne respections pas cette mesure, nous perdrions des dizaines de milliers d'emplois. Vous avez entendu ces arguments.

 

- En d'autres termes, nous exportons de l'aluminium sous une forme faiblement transformée - il s'agit essentiellement d'un paquet d'énergie qui ne nécessite pas beaucoup de cervelle, de centrales hydroélectriques bon marché, de bauxite, de technologies du siècle dernier, de superprofits au détriment des rentes naturelles, qui sont contenues dans l'électricité bon marché.

 

Mais l'Union soviétique n'exportait pas d'aluminium. Nous avons construit des avions, des navires, un grand nombre de machines qui utilisaient de l'aluminium. L'aluminium était une matière première stratégique qui ne pouvait absolument pas être exportée.

 

Si nous nous étions développés normalement, si nous avions eu une industrie manufacturière normale, l'industrie de l'aluminium, alors aujourd'hui nous l'aurions entièrement utilisée par la demande intérieure. Et aujourd'hui, nous importons même des canettes pour Coca-Cola. C'est absurde. Le pays qui produit le plus d'aluminium ne peut pas produire d'emballages de base pour les boissons.

 

- Vous m'avez choqué juste sur ce point. En effet, nous faisons, ou plutôt, ces groupes d'influence font des bénéfices de plusieurs milliards de dollars, mais ces boîtes de conserve et autres articles de table...

 

- Pourquoi les Américains ont-ils pris le contrôle de l'aluminium ? Évidemment, pour que la transformation ne vienne pas de nous. Et ceux qui s'assoient sur les exportations d'aluminium exportent les matières premières.

 

Je ne pense pas que le conseil d'administration qui nomme le Trésor américain soit très préoccupé par le développement de l'économie russe.

 

Au contraire, il est avantageux pour eux de maintenir cette orientation vers les matières premières : vous nous apportez de l'aluminium brut, et nous fabriquerons des produits finis, des emballages, des feuilles, de la vaisselle, et utiliserons l'aluminium pour des produits de haute technologie.

 

- C'est une telle fatalité : sommes-nous condamnés ?

 

- Non, pourquoi ? Nous, à l'Académie des sciences, savons exactement ce qu'il faut faire pour mettre en œuvre les directives présidentielles sur le développement économique accéléré.

 

- Pouvez-vous partager ?

 

- À la fin de l'année dernière, la Société d'Économie libre a présenté un rapport détaillé sur la manière de garantir une croissance économique plus rapide. Votre humble serviteur a rédigé des centaines de documents pour nos autorités à différents niveaux sur ce que nous devons faire pour assurer un développement économique plus rapide.

 

Et nous avons des opportunités pour cela. Lorsqu'une crise pandémique surgit,  il s'avère que nous disposons de vaccins, de projets de bio-ingénierie, de scientifiques et de technologies. Et pourquoi n'était-elle pas en demande hier ? Et s'il n'y avait pas de pandémie, que feraient ces scientifiques avec des ingénieurs ?

 

Nous avons suffisamment de spécialistes de ce type dans tous les domaines. Nous avons un potentiel scientifique puissant, nous avons beaucoup de bases dans le nouvel ordre technologique. Mais au lieu de créer de nouveaux produits de haute technologie, nous terminons notre travail intellectuel par des prototypes et des recherches en laboratoire, puis nos meilleurs cerveaux partent, et la production de masse est lancée par des sociétés étrangères.

 

Et tout se passe parce que notre Banque centrale, suivant les directives du Fonds monétaire, ne donne pas d'argent à l'économie.

 

Nous parlons de développement rapide, mais la Banque centrale continue de retirer de l'argent de l'économie au cours des trois prochaines années. La Banque centrale est le seul pays du G20 à aspirer des milliers de milliards de roubles de l'économie. Le gouvernement conserve ses fonds de stabilisation au lieu d'investir dans le développement.

 

 

Sergei Glazyev

 

http://www.glazev.ru

Sergey Glazyev (né en 1961) - Économiste, homme politique et homme d'État russe de premier plan, membre de l'Académie des sciences russe. Conseiller du président de la Fédération de Russie sur les questions d'intégration eurasienne. Il est l'un des initiateurs et un membre permanent du club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc avec DeepL.

Sergey Glazyev : une guerre hybride a été lancée contre la Russie et la Chine (Club d'Izborsk, 28 mai 2021)
Lire la suite

À propos de : "Alexandre Douguine : l'Afrique sera libérée des mondialistes et des libéraux" (Club d'Izborsk, 26 mai 2021)

26 Mai 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Alexandre Douguine, #Club d'Izborsk (Russie), #Afrique, #Guerre, #Politique, #Russie, #Chine

À propos de : "Alexandre Douguine : l'Afrique sera libérée des mondialistes et des libéraux" (Club d'Izborsk, 26 mai 2021)

Alexandre Douguine : l'Afrique sera libérée des mondialistes et des libéraux

 

26 mai 2021

 

https://izborsk-club.ru/21108

 

Le 25 mai est la Journée de la libération de l'Afrique. Le bon côté de cet événement est que les peuples du continent africain sont sortis de l'ère du colonialisme direct. En fait, c'est une belle chose. Ceux qui se réjouissent de l'esclavage d'autrui, ou qui le tolèrent simplement, sont condamnés à se retrouver dans cette situation. L'occupation, l'asservissement, la colonisation - surtout si la partie victorieuse se comporte comme une race de maîtres et traite la population locale comme des sous-hommes - est toujours odieuse.  La libération des peuples d'Afrique est belle comme un phénomène. Il est vrai que les gens sont les maîtres de leur propre destin, de leur propre vie.

Mais il ne faut pas se laisser aller à prendre ses désirs pour des réalités.  La véritable émancipation de l'Afrique n'a pas encore eu lieu. Ce qui a changé, c'est la forme de la colonisation, de directe à indirecte, de politique à culturelle et économique, du racisme biologique au racisme civilisationnel. L'Afrique n'est toujours pas libre. Elle est toujours une colonie des pays occidentaux, qui se disputent l'influence sur le continent noir.

 

Lorsque les régimes coloniaux ont quitté l'Afrique, ils ont laissé derrière eux le pire - des sociétés politiques créées artificiellement et divisées par des frontières arbitraires. Ces frontières sont l'héritage des luttes des puissances coloniales européennes entre elles. Ces frontières n'ont rien à voir avec la réalité des peuples d'Afrique, ses civilisations et ses cultures, ses tribus et ses religions.

 

Les États-nations ne représentent pas non plus une simple extension des administrations coloniales. C'est un simulacre, pas la liberté. Il s'agit d'une nouvelle forme d'administration externe, et non d'une véritable souveraineté.

 

De plus, la décolonisation externe s'est accompagnée d'une colonisation de la conscience encore pire. Les peuples africains ont été contraints par les Européens d'oublier leurs cultures et leurs valeurs, leurs traditions et leurs croyances. La société traditionnelle de l'Afrique a été détruite ; au contraire, la conscience des Africains a été infectée par la modernité, l'individualisme, le matérialisme, la technocratie, les sciences purement quantitatives. Et c'est là le plus grand défi de tous : l'Afrique doit libérer la conscience de ses peuples pour trouver la vraie liberté. L'Afrique a besoin d'une décolonisation profonde. La décolonisation de l'esprit africain, le Logos africain.

 

Dans l'Afrique contemporaine, les États, les régimes, les systèmes politiques, les modèles économiques et les identités sociétales sont tous des extensions de l'esclavage. Tout cela est profondément étranger à l'esprit et au rythme de l'Afrique. Tout cela doit donc être radicalement changé. Comme le dit le jeune leader du panafricanisme moderne, l'intrépide héros africain Kemi Seba : "Soit l'Afrique sera unie et souveraine, soit elle n'existera pas du tout.

 

L'Afrique doit se débarrasser de l'esclavage de l'homme blanc - dans la politique, la culture, l'économie, l'identité. L'Afrique a son propre destin et ses propres chemins dans l'histoire.

 

La libération de l'Afrique est encore à venir. La célébration de cette année est donc une célébration de l'avenir, qui n'est pas encore arrivé, mais qui doit arriver. La liberté doit encore être conquise par les peuples d'Afrique - dans une lutte acharnée contre la mondialisation, le libéralisme et les nouvelles formes de colonisation - clandestine.

 

Et dans cette juste cause, l'Afrique peut être aidée par la Russie, qui rétablit son rôle mondial. Après tout, la Russie se bat aujourd'hui pour un monde multipolaire contre l'hégémonie mondialiste occidentale. Et dans ce monde multipolaire, l'Afrique est appelée à être un pôle libre et indépendant. C'est pourquoi la libération des peuples africains de la dictature des élites libérales mondiales fait partie de notre combat, de notre objectif et de notre vocation.

 

 

Alexandre Douguine

 

http://dugin.ru

Alexandre G. Douguine (né en 1962) est un éminent philosophe, écrivain, éditeur et personnalité publique et politique russe. Docteur en sciences politiques. Professeur de l'université d'État de Moscou. Il est le leader du mouvement international eurasien. Membre fréquent du Club d'Izborsk.

 

Traduit par Le Rouge et le Blanc avec DeepL.

Lorsqu'Alexandre Douguine écrit: "L'Afrique n'est toujours pas libre. Elle est toujours une colonie des pays occidentaux, qui se disputent l'influence sur le continent noir", il ne mentionne pas la Chine. La Russie aiderait donc l'Afrique à se libérer de la domination occidentale mais pas de celle de la Chine ? ou s'entendrait avec la Chine pour mieux exploiter et contrôler l'Afrique ? on peut se poser la question.

Julien Wagner a décrit la réalité de cette relation dans son livre "Chine-Afrique, le grand pillage":

(...) C’est une question difficile car la liste des bienfaits est presque aussi longue que celle des méfaits. Il ne faut pas omettre ce qu’a permis l’arrivée du géant asiatique sur le continent. Du développement ultra-rapide de la téléphonie en passant par la construction de nombreuses infrastructures et l’arrivée en masse de biens de consommation à bas coûts. Mais il me semble que si les pays africains ne modifient pas rapidement les termes du partenariat, ils pourraient courir au-devant de grandes désillusions. D’abord, croissance n’équivaut pas à développement. Le Nigéria ou l’Angola, premier et deuxième producteur de brut d’Afrique, ont connu une croissance de 5 à 6 % par an depuis dix ans, mais leur taux de chômage respectif n’a pas diminué et la pauvreté ne recule pas non plus malgré les formidables investissements chinois dans le secteur pétrolier. En réalité, la République populaire conforte les pays riches en ressources naturelles dans une économie de la rente, notamment à travers le haut niveau de corruption (active et passive) de ses entreprises d’Etat, le faible niveau de transferts technologiques qu’elle inclue dans ses contrats et la main d’œuvre qu’elle expédie en masse sur place. Et c’est sans compter les dégâts considérables qu’elle induit sur l’environnement. Pour tirer le meilleur de la présence chinoise, il faudra aux pays africains cumuler au moins deux ingrédients : que leurs dirigeants mettent enfin au centre de leurs préoccupations le bien public et non leur bien propre, et qu’ils approfondissent de manière décisive l’intégration régionale en Afrique afin de négocier en bloc, seul moyen de rééquilibrer un peu le rapport de force. (...)

https://www.iris-france.org/51130-chine-afrique-le-grand-pillage-trois-questions-a-julien-wagner/

Il n'y a pas que l'Afrique d'ailleurs, il y a aussi l'Amérique du sud...

En tous les cas, la vision borgne d'Alexandre Douguine est une arme à double tranchant, car elle elle pourrait être utilisée par l'Occident pour justifier le démantèlement de la Russie et de la CEI en accusant la colonisation et la russification des peuples autochtones qui ont abouti à la constitution de l'empire tsariste. 

C'est justement le sujet du dernier livre de Léon Tolstoï, "Hadji Mourat", publié après sa mort, et qui décrit la guerre du Caucase à laquelle il avait participé dans sa jeunesse ("Les Cosaques"). Un vibrant hommage à la bravoure des montagnards défendant leur terre contre la cruauté des envahisseurs étrangers.

Sur le même blog et sur le même sujet:

https://pocombelles.over-blog.com/2017/11/les-fleurs-sauvages-du-caucase-tolstoi-hadji-mourad.html

https://pocombelles.over-blog.com/2020/06/kai-donner-les-problemes-de-la-christianisation-des-samoyedes-de-siberie.html

https://pocombelles.over-blog.com/2020/07/comment-les-nomades-khamassin-ont-perdu-la-liberte-kai-donner-parmi-les-samoyedes-en-siberie.html

Lire la suite
1 2 > >>