Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

club d'izborsk (russie)

Leonid Ivashov : la Russie est à court d'hommes (Club d'Izborsk, 10 juin 2021)

11 Juin 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Général Leonid Ivashov, #Guerre, #Russie, #Europe, #USA

Leonid Ivashov : la Russie est à court d'hommes  (Club d'Izborsk, 10 juin 2021)

Leonid Ivashov : la Russie est à court d'hommes

 

10 juin 2021

 

https://izborsk-club.ru/21194

 

 

 

Des marines américains agiles et énergiques ont débarqué sur la côte de la mer Noire. Lunettes de protection noires et tenue de camouflage adaptée à la région. L'exercice militaire « Sea Breeze », ou "Brise de mer" en ukrainien, n'a pas manqué d'inquiéter nos militaires russes. Le ministère russe de la Défense soupçonne l'OTAN de rapprocher les armes des points chauds "sous couvert d'exercices". Elle est déjà relativement proche de nous aussi. Surtout à la télévision, et c'est dommage que le film ne soit pas un long métrage, mais un documentaire.

 

Les armes, les munitions et les provisions les plus modernes pour les bataillons de volontaires ukrainiens se trouvent déjà sur le territoire de la "république fraternelle". Les formations nationalistes qui se tiennent à la frontière avec les républiques de Donetsk et de Louhansk ont-elles attendu le "peremogi" ? Ou, comme disent les Américains, la victoire.

 

D'une part, ce n'est pas nouveau. Le Congrès américain sous le président Barack Obama voulait fournir des armes létales à l'Ukraine. À l'époque, nos parlementaires ont instantanément discuté de la question de rendre au président Vladimir Poutine le droit d'introduire des troupes dans le pays voisin.

 

Mais les parlementaires, les premiers comme les seconds sont, comme le disait Aristote, de tels "animaux politiques" qui vivent dans une niche écologique chaude de leurs institutions et sont habitués à une belle vie bien nourrie. D'autres doivent mourir pour eux. Ils seront protégés par les services de sécurité en cas de problème - comme cela s'est produit lors de la prise d'assaut du Congrès américain par des partisans mécontents de Donald Trump.

 

Trump, d'ailleurs, était contre une aide coûteuse au libre arbitre oligarchique ukrainien. L'administration américaine de Joe Biden a de nouveau demandé plus d'un demi-milliard de dollars au Congrès pour l'année fiscale 2022. Ils doivent aller aider l'Europe, et comme "réponse aux défis croissants de la Russie et de la RPC".

 

- Les Américains sont maintenant la force organisatrice en Europe. Ils persuadent les Roumains de sortir leurs navires décrépits contre la Russie. Ils fourniront des armes, amèneront des soldats. Et alors ? Il me semble qu'il y a une accumulation de peur en Russie pour nous faire avoir peur de tout.

 

Maintenant, la confrontation avec les Turcs est plus importante. Que signifiera la pose d'un nouveau canal près du Bosphore ? Ensuite, les Turcs eux-mêmes décideront qui laisser entrer et qui ne pas laisser sortir. La convention de Montreux n'y fonctionnera plus. La situation est plus grave pour la mer Noire.

 

Mais les menaces extérieures ne sont pas l'essentiel. Ce qui se passe à l'intérieur : toute personne est saisie, emprisonnée, arrêtée. Et les territoires sont cédés sans aucune lutte : Dmitry Medvedev, lorsqu'il était président, a cédé une partie de la mer de Barents, Vladimir Poutine a cédé une partie du territoire en Extrême-Orient, et tout le monde nous fait peur que les Américains laissent une unité. Bien sûr, ils quitteront leurs instructeurs afin de surveiller le cours vers des relations hostiles entre l'Ukraine et la Russie.

 

Ils travaillent avec succès pour eux-mêmes : ils ont pris deux nations fraternelles, les ont séparées. Dans deux ou trois ans, je pense que la même chose arrivera à la Biélorussie. Les Biélorusses nous regarderont de la même manière hostile, ils se retourneront contre nous.

 

Le Kazakhstan s'éloigne déjà de la Russie - il introduit l'alphabet latin au lieu du cyrillique. L'Ouzbékistan n'est même pas membre de l'OTSC. L'Arménie, c'est clair, va se tourner vers l'Europe. Avec qui allons-nous rester ? Les Kirghizes sont les seuls qui nous collent encore à la peau. Mais eux aussi peuvent se tourner vers la Chine. Nous resterons dans un espace hostile.

 

Et la raison est que la Russie n'a plus d'hommes. Il suffit de nous mettre un nœud coulant et de le serrer au bon moment, et nous deviendrons tous soumis. Il ne s'agit pas d'un "esclavage numérique", qui est redouté, mais d'un esclavage psychologique. C'est de l'intimidation, de l'alarmisme. Que demain un missile américain arrivera, ou que quelqu'un atterrira quelque part. Et en réalité, nous voyons tous ce que les autorités font au milieu de cette peur. Et pourquoi devraient-ils nous bombarder, nous attaquer ? Si Medvedev est à nouveau élu président, nous courrons voter pour lui. Et c'est "pire que la bombe atomique".

 

- Mais le président Poutine, je m'en souviens, s'est montré énergique lorsque les troupes géorgiennes ont attaqué l'Ossétie du Sud. Certaines mesures ont été prises en 2008.

 

- Quel genre d'actions ? Pendant vingt-quatre heures, nos troupes à la frontière n'ont pas pu recevoir de commandement ! Le commandant adjoint du district militaire du Caucase du Nord m'a personnellement appelé et m'a conseillé sur la marche à suivre. Il existait autrefois un "troisième paquet" à ce sujet, qui devait être ouvert en cas de situation d'urgence. Je lui ai rappelé ceci. Il a répondu que tous les paquets ont été emportés. Je lui ai conseillé d'envoyer des gens en hélicoptère pour capturer le col de Roki. Il s'est avéré que tous les avions ont également été retirés du district.

 

Le chef d'état-major général n'a pris aucune décision sans le ministre de la Défense. Ils ont cherché Serdyukov pendant six heures et ne l'ont pas trouvé. Poutine était aux Jeux olympiques, Medvedev était sur un bateau quelque part le long de quelques rivières. C'est tout !

 

La Géorgie a attaqué la Russie. Pendant qu'ils se rassemblaient, plusieurs de nos soldats de la paix ont été tués. Le district n'était pas préparé aux opérations de combat. J'ai appelé le commandant et lui ai dit que demain ils lui passeraient les menottes. Il s'est excusé du fait que personne ne donnait l'ordre. Je lui ai expliqué que pour se décharger de cette responsabilité, les officiers supérieurs la lui remettraient.

 

Des forces ont été rassemblées, on a envoyé des casques bleus pour les protéger... Mais seul un bataillon tchétchène dirigé par Yamadayev y travaillait, et des volontaires ossètes. Dès qu'ils ont commencé à couper les têtes des militaires géorgiens, ils se sont enfuis...

 

Alors qu'en Ukraine, ils se vantent que dans le projet de budget pour l'année fiscale 2022, l'Amérique a prévu 255 millions de dollars d'aide "pour contrer l'agression russe". Techniquement, il est dit que tout cela est uniquement destiné aux "réformes et au développement de la société civile". Le budget n'a pas encore été adopté par les deux chambres du Congrès américain. S'il est adopté, ils n'ont plus qu'à espérer le "voler" comme d'habitude.

 

Sergei Chemezov, chef de la Corporation Rostekh, a déjà comparé le durcissement de la pression exercée par l'Occident sur la Russie à la guerre. Selon lui, l'Occident n'est pas prêt pour des sanctions trop sévères contre notre pays. Ou peut-être Sergey Viktorovich lui-même n'est-il pas prêt pour cela et projette-t-il son manque de préparation sur ses homologues réels ou potentiels ?

 

Tout ce qui est possible pour nous compliquer la vie, l'Occident, selon lui, l'a déjà fait. Puis vient la guerre. Nous devons nous y préparer. Et les Américains et les Européens ne le font pas. Pourquoi ? L'Amérique poursuivra allègrement son influence sur l'Europe, "pour garder la Russie dans le ton". Mais en même temps "ne pas lui donner l'opportunité de se développer". Le développement se fait dans un tonus. Et dans les périodes de stagnation, il y a la décadence.

 

Nos faucons et leurs homologues occidentaux continuent donc de tester leurs biceps à distance. Mais Sergey Chemezov n'a pas l'air d'un faucon. Quand il travaille dans l'industrie de la défense, il n'est un faucon que dans sa description de poste. Mais si tu le regardes de cette façon, ce n'est rien d'autre qu'un pigeon.

 

 

Leonid Ivashov

 

Leonid Grigorievich Ivashov (né en 1943) - Personnalité militaire, publique et politique russe. Colonel Général. En 1996 - 2001, chef de la direction principale de la coopération militaire internationale au ministère de la défense. Docteur en sciences historiques, professeur. De 1996 à 2001, il est devenu le chef du département de la coopération militaire internationale du ministère de la défense, colonel-général de Russie. Membre régulier du Club Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc avec DeepL.

Lire la suite

Sergey Pisarev. "Idéologie. De Dieu ou du diable ? »

5 Juin 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Sergey Pisarev, #Arche russe, #Club d'Izborsk (Russie), #Philosophie, #Politique, #Religion, #Russie

Sergey Pisarev. "Idéologie. De Dieu ou du diable ? »
Sergey Pisarev. "Idéologie. De Dieu ou du diable ? »

Sergey Pisarev. "Idéologie. De Dieu ou du diable ? »

 

https://rnk-concept.ru/73560

 

 

4 Jun, 2021 -

 

 

De quel type d'idéologie la Russie moderne a-t-elle besoin ? Est-il possible d'adopter une doctrine qui absorbe le meilleur de tous les ...ismes, tout en étant libre de leurs défauts ? Quelles sont les valeurs qui conviennent le mieux à la mentalité russe, et celles qu'il vaut mieux abandonner ?

 

Ces questions et d'autres trouvent une réponse dans un entretien exclusif avec Sergei Pisarev, président du Fonds des entrepreneurs russes, auteur du concept "Russie - Arche de Noé" (RNA).

 

 

- Sergey Vladimirovich, je voudrais m'adresser à vous en tant que l'un des principaux organisateurs et sponsors de la rédaction de la fameuse "Doctrine russe", ainsi que l'auteur du concept de RNC. Le débat sur la nécessité d'adopter une ligne de conduite idéologique en Russie s'est récemment développé avec une vigueur renouvelée. Pourquoi ?

 

- La demande d'une nouvelle idéologie d'État est devenue encore plus pressante après les changements apportés à la Constitution russe. Les thèses patriotiques sont de plus en plus fréquemment entendues dans les discours d'éminents experts et politiciens.

 

Cependant, l'article 13 de la Constitution russe actualisée n'a pas changé ; il déclare toujours qu'aucune idéologie ne domine en Russie. Cette affirmation est quelque peu trompeuse. Il n'existe pas d'État sans idéologie. Après l'effondrement de l'URSS, l'idéologie occidentale et néolibérale est devenue dominante en Russie. Les "valeurs européennes" se sont infiltrées dans tous les pores de la société depuis 30 ans, du niveau domestique aux médias de masse. Dans le domaine de l'économie, le cap libéral est également resté inchangé pendant toutes ces années. Il est difficile pour les opposants à l'idéologie qui domine aujourd'hui dans la Fédération de Russie de lutter contre elle, notamment parce que, formellement, elle n'a pas ce statut. Mais en fait, il s'agit maintenant de le remplacer et de passer à une idéologie qui sera acceptable non seulement pour l'"élite" mais aussi pour la majorité de la population et la Russie dans son ensemble.

 

La Russie est incroyablement riche, mais avec une répartition des revenus aussi manifestement injuste, même elle présente déjà des lacunes notables. Un exemple simple : la collecte d'argent à la télévision pour le traitement des enfants russes mourants, et ce dans le contexte des dépenses de plusieurs milliards de dollars du "Russe Abramovitch" pour des clubs de football étrangers, des palaces et des yachts. En parlant des milliards "gagnés" par la plupart de nos oligarques. Roman Abramovitch, en raison de sa proximité avec la famille Eltsine, a privatisé Sibneft de l'État pour 100,3 millions de dollars et l'a ensuite revendu à l'État représenté par Gazprom pour 13,1 milliards de dollars. Mais il y a des gens qui, pour une raison quelconque, pensent que nos oligarques russes ont réussi grâce à leur incroyable intellect et leur incroyable capacité de travail ! Bien que de telles personnes existent certainement. Selon les calculs du Financial Times, la valeur nette des milliardaires russes représente 35 % du PIB du pays dans lequel ils vivent, avec une augmentation de 10 p.p. pendant l'année de crise de 2020. Sur 30 années de marché, plus de 2 000 milliards de dollars ont été retirés du pays, selon diverses estimations. Ces fonds auraient pu être utilisés pour construire environ 500 ( !!!) ponts de Crimée.

 

Dans son dernier discours devant l'Assemblée fédérale, le président Poutine a même dû parler ouvertement et directement de la nécessité de laisser les bénéfices à l'intérieur du pays au lieu de les transférer "hors du pays". Cependant, l'écrasante partie du pouvoir exécutif et législatif suprême de la Russie et sa strate spirituelle et culturelle semblent se satisfaire de cette situation. Peut-être avant une autre "révolution" avec expropriation ?

 

La passion infinie des "élites" pour la gloire, le pouvoir et l'argent nuit non seulement à la société et à l'État, mais aussi à elles-mêmes. Satisfaction de l'ego, mariages, divorces et scandales à n'en plus finir, médiatisés, souci permanent de croissance et de protection de la "richesse gagnée" contre les "maudits concurrents" et les détenteurs du pouvoir des deux côtés de la frontière. Tout cela émascule et épuise l'âme humaine, la prive d'harmonie et d'équilibre. Richesse excessive et vie de famille heureuse font rarement bon ménage sous un même toit. Les exceptions ne font que confirmer la règle générale.

 

En fait, la Bible, le principal document idéologique de l'humanité, dit, il y a deux mille ans, qu'il est presque impossible pour une personne riche d'accéder au Paradis. Ainsi, changer les priorités du "matériel" au "spirituel" profiterait non seulement aux "gens du peuple" et à l'État, mais aussi à ceux qui, de toute façon temporairement, se trouvent au "sommet de la chaîne alimentaire". Mikhaïl Zhvanetsky avait raison : "Il faut que quelque chose change dans l'université" (c'est-à-dire dans les têtes).

 

- Dans les pays développés, c'est l'idéologie libérale qui a largement assuré un développement dynamique et un niveau de bien-être impressionnant et qui a permis à ces pays de se hisser au premier rang mondial. Quels sont, selon vous, les défauts fondamentaux de cette doctrine ?

 

- L'idéologie libérale a joué son rôle lors de la formation du capitalisme. Mais aujourd'hui, son potentiel est épuisé et il devient de plus en plus souvent un frein au développement de la société. En outre, il s'agit de savoir ce qui a eu le plus d'influence sur le bien-être de la société occidentale : la "démocratie" ou l'exploitation des esclaves et le pillage des colonies.

 

Aujourd'hui, par exemple, une idée "fraîche" devient populaire parmi les "élites" : la population de la Terre augmente trop rapidement et les ressources de la planète ne suffisent pas pour tous - nous devrions réfléchir à des mesures pour réduire la population humaine.

 

La consommation effrénée dans les pays du "milliard d'or" (et pas seulement eux), est devenue un culte et le sens de la vie. Il oblige à "mettre à niveau" les smartphones, les voitures, les vêtements, etc., non pas parce qu'ils ne sont plus fonctionnels, mais parce qu'il existe un "nouveau modèle". L'ancien n'est pas prestigieux. Une énorme quantité de nourriture est inutilisée, gâchée et jetée, alors que dans les pays pauvres, des gens meurent de faim. Il est compréhensible qu'avec cette approche, "les ressources sont rares".

 

En outre, les pays du "milliard d'or" consomment plusieurs fois plus qu'ils ne produisent.

 

Le penchant pour les valeurs matérielles n'a pas non plus amélioré la situation d'une personne. Par exemple, dans le passé, la sodomie était considérée comme un péché mortel, une perversion, une déviation morbide de la norme. Aujourd'hui, dans la société occidentale, elle n'est pas seulement légalisée, mais est devenue une "norme de vie" que l'on impose à ceux qui nous entourent. La légalisation de la pédophilie et de l'euthanasie s'insinue. Dans le même temps, l'institution du mariage est détruite, les relations familiales sont considérées d'un point de vue purement utilitaire et les familles sans enfants sont en vogue. Et que dire de la principale admonition de Dieu à l'homme : "Soyez féconds et multipliez" ? La Bible dit encore, en décrivant le sort de Sodome et Gomorrhe, à quoi cela mènera.

 

La mode masculine du roi LGBT d'Amérique. Capture d'écran de la vidéo.

La mode masculine du roi LGBT d'Amérique. Capture d'écran de la vidéo.

 

- La doctrine communiste, dont les idéaux humanistes étaient les valeurs les plus élevées, était libérée de la course à la consommation et du culte du plaisir...

 

- Je suis d'accord, l'idéologie communiste de l'Union soviétique, malgré ses défauts, offrait une réelle alternative à la consommation effrénée. La richesse matérielle - exactement autant que le minimum nécessaire, et le matérialisme était condamné. L'idéologie communiste a prouvé à bien des égards sa vitalité ; le socialisme est réellement devenu un nouveau type de société.

 

C'est cette rationalité, l'approche rationnelle de la consommation, qui a constitué le principal danger mortel pour le libéralisme occidental, qui s'est employé à discréditer le socialisme et l'a combattu, avant tout, pour cette raison. En fin de compte, ce ne sont pas l'agression militaire et la course aux armements qui ont détruit l'URSS, mais un déplacement des priorités de valeur des citoyens de l'URSS du "spirituel" au "matériel".

 

En fait, pour cette raison, un Chinois qui aspire à la consommation n'est pas aussi dangereux pour l'Occident qu'un Soviétique idéologue en son temps.

 

À mon avis, l'un des principaux défauts de la doctrine communiste était la lutte contre Dieu, c'est-à-dire la négation de Dieu. Bien qu'en réalité, cette idéologie était un substitut du christianisme (comparez les 10 commandements de la Bible et les 10 commandements d'un communiste). Les plus grandes réalisations y sont liées, mais aussi les plus grands désastres du peuple. C'est pourquoi il n'a pu se maintenir en Russie que pendant 70 ans.

 

La monarchie en Russie a existé bien plus longtemps. Et comme le principal objectif de la monarchie était de "sauver les âmes de ses sujets", la principale raison de l'effondrement de l'Empire russe a été la propagation de l'athéisme dans toutes les couches de la société. Même la majorité des diplômés des séminaires en 1917 ne croyaient pas en Dieu, et il est clair qu'ils organisaient des services dans leurs paroisses de manière formelle. En conséquence, personne ne s'est levé pour défendre l'Église et les temples lorsque les "bolcheviks" ont commencé à les détruire en masse, et le Synode a même soutenu le renversement de l'empereur.

 

L'élite de l'Empire russe renonce à la foi orthodoxe. Pour moi, homme de foi, il est évident que c'est la cause de l'extermination ou de l'expulsion du pays de cette même élite. C'est une conséquence directe de la négation de Dieu (qui s'appelle : voir l'Ancien Testament !).

 

Pour la même raison que l'Union soviétique s'est effondrée - la perte de foi dans les idéaux du communisme a conduit au fait que personne ne le défendait. Et le pays s'est effondré du jour au lendemain sans aucune agression extérieure. Les anciens orthodoxes de 1917 ont trahi l'orthodoxie et sont allés détruire les églises, et les anciens communistes de 1991 ont renoncé au communisme et sont allés reconstruire ces églises. L'histoire a fait un cercle.

 

D'ailleurs, sous le socialisme, plusieurs générations de Soviétiques ne croyaient pas en Dieu. Où sont passées, après leur mort, plusieurs centaines de millions d'âmes immortelles de ces personnes ? Comment cela affecte-t-il le sort de leurs enfants et petits-enfants, c'est-à-dire vous et moi ? La question est rhétorique. Tous ces troubles qui accablent notre pays sont, à mon sens, une conséquence directe du refus de Dieu. Et cette accusation contre l'idéologie communiste n'est pas moins grave pour les croyants que la mort physique de millions de Russes qui ont péri dans les guerres civiles et les répressions.

 

Quant à la victoire vraiment sainte de l'URSS dans la Grande Guerre Patriotique. Depuis le discours essentiellement ecclésiastique de Staline au peuple : "Frères et sœurs !", l'ouverture des églises, l'autorisation des services divins, le retour des uniformes et des grades militaires d'avant la révolution, la création d'ordres de chefs militaires - des saints orthodoxes (Ushakov, Suvorov), jusqu'à des "coïncidences" historiques telles que la fin de la guerre le jour de Pâques 1945, le jour de la Saint Georges le Victorieux et l'acceptation de la capitulation de l'Allemagne par le commandant russe Zhukov portant le nom de Georgy. Le désir du peuple russe de revenir à ses fondements historiques et spirituels, de renoncer à la piété, bien que sous l'influence de circonstances terribles et seulement pour ce temps, n'est-il pas évident ? Mais il n'en reste pas moins que durant cette période historique difficile, une rébellion véhémente était interdite dans le pays. De toute évidence, ancien élève du séminaire religieux, Staline savait que tout ne dépend pas de l'homme.

 

- En Chine, le socialisme et le parti communiste fonctionnent toujours avec succès et affichent une réussite spectaculaire.

 

- En fait, dans la Chine moderne, il ne reste que l'enveloppe extérieure et la phraséologie du communisme et du socialisme, tout le reste est tout à fait oligarchique-capitaliste, avec toutes les méchancetés qui en découlent sans Dieu. Le socialisme n'est pas tant le "rôle de guide du parti communiste" que l'absence de capitalistes super-riches, de propriété privée des moyens de production et autres. Il n'y a rien de tout cela en Chine ? À propos, en ce qui concerne les garanties sociales, une certaine Suède "capitaliste" dépasse la Chine d'un ordre de grandeur. L'idéologie sans Dieu, que ce soit en Chine ou ailleurs, est toujours "du malin". Capitalisme d'État plutôt que socialisme ici, il me semble.

 

- Qu'est-ce donc que l'"idéologie" selon vous, de manière générale ?

 

- C'est un ensemble d'idées, de règles et de conventions mises ensemble qui promettent une vie bonne et heureuse pour la majorité. Quelqu'un propose le libéralisme, quelqu'un le socialisme, quelqu'un la monarchie ou d'autres ...ismes comme un tel ensemble. L'un des premiers ensembles de règles de ce type peut être considéré comme la Bible. Et le christianisme est l'une des doctrines et idéologies les plus viables et réalisables, grâce à laquelle notre civilisation a atteint le niveau de développement moderne.

 

En fait, de nombreux courants idéologiques ultérieurs peuvent être considérés comme des dérivés de la Bible, des sortes de substituts, adaptés à la perception, en tenant compte des caractéristiques nationales et temporelles locales (par exemple : "Moscou est la troisième Rome"). La Bible est difficile à comprendre et exige une compréhension profonde, alors que le "substitut" est plus simple. La plupart des gens sont à l'aise avec cette approche dans leur vie quotidienne. C'est probablement bien.

 

- Comment puis-je évaluer la "justesse" de telle ou telle idéologie ? À ses débuts, l'idée communiste semblait également très séduisante et promettait de résoudre tous les problèmes de l'humanité. Mais au final, elle a perdu la compétition avec d'autres mouvements.

 

- Il me semble que le critère principal est de savoir où mène toute idéologie : à Dieu ou au diable ?

 

Les idéologies et les mouvements de lutte contre Dieu gagnent souvent rapidement en popularité parce qu'ils font appel à l'orgueil (fascisme), aux désirs animaux les plus bas (LGBT), sont très simples ("prenez et divisez !"), ne demandent aucun effort de l'âme, et parfois même le nient. Il est plus facile de descendre de la montagne que de la gravir.

 

Un exemple simple : la sphère de la culture et de l'art peut servir à la création et au salut de l'âme, mais aussi à sa décadence et à sa souillure. De véritables chefs-d'œuvre, des "monuments à la hauteur de l'esprit" ont été créés dans cette sphère. Et dans le même temps, il existe des produits de mauvaise qualité dont le but principal est de divertir et d'enthousiasmer le public à tout prix, dans un but lucratif. La télévision, le divertissement, le théâtre et le cinéma regorgent de ce type de "produit", car il est plus facile à comprendre et à vendre.

 

Qu'est-ce que le "vrai art" et qu'est-ce qui ne l'est pas ? Le critère est très simple à mon avis : si une œuvre d'art fait réfléchir les gens, les rend meilleurs, plus purs, plus gentils, et les conduit à Dieu, alors c'est du "vrai art". Mais si une œuvre d'art n'a pas d'idéologie, qu'elle est vile et vulgaire, qu'elle provoque l'agression et conduit à la dégradation de la personnalité, alors c'est une route vers le diable et un art "non réel".

 

- De quel type d'idéologie la Russie a-t-elle besoin aujourd'hui ?

 

- L'idéologie du patriotisme éclairé, qui a absorbé tout le meilleur de ses prédécesseurs, et s'est affranchie de leurs défauts. Je parle du concept de "Russie - Arche de Noé" (ARN). Selon l'ARN, l'humanité est arrivée à un stade de son développement que l'on peut appeler le "déluge 2.0", suivi de l'apocalypse. La crise actuelle ne s'observe pas dans un seul domaine, mais littéralement dans tous les domaines, et cette crise est systémique et profonde. Une "tempête parfaite" se prépare. L'humanité peut périr pour plusieurs raisons à la fois, de l'armée à l'écologie. Si nous n'arrêtons pas aujourd'hui le glissement vers une catastrophe mondiale, demain il sera trop tard. Les ressources naturelles seront épuisées une fois pour toutes, il y aura une pénurie catastrophique d'eau et de nourriture ordinaires et des guerres pour les ressources. Les épidémies et l'apostasie, nous les avons déjà sous le programme complet.

 

Le RNC propose de conserver sur le territoire de la Russie tout ce que Dieu a créé, et seulement le meilleur de ce que l'homme a créé, car l'homme, étant un créateur, comme Dieu, ne crée toujours pas que du bon. En général, l'ARN est l'idéologie des "derniers temps", parlant de la manière de retarder l'apocalypse qui approche, dont les signes, nous semble-t-il, sont de plus en plus évidents. Autrefois, l'idéologie de "Moscou - la troisième Rome" était pertinente, aujourd'hui, elle l'est de plus en plus : "La Russie - l'arche de Noé de l'humanité".

 

- Comment les choses se passent-elles en Russie à cet égard ?

 

- Au cours des 20 dernières années, nous avons constaté une dissonance de plus en plus nette entre la politique étrangère et la politique intérieure de la Russie. Il n'y a pas de plaintes particulières concernant la politique étrangère, elle est pondérée, bien pensée, pragmatique et cohérente.

 

Mais à l'intérieur de la Russie, des problèmes aigus dans presque toutes les sphères - de l'idéologie et de l'économie à l'éducation et à la culture - s'accumulent et restent sans solution pendant des années. La majeure partie de notre "élite" considère la Russie comme une "société par actions fermée" avec "la direction (c'est elle) et les travailleurs ordinaires (c'est nous)". Face aux "pilleurs" extérieurs, la "direction" et les "travailleurs" présentent un front uni. À l'intérieur, cependant, il n'y a pas d'unité, notamment dans la distribution des biens matériels. Et les gens, pour ne pas dire plus, le ressentent vivement.

 

Le président russe Vladimir Poutine, s'adressant aux "partenaires occidentaux", a exprimé la thèse tant attendue selon laquelle l'idéologie libérale est dépassée. Mais elle est dépassée non seulement pour eux, mais aussi pour nous, chez nous, en Russie. Il est temps de donner naissance à une nouvelle idéologie qui correspond au moment historique et qui est urgente pour la société et l'État russes, et qui mène à Dieu. Et, il me semble qu'une telle idéologie est née. Le moment est venu...

 

 

 

Préparé par Valeri Borisov

 

Spécialement pour le RNC

 

 

P.S. Il existe plusieurs ouvrages contenant des propositions sur la construction d'une nouvelle arche de civilisation dans les principales sphères de la vie économique, politique, sociale, familiale et morale.

 

Parmi elles, la doctrine "Russie - Arche de Noé" dont les principes de base sont élaborés en 2008.

 

Sur sa base, un projet élargi de ce concept "Russie - Arche de Noé de l'humanité" édité par Yuri Gromyko et Yuri Krupnov, publié en décembre 2019.

 

Le travail du Club d'Izborsk "Arche russe", publié au printemps 2020, édité par Vitaly Averyanov.

 

Version française ici: https://pocombelles.over-blog.com/2021/03/arche-russe-strategie-alternative-pour-le-developpement-mondial.html

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc avec DeepL.

Lire la suite

Alexandre Gaponenko : Pourquoi avons-nous oublié le fascisme asiatique ? (Club d'Izborsk, 3 juin 2021)

3 Juin 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Chine, #Guerre, #Histoire, #Japon, #Politique, #Russie, #fascisme

Soldat japonais armé d'un sabre devant ses victimes (chinoises ?)

Soldat japonais armé d'un sabre devant ses victimes (chinoises ?)

Alexandre Gaponenko : Pourquoi avons-nous oublié le fascisme asiatique ?

 

3 juin 2021

 

https://izborsk-club.ru/21165

 

 

Le monde est à l'aube d'un changement global. L'Occident collectif s'est heurté à la puissante résistance de la Russie et de la Chine, qui ne veulent plus être ses colonies. Pour vaincre cette résistance, les États-Unis et l'UE ont récemment eu recours aux anciennes méthodes de suppression de leurs rivaux : la destruction de leur statut d'État, le vol et l'exploitation extra-économique, le démembrement des nations en éléments ethniques constitutifs, l'élimination de l'élite dirigeante, qui organise la résistance nationale. En dernier recours, la destruction physique des élites patriotiques, ainsi que de tous les "indigènes" dissidents, est réservée. En un mot, on utilise la même boîte à outils, qui a été développée par Hitler il y a quatre-vingts ans lors de la conquête de l'Europe et de sa tentative de conquête de l'URSS. Cette boîte à outils permettait de diviser les groupes ethniques en "supérieurs" et "inférieurs", d'établir la domination des premiers sur les seconds et d'éliminer les désobéissants. Au sens figuré, il s'agissait d'un projet "brun" de construction de la nation.

 

L'Occident se prépare toujours à une répression énergique de la Russie et de la Chine. Mais la guerre idéologique se déroule déjà dans un format complet. Un grand nombre d'experts occidentaux et de simples combattants sur le front idéologique s'emploient à saper les fondements moraux, à détruire les valeurs culturelles, les symboles, à déshumaniser les Russes et les Chinois.

 

L'une des formes les plus importantes de guerre idéologique consiste à imposer aux "indigènes" une fausse identité collective historique. Par exemple, en septembre 2019, le Parlement européen a adopté une résolution assimilant le stalinisme et le nazisme. Ce concept est désormais devenu une ligne directrice pour les actions des élites occidentales et un moyen de démoraliser l'héritier de la nation soviétique - la nation russe. La subversion idéologique, c'est un certain nombre de pays européens qui accusent la Russie d'"occupation soviétique". Le même sens se retrouve dans la démolition démonstrative des monuments aux soldats soviétiques qui ont libéré l'Europe du fascisme. Pas de monument - pas de symbole de maintien de la mémoire collective.

 

Des réponses adéquates sont nécessaires face à l'agression idéologique de l'Occident. Il faut notamment réviser sérieusement les concepts historiques que les élites russes utilisent pour formuler leur politique et intégrer dans leur propre idéologie. Jusqu'à présent, le concept élaboré dans les années 1940 par Andrey Zhdanov, secrétaire du comité central du parti communiste de l'Union soviétique sur l'idéologie, a prévalu au sein de cette élite. Il s'agissait d'une réalisation exceptionnelle de la pensée sociale pour l'époque, mais elle nécessite aujourd'hui des ajouts sérieux qui tiendraient compte des nouvelles réalités politiques.

 

Nous avons proposé notre propre vision de la nature et des formes du fascisme européen, tenté d'identifier ses manifestations contemporaines et formulé des propositions pour neutraliser leurs conséquences (A. Gaponenko. Le fascisme européen : problèmes d'identification et de dépassement. Moscou : Book World. 2021 - 707 с.)

 

Toutefois, le problème ne peut être résolu qu'en coordonnant les efforts d'un grand nombre de chercheurs, en organisant des discussions ouvertes et en diffusant de nouvelles approches dans le milieu scientifique et dans les médias. Cela nécessite une ordonnance de l'État et un financement adéquat. Jusqu'à présent, cela se résume à l'élimination de petites déviations idéologiques dans les manuels scolaires d'histoire, et encore, uniquement si elles sont portées à l'attention du président Poutine. Le reste de l'élite dirigeante russe prétend que la question ne la concerne pas.

 

La place et le rôle du fascisme non seulement européen, mais aussi asiatique, dans le processus de construction de la nation doivent être sérieusement repensés. D'autant qu'il est nécessaire de définir les principes d'interaction dans le domaine de l'idéologie avec le nouvel allié de la Russie, la Chine. Après tout, les dirigeants chinois adhèrent formellement à l'idéologie communiste, tandis qu'une version obscure de l'idéologie libérale-démocratique est imposée aux Russes.

 

Il nous semble que les approches suivantes pourraient être appliquées dans le domaine de l'idéologie.

 

À la fin du XIXe siècle, la Chine a été victime de l'agression du Japon, qui a été la première puissance asiatique à se développer sur la voie capitaliste et à construire son empire colonial. Au cours de la guerre nippo-chinoise de 1894-1895, le Japon a annexé la province de la Chine. Le Japon a annexé la province chinoise de Taïwan et a pu mener librement des activités économiques en Mandchourie, propriété de la Chine, ainsi qu'en Corée voisine. En 1910. Le Japon a incorporé de force la Corée dans son empire.

 

Toutes ces actions s'inscrivaient dans le cadre de l'expansion impérialiste poursuivie par la nation capitaliste japonaise. Une nation qui évoluait elle-même selon les lignes d'un projet de construction nationale libéral-démocratique, au sens figuré « blanc".

 

Cependant, au début des années 1930, les élites militaires ont pris le pouvoir au Japon et ont commencé à mettre en œuvre un modèle fasciste de construction de la nation. L'empereur Hirohito adopte ce modèle et commence à le mettre en œuvre avec l'aide de la bureaucratie qu'il contrôle. Il y a eu une mobilisation idéologique rapide de la nation japonaise sur une base hautement nationaliste et même raciale. Il ne s'agissait pas d'un parti fasciste de masse, comme en Allemagne ou en Italie, mais l'armée japonaise et la bureaucratie civile japonaise ont mené la mobilisation. Ces derniers ont agi à l'instar de l'Autriche, de la Roumanie, de la Hongrie et de la Bulgarie fascistes, et de manière tout aussi efficace.

 

À cette époque, la nation japonaise était assez homogène sur le plan ethnique et se composait principalement de membres du peuple Yamato. Les Ainu, les Ryukyu, les descendants des émigrants chinois et coréens (Burakumin) étaient peu nombreux dans le pays, ils étaient pauvres et ne créaient pas de problèmes pour l'accumulation du capital. Par conséquent, l'activité principale de l'élite dirigeante dans la construction d'une société hiérarchisée sur le plan racial était dirigée à l'extérieur du pays. Les Chinois ont été choisis par les Japonais comme objet d'asservissement, d'exploitation et de suppression physique. Ils étaient définis dans l'idéologie officiellement mise en œuvre comme une race inférieure aux Japonais. La politique coloniale japonaise en Chine a commencé à être mise en œuvre en conséquence.

 

Au début des années 1930, la société chinoise se développait rapidement sur la voie du capitalisme, dans le cadre de formes libérales-démocratiques de construction de la nation. Par convention, la construction d'une nation chinoise "blanche" était en cours. Après la révolution Xinghai de 1911, la République chinoise a été proclamée dans le pays. La construction de la nation chinoise a été menée par le parti Kuomintang, dirigé par Chiang Kai-shek. Les communistes ont essayé de réaliser un projet "rouge" dans le pays, mais il n'a pas encore reçu un soutien significatif des masses.

 

À l'automne 1931, le Japon a commencé à occuper les provinces du nord-ouest appartenant à la Chine, appelées Mandchourie, et a établi sur leur territoire l'État satellite du Mandchoukouo Guo. En 1936, les Japonais envahissent la Mongolie intérieure chinoise et établissent sur son territoire un État satellite, le Menjiang. Dans le premier État, les Japonais ont porté au pouvoir les élites mandchoues, et dans le second, les élites mongoles. Sous la direction des Japonais, ils ont commencé à exploiter et à persécuter les Chinois locaux d'origine ethnique Han. En conséquence, des sociétés hiérarchisées sur le plan ethnique ont été établies dans ces pays et des régimes politiques fascistes ont été mis en place. Les Chinois Han ont résisté aux envahisseurs étrangers, notamment en Mandchourie, mais ont été vaincus. Une partie des élites Han est allée coopérer avec les envahisseurs. Les États satellites créés par les Japonais ont reçu le droit d'établir leur propre police et leurs propres forces militaires.

 

Le 7 juillet 1937, l'empire "brun" du Japon reprend son agression militaire contre la République "blanche" de Chine. Début de la deuxième guerre entre le Japon et la Chine (1937-1945). Dans son contenu social, c'était une guerre pour l'établissement de la domination raciale des Japonais sur les Chinois.

 

Les Chinois n'étaient pas considérés comme des êtres humains égaux par les Japonais. Les militaires chinois n'ont pas été faits prisonniers par les Japonais, mais ont été tués en masse. Les Japonais ont largement utilisé des armes chimiques et biologiques contre les militaires et les civils chinois. D'horribles expériences médicales ont été menées sur les Chinois. La population civile a été physiquement anéantie de la manière la plus brutale.

 

Par exemple, après avoir pris la capitale de la République chinoise - Nanjing - en 1938, les Japonais ont non seulement tué tous les hommes, mais aussi la plupart des femmes, des personnes âgées et des enfants. La quasi-totalité des femmes et des enfants ont été violés. Certains des Chinois ont été découpés en morceaux par les militaires japonais, rôtis et mangés. Pendant le massacre de Nanjing, les militaires japonais ont pratiqué des divertissements tels que des concours de vitesse pour décapiter les prisonniers chinois à l'aide d'épées. Les journaux japonais ont discuté avec vivacité des détails de ces compétitions. En d'autres termes, pour la plupart des Japonais ordinaires, décapiter des prisonniers chinois était un acte tout à fait moral. Les Chinois estiment à 300 000 le nombre de personnes tuées à Nankin.

 

Plus tard, pendant les hostilités en Chine continentale, les autorités japonaises ont mené une politique de "trois fois tout, tuer tout, brûler tout, voler tout" contre la population civile chinoise. Le résultat de cette politique a été l'extermination de plusieurs millions de Chinois, pour la plupart des civils.

 

Des dizaines de millions de Chinois ont été mobilisés de force pour travailler pour l'armée japonaise et pour les entreprises japonaises, qui ont ouvert des mines et des usines dans les territoires occupés.

 

Plusieurs centaines de milliers de filles et de femmes chinoises ont été envoyées de force dans des bordels militaires japonais, où elles étaient violées quotidiennement par des dizaines de soldats et d'officiers japonais. Les Japonais appelaient ces maisons closes des "postes de réconfort" éphémères.

 

Tous ces faits indiquent que les Japonais traitaient les Chinois comme une race inférieure ne méritant que le travail forcé pour une race supérieure, à terroriser pour intimider et à détruire en cas de désobéissance.

 

Comme l'ont noté les autorités chinoises en 1995 dans le rapport "Progrès des droits de l'homme en Chine", au cours de la deuxième guerre sino-japonaise, 35 millions d'habitants militaires et civils du pays ont été tués. Parmi eux, seul un dixième a été tué au combat, les autres victimes japonaises étant des civils. Les dommages matériels et les pertes résultant des actions japonaises pendant la guerre ont été estimés dans le rapport à 600 milliards de dollars.

 

L'agression japonaise contre la Chine impliquait des troupes des États fascistes de Manzhou Guo et de Manjiang.

 

Afin de contrôler la population dans les provinces chinoises nouvellement occupées, Tokyo a également créé un certain nombre d'États satellites chinois "bruns". En 1940, tous ces États ont été réunis sous le gouvernement central, qui était dirigé par Wang Jingwei. Ce nouvel État est également appelé République chinoise pour désorienter la population du pays. Elle a établi un régime de gouvernement "brun", dans lequel les Chinois se sont retrouvés dans la position d'une race "inférieure".  Un grand nombre de Chinois ont collaboré avec les fascistes japonais, rejoignant les rangs de l'armée "brune" sous leur contrôle. La République chinoise "brune" a combattu aux côtés du Japon contre la République chinoise "blanche".

 

Au sein de la République chinoise "blanche", une lutte tendue est menée par les forces du Kuomintang contre le projet "rouge" que poursuit le PCC de Mao Zedong. Cependant, dans la lutte contre les envahisseurs japonais et leurs collaborateurs "bruns" locaux, les Chinois "blancs" et "rouges" constituaient le plus souvent un front uni.

 

Depuis l'été 1937, la Chine subit une agression fasciste et bénéficie d'un important soutien militaire et technique de la part de l'URSS. L'URSS s'efforçait d'empêcher l'escalade du conflit entre le PCC et le Kuomintang, afin qu'ils puissent combattre ensemble l'agression japonaise. L'URSS craignait qu'une fois la Chine vaincue, le Japon ne l'attaque. Ces craintes n'étaient pas sans fondement, comme l'ont démontré les conflits nippo-soviétiques sur l'île Hassan et sur la rivière Khalkhin Gol.

 

Toutefois, en avril 1941, en prévision du déclenchement de la guerre avec l'Allemagne nazie, l'URSS conclut un pacte de non-agression avec le Japon. Après cela, le soutien à la Chine est resté lettre morte. D'un point de vue moral, il s'agissait d'une démarche tout à fait justifiée de Moscou - Moscou ne pouvait pas se battre sur deux fronts avec les nazis.

 

En décembre 1941, le Japon attaque les possessions coloniales britanniques et américaines en Asie du Sud-Est et dans le Pacifique. Cela a entraîné un changement de la situation sur le front Japon-Chine. Les Japonais relâchent la pression sur les Chinois et déplacent l'essentiel de leur activité militaire vers l'Indochine et les îles du Pacifique. Là aussi, Tokyo établit des régimes fascistes sous son contrôle. C'est ainsi qu'un État fasciste allié du Japon - la Thaïlande - et des pays satellites - les Philippines, la Birmanie, le Laos, le Vietnam et le Kampuchea - ont été créés. Les Japonais ont amené des fascistes locaux au pouvoir dans ces États. Les élites fascistes locales, en plus d'aider les Japonais, tentent d'établir leurs propres hiérarchies ethniques et de construire leurs propres empires fascistes, même s'ils sont petits.

 

Washington et Londres, après l'attaque japonaise contre leurs colonies, ont reconnu la République "blanche" de Chine comme leur alliée dans la Seconde Guerre mondiale. Elle commence à recevoir une aide matérielle et militaire considérable.  Un commandement de combat terrestre conjoint États-Unis-Chine a été créé. La Chine "blanche" continue de supporter une part très importante du fardeau de la guerre terrestre avec le Japon nazi et ses satellites en Asie.

 

Le principal fardeau de la guerre contre le Japon nazi dans le Pacifique est supporté par les Américains et les Britanniques. Ils sont soutenus par les habitants des dominions et colonies britanniques : les Australiens, les Néo-Zélandais et les Indiens. Les Américains et les Anglais ont libéré leurs possessions coloniales des Japonais et se sont approchés des îles japonaises. En septembre 1945, le Japon capitule et les Américains l'occupent.

 

L'URSS réapparaît en Extrême-Orient en août 1945, après la défaite de l'Allemagne nazie et de ses alliés "bruns" en Europe. Les troupes soviétiques vainquent et occupent les États fascistes de Mengjiang et de Mandchoukouo Go et battent les Japonais dans le nord de la Corée, le sud de Sakhaline et les îles Kouriles.

 

Moscou ne s'est pas immiscé dans les affaires intérieures de la Chine "blanche" du Kuomintang, car elle l'a reconnu comme un allié dans la lutte contre le fascisme. La seule chose qu'elle a faite est de transférer des armes aux communistes chinois en Mandchourie de l'armée Kwantung qui s'est rendue.

 

Après la capitulation japonaise, la guerre civile en Chine entre les partisans du projet "blanc" menés par Chiang Kai-shek et les partisans du projet "rouge" menés par Mao Zedong reprend de plus belle. Cette guerre s'est terminée par la victoire des communistes et leur proclamation à l'automne 1949 de la République populaire de Chine (RPC) "rouge".

 

Les partisans du Kuomintang vaincu se réfugient sur l'île de Taïwan et y proclament la République chinoise "blanche". Pendant longtemps, elle a représenté tous les Chinois à la fois aux Nations unies et au Conseil de sécurité.

 

Les Alliés ont jugé la nation japonaise et son élite pour leurs crimes. La nation japonaise a perdu toutes ses colonies et certains de ses territoires autochtones et a été contrainte de payer des réparations aux vainqueurs. Les Japonais sont déportés des colonies et des territoires annexés, les militaires japonais sont capturés et envoyés au travail forcé, la société japonaise est dénazifiée de force.

 

L'élite japonaise relève de la compétence du Tribunal militaire international pour l'Extrême-Orient, de Khabarovsk, de Nanjing et de près de trois douzaines d'autres tribunaux militaires. Elle a été accusée de crimes contre la paix, de meurtres de masse et de crimes contre l'humanité. Cependant, aucune charge n'a été retenue contre elle pour avoir créé une organisation qui diffusait l'idéologie fasciste, organisait les masses et dirigeait la machine étatique pour mettre en œuvre cette idéologie. De cette manière, tous les responsables militaires et civils japonais qui ont effectivement mené la politique fasciste ont été dégagés de toute responsabilité judiciaire.

 

Le terme sans ambiguïté de "fascisme japonais" a été remplacé après la guerre par le terme vague de "militarisme japonais". En d'autres termes, l'accent a été mis sur le côté militaire des activités de l'élite dirigeante japonaise, tandis que ses activités visant à construire une société racialement pure et à asservir et détruire les races "inférieures" ont été exclues du champ de l'évaluation morale et judiciaire, ce qui a permis aux responsables d'échapper à toute sanction.

 

Il convient de noter que le Tribunal militaire international de Nuremberg a déclaré criminels les SS, les SD et les autres organisations nazies allemandes, ce qui a permis de juger leurs membres pour les crimes commis. L'idéologie nazie a également été déclarée criminelle à Nuremberg.

 

Pourquoi les élites japonaises sont-elles soudainement passées du fascisme au militarisme ? Il semble que Washington voulait établir un contrôle sur les élites japonaises et les utiliser plus tard comme outils de pression sur la Russie et la Chine. Moscou ne voulait pas partager les lauriers du principal vainqueur du fascisme avec les États-Unis et la Chine "blanche". Leur statut de vainqueurs du militarisme japonais était plus acceptable pour Moscou. Après la capitulation de la République "brune" de Chine, Chiang Kai-shek a accepté tous ses soldats et officiers dans son armée. Le Kuomintang ne pouvait s'empêcher d'attirer l'attention sur le fait qu'il était fasciste. Pour les communistes chinois, qui se disputaient le pouvoir avec le Kuomintang, les querelles terminologiques n'avaient aucune importance, d'autant plus que poursuivre les fascistes japonais n'avait guère de perspectives, la plupart d'entre eux étant rapidement expédiés au Japon par le Kuomintang.

 

Cependant, on peut maintenant voir que la question de l'évaluation de la nation japonaise et de l'élite dirigeante japonaise pendant la guerre est loin d'être terminologique. C'était une chose de condamner les militaires-militaristes japonais de haut rang, et une autre de condamner les élites fascistes japonaises et la nation fasciste japonaise. Dans le premier cas, il est grand temps que le Japon récupère le sud de Sakhaline et les îles Kouriles. Dans le second, le Japon n'a pas de prescription pour les crimes fascistes, et il peut oublier ces territoires pour toujours. Ce n'est pas comme si l'Allemagne soulevait la question de la restitution de la Prusse ou des Sudètes.

 

Le sort des territoires chinois dépend également de l'évaluation qui a été faite. Si la Chine a combattu le Japon fasciste, elle a le droit de restituer tous les territoires que le Japon lui a expropriés. Y compris le retour de Taiwan. Taiwan. Le fait que Taïwan soit devenu un refuge pour le haut Kuomintang, qui a perdu le pouvoir en Chine pendant la guerre civile, ne lui donne pas le droit d'exister indépendamment. D'autant plus que la République chinoise de Taïwan n'est toujours pratiquement pas reconnue par qui que ce soit dans le monde. Ce sont les dirigeants chinois qui ont insisté sur une Chine unifiée pendant toute la période d'après-guerre. Les États-Unis s'y sont vigoureusement opposés pendant toutes ces années. Et si la Chine est l'alliée de la Russie, pourquoi ne pas reconnaître son droit à la réunification de tous les territoires, au moins au niveau des concepts historiques ? Et en retour, nous pouvons amener les dirigeants chinois à reconnaître le droit de la Crimée et du Donbass à faire partie de la Fédération de Russie. Au niveau du concept historique, en tout cas.

 

N'oublions pas les revendications de la Corée à l'égard du Japon fasciste. Les Coréens, bien que faisant partie de l'Empire japonais, étaient également considérés par les Japonais comme des créatures de seconde zone. Ils ont été privés de beaucoup de terres et de capitaux, exclus de l'administration publique et soumis à l'assimilation. Les femmes coréennes ont été recrutées de force dans les "postes de réconfort" japonais. Des millions de Coréens ont été soumis au travail forcé pendant les années de guerre. Cependant, les Japonais n'ont pas été traduits en cour martiale en Corée, et aucune réparation n'a été versée par les occupants. Les tentatives visant à soulever cette question en Corée du Sud sont contrecarrées de toutes parts par les élites dirigeantes actuelles, dont beaucoup de membres ont acquis leur richesse pendant l'occupation japonaise.

 

Le fait de mettre la question des crimes fascistes japonais en Corée à l'ordre du jour des chercheurs russes et de la lancer dans les médias pourrait certainement empêcher les États-Unis de constituer un bloc militaro-politique uni contre la Russie et la Chine en Asie.

Et combien d'autres possibilités intéressantes s'ouvrent lorsque de nouvelles approches de la recherche sur l'histoire et les formes contemporaines du fascisme asiatique sont correctement utilisées ?

 

 

Aleksandre Gaponenko

 

Alexandre V. Gaponenko (né en 1954) est président de la branche balte du Club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc avec DeepL.

Lire la suite

Leonid Ivashov : la réponse à la pression militaire occidentale doit être asymétrique (Club d'Izborsk, 1er juin 2021)

1 Juin 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Guerre, #Général Leonid Ivashov, #Europe, #OTAN, #Politique, #Russie

Leonid Ivashov : la réponse à la pression militaire occidentale doit être asymétrique  (Club d'Izborsk, 1er juin 2021)

Leonid Ivashov : la réponse à la pression militaire occidentale doit être asymétrique

 

1er juin 2021

 

https://izborsk-club.ru/21151

 

 

- Le ministère russe de la Défense va créer environ deux douzaines de nouvelles formations et unités militaires dans le district militaire occidental en réponse aux actions de l'OTAN dans cette direction stratégique.

 

- Je commence déjà à considérer ces scénarios de tension militaire comme une sorte de collusion entre les politiciens et les militaires occidentaux et les nôtres. Les deux bénéficient du fait qu'il y a du travail, du financement et du chargement du complexe militaro-industriel. Je crois qu'il y a une sorte de processus de suivi en cours.

 

Quelqu'un en Occident dit quelque chose et mène des exercices, et nous répondons, parfois avec plus de force, en disant que nous avons les meilleurs moyens de destruction que personne d'autre ne possède. La partie adverse commence également à réagir, et le Congrès exige que nous réglions les choses et réduisions l'écart, et nous ripostons, et ainsi de suite. C'est ainsi que se déroule le précurseur de la guerre.

 

Il existe non seulement une réponse symétrique, mais aussi une réponse asymétrique. Ils commencent leur rhétorique anti-russe non pas même pour le plaisir de la guerre, mais pour des raisons commerciales, politiques, électorales. Dans ce cas, nous devons utiliser la réponse asymétrique plus souvent. Aujourd'hui, la principale force de frappe dans le monde est le soft power et la guerre hybride. Il me semble que nous ne devrions pas répondre de manière aussi directe. D'autant plus que notre économie n'est pas brillante dans l'ensemble et que la situation sociale de nos citoyens est tout à fait tragique.

 

Notre peuple se concentre sur le fait que tout le monde nous menace, nous n'avons pas d'alliés stratégiques, il n'y a que des ennemis autour de nous, donc nous devons nous armer, et notre peuple doit se serrer la ceinture et tout supporter. Je ne pense pas que notre principale menace aujourd'hui soit l'OTAN ou l'Amérique.

 

- Il s'agit de quoi ?

 

- Si demain des troubles éclatent, nous n'aurons pas de métaux, pas d'aluminium, pas de nickel, pas de terres rares, car tout cela va à l'Ouest.

 

La société russe Rusal n'a plus de russe que le nom. Il s'agit en fait d'une société américaine. La procédure de divorce de Potanin pourrait entraîner le départ de Norilsk Nickel vers la Grande-Bretagne également. En outre, tout propriétaire peut adopter une nationalité étrangère et l'entreprise partira à l'Ouest. C'est le principal danger. Et nous dirigeons toutes nos forces et nos médias officiels vers l'OTAN.

 

Je ne suis pas d'accord avec ce genre de réponses. Nous devons créer des projets pour le développement de la Russie, ce que nous n'avons pas aujourd'hui. Nous ne savons pas où nous allons et quel genre d'État nous construisons, et nous ne voyons que des ennemis partout. Le moins que l'on puisse dire, c'est que c'est une erreur, et le moins que l'on puisse dire, c'est que c'est une trahison.

 

 

Leonid Ivashov

 

Leonid Grigorievich Ivashov (né en 1943) - Personnalité militaire, publique et politique russe. Colonel Général. En 1996 - 2001, chef de la direction principale de la coopération militaire internationale au ministère de la défense. Docteur en sciences historiques, professeur. De 1996 à 2001, il est devenu le chef du département de la coopération militaire internationale du ministère de la défense, colonel-général de Russie. Membre régulier du Club Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc avec DeepL.

Lire la suite

Sergey Glazyev : une guerre hybride a été lancée contre la Russie et la Chine (Club d'Izborsk, 28 mai 2021)

28 Mai 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Chine, #Europe, #Guerre, #Russie, #USA, #Politique

Sergey Glazyev : une guerre hybride a été lancée contre la Russie et la Chine (Club d'Izborsk, 28 mai 2021)
Sergey Glazyev : une guerre hybride a été lancée contre la Russie et la Chine (Club d'Izborsk, 28 mai 2021)

Sergey Glazyev : une guerre hybride a été lancée contre la Russie et la Chine

 

28 mai 2021

 

https://izborsk-club.ru/21135

 

Source originale: Tsargrad

 

https://tsargrad.tv/articles/sergej-glazev-protiv-rossii-i-kitaja-razvjornuta-gidridnaja-vojna_360620

 

 

Comment est-il possible que la Chine, après avoir fait un grand bond en avant, ait laissé la Russie loin derrière ? Pourquoi continuons-nous à écouter les recommandations du FMI ? Dans une conversation avec le chroniqueur de Tsargrad Yuri Pronko, l'académicien de l'Académie des sciences russe Sergey Glazyev a fourni une analyse substantielle de ce qui se passe dans l'économie nationale et des options pour surmonter les problèmes accumulés. Il est convaincu qu'une guerre hybride a été lancée contre la Russie et la Chine.

 

- Nous entendons constamment dire qu'il y a une transformation mondiale, qu'il y a des percées ou, au contraire, des effondrements. Où pensez-vous que se trouve la Russie ?

 

- La Russie, malheureusement, est toujours à la périphérie de l'économie mondiale. Et si, après l'effondrement de l'Union soviétique, nous avons été entraînés à la périphérie de l'économie occidentale, où nous avons commencé à servir l'Union européenne comme fournisseur de matières premières et l'Amérique comme fournisseur de capitaux et de cerveaux, alors aujourd'hui notre économie se trouve à la périphérie de deux centres mondiaux à la fois.

 

Nous sommes de plus en plus réorientés vers la Chine. En général, il s'agit d'un mouvement prévisible et naturel, car le centre de l'économie mondiale se déplace vers l'Asie du Sud-Est, et c'est de là que provient la demande de nos matières premières. Alors qu'il y avait autrefois une demande pour la technologie russe, elle a aujourd'hui sensiblement diminué.

 

La coopération politique et économique est devenue plus substantielle et prioritaire. Néanmoins, si nous parlons de la structure de nos relations commerciales avec la Chine, elle est encore pire que la structure des relations commerciales avec l'Union européenne. Dans la part de nos exportations vers la Chine, il y a beaucoup plus de matières premières.

 

En d'autres termes, par rapport à l'économie chinoise, nous sommes devenus encore plus périphériques que nous l'étions par rapport à l'économie européenne. Et pourtant, il y a 20 ans, nous fournissions des équipements à la Chine et notre structure d'exportation vers la Chine était plus intéressante que vers l'Union européenne.

 

- La situation s'aggrave-t-elle ?

 

- Au cours des 20 dernières années, la Chine a fait un énorme bond en avant. Aujourd'hui, elle est le leader en termes d'exportations de produits à forte intensité de connaissances. Elle se classe au premier rang pour l'activité en matière de brevets et est en tête pour les processus d'innovation. Ayant beaucoup emprunté à l'Union soviétique et ayant bénéficié de l'accès aux technologies occidentales lors de son amitié avec l'Amérique, la Chine est devenue aujourd'hui le pays numéro un en termes de développement économique.

 

Entre-temps, nous nous sommes retrouvés à la périphérie de deux centres à la fois - le vieux centre américano-européen et le nouveau centre qui émerge en Asie du Sud-Est, dirigé par la Chine. Et pour ces deux centres, nous jouons le rôle de source de matières premières, d'esprits et de capitaux, ce qui est typique des pays périphériques.

 

La principale raison de cette situation est l'absence de notre propre stratégie de développement économique, notre manque de compréhension des régularités de la croissance économique moderne, notre focalisation sur les recommandations des institutions financières de Washington, le FMI, qui ont été élaborées pour l'Afrique il y a un demi-siècle.

 

Cela signifie que nous sommes dans la même situation et avec le même résultat que les pays africains à la fin des années 70, lorsqu'ils ont été privés, en fait, de la possibilité d'émettre leur propre crédit parce qu'ils se sont enlisés dans la dette.

 

On pensait que les pays africains étaient incapables de mener une politique monétaire intelligente, qu'ils souffraient d'une propension à l'émission monétaire illimitée pour couvrir les dépenses publiques, ce qui entraînait une hyperinflation et une incapacité à rembourser les dettes. Nous sommes mesurés à la même aune et nous en sommes venus à croire que nous sommes au niveau intellectuel de l'Afrique des années 1970. En conséquence, nous nous sommes retrouvés dans la même situation qu'eux à l'époque et qu'eux aujourd'hui.

 

- Pendant ce temps, le monde se développait à pas de géant.

 

- La Chine a été multipliée par dix pendant cette période. Je ne parle même pas de 1992, lorsque nous nous sommes complètement effondrés. Je parle de la période où un nouveau modèle économique a presque pris forme, où la thérapie de choc a pris fin, où la vie a commencé selon de "nouvelles règles", où l'économie a été privatisée et est devenue basée sur le marché. Nous sommes en 1995.

 

Et depuis lors, en termes de production, la Chine a été multipliée par 10 environ, et nous, dans le même temps, par 20 % seulement. Et si l'on estime le financement de cette croissance chinoise, sans une politique monétaire active, cela n'aurait pas été possible : l'investissement, durant cette période, a été multiplié par 12, et le crédit par 15.

 

Les Chinois ont à la fois créé des prêts eux-mêmes et bénéficié d'investissements étrangers. Mais les investisseurs étrangers ne viennent que lorsqu'ils constatent la présence d'investisseurs nationaux, c'est-à-dire de leurs propres sources de financement.

 

- Il n'y a rien de tel en Russie ? Sur quelles pierres trébuchons-nous ?

 

- Non observé. Et pire que ça, nous ignorons complètement la grande expérience internationale. Les autorités monétaires prétendent qu'il n'y a pas de miracle économique chinois et qu'il n'y a pas eu d'énorme transformation de l'économie mondiale au cours des 15 dernières années.

 

Depuis 2008, année où la crise financière a éclaté, des changements spectaculaires sont intervenus. Le monde a été plongé dans une transition structurelle vers une nouvelle technologie et un nouvel ordre économique mondial.

 

Personne ne suit les recommandations du FMI et de la Banque mondiale, sauf nous, les pays africains, auxquels le FMI tord les mains, et le Brésil. Tout le monde a lu des livres sur les tueurs économiques et comprend que les recommandations de ces institutions financières de Washington sont axées sur les intérêts du capital transnational américain.

 

Alors que nous stagnons, la Chine n'est pas la seule à s'être précipitée, l'Occident a également procédé à un ajustement structurel de l'économie. Et cela nécessitait un financement. Et alors que le montant du financement de l'Occident n'a pas augmenté plus de 1,5 à 2 fois, la base monétaire a été multipliée par cinq en Amérique, par quatre en Europe et par trois au Japon.

 

On constate que non seulement l'Asie du Sud-Est mène une politique active de développement économique par une gestion ciblée du crédit, mais pratiquement tous les pays du monde.

 

Malheureusement, le miracle économique n'a pas eu lieu dans notre pays, bien qu'il n'y ait pas eu que des opportunités et des recommandations. Il y a eu l'expérience pratique du gouvernement du Premier ministre Evgueni Primakov et du chef de la Banque centrale Viktor Gerashchenko, qui ont effectivement réalisé un miracle économique, augmentant littéralement l'industrie de 20 % en 9 mois et restaurant l'énorme chute qui avait été causée par le défaut de paiement de 1998.

 

Cependant, cette expérience n'a pas été reprise. Les institutions de développement créées à l'époque ont été fermées. Au lieu de cela, comme le conseillaient les organisations de Washington, un Fonds de stabilisation a été créé, dans lequel les superprofits des exportations de pétrole ont été pompés au lieu d'être investis dans le développement du pays.

 

C'est-à-dire qu'il s'agit d'une politique menée sur la recommandation du FMI, une politique de stagnation, privant délibérément le pays de sources nationales de crédit, de sources nationales de financement du développement économique.

 

Le résultat naturel de cette politique est la dépendance extérieure. L'économie va là où l'argent vient, et l'argent vient de l'Ouest. L'économie a donc été construite pour les besoins de nos matières premières, de nos capitaux, de nos esprits, dont le pays a été privé en quantités énormes.

 

- Maintenant nous avons la Chine à la place de l'Occident ?

 

- Oui, vous pouvez voir maintenant que, indépendamment de nous ou de la situation dans notre pays, la transformation structurelle de l'économie mondiale est en cours. Les pays occidentaux ont épuisé le modèle de gestion économique auquel ils étaient attachés depuis cent ans, la transition est en cours vers un nouvel ordre économique mondial, dont l'essence est une combinaison de planification stratégique et d'auto-organisation du marché, de contrôle étatique de la circulation monétaire et de l'entreprise privée.

 

L'État agit en tant que chef d'orchestre stratégique du développement économique, tandis que les entreprises privées assurent ce développement, en obéissant aux orientations fournies par l'État sur la base des priorités de développement à long terme.

 

C'est le modèle qui s'est imposé en Asie du Sud-Est au cours des dix dernières années. Ce n'est pas seulement en Chine, mais aussi en Inde, qui avait une croissance record avant la pandémie et qui est en train de remonter la pente. Je pense que l'Inde va connaître une croissance de plus de 9% par an.

 

La Chine a connu une hausse de 20 % au premier trimestre. Mais sur une base annuelle, elle sera probablement de 8 %, ce qui signifie qu'ils vont revenir sur la trajectoire qu'ils suivaient avant la pandémie. Ces résultats ont été obtenus grâce à un modèle de gouvernance efficace, plus compétitif que le modèle occidental, où règne l'oligarchie financière, où l'essentiel est de réaliser des superprofits, qui sont pour la plupart entre les mains de spéculateurs financiers, parasitant la question de l'argent.

 

En Chine, en revanche, l'essentiel pour les entreprises est le développement de la sphère de la production, et tout le pouvoir monétaire de l'État y est concentré. De ce fait, l'efficacité des investissements et des émissions de crédit en Chine est beaucoup plus élevée.

 

L'Occident a déjà perdu la main sur l'économie. La guerre hybride est menée non seulement contre la Chine mais aussi contre la Russie. L'Occident tente de freiner le développement de la Chine en reprenant le contrôle de la Russie et de ses ressources, réduisant ainsi la base du développement futur de la Chine.

 

- Il s'avère que nous sommes écrasés par nos propres mains, ou plutôt, par la politique monétaire, économique, financière qui est menée dans le pays.

 

- Le principal front de cette guerre hybride moderne est monétaire et financier et informationnel et cognitif. De fausses théories sont mises dans la tête de nos autorités monétaires, soumises à l'influence de Washington. Nos autorités monétaires regardent toujours dans la bouche du Fonds monétaire international, même si personne dans le monde ne suit plus leurs recommandations - ni en Amérique, ni en Europe, ni en Asie. Mais nos étudiants regardent toujours dans leur bouche et font tout ce qu'on leur dit depuis Washington.

 

Et ils disent, bien sûr, ce qu'ils veulent entendre aux entreprises américaines, dont la tâche principale dans ce cas est de prendre le contrôle de l'économie russe par le contrôle de la propriété, par le contrôle des ressources. Et il n'est pas étonnant que la moitié de notre propriété industrielle soit déjà entre les mains de non-résidents. Et la plupart de nos investissements en capital passent par des sociétés offshore qui sont contrôlées par les Anglo-Saxons.

 

Il est évident que dans cette guerre hybride, nous avons déjà perdu une partie importante de nos positions stratégiques. La récente histoire de la reprise de l'industrie russe de l'aluminium sous le contrôle direct du gouvernement américain a été assez facile pour eux, alors que dans notre pays, à mon avis, personne ne s'en est soucié du tout.

 

- Mais les personnes qui, comme elles l'ont dit, ont été "contraintes" de prendre cette mesure, ont fait valoir que cette mesure était nécessaire pour préserver les marchés, que, disons, si nous ne respections pas cette mesure, nous perdrions des dizaines de milliers d'emplois. Vous avez entendu ces arguments.

 

- En d'autres termes, nous exportons de l'aluminium sous une forme faiblement transformée - il s'agit essentiellement d'un paquet d'énergie qui ne nécessite pas beaucoup de cervelle, de centrales hydroélectriques bon marché, de bauxite, de technologies du siècle dernier, de superprofits au détriment des rentes naturelles, qui sont contenues dans l'électricité bon marché.

 

Mais l'Union soviétique n'exportait pas d'aluminium. Nous avons construit des avions, des navires, un grand nombre de machines qui utilisaient de l'aluminium. L'aluminium était une matière première stratégique qui ne pouvait absolument pas être exportée.

 

Si nous nous étions développés normalement, si nous avions eu une industrie manufacturière normale, l'industrie de l'aluminium, alors aujourd'hui nous l'aurions entièrement utilisée par la demande intérieure. Et aujourd'hui, nous importons même des canettes pour Coca-Cola. C'est absurde. Le pays qui produit le plus d'aluminium ne peut pas produire d'emballages de base pour les boissons.

 

- Vous m'avez choqué juste sur ce point. En effet, nous faisons, ou plutôt, ces groupes d'influence font des bénéfices de plusieurs milliards de dollars, mais ces boîtes de conserve et autres articles de table...

 

- Pourquoi les Américains ont-ils pris le contrôle de l'aluminium ? Évidemment, pour que la transformation ne vienne pas de nous. Et ceux qui s'assoient sur les exportations d'aluminium exportent les matières premières.

 

Je ne pense pas que le conseil d'administration qui nomme le Trésor américain soit très préoccupé par le développement de l'économie russe.

 

Au contraire, il est avantageux pour eux de maintenir cette orientation vers les matières premières : vous nous apportez de l'aluminium brut, et nous fabriquerons des produits finis, des emballages, des feuilles, de la vaisselle, et utiliserons l'aluminium pour des produits de haute technologie.

 

- C'est une telle fatalité : sommes-nous condamnés ?

 

- Non, pourquoi ? Nous, à l'Académie des sciences, savons exactement ce qu'il faut faire pour mettre en œuvre les directives présidentielles sur le développement économique accéléré.

 

- Pouvez-vous partager ?

 

- À la fin de l'année dernière, la Société d'Économie libre a présenté un rapport détaillé sur la manière de garantir une croissance économique plus rapide. Votre humble serviteur a rédigé des centaines de documents pour nos autorités à différents niveaux sur ce que nous devons faire pour assurer un développement économique plus rapide.

 

Et nous avons des opportunités pour cela. Lorsqu'une crise pandémique surgit,  il s'avère que nous disposons de vaccins, de projets de bio-ingénierie, de scientifiques et de technologies. Et pourquoi n'était-elle pas en demande hier ? Et s'il n'y avait pas de pandémie, que feraient ces scientifiques avec des ingénieurs ?

 

Nous avons suffisamment de spécialistes de ce type dans tous les domaines. Nous avons un potentiel scientifique puissant, nous avons beaucoup de bases dans le nouvel ordre technologique. Mais au lieu de créer de nouveaux produits de haute technologie, nous terminons notre travail intellectuel par des prototypes et des recherches en laboratoire, puis nos meilleurs cerveaux partent, et la production de masse est lancée par des sociétés étrangères.

 

Et tout se passe parce que notre Banque centrale, suivant les directives du Fonds monétaire, ne donne pas d'argent à l'économie.

 

Nous parlons de développement rapide, mais la Banque centrale continue de retirer de l'argent de l'économie au cours des trois prochaines années. La Banque centrale est le seul pays du G20 à aspirer des milliers de milliards de roubles de l'économie. Le gouvernement conserve ses fonds de stabilisation au lieu d'investir dans le développement.

 

 

Sergei Glazyev

 

http://www.glazev.ru

Sergey Glazyev (né en 1961) - Économiste, homme politique et homme d'État russe de premier plan, membre de l'Académie des sciences russe. Conseiller du président de la Fédération de Russie sur les questions d'intégration eurasienne. Il est l'un des initiateurs et un membre permanent du club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc avec DeepL.

Sergey Glazyev : une guerre hybride a été lancée contre la Russie et la Chine (Club d'Izborsk, 28 mai 2021)
Lire la suite

Alexandre Douguine : La Géorgie à la croisée des chemins (Club d'Izborsk, 28 mai 2021)

28 Mai 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Alexandre Douguine, #Club d'Izborsk (Russie), #Géorgie, #Russie, #Politique

Alexandre Douguine : La Géorgie à la croisée des chemins  (Club d'Izborsk, 28 mai 2021)

Alexandre Douguine : La Géorgie à la croisée des chemins

 

28 mai 2021

 

https://izborsk-club.ru/21133

 

 

Le 26 mai est considéré comme la date de l'émergence de la Géorgie moderne. En 1918, ce jour-là, la République démocratique de Transcaucasie, créée après la chute de l'Empire russe, a été dissoute, et la Géorgie est devenue un État indépendant. Pas pour longtemps, car elle a rapidement été intégrée à l'URSS - l'Empire rouge.

 

Pour la deuxième fois au XXe siècle, la Géorgie a obtenu son indépendance après l'effondrement de l'URSS. Le tournant s'est à nouveau produit le 26 mai - cette fois en 1991, lors des élections présidentielles, qui ont été remportées par Zviad Gamsakhurdia.

 

Cette fois, l'État géorgien s'est avéré plus durable, bien qu'il ait été plongé dans un tourbillon continu de guerres civiles sanglantes, de conflits ethniques, de coups d'État et d'affrontements politiques.

 

En 2008, lorsque le libéral pro-américain fou Mikheil Saakashvili a pris le pouvoir à Tbilissi, déclenchant un conflit avec la Russie, la Géorgie a perdu une grande partie de son territoire, et l'Ossétie du Sud et l'Abkhazie ont gagné leur indépendance.

 

Au cours des 30 dernières années, la Géorgie a été catastrophiquement malchanceuse. Bien sûr, l'effondrement de l'URSS a infligé des dommages colossaux à tous ses peuples et aux États qui ont émergé de ses ruines. S'étant débarrassés de l'idéologie communiste, ils se sont presque tous retrouvés sous l'autorité de l'idéologie libérale et, par conséquent, sous le contrôle direct de l'Occident mondialiste. La particularité de la Géorgie est que ses dirigeants et une partie de la population ont essayé d'aller de plus en plus vite vers l'Ouest, rompant pour cela avec leur identité orthodoxe (incomparable avec le libéralisme), leur alliance historique avec la Russie (dont les Géorgiens semblent avoir oublié tous les aspects positifs), et le passé soviétique (où les Géorgiens - à commencer par Staline - n'ont pas joué le moindre rôle). Tbilissi était perçu comme le principal pôle libéral atlantiste pro-OTAN dans tout l'espace post-soviétique, comme un avant-poste du mondialisme et le principal soutien des structures libérales dans le Caucase et l'Eurasie dans son ensemble.

 

Après avoir traversé une série de bouleversements, de coups d'État, de révolutions de couleur, de guerres et de pertes d'intégrité territoriale, la Géorgie n'a connu qu'en 2012 une certaine désillusion à l'égard de la politique atlantiste, et le fou Saakashvili a été remplacé par un Bidzina Ivanishvili beaucoup plus modéré et équilibré. Bien sûr, il n'a pas changé définitivement le cap atlantiste pour le cap eurasien, mais la politique est devenue rationnelle. Toutefois, il ne s'agissait que d'un compromis temporaire qui n'apportait pas de réponse à la question principale : quel type de Géorgie moderne doit-elle devenir ? Où doit-il aller ? Quelle est son identité ? Qui est son ami et qui est son ennemi dans le nouveau monde multipolaire ?

 

En deux mille vingt et un ans, Ivanivshili a quitté la politique et la Géorgie, laissant derrière lui une structure peu efficace, le Rêve géorgien. Une fois de plus, la question du destin de la Géorgie est en jeu. Les partisans de Saakashvili, soutenus par l'indéfectible terroriste libéral Soros et les structures de la CIA et de l'OTAN, préparent leur vengeance, malgré le fait que la majorité des Géorgiens rejettent aujourd'hui unanimement cette voie. Mais les compromis du Rêve géorgien, notamment après le départ d'Ivanishvili, n'offrent clairement pas d'alternative.

 

C'est dans ce contexte qu'à la veille du 26 mai, une nouvelle force politique a vu le jour en Géorgie : le mouvement Eri, le peuple, dirigé par le célèbre poète, homme politique et personnalité publique géorgien Levan Vasadze. Presque immédiatement, les experts et les analystes ont commencé à prédire la victoire d'Eri. Certains s'en sont réjouis, d'autres en ont été furieux. Mais ce nouveau parti a fortement modifié l'équilibre de la politique géorgienne.

 

Comment devrions-nous, nous, Russes, traiter le mouvement de Vasadze ? Il y a de nombreux facteurs à prendre en compte.

 

Il est positif qu'Eri défende l'identité orthodoxe de la Géorgie, le retour aux normes de la société traditionnelle, la défense de la famille traditionnelle, qu'elle s'oppose fermement au mondialisme et à l'ultra-libéralisme, qu'elle refuse catégoriquement la politique et la culture du genre.

 

En même temps, Vasadze est un patriote géorgien convaincu, et dans une certaine mesure même un nationaliste. Il fonde son programme sur la restauration de l'intégrité territoriale de la Géorgie, et insiste sur la pleine souveraineté. Cela pourrait causer quelques problèmes à Moscou.

 

Il n'est ni pro-occidental ni pro-russe.

 

Nous verrons plus tard si le mouvement Eri, créé à un moment aussi important de l'histoire politique géorgienne, deviendra une nouvelle page de l'État géorgien.

 

La Géorgie est une clé pour toute la Transcaucasie. Si la Russie veut résoudre les contradictions géopolitiques dans cette région vitale, ce qui est impossible dans le cas d'une politique strictement pro-occidentale, mais théoriquement possible - bien que moins facile avec un véritable leader national, nous devrions examiner de plus près la figure de Vasadze et du mouvement Eri.

 

 

Alexandre Douguine

 

http://dugin.ru

Alexandre G. Douguine (né en 1962) est un éminent philosophe, écrivain, éditeur et personnalité publique et politique russe. Docteur en sciences politiques. Professeur de l'université d'État de Moscou. Il est le leader du mouvement international eurasien. Membre fréquent du Club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc avec DeepL.

Lire la suite

Sergey Kutenyov : la démographie est un défi majeur pour la Russie (Club d'Izborsk, 26 mai 2021)

26 Mai 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Russie, #Société

Sergey Kutenyov : la démographie est un défi majeur pour la Russie  (Club d'Izborsk, 26 mai 2021)

Sergey Kutenyov : la démographie est un défi majeur pour la Russie

 

26 mai 2021

 

https://izborsk-club.ru/21112

 

 

La situation démographique malsaine de notre pays est l'un des problèmes clés de la Russie, dont la solution affecte le bien-être de nos citoyens et le renforcement de l'État sur la scène mondiale. Des dizaines de programmes dans le cadre du projet national "Démographie" s'efforcent aujourd'hui de le résoudre. Dans ses messages, notre président a parlé à plusieurs reprises de la création de conditions sociales favorables à la naissance d'enfants ; nous avons soulevé cette question à plusieurs reprises au niveau régional. Après tout, si, dans les décennies à venir, nous n'offrons pas un climat social sain et des conditions propices à l'augmentation du taux de natalité, nous ne disposerons tout simplement pas des ressources humaines nécessaires à la percée économique et à la protection des intérêts du pays dans le monde. Selon la Banque mondiale, dans les pays développés, les ressources de la population valide représentent entre 68 % et 76 % de la richesse nationale totale. Autrement dit, le potentiel humain est le principal facteur de croissance économique dans le monde moderne, et l'efficacité de l'utilisation de toutes les autres ressources de développement dépend de sa condition.

 

Dans ce domaine, malheureusement, la région d'Orel est loin derrière la plupart des régions russes. Selon le "classement démographique national des sujets de la Fédération de Russie - 2021" récemment publié, les régions d'Orel, de Pskov, de Smolensk et de Leningrad se classent au dernier rang avec les pires rapports fécondité/mortalité. À la fin de l'année dernière, dans un classement démographique similaire des régions, la région d'Oryol occupait la 80e place sur 85. Les sociologues et les économistes affirment que nous sommes tombés dans ce gouffre démographique en raison de la désintégration du pays et de l'appauvrissement massif de la population au début des années 90. Aujourd'hui, la petite génération post-réforme entre dans ses meilleures années de reproduction et peut difficilement compenser l'échec qui s'est produit. Une grave pénurie de la population en âge de travailler ralentit le développement technologique et la croissance économique dans son ensemble. Le problème est d'autant plus aigu dans les régions : l'exode des personnes en âge de travailler vers les mégapoles, le manque de personnel qualifié, le vieillissement général de la population locale et l'abandon des petites localités ne sont que quelques-uns des problèmes causés par les faibles taux de natalité et l'exode de la population. Malheureusement, l'Oblast d'Oryol n'est que le meilleur exemple, mais la situation est presque la même dans la plupart des régions russes aujourd'hui.

 

Dans notre pays, le taux de natalité est en baisse pour la quatrième année consécutive, et en 2017, il y a eu un véritable effondrement qui se poursuit aujourd'hui. Il en résulte un déclin naturel de la population avec un faible taux de natalité et une forte mortalité. Rosstat a indiqué que le déclin naturel de la population russe en 2020 était le plus élevé de ces 12 dernières années, et que le nombre d'habitants a diminué pour atteindre 146 171 000 personnes. Dans la région d'Orel, au début de l'année 2021, la population était de près de 725 000 personnes, alors qu'en 1995 seulement, nous avions 909 000 personnes, soit près d'un quart de plus.

 

Bien sûr, le problème est complexe et un ou deux facteurs ne peuvent pas expliquer le faible taux de natalité. Il s'agit des orientations de valeurs des jeunes, des mauvaises habitudes, de l'écologie, de la mortalité infantile et des problèmes de santé en général.

 

Cependant, un baby-boom en Russie est encore possible, mais il faut pour cela surmonter un certain nombre de contraintes économiques et, surtout, morales et éthiques. Premièrement, les jeunes Russes, en moyenne, se marient (et donc donnent naissance à des enfants) beaucoup plus tard que la génération de leurs grands-parents et même de leurs parents. Deuxièmement, le pays enregistre un taux de divorce catastrophique. En fait, la plupart des mariages se terminent par un divorce, plusieurs années après l'enregistrement. Et bien qu'il y ait toujours plus de mariages conclus en Russie que de divorces, la différence entre ces chiffres diminue chaque année. La preuve de la priorité des valeurs dans le traitement de la question démographique est sous nos yeux : les régions dotées d'institutions nationales et religieuses et de structures familiales traditionnelles (Tchétchénie, Ingouchie, Daghestan, Touva, etc.), avec des indicateurs économiques identiques ou inférieurs, ont un taux de natalité beaucoup plus élevé que les régions où la population russe est urbanisée.

 

De même, l'ensemble du programme d'information devrait être axé sur les familles nombreuses, avec pour objectif qu'une famille complète avec au moins deux ou trois enfants soit la fierté de la ville, de la région et du pays. Les mères, sur les épaules desquelles retombe le travail principal de la maternité avec de nombreux enfants, sont de véritables héros ! Nous devrions en entendre parler dans les bulletins d'information locaux et fédéraux, ils devraient être évoqués dans les films et les publicités sociales. Après tout, le dur labeur des mères est un travail 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, sans vacances ni jours de congé, qui devrait être considéré comme un emploi à temps plein avec une inscription au registre du travail. Nous devons effectuer un calcul économique correct et une justification experte au niveau législatif, afin d'offrir à la population des conditions dans lesquelles une famille ou même une femme seule n'aurait pas à choisir entre la maternité et le travail.

 

L'un des principaux facteurs est la perception de soi de la jeune famille, qui doit sentir le soutien de l'État et des autorités locales, la confiance qu'avec la naissance du deuxième, troisième, quatrième enfant, elle ne sera pas en détresse. Et pour que ce sentiment naisse, l'État doit apporter son soutien à tous les niveaux. Les injections financières ne suffiront pas à résoudre le problème.

 

En ce qui concerne le soutien matériel direct, la confiance des jeunes familles dans leur avenir repose sur la stabilité politique et économique générale, l'existence d'un enseignement de qualité, la présence d'un centre de soins ambulatoires gratuit et confortable à proximité, le capital maternel et les allocations familiales, une alimentation saine et une grande cour avec des terrains de jeux, des sections et des cercles gratuits pour les enfants, des moyens de transport disponibles et le repos des enfants. Et cette confiance devrait s'inscrire dans la durée, afin que les pères et les mères soient sûrs que ce soutien n'est pas une conjoncture politique momentanée, mais fait partie de la stratégie à long terme de l'État. La situation démographique en général est une sorte d'indicateur de la santé socio-économique de la région. Si les gens donnent naissance à de nombreux enfants et ne vont pas quitter leur terre natale, cela signifie que la situation dans la région est généralement favorable. Encore une fois, nous ne pouvons compter que sur la classe moyenne pour augmenter le taux de natalité. Dans ce cas, les statistiques sont inexorables : s'il existe une relation entre le niveau de revenu et le taux de natalité, c'est le contraire - les familles à revenu faible et moyen ont en règle générale plus d'enfants. Les pays riches ont moins d'enfants que les pays pauvres, et les familles aisées en Russie ont plus souvent un, rarement deux enfants, de sorte que tout espoir repose sur la classe moyenne.

 

Aussi étrange que cela puisse paraître, la résolution des problèmes démographiques commence par la ville et la région. C'est pourquoi nous avons déjà réalisé un certain nombre de programmes de soutien aux familles nombreuses dans la région d'Orel « Multi Mama" avec le soutien d'organisations à but non lucratif. Le projet visait à cultiver l'image d'une mère de nombreux enfants qui réussit dans tous les domaines d'activité. En tant que membre du corps des députés du Conseil régional des députés du peuple d'Oryol, nous poursuivrons ce travail au profit de notre terre natale. Aujourd'hui même, le 26 mai, Vladimir Poutine a signé une loi sur les nouvelles mesures de soutien aux femmes enceintes et aux familles avec enfants, et il est évident que ces initiatives vont se poursuivre. Il ne reste plus qu'à les mettre en œuvre correctement sur le terrain.

 

Le climat social de la région d'Orel doit être favorable à tous les groupes de population pour qu'ils aient envie d'y vivre, d'y travailler, d'y donner naissance à des enfants et d'y vivre une vieillesse agréable et sécurisée !

 

Sergey Kutenyov

 

https://kutenev.ru/

Sergey Nikolaevich Kutenev (né en 1983) est un député du Conseil des députés du peuple de la ville d'Oryol de la sixième convocation, le président du Conseil de la Chambre de commerce et d'industrie d'Oryol. Expert du club d’Izborsk

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc avec DeepL.

Lire la suite

À propos de : "Alexandre Douguine : l'Afrique sera libérée des mondialistes et des libéraux" (Club d'Izborsk, 26 mai 2021)

26 Mai 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Alexandre Douguine, #Club d'Izborsk (Russie), #Afrique, #Guerre, #Politique, #Russie, #Chine

À propos de : "Alexandre Douguine : l'Afrique sera libérée des mondialistes et des libéraux" (Club d'Izborsk, 26 mai 2021)

Alexandre Douguine : l'Afrique sera libérée des mondialistes et des libéraux

 

26 mai 2021

 

https://izborsk-club.ru/21108

 

Le 25 mai est la Journée de la libération de l'Afrique. Le bon côté de cet événement est que les peuples du continent africain sont sortis de l'ère du colonialisme direct. En fait, c'est une belle chose. Ceux qui se réjouissent de l'esclavage d'autrui, ou qui le tolèrent simplement, sont condamnés à se retrouver dans cette situation. L'occupation, l'asservissement, la colonisation - surtout si la partie victorieuse se comporte comme une race de maîtres et traite la population locale comme des sous-hommes - est toujours odieuse.  La libération des peuples d'Afrique est belle comme un phénomène. Il est vrai que les gens sont les maîtres de leur propre destin, de leur propre vie.

Mais il ne faut pas se laisser aller à prendre ses désirs pour des réalités.  La véritable émancipation de l'Afrique n'a pas encore eu lieu. Ce qui a changé, c'est la forme de la colonisation, de directe à indirecte, de politique à culturelle et économique, du racisme biologique au racisme civilisationnel. L'Afrique n'est toujours pas libre. Elle est toujours une colonie des pays occidentaux, qui se disputent l'influence sur le continent noir.

 

Lorsque les régimes coloniaux ont quitté l'Afrique, ils ont laissé derrière eux le pire - des sociétés politiques créées artificiellement et divisées par des frontières arbitraires. Ces frontières sont l'héritage des luttes des puissances coloniales européennes entre elles. Ces frontières n'ont rien à voir avec la réalité des peuples d'Afrique, ses civilisations et ses cultures, ses tribus et ses religions.

 

Les États-nations ne représentent pas non plus une simple extension des administrations coloniales. C'est un simulacre, pas la liberté. Il s'agit d'une nouvelle forme d'administration externe, et non d'une véritable souveraineté.

 

De plus, la décolonisation externe s'est accompagnée d'une colonisation de la conscience encore pire. Les peuples africains ont été contraints par les Européens d'oublier leurs cultures et leurs valeurs, leurs traditions et leurs croyances. La société traditionnelle de l'Afrique a été détruite ; au contraire, la conscience des Africains a été infectée par la modernité, l'individualisme, le matérialisme, la technocratie, les sciences purement quantitatives. Et c'est là le plus grand défi de tous : l'Afrique doit libérer la conscience de ses peuples pour trouver la vraie liberté. L'Afrique a besoin d'une décolonisation profonde. La décolonisation de l'esprit africain, le Logos africain.

 

Dans l'Afrique contemporaine, les États, les régimes, les systèmes politiques, les modèles économiques et les identités sociétales sont tous des extensions de l'esclavage. Tout cela est profondément étranger à l'esprit et au rythme de l'Afrique. Tout cela doit donc être radicalement changé. Comme le dit le jeune leader du panafricanisme moderne, l'intrépide héros africain Kemi Seba : "Soit l'Afrique sera unie et souveraine, soit elle n'existera pas du tout.

 

L'Afrique doit se débarrasser de l'esclavage de l'homme blanc - dans la politique, la culture, l'économie, l'identité. L'Afrique a son propre destin et ses propres chemins dans l'histoire.

 

La libération de l'Afrique est encore à venir. La célébration de cette année est donc une célébration de l'avenir, qui n'est pas encore arrivé, mais qui doit arriver. La liberté doit encore être conquise par les peuples d'Afrique - dans une lutte acharnée contre la mondialisation, le libéralisme et les nouvelles formes de colonisation - clandestine.

 

Et dans cette juste cause, l'Afrique peut être aidée par la Russie, qui rétablit son rôle mondial. Après tout, la Russie se bat aujourd'hui pour un monde multipolaire contre l'hégémonie mondialiste occidentale. Et dans ce monde multipolaire, l'Afrique est appelée à être un pôle libre et indépendant. C'est pourquoi la libération des peuples africains de la dictature des élites libérales mondiales fait partie de notre combat, de notre objectif et de notre vocation.

 

 

Alexandre Douguine

 

http://dugin.ru

Alexandre G. Douguine (né en 1962) est un éminent philosophe, écrivain, éditeur et personnalité publique et politique russe. Docteur en sciences politiques. Professeur de l'université d'État de Moscou. Il est le leader du mouvement international eurasien. Membre fréquent du Club d'Izborsk.

 

Traduit par Le Rouge et le Blanc avec DeepL.

Lorsqu'Alexandre Douguine écrit: "L'Afrique n'est toujours pas libre. Elle est toujours une colonie des pays occidentaux, qui se disputent l'influence sur le continent noir", il ne mentionne pas la Chine. La Russie aiderait donc l'Afrique à se libérer de la domination occidentale mais pas de celle de la Chine ? ou s'entendrait avec la Chine pour mieux exploiter et contrôler l'Afrique ? on peut se poser la question.

Julien Wagner a décrit la réalité de cette relation dans son livre "Chine-Afrique, le grand pillage":

(...) C’est une question difficile car la liste des bienfaits est presque aussi longue que celle des méfaits. Il ne faut pas omettre ce qu’a permis l’arrivée du géant asiatique sur le continent. Du développement ultra-rapide de la téléphonie en passant par la construction de nombreuses infrastructures et l’arrivée en masse de biens de consommation à bas coûts. Mais il me semble que si les pays africains ne modifient pas rapidement les termes du partenariat, ils pourraient courir au-devant de grandes désillusions. D’abord, croissance n’équivaut pas à développement. Le Nigéria ou l’Angola, premier et deuxième producteur de brut d’Afrique, ont connu une croissance de 5 à 6 % par an depuis dix ans, mais leur taux de chômage respectif n’a pas diminué et la pauvreté ne recule pas non plus malgré les formidables investissements chinois dans le secteur pétrolier. En réalité, la République populaire conforte les pays riches en ressources naturelles dans une économie de la rente, notamment à travers le haut niveau de corruption (active et passive) de ses entreprises d’Etat, le faible niveau de transferts technologiques qu’elle inclue dans ses contrats et la main d’œuvre qu’elle expédie en masse sur place. Et c’est sans compter les dégâts considérables qu’elle induit sur l’environnement. Pour tirer le meilleur de la présence chinoise, il faudra aux pays africains cumuler au moins deux ingrédients : que leurs dirigeants mettent enfin au centre de leurs préoccupations le bien public et non leur bien propre, et qu’ils approfondissent de manière décisive l’intégration régionale en Afrique afin de négocier en bloc, seul moyen de rééquilibrer un peu le rapport de force. (...)

https://www.iris-france.org/51130-chine-afrique-le-grand-pillage-trois-questions-a-julien-wagner/

Il n'y a pas que l'Afrique d'ailleurs, il y a aussi l'Amérique du sud...

En tous les cas, la vision borgne d'Alexandre Douguine est une arme à double tranchant, car elle elle pourrait être utilisée par l'Occident pour justifier le démantèlement de la Russie et de la CEI en accusant la colonisation et la russification des peuples autochtones qui ont abouti à la constitution de l'empire tsariste. 

C'est justement le sujet du dernier livre de Léon Tolstoï, "Hadji Mourat", publié après sa mort, et qui décrit la guerre du Caucase à laquelle il avait participé dans sa jeunesse ("Les Cosaques"). Un vibrant hommage à la bravoure des montagnards défendant leur terre contre la cruauté des envahisseurs étrangers.

Sur le même blog et sur le même sujet:

https://pocombelles.over-blog.com/2017/11/les-fleurs-sauvages-du-caucase-tolstoi-hadji-mourad.html

https://pocombelles.over-blog.com/2020/06/kai-donner-les-problemes-de-la-christianisation-des-samoyedes-de-siberie.html

https://pocombelles.over-blog.com/2020/07/comment-les-nomades-khamassin-ont-perdu-la-liberte-kai-donner-parmi-les-samoyedes-en-siberie.html

Lire la suite

Alexandre  Douguine : La fin du monde est plus proche que jamais (Club d'Izborsk, 21 mai 2021)

22 Mai 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Alexandre Douguine, #Palestine, #Terre Sainte, #Guerre, #Club d'Izborsk (Russie), #Religion

Alexandre  Douguine : La fin du monde est plus proche que jamais  (Club d'Izborsk, 21 mai 2021)

Alexandre  Douguine : La fin du monde est plus proche que jamais

 

21 mai 2021

 

https://izborsk-club.ru/21079

 

 

Les événements en Palestine sont sous les projecteurs des médias mondiaux. L'escalade du conflit entre Israéliens et Palestiniens a atteint une intensité sans précédent ces derniers jours. Il est important que non seulement les Israéliens tuent massivement et sans discernement les Palestiniens, mais aussi que les roquettes lancées par le Hamas atteignent sans cesse leurs cibles. Des Israéliens perdent également la vie.

 

Le conflit israélo-arabe qui fait rage fait ressurgir toute une série de sinistres complots apocalyptiques. Les trois religions monothéistes mondiales - le judaïsme, le christianisme et l'islam - s'accordent à dire que la fin du monde commencera par une guerre majeure en Terre sainte. La fin est donc plus proche que jamais.

 

Aux yeux des Juifs religieux, l'État d'Israël est un État de la fin. La quatrième dispersion, qui a commencé avec la destruction de Jérusalem par Titus en 70 après J.-C., après quoi les Juifs ont été dispersés dans le monde entier, ne prendra fin qu'à l'époque de Moshiach. L'Israël moderne est construit, en un sens, à crédit. Après la Seconde Guerre mondiale, les Juifs ont déployé toute leur énergie pour établir leur contrôle sur la Palestine, à tort et à raison. Ils pensaient qu'ils hâtaient par leurs efforts la venue du Moshiach retardé. Pour son arrivée, ils ont établi un pré-état. Ils s'emparent de Jérusalem par la force et en font la capitale. Il leur suffisait de démolir la mosquée al-Aqsa, sacrée pour les musulmans, et de procéder à la construction du troisième temple. En effet, selon la tradition juive, il faut d'abord trouver une vache rouge pure et l'offrir en sacrifice rituel. Mais si cela est absolument nécessaire, il est possible d'interpréter de différentes manières ce que l'on entend par "couleur rouge", ou même - dans l'esprit du postmodernisme - de teinter des endroits douteux.

 

Mais si Moshiach tarde encore, la faillite fondamentale non seulement d'Israël, mais du judaïsme et du judaïsme dans son ensemble, risque de s'installer.

 

Pour les musulmans, la Palestine et Jérusalem, ainsi que la mosquée d'al-Ayaks, pour le sort de laquelle ils s'inquiètent à juste titre, et le site de milliers d'années d'habitation habituelle, ainsi que les sanctuaires, sont les troisièmes après La Mecque et Médine. Là encore, les musulmans croient que la fin du monde sera directement liée à une grande guerre de religion en Palestine - de la Syrie à l'Égypte, en passant par tout l'Israël moderne. Ainsi, le monde islamique et arabe, qui réagit violemment aujourd'hui à l'escalade de la violence en Palestine, est mû non seulement par l'indignation face à l'occupation juive et au style de comportement dur - plutôt raciste - des Israéliens, mais aussi par l'anticipation de la dernière bataille. Les chiites et les sunnites y sont prêts. Dans la partie de la fin des temps, les deux courants islamiques convergent. Et tous deux ne voient la solution au problème palestinien que dans la destruction d'Israël en tant qu'État-nation juif.

 

Pour le monde chrétien, Jérusalem est également sacrée. Et les prophéties bibliques, ainsi que l'Apocalypse chrétienne, parlent pour leur part de la dernière bataille de Satan avec l'armée de l'archange Michel, qui doit avoir lieu en Terre Sainte. Évidemment, à une époque de matérialisme effréné, il est courant d'interpréter ces intrigues de manière allégorique, comme des métaphores morales, mais les chrétiens qui prennent l'Écriture au sérieux ne peuvent s'empêcher de remarquer à quel point les événements de notre époque ressemblent en tous points aux images des prophéties de la fin des temps. Armageddon est Israël. Et celui que les Juifs considèrent comme Moshiach, dans la conception chrétienne, ne sera autre que l'Antéchrist. Ainsi, pour le monde chrétien aussi, l'aggravation de la situation en Palestine est plus qu'un signe d'avertissement.

 

Les sceptiques et les matérialistes, bien sûr, attribueront une fois de plus tout aux intrigues de Netanyahou, qui est empêtré dans la politique intérieure, les conditions socio-économiques, le covid, les fluctuations boursières ou les prix du pétrole. Mais ceux qui s’entre-tuent en Israël et ceux qui croient davantage aux livres sacrés qu'aux commentateurs et experts faciles à comprendre, qui changent d'avis jour après jour, interprètent manifestement les événements de manière plus grave. Le prix de la vie humaine devrait être suffisamment élevé pour être payé pour quelques petites choses passagères. Mais s'impliquer dans un scénario intense de la fin des temps est une autre affaire.

 

La bonne chose à faire est de s'impliquer. C'est ma directive aujourd'hui. L'histoire arrive à son dénouement. Et c'est mieux de le regarder dans les yeux.

 

SOURCE: Katechon

 

Alexandre Douguine

http://dugin.ru

Alexandre G. Douguine (né en 1962) est un éminent philosophe, écrivain, éditeur et personnalité publique et politique russe. Docteur en sciences politiques. Professeur de l'université d'État de Moscou. Il est le leader du mouvement international eurasien. Membre fréquent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

Nous recommandons aux lecteurs d'écouter sur youtube l'extraordinaire dialogue (en anglais, sous-titré en français) entre le chercheur français musulman Youssef Hindi et l'ouléma musulman Sheikh Imran Nizar Hosein sur "la Fin du monde" dans l'eschatologie islamique et juive. Cet échange a eu lieu dans le cadre de la Conférence sur la Palestine à Téhéran, le 2 mars 2017. Youssef Hindi et le Sheikh Imran Hosein y manifestent leur regret de l'absence d'Alexander Dugin et ils espèrent une rencontre avec lui à une prochaine occasion.

Alexandre  Douguine : La fin du monde est plus proche que jamais  (Club d'Izborsk, 21 mai 2021)
Lire la suite

Alexandre Douguine : L'État pour l'idéologie, pas l'idéologie pour l'État (Club d'Izborsk, 19 mai 2021)

19 Mai 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Alexandre Douguine, #Club d'Izborsk (Russie), #Philosophie, #Politique, #Russie

Alexandre Douguine : L'État pour l'idéologie, pas l'idéologie pour l'État  (Club d'Izborsk, 19 mai 2021)
Alexandre Douguine : L'État pour l'idéologie, pas l'idéologie pour l'État  (Club d'Izborsk, 19 mai 2021)

Alexandre Douguine : L'État pour l'idéologie, pas l'idéologie pour l'État

 

19 mai 2021

 

https://izborsk-club.ru/21071

 

 

État fantôme

 

L'idéologie ne peut être créée pour l'État. Au contraire, l'État est créé à partir d'une idéologie. L'idéologie est toujours plus primaire que l'État. Le fait qu'aujourd'hui notre État commence à se rendre compte qu'il lui manque quelque chose - est très correct et opportun. Mais l'idéologie ne peut pas être un ordre technologique, du genre "donnez-nous une idéologie ! Ce n'est pas comme ça que ça marche. Un tel ordre ne ferait que se transformer en une série de coupes conceptuelles adaptées à une propagande grossière.

 

L'État est l'expression d'une pensée, d'une Idée. Quelle que soit cette Idée, l'Idée-Règle, comme le disaient les philosophes russes d'Eurasie, tel sera l'État. Aujourd'hui, cette idée n'existe manifestement pas. C'est pourquoi l'État russe est un fantôme. Il s'agit en partie d'inertie et d'un reflet du passé glorieux et en partie d'une anticipation de l'avenir. Mais dans le passé, la Russie a été construite sur une idée - une ancienne idée païenne, puis l'Empire byzantin orthodoxe ; plus tard, elle a été inspirée par l'image de la Troisième Rome, puis, à partir de Pierre le Grand, par les exemples séculaires des monarchies souveraines européennes, et enfin, elle est devenue un territoire pour la mise en œuvre de l'idéologie soviétique. Dans les années 1990, toute forme de l'Idée russe, qu'elle soit monarchique, soviétique ou nationale, a été rejetée. Elle a logiquement été suivie d'une crise profonde, dont les conséquences n'ont pas encore été surmontées. L'idéologie libérale n'accordait aucune valeur à l'État, le considérant comme un moment transitif dans le cours de la mondialisation. Ainsi, toute idée d'État a été abolie. La conséquence de cela est la clause de la Constitution sur l'interdiction de l'idéologie d'État. Mais ceci est à son tour une conséquence directe de l'idéologie des créateurs de cette Constitution, qui étaient des libéraux. C'est ainsi que la Russie est devenue un fantôme.

 

Bien sûr, les réformes de Poutine ont inspiré de l'espoir pour l'avenir. Le libéralisme a commencé à s'estomper, mais pas encore. Et la même clause sur l'absence d'idéologie a été transférée dans la nouvelle version de la Constitution, légèrement modifiée. Par conséquent, s'il existe une Russie en tant qu'État, c'est l'inertie du passé et l'attente prudente de changements futurs. La Russie en tant qu'État du futur n'est possible que sur la base d'une Idée, et cela ne peut venir qu'après un rejet définitif et irrévocable du libéralisme, du mondialisme et de l'occidentalisme.

 

Aujourd'hui, l'État russe vit sur le crédit de l'avenir. Le pouvoir n'est légitime que dans la mesure où il laisse entendre que les choses vont bientôt changer, et que la Russie redeviendra - à partir d'un fantôme ou d'une corporation - un sujet d'histoire à part entière, c'est-à-dire un État avec une Idée.

 

Que répondre au défi du mondialisme ?

 

La question découle logiquement de ce qui précède. Les élites dirigeantes russes ont-elles compris que le moment critique est arrivé ? Que sans l'Idée et, par conséquent, l'idéologie, l'État n'a pas d'avenir, et que le présent s'approche inévitablement de sa fin naturelle ?

 

Afin de comprendre l'importance et la nécessité de l'idéologie, il est nécessaire de mûrir. Il est nécessaire de réaliser que nous sommes à un moment critique de l'histoire. Après tout, nous sommes à un moment critique de l'histoire de l'État russe, où il ne peut exister sans idéologie. Nous ne vivons pas dans un vide. Nous vivons dans un monde très complexe, tendu, dramatique, conflictuel, où la Russie et certaines autres civilisations sont apparues comme un obstacle sur le chemin de ce rouleau compresseur de l'idéologie libérale, le mondialisme, qui avance fermement vers son but. Tant l'accession au pouvoir de l'administration Biden que ses attaques grossières et provocantes à l'encontre du président de la Russie et de notre pays lui-même décrivent sans ambiguïté ce à quoi nous devrons faire face dans un avenir proche. Les mondialistes ont clairement décidé de tenter de revenir à la situation du monde unipolaire qui s'est développée dans les années 90, et de supprimer tous les foyers d'un monde multipolaire qui ont commencé à émerger progressivement sur la carte de la politique mondiale. Tout d'abord, nous parlons de la Russie et de la Chine, ainsi que de certaines sociétés islamiques. Et cela signifie une escalade de la guerre idéologique - la guerre des idées. D'une part, l'idéologie du mondialisme libéral, qui revendique l'universalité et l'unicité. Mais d'un autre côté, quelle est l'Idée ? Quelle idée ? Malgré la laideur de l'avenir proposé par les libéraux, ils ont l'image de cet avenir et elle est basée sur la logique de la formation de la civilisation occidentale de l'époque des Modernes et des Postmodernes. Et pour nous ? Quel genre d'avenir le gouvernement russe moderne chérit-il ?

 

Expansion historique et idéologique de l'Occident moderne

 

Pour comprendre la gravité de la situation et l'importance de l'idéologie pour l'être et l'existence de la Russie d'aujourd'hui, il est nécessaire de prêter attention à ce que traite la Russie, dans quel contexte global elle se situe.

 

Nous ne sommes pas dans un vide idéologique. La tache de la civilisation européenne occidentale de la modernité, avec ses attitudes, ses modèles de valeurs et ses impératifs, s'est répandue dans le monde depuis 500 ans. Et cette tache ne fait que s'étendre. Elle a commencé avec la Réforme occidentale et, plus tôt encore, avec la philosophie du nominalisme, la discussion sur les universaux. Permettez-moi de vous rappeler que le nominalisme est une tendance de la théologie et de la philosophie d'Europe occidentale qui nie l'existence de l'idée, du commun, et les considère comme des noms. Selon le nominalisme, il y a des individus, des individus et des choses, mais les genres et les genres de choses - les idées - représentent des dénominations conditionnelles, des conventions. Pour le nominaliste, " peuple ", " ethnos ", " culture ", " esprit ", " âme ", etc. - sont de simples noms auxquels ne correspond rien de l'être.

 

Progressivement - en grande partie au cours de la colonisation planétaire - la modernité européenne occidentale s'est étendue à l'ensemble de l'humanité, prenant la forme d'une idéologie active et agressive sous la forme du libéralisme. Puis le libéralisme a résisté à deux batailles idéologiques - avec le fascisme et le communisme - et a remporté une victoire totale dans les années 1990. Fukuyama a ensuite proclamé "la fin de l'histoire".

 

Le "moment" unipolaire dans le monde a commencé avec l'effondrement de l'URSS. Aux yeux des libéraux eux-mêmes, il s'agissait d'un triomphe "logique" de leur idéologie, de leur Idée qui a vaincu toutes les autres. En d'autres termes, l'unipolarité est devenue non seulement l'expression de la supériorité géopolitique et stratégique, ainsi qu'économique et technologique de l'Occident, mais aussi un moment de victoire idéologique.

 

Le libéralisme, c'est la liberté de tout, y compris de l'État.

 

Les mondialistes actuels en la personne de Biden, après avoir fait face à Trump, sont sur le point de donner à cette tendance vieille de 500 ans de la civilisation ouest-européenne sa dernière incarnation finale. Et il ne s'agit pas d'une simple fanfaronnade ou d'un utopisme irresponsable. Derrière cela, il y a la puissance du processus historique de toute la Modernité européenne occidentale, la puissance du mouvement le long de la voie que l'Occident a choisie depuis l'aube de la Modernité. Il ne faut pas le prendre trop à la légère. Tout ce que l'on appelle "progrès" et "développement" aux yeux des libéraux a trouvé son expression dans le système capitaliste mondial, qui est maintenant devenu planétaire. Il ne reste plus qu'à abolir les États nationaux existant par inertie historique et à proclamer ouvertement le règne du Gouvernement Mondial et de la société civile universelle.

 

Sur le plan des idées, le progrès dans l'optique libérale se résume à une formule centrale : la nécessité de libérer l'individu de toute forme d'identité collective. Le "libéralisme" - de l'anglais liberty, du latin libertas - signifie "liberté", mais les libéraux entendent par là précisément cette "liberté par rapport à" - par rapport à toutes les restrictions externes sociales, culturelles, de classe, religieuses, nationales, politiques, de genre qui découlent de la nature sociale de l'homme. L'idéologie libérale ne peut donc pas être une idéologie d'État, car elle conduit - tôt ou tard - à l'abolition de l'État, à la "libération" de celui-ci.

 

Nous sommes à l'intérieur de la matrice libérale.

 

L'idéologie libérale est le contexte de notre existence en Russie. Tant que nous considérons la Russie comme un "pays européen" et que nous partageons les valeurs occidentales fondamentales - le capitalisme, le marché, la société civile, les droits de l'homme, la démocratie libérale, la laïcité et ainsi de suite - nous sommes dans la matrice idéologique du libéralisme. Tant que nous traitons avec l'Occident et que nous acceptons généralement ses prescriptions et ses recommandations, que nous utilisons ses technologies, ses normes et ses stratégies, il est impossible de trouver une idéologie qui nous soit propre.

 

L'idéologie du libéralisme n'est pas seulement à l'extérieur de la société russe, mais aussi à l'intérieur. Elle nous imprègne en tant que système de valeurs, en tant que technologie, en tant que structure économique, en tant qu'institutions politiques et en tant que modèles culturels. Par conséquent, lorsque nous raisonnons avec les concepts de "développement technologique", "intelligence artificielle", "numérisation", "marché", "capitalisme", "innovation sociale", "société civile", "droits de l'homme", "modernisation", nous absorbons et adoptons certainement des idées, des technologies et des modes de vie imprégnés de l'idéologie libérale.

 

À première vue, il peut sembler que cela ne s'applique pas aux technologies et qu'elles sont "idéologiquement neutres". Mais ils ne le sont pas. TikTok, Facebook, Zoom, YouTube, Twitter, Google, et les programmes, réseaux, appareils et gadgets que nous avons l'habitude d'utiliser ne sont pas seulement des outils, mais des produits de l'idéologie, qui fonctionnent dans une direction délibérément définie. Ils le font indirectement, et parfois directement ! - Ils servent à implanter davantage dans les consciences, dans les modes de vie, dans la vie quotidienne, dans les comportements une idéologie libérale globale liée à l'émancipation de l'individu de toute forme d'identité collective. Les réseaux sociaux écrasent les liens sociaux collectifs naturels et les remplacent par une agglomération virtuelle atomisée artificielle. C'est ainsi que se produit la virtualisation de l'individu lui-même, dont l'existence migre imperceptiblement dans le cyberespace, devenant un "bot", acquérant une nouvelle vie - virtuelle - et de nouvelles propriétés. Cela aussi, c'est la libération - la libération de la réalité, de la vie et de la société.

 

Dans la civilisation cybernétique d'aujourd'hui, nous avons affaire à la dernière - et absolue ! - étape du développement du capitalisme, qui est déjà là, qui a pris ou prend possession de nos esprits, de nos âmes, de nos corps. Et c'est plus que grave.

 

Par conséquent, la question de l'idée d'un État russe ne peut pas être une simple commande technologique de plus, placée par des élites pragmatiques afin de contrer à court terme la pression fortement accrue de la nouvelle administration américaine. On ne peut pas s'opposer au libéralisme en acceptant ses principes de base. Cela radicalise essentiellement la question de l'idéologie. Toute réponse significative et toute proposition doivent être construites sur une vision du monde approfondie, un travail philosophique, un travail d'érudition pour réfuter le libéralisme, et cela, à son tour, impliquerait une profonde remise en question de toute l'histoire des cinq derniers siècles. Si nous ne déracinons pas le libéralisme de ses racines, et ces racines remontent au New Age de l'Europe occidentale, nous n'arriverons à rien, et tout ne sera que des corrections cosmétiques et inefficaces.

 

Si la Russie doit avoir une Idée d'État, elle doit être non seulement illibérale, mais antilibérale et encore plus anticapitaliste.

 

Par conséquent, lorsque nous parlons d'idéologie, il ne s'agit pas seulement de savoir comment nous pouvons nous mobiliser de manière temporaire et immédiate. Nous sommes au milieu d'une idéologie libérale empoisonnée qui nous ronge rapidement.

 

La Russie ne tient qu'à un fil. Elle est suspendue à Poutine, à notre peuple, à notre armée, à notre patriotisme, aux échos de notre histoire glorieuse. Si nous n'insufflons pas d'idéologie à l'État, ce fil se cassera.

 

Le fantôme peut facilement se dissiper. Mais elle peut aussi servir de pâle ébauche d'une nouvelle image juteuse de l'avenir de la Russie créée par des forces nouvelles.

 

Impératif de la transformation de la classe dirigeante

 

Aujourd'hui, il est possible d'entendre de différents côtés que les autorités russes, en raison de la dégradation des relations avec les États-Unis sous le nouveau président, sont conscientes de la nécessité de développer une idéologie sur laquelle l'État et la société pourraient s'appuyer pour protéger et renforcer la souveraineté dans ces conditions difficiles d'une nouvelle confrontation. Si c'est le cas, c'est plus qu'opportun.

 

Cependant, il faut comprendre sobrement que toutes les propositions, demandes et ordres adéquats ne fonctionneront pas tant que les autorités elles-mêmes ne prendront pas une mesure très subtile. Cette étape est une transformation de la conscience de la classe dirigeante, et avant tout, du président lui-même. L'État lui-même doit comprendre qu'il n'a pas simplement "besoin d'une idéologie", mais qu'elle n'est pas un but ou une chose en soi, mais un instrument de l'existence historique de la Russie en tant que civilisation, en tant que peuple, en tant que sujet et, finalement, en tant qu'Idée. Non pas l'Idée pour l'État, mais l'État pour l'Idée. Et cela change tout. Dans ce cas, ce n'est pas seulement le pouvoir qui donne "l'ordre à l'idéologie", mais le pouvoir entend seulement la voix de l'histoire et y répond, accepte l'être et la mission historiques.

 

Ce n'est que dans ce cas que l'idéologie peut avoir lieu.

 

L'idéologie exige une transformation, une transformation intérieure de la classe dirigeante. Cela demande beaucoup de détermination.

 

Dans la situation dans laquelle nous nous trouvons actuellement, toute initiative politique en matière de technologie ne fonctionnera tout simplement pas. Le régime doit devenir une idéologie. Il s'agira alors d'une transformation interne de l'esprit même du pouvoir. Aujourd'hui, l'impression est que l'élite dirigeante russe semble n'avoir aucun esprit, tandis que les idées sont un simple appendice des machines, des éléments de la technologie. Si ce facteur n'est pas modifié, le libéralisme et l'Occident gagneront.

 

Soit le capitalisme, soit la Russie.

 

Ainsi, la principale chose dont il faut parler n'est pas l'idéologie pour l'État, mais l'État pour l'idéologie. Et alors tout sera en harmonie.

 

Passons maintenant à l'essence de l'idée russe. Cette Idée, quelle que soit la version, de droite ou de gauche, avant-gardiste ou conservatrice, que l'on considère, n'est pas compatible avec le capitalisme.

 

Le capitalisme n'est pas un phénomène neutre. Il s'agit d'une idéologie, pas d'une technologie. C'est la réduction de toutes les valeurs au marché, à la matière, à la possession individuelle. Et il ne s'agit pas seulement de critique de gauche, de marxisme ou de socialisme. Les conservateurs russes, des slavophiles aux monarchistes en passant par les eurasiens, n'étaient pas moins de farouches opposants au capitalisme que les narodniks et les bolcheviks. Le capitalisme est à l'opposé de l'identité russe, et bien que dans notre histoire il ait été renversé par la gauche, si la victoire idéologique revenait à la droite russe, son sort serait le même - comme en témoignent clairement les utopies conservatrices des auteurs russes, de l'idéologue paysan Chayanov au monarchiste et slavophile Sharapov.

 

Le capitalisme est un poison absolu qui ronge l'esprit et la culture. Là où le capital règne, les gens sont des marchandises. Il disparaît. Et ce n'est pas une coïncidence si les mondialistes d'aujourd'hui ouvrent progressivement la voie au remplacement de l'humanité par des êtres posthumains - intelligence artificielle, cyborgs, robots, chimères et autres produits de la bio-ingénierie. Soit le capitalisme, soit l'humanité. Alternative : soit la Russie, soit le capitalisme.

L'anticapitalisme de droite

 

Aucune version de l'alter-capitalisme n'est possible et inacceptable en Russie.

 

Lorsque nous rejetons le capitalisme, nous pensons immédiatement à l'idée socialiste. Cette solution est possible, mais il existe encore un énorme spectre de pensée qui n'a pas encore été suffisamment maîtrisé et mis en pratique dans notre pays - il s'agit de l'anticapitalisme de droite, qui comprend des projets et des attitudes monarchistes, orthodoxes et traditionalistes. On entend souvent dire que les conservateurs ne s'intéressent pas du tout à l'économie et que leurs projets ne sont donc pas applicables dans la pratique. C'est un sophisme. L'une des idées développées par les conservateurs russes - Dmitri Mendeleïev en particulier - était la théorie du "protectionnisme russe", qui comprenait un plan détaillé pour le développement industriel de la Russie afin d'en faire une puissance indépendante et économiquement souveraine.

 

L'économiste-paysan A.V. Chayanov a élaboré un plan de développement de la Russie basé sur la paysannerie, qui devait devenir la force dominante, y compris la souveraineté scientifique et culturelle. Ce sont les idées de Chayanov qui ont été reprises par les bolcheviks pendant la NEP, qui a contribué à faire renaître le pays des ruines de la monstrueuse guerre civile. Le secteur agraire de la périphérie devait devenir la base de la formation culturelle du peuple, et le village devait devenir un centre de développement des sciences, de l'artisanat et des arts. Aujourd'hui, ce projet agraire futuriste peut être facilement mis en œuvre avec l'aide des technologies de l'information et devient particulièrement important à la lumière des nouveaux défis environnementaux auxquels l'humanité est confrontée.

 

Il est important de prêter attention à la "philosophie de l'économie" du grand philosophe russe Fr. Sergey Boulgakov, qui a compris l'économie comme un acte religieux et spirituel. Le sujet de l'économie, selon Boulgakov, ne devrait pas être les classes et les individus, mais les nations, comme des rayons de la Sagesse Divine, la sainte Sophia. Il s'agit ici d'une économie totalement différente - de la sacralisation du travail, qui, de nécessité matérielle, se transforme en acte de créativité libre et vivifiante, si proche de la tradition éthique russe. Une personne travaille non pas pour joindre les deux bouts ou s'enrichir, ou (plus souvent) pour enrichir quelqu'un d'autre, mais pour réaliser sa vocation, sa mission. Une personne construit un temple pour que son esprit puisse y briller.

 

Dans l'ensemble, pour la société russe, le principe de justice a toujours été supérieur au gain individuel ou même à l'efficacité rationnelle. Et la pensée économique, quand elle reste russe, se développe autour de cette position la plus importante. On le retrouve dans toutes les versions de la théorie économique russe. Et pratiquement aucun d'entre eux ne reconnaît le capitalisme, qui, même au niveau théorique (sans parler de la pratique), rejette systématiquement la justice sociale (au nom d'objectifs égoïstes et d'optimisation rationnelle).

 

Vers une synthèse de l'économie de droite et de gauche (antilibérale)

 

Le capitalisme en Russie doit être compris, déconstruit, découvert et vaincu. Parce que l'essence du libéralisme et du mondialisme réside dans le capitalisme. C'est le cadre fondamental de l'idée russe. Si le pouvoir n'est pas d'accord avec ce point, alors tout s'arrête ici. Toute idéologie qui ne rejette pas le capitalisme n'a aucune chance d'être russe. Une autre question est de savoir ce qui va prévaloir dans cet anticapitalisme - la gauche ou la droite ? C'est un sujet de débat, de discussion et de polémique. Tout cela se répète en partie : il y a un siècle et demi, les démocrates révolutionnaires russes, puis les socialistes, ont rejeté avec indignation l'utilitarisme libéral de Jeremy Bentham et sa célèbre thèse selon laquelle "le vrai est utile", tandis que sur l'autre flanc, les slavophiles conservateurs considéraient ce même auteur et le camp de l'idéologie bourgeoise anglo-saxonne qu'il représentait, comme une métaphore de ce que la Russie devait rejeter le plus résolument.

 

Une aversion totale pour le libéralisme et les libéraux, c'est-à-dire l'anticapitalisme (de gauche comme de droite), est le dénominateur commun de l'Idée russe dans toutes ses versions.

 

De mon point de vue, au lieu de plonger dans des batailles internes et de renforcer le clivage entre la droite et la gauche, le plus important aujourd'hui est d'unir les deux alternatives anticapitalistes, la gauche et la droite. Que tout commence par une alliance historique - il est nécessaire de renverser la domination idéologique des libéraux dans la société russe et de préparer le territoire pour l'Idée russe. Il est important de sauver l'État, et cela devrait unir tout le monde aujourd'hui. La principale menace à cet égard est le libéralisme, tant de l'extérieur (les mondialistes, Biden, l'OTAN, le projet de grande réinitialisation) que de l'intérieur (les cinquième et sixième colonnes de libéraux en Russie même). La question du capitalisme de gauche et de droite, de la préférence ou, au contraire, de leur nouvelle synthèse idéologique, doit être quelque peu mise de côté. Tant que le capitalisme prévaut, cela est d'une importance secondaire. La victoire générale vient d'abord, et il s'agit ensuite de déterminer quelle version est la meilleure. Et quiconque adhère à une séquence différente, consciemment ou inconsciemment, mais fait le jeu de notre ennemi commun, l'ennemi de la Russie, l'ennemi de l'Idée russe.

 

L'idée russe comme mode de vie

 

Lorsque nous réfléchissons au contenu spécifique de l'idéologie pour l'État, nous ne devons absolument pas partir de zéro. D'un point de vue historique, nous pouvons et devons nous appuyer sur l'immense héritage idéologique des grands penseurs russes - encore une fois, de gauche comme de droite. Les slavophiles, les narodniks, les eurasiens, les monarchistes et les penseurs orthodoxes des siècles précédents ont laissé derrière eux un immense corpus de pensées, de projets, de prémonitions, de stratégies et de plans profonds et fidèles. Nous devons simplement les traiter avec l'attention, l'amour et le respect qui leur sont dus. La plupart de ce patrimoine idéologique est republié de nos jours, et avant d'enseigner aux autres, les idéologues eux-mêmes devraient maîtriser cette couche de la pensée russe. Dans ce domaine, nous devons être cohérents : seules les personnes qui sont profondément - intellectuellement et existentiellement - immergées dans la tradition russe, qui se considèrent comme son lien, sa partie, devraient être engagées dans l'Idée russe.

 

Les contours de l'idéologie dont nous avons besoin sont esquissés par de nombreux penseurs et centres intellectuels modernes. Des travaux substantiels ont été réalisés dans ce sens :

 

- Au club d'Izborsk, on s'est récemment concentré sur la formation du Rêve russe à l'initiative d'Alexandre Prokhanov.

 

- Dans le Mouvement Eurasien, où trente années de travail continu sur la création et le développement de l'école russe de géopolitique continentale.

 

- Dans les structures du Conseil mondial du peuple russe, où des recherches très approfondies sur l'image de la future Russie ont été préparées, et dans plusieurs autres centres de pensée patriotique faisant autorité et influents.

 

La question de l'idée de l'État n'est pas tant une tâche pour nous, les représentants de ces groupes et d'autres groupes intellectuels de premier plan. Il s'agit plutôt d'une tâche pour les autorités elles-mêmes. Plus d'une fois, les élites du pouvoir ont essayé, à des fins pragmatiques, d'emprunter partiellement les stratégies et les développements intellectuels des patriotes et de les combiner artificiellement (je dirais même, contre nature) avec les attitudes libérales qui prévalent encore dans les élites du pouvoir. Mais tout comme cela n'a pas donné de résultats significatifs auparavant, cela sera répété encore et encore. Les formules patriotiques ou eurasiennes dépourvues de contenu ne feront que perdre leur sens et, par conséquent, seront discréditées. Le libéralisme les rongera de l'intérieur comme une contagion. Par conséquent, seuls les groupes de pouvoir corrompus et cyniques qui se moquent des slogans pour faire leurs affaires noires gagneront.

 

Cela n'a guère de sens de prendre part à une autre itération de ce type de l'ordre du patriotisme. Cela ne se terminera pas par quelque chose de nouveau, et c'est impossible. Nous sommes déjà passés par là. Pour que notre Idée russe fonctionne, pour qu'elle devienne réellement l'outil et le soutien le plus important de l'État - cette idéologie doit être décidée. Et le gouvernement doit le faire.

 

Pour nous, patriotes, l'Idée russe est un mode de vie, c'est une conviction historique profonde et une pensée théoriquement vérifiée, c'est notre identité. Quelle que soit la version à laquelle on adhère. Pour nous, la Russie est une idée, et nous nous y engageons en tant que telle. Mais pour les autorités - pas encore. Et tant que cet état de fait persistera, nous ne bougerons pas.

 

Aujourd'hui, les balances de l'histoire idéologique de la Russie sont figées dans un équilibre extrêmement instable. Dans un avenir très proche, l'une des balances basculera, et les événements se dérouleront à une vitesse fulgurante dans un sens ou dans l'autre. Pour l'instant, nous sommes dans une stupeur glacée. Elle a duré longtemps, très longtemps. Mais cela ne peut pas durer éternellement.

 

Poutine a fait un excellent travail pour sortir la Russie des années 1990, mais à un moment donné, il s'est retrouvé à mi-chemin. Il a accepté un compromis entre le patriotisme et le libéralisme, entre la Russie en tant que civilisation et la Russie en tant que puissance européenne développée, et s'est figé. Cela a fonctionné - et même plus longtemps que ce que l'on pourrait croire. Mais tout processus a une fin. Et cela arrive inexorablement.

 

Il suffit aujourd'hui d'une action en or pour faire pencher la balance. Une petite action, un grain de poussière, et c'est toute la structure idéologique qui se met en marche. En attendant, il est retenu. Il est retenu artificiellement. Contrainte par le pouvoir, par le pouvoir même qui voudrait avoir une idéologie. Ou est-ce qu'il ne le veut pas ? C'est là que réside le principal problème. Elle est constamment remise à plus tard. Mais le moment arrive où ce "alors" devient "maintenant" - "maintenant ou jamais".

 

Si les autorités - pas le peuple, pas la société, pas les centres intellectuels patriotiques ou les institutions et groupes individuels - décident de l'Idée, ce sera le tournant. Mais cela signifiera que le compromis entre des choses mutuellement exclusives - la Russie et le système libéral mondialiste - sera finalement résolu en faveur de la Russie. L'Occident libéral mondialiste et la Russie sont des antithèses. Ils sont comme le héros et le dragon, comme le noir et le blanc, comme la lumière et l'obscurité. Il ne peut y avoir de compromis entre eux - si la Lumière gagne, les Ténèbres cèdent, si les Ténèbres arrivent, la Lumière s'éteint. L'un ou l'autre. Et pas de et-ou.

 

Tourner le regard du pouvoir vers le début de la Russie.

 

Nous devons commencer par le haut. Tant que les autorités n'auront pas pris une décision de principe, toutes nos recommandations, conseils et attentes resteront lettre morte.

 

Les intellectuels patriotes réunis au sein du Club d'Izborsk, du mouvement Eurasie, des structures du Conseil mondial du peuple russe et d'autres centres, ainsi que les auteurs individuels ont écrit des dizaines de milliers de pages et publié des centaines de livres et de magazines. En fait, il faut dire que les principales directions et lignes de force de l'idéologie russe ont été développées. Les principaux vecteurs de la théorie sont exposés. Mais il y a aussi un certain nombre de propositions concrètes - sur l'organisation de la vie économique pratique (industrielle et agraire), sur l'aménagement de l'espace rural (construction de maisons sur la terre, etc.), sur le budget, sur le retrait du système financier du contrôle des structures mondiales, sur la monnaie souveraine, sur le développement du cyberespace protégé russe, et sur tous les autres points essentiels. Nous avons la vision d'une stratégie culturelle globale dans le pays, l'amélioration de l'éducation, le développement des arts, du théâtre, etc. Pendant tout ce temps - parallèlement aux réformes libérales des années 1990 et à leur poursuite inertielle dans les années 2000, et pendant tout ce temps contre ces réformes - une vie intellectuelle alternative s'est déroulée en Russie, qui a à peine fait son chemin sur les écrans, les forums prestigieux et les médias de masse contrôlés par l'État. Et pourtant, les penseurs russes ont lu, pensé, discuté, écrit et publié pendant toutes ces années. Mais il s'agissait d'une sorte de clandestinité idéologique qui n'a jamais pleinement émergé, malgré les tendances patriotiques qui sont devenues prédominantes avec Poutine. Sur le plan idéologique, Poutine est également resté sous l'influence déterminante des libéraux et des Occidentaux, bien qu'il ait cherché à défendre la souveraineté et l'indépendance de la Russie par tous les moyens possibles. C'est pourquoi on a la fausse impression que les libéraux ont tous les projets et les idées pour l'avenir, tandis que le pôle patriotique a le vide, la nostalgie, l'archaïsme et la "grogne irresponsable". En fait, il existe une idéologie, les autorités ne veulent simplement pas en entendre parler depuis longtemps. S'ils le veulent maintenant, ce sera l'occasion d'un nouveau départ.

 

Si la Russie choisit le même compromis qu'auparavant avec l'Occident, avec le capitalisme mondial, rien n'en sortira à nouveau. Seulement de la vanité et une perte de temps. Si le gouvernement est vraiment assez mûr pour agir, pour créer, maintenant - c'est une autre question. Elle devrait simplement ouvrir les yeux et regarder ce dont elle s'est détournée pendant 30 ans - au départ de la Russie.

 

La réinitialisation comme verdict pour la Russie

 

Aujourd'hui, nous voyons des signes clairs que la Russie est condamnée par l'Occident. Ce problème devient particulièrement aigu avec la "grande réinitialisation". C'est un point noir pour nous.

 

Au début des années 2000, les partisans de la mondialisation et d'un monde unipolaire ont entamé une ère de défaillances systémiques constantes. L'attaque des extrémistes musulmans le 11 septembre, les échecs au Moyen-Orient et en Asie centrale, la croissance économique d'une Chine souveraine et le retour de la Russie de Poutine sur la scène historique. Dans les années 90, le gouvernement mondial semblait à bout de bras. Et depuis les années 2000, cet objectif d'un triomphe mondial du libéralisme n'a fait que s'éloigner. La série de ces échecs a culminé avec l'élection du président américain Donald Trump en 2016, qui a suggéré d'abandonner enfin la mondialisation et de s'attaquer aux problèmes nationaux des États-Unis en tant que puissance distincte ayant ses propres intérêts. Le second mandat de Trump aurait finalement envoyé les mondialistes dans le passé, et la multipolarité serait devenue un fait irréversible.

 

C'est dans une situation aussi critique pour eux que les mondialistes qui ont parié sur Biden ont réussi à faire entrer leur candidat à la Maison Blanche, par tous les moyens. Elle a signalé une "nouvelle normalité" pour eux, c'est-à-dire une hâte de rétablir l'équilibre des pouvoirs qui existait dans les années 1990 avant que la mondialisation ne commence à s'enrayer. C'est l'objectif du Big Reset : tout ramener à un monde unipolaire où le monde islamique était plongé dans de sanglants conflits internes, où la Chine suivait docilement les directives du FMI et de la Banque mondiale et où la Russie se désintégrait et se soumettait aux politiques de l'Occident et de ses émissaires, les libéraux et les oligarques russes. Si nous ne faisons pas ce retour (ce à quoi ressemble le slogan de campagne de Joe Biden - "Bild Back Better" - "reconstruire à nouveau et encore mieux"), les libéraux devront oublier le mondialisme et l'hégémonie mondiale. Nous pouvons penser à l'agonie, ou à la bataille finale. Quoi qu'il en soit, le fait est que nous approchons du moment d'une collision décisive. Une Russie souveraine, la Russie de Poutine, est tout simplement impossible, inacceptable dans ce scénario. Il doit être "reconstruit dans les années 90". A n'importe quel prix.

 

On constate que les milieux mondialistes américains eux-mêmes ne tiennent même plus compte de leurs propres dissidents - américains -, notamment du Parti républicain, des quelque 70 millions de personnes qui ont voté pour Trump. Les masques sont tombés. Toute critique de la mondialisation aux États-Unis ou à l'étranger est automatiquement une cible de répression - médiatique (déconnexion des médias sociaux), économique, politique, etc. Un gouverneur démocrate a suggéré qu'ils cessent de vendre des billets d'avion aux partisans de Trump. C'est la culture de l'annulation dans toute sa gloire totalitaire. Le libéralisme devient agressif, intolérant et se transforme sous nos yeux en une dictature mondiale. Un soupçon de désaccord avec la politique de genre, le mouvement LGBT, le féminisme, la pratique du repentir (pour les crimes commis ou non) pour des motifs raciaux, etc. et d'autres attitudes idéologiques deviennent la base d'une persécution sociale et, dans de nombreux cas, administrative.

 

Et là, les mondialistes ne font aucun compromis. Ils veulent maintenant tout ou rien. Ainsi, le libéralisme devient fanatique, intolérant et totalitaire. Tout ce qui lui plaît est déclaré "théorie du complot", "fake news" ou propagande. Il n'y a qu'une seule vérité, et seuls les libéraux la possèdent. Tout le reste est du "fascisme". C'est la logique des mondialistes. Et la Russie, dans ce système de coordonnées, devient inévitablement l'ennemi - et le plus sérieux, le plus minutieux et le plus dangereux.

 

L'ordre russe

 

Si nous sommes destinés à survivre et à gagner dans de telles conditions, alors nous ne pouvons le faire qu'avec l'idéologie, avec l'Idée. Car à l'autre bout, nous avons précisément affaire à une Idée, une Idée libérale. Tant que nous n'aurons pas établi notre propre idée, nous serons paralysés, dépendants de critères et de règles qui ne sont pas fixés par nous. Et même si nous gagnons en respectant ces règles (comme la Chine parvient à le faire aujourd'hui), elles seront simplement modifiées par ceux qui nous les ont imposées en premier lieu.

 

L'idée est là. Ce qu'il faut maintenant, c'est une transformation du pouvoir, de l'État. Il doit y avoir un réveil de Poutine lui-même. L'État doit participer à l'idée russe.

 

Lorsque nous venons à la Sainte Communion, nous disons approximativement les mots suivants : "Que la Sainte Communion soit pour moi une lumière et non un feu brûlant, que mes péchés ne brûlent pas avec moi ...".

 

Hélas, l'idéologie russe va simplement brûler beaucoup de gens au pouvoir. Parce qu'il est tout simplement impossible d'avancer dans l'histoire avec de nombreux représentants d'un tel pouvoir. L'idéologie exige des cœurs purs, des âmes profondes et des pensées élevées. L'idéologie est une idée. Une idée a besoin d'un certain corps - spirituel -. Tant chez une personne que dans un État. Ou l'Ordre. L'ordre russe.

 

Quant aux projets concrets de développement d'une idéologie, si quelqu'un en a vraiment besoin, nous serons toujours prêts. Il me semble que ce que nous avons toujours fait, nous continuerons à le faire à un moment de danger critique pour l'État. Si les autorités portent aujourd'hui une quelconque attention aux idées et à l'idéologie (et j'espère que c'est le cas), c'est le dernier appel. C'est maintenant ou jamais. Ce n'est pas à nous, penseurs patriotes, de commencer. Le pouvoir doit commencer par lui-même. Sans une purge majeure au sein du régime politique actuel, la construction de l'État russe et la renaissance du pays sont impossibles.

 

SOURCE: Magazine "Izborsk Club", numéro 3 (89), 2021.

 

https://izborsk-club.ru/magazine

 

Alexandre Douguine

http://dugin.ru

Alexander G. Dugin (né en 1962) est un éminent philosophe, écrivain, éditeur, personnalité publique et homme politique russe. Docteur en sciences politiques. Professeur de l'université d'État de Moscou. Il est le leader du mouvement international eurasien. Membre fréquent du Club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Commentaire d'Alexander Utyuzhnikov:

Enfin, nous en arrivons à la forme d'État russe prévue - la théocratie orthodoxe. Dans cette idée, il y a un rejet de "l'idée romaine de l'État", et le rejet de "l'idée du protestantisme - moderne", et l'idée de "Révolution" (selon Tyutchev) comme leur frayeur. Le premier révolutionnaire était le diable et la première révolution dans le jardin d'Eden, "Rome", "protestantisme", "modernité", "post-modernité" - ses phases (de la révolution).
La manière dont la transition vers l'état de théocratie orthodoxe peut être réalisée en pratique est décrite, par exemple, dans Les Frères Karamazov (Ch. Budi, Budi !).
Et, bien sûr, un changement de conscience est requis de la part de tout le monde (et pas seulement des "autorités"). Metanoia en russe : repentir, la signification de ce mot n'est pas comprise même par beaucoup de gens d'église. Je soupçonne que les "autorités", du moins les plus hautes, sont plus prêtes au changement que les "gens ordinaires" - cela se voit dans la fréquentation des églises et la compréhension des concepts importants de la Foi.
Le début du ministère du Christ : "Jésus se mit à prêcher et à dire : 'Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche'" (Matt. 4:17).

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>