Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Rouge et Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

club d'izborsk (russie)

Shamil Sultanov: entretien avec Business-gazeta.ru (10 janvier 2021)

29 Avril 2023 , Rédigé par Sudarshan Publié dans #Asie, #Islam, #Economie, #Politique, #Russie, #Monde, #Shamil Sultanov, #Club d'Izborsk (Russie), #Opération Coronavirus, #Environnement, #Philosophie, #Turquie, #Chine, #USA

Shamil Sultanov (1953-2022)

Shamil Sultanov (1953-2022)

Shamil Sultanov : "Poutine doit comprendre qu'il n'y aura pas de pitié. Nous devons nous préparer au combat".

10 janvier 2021.

Le célèbre philosophe explique comment le coronavirus a empêché une guerre majeure et pourquoi les Américains ne parient pas sur Navalny mais sur Koudrine.
"La destruction de Trump, l'objectif principal pour 2020, est faite. Et ensuite, le principal objectif de l'État profond américain sera la destruction de Poutine et du régime de Poutine", a déclaré Shamil Sultanov, directeur du groupe de réflexion Russie-Monde islamique. Dans une interview accordée à Business Online, M. Sultanov explique pourquoi les gens acceptent d'être "apprivoisés" à l'ère du coronavirus, si la Russie peut être considérée comme un pays féodal et comment Erdogan a été le premier dirigeant mondial à comprendre que des temps nouveaux s’annonçaient.

Shamil Zagitovich, dans vos discours, vous caractérisez l'année écoulée comme le début d'une "ère de grande incertitude". En effet, l'année 2020 ressemble à ces rares dates dans l'histoire de l'humanité, à partir desquelles, dans les temps anciens, les gens commençaient le compte à rebours vers une nouvelle ère. Mais de quelle ère s'agit-il ? L'humanité est aujourd'hui comme un hérisson dans le brouillard : tout est bancal et brumeux, l'avenir est à peine visible, mais il y a beaucoup d'inquiétude dans ce brouillard…

De nombreux indicateurs suggèrent que nous sommes effectivement entrés dans une nouvelle ère d'incertitude globale, ou si vous préférez, d'incertitude stratégique et même civilisationnelle. De quels indicateurs s'agit-il ? Regardons : par exemple, pour la première fois en 70-80 ans, la dette extérieure des États-Unis a dépassé le PIB américain (selon des données de l'automne dernier, la dette fédérale américaine s'élevait à 21 000 milliards de dollars et continuait à croître régulièrement en raison de la situation de pandémie - ndlr). Cela ne s'est jamais produit auparavant, pas même pendant la Grande Dépression. Autre exemple : la civilisation humaine est en train de changer les règles du jeu sous nos yeux, rejetant l'ancien ordre établi par les Américains après l'effondrement de l'Union soviétique. Et maintenant, ces vieilles règles du jeu, adoptées par les apologistes de la "marche triomphale du capitalisme", ne fonctionnent plus non plus ! Et l'administration de Donald Trump l'a vraiment prouvé - parfois de manière amusante, si l'on prend la tentative de relation entre Trump et Kim Jong-un, et parfois de manière dramatique, comme entre les États-Unis et la Russie ou l'Amérique et la Chine. Mais ce ne sont pas seulement les stratégies politiques qui échouent ; les mécanismes économiques construits au cours des 30 à 40 dernières années, pendant la période la plus intense de la mondialisation, sont en train d'échouer. Les anciennes chaînes économiques s'effilochent comme des fils et, dans le même temps, on assiste à une réévaluation de l'efficacité économique : que signifiera l'efficacité proverbiale de demain ?
Ou pour se tourner vers la sphère idéologique : il y a trois ans, en décembre 2017, le Club de Rome publiait son rapport clé intitulé " Allez ! Capitalisme, myopie, population et destruction de la planète". L'idée principale de ce rapport était précisément que l'ancien monde se terminait et qu'une nouvelle période de l'histoire commençait (les idéologues du Club de Rome partaient du principe que la civilisation humaine s'était auparavant formée dans un "monde vide", avec des territoires inexplorés, des terres non découvertes et des ressources non exploitées. Or, selon les enseignements de l'écologiste et économiste américain Herman Daly, l'humanité est entrée dans une ère de "paix totale", où presque tout a été exploré et maîtrisé, l'écosystème est plein à craquer, mais dans ce monde, les gens vivent avec de vieilles habitudes qui pourraient provoquer un désastre inévitable - ndlr). Et alors ? Trois ans seulement se sont écoulés depuis que le Club de Rome a mis en garde contre la possibilité de l'avènement d'une nouvelle ère, et aujourd'hui, en regardant autour de nous, nous voyons de plus en plus de signes de ce "renouveau". En Occident, on parle de plus en plus de "croissance économique zéro". Mais honnêtement, je n'arrive pas à comprendre ce qu'est la "croissance économique zéro" dans le cadre du capitalisme. C'est en principe impossible ! Quelles sont alors les incitations à développer les sphères de la production et du commerce ? Si la croissance elle-même et, avec elle, les profits sont réduits à zéro ? D'une part. Ensuite, quoi qu'on en dise, la population mondiale ne cesse de croître, ce qui signifie qu'avec une "croissance économique zéro", nous serons très vite confrontés (et nous le sommes déjà) à une forte augmentation de la pauvreté et de l'indigence. La population mondiale dépasse aujourd'hui les 7 milliards et 700 millions d'habitants et la barre des 8 milliards n'est pas loin. À cet égard, certains affirment que la destruction actuelle de la biocénose, dont la pandémie actuelle de coronavirus (en tant que réponse de la biosphère à la "paix totale") fera probablement partie, est directement causée par l'activité humaine. En clair, l'homme est devenu une sorte de cancer de l'organisme vivant de la Terre. Ou, pour le dire plus simplement, non pas l'homme lui-même, mais la civilisation actuelle, qui détruit la composante biologique de la planète, et avec elle les autres composantes les plus importantes - l'hydrosphère et l'atmosphère. La phase de civilisation, dont le slogan principal est devenu la production et la consommation de masse, a notamment pour conséquence que, depuis 2011, les océans du monde ne sont plus en mesure de recycler les déchets humains qui y sont déposés. Ainsi, les océans ont cessé de se nettoyer, et ce depuis près de 10 ans !

Qu'est-ce que la pollution des océans ?

Il existe une liste de substances qui se retrouvent chaque année dans les océans en raison des activités humaines, qu'elles soient apportées par les rivières, qu'elles proviennent de l'atmosphère polluée ou qu'elles soient produites par toutes sortes de "décharges", de sites d'enfouissement et autres. La façon dont ces déchets se dissolvent ou non, ou coulent au fond en formant de tristes cimetières de déchets, tout cela a été suivi par des experts au cours des 30 dernières années. Par exemple, alors qu'auparavant les plastiques étaient au moins partiellement recyclés, on trouve aujourd'hui des îles entières de plastique en pleine mer, dans les eaux intérieures. La Chine, les Philippines, l'Indonésie, la Thaïlande et le Viêt Nam sont les principaux pays où l'on jette de manière incontrôlée des bouteilles, des récipients, des emballages, etc. Les conséquences sont évidentes. Le plastique est comprimé en de gigantesques îles de déchets de - parfois ! - de milliers de kilomètres carrés, ne se déplacent nulle part et pourrissent au soleil et dans l'eau. La "Grande plaque de déchets du Pacifique", par exemple, pèse plus de 3,5 millions de tonnes et couvre une superficie de plus d'un million de kilomètres carrés. Il existe au total cinq "plaques de déchets" de ce type, celle du Pacifique étant la plus grande. La chose la plus importante, la plus paradoxale et peut-être la plus tragique qui accompagne notre transition vers une nouvelle civilisation est que le développement technologique se poursuit malgré tout. Nous entrons de force dans la sixième phase technologique.

Mais cette étape nous sauvera-t-elle de la négligence des quatrième et cinquième étapes technologiques ? Le gaspillage est en effet une conséquence de ces périodes.

Je n'exclus pas que la sixième ère technologique soit encore plus effrayante. Il s'agit d'une sorte de percée vers des technologies entièrement nouvelles - nanotechnologies, biotechnologies, technologies génétiques, etc. Mais en même temps, en créant une production entièrement robotisée et en formant des matériaux dont la durabilité et la qualité sont absolument incomparables avec ce qui était produit il y a 20-30 ans, les nouvelles technologies projettent une masse énorme et croissante de contradictions et de problèmes - dans la sphère sociale, la culture, l'idéologie, et ainsi de suite.
L'exemple le plus clair à mes yeux est celui des États-Unis, qui sont le pays le plus performant sur la voie du sixième paradigme technologique. Selon certaines estimations, 16 à 18 % de la production américaine actuelle est déjà liée d'une manière ou d'une autre au sixième paradigme. Mais dans ce contexte, nous pouvons constater qu'un grand nombre de nouveaux problèmes systémiques insolubles sont apparus et s'aggravent rapidement en Amérique, ce qui, en 2020, rapprochera le pays de la guerre civile. Il s'est passé quelque chose de similaire aux États-Unis en 2000, lorsque George W. Bush a remporté les élections et qu'une grande partie des Américains lui ont refusé la reconnaissance. Et cela a duré 9 à 10 mois : le pays était en fait divisé en deux parties. Cette répétition suggère que même l'élite supérieure, le malheureux État profond américain, n'arrive pas à trouver les moyens de prévenir une rechute. Elle n'arrive pas à trouver un concept, un modèle et une technologie appropriés. C'est pourquoi nous avons vu plus d'une fois, non seulement aux États-Unis, mais aussi en France et en Allemagne, différentes foules de personnes - souvent diplômées, pas des prolétaires ordinaires - descendre dans la rue, prêtes à s'entre-déchirer. On a vu un correspondant d'une chaîne américaine demander à un certain passant : "Que se passe-t-il si les grands électeurs ne reconnaissent pas Donald Trump comme président des États-Unis ?" Et l'homme de répondre calmement, comme s'il s'agissait d'une évidence : "Mais nous avons des fusils ! ».

Et pourtant, ce n'est ni Trump, ni Biden, ni même l'empoisonné Navalny, qui est devenu actif fin décembre, mais Sa Majesté le coronavirus. Ce n'est pas pour rien qu'il a été "couronné" avant d'être présenté au monde - il est une sorte de virus dans le halo de la couronne. Et du haut de son trône, d'où il règne sur le monde, COVID-19 n'est pas encore descendu, il reste le "personnage" le plus médiatique.

Pour moi, le coronavirus est avant tout une composante de la nouvelle gouvernance mondiale et totale de l'humanité qui est en train de se mettre en place sous nos yeux. Je vous donne un exemple : en 2008-2009, lors de l'analyse de la sortie de la récession économique de l'époque, on prévoyait qu'en 2013-2014, il y aurait une nouvelle poussée de la crise. Mais les années 2019-2020 seront le point culminant de la crise, qui peut conduire à de puissants affrontements sociaux, à une déstabilisation imprévisible de diverses nations, etc. dans le monde. Pour éviter cette déstabilisation sociale mondiale, la descente dans la rue de dizaines de millions de personnes, il a fallu les "assigner à résidence", les obliger à ne pas quitter le seuil de leur maison. Le coronavirus était-il à la hauteur ? Absolument.
Et maintenant, un autre point important. Je suis certain que si le monde n'avait pas connu de pandémie de coronavirus, Donald Trump aurait gagné l'élection présidentielle. Car quelles que soient les saloperies déversées sur lui, le 45e président des États-Unis était plutôt actif et aurait traversé le creuset de la campagne électorale. Et avec le coronavirus et les anti-records que le système de santé américain était en train d'établir, ses adversaires s'attendaient à ce que Trump se fasse cracher dessus de la tête aux pieds à la fin du mois d'octobre et qu'il soit contraint de s'en aller comme un chien pleurnichard, en pleurant et en s'excusant auprès du grand peuple américain. Mais la situation est tout autre : le dirigeant américain a tenu bon jusqu'au bout et a même promis de revenir à la Maison Blanche en 2024. Son comportement - en violation de toutes les règles du jeu politique américain - nous rappelle une fois de plus que Trump est une figure farouchement non systémique, qu'il n'appartient pas au plus haut establishment des États-Unis et qu'il n'y a jamais été invité. En outre, il a fait l'expérience directe de la collision avec la machine de pouvoir américaine - n'oubliez pas qu'il a fait faillite à cinq reprises. On ne peut pas parler de lui comme d'un homme d'affaires prospère et d'un génie commercial exceptionnel. Il est tombé à plusieurs reprises, mais a été relancé par la suite grâce à l'argent de sa famille. Donald Trump a acquis sa popularité pré-présidentielle principalement grâce à son implication dans le show-business, et non dans l'industrie de la construction. En ce sens, il représentait le pire scénario pour l'État profond américain : un populiste hypocrite qui lance des défis sans consulter personne, qui fait appel à la foule et à ses bas instincts, qui critique le gouvernement fédéral, etc. En ce sens, Trump a eu des partisans après 2016 - nous les voyons en Espagne, en Italie, en Grèce et en Allemagne également. Une vague populiste a déferlé sur le monde dit civilisé.
Mais ce populisme, contrairement au populisme des années 1920 par exemple, n'a pas encore de base théorique. Alors que le socialisme prenait de l'ampleur en tant que mouvement institutionnel il y a 100 ans, le fascisme est apparu et le mouvement nazi est né. Un grand nombre de sociétés mystiques ont vu le jour dans le monde entier. Aujourd'hui, rien de tout cela n'existe encore - la théorie, précisément en tant que réflexion anticipatrice, ne joue aucun rôle. D'autre part, en ce qui concerne l'État profond, il y a des populistes qui sont prêts à tout détruire pour simplement satisfaire leur propre ego - une forme spécifique de masturbation politique. Bien sûr, pour cette raison, 2020 était censé être un slogan tacite de destruction de Trump - en tant que populiste majeur et flagrant. Eh bien, Trump a été éliminé, et le coronavirus a joué son rôle.
Un troisième exemple. Quel est le principal problème auquel est confrontée la communauté mondiale depuis 2004-2005 jusqu'à aujourd'hui ? Ce sont les frictions croissantes entre les États-Unis et la Chine et, plus largement, entre l'Occident et la RPC. Permettez-moi d'établir un parallèle : les événements des 10 à 12 prochaines années ressembleront dans une certaine mesure à ceux des années 1900 à 1912. Et surtout sur le plan géopolitique. Rappelez-vous : à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, deux centres de pouvoir mondiaux avaient émergé dans le monde (ils étaient entièrement européens à l'époque) : L'empire traditionnel britannique, d'une part, et l'empire allemand, agressif et effronté, d'autre part. Et aujourd'hui ? Il y a l'Amérique et la Chine. Autour d'eux, des coalitions se forment. Comme il y a plus de 100 ans, l'Empire russe ou l'ancien Empire austro-hongrois des Habsbourg ont été contraints de conclure des alliances - l'Entente ou la Triple Alliance, respectivement. Cela a conduit à la Première Guerre mondiale. Puis les deux coalitions se sont affaiblies et une troisième force est apparue : l'Amérique. Qui peut aujourd'hui prétendre être cette troisième force ?
C'est le coronavirus, qui vient d'affaiblir la possibilité d'une guerre hybride totale. Bien que les Chinois n'aient pas été très pacifiques ces derniers temps, menaçant les Américains, criant qu'ils sont prêts à envoyer leurs navires à Taïwan, et en décembre, ils ont organisé des exercices dans le détroit au large de l'île, de sorte que la marine et l'armée de l'air taïwanaises ont été mises en état d'alerte maximale. Mais tout cela n'était qu'un jeu, et la réalité est qu'une guerre mondiale entre la Chine et les États-Unis est désormais impossible. Il convient de noter qu'une nouvelle guerre mondiale ne peut avoir lieu qu'entre la RPC et les États-Unis, ou plutôt entre leurs deux coalitions mondiales. En outre, la coalition américaine potentielle compte jusqu'à 80-90 pays, tandis que la coalition chinoise en compte environ 50-60.

Il est évident que si nous prenons la coalition chinoise, la Russie est l'un des principaux pays.

Oui, l'un des premiers, même si la Fédération de Russie a beaucoup de mal à soutenir la Chine. En effet, une partie importante de l'élite russe est opposée à une telle orientation vers Pékin. L'année dernière, avant même la pandémie, j'ai eu l'occasion de discuter, par exemple, avec certains membres de l'élite de Saint-Pétersbourg - j'ai rarement vu quelqu'un adopter une position anti-chinoise aussi tranchée. Et ces personnes - bien sûr, dans les limites du politiquement correct - ont confronté leurs points de vue à la position de Poutine.
Dans l'ensemble, la composition des alliés de la Chine semble jusqu'à présent beaucoup plus faible que celle des Américains. Les Chinois sont bien conscients qu'ils ne sont pas encore prêts pour une grande guerre "chaude". Le XIXe congrès du PCC (Parti communiste chinois), comme nous le savons, a admis qu'un équilibre avec les États-Unis ne pourrait être atteint qu'en 2035. Mais nous savons que le problème de la guerre peut surgir spontanément, en dépit du bon sens, comme en 1914, alors que personne ne semblait vouloir la guerre. Ne serait-ce que parce que tous les rois et tsars d'Europe étaient liés les uns aux autres. La guerre s'est déclenchée d'elle-même. Et je vois l'effet positif du coronavirus dans la réduction de la menace d'une telle guerre spontanée.

Mais le COVID-19 est-il lui-même spontané ? Est-il le résultat d'une dégradation naturelle de la biocénose ou s'agit-il d'une arme biologique calculée lancée dans le monde ?

Je pars du principe que la pandémie actuelle a tout pour elle : la spontanéité, la prévoyance et la conspiration. Si nous avions une biosphère parfaite, avec ou sans armes biologiques, la pandémie se serait limitée à un foyer localisé. Et le coronavirus ne serait pas allé plus loin que Wuhan, peut-être n'aurait-il pas touché l'homme du tout, coincé dans le règne animal. Mais si la biosphère elle-même est déjà malade, la fuite américano-chinoise d'armes biologiques (rappelons que les spécialistes chinois ont largement coopéré avec les Américains à Wuhan) a dû être désastreuse. Il est fort possible que cette fuite ait été considérée comme faisant partie d'une vaste expérience. Nous ne saurons comment cela s'est passé que dans 20 ans au mieux, voire jamais. Pour l'instant, nous pouvons affirmer que les bonnes conditions (une biocénose malade) ont été créées pour que le COVID-19 se propage et qu'il est probable que la fuite ait été orchestrée avec de grands objectifs. Contenir la Chine, faire tomber Trump, établir un nouveau cycle de coopération mondiale entre les États-Unis et l'Europe, et coincer la Russie. Dans ce contexte, l'idée d'un nouveau modèle de gouvernance est dans la tête de quelqu'un. Et ce n'est même pas une question médicale - après tout, nous ne savons pas vraiment combien de personnes sont mortes du coronavirus et combien sont mortes de maladies connexes. J'ai lu que, disons, jusqu'à 17 millions de personnes meurent chaque année de toutes les formes de pneumonie. En 2020, moins de 2 millions de personnes sont mortes du COVID-19 dans le monde. Lorsque l'OMS parle de 17 millions de décès dus à la pneumonie, tout semble clair. En revanche, rien n'est clair et tout dépend des critères et des paramètres qui guident les systèmes de santé nationaux. Qui figure sur la liste des personnes tuées par le coronavirus ? Ce n'est même pas le virus qui affecte une très grande partie de la population, mais la peur qu'il suscite. Oui, l'année écoulée pourrait bien être appelée "l'année de la terreur". Toutes sortes de peurs ont précédé le coronavirus comme la cavalerie de l’apocalypse.

Et qui est concerné par ces peurs en premier lieu ? Quelle est la caractéristique sociobiologique de la peur dans le monde moderne ?

En règle générale, il s'agit d'une peur de masse qui touche de vastes segments  de la population. Et le caractère de masse lui-même est dû à quoi ? Je dirais que la civilisation actuelle, qui se dirige inévitablement vers sa fin, a créé une énorme strate d'"imitateurs". Il s'agit de personnes qui imitent totalement les stéréotypes, qui sont prêtes à être formées elles-mêmes. Ils sont formés par l'influence complexe des médias de masse, de la télévision, d'Internet, par l'éducation, la publicité, les rumeurs, l'appartenance à un certain clan, etc. On dit à l'homme moderne : "Tu dois suivre le style". Et cette année, la mode est à untel ou untel. Mais pourquoi ? Pourquoi un homme qui réussit devrait-il nécessairement porter telle marque de montre et pas une autre ? Pourquoi porterait-il un costume bleu et non le classique noir ? Après tout, personne ne se pose sérieusement ces questions. Cela signifie qu'il existe un puissant mécanisme d'imitation - et un mécanisme incontestable. Si l'on dit à une femme : "Suivez un certain style", toute femme normale devrait répondre : "Je suis une femme unique. Si je suis un style impersonnel, je me perdrai. Je dois trouver mon propre style". Mais peu de gens disent cela ! Et la proportion de personnes prêtes à imiter automatiquement et à accepter silencieusement les modèles de la société moderne atteint 70 à 80 % ! C'est le moins que l'on puisse dire ! Une masse critique a été atteinte. Grâce à la programmation neurolinguistique et aux techniques directes et indirectes de guerre psychologique, quelqu'un est en mesure d'influencer de grandes masses humaines. Il ne s'agit pas de personnes agissant rationnellement, mais de personnes prêtes à être formées. Ils sont formés - par rapport au style, à l'alimentation, aux valeurs de la vie, à la politique, aux autres personnes, aux groupes, aux sociétés, etc. Mais de la même manière, ils peuvent aussi être formés par rapport à la maladie. Comme l'a souligné l'un de nos universitaires, même avant l'apparition du coronavirus, les gens mouraient de diverses maladies infectieuses. Cela se passait en Russie et en Union soviétique, mais personne ne le soulignait. C'était peut-être une mauvaise chose, mais d'un autre côté, c'était une bonne chose, parce qu'il n'y avait pas d'agitation. Soudain, le monde entier a été saisi par une sorte d'hypocondrie généralisée. En l'espace de quelques mois, les gens ont accepté l'idée que certains groupes de pouvoir avaient le droit de les enfermer chez eux. Aujourd'hui sous la bannière du coronavirus, demain sous la bannière d'une autre « couronne".
Je tiens à souligner que ce n'est pas sans raison que la figure centrale de la culture de la civilisation moderne est l'acteur. Non pas un penseur, non pas un écrivain ou un scientifique capable d'une réflexion profonde, mais un acteur - une créature de manipulation et de contrôle, avec un psychisme mobile et imitatif. L'acteur idéal est une marionnette tirée par des ficelles dans le théâtre conditionnel de Karabas-Barabas. Si 70 à 80 % des gens d'aujourd'hui sont des imitateurs, leurs héros sont des acteurs, des comédiens, des humoristes, etc.
C’est l'une des grandes différences entre le modèle de civilisation actuel et d'autres civilisations. Par exemple, dans la civilisation romaine hellénistique de la Méditerranée, il y avait deux des professions les plus méprisées : le bourreau et l'acteur. Pourquoi un acteur ?  Il ne peut même pas s'exprimer, il ne peut que mal jouer les autres. "On ne te demandera pas pourquoi tu n'es pas devenu untel ou untel. On te demandera là-bas pourquoi tu n'es pas devenu toi-même. »
Dans la civilisation actuelle, au contraire, tout est à l'envers. Et c'est pour cela qu'un showman devient président des États-Unis. Et le président de l'Ukraine  est un comédien. L'un des principaux hommes politiques italiens est également comédien (Giuseppe Piero Grillo, fondateur du mouvement de protestation "Cinq Étoiles" - ndlr). Mais encore une fois, si nous regardons de près les hommes politiques contemporains, nous constatons qu'ils sont tous des acteurs ! Et très souvent, ce sont de mauvais acteurs. Et si nous regardons les années 1950 et 1960, pas si éloignées de nous, nous verrons Konrad Adenauer, Charles de Gaulle ou, disons, Nikita Khrouchtchev. Quoi qu'on en pense, il s'agissait de personnalités, pas d'acteurs. Et l'homme politique actuel n'a pas le droit d'être une personnalité. Il joue tout le temps, mais comme il ne s'est jamais spécialisé dans le jeu d'acteur (sauf les politiciens-acteurs professionnels), il est condamné à perdre. Ainsi, objectivement, les populistes d'un jour, tels que Donald Trump, occupent le devant de la scène. Et une ou deux ou même mille personnes honnêtes et sincères ne sauveront ni n'arrangeront rien ici. Espérer que Danko sorte son cœur de sa poitrine et dirige la nation est naïf. Le système d'imitation totale est en place depuis des décennies. Le même modèle de production et de consommation de masse a plus de 80 ans. Et l'élément clé de ce que j'appelle la "civilisation de l'imitation" est la publicité totale. Très souvent, nous ne sommes même pas conscients de ce qu'est réellement la publicité dans ses effets dramatiques. Par exemple, on parlait de l'effet 25th Frame, puis on se taisait et on déclarait que c'était une fiction. Mais en fait, le 25e cadre fonctionnait déjà dans les années 1960. Et il n'est pas difficile d'imaginer à quel point ces technologies noires se sont intensifiées depuis. J'ai moi-même travaillé à la télévision et je sais comment ce genre de choses se produit - même avec notre approche plutôt amateur.
Les résultats des élections aux États-Unis montrent que l'Amérique n'est pas divisée en deux, mais en trois parties. Il y a les partisans des démocrates - une foule très diverse, composée de minorités ethniques, de gays, de lesbiennes, de transgenres et de personnes qui les justifient, de partisans du socialiste Bernie Sanders, etc. Il y a les conservateurs traditionnels - des gens ordinaires qui, dans les années 90, pendant la campagne électorale, ont dit à Buchanan : "Pat, qu'est-ce qui se passe de toute façon ? Nous sommes devenus un pays complètement différent ces derniers temps ! Où sont nos traditions, où est notre culture ?" Mais il y a un troisième groupe qui s'oppose à la fois à Joe Biden et à Donald Trump. On les trouve au sein du Parti républicain - ils ont toujours détesté le showman Trump et ses mensonges permanents. En signe de protestation, ces personnes ont voté pour Biden. À l'inverse, certains membres du parti démocrate n'aimaient pas Biden, ses grimaces et son habileté à former un entourage exclusivement composé de pédérastes, de personnes de couleur et d'autres personnes du même acabit. Ils ont donc voté pour Trump. À mon avis, l'opposition de ces trois groupes est le problème le plus dangereux pour la société américaine. Et je ne suis pas sûr que Biden puisse gérer une telle situation.
Mais revenons au point clé que je voulais aborder : l'humanité a perdu le sens, l'image de l'avenir, elle ne sait pas où elle va. Le mouvement de la civilisation bâtarde d'aujourd'hui est devenu inertiel par nature - comme un train qui a perdu ses freins et qui déraille. Et l'abîme est devant nous. Je ne peux absolument pas accepter que l'homme soit le roi de la nature et qu'il décide de tout en sa faveur : il ne décidera plus de rien.

Vous renoncez donc à la vision anthropocentrique de l'univers dans laquelle les penseurs de la Renaissance plaçaient l'homme au centre ?

L'homme n'est qu'une composante très insignifiante du macrocosme et du microcosme : de systèmes plus généraux et plus vastes - planétaire, solaire, galactique, cellulaire, atomique, subatomique, etc. Même si nous considérons l'homme dans le cadre d'une seule Terre, nous constatons qu'il n'est qu'une sorte de néoplasme à la surface de la planète, et le temps montrera s'il est bénin ou malin. Jusqu'à présent, nous devons constater que l'humanité se comporte de plus en plus comme une tumeur maligne.

Depuis quand l'homme est-il apparu sur Terre et quand les civilisations ont-elles commencé à émerger ? Dans les études culturelles actuelles, on estime que la civilisation actuelle, vieille de 8 à 10 000 ans au maximum, n'est pas la seule à avoir existé sur notre planète. Il s'agit d'une civilisation, mais nous ne savons rien de nos prédécesseurs - nous ne connaissons même pas nos véritables ancêtres.

La civilisation moderne, c'est avant tout le capitalisme, ce que l'on appelle le Nouvel Âge, dont les racines remontent à la Renaissance. Cette civilisation a entre 500 et 600 ans, voire un peu plus. Qu'est-ce qui caractérise cette période en premier lieu ? C'est que la civilisation est profondément matérialiste et en même temps eurocentrique. Cela apparaît clairement si nous la comparons aux civilisations chinoise, indienne ou même romaine. Là, il n'y avait pas de domination matérielle aussi écrasante. Le matériel, le physique, occupait de 15 à 30 % de la vie des gens. Si nous regardons l'ancienne civilisation égyptienne, l'élément matériel dans cette civilisation était d'une importance mineure. Et aujourd'hui ? Je pense que nous pouvons parler d'une domination matérielle de 80 à 90 %. Ce que l'on appelle la culture de masse, ou ce que l'on appelle parfois la quasi-culture, n'a aucun rapport avec les principes spirituels. Elle ne fait qu'interpréter le matériel à sa manière et cherche à augmenter ses profits.
En même temps, il y a un paradoxe. Si l'on se souvient de l'État soviétique, qui proclamait officiellement son matérialisme et son athéisme, il était né d'un élan spirituel vers la justice mondiale et le paradis terrestre. Mais en quelques décennies (bien avant l'effondrement de l'URSS), il a abouti au matérialisme le plus primitif et le plus prosaïque : un appartement pour chaque famille soviétique, une datcha sur six hectares, une voiture, etc.
Aujourd'hui, l'humanité est confrontée à une période de transition difficile, qui sera liée à une recherche intensive de nouveaux modèles et de nouvelles stratégies - non seulement politiques, mais aussi sociales, économiques, culturelles, informationnelles et autres. Nous disposons de 20 à 25 ans pour cela, mais j'ai le sentiment que ce délai n'est pas suffisant pour résoudre l'ensemble des problèmes existants.

De quels problèmes parlez-vous, en dehors des défis environnementaux et économiques ?

Regardez : l'un des principaux piliers de la civilisation capitaliste - l'État, avec ses autorités et son appareil - s'effondre sous nos yeux. Le modèle étatique est fortement discrédité sur le plan idéologique et spirituel. C'est ce qui se passe aux États-Unis et en France, par exemple. Dans le même temps, la proportion d'États en déliquescence dans l'œcumène augmente. Rien qu'en Afrique, on compte plus d'une douzaine d'États de ce type. En Amérique latine, nous pouvons facilement trouver des exemples similaires. En Eurasie également : la Syrie, l'Irak, l'Afghanistan sont tous des États en déliquescence. Dans ce cas, au lieu de s'identifier comme citoyen d'un État (ce qui est caractéristique de la civilisation capitaliste urbaine), on revient à une auto-identification clanique ou même tribale. On pourrait également parler d'une auto-identification criminelle. Tout cela était caractéristique des périodes les plus difficiles du Moyen-Âge et apparaît soudain chez nous au XXIe siècle. C'est pourquoi certains penseurs, à commencer par Nikolai Berdyaev, ne cessent de nous parler d'un retour au Moyen-Âge.

Karl Marx nous avait promis le dépérissement des États, mais maintenant ce n'est plus du tout selon Marx…

Oui, c'est en train de se produire sous une forme légèrement différente.

En fait, la Russie présentait également de nombreux signes d'un État en déliquescence dans les années 1990.

L'État russe, si vous le regardez du point de vue du modèle, est féodal par essence. Je ne vous donnerai qu'un exemple. Nous avons un roi conventionnel, Poutine. Nous avons des ducs, des princes et des comtes conditionnels - Alexey Miller, Igor Sechin, les frères Rotenberg et d'autres. Et il y a le gouvernement. Dans n'importe quel autre pays, ses dirigeants sont des personnages clés, mais dans le nôtre, ils ne le sont pas. Pratiquement personne ne peut dire un mot contre Igor Sechin. Parce que Sechin est beaucoup plus proche du chef de l'État. C'est comme dans la hiérarchie féodale : plus on est proche du corps du roi, plus on est influent. Les titres et les postes ne sont souvent pas aussi importants que cette proximité proverbiale. Plus bas dans l'échelle hiérarchique, on trouve les barons, les chevaliers... Et tout en bas, les serfs. Et si nous examinons la structure sociale de la Russie moderne, nous constatons que cette couche de la population constituée de serfs subsiste, bien que sous une forme différente, plus complexe et plus sophistiquée.

Le servage a également existé dans la Russie stalinienne, en particulier après 1930, l'année dite de la grande rupture pour la paysannerie.

Mais à l'époque soviétique, il y avait au moins une justification idéologique - par exemple, pourquoi nous devions lutter contre les koulaks, pourquoi les jeunes paysans prometteurs devaient être attirés vers la ville. Et cela était ouvertement discuté comme un phénomène temporaire. Aujourd'hui, c'est le silence et l'hypocrisie. Bien que nous semblions vivre dans une sorte de démocratie et de liberté. Mais lorsque le salaire moyen dans une région d'Ivanovo, région indigène russe, se situe entre 12 et 16 000 roubles (selon les statistiques officielles pour 2020, 27 000, mais en réalité moins - ndlr), cela symbolise l'impasse sociale. Où que vous alliez travailler avec un certain niveau d'éducation, votre salaire sera le même. C'est bien pire que le servage classique, sous lequel le paysan était encore intéressé par la productivité de son travail, pour qu'il lui reste quelque chose dans sa réserve personnelle.

Le paysan travaillait sur les terres du barch et ensuite il travaillait pour lui-même.

Mais comme les familles avaient beaucoup d'enfants, certains travaillaient sur le fardeau du sacrifice et d'autres travaillaient pour leur famille. Après tout, d'où vient l'accumulation du capital initial en Russie ? Du moins en dehors de l'environnement des Vieux Croyants, car il n'était pas le seul à générer la classe marchande russe. Et cela a déjà été suivi par le développement industriel. Mais le servage en Russie se manifeste aujourd'hui à bien des égards de manière pire qu'au XVIIe siècle, par exemple. Je ne parle pas seulement de l'absence d'ascenseurs sociaux, même si c'est la nature fermée et rigide des structures sociales qui devient fatale pour la Russie d'aujourd'hui. Il ne s'agit pas seulement de la Russie, d'ailleurs. Mais la Russie est un pays très imposant dans ce sens - nous pouvons observer les vestiges de la puissance technologique, de la production moderne et en même temps des structures sociales complètement préservées. Et surtout, le manque d'intérêt de l'État et du mécanisme économique pour la promotion des personnes talentueuses. Dans le monde entier, l'alpha et l'oméga est le fait évident que le niveau créatif de la nation et la formation accélérée de nouveaux groupes, strates et couches créatives deviennent la principale force productive et l'ingrédient du pouvoir de l'État au XXIe siècle. En Russie, cependant, cela s'avère n'être qu'une sorte de danse chamanique - le concours "Leaders of Russia", par exemple. Il s'agit d'une sorte d'imitation farfelue, que l'on montre plus tard au dirigeant pour lui dire que nous avons sauté autour du feu de camp et que tout s'est bien passé.

L'écrivain soviétique de science-fiction Ivan Efremov avait un concept : la "flèche d'Ariman". Il s'agit d'un symbole de sélection négative, dans lequel les meilleurs membres de la société sont éliminés ou relégués dans l'ombre, et les pires sont mis en avant. C'est l'évolution à l’envers.

Ce que vous appelez, à la suite de Yefremov, "la flèche d'Ahriman" est une tendance à long terme. La tragédie actuelle en Russie porte déjà des fruits amers. Mais en Turquie, par exemple, ils ont soigneusement calculé le nombre de personnes talentueuses qu'ils ont dans le pays. Il y a 3 ou 4 ans, les Turcs déclaraient que la République turque comptait 642 000 talents. Cela signifie que ces données sont documentées, car les normes de documentation sont européennes. Cela dit, la Turquie a un environnement concurrentiel et les rivaux, si l'occasion se présente, sont prêts à s'affronter. Mais dans l'ensemble, les autorités turques, sous le joug desquelles vivent 83 millions de citoyens, sont beaucoup plus intéressées que les autorités russes par le développement d'une créativité nationale véritablement talentueuse et de ses vecteurs.
Permettez-moi d'ajouter une autre caractéristique de notre époque que j'ai personnellement constatée. L'homme moderne, me semble-t-il, n'a plus le choix entre la vérité et le mensonge. Il doit maintenant choisir entre plusieurs contre-vérités celle sur laquelle il est préférable et plus avantageux de s'appuyer. Il y a toutes sortes de contre-vérités qui opèrent dans le monde d'aujourd'hui au nom de la vérité : le libéralisme et le conservatisme, le postmodernisme et le réalisme, Trump et Biden, Trump et Poutine ou Poutine et Navalny, etc. Tous ont leurs résonances pour ressembler à quelque chose de réel et de vrai, mais tous sont, si l'on y regarde de plus près, le décor derrière lequel résonne le joueur de flûte. La vérité en tant que telle - sous la forme de justice sociale, de sentiment religieux sincère ou de quête morale (qui caractérisait les gens du 19e siècle) - n'existe plus dans notre réalité. Elle est, comme on dit, disparue du marché et n'est pas demandée.

Ce dont vous parlez n'est qu'un élément de cette nouvelle forme de gouvernance de masse et de manipulation. Mais peut-être que ce troisième groupe aux États-Unis dont vous parliez, qui n'est ni pour Trump ni pour Biden, est la force qui ne veut pas choisir entre des contre-vérités ?

Si nous supposons que 30 % des électeurs ont voté pour Trump et Biden et que les 40 % restants ont voté pour leur propre compte en signe de protestation, alors... D'où viennent ces 40 % ? Je n'arrive pas encore à le comprendre. Je sais qu'il existe un motif commun qui a toujours uni les démocrates et les républicains aux États-Unis : la haine de Washington en tant que centre sans âme. En fait, ce qui se passe actuellement est un phénomène politique et socioculturel très intéressant. La haine de Trump et de Biden, d'où la montée d'une méfiance totale, et ce à un moment où les États-Unis entrent, j'ose le dire, dans une période révolutionnaire. Car dans un avenir proche, les Américains doivent montrer comment ils peuvent combiner les défis de la sixième TPU avec les réformes révolutionnaires radicales qu'ils vont mener dans les domaines social, économique, politique et culturel.

Il existe en effet un autre phénomène : depuis quatre ans, toute la presse américaine - jusqu'à 80-90 % - est contre Trump. De plus, tout Hollywood était contre lui. Les plus grands acteurs se sont moqués de Trump tous les jours. Pourtant, je le répète : sans le coronavirus, Trump aurait gagné.

Cela montre que le pouvoir de la presse et des acteurs n'est pas négligeable.

Il s'agit aussi de choses plus profondes. La société traditionnelle qui était construite par l'État lui-même est en train de s'éroder. Et la dégradation de cette même société américaine nous montre qu'une sorte de dégradation implicite et encore inconnue de la société est en train de commencer. Je ne pense pas qu'à la suite de cette dégradation, les Américains atteindront un état atomique - pour l'instant, ils sont encore unis par leur histoire commune et leurs communautés internes qui se chevauchent. Mais la direction que prendra ce processus est très intéressante et vitale. En effet, ce qui se passe aux États-Unis se produira également dans d'autres pays.

Donald Trump ne reviendra certainement jamais. Et le fait qu'il adopte maintenant une ligne aussi dure en n'acceptant pas le résultat de l'élection montre que le président perdant est en fait très désireux de négocier avec les vainqueurs. C'est pourquoi il est désormais question qu'avant de quitter la Maison Blanche, Trump se gracie lui-même - un jour ou deux avant le 20 janvier 2021. En tant qu'homme d'affaires - et inefficace de surcroît - Trump sait très bien qu'il a beaucoup gâché. Mais ce qu'il a fait ne peut pas être rendu public aujourd'hui, même par ses détracteurs du FBI ou du ministère de la sécurité intérieure. Pourquoi ? Parce que discréditer Trump reviendrait à discréditer la fonction de président des États-Unis, qui est centrale et sacrée dans le système politique américain. Et ce discrédit servirait d'impulsion supplémentaire à la destruction de l'État américain, qui est déjà bien entamée. De plus, si Trump est démasqué aujourd'hui, ses partisans risquent de prétendre qu'il ne s'agit que de mensonges et de crier dans tout le pays : "Notre peuple est battu". Ainsi, la pression exercée sur Trump aura l'effet inverse : elle mobilisera les trumpistes et augmentera la sympathie pour lui de la part d'une "troisième force" qui déteste l'État profond et tous les "bâtards fédéraux", comme ils le disent.

Pourtant, la tentative de négociation de Trump n'a jusqu'à présent abouti à rien car, comme l'a dit un célèbre personnage littéraire, "la négociation n'est pas appropriée". Il est inapproprié précisément parce que Trump, selon ses ennemis, doit être détruit - non pas en tant que personne, mais en tant que personnage social, rôle social, tendance. De peur que ses clones ne relèvent la tête d'ici 2024. D'autant plus qu'un nouveau populiste - énergique, volontaire, plus jeune - pourrait remplacer le vieux Trump. L'État profond ne peut en aucun cas permettre que cela se produise. Et Trump, en tant qu'homme de spectacle, a senti tout cela - d'où la dureté et l'intransigeance de sa position. Il fait les déclarations les plus scandaleuses, jusqu'à ne pas vouloir quitter la Maison Blanche le 20 janvier, jour de l'investiture de Biden. Mais il le fait dans l'espoir d'obtenir au moins quelques garanties tacites. Mais à mon avis, il n'obtiendra aucune garantie. Et s'il se gracie lui-même, ce sera l'ultime erreur de toute sa carrière politique. Aucun président américain n'a jamais fait cela. Et même si Trump quitte ses fonctions un jour plus tôt, le 19 janvier, et que Mike Pence devient président des États-Unis pour un jour, et qu'il est censé appliquer la grâce de son protecteur, cela n'aura pas d'effet positif.

Il n'y aura donc pas de 2024 pour Trump, il sera tué à petit feu. D'abord par des moyens économiques, sans toucher à sa crédibilité politique pour l'instant. Ils montreront qu'il est un voleur, qu'il n'a pas payé d'impôts, et ils présenteront des preuves convaincantes. D'ores et déjà, une trentaine de procédures pénales ont été engagées contre l'actuel président américain, dont 22 au niveau de différents États. Si Trump se gracie lui-même, il ne se libérera que de 8 affaires fédérales. Et après sa démission, 50 autres les rejoindront. Et la tâche de ses puissants opposants consiste tout au plus à dépouiller complètement Trump sur le plan économique. Pour montrer à tous ses successeurs potentiels : "Les gars, ne pensez même pas à jouer avec le système !" Et ensuite, donner à Trump une sorte de coup pour le transformer en dégénéré et le montrer au monde entier.  Rappelez-vous : l'ancien président des États-Unis et ancien acteur Ronald Reagan était lui aussi devenu un dégénéré complet à la fin de sa vie. Mais personne ne l'a montré parce que Reagan était une figure respectée de l'establishment et que le système avait besoin de lui. Mais Trump, lui, s'il est réduit à la pauvreté et à la démence, sera certainement montré et reproduit partout comme un avertissement : "Les gars, ne devenez pas des Trump ! ».

Vladimir Poutine a félicité Joe Biden pour sa victoire dès l'annonce de la décision des grands électeurs américains. Cela signifie-t-il que le parti habituellement associé au bloc libéral-financier du gouvernement s'est finalement imposé au sein de l'élite russe ?

Je ne le crois pas. L'ennemi numéro un de l'État américain est Donald Trump. La destruction de Trump - l'objectif principal pour 2020 - a pratiquement été accomplie. Et ensuite, l'objectif principal de l'État profond américain sera la destruction de Vladimir Poutine et du régime poutinien. Mais que peuvent-ils faire ici ? Ils peuvent lancer un ultimatum, convoquer quelques personnalités russes dirigées par le "représentant spécial pour les organisations internationales" Anatoly Chubais à l'"obkom" de Washington. Et de leur dire : "Notre première condition est que Poutine et 20 à 30 personnes de son entourage (essentiellement des officiers de sécurité) doivent partir. Deuxième condition : vous devez vous joindre à notre coalition anti-chinoise aux cris de "Banzai !" et "Vive la Chine !

Compte tenu des sentiments anti-chinois qui prévalent au sein de l'élite russe (et pas seulement à Saint-Pétersbourg), cette condition sera assez facile à remplir.

La seconde est beaucoup plus facile à réaliser, en effet. Les enfants de l'élite russe n'étudient pas en Chine, pas plus qu'ils n'y détiennent de l'argent ou des biens immobiliers. Détruire Vladimir Poutine, en revanche, est beaucoup plus difficile. Car, quoi qu'on en pense, d'un point de vue politique, le régime de Poutine et la Russie moderne ne font qu'un. Il ne faut pas se faire d'illusions. En cas de coup d'État de palais, la situation sera similaire à celle de 1987-1988 en Union soviétique. Le pays commencera à s'effriter, à s'effondrer et le processus de dégradation systémique rapide sera enclenché. Rappelez-vous la loi sur la coopération en URSS adoptée en mai 1988. Après cette loi, la dégradation du système soviétique s'est rapidement accélérée et, en un peu plus de trois ans, l'État s'est effondré. C'est la même chose ici.
Joseph Biden ne cache d'ailleurs pas ses intentions : en octobre dernier, il a déclaré que la Russie était l'ennemi numéro un de l'Amérique (Moscou est "la principale menace pour notre sécurité et nos alliances" et Pékin est "notre principal concurrent", a déclaré le candidat à la présidence des États-Unis de l'époque - ndlr). La raison pour laquelle le dirigeant américain nouvellement élu pense ainsi est une autre question. Les libéraux de chez nous se rassemblent maintenant en cercle autour de Poutine et le convainquent que les relations avec Biden peuvent encore être améliorées - "nous allons y travailler et essayer". Non, ils ne le feront pas, parce qu'ils ne le peuvent pas. La raison essentielle qui détermine l'attitude de l'administration Biden à l'égard de Poutine est simple : Biden et le parti démocrate ont besoin d'un ennemi extérieur visible pour stabiliser la situation interne aux États-Unis et les relations au sein du parti démocrate.
Rappelons-le une fois de plus : lors de l'élection présidentielle américaine de 2000, la moitié du pays a refusé de reconnaître George W. Bush comme président pendant près d'un an. Quelle était la solution ? Le 11 septembre 2001 - un spectacle national grandiose avec des actes terroristes, la désignation d'Oussama Ben Laden comme ennemi majeur et une propagande totale... Vous souvenez-vous de la mise en scène démonstrative ? L'un des Boeing détournés aurait percuté l'aile gauche du Pentagone. Et comme si toute la direction du Pentagone, dirigée par le secrétaire américain à la défense de l'époque, Donald Rumsfeld, avait disciplinément nettoyé sa zone de débris, ramassé les poteaux tombés au sol, etc. Une chose m'a frappé à l'époque : Rumsfeld, sur les images diffusées par les médias, portait avec ses collègues quelque chose comme une bûche sur l'épaule. Exactement comme Lénine sur la célèbre photo de lui au subbotnik. S'il y avait eu une véritable attaque sur le Pentagone, les dirigeants du département de la défense n'auraient pas dû sortir pour un "subbotnik" - ils auraient dû, selon leurs propres instructions, se réfugier dans les bunkers. Après tout, ils ne pouvaient pas, n'avaient pas le droit d'exclure une seconde attaque ou même une attaque atomique. Mais ils ont agi selon le scénario : ignorant fièrement les "ennemis", ils ont ramassé les bûches préparées à l'avance et ont courageusement marché sur la scène préparée à l'avance avec une chanson.

Eh bien, les Américains aussi ont appris de nous certaines techniques de manipulation - nous ne sommes pas les seuls.

Et ça a marché à l'époque : l'Amérique s'est unie. En outre, en 2004, Bush Jr. a été réélu haut la main, alors que de nombreuses personnes aux États-Unis savaient qu'il était en fait alcoolique. Et c'est justement pour cette raison que Bush lui-même n'a pas été impliqué dans l'affaire du 11 septembre. Aujourd'hui, c'est presque le même spectacle qui se prépare et même les acteurs, si l'on regarde bien, sont presque les mêmes. C'est-à-dire les mauvais acteurs, comme nous l'avons dit plus haut. Mais la Russie n'est même pas une question de politique étrangère pour les États-Unis. C'est un facteur qui est censé contribuer à la stabilité intérieure. Ils doivent donc attiser les flammes de la haine contre le Kremlin, le dépeindre comme un monstre, un tueur d'enfants, un empoisonneur de Navalny, etc. Cette attaque psychologique - contre le Kremlin, contre Moscou, qui a commencé maintenant - ne fera qu'augmenter. Je pense que le thème de la Russie "pire qu'une invasion martienne" sera l'un des leitmotivs du discours de Biden le 20 janvier 2021, jour de son investiture.

Alexei Navalny, "empoisonné", qui a diffusé la veille du Nouvel An une nouvelle série de ses révélations sur ses "8 empoisonneurs du FSB", est-il encore capable de jouer un rôle majeur dans ce spectacle antirusse ?

À mon avis, Navalny n'est plus apte à jouer les premiers rôles. Il pourra toujours jouer ses rôles épisodiques de dénigrement et autres "sensationnalismes", mais ils ont besoin de quelqu'un d'autre pour jouer le rôle principal. Je pense que pour ce rôle, "Washington Obcom" envisage un autre Alexei - Kudrin, l'un des dirigeants de notre bloc libéral-financier.

Mais qui est Kudrin ? C'est un homme de Saint-Pétersbourg et un élève de Sobtchak, tout comme Poutine lui-même. Un peu plus jeune (60 ans).

Cela ne signifie pas que les Américains pointent directement du doigt Alexei Kudrin. Il est plus probable que Kudrin ne devienne jamais président de la Russie, ni même premier ministre, ce qui est son rêve. Il s'agit simplement d'une sorte de vœu adressé à l'élite russe de l'autre côté de l'océan : "Les gars, au lieu du "méchant" Poutine, concentrez-vous sur le "bon et intelligent" Koudrine". Et Alexei Leonidovich est heureux de jouer le jeu : en décembre, il a solennellement félicité Chubais pour son nouveau poste (littéralement : "Ce n'est pas la première fois en 30 ans qu'Anatoly Chubais prend le sujet de l'avenir et en fait le sujet du présent. Bonne chance, Anatoly Borisovich, et développement durable" - ndlr). Comme des enfants, honnêtement.

Croyez-moi, pour un ancien comptable de Saint-Pétersbourg, c'est un jeu très excitant que de se hisser sur un tel Olympe !

 Mais c'est un jeu dangereux ! Il faut travailler et avoir l'instinct de conservation ! On raconte que Gennady Burbulis, l'un des anciens hauts fonctionnaires de Boris Eltsine, a récemment déclaré dans un cercle proche : "Oui, nous avons pu nous en tirer à l'époque. Mais les gens d'aujourd'hui ne pourront pas s'en tirer aussi facilement.

Et quelle est la marge de sécurité de la Russie de Poutine ? Ou bien Kudrin est-il aussi inévitable dans un avenir proche que l'était Monsieur Poutine lui-même en 2000 ?

Je ne parle pas du tout de Kudrin. Je le considère comme un élément du jeu "Washington Obcom", mais seulement au stade actuel. Cependant, une chose me trouble : à une époque, Alexei Kudrin était en concurrence avec Dmitry Medvedev, et Poutine semblait même lui promettre qu'après l'alternance de 2012, c'est Alexei Leonidovich qui deviendrait premier ministre. Cependant, il a promis à beaucoup de gens à l'époque et a ruiné les relations avec certains d'entre eux. Alors pourquoi n'a-t-il pas nommé Kudrin en 2012 ? Après tout, selon de nombreux paramètres, Koudrine était un personnage bien plus acceptable que Medvedev ! En effet, lorsque Vladimir Vladimirovitch a annoncé pour la première fois la rotation prévue, Koudrine était à Washington. Il y a fait une déclaration plutôt inattendue : la Russie était presque condamnée si elle continuait à dépenser autant pour les questions militaires et sociales. À l'époque, nombre de mes connaissances ont déclaré : "Le texte adressé à Koudrine a probablement été préparé dans certains bureaux et il l'a simplement reproduit de mémoire ». Cet épisode nous éclaire d'ailleurs sur le caractère de Poutine. Après les déclarations de Koudrine, il ne pouvait tout simplement pas aller à l'encontre de son cercle de pouvoir et nommer son ancien collègue de Smolny au poste de premier ministre. Mais d'un autre côté, ayant compris le jeu américain, Poutine a laissé Koudrine à proximité, lui trouvant plus tard le poste de chef du Centre de recherche stratégique, puis de président de la Chambre des comptes. Ce n'était pas le cercle intérieur de Poutine, mais quelque part dans le deuxième ou troisième cercle, mais tout de même… Aujourd'hui, sous une pression accrue, Vladimir Poutine tente de manœuvrer, il a même renforcé l'aile libérale du gouvernement - au moins au niveau des mots et des promesses. Mais le président russe doit comprendre qu'il n'y aura pas de pitié. Il doit donc se préparer à un combat. C'est d'ailleurs ce que lui disent certains responsables de la sécurité. Et, à mon avis, la transition vers une forme de gouvernement de mobilisation est certaine, ou du moins ils essaieront. Autre question : la soi-disant élite russe fracturée est-elle prête pour cela ? Après tout, il est très difficile de se mobiliser du jour au lendemain. Un autre obstacle majeur est l'ampleur de la corruption russe. Avec une telle corruption, il est en principe impossible de mettre l'État sur la voie de la mobilisation. Dans le modèle de mobilisation - que cela vous plaise ou non - l'importance des gens ordinaires augmente. Et des déclarations telles que "Je ne permettrai pas que les prix des denrées alimentaires augmentent" ne suffiront pas ! Les gens ont besoin de voir des sacrifices de la part de l'État, sinon ils n'auront aucun intérêt à se battre pour lui. Il faut leur montrer qui est l'ennemi, qui est responsable et pourquoi nous sommes dans cette situation. Et s'ils se contentent de dire aux gens : "Ici, en Amérique, nos ennemis..." "Et alors ?", diront les gens, "ils ont toujours été considérés comme des ennemis". Lorsqu'il s'avère que de nombreux pays du monde s'unissent contre la Russie - pas seulement les États-Unis ou l'Europe, mais même la Chine, parce que pour elle, c'est vital - comment agir dans cette situation ? Existe-t-il des modèles créatifs pour la transition vers une mobilisation nationale en l'absence d'une idéologie nationale ? Il y a beaucoup de questions…

Un autre héros de cette année a été le président turc Erdogan avec son éphémère guerre du Karabagh, dans laquelle il s'est impliqué par l'intermédiaire de l’Azerbaïdjan.

Recep Erdoğan est unique en ce sens : il a été le premier dirigeant mondial à sentir que des temps complètement nouveaux s'annonçaient, alors que les anciennes structures, institutions et règles du jeu commençaient à s'essouffler de plus en plus, voire à ne plus fonctionner du tout. Il s'est donc permis de défier l'OTAN, les États-Unis, l'UE, la France, la Grèce et même l'infortunée Arménie. Il est allé jusqu'à perturber quelque peu les relations avec les États-Unis et à se rapprocher de la Russie. Mais en même temps, il a commencé à mettre en œuvre sa politique, à mettre sa stratégie en pratique. Et l'élément clé de la nouvelle stratégie d'Erdogan est le suivant. Le président turc est arrivé à la conclusion que dans la période de transition à venir (je ne parle pas du moment où tout va "se calmer" et où de nouveaux modèles et de nouvelles règles du jeu vont émerger), trois facteurs sont à prendre en compte. Premièrement : l'importance particulière de la volonté politique du dirigeant. Citez-moi au moins un dirigeant mondial actuel dont la volonté politique est comparable à celle d’Erdogan.

Permettez-moi de poser une contre-question : Erdogan n'était-il pas mêlé de la tête aux pieds aux agents de Fethullah Gulen ? Les "gardes" de Gulen représentaient environ 70 % du corps de l'armée turque avant la tentative de coup d'État militaire.

Mais cela appartient au passé. Mais au cours des 3 à 3,5 dernières années, je pense qu'il n'y a pas d'homme politique plus efficace au monde que Recep Erdogan. En Turquie, Erdogan est le numéro un absolu. Ahmet Davutoglu, Binali Yildirim sont tous des pions. Le président turc a réprimé ses opposants internes, supprimé le poste de Premier ministre, emprisonné les dirigeants du parti kurde... Nous voyons donc ici la volonté politique du dirigeant en premier lieu. Et je ne sais même pas avec qui l'on pourrait établir un parallèle. Peut-être avec Xi Jinping, mais c'est une autre histoire, car en Chine, ce n'est pas le dirigeant qui joue le rôle principal, mais l'État profond chinois lui-même. Toutefois, la Turquie possède également son propre État profond, mais il est clairement dominé par le dirigeant.
Le deuxième facteur est la puissance militaire directe. Non pas au niveau du nombre de chars, de missiles et d'autres choses que vous possédez, mais en termes d'armée qui se bat réellement. Les forces armées qui ne combattent pas, mais qui se contentent d'organiser des camps d'entraînement et des exercices, représentent 50 % de l'armée. Quant à l'armée turque, elle n'a cessé de se battre au cours des trois dernières années et demie : en Syrie (contre les Kurdes), en Libye, au Karabakh, etc. Cela signifie qu'elle apprend constamment les techniques de combat. Pour un officier, il vaut mieux participer à un combat réel pendant une seule journée que de consacrer trois mois à des exercices.
Troisième facteur : lorsque l'ancien monde s'effondre et que les règles habituelles cessent de fonctionner, votre potentiel de coalition se manifeste. Il ne s'agit pas seulement de vos amis au niveau officiel, mais aussi au niveau de l'État profond, des structures transnationales, des organisations légales et illégales, etc. Si nous considérons la Russie et la Turquie de ce point de vue, la supériorité des Turcs à cet égard est frappante. Alors que la presse occidentale tente périodiquement de présenter Erdogan comme un méchant, tous les dirigeants occidentaux s'intéressent d'une manière ou d'une autre au président de la république turque. Merkel, l'élite française, qui s'en prend aujourd'hui à Macron, sont tous intéressés. La stratégie américaine au Moyen-Orient sans la Turquie ferait immédiatement faillite. L'Iran s'intéresse à la Turquie. Moscou aussi.
Le troisième facteur, qui se joue maintenant dans le nouvel environnement, est donc activement exploité par Erdogan. Mais cela ne veut pas dire qu'il signe des accords officiels avec tout le monde, non. La Turquie peut établir des liens avec des mouvements clandestins, même avec des organisations d'étudiants dans le monde entier, mais elle ne signe aucun document. Rien qu'en Europe, Erdogan a réussi à faire entrer ses cadres dans diverses structures politiques des États membres de l'UE. De jure, Erdogan reste en dehors de l'Europe, mais de facto, il y est déjà. Il ne contrôle pas l'ensemble du Vieux Continent - il serait exagéré de le penser. Mais il est certain qu'il contrôle un certain nombre de points sensibles en Europe. En termes de contrôle des flux migratoires, surtout après l'enracinement de la présence turque en Libye, la Turquie devient un pays clé pour l'UE. Après la querelle d'Emmanuel Macron avec Recep Erdogan, je pense qu'il ne sera jamais réélu président de la France.

Pourtant, Erdogan n'a pas la seule chose, mais peut-être la plus importante : son propre arsenal nucléaire.

 La Turquie possède des armes nucléaires !

Mais pas autant que la Russie.

Les armes nucléaires sont une arme de dissuasion stratégique. Vous y réfléchirez à deux fois avant de les utiliser. Et vous n'avez pas besoin de vous demander si vous en avez 10 ou 100 fois moins que votre ennemi. Quelques missiles suffisent pour infliger des dommages irréparables à votre ennemi ! Disons que la capacité nucléaire de la Chine est 5 à 6 fois inférieure à celle des États-Unis et de la Russie. Cela signifie-t-il que la Chine est plus faible que la Russie et les États-Unis en matière d'armes nucléaires ? En termes de dissuasion stratégique, non. C'est peut-être le cas en ce qui concerne l'utilisation en premier de l'arme nucléaire. Cependant, tout le monde comprend très bien qu'une première frappe nucléaire est extrêmement dangereuse et serait pratiquement impensable dans la situation actuelle. En effet, cela signifierait une vague de mort incontrôlable.
Quant à la Turquie, elle possède, je le répète, des armes nucléaires. Jusqu'à 45 armes nucléaires américaines sont déployées sur la base aérienne d'Incirlik. Il existe un accord spécial entre les États-Unis et certains pays de l'OTAN, dont la Turquie, selon lequel cette capacité nucléaire est contrôlée par deux parties, en l'occurrence Washington et Ankara. Il existait un scénario sous l'Union soviétique : si l'URSS portait un coup aux États-Unis et que ces derniers n'étaient pas en mesure de riposter, les alliés de l'alliance intervenaient et les armes qu'ils hébergeaient passaient entièrement entre leurs mains. Par ailleurs, les Turcs possèdent des chasseurs F-16 qui peuvent transporter des charges nucléaires à bord. La Turquie ne peut donc pas être considérée comme un pays exempt d'armes nucléaires.

Pour conclure notre discussion sur le nouvel ordre mondial, qui est encore dans le brouillard, pouvons-nous au moins essayer de nous pencher sur ce "demain" ?

Il existe des dizaines de théories sur le sujet, mais elles sont toutes fantasmagoriques. Le plus important à mes yeux : qu'est-ce qui définira le concept de puissance dans 10 ans ? Quels seront les critères ? Que le potentiel économique ne vienne pas en premier ici est sans équivoque. Mais qu'est-ce que ce sera ? L'intelligence artificielle sous des formes particulières ?  Une nouvelle idéologie et une nouvelle stratégie ?  Après tout, on assiste à une dégradation de toutes les anciennes versions et doctrines idéologiques, du communisme au libéralisme. Et lentement mais sûrement, l'ordre du jour est rempli par le problème le plus important : le sens de la vie. Quel sera le sens de la vie d'un être humain individuel et d'un groupe politique, jusqu'à l'État, dans la nouvelle période ? Cette question du sens de la vie émerge comme une sorte de titan noir (ou, au contraire, lumineux) des abîmes des petits problèmes mondains dans lesquels nous vivons tous. Quel est le sens de la vie aujourd'hui ? Personne n'a de réponse claire - ni Poutine, ni Biden, ni Xi Jinping.

Permettez-moi de conclure en disant que, pour moi, les hommes de culture se sont toujours classés en deux catégories : les romantiques et les futuristes. Les romantiques se tournent vers le passé, ils idéalisent les ruines, tandis que les futuristes se projettent pleinement dans l'avenir. Mais j'ai toujours été plus proche des romantiques parce que plus on plonge dans le passé, plus on ressent la chaleur du paradis perdu, et plus on s'éloigne dans le temps, plus il fait froid. Comme l'a écrit le poète Alexander Blok : "Oh, si seulement vous, les enfants, connaissiez la froideur et la morosité des jours à paraître". On sent qu'il y a dans l'avenir un gouffre froid de catastrophe mondiale…

C'est vrai, même si je ne suis pas un romantique et que je ne juge pas l'avenir uniquement sous des couleurs sombres. Le paradis n'est pas seulement derrière nous, il est toujours devant nous. Pour nous, musulmans, il y a de la lumière dans l'avenir parce qu'il y a toujours Dieu. Vous parlez ici d'un gouffre froid de catastrophe mondiale. Eh bien, il est possible que la biomasse grandiose qui habite aujourd'hui la Terre y fusionne tout simplement et forme une couche fertile sur laquelle émergera une nouvelle civilisation. Comme cela s'est probablement déjà produit à maintes reprises. Mais pour toute personne croyante, l'avenir est toujours beau, parce qu'il est inévitable.

Il y a donc un point chaud dans l'avenir ? Pas seulement une des désespérantes ténèbres cosmiques ?

Qu'est-ce que l'obscurité cosmique ? Il s'agit simplement d'une métaphore de la transcendance. La transcendance (tout ce qui se trouve de l'autre côté du monde matériel - ndlr) est la Lueur avec une majuscule. Lorsque vous vous heurtez à ce mur derrière lequel commence l'obscurité, vous fuyez avec terreur dans le cercle familier, où la lampe de bureau vacille, où vos proches sont tous autour de vous, et vous pensez : voici le mien, mon cher. Mais en fait, ce que vous considérez comme votre terre natale est fait des éléments de l'obscurité, et votre patrie est au-delà du mur. Allez donc courageusement vers l'avenir - même si vous pensez un instant ou deux que vous allez disparaître, vous serez toujours dans votre patrie. "Nous, communistes, sommes des optimistes historiques", disait Lénine. Et nous, les musulmans, nous sommes des fatalistes optimistes.

Biographie

Shamil Zagitovich Sultanov (né en 1952 à Andijan, République socialiste soviétique d'Ouzbékistan) est un philosophe, historien, essayiste, homme public et homme politique russe. Président du Centre d'études stratégiques Russie-Monde islamique. Membre régulier du Club d'Izborsk.
Diplômé en 1976 de l'Institut d'État des relations internationales de Moscou. Doctorat en histoire. Maîtrise de trois langues (français, arabe et anglais).
Après avoir obtenu son diplôme en 1976, il a travaillé à l'Institut d'État des relations internationales de Moscou (MGIMO), où il a également obtenu un doctorat en prise de décision en matière de politique étrangère. Il a étudié la résolution des conflits, la sécurité régionale et mondiale, la théorie de la prise de décision ainsi que la méthodologie et la technologie de l'analyse politique. Il a publié plus de 80 articles de recherche sur l'étude des conflits, les problèmes de développement régional, l'analyse des systèmes et la théorie générale des systèmes.
1989-1990, chef adjoint d'un département de l'Institut des relations économiques extérieures.
1991-1993 - Membre du comité de rédaction et correspondant spécial du journal Day, puis rédacteur en chef adjoint de l'hebdomadaire d'opposition Zavtra, créé sur la base du journal Day. Jusqu'en 1997, il a dirigé la rubrique "tabloïds" de Zavtra.
Il a publié des articles dans Elements, l'organe du programme de la Nouvelle Droite, ainsi que dans le journal Al-Qods.
En tant que philosophe, Sultanov s'est penché sur la relation entre la pensée mythologique, magique et dialectique. En étudiant le mysticisme, la magie et les philosophes dialectiques, de Platon à Hegel, il est parvenu à la conclusion qu'à un certain stade, les trois types de pensée se rejoignent sur des principes communs.
En 1995, il est devenu membre du conseil national de l'Union des peuples de Russie. Il est également membre du parti de la Renaissance islamique et fait partie du comité de rédaction du journal de ce parti, Al-Wahdat ("Unité").
Jusqu'en 2003, il a été directeur adjoint du Centre d'étude des problèmes économiques interethniques et interrégionaux, Yury Skokov. En 2003, M. Sultanov est élu à la Douma d'État (sur la liste de Rodina) et travaille au sein de la commission des affaires internationales de la Douma d'État. Il est membre du groupe analytique de l'association de politique étrangère Alexander Bessmertnykh.
En 2004 (avril), M. Sultanov a créé une association parlementaire inter-factions appelée "Russie - monde islamique : dialogue stratégique". En 2005, il a dirigé le Centre de recherche stratégique du même nom. Les deux institutions ont été créées dans le but de rapprocher la Russie du monde islamique.

Source: https://www.business-gazeta.ru/article/495028

Traduit du russe par Rouge et Blanc avec DeepL.

NDLR: Shamil Zagitovich Sultanov (1952-2022), philosophe et géopoliticien russe musulman, directeur du Centre des Études stratégiques "La Russie et le monde islamique", avait été aussi député de la Douma de 2003 à 2007. Le philosophe français Pierre Dortiguier l'a évoqué à plusieurs reprises dans ses entretiens, mais seulement pour souligner son origine tatare, sans jamais expliquer qui il était ni ce qu'il faisait, ce qui est très regrettable. Vous trouverez sur ce blog plusieurs articles de ce remarquable penseur, trop tôt disparu, traduits en français par nos soins.

Tags: Shamil Sultanov, Club d'Izborsk.

https://pocombelles.over-blog.com/tag/club%20d%27izborsk%20%28russie%29/

Shamil Sultanov était membre du Club Izborsk.

Lire la suite

Shamil Sultanov: Aujourd'hui, les hommes politiques sont tous des acteurs !

28 Avril 2023 , Rédigé par Rouge et Blanc Publié dans #Shamil Sultanov, #Philosophie, #Politique, #Russie, #Club d'Izborsk (Russie), #Ukraine

(...)

- Et le caractère de masse lui-même est dû à quoi ? Je dirais que la civilisation actuelle, qui se dirige inévitablement vers sa fin, a créé une énorme strate d'"imitateurs". Il s'agit de personnes qui imitent totalement les stéréotypes, qui sont prêtes à être formées elles-mêmes. Ils sont formés par l'influence complexe des médias de masse, de la télévision, d'Internet, par l'éducation, la publicité, les rumeurs, l'appartenance à un certain clan, etc. On dit à l'homme moderne : "Tu dois suivre le style". Et cette année, la mode est à untel ou untel. Mais pourquoi ? Pourquoi un homme qui réussit devrait-il nécessairement porter telle marque de montre et pas une autre ? Pourquoi porterait-il un costume bleu et non le classique noir ? Après tout, personne ne se pose sérieusement ces questions. Cela signifie qu'il existe un puissant mécanisme d'imitation - et un mécanisme incontestable. Si l'on dit à une femme : "Suivez un certain style", toute femme normale devrait répondre : "Je suis une femme unique. Si je suis un style impersonnel, je me perdrai. Je dois trouver mon propre style". Mais peu de gens disent cela ! Et la proportion de personnes prêtes à imiter automatiquement et à accepter silencieusement les modèles de la société moderne atteint 70 à 80 % ! C'est le moins que l'on puisse dire ! Une masse critique a été atteinte. Grâce à la programmation neurolinguistique et aux techniques directes et indirectes de guerre psychologique, quelqu'un est en mesure d'influencer de grandes masses humaines. Il ne s'agit pas de personnes agissant rationnellement, mais de personnes prêtes à être formées. Ils sont formés - par rapport au style, à l'alimentation, aux valeurs de la vie, à la politique, aux autres personnes, aux groupes, aux sociétés, etc. Mais de la même manière, ils peuvent aussi être formés par rapport à la maladie. Comme l'a souligné l'un de nos universitaires, même avant l'apparition du coronavirus, les gens mouraient de diverses maladies infectieuses. Cela se passait en Russie et en Union soviétique, mais personne ne le soulignait. C'était peut-être une mauvaise chose, mais d'un autre côté, c'était une bonne chose, parce qu'il n'y avait pas d'agitation. Soudain, le monde entier a été saisi par une sorte d'hypocondrie généralisée. En l'espace de quelques mois, les gens ont accepté l'idée que certains groupes de pouvoir avaient le droit de les enfermer chez eux. Aujourd'hui sous la bannière du coronavirus, demain sous la bannière d'une autre "couronne".

Je tiens à souligner que ce n'est pas sans raison que la figure centrale de la culture de la civilisation moderne est l'acteur. Non pas un penseur, non pas un écrivain ou un scientifique capable d'une réflexion profonde, mais un acteur - une créature de manipulation et de contrôle, avec un psychisme mobile et imitatif. L'acteur idéal est une marionnette tirée par des ficelles dans le théâtre conditionnel de Karabas-Barabas. Si 70 à 80 % des gens d'aujourd'hui sont des imitateurs, leurs héros sont des acteurs, des comédiens, des humoristes, etc.
C'est l'une des grandes différences entre le modèle de civilisation actuel et d'autres civilisations. Par exemple, dans la civilisation romaine hellénistique de la Méditerranée, il y avait deux des professions les plus méprisées : le bourreau et l'acteur. Pourquoi un acteur ?  Il ne peut même pas s'exprimer, il ne peut que mal jouer les autres. "On ne te demandera pas pourquoi tu n'es pas devenu untel ou untel. On te demandera là-bas pourquoi tu n'es pas devenu toi-même."
Dans la civilisation actuelle, au contraire, tout est à l'envers. Et c'est pour cela qu'un showman devient président des États-Unis. Et le président de l'Ukraine  est un comédien. L'un des principaux hommes politiques italiens est également comédien (Giuseppe Piero Grillo, fondateur du mouvement de protestation "Cinq Étoiles" - ndlr). Mais encore une fois, si nous regardons de près les hommes politiques contemporains, nous constatons qu'ils sont tous des acteurs ! Et très souvent, ce sont de mauvais acteurs. Et si nous regardons les années 1950 et 1960, pas si éloignées de nous, nous verrons Konrad Adenauer, Charles de Gaulle ou, disons, Nikita Khrouchtchev. Quoi qu'on en pense, il s'agissait de personnalités, pas d'acteurs. Et l'homme politique actuel n'a pas le droit d'être une personnalité. Il joue tout le temps, mais comme il ne s'est jamais spécialisé dans le jeu d'acteur (sauf les politiciens-acteurs professionnels), il est condamné à perdre. Ainsi, objectivement, les populistes d'un jour, tels que Donald Trump, occupent le devant de la scène. Et une ou deux ou même mille personnes honnêtes et sincères ne sauveront ni n'arrangeront rien ici. Espérer que Danko sorte son cœur de sa poitrine et dirige la nation est naïf. Le système d'imitation totale est en place depuis des décennies. Le même modèle de production et de consommation de masse a plus de 80 ans. Et l'élément clé de ce que j'appelle la "civilisation de l'imitation" est la publicité totale. Très souvent, nous ne sommes même pas conscients de ce qu'est réellement la publicité dans ses effets dramatiques. Par exemple, on parlait de l'effet 25th Frame, puis on se taisait et on déclarait que c'était une fiction. Mais en fait, le 25e cadre fonctionnait déjà dans les années 1960. Et il n'est pas difficile d'imaginer à quel point ces technologies noires se sont intensifiées depuis. J'ai moi-même travaillé à la télévision et je sais comment ce genre de choses se produit - même avec notre approche plutôt amateur.

Les résultats des élections aux États-Unis montrent que l'Amérique n'est pas divisée en deux, mais en trois parties. Il y a les partisans des démocrates - une foule très diverse, composée de minorités ethniques, de gays, de lesbiennes, de transgenres et de personnes qui les justifient, de partisans du socialiste Bernie Sanders, etc. Il y a les conservateurs traditionnels - des gens ordinaires qui, dans les années 90, pendant la campagne électorale, ont dit à Buchanan : "Pat, qu'est-ce qui se passe de toute façon ? Nous sommes devenus un pays complètement différent ces derniers temps ! Où sont nos traditions, où est notre culture ?" Mais il y a un troisième groupe qui s'oppose à la fois à Joe Biden et à Donald Trump. On les trouve au sein du Parti républicain - ils ont toujours détesté le showman Trump et ses mensonges permanents. En signe de protestation, ces personnes ont voté pour Biden. À l'inverse, certains membres du parti démocrate n'aimaient pas Biden, ses grimaces et son habileté à former un entourage exclusivement composé de pédérastes, de personnes de couleur et d'autres personnes du même acabit. Ils ont donc voté pour Trump. À mon avis, l'opposition de ces trois groupes est le problème le plus dangereux pour la société américaine. Et je ne suis pas sûr que Biden puisse gérer une telle situation.

(...)

Source: Entretien avec Shamil Sultanov. Business-Gazeta(Russie), 10 janvier 2021

https://www.business-gazeta.ru/article/495028

Traduit du russe par Rouge et Blanc avec DeepL.

Shamil Zagitovich Sultanov (1952-2022), philosophe et géopoliticien russe musulman, directeur du Centre des Études stratégiques "La Russie et le monde islamique", avait été aussi député de la Douma de 2003 à 2007. Le philosophe français Pierre Dortiguier l'a évoqué à plusieurs reprises dans ses entretiens, mais seulement pour souligner son origine tatare, sans jamais expliquer qui il était ni ce qu'il faisait, ce qui est très regrettable. Vous trouverez sur ce blog plusieurs articles de ce remarquable penseur, trop tôt disparu, traduits en français par nos soins.

Tags: Shamil Sultanov, Club d'Izborsk.

https://pocombelles.over-blog.com/tag/club%20d%27izborsk%20%28russie%29/

Shamil Sultanov était membre du Club Izborsk.

Lire la suite

Shamil Sultanov: Chaque instant est une opportunité - Les origines des super-pouvoirs soufis

24 Avril 2023 , Rédigé par Sudarshan Publié dans #Islam, #Russie, #Shamil Sultanov, #Soufisme, #Spiritualité, #Religion, #Sciences, #Philosophie, #Club d'Izborsk (Russie)

Shamil Sultanov (1952-2022)

Shamil Sultanov (1952-2022)

L'empereur moghol Akbar danse avec les derviches tourneurs le soir de son mariage avec une princesse hindouiste. Capture d'écran du film Jodha Akbar.

L'empereur moghol Akbar danse avec les derviches tourneurs le soir de son mariage avec une princesse hindouiste. Capture d'écran du film Jodha Akbar.

Chaque instant est une opportunité
Les origines des super-pouvoirs soufis

Shamil Sultanov


Un soufi est quelqu'un qui, mourant de faim à cause de sa pauvreté, loue sincèrement le Tout-Puissant à ce moment-là pour sa générosité.

Des centaines de cas de miracles accomplis par des maîtres soufis ont été rapportés dans diverses sources musulmanes et non musulmanes. Il s'agit notamment de visions d'événements futurs, de guérisons instantanées de malades, de déplacements ultrarapides sur de grandes distances, de marche sur l'eau, de la capacité d'un Wali (saint) soufi à se trouver à plusieurs endroits à la fois, de la capacité à combler le fossé entre la vie et la mort, de l'apparition inattendue de nourriture pour des dizaines de personnes "sorties de nulle part", et de bien d'autres choses encore.

Cependant, dans le soufisme classique lui-même, de tels miracles (karamat) ne sont pas les bienvenus et ne sont pas considérés comme quelque chose de substantiel et d'important, car ils peuvent conduire à une exaltation de l'orgueil individuel, à un arrêt de la perfection personnelle et, en fin de compte, à une distraction tragique du Grand Œuvre.

Pour éveiller et développer les super-pouvoirs, l'aspirant à la voie soufie doit tout d'abord changer fondamentalement la perception de la réalité et parvenir à l'expérience et à la conscience de la réalité en tant que processus unique, total et englobant.

Selon le Coran, la réalité se compose de sept niveaux fondamentaux. "C'est Allah qui a créé les sept cieux et autant de terres. 65:12.

Les sept niveaux cachés sont également présents dans le livre saint de l'islam lui-même. Le prophète Mahomet a déclaré : "Le Coran a un sens extérieur et un sens intérieur. À son tour, ce sens interne a son propre sens interne. Cette profondeur a sa propre profondeur, à la manière des sphères célestes qui se transforment l'une en l'autre, et qui descendent jusqu'aux sept significations intérieures - les sept profondeurs les plus profondes".

Enfin, l'homme lui-même possède également sept niveaux intérieurs.

Des capacités spéciales commencent à s'éveiller et à mûrir lorsque les sept niveaux de la Réalité, du Texte sacré et de l'homme entrent en contact, se connectent, entrent dans une résonance spéciale, s'harmonisent et commencent à interagir, formant une qualité et une unité fondamentalement nouvelles au niveau personnel (tauhid en tant que processus de perfection sans fin). C'est pourquoi les cheikhs disent que la principale méthode du soufisme n'est pas d'étudier, mais de fusionner sa conscience avec d'autres consciences. Ainsi, la réalité devient inextricablement liée à la conscience.

...Arthur Eddington, l'éminent astrophysicien du vingtième siècle, qui n'était pas un soufi, a écrit dans les derniers jours de sa vie : "Face aux mystères de la nature, j'ai commencé à réaliser que l'univers ressemble plus à une pensée qu'à une chose"...

Karamat n'est possible que lorsque le maître soufi lui-même devient progressivement une composante nécessaire et intégrale de la Conscience-Réalité.

Le premier niveau fondamental de la réalité - la conscience. Je, tu, nous sommes entourés de choses, de processus et de phénomènes connus. Tout ce connu est défini et constamment défini par moi (ou vous, ou nous) comme la partie la plus importante de mon histoire personnelle ou collective, de "notre" culture, de notre propre tradition dans laquelle je me situe et nous nous situons. Du moins, c'est ce qui nous semble, c'est ce à quoi je suis habitué, c'est ma conviction presque sincère. Moi et nous tous avons besoin d'un certain rythme de répétition : ma vie devient vraiment personnelle, elle n'est mienne que dans une réalité connue, prévisible. Le monde qui m'entoure est prévisible, précisément parce que je sens, j'expérimente sa répétitivité rythmique et cyclique. Même si je ne le ressens pas, j'en suis persuadé. Et je me considère (comme vous) comme faisant partie de cette prévisibilité. Et nous en sommes tellement convaincus que nous n'y pensons pas. J'ai longtemps été habitué à voir tout ce qui m'entoure, y compris toutes mes réactions émotionnelles à mon environnement, comme des composantes obligatoires et intégrales de cet environnement familier.

Dans le soufisme, ce monde répétitif et prévisible est appelé le connu. Ce connu, comme d'autres composantes de la réalité-conscience, possède une hiérarchie complexe, multicouche et multidimensionnelle. Par exemple, vous vous trouvez à un certain endroit. Si l'on vous demande de nommer rapidement les objets de cette pièce qui constituent le Connu, vous nommerez peut-être trois douzaines de choses à la fois. Si l'on vous donne plus de temps, vous vous souviendrez de quelques centaines d'objets qui ne sont pas immédiatement apparents. Si vous disposez d'un temps illimité, vous énumérerez probablement près d'un millier d'objets connus qui vous entourent invisiblement ici.

Au sens figuré, le monde du connu, pour plus de comparaison, peut être imaginé comme une balle, comme un ballon de football. La grande majorité des gens vivent leur vie dans ce ballon et sont totalement inconscients du fait que la réalité ne s'arrête pas là.

Le deuxième niveau fondamental de la réalité - la conscience. Cette "balle" est entourée et imprégnée de toutes parts, y compris à l'intérieur, par le monde de l'Inconnu... Combien de fois dis-je ou dis-tu, sans réfléchir du tout "ceci est connu et cela est inconnu". Mais en fait, il s'avère presque toujours que le connu comprend une part d'inconnu, et dans l'inconnu, on trouve souvent quelque chose de déjà connu, ou du moins qui semble l'être.
Chaque particule élémentaire, chaque cellule, chaque galaxie, chaque être humain est à la fois une partie nécessaire du connu et une composante indispensable de l'inconnu.

Chaque seconde, votre corps en tant que système biologique reçoit un total d'environ 400 milliards de bits d'information (de l'extérieur et de l'intérieur). Mais à chaque seconde, vous ne percevez (au sens commun) que deux mille bits de ce volume. Deux mille bits d'information sont le connu, et quatre cent milliards (sans ces deux mille bits) sont l'inconnu.

Votre corps est composé d'environ quatre-vingt-dix mille milliards de cellules. Chacune d'entre elles possède sa propre conscience individuelle. Votre corps, tel que vous le voyez dans le miroir, est le connu. La monstrueuse multitude de consciences en interaction avec les cellules de votre corps (dont vous ne connaîtrez jamais les détails) est l'Inconnu.
Votre corps est constitué de 84 000 canaux énergétiques. Et ceci est une partie légitime de l'Inconnu. Et ce sont eux, ces milliers de canaux énergétiques, qui vous permettent de vivre à chaque seconde dans le monde de l'Inconnu.

Chaque chose, chaque événement, chaque processus est avant tout le résultat d'une influence et d'une interaction avec l'Inconnu, une réalité dont je ou nous ne sommes pas conscients, mais dont je, vous, nous faisons partie intégrante.

Les mondes des particules élémentaires, des atomes, des cellules, tous les océans de la Terre, notre planète entière, notre galaxie d'origine, la Voie lactée, d'autres galaxies sans fin, les "trous noirs", l'Univers, nous pouvons, dans notre vanité sans fondement, nous référer à l'Inconnu. En fait, ils sont tous, avant tout, l'Inconnu.

Si l'Inconnu est à l'échelle d'un ballon de football, l'Inconnu est une immense sphère, comparable, par exemple, à la planète Terre !

Si l'on part du principe que l'humanité existera indéfiniment, par exemple pendant des milliards d'années (ce qui est très discutable, bien sûr), alors l'Inconnu augmenterait probablement de manière significative. Mais même dans ce cas, le phénomène de l'Inconnu resterait majestueux, gracieux, écrasant...

Il en découle une conséquence très concrète, pratique et extrêmement importante pour le soufi perfectionné, qui est obligé de tirer sa connaissance avant tout de son expérience personnelle. Les choses, les objets, les événements, les phénomènes, les processus et tout ce qu'il rencontre dans la réalité physique sont liés au monde du Connu. Mais ils ont toujours, en même temps, un deuxième sens caché (et pas seulement), beaucoup plus essentiel, puisque tous ces objets et processus apparemment familiers sont nécessairement une composante intégrale de l'Inconnu.

Dans le soufisme, on ne peut parler de véritable connaissance que lorsque l'on découvre et révèle continuellement l'unité du caché et du révélé. Et cette connaissance, ou plutôt cette co-connaissance, n'est pas discrète en principe : elle est quelque chose de continu, comme si elle se déversait dans le maître.

...Et c'est là que le Sheikh peut poser des questions stimulantes et en même temps éducatives. Êtes-vous capable de sentir, d'expérimenter l'Incertain, l'Inconnu, qui vous entoure continuellement, doucement, imperceptiblement, mais totalement ? Pouvez-vous respirer en pleine conscience l'Inconnu tout autour de vous, même en vous ? Tenez-vous l'Inconnu en respect ? Pouvez-vous vraiment aimer l'Inconnu ? Pouvez-vous sentir comment l'Inconnu vous parle ?

Le troisième niveau fondamental de la conscience de la réalité. Le monde du Connu et le monde de l'Inconnu sont à leur tour entourés, imprégnés, saturés par le monde du Mystère (Sirc).

...Mais pourquoi ne pas simplement appeler le monde du Mystère une extension du monde de l'Inconnu ?

Le monde de l'Inconnu, en principe, avec de nombreuses hypothèses, peut au moins d'une certaine manière être représenté par des modèles mathématiques sophistiqués et ultra-complexes ou même par les structures de langages tridimensionnels, même si c'est parfois avec une grande difficulté, avec un énorme étirement. Mais le monde du Mystère requiert quelque chose de fondamentalement différent pour sa compréhension - des types complètement différents de sensations, de sentiments, de perceptions, d'autres formes de confiance en soi, d'expérience, de conscience et, surtout, une "foi" sincère comme moyen clé de comprendre les segments multidimensionnels du Sirr.

En outre, le monde de l'Inconnu est encore, à un degré plus ou moins élevé, perçu comme une sorte de réalité reproductible. C'est pourquoi, sans même nous en rendre compte, nous avons tendance à insister pour insérer ou "glisser" l'Inconnu, ou une partie de celui-ci, dans nos tableaux, images et modèles familiers, supposés vérifiables. Dans le monde du Mystère, chaque instant est unique, chaque instant est unique : il vient et disparaît immédiatement. Pour toujours.

Enfin, il n'y a pas de frontière claire entre les mondes du Connu et de l'Inconnu, car le Connu n'est qu'une partie insignifiante de la réalité de l'Inconnu. Mais il existe un passage étrange entre les mondes du Secret et de l'Inconnu, une "zone frontière" spéciale.

L'approche du monde de l'Inconnu exige avant tout une rupture radicale avec les dichotomies rigides des mondes du Connu et de l'Inconnu : "est - n'est pas", "objectif - subjectif", "matière - conscience", "haut - bas", "savoir - ne pas savoir" et d'autres encore.

Ce type de pensée, basé sur les principes de savoir-non-savoir, est-non, n'est fonctionnel que dans le monde du connu, qui adapte l'individu extérieur à sa conditionnalité rigide. Mais déjà dans le monde de l'Inconnu (par exemple dans le paradigme quantique), un individu qui adhère à une telle attitude peut rapidement devenir fou. Et seul un aspect particulier de la conscience de "l'homme intérieur" peut interagir avec la réalité du monde du Mystère. Et c'est précisément parce qu'en tant qu'"homme intérieur", je suis avant tout le Mystère, que j'occupe légitimement ma place dans ce grand monde du Mystère. Je suis le Mystère dans lequel sont enfermés une myriade d'autres mystères, chacun d'entre eux ayant également son propre "moi".

Alors que le connu ressemble à un ballon de football ordinaire dans ses dimensions, et que l'inconnu est un énorme ballon de la taille de la planète Terre, le monde du mystère est, dans ses dimensions, un ballon majestueux qui englobe, inclut notre galaxie de la Voie lactée tout entière.

Néanmoins, malgré toutes les différences cardinales et énormes possibles, la réalité du Mystère ne peut être imaginée comme complètement "différente" par rapport aux mondes du Connu et de l'Inconnu. Le Mystère n'est pas quelque part là-bas, à l'extérieur. Le monde du Mystère est toujours "ici et maintenant". Il imprègne, embrasse, pénètre continuellement le Connu et l'Inconnu, et influence constamment ces mondes, parce qu'il embrasse à la fois le Connu et l'Inconnu comme ses propres composantes, petites mais inséparables.

Par conséquent, chaque phénomène, chaque objet, chaque événement que vous rencontrez dans votre vie terrestre porte nécessairement en lui, outre les significations liées aux mondes du Connu et de l'Inconnu, une image unique, un reflet de l'essence du Sire, du Mystère.

Le quatrième niveau fondamental de la Conscience-Réalité est le monde du Caché (Hafi). Il est complètement différent, même par rapport au monde du Secret. En ce qui concerne Hafi, l'individu extérieur "tridimensionnel" ne peut absolument pas savoir, dire, penser ou même supposer quoi que ce soit, car cela n'est révélé d'une certaine manière qu'à son "homme intérieur, parfait" et seulement lorsque certaines conditions sont remplies.

Si le monde du Connu est conventionnellement comparable à un ballon de football ordinaire, le monde de l'Inconnu est à l'échelle de la planète Terre, le monde du Mystère est comparable à notre galaxie de la Voie lactée, le monde de Hafi est une sphère immense qui englobe tous ces univers et espaces réels et possibles, imprégnant, reliant, équilibrant, harmonisant, rendant unis le Connu, l'Inconnu et le Mystère.

Les cinquième, sixième et septième niveaux fondamentaux de la conscience-réalité ne sont jamais évoqués à haute voix par les cheikhs soufis.

Ces sept niveaux de base consistent, pour ainsi dire, en une hiérarchie complexe de mondes subordonnés qui sont, d'une certaine manière, holomorphes les uns des autres. Par exemple, la structure de l'atome est holomorphe au système solaire. En outre, ces niveaux fondamentaux sont eux-mêmes liés les uns aux autres d'une manière holographique. De telles analogies de perception deviennent plus claires, par exemple, si l'on se souvient de la figurativité raffinée de la géométrie fractale.

***
"Le connu n'est qu'une indication de l'inconnu. L'inconnu n'est que l'ombre du secret. Le Mystère n'est qu'un pont vers l'Inconnu. L'intime est...".

Event Tags : soufisme islam philosophie métaphysique mystère Coran

Source: Zavrta: https://zavtra.ru/blogs/kazhdoe_mgnovenie_est_vozmozhnost_

Shamil Zagitovich Sultanov (1952-2022), géopoliticien russe musulman, directeur du Centre des Études stratégiques "La Russie et le monde islamique", avait été aussi député de la Douma de 2003 à 2007. Le philosophe français Pierre Dortiguier l'a évoqué à plusieurs reprises dans ses entretiens, mais seulement pour souligner son origine tatare, sans jamais expliquer qui il était ni ce qu'il faisait, ce qui est très regrettable. Vous trouverez sur ce blog plusieurs articles de ce remarquable penseur, trop tôt disparu, traduits en français par nos soins. Tags: Shamil Sultanov, Club d'Izborsk.

https://pocombelles.over-blog.com/tag/club%20d%27izborsk%20%28russie%29/

Shamil Sultanov était membre du Club Izborsk.

P.O.C.

Lire la suite

De qui Poutine est-il surtout le Président ? réponses implicites de Shamil Sultanov et de Leonid Ivashov

23 Avril 2023 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Economie, #Général Leonid Ivashov, #Shamil Sultanov, #Russie, #Société, #Club d'Izborsk (Russie), #Club d'Izborsk, #Pierre Dortiguier

Shamil Zagitovich Sultanov (1922-2022)

Shamil Zagitovich Sultanov (1922-2022)

(Extrait)

 

Au cours des quatre dernières années, la Fédération de Russie est devenue un leader mondial en matière d'inégalité socio-économique ou d'injustice sociale, dépassant avec assurance l'Amérique, l'Allemagne et la Chine. La Russie, dont l'économie est engluée dans la stagnation depuis plusieurs années et dont le niveau de vie de la majorité de la population n'a cessé de baisser, compte nettement plus de milliardaires en dollars en 2019 qu'en 2018. Pendant ce temps, 10 % des Russes contrôlent 83 % de la richesse nationale, tandis que les 1 % de super-riches contrôlent près de 60 % de tous les actifs matériels et financiers. Cela n'existe dans aucune des grandes économies du monde. Aux États-Unis, par exemple, les 1% de super-riches ne possèdent que 35% de la richesse nationale.

 

Et cette inégalité socio-économique ne fait que s'accroître. Par exemple, après l'effondrement de l'URSS, la part des revenus des 1% les plus élevés de la société russe est passée de moins de 6% de tous les revenus en 1989 à 22% en 1995. En outre, la part de ce même 1% dans la richesse totale de tous les ménages russes est passée de 22% en 1995 à 43% en 2015. Ce chiffre est plus élevé qu'aux États-Unis, en Chine, en France et au Royaume-Uni.

 

Le nombre de citoyens russes possédant une fortune d'un milliard de dollars ou plus figurant dans le classement mondial en 2020 était de 103 personnes. La richesse combinée des milliardaires russes a fortement augmenté dans les années 2000, couvrant environ 30 à 35 % de la richesse nationale. C'est nettement plus que dans les pays occidentaux : aux États-Unis, en Allemagne, en France, entre 2005 et 2015, ce chiffre se situait entre 5 et 15 %.

 

Les oligarques russes et autres nouveaux riches conservent près de 1 500 milliards de dollars à l’étranger.

 

La croissance de la richesse des couches supérieures de la bourgeoisie russe, de la bureaucratie, des généraux et des colonels des structures de pouvoir se produit invariablement sur fond d'appauvrissement permanent de la majorité de la nation russe.

 

(...)

 

Shamil Sultanov

 

 

Lisez ici, sur ce blog, la suite de l'important article de Shamil Sultanov, très documenté, suivi d'un article du général-colonel Leonid Ivashov qui vous montreront la situation RÉELLE en Russie, dont vous n'entendrez parler ni dans les médias russophobes ni dans les médias russophiles. Vous comprendrez ensuite de qui Vladimir Poutine est surtout le Président.

 

https://pocombelles.over-blog.com/2021/04/shamil-sultanov-la-russie-est-en-avance-sur-l-amerique-et-la-chine-dans-le-domaine-des-inegalites-socio-economiques-zavtra-16-mars-2

 

Shamil Zagitovich Sultanov (1952-2022), géopoliticien russe musulman, directeur du Centre des Études stratégiques "La Russie et le monde islamique", avait été aussi député de la Douma de 2003 à 2007. Le philosophe français Pierre Dortiguier l'a évoqué à plusieurs reprises dans ses entretiens, mais seulement pour souligner son origine tatare, sans jamais expliquer qui il était ni ce qu'il faisait, ce qui est très regrettable. Vous trouverez sur ce blog plusieurs articles de ce remarquable penseur, trop tôt disparu, traduits en français par nos soins.

Tags: Shamil Sultanov, Club d'Izborsk.

https://pocombelles.over-blog.com/tag/club%20d%27izborsk%20%28russie%29/

Shamil Sultanov était membre du Club Izborsk.

P.O.C.

 

Lire la suite

Général-colonel Leonid Ivashov: Hourrah pour la crise globale (2008)

12 Janvier 2023 , Rédigé par Rouge et Blanc Publié dans #Général Leonid Ivashov, #Philosophie, #Politique, #Club d'Izborsk (Russie)

Général-colonel Leonid Ivashov: Hourrah pour la crise globale (2008)

"La survie même de la civilisation moderne devient le problème numéro un pour l’humanité. Economistes, écologistes, démographes, physiciens, professionnels de la santé et anti-mondialistes tirent la sonnette d’alarme.

 

Nous devons donc comprendre l’essence de l’ordre mondial actuel. Nous devons repenser au sens de la vie, à la place de la civilisation terrestre dans l’univers et à notre relation à Dieu. Nous devons nous rappeler la conclusion de Platon, selon laquelle la civilisation de l’Atlantide périt précisément parce qu’elle avait cessé de communiquer avec le ciel et sombra dans une vie de luxure et de plaisir.

 

Les académiciens russes GI. Chipov et Aye Akimov ont établi scientifiquement, non seulement l’existence d’un vide physique et de champs de torsion, mais aussi la manière dont des phénomènes naturels et cosmiques (y compris les phénomènes catastrophiques) dépendent des réflexions et des principes de l’humanité, et de l’état de conscience des populations. Albert Einstein se tourna également vers une compréhension de la manière dont l’état des affaires sur la planète dépend de la conscience humaine. (...)

 

Aujourd’hui, ce ne sont pas les philosophes, poètes, musiciens ou explorateurs de mondes lointains qui donnent le ton à la vie des gens, mais plutôt les financiers et les hommes d’affaires. Le gain matériel, l’argent, le luxe et le pouvoir sont devenus les codes fondamentaux de la majorité des gens.

 

Le dualisme physique-spirituel de l’être humain se réduit, de plus en plus, à sa seule composante "corps". Un tel être humain, cependant, n’est ni utile à la nature, ni acceptable pour Dieu. Par conséquent, il est condamné à disparaître. Car l’homme a été créé à l’image et à la ressemblance de Dieu, alors que son existence physique est assurée par ses liens avec le monde végétal et animal et avec la nature inorganique.

 

Le modèle d’être contemporain, basé sur l’idéologie du monétarisme, doit être remplacé par un être spirituel cognitif. Ceci ne peut être fait qu’en passant par le fourneau d’une crise du système financier et économique mondial, dans laquelle la crise elle-même sert à priver l’oligarchie mondiale de son pouvoir."

 

 

Général Leonid Ivashov (Président de l'Académie des problèmes géopolitiques, membre du Club d'Izborsk). Extrait de: "Hourrah pour la crise globale" (Fondation de la Culture stratégique, 26 janvier 2008).

Lire la suite

Leonid Ivashov : "Voronezh", en Extrême-Orient, suivra l'ensemble de l'Alaska et du Japon en même temps (17 août 2022)

2 Octobre 2022 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Général Leonid Ivashov, #Russie, #Guerre

Leonid Ivashov : "Voronezh", en Extrême-Orient, suivra l'ensemble de l'Alaska et du Japon en même temps (17 août 2022)

Leonid Ivashov : "Voronezh", en Extrême-Orient, suivra l'ensemble de l'Alaska et du Japon en même temps.

17 août 2022, 9h40.

Les forces spatiales militaires russes recevront bientôt pas moins de deux stations radar d'alerte aux missiles supplémentaires à Voronezh. La construction bat son plein, tant dans le sud que dans le nord. L'Extrême-Orient est pratiquement une nouvelle zone de contrôle de l'horizon, car Voronezh est une station radar à longue portée sur l'horizon.

Les stations de ce type constituent l'échelon terrestre du système russe d'alerte précoce. Ils recueillent des informations sur les lancements de missiles et les objets spatiaux. Avec leur aide, il est possible de suivre les attaques de missiles sur le territoire russe. Les stations créent un "champ radar solide autour de notre pays pour suivre les cibles balistiques", a déclaré le concepteur général du système d'alerte aux missiles, Sergei Boev, cité par l'agence de presse RBC, lors du forum Armée-2022.

Le colonel général Leonid Ivashov, président de l'Académie des problèmes géopolitiques, affirme que les stations de détection des cibles volantes constituent un puissant bouclier de défense :

- "Mais le principe de fonctionnement de tout localisateur est un 'pétale', ce qui signifie qu'il n'y a pas de zones visibles où un objet volant ne peut être détecté. C'est pour cela qu'on les plaçait en haut des montagnes pour qu'ils puissent couvrir toute la surface. Mais c'était assez difficile.

- De plus, les radars terrestres ont des satellites en orbite ?

- C'est ainsi que se construit une défense en échelon : courte portée, moyenne portée et longue portée. En général, de nombreux facteurs entrent en jeu. Mais même un élément étonnant, nouvellement inventé, ne peut jouer un rôle décisif dans le système de défense et de sécurité. Toutes les sphères doivent interagir efficacement.

Nous voyons alors à quoi mène le fait de se vanter de notre "sécurité totale". Elle dissipe également la population, et nous n'avons pas beaucoup de gens aujourd'hui. Mais au moins pour ceux qui le sont, ils disent que vous êtes "protégé de manière fiable".

Mais je suis maintenant en Crimée et ce matin, il y a eu un incendie dans le district de Dzhankoy, près du village de Maiskoye - de nouvelles explosions. Oui, c'est une zone frontalière avec des opérations spéciales. Mais nous voyons qu'à Sébastopol, le jour de la Marine, un drone a été envoyé depuis lequel un engin explosif a été largué. La sécurité absolue n'existe donc pas. Surtout maintenant que la technologie est très, très avancée.

- Quoi qu'il en soit, ce n'est pas comme il y a 15 ou 20 ans, lorsque les radars soviétiques étaient fermés dans les pays baltes et voulaient être fermés en Azerbaïdjan. Et puis il y avait la station radar de Mukachevo, pour laquelle la Russie a payé un million de dollars par an de loyer dans la phase finale, mais cela n'a pas aidé non plus. La station était même entretenue par du personnel ukrainien.

- La station radar de Gabala, au nord de l'Azerbaïdjan, appartient à la puissante série Daryal, qui, si je me souviens bien, pouvait observer le ciel sur six mille kilomètres. Sur les montagnes d'Aragats, en Arménie voisine, une autre station s'intéressait aux niveaux inférieurs. Et puis il y avait des stations radar qui surveillaient les cibles possibles.

Et malgré tout cela, nous nous rappelons comment Matthias Rust a pris l'avion en 1987 et a atterri sur la Place Rouge. Vous ne pouvez pas fixer des objectifs irréalistes en disant : "Nous avons une vue claire de tout !". Et avec cette rouille - il y a eu une opération spéciale brillante et réussie par les agences de renseignement occidentales. Lors de ce vol, on pouvait ressentir une bonne connaissance de nos champs radar et de leurs caractéristiques. Le pilote a donc volé entre eux comme s'il volait entre les jets de pluie.

Lorsque l'Union soviétique et son système de défense se sont effondrés dans les années 90, nous n'avions aucune visibilité du ciel. Nous n'avons pas du tout quitté le Nord. Nous pensions que "paix, amitié", que "nous sommes aussi des capitalistes maintenant, donc les autres capitalistes ne vont pas nous attaquer". Donc on a tout gâché.

À la fin des années 1980, j'étais à la tête du ministère de la défense soviétique, puis au début des années 1990, j'étais secrétaire du Conseil des ministres de la défense de la CEI. Nous préparions des documents qui proposaient de fixer un objectif précis : si vous voulez que l'ensemble de la vaste Union soviétique soit visible à toutes les hauteurs, de bas en haut, vous devez déployer autant de stations. Il faudrait tellement de plantes, et tellement d'argent. Les montants impliqués étaient fous.

Ensuite, nous avons été confrontés à la tâche de couvrir les directions dangereuses pour l'aviation ennemie - seulement les directions particulièrement dangereuses.

Puis vint Gorbatchev avec sa "nouvelle pensée politique". J'ai tout entendu de sa bouche au Conseil de la Défense. Nous détruisions et réduisions tout, cédant aux Américains des positions sur les missiles à courte et moyenne portée dans le cadre du traité START-1. Gorbatchev n'a pas apprécié : "Pourquoi comptez-vous les coefficients à ma place ! Le fer est le fer, dit-on. En conséquence, 1 846 des complexes les plus récents ont été coupés, tandis que les Américains n'ont coupé que 800 de leurs anciens complexes.

L'objectif politique doit être clairement défini. Elle est transformée en stratégie pour assurer cette tâche, des fonds sont alloués qui ne sont pas pillés, et un contrôle supplémentaire est exercé par l'état-major général. C'est ainsi que le système fonctionne.

Un seul missile, même s'il est très bon, ne fait pas une grande différence. Par exemple, le célèbre missile "Dagger". Dans l'opération spéciale, d'après mes informations, ils n'ont été utilisés que trois fois. Il y a des missiles, mais il n'y avait pas d'avion porteur. Dieu merci, ils ont converti les MiG-31 et les Tu-22.

- Mais maintenant, il semble que les fonds soient apparus. Ils ont donc commencé à construire des radars en Extrême-Orient, au-dessus du cercle polaire, afin de ne pas survoler le pôle Nord.

- Nous avons de vastes étendues. Lorsque vous parlez à des officiers expérimentés de nos systèmes de défense aérienne S-300 et S-400 d'une portée de 350 et 400 kilomètres, une question surgit dans leurs conversations : combien d'entre eux devraient être déployés pour couvrir tous les périmètres du pays ? Il existe donc des directions dangereuses pour les missiles, pour l'aviation et même pour les chars...

Jusqu'à présent, les stations de Voronezh sont en service principalement à l'ouest, dans la partie européenne du pays : dans les oblasts de Kaliningrad, Leningrad et Mourmansk, en Crimée, dans la République des Komis, dans l'oblast d'Orenbourg et dans le kraï de Krasnodar. Et au-delà de l'Oural, dans les régions de l'Altaï, de Krasnoïarsk et d'Irkoutsk, les habitants les appellent généralement "objet untel" ou "v/hr untel". Ils sont développés par le RTI Systems Concern.

Aujourd'hui, les "Voronezhs" vont finalement apparaître en Extrême-Orient aussi, puisqu'ils pourraient venir d'Alaska. Plus le Japon, à partir de plusieurs bases militaires, quelque chose peut arriver. Les États-Unis peuvent obliger le pays du Soleil levant à mener des actions agressives contre la Russie, comme cela s'est déjà produit avec la "Nezalezhnaya". Une sorte d'action préventive est donc nécessaire.

Il y a déjà dix stations, il y en aura une onzième et une douzième. La famille des stations radar stationnaires russes à longue portée et au-dessus de l'horizon est conçue pour détecter les objets spatiaux et aérodynamiques, y compris les missiles balistiques et de croisière.

Ils fonctionnent dans les gammes de longueurs d'onde du mètre, du décimètre et du centimètre. Les grandes longueurs d'onde offrent une grande portée de détection des objets dangereux, tandis que les courtes longueurs d'onde permettent une détection plus précise des cibles.

Traduit par Le Rouge et le Blanc avec www.DeepL.com/Translator

Source: Club d'Izborsk

https://izborsk-club.ru/23185

Lire la suite

Général Leonid Ivashov: "L'humanité. Guerres mondiales et pandémies", "L'Esprit perdu".

30 Avril 2022 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Général Leonid Ivashov, #Opération Coronavirus, #Guerre, #Histoire, #Philosophie, #Politique, #Russie

Leonid Ivashov. L'humanité. Guerres mondiales et pandémies

19 janvier 2022

Leonid Ivashov. L'humanité. Guerres mondiales et pandémies. - Moscou : Book World, 2020. - 544 с.

Plus l'ère de la bipolarité mondiale avance dans l'histoire, plus la tragédie de la destruction de la puissance soviétique et du système socialiste mondial est ressentie de manière aiguë et profonde. Ce n'est pas seulement un État puissant, l'un des centres de la construction mondiale du XXe siècle, qui a disparu de la carte politique du monde, mais aussi l'ancienne humanité avec son sens de la vie, son but et ses priorités de développement, les piliers de soutien de l'ordre mondial. L'essence et le rôle des sujets du processus politique mondial et les forces motrices du développement de la communauté humaine ont changé, la diversité des formes de développement et la compétitivité des systèmes sociaux des projets géopolitiques eurasien et atlantique ont fortement diminué. Le grand capital de nature transnationale est devenu le principal sujet du processus mondial. La notion même de "développement" a également changé de sens essentiel ; on peut plutôt parler de la dégradation de l'ancien modèle du monde et de l'humanité en général. Le principe de justice dans les relations internationales a été démantelé ; le principe de non-ingérence dans les affaires intérieures des États, qui a été lancé et établi dans la Charte des Nations unies, a été détruit ; l'utilisation du pouvoir militaire et du "soft power" est devenue omniprésente. Pourquoi l'humanité en est-elle arrivée à une telle conclusion et qu'est-ce qui attend le monde ? Le colonel général Ivashov, président de l'Académie des problèmes géopolitiques, docteur en histoire, en parle dans son nouveau livre.

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Source: https://izborsk-club.ru/22192

 

Général Leonid Ivashov: "L'humanité. Guerres mondiales et pandémies", "L'Esprit perdu".

19 janvier 2022

Leonid Ivashov. "L'esprit perdu". - Moscou : Argumenty Nedeli, 2021. - 512 с.

L'homme n'a jamais pris la peine de comprendre le sens et les lois de l'univers, n'a jamais appris à vivre en harmonie avec la nature. Au contraire, il a tué, ruiné et volé. Dégradation rapide, confiance dans le "progrès technologique" (les nanotechnologies et l'intelligence artificielle sont un semblant pathétique des réalisations des civilisations précédentes).

Le livre montre toute l'impasse du cours consumériste actuel avec ses fausses théories du "milliard d'or", de la "croissance zéro (organique)" et des idées de surenrichissement. L'auteur pense que l'homme, la nature, l'univers créé par le Créateur, et au cœur de toutes choses se trouve l'énergie, mais pas la matière. L'auteur assène au lecteur une affirmation raisonnable : l'homme fait partie du domaine de l'information, et il n'est pas matériel ...

Le livre fournit de nombreuses données jusqu'alors classées secrètes, réfutant les croyances courantes, notamment la théorie du Big Bang et la doctrine darwinienne, et révèle les causes de l'état catastrophique de notre civilisation.

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Source: https://izborsk-club.ru/22234

 

Général Leonid Ivashov: "L'humanité. Guerres mondiales et pandémies", "L'Esprit perdu".
Lire la suite

Leonid Ivashov: Qu’a apporté la rencontre de Biden avec Poutine ? (Club d'Izborsk, 17.06.2021)

18 Juin 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Général Leonid Ivashov, #Politique, #Russie, #USA

Leonid Ivashov: Qu’a apporté la rencontre de Biden avec Poutine ?  (Club d'Izborsk, 17.06.2021)

Leonid Ivashov: Qu’a apporté la rencontre de Biden avec Poutine?

 

17.06.2021

 

https://partyadela.ru/blogs/ivashov-leonid/13624/

 

Ainsi, la communauté internationale attendait avec passion que la réunion se tienne au centre du monde neutre - la Genève suisse. Comme nous l'avions prédit dans nos précédents articles, la communauté internationale n'a rien entendu de sensationnel.

La stabilité stratégique, la cybersécurité, les armes nucléaires, les lignes rouges non exprimées, l'environnement et les droits de l'homme ont été les thèmes traditionnels des sommets. Et puis il y a des futilités comme le retour des ambassadeurs à leur poste et le passage de l'argot de la confrontation au langage diplomatique. Une question naturelle se pose : pourquoi ont-ils agité la Suisse et mis à mal l'Europe ? Après tout, toutes ces questions ont été discutées plus d'une fois et sont devenues traditionnelles, presque routinières. On peut, bien sûr, supposer que Biden, en proposant une rencontre avec Poutine, reflétait la volonté de l'Europe d'adoucir les relations avec la Russie. Premièrement, les Européens ont besoin du gaz russe parce qu'ils ont eu froid l'hiver dernier et qu'ils ont compris pourquoi leurs grands-pères et arrière-grands-pères ont perdu la bataille près de Moscou pendant l'hiver 1941. Deuxièmement, les Européens ne sont pas complètement fous, et ils comprennent que si l'on en arrive à un conflit armé avec la Russie, eux, mais pas les Américains, devront vivre dans des villes détruites et sans gaz, ce qui signifie pas de chauffage et pas de lumière dans leurs maisons. En effet, il est insensé d'envoyer des missiles vers l'Amérique sans ogives nucléaires, et ni les États-Unis ni la Russie n'accepteront une guerre nucléaire mutuelle. Mais Biden a donné aux Européens des préférences sous la forme de l'autorisation de terminer Nord Stream-2, a tenu des réunions des organes directeurs de l'UE et de l'OTAN sans drame ni psychose de confrontation. Il n'a pas fait pression sur eux comme Trump a tenté de le faire, en forçant l'augmentation des dépenses de l'Alliance de l'Atlantique Nord et en interdisant la construction du pipeline en provenance de Russie. Alors, qu'est-ce qui a poussé le président américain à proposer une rencontre à Poutine et Poutine (un "tueur", selon la définition de Biden) à ne pas refuser ?

 

Les médias russes pro-présidentiels utilisent des experts et des analystes politiques pour dépeindre le sommet comme une célébration de la politique étrangère russe et une victoire de la politique de Poutine à l'égard de l'Occident et des États-Unis. Apparemment, l'administration présidentielle prépare un rapport à l'intention du comité du prix Nobel de la paix afin de décerner à Poutine (et éventuellement à Biden) le prix Nobel de la paix. Gorbatchev, Obama (en avance), Peres et Arafat sont devenus des lauréats du prix Nobel. Eltsine, Kravchuk et Shushkevich pourraient eux aussi devenir des lauréats du prix Nobel, s'ils étaient plus ou moins sobres et non ivres au moment de la dissolution de l'URSS. Et en quoi nos actuels, ceux de Genève, sont-ils pires ? Oui, une telle variante n'est pas à exclure. Mais réfléchissons au fait suivant : les présidents des États-Unis et de la Russie, lors de leurs conférences de presse (séparément), ont parlé de négociations en format élargi, de questions banales et usées. Et voici ce dont ils ont discuté pendant la majeure partie du temps de négociation, pendant près de deux heures, lors d'une réunion à huis clos - non seulement sans la presse, mais même sans le chef d'état-major général de la Russie et ses plus proches collaborateurs.

 

Il y a donc des sujets de discussion (programmes à accès fermé) en face à face. Et le régime de ces sujets est convenu à l'avance : ils ne sont pas soumis à la divulgation. Nous ne connaissons donc pas le contenu principal des négociations et des accords conclus. Tout ce dont les deux présidents ont parlé lors de leurs conférences de presse était une tentative d'obtenir un élan positif pour justifier l'importance de la réunion et légitimer les accords conclus lors du cycle de négociations fermé, d'autant plus que le président américain s'adressait franchement à ses électeurs et aux membres du Congrès et n'avait invité que des journalistes américains à la conférence. Poutine a fait un peu de la nature confidentielle de la rencontre (le président américain a raconté un épisode concernant sa mère), et Biden a fait allusion à la Chine.

 

Nous ne saurons probablement jamais ce dont les présidents ont pu parler dans un cercle restreint. Mais rien ne nous empêche de spéculer. Commençons donc par la Chine. L'invasion "discrète" du territoire russe par la Chine (tactiques d'infiltration) et la maîtrise des ressources russes, le transfert de technologies et de systèmes militaires russes, ne peuvent qu'inquiéter l'élite américaine. Et ce, non pas parce que les États-Unis ont pitié de nous et craignent pour notre avenir, mais parce que nos ressources (y compris intellectuelles) renforcent la puissance économique et militaire de la Chine, le principal rival (adversaire) des États-Unis. Par conséquent, je crois que Biden a présenté à Poutine quelque chose qui ressemble à un ultimatum. Deuxièmement, Biden a cédé à Poutine sur la question du Nord Stream-2. Mais ce n'est pas une règle américaine de donner quelque chose sans recevoir quelque chose en retour. Et il est donc possible que Biden ait exigé quelque chose de Poutine. Le troisième point possible est le destin personnel de Poutine. M. Biden a probablement déclaré que les États-Unis ne reconnaîtront pas la légitimité de M. Poutine en tant que président de la Russie après 2024. Poutine ne pouvait pas être en désaccord avec cela, mais a exigé qu'il quitte la présidence en toute sécurité. En guise de chantage, M. Biden a plus que probablement rappelé à M. Poutine le procès en cours concernant l'abattage du vol MH-17 au-dessus de l'Ukraine. M. Poutine comprend les conséquences malheureuses des décisions des tribunaux de La Haye et de Strasbourg sur la question du Boeing malaisien pour la Russie, y compris pour son commandant en chef suprême, et fera donc de sérieuses concessions aux États-Unis sur n'importe quelle question. C'est peut-être sur cette question qu'il a lâché la phrase lors de la conférence de presse sur le désir des parties aux négociations de mieux se comprendre, et que les négociations étaient constructives.

 

Et que va apporter la réunion de Genève aux citoyens russes ? J'y vois plus de points positifs que de points négatifs. Tout d'abord, le fait même de la rencontre a été une agréable surprise, d'autant plus que nous sommes passés du langage de la guerre à celui de la coexistence pacifique. Le calme est la vie de toute nation lorsque la guerre est bannie de la conscience. Deuxièmement, les deux pays, et pour la Russie c'est particulièrement important, bénéficieront de la réduction de la course aux armements et de l'utilisation de la meilleure intelligence de la nation dans la technologie civile et le développement de l'intelligence au lieu des "meilleurs missiles nucléaires". Troisièmement, cette réunion pourrait être le début d'un grand voyage pour lancer un programme de survie humaine et de confrontation avec la catastrophe environnementale. C'est ce qu'a dit Poutine, que Biden n'a pas rejeté. Il n'y a et ne peut y avoir de compromis sur la question des droits de l'homme. Les Américains ont besoin d'une puissante cinquième colonne en Russie, et Poutine a besoin d'une absence d'opposition à son pouvoir. C'est pourquoi les deux présidents n'ont mentionné que Navalny et ses partisans, et pas un mot sur N. Platoshkin, A. Bykov, S. Furgal et des dizaines d'autres personnes qui font l'objet d'une enquête et sont condamnées : ce ne sont pas des créatures américaines.

 

Il y a donc des avantages, et le temps le montrera.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc avec DeepL

Lire la suite

Shamil Sultanov : Washington prépare un piège appelé zugzwang* numéro deux (Club d'Izborsk, 16 juin 2021)

16 Juin 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Politique, #Russie, #USA, #Shamil Sultanov

Shamil Sultanov : Washington prépare un piège appelé zugzwang* numéro deux  (Club d'Izborsk, 16 juin 2021)

Shamil Sultanov : Washington prépare un piège appelé zugzwang* numéro deux

 

16 juin 2021.

 

https://izborsk-club.ru/21225

 

 

- Shamil Zagitovich, qu'attendez-vous de la rencontre entre Poutine et Biden ? Quelle est son importance et son caractère décisif ?

 

- Je veux dire qu'il y avait déjà un précédent similaire, selon lequel la logique actuelle des événements peut être construite. C'est arrivé en 2015. Nous parlons de la rencontre entre Poutine et Kerry (John Kerry était le secrétaire d'État américain à l'époque - ndlr) à Sotchi en mai 2015. Ils se sont rencontrés pendant quatre heures et demie, et avant cela, Kerry s'est entretenu pendant une heure avec Lavrov (ministre russe des Affaires étrangères, Sergei Lavrov - ndlr). Puis l'attitude à l'égard d'ISIS (une organisation terroriste interdite en Russie - ndlr) a changé radicalement, la Syrie a commencé. Si ISIS était auparavant une arme contre les Américains au Moyen-Orient, après la réunion de Sotchi, il est soudainement devenu "le mal absolu", et c'est tout.

 

L'essentiel de la réunion à Sochi était le suivant : Kerry a d'abord dit à Lavrov, puis à Poutine : "Les gars, vous avez des problèmes avec l'Ukraine, l'Europe est sur la sellette. Nous sommes assez prudents pour le moment. Vous voyez, n'est-ce pas ? Les Européens prennent des sanctions, nous nous en abstenons pour l'instant. Car, de notre point de vue, la principale menace pour l'ensemble de la communauté mondiale est le terrorisme international. Faisons donc comme suit : vous participez à cette lutte contre le terrorisme international, vous devenez membre de la coalition mondiale antiterroriste qui est en train de se former (à l'époque, il y avait vraiment une coalition, quelque part entre 80 et 85 pays). Ensuite, nous commencerons progressivement à résoudre toutes sortes de problèmes liés à la Crimée de ce point de vue, nous rechercherons des solutions diplomatiques.

 

Et depuis que la Crimée s'est avérée être, en effet, un moment très difficile, toutes les paroles et propositions de Kerry ont été prises en banzaï à Sotchi... Un virage à 180° a été amorcé. C'est un moment très important - précisément le virage à 180°. Lorsque Poutine s'est exprimé en direct le 16 avril 2015 et a été interrogé sur ISIS, il a déclaré : "Oui, ces gars-là se battent contre les Américains, ils combattent avec succès, ce sont des officiers de Saddam... Ils ne représentent aucun danger pour la Russie." Nous avons même eu des relations informelles, pour autant que je sache. Bien que, en fait, les spécificités de l'ISIS sont que l'ISIS avait des liens avec, d'après mon compte, sept ou huit agences de renseignement.

 

Lorsque nous avons commencé à nous battre avec DAESH (le nom arabe du groupe ISIS interdit en Russie - ndlr), bien sûr, leur attitude à notre égard a changé, leurs relations n'ont finalement mené à rien. Qui en a bénéficié ? L'ascension du président turc Recep Erdogan a commencé au même moment, en 2015 ! Parce qu'il est resté le manipulateur le plus important d'ISIS. Les Européens et les Américains, avec leurs malentendus, se sont tournés vers lui.

 

- Plus le marché gris du pétrole...

 

- Mais surtout, ce grand jeu lié aux réfugiés... Erdogan en a parfaitement profité, si bien qu'il est maintenant dans le top 10 des leaders clés du monde, peut-être même dans le top 5. Ainsi, en juin 2015, Moscou a opéré un revirement spectaculaire : DAESH est soudainement devenu "le mal absolu". Ok, avec la propagande totale d'aujourd'hui, la personne moyenne peut ne pas le remarquer. Mais en Occident, tous les actes et les paroles du Kremlin sont observés de très près, surveillés, et les conclusions psychologiques nécessaires sont tirées... Il semble que Moscou ait officiellement rejoint la coalition et commencé à lutter contre ISIS, mais il n'est pas allé vers les Américains, bien que ces derniers le souhaitaient vivement. Une des demandes de Kerry était justement ça. Mais ensuite, le Kremlin a décidé de montrer sa propre personnalité et a déclaré que nous aurons notre propre coalition. Et cette coalition comprenait Damas, Téhéran, Bagdad... En conséquence, Moscou n'a pas obtenu les bonus promis concernant l'Ukraine...

 

- Les Américains ont donc triché ?

 

- Ils n'ont pas trompé. Ils ont dit : "Nous avions promis que vous feriez partie d'une coalition mondiale unie, mais vous ne l'avez pas fait. Tu as dit que tu étais seul. Eh bien, puisque vous êtes seul, que voulez-vous ?

 

- Et puis Donald Trump est arrivé...

 

- Et c'est là que tout a basculé dans le mauvais sens... Cela a commencé avec ce schéma particulier de politique étrangère - je l'appelle le modèle du zugzwang continu. Vous devez mettre votre ennemi dans une situation où chaque mouvement successif est pire que le précédent. Votre ennemi aggrave ses propres perspectives par ses propres actions, vous devez simplement le reprogrammer un peu, le recentrer et lui donner un coup de pouce. S'il n'y avait pas eu d'offre Kerry sur la Syrie, la détérioration des relations sur le front ukrainien aurait été plus rapide. Et là, ça a marché, tant en Syrie qu'au Moyen-Orient et en Ukraine - les Américains ont gagné ce round. C'est ainsi que ce modèle a été élaboré, et c'est John Kerry qui en a été le principal réalisateur.

 

- Aujourd'hui, les États-Unis ont une administration différente...

 

- L'administration américaine actuelle est remarquable car, pour la première fois, le président américain est l'un des leaders de l'État profond américain. On peut affirmer que le président Bush père était également l'un des dirigeants de l'État profond. Mais Bush senior, alors qu'il était encore directeur de la CIA, était déjà membre de la direction collective de l'État profond. Et Biden a été impliqué dans un combat ouvert avec Trump, qui s'est ouvertement positionné comme un représentant de la contre-élite, comme un adversaire ouvert de l'establishment. C'est spécial, ça n'est jamais arrivé avant. Biden est le numéro un. Le leadership collectif est d'au moins trois personnes, dont deux sont représentées dans l'administration actuelle. Le premier est Biden, et le second est John Kerry, l'envoyé spécial du président pour le climat. Le climat est une composante majeure de la nouvelle idéologie occidentale globale qu'ils promeuvent. La consolidation mondiale sous la direction des États-Unis n'est possible que dans le cadre de la lutte contre une sorte de menace commune. Après la destruction de l'Union soviétique, ISIS ne passait pas pour une telle menace, pas plus que le terrorisme islamique. Vient maintenant l'imminent changement climatique cardinal. Kerry n'est donc pas seulement le porte-parole des États-Unis sur les questions climatiques, il en est l'idéologue en chef, le stratège en chef. Et la page actuelle des relations américano-russes a commencé à se tourner au début du mois d'avril de cette année, lorsque Lavrov et Kerry ont eu une réunion hautement confidentielle à New Delhi. Tout ce que l'on sait, c'est qu'ils ont parlé pendant environ cinq heures. Je pense que c'était en quelque sorte le développement d'un nouveau modèle. Par convention, le nouveau piège de Washington s'appelle "zugzwang prolongé" numéro deux. Si dans le premier cas, le point de départ était Sotchi, dans le second, c'était New Delhi, dans un contexte de forte détérioration des relations entre Moscou et Washington.

 

- Et soudain, le 13 avril, Biden a appelé Poutine de manière inattendue...

 

- Oui, c'est le début de la mise en œuvre de l'intrigue. Il y a un point intéressant ici. Lorsque Xi Jinping, secrétaire général du parti communiste chinois et président de la République populaire de Chine, a été informé de cet appel, il est resté figé pendant deux minutes et n'a pas bougé. Il lui semble qu'il s'est fait avoir - cet appel ne faisait pas partie de ses plans. Et il s'est rendu compte que l'appel n'avait pas été passé par hasard après une réunion merdique et sans importance des délégations américaine et chinoise à Anchorage. Là, c'était un scandale ouvert, les Américains ne faisaient qu'abuser diplomatiquement des Chinois. Et pour Xi, ce coup de fil du président américain à Poutine était le signal que les Américains avaient fait un geste en avance sur les Chinois. Le fait est que Lavrov s'était déjà rendu à Pékin après que Poutine ait été insulté lorsque Biden l'a traité de "meurtrier". La tâche principale consiste à intensifier fortement nos relations et, surtout, à conclure un semblant d'alliance militaro-politique. Une fois de plus, les Chinois ont rejeté cette proposition. Les Chinois ne peuvent pas accepter cela car ils sont beaucoup plus dépendants que Moscou des marchés occidentaux. Si la Chine conclut officiellement une alliance avec la Russie, elle sera confrontée à la pression croissante des sanctions occidentales, principalement américaines. Et c'est alors que commencera un nouveau cycle fondamental de guerre froide entre l'Occident et la Chine. Et Pékin ne sera plus en mesure de jouer avec Washington et Moscou en même temps.

 

Lorsque Biden a appelé, le Kremlin s'est d'abord demandé pourquoi, lui aussi. Cependant, la réunion de Lavrov avec Kerry et l'appel téléphonique de Biden à Poutine sont un indicateur clair du début d'un nouveau jeu stratégique.

 

Et une dernière chose que je voudrais dire à propos de la rencontre des deux présidents à Genève. Le plus important est que cette réunion ne se termine pas par un scandale. C'est la chose la plus importante pour les deux parties, afin que personne ne parte en claquant la porte. Et c'est ce qui arrive parfois dans l'histoire quand le terrain de jeu est égal. Mais même la réunion d'Anchorage a montré que les Américains et les Chinois étaient soi-disant égaux, mais que les Chinois ne pouvaient pas claquer la porte. Bien qu'il y ait eu un scandale insultant juste pour Pékin. La réunion a commencé, et Blinkin leur a fait une conférence de près d'une heure sur les droits de l'homme, leur apprenant la vie. Un gamin donnait des cours au chef de la délégation chinoise, membre du Bureau politique du Comité central du PCC, qui est passé par toutes les subtilités de la politique chinoise...

 

- Les Chinois ont compris que c'était une perte de face...

 

- Bien sûr ! Mais ils n'ont pas claqué la porte de toute façon. Parce que les affaires passent avant tout. Et deuxièmement, la situation n'est pas bonne pour Xi Jinping au Politburo, et il y a des difficultés au Comité permanent du Comité central du Parti communiste chinois, également.

 

Il y a des raisons pour lesquelles Poutine a accepté de rencontrer Biden, même après avoir été directement insulté. Par exemple, une étrange déclaration de M. Sullivan, le conseiller à la sécurité nationale du président américain, a été répétée par Jen Psaki : nous répondrons au piratage russe, et nous le ferons d'une manière telle que seuls les hauts dirigeants russes en seront informés. Et un autre point, par exemple, tout à coup, les audiences de la Cour pénale internationale se sont intensifiées au sujet de l'avion malaisien qui a été abattu au-dessus du Donbass.

 

- Et on se souviendra de ce Boeing lors de la réunion ?

 

- Peut-être que lors de la réunion de Genève, le Kremlin sera confronté à une sorte d'ultimatum doux. Par exemple, cette option sera proposée. Biden déclarera qu'il y a des points sur lesquels l'Occident collectif ne cédera pas. Il dira, par exemple : "J'étais farouchement opposé au projet Nord Stream-2 dès le début, je l'ai dit ouvertement. Mais j'ai adouci ma position dans le but de former une coalition occidentale globale. Et le fait que vous, les Russes, soyez maintenant heureux d'en parler est en grande partie dû à ma politique. Mais aux États-Unis, tant les démocrates que les républicains continuent de s'unir contre Nord Stream 2. De plus, vous, M. Poutine, savez très bien qu'Angelina Merkel, la chancelière fédérale d'Allemagne, sera partie dans trois mois. Les Verts ou un autre parti vont arriver et Nord Stream-2 sera attaqué de ce côté-là aussi. Nous pourrons donc vous apporter notre soutien sur cette question très difficile pour l'ensemble de l'Occident, mais vous devez également prendre nos exigences très au sérieux. Prenez la question d'Alexei Navalny, par exemple.

 

- Biden va-t-il parler d'un personnage aussi peu important à l'échelle mondiale ?

 

- Navalny est devenu un symbole de la lutte mondiale contre la corruption pour l'opinion publique occidentale et une grande partie de l'establishment occidental. L'un des points clés du programme du parti démocrate américain est la lutte contre la corruption mondiale.

 

- Délocalisation, blanchiment d'argent...

 

- Oui, tous ensemble. En ce sens, Navalny n'est pas un simple militant des droits de l'homme ou un petit hooligan comme on essaie de le faire croire. Il est le symbole d'une lutte globale et à long terme, et cela est accepté en Occident. À l'échelle mondiale, aucune autre figure ne peut être placée au même niveau. De ce point de vue...

 

- Il n'y a pas d'autre personnage en Russie ?

 

- Il n'y a pas de chiffre du tout dans le monde. Bien sûr qu'il y en a ! Qui est la plus grande figure du monde actuellement dans la lutte contre la corruption ? Que nous le voulions ou non, mais cette figure est très symbolique et très idéologique. Pourquoi Navalny était-il caché dans une sorte de colonie spéciale, spécifique ?

 

- Pour que personne ne le voie.

 

- Oui, pour que rien ne lui arrive ! Je ne veux pas prétendre que Navalny sera le numéro un dans les négociations de Genève, mais il y sera certainement. L'autre point est qu'il est nécessaire de trouver une forme de porte de sortie. Je pense que Poutine sera d'accord, mais il posera une condition : je le laisserai partir, il quittera le pays, retournera en Allemagne. Mais il est peu probable que Biden accepte de le faire.

 

- Navalny lui-même dira : "Pourquoi a-t-il pris l'avion pour qu'ils me renvoient ?"

 

- Bien sûr ! Ça, pour une chose. Et deuxièmement, Biden lui-même, bien sûr, n'en a rien à faire de Navalny. Mais ses adversaires aux États-Unis tenteront immédiatement de le coincer : haha, il s'avère que vous avez joué le jeu avec Poutine ? Le président de la Russie voulait se débarrasser de Navalny, l'a mis en prison, s'est moqué de lui, et maintenant vous l'avez aidé à le faire ? Bravo, Baidusha, cela signifie donc que BBP a raison de dire que vous avez déjà perdu la tête.

 

- La démence, pour ainsi dire, est profonde.

 

- Un autre point concerne le facteur iranien. Les pourparlers américano-iraniens, y compris ceux de Vienne, sont actuellement bloqués parce que Téhéran reçoit le soutien de Moscou. C'est d'une importance fondamentale pour la Russie et pour les États-Unis. Si Moscou autorisait l'Iran à lever les sanctions, le pétrole iranien inonderait le marché, et la croissance actuelle du prix de 72 dollars le baril laisserait place à une baisse de 50-55 dollars.

 

- Nous sommes donc tacitement en faveur du maintien des sanctions ?

 

- Nous sommes tacitement favorables à la poursuite de la dure confrontation entre l'Iran, pays presque fraternel, et l'impérialisme américain.

 

- Il peut donc compter sur nous, non ?

 

- Il ne dépend pas de nous. Nous avons en fait peu à donner à Téhéran, et les Iraniens sont assez sceptiques à notre égard. Nous sommes un allié situationnel. Il y a une spécificité sous-jacente dans la politique iranienne, mais c'est un vaste sujet. Lors d'une réunion de présidents, un moment psychologique très important peut consister à demander à Poutine de se débarrasser de certaines personnalités odieuses dans son cercle restreint, dans son propre intérêt. Par exemple, de Patrushev. Et là, il pourrait y avoir un choc très émotionnel...

 

- Bien sûr, quand il s'agit de l'un des idéologues du régime actuel - se débarrasser d'un associé, la main droite ?!

 

- Autre point important, une "demande" adressée à GDP pour qu'il "résolve" sa relation avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky. Cela ne signifie pas que Poutine doive aller se "rendre" à Zelensky. Une première forme de dialogue est nécessaire. Ensuite, Zelensky, grâce au soutien de l'Occident, proposera des solutions mutuellement acceptables, par exemple la gestion conjointe de la Crimée. Certes, dans ce cas, il sera nécessaire de changer la Constitution, mais notre Constitution peut être changée très facilement. Quelque chose doit se passer dans les relations avec la Biélorussie également. Dans cet état, la figure du leader est absolument inacceptable pour l'Occident, pour la majorité de la population biélorusse et pour une partie considérable de l'élite russe. Le problème essentiel est de savoir qui va le remplacer. Naturellement, Moscou va promouvoir sa candidature, tandis que Washington va promouvoir la sienne.

 

- Svetlana Tikhanovskaya est arrivée en deuxième position lors de l'élection présidentielle en Biélorussie. Elle est déjà une figure toute faite.

 

- Déjà prêt et reconnu. Et il y avait un homme de Gazprom assis là...

 

- Le banquier biélorusse Viktor Babariko...

 

- Babariko, oui. Il y a d'autres choses qui doivent faire l'objet d'un accord. Comme le disait Ostap Bender : « Pour chaque concombre que vous mangez, je vous demanderai beaucoup de concessions ».

 

- Mais la question la plus importante qui demeure est probablement celle de la Chine ?

 

- La question la plus importante est celle de la Chine. Mais il y a un point spécifique concernant la RPC. Je pense que M. Biden pourrait partager avec M. Poutine des informations très spécifiques sur la Chine que le président russe ne connaît pas. Sur la situation au sommet de la Chine, sur les relations de tel ou tel dirigeant chinois avec la Russie, sur certaines informations classifiées... Et aussi sur l'expansion territoriale chinoise, c'est-à-dire sur le début effectif de la prise de contrôle de la Russie par la Chine. Par exemple, la plupart des baux fonciers, y compris les forêts et les terres arables, sont d'une durée de 49 ans. Qu'est-ce que 49 ans ? La Russie existera-t-elle alors ou non ? Et ce, alors que les Chinois affirment depuis 60 ans que la Russie s'est emparée d'un million et demi de kilomètres de territoire indigène chinois. Je pense que Biden va tout dire, et ensuite les Américains verront comment le PIB réagit.

 

- Dans le kraï de Khabarovsk, par exemple.

 

- Voyez-vous, de très nombreux budgets régionaux, y compris ceux d'Extrême-Orient, sont dans un triste état, pour ne pas dire plus. C'est pourquoi Moscou dit aux régions : les gars, cherchez les bonnes opportunités par vous-mêmes. Et les Chinois négocient des baux fonciers à long terme non pas avec Moscou, mais avec les autorités régionales. Les gouverneurs doivent nourrir leur peuple. Les Chinois en sont bien conscients et en profitent. En outre, ils ont leur propre personnel, leurs propres agents dans chaque région. Et ensuite, la conversation appropriée suit : "Celui-ci a besoin de 10 000 dollars, l'autre - 50 000, il signera n'importe quel papier ! C'est pourquoi on signe des contrats de location, par exemple, avec une telle préférence pour le chinois que cela fait rire les gens dans le monde entier.

 

- La Russie n'a pas le choix, l'Amérique ne sera pas notre alliée de toute façon. Il est encore possible de parvenir à un accord avec les Chinois. Et ils sont eux-mêmes acculés au pied du mur.

 

- Les Américains peuvent nous dire : "Nous pouvons nous passer de vous. Vous êtes un danger, surtout pour nos alliés, les Européens. Et quelle est la situation actuelle ? Écoutez, les États sont contre la Chine. L'administration Biden a également dit aux Européens : "Vous devez sévir contre Poutine. Nous vous aidons. Mais sa tâche est de s'assurer que Poutine ne se réfugie pas en Chine à cause de sa confrontation avec vous. La seule option qui reste à Poutine est de capituler complètement devant la Chine. Mais il ne peut pas faire ça. Et là, nous sommes de nouveau dans le modèle de zugzwang continu. 80 ou 90 % de cette soi-disant élite russe est contre la Chine.

 

- Parce qu'ils constituent une élite pro-occidentale ?

 

- Ils peuvent négocier avec l'Occident. Que leurs enfants aillent à l'école là-bas... Les enfants, la propriété, la propriété - tout est là. Pour qu'ils ne soient pas, pour ainsi dire, affectés ou même minimisés par d'éventuelles réquisitions. C'est impossible avec les Chinois, nous en avons fait l'expérience dans les années 1990.

- Pourquoi est-ce impossible avec les Chinois ?

 

- En Chine, il est impossible de conserver et de cacher de l'argent. En Chine, il n'est pas évident de savoir où se termine l'impérialisme chinois classique et où commencent les triades chinoises. Il y a eu un cas spécifique en 1998 où certains oligarques russes voulaient cacher de l'argent, et ils ont transféré 3 milliards de roubles à Hong Kong dans le cadre d'un stratagème, et l'argent a immédiatement disparu. Quelques jours plus tard, les représentants russes concernés sont arrivés pour savoir ce qui se passait. Ils ont été accueillis à l'aéroport par des Chinois souriants qui leur ont dit : "Les gars, nous vous souhaitons la bienvenue dans le pays hospitalier qu'est la Chine. Vous avez trois heures. Dans trois heures, vous ne devriez plus être ici. Si vous ne partez pas dans ce délai, il y a une baie là-bas avec des requins qui veulent manger pour une raison quelconque. Ok ?" C'est ça ! Pas de négociation, pas d'arrangement. Et surtout, ce genre de système de gangsters est supervisé par le sommet de la hiérarchie. La vraie question est la suivante. Ce n'est même pas une question de somme d'argent. Ils ne veulent pas laisser entrer sur leur territoire les règles du jeu des "patsy" russes, ils veulent jouer uniquement selon leurs propres règles du jeu.

 

- Vous ne croyez donc pas à un partenariat stratégique entre la Chine et la Russie et pensez qu'il y a peu de chances que cela se produise, même en théorie ?

 

- La Chine n'a pas d'opportunités pour un tel partenariat avec la Russie, les Chinois ne sont pas intéressés par le marché russe. Ils ont longtemps été en avance sur nous en termes de technologie. Par convention, sur les 100 technologies clés auxquelles les Chinois s'intéressent, il nous en reste cinq. Conventionnellement parlant. Peut-être trois ou sept.

 

- Mais pas 20 ?

 

- Non.

 

- Eh bien, les matières premières restent...

 

- Peu importe la qualité de notre personnel, dirigé par Rogozin (Dmitry Rogozin, PDG de Roscosmos - ndlr), la question est la suivante. Pourquoi les modèles innovants sont-ils à la mode ? Ils finissent par se rapprocher des gens, non ? Et les gens ne se développent pas parce que quelqu'un de talentueux s'assoit là et trouve une idée. Des idées talentueuses émergent au sein de certaines structures de production. Par convention, il existe certaines tendances où quelque chose fonctionne. Vous voyez une tendance, vous l'appliquez dans votre secteur et vous essayez de la mettre en œuvre. Mais pour cela, vous devez être impliqué dans une sorte de jeu mondial. Mais s'il n'y a pas de jeu mondial, ce sera comme en Union soviétique : le KGB a volé une technologie et l'a apportée ici. Et c'est tout ! L'isolement n'est pas mauvais même par le fait que, par exemple, le commerce s'estompe. Ceci, bien sûr, est également mauvais. Mais tout d'abord, c'est mauvais pour isoler les gens. Qu'est-ce qui est particulièrement dangereux pour les Chinois ? Bien qu'ils s'en vantent également, ils déclarent : "Il faudra 10 à 15 ans avant que nous puissions parler aux Américains au même niveau, face à face. Savez-vous combien d'étudiants chinois il y a aujourd'hui aux États-Unis ? 370,000.

 

- Qui reviendront?

 

- Ce sont eux qui apprennent tout sur les États-Unis de l'intérieur, jusque dans les moindres nuances, en nouant toutes sortes de contacts. Il ne s'agit pas de nos libéraux qui ont étudié le capitalisme à partir des ouvrages de Marx, Engels et Lénine, mais de personnes qui regardent littéralement : comment, quoi, où s'attacher, comment fonctionnent les entreprises, les départements, les laboratoires spéciaux, etc.

 

- Et ces étudiants sont tous sur les livres à la maison, je suppose ?

 

- Naturellement. Aucun Chinois n'irait là-bas comme ça. C'est ça le potentiel humain, les idées humaines. Cerveau, nerf, innovation - c'est ce qui nous manque. Combien de nos étudiants étudient aux États-Unis ? Je ne sais pas.

 

- Nous n'avons probablement même pas de compte.

 

- Tout d'abord, elle n'est pas comptabilisée, et ensuite, qu'entendez-vous par "étude" ? Si du nôtre - c'est, conditionnellement parlant, la jeunesse dorée, mais ce n'est pas étudier. Des personnes pauvres, même talentueuses, comment iront-elles ? Ils n'ont pas d'argent pour cela, et il n'y a pas de programme de soutien de l'État, contrairement à la Chine, etc. Nous sommes donc isolés, non pas parce que Poutine ne rencontre pas certaines personnes, non pas à cause de nos touristes, mais parce que nous sommes privés de ces contacts avec les masses étudiantes, avec les masses scientifiques, avec les centres scientifiques... Et cela dure depuis au moins 20 ans - depuis une génération entière. Je parle des tendances à l'isolement à long terme. Le changement clé qui se produit dans le domaine de l'innovation, par exemple, n'est même pas le nombre de prix Nobel qu'un pays reçoit, mais le rythme et la direction du changement dans le système d'éducation du pays. Voici le point essentiel. Et pour nous ? Dès qu'une compétition apparaît, disons "Comment être un génie", elle devient immédiatement corrompue.

 

- Ce n'est pas comme ça que ça se passe aux États-Unis ?

 

- C'est une question de sécurité nationale. Aux États-Unis, ils gardent un œil sur tout ça. Vous pouvez remporter jusqu'à dix titres de ce type, mais si vous allez à Harvard et qu'il s'avère que vous êtes nul, toutes les personnes qui organisent ces concours et accordent des subventions feront immédiatement l'objet d'une enquête.

 

- Et que pouvons-nous offrir aux Chinois ? Des armes nucléaires, une armée ? Ils n'ont probablement pas l'échelle que nous avons, ou l'ont-ils déjà ?

 

- Ils n'ont pas besoin de notre échelle. Ils peuvent construire au moins 10 000 armes nucléaires et thermonucléaires. Ils en ont 400 maintenant, ils pensent que c'est suffisant. Comme moyen de dissuasion, c'est suffisant. Tout le reste est un fardeau pour l'économie. Nous avons six cent mille ogives. Mais pour les maintenir, il faut des forces et des finances énormes. Pour un pays qui produit un peu plus de 2 % du PIB mondial... Les Chinois en produisent 18 %. Ce n'est pas cher pour nous si nous produisons deux pour cent... Mais ce n'est pas rentable pour les Chinois.

 

- Mais il n'est pas dans l'intérêt des Chinois que la Russie s'associe aux Européens et aux Américains et devienne leur arme contre eux.

 

- Mais ils se préparent à un tel scénario. Les Chinois sont un peuple intelligent. Voici deux faits. Quatre-vingt-dix pour cent des nouveaux chars produits en Chine sont destinés à la frontière russo-chinoise.

 

- Donc ils soupçonnent qu'une grève viendra d'ici ?

 

- Ils voient quels sont les sentiments de la majorité de l'élite pro-Poutine, ils comprennent tout très bien. Pourquoi nos magnats des affaires regardent-ils l'Occident de cette façon ? Oui, les Occidentaux, dans l'ensemble, sont des salauds, pense notre entreprise, mais on peut s'entendre avec eux. Ce n'est pas le cas avec les Chinois, il est difficile de s'entendre avec eux. D'autant plus que nos "hommes d'affaires" ne connaissent pas et ne veulent pas connaître la langue chinoise, la grande culture chinoise, ils ne se soucient pas de tout cela. Et surtout, ils ne peuvent pas transférer de l'argent depuis Pékin ou Shanghai, disons, quelque part dans les îles Vierges, pour les "nettoyer". Et s'ils le font, ils demandent 40 %.

 

- C'est inacceptable.

 

- Totalement inacceptable ! Et voici un autre exemple. Les principales bases de missiles chinoises sont situées à la frontière russo-chinoise. Pas sur la rive du détroit de Taiwan et pas contre le Japon, mais ici. Ils savent planifier et prévoir. Ils savent que toute l'euphorie que nous avons en ce moment est suspendue à Poutine. Sans lui, la bourgeoisie russe et le capitalisme russe se réfugieront en pleurnichant à l'Ouest. De quel genre de patriotisme pouvons-nous parler ? Lénine disait que le capital n'a pas de patrie. C'est tout. C'est logique. Là où le capital se sent bien, il y a sa patrie.

 

Pourquoi cette activation d'Américains, par exemple dans le cadre du procès de La Haye, est-elle pour moi une coïncidence ? Biden dira lors de la réunion : soit certains noms apparaissent - alors, s'ils apparaissent, nous ne pouvons rien y faire. Ou bien nous parvenons à un accord sur la rive, et ensuite, sous notre direction, nous pouvons rectifier la situation. Mais ici, nous devons donner quelqu'un. Combien de personnes sont mortes dans l'avion malaisien ? 298. Et puis nous exigeons...

 

- Mais le président d'une puissance nucléaire peut-il être menacé de quoi que ce soit ? Un sixième d'une masse terrestre ! Déclarez qui vous voulez. L'Union soviétique a été un paria pendant 70 ans - et alors ?

 

- L'URSS n'a pas été un paria pendant 70 ans, c'est de la calomnie. L'Union soviétique dirigeait le monde avec l'Occident.

 

- Pour l'Occident, c'était un ennemi majeur.

 

- Néanmoins, ils ont coopéré. Et la chose la plus importante pour l'Occident était que, bien sûr, l'URSS n'était pas appréciée, mais ces Soviétiques faisaient ce qu'ils avaient accepté de faire.

 

- Quelles pourraient être les alternatives pour le pays dans ce cas ? La première est claire : vous êtes piégé. Et le second ? Changement de cap ? Où aller ? La Chine, selon vous, ne nous accepte pas, et le monde islamique dans son ensemble n'existe pas. L'Europe n'est pas non plus un ami aujourd'hui (ils attaquent constamment la Russie), ils sont eux-mêmes sous l'emprise de l'Amérique. Et où peut-on trouver une issue dans ce cas ? Un projet à part entière ? Comme le dit Alexander Prokhanov, écrivain et rédacteur en chef de Zavtra, "Un cinquième empire ? Mais il n'y a pas de ressources pour cela et pas d'idéologie. Nous avons besoin d'une nouvelle idéologie - et il n'y en a pas !

 

- Il n'y a rien - pas de nouvelle idéologie, pas de système de personnel et ainsi de suite.

 

- C'est-à-dire que sans idéologie, la mobilisation est impossible, n'est-ce pas ?

 

- C'est exact.

 

- a dit Biden : "On y retourne." Qu'est-ce que ça veut dire ?

 

- Cela signifie : "Nous sommes l'obkom de Washington du parti". Qui êtes-vous ? Le comité du district d'Uryupinsk."

 

- L'"Obkom" dispose-t-il des ressources nécessaires ? Le dollar ne s'effondrera pas demain, n'est-ce pas ?

 

- Il ne s'effondrera pas pour une raison simple. Comment une chose à laquelle tout le monde s'intéresse peut-elle s'effondrer ?

 

- L'économie est une chose objective. Une ébullition inflationniste est telle que tout devient plus cher, tout s'effondre, tous les marchés.

 

- C'est partout. D'autre part, quel est le pays le plus stable ? Pas la Chine.

 

- Pas encore les Américains. Pourtant.

 

- Cela dure depuis une centaine d'années.

 

- Oui. En fait, pas depuis cent ans, mais depuis 1971. 1971, en fait, a été le premier défaut de paiement. Pour désolidariser le dollar de l'or. L’or a été remplacé par le pétrodollar.

 

- C'est vrai. La raison en était le pétrole, et c'est pourquoi, par exemple, toutes les monnaies du Moyen-Orient sont liées au dollar. Mais dans les 20 prochaines années, tout sera remplacé. De l'hydrogène ! Déjà tout le monde, même nos économistes l'admettent : oui, nous aurons des difficultés sur le marché du gaz. Donc c'était clair pour la chèvre ! Il y a eu un cas réel mais anecdotique. Ronald Reagan, qui a mené l'explosion de la dette américaine, a été interrogé lors d'une de ses conférences de presse : "Dis-moi, n'as-tu pas peur de quelque chose de terrible ? Regardez la façon dont votre dette nationale augmente." Le président a répondu avec beaucoup de sagesse : "La dette est devenue si importante que nous devrions la laisser se débrouiller toute seule.

 

Le fait est que nous vivons dans un monde très connecté. Tout le monde sait très bien que s'il n'y a pas de policier dans le monde - et les États sont un tel policier mondial - il y aura une centaine de voyous locaux. Lequel est le pire ? La Chine n'est pas encore un contrepoids militaire aux Américains. Parce que la Chine n'est pas encore en mesure de jouer le rôle de gendarme du monde. Ils n'ont pas cette expérience. L'histoire de la Chine est l'histoire de l'armée en tant que composante essentielle de la structure interne de l'État chinois. L'armée chinoise assure la sécurité intérieure de l'État. C'était quand la dernière fois qu'il s'est battu ? En 1977-1978, au Vietnam. Et qu'est-il devenu ?

 

- Il a perdu.

 

- Oui ! Catastrophiquement. Et l'armée, je le dis toujours, n'est pas celle qui s'assoit, qui reçoit de grandes armes et qui se produit dans des défilés, mais celle où les officiers se battent constamment. Pourquoi la Turquie est-elle, à mon avis, presque une grande puissance ? Parce que l'armée turque est la deuxième plus expérimentée de l'OTAN après l'armée américaine. L'armée turque combat constamment au Moyen-Orient, en Afrique et dans le Caucase du Nord.....

 

- La situation au Nagorny-Karabakh a montré que ce sont leurs conseillers qui ont en fait gagné.

 

- Bien sûr. Et quel effet immédiat ! La Pologne a commencé à acheter des "Bayraktars", des drones turcs. La Pologne ! La Pologne est le pays sur lequel, dans les 10 prochaines années, les Américains miseront contre l'Allemagne.

 

  • Mais l'Allemagne, en fait, est aussi leur satellite politique.

 

- Polonais et Américains - qui est le plus intéressé par qui ? Par exemple, il y a 20 ans, j'aurais dit : "Oui, les Polonais sont sans ambiguïté, à 95 %, dépendants des États-Unis." Maintenant, je dis plus ou moins ceci : les Polonais dépendent à 55 % des États-Unis et les États-Unis dépendent à 45 % de la Pologne dans leur géopolitique. C'est un contrepoids géopolitique objectif. La France, par exemple, ne peut plus être un contrepoids à l'Allemagne. Sa structure interne est brisée, et vous devez également examiner ses taux de croissance, ses problèmes technologiques, etc. Elle ne peut plus le faire. Et il doit y avoir un contrepoids. Le traité franco-allemand de 1963, autour duquel tout tournait, s'amincit. Le point clé est maintenant Varsovie. Certains pensent que la Pologne pourrait devenir la deuxième puissance en Europe après l'Allemagne d'ici 2030-2035. Je pense qu'à ce moment-là, elle dévorera la Biélorussie. Quant au groupe des quatre de Visegrad, il s'agit déjà d'une structure régionale dirigée par la Pologne. C'est-à-dire que les Polonais ont déjà créé leur propre structure géopolitique en développement...

 

- Shamil Zagitovich, quel serait, selon vous, un scénario positif, en quelques mots, pour Poutine lors de sa rencontre avec Biden ? Quelles cartes jouer après tout ?

 

- Les dirigeants ont cessé de comprendre les problèmes et de poser les bonnes questions. Nous ne connaissons pas le pays dans lequel nous vivons. Comment ? Et comment pouvez-vous le savoir si vous ne posez pas de questions ? Par exemple, le Kremlin sait-il ce qui se passe en Sibérie occidentale ou en Extrême-Orient ? J'ai bien peur que non ! Et même la structure locale du FSB ne le sait pas. Et les médias écrivent, comme ils le faisaient déjà à la fin de l'URSS, ce que les patrons aiment. Si tu écris sur quelque chose de mauvais, en un jour tu peux te retrouver dans la rue.

 

- Ils vous rendront coupable.

 

- Oui. Bien sûr. En termes d'agenda positif, il doit y avoir trois composantes. Reagan pensait que pour un vrai leader, il devait y avoir deux points essentiels : l'idéologie et le système de personnel. Si vous avez une idéologie et un système de cadres, vous commencez à construire une stratégie, vous êtes capable de la construire. Car si vous avez une idéologie et un système de recrutement, cela signifie que vous disposez de ressources importantes. Si vous ne disposez pas de telles ressources, vous pouvez créer des schémas stratégiques qui sont très beaux mais qui ne fonctionneront pas.

 

 

Shamil Sultanov

 

Shamil Zagitovich Sultanov (né en 1952) est un philosophe, historien, publiciste, personnalité publique et homme politique russe. Il est le président du Centre d'études stratégiques Russie - Monde islamique. Membre régulier du Club Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc avec DeepL.

 

NdT: Shamil Sultanov a été député à la Douma. C'est le "Tartare" blond dont parle plusieurs fois Pierre Dortiguier dans ses entretiens sur l'Iran.

 

NdT: * « Zugzwang est un terme qui vient de l'allemand zug, "coup" et zwang, "contrainte". Aux échecs, impossible de passer son tour. Parfois, le seul coup jouable dégrade obligatoirement votre position ! » https://www.chess.com/fr/article/view/quest-ce-que-le-zugzwang-termes-echiqueen

Shamil Sultanov : Washington prépare un piège appelé zugzwang* numéro deux  (Club d'Izborsk, 16 juin 2021)
Lire la suite

Leonid Ivashov : la Russie surveillera les exercices conjoints de l'OTAN et de l'Ukraine (Club d'Izborsk, 14 Juin 2021)

14 Juin 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Guerre, #Général Leonid Ivashov, #Europe, #OTAN, #Russie

Leonid Ivashov : la Russie surveillera les exercices conjoints de l'OTAN et de l'Ukraine  (Club d'Izborsk, 14 Juin 2021)
Leonid Ivashov : la Russie surveillera les exercices conjoints de l'OTAN et de l'Ukraine  (Club d'Izborsk, 14 Juin 2021)

Leonid Ivashov : la Russie surveillera les exercices conjoints de l'OTAN et de l'Ukraine

 

14 Juin 2021

 

https://izborsk-club.ru/21209

 

 

Les prochaines manœuvres des troupes de l'Alliance de l'Atlantique Nord avec la participation de l'armée ukrainienne peuvent être considérées, entre autres, comme les premières étapes de la création d'une tête de pont en Ukraine pour une éventuelle attaque contre la Russie. a déclaré le colonel général Leonid Ivashov au journal VZGLYAD, commentant les préparatifs des armées de l'OTAN et de l'Ukraine pour l'exercice Sea Breeze.

 

"Nous devons suivre ces exercices, étudier les tactiques, l'utilisation des méthodes opérationnelles. Tout cela est une tâche du renseignement militaire - militaire et opérationnel et, dans une certaine mesure, stratégique", a déclaré l'ancien chef de la Direction principale de la coopération militaire internationale du ministère de la Défense, président de l'Académie des problèmes géopolitiques, le colonel général Leonid Ivashov.

 

Le général a rappelé que les forces armées, en particulier, les structures militaires et navales de tous les pays "effectuent des entraînements planifiés - pour la liquidation d'une certaine menace." "Ce sont les lois des affaires militaires. Et pour ce qui est des détails, nous devons surveiller de près et déterminer si les forces de l'OTAN effectuent simplement des exercices planifiés: sur quoi travaillent-ils pendant ces manœuvres ?l’aviation stratégique est-elle utilisée? les forces sont-elles redéployées d'un théâtre à l’autre? et nous en tirerons des conclusions.

 

 

Leonid Ivashov

 

Leonid Grigorievich Ivashov (né en 1943) est une personnalité militaire, publique et politique russe. Colonel Général. En 1996 - 2001, chef de la direction principale de la coopération militaire internationale au ministère de la défense. Docteur en sciences historiques, professeur. De 1996 à 2001, il est devenu le chef du département de la coopération militaire internationale du ministère de la défense, colonel-général de Russie. Membre régulier du Club Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc avec DeepL.

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>